PATHOLOGIE MUSCULAIRE et MEDICAMENTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PATHOLOGIE MUSCULAIRE et MEDICAMENTS"

Transcription

1 PATHOLOGIE MUSCULAIRE et MEDICAMENTS D.U. Maladies systémiques 20 avril 2012 Pharmacologie et Centre Régional de PharmacoVigilance Paris Cochin

2 PLAN I- Classiques pourvoyeurs de myopathies II- Myopathie par toxicité mitochondriale III- Myopathies inflammatoires IV- Myoclonies V- Autres médicaments

3 I- Classiques pourvoyeurs de myopathies - colchicine - amino-4-quinoléïnes - glucocorticoïdes - statines

4 COLCHICINE - Myoneuropathie - Toxicité, «dose»-dépendante, le + fréq mode sub-aigu : - Myalgies, déficit moteur proximal, axial atteinte modérée à très sévère, associée à des signes de polyneuropathie périphérique modérés; pfs : rhabdomyolyse - Délai : jour à années - Dégénérescence axonale et myopathie vacuolaire, sans nécrose.

5 Facteurs limitant son activité Rein Foie : CYP3A4 Transporteur: P-glycoprotéine Pompe à efflux cellulaire Facteurs de risque IR et/ou IH Inhibiteurs de CYP3A Inhibiteurs de Pgp Autres myotoxiques Clarithromycine, cyclosporine, antifungiques azolés,. Glucocorticoïdes, statines

6 AMINO-4-QUINOLEINES OH chloroquine hydroxychloroquine - myopathie ou neuromyopathie chloroq > OH-chloroq - Chloroquine 500 mg/j 1 an - jamais avant 6 mois de TT - début insidieux; aggravation progressive - déficit proximal, douloureux, MS et MI - lentement (et incomplètement) réversible à l arrêt - phagolysosomes : vacuoles fibres I (corps myéloïdes)

7 Nombreuses vacuoles dans fibres m. 2 ans chloroq 750 mg/j Microscopie optique Sieb et gillessen,2003 Corps myéloïdes - Cardiomyopathie Chloroq - Microscopie électronique Jain et Halushka, J Clin Pathol, 2009 Interaction de molécules amphiphiles (chloroq, amiodarone) avec les phospholipides acides cellulaires, conduisant aux anomalies de stockage des lysosomes. Amiodarone : neurones >> muscles

8 GLUCOCORTICOIDES DEUX TYPES D ATTEINTE 1) Myopathie corticoïde chronique Doses élevées, moyen ou long terme Faiblesse et hypotrophie muscles des ceintures Atteinte symétrique, indolore, sans neuropathie, CPK N Facteur de confusion: hypokaliémie protéolyse et synthèse protéïque, apoptose Atrophie sévère des fibres musculaires II Dalakas, J Neurol Neurosurg Psy, 2009

9 2) Myopathie corticoïde aiguë, de réanimation - Déficit musculaire plus généralisé, sévère, - fréquent - myalgies - GC IV, dose élevée, délai court possible - Atteinte muscles respiratoires fréquente - CPK peuvent être élevées - favorisée par l association aux curares (pancuronium) - écarter SGB, myasthénie, botulisme - régression lente, avec rééducation - EMG : défaut de réponse musculaire à la stim, rien de spécifique // pas d atteinte neurogène - Histologie : perte élective des filaments de myosine en ME

10 STATINES Prototype des myopathies nécrosantes Fibres nécrotiques, en bleu, en cours de myophagie et de régénération Mastaglia Practical neurology,2006 Par courtoisie du Pr Serdaroglu

11 STATINES - de l augm. asymptomatique des CPK à la rhabdomyolyse - symptomatologie proximale, ou régionale, ou généralisée - myalgies, crampes, fatigabilité à l effort, +/- associé à douleurs tendineuses ou crampes nocturnes - myalgies, faiblesse muscle : 1-5 % (prévalence) rhabdomyolyse : 1,6/ patients année (incidence) - délai : semaines à années Egalement : fibrates et ézétimibe Bannwarth, Drug safety, 2007

12 - réversible après arrêt. Si non, rechercher aff. préexistante ou une myosite induite par statine (voir + loin). - niveau de CPK pas forcément le reflet de l atteinte musc. - Histol : possibilité de «ragged red fibers» et de déficit en cytochrome c (chaîne resp. mitochondriale) Bannwarth, Drug safety, 2007

13 Mécanismes Mitochondries : toxicité mitochondriale Membranes : diminution de leur teneur en cholestérol

14 Thompson, JAMA 2003 mévalonate cholestérol ubiquinone ou coenzyme Q

15 Facteurs de risque : génétique, âge, F, dose, statine, interactions PD et PK, myopathie, hypothyroïdie, diabète, IR

16 FOIE Moindre efficacité Captage hépatique de simvastatine gène SLCO1B1 Transporteur OATP altéré PLASMA Concentrations augmentées MUSCLES Toxicité musculaire augmentée Homozygotes : OR 17 pour simvastatin Implication prob. d autres transporteurs pour autres statines

17 Facteurs de risque : génétique, âge, F, dose, statine, interactions PD et PK, myopathie, hypothyroïdie, diabète, IR Substrats du CYP3A4 (intestinal et hépatique) - simvastatine (Zocor, ) - atorvastatine (Tahor ) - lovastatine Substrat du CYP2C9 - fluvastatine (Fractal, Lescol ) NON substrats de CYP (cytochrome P450) - pravastatine (Vasten, Elisor ) - rosuvastatine (Crestor )

18 -Substrats de CYPs et inhibiteurs de CYPs CONTRE-INDICATION [simva] x 30 logique et documentée avec IP, dérivés azolés, macrolides, cyclosporine,.

19 on s attendrait à l absence d interactions de ce type avec les statines NON substrats de CYP.. cependant Volontaires sains rosuva 20 mg/j 7 j rosuva + lopinavir/rito (Kaletra ) Cmax x 4,7 [1.8 à 20] Kiser JAIDS, 2008

20 La solution ne réside pas dans le BIO Levure de riz rouge (levure rouge de riz) «une alternative aux statines».. Contient la monacoline K Bio-identique à LOVASTATINE Jusqu à 10 mg/comprimé Métabolisée par CYP3A

21 II- Myopathies par toxicité mitochondriale - INRT - autres médicaments

22 Inhibiteurs nucléosidiques de la RT ZIDOVUDINE (RETROVIR ) Faux substrat pour l ADN polymérase du VIH (= RT) et pour l ADN polymérase γ mitochondriale Faiblesse musculaire, myalgies, crampes, intolérance à l exercice, CPK (modérément) augmentées, Aggravation progressive, Mois ou années de TT (parfois + rapide). Autres stigmates de mitochondriopathie à rechercher : foie, cœur, hématol, neurones, TD, pancréas, lactates, Amélioration que si arrêt du TT

23 myopathie du VIH Cf CD4, CV, autres atteintes mitochondriales A «Ragged-red fibers» avec zidovudine Groupe de mitochondries anormales, en rouge avec la coloration de Gömöri Dalakas, NEJM inflammation B Mitochondries muscle ME B- Zidovudine Masini, J Neurol Sci 1999

24 Autres analogues nucléosidiques et nucléotidiques associés à des myopathies - lamivudine (Epivir, Zeffix, et dans Combivir, Kivexa, Trizivir ) - ténofovir (Viréad ) - adéfovir (Hepsera ) VIH, VHB Myopathie secondaire à hypop et hypok du Sd de Fanconi > Toxicité «directe» musculaire 2009 Arrêt phase III clevudine dans TT de HVB pour myopathies

25 APPORT DE COFACTEURS DES MITOCHONDRIES EN CAS D HYPERLACTATEMIE ACIDOSE LACTIQUE Brinkman, AIDS 2000 B1 B2 B6 B5 PP Carnithine Dose mg/j g Soit 8 ampoules de Becozyme + 1 ampoule de Bévitine + 2 ampoules de Lévocarnil, réparties en 2 prises/j? Intérêt dans les autres manifestations de la toxicité mitochondriale des INRT, y compris musculaire grave?

26 LINEZOLIDE (ZYVOXID ) Interférence avec la synthèse des protéines mitochondriales EI : Thrombopénie, anémie Neuropathies optique, périphérique, hyperlactatémie Facteurs de risque : TT prolongé, IR. Probable intérêt du dosage plasma linezolide chez les IR Cas F, 63 ans, 600 mg x 2 pendant 4 mois Neuropathie optique, encéphalopathie, IR, acidose lactique et quadriparésie flasque (myogène). Cécité et désorientation séquellaires (de Vriese CID, 2006). Déficit en complexes I et IV, mais pas II

27 linezolide (Zyvoxid ) EI communs???? rivaroxaban (Xarelto )

28 Germanium : complément alimentaire,élixirs,. Toxique : anémie, atteinte musculaire déficitaire, insuffisance rénale, Muscle: vacuolisation, accum lipides, Mitochondries anormales

29 Autres médicaments favorisant / révélant une cytopathie mitochondriale ou inducteurs de «syndrome», avec myopathie squelettique et/ou cardiaque ACIDE VALPROIQUE : révélation ou aggravation de syndrome MELAS, etc Statines // Metformine PROPOFOL : aigu après perfusion Muscles squelet. et cardiaque, acidose lactique, tr. rythme, IR, hépatomégalie, décès. BUPIVACAÏNE après inj. locale dans muscle ou à proximité: œdème, nécrose, inflammation, éosino, dégénérescence myofibrillaire. Toxicité, fortes concentrations, inj. répétées (solution à 0,5 % = 15 mm).

30 III- Myopathies inflammatoires - myofasciites à éosinophiles - myofasciite à macrophages - myopathies auto-immunes

31 FASCIITES A EOSINOPHILES dues à des contaminants chimiques 1) Syndrome de l huile toxique Huile d olive contenant huile de colza dénaturée cas, 330 morts, 1981, Espagne 2) Syndrome myalgies-hyperéosinophilie 1500 cas USA, 1990 L-tryptophane : prise prolongée, à doses élevées, - vascularite des petites artères et veines, - Myalgies intenses, hyperéosinophilie, CPK N - œdème et infiltration de la peau mimant sclérodermie - Neuropathie associée possible // peu de déficit musculaire - histo : inflammation du périmysium, et inflammation sélective des nerfs intramusculaires avec fibres fusiformes.

32 FASCIITES à EOSINOPHILES ou Sd de Shulman Médicaments Lansoprazole, atorvastatine, simvastatine, héparine, fosinopril, fer IV, phenytoin. Role des Aryl hydrocarbon R et av=ctivation des Th17??

33 MYOPATHIES AUTO-IMMUNES Dermatomyosite, polymyosite, myopathie nécrosante immune d-penicillamine (Trolovol ) AINS // hydroxyurée Interféron-α : PM +, DM, myasthénie, auto-immunes A rapprocher du fait que les voies de signalisation IFNα impliquées dans la physiopathologie de la DM Valiyil, Curr Rheumatol Rep 2010

34 MYOPATHIES AUTO-IMMUNES Dermatomyosite, polymyosite, myopathie nécrosante immune Statines : myopathie nécrosante immune // PM // DM Myalgies proxim. // CPK élevées // non régressives à l arrêt Sensible aux immunosuppresseurs Histo : fibres nécrotiques et en cours de régénération, sans inflammation // MHC-I dans fibres non nécrotiques Auto-anticorps dirigés contre l HMG-CoA reductase. Mammen, Nat Rev Neurol 2011 Grable-Esposito, Muscle Nerve, 2009 Needham, Muscle Nerve 2007

35 DM amyopathique Simvastatine Inhoff 2009 DM fluvastatine Thual 2005 Ann Dermatol Venereol DM et PM aux statines : auto-anticorps négatifs ou antissa, ou antijo1

36 MYOFASCIITE A MACROPHAGES Gherardi et al, Brain 2001 Arthromyalgies diffuses et fatigue Histologie deltoïde : accumulation en épi- péri- et endomysium de macrophages contenant des inclusions : cristaux d hydroxyde d aluminium. Cf adjuvant de vaccins IM contre HVB, HVA, toxine tétanique?? Inclusions macrophagiques: témoin de la vaccination ou rôle physiopathologique??

37 V- Autres médicaments - neuroleptiques - gemcitabine : myosite généralisée ou en territoire irradié douleurs et oedèmes - rétinoïdes: myalgies, voire rhabdomyolyse Gemcitabine, Wong hypokaliémiants - injections IM Myoclonies non analysées..

38 CONCLUSIONS 1) Penser à évoquer le rôle des médicaments devant toute atteinte musculaire 2) Rôle probablement important des interactions - entre le sujet et le médicament - entre médicaments, par potentiel myotoxique commun, ou par interaction avec CYP, et avec les transporteurs 3) Statines - gestion optimale pour éviter les myopathies nécrosantes immunes? - autre préoccupation : conséquences de l hypocholestérolémie induite? 4) Cytopathie mitochondriale - est et sera probablement toujours d actualité

39 M. nécrosante Fibres nécrotiques Statines, Fibrates, alcool MO, MHC-I neg M. inflammatoires Non nécrot T-Ly et MO Statines, d-pénicillamine,ifn MHC-I + Cytopathie mito Ragged red F Zidovudine, germanium,. fibres COXaccumulation lipides M.antimicrotubulaire accum. de lysosomes Colchicine, vincristine vacuoles d autophagie Stockage lysosomes Accum lysosomes Chloroquine, OH-chloro contenant corps quinacrine, amiodarone myéloïdes Atrophie des fibres II id glucoocorticoides Types de myopathies médicamenteuses D après Valiyil et Christopher-Stine, 2010

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 02 novembre 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 02 novembre 2005 CRESTOR 5 mg, comprimé pelliculé B/28 ; B/50 ; B/84 Laboratoires ASTRAZENECA rosuvastatine Liste I Date de l'amm : 06 octobre 2005 Motif de la demande

Plus en détail

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot

INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie. Neuro-sémiologie. G. Beauvalot INSTITUT DAUPHINE d Ostéopathie Neuro-sémiologie G. Beauvalot NEUROPATHIES PERIPHERIQUES DIFFUSES Polynévrite et multinévrite La polynévrite alcoolique Terrain Physiopathologie Sémiologie Etiologies Neuro-sémiologie

Plus en détail

Traitements Hypolipémiants

Traitements Hypolipémiants Chapitre 14 Traitements Hypolipémiants Item 132 : Angine de poitrine et infarctus du myocarde Plan Introduction 1. les statines 2. les fibrates Introduction Traiter une dyslipidémie revient le plus souvent

Plus en détail

Diabète de type 2 : l approche pharmacologique

Diabète de type 2 : l approche pharmacologique Diabète de type 2 : l approche pharmacologique Les statines Les statines agissent sur le foie en forçant celui-ci à extraire le mauvais cholestérol (LDL) du sang pour former des substances utiles au niveau

Plus en détail

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09

Traitements hypolipémiants et rein. Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Dr Anne-Elisabeth Heng ANCA 10/06/09 Traitements hypolipémiants et rein Traiter pourquoi? Dyslipidémie et pathologies rénales? Pathologie rénale Cholestérol total LDL-c

Plus en détail

INTOLERANCE MUSCULAIRE DOULOUREUSE A L EFFORT. Conduite à tenir. Eliminer les autres causes de douleurs à l effort : canal lombaire étroit et artérite

INTOLERANCE MUSCULAIRE DOULOUREUSE A L EFFORT. Conduite à tenir. Eliminer les autres causes de douleurs à l effort : canal lombaire étroit et artérite INTOLERANCE MUSCULAIRE DOULOUREUSE A L EFFORT Conduite à tenir Définition et données cliniques Eliminer les autres causes de douleurs à l effort : canal lombaire étroit et artérite Concerne les patients

Plus en détail

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine?

Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Quel est le profil des patients nouvellement traités par statine? Les patients nouvellement traités par statine : Dans 40 % des cas ce sont des patients à Source : Enquête IMS pour la Cnamts, 2007. Que

Plus en détail

LES MYOTOXICITES MEDICAMENTEUSES

LES MYOTOXICITES MEDICAMENTEUSES LES MYOTOXICITES MEDICAMENTEUSES Sylvie Besch Il n est pas de médicaments qui ne présentent des risques d effets secondaires. Tel est l enseignement que nous renvoient en permanence les centres de pharmacovigilance,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 VASTEN 10 mg, comprimé sécable B/28 Laboratoires Sanofi Aventis pravastatine Liste I Date de l'amm : dernier rectificatif le 25 mai 2005 Motif de la demande

Plus en détail

Pitie Salpetriere Hospital Myopathies nécrosantes auto-immunes: myopathies anti-srp et anti-hmg CoA réductase

Pitie Salpetriere Hospital Myopathies nécrosantes auto-immunes: myopathies anti-srp et anti-hmg CoA réductase Pitie Salpetriere Hospital Myopathies nécrosantes auto-immunes: myopathies anti-srp et anti-hmg CoA réductase Y. Allenbach, Service de Médecine Interne 1 GHPS Cas clinique Mr P Homme de 50 ans Pas d ATCD

Plus en détail

LES CYTOPATHIES MITOCHONDRIALES. Quand? Comment? Dr F. Taithe Centre de référence des neuropathies rares 11/04/2014

LES CYTOPATHIES MITOCHONDRIALES. Quand? Comment? Dr F. Taithe Centre de référence des neuropathies rares 11/04/2014 LES CYTOPATHIES MITOCHONDRIALES Quand? Comment? Dr F. Taithe Centre de référence des neuropathies rares 11/04/2014 Phosphorylation Oxydative NAD+ FAD NADH FADH2 Cycle de Krebs = Voie finale commune de

Plus en détail

Statines. Gilles LEBUFFE. hydroxy-3- méthylglutaryl. coenzymz A (HMG CoA) réductase. (statine)

Statines. Gilles LEBUFFE. hydroxy-3- méthylglutaryl. coenzymz A (HMG CoA) réductase. (statine) SESSION REANIMATION PHARMACOLOGIE Les Statines Pr Gilles LEBUFFE Pôle d Anesthésie- Réanimation Hôpital Huriez, CHRU de Lille, France g-lebuffe@chru-lille.fr 1 Statines Gilles LEBUFFE Pôle d Anesthésie-Réanimation

Plus en détail

Dr N. MATOUGUI Journées de Formation Médicale Continue de Kouba 2010

Dr N. MATOUGUI Journées de Formation Médicale Continue de Kouba 2010 Dr N. MATOUGUI Journées de Formation Médicale Continue de Kouba 2010 Introduction Hypercholestérolémie (HC) est: - Fréquente - Pure ou mixte - Essentielle ou secondaire Facteur de risque cardiovasculaire

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Normolipémiants I. Dyslipidémies II. Classification des normolipémiants III. Propriétés des normolipémiants

Normolipémiants I. Dyslipidémies II. Classification des normolipémiants III. Propriétés des normolipémiants 4287_ Page 887 Mardi, 13. août 2013 12:34 12 > Apogee FrameMaker Noir Normolipémiants C. FERNANDEZ Laboratoire de pharmacie clinique, EA 4123 «Barrières et passage des médicaments», UFR de pharmacie, université

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

VIH & Interactions Médicamenteuses

VIH & Interactions Médicamenteuses VIH & Interactions Médicamenteuses L ABC en quizz K. De Heller & M.Cavassini MIN-IAL, le 21 avril 2005 Ce que je ne vais pas aborder Les interactions médicamenteuses entre les différents antirétroviraux!!!

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN

COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN COMPLICATIONS RHUMATOLOGIQUES DU SYNDROME DE GITELMAN Karine Briot Université Paris Descartes Rhumatologie, Hôpital Cochin Paris LE SYNDROME DE GITELMAN MANIFESTATIONS RHUMATOLOGIQUES Manifestations musculaires

Plus en détail

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez

Système cardiovasculaire - CV CV111 CV110. aliskirène Rasilez aliskirène Rasilez CV111 Pour le traitement de l hypertension artérielle, en association avec au moins un agent antihypertenseur, si échec thérapeutique, intolérance ou contre-indication à un agent de

Plus en détail

Observatoire des statines Octobre 2007

Observatoire des statines Octobre 2007 Observatoire des statines Octobre 2007 Le groupe CODAGE Le groupe CODAGE est un groupe national de travail sur le codage des actes et des prestations de la caisse nationale du RSI. Créé en 1999, il a pour

Plus en détail

Maladies neuromusculaires

Maladies neuromusculaires Ministère de la Santé et des Solidarités Direction Générale de la Santé Informations et conseils Maladies neuromusculaires Lisez attentivement ce document et conservez-le soigneusement avec la carte de

Plus en détail

1. QU EST-CE QUE Pravastatine Zentiva ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISÉ?

1. QU EST-CE QUE Pravastatine Zentiva ET DANS QUELS CAS EST-IL UTILISÉ? NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Pravastatine Zentiva Comprimé sécable Pravastatine Zentiva Comprimé Voie orale Voie orale 10 mg 20 mg 40 mg Votre pharmacien vous a délivré un médicament générique.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE

PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE PRISE EN CHARGE THERAPEUTIQUE DU PATIENT DYSLIPIDÉMIQUE RECOMMANDATIONS Ce document est une actualisation des Recommandations de Bonne Pratique "Prise en charge des dyslipidémies" publiées par l'afssaps

Plus en détail

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin

La vaccination contre le VHB à l heure du consensus. Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin La vaccination contre le VHB à l heure du consensus Ariane Chryssostalis Service d hépatogastroentérologie Hopital Cochin Pourquoi vacciner? Epidémiologie du VHB 370.000.000 de porteurs chroniques du VHB

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 janvier 2006 TAHOR 10 mg, comprimé pelliculé TAHOR 20 mg, comprimé pelliculé TAHOR 40 mg, comprimé pelliculé TAHOR 80 mg, comprimé pelliculé Laboratoires PFIZER atorvastatine

Plus en détail

VIH et. point sur les nouveaux traitements. Danièle Marche Eric Bonnet Service des Maladies Infectieuses Hôpital Purpan. Toulouse

VIH et. point sur les nouveaux traitements. Danièle Marche Eric Bonnet Service des Maladies Infectieuses Hôpital Purpan. Toulouse VIH et co-infections hépatite h B et C : point sur les nouveaux traitements Danièle Marche Eric Bonnet Service des Maladies Infectieuses Hôpital Purpan. Toulouse LES ANTIRETROVIRAUX 4 classes de médicamentsm

Plus en détail

Les médicaments antirétroviraux

Les médicaments antirétroviraux Les médicaments antirétroviraux Décembre 2011 1ère édition Décembre 2011 ACTIF SANTÉ 109 rue Orfila 75020 Paris tél : 0950 796 160 fax : 0955 796 160 web : www.actif-sante.org association loi 1901 J.O.

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 février 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 février 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée de 5 ans à compter du 12 janvier 2001 par arrêté du 20 janvier 2001. TAHOR 20 mg, comprimé

Plus en détail

Cas clinique n 1. Hopipharm. Atelier SFPC. 25 mai 2011

Cas clinique n 1. Hopipharm. Atelier SFPC. 25 mai 2011 Cas clinique n 1 Hopipharm 25 mai 2011 Atelier SFPC Madame X (85 ans, 1m65, 50 kg) est transférée en SSR suite à la pose d une PTH en chirurgie orthopédique. Il s agit d une patiente autonome qui vit seule

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Les statines à l épreuve du temps

Les statines à l épreuve du temps Les statines à l épreuve du temps Alexandre Fredenrich CHU Pasteur, Nice Journées d actualités Thérapeutiques ACCA Mars 2013 Liens d intérêt Conférences, EPU, congrès médicaux avec participation de toutes

Plus en détail

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1

Nouveaux anti-thrombotiques. Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Nouveaux anti-thrombotiques Prof. Emmanuel OGER Pharmacovigilance Pharmaco-épidémiologie Faculté de Médecine Université de Rennes 1 Classification Antithrombines directes o Lépirudine REFLUDAN o Désirudine

Plus en détail

DÉFICIENCE DÉGÉNÉRATIVE DU SYSTÈME MUSCULO-SQUELETTIQUE- article 51.7. 1. Maladie dans laquelle un ou plusieurs organes sont progressivement dégradés.

DÉFICIENCE DÉGÉNÉRATIVE DU SYSTÈME MUSCULO-SQUELETTIQUE- article 51.7. 1. Maladie dans laquelle un ou plusieurs organes sont progressivement dégradés. ANNEXE DÉFICIENCE DÉGÉNÉRATIVE DU SYSTÈME MUSCULO-SQUELETTIQUE- article 51.7 Critères des maladies dégénératives: 1. Maladie dans laquelle un ou plusieurs organes sont progressivement dégradés. 2. Les

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE : Initier et ajuster la pharmacothérapie hypolipémiante en prédialyse. Série : 2000 N 2097. Date de mise en vigueur: Mai 2012

ORDONNANCE COLLECTIVE : Initier et ajuster la pharmacothérapie hypolipémiante en prédialyse. Série : 2000 N 2097. Date de mise en vigueur: Mai 2012 ORDONNANCE COLLECTIVE : Initier et ajuster la pharmacothérapie hypolipémiante en prédialyse Sommaire : Initier et assurer la prise en charge de la pharmacothérapie hypolipémiante chez un usager évalué

Plus en détail

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.

Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H. Les polyradiculonévrites chroniques de l enfant : particularités cliniques et évolutives J.M PEDESPAN NEUROPEDIATRIE C.H.U BORDEAUX Polyradiculonévrites chroniques de l enfant Neuropathies acquises Evolution

Plus en détail

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace

Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Le dilemme d'une réponse immunitaire efficace Pathogène Réponse spécifique - Adaptée - Mémoire Complément Macrophages NK Lymphocytes B Lymphocytes T 1) Distinguer "le soi" du "non soi" 2) Réarrangements

Plus en détail

Liens d intérêt. Aucun

Liens d intérêt. Aucun U961 Traitement des TVP àla phase aiguëen 2012 Stéphane ZUILY MCU-PH Unité de Médecine Vasculaire CHU de Nancy Centre de compétence régional maladies vasculaires rares Université de Lorraine INSERM U961

Plus en détail

Les lipides. Thérapeutique?

Les lipides. Thérapeutique? Thérapeutique? Exercice physique +++ Metformine: pas de risque d hypoglycémie, attention si insuffisance rénale, Sulfonylurées: risque d hypoglycémie, débuter à faible dose Les lipides réserves 97 % =

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses?

Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Les nouveaux anticoagulants oraux : quelles interactions médicamenteuses? Dr Stéphanie Chhun, Pharmacologue (Hôpital Universitaire Necker Enfants-Malades) Pr Stéphane Mouly, Interniste (Hôpital Lariboisière)

Plus en détail

Conflits d intérêts 2014

Conflits d intérêts 2014 Conflits d intérêts 2014 Pr Marc RUIVARD Pas de conflit d intérêt direct pour cette conférence Depuis plus d un an, plus aucun conflit d'intérêt direct avec l'industrie. Avant septembre 2013 (< 3000 /an)

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

LES MICROLESIONS MUSCULAIRES

LES MICROLESIONS MUSCULAIRES LES MICROLESIONS MUSCULAIRES PHYSIOPATHOLOGIE DIAGNOSTIC PRISE EN CHARGE Docteur CASCUA Stéphane Hôpital national de Saint Maurice Les microlésions musculaires CONTRACTURES COURBATURES crampes «brûlures

Plus en détail

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé?

Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? Normolipémiants : quelles limites chez le sujet âgé? René Valéro Service Nutrition-Maladies Métaboliques-Endocrinologie Hôpital de la Timone Marseille Incidence maladies cardiovasculaires du sujet âgé

Plus en détail

Les statines : Mode d emploi en 2004

Les statines : Mode d emploi en 2004 , 25 Septembre 2004 nées d Actualités Thérapeutiques Les statines : Mode d emploi en 2004 Pr Bruno GUERCI CHU de Nancy - b.guerci@chu-nancy.fr STRATEGIE Quelle statine? «Statin-for-all» Lower is better

Plus en détail

Cours de Mme Ollivier. Le 17.12.2008

Cours de Mme Ollivier. Le 17.12.2008 Pharmacologie de la pathologie VIH : Les anti-rétroviraux Rôle infirmier dans la prise en charge du patient sous ARTV : éducation, prévention et gestion des effets secondaires Cours de Mme Ollivier Le

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI)

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI) 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Vitalipid Novum Adult, solution à diluer pour perfusion Vitalipid Novum Infant, solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Vitalipid Novum

Plus en détail

129 - II DYSLIPIDEMIES ATHEROGENES JM Fauvel 2009

129 - II DYSLIPIDEMIES ATHEROGENES JM Fauvel 2009 ( Plan ) 129 - II DYSLIPIDEMIES ATHEROGENES JM Fauvel 2009 Classification Traitement Moyens diététique résine : colestyramine QUESTRAN fibrates de 2e génération inhibiteurs de la HMG CoA réductase : statines

Plus en détail

LES MYOPATHIES INFLAMMATOIRES : Diagnostic et nouvelles classifications Stratégie thérapeutique

LES MYOPATHIES INFLAMMATOIRES : Diagnostic et nouvelles classifications Stratégie thérapeutique LES MYOPATHIES INFLAMMATOIRES : Diagnostic et nouvelles classifications Stratégie thérapeutique Dr Anne TOURNADRE Service de Rhumatologie CHU Clermont-Ferrand Les Myopathies Inflammatoires Idiopathiques

Plus en détail

Traitements de l hépatite B

Traitements de l hépatite B Traitements de l hépatite B S Matheron Service des maladies infectieuses et tropicales A Hôpital Bichat-Claude Bernard Virus de l hépatite B: histoire naturelle Contage Hépatite aigüe 70% asymptomatique

Plus en détail

Corticoïdes et Muscle

Corticoïdes et Muscle Corticoïdes et Muscle rofesseur ierre Kaminsky Médecine Interne orientée vers les Maladies Orphelines et Systémiques Centre de Référence des Maladies Héréditaires du Métabolisme et Centre de Référence

Plus en détail

Les effets indésirables des médicaments antirétroviraux

Les effets indésirables des médicaments antirétroviraux Les effets indésirables des médicaments antirétroviraux Janvier 2013 Introduction Au fil des années, la prise des médicaments antirétroviraux est devenue plus simple et moins contraignante. Mais elle comporte

Plus en détail

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien?

Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Maladie d Alzheimer et Cholestérol: Existe-t-il un lien? Dr. Sébastien FEUILLETTE Laboratoire de Génétique Moléculaire CHU Rouen 10 décembre 2009 Cholestérol et Alzheimer: des arguments Facteurs de risque

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

Physiologie du Muscle Strié Squelettique

Physiologie du Muscle Strié Squelettique Module Appareil Locomoteur DFGSM S4 Physiologie du Muscle Strié Squelettique «Notions de Physiologie Appliquée» Docteur Fabien PILLARD, MCU-PH Service d Exploration de la Fonction Respiratoire et de Médecine

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE

LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE LA PSEUDO-POLYARTHRITE RHIZOMELIQUE I. INTRODUCTION II. DIAGNOSTIC POSITIF 1. SIGNES GENERAUX 2. SIGNES ARTICULAIRES 3. SIGNES OPHTALMOLOGIQUES SI MALADIE DE HORTON ASSOCIEE 4. SIGNES BIOLOGIQUES 5. RADIOGRAPHIES

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX CONSOMMATEURS. Qu est-ce que je devrais savoir en tout premier lieu au sujet de VIDEX EC?

RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX CONSOMMATEURS. Qu est-ce que je devrais savoir en tout premier lieu au sujet de VIDEX EC? RENSEIGNEMENTS DESTINÉS AUX CONSOMMATEURS Qu est-ce que je devrais savoir en tout premier lieu au sujet de VIDEX EC? VIDEX EC est indiqué dans le traitement des adultes infectés par le VIH (virus d immunodéficience

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies

Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Endocrino.net Polycopié national Page 1 sur 10 Les recommandations 2005 sur la prise en charge des dyslipidémies Les messages clés 1) Tous les patients qui ont soit une augmentation des triglycérides (>1,50

Plus en détail

Centre de santé et de services sociaux N o protocole : 3.19. du Nord de Lanaudière PROTOCOLE MÉDICAL

Centre de santé et de services sociaux N o protocole : 3.19. du Nord de Lanaudière PROTOCOLE MÉDICAL Centre de santé et de services sociaux N o protocole : 3.19 du Nord de Lanaudière PROTOCOLE MÉDICAL Nom du protocole : Le suivi des résultats de laboratoire et l ajustement de la posologie des hypolipémiants

Plus en détail

Hépatites médicamenteuses

Hépatites médicamenteuses Hépatites médicamenteuses Philippe Sogni DES 13-Oct-2007 38 Hépatites médicamenteuses Hépatite Inflammation du foie médicamenteuse liée à la prise d un médicament M Enzyme (Cytochrome p 450) Enzyme (Cytochrome

Plus en détail

Lésions inflammatoires du muscle à l IRM. F. KOSKAS, E. DION, D. ZEITOUN, P. GRENIER Salpêtrièrere Service de Radiologie Paris - France

Lésions inflammatoires du muscle à l IRM. F. KOSKAS, E. DION, D. ZEITOUN, P. GRENIER Salpêtrièrere Service de Radiologie Paris - France Lésions inflammatoires du muscle à l IRM F. KOSKAS, E. DION, D. ZEITOUN, P. GRENIER Pitié-Salpêtri Salpêtrièrere Service de Radiologie Paris - France Plan de l él étude Introduction Technique de l examenl

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison

F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison F Andrianjafison, ON Rakotomalala, MMO Razanaparany, H Rakotoharivelo, OH Rakotonirainy, S Ralandison Après-Midi Rhumato, février 2014, CHU JRB Antananarivo Maladies inflammatoires : désordres inflammatoires

Plus en détail

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens

Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille Troubles posturaux et syndromes parkinsoniens Pr Luc Defebvre Service de Neurologie et Pathologie du Mouvement, CNRS 3291, CHRU, Lille Janvier 2010 Place

Plus en détail

Guillain Barré syndrome

Guillain Barré syndrome Guillain Barré syndrome GB et Strohl: il y a 1 siècle (mais avant eux Landry en 1859!) Paralysie aiguë avec aréflexie Récupération spontannée Dissociation albubinocytologique Epidemiologie Incidence: 1.2

Plus en détail

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé

Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Capacité de gérontologie clinique Vendredi 6 mai 2011 Le Syndrome de Gougerot Sjögren du sujet âgé Dr H Gil Praticien Hospitalier Centre de Compétences des maladies systémiques et auto-immunes rares de

Plus en détail

Maladies auto-immunes

Maladies auto-immunes Perturbation des mécanismes de sélection des lymphocytes 1 Perturbation des mécanismes d apoptose Maladies auto-immunes Anomalie de la régulation du système immunitaire Réseau des cytokines Réseau idiotypique

Plus en détail

Innovations thérapeutiques en transplantation

Innovations thérapeutiques en transplantation Innovations thérapeutiques en transplantation 3èmes Assises de transplantation pulmonaire de la région Est Le 16 octobre 2010 Dr Armelle Schuller CHU Strasbourg Etat des lieux en transplantation : 2010

Plus en détail

Université de Monastir MEDICAMENTS DES AFFECTIONS ENDOCRINIENNES ET METABOLIQUES

Université de Monastir MEDICAMENTS DES AFFECTIONS ENDOCRINIENNES ET METABOLIQUES Université de Monastir MEDICAMENTS DES AFFECTIONS ENDOCRINIENNES ET METABOLIQUES Certificat Coordonné 4 4 ème année pharmacie Année Universitaire 2014/ 2015 Normolipémiants Cours de Chimie Thérapeutique

Plus en détail

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire

1. L énergie de la contraction musculaire provient de l hydrolyse de l ATP 1.1. La contraction musculaire LA CHIMIE DE L EFFORT Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort Magnésium et effort musculaire A) Les différentes sources d énergie du muscle lors de l effort 1. L énergie de la contraction

Plus en détail

Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc

Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc Aspects pharmacologiques des molécules anti-vhc Caroline SOLAS Laboratoire de Pharmacocinétique et Toxicologie CHU Timone, Marseille CRO2, INSERM U911 Faculté de Pharmacie, Marseille Principales Caractéristiques

Plus en détail

LA DOULEUR PEUT SURGIR N IMPORTE O

LA DOULEUR PEUT SURGIR N IMPORTE O LA DOULEUR PEUT SURGIR N IMPORTE O La douleur est imprévisible La douleur est un signal d alarme. Son seul rôle est de vous indiquer que quelque chose d anormal est en train de se passer dans votre corps.

Plus en détail

Le diabète MODY 5 chez l enfant

Le diabète MODY 5 chez l enfant Le diabète MODY 5 chez l enfant Jacques Beltrand Endocrinologie et diabétologie pédiatrique, Hôpital Necker Enfants Malades, Paris Le diabète Symptômes + glycémie 2 g/l (moment au hasard) ou Glycémie à

Plus en détail

Les traitements médicamenteux du syndrome de sevrage

Les traitements médicamenteux du syndrome de sevrage du syndrome de sevrage Molécules disponibles - Méprobamate (Equanil ) - Action non démontrée dans des études contrôlées. - Pas d activité anti-comitiale propre. - Risque létal en cas d intoxication volontaire

Plus en détail

Tableau comparatif des IgIV

Tableau comparatif des IgIV I. Information sur la formulation Tableau comparatif des IgIV Formulation Lyophilisée Liquide Liquide Liquide Concentration Dispositif d administration fourni? Contenu en IgA 5 % ou 10 % après 9-11 % 9,0-11,0

Plus en détail

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales.

HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. HYPERTENSION ARTERIELLE ET GROSSESSE MC AUMONT POINTS IMPORTANTS. 1) L HTA représente la première cause de morbidité et de mortalité périnatales. 2) Physiologiquement, la pression artérielle baisse au

Plus en détail

Centre de Santé et de Services sociaux. Protocole médical. Approuvé par : le CMDP du CSSS de Québec-Nord le 8 février 2012dd

Centre de Santé et de Services sociaux. Protocole médical. Approuvé par : le CMDP du CSSS de Québec-Nord le 8 février 2012dd Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DU PROTOCOLE: En lien avec les ordonnances: OC-31 et OC-32 Protocole médical Nom de l ordonnance: Le suivi des résultats de laboratoire et l

Plus en détail

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT

BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT BESOINS ENERGETIQUES DE L'EFFORT Sommaire Introduction A. La molécule d ATP 1. L ATP comme source d énergie 2. Les besoins en ATP lors de l effort B. Les filières de resynthèse de l ATP 1. La filière anaérobie

Plus en détail

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine)

La particule lipidique. Les Dyslipidémies. Lipoprotéine. Apolipoprotéines. La lipoprotéine = Lipides + protéines (apolipoprotéine) Les Dyslipidémies La particule lipidique N 129. Facteurs de risque cardio-vasculaire et prévention. Expliquer les facteurs de risques cardio-vasculaire et leur impact pathologique Expliquer les modalités

Plus en détail

Les douleurs fonctionnelles en Rhumatologie. Dr Christian Cadène SOFOMEC 17 mars 2011

Les douleurs fonctionnelles en Rhumatologie. Dr Christian Cadène SOFOMEC 17 mars 2011 Les douleurs fonctionnelles en Rhumatologie Dr Christian Cadène SOFOMEC 17 mars 2011 Douleurs fonctionnelles ou psychogènes La douleur est la cause la plus fréquente de consultation en rhumatologie C

Plus en détail

Difficultés diagnostiques des myopathies : CAT devant des CPK élevées et/ou des myalgies

Difficultés diagnostiques des myopathies : CAT devant des CPK élevées et/ou des myalgies Difficultés diagnostiques des myopathies : CAT devant des CPK élevées et/ou des myalgies Pr Patrick CHERIN Médecine Interne CHU Pitié-Salpétrière 75013 PARIS ANATOMIE DU MUSCLE Faisceau musculaire Fibre

Plus en détail

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX

Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants. Docteur Christine BOITEUX Hémostase et Endocardite Surveillance des anticoagulants Docteur Christine BOITEUX Théorie Endocardites et anticoagulation POUR Thromboses Emboles septiques CONTRE Favorise emboles septiques et diffusion

Plus en détail

Noémie Fransois Thibaut Rommens Pierre Cappy

Noémie Fransois Thibaut Rommens Pierre Cappy oémie Fransois Thibaut Rommens Pierre Cappy Mai 2004 1 Pathologie :dyslipidémie CLASSIFICATI DE FREDERICKS Hypertriglycéridémies pures : type I : hypertriglyceridémie exogène type V : hypertriglycéridémie

Plus en détail

Aspects pratiques du traitement de la MTEV

Aspects pratiques du traitement de la MTEV JFA Aspects pratiques du traitement de la MTEV 1 er février 2013 Isabelle Mahé Hôpital Louis Mourier Médecine Interne APHP, Université Paris 7 Conflits d intérêt Conseil en développement Daiichi Sankyo,

Plus en détail

Diagnostic. des maladies neuromusculaires REPÈRES JANVIER 2010 SAVOIR ET COMPRENDRE

Diagnostic. des maladies neuromusculaires REPÈRES JANVIER 2010 SAVOIR ET COMPRENDRE AFM - L. Audinet AFM - L. Audinet AFM - L. Audinet Diagnostic des maladies neuromusculaires JANVIER 2010 Le diagnostic d une maladie neuromusculaire repose sur un interrogatoire minutieux, un examen clinique

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015

L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 L hépatite C pas compliqué! Véronique Lussier, M.D., F.R.C.P.C. Gastroentérologue Hôpital Honoré-Mercier 16 avril 2015 Objectifs de la présentation Décrire l évolution clinique et la prise en charge d

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique?

Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Les nouveaux anticoagulants oraux sont arrivé! Faut il une surveillance biologique? Références : Pr Samama Journée de Biologie Praticienne Décembre 2011 I. Gouin-Thibault Journée de Biologie Clinique 2012

Plus en détail

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ)

Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) Prise en charge du myélome multiple (hors traitement symptomatique) B. Demoré Avril 2011 (MAJ) 1 Définition Hémopathie maligne grave d étiologie inconnue caractérisée par la prolifération de plasmocytes

Plus en détail

Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012. Les pathologies liées au déficit en protéines du complément

Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012. Les pathologies liées au déficit en protéines du complément + Damien AMOUYEL Service d immunologie CHRU Lille Novembre 2012 Les pathologies liées au déficit en protéines du complément + Rappels sur le complément n Ensemble de protéines plasmatiques et membranaires

Plus en détail

Le CoEnzyme Q 10 ou ubiquinone: un antioxydant particulier

Le CoEnzyme Q 10 ou ubiquinone: un antioxydant particulier C A R D I O Le CoEnzyme Q 10 ou ubiquinone: un antioxydant particulier Joël Pincemail 1, 2, Jean-Olivier Defraigne 2 Keywords: coenzyme Q10 oxidative stress Introduction Radicaux libres, stress oxydant,

Plus en détail

Moi ou mon enfant sous cortisone

Moi ou mon enfant sous cortisone Moi ou mon enfant sous cortisone Quelles conséquences? Isabelle Koné-Paut Pédiatrie Générale, Rhumatologie CHU de Bicêtre 94270 Le Kremlin-Bicêtre La cortisone, une hormone H H Organe 1 Organe 2 H Sang

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1

AVIS DE LA COMMISSION. 22 décembre 2004. HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 22 décembre 2004 HYALGAN 20 mg/2 ml, solution injectable par voie intra-articulaire en seringue pré-remplie B/1 Laboratoires EXPANSCIENCE

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences?

Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Les nouveaux anticoagulants ont ils une place aux Urgences? Emmanuel Andrès Service de Médecine Interne Diabète et Maladies métabolique Clinique Médicale B - CHRU de Strasbourg Remerciements au Professeur

Plus en détail

ANREF vs ANR ou RDA américains

ANREF vs ANR ou RDA américains Vitamines Substances organiques essentielles Ne libèrent pas d énergie facilitent les rx libératrices d énergie Une carence produit des signes et symptômes Vitamines liposolubles Vitamines hydrosolubles

Plus en détail