Moniteur Suisse L'économie suisse poursuit son «super-cycle»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Moniteur Suisse L'économie suisse poursuit son «super-cycle»"

Transcription

1 Global Research Swiss Issues Conjoncture Septembre 213 Moniteur Suisse L'économie suisse poursuit son «super-cycle»

2 Impressum Editeur Giles Keating Head of Research for Private Banking and Wealth Management Oliver Adler Head Economic Research Image de couverture Copyright: NOAA / MeteoSwiss (16. April 23) Impression GDZ print, Zürich Clôture de rédaction 6 septembre 213 Visitez notre site Internet Copyright Ce document peut être cité en mentionnant la source. Copyright 213 Credit Suisse Group AG et/ou sociétés liées. Tous droits réservés. Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 2

3 Editorial Chère lectrice, cher lecteur Basé à Genève, le World Economic Forum (WEF) a récemment désigné la Suisse pays le plus compétitif au monde pour la cinquième fois consécutive. Parmi les raisons de ce succès figurent la force d innovation de notre industrie ainsi que la stabilité macro-économique du pays. Dans les faits, la croissance de l économie suisse devrait se révéler cette année encore meilleure que ce que laissaient attendre les pronostics, déjà jugés passablement optimistes. Et comme vous pourrez le lire dans notre analyse conjoncturelle en page 6, la croissance pour l année prochaine s annonce même encore plus vigoureuse: selon nos prévisions, la consommation privée restera robuste et les exportations s accéléreront. En dépit de toutes ces bonnes nouvelles subsiste toutefois un certain trouble. A l échelle mondiale, la question de la durabilité de la reprise faisant suite à la crise financière se pose. Une reprise obtenue à grand renfort de mesures de politique monétaire extrêmes, qui ont entraîné les bilans des banques centrales des grands pays industriels vers des plus hauts historiques et fait chuter les taux d intérêt à des planchers tout aussi vertigineux. Pour échapper à l environnement de taux zéro, beaucoup de capitaux ont fui vers des pays et des secteurs promettant à première vue des rendements attractifs. Dans de nombreux pays émergents, ces apports ont artificiellement prolongé le «super-cycle» d avant la crise. Aujourd hui, alors que la Banque centrale américaine s apprête à endiguer l afflux de liquidités, ces capitaux reprennent le chemin inverse, ce qui provoque des distorsions sur les marchés financiers des pays concernés. Reste à savoir si le super-cycle sera suivi d un atterrissage en douceur (ce que nous espérons) ou débouchera sur une crise. Nous détectons d ailleurs également un super-cycle s agissant de l économie suisse, qui pour l essentiel trouve également son origine dans le contexte international. Depuis la crise financière, des capitaux considérables ont cherché refuge dans le franc suisse une évolution encore renforcée par la crise de l euro. Cela a entraîné les taux d intérêt helvétiques vers des planchers encore plus bas qu ailleurs et l économie, notamment le secteur immobilier un peu comme dans certains pays émergents s est énormément accélérée. Deuxième pilier du supercycle suisse, l immigration reste très dynamique, renforçant ainsi la demande de biens, de services et de logements. Effet secondaire de ce super-cycle et c est là que le trouble prend sa source l endettement hypothécaire a connu une progression inhabituellement forte dans le pays. Contrairement aux banques centrales des pays émergents menacés par la crise, la Banque nationale suisse ne devrait pas relever les taux d intérêt durant un certain temps encore, car ceci augmenterait de nouveau la pression à l appréciation sur le franc. Avec un peu de chance, elle pourra éventuellement abandonner son cours de change plancher vis-à-vis de l euro voir notre article en page 13 pour en savoir plus. Cela signifie que l environnement de taux plancher, et donc la base même d une poursuite du super-cycle, va perdurer. D autres mesures de modération les fameuses interventions «macroprudentielles» paraissent toutefois indispensables. Car même si celles-ci provoquent des distorsions, il semble judicieux de juguler le super-cycle pour éviter qu il ne donne naissance à une crise. Dr. Oliver Adler Head Economic Research Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 3

4 Sommaire Conjoncture mondiale L accélération de la croissance aux Etats-Unis, la reprise au Japon et le désamorçage de la crise de l euro ont amélioré les opportunités d exportation pour la Suisse, même si la croissance des pays émergents a quelque peu ralenti. Conjoncture Suisse La croissance du produit intérieur brut (PIB) devrait accélérer à 2% en 214 (213: 1,8%). Le léger ralentissement de la dynamique intérieure devrait être surcompensé par le rebond de l industrie d exportation. Branches Le franc fort et la faible demande à l étranger ont mis les entreprises exportatrices suisses à rude épreuve. Dans l industrie, cette évolution a encore accéléré le clivage entre branches structurellement fortes et secteurs plus faibles. Débat en Suisse Sur la scène internationale, la Suisse est souvent encensée, voire enviée. Et pour cause, comme en attestent les chiffres: les finances publiques sont saines, le taux de chômage reste faible et la croissance économique est dynamique. Mais attention! L histoire a montré qu un excès de triomphalisme peut faire oublier de préparer correctement l avenir. Une bonne raison pour analyser plus en détail dix des qualités souvent prêtées à l économie suisse. Politique monétaire La Fed s apprête à mettre un terme à sa politique monétaire ultraexpansionniste, la reprise de l économie s affermissant aux Etats-Unis. La situation sur le marché du travail, à laquelle la Fed souhaitait remédier grâce à sa politique monétaire non conventionnelle, s améliore progressivement. La reprise s annonce aussi en Suisse et la Banque nationale suisse (BNS) mène également une politique monétaire sortant de l ordinaire par le biais du taux de change plancher avec l'euro de 1.2. Quand va-t-elle amorcer sa sortie? Immobilier La croissance du volume hypothécaire et sa comparaison avec le PIB sont souvent utilisées pour mesurer le degré de surchauffe du marché immobilier. Mais se limiter à l observation de l évolution actuelle occulte le fait qu il a fallu des décennies pour que se forme l important volume hypothécaire actuel, et qu il ne s agit pas d une nouveauté. Régions Quels sont les cantons suisses ayant le mieux tiré leur épingle du jeu sur fond de turbulences économiques mondiales en 211 avec crise de la dette dans la zone euro et forte appréciation du franc? Ce sont des cantons comme Neuchâtel et Schaffhouse, qui ont profité du boom de l industrie horlogère et de la forte demande asiatique. Le Valais et Zoug ont en revanche essuyé un repli de leur performance économique. Débat conjoncturel Les indicateurs avancés reposant sur des sondages sont devenus des instruments de base de la recherche conjoncturelle et apportent une précieuse contribution à l évaluation de l évolution économique future. Ils restent cependant très sensibles à la situation conjoncturelle prédominante et peuvent non seulement être influencés par des faits, mais aussi par les fluctuations de l état d esprit général Agenda politico-économique 26 Prévisions et indicateurs 29 Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 4

5 Conjoncture mondiale Le contexte global s améliore L accélération de la croissance aux Etats-Unis, la reprise au Japon et le désamorçage de la crise de l euro ont amélioré les opportunités d exportation pour la Suisse, même si la croissance des pays émergents a quelque peu ralenti. Zone euro: le risque de récession et de crise diminue Etats-Unis: retour à une croissance plus vigoureuse Des pays émergents un peu moins dynamiques A l été 212, de nombreux investisseurs et beaucoup d entreprises craignaient encore que l euro dans sa forme actuelle puisse bien disparaître très prochainement. L annonce faite à l automne suivant par la Banque centrale européenne (BCE) de son intention de racheter des volumes illimités d emprunts d Etat afin de contenir le cas échéant les frais de financement publics a cependant permis de désamorcer cette situation. Les frais de financement plus bas pour les Etats (cf. figure 1), et donc pour les entreprises et les consommateurs, dans les pays plus faibles de la zone euro et le léger assouplissement de la politique de rigueur ont permis à l économie de renouer avec la croissance. Les enquêtes menées auprès des entreprises industrielles laissent présager une poursuite de la reprise en 214 (cf. figure 2). Bien sûr, de nombreux défis subsistent et seules des réformes structurelles seront à même de garantir une augmentation durable de la croissance. Ceci dit, la réduction des déséquilibres dans les finances publiques et les balances commerciales combinée à la garantie implicite donnée par la BCE réduisent le risque d un ravivement de la crise financière dans la zone euro. Le marché du travail américain poursuit son rétablissement, également soutenu par la normalisation de l activité sur le marché du logement. Après des années d expansion de son bilan, la Fed prépare les marchés à l interruption de ses rachats obligataires. La politique des taux devrait néanmoins rester très expansionniste et après les efforts d économie de cette année la tendance à la croissance s accélérer aux Etats-Unis. Les pays émergents devraient connaître une croissance un peu moins vigoureuse qu avant et après la crise mondiale. En Chine notamment, mais aussi au Brésil, la croissance des dernières années a été alimentée par une nette augmentation du volume de crédits octroyés. Or, ce moteur s est déjà affaibli et la progression plus lente d un endettement difficilement finançable à long terme est ainsi encore freinée. Il en résulte une croissance plus modérée (qui devrait cependant se révéler moins sensible à la crise), mais toujours plus robuste que dans les pays industrialisés. Figure 1 Figure 2 Prime de risque par rapport aux emprunts d Etat allemands Les enquêtes indiquent une amélioration de la croissance En % / durée résiduelle 1 ans Indice des directeurs d achat 7, 6 6, Italie Espagne 55 5, 5 4, 45 3, Etats-Unis 2, 4 Zone euro 1, 35 Chine Seuil de croissance Source: Bloomberg Source: Bloomberg Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 5

6 Conjoncture Suisse L économie suisse poursuit son «super-cycle» La croissance du produit intérieur brut (PIB) devrait accélérer à 2% en 214 (213: 1,8%). Le léger ralentissement de la dynamique intérieure devrait être surcompensé par le rebond de l industrie d exportation. Faibles taux d intérêt et immigration dynamique Le super-cycle se renforce pour le moment de lui-même Croissance du PIB en 214: 2,% Immigration et taux d intérêt sont actuellement les piliers de l économie nationale. Depuis l entrée en vigueur de la libre circulation des personnes en 22, la Suisse a accueilli chaque année un nombre (net) d immigrants équivalent à la population de la ville de St-Gall. L immigration revêt par conséquent une grande importance tant pour l évolution de la consommation que pour le marché immobilier. Souvenons-nous: malgré la récession et la crise financière, la consommation privée a progressé de presque 3 milliards CHF entre 28 et 213. Notre analyse montre que cette croissance est attribuable pour près d un quart à l immigration (cf. figure 1). Les faibles intérêts hypothécaires allègent le budget des propriétaires immobiliers et grâce au couplage des loyers et des taux d intérêt celui des locataires au moins en partie. Pour s acquitter des taux d intérêt, un ménage verse aujourd hui 18 CHF de moins qu en 28 (cf. figure 2) soit la valeur d une petite voiture. L impact des taux d intérêt et de l immigration sur la croissance est encore renforcé par des effets en retour et les interdépendances: la croissance de la consommation stimule ainsi la création d emplois, laquelle influe positivement sur ces deux piliers majeurs de la croissance de la consommation que sont l immigration et les consommateurs. Alimenté par les taux d intérêt et l immigration, le boom de l immobilier favorise également la création de postes, qui attirent de nouveaux immigrants complétant le cercle. Simultanément, l endettement moyen des ménages augmente. L économie suisse se trouve manifestement dans un «super-cycle». Nous tablons sur une poursuite du super-cycle en 214. L immigration devrait se maintenir à son niveau actuel, la dynamique plus vigoureuse en provenance du Sud de l Europe compensant le ralentissement observé au Nord. Les taux d intérêt devraient certes augmenter, mais les taux des nouvelles hypothèques demeureront plus favorables que ceux des anciennes arrivant à échéance, d où le prolongement des économies liées au taux d'intérêt. A notre sens, la dynamique de l économie nationale ne devrait que légèrement ralentir. La croissance devrait se renforcer l année prochaine sous l effet conjugué du rebond de l industrie d exportation la récession touche à sa fin dans la zone euro, l économie américaine accélère et la situation sur le front des cours de change perd de son acuité et du retour de la propension à investir. Nous tablons sur une croissance du PIB de 2,%, contre 1,8% cette année. Figure 1 Figure 2 L immigration, pilier de la croissance de la consommation Epargne élevée grâce à de faibles taux d intérêt nominaux Parts dans la croissance de la consommation en % 1% 8% Economies d intérêts hypothécaires par ménage propriétaire par rapport à 28, en CHF 2' 18' 16' 6% 14' 12' % 1' 8' 2% 6' % Immigrants Population 4' 2' Source: Office fédéral de la statistique, SECO, Credit Suisse Source: Banque nationale suisse, FINMA, Office fédéral de la statistique, Credit Suisse Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 6

7 Conjoncture Suisse La croissance des exportations devrait doubler Nous tablons sur une accélération de la croissance des exportations à 5,% en 214 (après 2,% en 213) suite à la reprise économique dans les principaux pays acheteurs, UE en tête. A cela s ajoute que le renchérissement devrait rester plus faible en Suisse qu à l étranger, ce qui équivaut à une dépréciation réelle du franc, puisque les coûts augmentent moins rapidement pour les entreprises helvétiques que pour leurs concurrents internationaux. Par ailleurs, l effet d une modification statistique intervenue dans le recensement des exportations d électricité et faisant en sorte que les chiffres actuels semblent plus mauvais qu avec l ancienne méthode va s estomper en 214. L Administration fédérale des douanes (AFD) estime la réduction du volume des exportations de marchandises imputable à ce changement à environ 3-5 milliards CHF, soit 1% des exportations totales. Exportations de marchandises Indice, nominal, désaisonnalisé, moyenne sur 6 mois, janv. 25 = Allemagne France Europe périphérique (GIIPE) Etats-Unis Total Source: AFD, Credit Suisse (GIIPE: Grèce, Italie, Irlande, Portugal, Espagne) Ralentissement de la croissance de la consommation En 214, la croissance de la consommation devrait rester inférieure au niveau de 213 (1,6% contre 1,8%). Le cercle vertueux alimenté par les taux d intérêt, l immigration et la création d emplois se poursuit, mais la consommation privée perd un peu de sa dynamique. Outre certains effets de saturation les achats de voitures ont p. ex. été précipités pour profiter des «actions d euro-rabais» et cette demande fait maintenant défaut, la faible progression des salaires réels freine la croissance. Les salaires nominaux devraient certes augmenter de,8% en 214 (après,8% en 213), mais le retour en territoire positif du renchérissement (,6% après -,1%) fera stagner le pouvoir d achat, d où une hausse des salaires réels d un tiers moins élevée qu en 213. Consommation privée Evolution des salaires en rythme annuel 3.% Evolution salaires réels 2.5% Evolution salaires nominaux 2.% Inflation 1.5% 1.%.5%.% -.5% -1.% Source: Office fédéral de la statistique, Credit Suisse Taux de chômage en légère progression Nous tablons sur une légère augmentation du taux de chômage en 214 à 3,3% et une poursuite de la lente dégradation de la situation sur le marché du travail perdurant depuis maintenant deux ans. La hausse tendancielle du chômage concerne pratiquement toutes les branches, construction en tête en dépit de la création continue de nouveaux emplois dans le secteur. De toute évidence, les modifications structurelles surcompensent ici l embellie conjoncturelle. Le recours à la réduction de l horaire de travail reste négligeable et tend à diminuer légèrement. Marché du travail Emploi (désaisonnalisé) et taux de chômage (moyenne sur 12 mois) dans la construction 335, 8% Emploi construction Taux chôm. construction (axe de droite) 33, 7% 325, 6% 32, 5% 315, 4% 31, 3% 35, 3, % 1% Source: Office fédéral de la statistique, SECO, Credit Suisse Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 7

8 Conjoncture Suisse Les prix repartent à la hausse en 214 Nous pensons que le niveau des prix repartira à la hausse dans les mois à venir, au terme de presque deux ans de renchérissement négatif. D une part, les avantages de change liés à la vigueur du franc sont de moins en moins répercutés; d autre part, les prix augmentent sur les marchés mondiaux, notamment ceux du pétrole. Il ne peut cependant pas être question de pression inflationniste, le taux d utilisation des capacités et la hausse des salaires étant trop faibles. En outre, grâce à leur corrélation avec les taux d intérêt et en dépit de l envolée des prix de l immobilier, les loyers ne connaissent qu une augmentation modérée. Nous tablons pour 214 sur une hausse de l indice des prix à la consommation de,6%, après un repli de,1% en 213. Inflation Contributions à la croissance en % Denrées alimentaires Alcool Vêtements Logement/énergie Mobilier Santé Transports Télécommunications Loisirs Enseignement Hôtels/restaurants Autres Source: Office fédéral de la statistique; à partir d août 213: prévision Credit Suisse L activité d investissement reste soutenue Jusqu au début 213, la croissance des investissements était alimentée par les faibles taux d intérêt et la nécessité d optimiser les processus afin de rester compétitif sur fond de vigueur du franc. Depuis, le récent rebond sur les marchés financiers a encore attisé la propension à investir, puisqu une valorisation plus élevée de l entreprise incite à des investissements de remplacement et d extension. De fait, la hausse du cours de l action s accompagne souvent d un accroissement des investissements d équipement, les liens de causalité n étant toutefois pas vraiment établis. Par ailleurs, la reprise durable de l économie mondiale augmente la demande d investissements. Pour 214, nous tablons sur une accélération de la dynamique d investissement à 4,% (après 2,% en 213). Investissements d équipement Variation par rapport à l année précédente, en % Investissements d équipement réels (axe dr.) Source: SECO, Bloomberg Swiss Market Index (SMI) Le bâtiment réaccélère Les investissements de construction repartent à la hausse cette année et compensent le repli temporaire de 2,9% de 212. Toutefois, la pénurie de capacités empêche toujours la branche de transformer l intense activité de planification de nouvelles surfaces commerciales et d habitation en croissance de son chiffre d affaires et de réduire le nombre de logements en construction. La demande de travaux de génie civil restera élevée en 214. Le financement de ces travaux étant actuellement assuré par le faible niveau des taux d intérêt, le chiffre d affaires devrait demeurer à un niveau élevé. Pour 214, nous tablons sur une croissance des investissements de construction de 2,%. Investissements de construction Volume trimestriel désaisonnalisé et non désaisonnalisé, en mio. CHF 13' 12'5 12' 11'5 11' 1'5 1' 9'5 9' Source: SECO Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 8

9 Branches Le franc fort renforce le clivage dans l industrie Le choc lié au franc fort et à la faible demande à l étranger a mis les entreprises exportatrices suisses à rude épreuve. Dans l industrie, cette évolution a encore accéléré le clivage entre branches structurellement fortes et secteurs plus faibles. Branches structurellement fortes: nouveaux records d exportations en dépit du choc économique Fidèles à la maxime schumpeterienne de la «destruction créatrice» et un peu comme les révolutions technologiques, les chocs économiques se soldent toujours par des gagnants et des perdants. L évolution stylisée des chiffres des exportations meilleur indicateur pour évaluer l état de l industrie d exportation reflète l accentuation du clivage entre branches structurellement fortes et secteurs plus faibles dans le sillage du choc de la demande lié à la crise de 29 et de la rapide appréciation du franc (figures 1 et 2). Les branches structurellement fortes ont bien résisté, p.ex. l industrie pharmaceutique. Grâce à un excellent positionnement produits innovants et demande peu sensible au prix, les exportations de la branche affichent aujourd hui un niveau record historique, dépassant de 12% le maximum atteint avant la crise. L industrie pharmaceutique caracole d ailleurs depuis des années en tête de l évaluation chances-risques du Credit Suisse. L industrie horlogère se porte également bien, ses exportations devançant même de presque 25% leur niveau d avant la crise. Egalement classée parmi les gagnants dans la figure 1, l industrie alimentaire est principalement orientée sur le marché national et n obtient qu une évaluation chances-risques moyenne dans notre modèle sectoriel. La branche dispose cependant aussi d entreprises axées à l international, qui bénéficient d un excellent positionnement structurel et établissent régulièrement de nouveaux records d exportations. Secteurs plus faibles: report plus marqué de la chaîne de création de valeur vers l étranger La faible demande et la vigueur du franc ont en revanche lourdement pesé sur de nombreux secteurs de l industrie traditionnelle. Les machines et l électrotechnique, avec 114 employés principal secteur industriel du pays, ont ainsi vu leurs exportations s effondrer de près de 25% par rapport au maximum atteint avant la crise (figure 2). La situation est encore plus sombre dans le papier et le textile, en proie à des problèmes structurels. Pour l industrie du papier, les recettes à l exportation se sont repliées de 4% depuis leur plus haut de la mi-28. Dans ces branches, il faut s attendre à ce qu une grande partie de la demande étrangère disparue ne revienne jamais. La mutation structurelle renforce notamment le report vers l étranger d une partie de la chaîne de création de valeur p.ex. l industrie de l habillement: les sièges internationaux ainsi que les fonctions d administration et de service ont davantage été implantés en Suisse, tandis que la base industrielle a généralement quitté le pays. Les précédentes phases de mutation structurelle accélérée nous enseignent cependant qu à long terme, l industrie devrait ressortir renforcée du «carcan du franc». Figure 1 Figure 2 Branches exportatrices: les gagnants Branches exportatrices: les perdants Exportations nominales (somme sur 4 trimestres), indexée: 1 = valeur trimestrielle maximale avant la crise. Durée de la crise: T4/28 à T1/21 Exportations nominales (somme sur 4 trimestres), indexée: 1 = valeur trimestrielle maximale avant la crise. Durée de la crise: T4/28 à T1/ Industrie des machines et de l'électrotechnique Textile Papier Total (hors électricité) Industrie pharmaceutique Industrie horlogère Industrie alimentaire Total (hors électricité) Maximum avant la crise Minimum pendant la crise Maximum après la crise Actuellement 5 Maximum avant la crise Minimum pendant la crise Maximum après la crise Actuellement Source: Administration fédérale des douanes, Credit Suisse Source: Administration fédérale des douanes, Credit Suisse Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 9

10 Industrie textile Industrie du papier Impression Matières plastiques Industrie des machines Electro/instr. de précision Total industrie Industrie des métaux Industrie du bois Industrie alimentaire Industrie horlogère Chimie/pharma Swiss Issues Conjoncture Moniteur des branches Situation contrastée dans l industrie Marche des affaires dans l industrie L industrie a certes connu une légère embellie ces derniers mois, mais la part des entreprises évaluant leur situation comme mauvaise prédomine toujours. De grandes disparités existent entre les différents secteurs industriels, sans qu une tendance au nivellement soit visible. L industrie chimicopharmaceutique fait office de locomotive grâce à la forte croissance de ses exportations. Le climat reste positif dans le secteur horloger, même si la demande en berne sur le marché chinois a eu un effet fortement modérateur au premier semestre 213. Le lent redressement de l industrie des machines, initié à la fin 212, a subi un léger contrecoup durant les mois d été 213. La situation reste très tendue dans les branches structurellement faibles, comme le textile, le papier et l imprimerie. Solde des évaluations positives et négatives en % Source: Institut de recherche conjoncturelle de l EPFZ (KOF), Credit Suisse Les écarts se sont légèrement resserrés dans l industrie exportatrice Sur le front des exportations, les disparités entre branches se sont légèrement réduites. Amorcée il y a deux ans, la perte de dynamique des exportations horlogères s est poursuivie. La contribution à la croissance du groupe montres et instruments de précision est cependant restée positive en juin et juillet, notamment grâce à la forte progression de ces derniers. La contribution du groupe machines, électrotechnique et métallurgie est restée négative, même si la dynamique s est améliorée depuis le début du deuxième trimestre. Après le repli de l industrie horlogère parmi les grandes branches exportatrices, seule l industrie chimico-pharmaceutique s inscrit actuellement encore en tant que pilier de la croissance. Celle-ci a par ailleurs profité de la hausse relativement forte des prix à l exportation au deuxième trimestre. Exportations par groupes de branches Contributions à la croissance en % (YoY), base: moyennes sur 12 mois 15% 1% 5% % -5% -1% Reste (hors électricité) Montres et instruments de précision Machines, électrotechnique et métallurgie Pharmacie/ chimie Total (hors électricité) -15% 6/26 6/28 6/21 6/212 Source: Administration fédérale des douanes, Credit Suisse Stagnation dans le commerce de détail, reprise dans l hôtellerie/restauration Le premier semestre 213 a été morose pour le commerce de détail. Si le secteur de l alimentaire a légèrement progressé, le commerce du non-alimentaire s est replié en raison de la persistance de l érosion des prix ( 2,5% au S1) et de la mauvaise météo du printemps. En revanche, l hôtellerie/restauration se remet lentement des très mauvaises années touristiques 211/212. Avec une croissance des nuitées de 1,5% en glissement annuel au S1 213, cette reprise adopte toutefois un rythme relativement lent. La croissance a été soutenue autant par les clients suisses que les touristes étrangers, notamment en provenance de Chine (+22% au S1), des pays du Golfe (+11%) et des Etats-Unis (+45%). Les nuitées du principal marché, à savoir l Allemagne, ont en revanche reculé de 3%. Chiffre d affaires du commerce de détail et nuitées Variation par rapport à l année précédente, en %. Base: moyennes sur 3 mois 15% CA nominal commerce de détail Nuitées 1% 5% % -5% -1% Source: Office fédéral de la statistique, Credit Suisse Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 1

11 Débat en Suisse Dix idées reçues au sujet de l économie helvétique Sur la scène internationale, la Suisse est souvent encensée, voire enviée. Et pour cause, comme en attestent les chiffres: les finances publiques sont saines, le taux de chômage reste faible et la croissance économique est dynamique. Mais attention! L histoire a montré qu un excès de triomphalisme peut faire oublier de préparer correctement l avenir. Une bonne raison pour analyser plus en détail dix des qualités souvent prêtées à l économie suisse. 1) La Suisse a surmonté le creux de croissance des années 199 L immigration occulte la faiblesse de la productivité Le niveau des taux d intérêt est dicté par l étranger L avantage de taux se réduit une fois corrigé de l inflation Le frein à l endettement va bientôt être testé Entre 2 et 212, l économie suisse a certes connu une croissance plus marquée que l UE (1,8% par an, contre 1,5%). Mais si l on mesure la croissance économique à l aune de l évolution démographique, la Suisse perd du terrain. La croissance par habitant atteint alors presque 1% en Suisse et 1,2% dans l UE. De toute évidence, la Suisse affiche toujours un certain retard en matière de croissance de la productivité retard qui découle tout simplement de sa politique en matière d emploi: en Suisse, même les personnes moins productives sont intégrées au marché du travail, ce qui fait baisser la productivité moyenne, tout en maintenant le taux de chômage à un bas niveau. Simultanément, le cloisonnement du marché intérieur et la mutation structurelle vers des branches à faible création de valeur limitent la croissance de la productivité, ce qui reste inquiétant. 2) La Banque nationale est indépendante La Banque nationale suisse (BNS) est indépendante sur le plan institutionnel, mais pas sur le plan économique, comme le démontre l exemple du cours de change plancher. Le niveau du taux LIBOR à 3 mois le «taux directeur» de la BNS dépend ainsi actuellement grandement des décisions de la Banque centrale européenne (BCE). Tant que la BNS se concentre sur la défense du cours de change plancher, elle ne peut pas relever les taux d intérêt en Suisse, car des taux plus élevés rendraient le franc plus attractif, ce qui ferait grimper son prix le cours de change. En temps «normal», lorsque la politique monétaire de la BNS n est pas centrée sur le cours de change, mais sur le taux directeur, elle peut certes édicter elle-même ce dernier, mais les cours de change restent tributaires d événements internationaux ce qui limite également la marge de manœuvre de la BNS au vu de l importance du cours de change pour la Suisse. 3) Les taux d intérêt sont bas L «illusion monétaire» fait apparaître un niveau de taux d intérêt plus bas qu il ne l est réellement. D un point de vue économique, le taux d intérêt nominal n est pas très parlant. Ce n est que corrigé de l inflation que la valeur «réelle» permet une évaluation probante des intérêts versés. Le nombre de minutes qu une personne doit travailler ou les biens de consommation auxquels elle doit renoncer pour s acquitter des taux d intérêt constituent p. ex. des valeurs réelles. Pour simplifier, l inflation contribue d une certaine manière au paiement des intérêts. Or, cela fait des années que l inflation est faible en Suisse et même négative actuellement. Contrairement à l étranger et à la Suisse des années 199, elle ne soutient donc pas les débiteurs, ce qui relativise l avantage de taux nominal. 4) Les finances publiques sont durablement saines Les finances fédérales ont récemment été encadrées par le frein à l endettement, mais le prochain test pourrait se révéler (trop) rude: sans programme d allègement et sur fond d exigences en hausse, la Confédération pourrait se voir confrontée d ici quelques années à des déficits que le frein à l endettement lui interdit. En outre, la planification financière table sur une reprise économique durable, ce qui semble quelque peu optimiste. La volonté de se «serrer la ceinture» sera-t-elle au rendez-vous après des années de hausse des dépenses? Rien n est moins sûr. Le Conseil national en tout cas a rejeté le dernier programme d allègement dès cet été. De leur côté, les assurances sociales ne se sont pas dotées d un frein à l endettement, alors que les futurs problèmes y sont d ores et déjà évidents. Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 11

12 5) Contrairement à l Europe, la Suisse est capable d entreprendre des réformes L Europe du Sud en passe de doubler la Suisse en matière de réforme des retraites Un salarié sur trois travaille dans une grande entreprise Les dettes immobilières prédominent Garantir la prévoyance vieillesse est un thème déjà ancien, l allongement de l espérance de vie suffisant à lui seul à altérer son équilibre dans les prochaines années. L espérance de vie d un homme après le départ à la retraite s établit aujourd hui à 18,8 années; au moment de la création de l AVS en 1948, elle n était que de 12,4 ans. Cependant, l âge de départ à la retraite (65 ans) est resté inchangé et aucun relèvement ne semble se dessiner dans un avenir proche. Même les pays du sud de l Europe agissent plus vite, que ce soit par vertu ou nécessité: tout comme le Danemark, la Norvège et sept autres pays de l OCDE, l Espagne et l Italie ont décidé ou déjà mis en œuvre un relèvement de l âge de départ à la retraite à 67 et 68 ans. 6) La Suisse est le pays des PME Certes, 99,7% des structures du pays sont des petites et moyennes entreprises (PME), qui emploient 66,6% des salariés. En comparaison internationale, cela n a cependant rien d extraordinaire. Dans l UE, 99,8% des entreprises sont ainsi des PME, avec une part dans l emploi de 67,4%, des chiffres donc supérieurs à ceux de la Suisse. En outre, les grandes entreprises ne se limitent pas à employer un Suisse sur trois leur poids dans le PIB semble disproportionné, puisqu elles sont fortement surreprésentées dans les branches à forte création de valeur. Plus d un tiers des salariés des grandes entreprises travaillent en effet dans l un de ces secteurs, contre seulement 2% des employés des PME. 7) Les ménages suisses ne s endettent pas Le ménage moyen suisse (2,2 personnes) affiche un endettement de plus de 2 francs, soit un endettement global de plus de 7 milliards de francs presque un record mondial en comparaison avec le PIB. En y regardant de plus près, cette montagne de dettes perd cependant un peu de sa hauteur. Les ménages suisses affichent principalement des dettes hypothécaires; 95% des crédits sont ainsi couverts par des biens immobiliers, la part des crédits à la consommation est donc faible. Les plus de 66 milliards de francs de dettes hypothécaires sont de fait couverts par plus de 16 milliards de francs de valeurs immobilières. En outre, la part du revenu allouée à l acquittement des intérêts est relativement faible, et les autres éléments de fortune assez importants. La Suisse n est toutefois pas un pays à très faible endettement. 8) Les Suisses travaillent dur De plus en plus de congés, également en Suisse L excédent commercial repose sur les prestations de services Seules quelques rares branches créent des emplois Les Suisses profitent eux aussi de plus en plus de loisirs, le nombre de semaines de congés annuels pour les employés étant passé de 4,6 en 1996 à 5 en 212. Selon une enquête de la société de conseil Mercer, la Suisse occupe ainsi une place en milieu de tableau en comparaison internationale. Même classement en ce qui concerne le temps hebdomadaire moyen de travail pour un poste à plein temps (42 heures en 211, contre une moyenne de 42,4 heures pour l OCDE). Le temps de travail est surtout plus important dans les pays émergents, comme le Mexique et la Turquie. 9) L industrie est la principale contributrice à l excédent suisse face à l étranger Ce ne sont pas les exportations industrielles, mais celles de prestations de services qui sont responsables de l important excédent commercial de la Suisse. En moyenne, la contribution du secteur des services a été plus de quatre fois subapérieure à celle du commerce de marchandises ces dernières années. Le fait qu une part importante de cet excédent soit générée par des secteurs hautement spécialisés (comme le négoce de matières premières) relativise cependant quelque peu son poids en matière d emplois, et donc en tant que moteur de la prospérité. 1) Le marché du travail suisse est robuste La situation sur le marché du travail semble plus positive qu elle ne l est réellement. Des emplois ont certes été créés depuis le début de la crise économique, mais cette progression se concentre sur quelques secteurs, à savoir la santé, la fonction publique et la construction ainsi que les branches qui lui sont proches. A plus long terme, la situation est similaire: au cours des 2 dernières années, quelque 25 postes ont été créés dans la santé, l éducation et la fonction publique, tandis que plus de 1 postes disparaissaient dans l industrie. L on peut donc au moins s interroger sur la prétendue robustesse du marché du travail suisse. Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 12

13 Politique monétaire Vers un changement de cap? La Fed s apprête à mettre un terme à sa politique monétaire ultra-expansionniste, la reprise de l économie s affermissant aux Etats-Unis. La situation sur le marché du travail, à laquelle la Fed souhaitait remédier grâce à sa politique monétaire non conventionnelle, s améliore progressivement. La reprise s annonce aussi en Suisse et la Banque nationale suisse (BNS) mène également une politique monétaire sortant de l ordinaire par le biais du taux de change plancher avec l'euro de 1.2. Quand va-t-elle amorcer sa sortie? L acceptation du cours plancher est importante pour sa crédibilité L économie s est accommodée du cours de change de 1.2 Il y a deux ans, la BNS justifiait l introduction du cours plancher avec l'euro par trois arguments: l «extrême surévaluation du franc», constituant une «grave menace pour l économie suisse» et recelant le «risque de développements déflationnistes». A l époque, cette mesure exceptionnelle de la BNS avait été largement admise et soutenue à l échelle internationale, parce que nul ne contestait la surévaluation du franc et les risques en découlant. Cette acceptation générale a renforcé la crédibilité de la politique de la BNS et donc les attentes des marchés quant au maintien du cours plancher. Pour le défendre, la Banque nationale ne devait ainsi (probablement) intervenir qu entre avril et août 212, alors que la crise de la zone euro atteignait son point culminant, en procédant à des achats massifs d euros. Depuis, la situation a évolué dans les trois domaines ayant conduit à l instauration du cours plancher. Premièrement, le franc est moins surévalué que deux ans auparavant, notamment parce que sa «juste valeur» a évolué: les prix ont augmenté plus lentement en Suisse que dans la zone euro (et dans certains cas ont même reculé), d où un désavantage de coût moins important pour l économie helvétique. Nous estimons la valeur d équilibre du franc face à l euro à 1.35, soit un écart d'environ 1% par rapport au cours actuel écart qui n a rien d exceptionnel (cf. figure 1). Deuxièmement, le niveau actuel du taux de change ne soutient certes pas encore l industrie d exportation, mais ne représente plus une «menace de mort». Troisièmement, le risque de déflation est faible. Le taux d inflation, mesuré à l aune de l indice des prix à la consommation, devrait revenir en terrain positif (cf. figure 2). La hausse des prix à l exportation et la robustesse de la consommation privée indiquent également que le risque de déflation n est plus aussi marqué. Figure 1 Figure 2 Baisse progressive de la «juste valeur» Renchérissement négatif grâce à la baisse des prix des biens d importation EUR/CHF Variation par rapport à l année précédente, en % Taux de change écart type -1 écart type Juste valeur EUR/CHF YoY, % Jan 1 Jan 3 Jan 5 Jan 7 Jan 9 Jan 11 Jan 13 Biens et services nationaux Biens et services importés IPC global Source: Bloomberg, Credit Suisse Source: Office fédéral de la statistique, Credit Suisse Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 13

14 La BNS dispose d une certaine marge de manœuvre du fait de l absence de risque d inflation La BNS devrait souhaiter revenir à la gestion des taux d intérêt Une politique de change peu probable pour des raisons politiques Le cours de change plancher devient superflu dans le meilleur des scénarios Malgré ces améliorations, la BNS n est dans l immédiat pas contrainte d adapter sa politique monétaire. La BNS est et reste avant tout la garante de la stabilité des prix et aucun risque d inflation ne menace actuellement au vu de l utilisation toujours réduite des capacités globales de production et de l atonie des marchés du travail. Seules des prévisions d inflation signalant un taux de renchérissement évoluant vers la limite supérieure de sa «marge de confort» (%- 2%) pourraient remettre la politique non conventionnelle de la BNS et donc le cours plancher en question. Le seuil de EUR/CHF à 1.2 devrait en outre être accepté comme surévalué encore un certain temps les modèles de mesure de la «juste valeur» étant trop imprécis pour qu un consensus contraire du marché se développe de sitôt. Même les inquiétudes quant à la formation d une bulle immobilière ne devraient pas justifier une sortie immédiate de la politique monétaire non conventionnelle. S agissant des risques présents sur le marché immobilier, la BNS mise dans un premier temps sur les effets des mesures «micro et macroprudentielles» (volant de fonds propres, etc.). Ceci dit, la BNS a tout intérêt à réfléchir dès maintenant à la forme que doit prendre sa politique à plus longue échéance, car il importe que les mesures prises dans l intervalle s inscrivent dans la droite ligne des objectifs à long terme. De notre avis, la BNS va probablement souhaiter revenir à la régulation du LIBOR à 3 mois par le biais de la gestion des liquidités sur le marché monétaire. Premièrement, elle n a toujours considéré le cours plancher que comme une «solution d urgence». Deuxièmement, ledit cours plancher lui a fait perdre une bonne partie de son indépendance en matière de politique monétaire. Elle n est en effet plus en mesure de relever les taux d intérêt de manière autonome, car des taux plus élevés rendraient le franc plus attractif, ce qui ferait grimper son prix le cours de change. Troisièmement, la focalisation sur le marché des devises a presque fait péricliter le marché monétaire national, pourtant si important. Du point de vue économique, la focalisation à plus long terme de la politique monétaire de la BNS sur le cours de change peut certes être une option, p. ex. (comme le pratique Singapour) en réduisant les fluctuations du taux de change par le biais d un rattachement à un panier de devises, ou cas extrême en optant pour la fixation définitive du taux de change du franc avec l'euro. Nous reprendrons cette thématique dans une prochaine édition du Moniteur Suisse. Ces deux variantes impliqueraient très probablement des interventions régulières sur le marché des changes. La deuxième se traduirait en outre par un renoncement (formel) à toute politique monétaire indépendante, ce qui ne ferait certainement pas l unanimité à l échelon politique. Et c est surtout en raison de cette adversité politique que la possibilité d une modification permanente du concept de politique monétaire de la BNS et d une focalisation sur le cours de change nous semble peu probable. Trois scénarios sont envisageables pour le retour à une orientation sur les taux d intérêt et l abandon du cours de change plancher. Dans le meilleur des cas, le risque d inflation reste faible et le cours plancher inférieur à la «juste valeur» jusqu à ce qu une reprise économique dans la zone euro et surtout une baisse des primes de risque sur les emprunts des pays de l'europe du Sud entraînent une dépréciation durable du franc suisse. La BNS pourrait alors initier un prudent retour à une politique de gestion des taux. Dans une première phase, cela devrait se faire indirectement, en réduisant progressivement les liquidités excédentaires détenues actuellement par les banques sur leurs comptes de virement. Cette réduction permettrait d une part de réanimer le marché monétaire mis à mal et, d autre part, de tester les effets des modifications de la politique monétaire sur le cours de change. Pour ce faire, la BNS procéderait comme en 21 au «rachat» de liquidités en émettant des emprunts (Bons de la BNS) ou des «reverse repurchase agreements». Les répercussions de ces mesures sur les taux d intérêt et le cours de change dépendraient pour l essentiel de l environnement économique et de marché mondial. Avant de pouvoir lancer le processus, la BNS n aurait probablement d autre choix que d élargir la marge de fluctuation du LIBOR à 3 mois. Dans une deuxième phase, elle pourrait ensuite abroger le cours de change plancher. Nous tenons pour acquis que la BNS aura recours à une communication explicite avant de lancer ces mesures, et n omettra pas d indiquer qu elle ne tolérera aucune appréciation trop rapide du franc. Finalement, la BNS pourrait relever explicitement l objectif LIBOR, cette étape ne semblant toutefois réaliste que si la Banque centrale européenne (BCE) signalait ne serait-ce que son intention de normaliser ses taux directeurs. Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 14

15 Ecueils en vue pour la BNS si le scénario devait se révéler moins favorable Une sortie avant la fin 214 probable uniquement en cas de reprise marquée dans la zone euro Si le risque d inflation devait augmenter en Suisse ce qui sur les marchés attiserait les attentes d une politique plus stricte de la BNS ou si le cours plancher devenait nettement supérieur à la «juste valeur», la politique monétaire de la Banque nationale deviendrait inconsistante et elle serait contrainte d agir. Les marchés des changes pourraient prendre cette inconsistance comme prétexte pour attaquer le cours de change plancher, forçant la BNS à intervenir une fois de plus. Ces interventions entraîneraient une nouvelle augmentation de la base monétaire, et donc une politique plus expansionniste encore et encore plus inconsistante. Dans une telle situation, la BNS n aurait que peu de choix. Premièrement, elle pourrait réagir par une baisse unique du cours de change plancher (c.-à-d. tolérer une appréciation du franc). Pour rendre cette baisse crédible aux yeux des marchés, l appréciation devrait cependant être substantielle. Deuxièmement, la BNS pourrait accepter une marge de tolérance plus importante autour de l objectif de cours, par exemple en introduisant une marge de fluctuation autour d un cours de change central éventuellement «glissant» avec l euro. Troisièmement, elle pourrait, comme mentionné précédemment, temporairement introduire un panier de devises, option que nous jugeons toutefois peu probable, puisqu elle indiquerait le passage à une politique de change orientée sur le long terme. Finalement, la BNS pourrait également «oser» abolir le cours de change plancher même dans ce scénario. Au vu des possibles répercussions économiques et politiques, cela nous semble toutefois plutôt improbable. En raison d une éventuelle brusque appréciation, la BNS subirait en effet des pertes comptables substantielles sur ses réserves de devises, tandis que la pression pourrait de nouveau fortement augmenter sur l industrie d exportation risques que la BNS devrait tenter de minimiser selon nous. Du point de vue actuel, l abandon rapide du cours de change plancher semble assez peu probable. Si la reprise économique dans la zone euro devait cependant s accélérer et le franc commencer à se déprécier plus fortement, le scénario le plus favorable pourrait se présenter, permettant à la BNS un retour progressif à une politique de gestion des taux et un abandon formel du cours de change plancher. Pour des motifs de cohérence monétaire à long terme, cet abandon nous semble dans ce cas tout à fait indiqué. Il est cependant plus probable que cette sortie soit reportée jusqu au moment où la Fed relèvera ses taux directeurs et où la BCE réfléchira à prendre la même voie ce qui selon nos prévisions actuelles ne devrait intervenir qu à la mi-215. Plus cette sortie est retardée, et plus le risque nous semble croître que la BNS soit contrainte d ajuster le cours de change plancher et même de réorienter sa politique monétaire vers une focalisation sur les cours de change. Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 15

16 Moniteur Politique monétaire Les réserves de devises de la BNS atteignent 438 mrd CHF La paire EUR/CHF se négociant au-dessus du cours plancher de 1.2, la Banque nationale suisse (BNS) n a plus acheté de volumes significatifs de devises depuis août 212. Ses réserves de devises sont ainsi restées globalement stables à 438 mrd CHF, influencées principalement par les ajustements de valeur et les revenus du capital. La répartition selon la monnaie n a guère changé sur les derniers trimestres, l EUR (48%) et l USD (27%) demeurant les principales composantes. Plutôt conservatrice, l allocation d actifs se composait de 16% de liquidités, 62% d emprunts souverains, 7% d autres obligations et 15% d actions à la fin juin. Actifs de la BNS Les réserves de devises représentent 9% du total du bilan de la BNS CHF (billion) Jan 5 Jan 6 Jan 7 Jan 8 Jan 9 Jan 1 Jan 11 Jan 12 Jan 13 Or Placements en devises Autres actifs Investisseurs suisses: à quand la reprise des achats de dette souveraine en EUR? La forte appréciation du CHF depuis 21 est souvent considérée comme résultant de l afflux de capitaux spéculatifs en Suisse. On ignore que les investisseurs suisses, qui achetaient de gros volumes d obligations libellées en EUR, sont devenus vendeurs nets depuis le début de la crise de la dette en 21. Cette tendance s observe aussi dans l allocation d actifs des caisses de pension helvétiques, dont les positions en EUR ont chuté de 9% à 4,9% entre la fin 29 et le premier trimestre 213 (dernières données) selon des données d étude. Les investisseurs suisses vont probablement attendre une nette embellie des perspectives de croissance en Europe du Sud pour accroître leurs positions en titres de créance libellés en EUR et vendre des CHF contre des EUR. Source: Datastream, Credit Suisse Flux de portefeuille Les investisseurs suisses n achètent plus d obligations étrangères Flux de portefeuille, en CHF (somme glissante sur 4 trimestres, milliards) Nov 3 Nov 4 Nov 5 Nov 6 Nov 7 Nov 8 Nov 9 Nov 1 Nov 11 Nov 12 Inv. à l étranger Actions Inv. à l étranger Obligations Inv. à l étranger Instruments du marché monétaire Inv. en Suisse Instruments du marché monétaire Inv. en Suisse Obligations et billets Inv. en Suisse Actions Solde Source: Datastream, Credit Suisse Prêts aux entreprises: les PME privilégient les hypothèques De plus en plus de PME préfèrent le financement hypothécaire aux prêts bancaires classiques. La croissance des hypothèques souscrites par les PME a commencé à accélérer en 27 (cf. graphique), suivant la tendance du marché. Cette forme de financement est prisée des plus petites d entre elles. La part des hypothèques dans les encours des prêts aux PME de moins de 9 salariés, qui atteignait 68% en 26, est passée à 75% entre janvier et mai 213. La demande d hypothèques émane en outre essentiellement des petites PME. Pour les banques, le risque est bien présent en cas de chute des prix immobiliers couplée à un affaiblissement de l économie. Les PME pourraient être confrontées à une contraction du crédit potentiellement dangereuse pour leur survie. Prêts hypothécaires consentis aux PME La croissance des hypothèques des PME accélère depuis le début de l année. En %, comparaison annuelle Hypothèques souscrites par les PME Source: BNS, Credit Suisse Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 16

17 Hausse des rendements stabilité des primes de crédit Les incertitudes quant à la réduction à venir des incitations monétaires de la Fed ont fait augmenter encore les rendements des Etats les plus solvables. La hausse des rendements devrait cependant ralentir, car la conjoncture mondiale ne retrouve que progressivement son dynamisme et la politique monétaire reste souple. Jusqu à présent, les primes de risque sur les emprunts d entreprises sont dans l ensemble restées stables. Mais au vu de l évolution toujours aussi positive des chiffres d affaires et des réserves en liquidités des entreprises, ce segment de placement nous semble plus attractif compte tenu de la hausse significative enregistrée par les rendements globaux. Les actions suisses restent chères en comparaison historique Le marché des actions suisse s est certes relevé des plus bas atteints en juin, mais il a été freiné par la hausse des intérêts sur les obligations et la force persistante du franc suisse. Les chiffres semestriels en demi-teinte ont également pesé sur la Bourse suisse. Les titres suisses sont relativement chers comparés aux actions mondiales. La demande en valeurs refuges étant plutôt en repli, nous favorisons actuellement d autres marchés, notamment les Etats-Unis et la zone euro. En Suisse, nous recommandons certaines valeurs cycliques ou des entreprises offrant des rendements en dividende élevés et stables. Obligations d entreprises ayant qualité d investissement en EUR En points de base /213 3/213 5/213 7/213 Source: Bloomberg, Credit Suisse Les actions suisses sont chères comparativement aux actions mondiales Forward PER à 12 mois par rapport au MSCI World Prime de risque de crédit au-dessus du Libor Forward PER à 12 mois MSCI Switzerland par rapport au MSCI World Moyenne Ecart standard +/-1 Source: Datastream, Credit Suisse EUR/CHF: légères sorties de capitaux de Suisse EUR/CHF et cours plancher Le franc suisse reste confortablement au-dessus du cours plancher EUR/CHF de 1.2 fixé par la BNS. Les dernières données relatives aux investissements de portefeuille transfrontaliers ainsi qu aux dépôts étrangers en CHF auprès de banques suisses affichent un repli. Cela indique que l excédent élevé de la balance courante est désormais à nouveau «recyclé» à l étranger. Le différentiel d intérêt entre l EUR et le CHF reste toutefois faible. C est pourquoi nous nous attendons à un affaiblissement limité du CHF par rapport à l EUR, avec un cours de change EUR/CHF qui ne devrait pas dépasser 1.3 à un horizon de 12 mois EUR/CHF Cours plancher de la Banque nationale suisse à EUR/CHF 1, Source: Bloomberg, Credit Suisse Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 17

18 VD VS GE TI FR AR NE SZ GR ZG CH BL AG ZH BE LU TG JU SO NW SG SH OW UR GL AI BS Swiss Issues Conjoncture Immobilier Hypothèques: une croissance démesurée? La croissance du volume hypothécaire et sa comparaison avec le PIB sont souvent utilisées pour mesurer le degré de surchauffe du marché immobilier. Mais se limiter à l observation de l évolution actuelle occulte le fait qu il a fallu des décennies pour que se forme l important volume hypothécaire actuel, et qu il ne s agit pas d une nouveauté. Volume hypothécaire: ralentissement de la croissance La forte croissance du volume n est pas un phénomène nouveau Ne pas perdre de vue l augmentation de la sensibilité aux taux En mai 213, le volume hypothécaire contracté par les entreprises et les ménages privés en Suisse s élevait à 846 mrd CHF, ce qui correspond à 142% du PIB. Le taux de croissance annuel de ce volume, qui affiche de fortes disparités selon les cantons (cf. figure 1), s est ralenti de 5,4% en janvier 212 à 4,4% en mai 213. La croissance du volume hypothécaire et sa comparaison avec celle du PIB ne se prêtent que de façon limitée à la mesure du risque pour le marché immobilier. Depuis des décennies, ce volume augmente en effet plus fortement que le PIB (cf. figure 2). Dans les années 197 et 198, des taux de croissance à deux chiffres n étaient pas rares. La progression du volume hypothécaire par rapport au PIB ne fait que refléter une transition structurelle vers l accès à la propriété, et la hausse des prix liée à la pénurie des sols. Mesuré à l aune des montants de nantissement, le taux d endettement d un propriétaire immobilier moyen n a pratiquement pas évolué contrairement à sa sensibilité aux taux d intérêt due à la progression de la valeur des biens. La véritable question n est donc pas de savoir à quel rythme le volume croît, mais plutôt ce qui risque d arriver si son financement augmente à la suite d une hausse des taux d intérêt. Aujourd hui, les ménages accèdent à la propriété à un taux moyen de 2,1%. Si ce taux augmente d un point pour atteindre 3,1%, cela équivaut à un renchérissement de 6.4 mrd CHF de la charge annuelle pesant sur les propriétaires, soit 1,1% du PIB. La progression de la sensibilité aux taux d intérêt a pris des décennies. Et il n est guère recommandé de la sous-estimer, même si la part d hypothèques à taux fixes (8%) est aujourd hui bien plus conséquente qu auparavant et contribue à atténuer les répercussions de futures hausses des taux. Des restrictions dans les nouvelles affaires, mais aussi des amortissements sur celles en cours pourraient limiter la croissance du volume et mieux protéger les propriétaires des risques de variation des taux. Du côté des banques, l augmentation des fonds propres par le biais du volant anticyclique est déjà en marche et les nouveaux propriétaires sont aussi à contribution puisqu ils doivent apporter un minimum de 1% de fonds propres ne provenant pas de leurs fonds de pension. Cette dernière mesure explique d ailleurs pourquoi la croissance s inscrit en repli continu depuis quelque temps et que la situation se détend quelque peu. Figure 1 Figure 2 Croissance des créances hypothécaires par cantons Croissance des créances hypothécaires et PIB Créances auprès des banques, taux de croissance annuels en % Créances suisses auprès des banques, taux de croissance annuels en % 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% % -1% par an 212-2% 12% 8% 4% % -4% -8% Croissance réelle PIB Croissance réelle créances hypothécaires Créances hypothécaires en % du PIB (axe de droite) -12% % 15% 12% 9% 6% 3% % Source: Banque nationale suisse, Credit Suisse Source: Banque nationale suisse, SECO, Credit Suisse Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 18

19 Immobilier L immigration soutient toujours le marché locatif En dépit de la forte attraction exercée par les logements en propriété, le marché locatif profite d une demande presque toujours aussi stable. Principal moteur de ce succès: l immigration aussi dynamique que persistante. Entre janvier et juin 213, le solde migratoire affiche ainsi une progression de 17% (ou 62 personnes) par rapport à la même période de l année précédente. L amorce d une mutation structurelle est toutefois notable en ce qui concerne les pays d origine. Si le solde migratoire des ressortissants allemands a reculé, celui des pays durement touchés par la crise que sont le Portugal, l Italie et l Espagne s est nettement accru. Reste à savoir dans quelle mesure ces changements auront une influence sur la demande du segment locatif. Solde migratoire ressortissants de l UE-17 Immigration nette de la population résidente étrangère 35 Allemagne 3 France Italie 25 Portugal 2 Espagne Autres pays UE Source: Office fédéral des migrations, Credit Suisse Les surfaces de bureaux sur la voie de la suroffre Sur le front des surfaces de bureaux, l expansion commence lentement à dépasser ce que le marché est capable d absorber. La tendance à la suroffre se reflète d ailleurs d ores et déjà dans les chiffres. Mesurée à l aune des surfaces existantes, la croissance continue depuis six trimestres du volume de surfaces de bureaux annoncées à la location a ainsi atteint un nouveau sommet de 3,2% (ou 1,6 mio. de m 2 ) depuis le début du recensement en 24. Dans l ensemble, ces chiffres ne sont pas encore alarmants, mais les signes indiquant un revirement du marché sont évidents. Les déséquilibres majeurs ont jusqu à présent pu être évités grâce à l évolution assez robuste de la demande, les prestataires proches du bâtiment ayant ici joué un rôle clé. Taux d offre de surfaces de bureaux Part de surfaces de bureaux annoncées (existantes) par rapport aux surfaces totales 3.5% 3.% 2.5% 2.% 1.5% 1.%.5%.% Source: Meta-Sys AG, Credit Suisse Recul des agios sur les fonds immobiliers Les agios générés lors du négoce boursier des fonds immobiliers suisses sont étroitement liés au niveau des taux d intérêt. L envolée temporaire de ces derniers a fait fondre les agios à un niveau de 13% jusqu à la fin juin. Depuis, ils se sont stabilisés et affichaient une moyenne de 14% à la fin du mois de juillet 213. Mesuré à l aune du rapport entre agios et taux d intérêt, l agio actuel est fondamentalement justifié, un certain potentiel haussier existant même à court terme. Le risque latent que les agios puissent diminuer en cas d envolée durable des taux d intérêt est certes réel, mais semble pour l heure peu probable au vu de la faiblesse de l évolution conjoncturelle à l échelle mondiale. Interrelation entre agios et taux d intérêt Base: données mensuelles depuis 199; agio/disagio en % de la VNI 3% 25% 2% 15% 1% 5% % -5% Agio / disagio pondéré Janv. juin 213 Juil % Taux swap à 1 ans CHF -15% % 1% 2% 3% 4% 5% 6% 7% 8% Source: Credit Suisse, Datastream, rapports annuels des fonds immobiliers Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 19

20 ZH BE LU UR SZ OW NW GL ZG FR SO BS BL SH AR AI SG GR AG TG TI VD VS NE GE JU BS ZG ZH GE BE SG TI NE VD GR LU SH VS OW GL JU AI SO UR FR AG AR TG SZ NW BL Swiss Issues Conjoncture Régions Le boom de l horlogerie donne des ailes au canton de Neuchâtel Quels sont les cantons suisses ayant le mieux tiré leur épingle du jeu sur fond de turbulences économiques mondiales en 211 avec crise de la dette dans la zone euro et forte appréciation du franc? Ce sont des cantons comme Neuchâtel et Schaffhouse, qui ont profité du boom de l industrie horlogère et de la forte demande asiatique. Le Valais et Zoug ont en revanche essuyé un repli de leur performance économique. La structure sectorielle détermine la performance économique des cantons Importantes fluctuations de la croissance dans les petits cantons Si les prédictions concernant l année 214 vont déjà bon train à l échelle nationale, l Office fédéral de la statistique (OFS) a récemment publié les chiffres du PIB des cantons pour l année 211. Ces chiffres fournissent des informations approfondies sur la structure économique des différents cantons et permettent d évaluer comment la Suisse a résisté à l appréciation du franc. Souvenons-nous: d un point de vue économique, l année 211 a été marquée par la crise de la dette dans la zone euro ainsi que par la forte appréciation du franc suisse qui s en est suivie. Malgré ces écueils, l économie helvétique a clôturé l année sur une progression réelle de 1,8%. Cette performance étonnement positive reposait notamment sur la croissance de quelques branches industrielles exportatrices, qui ont enregistré une forte demande étrangère en dépit de l appréciation du franc. La demande asiatique de montres suisses est ici à souligner. Les cantons fortement spécialisés dans ces secteurs ont ainsi signé les plus fortes progressions, comme Neuchâtel et Schaffhouse. Environ 3% des emplois de l industrie horlogère se concentrent sur Neuchâtel, qui ressent donc le plus directement toute variation dans la demande de montres. Les cantons du Valais et de Zoug, qui ont connu une contraction de leur PIB, affichent également une structure sectorielle très spécialisée. Si en Valais cela découle surtout d une production énergétique plus faible, ce sont les prestataires financiers en difficulté qui ont pesé sur la croissance de Zoug. Sans surprise, ce sont les cantons arborant des volumes de production assez modestes qui occupent aussi bien la tête que la queue du classement. Leur structure économique souvent peu diversifiée les rend dépendants du succès de quelques branches, entraînant une forte volatilité de leurs taux de croissance. Figure 1 Figure 2 Croissance du PIB par canton Solde relatif de pendulaires des cantons Variation par rapport à l année précédente en %, aux prix de l année précédente Pendulaires entrants moins pendulaires sortants, en % de la population active du canton 1% 8% 6% 4% 2% % -2% -4% -6% -8% % 5% 4% 3% 2% 1% % -1% -2% -3% Source: OFS, Credit Suisse Source: OFS, Credit Suisse Le PIB par habitant reste peu représentatif Outre les taux de croissance des différents cantons, les chiffres publiés permettent également de comparer leur performance économique. Les volumes de production étant très différents, ceux-ci doivent faire l objet d une normalisation à l aide d une grandeur adéquate. A l échelle nationale, c est ici la population qui est utilisée. Cependant, étant donné que 64% des Suisses actifs habitent dans une autre commune que celle de leur lieu de travail, cette valeur semble Credit Suisse I Swiss Issues Conjoncture 2

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée

La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée INSEE CONJONCTURE POINT DE CONJONCTURE OCTOBRE 2015 La demande reste bien orientée, l activité progresse par à-coups La croissance des économies avancées est restée solide au deuxième trimestre 2015. L

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

Les défis de la politique monétaire suisse

Les défis de la politique monétaire suisse Embargo jusqu au 12 novembre 2009, 18 h 00 Les défis de la politique monétaire suisse Thomas J. Jordan Membre de la Direction générale Banque nationale suisse Apéritif «Marché monétaire» Genève, 12 novembre

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE

Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses EDITION SPÉCIALE EDITION SPÉCIALE Edition spéciale de l Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses L indice perd 1,83% en janvier 2015 La mauvaise performance de janvier se reflète également dans l allocation

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Rapport semestriel au 30 juin 2015

Rapport semestriel au 30 juin 2015 A nthologie Rapport semestriel au 30 juin 2015 Le fonds 1. L environnement économique et financier 2015 Au premier semestre 2015, l économie mondiale a globalement évolué à des niveaux légèrement inférieurs

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES

FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES FONDS DE PLACEMENTS IMMOBILIERS SUISSES Octobre 2011 Gabriela TURCATTI Jordi GUILLO SOMMAIRE IMMOBILIER SUISSE 3 CATÉGORIES L immobilier résidentiel 4 L immobilier commercial 5 L immobilier de bureau 5

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

L industrie d exportation affronte des vents contraires

L industrie d exportation affronte des vents contraires Conjoncture économique - 2 e trimestre 215 L industrie d exportation affronte des vents contraires PIB USA JPN EUR PIB et Baromètre Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth

Remarques introductives de Jean-Pierre Roth abcdefg Conférence de presse Zurich, le 11 décembre 2008 Remarques introductives de Jean-Pierre Roth Notre évaluation de la situation conjoncturelle et monétaire a changé considérablement depuis notre

Plus en détail

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI

CAHIERS GRAPHIQUE MACROBOND WS/BSI UNE APPROCHE PEDAGOGIQUE DE L EVOLUTION DES AGREGATS MACROECONOMIQUES ET FINANCIERS Page 2. Le Risque de change dans les pays émergents Page 3. Les Rôles des Taux d Intérêts des Banques Centrales Page

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

Septembre 2010 Baromètre bancaire 2010. L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse

Septembre 2010 Baromètre bancaire 2010. L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse Septembre 2010 Baromètre bancaire 2010 L'évolution conjoncturelle des banques en Suisse Baromètre bancaire 2010 L évolution conjoncturelle des banques en Suisse Table des matières Inhaltsverzeichnis Résumé

Plus en détail

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO?

COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? COMBIEN NOUS COÛTE L APPRÉCIATION DE L EURO? Département analyse et prévision de l OFCE L année 2003 aura été assez désastreuse pour la zone euro sur le plan des échanges extérieurs, qui ont contribué

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Stratégie de placement

Stratégie de placement Très défensif ingsstrategie Climat d investissement Taux directeur : évolution et prévisions États-Unis 1,5 UEM 0,5 10-2010 10-2011 10-2012 10-2013 10-2014 10-2015 Taux à dix ans : évolution et prévisions

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015

Conjoncture économique et marchés financiers. Octobre 2015 Conjoncture économique et marchés financiers Octobre 215 Page 1 l 6/1/215 Une croissance mondiale pénalisée par les émergents Prévisions de croissance mondiale du FMI de 3,3% en 215 et 3,8% en 216 La croissance

Plus en détail

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2015 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Octobre 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Octobre 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Octobre 2015 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE OCTOBRE 2015. Amélioration de la stabilité financière dans les pays avancés

RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE OCTOBRE 2015. Amélioration de la stabilité financière dans les pays avancés 7 octobre 2015 RAPPORT SUR LA STABILITÉ FINANCIÈRE DANS LE MONDE OCTOBRE 2015 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Amélioration de la stabilité financière dans les pays avancés Depuis la publication de l édition d avril

Plus en détail

Conjoncture et perspectives économiques mondiales

Conjoncture et perspectives économiques mondiales Conjoncture et perspectives économiques mondiales Association des économistes québécois ASDEQ 4 décembre 2012 Marc Lévesque, Vice-président et économiste-en-chef, Investissements PSP Ralentissement de

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques

La croissance mondiale (Croissance du PIB - Volume, en % ) Perspectives 2011 : la croissance contrainte par les politiques économiques Economie et Marchés : Bilan 2010 et Perspectives 2011 Paris, le 27 décembre 2010 ECONOMIE Tendances 2010 : poursuite de la reprise dans les pays développés, signes de surchauffe dans certains pays émergents

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

en dépit du franc fort, la suisse tire profit d une politique monétaire indépendante

en dépit du franc fort, la suisse tire profit d une politique monétaire indépendante FICHE THEMATIQUE : POLITIQUE MONETAIRE en dépit du franc fort, la suisse tire profit d une politique monétaire indépendante 23 OCTOBRE 2011 La force du franc pose d importants problèmes aux entreprises

Plus en détail

PLACE FINANCIERE SUISSE

PLACE FINANCIERE SUISSE PLACE FINANCIERE SUISSE Importance économique et interactions avec la place industrielle Une étude réalisée sur mandat de l Association suisse des banquiers et d economiesuisse Mars 2011 Editeur BAK Basel

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2013 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

Tendances conjoncturelles Juillet 2013

Tendances conjoncturelles Juillet 2013 Tendances conjoncturelles Juillet 2013 Les illustrations et les tableaux du présent jeu de transparents sont issus de la publication du SECO «Tendances conjoncturelles, été 2013» Pour toute question technique

Plus en détail

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE.

Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la BCE. Groupe : Politique monétaire 23/11/2007 Beaume Benoît, Aboubacar Dhoiffir, Cucciolla Francesca Quel est l impact d une hausse du taux d intérêt? Situation et perspectives de la politique monétaire de la

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014

Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014. Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle 2014 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle Allianz Suisse Vie Compte d exploitation 1 Compte d exploitation de la prévoyance professionnelle

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

L Allemagne et la France comparaison économique 20 Mai 2009

L Allemagne et la France comparaison économique 20 Mai 2009 Helaba Recherche L et la comparaison économique Mai 9 Auteur : Dr. Stefan Mütze Tél. : +9 () 69/9-8 research@helaba.de Rédaction: Dr. Gertrud R. Traud Chef économiste/ Direction de la recherche Landesbank

Plus en détail

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015

Communiqué de presse. Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile. Berne, le 7 août 2015 Berne, le 7 août 2015 Communiqué de presse Premier semestre 2015 Résultat solide dans un contexte difficile Au cours du premier semestre 2015, la Banque Cantonale Bernoise (BCBE) a développé ses cœurs

Plus en détail

Tendances conjoncturelles Été 2015

Tendances conjoncturelles Été 2015 Tendances conjoncturelles Été 2015 Les illustrations et les tableaux du présent jeu de transparents sont issus de la publication du SECO «Tendances conjoncturelles, été 2015» Pour toute question technique

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

L environnement macroéconomique

L environnement macroéconomique 6 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG L environnement macroéconomique international L environnement macroéconomique international 8 revue de stabilité financière 011 7 L environnement macroéconomique international

Plus en détail

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014

Rétrospective 2014. Performance des principaux indices en 2014 12.01.2014 Rétrospective 2014 Comme attendu, l année 2014 n a pas été de tout repos pour les investisseurs. Une fois de plus les bonnes et surtout les moins bonnes surprises auront mis nos nerfs à rude épreuve en

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Septembre 2012 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Septembre 2012 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Septembre 2012 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, les assurances ont accru leur contribution à la création

Plus en détail

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1

Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 Perspectives économiques 2015-2016 Octobre 2015 EDITORIAL 1 L économie belge s est raffermie de manière significative durant la première moitié de l année. Grâce au dynamisme de l économie américaine,

Plus en détail

Les dépenses et la dette des ménages

Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses et la dette des ménages Les dépenses des ménages représentent près de 65 % 1 du total des dépenses au Canada et elles jouent donc un rôle moteur très important dans l économie. Les ménages

Plus en détail

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe

Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? 3 juin 2014 KBC Groupe Faible croissance! Faible taux! Faible rendement? juin KBC Groupe CONJONCTURE : situation internationale Retour de la confiance dans les pays développés, hésitations en Chine Indice de confiance de l industrie

Plus en détail

Le marché suisse de l immobilier

Le marché suisse de l immobilier Asset Management Real estate research & strategy Pour investisseurs qualifiés Le marché suisse de l immobilier UBS Global Asset Management, Global Real Estate Research & Strategy - Switzerland Avril 2013

Plus en détail

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas

Informations générales 1 er trimestre 2015. Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas Informations générales 1 er trimestre 2015 Inform La politique monétaire dans le piège des taux bas A propos de Swisscanto Swisscanto figure parmi les plus grands promoteurs de fonds de placement et prestataires

Plus en détail

Petits déjeuners investisseurs

Petits déjeuners investisseurs Résolument actifs Résolument actifs Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Perspectives économiques Mars 27 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 2 2 Petits déjeuners investisseurs Juin 28 Résolument

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Tableau de bord de l industrie française

Tableau de bord de l industrie française Tableau de bord de l industrie française Mars 11 Document réalisé par Coe-Rexecode Groupe des Fédérations Industrielles - 55 av. Bosquet - 7533 Paris Cedex 7 - Tél. 1 53 59 18 6 - Fax 1 53 59 18 88 - gfi@gfi.asso.fr

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Boussole. Global Macro Risk Indicator Un environnement prometteur pour les actions. Optimisme conjoncturel grâce à la baisse des prix du pétrole brut

Boussole. Global Macro Risk Indicator Un environnement prometteur pour les actions. Optimisme conjoncturel grâce à la baisse des prix du pétrole brut Boussole Mars 2015 Global Macro Risk Indicator Un environnement prometteur pour les actions Optimisme conjoncturel grâce à la baisse des prix du pétrole brut La décision de la BNS - et ce qu elle signifie

Plus en détail

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE

ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE ÉVOLUTION DES TAUX D INTÉRÊT ET COLLECTE DE L ÉPARGNE Cette étude fait le point sur l incidence que les évolutions récentes de taux d intérêt, dont elle rappelle l ampleur, ont pu avoir ou auront sur la

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 4 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Forte révision à la hausse des budgets d investissement dans l industrie manufacturière : +2% pour 2014 et +3% pour 2015 2. Dépenses

Plus en détail

Développement du PIB et de la consommation privée (1) Développement du taux de chômage et de l'inflation (2) -1%

Développement du PIB et de la consommation privée (1) Développement du taux de chômage et de l'inflation (2) -1% MétaAnalyse conjoncturelle juin Le Seco maintient son estimation pour la croissance économique à 2, en. Les pronostics pour ont toutefois été revus à la baisse de 1,9% à 1,. Le franc fort affecte les perspectives

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages

Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Comparaison européenne des niveaux et des choix d'épargne des ménages Mai 2005 Rapport de OEE-Etudes pour la F.F.S.A. TABLE DES MATIÈRES I. COMPORTEMENTS D'EPARGNE ET D'INVESTISSEMENT DES MENAGES EUROPÉENS

Plus en détail

Informations générales 3 e trimestre 2014. Inform Taux d intérêt, cycles, confiance les marchés financiers sont-ils arrivés à un tournant?

Informations générales 3 e trimestre 2014. Inform Taux d intérêt, cycles, confiance les marchés financiers sont-ils arrivés à un tournant? Informations générales 3 e trimestre 2014 Inform Taux d intérêt, cycles, confiance les marchés financiers sont-ils arrivés à un tournant? Swisscanto un leader dans l Asset Management Swisscanto figure

Plus en détail

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté,

En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, FICHE PAYS ASIE : CRISE OU COUP DE FREIN À LA CROISSANCE? Département analyse et prévision En 2012, la croissance de l activité en Asie a bien résisté, malgré une baisse de régime durant l été. Son dynamisme

Plus en détail

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014

Quelles perspectives de croissance en 2014 et 2015? 23 octobre 2014 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 23 octobre 214 1 Quelles perspectives de croissance en 214 et 215? 1. Croissance mondiale contrastée 2. ZE : croissance et inflation revues en baisse 3.

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Les entreprises en Ile de France

Les entreprises en Ile de France Tendances régionales Les entreprises en Ile de France Contexte conjoncturel Bilan 1 Perspectives 1 lndicateur du Climat des Affaires Un indicateur du climat des affaires permet une lecture rapide et simplifiée

Plus en détail

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République

de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République Lettre introductive au 53 ème Rapport annuel de la Banque Centrale de Tunisie Présentée à Monsieur le Président de la République au nom du Conseil d Administration de la Banque Centrale de Tunisie Par

Plus en détail

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO?

LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? LA DÉFLATION MENACE-T-ELLE DANS MAI 2014 LA ZONE EURO? PRIX À LA CONSOMMATION 5 Indice général et inflation sous-jacente variation sur 12 mois en % 4 3 Indice général 2 1 Indice hors alimentation et énergie

Plus en détail

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses

Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Global Custody Solutions Indice Credit Suisse des caisses de pension suisses Performance des caisses de pension suisses au 31 mars 2010 Résultats positifs pour le quatrième trimestre consécutif Rendement

Plus en détail

Politique monétaire et marchés financiers: une normalisation est-elle en vue? Apéritif «Marché monétaire»

Politique monétaire et marchés financiers: une normalisation est-elle en vue? Apéritif «Marché monétaire» Exposé Embargo jusqu au 21 novembre 2013, 18 h 30 Politique monétaire et marchés financiers: une normalisation est-elle en vue? Apéritif «Marché monétaire» Fritz Zurbrügg* 1 Membre de la Direction générale

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Tendances conjoncturelles, printemps 2015

Tendances conjoncturelles, printemps 2015 Tendances conjoncturelles, printemps 2015 (données et informations incluses jusqu à mi-mars 2015) Survol L économie suisse a atteint à nouveau une solide croissance en 2014. Elle est cependant confrontée

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018.

Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018. Avis n HCFP-2015-01 relatif aux prévisions macroéconomiques associées au projet de programme de stabilité pour les années 2015 à 2018 13 avril 2015 Le Haut Conseil des finances publiques a été saisi par

Plus en détail

RISK INDEX 2014 SUISSE

RISK INDEX 2014 SUISSE RISK INDEX SUISSE L indice de risque a été conçu par Intrum Justitia. Depuis 1998, Intrum Justitia recense les données de dizaines de milliers d entreprises européennes. Le premier rapport portant sur

Plus en détail