Avantages comparés pour l implantation d activités économiques en France et en Suisse (Genève/Vaud)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Avantages comparés pour l implantation d activités économiques en France et en Suisse (Genève/Vaud)"

Transcription

1 Avantages comparés pour l implantation d activités économiques en France et en Suisse (Genève/Vaud) eurex 25/02/2010

2 1. INTRODUCTION BRANCHE D'ACTIVITE FISCALITE SOCIAL IMMOBILIER AIDES ET ASSIMILES ASPECTS QUALITATIFS CONCLUSION / 155

3 TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION Contexte de l étude Objectifs de l étude Cadrage de l étude Cadrage geographique Cadrage dimentionnel Limites et arbitrages liés aux sources documentaires BRANCHE D'ACTIVITE Autres composantes du compte de résultat Stockage logistique Entreprises de technologies avancees Industrie traditionnelle et construction Services de distribution et services à la personne Services productifs aux entreprises Grands Quartiers généraux Back office Organisation à caractère international / 155

4 3 FISCALITE Description des principaux impôts et taxes applicables en France Impôts sur les bénéfices Contribution économique territoriale / Taxe Professionnelle (impôt direct local) Taxe sur la valeur ajoutée Régimes particuliers des sociétés holding Régime particulier des associations Description des principaux impôts et taxes applicables en Suisse (Genève et district de Nyon) Impôts sur les bénéfices Impôts sur le capital Taxe professionnelle communale Taxe sur la valeur ajoutée Régimes particuliers des sociétés holding Régime particulier des associations et fondations Tableau comparatif entre les 3 zones par branche d activite SOCIAL Droit du travail français et structure des cotisations sociales Aspects du droit du travail Structure des assurances sociales Droit du travail suisse et structure des cotisations sociales Aspects du droit du travail / 155

5 4.2.2 Structure des assurances sociales Tableau récapitulatif des cotisations sociales France - Suisse Sources et méthodes utilisées pour la fixation des rémunérations brutes horaires IMMOBILIER Historique du marché immobilier lémanique Contexte immobilier dans le canton de Genève Situation du marché locatif Contexte immobilier dans le district de Nyon Contexte immobilier en France voisine Objet de La partie coûts immobiliers de l étude sur les avantages comparés Détermination des bâtiments types par entreprise de chacune des branches étudiées Frais accessoires AIDES ET ASSIMILES Aides sur le territoire Français Aides à la création d entreprise Aides à l emploi Réductions fiscales Aides à l investissement matériel Aides à l immobilier d entreprise Aides sur la canton de Genève et de Vaud Les aides sur le canton de Genève Les aides sur le canton de Vaud / 155

6 6.2.3 L exonération totale ou partielle d impôt sur le bénéfice ASPECTS QUALITATIFS Synthèse du dépouillement des questionnaires adressés aux dirigeants dans le cadre de l étude sur les avantages comparés Population étudiée : Recensement des réponses Synthèse des réponses reçues AVANTAGES COMPARES PAR BRANCHE d ACTIVITE Avantages comparés : Secteur Logistique Entreposage Avantages comparés : Secteur R & D Avantages comparés : Secteur Usinage Avantages comparés : Secteur Construction Avantages comparés : Secteur Garage Automobile Avantages comparés : Conseil en Gestion Avantages comparés : Secteur Holding Avantages comparés : Secteur Back Office Avantages comparés : Secteur Association CONCLUSION Cadre de l étude Objectifs de l étude Caractéristiques du modèle appliqué Résultats de la comparaison / 155

7 9.5 Fiscalité Coût du travail Aides d état et autres organismes Coût de l immobilier Postface : / 155

8 1. INTRODUCTION 1.1. CONTEXTE DE L ÉTUDE Depuis plus de 3 ans, les auteurs et partenaires du projet Franco Valdo Genevois se sont engagés dans une démarche d aménagement concerté du territoire, à l échelle transfrontalière. Le 5 décembre 2007, les 18 partenaires ont signé officiellement une charte d engagement. Le projet se décline en trois niveaux : Une vision politique appelé «Genève Agglo 2030». Une planification stratégique en deux démarches se fécondant mutuellement : le schéma d agglomération et les politiques de services. Des projets stratégiques de développement et des mesures d infrastructures. La charte d engagement se projette à horizon 2030 et prévoit une croissance d environ habitants et emplois. Elle prévoit de localiser la moitié des nouveaux habitants dans la partie Suisse et à minima nouveaux emplois, dans le secteur français, notamment des emplois à forte valeur ajoutée. Actuellement, Genève, et dans une moindre mesure, le district de Nyon, doivent faire face à une rareté des espaces fonciers disponibles, tant pour la création de nouveaux logements que pour le développement de nouvelles activités économiques, notamment les plus consommatrices d espaces. Inversement, la partie française de l agglomération peut proposer des espaces fonciers à des prix compétitifs, mais doit faire des efforts de qualification des sites pour l accueil d activités économiques afin de pouvoir offrir des prestations de niveau d agglomération. Ces concertations ont amené le projet d agglomération Franco Valdo Genevois à entamer une démarche dite de «Politique des Pôles de Développement Economique» (PPDE). Elle a pour objectif de favoriser l implantation d activités économiques, génératrices d emplois et de permettre le développement d activités déjà présentes sur le territoire. Elle met en œuvre une vision spatialisée du développement économique souhaité et cherche à répondre aux besoins des entreprises en minimisant les effets négatifs sur la mobilité et l environnement. 8 / 155

9 Une première étape de la PPDE a consisté, en 2008, à la réalisation d une synthèse de la connaissance du tissu économique Franco Valdo Genevois et la réalisation de deux inventaires. En 2010, une nouvelle étude verra la mise en commun des précédents inventaires. Ces inventaires ont permis d identifier les sites du niveau d agglomération pour l accueil d activité économique et de comparer leurs caractéristiques aux qualités recherchées par les différentes branches économiques pour leur implantation OBJECTIFS DE L ÉTUDE L étude sur les avantages comparés à l implantation entre la France et la Suisse, s intégrera à cette réalisation en analysant l effet frontière, par l élaboration de scénarios de répartitions possibles des activités sur l ensemble du territoire Franco Valdo Genevois. En parallèle, dans une précédente étude, le Comité Régional Franco-Genevois (CRFG) a travaillé en collaboration avec le Ministère des Finances Français, au su de l Administration Fiscale Cantonale Genevoise, afin de sécuriser, pour les PME, le système de calcul des prix de transferts entre les maisons mères et leurs filiales. Un accord a été proposé aux entreprises pour leur permettre de bénéficier d une sécurité fiscale sur les transferts de marchandises ou de services, lorsqu elles localisent leurs activités de part et d autre de la frontière. En effet, il est possible, sur ce territoire transfrontalier, de localiser une partie de l activité de l entreprise en Suisse, l autre en France, afin d optimiser «l effet transfert». Dans cette optique, l étude des avantages comparatifs à l implantation entre France et Suisse, prend toute sa dimension. A ce jour, quelques analyses et projections sur les conditions financières de l implantation en France et en Suisse, réalisées par des experts comptables transfrontaliers, ont permis de mettre en avant l intérêts que certaines branches économiques pourraient avoir à localiser leurs activités du côté français de frontière. Il convient, aujourd hui, de compléter ces études quant aux avantages comparés pour l exploitation d activités économiques en France et en Suisse, par une analyse par branche d activité et fonction d entreprise. L étude sur les avantages comparés par branche d activité, servira à pondérer l importance de se situer en France ou en Suisse (Genève / Vaud) par branches d activités ou fonctions d entreprises. Parallèlement, elle constituera un outil d aide au choix du lieu d activité exercée et à destination des dirigeants d entreprises, en rappelant le cadre réglementaire et législatif de chacune des thématiques étudiées. 9 / 155

10 L étude sur les avantages comparés se fonde sur les inventaires de base de la PPDE et, notamment, celui réalisé par le Cabinet METRON, définissant une liste de huit branches d activités et fonctions. Pour chacune de ces branches, un domaine d activité significatif, tant par sa représentativité sur l agglomération que par la nature même de l activité choisie, a été sélectionné. Une entreprise type a donc été modélisée et dimensionnée pour être analysée sur des aspects fiscaux, sociaux, immobiliers, mais également sur son éligibilité aides publiques. Il s agit donc d analyser de la manière la plus objective et complète les avantages comparés à l implantation d activités économiques pour les entreprises modélisées : Selon quatre critères : fiscalité, coût du travail, coût de l immobilier et aides d. Sur trois territoires : le canton de Genève, le district de Nyon et la France voisine. Cependant, si la détermination et le chiffrage des avantages comparés nécessite la modélisation d entreprises type, cet exercice comporte bien évidemment un certain nombre de limites. En premier lieu, le choix d une activité au sein de branches à large spectre exclut forcément d autres activités également représentatives du domaine étudié. Ainsi, le service aux entreprises regroupe aussi bien des prestataires de services que des fournisseurs de marchandises intervenants dans des domaines divers et variés. Ensuite, la même activité pourra être exercée par des entreprises différentes par leur taille, leur forme juridique, leur spécialisation ou leur marché. La construction regroupe ainsi des acteurs de taille nationale comme de petits artisans. Modéliser une entreprise type devient forcément un exercice réducteur mais nécessaire pour effectuer des comparaisons. Ces contraintes nous ont donc amené à bâtir un modèle de comparaison dont l usage pourra être étendu à d autres tailles d entreprises ou à d autres domaines d activité dans des études complémentaires. Pondération des résultats Les résultats de l analyse des quatre critères que l on pourrait qualifier de quantitatifs ne peuvent être considérés comme d importance similaire dans le choix d implantation d une entreprise. En effet, la représentativité de chaque critère, tant dans les comptes des entreprises que dans l esprit du dirigeant, doit être considérée. Ainsi, chaque critère «quantitatif» verra son résultat pondéré selon un coefficient représentatif de son poids économique et de l intérêt qu il suscite chez les dirigeants d entreprises. 10 / 155

11 A cette fin, une enquête qualitative a été réalisée auprès de plus de 196 dirigeants d entreprises, représentatives des structures modélisées et implantées de part et d autre de la frontière, afin de recueillir leur attachement aux problématiques développées dans la présente étude CADRAGE DE L ÉTUDE Les huit domaines d activité étudiés regroupent, pour certains d entre eux, une grande diversité d entreprises. Des arbitrages, entre les domaines d activités développées, ont donc été rendus nécessaires en fonction : De la taille des entreprises susceptibles de s implanter dans les zones d activité définies dans la PPDE. Certaines entreprises ont donc été jugées de taille incompatible, comme le commerce de proximité ou l artisanat local en entreprise individuelle. De la réglementation imposée et les conditions d exercice de certaines professions, rendant ainsi secondaire, voire inapproprié, le choix du lieu d implantation des dites entreprises. De certaines activités définies par les études précédentes, comme représentatives d un savoir faire local, au détriment d autres activités compatibles avec le secteur étudié, mais jugées moins significatives de par leur fréquence d implantation. Une implantation sous forme sociétaire a été retenue pour toutes les entreprises définies. Cependant, il est rappelé que le modèle élaboré, permettra dans la continuité de l étude, d étudier d autres entreprises qui pourront être jugées d intérêt CADRAGE GEOGRAPHIQUE L étude porte sur les avantages liés à l implantation d activités économiques dans le secteur géographique du projet d agglomération Franco Valdo Genevois, à savoir le canton de Genève, le district de Nyon et le territoire français en périphérie CADRAGE DIMENTIONNEL Certaines activités sont exercées par une telle diversité d entreprises, de par leur taille, leur forme juridique ou leur nombre de salariés, qu il a été nécessaire de définir une structure modèle présente ou susceptible d être implantée dans les zones définies par la PPDE. 11 / 155

12 A ce titre, il n a pas été attribué à l entreprise définie, un nombre de salariés exact, mais sa taille a été appréhendée par le dépassement ou non de certains seuils réglementaires (exemple : ± 20 salariés) LIMITES ET ARBITRAGES LIÉS AUX SOURCES DOCUMENTAIRES La définition du modèle élaboré s est heurtée aux limites des sources statistiques publiées et disponibles dans les différentes zones étudiées. Ainsi, la présentation souhaitée sous forme de compte d exploitation, n a pu être construite que sur la base de données sectorielles françaises disponibles par codes NACE. Ces sources statistiques n étant pas disponibles en Suisse. Cette absence de données statistiques dites sectorielles a eu plusieurs conséquences sur présentation des résultats de l étude effectuée. Le principe de présentation de la comparaison de critères étudiés au sein d un compte de résultat (ou d exploitation) a pour but de permettre une lecture rapide et améliorée. L objectif n est cependant pas de comparer la performance des entreprises mais le poids de la fiscalité, des salaires et charges sociales, des aides d Etat et de l immobilier dans les comptes d une entreprise implantée dans chacune des zones. Les autres composantes du compte de résultat (marge commerciale, charges externes, dotations aux amortissements ) ne doivent pas influencer l analyse de la comparaison des critères effectués. Ainsi, l utilisation d une source statistique de données sectorielles française n a pas d influence sur le résultat souhaité de l étude. Pour accentuer l objectif de mesure du poids des critères quantitatifs étudiés, les comptes d exploitation ont été présentés en base 1000 et non dans une unité monétaire. Ceci permet d orienter le lecteur vers la lecture des grandes masses du résultat mesurées en pourcentage et en particulier vers le poids de l impôt, des salaires et charges sociales. Cependant, il est impossible de s écarter totalement du volume d affaires de l entreprise étudiée. En effet, retenir une base 1000 de chiffre d affaires sur chacune des trois zones étudiées revient à considérer qu à volume de transactions équivalent, le chiffre d'affaires sera également équivalent. Si cette hypothèse peut être retenue pour comparer des villes d un même pays, pour comparer une implantation d entreprise en Suisse à une implantation en France, il nous faut tenir compte du différentiel de coût de la vie. Différentes études comparant le coût de la vie tantôt entre la Suisse et la France, tantôt entre Genève et la France voisine permettent d estimer à environ 20% cet écart. Pour un nombre de transactions équivalentes, nous pouvons donc estimer que le chiffre d'affaires (toutes taxes comprises) d une entreprise suisse sera supérieur 20% à celui d une entreprise française. C est donc logiquement ce différentiel qui a été retenu entre la base 1000 française et celle des deux entreprises suisses. 12 / 155

13 2. BRANCHE D'ACTIVITE INTRODUCTION Pour s inscrire dans la continuité des autres études menées dans le cadre de la PPDE, les huit branches d activité précédemment dégagées ont été reprises, à savoir : Pour une comparaison précise et chiffrée des avantages comparés d implantation, une à deux entreprises types ont été définies par branche d activité. La forme juridique est celle des sociétés de capitaux. Le résultat des avantages comparés par entreprise modélisée est présenté sous forme d un compte de résultat issu des statistiques françaises de l INSEE (ALISSE). Ces dernières fournissent des données comptables sectorielles par taille d entreprise et par code d activité. 13 / 155

14 Cette source statistique n existant pas en Suisse, nous nous sommes servis des bases françaises et avons extrapolé un compte de résultat sur Genève et sur Vaud, corrigé des points suivants : Comparaison du coût de la vie entre la France et la Suisse : -Étude du Cabinet Mercer Human, ressource consulting réalisée pour la MED en septembre Comparaison étude du coût de la vie entre Annemasse et Genève : % à Genève (annexe n ). -Index E & S du DFAE (Département Fédéral des Affaires Etrangères Suisse) de mars Ce taux représente une moyenne pondérée de l index de l OCDE et de l index de l UBS Suisse, pondérée de l évolution semestrielle. L index E & S constitue un indicateur réalisé pour les nouveaux arrivants et les personnes venant de Suisse % Une correction de niveau de vie de 20 % a donc été introduite dans l étude pour comparer les comptes d exploitation de la Suisse et de la France. Cependant, les indices de prix servant à la comparaison de niveaux de vie entre les différents pays sont établis par comparaison de prix de marchandises et services toutes taxes comprises, alors que les produits et charges d une entreprises figurent hors TVA dans un compte de résultat. Si deux pays ont des taux courants de TVA différents, ce qui est le cas de la France et de la Suisse, un retraitement supplémentaire doit être effectué comme suit : Incidence de la TVA sur le chiffre d'affaires comparé : Taux courant de TVA française : 19,6% Taux courant de TVA suisse : 7,6% Si une entreprise française vend un produit hors taxes, son prix de vente sera donc de x 1,196 : Toutes Taxes Comprises. Compte tenu d un différentiel de coût de la vie de 20% entre la France et la Suisse, le même produit sera vendu (1.196 x 1,2) toutes taxes comprises en Suisse. Or comme le compte de résultat d une entreprise étant présenté HT, ce produit sera inscrit pour dans les comptes d une entreprise suisse. 14 / 155

15 En définitive, la base de chiffre d'affaires retenue dans l étude pour une entreprise française correspondra à une base de pour une entreprise suisse corrections faites des écarts de coûts de la vie et de TVA AUTRES COMPOSANTES DU COMPTE DE RÉSULTAT Les charges d exploitation : sont considérées 33,4 % plus élevées en Suisse par rapport à la France. Les charges de personnel : elles sont calculées en fonction de statistiques suisses et françaises. Le calcul est détaillé dans la Partie 4 de la présente étude. Les impôts et taxes : ils sont déterminés en fonction de chaque réglementation et sont commentés dans la Partie 3 de cette étude. En conclusion, les facteurs étudiés sont considérés, dans la présentation des résultats, pour leurs poids respectifs mesurés. Les autres composantes des comptes d exploitation présentés résultent de données statistiques françaises corrigées des écarts de coût de la vie et de tva pour les entreprises suisses. Le lecteur est donc invité à ne pas s attarder sur les performances des entreprises présentées mais à comparer le poids, en pourcentage, des critères étudiés (fiscalité, social, immobilier, aides) dans le compte d exploitation d une entreprise modélisée sur les trois territoires. LES LIMITES DE CES DEUX CHOIX : Certaines branches regroupent un panel très large d activités exercées. Le fait de ne retenir qu une ou deux entreprises types, écarte, en conséquence, certaines activités pourtant significatives. Cependant, le modèle élaboré permet d établir, si besoin, de nouvelles comparaisons. La modélisation d une entreprise type conduit également à généraliser les approches de domaines tels que la fiscalité, le social, l immobilier ou les aides qui sont pourtant spécifiques à chaque cas d espèce. L indice du coût de la vie retenu, faute d étude plus ciblée, tient compte des coûts de produits destinés à la consommation des ménages et non uniquement des entreprises. La taille retenue pour les entreprises types n a pour objectif que de calibrer les différents seuils fiscaux et sociaux afin de mieux en mesurer le poids et non la valeur. 15 / 155

16 2.2. STOCKAGE LOGISTIQUE Ce secteur regroupe les activités de transport, de stockage, de logistique et de distribution de marchandises. C est un secteur qui évolue dans un contexte difficile en raison de la concurrence étrangère, du renforcement de la législation et de la hausse des prix du carburant. Les réglementations à venir concernant la limitation des émissions de gaz à effet de serre vont encore durcir les conditions d exploitation de ces entreprises. C est dans ce contexte que les entreprises de transport routier évoluent et se diversifient vers des prestations complémentaires de logistique (collecte de fret, préparation de commande, conditionnement, tenue de stock, manutention, ) APPROCHE DU SECTEUR PAR RAPPORT AUX FACTEURS À CARACTÈRE QUANTITATIFS FACTEURS QUANTITATIFS CARACTÉRISTIQUES Généralités Fiscalité Social Immobilier Aides Investissements importants : locaux, véhicules, matériel Localisation proche d'un axe routier Concurrence forte Taxe foncière Fiscalité classique Besoin de personnel qualifié Réglementation sur les horaires Besoin de superficie en bâtiment et en terrain Locaux de stockage Accessibilité pas d'aides spécifiques CRITERES DU CHEF D ENTREPRISE La localisation, foncier disponible et proche axe routier Coût social Obligations douanières 16 / 155

17 ENTREPRISE TYPE DU SECTEUR L entreprise type choisie est une entreprise de manutention et entreposage. Il s agit donc de services auxiliaires de transports se développant fortement. L activité de transport proprement dite est en difficulté du fait de la concurrence étrangère, des coûts d exploitation de plus en plus élevés et de la concentration. Cette activité comporte également un volet douanier. En fonction des zones d achalandage des marchandises entreposées, il sera préférable d être d un côté ou de l autre de la frontière. Notamment en France si la zone concerne l Europe. Cet aspect n est pas abordé dans la présente étude. La taille retenue est de plus de 20 salariés et de moins de 50 salariés. Cette taille correspond à des entreprises régionales, qui ont besoin d un certain volume d affaires pour rentabiliser leurs investissements initiaux. LE COMPTE DE RÉSULTAT TYPE : 17 / 155

18 2.3. ENTREPRISES DE TECHNOLOGIES AVANCEES Les entreprises de technologie avancées utilisent des procédés de fabrication innovants ou des technologies avancées ou exercent des activités de recherche et développement. Elles sont à la pointe de la technologie. Ces sociétés requièrent du personnel hautement qualifié, des infrastructures importantes (matériels, hygiène, sécurité,...) et un besoin de synergie avec d autres structures (mise en commun de moyens, ) APPROCHE DU SECTEUR PAR RAPPORT AUX FACTEURS A CARACTÈRE QUANTITATIFS ET QUALITATIFS FACTEURS QUANTITATIFS Généralités Fiscalité Social Immobilier Aides CARACTÉRISTIQUES Besoin de synergie Investissements significatifs Fort besoin en capitaux avantages fiscaux pour la R&D Exonération des jeunes entreprises innovantes L'homme et sa connaissance font partie intégrante de la réussite (Hautes qualification) Foncier de qualité avec une superficie moyenne Crédit impôt recherche Jeunes entreprises innovantes CRITERES DU CHEF D ENTREPRISE Trouver le personnel adéquat Exonérations et aides fiscales Financeurs 18 / 155

19 ENTREPRISE TYPE DU SECTEUR L entreprise type choisie est une entreprise de recherche et développement. Il peut s agir soit d entreprises nouvelles travaillant sur un brevet, soit de structures faisant de la recherche appliquée dans des domaines spécifiques et notamment pour l industrie. Ce type de structure regroupe les caractéristiques de procédés complexes, de besoin en personnel hautement qualifié et d aides d état existantes à ce jour. La taille choisie est de plus de 20 salariés. Ce qui correspond a des projets significatifs. LE COMPTE DE RÉSULTAT TYPE : En France, le crédit d impôt recherche (CIR) est égal à 30 % des dépenses de recherche inférieures ou égales à 100 millions d euros et à 5 % au-delà. Pour les entreprises qui en bénéficient, pour la première fois et pour celles qui n en ont pas bénéficié depuis cinq ans, ce taux est de 50 % la première année et de 40 % la deuxième. L étude étant réalisée sur une durée d activité à moyen terme, nous retiendrons un taux de 30 %. Il est estimé que le poste «autres achats et charges externes» comprend 70 % de dépenses de recherche et que 80 % du poste personnel entre dans la base de cette aide fiscale. 19 / 155

20 2.4. INDUSTRIE TRADITIONNELLE ET CONSTRUCTION Cette branche d activité comprend deux secteurs : l industrie traditionnelle : il s agit d activité de production classique avec un savoir faire spécifique mais sans procédé de fabrication complexe. Ce secteur comprend notamment la sous-traitance pour la grosse industrie (automobile, horlogerie, ) la construction : ce secteur comprend les établissements dont l'activité principale est la construction, la réparation et la rénovation d'immeubles et de maisons individuelles. Les établissements de ce secteur peuvent exercer leurs activités pour leur propre compte ou pour celui d'autres établissements avec qui ils sont liés par contrat. APPROCHE DU SECTEUR PAR RAPPORT AUX FACTEURS À CARACTÈRE QUANTITATIFS INDUSTRIE TRADITIONNELLE FACTEURS QUANTITATIFS Généralités Fiscalité Social Immobilier Aides CARACTÉRISTIQUES Investissements significatifs en matériel de production Savoir-faire Souvent activité de sous-traitance: fluctuation des commandes importante Variation du coût des matières premières Taxe foncière Fiscalité classique Besoin de main d'œuvre qualifiée Besoin de superficie Locaux spécialisés Accessibilité (zone industrielle) pas d'aides spécifiques CRITERES DU CHEF D ENTREPRISE La localisation La main d'œuvre disponible et qualifiée 20 / 155

21 CONSTRUCTION FACTEURS QUANTITATIFS Généralités Fiscalité Social Immobilier Aides CARACTÉRISTIQUES Investissements significatifs dans travaux publics, peu dans le bâtiment. Pénurie de main d'œuvre chronique Clientèle locale Fiscalité classique Besoin de main d'œuvre qualifiée Coût significatif Peu de besoin en superficie et en qualité Entrepôt pour matériel Réalisation chez les clients pas d'aides spécifiques CRITERES DU CHEF D ENTREPRISE Le marché local La main d'œuvre disponible et qualifiée 21 / 155

22 ENTREPRISE TYPE DU SECTEUR INDUSTRIE TRADITIONNELLE L entreprise type choisie est une société de mécanique industrielle (travail des métaux). Elle comprend en grande partie la production pour des tiers de pièces diverses par traitement des matières (usinage). Ce choix permet de regrouper les caractéristiques principales du secteur soit : un savoir faire spécifique, une activité de sous-traitance, un besoin en main d œuvre et en locaux spécialisés. Cette activité est largement représentée sur le territoire de l agglomération. La taille choisie est de plus de 20 salariés et de moins de 50 salariés. D une part, le savoir faire souvent basé sur quelques procédés implique majoritairement une taille de structure moyenne, d autre part, le fonctionnement de l outillage de production exige un minimum d opérateurs. LE COMPTE DE RÉSULTAT TYPE : CONSTRUCTION 22 / 155

23 L entreprise type choisie est une société de maçonnerie générale. Ce secteur est le plus important du bâtiment car appartenant au gros oeuvre. Le travail de maçon reprend les activités suivantes : les travaux courants de terrassement, les activités de gros œuvre tant pour la création que pour la rénovation de bâtiment. Le défi dans cette activité est de répondre aux exigences croissantes de performances énergétiques. La taille choisie est moins de 10 salariés. En effet, s agissant d une clientèle locale, la taille moyenne des structures est de petite envergure. 23 / 155

24 2.5. SERVICES DE DISTRIBUTION ET SERVICES À LA PERSONNE Ce secteur regroupe l ensemble des services proposés aux particuliers dans un contexte de consommation de masse. Il s agit en outre de la grande distribution (alimentaire, ameublement, bricolage, décoration et habillement), des services de proximité (hôtes-cafés-restaurants, garage automobile, tourisme ) ou de services dits professionnels (agence immobilière, agents d assurance ). C est un marché saturé où l offre se doit d être diversifiée pour pouvoir fidéliser le client. Un actif sur vingt exerce sa profession dans ce secteur d activité. APPROCHE DU SECTEUR PAR RAPPORT AUX FACTEURS À CARACTÈRE QUANTITATIF FACTEURS QUANTITATIFS Généralités Fiscalité Social Immobilier Aides CARACTÉRISTIQUES Investissements non significatifs hormis le bâtiment (rayonnages, meubles présentoirs). Clientèle volatile Marché hautement concurrencé, mais dynamique Fiscalité classique Impact de la TVA Possibilité de l'imposition à la taxe sur les grandes surfaces (France) Poste significatif dans le compte de résultat La majeure partie du personnel ne nécessite pas de qualifications spéciales Heures payées au personnel par rapport aux horaires d'ouverture Tout dépend de la surface de vente et de la clientèle visée 1. grande distribution : zones commerciales 2. commerce d'une envergure moins importante : en centre commercial ou en zones de concentration urbaine Le besoin en superficie dépend du métier exercé Réduction sur les bas salaires 24 / 155

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable.

Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. DROIT FISCAL Section 1 Intro : Tous les entreprises en France s appliquent aux l IS. Ils sont tous à la fois redevable et contribuable. Les entreprises en France payent la majorité de leur impôt à l étrange.

Plus en détail

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012

LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 FM/AMA 25 janvier 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 ET LOIS DE FINANCES RECTIFICATIVES POUR 2012 Les principales mesures de la Loi de Finances pour 2013 et des Lois de Finances rectificatives pour 2012, sont

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2014 5 novembre 2013 Experts Comptables Commissaires aux Comptes 43, rue de Liège 75008 Paris Tél. : 33 (0) 1 44 90 25 25 Fax 33 (0) 1 42 94 93 29 E-mail : contact@caderas-martin.com PROJET DE LOI DE FINANCES

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2011/26/06 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2011/24 NOTE COMMUNE N 15/2011 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE

COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE Fiche technique réglementaire Version du 18 juillet 2008 COMPTABILITE : NOTIONS DE BASE 1. DEFINITION La comptabilité peut être définie comme une technique normalisée d enregistrement des flux (achats

Plus en détail

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998

Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Corrigé de l'épreuve de fiscalité du certificat de révision comptable Session principale - Juin 1998 Question 1 : Il s agit de la réalisation simultanée de deux projets, l un de renouvellement et l autre

Plus en détail

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages)

table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) table des matières (Les chiffres renvoient aux numéros de pages) SOMMAIRE... liste des abréviations... VII XI INTRODUCTION GÉNÉRALE... 1 PREMIÈRE PARTIE Fiscalité directe (impôt sur le revenu et impôt

Plus en détail

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008

LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2008 Micro -entreprises L option pour l année 2009 pour le versement forfaitaire libératoire des cotisations et contributions sociales des travailleurs indépendants relevant

Plus en détail

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)...

PARTIE 1 L IMPOSITION DU RÉSULTAT DANS LE CADRE DES ENTREPRISES INDIVIDUELLES. Titre 1. Les bénéfices industriels et commerciaux (BIC)... TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 I. L impôt... 1 II. Les classifications usuelles des impôts et des taxes... 3 III. Le rendement des différents impôts et taxes... 5 IV. Les sources du droit fiscal...

Plus en détail

RÈGLEMENT. Note de présentation

RÈGLEMENT. Note de présentation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES RÈGLEMENT N 2015-01 du 2 avril 2015 Relatif aux comptes des comités d entreprise, des comités centraux d entreprise et des comités interentreprises relevant de l article

Plus en détail

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE

ACADEMIE DE CAEN REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE REFERENTIEL EXPERIMENTAL BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE PREMIERE BAC PRO 3 ANS COMPTABILITE LES OPERATIONS COURANTES CONNAISSANCES Les produits d exploitation les obligations relatives aux ventes La ventilation

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE06 FINANCE D ENTREPRISE - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER - 11 points 1. Complétez le

Plus en détail

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE)

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE) 1. LES SOURCES L enquête annuelle d entreprise (EAE) L enquête annuelle d entreprise (EAE) est élaborée dans le cadre du règlement européen n 58 / 97 du Conseil du 20 décembre 1996 relatif aux statistiques

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

Le statut de Jeune Entreprise Innovante Et La réforme du Crédit d Impôt Recherche Centrale Start Up 26 mai 2004

Le statut de Jeune Entreprise Innovante Et La réforme du Crédit d Impôt Recherche Centrale Start Up 26 mai 2004 Le statut de Jeune Entreprise Innovante Et La réforme du Crédit d Impôt Recherche Centrale Start Up 26 mai 2004 Fabrice Patrizio Avocat Associé Tel : 01 40 67 17 00 Fax : 01 40 67 28 80 f.patrizio@rambaud-martel.com

Plus en détail

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE

LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE LISTE DES PRINCIPAUX INDICATEURS UTILISES DANS L ANALYSE DES DOCUMENTS DE SYNTHESE RATIOS DE STRUCTURE = Ratios qui mettent en rapport les éléments stables du bilan et dont l évolution traduit les mutations

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DE LA PROTECTION SOCIALE Décret n o 2004-486 du 28 mai 2004 relatif aux règles prudentielles applicables aux mutuelles et unions pratiquant

Plus en détail

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France

ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France ABCD KPMG Entreprises Pays de l'ain et du Lyonnais 51 rue de Saint-Cyr CS 60409 69338 Lyon Cedex 09 France Téléphone : +33 (0)4 37 64 78 00 Télécopie : +33 (0)4 37 64 78 78 Site internet : www.kpmg.fr

Plus en détail

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE

NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE NORME IAS 07 LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 12 : IMPÔTS SUR LE RÉSULTAT...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707

Enquête sur l industrie des ser. vices de taxi et de limousine. Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Enquête sur l industrie des ser vices de taxi et de services limousine Système de documentation des données statistiques Numéro de référence 4707 Concepts Énoncé de la qualité des données Enquête unifiée

Plus en détail

Morvilliers Sentenac Avocats

Morvilliers Sentenac Avocats Newsletter n 13... Février 2013 Morvilliers Sentenac Avocats Actualités fiscales Les lois de finance votées en fin d année modifient sensiblement le paysage fiscal en accroissant les charges fiscales pesant

Plus en détail

- 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT

- 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT - 02 - ANALYSE ECONOMIQUE DU TABLEAU DE RESULTAT Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Passage des S.I.G. selon le P.C.G. (analyse juridique) aux S.I.G. selon la Centrale de Bilans de la Banque

Plus en détail

DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL

DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL DCG session 2011 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 : TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE ET CONTROLE FISCAL 1. Quelles sont les composantes et la valeur des coefficients de déduction applicables : -

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014

Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 Mesures patrimoniales du projet de loi de finances pour 2014 INTRODUCTION : Le projet de loi de finances est bâti sur une prévision de croissance de +0,1 % en 2013 et de +0,9 % en 2014. Cette dernière

Plus en détail

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER

REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER Février 2010 REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET NOUVEAU PANIER DE RESSOURCES POUR LES COLLECTIVITES LOCALES 1 RE PARTIE PRESENTATION DES GRANDS PRINCIPES Depuis le 1 er janvier 2010, les entreprises

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Définitions des principales variables diffusées

Définitions des principales variables diffusées Définitions des principales variables diffusées Achats de carburants : achats de carburants (essence, super, gazole, GPL, kérosène, fuel, biocarburants, additifs) destinés à faire fonctionner les moyens

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA

LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA Secrétariat Général Direction des finances LE REGIME FISCAL DU CNRS EN MATIERE DE TVA L ASSUJETTISSEMENT DES RECETTES A LA TVA Depuis le 1 er janvier 2005, le CNRS est considéré par la Direction de la

Plus en détail

Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? Plan de l exposé

Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? Plan de l exposé Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? PETIT DÉJE JEÛNER DES PME & START-UP séminaire du 23.3.2007 DÉPARTEMENT DES FINANCES Administration

Plus en détail

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE?

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR En pratique, le régime de la micro-entreprise est un régime fiscal simplifié pouvant s appliquer à tous les exploitants individuels,

Plus en détail

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES

SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES SUCCURSALE SPECIFICITES JURIDIQUES, COMPTABLES et FISCALES CONFERENCE du 13 DECEMBRE 2006 Béatrice COQUEREAU Patrick DONSIMONI Commission Internationale Conférence 13/12/2006 - SUCCURSALE 1 INTRODUCTION

Plus en détail

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés Glossaire Activité principale L activité principale exercée (APE) est déterminée en fonction de la ventilation des différentes activités de l unité légale. C est la ventilation du chiffre d affaires dans

Plus en détail

CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE

CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE CHAPITRE 9 NOTIONS FONDAMENTALES DE FISCALITE Les résultats de toute activité industrielle et commerciale sont soumis à imposition. Ces impôts servent notamment à financer les charges de l Etat et des

Plus en détail

De l'implantation au rythme de croisière

De l'implantation au rythme de croisière De l'implantation au rythme de croisière Contexte recherché (entreprises et Etat) Conditions cadre ordinaires (sociétés) Octroi et portée des allégements fiscaux Cas des salariés Politique économique Que

Plus en détail

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E

204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E CENTRE SOCIAL DE CHAMPVERT 204, Avenue Barthélémy BUYER 69009 LYON COMPTES ANNUELS AU 31 DECEMBRE 2014 S O M M A I R E NOTE SUR LES COMPTES ANNUELS 1 BILAN 2 3 COMPTE DE RESULTAT 4 5 ANNEXE Informations

Plus en détail

SELECT ARDENNES! L Agence de Développement Economique. * Sous conditions

SELECT ARDENNES! L Agence de Développement Economique. * Sous conditions L Agence de Développement Economique * Sous conditions Situation géographique ouverte sur le Benelux, Savoir-faire industriel historique, en prise sur les nouvelles technologies, Dispositif quasi-unique

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE

NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE NOTICE EXPLICATIVE DU BUSINESS PLAN PACA ÉMERGENCE Préambule Le Business Plan (ou plan d affaire) est un document qui décrit le projet d activité, fixe des objectifs, définit les besoins en équipements,

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Direction de la sécurité sociale. Sous-direction du financement de la sécurité sociale Protection sociale Sécurité sociale : organisation, FINANCEMENT MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale _ Sous-direction

Plus en détail

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ)

FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) FONDS D AIDE À L EMPLOI POUR LES JEUNES (FAEJ) EXIGENCES EN MATIÈRE DE VÉRIFICATION ET DE RESPONSABILITÉ APPLICABLES POUR LA PÉRIODE DU 1ER AVRIL 2015 AU 30 SEPTEMBRE 2015 Avril 2015 FONDS D AIDE À L EMPLOI

Plus en détail

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com

LOI DE FINANCE 2013 22/01/2013. Aella Conseil 76 boulevard Exelmans 75016 Paris. Tél : 01 44 14 04 04 contact@aellaconseil.com LOI DE FINANCE 2013 La loi de Finance 2013 apporte son lot de nouveautés. Nombre de régimes tant pour les entreprises que pour les particuliers sont impactés en profondeur. Ci-après la revue des principaux

Plus en détail

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG)

- 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) - 03 - Analyse du tableau de résultat Les Soldes Intermédiaires de Gestion (SIG) Objectif(s) : o Méthode d'évaluation des Soldes Intermédiaires de Gestion, o Interprétation des Soldes Intermédiaires de

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010

israéliens Les intérêts Principes : retenue à la source limitée à 10 % Mais exonérés d imposition en France depuis le 1 er mars 2010 des revenus catégoriels dans la convention fiscale France-Isra Charles SCHEER, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal, Cabinet SCHEER Hervé OLIEL, Avocat à la Cour, Spécialiste en Droit fiscal,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FINANCEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA RÉFORME DE L ÉTAT MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS

Plus en détail

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers

Comment se contrôler? Comptabilisation et présentation des impôts différés dans les états financiers Comprendre les impôts différés Les impôts différés constituent un sujet qui fait généralement peur dans la mesure où ils sont le plus souvent perçus comme abstraits et complexes. Pour autant, le développement

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à

Le Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du à Le Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du à 1 Présentation générale Annoncé le 14 janvier 2014 par le Président de la République puis présenté par le Premier ministre lors de sa déclaration

Plus en détail

La Société de Participations Financières luxembourgeoise

La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise La Société de Participations Financières luxembourgeoise, communément appelée «SOPARFI», est la société de droit commun luxembourgeoise. Elle est

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS FONDATION D ENTREPRISE CHANEL 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS Exercice du 18 juin 2011 au 31 décembre 2012 SOMMAIRE COMPTES ANNUELS ANNEXE 6 1. Faits caractéristiques

Plus en détail

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins

Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Fiscalité Revenus de droits d auteur & des droits voisins Loi du 16 juillet 2008 modifiant le code des impôts sur le revenu et organisant une fiscalité forfaitaire des droits d auteur et des droits voisins

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES

LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES LA LOCATION DE LOCAUX EQUIPES Un schéma d optimisation d fiscale et patrimoniale 1 place du 18 juin 1940-74940 ANNECY LE VIEUX Tél. : 04.50.23.10.40 fax : 04.50.23.39.83 Mél. : contact@agika.fr Document

Plus en détail

Le crédit d impôt recherche (CIR)

Le crédit d impôt recherche (CIR) Le crédit d impôt recherche (CIR) Informations générales Activités concernées Dépenses éligibles DRRT Service chargé de l action déconcentrée de l État dans les domaines de la recherche, de la technologie,

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 Sujet 1-6 points 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois composantes - 1 point Le coefficient de déduction permet de déterminer pour chaque bien ou service

Plus en détail

La fiscalité en Ehpad

La fiscalité en Ehpad La fiscalité en Ehpad Etat des lieux Réunion Groupe de travail Ehpad Mardi 24 mars 2015 1 SOMMAIRE 1. L offre en Ehpad Des formes juridiques très hétérogènes Une forte croissance de l offre du secteur

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS

Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS 2006S ÉCURITÉ SOCIALE Projet de loi de financement de la Sécurité sociale - PLFSS ANNEXE 4 Recettes des régimes de sécurité sociale par catégorie et par branche www.sante.gouv.fr www.social.gouv.fr ANNEXE

Plus en détail

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com

ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com ACCOMPAGNER L INNOVATION www.parlonsentreprise.com Sommaire INTRODUCTION ET DEFINITIONS Soutenir la recherche et developpement : une volonte politique La mission de l Expert-Comptable Table ronde 2 Une

Plus en détail

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques

Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Les nouvelles mesures pour consolider la trajectoire de finances publiques Intervention de Pascal LABET Comité Directeur Confédéral 14 septembre 2011 Un effort de consolidation budgétaire qui passe par

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463

Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ AVANTAGES SOCIAUX FUTURS Ce que vous devez savoir au sujet des chapitres 3462 et 3463 La comptabilisation des avantages sociaux futurs peut être complexe, mais

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL

RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL 2015 S O M M A I R E 1. ATTESTATION DU RESPONSABLE DU RAPPORT FINANCIER... 4 2. RAPPORT SEMESTRIEL D ACTIVITES... 5 2.1 FAITS MARQUANTS... 5 2.2 COMMENTAIRES SUR L ACTIVITÉ

Plus en détail

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011

Du résultat social au résultat consolidé Novembre 2011 Du résultat social au résultat consolidé Novembre 011 Du résultat social au résultat consolidé Préambule Les comptes consolidés ont pour but de présenter le patrimoine, la situation financière et les résultats

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA

VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA BORDEREAU DE RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES VEUILLEZ EGALEMENT JOINDRE LA BALANCE ET L ENSEMBLE DES DECLARATIONS DE TVA Code adhérent : Nom et prénom / Raison Sociale : 0GID00 Informations Identification

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances Direction de la sécurité sociale Sous-direction du Financement de la sécurité sociale Bureau 5D Recettes fiscales Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l économie et des finances

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

La fiscalité des associations. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil

La fiscalité des associations. Audit Commissariat aux comptes Expertise comptable & Conseil La fiscalité des associations Sommaire 2 Pages Rappel des fondamentaux 3 Critères de non lucrativité 5 Franchise des activités lucratives 10 Sectorisation des activités 12 Exonérations de taxe sur la valeur

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements»

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements» Les dépenses fiscales Les difficultés de définir la norme Les dépenses fiscales s analysent comme «des dispositions législatives ou réglementaires dont la mise en œuvre entraîne pour l Etat une perte de

Plus en détail

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE

DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE DOSSIER DE CREATION D'ENTREPRISE BUSINESS PLAN Partie 2 : Le dossier financier 1 Vous êtes prêt à créer votre entreprise? Ce dossier va vous permettre de préciser et de mettre en forme votre projet de

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 1 er janvier 2009) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi

Plus en détail

9 Mai 2005 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES

9 Mai 2005 BULLETIN DES ANNONCES LÉGALES OBLIGATOIRES 12981 DIGITECH Société anonyme au capital de 408 000 e. Siège social avenue Fernand Sardou, Z.A.C. de Saumaty, 13016 Marseille. B 384 617 031 R.C.S. Marseille. Passif 2003 Produits constatés d avance..............

Plus en détail

RAPPORT D'EVALUATION Exemple

RAPPORT D'EVALUATION Exemple RAPPORT D'EVALUATION Exemple Rapport d'évaluation 2/7 Nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que les informations contenus dans ce rapport (chiffres, tableaux, hypothèses) ont été élaborées à

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTE n 3 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2001-2002 18 juillet 2002 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2002

Plus en détail

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

LOCATION DE VOITURES. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 LOCATION DE VOITURES SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA LOCATION DE VOITURES... 4 L'ACTIVITÉ DE LA LOCATION DE VOITURES... 6 LES POINTS DE VIGILANCE DE LA LOCATION

Plus en détail

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux

Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux Ordonnance relative à la constitution de réserves de crise bénéficiant d allégements fiscaux (OCRC) 823.331 du 9 août 1988 (Etat le 20 juillet 2004) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 22 de la loi fédérale

Plus en détail

FISCALITE APPLICABLE A L ASSURANCE : CAS DE L IMPOSITION A LA TAXE SUR LA VALEUR AJOUTEE (TVA) DES COMMISSIONS DES INTERMEDIAIRES D ASSURANCES Présenté par : Ida ABLOUTAN Inspecteur des Impôts PLAN Introduction

Plus en détail

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens

Fiscalité FISCALITE. Les revenus du capital - Revenus fonciers - Revenus de capitaux mobiliers - Plus values sur cessions de biens Fiscalité 1 Le cloisonnement des revenus en différentes catégories, en fonction de l activité, ne simplifie pas l imposition des pluriactifs. Cela engendre des charges administratives lourdes (plusieurs

Plus en détail

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise

Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise Fiche n o 1. Souscrire au capital d une petite et moyenne entreprise 1 Une réduction d impôt sur le revenu est applicable en cas de souscription, avant le 31 décembre 2012, au capital d une petite et moyenne

Plus en détail

2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00

2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00 Adh. n Nom : Profession : 2014 INFORMATIONS IDENTIFICATION OGID00 Libellés IDENTIFICATION DU DOSSIER COMPTABLE Forme juridique Code Activité de la famille comptable Code Activité Libre PERIODE Date de

Plus en détail

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE

LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSEQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITE LOCALE 1 LES OBJECTIFS DE LA REFORME DE LA TP - favoriser la compétitivité des entreprises françaises - en particulier

Plus en détail