Master Pro STEP Génie de l Environnement & Industrie (GEI) IUP Génie de l Environnement - Université Paris- Diderot

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Master Pro STEP Génie de l Environnement & Industrie (GEI) IUP Génie de l Environnement - Université Paris- Diderot"

Transcription

1 Master Pro STEP Génie de l Environnement & Industrie (GEI) IUP Génie de l Environnement - Université Paris- Diderot ( ) M2 : UE 39U4GE53 Cas d étude Diagnostic Energétique d un bâtiment Rapport soutenu le 10 Décembre 2008 par Carol Toro Tuteur de Stage M. Jean-Pierre Frangi Labo Environnement et Développement / Equipe Géomatériaux et Environnement Institut de Physique du Globe de Paris M. Silvain Fourmond Maître de Conférences Maître de stage M. Yann Françoise Pilote du Plan Climat de Paris Direction des Espaces Verts et de l'environnement Service de l'écologie Urbaine. Master Sciences de la Terre, de l Environnement et des Planètes (STEP) Université Paris 7 Institut de Physique du Globe de Paris

2 SOMMAIRE SOMMAIRE...I CONVENTION DE STAGE... II REMERCIEMENTS... III RESUME...IV Résumé...IV Abstract...IV INTRODUCTION... 1 I. CONTEXTE... 2 A. Présentation de la direction des espaces verts et de l environnement DEVE... 2 B. Présentation du service de l écologie urbaine (SEU) La division de l éducation à l écologie urbaine La division des études et du contrôle des nuisances La division de développement Durable (DDD) Le service technique transversal (nommé Cellule des Ressources administratives et techniques)... 3 C. Présentation du contexte géographique... 3 D. Contexte du projet... 3 II. METHODOLOGIE... 5 A. L état énergétique de la ZAC PRG État initial (théorique) État de fonctionnement (observé) Comparaison des deux états... 5 III. ANALYSE... 6 A. Description du bâtiment pilote... 6 B. Typologie d'un bâtiment Critères Caractéristiques thermiques Fournisseur d énergie... 8 C. Etat initial... 8 D. Etat de fonctionnement Analyse environnementale Avant- Seine de la CNCE Extraits du Rapport Complet du Bilan Carbone (deux pages) CONCLUSION GLOSAIRE BIBLIOGRAPHIE A. Sites Internet B. Documents internes ANNEXES... A A. Zone d aménagement concertée de Paris-Rive-Gauche... A B. Réunions... B C. Extrait du DOE de la CNCE chapitre I Descriptions des installations... D I

3 CONVENTION DE STAGE II

4 REMERCIEMENTS Je tiens à remercier : M. FRANGI Jean-Pierre, tuteur, enseignant-chercheur, pour m avoir suivie et conseillée tout le long de l étude. M. FOURMOND Sylvain, tuteur, Maître de Conférences, pour m avoir suivie et conseillée tout le long de l étude. M. BERNARD BENOIT, Direction des Espaces Verts et de l'environnement Service de l'écologie Urbaine, pour sa patience et son investissement dans le projet et son soutien. M. FRANÇOISE Yann, Pilote du Plan Climat de Paris, Direction des Espaces Verts et de l'environnement Service de l'écologie Urbaine, pour m avoir accueillie à la marie Paris. M. CRESSENT Patrice, Responsable de projets environnement de la Caisse Nationale des Caisses d'epargne, Pour sa gentillesse et avoir fourni les informations nécessaires a l élaboration de ce projet. III

5 RESUME Résumé Le projet Eco-Citoyen s engage dans une politique de développement durable pour la ZAC PRG. Ainsi l objectif du cas d étude est de trouver des indicateurs énergétiques d un bâtiment pilote (bâtiment Avant-Seine de la CNCE), entre son état initial et son état en fonctionnement ; et ensuite, mesurer leur écart. L état initial est ce qui était prévue lors de la construction et l état en fonctionnement correspond à la consommation d énergie réelle du bâtiment. Pour trouver des indicateurs énergétiques, on a employé la méthodologie suivante : la recherche de données, l analyse des données utilisables et l écart entre l initial et le fonctionnement. Parmi les indicateurs énergétiques utilisés, certains ne sont pas techniques, mais concernent plutôt la typologie du bâtiment. Ce cas d étude, permet de réaliser un pré diagnostic qui a pour finalité la récolte des données nécessaire à la réalisation d un bilan carbone. Mots clés : diagnostic énergétique, consommation d énergie, bilan carbone, typologie du bâtiment. Abstract ZAC PRG (Paris Left bank) is engaged in a policy of sustainable development. Thus the objective of this case study is to find indicators of energy in a pilot building (the Avant Seine CNCE building), between his initial state and his operating state conditions; and them their difference. The initial state is that was planned during construction and the operating condition corresponds to actual energy consumption of building. In order to find energy indicators, the following methodology was chosen : data analysis, usable data retrieval and difference between initial state and operating state. Among the energy indicators used, some are not technical, but are rather related to the building typology. This case study gives us the possibility to carry out a pre-diagnosis which results in the acquisition of all data necessary in order to create a Carbontrust. Key words : energetic diagnostic, energy consummation, Carbontrust, building typology IV

6 INTRODUCTION De nos jours, les gens sont de plus en plus conscients de l importance de l environnement dans la vie quotidienne. Une manière de prendre en compte les conséquences de nos actions est de mesurer la quantité d énergie consommée, ce qui nous permet de connaître la quantité d émissions de gaz à effet de serre liée à la consommation. Le bilan carbone est un des outils développé pour quantifier ces émissions. Avant de faire un bilan carbone, il est important de connaître la consommation adaptée à nos besoins. La mission de ce cas d étude est de trouver des indicateurs énergétiques, entre l état initial est l état de fonctionnement d un bâtiment tertiaire, pour cela le bâtiment pilote choisi est le bâtiment Avant-Seine de la CNCE (Caisse National de caisses d Epargne). Il a été choisi car c est un bâtiment représentatif de la ZAC PRG, où sera réalisé le bilan carbone. Pour accomplir la mission, il est nécessaire de trouver des documents ayant des données théoriques, tel que le DOE (Dossier des Ouvrages exécutés), DIUO (Dossier d Intervention Ultérieure sur l Ouvrage) et les calculs techniques, ainsi que, des données de fonctionnement comme celles du DPE (Diagnostic de Performance Energétique) et de l analyse environnemental. Ayant pour but la confrontation de ces données et la détermination des écarts entre les données théoriques et les données de fonctionnement. 1

7 I. CONTEXTE A. Présentation de la direction des espaces verts et de l environnement DEVE La direction des espaces verts et de l environnement est le service de la ville de Paris en charge des questions environnementales de Paris. Elle gère le patrimoine de la ville de Paris qui a un rapport à la nature, comme par exemple les parcs et jardins, les cimetières, les arbres, mais aussi des serres et laboratoires. Elle assure aussi le suivi de grands projets d aménagement et d études ayant trait à l amélioration de la qualité de vie à Paris, comme par exemple le Plan Climat, certaines pollutions (sols, bruits, air) ou encore la protection de la biodiversité. Un de ses objectifs est aussi de sensibiliser les citoyens à la protection de l environnement, de les responsabiliser dans leur manière d agir par rapport à la nature (par exemple : tri des déchets, économie d eau et d énergie) et la consommation (par exemple : produits biologiques, équitables, emballages récupérables, etc.). La DEVE est composée de trois services principaux : le support, l exploitation, et le service d appui technique. Egalement, le service d appui technique est divisé en trois : le service du paysage et de l aménagement (SPA), le service des sciences et techniques du végétal et le service de l écologie urbaine (SEU) dans le cadre duquel j ai fait mon cas d étude. B. Présentation du service de l écologie urbaine (SEU) Le SEU est composé en trois divisions et d un service technique transversal. 1. La division de l éducation à l écologie urbaine Assume la majeure partie des activités pédagogiques aux niveaux scolaires et périscolaires et joue aussi un grand rôle dans la sensibilisation du grand public à travers des animations, des conférences, visites, etc. Ces thématiques accompagnent les projets et les études de service. Elle développe aussi des partenariats avec des associations et forme de plus des enseignants et des animateurs. 2. La division des études et du contrôle des nuisances S occupe de la surveillance, de la modélisation et de l amélioration de quatre secteurs principaux : La téléphonie mobile, la pollution des sols et des installations classées, le bruit et la qualité de l air (études scientifiques). 3. La division de développement Durable (DDD) Contient la structure dans laquelle j ai fait mon travail. Cette division est composée de quatre sections. La cellule de stratégie de développement durable a pour mission de participer à l élaboration de plans d actions en matière de développement durable. Le Pôle Urbanisme et Construction examine des permis de constructions parisiens, donne des avis dans les projets d aménagement, élabore un cahier des recommandations environnementales, et intègre les enjeux environnementaux 2

8 dans les opérations d aménagement urbain. Le Pôle Climat-Energies met en application le plan climat national, réalise le «bilan carbone de la ville», fait la promotion des économies d énergie et des énergies renouvelables et anime le réseau espaces Info Energie (EIE). Le dernier Pôle, celui de la Biodiversité, s occupe des questions d analyses et de sauvegarde de la diversité biologique à Paris en élaborant des études et des recommandations. 4. Le service technique transversal (nommé Cellule des Ressources administratives et techniques) Fourni un appui technique pour toutes les sections de SEU dans certains domaines comme les relations humaines, la comptabilité, le secrétariat, les relations avec les associations mais aussi et surtout en cartographie et SIG. La structure qui s occupe de ce dernier point est appelé «pôle SIG et modélisation». C. Présentation du contexte géographique La ZAC PRG couvre 130 ha des 105 km 2 de Paris pour actifs professionnels, résidents et environ étudiants. La ZAC est découpée en quatre secteurs : Bruneseau, Masséna, Tolbiac et Austerlitz accueillant ou allant accueillir sur l exercice 2008 : des bâtiments (principalement des logements, bureaux, commerces, gare d Austerlitz, université, écoles et collèges); des équipements municipaux et nationaux (parcs et jardins, Docks de Seine, piscine Joséphine Baker ); des équipements privés (salles de cinéma ). Quand la ZAC sera finie, elle aura : 6000 m 2 de logements libres m² de bureaux 8000 m² de commerces D. Contexte du projet Le cas d étude s inscrit dans «le projet Eco-citoyen Paris-Rive-Gauche (PRG Paris 13 ème )», qui concerne toute la ZAC PRG (Zone d aménagement concertée de Paris-Rive-Gauche, C.F. Annexe I). Il s agit d une démarche de réflexion et d expérimentation dans un quartier qui est riche en ressources (entreprises, Université, services publics, associations, population mixte, etc.) mais qui nécessite encore des améliorations (insuffisante prise en compte des questions d environnement, absence de lieux de centralité, manque de commerces de proximité, etc.). 3

9 Le projet vise à utiliser toutes les marges de manœuvre existantes pour améliorer la qualité du quartier en termes de développement durable et de lien social. Le projet est divisé en ateliers, et le cas d étude traité correspond à la Généralisation du diagnostic thermique des bâtiments du quartier pour réduire les consommations d énergies dans les bâtiments existants et définir une charte pour les bâtiments futurs dans l atelier A nomme LE QUARTIER DURABLE. L encadrement du cas d étude a été réalisé par le service de l écologie urbaine de la ville de paris, avec la collaboration de la CNCE (Caisse National des caisses d épargne) et l université Paris Diderot. En premier lieu, le travail a été axé sur le bâtiment de la CNCE, typique du tertiaire (type assurance, banque). 4

10 II. METHODOLOGIE Ce cas d étude permet de préparer la collecte et l exploitation des données brutes pour le Bilan Carbone. Il concerne les moyens à mettre en œuvre et non les résultats relatifs à la mesure et à l évaluation de la performance énergétique d un bâtiment; il ne sera porté aucune conclusion sur des résultats constatés mais le rapport mettra en lumière les éléments nécessaires à l atteinte de ce résultat. A. L état énergétique de la ZAC PRG Cette étude se décompose en trois parties : état initial (théorique), état de fonctionnement (observé) et comparaison de ces deux états. 1. État initial (théorique) Globalement, il s agit, sur l année de référence 2008, de déterminer quels sont les «occupants» de la zone pour quels types de bâtiments et selon quels paramètres énergétiques théoriques. Spécifiquement, il faut créer une typologie des bâtiments existants sur la ZAC (types, surfaces, occupants, consommations) en privilégiant les éléments relatifs à l énergie consommée. 2. État de fonctionnement (observé) Cette deuxième partie vise à établir le (ou les) état(s) «constaté(s)» (analyse de l existant); elle affinera les propositions d indicateurs de l étude précédente. On s intéressera aux fournisseurs et distributeurs d énergie : qui sont-ils, pour quelles types énergies (résidentiel, tertiaire, etc.) et aux Diagnostics de Performance Énergétique (DPE) réalisés sur la ZAC. 3. Comparaison des deux états Cette troisième partie mesurera les écarts entre l état initial et les consommations réelles (analyse «fine» des résultats). 5

11 III. ANALYSE A. Description du bâtiment pilote Le bâtiment Avant-Seine de la CNCE a été livré un Cet immeuble est situé dans le treizième arrondissement de Paris à proximité des rives de la Seine dans un quartier d affaires où sont implantées de nombreuses grandes entreprises. Il est composé de 3 bâtiments, A, B et C, ces trois bâtiments, sont des bureaux administratifs avec huit niveaux sur rez-de-chaussée. B. Typologie d'un bâtiment Etant donné que la plus part de bâtiments situe dans la ZAC, sont de type tertiaire, mais avec différentes activités les quelles entraîne différentes consommations d énergie, on a vu la nécessité de faire une typologie de bâtiment pour envisager par avance la quantité d énergie que peut dépenser un bâtiment donné selon sa classification. Ci-dessous sont énumérées les différentes caractéristiques qui seront utilisés pour la classification. 1. Critères Le propriétaire Secteur de la ZAC Tolbiac Austerlitz Masséna Bruneseau Bâtiment HQE L activité du bâtiment Administrative Commerciale Industrielle Enseignement La structure architecturale légère : murs extérieurs légers ou creux, planchers légers, cloisons très légères ou peu nombreuses. semi-légère : murs extérieurs légers ou creux, planchers béton ou corps creux, cloisons courants. semi-lourde : murs de pierre + planchers bois, ou murs de parpaings + planchers béton, murs et cloisons courants et assez nombreux 6

12 lourde : murs de pierre épais, plancher type voûté, etc. L année de construction Réglementation Thermique applicable La surface SHON La surface chauffée totale L orientation du bâtiment par façade La fréquentation annuelle Le personnel fixe Les visiteurs La capacité d accueil Le nombre de places de parking Le transport à proximité du bâtiment Le transport en commun (RER, Métro, Train, Bus) Vélib' Véhicule individuel 2. Caractéristiques thermiques L'isolation thermique caractérisée par le coefficient de déperdition thermique et exprimé en W/m².K. La perméabilité à l'air Pour l isolation thermique, une étude complète du bâtiment a été faite par un bureau d étude à la construction cependant il y a tant de coefficients de déperdition thermique qu il serait préférable d avoir un coefficient moyen de toutes les déperditions thermiques du bâtiment afin de simplifier la démarche. La ventilation Mécanique Naturelle Le chauffage Réseau urbain Solaire thermique L'eau chaude sanitaire L'éclairage des locaux La transformation de l'énergie primaire Puissance Thermique installée. La consommation énergétique L électricité (nucléaire, solaire photovoltaïque, hydraulique, éolienne) Le fioul (courant ou occasionnel) Le gaz naturel Le charbon* (Dans la ZAC il n y a pas de chaudières à charbon) Le bois* (Il est interdit d avoir une chaudière à bois sur Paris) autres 7

13 Mesures d économie d énergie 3. Fournisseur d énergie GDF : Gaz de France EDF : Electricité de France POWEO : l opérateur d'électricité et de gaz Enercoop : énergie renouvelable Electrabel CPCU : le réseau urbain de chaleur Clim-espace : le réseau urbain de froid de Paris Autres C. Etat initial Les documents théoriques tels que DOE, DIOU et calculs techniques, se trouvent à la CNCE, ils sont classifiés par lots, par exemple le lot climatisation, électricité, mobilier, etc. Ils contiennent la description des installations et des procédés, les fiches techniques et les recommandations pour la maintenance, ils sont très détaillés et ils ne contiennent pas d information sur la consommation d énergie prévue pour le bâtiment avant son fonctionnement. Dans l annexe C, on peut voir un extrait du DOE de la CNCE. D. Etat de fonctionnement Chacun des documents fournis par la CNCE qui contenaient les consommations réelles d énergie (type d énergie utilisée et les fournisseurs) sont nécessaires au cas d étude et essentiels aux personnes qui souhaitent réaliser un bilan Carbone. Les documents analysés, sont décrits en mettant en valeur les rubriques qui sont intéressantes pour l étude : 1. DPE Il faut savoir qu il n y a pas une méthode bien définie pour faire le DPE, donc suivant l organisme qui le réalise, le résultat sera différent. Information : Type de bâtiment : Tertiaire Type d activité : Bureaux Année de construction : 2003 Surface utile : m² Propriétaire : CAISSE D EPARGNE- Caisse National des Caisses d épargne et de Prévoyances Consommation d énergie tous usages : Electricité, réseau de chaleur (chauffage) et climatisation Consommation total d énergie primaire : KWhEP 8

14 Consommation total d énergie finale : KWhEF Frais annuelles d énergie : absents Structure architecturale = murs + plancher Fournisseur d énergie : (liste non exhaustive) Energie renouvelables : Néant Description Générale : Le DPE est fait avec des donnés de factures d énergie de l année La consommation d énergie se dépense dans la forme d électricité, réseau de chaleur (chauffage) et climatisation. La consommation des énergies se montre, en d énergie finale et en d énergie primaire. Le DPE présent une absence de frais annuels d énergie dû au manquante de factures fournies. Le bâtiment est classé comme type F avec une consommation réelle de 403 KWhEP/m 2.an et ses Emissions de gaz d effet de Serre (GES) sont 85KgéqCO2/m 2 an. Le DPE montre une description générale du bâtiment. Le system de production de chauffage est : chauffage urbaine (CPCU), les émetteurs son radiateurs. Le bâtiment n utilise pas énergie renouvelables. A la fin du DPE se trouvent les conseils pour un bon usage. 2. Analyse environnementale Avant- Seine de la CNCE Information : Nombre de places de parking : 246 Transport à proximité du bâtiment : l immeuble est situé à 250 mètres du métro et du RER et à proximité de la gare de Lyon et de la gare d Austerlitz. Activités du bâtiment : les activités administratives, la restauration collective. Surface utile : m² Les énergies utilisées : Electricité, gasoil, eau chaude, eau glacée. Les fournisseurs : EDF, CPCU, CLIM ESPACE. Les mesures d économies : Gestion de la climatisation / chauffage par programmation centralisée (GTC) Tableaux de consommation mensuelle d électricité : Les tableaux contiennent les compteurs avec leur numéro de série et la consommation au mois. Tableaux de consommation d eau chaude : le tableau contiennent la consommation de chacun des bâtiments à l année. Tableaux de consommation d eau glacée : le tableau contiennent la consommation de chacun des bâtiments à l année. Description Générale : Réalisé en juin 2007, il contient : la présentation générale du bâtiment, les caractéristiques de l environnement du site, les intrants (les sources d énergie et fournitures), la production et les procèdes, les impacts sur l environnement des activités du site en situation normale de fonctionnement, les impacts sur l environnement résultant d un dysfonctionnement et pour dernier la formation, l information et la communication vers l extérieur et clients. Etant donne le travaille 9

15 à réaliser, il y a 2 contingents de notre intérêt. Premièrement la présentation générale, où se trouve le plan d installation du site. Deuxièmement, les intrants comme premier item les sources d énergie. C est item nomme les énergies utilisées par la CNCE et ses fournisseurs présentes à continuation : l électricité provient du réseau EDF, en cas de coupure d alimentation, une partie de l énergie électrique est fournie par un groupe électrogène de 350 kva, Gasoil sans fournisseur, l eau chaude fournie par CPCU, l eau glacée fournie CLIM-ESPACE. L analyse montre aussi les tableaux de consommation mensuelle d électricité par étage et par compteurs électriques, l addition de tous les compteurs de chaque étage donne une moyenne de KWh, l analyse spécifique des consommations mois par mois ne présente pas d augmentations anormales. Aussi il y a tableaux de consommation de l eau chaude en 2006 qui indique une consommation de 4374MW.h et tableaux de consommation de l eau glacée en 2006 qui indique une consommation de 4409MW.h lesquelles sont en accord avec le DPE fait antérieurement. 3. Extraits du Rapport Complet du Bilan Carbone (deux pages) Information : L énergie consommée en interne sur une année : le tableau contient la consommation moyenne annuelle d électricité et de vapeur pour chacun des bâtiments de la CNCE. Les tonnes équivalentes de CO2 : le tableau contient le t éq. CO2 moyenne annuelle pour électricité et vapeur pour chacun de bâtiment de la CNCE. L incertitude des données : l incertitude de données est de 10% pour l électricité et la vapeur Description Générale : Si un bilan carbone a été réalisé, on peut y retrouver l énergie consommée en interne sur différents bâtiments de la CNCE, les tonnes équivalentes de CO2 et l incertitude des données. Egalement la consommation d électricité sur différents années. 10

16 CONCLUSION Le projet Eco-Citoyen s engage dans un politique de développement durable pour la ZAC PRG, c est pourquoi un diagnostic énergétique du quartier est un train de se mettre en place. L objectif de ce cas d étude est de faire un diagnostic énergétique d un bâtiment pilote, en trouvant des indicateurs comparables. Au cours de ce cas d étude, l importance de faire le diagnostic énergétique d un bâtiment pilote de la ZAC, a été mis en lumière pour optimiser l utilisation de l énergie et donc diminuer les émissions de gaz à effet de serre. Le DPE et l analyse environnementale sont complémentaires, le DPE sert plutôt à fournir de données énergétiques alors que l analyse environnementale permet de construire la typologie du bâtiment. Actuellement, le DPE est obligatoire, mais pas l analyse environnementale cependant elle est nécessaire à la définition du profil énergétique. Le bilan Carbone n est pas indispensable pour l étude mais il permet de rassembler un certains nombre de données. Lors de l analyse des données, j ai rencontré des difficultés concernant les différentes valeurs d énergie consommée. En effet l addition des données mensuelles de consommation électrique ne correspondait pas à la moyenne annuelle dans l analyse environnementale du bâtiment Avant-seine. La récolte des données a pris plus de temps que prévue ce qui n a pas permis l élaboration complète de la méthode. Néanmoins, deux étudiantes de Master 1 continuent l étude. En conclusion, ce cas d étude m a apporté des connaissances concernant les outils utilisés pour évaluer la consommation énergétique d un bâtiment et les émissions de gaz à effet de serre comme le DPE et le Bilan Carbone. 11

17 GLOSAIRE Bâtiment tertiaire Bâtiment occupé par les activités du secteur tertiaire (commerces, bureaux, enseignement, santé, cafés/hôtels/restaurants - appelés aussi CAHORE -, habitat communautaire, sport, transport, etc.) Bilan carbone Méthode mise au point par l ADEME pour comptabiliser les émissions de gaz à effet de serre d une entreprise à partir des données facilement disponibles. Elle permet à l entreprise de parvenir à une bonne évaluation des émissions induites par son activité, afin de cibler efficacement des leviers d action. Consommation d'énergie finale Quantité d énergie disponible pour l utilisateur final. Elle permet de suivre le taux de pénétration des différentes énergies. Consommation d'énergie primaire Consommation finale totale plus la consommation nécessaire à la production de cette énergie. Elle permet de mesurer le taux d indépendance énergétique. Consommation d'énergie réelle Consommation d'énergie réelle Dossier des Ouvrages exécutés Est un dossier technique prévu par le CCAG (article 40) des marchés publics et peut, le cas échéant, être prévu contractuellement dans les marchés privés. Le DOE doit effectivement être produit après réception de l ouvrage et traite de son exploitation et de son fonctionnement. Dossier d Intervention Ultérieure sur l Ouvrage (Art. L et R à 39) est exigible pour toutes les opérations, quelle que soit la destination de l ouvrage (habitations, locaux destinés à une activité, établissements recevant du public, voiries, ponts, etc.); Il doit dans tous les cas être établi et complété par le coordonnateur. Sa finalité est la prévention des risques lors des interventions ultérieures sur l ouvrage. DPE - Diagnostic de Performance Energétique Obligatoire pour les ventes depuis novembre 2006 et pour les locations depuis le 1er juillet 2007, le DPE est un document réalisé par un professionnel et qui comporte des informations sur la consommation d'énergie du bâtiment (pour les usages de chauffage, rafraîchissement et service d'eau chaude sanitaire) et sur les émissions de gaz à effet de 12

18 serre (CO2) ainsi que des recommandations et préconisations pour réduire cette consommation. Son but est d'informer les futurs propriétaires ou locataires. Les informations sont présentées en reprenant l'étiquette énergie déjà familière aux consommateurs pour l'électroménager. Efficacité énergétique Le réseau des «Espaces INFO-ENERGIE», initié en 2001, s est développé aujourd'hui sur l ensemble du territoire : 175 EIE et près de 300 conseillers apportent au grand public un service d information et conseil de proximité gratuits et objectifs sur l efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Les activités du réseau INFO-ENERGIE, outre le financement de l ADEME, bénéficient de soutiens financiers des régions pour près de 70% des EIE, des départements pour 30 %, d autres collectivités locales et territoriales pour 30 % ainsi que de partenaires locaux de façon ponctuelle (agences de l eau, syndicats d énergie, etc.). Les EIE ont enregistré plus d'un million de visites et contacts en L objectif est de doubler le nombre de conseils donnés d ici 2010 grâce à un doublement des moyens alloués. Energie finale Quantité d'énergie disponible ("facturée") pour l'utilisateur final. Elle permet de suivre le taux de pénétration des différentes énergies. Elle représente nationalement 161,7 millions de tep en 2006 (contre 160,6 millions en 2005). Energie primaire Consommation finale totale plus la consommation nécessaire à la production de cette énergie. Elle permet de mesurer le taux d'indépendance énergétique national et également d'additionner entre elles les consommations d'énergies différentes. Elle représente nationalement 275,3 millions* de tep en Pour les combustibles, et par convention, on a la même valeur en énergie primaire et en énergie finale. Pour l'électricité, 1 kwh en énergie finale équivaut à 2.58 kwh en énergie primaire. Etude technique énergétique Il s'agit soit d'un diagnostic énergétique permettant l'analyse critique comparative d'un bâtiment à partir de mesures et de calculs de reconstitution de consommation et de simulations de consommation, soit d'une étude de faisabilité permettant une analyse. SHOB - Surface hors œuvre brute La SHOB est égale à la somme des surfaces de plancher de chaque niveau de construction, y compris l'épaisseur des murs. SHON - Surface hors œuvre nette La SHON est égale à la surface hors œuvre brute d'une construction, après déduction des surfaces considérées comme non habitables (plancher de combles, balcon, parking etc.). 13

19 Zone d'aménagement concerté (ZAC) les zones d aménagement concerté sont les zones à l intérieur desquelles une collectivité publique ou un établissement public y ayant vocation décide d intervenir pour réaliser ou faire réaliser l aménagement et l équipement des terrains, notamment de ceux que cette collectivité ou cet établissement a acquis ou acquerra en vue de les céder ou de les concéder ultérieurement à des utilisateurs publics ou privés 14

20 BIBLIOGRAPHIE A. Sites Internet B. Documents internes Analyse environnementale Bâtiment Avant-Seine de CNCE Diagnostic de Performance Energétique (DPE) Bâtiment Avant-Seine de CNCE EXTRAITS DU RAPPORT COMPLET Bâtiment Avant-Seine de CNCE DOE de la CNCE DIUO de la CNCE 15

21 ANNEXES A. Zone d aménagement concertée de Paris-Rive-Gauche A

22 B. Réunions Pour se faire une idée de la chronologie des réunions est la récolte de données. Date : Le 10 octobre 2008 Participants : V. Sniter, B. Bernard, M. Amjahdi, P. Dommergues, J. P. Frangi, S. Fourmond, F. Goze, P. Cressent. Description : Cette réunion avait pour objectif principal de définir le périmètre et les objectifs du stage des étudiants de l IUP Génie de l environnement Paris 7 en répondant à une préoccupation du cahier des charges; l intitulé de ce stage pourra être le suivant : «Définition des éléments principaux d une méthodologie générale de recueil et d analyse énergétique d un bâtiment tertiaire existant de la ZAC PRG». Date : Le 14 octobre 2008 Participants : B. Bernard, C. Toro. Description : Transmission d information (DPE, Extrait B.C et Analyse Environnemental). Date : Le 10 novembre 2008 Participants : C. Baué, C. Toro. Description : Demande des données théoriques (DOE, DIUO, Calculs techniques et Données initiales du bâtiment). Date : Le 10 novembre 2008 Participants : P. lescurieux, C. Toro. Description : Demande des données théoriques (DOE, DIUO, Calculs techniques et Données initiales du bâtiment). Date : Le 12 novembre 2008 Participants : P. Cressent, C Toro. Description : Demande des données théoriques (DOE, DIUO, Calculs techniques et Données initiales du bâtiment). Date : Le 17 novembre 2008 Participants : B. Bernard, J. P. Frangi, S. Fourmond, P. Cressent, C. Toro, C. Buron Y. Bencheikh. Description : Présentation de deux nouvelles stagiaires qui continueront le projet, et la redéfinition du projet. Date : Le 20 novembre Participants : P. Cressent, C. Toro, C. Buron Y. Bencheikh. Description : Présentation du bilan carbone. Date : Le 21 Novembre Participants : O. Tixador, C. Toro. B

Master Pro STEP Génie de l Environnement & Industrie (GEI) IUP Génie de l Environnement - Université Paris- Diderot (2008-2009) M1 : UE 39U4GE53

Master Pro STEP Génie de l Environnement & Industrie (GEI) IUP Génie de l Environnement - Université Paris- Diderot (2008-2009) M1 : UE 39U4GE53 Master Pro STEP Génie de l Environnement & Industrie (GEI) IUP Génie de l Environnement - Université Paris- Diderot (2008-2009) M1 : UE 39U4GE53 Cas d étude Diagnostic thermique des bâtiments du quartier

Plus en détail

Bilan carbone réglementaire [Version n 1-2012]

Bilan carbone réglementaire [Version n 1-2012] bilan-ges-idf@developpement-durable.gouv.fr Bilan carbone réglementaire [Version n 1-2012] Secrétariat général Le 20 décembre 2012 Annexe 1 : Carte périmètre OSICA Annexe 2 : Tableau des volumes de GES

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Bilan d'émissions de gaz à effet de serre SNI Direction du patrimoine Le 12/12/2014 SNI - 125 avenue de Lodève - CS 70007-34074 Montpellier Cedex 3 Tél. : 04 67 75 96 40 - www.groupesni.fr Siège social

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46 CAHORS 21 janvier 2010 DDT 46 Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments Introduction Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique

Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique Précisions sur les arrêtés relatifs au Diagnostic de Performance Energétique Textes réglementaires concernés : Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

CROUS DE LIMOGES Synthèse des données. Avertissement - Légende des données

CROUS DE LIMOGES Synthèse des données. Avertissement - Légende des données Cartographie Energie - CO 2 des Universités françaises CROUS DE LIMOGES Synthèse des données Avertissement - Légende des données Les données de cette cartographie sont issues d une campagne de collecte.

Plus en détail

Avertissement - Légende des données

Avertissement - Légende des données Cartographie Energie - CO 2 des Universités françaises Université du SUD TOULON ET DU VAR Synthèse des données Avertissement - Légende des données Les données de cette cartographie sont issues d une campagne

Plus en détail

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un

Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un Sommaire Introduction 1- Etude de la méthode a- Qu est-ce que la méthode Bilan Carbone? b- La composition d un diagnostic c- Comment établir un diagnostic? d- Comment appliquer la méthode Bilan Carbone?

Plus en détail

Avertissement - Légende des données

Avertissement - Légende des données Cartographie Energie CO 2 des Universités françaises ECOLE NATIONALE SUPERIEURE DES ARTS ET METIERS PARISTECH METZ Synthèse des données Avertissement Légende des données Les données de cette cartographie

Plus en détail

PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL DE QUINT-FONSEGRIVES. PREMIERE ACTION : Rénovation énergétique de l'école élémentaire

PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL DE QUINT-FONSEGRIVES. PREMIERE ACTION : Rénovation énergétique de l'école élémentaire PLAN CLIMAT ENERGIE TERRITORIAL DE QUINT-FONSEGRIVES PREMIERE ACTION : Rénovation énergétique de l'école élémentaire Rappel du contexte Adoption d un Plan Climat Energie Territorial en Conseil municipal

Plus en détail

ENERGETIQUE DU BATIMENT

ENERGETIQUE DU BATIMENT LP MIE Module UE2 2B-CEE Energétique du bâtiment I. INTRODUCTION : ENERGETIQUE DU BATIMENT Prenons l exemple d un bâtiment en hiver pour lequel on souhaiterait obtenir une température intérieure de 18

Plus en détail

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type

Cahier des charges. «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Cahier des charges «Diagnostic territorial des actions de Productions Décentralisées d Electricité (PDE)» Document 2/3 : Format type Avertissement : les méthodes et ratios utilisés dans ce cahier des charges

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

Se raccorder à un réseau de chaleur

Se raccorder à un réseau de chaleur L habitat COMPRENDRE Se raccorder à un réseau de chaleur Le chauffage urbain peut-il être un moyen de diminuer la facture énergétique? Édition : décembre 2013 Pourquoi pas le raccordement À UN RÉSEAU DE

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

Paris, le 14 mars 2012. Contacts presse Mairie de Paris Damien Stéffan 01 42 76 49 61 service.presse@paris.fr

Paris, le 14 mars 2012. Contacts presse Mairie de Paris Damien Stéffan 01 42 76 49 61 service.presse@paris.fr Paris, le 14 mars 2012 Rénovation énergétique des écoles parisiennes grâce au Contrat de Partenariat et de Performance Energétique (CPPE) Visite de l école Asseline, le 14 mars 2012 Dossier de presse Contacts

Plus en détail

Avertissement - Légende des données

Avertissement - Légende des données Cartographie Energie - CO 2 des Universités françaises Université de BRETAGNE OCCIDENTALE BREST Synthèse des données Les données de cette cartographie sont issues d une campagne de collecte. Pour les moyennes

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT Arrêté du 28 février 2013 relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR

Plus en détail

ADEME/ Energie-Cités Energie et Territoires octobre 2004. Un Plan municipal pour maîtriser les gaz à effet de serre.

ADEME/ Energie-Cités Energie et Territoires octobre 2004. Un Plan municipal pour maîtriser les gaz à effet de serre. Energie et Territoires Chalon-sur-Saône Un Plan municipal pour maîtriser les gaz à effet de serre. ASPECTS GENERAUX Chalon-sur-Saône doit son origine extrêmement ancienne et son rôle de carrefour et de

Plus en détail

Performance Énergétique et Bâtiments Existants

Performance Énergétique et Bâtiments Existants Performance Énergétique et Bâtiments Existants LE CONSTAT??? IL EST FAIT!!! Enjeux Outils Concepts Méthodes Exemples LES SOLUTIONS??? ELLES EXISTENT!!! ALTERÉCO 1 Performance énergétique et patrimoine

Plus en détail

Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités

Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités Direction des bâtiments 24 mars 2009 Ateliers techniques de l ALE - Gestion de l énergie du patrimoine bâti des collectivités Présentation de l'analyse énergétique du patrimoine de la Ville de Villeurbanne

Plus en détail

Passeport énergétique

Passeport énergétique pas de numéro pas de numéro 0/0/0 0 07 //00 Classe de performance énergétique Classe d'isolation thermique Besoins économes Bâtiment à basse consommation d'énergie Classe de performance énergétique La

Plus en détail

L individualisation des frais de chauffage

L individualisation des frais de chauffage L habitat collectif COMPRENDRE L individualisation des frais de chauffage Répartir les frais en fonction des consommations des logements Édition : février 2014 sommaire glossaire introduction Répartir

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Synthèse des principales actions de réduction PARIS HABITAT OPH

Synthèse des principales actions de réduction PARIS HABITAT OPH Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre conformément à l article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 et au décret n 2011-829 du 11 juillet 2011 Synthèse des principales actions de réduction

Plus en détail

Données énergétiques sur des projets relatifs à des travaux sur bâtiments ANCIENS

Données énergétiques sur des projets relatifs à des travaux sur bâtiments ANCIENS Données énergétiques sur des projets relatifs à des travaux sur bâtiments ANCIENS La Région a fait de l'excellence environnementale sa priorité. Elle se traduit concrètement au travers du Plan Initiatives

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété «OBIER» 15 rue Claude Bernard NOGENT SUR OISE 31/03/14 Récapitulatif du l audit énergétique de NOGENT SUR OISE 1 Sommaire I. Introduction... 3 II.

Plus en détail

Mode de vie et consommation responsable

Mode de vie et consommation responsable E 2 Mode de vie et consommation responsable Vélizy-Villacoublay développe déjà de nombreuses actions en faveur du développement durable. Mais la prise en compte de ce concept n est pas encore devenue un

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Les énergies Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain Fiche

Plus en détail

L individualisation des frais de chauffage

L individualisation des frais de chauffage L habitat collectif Comprendre L individualisation des frais de chauffage Répartir les frais en fonction des consommations des logements Édition : février 2013 sommaire glossaire introduction Répartir

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment FICHE 1 Fiche à destination des enseignants TS 18 Economies d énergie et bâtiment Type d'activité Activité avec étude documentaire Notions et contenus du programme de Terminale S Compétences exigibles

Plus en détail

Maitriser la consommation d énergie des bâtiments. Nadine ADRA

Maitriser la consommation d énergie des bâtiments. Nadine ADRA Maitriser la consommation d énergie des bâtiments Nadine ADRA 1) Contexte et enjeux Sommaire Pourquoi faire des économies d énergie? Comment faire des économies d énergie? 2) Outils et méthodes 3) Exemples

Plus en détail

David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique

David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique Efficacité énergétique des bâtiments 29 juin 2011 David DELAUNE Chef de projet réglementation thermique Ministère de l Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) Direction

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique

Diagnostic de performance énergétique Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.1.bis.public) bureaux, services administratifs, enseignement N : 08 06 2142 / 1 Valable jusqu au : 26/08/2018 Année de construction :

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT Arrêté du 18 avril 2012 relatif au diagnostic de performance énergétique pour

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE AXIMA REFRIGERATION Année de référence : 211 Page : 1 / 12 SOMMAIRE I. GENERALITES... 3 A. INTRODUCTION 3 B. OBJECTIFS 3 II. LA METHODE BILAN CARBONE... 4 A.

Plus en détail

«l Eco-prêt à taux zéro» pour la rénovation thermique des logements

«l Eco-prêt à taux zéro» pour la rénovation thermique des logements «l Eco-prêt à taux zéro» pour la rénovation thermique des logements 14 / 34 Comment fonctionne l éco-prêt à taux zéro? Le programme de réduction des consommations énergétiques et des émissions de gaz à

Plus en détail

Qualité environnementale des bâtiments BBC. Apports des systèmes constructifs en béton

Qualité environnementale des bâtiments BBC. Apports des systèmes constructifs en béton Qualité environnementale des bâtiments BBC Apports des systèmes constructifs en béton www.infociments.fr OCTOBRE 2009 1 Typologie de l étude A. Contexte B. Objectifs C. Méthodologie D. Revue critique SOMMAIRE

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DES GAZ A EFFET DE SERRE 2011 DE DOCAPOST BPO IS ET PLANS D ACTION

BILAN D EMISSIONS DES GAZ A EFFET DE SERRE 2011 DE DOCAPOST BPO IS ET PLANS D ACTION BILAN D EMISSIONS DES GAZ A EFFET DE SERRE 2011 DE DOCAPOST BPO IS ET PLANS D ACTION SOMMAIRE PREAMBULE 1. BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE 1.1 DESCRIPTION DE L ORGANISATION, DES ACTIVITES ET

Plus en détail

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : DE NOUVELLES DISPOSITIONS POUR DYNAMISER LE DÉVELOPPEMENT DU CHAUFFE-EAU SOLAIRE EN MARTINIQUE DOSSIER DE PRESSE LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, UNE PRIORITÉ POUR LA MARTINIQUE La Martinique

Plus en détail

LE BATIMENT L HABITAT

LE BATIMENT L HABITAT LE BATIMENT L HABITAT L habitat est en France le plus gros consommateur d'énergie parmi tous les secteurs économiques, avec 70 millions de tonnes équivalent pétrole (tep). Soit 43 % de l'énergie finale

Plus en détail

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES)

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) HABITAT TOULOUSE ANNEE 2012 Le 25/2/2014 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : HABITAT TOULOUSE

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

VENTILATION EAU CHAUDE SANITAIRE

VENTILATION EAU CHAUDE SANITAIRE VENTILATION PANNEAUX SOLAIRES ISOLATION EAU CHAUDE SANITAIRE POMPE A CHALEUR FENETRES A ISOLATION RENFORCEE DIAGNOSTIC CONSEIL TRAVAUX Diagnostic Recommandations Travaux Un expert sistems étudie la configuration

Plus en détail

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE Projet de Fin d Etudes réalisé à Apave Liban Par Corentin Demolder Encadré par Bassam Habre Tuteur

Plus en détail

Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75)

Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75) Opération : PNE Réhabilitation des entrepôts Macdonald Activités / Pépinière d entreprises PARIS (75) Phase PRO-DCE : Mise à jour du calcul phase APD des émissions de CO 2 SO 2 déchets BET HQE : SEQUOIA

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE REGLEMENT D APPEL A PROJETS - 1 ère EDITION 2013 - «AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DU PATRIMOINE BATI» OUVERTURE DE L APPEL A PROJETS : 1 er juillet 2013

Plus en détail

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES»

FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1 FICHE OX «CHAUDIERES A CONDENSATION EN REHABILITATION DE CHAUFFERIES» 1. Contexte Enjeux La technologie des chaudières à condensation permet une augmentation conséquente des performances des chaudières

Plus en détail

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION

FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION FORUM ACTUALITES CONSTRUCTION Réglementation RT 2012 : nouveaux mécanismes et principales différences par rapport à la RT 2005 Jean-Pierre BARDY Sous-directeur de la qualité et du développement durable

Plus en détail

Atelier AUAT 28 mai 2015 Précarité énergétique dans l habitat

Atelier AUAT 28 mai 2015 Précarité énergétique dans l habitat Atelier AUAT 28 mai 2015 Précarité énergétique dans l habitat Plan maîtrise de l énergie Les enjeux Les leviers Travaux sur le bâti Réduire la facture et lutter contre la précarité énergétique Réduire

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Les énergies renouvelables Journées Européennes du solaire Vendredi 15 mai 2009 CCI de Narbonne

Les énergies renouvelables Journées Européennes du solaire Vendredi 15 mai 2009 CCI de Narbonne Journées Européennes du solaire Vendredi 15 mai 2009 CCI de Narbonne Franck ROTURIER Directeur de l Environnement, du Développement Durable et des Risques Majeurs de la Ville de Narbonne à Narbonne, vers

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N : 2278 / 1 Réf. Ademe : 1535V2001510H Référence du logiciel validé : Imm PACT DPE Version 7A Valable jusqu au : 01/05/2025 Type de bâtiment : Appartement (Lots 55,43) Année de construction : avant 1948

Plus en détail

QUELLES QUESTIONS POUR UNE ETUDE DE CAS? MODE EXPERT

QUELLES QUESTIONS POUR UNE ETUDE DE CAS? MODE EXPERT QUELLES QUESTIONS POUR UNE ETUDE DE CAS? MODE EXPERT Informations principales * Nom * Description * Concours * Année de construction * Année de livraison * Adresse * Code postal * Ville * Pays * Type de

Plus en détail

Le cours de la Bièvre façonne le paysage. remblais rue Brillat-Savarin

Le cours de la Bièvre façonne le paysage. remblais rue Brillat-Savarin SEMAPA / Ville de Paris Le cours de la Bièvre façonne le paysage remblais rue Brillat-Savarin La poterne des peupliers en 1867 La poterne des peupliers Etude de faisabilité mars 2002 Projet P. Riboulet,

Plus en détail

4. Dauphilogis. Le Jardin de Bonne

4. Dauphilogis. Le Jardin de Bonne 4. Dauphilogis Le Jardin de Bonne SOMMAIRE I : Présentation de la société II : Le site III : Le déroulement des études IV : L opération Le plan-masse Le programme Les grands principes de conception Un

Plus en détail

La distribution publique de l électricité

La distribution publique de l électricité La distribution publique de l électricité RÈGLES PÔLE ÉLÉCTRICITÉ - GAZ ENJEUX UNE CONCESSION LES COMMUNES L organisation des services publics 1984 Les communes sont compétentes pour organiser les services

Plus en détail

1. OBJECTIF DE L AIDE 2. BENEFICIAIRES 3. MONTANT DE L AIDE FINANCIERE

1. OBJECTIF DE L AIDE 2. BENEFICIAIRES 3. MONTANT DE L AIDE FINANCIERE Règlement d attribution de l aide «Eco-prime - chaudière fil gaz de plus de 15 ans» (Aide financière aux particuliers pr la substitution des installations de chauffage fortement émettrices de CO2 par un

Plus en détail

Économies d'énergie Comment agir

Économies d'énergie Comment agir Économies d'énergie Comment agir Impact des nouvelles règlementations thermiques sur les Établissements de Santé 31 mai 2012 Commissariat Général au Développement durable 1 Sommaire Contexte et enjeux

Plus en détail

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube

Pré-étude. d un Réseau de Chaleur bois. sur la commune de Luc-la-Primaube Pré-étude d un Réseau de Chaleur bois sur la commune de Luc-la-Primaube Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6 avenue de l Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 Page 1 sur 12 Table

Plus en détail

GLOSSAIRE ECO HABITAT - [ objectifeko, eco habitat, eco construction, eco renovation ]

GLOSSAIRE ECO HABITAT - [ objectifeko, eco habitat, eco construction, eco renovation ] Aérogénérateur : Un aérogénérateur, ou une éolienne convertit l énergie du vent en énergie mécanique, elle-même transformée en électricité grâce à un générateur Plus d informations sur l aérogénérateur

Plus en détail

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI

CARACTERISTIQUES du BATIMENT. ENVELOPPE et BATI CARACTERISTIQUES du BATIMENT Type de bâtiment : Maison individuelle Année de construction : Entre 1948 et 1974 Forme du bâtiment : Longueur : 12,10 m Largeur : 6,10 m Surface Shon : 109,00 m² Surface hab.

Plus en détail

Politique climatique et énergétique 2014-2018

Politique climatique et énergétique 2014-2018 La politique énergétique d'yverdon-les-bains fournit le cadre qui permettra de réduire les besoins en énergie de la Ville et d'augmenter la production d'énergies renouvelables. Il est important que cette

Plus en détail

Fonds chaleur renouvelable de l ADEME. Florence MORIN ADEME Franche-Comté

Fonds chaleur renouvelable de l ADEME. Florence MORIN ADEME Franche-Comté Fonds chaleur renouvelable de l ADEME Florence MORIN ADEME Franche-Comté LE FONDS CHALEUR DÉFINITION 2 Le Fonds Chaleur est un engagement majeur du Grenelle de l environnement et l une des 50 mesures pour

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)

Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES) Exercice 2013-2014 Rapport Bilan d Emission de gaz à effet de serre (BEGES)... 1 Exercice 2013-2014... 1 1. Description de la personne morale concernée...

Plus en détail

Comprendre la RT 2012 Les changements pour le résidentiel

Comprendre la RT 2012 Les changements pour le résidentiel Comprendre la RT 2012 Les changements pour le résidentiel Énergie et productivité pour un monde meilleur RT 2012 Principes et objectifs La Réglementation Thermique 2012, connue sous le nom de RT 2012,

Plus en détail

Quels sont les projets concernés par l étude de faisabilité des approvisionnements en énergie

Quels sont les projets concernés par l étude de faisabilité des approvisionnements en énergie Etude de faisabilité des approvisionnements en énergie dans le cadre de la mise en œuvre des critères d écoconditionalité des crédits territoriaux de la Région Avant propos Ce document est un outil de

Plus en détail

Crédit d'impôt pour la Transition énergétique

Crédit d'impôt pour la Transition énergétique Crédit d'impôt pour la Transition énergétique Source : http://www.ademe.fr/particuliers-eco-citoyens Mis à jour le 16/01/2015 Depuis le 01/09/2014, le crédit d impôt développement durable a évolué pour

Plus en détail

IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire

IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire IVRY-SUR-SEINE DIAGNOSTIC ÉNERGIE ET GAZ À EFFET DE SERRE Volet Territoire Synthèse des principaux résultats Deux secteurs clés : le bâtiment et le transport de personnes 238 500 teq CO2 / an Le bâtiment

Plus en détail

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE

MAÎTRISE DE LA DEMANDE EN ÉNERGIE DÉFINITION POURQUOI RÉDUIRE LA CONSOMMATION D ÉLECTRICITÉ CONTENU CO2 DE L ÉLECTRICITÉ MÉTHODES DE CALCUL CO2 QU EST-CE QUE LES CEE? PRÉCARITÉ ÉNERGÉTIQUE DÉFINITION Définition de l Ademe : «Pour réduire

Plus en détail

N 4. Missions : Novembre 2013

N 4. Missions : Novembre 2013 Analyse spatiale des consommations d énergie en Aquitaine N 4 Novembre 2013 Année 2010 (version 2013) Les travaux présentés ici portent sur l analyse spatiale des consommations d énergie en Aquitaine (répartition

Plus en détail

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château

Réseau de chaleur Cantagrelh. Commune d Onet-le-Château Réseau de chaleur Cantagrelh Commune d Onet-le-Château Maître d ouvrage : Mairie d Onet-le-château 12, rue des Coquelicots BP 5-12850 Onet le Château Télécopie : 05 65 78 00 91 - www.onet-le-chateau.fr

Plus en détail

Enéides propose, après analyse des besoins du client:

Enéides propose, après analyse des besoins du client: L énergie et le réchauffement climatique sont des enjeux majeurs du 21ème siècle. La disponibilité et le coût respectif des différentes énergies rendent nécessaire la maîtrise de nos consommations et un

Plus en détail

Bilan Carbone Informatique CDC

Bilan Carbone Informatique CDC Bilan Carbone Informatique CDC Abdelfattah Bekkali Département Logistique Générale - Développement Durable Sommaire : I. BILAN CARBONE LES OBJECTIFS... 3 Pourquoi un bilan carbone à Informatique CDC...

Plus en détail

Avant-propos. Avec la participation de l'ademe

Avant-propos. Avec la participation de l'ademe Avant-propos Le Grenelle de l Environnement et la loi sur la Transition Energétique pour la croissance verte ont confirmé le caractère incontournable des réseaux de chaleur. Un objectif de quintuplement

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE BILAN GAZ A EFFET DE SERRE DE L UNIVERSITÉ DU LITTORAL CÔTE D OPALE Année de référence : 2014 Edition 2015 LE BILAN GES DE L ULCO Dans le cadre de la législation, le Pôle de Recherche et d Enseignement

Plus en détail

Les labels énergétiques des bâtiments

Les labels énergétiques des bâtiments Document n 2010-06-25, BBC Les labels énergétiques des bâtiments 1 Sommaire Introduction Rappels Les critères évalués Les repères énergétiques Exemple de réalisation RT 2005 Les exigences De la RT 2005

Plus en détail

Balade thermique à Chilly-Mazarin. Le 9 février 2013

Balade thermique à Chilly-Mazarin. Le 9 février 2013 Balade thermique à Chilly-Mazarin Le 9 février 2013 Solicités est un Centre de ressources, d'expertise et d'accompagnement sur le développement durable. Solicités met en œuvre annuellement un programme

Plus en détail

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur

Introduction. Quelques chiffres. Répartition par secteur Introduction En Europe, le secteur «bâtiment» consomme plus du tiers de l énergie globale. De ce fait, les logements représentent le plus grand gisement d économies d énergie. Ainsi, l amélioration de

Plus en détail

Réponses en vue du débat public de Poligny 19/06/2015

Réponses en vue du débat public de Poligny 19/06/2015 Réponses en vue du débat public de Poligny COTTAGES 1. A quelle réglementation thermique les cottages sont-ils soumis à la construction? RT 2012? Oui RT 2012, comme toute les constructions en France depuis

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHRONOPOST Année 2011

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHRONOPOST Année 2011 BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE CHRONOPOST Année 2011 Table des matières 1. Description de la personne morale concernée... 2 2. Année de reporting de l exercice et année de référence... 3 3.

Plus en détail

BILAN CARBONE «TERRITOIRE» DE LA COMMUNE D AURAY. Rapport Version 1. KOLIBRI Bilan carbone Territoire d Auray- Rapport V1 mai 2010 p 1/10

BILAN CARBONE «TERRITOIRE» DE LA COMMUNE D AURAY. Rapport Version 1. KOLIBRI Bilan carbone Territoire d Auray- Rapport V1 mai 2010 p 1/10 BILAN CARBONE «TERRITOIRE» DE LA COMMUNE D AURAY Rapport Version 1 KOLIBRI Bilan carbone Territoire d Auray- Rapport V1 mai 2010 p 1/10 1-INTRODUCTION... 3 11-QU EST-CE QUE C EST?... 3 12-PARTICULARITES

Plus en détail

Réglementation thermique 2012 :

Réglementation thermique 2012 : Réglementation thermique 2012 : un saut énergétique pour les bâtiments neufs Bernard Suard-MEDDTL Avril 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement Ministère de

Plus en détail

Schéma Régional Climat Air Energie du Nord Pas-de-Calais. Tertiaire

Schéma Régional Climat Air Energie du Nord Pas-de-Calais. Tertiaire Schéma Régional Climat Air Energie du Nord Pas-de-Calais Tertiaire Etat des lieux en Nord Pas de calais Nous reprenons ici la définition du secteur telle qu elle est proposée par l INSEE : «Le secteur

Plus en détail

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées. Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées. Bilan des émissions de gaz à effet de serre Direction Régionale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale de Midi- Pyrénées Bilan des émissions de gaz à effet de serre Septembre 213 Bilan des émissions de gaz à effet de serre Sommaire

Plus en détail

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS

SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS SERVICE PATRIMOINE CONSULTATION POUR DEMANDE DE DEVIS CAHIER DES CHARGES RELATIF A UN AUDIT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DE L'INSTITUT FRANÇAIS DE MECANIQUE AVANCEE Date limite d envoi de l'offre : 30 avril

Plus en détail

Apave Nord-Ouest 51 avenue de l Architecte Cordonnier 59 000 Lille

Apave Nord-Ouest 51 avenue de l Architecte Cordonnier 59 000 Lille Apave Nord-Ouest 51 avenue de l Architecte Cordonnier 59 000 Lille BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE «scope 1 et 2» ANNEE 2011 1. CONTEXTE Ce bilan des émissions de gaz à effet de serre fournit

Plus en détail

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne

L ÉNERGIE EN MAYENNE. Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers. Acteurs. de la transition énergétique. en Mayenne Citoyens Responsables associatifs Élus locaux Usagers Acteurs de la transition énergétique en Mayenne Les dépenses énergétiques en Mayenne sont de 1.5 million d euros par jour ou 550 millions d euros par

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE Décembre 2012 Bilan GES BRENNTAG SA Page 1 sur 14 BRENNTAG BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE ANNEE 2011 Décembre 2012 Bilan GES BRENNTAG SA Page 2 sur 14 TABLE DES MATIERES Table des matières...

Plus en détail

RT 2012 et responsabilités

RT 2012 et responsabilités RT 2012 et responsabilités UDAF Valence 24/05/2012 Source :Christian Blachot Architecte Nicolas Estrangin (ADIL Information Energie) 1.MODALITÉS TECHNIQUES 24/05/2012 RT2012 et responsabilités 2 Objectifs

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail