Evaluation de l impact sur l effet de serre de l action de lutte contre le gaspillage de la Banque Alimentaire du Bas-Rhin

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation de l impact sur l effet de serre de l action de lutte contre le gaspillage de la Banque Alimentaire du Bas-Rhin"

Transcription

1 Evaluation de l impact sur l effet de serre de l action de lutte contre le gaspillage de la Banque Alimentaire du Bas-Rhin RAPPORT FINAL AVRIL 2011 SITA France 16, Place de l Iris Paris La Défense Tél. : Banque Alimentaire du Bas-Rhin 98, rue Plaine des Bouchers Strasbourg Tél. :

2 SOMMAIRE TABLE DES FIGURES ET TABLEAUX... 3 NOTE DE SYNTHESE OBJECTIFS ET CHAMP DE L ETUDE Contexte Objectifs Cadre méthodologique Méthodes de référence employées Présentation de la méthode Bilan Carbone Périmètre de l étude Fonctions des systèmes étudiés Eléments exclus de l étude Unité fonctionnelle 8 2 PRESENTATION DES DEUX SYSTEMES COMPARES Système avec action de la Banque Alimentaire du Bas-Rhin Frontières du système Modélisation du système : données et hypothèses retenues Système sans action de la Banque Alimentaire du Bas-Rhin Frontières du système Origine et niveau de fiabilité des données utilisées Modélisation du système : données et hypothèses retenues 11 3 RESULTATS CONCLUSION...18 BILIOGRAPHIE...18 ANNEXE...19 Page 2 sur 19

3 TABLE DES FIGURES ET TABLEAUX Figure 1 - Postes d émission couverts par la méthode Bilan Carbone... 6 Figure 2 Répartition des quantités de denrées collectées par sources d approvisionnement... 7 Figure 3 Frontières du système «avec action de la BA»... 9 Figure 4 Frontières du système «sans action de la BA» Figure 5 Résultats globaux Tableau 1 - Pouvoirs de réchauffement globaux utilisés dans la méthode Bilan Carbone... 6 Tableau 2 Système avec action de la BA : données et hypothèses retenues Tableau 3 Origine et niveau de fiabilité de la donnée : modèle Tableau 4 Niveaux de fiabilité et fourchettes d incertitudes associées Tableau 5 Quantités et exutoires des denrées non sauvées à traiter des IAA, GMS et Producteurs Tableau 6 Calcul des tonne.km correspondant à la collecte des déchets des IAA, GMS et Producteurs Tableau 7 Rendements de transformation de l énergie primaire en énergie électrique et thermique de l incinérateur de Strasbourg Tableau 8 Rendements de transformation de l énergie primaire en énergie électrique et thermique de l incinérateur de Schweighouse Tableau 9 - Facteurs d émissions évitées par la valorisation énergétique des déchets Incinérateur de Strasbourg Tableau 10 - Facteurs d émissions évitées par la valorisation énergétique des déchets Incinérateur de Schweighouse Tableau 11 Résultats détaillés Page 3 sur 19

4 NOTE DE SYNTHESE Dans le cadre d un partenariat de compétences, la Fédération Française des Banques Alimentaires (FFBA) et SITA se sont associées afin de réaliser une évaluation de l impact environnemental de l action des Banques Alimentaires contre le gaspillage alimentaire. Afin de mener à bien cette étude, la FFBA et SITA ont décidé qu une démarche régionale pilote serait menée, associant la Banque Alimentaire du Bas-Rhin (BA67) et SITA Région EST. Cette étude, menée selon la méthode Bilan Carbone de l ADEME porte sur l évaluation et la comparaison des émissions de gaz à effet de serre engendrées de manière directe ou indirecte par deux systèmes : un système «avec action de la BA» et un système «sans action de la BA». Pour rendre la comparaison pertinente, les deux systèmes ont été définis de façon à remplir les deux mêmes fonctions : collecter les denrées et fournir aux personnes normalement bénéficiaires de la Banque Alimentaire une même quantité et qualité de denrées. Le système «sans action de la BA» couvre donc d une part, l ensemble des étapes du cycle de vie des denrées gérées en déchets (de leur collecte à leur traitement/valorisation), et d autre part, la production de denrées de substitution et leur consommation par les personnes qui auraient normalement bénéficié de l action de la Banque Alimentaire. En effet, d une manière ou d une autre, ces personnes devront, dans tous les cas, se nourrir. L étude se limite volontairement aux denrées collectées auprès des industries agro-alimentaires (IAA), des grandes et moyennes et surfaces (GMS) et des producteurs, à savoir les surplus de production, les produits consommables dont les écarts de conformité ne permettent pas la commercialisation et les invendus. Sur ce périmètre, en 2009, la Banque Alimentaire du Bas-Rhin a collecté 816 tonnes de denrées. Les résultats de cette étude révèlent que l action de la Banque Alimentaire du Bas-Rhin permet d économiser téqco 2 par an, l équivalent des émissions générées par : 200 français chaque année, un véhicule parcourant km, la production de MWh d électricité, soit la consommation annuelle de habitants. En l absence de celle-ci, 6 fois plus d émissions de gaz à effet de serre seraient générées, en raison principalement des émissions engendrées par la production de denrées en compensation de celles gaspillées. Ce qu il faut ressortir de cette étude, c est que sans l action de la Banque Alimentaire du Bas-Rhin et des autres organismes partenaires, les conséquences sociales et environnementales ne seraient pas soutenables : des milliers de personnes démunies ne pourraient pas se nourrir décemment, compte tenu de l actuel gaspillage alimentaire, l impact sur l effet de serre serait conséquent. En conclusion, l action de la Banque Alimentaire du Bas-Rhin, permet non seulement d éviter le gaspillage alimentaire et d assurer que des milliers de personnes puissent se nourrir quotidiennement, mais contribue également à réduire l impact environnemental de l ensemble des parties prenantes (IAA, GMS et producteurs). Page 4 sur 19

5 1 OBJECTIFS ET CHAMP DE L ETUDE 1.1 Contexte Dans le cadre d un partenariat de compétences, la Fédération Française des Banques Alimentaires (FFBA) et SITA se sont associées afin de réaliser l évaluation de l impact environnemental de l action des Banques Alimentaires contre le gaspillage alimentaire. Afin de mener à bien cette étude, la FFBA et SITA ont décidé qu une démarche régionale pilote serait menée, associant la Banque Alimentaire du Bas-Rhin et SITA Région EST. L action des Banques Alimentaires (BA) consiste à collecter gratuitement des denrées auprès des industriels, des distributeurs et des particuliers, à les trier et stocker dans le respect des règles d hygiène afin de les distribuer aux associations partenaires et ainsi d aider l homme à se nourrir. En 2009, les BA ont distribué près de tonnes de denrées ; environ personnes ont bénéficié de cette aide alimentaire, l équivalent de 176 millions de repas. De nos jours, le «développement durable» est devenu un principe théorique de développement national, voire mondial. Un développement durable est un développement dans lequel croissances sociale, économique et environnementale sont menées de front et de manière équilibrée. Une étude anglaise menée en 2006 par Integrated Skills Limited en collaboration avec FareShare (affilié à la Fédération européenne des Banques Alimentaires) et commanditée par Evolve EB constate qu il y a un réel manque de conscience, de la part des professionnels comme du grand public, du coût à la fois social, économique et environnemental de la gestion des déchets du secteur alimentaire. Les auteurs concluent à l intérêt économique de la réduction de la quantité de déchets générés par le secteur alimentaire grâce à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Bien que les conclusions de cette étude ne soient pas directement transposables au contexte français (système de gestion des déchets différent notamment), cette étude apporte des éléments de réponse : d un point de vue social et économique, des organisations telles que les BA auraient une action «gagnant-gagnant». Qu en est-il de la dimension environnementale? Les aliments sauvés par les BA ont-ils un meilleur impact environnemental que s ils avaient été gérés en déchets? La FFBA souhaite connaître la réponse à cette question. La mise en évidence de l éventuel bénéfice environnemental de l action des BA constituerait un argument de poids, qui présenté conjointement à l argument social, pourrait inciter à une meilleure gestion des denrées alimentaires. 1.2 Objectifs Cette étude vise à évaluer et comparer les émissions de gaz à effet de serre engendrées de manière directe ou indirecte par deux systèmes : un système «avec action de la BA» et un système «sans action de la BA». Il est prévu que les résultats de l étude soient utilisés dans des affirmations comparatives destinées à être divulguées au public. 1.3 Cadre méthodologique Méthodes de référence employées L étude est menée selon la méthode Bilan Carbone de l ADEME (version 6.1). Elle s appuie aussi sur le cadre méthodologique défini par les normes internationales ISO14040 :2006 Management Environnemental Analyse de Cycle de Vie Principes et cadres et ISO14044 Management Environnemental Analyse de Cycle de Vie Exigence et lignes directrices. Page 5 sur 19

6 1.3.2 Présentation de la méthode Bilan Carbone Le Bilan Carbone est une méthode développée par l ADEME qui permet de comptabiliser l ensemble des émissions de gaz à effet de serre (GES) par une activité, qu elles soient directes ou induites par celle-ci. Les GES pris en compte sont : les six couverts par le Protocole de Kyoto (CO 2, CH 4, N 2 O, PFC, HFC et SF 6 ), certains gaz non couverts dans le Protocole de Kyoto, tels que certains CFC et gaz frigorigènes dépendant d autres protocoles. Parallèlement aux émissions de GES, l autre objectif de la méthode est d évaluer l importance de la dépendance aux énergies fossiles d une activité. Un Bilan Carbone se déroule en six phases : 1. Sensibilisation à l effet de serre, 2. Définition du champ de l étude, 3. Collecte des données, 4. Analyse des résultats, 5. Etablissement d un plan d actions de réduction, 6. Suivi du plan d actions. Les postes d émission couverts par la méthode Bilan Carbone sont illustrés dans la Figure suivante. Figure 1 - Postes d émission couverts par la méthode Bilan Carbone La méthode consiste à réaliser un inventaire des flux physiques (matière, personnes, énergie) intervenant dans chacun de ces postes et à leur faire correspondre des émissions de GES, au moyen de coefficients, appelés facteurs d émission. Ces facteurs sont pour la plupart fournis dans le Guide des facteurs d émission (version 6.1. Juin 2010) de l ADEME. Ils permettent de convertir des données d activités exprimées en litre, en tonne ou encore en kwh en émissions de GES. BilanCarbo ne = D n FE n n avec D n, la quantité associée au flux n et FE n, la quantité d émission de GES générée par unité de flux n Les résultats d un Bilan Carbone sont exprimés en kilogramme ou tonne équivalent carbone (kgéqc/téqc) ou kilogramme/tonne équivalent de dioxyde de carbone (kgéqco 2 /téqco 2 ). Le facteur de conversion des masses de carbone aux masses de CO 2 est le rapport de leurs masses molaires. Par exemple, pour passer de kgéqc à kgéqco 2, il faut appliquer le facteur multiplicateur 44/12. A quantité émise équivalente, tous les GES ne contribuent pas avec la même intensité à l effet de serre. Ils se distinguent par leur Pouvoir de Réchauffement Global (PRG) qui quantifie l impact d un GES sur le climat au bout d un certain temps. Les PRG des différents GES sont définis relativement au PRG du CO 2 fixé par convention à 1. Plus le PRG d un GES est élevé, plus son émission aura d impact sur l effet de serre. La méthode Bilan Carbone s appuie sur les PRG à 100 ans qui figurent dans le rapport 2001 du GIEC : Climate Change 2001, The Scientific Basis. En pondérant les quantités émises de GES par leur PRG, il est ainsi possible de toutes les exprimer dans la même unité (l équivalent carbone ou équivalent CO 2 ) et ainsi de les sommer pour avoir un bilan global. GES PRG à 100 ans CO 2 1 CH 4 25 N Tableau 1 - Pouvoirs de réchauffement globaux utilisés dans la méthode Bilan Carbone Page 6 sur 19

7 1.4 Périmètre de l étude Fonctions des systèmes étudiés Par son action, la Banque Alimentaire du Bas-Rhin remplit deux fonctions, une fonction de collecte des denrées, et une fonction de distribution de ces denrées et de restauration de ses bénéficiaires. Les systèmes avec et sans action de la BA sont comparés de façon à ce qu ils remplissent ces deux fonctions : collecter des denrées pendant un an et fournir des repas pendant un an. L année 2009 est prise comme référence Eléments exclus de l étude La Banque Alimentaire du Bas-Rhin dispose de cinq sources d approvisionnement principales : Producteurs, Industries agroalimentaires (IAA) Grandes et Moyennes Surfaces (GMS) Particuliers Union Européennes et Etat Français, au travers des programmes d aide alimentaire. L Union Européenne donne, par l intermédiaire du Programme Européen d Aide aux plus Démunis (PEAD) des produits céréaliers et laitiers. L Etat donne des produits carnés, des fruits et des légumes par l intermédiaire du Programme National d Aide Alimentaire (PNAA). En fonction de la source s approvisionnement, deux cas de figure se présentent : 1 er cas de figure : Les producteurs, les IAA et les GMS mettent à la disposition de la BA des surplus de production, des produits dont les écarts de conformité ne permettent pas toujours la commercialisation tout en étant consommables ou encore des aliments dont les durées de vie sont limitées (les invendus). Sans action de la BA, ces aliments seraient considérés comme des déchets et gérés comme tels. 2 ème cas de figure : La situation est différente dans le cas des denrées collectées auprès des particuliers, de l UE et de l Etat Français car celles-ci sont achetées spécifiquement à des fins d aide alimentaire. En l absence d action de la BA, soit une autre association/organisation récupérerait les denrées (cas des PEAD et PNAA), soit les denrées reprendraient le circuit de distribution classique, voire ne seraient pas produites. Dans ces trois cas, la comparaison de l impact environnemental avec/sans action de la BA ne présente pas d intérêt. En 2009, la BA67 a collecté tonnes de denrées ayant les origines suivantes : Collecte 16,0% Programmes d'aide 34,0% Autres associations 0,4% Distributeurs 30,1% Banques alimentaires 1,0% Producteurs 3,5% Industriels 14,3% Autres fournisseurs 0,7% Figure 2 Répartition des quantités de denrées collectées par sources d approvisionnement Cette étude ne couvre que les trois sources d approvisionnement suivantes : les producteurs, les IAA et la GMS, qui représentent 48% des denrées collectées en 2009, soit 816 tonnes. Page 7 sur 19

8 En 2009, compte tenu des rebus et des variations de stock, la BA67 a distribué tonnes de denrées, dont 429 tonnes issues des programmes d aides. On retient que 48% de denrées distribuées proviennent des IAA, GMA et producteurs, soit 746 tonnes Unité fonctionnelle L unité fonctionnelle sur la base de laquelle les deux systèmes sont comparés est donc la suivante : Collecter annuellement 816 tonnes de denrées auprès des producteurs, des industries agro-alimentaires et des grandes et moyennes surfaces, Fournir des denrées aux bénéficiaires, l équivalent de 746 tonnes de denrées alimentaires par an. Dans les deux systèmes, les produits alimentaires fournis sont les mêmes. Ils correspondent aux produits distribués par la Banque Alimentaire du Bas-Rhin en Ils sont listés en annexe 1. 2 PRESENTATION DES DEUX SYSTEMES COMPARES 2.1 Système avec action de la Banque Alimentaire du Bas-Rhin Frontières du système Le système avec action de la Banque Alimentaire couvre l ensemble des étapes du cycle de vie des denrées alimentaires collectées puis distribuées par la BA67 : depuis leur collecte jusqu à leur consommation par les bénéficiaires et l élimination de la fraction non consommée. L action de la BA67 consiste tout d abord à collecter des denrées alimentaires auprès des particuliers (collecte nationale), auprès des producteurs, des industries agro-alimentaires et des grandes et moyennes surfaces (ramasse des refus de production et invendus). Une fois collectées, ces aliments sont triés et pesés. Ils sont ensuite stockés dans l entrepôt de la BA. Le temps de résidence dans l entrepôt est court (ex : maximum 1 journée pour les produits réfrigérés). Les aliments qui ne sont pas bons à la consommation humaine et animale constituent des déchets. Une partie de ces déchets est envoyée sur une unité de compostage, le reste est collecté par la Communauté Urbaine de Strasbourg (CUS) avec les ordures ménagères. Les denrées propres à la consommation sont ensuite distribuées aux associations partenaires qui les mettent à disposition des bénéficiaires (consommateurs finaux). Certains aliments qui ne sont pas bons à la consommation humaine sont remis à la Société Protectrice des Animaux (SPA) à condition d avoir l accord de la Direction Départementale de Protection des Populations. Les aliments distribués sont consommés par les bénéficiaires, totalement ou partiellement auquel cas, une partie est éliminée en tant que déchets (résidus alimentaires et emballages). Le système avec action de la Banque Alimentaire du Bas-Rhin couvre l ensemble des ces étapes (voir Figure 3). Page 8 sur 19

9 COLLECTE PRODUCTEUR, IAA, GMS TRANSPORT déchets BANQUE ALIMENTAIRE BAS-RHIN denrées alimentaires RECEPTION, TRI déchets d'emballage et fermentescibles Autres déchets STOCKAGE TRANSPORT TRANSPORT PRISE EN CHARGE PAR LA CUS DISTRIBUTION AUX ASSOCIATIONS POUR L'HOMME DISTRIBUTION AUX ASSOCIATIONS POUR L'ANIMAL TRANSPORT TRANSPORT TRANSPORT TRANSPORT COMPOSTAGE/ DECHETTERIE TRAITEMENT/ VALORISATION CONSOMMATION PAR LES HOMMES CONSOMMATION PAR LES ANIMAUX TRANSPORT TRANSPORT TRAITEMENT/VALORISATION Figure 3 Frontières du système «avec action de la BA» Modélisation du système : données et hypothèses retenues La Banque Alimentaire du Bas-Rhin a réalisé son Bilan Carbone, en prenant l année 2009 comme référence. Il couvre un périmètre plus large que celui de cette étude car l ensemble des sources d approvisionnement de la BA sont intégrées. Pour tous les détails liés au calcul du Bilan Carbone de la BA67, se référer au Rapport Banque Alimentaire du Bas-Rhin Bilan Carbone, Janvier Page 9 sur 19

10 Pour cette étude, les résultats sont donc adaptés de façon à ne prendre en compte que les trois sources d approvisionnement qui nous intéressent, sachant qu en 2009, la BA67 a collecté kg de denrées en 2009, dont kg en provenance des IAA, des producteurs et des GMS. Le tableau suivant présente les résultats du Bilan Carbone dans sa totalité, puis les résultats sur le périmètre retenu pour cette étude. Emissions en téqco 2 Perimètre total BA67 Périmètre Industriels, Producteurs et GMS Electricité & gaz Collectes assurées par la BA Froid 4 2 Intrants 12 6 Fret sortant Déplacements Déchets directs 4 2 Consommation des denrées distribuées Fin de vie des denrées distribuées TOTAL Incertitudes (+/-) 487 téqco2 228 téqco2 Equivalent habitant par an 88 habitants 42 habitants Méthode employée pou rappporter le Bilan Carbone total de la BA au périmètre d'étude Prorata des tonnages Prise en compte de la collecte assurée par les véhicules de la BA et du transport sous-traité uniquement Prorata des tonnages Prorata des tonnages Prorata des tonnages Prorata des tonnages Prorata des tonnages Prorata des tonnages Prorata des tonnages Emissions évitées grâce à la valorisation des déchets Prorata des tonnages 1 français génère chaque année : 8,6 téqco 2 Source : EpE, 2009 Tableau 2 Système avec action de la BA : données et hypothèses retenues Les émissions engendrées par le système avec action de la BA s élèvent donc à 358 téqco Système sans action de la Banque Alimentaire du Bas-Rhin Frontières du système Le système sans action de la Banque Alimentaire est composé de deux sous-systèmes. Le premier répond à la fonction de collecte et modélise le devenir des denrées si elles n étaient pas collectées par la BA (denrées «non sauvées»). Il couvre l ensemble des étapes du cycle de vie de ces denrées gérées en déchets. Le point de départ est leur lieu de production, à savoir la GMS, le producteur et l industriel. Elles sont tout d abord collectées par un opérateur professionnel avant d être transportées vers leur lieu de traitement/valorisation. Le second sous-système tient compte du fait qu'en l absence d action de la Banque Alimentaire, le bénéficiaire doit toujours se nourrir et que des denrées supplémentaires doivent donc être produites pour remplacer celles gaspillées. En 2009, la BA67 a distribué kg, toutes sources d approvisionnement confondues, soit kg si l on se limite au périmètre de la présente étude. Ce second sous-système tient donc compte de la production de cette quantité de denrées, de leur distribution, de leur consommation et de l élimination de la fraction non consommée. Page 10 sur 19

11 TRI IN SITU DES DENREES NON SAUVEES PRODUCTION SUPPLEMENTAIRE DES DENREES POUR REMPLACER LES DENREES NON SAUVEES COLLECTE DISTRIBUTION TRAITEMENT/ VALORISATION CONSOMMATION PAR LES BENEFICIAIRES TRAITEMENT/ VALORISATION Figure 4 Frontières du système «sans action de la BA» Origine et niveau de fiabilité des données utilisées Le calcul des émissions de GES comporte des incertitudes liées aux facteurs d émissions et aux données d activité utilisées. Les données retenues pour calculer les émissions de GES du système «sans action de la BA» sont associées à un niveau de fiabilité, lui-même associé à une fourchette d incertitudes définies de manière arbitraire. Dans ce système, les incertitudes sont difficilement quantifiables, en revanche, on peut tenter de les qualifier, d où la définition de ces niveaux de fiabilité. Origine de la donnée d activité Niveau de fiabilité de la donnée Tableau 3 Origine et niveau de fiabilité de la donnée : modèle Niveau de fiabilité Fourchette d incertitude associée Bas > 60% Moyen 30 60% Haut 0 30 % Tableau 4 Niveaux de fiabilité et fourchettes d incertitudes associées Modélisation du système : données et hypothèses retenues 1 er sous-système : Gestion des aliments non sauvés en déchets Afin de déterminer de quelle manière seraient gérés les refus de production et invendus s ils n étaient pas collectés par la Banque, deux sources d information ont été privilégiées : le Plan Départemental d Elimination des Déchets Ménagers et Assimilés (PDEDMA) du Bas-Rhin [1] et le service commercial de SITA Région Est. Page 11 sur 19

12 Comme son nom l indique, le PDEDMA couvre les déchets ménagers et assimilés (DMA) et non les déchets industriels collectés séparément des DMA. Cependant, ce document est riche en informations sur les exutoires possibles dans le département du Bas-Rhin. Ils sont au nombre de huit : cinq installations de stockage de déchets non dangereux (Wintzenbach, Eschwiller, Weitbruch, Hochfelden et Chatenois), deux unités d incinération avec valorisation énergétique (Strasbourg et Schweighouse) et un centre de compostage d ordures ménagères (Scherwiller). Les échanges avec le service commercial de SITA Région Est ont permis de confirmer que, sur le département, les déchets produits par les IAA et les GSM sont majoritairement traités par incinération. Les producteurs font peu appel aux opérateurs professionnels pour la gestion de leurs déchets. Il semble qu ils gèrent leurs déchets eux-mêmes. Chaque IAA, GMS et producteur a été associé à un exutoire le plus probable en fonction de sa localisation dans le département. Plus précisément, en fonction de sa localisation, chaque fournisseur a été associé à un Etablissement Public de Coopération Intergouvernemental (EPCI). Le département du Bas-Rhin en compte 21. Ils assurent la gestion de la collecte et du traitement des déchets, pour le compte des communes ou de leur groupement. Le PDEDMA indique les exutoires des déchets produits sur le périmètre de chaque EPCI. Les mêmes exutoires ont été appliqués aux déchets des IAA, des GMS et producteurs. Lorsqu un industriel ou une GMS n a pas pu être associé à une EPCI, on admet que ses déchets sont traités sur l incinérateur de Strasbourg. Dans le cas d un producteur, on considère qu il traite ses déchets par compostage. Le tableau suivant récapitule les quantités de denrées non sauvées et les répartit en fonction de leur exutoire probable. IAA GMS Producteurs Quantité annuelle à traiter kg kg kg Incinérateur de Strasbourg 75% 48% 15% % des tonnages traités Incinérateur de Schweighouse 15% 47% 0,5% ISDND de Wintzenbach 0 % 0,4% 11,1 % ISDND d Eschwiller 0 % 1,1% 0% Centre de compostage de Scherwiller 0 % 1% 53% Exutoire non identifié 10% 3% 21 % Tableau 5 Quantités et exutoires des denrées non sauvées à traiter des IAA, GMS et Producteurs La collecte des denrées non sauvées (déchets) Pour calculer les émissions liées à la collecte des denrées non sauvées, la méthode des tonne.km a été employée. Les déchets sont généralement stockés dans des bacs ou dans des bennes. Les premiers sont collectés avec des bennes type benne à ordures ménagères (PTAC de 19 à 26t) et les seconds avec des camions bras (PTAC 25t). La méthode des tonne.km tient compte du type de véhicule utilisé, de ses consommations à vide et à plein, de la capacité maximale de chargement et du poids réel du chargement. Les tonne.km sont calculées en multipliant la quantité annuelle de déchets collectés par la distance aller séparant leur lieu de production de leur exutoire, en tenant compte d un éventuel parcours à vide avant chargement des déchets sur le lieu de production et après déchargement sur le lieu de traitement. IAA GMS Producteurs tonne.km Tableau 6 Calcul des tonne.km correspondant à la collecte des déchets des IAA, GMS et Producteurs Page 12 sur 19

13 Le calcul des émissions à partir des tonne.km a été effectué en prenant les hypothèses suivantes : Distance aller/retour, 50% du trajet effectué à vide, Véhicules de PTAC > 21t Pour mener à bien le calcul, un dernier paramètre doit être évalué : le taux de chargement en charge. Il s agit du rapport entre le poids d un chargement et la charge utile maximale du véhicule. Ce paramètre rend compte du fait que la consommation d un véhicule n est pas la même en fonction de la charge qu il transporte. Cet écart est observé pour des véhicules dont le PTAC est supérieur à 3,5T. Un taux de chargement de 50% a été retenu (valeur moyenne proposée par défaut dans la méthode Bilan Carbone pour les véhicules de PTAC>21t). Origine de la donnée Donnée estimée Niveau de fiabilité de la donnée Moyen (incertitude de 40%) Le détail des calculs des tonne.km est disponible sur le fichier attaché BA_Gestion des déchets des IAA GMS et Producteurs.xlsx. Le traitement Les émissions liées au traitement des aliments non sauvés ont été calculées : avec les facteurs d émission proposés par défaut dans l outil Bilan Carbone pour le stockage en ISDND et le compostage : Ces facteurs incluent par défaut les émissions de la collecte. Elles ont donc été déduites puisqu elles sont prises en compte par ailleurs. Les émissions couvertes concernent donc le fonctionnement de l installation et les émissions liées au traitement (émissions de méthane et de protoxyde d azote pour le compostage et émissions diffuses de méthane pour le stockage). Les incertitudes associées à ces facteurs ont été conservées. Les installations de stockage ne valorisent pas le biogaz. Le compost est quant à lui valorisé en substitution d engrais. avec des facteurs d émission calculés à partir de données opérationnelles réelles pour le traitement dans les unités d incinération de Strasbourg et de Schweighouse : 93% des aliments non sauvés seraient traités en incinération. Il est donc nécessaire d essayer de préciser au mieux les émissions générées par ce type de traitement. On considère que les déchets des IAA, GMS et producteurs envoyés en incinération se composent de 80% de déchets putrescibles et de 20% de déchets d emballage (1/2 carton, ¼ métallique, ¼ plastique). Pour calculer les émissions générées par l incinération de ces déchets, les facteurs d émissions proposés par défaut dans la méthode Bilan Carbone ont été utilisés, en déduisant les émissions liées à la collecte puisque celle-ci est déjà prise en compte par ailleurs. Les facteurs utilisés couvrent donc les émissions de dioxyde de carbone fossile (CO 2 ) et de protoxyde d azote (N 2 O) qui ont lieu au cours de l incinération, ainsi que les émissions liées au fonctionnement de l unité d incinération. Les fractions putrescibles et cartons ont été distinguées des fractions plastiques et métalliques. Pour la valorisation des métaux, on considère que la totalité des emballages métalliques contenus dans les déchets des IAA, GMS et producteurs (soit 5% du poids total) sont de type ferreux et sont récupérés et valorisés. Le calcul des émissions évitées par la valorisation matière des métaux est réalisé en utilisant le facteur d émission disponible dans l outil Bilan Carbone. Pour la valorisation énergétique, des facteurs d émissions évitées spécifiques aux incinérateurs de Strasbourg et de Schweighouse ont été calculés à partir de données réelles fournies respectivement dans un rapport annuel de la Communauté Urbaine de Strasbourg [2] et dans le PDEDMA [1]. Ces facteurs ont été calculés en fonction des rendements de transformation de l énergie primaire (fonction du pouvoir calorifique inférieur des déchets) en énergies électrique et thermique des incinérateurs et des types d énergies substituées. On considère que le pouvoir calorifique inférieur (PCI) moyen des déchets entrants sur ces incinérateurs est celui des ordures ménagères (OM). On admet que l électricité produite et vendue par les incinérateurs se substitue au mix moyen français et que l énergie thermique produite et vendue se substitue à du gaz naturel. Page 13 sur 19

14 Quantité vendue en 2009 [2] Energie primaire fournie par les déchets (PCI OM = 2,58 MWh/t [3]) Rendement de transformation Electricité MWh MWh 8% Chaleur MWh MWh 26% Tableau 7 Rendements de transformation de l énergie primaire en énergie électrique et thermique de l incinérateur de Strasbourg Quantité vendue en 2009 [1] Energie primaire fournie par les déchets (PCI OM = 2,58 MWh/t [3]) Rendement de transformation Electricité MWh MWh 2% Chaleur MWh MWh 10% Tableau 8 Rendements de transformation de l énergie primaire en énergie électrique et thermique de l incinérateur de Schweighouse Les facteurs d émissions évitées obtenus sont les suivants : PCI Facteurs d émissions évitées correspondants Electricité Chaleur Déchets (fraction putrescibles + 1,68 MWh/t - 3 kgéqc/t - 28 kgéqc/t cartons) Déchets (fraction plastique) 6,56 MWh/t - 12 kgéqc/t kgéqc/t Tableau 9 - Facteurs d émissions évitées par la valorisation énergétique des déchets Incinérateur de Strasbourg PCI Facteurs d émissions évitées correspondants Electricité Chaleur Déchets (fraction putrescibles + 1,68 MWh/t - 1 kgéqc/t - 11 kgéqc/t cartons) Déchets (fraction plastique) 6,56 MWh/t - 2 kgéqc/t - 41 kgéqc/t Tableau 10 - Facteurs d émissions évitées par la valorisation énergétique des déchets Incinérateur de Schweighouse Le détail des calculs des facteurs d émissions évitées est disponible dans le fichier BA_Gestion des déchets des IAA GMS et Producteurs.xlsx. On associe par défaut une incertitude de 50% à ces facteurs. Origine de la donnée (quantités de déchets traitées) Donnée estimée Niveau de fiabilité de la donnée Moyen (incertitude de 50%) 2 nd sous-système : Production supplémentaire d aliments en remplacement des aliments non sauvés Ce sous-système comprend les étapes suivantes : la production des aliments, leur transport du lieu de production jusqu au lieu de distribution, leur transport du lieu de distribution jusqu au domicile des bénéficiaires, leur consommation et la fin de vie de la fraction non consommée (résidus alimentaires et emballages). Production et transport lieu de production > lieu de distribution La quantité d aliments non sauvés à produire s élève à 746 tonnes. Cela correspond aux denrées distribuées en 2009 par la BA67, en provenance des IAA, des producteurs et des GMS. Deux bases de données ont été utilisées pour déterminer l impact de la production de ces aliments : Le Guide des facteurs d émissions de l ADEME (version 6.1) e Guide ne précise pas de manière claire le périmètre couvert par ces facteurs. On admet qu ils couvrent a minima les étapes agricoles, la fabrication du produit, et le transport jusqu aux lieux de distribution. En revanche, on considère qu ils ne prennent pas en compte l impact de l emballage. Page 14 sur 19

15 L Indice Carbone Casino Le groupe Casino indique sur certains de ses produits, les émissions de gaz à effet de serre générées au cours des étapes de la vie de ce produit : les étapes agricoles, la fabrication du produit, le transport depuis le champ de culture jusqu aux entrepôts Casino, l emballage, depuis l'extraction des matières premières jusqu'au recyclage, la distribution, depuis l entrepôt Casino jusqu au domicile du consommateur. Cet indice est exprimé en gramme équivalent CO 2 pour 100 grammes de produit. A noter qu utiliser l indice Carbone Casino entraîne un double comptage de l étape transport des aliments jusqu aux domiciles des consommateurs Pour chaque article, le choix du facteur adéquat s est appuyé sur les règles suivantes : si les deux bases de données proposent un facteur pour un même produit, la source ADEME a été privilégiée ; si, au sein d une même base, plusieurs facteurs d émission existent pour un même produit, le facteur retenu est la moyenne de ces facteurs ; les facteurs de l ADEME sont appliqués sur les quantités d aliments hors emballages ; on considère que l emballage représente en moyenne 20% du poids du produit. En toute rigueur, l impact de l emballage devrait être pris en compte mais cela n est pas fait ici ; les facteurs de Casino sont appliqués sur les quantités d aliments avec emballage ; les modes de conservation des produits ne sont pas pris en compte : par exemple, pour les légumes secs et surgelés, le facteur d émission utilisé est celui qui correspond aux légumes frais. L annexe 1 récapitule les facteurs d émission retenus pour évaluer l impact GES de la production des aliments non sauvés. Pour 13 types d articles, aucun facteur d émission n a pu être identifié : cela représente 20% des types d articles et 16% en poids des denrées distribuées. Transport lieu de distribution > Domicile, Consommation et Fin de vie de la fraction non consommée Que la Banque Alimentaire soit là ou non, les bénéficiaires doivent se déplacer pour aller chercher des aliments, doivent les préparer et génèrent des déchets. Dans cette étude, on considère qu avec ou sans action de la Banque Alimentaire, 746 tonnes de denrées par an sont nécessaires pour nourrir les bénéficiaires. On peut donc considérer que cela engendre dans les deux systèmes le même nombre de déplacements sur des distances équivalentes, les mêmes consommations énergétiques pour la préparation des aliments et la même quantité de déchets à gérer. Pour ces trois étapes, on considère que donc que l impact est le même avec ou sans action de la Banque Alimentaire, toujours sur le périmètre producteurs, IAA et GMS. Page 15 sur 19

16 3 RESULTATS Le tableau et la figure suivants présentent les résultats du calcul des émissions de GES générées par les systèmes avec et sans action de la Banque Alimentaire du Bas-Rhin. Electricité & gaz Collectes & livraisons assurées par la BA Froid Intrants Système avec action de la BA 12 téqco2 19 téqco2 2 téqco2 6 téqco2 Fret sortant 11 téqco2 5 téqco2 Collecte des aliments non sauvés des IAA, GMS et producteurs Déplacements 99 téqco2 82 téqco2 Déplacement GMS/Domicile des bénéficiaires Déchets directs 2 téqco2 118 téqco2 Traitement des aliments non sauvés Consommation des denrées distribuées 95 téqco2 95 téqco2 Consommation des denrées Fin de vie des denrées distribuées 112 téqco2 112 téqco2 Fin de vie des denrées 1712 téqco2 Production des denrées non sauvées TOTAL 358 téqco téqco2 Incertitudes (+/-) 228 téqco téqco2 Equivalent habitant par an 42 habitants 247 habitants Equivalent kilomètre km km Equivalent kwh électrique kwh kwh Système sans action de la BA Emissions évitées grâce à la valorisation des déchets -58 téqco2-220 téqco2 1 français génère chaque année : 8,6 téqco 2 Source : EpE, 2009 En France, 1 véhicule génère en moyenne : 133 gco2/km En France, la production d'électricité génère en moyenne : 0,084 kgco2/kwh Source : ADEME V6.1 Tableau 11 Résultats détaillés Les résultats obtenus révèlent que la prise en charge des refus de production, des produits consommables présentant un écart de conformité et des invendus des IAA, GMS et Producteurs par la Banque Alimentaire du Bas-Rhin permet d économiser téqco2, l équivalent des émissions générées par : français chaque année, - une voiture parcourant km - de la production de MWh d électricité. En l absence d action de la BA67, la gestion des aliments non sauvés génèrerait près de 6 fois plus d émissions de GES. L impact du système «sans action de la BA» vient majoritairement de la production des denrées supplémentaire pour compenser les denrées «non sauvées» et nourrir les personnes qui auraient bénéficié normalement de l action de la Banque Alimentaire. Cette production représente en effet 80% du bilan des émissions du système. Page 16 sur 19

17 2 124 téqco2 Emissions GES annuelles x téqco2 Système avec action de la BA Système sans action de la BA Figure 5 Résultats globaux Dans le domaine des bilans GES, dès qu il s agit de comparer deux systèmes, il faut prendre des précautions et s assurer que les deux systèmes sont comparés de manière équitable. L incertitude sur les résultats de cette étude n est pas négligeable (de l ordre de 60%). Dans le système «avec action de la BA» l incertitude porte sur le déplacement des bénéficiaires et la fin de vie des denrées consommées. Dans le système «sans action de la BA», elle porte principalement sur l impact de la production des denrées en remplacement de celles gaspillées. Les données réelles disponibles pour le calcul des émissions engendrées par le système «sans action de la BA» sont peu nombreuses. Les émissions générées par ces postes ont été évaluées en s appuyant sur les meilleures données disponibles mais une incertitude sécuritaire leur a été attribuée de façon à ne pas risquer une analyse erronée des résultats. Cependant, compte tenu du facteur 6 qui sépare les émissions générées par les deux systèmes, cette incertitude n est pas de nature à inverser la tendance entre les deux systèmes. Page 17 sur 19

18 4 CONCLUSION L action de la Banque Alimentaire du Bas-Rhin permet d économiser chaque année près de téqco 2. Cette étude met en évidence le bénéfice, en termes d émissions de gaz à effet, de la lutte des Banques Alimentaires contre le gaspillage alimentaire. La comparaison des deux systèmes est basée sur l hypothèse suivante : les personnes démunies qui bénéficient de l aide alimentaire, consommeraient, en l absence des Banques Alimentaires, des denrées équivalentes provenant, par exemple, des grandes ou moyennes surfaces. D un point de vue méthodologique, cette hypothèse est indispensable pour comparer les deux systèmes de manière équitable. Cependant, dans les faits, il est probable que ces personnes n auraient pas les moyens d acheter des denrées en même quantité et de même qualité que celles des aliments distribués par les Banques Alimentaires. Dans ce cas, les résultats de la comparaison avec/sans action de la Banque Alimentaire pourraient en être modifiés, mais les deux systèmes ne seraient plus comparés à services rendus équivalents. Ce qu il faut retenir de cette étude, c est que sans l action de la Banque Alimentaire du Bas-Rhin, des Banques Alimentaires en général et des autres associations menant une action équivalente, les conséquences sociales et environnementales ne seraient pas soutenables. En effet : des milliers de personnes démunies ne pourraient pas se nourrir décemment, dans cette hypothèse de travail où toutes ces personnes démunies pourraient bénéficier de denrées en quantité et de qualité satisfaisantes (système sans action de la BA), compte tenu de l actuel gaspillage alimentaire, l impact sur l effet de serre serait conséquent. Comme le montre les résultats de cette étude : 6 fois plus d émissions de gaz à effet de serre seraient générées. En conclusion, l action de la Banque Alimentaire du Bas-Rhin, permet non seulement d éviter le gaspillage alimentaire et de s assurer que des milliers de personnes puissent se nourrir quotidiennement, mais contribue également à réduire l impact environnemental de l ensemble des parties prenantes (IAA, GMS et producteurs). BILIOGRAPHIE [1] CONSEIL GENERAL DU BAS-RHIN, La gestion des déchets ménagers et assimilés dans le Bas-Rhin, Rapport annuel 2008 [2] COMMUNAUTE URBAINE DE STRASBOURG, Rapport sur la qualité et le prix du service d élimination des déchets, Année 2009, Edition 2010 [3] MODECOM, La composition des ordures ménagères et assimilées en France Campagne nationale de caractérisation 2007, ADEME, ADEME Editions, 2010 [4] ADEME, Guide des facteurs d émission Bilan Carbone Entreprises et Collectivités, ADEME, Version 6.1, Juin 2010 [5] Indice Carbone Casino : dernière consultation : 18/12/2010 [6] LCA Food : dernière consultation : 18/12/2010 Page 18 sur 19

19 ANNEXE Facteurs d émission retenus pour le calcul de l impact Gaz à Effet de Serre (GES) de la production des aliments non sauvés Poids avec emballage en kg Pain, Pain de mie ,125 ADEME V6 Viennoiseries ,784 Casino Biscuits ,684 ADEME V6 Biscottes ,641 Casino Cafés et thés ,150 ADEME V6 (moyenne café/thé) Céréales ,091 Casino Cacao Confiserie ,852 Casino Desserts ,975 Casino Crème dessert ,975 Casino Lait frais et crème ,396 ADEME V6 Dons de lait ,330 ADEME V6 Lait concentré lait en poudre ,630 ADEME V6 Lait UHT ,330 ADEME V6 (lait de vache) Farines ,125 ADEME V6 Purée de pommes de terre Pommes frites ,314 Casino Pommes de terre ,032 ADEME V6 Pâtes ,383 ADEME V6 Couscous ,120 ADEME V6 Riz ,120 ADEME V6 0,032 ADEME V6 (Assimilée à de la pomme de terre, la transformation en purée n'est pas prise en compte) ADEME V6 (considérés comme des légumes 0,064 Fruits secs secs) Légumes secs ,064 ADEME V6 Potages poudre Potages liquide ,238 ADEME V6 Condiments, sauces, vinaigre Sauces tomates et tomates ,291 ADEME V6 (tomates moyenne) ADEME V6 (moyenne huiles de 0,900 Huile colza/tournesol) Beurre ,700 ADEME V6 Sucre ,200 Confiture, miel, pâte à tartiner ,300 Casino (miel) Oreillons de pêche ,122 ADEME V6 (moyenne fruits frais) Fruits en conserves ,122 ADEME V6 (moyenne fruits frais) Légumes en conserves ,122 ADEME V6 (moyenne légumes frais) Haricots verts en boîte ,122 ADEME V6 (moyenne légumes frais) Poissons en conserves ,500 ADEME V6 (poisson frais) ADEME V6 (viande avec os, mais sans 6,872 traitement de l'industrie agro-alimentaire Viandes en conserves-pâtés ni emballages ni transport) Plats cuisinés en conserves Lasagnes bolognaises indiv Emincé de volaille semoule ,469 ADEME V6 (50% volaille, 50% semoule) Petits pots bébés Aliments bébés (autres) Eaux ,082 Casino Jus de fruits ,064 ADEME V6 (jus de fruits et soda) Jus de fruits frais ,064 ADEME V6 (jus de fruits et soda) Légumes surgelés ,122 ADEME V6 (moyenne légumes frais) Poissons surgelés ,500 ADEME V6 (poisson frais) ADEME V6 (viande avec os, mais sans 6,872 traitement de l'industrie agro-alimentaire Viandes surgelées ni emballages ni transport) Cuisse de poulet surgelée ,817 ADEME V6 (volaille et gibier) Plats cuisinés surgelés Spécialités surgelées Glace Sorbet Yaourts et fromages blancs ,660 ADEME V6 Fromage ,770 ADEME V6 (moyenne pâtes dure/molles) Fruits frais ,122 ADEME V6 (moyenne fruits frais) Pomme de retrait ,122 ADEME V6 (moyenne fruits frais) Légumes frais ,122 ADEME V6 (moyenne légumes frais) ADEME V6 (viande avec os, mais sans 6,872 traitement de l'industrie agro-alimentaire Viande-charcuterie ni emballages ni transport) Œufs ,870 ADEME V6 Plats cuisinés frais Choucroute fraîche Poisson frais ,500 ADEME V6 (poisson frais) Total hors programmes d'aide Tout compris Légende Périmètre de l'étude ,6 Poids avec emballage sur le périmètre de l'étude en kg Poids sans emballage sur le périmètre de l'étude en kg Facteur retenu kgéqc/kg Source Articles pour lesquels aucun facteur d'émission n'a pas être trouvé Page 19 sur 19

Evaluation des émissions

Evaluation des émissions Evaluation des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités de la Bourse de l Immobilier 28 Avenue thiers 33100 BORDEAUX Tél : 05 57 77 17 77 - Fax : 05 56 40 58 63 www.bourse-immobilier.fr

Plus en détail

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier

Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Bilan Carbone de la Communauté d Agglomération de Vichy Val d Allier Territoire 2008 Contexte de l étude Afin de lutter contre le changement climatique et de s adapter au contexte de raréfaction des ressources

Plus en détail

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DE L ACIER MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long de son cycle de vie. L évaluation

Plus en détail

Engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire

Engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire Engagés dans la lutte contre le gaspillage alimentaire Tous concernés! La lutte contre le gaspillage alimentaire nous concerne tous. On estime qu un quart de la nourriture produite dans le monde est jetée

Plus en détail

Groupe de travail «Dynamiser la prévention»

Groupe de travail «Dynamiser la prévention» Plan départemental de prévention et de gestion des déchets non dangereux Groupe de travail «Dynamiser la prévention» 15 octobre 2014 Réunion du 15 octobre Déroulement de la réunion : - Don alimentaire

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE. BILAN CARBONE 2012 de l UES MAAF Assurances

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE. BILAN CARBONE 2012 de l UES MAAF Assurances BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 de l UES MAAF Assurances 1 1. Description de la personne morale et de ses activités Ce bilan est une démarche volontaire, étant

Plus en détail

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion Chap. 6 : Analyser les coûts des centres de responsabilité I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion 1. La comptabilité financière

Plus en détail

Bil i a l n Carbone 2011

Bil i a l n Carbone 2011 Bilan Carbone 2011 Le Groupe Chèque Déjeuner a décidé dès 2010 de se doter d un nouvel outil de pilotage de sa performance environnementale : Le Bilan Carbone, méthode gérée désormais par l Association

Plus en détail

Le recyclage des emballages au Luxembourg

Le recyclage des emballages au Luxembourg Le recyclage des emballages au Luxembourg Sommaire La responsabilité des producteurs page 4 VALORLUX, organisme agréé page 6 Le Point Vert page 9 La prévention des déchets d emballages page 10 La responsabilité

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

L Indice Environnemental

L Indice Environnemental L Indice Environnemental Historique et position face à l hypothèse de Porter Corinne MERCADIE Responsable Environnement & Emballages 1ere expérience de collecte et de mesure environnementale 2008 à 2010

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

DATAVANCE. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 DATAVANCE Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES DATAVANCE 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une serre, des gaz

Plus en détail

SOLUTIONS ENTREPRISES Le BILAN CARBONE

SOLUTIONS ENTREPRISES Le BILAN CARBONE SOLUTIONS ENTREPRISES Le BILAN CARBONE Le BILAN CARBONE Toute activité industrielle, tertiaire et agricole émet, directement ou indirectement, des gaz à effet de serre ayant pour conséquence de contribuer

Plus en détail

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 DE MAAF ASSURANCES SA

BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 DE MAAF ASSURANCES SA BILAN DES EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE RÉGLEMENTAIRE BILAN CARBONE 2012 DE MAAF ASSURANCES SA 1 1. Description de la personne morale et de ses activités Raison sociale : MAAF ASSURANCES SA Code NAF

Plus en détail

Rapport Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Crédit Agricole Sud Rhône Alpes

Rapport Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Crédit Agricole Sud Rhône Alpes Rapport Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Crédit Agricole Sud Rhône Alpes 1/ Description de la personne morale concernée Raison sociale : CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONES ALPES

Plus en détail

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre de PROCTER & GAMBLE FRANCE Page 1 Table des matières CONTEXTE... 3 NOTE METHODOLOGIQUE... 4 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE... 5 A. DESCRIPTION

Plus en détail

Rapport. Bilan d émissions de gaz à effet de serre (BeGES 2013) Agence de l eau ADOUR-GARONNE. Mai 2014

Rapport. Bilan d émissions de gaz à effet de serre (BeGES 2013) Agence de l eau ADOUR-GARONNE. Mai 2014 Agence de l eau ADOUR-GARONNE Rapport Bilan d émissions de gaz à effet de serre (BeGES 2013) Mai 2014 DECLARATION ART 75 LOI ENE AGENCE DE L EAU ADOUR GARONNE 1 Rapport réglementaire La suite de ce chapitre

Plus en détail

Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet de serre PREFECTURE DE REGION D ILE DE FRANCE Bureau environnement/énergie Immeuble Le Ponant 5 rue Leblanc 75015 PARIS ANTONY, le 21 décembre 2015 Objet : ADISSEO France SAS Bilan des émissions de gaz à effet

Plus en détail

Méthode de calcul. Fonctionnement de l Ecocomparateur

Méthode de calcul. Fonctionnement de l Ecocomparateur Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste Méthode de calcul Fonctionnement de l Ecocomparateur Coliposte Juillet 2012 INTRODUCTION LE E-COMMERCE PRÉSENTE UN AVANTAGE ENVIRONNEMENTAL PAR RAPPORT AU

Plus en détail

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir

les outils les enjeux les applications locales Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement connaître pour agir connaître pour agir Déchets ménagers : maîtrisons les impacts sur l environnement les enjeux les outils les applications locales Enjeux d une analyse environnementale et leviers d améliorations QU EST-CE

Plus en détail

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

AJILON ENGINEERING. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 AJILON ENGINEERING Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES Ajilon Engineering 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une

Plus en détail

Bilan Gaz à Effet de Serre (BGES) de CNIM SA en France 2013

Bilan Gaz à Effet de Serre (BGES) de CNIM SA en France 2013 Bilan Gaz à Effet de Serre (BGES) de CNIM SA en France 2013 Bilan réalisé avec le support de l agence conseil Prestataire habilité Bilan Carbone Membre de l Association des Professionnels en Conseil Carbone

Plus en détail

Projet de Fin d Etudes : Annexes

Projet de Fin d Etudes : Annexes Projet de Fin d Etudes : Annexes Création d un outil informatique d Analyse du Cycle de Vie des matériaux dans le Auteur : Manuel VACCARA, 5ème année Génie Civil, INSA Strasbourg Tuteur entreprise : Samuel

Plus en détail

CHARVET et l Environnement

CHARVET et l Environnement CHARVET et l Environnement L entreprise Charvet est située au bord du lac de Paladru, à deux pas du massif de la Chartreuse. Dans un territoire protégé, au milieu d une commune rurale, Charvet a depuis

Plus en détail

l arrêté du 29 septembre 1997

l arrêté du 29 septembre 1997 FRANCAISE Texte de base : l arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social. Son contenu s articule autour

Plus en détail

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre

Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre Matériels de Formation du GCE Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre CCNUCC Logiciel d Inventaire de GES pour les Parties NAI Secteur des Déchets Aspects pratiques et Exercices Version 2, avril

Plus en détail

Devis de l installateur. Eléments à fournir

Devis de l installateur. Eléments à fournir Devis de l installateur Eléments à fournir ELEMENTS TECHNIQUES 1. Scénarios de développement d un projet En fonction des différents substrats organiques mobilisables pour l installation, l installateur

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES)

Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES) Bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES) Conformément à l article 75 de la loi N 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l environnement. Le 20 décembre 2012 Sommaire Présentation...

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE AI 2010 0 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DANS LA LIGNÉE DE SA POLITIQUE DE DISCOUNT RESPONSABLE QUI VISE À RENDRE ACCESSIBLES À TOUS LES CONSOMMATEURS

Plus en détail

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Police de Paris Décembre 2012

Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Police de Paris Décembre 2012 Lectra S.A. Bilan d émissions de Gaz à Effet de Serre Rapport du bilan destiné à la Préfecture de Police de Paris Décembre 2012 World Headquarters & siège social : 16-18, rue Chalgrin 75016 Paris France

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets

DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets DOSSIER DE PRESSE Engagement du SICTOM Pontaumur-Pontgibaud et du SICTOM des Combrailles pour un programme de prévention des déchets 28.09.11 : Signature des conventions avec l ADEME Le meilleur déchet

Plus en détail

ADIA. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre

ADIA. Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre 2011 ADIA Synthèse Bilan de Gaz à Effet de Serre Synthèse BILAN DE GES ADIA 2011 L'EFFET DE SERRE est un phénomène naturel nécessaire à la vie sur terre : comme les vitres d'une serre, des gaz présents

Plus en détail

Analyse de cycle de vie

Analyse de cycle de vie Valorisation des déchets plastiques des ménages Analyse de cycle de vie Note de synthèse 17 mars 2014 1. Contexte de l étude La taxe sur les sacs à ordures ménagères (dite «taxe au sac») introduite dans

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

Claire DUFAY-LEENAERT

Claire DUFAY-LEENAERT Claire DUFAY-LEENAERT Réduction de la consommation de viande : Analyse des steaks végétaux comme alternative à la consommation de viande en Belgique. Impacts environnementaux et durabilité. TRAVAIL INDIVIDUEL

Plus en détail

Bilan d Émissions de Gaz à Effet de Serre

Bilan d Émissions de Gaz à Effet de Serre Bilan d Émissions de Gaz à Effet de Serre (BILAN G.E.S.) Loi Grenelle 2 Le Bilan d Émissions de Gaz à Effet de Serre (Bilan G.E.S.) Préambule L article 75 de la loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 portant

Plus en détail

des émissions de Gaz à Effet de Serre de la Préfecture de la Meuse

des émissions de Gaz à Effet de Serre de la Préfecture de la Meuse PREFETE DE LA MEUSE FICHE DE SYNTHESE BILAN des émissions de Gaz à Effet de Serre de la Préfecture de la Meuse Année 2013 Bilan Carbone de la Préfecture de la Meuse 1 1 Description de la personne morale

Plus en détail

Méthode de calcul Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste

Méthode de calcul Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste Méthode de calcul Fonctionnement de l Eco-comparateur ColiPoste Introduction o Le e-commerce présente un avantage environnemental par rapport au commerce traditionnel La différence principale entre les

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

Le petit-déjeuner et développement durable

Le petit-déjeuner et développement durable Les repas Salle avec tableau 45 à 55 min. Le petit-déjeuner et développement durable Objectifs de l atelier : Sensibiliser les enfants sur la notion de développement durable en se référant aux étapes de

Plus en détail

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre de GAMBRO en France

Bilan d'émissions de gaz à effet de serre de GAMBRO en France GAMBRO Industries ZI de 7, Avenue Lionel Terray 69 883 Cedex Bilan de gaz à effet de serre de GAMBRO en France Installations Classées pour la Protection de l'environnement Bilan Année 2011 (année de référence)

Plus en détail

LES EMBALLAGES ÉVALUATION DES IMPLICATIONS POUR LES SALONS DE COIFFURE OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR 1,6 1,6 2,1 1,4 1,3 1,1

LES EMBALLAGES ÉVALUATION DES IMPLICATIONS POUR LES SALONS DE COIFFURE OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR 1,6 1,6 2,1 1,4 1,3 1,1 Les déchets FICHE N 1 LES EMBALLAGES ÉVALUATION DES IMPLICATIONS POUR LES SALONS DE COIFFURE CRITÈRES PRÉVENTION DES RISQUES ÉCONOMIQUE OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR CONTENTIEUX (PÉNAL, CIVIL) MOYENS À DÉPLOYER

Plus en détail

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS.

Observatoire des prix et des marges. Filière Porc Jambon SOURCES DES DONNÉES, MÉTHODES DE TRAITEMENT, LIMITES DES RÉSULTATS. Sommaire Définitions Les circuits Les données de prix utilisées Retraitements Limites 1 Prix au stade production Définitions - prix perçu par le producteur agricole, s applique au kg de carcasse ; - acheteur

Plus en détail

Deux unités fonctionnelles ont été retenues dans ce document en fonction du type de produit étudié. Ces unités fonctionnelles sont :

Deux unités fonctionnelles ont été retenues dans ce document en fonction du type de produit étudié. Ces unités fonctionnelles sont : Contexte et objectifs Le Syndicat National de l Extrusion Plastique (SNEP) rassemble plus d une trentaine d entreprises adhérentes, spécialisées dans la transformation de profilés par l extrusion et dans

Plus en détail

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier

Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Contexte et enjeux Le Plan Climat Energie Territoire du Conseil général de l Allier Afin de lutter contre le changement climatique et s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE

ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE ENJEUX ENERGETIQUES et DEVELOPPEMENT DURABLE BOUILLOT Nicolas Novembre 2008 Le développement durable Le développement durable est un modèle de développement qui répond aux besoins d aujourd hui sans compromettre

Plus en détail

Les émissions de gaz carbonique (CO2)

Les émissions de gaz carbonique (CO2) Fiche 21 Les émissions de gaz carbonique (CO2) 1. Quelles émissions pour les différentes énergies fossiles? La quantité de CO2 produit par la combustion d une tep de combustible fossile dépend de sa composition

Plus en détail

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières

CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE. Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières CONSOMMATION ET PRODUCTION D ELECTRICITE EN ALLEMAGNE Bernard Laponche 2 juin 2014 * Table des matières 1. CONSOMMATION FINALE D ELECTRICITE...2 1.1 EVOLUTION SUR LA PERIODE 2000-2013... 2 1.2 ENTRE 2010

Plus en détail

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES

L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES L AVANTAGE CARBONE QUÉBÉCOIS LE CAS DES CENTRES DE DONNÉES MISE EN CONTEXTE L empreinte carbone d un produit correspond à la somme des gaz à effet de serre (GES) émis tout au long de son cycle de vie.

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

Méthode de détermination des énergies livrées aux PCE raccordés au réseau de GrDF, à partir des volumes mesurés par les compteurs

Méthode de détermination des énergies livrées aux PCE raccordés au réseau de GrDF, à partir des volumes mesurés par les compteurs RÉFÉRENCE : Méthode de détermination des énergies livrées aux PCE raccordés au réseau de GrDF, à partir des volumes mesurés par les compteurs Ce document a pour objet de décrire la méthode de détermination

Plus en détail

Principe n 2 : La réduction de l empreinte carbone des restaurants

Principe n 2 : La réduction de l empreinte carbone des restaurants Dossier imprimé sur du papier FSC Engagements API Restauration pour le Pacte Mondial 2010 Contact Api Restauration Laure Marichal : laure.marichal@api-restauration.com Tel : 03.20.43.93.50 1 Mot de M.

Plus en détail

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE des Midi-Pyrénées

Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE des Midi-Pyrénées Bilan des Emissions de Gaz à Effet de Serre de 2011 de la DIRECCTE des 1 P a g e Sommaire Cadre général... 3 1. Description de la personne morale concernée... 4 2. Année de reporting de l exercice et l

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Syndicat Mixte d Etudes pour l Elimination des Déchets. Etat des lieux de la gestion des encombrants de déchèteries dans le département du Finistère

Syndicat Mixte d Etudes pour l Elimination des Déchets. Etat des lieux de la gestion des encombrants de déchèteries dans le département du Finistère Syndicat Mixte d Etudes pour l Elimination des Déchets Etat des lieux de la gestion des encombrants de déchèteries dans le département du Finistère Symeed état des lieux de la gestion des encombrants de

Plus en détail

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES)

Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) Restitution du bilan réglementaire d émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) HABITAT TOULOUSE ANNEE 2012 Le 25/2/2014 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : HABITAT TOULOUSE

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 15 septembre 2006 relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de l entreprise Elivia Villers Bocage

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de l entreprise Elivia Villers Bocage Bilan des émissions de gaz à effet de serre de l entreprise Elivia Villers Bocage 1/9 2/9 1. Description de la personne morale concernée Raison sociale : ELIVIA VILLERS BOCAGE Code NAF : 1011Z Code SIREN

Plus en détail

Si le compte est bon...

Si le compte est bon... la gestion des déchets ménagers: Si le compte est bon... 577 Chaque français produit en moyenne de déchets par an d ordures ménagères résiduelles de verre de recyclables de biodéchets & déchets verts d

Plus en détail

LES AVANTAGES EN NATURE

LES AVANTAGES EN NATURE LES AVANTAGES EN NATURE QU EST CE QUE L AVANTAGE EN NATURE? QUE SONT LES AVANTAGES EN NATURE? Lorsque les dirigeants ou les collaborateurs d une entreprise disposent d une «voiture de fonction» il est

Plus en détail

LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE

LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE LES IMPACTS DU REGLEMENT REACH DANS LE SECTEUR ALIMENTAIRE : Fabrication de denrées alimentaires et de matériaux en contact avec les denrées alimentaires Le règlement REACH 1 («Registration, Evaluation

Plus en détail

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre L ADAPT

Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre L ADAPT Rapport du Bilan des émissions de gaz à effet de serre L ADAPT Page 1 Table des matières CONTEXTE... 4 NOTE METHODOLOGIQUE... 5 DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE CONCERNEE... 6 A. DESCRIPTION DE LA PERSONNE

Plus en détail

Novembre 2015. *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION. Développement Durable. Eiffage Construction

Novembre 2015. *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION. Développement Durable. Eiffage Construction Novembre 2015 de *Gaz à Effet de Serre CONSTRUCTION Développement Durable Eiffage Construction Préliminaire R é f é r e n c e s Date du Bilan Carbone Logiciel utilisé Période de Référence Adresse de publication

Plus en détail

Combien de temps dure un dispositif SLIME? La durée du SLIME ne pourra pas être inférieure à 6 mois.

Combien de temps dure un dispositif SLIME? La durée du SLIME ne pourra pas être inférieure à 6 mois. Qu est-ce qu un SLIME? Le programme SLIME (Service Local d Intervention pour la Maîtrise de l Energie) est un programme national d information et d action en faveur de la maîtrise de la demande énergétique,

Plus en détail

Calcul des subventions implicites pour chaque filière

Calcul des subventions implicites pour chaque filière Calcul des subventions implicites pour chaque filière Annexe technique à la Note économique sur les coûts croissants de la production d électricité au Québec Objet de la Note économique : L argument économique

Plus en détail

Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31

Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31 Bilan Carbone de la Caisse Régionale Toulouse 31 Rappel des enjeux du changement climatique, résultats du Bilan Carbone et pistes d action de réduction Quels enjeux en termes de climat et d énergie? Un

Plus en détail

SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL

SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL Sommaire Présentation générale... 3 Nos activités, notre mission.... 3 Politique environnementale... 4 Un rôle à jouer... 4 Une politique responsable... 4 Le manuel

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA 1. Description de la société Fromageries Bel SA : Code NAF : 1051C Code SIREN : 542.088.067, les numéros SIRET associés sont

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Gaspillage alimentaire. Définition Les chiffres du gaspillage alimentaire La lutte contre le gaspillage Les outils

Gaspillage alimentaire. Définition Les chiffres du gaspillage alimentaire La lutte contre le gaspillage Les outils Gaspillage alimentaire Définition Les chiffres du gaspillage alimentaire La lutte contre le gaspillage Les outils Définition du gaspillage alimentaire Gaspillage alimentaire = toute nourriture destinée

Plus en détail

Bilan Carbone du volet «Patrimoine et Services»

Bilan Carbone du volet «Patrimoine et Services» Bilan Carbone du volet «Patrimoine et Services» Le périmètre d'étude couvre l activité propre du Conseil Général de l Allier, incluant ses bâtiments (hôtel du département ; collèges ; bâtiments généraux

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL Production France

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL Production France Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL Production France 1. Description de la société Fromageries Bel Production France : Code NAF : 1051C Code SIREN : 493.371.595, les

Plus en détail

Avantages et inconvénients des voitures hybrides

Avantages et inconvénients des voitures hybrides NIVEAU 7 Les voitures hybrides sont de plus en plus populaires. Dans la présente leçon, les élèves compareront les coûts et les avantages avec ceux des voitures à essence. Ils examineront aussi les répercussions

Plus en détail

Pourquoi un bilan Green IT? Zoom sur la méthodologie. Les chiffres clés Et moi?

Pourquoi un bilan Green IT? Zoom sur la méthodologie. Les chiffres clés Et moi? Pourquoi un bilan Green IT? Zoom sur la méthodologie Les chiffres clés Et moi? Bilan Green IT mars 2011 Bilan Green IT mars 2011 Pourquoi un bilan Green IT? > CONTEXTE En France, la loi sur la Responsabilité

Plus en détail

C O M M U N I Q U E D E P R E S S E. Berner France affirme son engagement RSE et publie la 4 ème édition de son rapport de développement durable

C O M M U N I Q U E D E P R E S S E. Berner France affirme son engagement RSE et publie la 4 ème édition de son rapport de développement durable Berner France affirme son engagement RSE et publie la 4 ème édition de son rapport de développement durable Berner France Z.I. Les Manteaux 14, rue Albert Berner F-89331 Saint-Julien-du-Sault Cedex www.berner.fr

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

Bilan réalisé conformément à l article 75 de la loi n 2010 788

Bilan réalisé conformément à l article 75 de la loi n 2010 788 NORBERT DENTRESSANGLE DIVISION TRANSPORT BILAN DES GAZ A EFFET DE SERRE Bilan réalisé conformément à l article 75 de la loi n 2010 788 Contact : Marlène FINE Responsable développement durable Division

Plus en détail

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011

Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Bilan carbone complet et plan climat de l école Alain Fournier de Chevilly pour la période 2008/2011 Notions importantes : Dans les bilans présentés ci-dessous, les consommations d énergie (électricité

Plus en détail

Le pique-nique et le développement durable En amont de cet atelier réaliser la fiche pédagogique : Composition du pique-nique

Le pique-nique et le développement durable En amont de cet atelier réaliser la fiche pédagogique : Composition du pique-nique Les repas Salle avec tableau 1 heure Le pique-nique et le développement durable En amont de cet atelier réaliser la fiche pédagogique : Composition du pique-nique Objectifs de l atelier : Sensibiliser

Plus en détail

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE : ANNEE 2014. SOLVAY, plateforme de Tavaux

BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE : ANNEE 2014. SOLVAY, plateforme de Tavaux 18/12/2015 BILAN D EMISSIONS DE GAZ A EFFET DE SERRE : ANNEE 2014 SOLVAY, plateforme de Tavaux Le bilan d émissions de gaz à effet de serre de la société Rhodia Opération France a été établi conformément

Plus en détail

1S20 Classe énergétique d un véhicule

1S20 Classe énergétique d un véhicule FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S20 Classe énergétique d un véhicule Type d'activité Exercice/évaluation Notions et contenus Énergie libérée lors de la combustion d un hydrocarbure ou d un

Plus en détail

GUIDE 2015 PROFESSIONNELS. Les informations clés pour tout comprendre!

GUIDE 2015 PROFESSIONNELS. Les informations clés pour tout comprendre! GUIDE 2015 PROFESSIONNELS L ÉTIQUETTE ENERGIE DES CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES À ACCUMULATION ET DES CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUES Les informations clés pour tout comprendre! 1 Dès le 26 septembre 2015, un nouveau

Plus en détail

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons

L énergie en France et en Allemagne : comparaisons L énergie en France et en Allemagne : comparaisons En matière de consommation d énergie, de structure du système électrique, de recours aux énergies renouvelables, d émission de gaz à effet de serre, les

Plus en détail

Bilan gaz à effet de serre 2011 de la CAF Alpes Maritimes

Bilan gaz à effet de serre 2011 de la CAF Alpes Maritimes Bilan gaz à effet de serre 2011 de la CAF Alpes Maritimes Contexte de l étude Afin de lutter contre le changement climatique et de s adapter au contexte de raréfaction des ressources fossiles, des engagements

Plus en détail

Fiche thématique n 2 : Les dons alimentaires

Fiche thématique n 2 : Les dons alimentaires Fiche thématique n 2 : Les dons alimentaires Durée recommandée : sur le long terme Difficulté : Matériel : -1 volonté de l établissement ; -1 liste des denrées données ; -1 thermomètre ; -1 convention

Plus en détail

BILAN CARBONE TM ECOLE DE SKI ECORIDER SKI SCHOOL HIVER 2008-2009

BILAN CARBONE TM ECOLE DE SKI ECORIDER SKI SCHOOL HIVER 2008-2009 BILAN CARBONE TM ECOLE DE SKI ECORIDER SKI SCHOOL HIVER 2008-2009! Détails de l'étude! Résultats généraux! Facteur 4! Perspectives Avril 2009 www.mountain-riders.org 1 OBJECTIF DE L ETUDE Évaluer les émissions

Plus en détail

1STIDD Impacts des matériaux et sources d énergie. Étude de cas : la voiture électrique. Impacts des matériaux et sources d énergie

1STIDD Impacts des matériaux et sources d énergie. Étude de cas : la voiture électrique. Impacts des matériaux et sources d énergie Page 1/6 Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable Durée : 3 heures Impacts des matériaux et sources d énergie Objectif : Quantifier les impacts sur l environnement pour le choix

Plus en détail

Expérimentation de l extension des consignes de tri des emballages ménagers en plastique

Expérimentation de l extension des consignes de tri des emballages ménagers en plastique DOSSIER DE PRESSE Expérimentation de l extension des consignes de tri des emballages ménagers en plastique Contact presse Corine BUSSON BENHAMMOU Responsable des relations presse Ville d Angers/Angers

Plus en détail

Colonne pour montage entre sol et plafond destinée à recevoir une ou plusieurs nourrices d appareillages sur une de ses faces.

Colonne pour montage entre sol et plafond destinée à recevoir une ou plusieurs nourrices d appareillages sur une de ses faces. Description des produits > Produits de référence pour ce profil environnemental Les valeurs fournies ont été obtenues sur la base des références suivantes. Fonction Colonne pour montage entre sol et plafond

Plus en détail

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :..

Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. Test académique de Physique-Chimie 2014-2015 Partie Électricité Etude de documents Sujet zéro Nom :. Prénom :.. Classe :.. S APP ANA Compétences évaluées Extraire l information utile Exploiter l information

Plus en détail

2/ Préparation des menus

2/ Préparation des menus EURL LA CROIX DES RAMEAUX Rue du clos de la source 43600 STE SIGOLENE N SIRET : 494 597 396 00014 Code APE : 5621 z Tel : 04 71 66 61 17 Fax : 04 71 75 05 77 E-mail : RESIDENCE.SIGOLENE@wanadoo.fr 26 ans

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment AUDIT ENERGETIQUE Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment Introduction L audit énergétique a pour but d identifier des opportunités

Plus en détail

BILAN D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE

BILAN D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE BILAN D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE Réalisé par Okavango Energy selon les principes de la norme ISO 14064-1 le protocole GHG et la méthodologie du Bilan Carbone Rapport du 8 décembre 2015 Pernod SA

Plus en détail

La Chaîne du frais solidaire

La Chaîne du frais solidaire La Chaîne du frais solidaire Dossier de présentation du projet conjoint Rappel de la mission des Banques Alimentaires Fournir aux plus démunis une alimentation la plus équilibrée possible afin de leur

Plus en détail

Notes techniques et réflexions

Notes techniques et réflexions Notes techniques et réflexions Comparaison par mesure des consommations annuelles d énergie de la vaisselle faite manuellement et en lave vaisselle Auteur : Olivier SIDLER Octobre 998 Ingénierie énergétique

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Foire aux questions de la filière REP Papiers. Les questions

Foire aux questions de la filière REP Papiers. Les questions Foire aux questions de la filière REP Papiers Les questions Que fait EcoFolio, l éco-organisme des papiers, pour inciter les entreprises à éco-concevoir leurs produits? Conformément au cahier des charges

Plus en détail