schéma directeur de l'agglomération caennaise approuvé en 1976 et révisé en 1994.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "schéma directeur de l'agglomération caennaise approuvé en 1976 et révisé en 1994."

Transcription

1 Monsieur le Maire, La Chambre régionale des comptes a examiné les comptes et certains aspects de la gestion de votre commune pour les exercices 1992 et suivants en application des articles L à L du code des juridictions financières. Par lettres du 10 juin 1999 et du 16 février 2000, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires décidées par la Chambre lors de ses séances du 11 mai 1999 et du 20 janvier Des extraits de ces lettres relatifs aux relations de la ville avec le casino de RIVA-BELLA ont également été adressés au Président de la société fermière du casino de RIVA-BELLA (SFCRB) dans le cadre de la vérification des comptes que cette société doit produire chaque année à la commune. La Chambre a examiné les réponses qui lui ont été apportées, notamment par vos courriers enregistrés le 30 juillet 1999 et le 13 mars Ses observations définitives, arrêtées lors de sa séance du 13 avril 2000 concernent la situation financière de la commune, les primes versées au personnel communal, les relations de la ville avec l'office municipal d'action culturelle (OMAC) et, principalement, les relations de la ville avec le casino de RIVA-BELLA puisque, comme vous le savez, la Chambre régionale des comptes de Basse-Normandie participe à une enquête interjuridictions financières sur les relations entre les collectivités publiques et les casinos. La commune de OUISTREHAM comptait habitants au recensement de 1999 contre en 1990 soit une progression de la population de 29,4 % en 9 ans. Cette commune balnéaire à forte vocation touristique comprend résidences secondaires sur son territoire pour habitations principales. Elle est dotée d'un port de plaisance communal d'une capacité de 650 places et d'un casino équipé de 130 machines à sous. L'autre point fort de la commune réside dans la présence du port de CAEN-OUISTREHAM géré par la Chambre de Commerce et d'industrie de CAEN et dont la majeure partie des ressources provient de l'exploitation de la ligne Transmanche " OUISTREHAM-PORTSMOUTH ". La commune de OUISTREHAM adhère à plusieurs structures intercommunales dont, notamment, le SIVOM de la Côte de Nacre, le syndicat intercommunal pour la valorisation et l'élimination des déchets de l'agglomération caennaise et le syndicat intercommunal d'aménagement et d'urbanisme de l'agglomération caennaise. La Chambre note, à ce propos, que la commune de OUISTREHAM qui est la plus peuplée de la Côte de Nacre ne fait pas partie du syndicat d'aménagement et d'urbanisme de la Côte de Nacre et n'est pas incluse dans le périmètre du schéma directeur de la Côte de Nacre approuvé le 3 janvier 1979 et mis en révision en Elle est, en revanche, incluse dans le périmètre du

2 schéma directeur de l'agglomération caennaise approuvé en 1976 et révisé en ) La situation financière Le tableau ci-après, établi d'après les fiches de situation financière du Trésor public, retrace l'évolution des principaux indicateurs financiers du budget principal de la commune de 1992 à 1998 : BUDGET PRINCIPAL DE LA COMMUNE DE OUISTREHAM Voir Tableau La lecture de ce tableau permet d'effectuer les constats suivants : - l'épargne brute dégagée par la section de fonctionnement (différence entre les produits et les charges de fonctionnement) n'a pas permis, pendant la période examinée, de couvrir intégralement le remboursement du capital des emprunts ce qui explique le niveau constamment

3 négatif de la marge d'autofinancement courant ; - on note, toutefois, une amélioration de la situation financière à compter de l'exercice 1996 qui s'explique notamment par la forte hausse du prélèvement communal sur le produit brut des jeux dégagé par le casino de RIVA-BELLA. - la forte hausse du fonds de roulement constatée en décembre 1996 est due, principalement, à l'encaissement d'une recette exceptionnelle de 6,8 MF provenant de la cession du camping des Prairies de la Mer. - il convient de relever, enfin, que la création de 4 budgets annexes en 1996 et 1997 (camping des Pommiers, ZAC de la Reine Mathilde, location d'immeuble et lotissement artisanal du Maresquier) explique la légère diminution des produits et des charges de fonctionnement inscrits au budget principal en fin de période. En ce qui concerne l'endettement, on peut noter qu'il a fortement augmenté entre 1992 et 1995 (hausse de 23 % de l'encours) du fait de la politique d'investissement soutenue de la commune. Depuis 1996, la commune a entamé un processus de désendettement en remboursant chaque année un montant d'emprunts supérieur au montant des nouveaux emprunts contractés. Ainsi, l'encours de la dette est passé de 107 MF à 81 MF de fin 1995 à fin Selon la fiche de ratios du Trésor public, le montant de la dette par habitant s'élevait à F en 1997 contre F en moyenne régionale pour les communes de la même strate démographique et l'encours de la dette au 31 décembre 1997 représentait 12,7 % de la capacité d'autofinancement contre 6,3 % dans la région. Si l'on tient compte, toutefois, de la population fiscale qui s'élève, selon le document d'orientation budgétaire pour 1998, à habitants, le montant de la dette par habitant se rapproche, avec F, des moyennes départementales et régionales. Concernant la fiscalité, les taux d'imposition communaux pour les trois principales taxes directes locales étaient les suivants en 1997 : Voir Tableau

4 On constate que les taux communaux sont supérieurs aux moyennes pour le foncier bâti et surtout la taxe professionnelle mais nettement inférieurs pour la taxe d'habitation. La taxe professionnelle représentait, en 1997, 42,5 % du produit total des quatre taxes directes locales. Le produit de la taxe professionnelle a augmenté de plus de 50 % de 1992 à 1997 ce qui traduit le dynamisme économique de la commune. La taxe acquittée par la société BAI (Bretagne- Angleterre-Irlande) qui exploite la liaison Transmanche représentait environ un tiers de la taxe professionnelle reçue par la commune en Il convient de souligner, également, que les recettes émanant du casino représentent une part non négligeable et en forte croissance du budget communal comme le montre le tableau ci-dessous, établi par vos services, récapitulant l'ensemble des versements de la société fermière du casino de RIVA-BELLA à la ville. VERSEMENTS DU CASINO A LA COMMUNE DE OUISTREHAM Voir Tableau

5 Les recettes provenant du casino représentaient, en 1997, 14,5 % des produits de fonctionnement de la commune. La Chambre souligne le caractère aléatoire de ces recettes qui proviennent, pour l'essentiel, du produit brut des jeux des machines à sous installées en 1992 et dont le fonctionnement dépend d'une autorisation du Ministre de l'intérieur. De surcroît, la croissance du produit brut des jeux ne sera sans doute pas aussi forte dans les années à venir que ces dernières années. Elle considère que ces caractéristiques doivent inciter la commune à poursuivre son effort de maîtrise des dépenses de fonctionnement. 2 ) Les primes versées au personnel communal Lors du contrôle précédent, portant sur les exercices 1988 à 1991, la Chambre avait relevé qu'une prime de fin d'année était versée au personnel communal par l'intermédiaire du comité des oeuvres sociales du personnel communal de la ville de OUISTREHAM (COSPOR), association de la loi de 1901 subventionnée par la ville. A la suite du contrôle du COSPOR effectué par la juridiction en 1994 et sur la recommandation de la Chambre, le conseil municipal de OUISTREHAM a décidé, par délibération en date du 29 mars 1996, de réintégrer le montant de la prime de fin d'année dans le budget communal. Cette réintégration a été effectivement constatée dans les comptes des exercices 1996 et suivants. La Chambre a constaté, en outre, sur la période examinée, l'octroi de primes informatiques à certains agents communaux alors que les conditions prévues par les textes réglementaires (notamment l'affectation des agents à un centre automatisé de traitement de l'information)

6 n'étaient pas remplies. Elle prend acte de votre réponse indiquant que la prime informatique n'est plus versée depuis le 1er juin dernier. 3 ) Les relations de la ville avec l'office municipal d'action culturelle et d'animation (OMAC) L'office municipal d'action culturelle et d'animation (OMAC) de OUISTREHAM a été créé sous forme d'association de la loi de 1901 à la fin de l'année D'après l'acte constitutif et les statuts, l'objet de l'association est de " développer et coordonner l'action culturelle de la commune, contribuer au meilleur développement d'activités existantes ou en impulser de nouvelles avec le souci de concerner des publics variés ". La Chambre a noté que les statuts antérieurs de l'office, préalablement aux modifications statutaires effectuées en juin 1999, ne permettaient pas une réelle autonomie de l'association par rapport à la municipalité dans la mesure où celle-ci bénéficiait d'une représentation majoritaire au sein des organes de direction (conseil d'administration et bureau). Elle a pris acte de l'adoption par l'assemblée générale extraordinaire du 18 juin dernier de nouveaux statuts rééquilibrant la composition des organes dirigeants au profit des représentants des associations. La Chambre relève, par ailleurs, qu'aucune convention n'avait été passée avant 1998 entre la ville et l'omac pour préciser les obligations réciproques des deux parties. La convention signée le 14 octobre 1998 clarifie en partie les relations entre la ville et l'omac mais elle mériterait d'être précisée en ce qui concerne la définition des objectifs et des missions de l'association et les concours en nature apportés par la commune. 4 ) Les relations de la ville avec le casino de RIVA-BELLA Il convient de rappeler que le Conseil d'etat a qualifié, dans un avis rendu le 4 avril 1995, les concessions d'exploitation des casinos de " concessions de service public " soumises aux dispositions de la loi n du 29 janvier 1993 relatives aux délégations de service public. L'article 40-1 de cette loi (introduit par l'article 2 de la loi n du 8 février 1995 relative aux marchés publics et délégations de service public et repris à l'article L du code général des collectivités territoriales) exige la production par le délégataire à l'autorité délégante d'un " rapport comportant notamment les comptes retraçant la totalité des opérations afférentes à l'exécution de la délégation de service public et une analyse de la qualité de service ". Ce rapport doit, en outre, être " assorti d'une annexe permettant à l'autorité délégante d'apprécier les conditions d'exécution du service public " et être annexé aux documents budgétaires de la commune en application de l'article L du code général des collectivités territoriales. La Chambre a relevé que les documents produits chaque année, depuis 1995, par la société fermière du casino de RIVA-BELLA à la ville ne comportaient pas d'analyse de la qualité du service ni d'annexe prévue par la loi. Elle a pris note de l'engagement de la société, exprimé par courrier du 29 novembre dernier, d'annexer ces documents aux comptes produits à la ville à

7 compter de l'exercice 1998/1999. Par convention en date du 9 octobre 1987, la ville de OUISTREHAM a concédé à la société fermière du casino de RIVA-BELLA, pour une durée de 25 ans à compter du 1er novembre 1987, l'exploitation du casino. Cette convention prévoit, notamment, que la ville met à la disposition du concessionnaire l'ensemble immobilier des bâtiments et des jardins du casino dont elle est propriétaire moyennant une redevance annuelle de F révisable chaque année. Il est précisé qu'en cas de cession des actions par les actionnaires de la société fermière entraînant un changement de majorité, " le ou les acquéreurs devront présenter toutes les garanties et recevoir l'agrément de la municipalité ". Le cahier des charges signé le 22 novembre 1991 pour une durée de 18 ans à compter du 1er novembre 1992 avec la société fermière du casino de RIVA-BELLA précise les conditions d'exploitation des jeux et, notamment, les modalités du versement à la ville du prélèvement sur le produit brut des jeux. Par avenant n 6 en date du 30 mai 1997, le taux du prélèvement appliqué par la commune a été fixé à 10 % du 1er novembre 1995 au 31 octobre 2002, 12 % du 1er novembre 2002 au 31 octobre 2007 et 15 % (maximum légalement autorisé) du 1er novembre 2007 au 31 octobre L'analyse des documents contractuels liant la commune de OUISTREHAM à la société fermière a conduit à constater que les dates d'échéance du contrat de concession mettant le bâtiment à la disposition de la société fermière et du cahier des charges relatif à l'exploitation des jeux ne coïncidaient pas puisque le premier expirera le 31 octobre 2012 et second le 31 octobre La Chambre a également relevé le nombre important d'avenants ayant modifié le cahier des charges initial. Ainsi, six avenants ont été signés entre novembre 1991 et mai Certains de ces avenants, comme l'avenant n 5 qui a été annulé à la suite d'une observation du Préfet du Calvados, auraient pu être évités si les procédures administratives avaient été mieux suivies. Par ailleurs, la Chambre régionale des comptes a effectué la vérification des comptes produits à la commune par la société fermière, en application de l'article L du code des juridictions financières. Les constats qu'elle a opérés sont résumés ci-après : Les statuts, l'organisation et les moyens de la société fermière du casino de Riva-Bella (SFCRB) La société fermière du casino de Riva-Bella, filiale à 99,99 % de la société des hôtels et des casinos de DEAUVILLE (SHCD), a été constituée en mars 1992 sous forme de société anonyme. Son objet, défini par l'article 2 des statuts, est " l'exploitation du casino de Riva-Bella avec toutes les activités afférentes à un casino : jeux, cinéma, théâtre, dancing, cabaret, bar, restaurant et toutes autres manifestations ".

8 La SFCRB fait partie du groupement d'intérêt économique (GIE) du groupe Lucien Barrière et bénéficie ainsi de services communs : gestion commune et centralisée de la trésorerie, coordination des politiques d'approvisionnement, de personnel et de publicité... Le règlement intérieur du GIE précise la clé de répartition entre les membres du GIE des " dépenses non affectables " du groupement. Cette clé est égale au rapport du chiffre d'affaires moyen d'un membre (moyenne du CAHT des 3 exercices précédents) et de la somme des chiffres d'affaires moyens de tous les membres du GIE. Elle n'a pas été modifiée pendant la période examinée (1995 à 1999). Les services facturés par le GIE Lucien Barrière à la SFCRB au titre des dépenses de fonctionnement (frais de siège) sont passées de F en 1995 à près de F en En outre, un appel de fonds de F T.T.C. relatif au budget d'investissement a été versé au cours de l'exercice Les montants des services facturés par le GIE sont certifiés chaque année par le commissaire aux comptes de la SFCRB dans son rapport spécial. Selon les indications fournies par le délégataire, la hausse des services facturés provient à la fois de l'augmentation des frais de siège du groupement et de la hausse du taux de contribution de la SFCRB découlant de l'application de la clé de répartition décrite ci-dessus. Par ailleurs, trois conventions, signalées chaque année par le commissaire aux comptes dans son rapport spécial, ont été passées en octobre 1992 entre la SFCRB et la société des hôtels et casinos de Deauville (SHCD), société-mère du groupe SHCD : - une convention d'intégration fiscale, - une convention de pool de trésorerie permettant à la SFCRB soit, de placer sa trésorerie excédentaire auprès de la SHCD, soit de faire couvrir ses besoins de trésorerie par la SHCD ; - une convention de fusion d'échelle d'intérêts permettant à la SFCRB comme aux autres sociétés du groupe de réduire le montant des agios débiteurs perçus par les établissements bancaires. En octobre 1999, l'effectif de la SFCRB était de 84 emplois équivalent temps plein dont 33 pour le secteur des jeux, 28 pour celui de la restauration-discothèque et 23 pour les services généraux et administratifs. On remarque que le phénomène de saisonnalité est faiblement marqué au casino de OUISTREHAM, la " pointe estivale " se traduisant par une faible hausse des effectifs (+ 3 à + 4). L'ouverture de la nouvelle brasserie, en avril 1999, a entraîné une augmentation sensible des effectifs de l'activité " restauration-discothèque " L'activité du casino de Riva-Bella Il convient de rappeler, tout d'abord, que selon l'article 1er de l'arrêté ministériel du 23 décembre 1959 relatif à la réglementation des jeux dans les casinos, " un casino est un établissement

9 comportant trois activités distinctes : le spectacle, la restauration et le jeu, réunies sous une direction unique sans qu'aucune d'elles puisse être affermée ". L'article 1er du traité de " concession " du 9 octobre 1987 liant la ville et la société fermière du casino de RIVA-BELLA rappelle que le casino a été édifié " dans le but de favoriser tant le développement touristique de la station climatique et balnéaire que l'organisation des loisirs et l'éducation artistique et culturelle des habitants de la commune ". L'article 10 du même traité précise que l'exploitation du casino comprendra des " représentations cinématographiques, théâtrales, concerts, conférences, bals, jeux divers, restauration et, d'une manière générale, toutes activités susceptibles de favoriser la culture et les loisirs ". Ce même article prévoit que le casino sera obligatoirement ouvert du dimanche des Rameaux à la fin septembre au minimum et que " hors saison, le concessionnaire pourra exercer celles des activités énumérées ci-dessus qui lui paraîtront présenter une rentabilité suffisante ". Le cahier des charges relatif à l'exploitation des jeux signé le 22 novembre 1991 précise, quant à lui, que la boule et les jeux automatiques devront être exploités toute l'année. Il est prévu en outre, à l'article 7, que " le concessionnaire, en accord avec la municipalité, participera à l'organisation de manifestations dont le caractère et le niveau devront servir les intérêts et le développement de la station ". Au casino de OUISTREHAM, les trois activités principales (jeux, restauration et spectacles) sont assurées toute l'année, les horaires d'ouverture des jeux étant plus étendus en période estivale L'exploitation des jeux : Le cahier des charges relatif à l'exploitation des jeux du 22 novembre 1991 (donc antérieur à l'arrêté ministériel) précise que les jeux pratiqués au casino de OUISTREHAM sont, avec autorisation ministérielle, la boule, la roulette anglaise, le black-jack et les jeux automatiques... mais que toute latitude sera laissée à l'exploitant de faire fonctionner ou non la roulette anglaise et le black-jack. En fait, ces deux derniers jeux n'ont jamais été mis en place jusqu'ici. Par arrêté en date du 20 mars 1995, le ministre de l'intérieur a autorisé la pratique de deux jeux de hasard jusqu'au 31 octobre 2000 : la boule (minimum de mises : 5 F) et les machines à sous (130 appareils). L'arrêté ministériel fixe les heures limites de fonctionnement des jeux à 15 heures et 5 heures en précisant, toutefois, que les machines à sous installées dans une salle distincte peuvent fonctionner à partir de 11 heures indépendamment de la boule. Les machines à sous se répartissent en 7 marques différentes dont 2 représentent 60 % du parc. Conformément à la réglementation applicable dans les casinos exploitant plus de 50 machines, aucune marque ne détient plus de 50 % du parc total d'appareils. Ce sont les sociétés de fourniture et de maintenance (S.F.M.), fournisseurs des machines, qui ont, en application de l'article 69-6 de l'arrêté ministériel du 23 décembre 1959 précité, l'exclusivité de la maintenance et

10 de la réparation des machines. Les trois S.F.M. agréées au plan national (Bally-France, Techni- Import et Ludi) interviennent au casino de OUISTREHAM. Le chiffre d'affaires produit par les jeux (après déduction de tous les prélèvements) représentait, en 1998, 85 % du chiffre d'affaires global de la SFCRB (36,9 MF sur 43,4 MF) et a progressé de 44,1 % de 1995 à Dans ce chiffre d'affaires, la part de la boule n'est que marginale (moins de 4 %) La restauration : L'immeuble actuel comprend un bar à cocktails et deux salles de restauration : - le restaurant " Le Bistro " (brasserie de 180 places) installé autour d'une salle de danse ou de spectacle fonctionnant toute l'année, les vendredis, samedis et dimanches soirs; cette salle peut être louée en journée pour des banquets ou séminaires ; - une nouvelle brasserie (Le Doris) inaugurée en avril 1999, pouvant servir 70 couverts et ouverte toute l'année, tous les jours de la semaine, midi et soir Les spectacles et l'animation Le bâtiment du casino comprend, en sous-sol, une discothèque avec deux bars pouvant accueillir environ 600 personnes. Cette discothèque est ouverte toute l'année les vendredis, samedis et dimanches soirs. Le casino a communiqué, pendant l'instruction, la liste des animations auxquelles il a participé depuis la saison en application de l'article 7 du cahier des charges relatif à l'exploitation des jeux. La plupart de ces animations reviennent chaque année (participation à la foire de CAEN, puces de OUISTREHAM, Fête du port...) et sont orientées vers les spécificités de la commune à savoir les activités sportives (voile...) et touristiques. Outre ces animations ponctuelles, le casino a engagé, également, un partenariat sportif avec différents clubs de la commune (hand-ball, football, basket...) sans passer toutefois de conventions spécifiques. Il convient, enfin, de préciser que la société met bien gratuitement à la disposition de la ville (sans convention spécifique) certaines salles du casino pour l'organisation de fêtes ou de réceptions, comme le prévoit l'article 12 du traité de concession. On peut noter, en conclusion, la forte croissance de l'activité du casino de OUISTREHAM qui n'a pas tout " sacrifié " aux machines à sous mais a développé également ses activités de restauration et d'animation. Les responsables de la SFCRB se sont efforcés de réussir

11 l'intégration du casino dans la ville en créant une symbiose avec de nombreux partenaires économiques ou sportifs. De même, les investissements importants réalisés ces dernières années (rénovation complète du casino pour 40 MF en 1992, création d'une nouvelle brasserie en ) ont eu des effets positifs sur la fréquentation globale et l'image du casino. La Chambre relève, toutefois, la relative faiblesse des activités culturelles et artistiques proprement dites (représentation théâtrales, concerts...) alors que le développement de ces activités est expressément prévu par l'article 10 du contrat de concession. Il convient de préciser, à ce propos, que la SFCRB n'a jamais bénéficié, jusqu'ici, de l'abattement supplémentaire de 5 % pour manifestations artistiques de qualité prévu par l'article 34 de la loi des finances rectificative pour 1995 et le décret n du 29 mai L'analyse des comptes produits à la commune Le tableau reproduit ci-dessous récapitule les principales données financières extraites des bilans et des comptes de résultats de la société fermière produits à la commune pour la période 1992 à Voir Tableau La lecture de ce tableau permet d'effectuer les constats suivants :

12 - depuis 1994, les comptes dégagent des résultats constamment excédentaires et en forte croissance ; cette évolution est liée à la forte hausse des produits d'exploitation qui ont plus que triplé de 1992 à 1998 et qui ont progressé de 50 % depuis 1995 ; l'impact de l'implantation des 100 machines à sous est très sensible sur l'exercice 1993 ; de même, l'installation de 30 machines à sous supplémentaires en 1995 explique largement l'augmentation de 20 % des produits d'exploitation en 1996 ; - les résultats financiers déficitaires de 1992 à 1997 s'expliquent par la charge de la dette liée au financement de la rénovation du casino entreprise en 1992 ; les charges financières sont passées de KF en 1993 à 40 KF en 1998 ; - après une situation critique en 1993 et 1994 où le montant des capitaux propres était inférieur à la moitié du capital social (9.898 KF sur toute la période), la structure financière de la société s'est nettement améliorée ; en 1998, les capitaux propres représentaient plus du double du capital social et le montant total de la dette ne s'élevait plus qu'à 55 % des capitaux propres. Le bilan simplifié de la société (avant répartition du résultat) se présentait ainsi, au 31 octobre 1998 : Voir Tableau Ce tableau fait apparaître une situation bilantielle saine caractérisée par un excédent des capitaux

13 propres sur l'actif immobilisé de l'ordre de 2 MF et un endettement relativement modéré. Selon la ventilation par activité effectuée par la société, l'essentiel du chiffre d'affaires (82 %) provenait des machines à sous en 1998 (65 % en 1992). Venaient ensuite la restauration (7,7 %) et la discothèque (6 %) devant les jeux de table (2,6 %) et les spectacles et animations (1,7 %). Pendant l'instruction, le casino a produit une ventilation des produits, des charges et des résultats entre les différentes activités depuis La Chambre considère que ces informations pourraient utilement figurer dans le rapport annuel du délégataire prévu par l'article L du code général des collectivités territoriales. Les annexes aux comptes sont nombreuses (21 notes pour les comptes 1998) et détaillées. Elles apportent des précisions sur les méthodes comptables utilisées, les immobilisations, les créances et les dettes. Il y apparaît notamment que les amortissements pour dépréciation sont calculés suivant le mode linéaire, en fonction de la durée de vie prévue qui varie de 2 à 15 ans selon les biens et que les créances sont valorisées à leur valeur nominale ; une provision pour dépréciation est pratiquée lorsque la valeur d'inventaire (de recouvrement) est inférieure à la valeur comptable. Au 31 octobre 1998, le montant total des amortissements pratiqués s'élevait à 22,8 MF et celui des provisions à 0,7 MF (dont 0,5 MF pour risques et charges et 0,2 MF pour dépréciation des comptes clients). Il convient de préciser qu'aucun changement de méthode d'amortissement ou de provisionnement n'est intervenu depuis Le commissaire aux comptes a certifié les comptes annuels " réguliers et sincères " pour les exercices 1992 à Il joint aux rapports général et spécial une certification du montant global des rémunérations versées pendant l'exercice aux cinq personnes les mieux rémunérées de la société. Ce montant s'est élevé à 1,051 MF pour l'exercice Il faut préciser, enfin, que la SFCRB a bénéficié, jusqu'en 1997, d'un abattement de 7,7 MF sur le produit brut des jeux pour dépenses de travaux d'équipement et d'entretien immobiliers réalisés par la société des hôtels et casinos de DEAUVILLE (SHCD) à l'hôtel du golf à DEAUVILLE Les flux financiers induits par l'activité du casino Le tableau ci-dessous, établi par la société fermière, indique l'évolution de 1992 à 1999 du montant total des mises des joueurs, du produit brut réel des jeux, des prélèvements de l'etat et de la commune sur le produit brut des jeux, du chiffre d'affaires de la SFCRB tiré de l'exploitation des jeux et des pourboires distribués aux employés. Voir Tableau

14 La lecture de ce tableau appelle les commentaires suivants : - on constate, tout d'abord, le montant élevé et la forte progression des mises des joueurs consécutive à l'implantation des machines à sous au casino de OUISTREHAM en 1993 et 1995 ; - on remarque, ensuite, la hausse importante des prélèvements publics sur le produit brut des jeux entre 1996 et 1999 (+ 71,7 %) le prélèvement revenant à la commune ayant moins augmenté que le total des prélèvement publics ; en dépit de cette hausse des prélèvements, le chiffre d'affaires de la SFCRBgénéré par l'exploitation des jeux a progressé de 38,7 % pendant la même période ; - on constate, enfin, comme dans la plupart des casinos, une diminution sensible des pourboires distribués liée, notamment, à la part plus importante prise par les machines à sous. Il convient de préciser, en outre, que l'écart entre le produit brut théorique des jeux sur lequel sont assis les prélèvements et le produit brut réel des jeux s'est élevé à 9,3 MF pour l'exercice et à 13,4 MF pour l'exercice Pour ce dernier exercice, l'écart représente environ 16 % du produit brut réel des jeux. En application des dispositions de l'article L du code des juridictions financières, ces observations définitives devront être communiquées à votre assemblée délibérante dès sa plus proche réunion. Elles devront notamment faire l'objet d'une inscription à son ordre du jour et être jointes à la convocation adressée à chacun de ses membres. Le texte de ces observations

15 devenant communicable à toute personne qui en ferait la demande, la Chambre vous serait obligée de bien vouloir lui indiquer à quelle date et selon quelles modalités aura été effectuée cette communication. Je précise, en outre, qu'en application des dispositions réglementaires, une copie de ces observations est transmise au Préfet et au Trésorier-Payeur général de votre département. De même, une copie des extraits de la lettre concernant la société fermière du casino de Riva-Bella est adressée à cette dernière, pour information. Je vous prie d'agréer, Monsieur le Maire, l'assurance de ma considération la plus distinguée. Jean LE FOLL.

Monsieur le Directeur,

Monsieur le Directeur, Monsieur le Directeur, Par envoi en date du 13 mai 2004, la Chambre a porté à votre connaissance son rapport d'observations définitives concernant la gestion de la régie municipale des sports et loisirs

Plus en détail

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY

concernant la gestion du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Monsieur Patrick PROVOST Président du SIVOM de SAINT FRANCOIS LONGCHAMP-MONTGELLAFREY Hôtel de Ville 73130 SAINT FRANCOIS LONGCHAMP Monsieur le Président, Par lettre en date du 1er octobre 1998, j'ai porté

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président

Monsieur Jean-Jacques BERTHOD. Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES. Monsieur le Président Monsieur Jean-Jacques BERTHOD Président du SIVOM des Saisies 73620 LES SAISIES Monsieur le Président Par lettre en date du 7 août 1997, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la

Plus en détail

OBJET : Lettre d'observations définitives relative à la gestion du casino municipal de Cagnes-sur- Mer.

OBJET : Lettre d'observations définitives relative à la gestion du casino municipal de Cagnes-sur- Mer. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR Référence à rappeler : Greffe/BA/ n 1225 Lettre recommandée avec AR n 9288 5821 8 FR OBJET : Lettre d'observations définitives relative à la

Plus en détail

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Maire, l'expression de ma considération la plus distinguée.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Maire, l'expression de ma considération la plus distinguée. Monsieur Etienne BLANC Maire de Divonne-les-Bains 01220 DIVONNE-LES-BAINS Monsieur le Maire, Par lettre citée en référence, j'ai porté à votre connaissance les observations provisoires de la chambre régionale

Plus en détail

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ;

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ; Monsieur le Maire, Par courrier en date du 5 mars 2004, je vous ai adressé le rapport d'observations définitives arrêté par la chambre dont il a été accusé réception le 6 mars 2004. En application de l'article

Plus en détail

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse

concernant la gestion de l'office public d'habitations à loyers modérés La Chambre a pris acte des informations contenues dans votre réponse M. Jean-Claude LAURENT Président du conseil d'administration de l'ophlm de VALENCE 16, rue Georges Bizet BP 736 26007 - VALENCE Cedex Monsieur le Président, Par lettre en date du 24 octobre 1997, j'ai

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

I - QU EST-CE QU UN CASINO?

I - QU EST-CE QU UN CASINO? LES CASINOS I - QU EST-CE QU UN CASINO? Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes» : Le spectacle, La restauration Le jeu Sous une même direction L IMPLANTATION I DES CASINOS

Plus en détail

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements

Loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements Dahir n 1-09-22 du 22 safar 1430 portant promulgat ion de la loi n 41-08 portant création de l'agence marocaine de développement des investissements. B.O. n 5714 du 5 mars 2009 Vu la Constitution, notamment

Plus en détail

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Annexe C. Éléments d'analyse financière 143 ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Résumé Cette annexe présente quelques éléments comptables qui peuvent servir à l'analyse financière des entreprises.

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'ALSACE OBSERVATIONS DEFINITIVES concernant le Comité d'action pour le Progrès Economique et Social Haut-Rhinois (C.A.H.R) Exercice 1994 à 1997 1. Les comptes et la situation

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012

Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Direction Générale Finances et Gestion Direction du Contrôle Interne Délibération n 39 Conseil municipal du 29 juin 2012 Sociétés publiques locales et sociétés publiques locales d aménagement - Dispositif

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3)

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) -Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) ANNEXE AU BILAN ET AU COMPTE DE RESULTAT Les conventions générales comptables ont été appliquées,

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010

Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Le Président, Bordeaux, le 14 octobre 2010 Références à rappeler : FP/033003555/ROD II Monsieur le Maire, Par lettre du 20 août 2009, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d Aquitaine

Plus en détail

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général.

Ce rapport est communiqué au Préfet et pour information au Trésorier-payeur général. Monsieur le Président, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint la version définitive des observations arrêtées le jeudi 5 février 2004 par la Chambre régionale des comptes sur la gestion de la chambre

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

Je vous serais obligé de bien vouloir me tenir informé de la date à laquelle cette communication sera intervenue.

Je vous serais obligé de bien vouloir me tenir informé de la date à laquelle cette communication sera intervenue. Monsieur le Maire, Par lettre du 17 octobre 2000, je vous ai communiqué les observations provisoires de la chambre régionale des comptes concernant la gestion de la commune d'amneville au cours des exercices

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 Dossier à renvoyer complet avant le 30 septembre 2015 à Mairie de Chassieu Monsieur le Maire 60 rue de la République 69680 CHASSIEU NOM DE L'ASSOCIATION q Première

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 1559. 14 - Délégation de Service Public - Casino de Besançon - Rapport sur l exercice 2010

BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 1559. 14 - Délégation de Service Public - Casino de Besançon - Rapport sur l exercice 2010 BULLETIN OFFICIEL DE LA COMMUNE DE BESANÇON 1559 14 - Délégation de Service Public - Casino de Besançon - Rapport sur l exercice 2010 M. l Adjoint MARIOT, Rapporteur : 1. Les principales caractéristiques

Plus en détail

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT - 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Approfondissement du tableau de financement : Pré-requis : variation du Fonds de Roulement Net Global (F.R.N.G.) ; variation du Besoin

Plus en détail

Rapport d'activité -Année2011 -

Rapport d'activité -Année2011 - METZ TECHNOPOLE Société Anonyme d'economie Mixte Locale Au capital de 266 785,78 4 Rue Marconi 57070 METZ RCSMetz TIB 391 705 787 Rapport d'activité -Année2011 - A - ACTIVITE OE LA SOCIETE 1-LA SECTION

Plus en détail

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements

CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les préfets de régions et de départements Paris le, Le ministre de l'intérieur, le ministre de l'économie, des finances et de l'industrie et la ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement CIRCULAIRE N Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe

Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe Documents comptables : bilan, compte de résultat et annexe La fin de l'année, pour les trésoriers, rime avec synthèse comptable. Trois documents doivent être produits. Les deux premiers (bilan et compte

Plus en détail

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré

Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Fiche synthétique du Compte Administratif 2013 de la commune d'amuré Le service Finances de la CAN a élaboré cette fiche à partir des documents transmis par les communes en juillet 2014 : - Compte Administratif

Plus en détail

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013

SOCIETE DE TAYNINH RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL. A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 SOCIETE DE TAYNINH 2013 RAPPORT FINANCIER SEMESTRIEL A. Rapport d activité pour la période du 1 er janvier 2013 au 30 juin 2013 B. Etats financiers au 30 juin 2013 C. Rapport des commissaires aux comptes

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS ", que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du

La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses. fêtes de PAMIERS , que vous avez bien voulu lui adresser par lettre du N/Réf. : GO835701 Monsieur le Président, La Chambre régionale des comptes, après avoir examiné la réponse à ses observations provisoires sur la gestion de l'association " Comité des fêtes de PAMIERS ",

Plus en détail

DOCUMENT D'AIDE A L'ETABLISSEMENT D'UN DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOCUMENT D'AIDE A L'ETABLISSEMENT D'UN DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DOCUMENT D'AIDE A L'ETABLISSEMENT D'UN DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION La Région a inscrit dans ses priorités le soutien aux associations de Provence-Alpes-Côte d'azur. Les différents volets d'interventions

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

NOTE D ACTUALITE (septembre 2013) SUR LES DELEGATIONS DE SERVICE PUBLIC DES CASINOS

NOTE D ACTUALITE (septembre 2013) SUR LES DELEGATIONS DE SERVICE PUBLIC DES CASINOS NOTE D ACTUALITE (septembre 2013) SUR LES DELEGATIONS DE SERVICE PUBLIC DES CASINOS NB : Cette Note a pour objectif de retracer les dernières évolutions jurisprudentielles, réglementaires et fiscales en

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires Règlement grand-ducal du 13 juin 1975 prescrivant les mesures d'exécution de la loi du 16 mai 1975 portant statut de la copropriété des immeubles. - base juridique: L du 16 mai 1975 (Mém. A - 28 du 23

Plus en détail

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe :

L'avis précise les informations qu'il convient notamment d'indiquer en annexe : L'AVIS DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES SUR LE TABLEAU DES FLUX DE TRÉSORERIE Hervé Stolowy, Professeur au Groupe HEC, diplômé d'expertise comptable L'avis n xx de l'oec "Le tableau des flux de trésorerie",

Plus en détail

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4

LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 Décembre 2003 Département Finances Développement Économique LES MODIFICATIONS DE L INSTRUCTION M 14 ET M 4 APPLICABLES A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2004 Le Comité de Finances Locales, lors de sa séance du

Plus en détail

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il?

Le Crédit Renting. De quoi s'agit-il? Le Crédit Renting Le Renting Financier est une forme de financement d un investissement similaire au leasing financier (leasing opérationnel) mais qui se distingue néanmoins de ce dernier par la hauteur

Plus en détail

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS DE L ETAT TOURISME & HOTELLERIE ENTREPRISE DE GESTION HOTELIERE CHAINE EL AURASSI SOCIETE PAR ACTIONS AU CAPITAL DE 1.500.000.000

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

Portant organisation et fonctionnement des unités administratives territoriales.

Portant organisation et fonctionnement des unités administratives territoriales. DÉCRET n 1394/PR-MI du 28 décembre 1977 Portant organisation et fonctionnement des unités administratives territoriales. TITRE Ier DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article premier. L'Administration de la Republier

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003.

L'entretien préalable avec le magistrat instructeur a eu lieu le 6 août 2003. CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE HAUTE-NORMANDIE RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES DU 31 MARS 2004 SUR LA GESTION DE L'HOPITAL LOCAL DE BRETEUIL-SUR-ITON (Exercices 1997 et suivants) I - RAPPEL DE LA

Plus en détail

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer

Compter et gérer 1 / 9. Compter et gérer Compter et gérer 1 / 9 Compter et gérer I. LA NECESSITE D'UNE COMPTABILITE Au-delà des obligations légales qui imposent aux entreprises de tenir une comptabilité, avoir un système comptable au sein de

Plus en détail

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LA COMMISSION DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission ~ UEMOA RÈGLEMENT D'EXECUTION N~(t..~.:.~.9.1 RELATIF AUX REGLES PRUDENTIELLES PORTANT SUR LES RISQUES COURTS, AUX MECANISMES DE GARANTIE ET

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Références à rappeler : CM/JPR/RODII/064 036 931 Monsieur le Directeur, Par lettre du 21 janvier 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE

AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE Blagnac le 5 juin 2014 AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE Madame, Monsieur, Afin de préparer votre assemblée générale ordinaire prévue le 27 juin

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association

DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles. Mairie de Saint-Julien-en-Genevois. Fiche d identité de l association DEMANDE DE SUBVENTION Année 2016 Associations culturelles Mairie de Saint-Julien-en-Genevois Nom et coordonnées de l association Fiche d identité de l association Nom de l'association Objet Adresse de

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

Article L52-4 Article L52-5 Article L52-6

Article L52-4 Article L52-5 Article L52-6 Article L52-4 Tout candidat à une élection désigne un mandataire au plus tard à la date à laquelle sa candidature est enregistrée. Ce mandataire peut être une association de financement électoral, ou une

Plus en détail

Bordeaux, le 20 Mai 2008. Monsieur le Président,

Bordeaux, le 20 Mai 2008. Monsieur le Président, Le Président Références à rappeler : DCh/ROD II/047090994 Bordeaux, le 20 Mai 2008 Monsieur le Président, Par lettre du 14 juin 2006, vous avez été informé que la Chambre régionale des comptes d'aquitaine

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 7 DIRECTIVE RÉGISSANT LES ACTIVITÉS FINANCIÈRES DÉCOULANT DE LA PERCEPTION DES REVENUS DANS LES ÉTABLISSEMENTS 1.0 FONDEMENTS 1.1 Devoir d'établissement

Plus en détail

Ville de VANNES. DSP du Casino. Rapport de présentation (article L.1411-4 du CGCT)

Ville de VANNES. DSP du Casino. Rapport de présentation (article L.1411-4 du CGCT) Ville de VANNES DSP du Casino Rapport de présentation (article L.1411-4 du CGCT) La Ville de Vannes a été classée «station de tourisme» par décret en date du 8 juin 2006. En application de l article 1

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 OBJECTIF 01. La norme comptable NC 01 - "Norme comptable générale" définit

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ;

1. faire l'objet d'une inscription à l'ordre du jour de la plus proche réunion de l'assemblée délibérante ; Monsieur le Président, Par courrier en date du 3 octobre 2006, je vous ai adressé le rapport d'observations définitives arrêté par la chambre dont il a été accusé réception le 4 octobre 2006. En application

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

ÉNERGIE. - Groupement de commandes. - Formules

ÉNERGIE. - Groupement de commandes. - Formules Litec Formulaire des Maires Cote : 02,2012 Date de fraîcheur : 10 Juillet 2012 Fasc. 293-30 : ÉNERGIE. - Groupement de commandes. - Formules Sommaire analytique FORM. 1. - Délibération du conseil municipal

Plus en détail

ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON

ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON ADTHINK MEDIA Société Anonyme au capital de 1.839.150 euros Siège social : 79, rue François Mermet 69160 TASSIN LA DEMI-LUNE 437 733 769 RCS LYON RAPPORT DE GESTION SUR LES OPERATIONS DE L'EXERCICE CLOS

Plus en détail

Je vous prie d'agréer, Monsieur le président, l'expression de ma considération la plus distinguée.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le président, l'expression de ma considération la plus distinguée. Le Président AG/MF/FB - n 02.ROD.044 Dijon, le 7 novembre 2002 RECOMMANDE AVEC A.R. P.J. : une annexe Monsieur le président, Dans sa séance du 5 septembre 2002, la chambre régionale des comptes de Bourgogne

Plus en détail

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013

Les produits prévisionnels de fiscalité directe des collectivités locales en 2013 N 99 Janvier 2014 Marie-Christine FLOURY, Département des études et des statistiques locales LA FISCALITE DIRECTE LOCALE EN 2013 : les produits économiques en forte hausse En 2013, les collectivités locales

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE CONCERNANT VOTRE CADRE D EMPLOIS

FICHE TECHNIQUE CONCERNANT VOTRE CADRE D EMPLOIS FICHE TECHNIQUE CONCERNANT VOTRE CADRE D EMPLOIS CATEGORIE C ADJOINT ADMINISTRATIF TERRITORIAL (adjoint administratif de 2 ème classe - adjoint administratif 1 ère classe - adjoint administratif principal

Plus en détail

Associations DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ANNÉE 2016 à retourner avant le 1 er octobre 2015

Associations DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ANNÉE 2016 à retourner avant le 1 er octobre 2015 Associations DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ANNÉE 2016 à retourner avant le 1 er octobre 2015 1.1 Identification de l'association Nom :... Adresse du siège social :... Code postal :... Commune :... Adresse

Plus en détail

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général C.V Extrait du Plan Comptable Général C V 1 Extrait du Plan Comptable Général Sont reproduits les seuls comptes détaillés dans ce cours ou ceux qui nous semblent compréhensibles. Les comptes spécifiques

Plus en détail

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion.

Vous voudrez bien indiquer au greffe de la juridiction la date de cette réunion. Le Président REF. : N 1027 Poitiers, le 29 décembre 2006 Rod2-1 RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Maire, Le rapport d observations définitives sur la gestion de la commune de Saint-Sauveur-d Aunis, arrêté

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

STATUTS DE L'AGENCE TECHNIQUE DEPARTEMENTALE DU CANTAL

STATUTS DE L'AGENCE TECHNIQUE DEPARTEMENTALE DU CANTAL INGENIERIE. TERRITOIRES STATUTS DE L'AGENCE TECHNIQUE DEPARTEMENTALE DU CANTAL votés lors de la session de l'assemblée Départementale du 30 mars 2012 modifiés par l'assemblée Générale Constitutive du 13

Plus en détail

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance

Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Royaume du Maroc Circulaire n DAPS/EA/06/05 du 9 juin 2006 relative aux comptes semestriels des entreprises d'assurances et de réassurance Dans le cadre de la mise en place d'un dispositif permettant le

Plus en détail

Casino de Vannes SAS au capital de 50 000 RCS de VANNES (56) n 790 586 986

Casino de Vannes SAS au capital de 50 000 RCS de VANNES (56) n 790 586 986 Casino de Vannes SAS au capital de 50 000 RCS de VANNES (56) n 790 586 986 RAPPORT D ACTIVITES COMPTE RENDU ANNUEL I/ LE RAPPORT DU DELEGATAIRE Ce rapport est adressé à la Collectivité tous les ans avant

Plus en détail

E T A T S D E C L A R A T I F S F. C. T. V. A 2 0 1 6 - d r o i t c o m m u n

E T A T S D E C L A R A T I F S F. C. T. V. A 2 0 1 6 - d r o i t c o m m u n E T A T S D E C L A R A T I F S F. C. T. V. A 2 0 1 6 - d r o i t c o m m u n Compte administratif 2014 ETAT N 1 Nom de la collectivité : Trésorerie de : Montant A BUDGET PRINCIPAL BUDGETS ANNEXES (préciser

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

N /G/131/07-1160 B NOISIEL, le 26 OCT. 2007 N 07-0457 R

N /G/131/07-1160 B NOISIEL, le 26 OCT. 2007 N 07-0457 R C20 G/MCL Le Président N /G/131/07-1160 B NOISIEL, le 26 OCT. 2007 N 07-0457 R RECOMMANDE AVEC A.R. Monsieur le Président, Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint le rapport comportant les observations

Plus en détail

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT

CONVENTION. entre. la VILLE de ROUEN L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT CONVENTION entre la VILLE de ROUEN et L OFFICE PUBLIC DE L HABITAT ROUEN HABITAT Entre les soussignés : La Ville de ROUEN représentée par Mme Emmanuèle JEANDET-MENGUAL, Adjointe au Maire, en vertu d un

Plus en détail

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS

LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Fiche technique 5 LES REGLES BUDGETAIRES ET COMPTABLES DU GCS Références : Articles L. 6133-1 et suivants du code de la santé publique (CSP) ; Articles R. 6133-1 et suivants du CSP. La détermination des

Plus en détail

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers Bilan 3 État des résultats 4 État de l'évolution de l actif net 6 État des flux de

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

PREAVIS N 27/2006 AU CONSEIL COMMUNAL

PREAVIS N 27/2006 AU CONSEIL COMMUNAL MUNICIPALITE PREAVIS N 27/2006 AU CONSEIL COMMUNAL Fixation de plafonds en matière d'endettement et de risques pour cautionnements pour la législature 2006-2011 Séance de la commission des finances : mercredi

Plus en détail

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Dossier prévisionnel Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Société TEST 24 cours de la brocante BP 45 44100 NANTES Tel : 0240256767 Fax : 0240789029 Email : infos@test-sa.fr Monsieur

Plus en détail

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA.

LA LOCATION MEUBLEE. Les loyers issus des locations en meublé à usage d'habitation sont généralement exonérés de TVA. LA LOCATION MEUBLEE La location meublée d'appartements est une activité commerciale, qui relève au titre de l'impôt sur le revenu de la catégorie des BIC (bénéfices industriels et commerciaux) et non de

Plus en détail

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire,

Bordeaux, le 14 mars 2012. Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX. Monsieur le Maire, Le Président Références à rappeler : CM/ROD1/040011 197 COMMUNE DE MORCENX Bordeaux, le 14 mars 2012 Monsieur le Maire, Par lettre du 5 mai 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ;

AVIS. VU le code des juridictions financières, notamment ses articles L. 232-1 et R. 232-1 ; SYNDICAT DE PROMOTION DE L INTERCOMMUNALITE SPORTIVE (Maine-et-Loire) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales Déséquilibre réel du budget 2012 Rapport n 2012-0072 Séance du 9

Plus en détail

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER

DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER DCG session 2008 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

Les communes et les intercommunalités sont compétentes pour assurer le service de la distribution d eau et l'assainissement.

Les communes et les intercommunalités sont compétentes pour assurer le service de la distribution d eau et l'assainissement. Les communes et les intercommunalités sont compétentes pour assurer le service de la distribution d eau et l'assainissement. Elles peuvent gérer ces services directement en régie, ou avoir recours à une

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

DOSSIER INDIVIDUEL «Entreprise riveraine» DEMANDE D'INDEMNISATION auprès de la Commission de Règlement Amiable des Litiges «CRAL»

DOSSIER INDIVIDUEL «Entreprise riveraine» DEMANDE D'INDEMNISATION auprès de la Commission de Règlement Amiable des Litiges «CRAL» Travaux d'aménagement urbain DOSSIER INDIVIDUEL «Entreprise riveraine» DEMANDE D'INDEMNISATION auprès de la Commission de Règlement Amiable des Litiges «CRAL» PREAMBULE 1 La Ville de Dax s'est engagée

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

Ordonnance concernant la gestion et le contrôle financier et des prestations de la HES-SO Valais/Wallis du 16 décembre 2014

Ordonnance concernant la gestion et le contrôle financier et des prestations de la HES-SO Valais/Wallis du 16 décembre 2014 - 1-414.703 Ordonnance concernant la gestion et le contrôle financier et des prestations de la HES-SO Valais/Wallis du 16 décembre 2014 Le Conseil d'etat du canton du Valais vu l'article 57 de la Constitution

Plus en détail

Résultats annuels 2013 en forte croissance

Résultats annuels 2013 en forte croissance Communiqué de presse - Clichy, 25 mars 2014, 18h Résultats annuels 2013 en forte croissance Chiffre d affaires en hausse de 5,3% à 420,7 M Résultat opérationnel en hausse de 31,7% à 43,4 M Résultat net

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail