LIFE Project Number LIFE11 INF/FR/ FINAL Report Covering the project activities from 01/06/2012 to 20/12/2013. Reporting Date 20/03/2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LIFE Project Number LIFE11 INF/FR/000730. FINAL Report Covering the project activities from 01/06/2012 to 20/12/2013. Reporting Date 20/03/2014"

Transcription

1 LIFE Project Number LIFE11 INF/FR/ FINAL Report Covering the project activities from 01/06/2012 to 20/12/2013 Reporting Date 20/03/2014 LIFE+ PROJECT NAME or Acronym COLLECT+ Project location FRANCE Project Data Project start date: 01/06/2012 Project end date: 20/12/2013 Total Project duration (in months) Name Beneficiary Visit address 19 months Beneficiary Data Distribution Casino France 1 esplanade de France, Saint Etienne Telephone Fax: Project Website 1

2 1. List of content 1. List of content Executive Summary (maximum 5 pages) Introduction (1 page) Administrative part (maximum 3 pages) Description of the management system Evaluation of the management system Technical part (maximum 50 pages) Technical progress, per task Evaluation of Project Implementation Analysis of long-term benefits Dissemination actions Dissemination: overview per activity Layman's report After-LIFE Communication plan Comments on the financial report... Erro! Indicador não definido Summary of costs incurred... Erro! Indicador não definido Accounting system... Erro! Indicador não definido Partnership arrangements (if relevant)... Erro! Indicador não definido. 7. Annexes... Erro! Indicador não definido. 7.1 Administrative annexes... Erro! Indicador não definido. 7.2 Technical annexes... Erro! Indicador não definido. 7.3 Dissemination annexes... Erro! Indicador não definido. 7.5 Final table of indicators... Erro! Indicador não definido. 8. Financial report and annexes... Erro! Indicador não definido. 8.1 Financial report... Erro! Indicador não definido. 8.2 Financial Annexes... Erro! Indicador não definido. 2

3 2. Executive Summary (maximum 5 pages) Le projet vise à développer des campagnes de communication et d'information au sein des 100 hypermarchés Géant Casino et 300 supermarchés Casino sur la gestion des produits usagés (DEEE, piles et accumulateurs, cartouches d encre, téléphones portables) ciblant 8 millions de consommateurs représentant les différentes catégories de la population française. Le projet COLLECT + vise à encourager tous les consommateurs à collecter les produits usagés et à les rapporter dans les bacs appropriés mis à leur disposition dans les magasins Casino participants. Dans le même temps, les consommateurs seront informés sur l'impact de ce comportement sur l'environnement et sur leur santé. L'efficacité des ressources sera également prise en compte au cours du projet. En effet, la gestion des déchets peut avoir un impact positif sur l'utilisation des ressources. Le recyclage de ce type de déchets a un effet positif significatif sur le cycle de vie des produits concernés. Dans le cadre de la mise en œuvre du projet COLLECT+ il s agira de viser à : - augmenter le taux de recyclage des produits usagés - augmenter le taux de collecte et de recyclage des produits usagés, qui reste insuffisant en France - promouvoir la gestion durable des déchets et des ressources naturelles Pour cela, le projet COLLET + envisage de modifier qualitativement les comportements de tous les consommateurs et d améliorer quantitativement la collecte et le recyclage des produits usagés (DEEE, piles et accumulateurs, cartouches d encre, téléphones portables). Ainsi, les objectifs du projet sont : a. Promouvoir une meilleure gestion des déchets pour une utilisation plus efficace des ressources Le projet COLLECT + contribuera à l'objectif à long terme de l'ue de transformer l'europe en une économie de recyclage visant à l'utilisation des déchets recyclés comme une nouvelle ressource. Le projet permettra non seulement d'augmenter le taux de collecte, mais il permettra également d'augmenter le taux de recyclage. Le projet soutient l engagement de l'ue à valoriser et recycler les déchets dans le respect de l'environnement et la santé humaine. Une meilleure gestion des déchets permet de réduire les impacts négatifs sur l'environnement et la santé qui sont dus aux émissions de l air, du sol et de l'eau ainsi que les émissions de gaz à effet de serre dû à l'élimination des déchets. Plus important encore, il participe à la gestion des ressources durables car au-delà du recyclage, l'efficacité des ressources et la substitution jouent également un rôle dans l'apaisement de la dépendance aux matières premières primaires et importation. b. Sensibiliser les consommateurs à la gestion des produits usagés La gestion des déchets est l'une des préoccupations majeures pour l Europe. Cependant, les citoyens européens ne sont pas conscients de l'importance de la gestion des déchets et les effets sur l'environnement et leur santé. Par conséquent, le projet COLLECT + leur fournira toutes les informations nécessaires pour accroître leur sensibilisation dans le domaine de la gestion des déchets. Les messages élaborés et testés au cours des campagnes seront accessibles à tous les consommateurs des magasins Casino participant au projet. Ils seront largement répartis entre tous les 400 magasins participant au projet. À long terme, le projet COLLECT + vise à modifier le comportement des consommateurs pour qu ils collectent et retournent plus systématiquement leurs déchets dans les bacs appropriés. c. Augmenter la collecte des déchets La mise en place des campagnes d'information et de communication ainsi que l'installation de nouveaux bacs de tri dans les 400 magasins participant au projet COLLECT+ permettront aux consommateurs de retourner une grande quantité de produits usagés. Par conséquent, le projet 3

4 soutient l engagement de l'ue pour atteindre un niveau minimum de piles et d accumulateurs collectés d ici Septembre Au cours de la mise en œuvre du projet, il est prévu de mettre en place un système de management au travers de l élaboration du plan de gestion de projet. Au cours des 19 mois du projet, les principaux livrables attendus sont : la création de deux modules de formation respectivement pour les directeurs de magasins et les animateurs, la création et l'adaptation de matériels de communication pour les campagnes nationales, le développement de plans de suivi des activités de dissémination et de mise en réseau, ainsi que la préparation et la réalisation des enquêtes terrains et le suivi des taux de collecte. Les résultats attendus de ce projet sont la mise en œuvre : - d un système de gestion (administrative, technique et financière), - de deux campagnes nationales de communication au sein des 400 magasins participants sur le territoire français, - du suivi et l analyse de l'évolution de la collecte avec les éco organismes - du suivi et l analyse de l'impact du projet sur les consommateurs - des activités de diffusion et de mise en réseau du projet, au travers de la participation à des évènements tant au niveau français et européen et à l organisation de conférences téléphoniques avec d autres porteurs de projets LIFE et parties prenantes intéressées. Compte tenu du nombre de transactions dans les magasins CASINO chaque année, on estime que le projet a pu toucher environ 8 millions de personnes. Par conséquent, une quantité importante des consommateurs des magasins CASINO ont été informés de l'importance de participer activement à la collecte des produits usagés ciblés. Ils ont été sensibilisés au processus de recyclage et au rôle qu'ils jouent dans ce processus, ainsi que à l'impact de ces produits sur l environnement. En parallèle, une quantité importante de produits usagés devait être collectée durant le projet: il est attendu d augmenter de 25 % le taux de collecte sur l ensemble des magasins participant au projet. Les pages qui suivent présentent en détail le travail accompli par le consortium pendant les 19 mois du projet, incluant également l'évaluation des actions et des résultats obtenus par rapport aux objectifs initiaux. Ainsi, le chapitre «background» présentera la motivation du projet et la raison pour laquelle il était important de mettre en place le projet COLLECT + afin de faciliter la mise en œuvre de la législation environnementale européenne et française en ce qui concerne la collecte et le traitement des produits usagés. La partie administrative présentera la mise en œuvre d'un système de gestion efficace qui a permis la réussite de ce projet ainsi qu'une bonne collaboration entre tous les membres de l équipe projet. Cette partie comprendra également les changements qui se sont produits au cours de la mise en œuvre du projet en ce qui concerne le départ et l'arrivée de certains membres de l équipe. Chacune des actions et tâches mises en œuvre au cours du projet ainsi que les actions qui sont prévues au-delà sont présentées dans le détail. Chacun des bénéficiaires du projet était responsable de la mise en œuvre d une ou plusieurs des actions du projet. La réussite du projet et l atteinte des objectifs visés ont été possibles grâce à une bonne coordination entre les partenaires et à l implication de l ensemble des membres de l équipe. Le système de gestion financière propre au projet qui a été mis en place sera présenté dans la partie financière, et notamment la création du centre de coût dédié qui a permis de suivre et valider chacune des dépenses affectées au projet et de faciliter ainsi la répartition des coûts entre chacun des partenaires. De manière générale, le budget du projet a été respecté. Toutefois, les coûts de personnel ont très largement été sous-estimés lors de la rédaction du dossier, par rapport aux coûts réels des personnes affectées au projet. En effet, afin de maximiser l efficacité du projet et donc l atteinte des objectifs de ce dernier, les membres de l équipe ayant travaillé au projet sont pour la plupart des cadres supérieurs. Toutefois, les temps de travail affectés au projet correspondent aux temps estimés dans le cadre de la proposition. Cette catégorie de 4

5 coût représente donc une part majoritaire des coûts liés au projet. L ensemble des pièces justificatives de la réalisation des actions du projet sont rassemblées dans les annexes réparties en fonction de leur catégorie : administrative, technique, dissémination, financière, indicateurs ainsi que le rapport financier qui présente le détail des dépenses liées au projet. 5

6 ENGLISH VERSION The project aims at developing communication and information campaigns on waste management (WEEE, cell phones, batteries and accumulators, ink cartridges) targeting 8 million consumers (representing all the different categories of the population) of the 100 Géant Casino hypermarkets and 300 Casino supermarkets within the French territory. The COLLECT + project intends to encourage all the categories of consumers - customers of the CASINO stores participating in the project- to collect waste and return it to the appropriate boxes at their disposal within the CASINO stores participating for a more efficient recycling. At the same time, consumers will be informed on the impact of this behavior on both the environment and their health. Resource efficiency will also be taken into account during the project since waste management can have a positive impact on the use of resources. Recycling of this kind of waste can have a significant positive effect on the life-cycle of the products concerned. The COLLECT + project intends to : - Increase the recycling rate of waste - Increase the collecting and recycling rate of waste, which remains insufficient in France - Promote sustainable management of waste and natural resources To do so, the COLLET+ project aims at changing qualitatively consumers behavior and though improves quantitatively the collection and recycling of specific waste (WEEE, cell phones, batteries and accumulators, ink cartridges). Thus, the objectives of the project are : a. Promoting better waste management for a more efficient use of resources The COLLECT+ project will contribute to the long-term EU objective of transforming Europe into a recycling economy aiming at using recycled waste as a new resource. The project will not only raise the collecting rate, but it will also raise the recycling rate. The project endorses the EU commitment to valorize and recycle waste in respect of environment and human health. A better waste management reduces the negative impacts on environment and health which are due to air, soil and water emissions as well as greenhouse emissions from waste disposal. More importantly, it participates in the management of sustainable resources since beyond recycling, resource efficiency and substitution also play a part in easing the dependence on primary raw materials and import. b. Increasing consumers' awareness in the area of waste management Waste management is one of the major concerns for Europe. However, European citizens are unaware of the importance of waste management and the effects on both the environment and their health. Therefore, the COLLECT+ project will provide them all the necessary information to increase their awareness in the area of waste management. The messages developed and tested during the campaigns will be accessible to all the consumers of the CASINO stores participating in the project. They will be largely spread among all the 400 stores participating in the project. In the long term, the COLLECT+ project aims at changing consumers behavior making them collect and return more systematically their waste to the appropriate boxes. c. Increasing waste collection The implementation of the information and communication campaigns as well as the installation of new sorting bins in the 400 stores participating in the COLLECT + project will enable consumers to return a large quantity of waste. Therefore the project endorses the EU commitment to reach a minimum level of collected batteries and accumulators by September During the implementation of the project it is planned to set up the management by developing the project management plan. Key deliverables are the creation of two training modules respectively for stores managers and the animators, the creation and adaptation of communication materials for the 6

7 campaigns, the implementation of a dissemination and networking plan to monitor these activities, as well as the preparation of surveys. The expected results of the project are the implementation of: - the management system (administrative, technical and financial), - 2 national communication campaigns within the 400 participating stores in the French territory - Monitoring and analysis of the evolution of the collect together with the eco-organisms - Monitoring and analysis of the impact of the project on consumers - Dissemination and networking activities of the project at both French and EU level. According to the number of cash transactions within the CASINO stores each year, it is estimated that the project reaches about 8 million people. Therefore, a significant amount of CASINO stores consumers are informed on the importance of participating actively on the collection of the targeted waste. They are aware of the recycling process and the role they play in this process, as well as of the impact of such waste on the environment. Beside, an important quantity of the targeted waste will be collected during the project: it is expecting to raise by 25% the actual collecting rate within all the stores participating in the project. The following pages present in details the work achieved by the consortium during the 19 months of the project including the evaluation of the actions and the results obtained in comparison with the initial objectives. Thus, the background chapter will present the motivation of the project and the reason why it was important to set up the COLLECT+ project to ease the implementation of European and French environmental legislation regarding waste collection and treatment. Under the administrative part, the implementation of the management system will be presented, explaining how it permitted the success of the project as well as the efficient collaboration among all the members of the team project. This part will also include the changes that occurred during the project implementation regarding the departure and arrival of some team members. The technical part will detail and assess each of the actions and tasks implemented during the project. Each beneficiary was responsible for at least one of the action of the project. The project's success and the achievement of the objectives were closely linked to the good coordination between partners and the involvement of all team members. Regarding the financial part, a project-specific financial management system was implemented through the creation of a dedicated cost center to monitor and validate all expenses of the project and thus facilitate the distribution of costs among the partners. In general, the project budget was respected. However, staff costs have largely been underestimated in comparison with the real costs of the project staff. Indeed, in order to maximize the effectiveness of the project and therefore the achievement of the latter, the team members were for most senior executives. However, the working time allocated to the project corresponds to the estimated time under the proposal. This cost category represents the majority share of the project costs. The last part of the report gathers all the documents justifying the set up the activities of the project. The appendices are divided according to their category: administrative, technical, dissemination, financial indicators and the financial report presents details of project expenditures. 7

8 3. Introduction (1 page) Les produits usagés constituent un problème environnemental majeur, ayant un impact direct sur l'environnement et la santé humaine. La législation de l'ue vise à promouvoir la collecte et le recyclage des équipements électriques et électroniques (DEEE, directive 2002/96/CE) ainsi que la collecte et le recyclage des piles et accumulateurs (directive 2006/66/CE). La législation prévoit la création de systèmes de collecte permettant aux consommateurs de retourner gratuitement leurs produits usagés. L'objectif de ces systèmes est d'augmenter le taux de recyclage et/ou la réutilisation de ces produits. En dépit de ces règles, seul un tiers de ces produits est collecté et traité de façon appropriée. Une partie des deux tiers restants continue d être envoyé vers les décharges et les sites de traitement non appropriés au sein ou en dehors de l'union européenne. Le projet COLLECT+ entend ainsi lutter contre : 1. MALGRE UNE AUGMENTATION DES VOLUMES DE DECHETS, LEUR RECYCLAGE DOIT ETRE D'AUTANT PLUS SOUTENU. Dans la plus part des Etats membres, les volumes de déchets augmentent en général à des taux comparables à ceux de la croissance économique. Pourtant le taux de recyclage des déchets reste faible. En 2009, les déchets municipaux au sein de l UE-27 représentaient 531kg/habitant. Parmi ces déchets, seulement 118kg/habitant, soit 24% ont été recyclé. Le reste a été incinéré (20%), composté (18%) ou mis en décharge (38%) (Source: Eurostat, juillet 2011). Parmi ces déchets, 100,69 millions de tonnes sont des déchets "dangereux". Les piles et déchets d équipements électroniques et électriques (DEEE) sont considérés comme des déchets dangereux et font l objet de réglementations européennes spécifiques. Ces produits usagés méritent un traitement particulier en vue du recyclage car ils contiennent des substances nocives telles que le cadmium, le plomb et le mercure. En effet, ces substances sont une véritable menace tant pour l environnement que pour la santé publique. La collecte et le tri sont donc des enjeux primordiaux car ils permettent une meilleure gestion des produits. 2. UNE INSUFFISANCE DE LA COLLECTE ET DU RECYCLAGE DES DECHETS. Bien que le volume de recyclage des déchets urbains ait doublé en dix ans dans l'ue, la situation varie fortement d'un État membre à l'autre. La Directive européenne 2006/66/CE a fixé des objectifs précis sur le taux de recyclage des piles et batteries usagées : atteindre un taux de collecte de 45% minimum en Dans le cadre du Grenelle de l environnement qui prévoit notamment la transposition de ces deux directives, la France a mis en place un plan de réduction des déchets qui envisage notamment d' atteindre un taux de recyclage de 45% en 2015, tout en diminuant de 15% les quantités partant à l incinération ou au stockage. La France va au-delà des objectifs fixés par la Commission européenne. Cette hausse des taux reflète la volonté du Gouvernement de s'aligner avec les pays les plus performants, comme les pays scandinaves, et de se hisser au niveau des futures ambitions communautaires. 3. GESTION DURABLE DES DECHETS ET DES RESSOURCES NATURELLES INSUFFISANTS. Une bonne maîtrise du cycle de vie des produits et notamment, la promotion du recyclage ou de la valorisation énergétique de certains produits permettent une utilisation plus rationnelle des ressources naturelles et parallèlement réduisent les incidences sur l'environnement. L'augmentation des taux de recyclage participe fortement à cet objectif. En effet, une meilleure gestion du recyclage et de la valorisation des déchets permet de réduire la demande de matières premières primaires. Le recyclage favorise la réutilisation de ressources naturelles qui, autrement, seraient perdues. Il permet également de réduire la consommation d'énergie et les émissions de gaz à effet de serre résultant des opérations d'extraction et de transformation. Le projet COLLECT + répond clairement aux attentes définies par l Union Européenne en matière de collecte sélective et de recyclage des déchets ciblés et entend ainsi participer à la mise en œuvre 8

9 de la législation européenne en matière de gestion des déchets. En effet, le projet vise à développer des campagnes de communication et d'information sur la gestion des produits usagés ciblant 8 millions consommateurs au sein de 400 magasins hypermarchés et supermarchés Casino sur le territoire français. Il entend encourager les consommateurs à collecter leurs produits usagés et à les retourner dans les bacs appropriés à leur disposition dans les magasins pour un recyclage plus efficace. Dans le même temps, les consommateurs seront informés sur l'impact de ce comportement sur l'environnement et leur santé. L'efficacité des ressources sera également prise en compte. Ainsi les objectifs du projet sont : 1. Promouvoir une meilleure gestion des déchets pour une utilisation plus efficace des ressources 2. Sensibiliser les consommateurs dans le domaine de la gestion des déchets : 3. Augmenter la collecte des déchets. En poursuivant les efforts engagés tout au long du projet et notamment envers les consommateurs grâce aux outils de communication développés, le consortium entend sur le long terme sensibiliser de plus en plus de consommateurs aux bons gestes de collecte. Cela permettra à terme d obtenir des changements de comportement significatifs et ainsi une meilleure collecte des produits usagés. Pour obtenir ce changement à long terme, le consortium entend continuer les actions de communication auprès du public cible des consommateurs, par la publication de communications sur la collecte et le recyclage des produits usagés ciblés dans les prospectus des supermarchés et hypermarchés, et aussi auprès des collaborateurs et des magasins, avec la mise en valeur des bacs de recyclage et des informations sur la gestion de la collecte. Le site internet du projet et les «sites relais» seront également mis à jour et continueront d informer les consommateurs sur les gestes de tri et leurs conséquences sur l environnement. 9

10 4. Administrative part 4.1 Description of the management system 4.2 Evaluation of the management system 5. Technical part (maximum 50 pages) 5.1. Technical progress, per task Action A2 : Suivi de l'avancement du projet Cette action consiste à suivre la bonne progression opérationnelle du projet et le respect de chacun des jalons aux échéances prévues. Le chargé de projet sera fortement impliqué dans cette action. Il sera en charge d assurer le bon déroulement du projet mis en place par l'équipe du projet. Responsable de l action : Casino (DCF, coordinateur) Description technique : Suivi du projet au sein des bénéficiaires Le plan de projet préparé dans le cadre de la gestion de projet permet également de suivre l avancement du projet. Cette action a été initiée lors de la rencontre entre AS et la chargée de projet lors de leur rencontre du 01/06/12 à Paris ("project management"). A partir de ce plan de projet défini, la chargée de projet a suivi la mise en place de toutes les actions et réalisation des tâches depuis le début du projet. De nombreux échanges par mail ont été réalisés, ainsi que des points téléphoniques et des réunions de travail. - Environ 20 points téléphoniques et 2 réunions avec les équipes de Campus Casino en charge de la formation des directeurs et des employés - Environ 50 points téléphoniques et 6 réunions avec les assistants et chargés de communication de Casino (DCF) pour la préparation et de la mise en place des 2 campagnes de communication. - Environ 12 points téléphoniques et 6 réunions avec AS pour le suivi de l avancement du site Internet et le suivi du projet dans son ensemble. - Environ 8 points téléphoniques et 3 réunions avec les équipes en charge du suivi administratif et financier du projet. Comme prévu, 4 réunions d équipe projet ont également été organisées, afin de regrouper tous les participants et de renforcer l esprit d équipe : Les 2 premières réunions se sont tenues au Siège social de Casino à St Etienne, les mercredi 12/09/2012 et 21/11/2012, en amont de la 1 ère campagne de communication. Une réunion d équipe a été organisée en visioconférence entre Paris et St Etienne le 22/04/13, afin de partager les enseignements et résultats de la 2 ème campagne de communication. Une 4 ème réunion d équipe projet s est tenue au Siège social de St Etienne et en visioconférence avec Paris le jeudi 24 Septembre

11 Les présentations et compte-rendus de ces réunions sont disponibles en Annexe T1 Lors des 2 campagnes de communication (actions C.1 et C.2), des visites magasins terrain ont été organisées, afin de voir l impact du dispositif et de la campagne en magasins. Des photos et un rapport de visite ont été remontés de ces visites. Pendant la 1 ère campagne, au total 28 magasins ont été visités. Pendant la 2 ème campagne de communication, 37 magasins ont été visités et ont remonté des photos des installations mises en place pour sensibiliser les clients au recyclage (cf Annexe T2). L implication et la mobilisation des directeurs de magasin étant un facteur clé de succès important pour la réussite de ce projet, plusieurs communications ont donc été mises en place depuis Juillet 2012 pour informer les directeurs de magasins. Les différents outils et flux de communication existants au sein de l organisation ont été utilisés, pour que les équipes en magasins soient sensibilisées et s approprient le projet : les Newsletters prévues dans le dossier ont été relayées sur les Intranet Hypermarchés et Supermarchés, ainsi que sur l Intranet Service clients, à destination des personnes en magasins qui ont la responsabilité de s occuper des bacs de recyclage : La 1 ère Newsletter a ainsi été envoyée le 30/07/2012 pour informer les équipes du lancement du projet Une autre Newsletter a été transmise le 15/11/2012 afin de mobiliser les directeurs de magasins quelques jours avant la 1 ère campagne de communication. Une 3 ème Newsletter a été diffusée le 11/12/2012 pour les remercier de leur implication et partager de premiers résultats. A l occasion de la 2 ème campagne de communication et du challenge magasins, une 4 ème Newsletter a été envoyée aux équipes magasins le 04/04/13 pour les mobiliser sur la campagne. La 5 ème Newsletter a été envoyée le 28/05/2013, afin de valoriser les magasins gagnants du challenge magasins organisé pendant la 2 ème campagne de communication Enfin, une 6 ème Newsletter a été envoyée le 17/09/2013, afin de maintenir informé les équipes après les campagnes. Toutes les Newsletters sont disponibles en Annexe T3 Exemple : 2ème newsletter diffusée le 15/11/

12 Le logo Life+ a été omis sur la 1ère Newsletter transmise aux directeurs de magasin. Nous avons pris note dans le courrier de la Commission européenne reçu le 19/02/13 que les coûts associés à cette newsletter ne seront pas éligibles. Ces coûts représentent 1h de temps passé par la Chargée de projet Laura Pires, soit 43,15. En plus des newsletters, des pages de communication ont également été publiées dans le magazine interne de la Direction HM/SM, appelé Parcours (numéros Octobre 2012 et Février 2013 diffusion ex., cf Annexe D1). L organisation du groupe Casino et la Direction des enseignes HM/SM dispose également d un certain nombre de rencontres au cours desquelles les actualités et principaux projets sont commentés afin de faire redescendre les informations dans les hiérarchies, jusqu aux magasins. Afin de garantir la bonne implication de tous, nous avons donc présenté le projet dans certaines de ces réunions. Pour la 1ère campagne de communication : - Présentation du projet au Comité de direction HM/SM le vendredi 14/09 - Réunions d équipes : le projet a été présenté - lors de 3 réunions CDR (Comité de Direction Régional), regroupant les 30 directions régionales des supermarchés Casino : le 04/07/12, le 27/09 et le 25/10/ lors de 2 réunions DO (Directions Opérationnelles), regroupant les 8 directions opérationnelles des hypermarchés Géant Casino : le 07/09/2012 et le 08/10/2012 Pour la 2 ème campagne de communication, il a également été présenté les résultats de la 1 ère campagne et les préparatifs de la 2 ème campagne de communication : - Comité de direction Supermarchés, regroupant toute l équipe de direction de Casino Supermarché, le 11/02/ Comité Géant, regroupant les 8 directions opérationnelles des hypermarchés Géant Casino, le 20/02/

13 - Présentation du projet aux CDR (Comité de Direction Régional) des supermarchés Casino (réunions mensuelles de Février et Mars 2013). Travail avec les éco-organismes et mise en place des procédures pour les magasins La mise en place du projet a aussi nécessité de mettre en place un suivi de collaboration rapproché avec les éco-organismes. Ces actions ont été commentées à la Commission européenne dans un courrier du 14/11/2013, suite auquel M. DELCUEILLERIE a répondu favorablement. En France, chaque type de produit usagé est traité par un éco-organisme différent. Les écoorganismes sont des sociétés privées à but non lucratif, agréées par les pouvoirs publics. C est une spécificité française. Il s agit d Ecosystèmes pour les DEEE et les téléphones portables, de Recylum pour les lampes et les néons, de Corépile pour les piles et batteries. Dans le cas des cartouches, il n y a pas d écoorganisme agréé par l Etat, mais des sociétés privées se sont organisées pour assurer la collecte et le recyclage des cartouches d encre. Historiquement, les éco-organismes travaillent en silo, avec peu d interactions les uns avec les autres et peu de synergies. Le 1er travail commun a été mis en place récemment pour proposer une solution de bac commune à plusieurs filières. Les bacs «Ici je recycle» développés par Ecosystèmes permettent ainsi de récupérer dans un même mobilier les DEEE, les téléphones portables, les piles, les cartouches d encre. Cette synergie représente une avancée importante pour la mise en avant des espaces de collecte dans les magasins, et pour simplifier le geste de recyclage du client. Recylum (lampes) n a toutefois pas été intégré En aval il n y a pas de synergies entre les différentes filières. Le processus d enlèvement en magasin, puis le traitement des déchets est fait de façon totalement indépendante. Chaque éco-organisme met donc en place son réseau de transporteurs et un process qui lui est propre. Un meilleur fonctionnement de ce processus entre nos magasins et les 6 prestataires avait été identifié pendant la préparation de la campagne 1 (action B1) comme un pré-requis indispensable à la réussite du projet. Plusieurs actions ont donc été mises en place afin de clarifier et de simplifier ce processus de collecte entre les magasins et les éco-organismes : - Le chargé de projet et le Responsable Environnement ont rencontré fin juin-début juillet les 3 principaux éco-organismes Eco-systèmes, Recylum et Corépile, afin de leur présenter le projet et d évoquer les pistes d optimisation de la collaboration avec Casino dans le cadre du projet. Les comptes-rendus de ces rencontres sont en Annexe T4. Des réunions téléphoniques ont également été organisées avec les 3 sociétés en charge de la collecte des cartouches, entre juillet et aout A la demande des éco-organismes, un organigramme leur a été transmis le 04/09/12 pour leur présenter les différents interlocuteurs et leur rôle dans l organisation Casino. En effet, l organisation de Casino étant aussi très complexe, avec des entités différentes, il était important de clarifier cette organisation pour les éco-organismes (cf. Annexe T5). - Chaque éco-organisme a mis en place un numéro de téléphone, un site internet avec des identifiants et des mots de passe différents, qui doivent être utilisés par les employés du magasin pour faire les demandes d enlèvement. La gestion des bacs de recyclage est donc très compliquée pour les magasins, qui doivent par ailleurs assurer de nombreuses autres tâches pour la bonne performance de leur site. Avant de communiquer auprès des clients pour les encourager à rapporter plus de produits usagés, il était donc nécessaire de simplifier l accès à l information et aux procédures pour les magasins : 13

14 De nouvelles fiches méthode synthétiques ont été retravaillées et mises à disposition des magasins, pour leur indiquer de façon simple comment commander un nouveau bac, comment appeler pour une demande d enlèvement, les minimums requis avant enlèvement, etc. Deux formats différents ont été travaillés, au plus près du fonctionnement de chaque enseigne : un document power point a été transmis aux hypermarchés, un outil excel a été développé pour répondre aux besoins des supermarchés (cf. Annexe T6). La mise à disposition de ces fiches a été revue. Les informations principales apparaissent dans la section FAQ (Foire aux Questions) de l Intranet Service Clients des HM et des SM. L outil développé pour les SM est accessible dans «Guide utilisateurs». Le document des HM a également été transmis par courrier. Tous ces outils ont été mis en ligne avant le début de la campagne (action C1). Les équipes opérationnelles et les assistants du projet ont informé les magasins de ces nouveaux outils régulièrement lors de leurs échanges téléphoniques et de leurs visites en magasin. Tout au long du projet, les équipes de Casino en charge de la relation avec les magasins ont poursuivi les échanges avec les éco-organismes, afin de résoudre les dysfonctionnements de collecte, retards d enlèvements, meubles de recyclage endommagés, etc. A la suite des 2 campagnes de communication, Casino Services a également transmis un courrier aux éco-organismes, les remerciant de la collaboration et leur faisant part des enseignements et pistes d amélioration tirés de l expérience de Casino dans le cadre du projet. Le courrier transmis aux écoorganismes est disponible en Annexe T7. Tous les éco-organismes ont participé au Séminaire de restitution du projet Collect+ le 4/11/2013 au siège social du Groupe Casino, à St Etienne (action F4). Cette collaboration rapprochée tout au long du projet sera poursuivie après le projet, afin de continuer à garantir la bonne gestion de collecte des produits usagés, et de réfléchir ensemble aux leviers pour continuer à augmenter les quantités de produits collectés en France. Evaluation des résultats obtenus : Les tâches de suivi du projet ont été maintenues dans le cadre du planning prévu, ainsi que de ses objectifs. Le suivi de l avancement du projet s est poursuivi jusqu à la fin du projet, avec toute l équipe et les directeurs de magasin. La collaboration avec les éco-organismes a été décisive pour mener à bien le projet et garantir le processus de collecte depuis son arrivée dans les magasins Casino jusqu à son traitement. Modifications techniques et/ou financières / retards / problèmes rencontrés : Le suivi de l avancement du projet n a pas été modifié de façon significative par rapport aux processus et aux outils mentionnés dans le dossier. La 5 ème Newsletter qui devait être envoyée aux directeurs de magasins au 01/07/2013 a été avancée, et a été diffusée le 28/05/2013, afin de rapidement valoriser et annoncer les magasins gagnants du challenge magasins. Une 6 ème Newsletter a été publiée en Septembre 2013, afin de compléter ce dispositif et de poursuivre l information auprès des directeurs de magasins. Les communications additionnelles à travers les magazines et les réunions internes n ont pas eu de conséquences sur les coûts alloués à cette action, et ont permis de renforcer le suivi du projet. Ces modifications ont été communiquées à la Commission européenne dans un courrier le 14/11/

15 Action A3 : Audit externe Le responsable financier demandera à un cabinet d audit externe de procéder à l analyse et à la validation des dépenses engendrées pendant toute la durée du projet. Responsable de l action : Casino (DCF, coordinateur) Description technique : Un cabinet d audit indépendant a été identifié en Décembre 2012 pour s occuper de l audit du projet. Ce cabinet avait déjà suivi plusieurs projets subventionnés par l Europe et proposait une prestation en ligne avec les besoins du projet. Le 2 décembre 2013, Casino Service a repris contact avec le cabinet Orial pour transmettre les premières informations sur le projet et les guidelines du programme Life+. Une date d audit a été convenue, pour les 20 et 21 janvier 2014, au Siège Social du groupe Casino à St Etienne. Le cabinet d audit a effectué une première visite à St Etienne le 21 janvier L équipe en charge du suivi administratif et financier ainsi que des repésentants du Comité de pilotage du projet lui ont présenté le projet et les documents relatifs à son suivi. Le représentant du cabinet d audit a fait une 2 ème visite à St Etienne, le 27 février 2014, les équipes ont également transmis des documents complémentaires, à la demande de l auditeur. Le cabinet d audit a remis son rapport final le 19 mars L audit complet est disponible en Annexe F1. 15

16 Action A5 : Activités de mise en réseau Les objectifs de cette action sont de réaliser des activités de mise en réseau. Au travers de cette action, le consortium contactera d'autres distributeurs européens en vue de les inciter à développer des campagnes similaires dans leurs magasins, ainsi que les coordinateurs de précédents projets LIFE dédiés à la gestion des déchets. Le projet COLLECT + complète en effet ces projets en élargissant la cible de l'audience et en visant spécifiquement le recyclage des produits usagés. Il sera donc important d être en contact avec ces projets pour pouvoir échanger nos expériences. Responsable de l action : Active Sustainable (et Casino Services) Description technique : AS a préparé un plan de mise en réseau qui a été transmis et présenté à CS lors d une conférence téléphonique le jeudi 27/09/2012. Lors de cette conférence téléphonique, AS et CS ont validé ce plan de mise en réseau pour identifier les acteurs et porteurs de projet à contacter. Le plan de mise en réseau présentant un mapping des acteurs à contacter et des premiers contacts pris est présenté dans en Annexe T10. Ce plan a été mis à jour et complété plusieurs fois durant le projet. Cette liste des contacts a été utilisée chaque fois pour annoncer l organisation des conférences ou distribuer des nouvelles du projet. La stratégie de la mise en réseau a été agréée dès le début du projet. La décision a été prise à se concentrer sur les grands évènements thématiques européens afin d atteindre la plus grande audience. Il a été également jugé nécessaire d inclure dans le mapping des acteurs 3 catégories : Les acteurs disposant eux même des réseaux de distribution : Les points de contact nationaux LIFE (réseau de porteurs de projets LIFE) les associations nationales de la gestion de déchets (réseau des organisations de gestion de déchets) les associations européennes (réseau des associations nationales) Les autorités publiques (notamment, françaises) Les acteurs ponctuels (potentiellement) intéressés dans la thématiques du projet Afin de pouvoir présenter un support du projet aux personnes rencontrées, AS a préparé une plaquette de présentation du projet (cf. Annexe D3) Un bulletin d information en anglais reprenant l information générale sur le projet et les résultats de la première campagne a été préparé par les équipes d AS et la chargée de projet. Ce bulletin a été distribué par la voie électronique à tous les points de contact national LIFE en vue de le disséminer parmi les autres porteurs LIFE dans le domaine (cf Annexe D3) Les retours de la part de la NCP de la Belgique (Stefanie Hugelier) et Royaume Unis (Jane Watkins) ont été reçus. Ainsi, l information sur le projet a été incluse dans l ebulletin mensuel de Beta Technology UK. A l occasion du Retail Forum Annual Event 2013 organisé par Eurocommerce le 17 octobre 2013 à Bruxelles, Active Sustainable et la chargée de projet ont également décidé de développer une nouvelle brochure en anglais, afin de pouvoir distribuer une présentation du projet lors de cet évènement. Les équipes d AS et la chargée de projet ont travaillé le contenu, sur la base de la 16

17 brochure développée pour les campagnes de communication et des contenus du site internet. 100 exemplaires ont été imprimés, pour un montant de 47,88 HT. Cette brochure facilite aussi les activités de dissémination en Europe. Un courrier datant du 14/11/2013 a informé la Communication européenne de ce nouvel outil (cf Annexe D3). Ci-dessous les RDV et rencontres qui ont été effectués et ont permis de présenter le projet. Tous les comptes-rendus de ces réunions sont présentés dans l Annexe T11. - Le 19/06/2012, conférence au Parlement européen (PE) sur la gestion des déchets, «Embracing a Comprehensive European Waste Policy». - Le 20/06/2012, première prise de contact avec l ADEME. - Le 20 /07/2012, Conseil Régional de Rhône Alpes, rencontre avec Mme Patricia Combes chargée de mission à la Direction de l Environnement et de l Energie. - Le 25/10/12, réunion des lancements des projets LIFE francophones à Paris. - Le 10/11/2012, cérémonie organisée par la Mairie de Suresnes, rencontre avec Mme Westerberg-Dupuy, chargée de communication et média à la Mairie. - Le 20/11/2012, séminaire organisé par la Chambre de Commerce de Bruxelles, «Water and Energy efficiency». - Le 29/11/2012, salon Pollutec à Lyon. - Le 16 18/04/2013 EU Sustainability Week à Birmingham - Le 4/06/2013 7/06/2013 EU Green Week à Bruxelles - Le 10/09/ /09/ Ressource efficiency and waste management solutions 2013 à Birmingham - 17/10/ Retail Forum for Sustainability's Annual Event (Eurocommerce) à Bruxelles D autre part, Active Sustainable et la chargée de projet ont organisé des conférences téléphoniques en Janvier et en Septembre 2013, afin de présenter le projet et ses résultats aux porteurs de projets Life et acteurs européens qui le souhaitaient. Conformément à votre remarque dans le courrier du 20/12/2012, le projet slovène LIFE10 INF/SI/ a été contacté et invité à participer à ces conférences téléphoniques. - La 1 ère réunion a eu lieu en Français et en Anglais, les 15 et 23 janvier Un ing a été envoyé le 11/12/12 à toutes les personnes identifiées dans le plan de mise en réseau pour les inviter à participer cette conférence. Vous trouverez l invitation et le compte-rendu dans l Annexe D4. - La 2 ème réunion a eu lieu en Anglais le 11/09/2013. Un ing a été envoyé le 25/07/2013 à toutes les personnes identifiées dans le plan de mise en réseau et tous les participants à la conférence précédente pour les inviter à participer. Vous trouverez l invitation et le compte-rendu dans dans l Annexe D4. L équipe Communication du Programme LIFE AEIDL a également été invitée à ces conférences. Active Sustainable a contacté un nombre d organisations belges, britanniques et européennes potentiellement intéressée (spécialisées dans la gestion de déchets, commerce, relations avec consommateurs etc) en vue de présenter le projet et partager les résultats. Active Sustainable a également contacté un nombre des porteurs de projet Life impliqué dans a thématique de gestion de déchets. En conséquence, une étroite collaboration a été établie avec le projet Life+ Slowenia WEEE. Ainsi, les échanges d expérience et des meilleures pratiques ont eu lieu via les échanges téléphoniques et participation dans les conférences web. 17

18 Le projet Collect+ a été sélectionné pour l exposition pendent le EU Green Week Active Sustainable a mené un stand avec les outils de communication Collect+ pendent 4 jours de l évènement informant la publique sur la thématique de gestion de déchets. Une centaine des leaflets/brochures/goodies a été distribuée pendent cet évènement. En outre, Active Sustainable a partagé son expérience avec les autres exposants-porteurs de projet LIFE : The Reacting Atmosphere Network, SUNEAGLE, TROPOS, Opera, Clean Air. Enfin, Active Sustainable a rencontré Eurocommerce qui coordonnele programme Retailers Environmental Action Programme. Dans ce cadre, la Commission Européenne a interpellé en Octobre 2012 tous les distributeurs européens à s engager à mettre en place des initiatives de sensibilisation des consommateurs à la réduction des déchets d ici juin Le groupe Casino s est joint rétrospectivement à cette initiative et les actions du projet Collect+ répondent à ces engagements : le «Retail agreement on Waste» a été signé le 16 mai Il a été agréé que Casino et Active Sustainable mettront à disposition d Eurocommerce et des autres signataires du Retail Agreement on Waste les pratiques de Collect + ainsi que les résultats du projet. Evaluation des résultats obtenus : Le planning initial est maintenu, tout comme les objectifs. AS s est concentré sur les relations avec EuroCommerce et les acteurs belges et britanniques, ainsi que les associations européennes de Waste Management. De plus, les 2 conférences téléphoniques organisées pendant le projet ont permis de maintenir informés les porteurs de projets Life et autres acteurs de l avancée du projet. Cela a renforcé également le plan d action de mise en réseau. Enfin, le projet Collect+ s est intégré de façon tout à fait pertinente dans le programme REAP lancé par Eurocommerce et la Commission européenne en Octobre L engagement de Casino a pu être valorisé et présenté comme exemple d actions aux autres distributeurs européens engagés. Modifications techniques et/ou financières / retards / problèmes rencontrés : Le démarrage anticipé de cette action n a influé aucunement sur les aspects techniques ou financiers liés à cette action. Comme évoqué dans un courrier à la Commission européenne en date du 14/11/2013, les actions de dissémination en Italie ont été réduites, par rapport à ce qui avait été prévu : aucun event majeur en lien avec le projet n a été organisé en Italie. Afin d optimiser les efforts et les coûts afférents, AS n a pas insisté sur le marché italien. 18

19 Action B1 : Préparation de la première campagne d'information et de communication La mise en place de la campagne d'information de novembre 2012 implique une grande préparation en amont, les cahiers des charges ont été établis durant les travaux préparatoires et les prestataires externes ont également été sélectionnés. Cette action de préparation de la première campagne d information et de communication consiste à la création et validation de l ensemble des outils de communication qui seront déployés pendant cette semaine de campagne d information au sein des 400 magasins CASINO participants. Il s agit de concevoir l ensemble des outils qui permettront d informer et sensibiliser les consommateurs à la collecte des déchets visés par le projet COLLECT+. Responsable de l action : Casino (DCF, coordinateur) Description technique : Création du logo Un cahier des charges a été construit et nous avons mis en compétition plusieurs agences pour mettre en place le concept de la campagne de communication (logo, accroche, charte graphique). En effet, l impact de la communication auprès des clients et des collaborateurs internes est déterminant dans la réussite du projet, et nous avons sollicité 2 agences spécialisées dans le développement durable et l environnement, et notre agence classique qui connait très bien Casino et la grande distribution. Un cahier des charges a été écrit et partagé avec toutes les agences qui ont ensuite fait leurs propositions. C est finalement l agence HEIDI, spécialisée dans le développement durable et l environnement qui a été choisie. Nous avons identifié 5 messages principaux à faire ressortir dans la campagne : Quoi? Quels sont les produits usagés concernés Comment? Le bon geste à adopter (ramener ses produits usagés en magasin) Où? L espace de collecte en magasin Un acte participatif, tous ensemble (client, magasin, éco-organismes) doivent collaborer pour développer le recyclage L impact environnemental A partir de ces 5 critères, nous avons analysé puis sélectionné le concept créatif qui répondait le mieux au cahier des charges. Le caractère universel de la campagne et la simplicité de compréhension des messages sont aussi entrés en ligne de compte. Cela a pu garantir que le concept de la campagne soit partagé avec d autres acteurs lors du plan de dissémination mis en place dans le cadre du projet. Le concept créatif choisi a été validé par les équipes en charge du Marketing, de la Communication interne et de la RSE du Groupe Casino. Le logo et l accroche ont été validés le 31/07/ L approche graphique avec les pictogrammes permet facilement d identifier le «Quoi». - L accroche «Recycler ce qui ne sert plus à rien, ça sert à quelque chose?» permet de montrer l impact. 19

20 Le choix du logomarque (cf Annexe D5) a été fait parmi plusieurs propositions : - «Recyclons plus, vivons mieux» : n a pas été sélectionné car message trop globalisant et «exagéré» par rapport à l acte de collecte - «Recyclons plus, consommons mieux» : la notion de consommation n est pas directement associée par le consommateur au recyclage, et peut donner ici un caractère commercial au message, en incitant les clients à consommer dans nos magasins. D autre part, les associations de consommateurs et de protection de l environnement ne sont pas favorables aux messages qui lient recyclage et consommation. Nous avons donc préférer ne pas choisir cette option. - «Trions plus, recyclons mieux» : le mot «tri» et l acte de tri sont perçus comme des contraintes, de façon assez négative par les consommateurs. Le choix a donc été fait pour le message «Ensemble, recyclons plus, recyclons mieux», qui semblait impactant par la forme et permet de donner aussi l information du geste participatif. De plus, ce message peut être utilisé aussi bien à l interne (employés magasins, collaborateurs) qu à l externe (consommateurs, parties prenantes), ce qui nous semblait intéressant pour le projet. Préparation des outils Une première réunion de travail a eu lieu le 27/08 entre le chef de projet, les chargés de communication et le prestataire externe Gutenberg pour préparer la création du visuel de la page catalogue. En effet, ce 1 er visuel est l élément clé de la campagne de communication, à partir duquel tous les autres outils sont déclinés. La page catalogue a été validée le 19/09/2012, par le chef de projet, les chargés de communication et le comité de pilotage du projet. Tous les autres outils ont été développés par la suite, afin de pouvoir avoir un dispositif complet de communication pour la campagne en magasin : - Leaflet - Brochure explicative de 8 pages - Affiche 120x80cm - Totems - 1 spot publicitaire radio - Message d'information sur les tickets de caisse pendant toute la durée de la campagne - Sticker au sol Les différents échanges avec les agences de communication spécialistes du développement durable, et les éco-organismes nous ont permis de mieux comprendre l approche et le ton à donner à la campagne : - Pas de culpabilisation et de critique des comportements (cette approche, très utilisée il y a quelques années, ne fonctionne plus). - Les messages chocs sur la destruction de la planète ne sont plus percutants. - Bien replacer le geste individuel du citoyen dans un ensemble plus global, en lui expliquant de façon transparente l impact de son geste sur l environnement. 20

21 - Tourner le message en positif et montrer au citoyen quel va être son bénéfice individuel à faire ce geste de recyclage. Un travail important a également été la validation du langage et des informations utilisées sur ces documents. En effet, tous les messages ont été validés par les éco-organismes et par la direction Environnement de Casino. L ADEME a été informée au fur et à mesure du développement de ces outils. Exécution, impression et distribution des outils Tous les outils et créations ont été validés jusqu au 25/10/2012. Le prestataire Gutenberg avec lequel nous avons travaillé est le prestataire qui a l habitude de travailler avec Casino pour toutes les campagnes et opérations promotionnelles. Il se charge de l exécution des créations, de l achat de la PLV, de l impression puis de la distribution des outils aux différents magasins. Casino a défini avec eux le devis de tous les outils de communication (papier utilisé, format, pliage, livraison, etc.). A noter que tous les outils de communications sont réalisés avec de l encre végétale et sur papier PEFC. Nous avons ainsi pu mentionner «Imprimé avec des encres végétales et sur du papier issu de forêts gérées durablement». Comme prévu, voici les quantités qui ont été imprimées pour chaque élément : leaflets brochures explicatives totems affiches stickers au sol - La page catalogue (page entière) a été diffusée dans l un des prospectus les plus importants de l année, avec une activité promotionnelle «+1 gratuit» forte pour l enseigne. Le prospectus a été distribué pour 4 millions pour Géant Casino et 1,8 millions pour Casino Supermarchés. Tous ces outils sont disponibles dans l Annexe D6. La répartition par magasin a été faite en fonction du flux clients de chaque point de vente. La sélection des 400 magasins participants à la campagne a été faite en fonction du flux clients (les magasins avec les trafics les plus importants ont été choisis), et de leur capacité à collecter tous les produits usagés concernés par le projet et à faire le suivi. Le message radio (cf Annexe D6) et le message imprimé sur les tickets de caisse (cf Annexe D6) ont été écrits et développés par le chargé de communication en collaboration avec le chargé de projet. Le chargé de communication a ensuite programmé leur diffusion avec les équipes internes à Casino en charge de ces outils. Messages d annonce de la campagne via les ing hebdomadaires des enseignes Afin de sensibiliser les consommateurs et d attirer leur attention avant le démarrage de la campagne, un encart Collect+ a été développé pour communiquer sur les ing hebdomadaires envoyées par les enseignes Casino Supermarchés et Géant Casino à leurs bases de données de clients : 4 communications ont été faites sur chaque enseigne, depuis le 16/10 et jusqu au début de la campagne (cf. Annexe D6). 21

22 A chaque envoi, contacts reçoivent l ing Géant Casino et contacts reçoivent l ing Casino supermarchés, soit au total contacts. Livraison et préparation à l installation Tous les outils ont été livrés aux magasins entre le 14 et le 16 novembre, qui ont accusé réception des outils et préparé l installation du dispositif en magasin durant les 19 et 20 novembre De plus, suite à nos échanges réguliers avec tous les éco-organismes dans le cadre de ce projet, Corépile (éco-organisme en charge de la collecte des piles et batteries) a mis à notre disposition petits cubes en carton à distribuer aux consommateurs. Cet outil est un «petit cadeau» intéressant et attractif pour les consommateurs. Casino a réparti les cubes entre les 400 magasins participants, en fonction du flux clients de chaque point de vente. Les cubes ont été distribués en caisse ou à l accueil du magasin, à tous les consommateurs qui le souhaitaient. Afin que les outils soient bien déployés par les directeurs de magasins et leurs employés, nous avons mis en place un Livret d Action Commerciale (LAC) pour cette campagne (ou livret bonnes pratiques, cf Annexe T12). Le LAC est l outil habituel de communication pour expliquer aux équipes magasins comment déployer une campagne ; il permet donc de préciser aux équipes magasins les détails de l opération, à travers un vecteur de communication qu ils connaissent bien. Le LAC a été diffusé aux magasins le 16/11/2012, en même temps que la livraison des outils était effectuée. Evaluation des résultats obtenus : Tous les outils ont été développés selon le calendrier prévu dans la proposition, selon les quantités annoncées. Ils ont été livrés comme convenu aux magasins avant la date de la 1 ère campagne. Le travail très en amont effectué pour définir les messages et la création visuelle de la campagne a permis de réaliser la campagne de façon pertinente et concertée entre toutes les parties prenantes. Cette phase a été très importante pour la suite et la réussite du projet, et a obtenu un très bon agrément de la part des consommateurs (cf. Action E1). Modifications techniques et/ou financières / retards / problèmes rencontrés : Les frais de colisage et de livraison ont été largement réduits par rapport au budget prévu pour cette action, car nous avons pu livrer tous les outils en un seul point et mutualiser l envoi à tous les magasins (20k ont été économisés sur la production et la livraison des totems, et 19k sur la signalétique). Le budget restant sur cette action s élève au total à environ 45k, et a été reporté, dans la mesure du possible, sur l action de la 2 ème campagne de communication, afin de renforcer le dispositif de communication sur ce temps fort. Les outils de signalétique prévus dans la proposition étaient imputés dans Consommables. Or, selon le système d imputation et de comptabilité de DCF (via SAP), tous les outils de communication sont traités fiscalement comme des dépenses de prestations, et devraient donc être imputés pour le projet dans Prestation externe. Cette modification a été demandée à la Commission européenne lors du rapport initial, et celle-ci a donné son accord dans sa réponse du 19/02/2013. Le budget Consommable ( ) est donc intégré dans le budget Assistance externe. 22

23 Action B2 : Préparation de la deuxième campagne d'information et de communication Grâce aux évaluations effectuées durant les actions de suivi (E.1 et E.2), l équipe du projet COLLECT +, pourra réajuster et adapter les messages qui seront diffusés auprès du public cible lors de la mise en œuvre de la seconde campagne de communication et d information (action C.2). L étude des évaluations permettra ainsi de développer de nouveaux outils de communication en fonction des résultats de cette analyse. Responsable de l action : Casino (DCF, coordinateur) Description technique : Développement du dispositif de communication Une réunion d équipe a été organisée le 11/01/2013 par la chargée de projet, avec les assistants en charge de la communication et les équipes en charge du suivi de l impact sur le public cible pour tirer les enseignements de la 1 ère campagne et identifier les ajustements à apporter pour la 2 ème campagne de communication. Lors de cette réunion, des ajustements ont été proposés au niveau des : - Messages de la campagne de communication - Outils de communication utilisés dans les hypermarchés et supermarchés La thématique sur le développement durable et l efficacité des ressources a également été intégrée dans les propositions de cette nouvelle campagne de communication, comme évoqué dans le dossier. Les enseignements de la campagne et les ajustements proposés ont été validés lors du comité de pilotage du 15/01/2013. Les chargés de communication ont travaillé à un nouveau cahier des charges pour les agences de prestation externe qui ont été briefées le 25/01/13 afin de travailler aux nouveaux outils et messages de la campagne de communication. Les messages ont également été adaptés: - le message pour les tickets de caisse (cf. Annexe D7) et le message radio ont été adaptés pour traiter la thématique du développement durable et de l efficacité des ressources. - Une nouvelle page a également été retravaillée dans la brochure de 8pages pour traiter de l impact du recyclage sur les ressources (cf. Annexe D7). - Une nouvelle page «Développement durable et efficacité énergétique» a été créée sur le site internet, par le prestataire externe en charge du développement du site Internet (en lien avec AS) C2%A9nergetique - Une page entière d information dans les catalogues des hypermarchés et des supermarchés a été développée. Elle tient compte de la nouvelle thématique et des enseignements de la 1 ère campagne (mise en avant des bacs de recyclage disponibles en magasin, appel à l engagement des consommateurs). (cf. Annexe D7) - 2 communications ont également été envoyées par ing aux bases de données de Casino, comme pour la 1 ère campagne de communication, les 19/03 et 25/03 (cf. Annexe D7). Ces communications ont permis d atteindre 1,7 million de consommateurs. Page catalogue de la 2 ème campagne : 23

24 Le dispositif et les outils ont également été revus suite aux enseignements de la 1 ère campagne : - Remplacement des leaflets prévus par brochures de 8 pages (même quantité que pour l action B1 de la 1ère campagne, cf Annexe D7). En effet, les résultats de l enquête qualitative TNS-Sofres ont démontré que la brochure de 8 pages avait été très bien perçue par les consommateurs lors de la 1ère campagne ; et apporte plus de contenu informatif que le leaflet, qui est peu lu par le consommateur et peut être directement jeté. - Développement d un nouvel outil de communication pour les supermarchés. En effet, l étude qualitative TNS Sofres ainsi que les visites magasins qui ont été effectuées pendant la campagne démontrent que les totems sont parfois difficiles à valoriser dans certains supermarchés Casino, qui disposent de peu de place en entrée de magasin. Il a donc été développé un outil de communication qui peut être apposé sur le bac de recyclage directement (panneau en PVC de la largeur du bac qui est collé au meuble avec un adhésif repositionnable, cf. Annexe D7). - Suppression des stickers au sol : les résultats de l enquête qualitative TNS-Sofres ont démontré que les stickers au sol étaient peu lu, et représentent de plus un cout environnemental important, de par leur faible durablilité (15 jours maximum étant donné le passage des clients et caddies dans nos magasins) et de par les matières utilisées pour les fabriquer (plastiques, encres, etc.) - Impression d outils supplémentaires. Le budget prévu à l assistance externe de l action B2 «conception, impression et livraison des supports de communication» de , et les économies réalisées sur le budget «Assistance externe» lors de la 1ère campagne (environ 45k ) ont permis de développer de nouveaux outils pour la 2 ème campagne, afin de renforcer la visibilité et donc l atteinte des objectifs prévus : 400 courriers personnalisés aux directeurs de magasin et affiches pour les salles de pause, 450 affiches 120*80, 50 totems. - Certains outils (totems, panneau d information Life+, etc.) ont été réutilisés. Tous les outils ont été livrés aux magasins entre le 20 et le 22 mars, qui ont accusé réception des outils et préparé l installation du dispositif en magasin durant les 25 et 26 mars Comme lors de la 1 ère campagne, l éco-organisme Corépile (éco-organisme en charge de la collecte des piles et batteries) a mis à notre disposition petits cubes en carton à distribuer aux 24

25 consommateurs, répartis entre les 400 magasins participants, en fonction du flux clients de chaque point de vente. Les autres éco-organismes ont souhaité également contribuer à la campagne : - Recylum, éco-organisme en charge de la collecte des lampes basse consommation, a distribué sacs en coton Recylum. Ces petits sacs permettent aux consommateurs de récupérer les lampes usagées à leur domicile et de les rapporter facilement dans les magasins. - Ecosystèmes, éco-organisme en charge des DEEE, a proposé magnets, qui ont été distribués pendant les animations de la campagne dans les hypermarchés (action C2). Des visuels de ces goodies sont présentés dans l Annexe D7. Organisation du challenge magasins Comme annoncé dans le dossier, un challenge magasins a été organisé en plus dans le cadre de cette 2 ème campagne de communication, afin de mobiliser le personnel des magasins et les directeurs à inciter les consommateurs à ramener leurs produits usagés. Une réunion a eu lieu le 22/01/13 entre la chargée de projet et les équipes Ressources Humaines qui ont mis en place en 2012 un challenge magasins (challenge «Casino fait son show»), afin de tirer les enseignements et facteurs clés de succès de cette expérience. Lors de ce challenge, les équipes magasins ont pu organiser et développer des outils pour mettre en avant les bacs de recyclage de façon originale (positionnement, outils de communication supplémentaires autour du bac, etc.) ; organiser des animations avec des associations ou représentants de collectivités locales, pour discuter avec les clients et les sensibiliser au recyclage ; ou encore inciter les collaborateurs (managers, hôtesses de caisse) à parler du sujet aux clients, leur expliquer les enjeux du recyclage, les bons gestes à adopter, etc. Toutes ces initiatives sont à la charge des magasins qui n ont pas reçu de budget pour mettre en place leurs actions. Il n y a donc pas de coût supplémentaire pour le projet. Afin que les outils soient bien déployés par les directeurs de magasins et leurs employés, nous avons mis en place un Livret d Action Commerciale (LAC) (ou livret bonnes pratiques, cf Annexe T13). Le LAC est l outil habituel de communication qui permet d expliquer aux équipes magasins comment déployer une campagne ; il permet donc de préciser aux équipes magasins les détails de l opération, à travers un vecteur de communication qu ils connaissent bien. Le LAC a été diffusé aux magasins le 18/03/2013, quelques jours avant la réception des outils de communication par les magasins. Evaluation des résultats obtenus La préparation de la 2 ème campagne a pu se faire de façon efficace, en s appuyant sur l équipe projet et sur les processus déjà mis en place pour la 1 ère campagne. Tous les outils et les nouveaux encarts, messages, affiches attendus ont été réalisés, imprimés et livrés aux magasins. Des outils additionnels ont pu être développés, ce qui a permis de renforcer la visibilité de l opération. D autre part, les nouveaux outils qui ont été développés et qui n étaient pas prévus dans le dossier, ont été adaptés à chaque format de magasins. La bonne collaboration avec les éco-organismes depuis le début du projet et lors de la 1 ère campagne nous a permis de bénéficier de leur participation, à travers des cadeaux supplémentaires à distribuer aux clients. Tous ces éléments ont permis de mettre en place une 2 ème campagne de communication au-delà des moyens attendus. Concernant le message envoyé aux consommateurs à travers de l ing, celui-ci a permis d atteindre 1,7 millions de consommateurs et non les 3 millions prévus dans le projet. En effet, le projet n a pu être communiquée qu à la base de clients des hypermarchés Casino, car les 25

26 communication pour les Supermarchés Casino n ont pas eu lieu exactement avant la campagne et ne disposaient pas d espace disponible pour communiquer. Toutefois, la communication via ing lors de la 1 ère campagne avait permis d atteindre contacts, ce qui fait un total sur les 2 campagnes de contacts et dépasse les résultats attendus de 6 millions. La participation libre des magasins au Challenge a permis de mieux mobiliser les équipes et de les laisser mettre en place les initiatives de leur choix : mise en avant des bacs de recyclage de façon originale (positionnement, outils de communication supplémentaires autour du bac, etc.) ; organisation d animations avec des associations ou représentants de collectivités locales ; participation des collaborateurs Parmi les 9 magasins qui ont complété et transmis un dossier pour participer au challenge magasins, un magasin a par exemple organisé la production d une vidéo filmée de toute l équipe et des clients (flash mob), deux autres ont fait appel à des associations locales, deux ont également développé de nouveaux outils, fait leurs propres bacs de recyclage, etc. Cette prise d initiative a permis à chaque magasin de s approprier le thème et la problématique du recyclage. Les résultats ont donc été atteints. Comme demandé dans votre courrier du 03/05/2013, vous trouverez ci-dessous quelques exemples des créations et animations qui ont été mises en place par les magasins participants. Une synthèse complète des actions et exemples d animations mises en place lors du challenge est disponible dans l Annexe T14. Géant Pau Lons 26

27 Création d affiches supplémentaires et prospectus ad hoc au Géant Casino de Tours la Riche Création manuelle d un bac de recyclage au Géant d Exincourt Création de T-Shirts aux couleurs de l opération au Casino Supermarché d Avallon 27

28 Action C1 : 1ère campagne d'information et de communication Cette action est le premier grand temps fort du projet puisqu il s agit de la première campagne d information et de communication destinée à l ensemble des consommateurs des 400 magasins CASINO participants au projet. L ensemble des activités réalisées en amont sera mise à jour dès le premier jour de cette action : tous les outils de communication et supports préparés au cours de l action B.1. Les activités de formation déployées au cours des actions D.1 et D.2 prendront sens. L ensemble des connaissances acquises durant ces activités et relayées au cours de cette semaine de campagne viendront renforcer les outils matériels mis à disposition des consommateurs et faciliteront ainsi la transmission et la diffusion des messages. Responsable de l action : Casino (DCF, coordinateur) Description technique : La campagne a eu lieu dans les 400 magasins participants du mercredi 21/11 au samedi 01/12. Cette période correspond à la période de validité du catalogue de nouveaux catalogues sont diffusés tous les 10 jours dans les 2 enseignes. Cette première campagne a été principalement orientée sur la gestion des produits usagés concernés, dans une optique environnementale. Le choix de la période de cette campagne s explique pour plusieurs raisons : - Cette campagne a lieu pendant la Semaine Européenne de Réduction des déchets, organisée en France par l ADEME, et au cours de laquelle de nombreux acteurs (collectivités, entreprises, associations) prennent la parole sur le thème des déchets et du recyclage. - D autre part, il s agit d un temps fort en magasin, avec beaucoup de trafic : Casino met en place une opération promotionnelle attractive et à l approche des fêtes de fin d année qui incite les consommateurs à venir en magasins. Les directeurs de magasin ont reçu le 20/11 un courrier personnalisé et co-signé par le Directeur Marketing Thierry Aouizerate et le Directeur RSE Matthieu Riché, membres du Comité de Pilotage du projet, leur rappelant l importance de participer et de mettre en avant les outils. Une affiche à exposer dans leurs bureaux ou salles de pause a été jointe au courrier (cf. Annexe T15). D autre part, les directeurs magasin et leurs équipes ont été informés à plusieurs reprises et formés à cette opération, notamment grâce au module de formation développé (action D1). Ils disposent donc de toutes les informations nécessaires pour orienter les clients. Le message radio et les messages sur les tickets de caisse sont définis de manière centralisée, et ont donc été insérés par les équipes Siège en charge de ces outils. Le message radio a été diffusé environ 1/heure, soit 10 fois par jour dans les magasins participants. Le message sur les tickets de caisse a été imprimé sur tous les tickets de caisse des 400 magasins pendant la durée de la campagne. Les animations ont été organisées dans les 100 hypermarchés Géant Casino participants à l opération. Les vendredis et samedis sont les jours de plus fort trafic dans les hypermarchés, l animation a donc été organisée les vendredi 30 novembre et samedi 1 er décembre. Les animateurs, formés au préalable via des conférences téléphoniques et un module de formation en ligne (action D2), ont pu ainsi interpeler les consommateurs pour leur présenter le projet et ses objectifs, leur expliquer l'importance d'un tel enjeu pour l'environnement et les inciter à rapporter leurs produits usagés dans les bacs de recyclage en magasin. 28

29 Exclusivement dédiés à la promotion du projet et de ses messages, les animations ont garanti l efficacité de cette campagne d information et de communication. Chaque animateur a transmis un compte-rendu de ses animations, et a tenu un registre précis du nombre de personnes approchées. Les animateurs ont contacté plus de 197 personnes en moyenne par jour d animation, ce qui dépasse largement les objectifs fixés dans la proposition. 350 brochures explicatives de 8 pages ont été distribuées sur les 2 jours, soit 175 par journée d animation. La synthèse des animations a été transmise par l agence de prestations en charge des animations et est disponible en Annexe T16. Comme demandé dans le courrier du 19/02/2013, vous trouverez à la fin de l Annexe T16 le registre qui est complété par les animateurs pendant la campagne. Un plan de communication digitale a été mis en place avant et pendant la campagne, afin de relayer l information et de diriger les internautes vers le site web du projet. Plusieurs sites internet du groupe Casino ont présenté des messages d information, les sites des centres commerciaux ont relayé l information, et Corépile a relayé le projet sur son site internet (description technique détaillée dans l action F1). Au total, la visibilité du projet sur Internet avant et pendant le projet a été effectuée à travers impressions (bannières, messages, actus, vidéos etc.), les objectifs attendus ont donc été dépassés. Evaluation des résultats obtenus : Les résultats des animations attestent de la bonne perception de la campagne par les consommateurs, le nombre de consommateurs approchés a été atteint et dépassé. Tous les outils du dispositif, préparés pendant l action B1, ont été mis en place. Les impressions du projet sur Internet ont également été nombreuses, dépassant les résultats attendus. Le détail de cette action est présenté dans la partie Action F1. En ce qui concerne les quantités collectées dans les magasins, le suivi en lien avec les écoorganismes a démontré qu il n était pas possible d évaluer l impact et les résultats tout de suite après la campagne : en effet, le produit usagé déposé par un consommateur n est lisible dans le suivi de l éco-organisme que plusieurs semaines plus tard, car le magasin doit d abord atteindre une quantité minimale d enlèvement, faire une demande de retrait, et donner ses fûts ou palettes à un prestataire agréé par l éco-organisme, qui se chargera de peser et de transmettre l information des quantités. Afin d évaluer les résultats attendus entre les quantités collectées avant et après la 1 ère campagne, il a donc été décidé de comparer une moyenne de 3 mois sur les données janvier à octobre 2012, par rapport aux résultats sur novembre 2012 à janvier Cela permet d avoir une vision plus juste des retombées de la campagne de communication. Toutefois, cela ne permet pas de prendre en compte tout ce qui a été collecté : comme évoqué à plusieurs reprises, le magasin doit attendre d avoir une quantité minimum pour solliciter un enlèvement : dans le cas d un petit Supermarché qui doit regrouper 2 pallettes de DEEE avant de faire intervenir Ecosystèmes, cela peut prendre jusqu à un an. Ci-dessous les résultats : Moyenne sur 3 mois 2012 avant C1 (t) Total sur Nov/12 - Jan/13 (C1) (t) Evolution versus target 2% 29

30 DEEE/portables 35,75 40,63 14% Piles 50,50 63,5 26% Cartouches* 0,016 0, % Lampes 5,325 9,745 83% TOTAL 91, ,969 24% * Pour les cartouches, seuls les résultats de la société ARMOR sont référencés (voir détail dans l action E2) La 1 ère campagne de communication a donc largement atteint et dépassé les résultats attendus en termes de quantités collectées dans les magasins Casino. Modifications techniques et/ou financières / retards / problèmes rencontrés : L information et la communication auprès des directeurs de magasins a été renforcée, notamment grâce au courrier et à l affiche transmis personnellement à chaque directeur. Ceci n a pas eu d impact financier sur cette action, et a permis de renforcer l implication des équipes. La synthèse des journées d animations a été transmis par l agence début janvier 2013 et non fin novembre 2012 comme prévu, car les compte-rendus de chaque animateur/animatrice ont été consolidés. Pour autant, cela n a pas eu d impact sur la suite de l opération, et ses résultats ont pu être analysés et partagés au sein de l équipe projet afin de tirer les enseignements nécessaires et préparer la 2 ème campagne de communication. La principale modification concerne le monitoring des quantités collectées, qui n a pas pu être fait juste après la campagne, par manque de données sur le terrain. Pour autant, les résultats à fin janvier ont démontré que la campagne a porté de bons résultats quantitatifs sur les différents types de produits. Le détail du processus de suivi des quantités collectées est détaillé dans l action E2. Action C2 : 2ème campagne d'information et de communication La première campagne a permis de sensibiliser les consommateurs aux enjeux du recyclage des produits usagés en les informant des moyens mis à leur disposition dans nos magasins pour déposer leurs produits usagés. Cette seconde campagne, reprend non seulement les objectifs de la campagne précédente, mais introduit la notion de développement durable et d efficacité énergétique. Ainsi les consommateurs bénéficieront d une information complète sur la question de la gestion des déchets. Cela leur permettra une meilleure compréhension des enjeux liés à cette question et de mieux apprécier leur intérêt à modifier leurs comportements en augmentant leur participation à la collecte des déchets. Cette seconde campagne est donc essentielle pour atteindre non seulement les objectifs du projet, mais aussi pour assurer un changement du comportement du public cible sur le long terme. Il est prévu d intégrer dans cette seconde campagne d information et de communication la thématique développement durable et efficacité énergétique afin de compléter les informations transmises au cours de la première campagne de communication (action C.1). Responsable de l action : Casino (DCF, coordinateur) Description technique : 30

31 La 2 ème campagne de communication a eu lieu dans les 400 magasins participants. Ces magasins sont les mêmes que ceux qui avaient déjà participé à la 1 ère campagne de Novembre L information et la formation des directeurs de magasins et de leurs équipes se sont poursuivies entre les deux campagnes, notamment grâce au module de formation développé (action D1) et des communications internes régulières qui ont été faites. De plus, la 2 ème campagne de communication a lieu pendant la Semaine du Développement Durable, les directeurs de magasins ont donc été sensibilisés sur l importance de relayer l opération sur ce temps fort et disposent de toutes les informations nécessaires pour orienter les clients. De plus, un courrier et une affiche à exposer dans les salles de pause des magasins ont été envoyés le 01/03/2013 (cf. Annexe T17) Les outils de communication développés pendant l action B2 ont été livrés aux magasins entre le 20 et le 22 mars, qui ont accusé réception des outils et préparé l installation du dispositif en magasin durant les 25 et 26 mars Les outils en bon état sont restés installés dans les magasins au-delà de la fin de la campagne. Le message radio et les messages sur les tickets de caisse adaptés à la 2 ème campagne de communication au cours de l action B2 ont été diffusés aux magasins : le message radio a été diffusé environ 1/heure, soit 10 fois par jour dans les magasins participants ; le message pour les tickets de caisse a été imprimé sur tous les tickets de caisse des 400 magasins pendant la durée de la campagne. Les animations ont été organisées dans les 100 hypermarchés Géant Casino participants à l opération, comme lors de la 1 ère campagne. Les vendredis et samedis sont les jours de plus fort trafic dans les hypermarchés : l animation a donc été organisée les 5 et 6 Avril La majorité des animateurs (74%) qui ont animé cette 2 ème campagne de communication sont ceux qui avaient participé à la 1 ère campagne : ils connaissent donc parfaitement les enjeux et principales informations à transmettre aux clients. Tous les animateurs de la 2 ème campagne ont de nouveau été invités à la formation via des conférences téléphoniques et un module de formation en ligne (action D2) : 96% des animateurs ont fait le module e-learning en entier, et les 200 journées d animations ont été réalisées. Chaque animateur a transmis un compte-rendu de ses animations, et a tenu un registre précis du nombre de personnes approchées. 87% des consommateurs déclarent déjà connaître l importance du recyclage et les produits usagés à recycler (versus 83% lors de la 1 ère campagne de communication). L information de la 1 ère campagne a donc permis d augmenter la connaissance des consommateurs. Pour autant 87% des consommateurs se montrent encore disponibles et à l écoute de l animateur/rice, et apprécient d être informés d un service parfois méconnu : la plupart recyclent déjà les lampes et les piles mais sont peu au fait du recyclage des portables et petits électroménagers. 350 brochures explicatives de 8 pages ont été distribuées par les animateurs, qui ont abordé en moyenne 270 consommateurs par jour. La synthèse des animations a été transmise par l agence de prestations en charge des animations et est disponible en Annexe T18. Tout comme pendant la 1 ère campagne, des visites ont été organisées et les équipes terrain ont remonté des photos et rapports de l implantation de l opération dans les magasins : 37 magasins ont été visités et ont remonté des photos des installations mises en place pour sensibiliser les clients au recyclage (cf Annexe T2). 31

32 Un plan de communication digitale a été mis en place avant et pendant la campagne, afin de relayer l information et de diriger les internautes vers le site web du projet. Plusieurs sites internet du groupe Casino ont présenté des messages d information et un message a été relayé dans les Newsletter des enseignes à destination des clients Casino, les 19 et 25/03/13. (Description technique détaillée dans l action F1). Au total, la visibilité du projet sur Internet avant et pendant le projet a été effectuée à travers impressions (bannières, messages, actus, vidéos etc.). En ce qui concerne les quantités collectées dans les magasins, comme pour la 1ère campagne, le bilan a été fait plusieurs semaines après la fin de la campagne en magasins, afin de laisser le temps au processus de collecte de se mettre en place. Il a donc été décidé de faire un bilan à fin juin Selon les processus internes du groupe Casino, un stock tampon de supports de communication additionnels avait été développé pendant les 2 campagnes de communication, pour parer à d éventuels problèmes de livraison ou de mise à disposition des outils en magasins. Plutôt que de jeter ces quelques exemplaires de supports supplémentaires, ceux-ci ont été distribués, en Octobre 2013, à quelques magasins qui les souhaitaient pour poursuivre la communication autour des bacs de recyclage. L envoi de ces supports a entraîné un cout de , qui a été inclus dans le budget relatif à l action C2. Cette tâche a permis de réduire l impact environnemental des supports de communication, et de renforcer la visibilité du projet auprès des clients dans quelques magasins. Evaluation des résultats obtenus : Les nouveaux outils développés pendant l action B2 ont tous été mis en place et ont permis que la 2 ème campagne, organisée pendant un temps fort du développement durable en France, soit largement visible dans les 400 magasins participants. Comme pour la 1 ère campagne, les directeurs de magasins ont été informés et sensibilisés. Les animations dans les 100 hypermarchés ont été réalisées et ont constitué un levier important pour faire évoluer les comportements. La visibilité du projet sur Internet comptabilise impressions (site internet du projet et sites relais) pendant la campagne et dans les quelques jours qui suivent la campagne. Bien que ce résultat soit tout à fait convenable et significatif pour ce type de campagne de communication, il reste néanmoins en-deçà des 2 millions annoncés dans le cadre de la proposition de projet. L objectif annoncé de 2 millions apparaît être un objectif très ambitieux au vu de la nature du projet en dépit des moyens qui ont été mis en œuvre sur tous les relais internet. Comme pour la 1 ère campagne, le monitoring des quantités collectées n a pas été fait juste après la campagne. Il est plus pertinent de regarder les résultats sur les 3 mois suivants, afin de pouvoir prendre en compte le maximum de produits collectés pendant la campagne et qui doivent être comptabilisés par les éco-organismes. Même de cette façon, comme pour la 1 ère campagne, tous les produits ne sont pas pris en compte dans ces résultats étant donné le délai parfois imposé un magasin pour vider leurs bacs. Ci dessous les résultats obtenus pendant la 2 ème campagne, lorsqu on compare les données trimestrielles de Nov/12 à Janv/13 versus Mars à Mai/13, pour la 2 ème campagne. L Total sur Total sur Nov/12 Evolution versus Mars-Mai - Jan/13 (C1) (t) target 6% 2013 (C2) (t) DEEE/portables 40,63 31,16-23% 32

33 Piles 63,5 44,2-30% Cartouches* 0,094 0, % Lampes 9,745 10,201 5% TOTAL 113,969 86,314-24% * Pour les cartouches, seuls les résultats de la société ARMOR sont référencés (voir détail dans l action E2) Les résultats des 3 mois qui ont suivi la 2 ème campagne de communication n ont donc pas apporté les résultats attendus, à l exception des cartouches collectées par la société ARMOR. La collecte des lampes est restée en croissance, avec +5% de tonnes collectées. Dans le cas des piles et des DEEE, les résultats sur cette période ont connu une forte baisse, alors que la tendance sur la totalité de l année 2013 reste plus stable (les résultats annuels sont présentés dans l action E2). Il est important de rappeler un certain nombre de points de contexte qui peuvent permettre d expliquer les résultats et évolutions des quantités collectées sur cette période : Réduction de la mise en marché des produits concernés en France, notamment des piles Perte de part de marché de la grande distribution sur la vente des produits concernés au profit du e- commerce notamment Dans le cas des piles, le processus de collecte et de recyclage atteint une certaine maturité en France (taux de près de 40% de piles collectées). Il est donc difficile d augmenter de façon très significative la collecte dans nos magasins. Cette tendance se retrouve de façon plus générale sur le marché. De façon génerale, les résultats obtenus ont permis aux magasins Casino de collecter une plus grande quantité de produits collectés que les autres GMS en France Modifications techniques et/ou financières / retards / problèmes rencontrés : La date de l action C2 a été modifiée. La 2ème campagne de communication a eu lieu du 27 mars au 06 avril dans les 400 magasins participants et non du 17 au 24 avril Cette modification a été présentée à la Commission européenne dans un courrier du 22/02/2013. Dans son courrier du 03/05/2013, la Commission européenne nous a indiqué accepter cette modification. Dans le courrier du 30/01/2014, la Commission européenne a demandé plus de détails sur cette modification, cidessous les éléments de réponse : La semaine du Développement Durable organisée par le ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie est un temps fort médiatique sur les sujets du développement durable en France, et a eu lieu du 1er au 7 avril Cette actualité a permis de renforcer la visibilité de la campagne et de garantir une meilleure implication de nos collaborateurs et de nos clients. D autre part, cette semaine correspond à la semaine de Pâques, qui est une période de forte activité commerciale dans nos magasins, avec un grand trafic de consommateurs. Cela a permis de renforcer la visibilité de l opération auprès du plus grand nombre. Cette modification n a eu aucun impact sur le budget de l action. Les autres tâches relatives à cette action n ont pas été modifiées. Les résultats quantitatifs en termes de tonnages collectés n ont pas permis d atteindre les taux de croissance attendus par rapport à la 1 ère campagne de communication, qui avait quant à elle largement dépassé les résultats. Ce constat s explique par les points évoqués ci-dessus, les résultats 33

34 annuels présentés dans l action E2 venant eux aussi conforter l impact positif du projet sur le problème environnemental. Action D1 : Formation des directeurs et employés des magasins CASINO Cette action a pour objectif le développement d un module de formation e-learning qui sera proposée aux directeurs des magasins CASINO participant au projet ainsi qu à leurs employés. Elle prévoit la formation des 400 directeurs des hypermarchés et supermarchés CASINO participant au projet COLLECT + et de leurs employés. Le module permet de présenter aux directeurs de magasins et à leurs employés les enjeux du recyclage des produits usagés, le processus de recyclage et le rôle de leur magasin dans ce dispositif, ainsi que toutes les informations nécessaires pour leur permettre de répondre aux questions des consommateurs. Responsable de l action : Campus Casino Description technique : Campus Casino a travaillé avec une agence externe spécialisée et référent aujourd hui dans la création de formation en ligne (Alain Renault Communication - ARC), un module de formation e- learning qui permet aux équipes magasins de comprendre les enjeux de recyclage des produits usagés et leur rôle dans ce dispositif. Le module fournit également des informations pour les aider à répondre aux questions des clients. Le 15/06/12, Campus Casino et le chargé de projet ont partagé avec l agence ARC le cahier des charges du module de formation. La proposition budgétaire et éditoriale de l agence ARC a été approuvée le 26/06, et les équipes de Campus Casino ont commencé à partir de cette date à travailler avec ARC au développement du module. Le module de formation développé contient : Une vidéo d introduction de 2, rappelant les principaux messages du projet. Cette vidéo, pédagogique et ludique a servi comme un outil de communication essentiel de la campagne de communication (Annexe T19). Le coût de développement de cette vidéo a été intégré dans le cout de la création du module de formation, il n y a pas eu de dépense additionnelle et non prévue. Un module de formation interactif, alternant information, quizz et animations, et articulé autour de 5 sous-parties et de pages facultatives «en savoir plus» Le synopsis, la maquette et le module test ont été travaillés dans le courant du mois de juillet. Le story board présentant le contenu et la navigation dans le module a été validé au début du mois d Août. Le développement et la création des illustrations a eu lieu durant les mois d Août et Septembre, avec un certain nombre d allers retours pour validation par les différentes parties prenantes sur le projet. Tout le contenu et les éléments de langage ont été validés par la direction Environnement et RSE de Casino, ainsi que par les éco-organismes. 34

35 En parallèle, des tests ont été réalisés pour mettre le site en ligne sur la plateforme Crossknowledge de Campus Casino, à partir de laquelle les collaborateurs accèdent à toutes leurs formations et qui permet de faire un suivi précis des connexions. Le module de formation a été testé auprès de l équipe projet au moment de l envoi de Newsletter n 1, puis diffusé aux 400 directeurs de magasin, à partir du 03/10/2012. Il a également été utilisé pour la mise en place du module de formation des animateurs (action D2). Pour accéder au module de formation, cliquez ici: A partir de cette date et jusqu à la fin du projet, Campus Casino s est chargé de la diffusion et du suivi des connexions. Tous les outils de communication des enseignes ont été utilisés pour inciter les directeurs de magasins et leurs équipes à se connecter au module de formation. Dispositif de communication avant et pendant la 1 ère campagne de communication (cf. Annexe T20) - Relance hebdomadaire par mail avec compte à rebours - Communication dans l Intranet magasin - Information aux réunions DR, DO, avec diffusion du petit film d introduction - A partir du 08/11, le module a été ouvert à 1994 personnes supplémentaires (au-delà des 400 directeurs de magasin), en charge de la Caisse, du Personnel, de la Sécurité et de l Accueil dans les magasins Casino Supermarchés et Géant Casino. Ces personnes sont directement concernées par le recyclage des produits usagés en magasins et peuvent ainsi accéder à toutes les informations relatives au projet. Avant et pendant la 2 ème campagne de communication (cf. Annexe T20) : - Un mail d information a été envoyé aux 2400 personnes cibles le 11/03/2013, afin de les inciter à se connecter - Le lien vers le module a été mis en avant sur la homepage de la plateforme de formation en ligne de Campus Casino - Une communication a également été publiée sur l Intranet des enseignes, afin d inciter les collaborateurs à se connecter Dès le lancement de la 1 ère campagne de communication, un lien vers le module de formation a également été mis en ligne sur le site internet du projet (Rubrique La campagne/outils de communication). Il est resté en ligne pendant toute la durée du projet et pourra être maintenu pendant toute la durée de vie du site (5 ans conformément aux dispositions communes du programme Life+). Evaluation des résultats obtenus : D un point de vue qualitatif, les résultats de cette action sont très positifs, le module de formation a été très bien évalué par nos parties prenantes et par les collaborateurs. Ludique et rapide, il permet d identifier rapidement les grands enjeux du projet. D un point de vue quantitatif, il y a eu au total 2102 connexions sur le module de formation (effectuées par des utilisateurs différents), soit en moyenne 5 personnes par magasin, en plus des quelques personnes de l équipe projet et des sites administratifs qui ont participé. Dès la fin de la 1ère campagne, il y avait 547 connexions sur le module de formation, soit en moyenne plus d 1 personne par magasin. L objectif défini dans la proposition d 1 personne pour un minimum de 80% de magasins a donc été largement dépassé. 35

36 Modifications techniques et/ou financières / retards / problèmes rencontrés : La modification apportée à cette action porte sur la durée et les dates de début et de fin de cette action : - Mise en ligne du module : Après échange avec les équipes de Campus et de Casino, il a été décidé de retarder la date de mise en ligne du module pour le diffuser à une date plus proche du début de la campagne. En effet, lancer la formation au 01/08 comme prévu initialement risquait de réduire son impact (trop en amont de la 1 ère campagne en Novembre). Les équipes en magasins ont des actualités nombreuses et variées tout au long de l année, et préparent généralement les opérations environ 15 jours avant leur début, il a donc été décidé de repousser le lancement de la formation pour coller à la réalité du magasin et leur proposer la formation peu de temps avant la préparation de la 1 ère campagne. - Fin de mise en ligne du module Etant donné la dynamique opérationnelle des magasins participants, Casino et Campus Casino ont également décidé de prolonger l action, qui devait être terminée initialement au 30/10/2012. L action a donc été prolongée jusqu à la fin du projet (le 20/12/2013), afin de permettre aux équipes magasins d accéder aux informations lorsqu elles en ont besoin : - Plus de pertinence par rapport au fonctionnement des magasins qui préparent la campagne seulement quelques jours avant le démarrage - Le contenu reste valable et accessible même pendant la campagne, si les équipes magasins souhaitent s informer à nouveau pour répondre au mieux aux questions des clients. - Pas de coût supplémentaire sur la prolongation de cette action - Le module a ainsi pu être visionné aussi pour la préparation de la 2 ème campagne de communication en Avril Ainsi, les éventuels nouveaux directeurs de magasins ou nouveaux collaborateurs ont pu accéder à la formation. Action D2 : Formation des animateurs Le module de formation développé dans l'action précédente (D.1) sera adapté aux tâches que devront effectuer les animateurs en magasin. Relais important d'information auprès du public cible lors des animations magasins prévues durant les campagnes de communication (C.1 et C.2), les animateurs doivent être prêts à présenter au public cible le projet et ses objectifs, répondre à leurs questions et relayer de manière optimale et efficace les messages autour la gestion des produits usagés. L objectif de cette formation est donc de préparer les animateurs à diffuser les bonnes informations aux consommateurs. Responsable de l action : Campus Casino Description technique : La formation des animateurs a été mise en place en e-learning et non en présentiel, comme prévu initialement dans la proposition. En effet, après échange avec les équipes de Communication et Campus en charge de la coordination des animations, ainsi qu avec les agences spécialisées dans l organisation des animations avec lesquelles le Groupe CASINO organise habituellement toutes les animations magasins (RMT Animations et MGS Promotions), il a été fortement recommandé d organiser une formation à distance en e-learning, car elle permet : - Evaluation tout au long et à la fin de la formation : l outil e-learning permet de détecter les animateurs non participants, ceux qui ont eu de mauvais scores, etc. 36

37 - La formation peut être suivie juste avant l animation, ce qui réduit le risque de déperdition des informations par les animateurs. La méthode d apprentissage est plus efficace qu une présentation power point. La formation mêle vidéos, fichiers à lire, quiz de validation. - Les animateurs peuvent se connecter quand ils le souhaitent, plusieurs fois s ils le souhaitent, etc. Ils pourront bénéficier de tutorat à distance via des outils de type forum ou . - Impact environnemental très faible vs formation en présentiel Cette option permet de réaliser une formation plus qualitative, regroupant une formation e-learning et une session d échange via une conférence téléphonique. Ces conférences téléphoniques ont permis de garantir le suivi, l évaluation des animateurs, et de répondre aux et questions des animateurs, par petits groupes de cinq participants. Il a donc été décidé le 31/10/2012 de mettre en place une formation des animateurs en e-learning. Le module de formation a été adapté et validé le 16/11/2012. Les animateurs ont été sélectionnés sur leur connaissance de nos enseignes et de nos magasins, leur intérêt et leur connaissance des sujets environnementaux, et pour leur disponibilité sur les 2 périodes d animation (Novembre 2012 et Avril 2013). Le module de formation a donc été développé à partir du module à destination des magasins. Il est accessible avec les informations suivantes : Se connecter avec le login TCIZERON et le mot de passe RMT Entrer dans la Rubrique Parcours, puis Lancer la séquence Collect+ Le détail du module de formation pour les animateurs est présenté en Annexe T21. Formation des animateurs pour la 1 ère campagne de communication : Les conférences téléphoniques ont eu lieu du 19 au 23/11, afin de préparer les animatrices, qui ont ensuite pu participer et assister au module en ligne jusqu au jour de leurs animations, les 30/11 et 01/12. Un rapport sur le suivi des animatrices et de leur participation aux conférences téléphoniques et au module e-learning a été établi (Annexe T22) : 99% des animateurs ont participé à la formation en ligne. Formation des animateurs pour la 2 ème campagne de communication : Afin de préparer les animateurs à la 2 ème campagne de communication, le module e-learning a été adapté et complété avec les informations relatives à l efficacité énergétique des ressources. Les questions fréquentes posées par les consommateurs lors de la 1 ère campagne, ainsi que le feedback des animatrices ont permis de compléter également le module de formation. Par exemple : les animatrices ne savaient pas lors de la 1 ère campagne que les supports étaient développés sur du papier issu de forêts gérées durablement et avec des encres végétales. Cela a été mis en avant sur la 2 ème version du module. Le module a ensuite été mis en ligne et des conférences téléphoniques ont été organisées, sur le même format qu en Novembre 2012 : 96% des animateurs ont fait le module e-learning en entier, et 100% ont participé aux conférences téléphoniques. Comme expliqué dans l action C2, 74% des animateurs qui ont fait cette 2ème campagne de communication sont ceux qui avaient participé à la 1 ère campagne : ils connaissent donc déjà les enjeux et principales informations à transmettre aux clients. 37

38 Evaluation des résultats obtenus : Les animateurs ont pu être formés avant leur animation dans les hypermarchés Géant les 30/11 et 01/12/2012, puis les 05 et 06/04/2013. Les objectifs qualitatifs ont été atteints, puisque cette action a permis de former les 100 animateurs avant le début de chaque campagne. Les résultats de l étude de l impact sur les consommateurs (action E1) a démontré que les animateurs ont été très bien perçus par les consommateurs, et que la participation à l animation est un levier important pour que le consommateur déclare avoir plus envie de recycler et d en parler autour de lui. Les bons résultats de ces animations prouvent que la formation des animateurs a atteint ces objectifs. D ailleurs, les résultats et synthèses des animateurs sont également très positifs (cf. Annexe T22). L agence en charge du recrutement et du suivi des animateurs nous a informé que de nombreux animateurs s étaient sentis très impliqués et mobilisés par le thème de l opération, et avaient pris particulièrement à cœur l information et la sensibilisation des consommateurs. Action F1 : Site web du projet Cette action a pour objectif la création et la mise en ligne d un site web spécifique pour le projet COLLECT+. Ce site web offrira une visibilité du projet sur internet et rassemblera de nombreuses informations concernant le projet. Responsable de l action : Active Sustainable Description technique : Dès le 5 septembre 2012, AS a commencé à travailler sur la conception du site, en transmettant le cahier des charges (cf. Annexe T27), préparé en amont au cours des activités préparatoires, à 3 entreprises différentes: Ink Studio (Belgique) Quadrupède (France) Communication Package (Belgique). Bien qu un appel d offres ne soit pas nécessaire pour le choix du prestataire, cela a permis d obtenir 3 offres différentes et de pouvoir comparer et choisir le meilleur rapport qualité/prix. Ainsi, au vu des 3 propositions reçues début octobre, Active Sustainable a opté pour Ink Studio, leur proposition étant plus adaptée au type de site web attendu pour le projet. Au cours des mois de septembre et octobre 2012, Active Sustainable a travaillé sur le contenu et le layout du site, en collaboration avec le chargé de projet et les équipes communication ceci afin de rester en cohérence avec le design des outils développés lors de la préparation de la campagne de communication (Action B.1). Le responsable environnement ainsi que les éco-organismes ont validé le contenu du site et les messages proposés. Les éco-organismes ont également accepté de relayer l information sur leur site internet. Une première version du contenu et du layout a été transmise à Ink Studio en octobre afin que l agence puisse commencer à avancer sur les premiers screen du site internet. De nombreux échanges téléphoniques ont eu lieu entre AS et Ink Studio pour validation des premières propositions et ajustements toujours en collaboration avec Casino. Début novembre, Ink Studio a lancé le développement du site qui a été mis en ligne après quelques derniers ajustements le 20 novembre. Le site internet est disponible sur : et se présente ainsi : 38

39 - Une page d accueil (cf. Annexe D9): présentation succincte du projet, accès aux autres pages, encart présentant l évolution du tonnage collecté, vidéo sur le projet et le recyclage, lien direct vers la page dédiée au programme Life, au quizz en ligne, aux 5 produits concernés et un accès direct pour les contacts (suite à votre commentaire dans le courrier adressé le 20/12/2012, l adresse mail des personnes de contact est accessible en cliquant sur les logos Active Sustainable et Groupe Casino).La vidéo utilisée sur le site est la vidéo développée pour le module de formation des directeurs de magasin, elle n a nécessité aucune dépense additionnelle non prévue. - Une page dédiée au projet et au programme Life - Une page dédiée à la campagne de communication intégrant la possibilité de télécharger les outils de communication et de rechercher les magasins Casino participants en fonction du code postal - Une page dédiée aux 5 produits concernées par le projet - Une page présentant la filière de recyclage - Une page en anglais afin de pouvoir diffuser les informations présentées dans les pages françaises dans les autres pays européens non francophones. Suite au courrier de la commission européenne du 19/02/2013, la visibilité du programme LIFE a été renforcée : - La mention du programme LIFE a été surlignée sur le texte d introduction de la homepage. En cliquant sur ce lien «Programme Life», l internaute est redirigé vers la page du site qui présente le programme. - Le logo Life a été ajouté en bas de page sur toutes les pages du site internet. Lors de la préparation de la 2 ème campagne (action B2), une nouvelle page a été créée sur le site internet, pour traiter de l efficacité des ressources naturelles, avec plus de détails. Le site Internet a été relayé à travers des bannières, sur les différents sites des enseignes, ainsi que sur les sites des éco-organismes (cf. Annexe D10). Relais du site de façon permanente : la plateforme des sites Casino le site corporate du groupe Casino Relais du site pendant les 2 campagnes de communication : et les sites des enseignes Géant Casino et Casino Supermarchés Les sites des 31 centres commerciaux du groupe Casino, comme le site de l éco-organisme Corépile Les pages Facebook et Twitter Casino et Produits Casino Le projet a également été visible sur Internet à travers : la page Youtube du groupe Casino, qui a relayé de façon permanente le projet : la création, le 21/03/2013, d une page Facebook dédiée au projet Collect+ : https://www.facebook.com/recyclonsplus. Cette page permettra de relayer les actualités et photos du projet. Le site a été maintenu en ligne et a été actualisé tout au long du projet. Le lien a également continué à être mis en avant lors de communications de dissémination et de mise en réseau du projet. Evaluation des résultats obtenus : 39

40 Le planning de cette action n a pas subi de modification par rapport à la proposition. L équipe projet avait prévu au moment de la proposition de mettre en place une page spécifique dédiée au projet, à l intérieur du site des enseignes Casino (landing page). Lors de la mise en place du site internet, il a été décidé de créer plutôt un site internet dédié avec un url propre au site du projet, afin de le rendre accessible à plus d internautes, sans nécessairement passer par le site Internet des enseignes Casino. Ce site Internet a été complété par un plan de communication digitale significatif pour relayer le projet, l information de la campagne, et pour renvoyer les internautes vers le site Internet. L objectif fixé de 5 millions de connexions correspond donc à un nombre d expositions au projet et d impressions des messages «Collect+» sur Internet (et non des visites directes sur le site). Les différents relais Internet ont permis de totaliser impressions avant et pendant la 1 ère campagne de communication. Ensuite, impressions ont pu être vues sur Internet au moment de la 2ème campagne de communication et jusqu à la fin du projet. Au total donc, le projet a eu impressions sur Internet. Les résultats attendus de 5 millions de connexions n ont pas été atteints. Toutefois, le nombre d impressions sur Internet atteint tout au long du projet reste tout à fait significatif et en cohérence avec les autres résultats obtenus (impact sur le public cible et sur les quantités). L objectif de 5 millions était très élevé et ne reflète en réalité pas les résultats pouvant être atteint sur ce type de campagne. A titre de comparaison, les sites institutionnels des enseignes Géant Casino et Casino Supermarchés totalisent à eux deux environ connexions/semaine, soit sur les 2 semaines de campagnes. Pour le détail des connexions, cf Annexe T28. D un point de vue qualitatif, le site a obtenu un très bon agrément par les parties prenantes et les consommateurs. Action F2 : Panneaux d information LIFE+ Tout au long du projet des affiches présentant le projet COLLECT + et ses objectifs seront visibles sur les 400 sites participants au projet. Une affiche sera déployée par magasin. Responsable de l action : Distribution Casino France Description technique : Les panneaux Life+ ont été intégrés dans les outils travaillés par l agence en charge de la création du logo et du concept de la campagne, dès juin Ils ont ensuite été développés avec l agence de communication externe Gutenberg avec laquelle les assistants de communication ont travaillé sur la préparation de la 1ère campagne (action B1). La durée de vie des outils de communication en magasin est habituellement de 10 à 15 jours. Afin de pouvoir garantir que les panneaux Life+ pourront être maintenus dans les magasins tout au long du projet, il a été choisi de travailler un outil en PVC au grammage de 50/100. L affiche est ainsi assez rigide pour rester en magasin sans être détériorée. D autre part, les magasins ont également de nombreuses affiches et peu d espaces pour communiquer ces informations, nous avons donc développé un panneau Life+ au format A3 40

41 (420*297mm), qui peut s adapter à tous les magasins et notamment les supermarchés qui ont de petites surfaces. Des panneaux Life+ plus grands (format A1, 594*841mm) ont été imprimés et installés dans les 3 sites administratifs de Casino, à St Etienne (2000 collaborateurs), à Paris (250 collaborateurs) et à Croissy Beaubourg (550 collaborateurs). Les panneaux Life+ ont été livrés aux magasins en même temps que les outils de communication de la campagne (action B1), entre le 14 et le 16 novembre. Evaluation des résultats obtenus : Les panneaux Life+ ont été développés selon le calendrier prévu dans la proposition, ce qui a permis de livrer les 400 magasins avant la date de la 1 ère campagne. 420 panneaux ont été imprimés et chaque magasin a donc reçu 1 panneau Life, comme prévu dans la proposition. Ces panneaux ont été réalisés dans un matériau tout à fait qualitatif et solide, et leur taille était adapté à la réalité des magasins qui disposent de nombreuses informations et communications à afficher. Ils ont donc pu être maintenus en place dans les magasins jusqu à la fin du projet, à des endroits différents (au-dessus du bac de recyclage, près de l accueil, dans les salles de pause des collaborateurs, etc.). Les photos des panneaux Life+ installés dans les sites administratifs des bénéficiaires et nos magasins, demandées dans les différents courriers de la Commission Européenne, sont disponibles dans l annexe D11. Modifications techniques et/ou financières / retards / problèmes rencontrés : Aucune modification n a été apportée dans la réalisation de cette action qui a été réalisée dans les délais et a atteint les objectifs. Le coût de fabrication des panneaux Life+ a été réduit par rapport à ce qui était annoncé dans la proposition ( HT versus prévus), notamment du fait de la mutualisation de la fabrication, de l impression et de la livraison avec les autres outils de communication de la 1 ère campagne (Action B1). Action F.4 : Séminaire de restitution Un séminaire COLLECT+ sera organisé pour présenter le projet, ses objectifs et ses résultats, ainsi que les actions qui ont été mises en œuvre tout au long du projet. Ce séminaire aura lieu le même jour que le séminaire Excellence verte 2013 (chaque année, un séminaire "excellente verte" est organisé par le Groupe CASINO, qui réunit les correspondants environnement de tous les métiers du Groupe pour faire le point sur le déploiement des plans d actions, évoquer l actualité réglementaire ou sectorielle et partager les bonnes pratiques). Le séminaire Excellente Verte du Groupe Casino devrait avoir lieu en en novembre 2013 (demi-journée de 9h à 13h), il sera suivi par le séminaire COLLECT + de 14h à 19h. Ainsi, le séminaire COLLECT + pourra bénéficier de l audience du séminaire précédent (qui ne se serait pas forcément déplacée en dehors de ce contexte) en plus de sa propre audience française et européenne. Responsable de l action : Casino Services Description technique : 41

42 Au mois de juin 2013 ; la chargée de projet a commencé à échanger avec certaines personnes du Comité du Pilotage et avec le Responsable Environnement pour programmer le Séminaire de Restitution. Une réunion a été organisée le 12/07 entre le Directeur RSE, le Responsable Environnement et la chargée de projet pour parler de ce Séminaire. En parallèle, la société Astrale a informé la chargée de projet le 05/08/13 qu une visite serait organisée les 4 et 5 Novembre pour l équipe Astrale et pour la Commission européenne. Il a donc été décidé d organiser le Séminaire de restitution lors de cette visite, le lundi 4 Novembre Le Responsable et la Chargée de projet ont défini le programme du Séminaire, dans l objectif d adresser la question de «L évolution du recyclage des produits usagés en France et en Europe», et du rôle d un distributeur comme Casino dans ce dispositif. Les intervenants externes ont été sollicités par le responsable Environnement. Invitations : Environ 70 personnes ont été conviées et invitées à participer. Une invitation électronique a été diffusée à partir du 25/09, par les membres du Comité de pilotage, la chargée de projet et Active Sustainable : - Collaborateurs, correspondants RSE, experts Environnement internes - Eco-organismes : Recylum, Ecosystèmes, Corépile, Armor Acteurs régionaux sur le sujet de l environnement : ADEME Rhône Alpes, FCD (Fédération du Commerce et de la Distribution), ENVIE Loire, AD Environnement, Autres parties prenantes : Groupe Seb, GreenFlex Au niveau Européen, Eurocommerce a également été invité. L équipe Communication de LIFE+ AEIDL a été informée de la tenue du Séminaire. Agenda : Afin d élargir le sujet et d apporter un contenu riche d information pour les participants, il a été décidé de faire intervenir des participants externes lors du Séminaire de Restitution. Ci-dessous l agenda du Séminaire et les intervenants : - Les nouveaux enjeux de la gestion des déchets en France et en Europe - Jérôme d Assigny, Directeur régional adjoint de l ADEME Rhône-Alpes - La politique Déchets du Groupe Casino et les initiatives mises en place - Eric Pacquet, Directeur Environnement du groupe Casino - Présentation du projet Collect+ o Laura Pires, chargée de projet Collect+ o Annabel Tysiac, directrice de la Communication o André Petat, directeur Simplification et o Amélioration du Fonctionnement Supers o Afida Aliti, directrice du magasin Géant Casino de Davezieux o Stéphane Joiris de Caussin, Président Active Sustainable - Présentation des Résultats - Eric Montazel, Managing Director Retail & Shopper Insight, TNS SOFRES - Témoignage de la collaboration avec Casino Christian Brabant, DG d Eco-systèmes (écoorganisme en charge des DEEE et téléphone portables) - Conclusion Matthieu Riché, Directeur RSE du groupe Casino 42

43 Le Séminaire s est donc tenu le lundi 4 Novembre 2013 au siège social du groupe Casino à St Etienne, de 14h à 16h30. Environ 40 personnes étaient présentes. Francois DELCUEILLERIE et Martine VER-EYCKEN, représentants du Programme LIFE étaient présents, ainsi que Brice VAN HAAREN du cabinet Astrale. 43

44 Comme demandé dans le courrier de la CE du 30/01/2014, ci joint l invitation du Séminaire de restitution (disponible également dans l annexe D12) : Evaluation des résultats obtenus : Le Séminaire s est très bien déroulé et les retours des participants ont été très satisfaisants. Les intervenants externes ont également apprécié de pouvoir participer à cet échange. Suite à ce Séminaire, Philippe Joguet, Directeur Développement durable de la FCD, nous a convié à intervenir lors d une réunion Environnement devant tous les acteurs de la distribution, afin de partager notre expérience. Cette présentation a eu lieu le mercredi 5 février Modifications techniques et/ou financières / retards / problèmes rencontrés : Il n y a pas eu de modifications sur ce projet, qui n a pas nécessité de budget. 44

45 Progress made with the established time schedule 45

46 Actual Action 9 Deuxième campagne Proposed Actual Action 10 Formation des directeurs et employés Proposed Actual Action 11 Formation des animateurs Proposed Actual Action 12 Impact sur le public cible Proposed Actual Action 13 Impact sur le problème environnemental Proposed Actual Action 14 Site web Proposed Actual Action 15 Panneaux Life Proposed Actual Action 16 Rapport destine aux non initiés Proposed Actual 46

47 Actual Action 17 Séminaire de restitution Proposed Actual Action 18 Dissémination du projet et de ses résultats Proposed Actual 5.2 Evaluation of Project Implementation 47

48 5.3 Analysis of long-term benefits 1. Environmental benefits a. Direct / quantitative environmental benefits: Action E1 : Suivi de l'impact de la campagne sur le public cible Cette action vise à suivre l impact du projet sur le public cible les consommateurs clients des 400 magasins CASINO participants au projet. Ce suivi sera principalement assuré sous la forme d enquêtes réalisées sur un panel des consommateurs clients des magasins CASINO. Les visites de terrain et les comptes rendus rédigés par les animateurs (actions C.1 et C.2) seront également pris en considération. D'autre part les rapports rédigés à l'issue des visites sur sites (action A.2) effectuées par le chargé de projet, ou par les directeurs régionaux, durant les campagnes de communication (actions C.1 et C.2) seront pris en compte, tout comme les ceux établis par les animateurs lors de leur journée d'animation dans les hypermarchés. Responsable de l action : Distribution Casino France Description technique : Etudes terrain Les équipes spécialisées dans l analyse et le pilotage des études au sein du Marketing de Distribution Casino France ainsi que la chargée de projet ont finalisé, courant juin, un cahier des charges pour interroger des sociétés externes spécialisées capables de répondre à l enquête à réaliser pour évaluer l impact du projet Collect+ sur le public cible. 3 sociétés ont répondu à l appel d offres et ont fait part de leurs propositions de méthodologie et de budget sur cette action : Sofres, IFOP et Enov. Le 05/07/2012, il a été décidé de travailler avec Sofres sur ce projet. D une part, Sofres propose une approche qui répond à notre demande : - avec 2 phases avant et pendant l opération, - sur des tailles d échantillons suffisantes afin d avoir une lecture plus fine sur les personnes sensibles à l environnement, - et avec l ajout d une cible de 100 participants aux animations dans les magasins Géant Casino. D autre part, Sofres a des références sur des études environnementales auprès d institutions nationales et européennes, et également des benchmarks sur la performance des opérations. IFOP n a pas été retenu par les raisons suivantes : la méthodologie ne nous convient pas : avec seulement une phase après opération avec une comparaison des personnes exposées / non exposées pour mesurer l impact. et le budget s élève au-delà des 40k prévus pour cette action. Enfin, Enov n a pas été sélectionné car ce cabinet a des références en environnement essentiellement auprès d acteurs locaux, alors que Sofres a davantage de références auprès des institutions nationales et européennes sur le sujet. 48

49 La Sofres, en lien avec les équipes Etudes de DCF et le chargé de projet ont élaboré un sondage d enquête afin de mesurer et de suivre l impact des campagnes de communication et du projet sur les consommateurs clients des magasins participants. Ce sondage, sur la base d un questionnaire, permet de comprendre : les attitudes des consommateurs vis-à-vis du recyclage la connaissance des bons gestes de tri, des pictogrammes, pour chacun des produits concernés par la campagne l intérêt et les attentes des consommateurs, notamment vis-à-vis de Casino la visibilité, la perception et l impact des campagnes de communication mises en place l image de Casino et des actions menées sur l environnement Afin de mener les enquêtes terrain, les équipes DCF ont identifié 9 hypermarchés Géant Casino et 9 supermarchés Casino Supermarchés pour effectuer l étude. Cet échantillon de 18 magasins sont des magasins représentatifs dans la mise en place d opérations, avec un flux de clients suffisants, et ils présentent des profils de localisation et de clientèle variés, afin d avoir un échantillon représentatif de notre parc de magasin et de la population française. Leur localisation est détaillée dans l Annexe T23. Point 0 avant l opération La 1ère phase de l étude s est déroulée les 23 et 24 octobre Elle a pour objectifs d évaluer le niveau de compréhension des messages et l intention de participer des clients avant les campagnes de communication. 600 entretiens ont été menés dans les magasins sélectionnés. Point 1 pendant l opération La 2ème phase de l étude a eu lieu dans les mêmes 18 magasins, pendant la 1 ère campagne de communication. 700 entretiens ont eu lieu, avec la répartition suivante : 300 entretiens en SM entretiens en HM entretiens supplémentaires en HM sur l animation. Point 2 après l opération Enfin, une nouvelle phase de 300 entretiens a été réalisée après la 2 ème campagne de communication (Action C2), afin de mesurer l impact de la campagne sur le public et l évolution de l impact par rapport à la campagne C1. Ces 300 entretiens ont été réalisés dans 10 magasins, choisis parmi les 18 magasins des phases précédentes entretiens ont donc été réalisés au total tout au long du projet, soit 200 entretiens supplémentaires que les résultats attendus. Le nombre d entretiens réalisés pour chaque phase a été défini suivant les recommandations de la Sofres et de nos équipes Etudes et sera expliqué ci-dessous dans la partie «Modifications techniques et/ou financières / retards / problèmes rencontrés». Le rapport de la Sofres (Annexe T24) permet ainsi de voir l évolution des indicateurs et des résultats, avec une tendance avant/pendant/après tout à fait intéressante pour comprendre l impact de la campagne sur le public cible. Enquêtes en ligne Afin de compléter cette enquête qualitative terrain, DCF a également mis en place un questionnaire en ligne sur les vagues de panels Casino. Ce panel, constitué au 31 décembre 2012 de 7027 panélistes habitant dans la zone de chalandise d un ou plusieurs de nos magasins, est régulièrement sollicité pour répondre à des études en ligne sur divers sujets (comportements et habitudes d achats, impact du prix ou de la promotion, connaissance du bio, etc.) 49

50 Les équipes Etudes de DCF et le chargé de projet ont finalisé le 18/10/2012 les questions relatives au recyclage des produits usagés, qui ont été intégrées dans 3 vagues de questionnaires en ligne, en octobre 2012, décembre 2012, puis en avril personnes ont été interrogées en moyenne sur chaque vague. Ces enquêtes permettent d avoir un éclairage différent de la connaissance des Français sur ces questions. Le même questionnaire est disponible sur le site internet du projet (http://recyclonsplus.eu/fr/campagne.html, rubrique La Campagne/Outils de communication, cliquez sur Questionnaire en ligne). Les internautes ont la possibilité de répondre à ce questionnaire et de le renvoyer s ils le souhaitent. Evaluation des résultats obtenus : Ci-dessous les conclusions des différentes phases de l enquête Sofres : Les clients sont bien sensibilisés sur les questions environnementales et impliqués et déclarent recycler régulièrement (surtout au niveau des déchets ménagers). Le nombre de clients qui trient leurs déchets a significativement augmenté entre 2012 et Les clients plébiscitent à plus de 90% le principe de collecte des produits usagés dans les Hyper et Supermarchés et l opération a été une incitation positive au recyclage tout au long du projet L opération confirme sa bonne performance : l opération a bien émergé en magasin, car en moyenne 25% des consommateurs disent avoir vu l opération (versus une moyenne standard de 20% selon TNS Sofres), les outils et les messages ont plu, et la répétition des actions a permis d améliorer la connaissance du dispositif de recyclage en magasin L animation permet d apporter des informations complémentaires et de susciter davantage d envie de recycler, elle constitue un véritable levier d engagement des consommateurs. Les attentes complémentaires résident dans l information sur les produits que l on peut recycler, la bonne visibilité et maintenance des bacs, qui doivent continuer à être renforcées. Tous les rapports et résultats du suivi de l impact sur le public cible sont présentés dans les annexes T24 et T25. Comme demandé dans votre courrier du 30/01/2014, voici le détail de tous les chiffres qui ont été présentés dans l étude finale de TNS Sofres : Utilisation des bornes de collecte : depuis le démarrage de la campagne, l hyper et supermarché ont renforcé leur position en tant que principal lieu de collecte (77% avant les campagnes versus 93% après les campagnes) Image de la mise en place de la collecte des produits usagés en magasin : - 77% des personnes interrogées affirment : «On comprend bien à quoi servent les bornes de ce magasin dès qu'on les voit» - 69 % disent que «Les bornes sont propres et en bon état dans ce magasin» - 45% trouvent que «les bornes sont suffisament visibles dans le magasin» - 97% des clients trouvent que «la mise en place des bornes est une bonne idée» - 90% des clients trouvent qu une borne devrait être mise en place systématiquement - 83% pensent qu il faudrait un meilleur affichage en HM et SM pour mieux informer les clients Émergence de l opération en magasin : 39% des clients ont vu l opération dans les magasins Géant et 20% l ont vu dans les supermarchés (versus norma TNS : 20% ont vu au moins un support visuel de l opération) Agrément vis-à-vis de l opération au global : l opération a tout à fait plu ou plu à 86% des clients Géant et à 67% des clients Casino (résultats sur la 2 ème campagne) 50

51 Les supports ont été appréciés et répondent à un besoin d information fort sur ce sujet : - 91% trouvent les messages clairs, faciles à comprendre - 90% trouvent le contenu instructif et intéressant - 68% déclarent avoir «envie d en savoir + sur la collecte et le recyclage des produits usagés» - 61% déclarent avoir «envie de parler de recyclage autour de moi» - 90% des personnes qui ont vu l opération déclarent avoir envie de recycler davantage,versus 73% pour les personnes qui n ont pas vu l opération. Les résultats des enquêtes en ligne ont apporté des informations complémentaires sur la perception des Français. Les 2 rapports effectués (1 rapport présentant les résultats des vagues de Novembre et Décembre 2012, 1 rapport présentant les résultats de la vague d Avril 2013) sont disponibles dans l Annexe T25. Ils permettent de renforcer les tendances tirées des enquêtes terrain, comme : L engagement des répondants dans le tri de leurs déchets est fort : 90% des répondants trient régulièrement et 65% systématiquement. Les principales raisons de ce geste, devenu une habitude pour la plupart, sont la protection de l environnement (56%), la réutilisation des matériaux (34%) et la réduction des déchets (22%). Les bornes de collecte mises en place par les enseignes sont plutôt bien repérées par les clients principaux (+de 80%). 84% des clients principaux de Géant ont constaté la présence de ce dispositif en Avril Toutefois, les consommateurs déclarent que certains bornes de collecte pour des produits spécifiques (néons, cartouches, lampes à incandescence) sont moins visibles. Les répondants estiment que les enseignes de la grande distribution ont la responsabilité d informer et d encourager les clients à la récupération de produits usagés (99%). D autre part, les animateurs et animatrices qui ont discuté avec les consommateurs ont également transmis un registre de leurs contacts. Une synthèse des animations a été réalisée, et a été présentée dans les actions C1 et C2 (Annexes T16 et T18). Les retours des animateurs viennent conforter les résultats. Ainsi, lors de la 2 ème campagne de communication, 87% des consommateurs déclarent déjà connaître l importance du recyclage et les produits usagés à recycler. La disponibilité et la perception des consommateurs sont jugées comme bonnes par les animateurs : 87% des consommateurs se montrent encore disponibles et à l écoute de l animateur/rice, et apprécient d être informés d un service parfois méconnu. En effet, la plupart recyclent déjà les lampes et les piles mais sont peu au fait du recyclage des portables et petits électroménagers. Tous ces résultats ont permis de démontrer l intérêt porté par les Français, mais aussi leur besoin d information pour adopter les bons gestes de recyclage pour toutes les catégories de produits usagés. Les campagnes de communications ont été visibles, comprises et bien perçues, et les animations ont permis de renforcer l incitation au recyclage des consommateurs. Toutefois, il est important de rappeler qu il s agit ici de résultats basés sur du déclaratif des consommateurs : il y a en effet toujours un décalage entre le déclaratif et le comportement, et les raisons évoquées par les consommateurs qui expliquent ne pas recycler sont toujours exogènes («les bacs ne sont pas assez visibles»). Un calcul a été fait pour déterminer le nombre de personnes ayant augmenté leur prise de conscience sur le recyclage grâce aux campagnes de communication. Pour cela, il a été calculé le pourcentage de personnes qui ont déclaré avoir tout à fait l intention de recycler davantage parmi les clients interrogés qui ont vu l opération. Un taux de 10% supplémentaire a été ajouté, afin de prendre en compte la proportion de consommateurs qui entrent dans le magasin et n achètent pas de produits (et 51

52 ne sont donc pas comptabilisés dans les tickets clients). Enfin, ce pourcentage a été appliqué au nombre de tickets clients des enseignes pendant les 2 campagnes de communication. Cela donne qu au total clients déclarent avoir changé leurs comportements, dont : Sur la 1 ère campagne : consommateurs Sur la 2 ème campagne : consommateurs Modifications techniques et/ou financières / retards / problèmes rencontrés : La quantité et la répartition des entretiens de l enquête terrain ont été modifiées par rapport au dossier, sur la base des recommandations des équipes de la Sofres spécialistes de ce type d études : Point 0 : 600 entretiens (au lieu de 700 dans la proposition). Cette quantité permettait d avoir un échantillon significatif et suffisant avant les opérations de communication. Point 1 : 700 entretiens ont été menés (au lieu des 350 prévus dans la proposition), afin de renforcer l étude et de mesurer précisément l impact de la campagne de communication. En effet, la 1 ère campagne de communication de Novembre 2013 a été le temps fort le plus important de la communication : Le dispositif de communication mis en place pendant cette opération (Action B1) est identique dans tous les magasins et est le plus important. Cette campagne a largement été préparée par toute l équipe projet et les équipes opérationnelles en magasin ont été largement informées et sensibilisées. De plus, la 1ère campagne de communication a eu lieu pendant la Semaine Européenne de Réduction des Déchets organisée par l ADEME, qui constitue un temps fort médiatique sur le thème des déchets et du recyclage en France. Ces 700 entretiens ont permis d évaluer significativement l impact sur le public cible dès la campagne C1. Les résultats de cette enquête ont ainsi pu être utilisés pour tirer des enseignements de la 1ère campagne et préparer la 2ème campagne de communication (Action C2). C est pour ces raisons que la Sofres, en lien avec les équipes Etudes et la chargée de projet ont proposé au Comité de Pilotage d augmenter le nombre d entretiens sur cette 1 ère campagne. Point 2 : D autre part, il a été considéré qu il était plus pertinent de coordonner ensuite de nouveaux entretiens post-campagne plutôt que lors de la 2 ème campagne de communication. 300 entretiens supplémentaires ont donc été réalisés après l opération afin de valider une nouvelle fois les résultats obtenus pendant la campagne, et d avoir une vision plus précise de l évolution de l impact sur le public cible. Le budget additionnel nécessaire à la mise en place de ces entretiens s élève à HT. Ce montant est inférieur à et représente moins de 10% du budget «Assistance Externe». Il a pu être engagé sans augmentation du budget global du projet, notamment grâce aux économies faites sur l action D2. Concernant les questionnaires transmis via le panel en ligne, 3 questionnaires ont été transmis tout au long du projet, au lieu de 4 : Selon les équipes Etudes spécialistes de l analyse et de l évaluation de l impact des projets et opérations mises en place par Casino, 3 enquêtes sont suffisantes pour obtenir des résultats significatifs : 1 vague avant les campagnes (réalisée en octobre 2012), 1 vague après la 1 ère campagne (mi-décembre 2012) et 1 vague après la 2 ème campagne, en Avril Les enquêtes terrain et en ligne ont été mises en place selon le planning prévu, et de façon cohérente par rapport aux objectifs fixés dans la proposition. 52

53 Action E2 : Suivi de l'impact de la campagne sur le problème environnemental L action E.2 a pour objectif de suivre l évolution de l impact du projet COLLECT+ sur l environnement. Les résultats attendus dans le cadre de cette action sont doubles : il s agit de montrer que la mise en œuvre du projet COLLECT + permet non seulement une augmentation du volume de déchets collectés visés par le projet (par rapport à 2011), mais que grâce au recyclage des déchets collectés une grande quantité d émission de CO2 aura pu être évitée. Il s'agit de mesurer l'évolution de la collecte des 4 types de déchets cibles (piles & batteries, cartouches d'encre, téléphones mobiles et petits électroniques) dès le lancement de la première campagne, le 21 novembre 2012 à la fin du projet, le 20 décembre Responsable de l action : Distribution Casino France Description technique : Suivi des quantités collectées : Les éco-organismes sont des sociétés privées agréées par l Etat chargées de récupérer les produits usagés collectés dans les magasins, puis de contrôler que les produits collectés sont dépollués et recyclés dans des usines de traitement adaptées. Chaque filière et produit est pris en charge par un éco-organisme différent : Eco-systèmes pour les petits appareils électriques et électroniques et les téléphones portables, Recylum pour les lampes basse consommation, Corépile pour les piles. Dans le cas des cartouches d encre, ce sont des sociétés de collecte qui se chargent d assurer le traitement des cartouches. Plusieurs acteurs se partagent ce marché : Armor, Collectors et Récup Cartouches sont les sociétés avec lesquelles Casino travaille sur son parc de magasins. La collaboration avec les éco-organismes est un facteur clé de succès dans la réussite du projet Collect+. La chargée de projet et le responsable Environnement ont donc rencontré tous les écoorganismes, dès juillet 2012 afin de leur présenter le projet et de préparer le travail de suivi de l impact sur l environnement. Les éco-organismes ont pour obligation contractuelle de peser tous les produits usagés qu ils récupèrent, afin de disposer de ces informations pour l Etat et les pouvoirs publics, pour les distributeurs et pour les fabricants. Les sociétés de collecte de cartouches d encre comptabilisent le nombre d unités collectées. Les informations de quantités de produits collectés dans les 400 magasins participants au projet sont donc disponibles auprès de chaque éco-organisme ou société de collecte. Le 02/10/12, le responsable Environnement et le chargé de projet ont fait la demande par mail aux différents éco-organismes des derniers chiffres de quantités collectés au cours de l année 2011, afin de pouvoir avoir l historique des données par catégorie de produit. Toutes ces informations ont été consolidées dans une base de données, qui permet de suivre les quantités collectées. Tout au long du projet, les éco-organismes et les sociétés de collecte ont été sollicités pour envoyer leurs données mensuellement, afin de pouvoir piloter l évolution globale des quantités collectées. Plusieurs points d étape ont été effectués : avant l opération, à fin janvier 2013, à fin juin 2013 et à la fin du projet. A la fin du projet, il a été demandé aux éco-organismes de transmettre de façon officielle leurs rapport de quantités collectées sur la durée du projet, de façon à permettre aussi d évaluer les 53

54 différences au long des 2 campagnes de communication. Les rapports des éco-organismes se trouvent en Annexe T26. Organisation du challenge magasins : Un challenge magasins a été organisé pour renforcer l implication des équipes magasins lors de la 2 ème campagne. Le Comité de pilotage du projet a sélectionné les gagnants parmi les magasins participants. Les fonctions et connaissances nos enseignes et magasins des membres du Comité de pilotage ont été particulièrement importantes pour évaluer les magasins. 4 magasins hypermarchés et supermarchés ont été sélectionnés et récompensés pour leur participation. Ci-dessous les dotations qui ont été remises aux magasins gagnants : Un trophée personnalisé pour le magasin (les trophées sont une marque de reconnaissance appréciée des équipes magasins) Une mise en avant des magasins gagnants dans le magazine Regards de juillet 2013 (magazine interne au groupe Casino diffusé à collaborateurs) (Partie 7.5 Annexe 28a) Des dotations de la Fondation GoodPlanet (Fondation d intérêt général fondée par le photographe Yann Arthus Bertrand) : 1 livre «L Homme et la mer» et 10 livres sur la biodiversité par magasin. Le groupe Casino est partenaire de la Fondation GoodPlanet qui agit en France et dans le monde à sensibiliser le grand public aux sujets environnementaux Les magasins gagnants ont été contactés personnellement par le Directeur RSE le 24/05/2013. Une communication a été faite en ligne à l ensemble des collaborateurs du Groupe, ainsi que dans le magazine Parcours interne de Septembre 2013 (cf. Annexe D8) Evaluation des résultats obtenus : Concernant le suivi des quantités collectées, le planning prévu a été maintenu et la mise en place d une scorecard de suivi des quantités collectées a permis de suivre les indicateurs tout au long du projet. Les résultats attendus étaient présentés dans le dossier sur la base de taux de croissance par catégorie, sur 2012 versus 2011 et sur 2013 versus Les quantités collectées en 2011 qui avaient été publiées en tonnage dans le dossier ont été revues, car il s agissait dans le dossier d estimations faites par les éco-organismes. Ci dessous le tableau récapitualitf des évolutions des quantités collectées, par type de produit, avec le détail des résultats attendus et de ceux des résultats obtenus entre 2011 et 2013 : Réalisé 2011 Prévu dossier (%) Réalisé % 2012 vs 2011 % 2013 vs 2012 DEEE % 12% % 0% Piles 185,6 12% 15% % -1% Cartouches 22,3 12% 12% 20,99 24,37-6% 16% Lampes 10, , % 74% TOTAL 323,3 387,29 403,37 Evolutions par année 20% 4% Evolution entre 2011 et % Entre 2011 et 2013, la quantité globale de produits usagés a donc augmenté de 25%, avec une très forte augmentation en 2012 versus Les évolutions ont cependant été très différentes d une catégorie à l autre : la croissance des quantités collectées a été moins forte ou négative pour les piles et les cartouches. En effet, ces produits connaissent aujourd hui une forte baisse de mise en marché en France, et notamment par les 54

55 grandes surfaces. D autre part, dans le cas des piles, la collecte des piles en France existe depuis près de 20 ans, avec de nombreux points de collecte, et ce processus arrive aujourd hui à maturité. Il est donc difficile de pouvoir envisager des taux de croissance très important sur la collecte de ce produit. Les DEEE et téléphones portables ont connu une très forte croissance de collecte en 2012, notamment grâce à la campagne de communication mise en place dans le cadre du projet. La collecte de lampes a été quant à elle en forte augmentation dans les magasins Casino sur 2012 et aussi sur De plus amples explications sur ces résultats ont également été fournies sur les résultats des 2 campagnes (actions C1 et C2). En ce qui concerne la mise en place du challenge magasins, les modifications apportées n ont pas d impact sur les objectifs de cette action, et ont même permis de renforcer l implication des équipes magasins autour du projet Collect+. Les magasins qui ont transmis un dossier complet pour participer ont fait preuve d une forte implication et d une grande mobilisation (cf Action B2). Leurs actions ont contribué à renforcer la visibilité de l opération auprès des consommateurs et à passer les messages de la campagne. Modifications techniques et/ou financières / retards / problèmes rencontrés : Suivi des quantités collectées : Le suivi des quantités collectées et l actualisation de la base de données a été fait tout au long du projet. Toutefois, il n a pas été fait mensuellement, car les informations n ont pas toujours été transmises par les éco-organismes. En effet, ceux-ci ont l habitude de transmettre au groupe Casino et aux distributeurs uniquement les informations consolidées à fin d année. Les éco-organismes ont bien transmis les informations plusieurs fois tout au long du projet, à la demande de la chargée de projet, mais de façon irrégulière. D autre part, il s est avéré très difficile de récupérer les données de collecte de cartouches d encre avec certaines sociétés de collecte. Parmi les 3 sociétés de collecte partenaires du Groupe Casino, seule une a transmis le détail des informations détaillée (société ARMOR). Les 2 autres sociétés n ont communiqué qu un chiffre annuel global, pris en compte dans les résultats ci-dessus. C est pour cette raison que les résultats détaillés dans les actions C1 et C2 pour les cartouches d encre ne prennent en compte qu une part des quantités collectées. Les quantités collectées ne sont comptabilisés par les éco-organismes que lorsque que la demande d enlèvement du magasin a été traitée et finalisée. Or les éco-organismes requièrent un minimum de quantités dans les bacs avant de venir chercher les produits en magasins. Les demandes d enlèvement ont donc lieu uniquement lorsque le magasin a rempli son contenant de produits usagés (fût en réserve pour les piles, palette pour les DEEE, etc.). Cela peut prendre plusieurs semaines ou plusieurs mois pour un supermarché par exemple. Il était donc plus pertinent de suivre les données de façon trimestrielle que de regarder les évolutions mois par mois, car cela peut varier beaucoup selon les demandes d enlèvement des magasins. Organisation du challenge magasins : Toutes les modifications relatives au challenge magasins ont été soumises à la Commission européenne dans le courrier du 22/02/2013. La Commission Européenne a répondu dans son courrier du 03/05/2013, acceptant ces ajustements. 55

56 Critères d évaluation des gagnants : Il avait été mentionné dans le dossier que le tonnage de produits usagés collectés durant la campagne rapporté au nombre de passages en caisse permettrait de déterminer les magasins qui auraient été les plus efficaces. Il était également mentionné que la région (1 hypermarché et 1 supermarché) qui aurait récupéré le plus de produits usagés serait récompensée dans le cadre du challenge magasins. Cependant, les remontées des quantités collectées par les éco-organismes nécessitent un délai pour être consolidées et transmises, étant donné la complexité du processus de stockage, d enlèvement puis de traitement des quantités collectées et il n est pas possible de suivre précisément la quantité de produits collectés sur une période de 10 jours comme celle de la campagne (du 27/03 au 06/04). Il ne nous semble donc pas opportun d utiliser ce critère quantitatif pour sélectionner les magasins gagnants de ce challenge. Les magasins ont donc été évalués sur le retour qualitatif des actions de sensibilisation et les animations qui ont été librement mises en place par chaque magasin. Nombre de magasins gagnants : il semble plus pertinent de récompenser le magasin pour son implication plutôt que la région. Il a donc été choisi de récompenser 4 magasins, soient 2 hypermarchés et 2 supermarchés, plutôt que 2 magasins et 1 région. Ce nombre de magasins gagnants a été déterminé afin de pouvoir récompenser un nombre significatif de collaborateurs (4 magasins récompensés pour 400 magasins participants). Ce dispositif prend en compte les enseignements et facteurs clés de succès tirés du dernier challenge magasins réalisé par les équipes Ressources Humaines Dotations pour les magasins gagnants : Il était prévu d offrir aux vainqueurs des invitations pour assister à l un des concerts de Katie Melua lors de sa tournée à Paris en 2013 (Katie Melua est une artiste fortement engagée dans la protection de l environnement et a été désignée Ambassadrice du Développement Durable). Le concert a été annulé et nous avons donc du trouver une alternative pour récompenser les magasins. D autre part, l expérience de Casino dans l organisation de challenge magasins a démontré qu il est important de pouvoir valoriser le travail de l équipe et donc de récompenser collectivement tous les collaborateurs du magasin qui ont contribué à l opération. Les places de concert ont été remplacées par des dotations qui récompensent tous les collaborateurs qui ont contribué à l opération pour leur travail d équipe (cf supra). Ces dotations représentent au total un budget de HT et elles ont été développées par des prestataires externes. Ce montant pourra être engagé dans le cadre du projet étant donné les économies réalisées sur d autres actions. b. Relevance for environmentally significant issues or policy areas (e.g. industries/sectors with significant environmental impact, consistency with 6EAP or important environmental principles, relevance to the EU legislative framework (directives, policy development, etc.) Le projet COLLECT + contribuera à l'objectif à long terme de l'ue de transformer l'europe en une économie de recyclage visant à l'utilisation des déchets recyclés comme une nouvelle ressource. En effet, plusieurs législations en vigueur visent à augmenter le taux de recyclage des produits usagés : DEEE, directive 2002/96/CE, pour la collecte et le recyclage des équipements électriques et électroniques ; directive 2006/66/CE pour la collecte et le recyclage des piles et accumulateurs. La législation prévoit la création de systèmes de collecte permettant aux consommateurs de retourner gratuitement leurs produits usagés. 56

57 En dépit de ces règles, seul un tiers de ces produits est collecté et traité de façon appropriée. Une partie des deux tiers restants continue d être envoyé vers les décharges et les sites de traitement non appropriés au sein ou en dehors de l'union européenne. Le projet Collect+ répond donc aux attentes des politiques européennes en matières de réduction des déchets et vient appuyer de façon opérationnelle les initiatives mises en place pour atteindre les objectifs fixés par la Commission européenne. 2. Long-term sustainability a. Long-term / qualitative environmental benefits Le projet Collect+ vise entre autres objectifs à sensibiliser les consommateurs et faire évoluer les comportements des Français quant à la gestion durable de leurs déchets, et notamment des produits usagés. Il a été expliqué ci-dessus en quoi le traitement des produits usagés permet de réduire leur impact sur l environnement. Dans le cadre du projet, plus de consommateurs ont changé leur comportement et adopté les bons gestes de recyclage. Le plan après-life prévoit de poursuivre ces actions, et de maintenir une sensibilisation importante pour changer les comportements de toujours plus de collaborateurs. Le projet Collect+ permet donc non seulement d'augmenter le taux de collecte, mais d'augmenter aussi le taux de recyclage et par conséquent de réduire l impact des produits sur l environnement. b. Long-term / qualitative economic benefits (e.g. long-term cost savings and/or business opportunities with new technology etc., regional development, cost reductions or revenues in other sectors) Dans une vision plus long terme, le projet Collect+ participe à la gestion des ressources durables car au-delà du recyclage, l'efficacité des ressources et la substitution jouent également un rôle dans l'apaisement de la dépendance aux matières premières primaires et importation. Il est donc pertinent de considérer que ce projet pourra aussi avoir des conséquences économiques importantes pour l Europe. c. Long-term / qualitative social benefits (e.g. positive effects on employment, health, ethnic integration, equality and other socio-economic impact etc.) Comme évoqué ci-dessus, l engagement de l'ue à valoriser et recycler les déchets a pour objectifs le respect de l'environnement mais aussi la santé humaine. Une meilleure gestion des déchets permet de réduire les impacts négatifs sur l'environnement mais aussi sur la santé qui sont dus aux émissions de l air, du sol et de l'eau ainsi que les émissions de gaz à effet de serre dû à l'élimination des déchets. Le projet Collect+ contribue donc à cet objectif de respect de la santé humaine. D autre part, il a été présenté dans le projet toute la chaîne de valeur existante en France qui permet une bonne gestion des produits usagés. Au-delà du consommateur et des magasins, chaque catégorie est prise en charge par un éco-organisme, qui sollicite lui-même des prestataires de transport, des usines de traitement et de fabrication tout au long du cycle de vie du produit. L augmentation significative des quantités de produits collectés pourra donc avoir un impact économique sur l emploi, permettant de générer de nouvelles structures et de nouveaux emplois pour assurer la collecte et le traitement des produits. 3. Replicability, demonstration, transferability, cooperation: Transferability & potential for commercialisation, including cost-effectiveness compared to other solutions, benefits for 57

58 stakeholders, drivers and obstacles for transfer, if relevant: market conditions, pressure from the public, potential degree of geographical dispersion, specific target group information, high project visibility (eye-catchers), possibility in same and other sectors on local and EU level, etc. Les messages et outils qui ont été développés pour la mise en place du projet Collect+ sont des messages non commerciaux et volontairement universels. Les enjeux et les problématiques étant très similaires, de telles campagnes pourraient être mises en place dans tous les autres pays d Europe, et par d autres acteurs de la distribution, des collectivités locales ou des sociétés de collecte. Tous les outils développés dans le cadre du projet Collect+ sont des outils classiques de communication (affiches, totems, brochures, site internet, etc.) et de formation (modules e-learning). Ils ont été développés en suivant les dispositifs développés par Casino pour d autres opérations, avec des prestataires extérieurs partenaires. Le coût de ces outils a été étudié selon les coûts habituels des autres actions de communication. Il s agit donc d un schéma classique, qui peut être reproduit facilement, et avec un budget raisonnable pour une campagne de communication. Les résultats sur l impact sur le public cible ont démontré la forte émergence de l opération, sa bonne acceptation par les consommateurs, et sa capacité à inciter les consommateurs à recycler davantage. La principale difficulté reste toutefois l implication réelle des consommateurs, et le changement de leurs comportements : malgré un taux déclaratif important, certains consommateurs ne passent pas à l action lorsqu il s agit de recycler. Le contexte de crise économique en France peut également avoir un effet sur le comportement des consommateurs, et une moindre préoccupation pour le respect de l environnement. La répétition des campagnes et des messages semble être le facteur clé de succès nécessaire pour réellement faire changer le comportement des consommateurs sur la durée. 4. Innovation and demonstration value: Describe the level of innovation, demonstration value added by EU funding at national and international level (including technology, processes, methods & tools, organisational & co-operational aspects); L information et la sensibilisation sur le recyclage en France étaient menées jusqu à présent par les pouvoirs publics (ADEME, collectivités locales) et les éco-organismes, en charge du traitement d une catégorie de produits. Les magasins, maillon central de la chaîne de recyclage, n avaient jamais pris part à ces actions. C est la 1 ère fois, dans le cadre du projet Collect+ et grâce au soutien du programme LIFE, qu un distributeur prend la parole pour informer et sensibiliser ses clients à l importance du recyclage des produits usagés. Cette initiative a permis à la fois de mobiliser les collaborateurs des magasins, de les former, et aussi de s adresser de façon cohérente et plus visible à nos clients, en profitant de l expertise des enseignes en termes de communication et de promotion en point de vente. Les campagnes ont donc eu plus grande visibilité. D autre part, Casino a pris la parole de façon unifiée sur les 5 types de produits usagés que sont les piles et accumulateurs, lampes basse consommations, DEEE, téléphones portables et cartouches d encre. Cela constitue une innovation car jusqu à présent chaque éco-organisme prenait la parole sur son produit. Pour le consommateur, pour qui le geste à adopter est le même pour tous ces produits, cela a également permis de clarifier et de rendre plus lisible la communication. 58

59 5. Long term indicators of the project success: describe the quantifiable indicators to be used in future assessments of the project success, e.g. the conservation status of the habitats / species. Le projet Collect+ sera poursuivi par les bénéficiaires avec l objectif de continuer à sensibiliser les consommateurs sur les bons gestes à adopter pour recycler les produits usagés et donc réduire leur impact sur l environnement. La collaboration avec les éco-organismes qui a été instaurée dans le cadre du projet Collect+ a établi des liens très étroits entre les enseignes et ces acteurs, qui vont perdurer. D autre part, les collaborateurs ont été formés, ont compris l importance de bien gérer les produits usagés, et cela aussi un effet sur le long terme sur la gestion des bacs de recyclage en magasins. Les principaux indicateurs qui seront significatifs pour poursuivre le projet sont : - Le nombre de consommateurs qui déclarent recycler ou vouloir recycler davantage les produits usagés - Le nombre de consommateurs qui connaissent le dispositif mis en place et tous les produits qui peuvent être recyclés - La quantité de produits collectés dans chaque point de vente - Le nombre de parutions presse et web qui parlent de ces initiatives et contribuent à sensibiliser les consommateurs 5.4 Dissemination actions Dissemination: overview per activity Action F5 : Dissémination du projet et de ses résultats Les objectifs de cette action sont de réaliser la dissémination du projet. Il s'agit de promouvoir les résultats et la méthodologie du projet auprès d un maximum de personnes afin de démultiplier l impact du projet. Responsable de l action : Casino Services Description technique : Actions de communication interne Les enseignes Casino rassemblent en France collaborateurs. Le groupe Casino dispose de nombreux outils de communication internes qui permettent d informer les collaborateurs en France et à l international sur les projets mis en place. L équipe du projet a donc utilisé ces supports tout au long du projet pour diffuser et présenter ses objectifs et ses résultats. Ce travail a été effectué en collaboration avec la direction de la Communication interne du Groupe. Plusieurs articles et communications ont été publiés autour des 2 campagnes de communications. Les actions menées pendant la 1 ère campagne de communication ont été : - Un encart Collect+ sur la homepage de l intranet du Groupe (CasWeb) pour faire un «teasing» avant la campagne : depuis le 11/10 et jusqu au début de la 1 ère campagne - La 1 ère campagne de communication a également été annoncée sur CasWeb à travers un article à propos du projet - Le module de formation a été relayé sur CasWeb pour inciter les collaborateurs à se connecter. 59

60 - Pendant toute cette phase de «teasing», les écrans TV sur les différents sites du Groupe ont également relayé l information - En décembre 2012, une page a été publiée dans le magazine interne Regards (diffusion à ex.) - En janvier 2013, un article a été publié sur l Intranet CasWeb pour attester des bons résultats de la 1 ère campagne. Ces communications sont disponibles en Annexe D13. Les actions menées autour de la 2 ème campagne de communication ont été : - Une communication dans le magazine Regards (diffusion à ex.) de Juillet 2013 Plusieurs bannières et communications ont été faites sur l Intranet Cas Web au moment de la semaine du développement durable et de la 2ème campagne, pour rappeler aux collaborateurs que les bacs de recyclage sont à leur disposition sur les sites administratifs du Groupe. - D autre part, le module de formation et l engagement autour du projet a été mis en avant dans la rubrique «L actualité du mois» sur la plateforme de formation de groupe Casino «My Campus» Ces communications sont disponibles en Annexe D14. Afin de rendre plus visible et d inciter les collaborateurs à rapporter leurs produits usagés, des bacs de recyclage ont également été installés à partir de Novembre 2012 dans les 3 principaux sites du Groupe : à St Etienne (2000 collaborateurs), à Paris (250 collaborateurs) et à Croissy Beaubourg (550 collaborateurs). Lors du lancement de la campagne (action C1), des outils de PLV (affiches, panneaux d information Life+, leaflets, cubes Corépile) ont également été distribués et affichés sur ces 3 sites (cf. Annexe D15) Le projet a également été présenté dans la newsletter internationale du Groupe en tant que Best Practice, en mai Le détail de cette communication est présenté dans l Annexe D16. L équipe projet a évoqué le projet Collect+ à l ensemble de ses correspondants RSE et Environnement dans les différentes entités du Groupe, ce qui représente environ 50 personnes en France et 10 personnes à l étranger, lors des différentes réunions qui ont lieu entre Octobre 2012 et Décembre Suite à cela, 2 filiales ont décidé de reprendre le projet «Ensemble, recyclons plus, recyclons mieux» et de l adapter pour le déployer dans leurs magasins, afin de renforcer la sensibilisation de leurs collaborateurs et clients : - Vindémia, la filiale du groupe Casino dans l océan Indien (cf Annexe D17). - Franprix, filiale du Groupe en France avec près de 900 magasins supermarchés de proximité, a mis en place en mai 2013 une communication aux équipes magasins, à partir des données et messages des campagnes du projet Collect+. Cette communication rappelle l importance du recyclage pour l environnement et les procédures pour assurer la collecte en magasins. Le détail de la communication est dans l Annexe D18. Actions de communication externe Un communiqué de presse a été rédigé et diffusé le 20/11/2012 lors du lancement de la 1 ère campagne de communication (cf Annexe D19). Il a été relayé au niveau national et européen aux journalistes qui suivent les questions de l environnement et de la distribution, afin de faire connaître le projet. Ce communiqué a été préparé et rédigé par Casino Services, en collaboration avec les équipes Communication du groupe Casino et une agence de presse spécialisée. Ce communiqué a permis de communiquer sur le projet COLLECT +. 60

61 Le 15/11/2012, une conférence téléphonique a également été organisée entre Matthieu Riché (Casino Services), Laura Pires (chargée de projet) et CSR Europe (Sarah Dekkiche, Project Manager, Services). Une présentation du projet a été faite à CSR Europe, et il a été accordé que CSR Europe pourrait relayer l information auprès de ses membres. L information a été diffusée sur la rubrique News du site de CSR Europe le 14/12/2012. (http://www.csreurope.org/news.php?type=&action=show_news&news_id=5296) Les 3000 entreprises européennes membres de ce réseau CSR Europe (réparties dans 25 Etats membres de l'ue) ont été informés via cette dissémination, afin de permettre une grande visibilité du projet. Lors de la 2 ème campagne de communication, la communication externe a été poursuivie, avec la diffusion d un nouveau communiqué de presse, élaboré comme le premier de Novembre 2013 (cf. Annexe D20). Il a été diffusé le 22/03/2013, quelques jours avant le lancement de la 2 ème campagne. Les retours et articles de presse sont disponibles dans l annexe D21. Le groupe Casino a publié en Avril 2013 son rapport annuel d activité. Il est fait mention de l engagement pris par le groupe et le soutien de la Commission européenne dans la rubrique des Engagements et Actions du Groupe en faveur de l environnement. De plus, lors de l Assemblée générale du groupe Casino qui s est tenue le 22/04/2013 à Paris, Yves Desjacques, Directeur des Ressources Humaines du groupe Casino a présenté la politique de Responsabilité Sociale d Entreprise du groupe Casino et a mentionné le projet Collect+. Publication dans le rapport annuel du Groupe Après le lancement de la 1 ère campagne de communication (action C1) et tout au long du déroulé du projet, les équipes notamment d Active Sustainable et de Casino Services ont menée des réunions et des présentations à différents partenaires et parties prenantes. Ces parties prenantes ont-elles-mêmes pu ainsi relayer l information auprès de leurs réseaux. Ci-dessous la liste des personnes et organismes à qui le projet a été présenté tout au long du projet : L ADEME : l ADEME nous a confirmé avoir diffusé ces informations aux services techniques "déchets" de l'ademe, et a félicité le travail fait sur le module de formation, lors de la 1 ère campagne de communication. 61

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730

Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 PLAN DE COMMUNICATION APRÉS-LIFE Projet Collect+ LIFE 11 INF/FR/000730 Sensibilisation au recyclage des produits usagés SECTION I: APERCU DU PROJET LE PROJET Le projet COLLECT+ est mené par l un des leaders

Plus en détail

Page 1 LAYMAN S REPORT COLLECT+ LIFE 11 INF/FR/000730 COLLECT+ LIFE 11 INF/FR/000730 LAYMAN S REPORT. Together, let s recycle more and better!

Page 1 LAYMAN S REPORT COLLECT+ LIFE 11 INF/FR/000730 COLLECT+ LIFE 11 INF/FR/000730 LAYMAN S REPORT. Together, let s recycle more and better! Page 1 LAYMAN S REPORT COLLECT+ LIFE 11 INF/FR/000730 COLLECT+ LIFE 11 INF/FR/000730 LAYMAN S REPORT Together, let s recycle more and better! PROJECT BACKGROUND Waste collection and recycling remain a

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Master de sociologie : double diplôme possible

Master de sociologie : double diplôme possible Master de sociologie : double diplôme possible Parcours du master «changements sociaux en Europe» en partenariat avec l Université de Vienne Version française Information générale Les étudiants s inscrivent

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6 Atelier WaterDiss2.0: Valoriser les résultats de la recherche sur l'eau comme catalyseur de l'innovation. Paris, Pollutec, 1 er Décembre 2011 De 14h à 17h Salle 617 Objectif : L'objectif du projet WaterDiss2.0

Plus en détail

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles 2009-1-TR1-LEO05-08709 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2009 Type de Projet: Statut:

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

Stratégie de communication LIFE III

Stratégie de communication LIFE III Stratégie de communication LIFE III Table des matières Stratégie de communication LIFE III I. Contexte et enjeux... p. 1 II. Objectifs organisationnels... p. 1 III. Objectifs de communication... p. 2 IV.

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Le projet est Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Mars 2015 Programme inter-organisations pour la gestion rationnelle des produits

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

GRAPHIC STANDARDS MANUAL

GRAPHIC STANDARDS MANUAL GRAPHIC STANDARDS MANUAL CHARTE GRAPHIQUE This Graphic Standards Manual is aimed at the relays of the Europe Direct information network. They are members of a single family dedicated to the same aim: the

Plus en détail

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT I. BASIC DATA Organization Legal Name: Conservation International Madagascar Project Title (as stated in the grant agreement): Knowledge Management: Information & Monitoring.

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel

Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche. Pathways for effective governance of the English Channel Préconisations pour une gouvernance efficace de la Manche Pathways for effective governance of the English Channel Prochaines étapes vers une gouvernance efficace de la Manche Next steps for effective

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

MERiFIC. MERiFIC. Leader dans les énergies marines renouvelables. Leading in green marine energy

MERiFIC. MERiFIC. Leader dans les énergies marines renouvelables. Leading in green marine energy MERiFIC The maritime regions of Cornwall and Finistère are in a great position to benefit from the expected growth in marine renewable energy. Their peninsula nature and exposure to the Atlantic Ocean

Plus en détail

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF 2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF Kick off transnational project meeting June 6 & 7th 2011 6 et 7 Juin 2011 CERGY/ VAL D OISE Monday june 6th morning

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL. www.coe.int/ldpp. Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie

LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL. www.coe.int/ldpp. Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL With the support of: Flanders (Belgium), Italy, Slovenia Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie www.coe.int/ldpp

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

European Union Union Europeenne. African Union Union Africaine

European Union Union Europeenne. African Union Union Africaine European Union Union Europeenne African Union Union Africaine WHY LAUNCH a Virtual Campus in AFRICA? UNESCO and the African Union: In the response to the request from the African Union (AU) Heads of State

Plus en détail

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES)

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 1 Project Information Title: Project Number: SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 Year: 2008 Project Type: Status:

Plus en détail

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process

Section B: Receiving and Reviewing the Technician Inspection Report & Claims Decision Process Phoenix A.M.D. International Inc. - Claim Procedures, Timelines & Expectations Timelines & Expectations 1. All telephone messages and e-mail correspondence is to be handled and responded back to you within

Plus en détail

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns.

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns. Manager, McGill Office of Sustainability, MR7256 Position Summary: McGill University seeks a Sustainability Manager to lead the McGill Office of Sustainability (MOOS). The Sustainability Manager will play

Plus en détail

AINoE. Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003

AINoE. Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 AINoE Abstract Interpretation Network of Excellence Patrick COUSOT (ENS, Coordinator) Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 Thématique Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 1

Plus en détail

Courses on Internal Control and Risk Management. September 2010

Courses on Internal Control and Risk Management. September 2010 Courses on Internal Control and Risk Management Page 1/5 September 2010 EN VERSION 1. Internal Control Standards for Effective Management - Introduction to Internal Control for all staff This introductory

Plus en détail

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech

Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Présentation par François Keller Fondateur et président de l Institut suisse de brainworking et M. Enga Luye, CEO Belair Biotech Le dispositif L Institut suisse de brainworking (ISB) est une association

Plus en détail

Economie de l'environnement

Economie de l'environnement Economie de l'environnement Fatih Karanl Département d'economie, EconomiX-CNRS, Université Paris Ouest Nanterre la Défense E-mail: fkaranl@u-paris10.fr Web: http://economix.fr/fr/membres/?id=1294 2013-2014

Plus en détail

INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009

INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009 INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN AND YOUTH PHYSICAL ACTIVITY August 14, 2009 ACTION INTERSECTORIELLE SUR L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET LES JEUNES Le 14 aôut, 2009 INTERSECTORAL ACTION ON CHILDREN

Plus en détail

«Je change, ça change tout!»

«Je change, ça change tout!» «Je change, ça change tout!» Campagne de mobilisation du Plan Climat-Energie de Rennes Métropole 1. Les objectifs de la mobilisation Pour atteindre l'objectif de la Convention des Maires, les collectivités

Plus en détail

Date: 09/11/15 www.crmconsult.com Version: 2.0

Date: 09/11/15 www.crmconsult.com Version: 2.0 Date: 9/11/2015 contact@crmconsult.fr Page 1 / 10 Table des matières 1 SUGARPSHOP : SCHEMA... 3 2 PRESENTATION... 4 3 SHOPFORCE WITH SCREENSHOTS... 5 3.1 CLIENTS... 5 3.2 ORDERS... 6 4 INSTALLATION...

Plus en détail

TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA

TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA COURSE DEVELOPMENT-TAUMA 2010-1-TR1-LEO05-16787 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA 2010-1-TR1-LEO05-16787

Plus en détail

OBJECTIFS 2015-2016 DU ROTARY INTERNATIONAL

OBJECTIFS 2015-2016 DU ROTARY INTERNATIONAL 1 OBJECTIFS 2015-2016 DU ROTARY INTERNATIONAL 2 OBJECTIFS 2015-2016 RI / RI s OBJECTIVES 2015-2016 Pour l année 2015-2016, le Président Ravi a choisi des objectifs dont les résultats sont mesurables par

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4. CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.

RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4. CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c. PROPERTY ASSESSMENT AND TAXATION ACT CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.P-4 LOI SUR L'ÉVALUATION ET L'IMPÔT FONCIERS RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O.

Plus en détail

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique.

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. Réussir en Afrique Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. 1 2 Le Cabinet CBI, dirigé par Ousmane H. Guedi vous accompagne dans votre conquête du marché africain,

Plus en détail

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking

Natixis Asset Management Response to the European Commission Green Paper on shadow banking European Commission DG MARKT Unit 02 Rue de Spa, 2 1049 Brussels Belgium markt-consultation-shadow-banking@ec.europa.eu 14 th June 2012 Natixis Asset Management Response to the European Commission Green

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Autres termes clés (Other key terms) Norme Contrôle qualité des cabinets réalisant des missions d audit ou d examen d états financiers et d autres missions d assurance et de services connexes ( Quality

Plus en détail

MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES

MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES MEMORANDUM POUR UNE DEMANDE DE BOURSE D ETUDES POST-DOCTORALES ATTENTION : Tout formulaire de candidature qui présentera des erreurs ou anomalies dans le remplissage des champs NE POURRA ETRE PRIS EN CONSIDERATION.

Plus en détail

Name of document. Audit Report on the CORTE Quality System: confirmation of the certification (October 2011) Prepared by.

Name of document. Audit Report on the CORTE Quality System: confirmation of the certification (October 2011) Prepared by. AUDIT REPORT ON THE CORTE QUALITY SYSTEM: CONFIRMATION OF THE CERTIFICATION (OCTOBER 2011) Name of document Prepared by Audit Report on the CORTE Quality System: confirmation of the certification (October

Plus en détail

EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership:

EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership: EU- Luxemburg- WHO Universal Health Coverage Partnership: Supporting policy dialogue on national health policies, strategies and plans and universal coverage Year 2 Report Jan. 2013 - - Dec. 2013 [Version

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

La fin de vie des équipements TIC et leur traitement. Gilles DRETSCH RSE/Environnement CRiP 9 avril 2014

La fin de vie des équipements TIC et leur traitement. Gilles DRETSCH RSE/Environnement CRiP 9 avril 2014 La fin de vie des équipements TIC et leur traitement Gilles DRETSCH RSE/Environnement CRiP 9 avril 2014 Les principales réglementations Déchets Directive RoHS : RoHS signifie Restriction of the use of

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message.

conception des messages commerciaux afin qu ils puissent ainsi accroître la portée de leur message. RÉSUMÉ Au cours des dernières années, l une des stratégies de communication marketing les plus populaires auprès des gestionnaires pour promouvoir des produits est sans contredit l utilisation du marketing

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? aujourd hui l un des sites Internet les plus visités au monde. Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont une page Facebook?

Plus en détail

AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES

AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES AIDE FINANCIÈRE POUR ATHLÈTES FINANCIAL ASSISTANCE FOR ATHLETES FORMULAIRE DE DEMANDE D AIDE / APPLICATION FORM Espace réservé pour l utilisation de la fondation This space reserved for foundation use

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN LOGICIEL COMPTABLE ET BUDGETAIRE ET FORMATION EN COMPTABILITE

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN LOGICIEL COMPTABLE ET BUDGETAIRE ET FORMATION EN COMPTABILITE TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN LOGICIEL COMPTABLE ET BUDGETAIRE ET FORMATION EN COMPTABILITE 1 Contexte général Le Fonds mondial est un partenariat public/privé unique visant à collecter, puis

Plus en détail

Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy

Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy Département fédéral de l économie DFE Office fédéral de l agriculture OFAG Agro-environmental Monitoring: a Tool for Evaluation and Support of Decision-making in Swiss Agricultural Policy, Federal Office

Plus en détail

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011

The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 The impacts of m-payment on financial services Novembre 2011 3rd largest European postal operator by turnover The most diversified European postal operator with 3 business lines 2010 Turnover Mail 52%

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form (A renvoyer avant le 15 octobre 2014 Deadline octobrer 15th 2014) Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication

Plus en détail

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13 Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 11 March 2013 7342/13 TRANS 106 INFORMATION NOTE from: General Secretariat to: Council

Plus en détail

Mesure Measurement Réf 322 033 Etiquettes Terre, Jupiter, Mars, Français p 1 Lune pour dynamomètre 10 N English p 4 Earth, Jupiter, Mars, Moon,

Mesure Measurement Réf 322 033 Etiquettes Terre, Jupiter, Mars, Français p 1 Lune pour dynamomètre 10 N English p 4 Earth, Jupiter, Mars, Moon, Mesure Measurement Français p 1 English p 4 Version : 8006 Etiquettes Terre, Jupiter, Mars, Lune pour dynamomètre 10 N Earth, Jupiter, Mars, Moon, labels for 10 N dynamometer Mesure Etiquettes Terre, Jupiter,

Plus en détail

NOM ENTREPRISE. Document : Plan Qualité Spécifique du Projet / Project Specific Quality Plan

NOM ENTREPRISE. Document : Plan Qualité Spécifique du Projet / Project Specific Quality Plan Document : Plan Qualité Spécifique du Projet Project Specific Quality Plan Référence Reference : QP-3130-Rev 01 Date Date : 12022008 Nombre de Pages Number of Pages : 6 Projet Project : JR 100 Rédacteur

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS

Animation de la démarche Santé et Sécurité au Travail pour Les Crudettes SAS MINISTERE DE L AGRICULTURE LES CRUDETTES SAS www.lescrudettes.com MÉMOIRE DE FIN D ÉTUDES présenté pour l obtention du diplôme d ingénieur agronome spécialisation : Agro-alimentaire option : QUALI-RISQUES

Plus en détail

pile(s) dans la bonne boîte

pile(s) dans la bonne boîte Dossier de presse décembre 2003 pile(s) dans la bonne boîte Le Fonds Français pour la Nature et l Environnement lance une campagne d information pour mobiliser les grandes entreprises, les collectivités

Plus en détail

Fiche d Inscription / Entry Form

Fiche d Inscription / Entry Form Fiche d Inscription / Entry Form Catégories - Category Film Institutionnel / Corporate Film Film Marketing Produit / Marketing Product film Film Communication Interne / Internal Communication film Film

Plus en détail

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments?

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? THE AALBORG COMMITMENTS IN GENEVA: AN ASSESSMENT AT HALF-TIME 1. City of Geneva in context : key facts 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? 3. The Aalborg Commitments: are they useful

Plus en détail

THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS

THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS THE EVOLUTION OF CONTENT CONSUMPTION ON MOBILE AND TABLETS OPPA investigated in March 2013 its members, in order to design a clear picture of the traffic on all devices, browsers and apps. One year later

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

Gouvernance européenne sur les technologies énergétiques

Gouvernance européenne sur les technologies énergétiques Gouvernance européenne sur les technologies énergétiques Gouvernance européenne sur les technologies énergétiques 9 Plateformes technologiques européennes sur l Energie (ETP) Industrie + Recherche Association

Plus en détail

BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 C-539 C-539 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA. An Act to promote local foods

BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 C-539 C-539 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA. An Act to promote local foods C-539 C-539 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 An Act to promote

Plus en détail

Société en commandite Gaz Métro

Société en commandite Gaz Métro RÉPONSE DE SOCIÉTÉ EN COMMANDITE GAZ MÉTRO (GAZ MÉTRO) À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 2 DE M. PAUL CHERNICK, EXPERT POUR LE REGROUPEMENT DES ORGANISMES ENVIRONNEMENTAUX EN ÉNERGIE (ROEÉ) ET L UNION

Plus en détail

LCBO PN-6113-LCBO Beeton/New Tecumseth Times @ 2C (3.313) x 106ag

LCBO PN-6113-LCBO Beeton/New Tecumseth Times @ 2C (3.313) x 106ag STORE IN BEETON, RFP# 2014-110 BEETON retailers in Beeton. The Liquor Control Board of Ontario () is seeking a responsible, customer-focused retailer to operate an Agency store in Beeton. To qualify, the

Plus en détail

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA SECRET C- SECRET C- First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C- PROJET DE LOI C- An Act to

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail

Paris 22-24 January 2015. Rym Srarfi Tabbane. Ecole Supérieure d Economie Numérique, Université de la Manouba, Tunisie. Tel: + 216 71 602 919

Paris 22-24 January 2015. Rym Srarfi Tabbane. Ecole Supérieure d Economie Numérique, Université de la Manouba, Tunisie. Tel: + 216 71 602 919 14 th International Marketing Trends Conference Paris 22-24 January 2015 Rym Srarfi Tabbane Ecole Supérieure d Economie Numérique, Université de la Manouba, Tunisie Tel: + 216 71 602 919 e-mail: rymtabbane@yahoo.fr

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT RELATIF AU CERTIFICAT D'ARRIÉRÉS D'IMPÔTS R.R.T.N.-O. 1990, ch. P-4 PROPERTY ASSESSMENT AND TAXATION ACT CONSOLIDATION OF CERTIFICATE OF TAX ARREARS REGULATIONS R.R.N.W.T. 1990,c.P-4 LOI SUR L'ÉVALUATION ET L'IMPÔT FONCIERS CODIFICATION ADMINISTRATIVE DU RÈGLEMENT RELATIF

Plus en détail

Un Groupe organisé autour d un concept «Full Service» A GROUP ORGANISED IN A FULL SERVICE CONCEPT

Un Groupe organisé autour d un concept «Full Service» A GROUP ORGANISED IN A FULL SERVICE CONCEPT Le groupe PARIS AXE COSMÉTIQUE PARISAXE COSMETIC GROUP Créé en 1999, PARIS AXE COSMÉTIQUE est aujourd hui un Groupe leader, acteur majeur du secteur de la Beauté. Il est composé de deux activités principales

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont un compte Facebook? Et si tu es plus jeune, tu as dû entendre parler autour de

Plus en détail

DOCUMENT DE SYNTHESE

DOCUMENT DE SYNTHESE E L A B O R A T I O N D U N P R O C E S S DE P I L O T A G E ET DE S U I V I Société d accueil : ELAN, MANAGEMENT DE PROJETS PFE présenté par : FOURREY Maxime Tuteur industriel : M. Julien DUBREUIL, Responsable

Plus en détail

Health Promotion in Community Pharmacy. Country Report - Luxembourg. Mr. Robert Lambé Union Nationale des Pharmaciens Luxembourgeois a.s.b.l.

Health Promotion in Community Pharmacy. Country Report - Luxembourg. Mr. Robert Lambé Union Nationale des Pharmaciens Luxembourgeois a.s.b.l. Health Promotion in Community Pharmacy Country Report - Luxembourg Mr. Robert Lambé Union Nationale des Pharmaciens Luxembourgeois a.s.b.l. March 2001 Union des Pharmaciens Luxembourgeois 12, Ceinture

Plus en détail

PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE

PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE PLAN DE COMMUNICATION REGIONAL POUR LA PROMOTION DES FONDS EUROPEENS FEDER, FSE et FEADER EN ILE-DE-FRANCE Version du 23 avril 2008 1 Sommaire 1. RAPPEL DU CONTEXTE_ 3 2. PILOTAGE ET PERIMETRE DU PLAN

Plus en détail

ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2. 1. Course overview. Learning objectives:

ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2. 1. Course overview. Learning objectives: ICM STUDENT MANUAL French 1 JIC-FRE1.2V-12 Module: Marketing Communication and Media Relations Study Year 2 1. Course overview Books: Français.com, niveau intermédiaire, livre d élève+ dvd- rom, 2ième

Plus en détail

GEIDE MSS /IGSS. The electronic document management system shared by the Luxembourg

GEIDE MSS /IGSS. The electronic document management system shared by the Luxembourg GEIDE MSS /IGSS The electronic document management system shared by the Luxembourg Social Security Ministry and IGSS Introduction: The administrative context IGSS missions Legal and international affairs

Plus en détail

Rédiger la partie scientifique et technique du projet (Partie B) Qualité scientifique et technique

Rédiger la partie scientifique et technique du projet (Partie B) Qualité scientifique et technique Rédiger la partie scientifique et technique du projet (Partie B) Qualité scientifique et technique Virginie Entringer Chargée d Affaires SHS, Université François Rabelais 3.2.1 Définir le contenu scientifique

Plus en détail

UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE

UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE UPFI URBAN PROJECTS FINANCE INITIATIVE Union pour la Méditerranée Union for the Mediterranean Lors de la conférence ministérielle des 9 et 10 novembre 2011 à Strasbourg sur le développement urbain durable,

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé French 2208A French for Healthcare Le français de la santé Professeur : Heures de bureau : Iryna Punko disponible tous les jours par courriel, sauf le week-end. Préalable - Fr 1900 E ou Fr 1910, ou permission

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GENERALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/69/20 11 mars 2013 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITE EXECUTIF DU FONDS MULTILATERAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

LLP-LdV/TOI/2007-FR-038. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=4155

LLP-LdV/TOI/2007-FR-038. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=4155 processus Ressources Humaines intégrant la responsabilité sociale LLP-LdV/TOI/2007-FR-038 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2007 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Transfert

Plus en détail

Objet : Feux de forêt sur le territoire de la Paix des Braves

Objet : Feux de forêt sur le territoire de la Paix des Braves Sainte-Foy, le 16 juin 2005 Monsieur Pierre Corbeil Ministre 600-0117 Cabinet du Ministre des Ressources naturelles, de la faune 5700, 4 e avenue ouest Bureau A-308 Charlesbourg (Québec) G1H 6R1 Objet

Plus en détail

Capacity Development for Local Authorities

Capacity Development for Local Authorities Implemented by Capacity Development for Local Authorities Virtual cooperation for capacity development in solid waste management in Morocco and Tunisia Seite 1 Implemented by Background and objectives

Plus en détail

Multiple issuers. La cotation des actions ROBECO ci-dessous est suspendue sur EURONEXT PARIS dans les conditions suivantes :

Multiple issuers. La cotation des actions ROBECO ci-dessous est suspendue sur EURONEXT PARIS dans les conditions suivantes : CORPORATE EVENT NOTICE: Suspension de cotation Multiple issuers PLACE: Paris AVIS N : PAR_20141002_07393_EUR DATE: 02/10/2014 MARCHE: EURONEXT PARIS La cotation des fonds mentionnés ci-dessous sera suspendue

Plus en détail

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables. Presentation and snapshot of achieved work

GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables. Presentation and snapshot of achieved work GREDOR Gestion des Réseaux Electriques de Distribution Ouverts aux Renouvelables Presentation and snapshot of achieved work FLEXIPAC meeting Bertrand Cornélusse, University of Liège December 2014 1 P L

Plus en détail

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1

Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Page 1 Instructions Mozilla Thunderbird Ce manuel est écrit pour les utilisateurs qui font déjà configurer un compte de courrier électronique dans Mozilla Thunderbird et

Plus en détail

Amélioration de la qualité de l'air urbaine par des procédés photocatalytiques Demonstration of Photocatalytic Remediation Processes on Air Quality

Amélioration de la qualité de l'air urbaine par des procédés photocatalytiques Demonstration of Photocatalytic Remediation Processes on Air Quality Amélioration de la qualité de l'air urbaine par des procédés photocatalytiques Demonstration of Photocatalytic Remediation Processes on Air Quality Christian George Directeur de recherche CNRS, Coordinateur

Plus en détail

Informations principales / Main information

Informations principales / Main information Fiche d Inscription Entry Form À renvoyer avant le 15 Octobre 2015 Deadline October 15th 2015 Dans quelle catégorie participez-vous? In what category do you participate? Institutionnel / Corporate Marketing

Plus en détail

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 TCM QUALITY MARK Jean-Marc Bachelet Tocema Europe workshop 4 Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 + lead auditors for certification bodies Experiences Private and state companies,

Plus en détail

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Main Point of Contact with the Government of Canada in case of Death Act Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès S.C. 2015, c.

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE DE L'IBPT CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE D'UN MODELE COLLECTING POUR LES SERVICES A VALEUR AJOUTEE ET INTERNET

CONSULTATION PUBLIQUE DE L'IBPT CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE D'UN MODELE COLLECTING POUR LES SERVICES A VALEUR AJOUTEE ET INTERNET CONSULTATION PUBLIQUE DE L'IBPT CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE D'UN MODELE COLLECTING POUR LES SERVICES A VALEUR AJOUTEE ET INTERNET INSTITUT BELGE DES SERVICES POSTAUX ET DES TELECOMMUNICATIONS 14 MARS 2001

Plus en détail

www.machpro.fr : Machines Production a créé dès 1995, le site internet

www.machpro.fr : Machines Production a créé dès 1995, le site internet www.machpro.fr : www.machpro.fr Machines Production a créé dès 1995, le site internet www.machpro.fr destiné à fournir aux lecteurs de la revue et aux mécanautes un complément d'information utile et régulièrement

Plus en détail

Point de Contact National Défi 5 Action climatique, environnement, efficacité des ressources et matières premières

Point de Contact National Défi 5 Action climatique, environnement, efficacité des ressources et matières premières Point de Contact National Défi 5 Action climatique, environnement, efficacité des ressources et matières premières Poitiers - 2/02/205 Horizon 2020 Défi sociétal n 5 Présentation des sujets «Déchets» Poitiers

Plus en détail

GLOBAL COMPACT EXAMPLE

GLOBAL COMPACT EXAMPLE GLOBAL COMPACT EXAMPLE Global Compact Good Practice GROUPE SEB 2004-2005 1/4 FIRM: GROUPE SEB TITLE: GROUPE SEB Purchasing Policy contributing to sustainable development GC PRINCIPLES taken into account:

Plus en détail