Ce principe a été complété par l exigence d un comportement loyal des acteurs pendant le déroulement des offres successives.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ce principe a été complété par l exigence d un comportement loyal des acteurs pendant le déroulement des offres successives."

Transcription

1 T O O U R F R I E N D S A N D C L I E N T S M e m o r a n d u m Le 30 octobre La commission des sanctions de l AMF précise les contours du principe de libre jeu des offres et des surenchères (A propos de la décision Partouche publiée le 26 octobre 2006) Le principe de libre jeu des offres et des surenchères est un principe directeur de la réglementation des offres publiques qui trouve son origine dans la décision générale de la COB du 25 juillet et dont l objectif est de permettre à chacun des compétiteurs de participer à la tentative de prise de contrôle d une société par voie d offre publique, en ayant pleinement connaissance des conditions proposées par son concurrent 2. Ce principe a été complété par l exigence d un comportement loyal des acteurs pendant le déroulement des offres successives. Au milieu d une jurisprudence relativement limitée sur cette question, la décision du 15 septembre rendue par la commission des sanctions de l Autorité des marchés financiers (ci-après l «AMF»), à l égard des sociétés Groupe Partouche (ci-après «Groupe Partouche») et Fortis Bank ainsi que de MM. André Der Krikorian et Arnaud Bricout, apporte des précisions importantes sur les modalités d application de ce principe essentiel. L AMF a d ailleurs publié un communiqué de presse sur cette décision, ce qui souligne que celle-ci s impose comme une décision de principe 4. 1 Décision générale de la COB relative aux offres publiques d achat et d échange en date du 25 juillet 1978, JO du 13 août Rapport annuel de la COB, 1997, p Décision publiée sur le site internet de l AMF le 26 octobre 2006 et disponible à l adresse suivante : 4 Communiqué de presse en date du 26 octobre 2006 et disponible à l adresse suivante : Copyright 2006 Fried, Frank, Harris, Shriver & Jacobson LLP A Delaware Limited Liability Partnership

2 Faits A la fin de l année 2001, la société Accor Casinos (ci-après «Accor Casinos»), filiale du groupe Accor et troisième opérateur français de Casinos à l époque des faits, entrait en pourparlers avec M. Der Krikorian, en vue de négocier avec lui et certains actionnaires historiques, les conditions d un rapprochement avec la société Compagnie Européenne de Casinos (ci-après «CEC»). Les actions CEC étaient cotées au second marché d Euronext Paris. Le 14 décembre 2001, Accor Casinos acquérait hors marché titres CEC à 52 euros par action correspondant à 22,7 % du capital non dilué auprès notamment des actionnaires historiques et le 17 décembre 2001, déposait auprès du CMF une offre publique d achat amicale portant sur la totalité des titres CEC au même prix. Le 28 janvier 2002, la société Groupe Partouche, premier exploitant de casinos en France, décidait à son tour d intervenir sur le marché en acquérant actions et obligations convertibles portant sa participation à 36,8 % du capital et à 27,6 % des droits de vote publiés de CEC. Le 4 février 2002, Groupe Partouche déposait alors un projet d offre publique concurrente à celle d Accor Casinos au prix de 59 euros par action et de 114,68 euros par obligation convertible. Le 6 février 2002, Accor Casinos décidait de riposter et déposait auprès du CMF une surenchère sur sa propre offre en proposant une valorisation de 65 euros par action et de 160,7 euros par obligation convertible. Le 26 février 2002, Groupe Partouche procédait à l acquisition sur le marché de actions et obligations convertibles au prix de 66,5 euros par action, prenant ainsi le contrôle de CEC en portant sa participation à 54,3 % du capital de celle-ci. Conformément à l article de son Règlement général applicable à l époque des faits, le CMF précisait que cette acquisition en période d offre déclenchait la mise en œuvre d une surenchère automatique par Groupe Partouche. Constatant que Groupe Partouche détenait désormais le contrôle de CEC, Accor Casinos annonçait le 5 mars le retrait de son offre publique d achat. Le 10 avril 2002 les résultats de l offre étaient publiés et indiquaient que Groupe Partouche détenait désormais 99,51 % du capital de CEC. Le 9 octobre 2002, le titre CEC était retiré de la cote. 2

3 Procédure Le 28 février 2002, le Directeur de la COB décidait d ouvrir une enquête «sur le marché de l action et de l obligation convertible Européenne de Casinos à compter du 1 er juillet 2001». Une notification des griefs était notamment adressée le 12 août 2005 à Groupe Partouche et à M. Der Krikorian leur reprochant d avoir porté atteinte au libre jeu des offres et des surenchères, en particulier, aux motifs que : «[ ] si le règlement COB n n'interdit pas à un dirigeant de la société visée par une offre de céder ses titres et à une société ayant surenchéri de les acquérir et si le règlement général du CMF, applicable à l'époque des faits, précise seulement, dans son article , que toute cession doit être faite sur le marché, encore faut-il, pour permettre le libre jeu des offres et des surenchères, qu'une telle cession ou qu'une telle acquisition ne soit pas organisée afin de bénéficier exclusivement et définitivement à une des sociétés ayant déposé un projet d'offre.» La direction des enquêtes contestait en l espèce les modalités de l acquisition des titres CEC sur le marché par Groupe Partouche et particulièrement le recours à la technique de marché dite de «l application», laquelle consiste en la production et l exécution simultanées au même cours par un prestataire de services d investissement de deux ordres client de sens opposés pour une même quantité de titres. Selon la direction des enquêtes, l usage d une application, qui laissait par ailleurs supposer l existence d un accord entre les parties à la transaction du 26 février 2002, non communiqué au marché en violation de la réglementation, aurait en effet porté atteinte au libre jeu des offres et des surenchères en empêchant l autre initiateur de l'offre (en l occurrence Accor Casinos) de s interposer sur le marché et d acquérir les titres cédés le 26 février 2002, et en faisant perdre, en définitive, au marché la chance d'une nouvelle surenchère. La commission des sanctions, faisant droit aux arguments développés par Groupe Partouche, rejette cette argumentation en mettant hors de cause Groupe Partouche sur le fond ainsi que M. Der Krikorian, jugeant pour ce dernier que le règlement COB n ne lui est pas applicable, puisque, d une part, son champ d application ne vise que l initiateur d une offre et la société visée et que, d autre part, M. Der Krikorian ne pouvait être considéré comme ayant participé à une action de concert avec la société visée de nature à le faire entrer dans ce champ d application. Au delà de la question relative aux règles d appariement et d exécution des ordres, qui n est pas l objet du présent mémorandum, cette décision permet surtout d apporter des éclaircissements sur la notion d accord susceptible d avoir une incidence sur l appréciation de l offre publique (I), ainsi que sur la définition (II) et les modalités d interprétation (III) du principe de libre jeu des offres et des surenchères. 3

4 I. LA NOTION D ACCORD SUSCEPTIBLE D AVOIR UNE INCIDENCE SUR L APPRECIATION DE L OFFRE PUBLIQUE L article 4 du règlement COB n applicable à l époque des faits disposait que : «Dès l avis de dépôt de l offre, ou pendant toute sa durée dès leur conclusion, les accords susceptibles d avoir une incidence sur l appréciation de l offre publique ou sur son issue, conclus par les actionnaires de la société visée ou des personnes agissant de concert avec elle, sous réserve de l appréciation de leur validité par les tribunaux, doivent être notifiés par leurs signataires au conseil d administration ou au directoire des sociétés concernées, ainsi qu au Conseil des bourses de valeur et à la Commission des opérations de bourse. Ces accords sont simultanément portés par ceux qui les ont conclus à la connaissance du public par publication dans au moins un quotidien d information financière de diffusion nationale» Dans sa décision, la commission des sanctions constate en premier lieu, que la preuve d un tel «accord entre les parties liant celles-ci de façon formelle» qui aurait abouti à la cession du 26 février 2002, n est pas établie. En effet, les accords visés par l article 4 désignent essentiellement des conventions conclues formellement, généralement matérialisées dans un acte, et en particulier les engagements de présentation à une offre publique, ou à l inverse, les interdictions de présenter des titres à une offre. En revanche, l accord au sens de l article 4 du règlement COB n n a jamais désigné la décision de vendre ou non ses titres sur le marché lorsqu aucun véritable engagement préalable n est intervenu entre les parties. En l espèce, le seul accord établi résultait de la cession elle-même et était uniquement matérialisé par le dénouement de la transaction du 26 février En ce sens, l accord entre Groupe Partouche et les cédants se confondait avec la cession du 26 février 2002, il ne préexistait pas à celle-ci. La commission des sanctions a donc pu justement écarter l existence d un accord entre les parties. En toutes hypothèses, la commission des sanctions souligne l absence de conséquences, en termes économiques, d un éventuel accord dès lors qu un tel accord à supposer qu il ait existé n aurait pas permis la prise du contrôle du capital de CEC que seule l acquisition subséquente auprès des porteurs des obligations convertibles sur le marché a rendu possible. 4

5 II. LA DEFINITION DU PRINCIPE DE LIBRE JEU DES OFFRES ET DES SURENCHERES La décision de la commission des sanctions est également importante en ce qu elle précise, par défaut, la définition du principe de libre jeu des offres et des surenchères. L analyse de la jurisprudence montre que le principe de libre jeu des offres et des surenchères se subdivise en réalité en deux principes sous-jacents, à savoir le principe d égalité entre les compétiteurs (3.1) et le principe de loyauté dans la compétition (3.2). 2.1 Le principe d égalité entre les compétiteurs Comme le souligne la doctrine, le domaine d élection du principe d égalité entre les compétiteurs est celui des «avantages que les opérateurs se font concéder au moyen d engagements de présentation, c'est-àdire de promesses unilatérales de vente au profit de l auteur d une offre 5». Confrontée à l existence de tels engagements de présentation, la Cour d appel de Paris dans son arrêt OCP en date du 27 avril 1993 a défini le principe d égalité entre compétiteurs : il y a atteinte à ce principe lorsque le dispositif mis en place confère à l un des initiateurs «un avantage déterminant par avance le succès de son offre publique [ ] empêch[ant] a priori toute possibilité d égalité dans la compétition 6.» En l occurrence, «des accords qui permett[aient] à la société Gehe AG [société initiatrice de l offre publique d achat] de contrôler la gestion de la société OCP [société cible] en cas de succès de son opération, ce qu aucun autre compétiteur n [était] assuré d obtenir [donnent à cette offre] un avantage évident de nature à priver toute éventuelle contre-offre d égalité dans la compétition et par conséquent [sont de nature] à en dissuader la présentation.» Pour les juges du fond, il y aurait donc rupture d égalité entre les compétiteurs lorsque les mesures mises en place par l initiateur déterminent à l avance l issue de l offre publique et dissuadent, de ce fait, tout concurrent éventuel de l initiateur favorisé. La définition de l atteinte au principe d égalité entre les compétiteurs implique donc, pour les autorités de marché, la nécessité de se placer dans une situation ex ante afin d examiner si aucune convention ne vient fausser les règles de concurrence en désignant au préalable le compétiteur victorieux. En résumé, il apparaissait nécessaire pour les enquêteurs de prouver en premier lieu l existence d un accord ayant faussé préalablement les règles de compétitivité, avant de pouvoir contesté en second lieu une quelconque atteinte au principe d égalité entre les compétiteurs. 5 Philippe Portier et Raphaële Navelet-Nouhalhier, «La libre compétition dans les offres publiques d acquisition», in Revue de Droit Bancaire et Financier, juillet-août 2002, p 226, 8. 5

6 Or, faute d apporter la preuve d un tel accord préalable, la violation du principe d égalité entre les compétiteurs ne pouvait être retenue dès lors que le principal élément constitutif de ce principe faisait défaut. En outre, au regard de la jurisprudence et notamment de l arrêt Sucrerie de Châlon 7, seul un accord préalable permettant l octroi pour l un des compétiteurs d un avantage décisif et déterminant sur l issue de l offre, porte atteinte au principe d égalité entre les compétiteurs. Or, comme le souligne la décision, l avantage résultant de l acquisition du bloc d actions vendues sur le marché par les actionnaires historiques le 26 février 2002, ne pouvait être considéré à lui seul comme «déterminant» pour l issue de l offre publique puisque la prise de contrôle de CEC a nécessité l acquisition corrélative des obligations convertibles auprès des porteurs. En tout état de cause, quand bien même cette acquisition des actions auprès des actionnaires historiques aurait constitué à elle-seule un moyen de prendre le contrôle de la société, l absence de preuve d un élément d antériorité de l accord supposé n aurait pas permis de caractériser un manquement au principe. Dès lors que ni le caractère préalable ni le caractère déterminant sur l issue de l offre, de l avantage conféré à l un des compétiteurs, n était établi, la commission des sanctions ne pouvait donc retenir une quelconque atteinte au principe d égalité entre les compétiteurs. 2.2 Le principe de loyauté dans la compétition Parallèlement au principe d égalité entre les compétiteurs, la jurisprudence a pu déduire du libre jeu des offres et des surenchères un principe de loyauté dans la compétition. En effet, la jurisprudence de la Cour d appel de Paris a eu l occasion de définir très précisément ce principe en indiquant que : «la déloyauté s entend comme une entrave au libre jeu des offres et des surenchères, par le recours à des manœuvres ou moyens détournés mis en œuvre dans des conditions illicites, occultes ou frauduleuses 8». Il convient donc d analyser les trois critères posés par cette définition au regard des faits de l espèce afin de vérifier si l acquisition du 26 février 2002 était ou non constitutive d un acte de déloyauté. 6 CA Paris, 1 ère cha. Sect. CBV, n 93/5842, 27 avril 1993, Mutuelle du Mans Assurance-Vie et autre c/ Société OCP, Bulletin Joly Bourse et Produits Financiers, juillet-août 1993, p 397, note P. Lecannu ; JCP E 1993, II n 25 p 157 note A. Viandier ; RJ. com 1993, n 1371, note Ch. Goyet. 7 CA Paris, CBV n , 27 octobre 1993, Balland et autre / Comité d entreprise de la Sucrerie-Raffinerie de Châlon-sur-Saône, Bulletin Joly Bourse et Produits Financiers novembre décembre 1993 p

7 2.2.1 Sur la licéité de l opération Il convient en premier lieu de s interroger sur la licéité d une acquisition de titres en cours d offre. Aux termes de l article du règlement général du CMF applicable à l époque des faits : «A dater du début de la période d offre et jusqu à la clôture de l offre, l ensemble des ordres portant sur les titres visés par l offre sont exécutés sur le ou les marchés réglementés sur lequel (lesquels) les titres sont admis». Cette prescription a été respectée en l espèce puisque les titres ont tous été acquis sur le carnet d ordre central. Les conditions légales du ramassage en cours d offre ont également été respectées, la jurisprudence 9 et la doctrine 10 ayant admis la licéité de telles acquisitions sur le marché. Si l acquisition des titres réalisée sur le marché était en elle-même licite, la modalité technique de cette acquisition aurait-elle pu en revanche être contestée? On sait que l acquisition des titres sur le marché a été réalisée au moyen d une application. L application est définie à l alinéa 1 er de l article 4402 du livre 1 des règles de marché d Euronext de la manière suivante : «Une application consiste en la production et l exécution simultanées au même cours par un seul Membre des Marchés de Titres d Euronext de deux ordres client de sens opposés pour la même quantité d un titre donné». L utilisation possible de cette technique matérialisant une cession de bloc est précisée au deuxième alinéa de l article 4402 du livre 1 des règles de marché d Euronext qui précise que : «Les applications peuvent être effectuées en dehors du Carnet d Ordres Central conformément aux dispositions des articles 4305 et 4403». Néanmoins, l article P du livre II des Règles de Marché d Euronext dispose que : 8 CA Paris, 17 juin 1999, Paris 17 juin 1999, Paribas et Sté générale c/ BNP, RTD com. 52, juillet-septembre 1999, p T.com, 10 mars 1988, Gaz. Pal du 3-5 juillet 1988 p 468. : CA Paris, 1 ère ch, section CBV, 20 novembre 1991 SA Quadral c/ SA Finmeccanica International et autres, Dalloz Sirey, 1992, jurisprudence, p Dominique Schmidt, «Des ramassages systématiques en bourse et hors bourse constituent-ils des OPA irrégulières», RDAI n 4-5, 1989 p

8 «A dater du début de la période d offre et jusqu à la clôture de l offre, les membres du marché transmettent leurs ordres sur le carnet d ordre central» La technique de l application, en organisant la confrontation des deux ordres de sens opposé pour la même quantité de titres, empêche ainsi effectivement en pratique toute interposition d une personne tierce aux deux ordres confrontés. Néanmoins, d un point de vue strictement juridique, aucune disposition n édicte une interdiction générale de recourir à une application en période d offre dès lors que celle-ci est effectivement exécutée sur le marché. Au contraire, il résulte des textes précités que l exécution d une application en période d offre est expressément autorisée dès lors qu elle est réalisée sur le carnet d ordre central. Dès lors, comme le confirme la décision de la commission des sanctions, il apparaît que, ni l acquisition, ni les modalités de celle-ci (l utilisation d une application), ne présentait en l espèce un caractère illicite Sur le caractère occulte de l opération Le deuxième critère de la définition du principe de loyauté correspond au caractère occulte éventuel d une opération. Or, le caractère occulte de la transaction du 26 février 2002 n était pas non plus établi en l espèce. En effet, conformément à l article 22 du règlement COB n applicable à l époque des faits, les opérations d achat ou de vente sur le marché ont dû être déclarées chaque soir après la séance de bourse. Or, cette obligation de déclaration a également été respectée puisque l acquisition sur le marché des titres a été communiquée au conseil des marchés financiers lequel avait informé le marché de la surenchère automatique. L acquisition sur le marché ne présentait donc aucun caractère occulte Sur le caractère frauduleux de l opération. L hypothèse résiduelle et plus délicate concernait la fraude. Dès lors que ni le caractère illicite ni le caractère occulte de la transaction du 26 février 2002 n était avéré, la notion de déloyauté et celle de fraude tendait à se confondre, et ce, dans la mesure où la fraude 8

9 est le troisième et dernier élément constitutif de la définition de la déloyauté posée par la Cour d appel de Paris. La fraude est classiquement définie comme un acte accompli dans l intention d éluder une loi impérative ou prohibitive par le biais d une manœuvre ou d un moyen détourné 11. En l espèce, aucune preuve d une manœuvre ou d un moyen détourné n était établie. En outre, l élément intentionnel nécessaire à caractériser la fraude et selon lequel le marché aurait été sciemment trompé par l opération n était pas non plus rapporté. Enfin et surtout, la volonté d éluder une loi impérative semblait d autant plus délicate à établir que les protagonistes s étaient au contraire contentés d appliquer une réglementation qui avait expressément prévue l hypothèse d une cession en cours d offre, laquelle déclenchait précisément la procédure de surenchère automatique. En conséquence, la transaction réalisée par les protagonistes ne correspondait effectivement pas, selon nous, à la définition du principe de loyauté dans la compétition. Dès lors qu aucun des deux principes sous-jacents, qu il s agisse du principe d égalité entre les compétiteurs, ou du principe de loyauté dans la compétition n était applicable, la commission des sanctions ne pouvait effectivement reconnaître une quelconque atteinte au libre jeu des offres et des surenchères. III. MODALITES D INTERPRETATION DU PRINCIPE DE LIBRE JEU DES OFFRES ET DES SURENCHERES DE L OPERATION La décision de la commission des sanctions mérite surtout l attention dans la mesure où elle prend position sur les modalités d interprétation du principe de libre jeu des offres et des surenchères en indiquant expressément que ce principe «doit s apprécier dans le cadre de la réglementation». Cette affirmation permet de préciser que le strict respect par les protagonistes de la réglementation spécifique relative aux acquisitions en période d offre et à la procédure de surenchère automatique interdit par suite à la direction des enquêtes d invoquer à leur encontre un principe général sans avoir établi l existence d un véritable manquement à ces textes, ou une volonté de les éluder. A ce titre, la décision de la commission des sanctions contredit clairement la position exprimée dans la notification des griefs par la direction des enquêtes et énonce la seule interprétation qui pouvait prospérer au regard du principe de légalité des textes. 11 VIDAL, Essai d une théorie générale de la fraude en droit français,

10 Dans la mesure où aucune définition prétorienne antérieure ne semblait correspondre à la situation d espèce, la commission des sanctions ne pouvait se contenter d une analyse économique de la situation en se bornant à constater que les protagonistes avaient privé le marché de toute surenchère pertinente au delà du prix de 66,50, l autre compétiteur n ayant pu s interposer. En effet, hors procédure de sanction, il est admis en doctrine que les textes de droit financier et boursier ne doivent pas être interprétées strictement, mais selon une analyse téléologique, au regard de leur finalité et de l esprit qui a présidé à leur mise en place 12. Cette interprétation, compréhensible dans le cadre normal et courant des affaires, se trouve en revanche en contradiction avec un principe fondamental dès lors que les parties se trouvent engagées dans le cadre d une procédure de sanction. En effet, la notion de «matière pénale» au sens de la convention européenne de sauvegarde des droits de l homme, laquelle inclut les procédures de sanction administrative, implique au contraire le respect du principe de légalité, duquel découle directement le principe d interprétation stricte des textes pénaux et assimilés. Dans cette situation, l interprétation téléologique qui prévaut habituellement dans le droit boursier et financier et qui permet de prendre en compte le seul effet économique d une transaction pour apprécier sa conformité à la réglementation, doit nécessairement s effacer, dans le cadre d une procédure de sanction, devant une interprétation stricte des textes, garante des droits de la défense. Cette exigence d interprétation stricte des textes dans le cadre d une procédure de sanction explique en partie pourquoi le principe de libre jeu des offres et des surenchères a essentiellement été utilisé dans les décisions antérieures comme un instrument de régulation du marché qui offre, en amont, aux autorités la faculté de s opposer à la recevabilité d un projet d offre publique plutôt que, comme un instrument de sanction, en aval, permettant d apprécier la licéité d une transaction. En effet, au stade de la seule recevabilité, l analyse téléologique peut effectivement être maintenue, seul l effet économique et financier étant pris en compte pour apprécier la conformité de la transaction à la finalité des textes. Ainsi, comme le souligne M. Alain Viandier dans son commentaire sous l arrêt OCP, la Cour d appel de Paris «se place uniquement sous l angle de la validité de la décision de recevabilité prise par le Conseil 12 En ce sens, M.A Frison-Roche et M. Germain, sous CA Paris 27 avril 1993, in Revue de droit bancaire et bourse, 1993, p. 134, lesquels exposent que «dans un droit boursier encore en friche, l esprit et les principes doivent prévaloir [ ] pour éviter de donner prise à une habileté excessive des acteurs économiques». 10

11 des Bourses de Valeurs. L arrangement considéré n est pas illicite, mais il affecte la recevabilité du projet d offre 13.» Cette analyse est confirmée par Mme Marie-Anne Frison-Roche dans son article relatif au «Principe juridique d égalité des compétiteurs sur le marché boursier» qui estime que, dans l arrêt OCP, «c est bien l ensemble du dispositif mis en place, fût-il parfaitement licite, qui, analysé concrètement, fausse le jeu et implique l irrecevabilité, sans qu il soit même nécessaire de poser la question de la licéité des engagements 14». L ensemble des décisions postérieures montrent également que le principe de libre-jeu des offres et des surenchères a essentiellement été utilisé au niveau de la recevabilité 15. La doctrine a en conséquence pu affirmer que : «[ ] l annulation d une décision de recevabilité est la réponse judiciaire adéquate à un comportement qui enraye le libre jeu de l offre et de la surenchère, le droit économique spécial ayant pour fin d assurer le fonctionnement harmonieux du marché, notion qui s identifie à ce jeu 16». La commission des sanctions ne pouvait donc se fonder sur le seul effet économique de la transaction pour constater un manquement au libre jeu des offres et des surenchères, d autant que le caractère minimal du préjudice pour le marché, suite à la surenchère automatique, rendait particulièrement malvenue une analyse purement économique. La commission des sanctions a en conséquence pu motiver sa décision par le fait que : «si la rapidité de réalisation de l opération qui a mené à sa victoire a permis au Groupe Partouche d empêcher toute surenchère pertinente et a ainsi privé le marché de toute opportunité de vente à un prix supérieur à 66,50, il reste que tous les détenteurs d actions de la société visée ont pu vendre à e prix, qui est supérieur de 2,30 % à celui qui leur était jusque là proposé par son concurrent, en application de la règle de la surenchère automatique». La commission des sanctions a donc pu logiquement justifier la mise hors de cause des intéressés sur cette question. * * * 13 A. Viandier, Note sous Paris 1 ère ch. Sec CBV 27 avril 1993, JCP E, n 25, jurisprudence 457, p Marie-Anne Frison-Roche, «Le principe juridique d égalité des compétiteurs sur le marché boursier», in Bulletin Joly Bourse et Produits Financiers, novembre-décembre 1993, p CA Paris, CBV n , 27 octobre 1993, Balland et autre / Comité d entreprise de la Sucrerie-Raffinerie de Châlon-sur-Saône, Bulletin Joly Bourse et Produits Financiers novembre décembre 1993 p 749. Voir également, Rapport annuel de la COB, 1994, p 192 et communiqué AMF du 23 avril 2004, bulletin AMF janvier 2004, p Marie-Anne Frison-Roche, op.cit. 11

12 La décision de la commission des sanctions de l AMF en date du 15 septembre 2006 permet de mieux cerner la définition et les modalités d interprétation du principe de libre jeu des offres et des surenchères, qui n a fait l objet que de rares décisions. L utilisation de ce principe directeur comme fondement inhabituel d une procédure de sanction, ne pouvait en effet qu obliger la commission des sanctions à adopter une interprétation stricte des dispositions de la réglementation et à constater qu aucun des éléments constitutifs d une éventuelle atteinte à ce principe n était établi. Une lecture par défaut de la décision permet également de préciser les contours de la notion d accord susceptible d avoir une incidence sur l appréciation de l offre publique et reconnaît donc la licéité de la technique de l application en période d offre, comme le souligne le communiqué de presse publié le même jour sur le site de l AMF. Paris Eric Cafritz Patrick Jaïs Sophie Touhadian-Giely Cédric Chanas Fried, Frank, Harris, Shriver & Jacobson LLP New York One New York Plaza New York, NY Tel: Fax: Washington, DC 1001 Pennsylvania Avenue, NW Washington, DC Tel: Fax: Frankfurt Taunusanlage Frankfurt am Main Tel: Fax: Fried, Frank, Harris, Shriver & Jacobson (London) LLP 99 City Road London EC1Y 1AX Tel: Fax: Fried, Frank, Harris, Shriver & Jacobson (Europe) 65-67, avenue des Champs Elysées Paris France Tel: Fax:

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : chambre commerciale Audience publique du 26 octobre 2010 N de pourvoi: 09-71404 Publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président Me Spinosi, SCP Delaporte, Briard et Trichet, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation Chambre criminelle Audience publique du 30 avril 2014 N de pourvoi: 13-88162 ECLI:FR:CCASS:2014:CR02211 Publié au bulletin Rejet M. Louvel, président Mme Chaubon, conseiller apporteur

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS A L EGARD DE M. ANDRE TALMON

DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS A L EGARD DE M. ANDRE TALMON La Commission des sanctions DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS A L EGARD DE M. ANDRE TALMON La 2 ème section de la Commission des sanctions de l Autorité des marchés financiers (ci-après «AMF») ;

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R.

Commentaire aux Cahiers. Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011. Mme Denise R. Commentaire aux Cahiers Décision n 2011-119 QPC du 1 er avril 2011 Mme Denise R. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 2 février 2011 par la Cour de cassation (chambre sociale, arrêt n 567 du 2 février

Plus en détail

Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions

Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions RESUME Le régime des déclarations de franchissement de seuils et des déclarations d intentions, réformé

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

NOUVEAUX ÉCLAIRAGES SUR LE RÉGIME JURIDIQUE DE L OFFRE PUBLIQUE INVALIDÉE AU REGARD DE L OPE SCHNEIDER ELECTRIC-LEGRAND

NOUVEAUX ÉCLAIRAGES SUR LE RÉGIME JURIDIQUE DE L OFFRE PUBLIQUE INVALIDÉE AU REGARD DE L OPE SCHNEIDER ELECTRIC-LEGRAND NOUVEAUX ÉCLAIRAGES SUR LE RÉGIME JURIDIQUE DE L OFFRE PUBLIQUE INVALIDÉE AU REGARD DE L OPE SCHNEIDER ELECTRIC-LEGRAND Benoît LE BARS Maître de conférences à l Université de Cergy-Pontoise 1. Rappel des

Plus en détail

L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme

L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme Dans le présent arrêt, la chambre sociale de la Cour de cassation renforce

Plus en détail

La gestion des informations confidentielles et d intiés au sein de l APE

La gestion des informations confidentielles et d intiés au sein de l APE La gestion des informations confidentielles et d intiés au sein de l APE Vendredi 14 Février 2014 Objectifs de cette présentation : faire la différence entre information confidentielle et information privilégiées

Plus en détail

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011 CMS Bureau Francis Lefebvre 1-3 Villa Emile Bergerat, 92522 Neuilly-sur-Seine Cedex, France T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre

Plus en détail

ORGANISATION DU MARCHE LIBRE

ORGANISATION DU MARCHE LIBRE ORGANISATION DU MARCHE LIBRE 1 DEFINITION ET ROLE DU MARCHE LIBRE Le Marché Libre et les valeurs radiées du marché réglementé (ci-après «VRMR») forment un système multilatéral de négociation géré par Euronext

Plus en détail

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : M. Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC PLAISE AU TRIBUNAL 1. Après avoir été placé en garde à vue,

Plus en détail

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE Véronique VINCENT Juin 2011 Dans un arrêt du 18 mai 2011 (Cass.soc., n 09-69.175), la Cour

Plus en détail

Conclusions de Monsieur l'avocat général Hubert Liffran -------------------

Conclusions de Monsieur l'avocat général Hubert Liffran ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N N1370006 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) CONSEIL DE PRUD'HOMMES

Plus en détail

L offre publique de vente (OPV) 3. L offre publique de retrait (OPR) 5. L offre publique d échange (OPE) 6. L offre publique d achat (OPA) 7

L offre publique de vente (OPV) 3. L offre publique de retrait (OPR) 5. L offre publique d échange (OPE) 6. L offre publique d achat (OPA) 7 L offre publique de vente (OPV) 3 L offre publique de retrait (OPR) 5 L offre publique d échange (OPE) 6 L offre publique d achat (OPA) 7 2 Les offres publiques de vente Les offres publiques sont réglementées

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 7 A-1-05 N 24 du 7 FEVRIER 2005 DROITS D ENREGISTREMENT ET TAXE DE PUBLICITE FONCIERE. PAIEMENT DIFFERE DES DROITS. SUCCESSION COMPORTANT UN PORTEFEUILLE

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 13 février 2006 N 2868 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 8 février 2006. RAPPORT

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL

CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL Les États contractants, PRÉAMBULE Réaffirmant leur conviction que le commerce international sur la base de l égalité

Plus en détail

de l Union européenne...43

de l Union européenne...43 Table des matières Membres du jury... 5 Préface... 7 Remerciements... 9 Abréviations, sigles et acronymes... 11 Sommaire... 15 Introduction... 21 1. La définition de la notion de preuve...24 A L approche

Plus en détail

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006)

Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) Résumé non nominatif d une décision de sanction administrative en matière de délit d initié (04 04 2006) 1. Exposé des faits Les actions de la société Y sont admises à la négociation sur un marché réglementé

Plus en détail

Audience publique du 16 octobre 2013 Rejet M. GRIDEL, conseiller doyen faisant fonction de président

Audience publique du 16 octobre 2013 Rejet M. GRIDEL, conseiller doyen faisant fonction de président CIV. 1 JL COUR DE CASSATION Audience publique du 16 octobre 2013 Rejet M. GRIDEL, conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n o U 12-27.067 Arrêt n o F-D R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I

Plus en détail

---------------------------------------- DÉCISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS

---------------------------------------- DÉCISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS REGULATION DU SECTEUR DES JEUX D ARGENT ET DE HASARD EN LIGNE COMMISSION DES SANCTIONS instituée par l article 35 de la loi n 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l'ouverture à la concurrence et à la régulation

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de l Etat une somme de 10 000 euros au titre des dispositions de l article L. 761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MELUN N 1210804 Société IEF2I Mme Vergnaud Rapporteur M. Kauffmann Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Melun (10ème Chambre)

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 6 mai 2014 N de pourvoi: 13-11420 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00428 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc, Duhamel et

Plus en détail

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015.

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015. FÉVRIER 2015 A LA UNE Un accord collectif ne peut suppléer le règlement intérieur dans la détermination de la durée maximale de la mise à pied disciplinaire Depuis 2010, la Chambre sociale de la Cour de

Plus en détail

Convention de cession d actions (modèle simple / SA)

Convention de cession d actions (modèle simple / SA) http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de cession d actions (modèle simple / SA) Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat.

Plus en détail

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF Position AMF n 2009-14 Information financière diffusée par les sociétés en difficulté Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF L Autorité des marchés financiers,

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2.

salariés âgés ou présentant des caractéristiques sociales ou de qualification rendant leur réinsertion professionnelle particulièrement difficile 2. Commentaire Décision n 2012-232 QPC du 13 avril 2012 M. Raymond S. (Ancienneté dans l entreprise et conséquences de la nullité du plan de sauvegarde de l emploi) La Cour de cassation a renvoyé au Conseil

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU

CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 18, rue Salvador Allende - 86 POITIERS Siret 399 78 97 16 - APE 651 D Note d information

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA SECURITE FINANCIERE (FRANCE) ET DE LA LOI RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA SECURITE DES RELATIONS FINANCIERES

Plus en détail

S informer sur. Les offres publiques d acquisition : OPA, OPE, etc.

S informer sur. Les offres publiques d acquisition : OPA, OPE, etc. S informer sur Les offres publiques d acquisition : OPA, OPE, etc. Autorité des marchés financiers Les offres publiques d acquisition : OPA, OPE, etc. Sommaire Les principaux acteurs 03 Les différentes

Plus en détail

Les mandats et les actes courants de l agent commercial

Les mandats et les actes courants de l agent commercial 1/ Définition : Les mandats et les actes courants de l agent commercial Le mandat est un contrat conclu entre un mandat qui veut faire quelque chose et un mandataire à qui l on va donner le droit de faire

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR L AFFACTURAGE INTERNATIONAL (*) (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION,

CONVENTION D UNIDROIT SUR L AFFACTURAGE INTERNATIONAL (*) (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, CONVENTION D UNIDROIT SUR L AFFACTURAGE INTERNATIONAL (*) (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, CONSCIENTS du fait que l affacturage international a une fonction importante

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen et Thouvenin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 1 juin 2010 N de pourvoi: 09-41507 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Collomp (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

DDE 77 / Sandrine GOMEL SDUC/ Bureau Contentieux et Expertise Juridique ACTUALITE JURISPRUDENTIELLE EN MATIERE D URBANISME

DDE 77 / Sandrine GOMEL SDUC/ Bureau Contentieux et Expertise Juridique ACTUALITE JURISPRUDENTIELLE EN MATIERE D URBANISME DDE 77 / Sandrine GOMEL SDUC/ Bureau Contentieux et Expertise Juridique ACTUALITE JURISPRUDENTIELLE EN MATIERE D URBANISME Journée ADS 11 Décembre 2007 Flash sur 3 arrêts rendus en 2007 Permis de construire

Plus en détail

NTG / jurisprudence française

NTG / jurisprudence française NTG / jurisprudence française Créance maritime privilégiée non établie lors de la saisie conservatoire d un navire revendu Sébastien GOULET Avocat au Barreau de Marseille TRIBUNAL DE COMMERCE DE MARSEILLE

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires)

Commentaire. Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012. M. Éric M. (Discipline des notaires) Commentaire Décision n 2011-211 QPC du 27 janvier 2012 M. Éric M. (Discipline des notaires) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 27 octobre 2011 par la Cour de cassation (première chambre civile,

Plus en détail

MANDAT DE GESTION. Entre les soussignés :

MANDAT DE GESTION. Entre les soussignés : MANDAT DE GESTION Entre les soussignés : [LE CLIENT], dont le siège social est [Adresse du client], représenté par [Nom du représentant], en qualité de [Fonction du client] dûment habilité aux fins des

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon

Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon Note d'information établie à la suite de la décision du Conseil d Administration du 8 décembre

Plus en détail

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires:

Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: Cass. Soc. du 29 juin 2011 Licéité du forfait jours. (Cf L 3121-38 et suiv. du CT) Commentaires: - A quelles conditions une convention de forfait en jours annuels est elle valable? - Les manquements de

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Piwnica et Molinié, SCP de Chaisemartin et Courjon, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 23 juin 2015 N de pourvoi: 14-17894 ECLI:FR:CCASS:2015:CO00604 Publié au bulletin Cassation partielle Mme Mouillard (président), président SCP

Plus en détail

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions 1 CONSTRUCTIONS INDUSTRIELLES DE LA MEDITERRANEE (CNIM) Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 6 056 220 Euros Siège social : PARIS (75008) 35, rue de Bassano RCS PARIS 662

Plus en détail

Les articles 80 et 83 du code des marchés publics prévoient deux types d information : l information immédiate des candidats dès

Les articles 80 et 83 du code des marchés publics prévoient deux types d information : l information immédiate des candidats dès L information des candidats évincés : une étape à ne pas manquer Par Guillaume Delaloy L information des candidats non retenus à l issue d une procédure de marché public constitue une formalité essentielle

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE

CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE 05/09/2014 La clause de non-concurrence est une clause aux termes de laquelle l une des parties à un contrat s engage à ne pas exercer d activité

Plus en détail

Droit financier et Droit des sociétés

Droit financier et Droit des sociétés Modification de diverses dispositions relatives au droit boursier, aux mécanismes de supervision des acteurs et des marchés financiers et au droit des sociétés par la loi de régulation bancaire et financière

Plus en détail

La protection des représentants du personnel

La protection des représentants du personnel La protection des représentants du personnel Les représentants du personnel bénéficient d une protection dans leur emploi afin de mener à bien leurs missions en lien avec leur mandat. Cette protection

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 1 décembre 2011 N de pourvoi: 10-22767 Non publié au bulletin Cassation M. Charruault (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Rocheteau

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 84 final 2015/0042 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse :

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse : V3/ 01-02-11 FORMULAIRE DE DECLARATION DE FRANCHISSEMENT(S) DE SEUIL(S) ET D INTENTION ARTICLES L. 233-7 ET L. 233-9 DU CODE DE COMMERCE ET 223-11 ET SUIVANTS DU REGLEMENT GENERAL DE L AMF I ) Déclaration

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 86 final 2015/0043 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées

Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Présentation du guide relatif à la prévention des manquements d initiés imputables aux dirigeants des sociétés cotées Bernard Esambert, membre du Collège Benoît de Juvigny, secrétaire général adjoint Conférence

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010. M. Mathieu P.

Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010. M. Mathieu P. Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010 M. Mathieu P. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 9 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée à l occasion

Plus en détail

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Gatineau et Fattaccini, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 04/05/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 15 avril 2015 N de pourvoi: 13-25283 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00704 Publié au bulletin Cassation M. Frouin (président), président SCP

Plus en détail

Guide Révision des Participants SIX Swiss Exchange SA et SIX Structured Products Exchange SA 30 juin 2015

Guide Révision des Participants SIX Swiss Exchange SA et SIX Structured Products Exchange SA 30 juin 2015 Guide Révision des Participants SIX Swiss Exchange SA et Exchange SA 30 juin 2015 TABLE DES MATIÈRES A. CONTEXTE... 3 B. SOCIÉTÉ D AUDIT MANDATÉE... 3 C. RAPPORT ET DATE DE REMISE... 3 D. COÛTS DE LA RÉVISION...

Plus en détail

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil (exposé fait par Jacqueline de GUILLENCHMIDT lors de la rencontre franco-arménienne du 23 janvier 2007 sur le patrimoine juridique commun)

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005 Commission nationale de l informatique et des libertés Paris, le 10 novembre 2005 Document d orientation adopté par la Commission le 10 novembre 2005 pour la mise en œuvre de dispositifs d alerte professionnelle

Plus en détail

COMPLIANCE ET DROIT BOURSIER

COMPLIANCE ET DROIT BOURSIER COMPLIANCE ET DROIT BOURSIER MANQUEMENTS D INITIES IMPUTABLES AUX DIRIGEANTS DE Liliana CORREIA Janvier 2011 En France, les dirigeants de sociétés cotées qui désirent réaliser des transactions sur les

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE «DESTINATION POUR TOUS»

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE «DESTINATION POUR TOUS» REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE «DESTINATION POUR TOUS» Version du 25/09/2013 Approuvée par La ministre des affaires sociales et de la santé La ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 OCTOBRE 2011 C.11.0035.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0035.F T. R. N, demanderesse en cassation, représentée par Maître John Kirkpatrick, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement :

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement : LE DIRIGEANT DE SOCIETE FACE AUX DIFFICULTES FINANCIERES DE L ENTREPRISE REUNION CFACI DU 12/10/2007 INSTITUT GOETHE PAR SERGE WORTHALTER, MEMBRE DE LA CFACI, AVOCAT AU BARREAU DE PARIS TEL 01 43 41 22

Plus en détail

Galop d essai (novembre 2013)

Galop d essai (novembre 2013) Bibliothèque numérique ASSAS.NET www.assas.net Galop d essai (novembre 2013) Droit du crédit Monsieur le Professeur Crocq Cas pratique www.assas.net Remerciements ASSAS.NET souhaite remercier très sincèrement

Plus en détail

7,60 euros par action de la Société d Edition de Canal Plus

7,60 euros par action de la Société d Edition de Canal Plus Ce communiqué ne constitue pas une offre d achat ni une quelconque forme de démarchage aux Etats-Unis d Amérique ou dans tout autre pays. L offre décrite ci-après ne pourra être ouverte qu une fois déclarée

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys

Commentaire. Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015. SELARL GPF Claeys Commentaire Décision n 2014-438 QPC du 16 janvier 2015 SELARL GPF Claeys (Conversion d office de la procédure de sauvegarde en une procédure de redressement judiciaire) Le Conseil constitutionnel a été

Plus en détail

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit:

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Arrêt n 102/14 Ch.c.C. du 12 février 2014. (Not. : 22032/99/CD) La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Vu les

Plus en détail

Étude particulière. Évaluation, valeur d apport et parité

Étude particulière. Évaluation, valeur d apport et parité Étude particulière Évaluation, valeur d apport et parité Il convient de bien différencier la notion de valeur d apport de la notion de parité d échange. La parité fixe le rapport d échange des titres de

Plus en détail

Rapport du Médiateur de Groupama SA.

Rapport du Médiateur de Groupama SA. 1 Rapport du Médiateur de Groupama SA. Période du 1 er Janvier au 31 Décembre 2012. Au terme de ma quatrième année d exercice des fonctions de Médiateur de Groupama SA, j ai l honneur de faire rapport

Plus en détail

SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, SCP Tiffreau, Marlange et de La Burgade, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, SCP Tiffreau, Marlange et de La Burgade, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 30/12/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 16 décembre 2014 N de pourvoi: 13-15081 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02367 Publié au bulletin Rejet M. Frouin (président), président SCP Masse-Dessen,

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE Banque de Nouvelle Calédonie En application de l article L 316-1 du Code Monétaire et Financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différents avec ses clients

Plus en détail

COMMUNIQUE RELATIF AU DEPOT D UN PROJET DE GARANTIE DE COURS

COMMUNIQUE RELATIF AU DEPOT D UN PROJET DE GARANTIE DE COURS COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 15 septembre 2010 COMMUNIQUE RELATIF AU DEPOT D UN PROJET DE GARANTIE DE COURS VISANT LES ACTIONS DE LA SOCIETE ADLPARTNER INITIEE PAR SOGESPA PRESENTEE PAR ROTHSCHILD &

Plus en détail

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose!

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! 1. Introduction Le présent article se limite aux sociétés anonymes et ne prend pas en compte

Plus en détail

Note sous Cass. Com., 18 Novembre 2014, n 12-28040. Texte de l arrêt commenté : Note :

Note sous Cass. Com., 18 Novembre 2014, n 12-28040. Texte de l arrêt commenté : Note : Règlement 1346/2000, procédure collective ouverte en France et avertissement des créanciers résidant dans d autres pays de l Union européenne : la méconnaissance du formalisme exigé par le droit européen

Plus en détail

Code de Bonnes Pratiques des Affaires

Code de Bonnes Pratiques des Affaires LA MISSION DE BEL Apporter du sourire dans toutes les familles par le plaisir et le meilleur du lait. Des règles à partager Le mot du Président-directeur général Bel est un Groupe familial, qui a développé

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 30 novembre 2005 Rejet N de pourvoi : 05-82773 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 3 Audience publique du 6 mai 2014 N de pourvoi: 12-23608 ECLI:FR:CCASS:2014:C300610 Non publié au bulletin Rejet M. Terrier (président), président Me Le Prado, Me Spinosi,

Plus en détail

«Manquement d État Aides d État Aide en faveur de New Interline SpA Récupération»

«Manquement d État Aides d État Aide en faveur de New Interline SpA Récupération» ARRÊT DE LA COUR (cinquième chambre) 13 octobre 2011 (*) «Manquement d État Aides d État Aide en faveur de New Interline SpA Récupération» Dans l affaire C 454/09, ayant pour objet un recours en manquement

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT ============== No 48.255 Projet de loi

CONSEIL D'ETAT ============== No 48.255 Projet de loi CONSEIL D'ETAT ============== No 48.255 Projet de loi relative au retrait obligatoire et au rachat obligatoire portant sur les titres de sociétés anonymes admis ou ayant été admis à la négociation sur

Plus en détail

Convention de Designer

Convention de Designer http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de Designer Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour seul objectif de

Plus en détail

Note d information à l intention des Emprunteurs

Note d information à l intention des Emprunteurs Réforme des sanctions : élargissement de la portée du régime des sanctions pour inclure des activités autres que la passation des marchés et imposition de sanctions en cas de manœuvre obstructionniste

Plus en détail

La surveillance du salarié : les régimes applicables

La surveillance du salarié : les régimes applicables La surveillance du salarié : les régimes applicables Actualité juridique publié le 06/12/2014, vu 779 fois, Auteur : Xavier Berjot OCEAN Avocats 1. La surveillance interne Dans l arrêt du 5 novembre 2014,

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Fabiani et Luc-Thaler, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Fabiani et Luc-Thaler, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 02/12/2014 Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-22300 ECLI:FR:CCASS:2014:C201714 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc

Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc Règles existantes en matière de consolidation des entités ad hoc L es établissements de crédit interviennent à divers titres dans les montages utilisant des entités ad hoc, soit comme arrangeurs et/ou

Plus en détail

Quelles entreprises sont soumises à l obligation d information? Les entreprises soumises à une obligation d information de leurs salariés sont :

Quelles entreprises sont soumises à l obligation d information? Les entreprises soumises à une obligation d information de leurs salariés sont : Flash Information préalable des salariés de PME en cas de cession d entreprise ou de fonds de commerce : plus de questions et de débats que de réponses... Parmi les dispositions de la loi du 31 juillet

Plus en détail

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange La Commission des sanctions a constaté que le participant

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail