Ce principe a été complété par l exigence d un comportement loyal des acteurs pendant le déroulement des offres successives.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ce principe a été complété par l exigence d un comportement loyal des acteurs pendant le déroulement des offres successives."

Transcription

1 T O O U R F R I E N D S A N D C L I E N T S M e m o r a n d u m Le 30 octobre La commission des sanctions de l AMF précise les contours du principe de libre jeu des offres et des surenchères (A propos de la décision Partouche publiée le 26 octobre 2006) Le principe de libre jeu des offres et des surenchères est un principe directeur de la réglementation des offres publiques qui trouve son origine dans la décision générale de la COB du 25 juillet et dont l objectif est de permettre à chacun des compétiteurs de participer à la tentative de prise de contrôle d une société par voie d offre publique, en ayant pleinement connaissance des conditions proposées par son concurrent 2. Ce principe a été complété par l exigence d un comportement loyal des acteurs pendant le déroulement des offres successives. Au milieu d une jurisprudence relativement limitée sur cette question, la décision du 15 septembre rendue par la commission des sanctions de l Autorité des marchés financiers (ci-après l «AMF»), à l égard des sociétés Groupe Partouche (ci-après «Groupe Partouche») et Fortis Bank ainsi que de MM. André Der Krikorian et Arnaud Bricout, apporte des précisions importantes sur les modalités d application de ce principe essentiel. L AMF a d ailleurs publié un communiqué de presse sur cette décision, ce qui souligne que celle-ci s impose comme une décision de principe 4. 1 Décision générale de la COB relative aux offres publiques d achat et d échange en date du 25 juillet 1978, JO du 13 août Rapport annuel de la COB, 1997, p Décision publiée sur le site internet de l AMF le 26 octobre 2006 et disponible à l adresse suivante : 4 Communiqué de presse en date du 26 octobre 2006 et disponible à l adresse suivante : Copyright 2006 Fried, Frank, Harris, Shriver & Jacobson LLP A Delaware Limited Liability Partnership

2 Faits A la fin de l année 2001, la société Accor Casinos (ci-après «Accor Casinos»), filiale du groupe Accor et troisième opérateur français de Casinos à l époque des faits, entrait en pourparlers avec M. Der Krikorian, en vue de négocier avec lui et certains actionnaires historiques, les conditions d un rapprochement avec la société Compagnie Européenne de Casinos (ci-après «CEC»). Les actions CEC étaient cotées au second marché d Euronext Paris. Le 14 décembre 2001, Accor Casinos acquérait hors marché titres CEC à 52 euros par action correspondant à 22,7 % du capital non dilué auprès notamment des actionnaires historiques et le 17 décembre 2001, déposait auprès du CMF une offre publique d achat amicale portant sur la totalité des titres CEC au même prix. Le 28 janvier 2002, la société Groupe Partouche, premier exploitant de casinos en France, décidait à son tour d intervenir sur le marché en acquérant actions et obligations convertibles portant sa participation à 36,8 % du capital et à 27,6 % des droits de vote publiés de CEC. Le 4 février 2002, Groupe Partouche déposait alors un projet d offre publique concurrente à celle d Accor Casinos au prix de 59 euros par action et de 114,68 euros par obligation convertible. Le 6 février 2002, Accor Casinos décidait de riposter et déposait auprès du CMF une surenchère sur sa propre offre en proposant une valorisation de 65 euros par action et de 160,7 euros par obligation convertible. Le 26 février 2002, Groupe Partouche procédait à l acquisition sur le marché de actions et obligations convertibles au prix de 66,5 euros par action, prenant ainsi le contrôle de CEC en portant sa participation à 54,3 % du capital de celle-ci. Conformément à l article de son Règlement général applicable à l époque des faits, le CMF précisait que cette acquisition en période d offre déclenchait la mise en œuvre d une surenchère automatique par Groupe Partouche. Constatant que Groupe Partouche détenait désormais le contrôle de CEC, Accor Casinos annonçait le 5 mars le retrait de son offre publique d achat. Le 10 avril 2002 les résultats de l offre étaient publiés et indiquaient que Groupe Partouche détenait désormais 99,51 % du capital de CEC. Le 9 octobre 2002, le titre CEC était retiré de la cote. 2

3 Procédure Le 28 février 2002, le Directeur de la COB décidait d ouvrir une enquête «sur le marché de l action et de l obligation convertible Européenne de Casinos à compter du 1 er juillet 2001». Une notification des griefs était notamment adressée le 12 août 2005 à Groupe Partouche et à M. Der Krikorian leur reprochant d avoir porté atteinte au libre jeu des offres et des surenchères, en particulier, aux motifs que : «[ ] si le règlement COB n n'interdit pas à un dirigeant de la société visée par une offre de céder ses titres et à une société ayant surenchéri de les acquérir et si le règlement général du CMF, applicable à l'époque des faits, précise seulement, dans son article , que toute cession doit être faite sur le marché, encore faut-il, pour permettre le libre jeu des offres et des surenchères, qu'une telle cession ou qu'une telle acquisition ne soit pas organisée afin de bénéficier exclusivement et définitivement à une des sociétés ayant déposé un projet d'offre.» La direction des enquêtes contestait en l espèce les modalités de l acquisition des titres CEC sur le marché par Groupe Partouche et particulièrement le recours à la technique de marché dite de «l application», laquelle consiste en la production et l exécution simultanées au même cours par un prestataire de services d investissement de deux ordres client de sens opposés pour une même quantité de titres. Selon la direction des enquêtes, l usage d une application, qui laissait par ailleurs supposer l existence d un accord entre les parties à la transaction du 26 février 2002, non communiqué au marché en violation de la réglementation, aurait en effet porté atteinte au libre jeu des offres et des surenchères en empêchant l autre initiateur de l'offre (en l occurrence Accor Casinos) de s interposer sur le marché et d acquérir les titres cédés le 26 février 2002, et en faisant perdre, en définitive, au marché la chance d'une nouvelle surenchère. La commission des sanctions, faisant droit aux arguments développés par Groupe Partouche, rejette cette argumentation en mettant hors de cause Groupe Partouche sur le fond ainsi que M. Der Krikorian, jugeant pour ce dernier que le règlement COB n ne lui est pas applicable, puisque, d une part, son champ d application ne vise que l initiateur d une offre et la société visée et que, d autre part, M. Der Krikorian ne pouvait être considéré comme ayant participé à une action de concert avec la société visée de nature à le faire entrer dans ce champ d application. Au delà de la question relative aux règles d appariement et d exécution des ordres, qui n est pas l objet du présent mémorandum, cette décision permet surtout d apporter des éclaircissements sur la notion d accord susceptible d avoir une incidence sur l appréciation de l offre publique (I), ainsi que sur la définition (II) et les modalités d interprétation (III) du principe de libre jeu des offres et des surenchères. 3

4 I. LA NOTION D ACCORD SUSCEPTIBLE D AVOIR UNE INCIDENCE SUR L APPRECIATION DE L OFFRE PUBLIQUE L article 4 du règlement COB n applicable à l époque des faits disposait que : «Dès l avis de dépôt de l offre, ou pendant toute sa durée dès leur conclusion, les accords susceptibles d avoir une incidence sur l appréciation de l offre publique ou sur son issue, conclus par les actionnaires de la société visée ou des personnes agissant de concert avec elle, sous réserve de l appréciation de leur validité par les tribunaux, doivent être notifiés par leurs signataires au conseil d administration ou au directoire des sociétés concernées, ainsi qu au Conseil des bourses de valeur et à la Commission des opérations de bourse. Ces accords sont simultanément portés par ceux qui les ont conclus à la connaissance du public par publication dans au moins un quotidien d information financière de diffusion nationale» Dans sa décision, la commission des sanctions constate en premier lieu, que la preuve d un tel «accord entre les parties liant celles-ci de façon formelle» qui aurait abouti à la cession du 26 février 2002, n est pas établie. En effet, les accords visés par l article 4 désignent essentiellement des conventions conclues formellement, généralement matérialisées dans un acte, et en particulier les engagements de présentation à une offre publique, ou à l inverse, les interdictions de présenter des titres à une offre. En revanche, l accord au sens de l article 4 du règlement COB n n a jamais désigné la décision de vendre ou non ses titres sur le marché lorsqu aucun véritable engagement préalable n est intervenu entre les parties. En l espèce, le seul accord établi résultait de la cession elle-même et était uniquement matérialisé par le dénouement de la transaction du 26 février En ce sens, l accord entre Groupe Partouche et les cédants se confondait avec la cession du 26 février 2002, il ne préexistait pas à celle-ci. La commission des sanctions a donc pu justement écarter l existence d un accord entre les parties. En toutes hypothèses, la commission des sanctions souligne l absence de conséquences, en termes économiques, d un éventuel accord dès lors qu un tel accord à supposer qu il ait existé n aurait pas permis la prise du contrôle du capital de CEC que seule l acquisition subséquente auprès des porteurs des obligations convertibles sur le marché a rendu possible. 4

5 II. LA DEFINITION DU PRINCIPE DE LIBRE JEU DES OFFRES ET DES SURENCHERES La décision de la commission des sanctions est également importante en ce qu elle précise, par défaut, la définition du principe de libre jeu des offres et des surenchères. L analyse de la jurisprudence montre que le principe de libre jeu des offres et des surenchères se subdivise en réalité en deux principes sous-jacents, à savoir le principe d égalité entre les compétiteurs (3.1) et le principe de loyauté dans la compétition (3.2). 2.1 Le principe d égalité entre les compétiteurs Comme le souligne la doctrine, le domaine d élection du principe d égalité entre les compétiteurs est celui des «avantages que les opérateurs se font concéder au moyen d engagements de présentation, c'est-àdire de promesses unilatérales de vente au profit de l auteur d une offre 5». Confrontée à l existence de tels engagements de présentation, la Cour d appel de Paris dans son arrêt OCP en date du 27 avril 1993 a défini le principe d égalité entre compétiteurs : il y a atteinte à ce principe lorsque le dispositif mis en place confère à l un des initiateurs «un avantage déterminant par avance le succès de son offre publique [ ] empêch[ant] a priori toute possibilité d égalité dans la compétition 6.» En l occurrence, «des accords qui permett[aient] à la société Gehe AG [société initiatrice de l offre publique d achat] de contrôler la gestion de la société OCP [société cible] en cas de succès de son opération, ce qu aucun autre compétiteur n [était] assuré d obtenir [donnent à cette offre] un avantage évident de nature à priver toute éventuelle contre-offre d égalité dans la compétition et par conséquent [sont de nature] à en dissuader la présentation.» Pour les juges du fond, il y aurait donc rupture d égalité entre les compétiteurs lorsque les mesures mises en place par l initiateur déterminent à l avance l issue de l offre publique et dissuadent, de ce fait, tout concurrent éventuel de l initiateur favorisé. La définition de l atteinte au principe d égalité entre les compétiteurs implique donc, pour les autorités de marché, la nécessité de se placer dans une situation ex ante afin d examiner si aucune convention ne vient fausser les règles de concurrence en désignant au préalable le compétiteur victorieux. En résumé, il apparaissait nécessaire pour les enquêteurs de prouver en premier lieu l existence d un accord ayant faussé préalablement les règles de compétitivité, avant de pouvoir contesté en second lieu une quelconque atteinte au principe d égalité entre les compétiteurs. 5 Philippe Portier et Raphaële Navelet-Nouhalhier, «La libre compétition dans les offres publiques d acquisition», in Revue de Droit Bancaire et Financier, juillet-août 2002, p 226, 8. 5

6 Or, faute d apporter la preuve d un tel accord préalable, la violation du principe d égalité entre les compétiteurs ne pouvait être retenue dès lors que le principal élément constitutif de ce principe faisait défaut. En outre, au regard de la jurisprudence et notamment de l arrêt Sucrerie de Châlon 7, seul un accord préalable permettant l octroi pour l un des compétiteurs d un avantage décisif et déterminant sur l issue de l offre, porte atteinte au principe d égalité entre les compétiteurs. Or, comme le souligne la décision, l avantage résultant de l acquisition du bloc d actions vendues sur le marché par les actionnaires historiques le 26 février 2002, ne pouvait être considéré à lui seul comme «déterminant» pour l issue de l offre publique puisque la prise de contrôle de CEC a nécessité l acquisition corrélative des obligations convertibles auprès des porteurs. En tout état de cause, quand bien même cette acquisition des actions auprès des actionnaires historiques aurait constitué à elle-seule un moyen de prendre le contrôle de la société, l absence de preuve d un élément d antériorité de l accord supposé n aurait pas permis de caractériser un manquement au principe. Dès lors que ni le caractère préalable ni le caractère déterminant sur l issue de l offre, de l avantage conféré à l un des compétiteurs, n était établi, la commission des sanctions ne pouvait donc retenir une quelconque atteinte au principe d égalité entre les compétiteurs. 2.2 Le principe de loyauté dans la compétition Parallèlement au principe d égalité entre les compétiteurs, la jurisprudence a pu déduire du libre jeu des offres et des surenchères un principe de loyauté dans la compétition. En effet, la jurisprudence de la Cour d appel de Paris a eu l occasion de définir très précisément ce principe en indiquant que : «la déloyauté s entend comme une entrave au libre jeu des offres et des surenchères, par le recours à des manœuvres ou moyens détournés mis en œuvre dans des conditions illicites, occultes ou frauduleuses 8». Il convient donc d analyser les trois critères posés par cette définition au regard des faits de l espèce afin de vérifier si l acquisition du 26 février 2002 était ou non constitutive d un acte de déloyauté. 6 CA Paris, 1 ère cha. Sect. CBV, n 93/5842, 27 avril 1993, Mutuelle du Mans Assurance-Vie et autre c/ Société OCP, Bulletin Joly Bourse et Produits Financiers, juillet-août 1993, p 397, note P. Lecannu ; JCP E 1993, II n 25 p 157 note A. Viandier ; RJ. com 1993, n 1371, note Ch. Goyet. 7 CA Paris, CBV n , 27 octobre 1993, Balland et autre / Comité d entreprise de la Sucrerie-Raffinerie de Châlon-sur-Saône, Bulletin Joly Bourse et Produits Financiers novembre décembre 1993 p

7 2.2.1 Sur la licéité de l opération Il convient en premier lieu de s interroger sur la licéité d une acquisition de titres en cours d offre. Aux termes de l article du règlement général du CMF applicable à l époque des faits : «A dater du début de la période d offre et jusqu à la clôture de l offre, l ensemble des ordres portant sur les titres visés par l offre sont exécutés sur le ou les marchés réglementés sur lequel (lesquels) les titres sont admis». Cette prescription a été respectée en l espèce puisque les titres ont tous été acquis sur le carnet d ordre central. Les conditions légales du ramassage en cours d offre ont également été respectées, la jurisprudence 9 et la doctrine 10 ayant admis la licéité de telles acquisitions sur le marché. Si l acquisition des titres réalisée sur le marché était en elle-même licite, la modalité technique de cette acquisition aurait-elle pu en revanche être contestée? On sait que l acquisition des titres sur le marché a été réalisée au moyen d une application. L application est définie à l alinéa 1 er de l article 4402 du livre 1 des règles de marché d Euronext de la manière suivante : «Une application consiste en la production et l exécution simultanées au même cours par un seul Membre des Marchés de Titres d Euronext de deux ordres client de sens opposés pour la même quantité d un titre donné». L utilisation possible de cette technique matérialisant une cession de bloc est précisée au deuxième alinéa de l article 4402 du livre 1 des règles de marché d Euronext qui précise que : «Les applications peuvent être effectuées en dehors du Carnet d Ordres Central conformément aux dispositions des articles 4305 et 4403». Néanmoins, l article P du livre II des Règles de Marché d Euronext dispose que : 8 CA Paris, 17 juin 1999, Paris 17 juin 1999, Paribas et Sté générale c/ BNP, RTD com. 52, juillet-septembre 1999, p T.com, 10 mars 1988, Gaz. Pal du 3-5 juillet 1988 p 468. : CA Paris, 1 ère ch, section CBV, 20 novembre 1991 SA Quadral c/ SA Finmeccanica International et autres, Dalloz Sirey, 1992, jurisprudence, p Dominique Schmidt, «Des ramassages systématiques en bourse et hors bourse constituent-ils des OPA irrégulières», RDAI n 4-5, 1989 p

8 «A dater du début de la période d offre et jusqu à la clôture de l offre, les membres du marché transmettent leurs ordres sur le carnet d ordre central» La technique de l application, en organisant la confrontation des deux ordres de sens opposé pour la même quantité de titres, empêche ainsi effectivement en pratique toute interposition d une personne tierce aux deux ordres confrontés. Néanmoins, d un point de vue strictement juridique, aucune disposition n édicte une interdiction générale de recourir à une application en période d offre dès lors que celle-ci est effectivement exécutée sur le marché. Au contraire, il résulte des textes précités que l exécution d une application en période d offre est expressément autorisée dès lors qu elle est réalisée sur le carnet d ordre central. Dès lors, comme le confirme la décision de la commission des sanctions, il apparaît que, ni l acquisition, ni les modalités de celle-ci (l utilisation d une application), ne présentait en l espèce un caractère illicite Sur le caractère occulte de l opération Le deuxième critère de la définition du principe de loyauté correspond au caractère occulte éventuel d une opération. Or, le caractère occulte de la transaction du 26 février 2002 n était pas non plus établi en l espèce. En effet, conformément à l article 22 du règlement COB n applicable à l époque des faits, les opérations d achat ou de vente sur le marché ont dû être déclarées chaque soir après la séance de bourse. Or, cette obligation de déclaration a également été respectée puisque l acquisition sur le marché des titres a été communiquée au conseil des marchés financiers lequel avait informé le marché de la surenchère automatique. L acquisition sur le marché ne présentait donc aucun caractère occulte Sur le caractère frauduleux de l opération. L hypothèse résiduelle et plus délicate concernait la fraude. Dès lors que ni le caractère illicite ni le caractère occulte de la transaction du 26 février 2002 n était avéré, la notion de déloyauté et celle de fraude tendait à se confondre, et ce, dans la mesure où la fraude 8

9 est le troisième et dernier élément constitutif de la définition de la déloyauté posée par la Cour d appel de Paris. La fraude est classiquement définie comme un acte accompli dans l intention d éluder une loi impérative ou prohibitive par le biais d une manœuvre ou d un moyen détourné 11. En l espèce, aucune preuve d une manœuvre ou d un moyen détourné n était établie. En outre, l élément intentionnel nécessaire à caractériser la fraude et selon lequel le marché aurait été sciemment trompé par l opération n était pas non plus rapporté. Enfin et surtout, la volonté d éluder une loi impérative semblait d autant plus délicate à établir que les protagonistes s étaient au contraire contentés d appliquer une réglementation qui avait expressément prévue l hypothèse d une cession en cours d offre, laquelle déclenchait précisément la procédure de surenchère automatique. En conséquence, la transaction réalisée par les protagonistes ne correspondait effectivement pas, selon nous, à la définition du principe de loyauté dans la compétition. Dès lors qu aucun des deux principes sous-jacents, qu il s agisse du principe d égalité entre les compétiteurs, ou du principe de loyauté dans la compétition n était applicable, la commission des sanctions ne pouvait effectivement reconnaître une quelconque atteinte au libre jeu des offres et des surenchères. III. MODALITES D INTERPRETATION DU PRINCIPE DE LIBRE JEU DES OFFRES ET DES SURENCHERES DE L OPERATION La décision de la commission des sanctions mérite surtout l attention dans la mesure où elle prend position sur les modalités d interprétation du principe de libre jeu des offres et des surenchères en indiquant expressément que ce principe «doit s apprécier dans le cadre de la réglementation». Cette affirmation permet de préciser que le strict respect par les protagonistes de la réglementation spécifique relative aux acquisitions en période d offre et à la procédure de surenchère automatique interdit par suite à la direction des enquêtes d invoquer à leur encontre un principe général sans avoir établi l existence d un véritable manquement à ces textes, ou une volonté de les éluder. A ce titre, la décision de la commission des sanctions contredit clairement la position exprimée dans la notification des griefs par la direction des enquêtes et énonce la seule interprétation qui pouvait prospérer au regard du principe de légalité des textes. 11 VIDAL, Essai d une théorie générale de la fraude en droit français,

10 Dans la mesure où aucune définition prétorienne antérieure ne semblait correspondre à la situation d espèce, la commission des sanctions ne pouvait se contenter d une analyse économique de la situation en se bornant à constater que les protagonistes avaient privé le marché de toute surenchère pertinente au delà du prix de 66,50, l autre compétiteur n ayant pu s interposer. En effet, hors procédure de sanction, il est admis en doctrine que les textes de droit financier et boursier ne doivent pas être interprétées strictement, mais selon une analyse téléologique, au regard de leur finalité et de l esprit qui a présidé à leur mise en place 12. Cette interprétation, compréhensible dans le cadre normal et courant des affaires, se trouve en revanche en contradiction avec un principe fondamental dès lors que les parties se trouvent engagées dans le cadre d une procédure de sanction. En effet, la notion de «matière pénale» au sens de la convention européenne de sauvegarde des droits de l homme, laquelle inclut les procédures de sanction administrative, implique au contraire le respect du principe de légalité, duquel découle directement le principe d interprétation stricte des textes pénaux et assimilés. Dans cette situation, l interprétation téléologique qui prévaut habituellement dans le droit boursier et financier et qui permet de prendre en compte le seul effet économique d une transaction pour apprécier sa conformité à la réglementation, doit nécessairement s effacer, dans le cadre d une procédure de sanction, devant une interprétation stricte des textes, garante des droits de la défense. Cette exigence d interprétation stricte des textes dans le cadre d une procédure de sanction explique en partie pourquoi le principe de libre jeu des offres et des surenchères a essentiellement été utilisé dans les décisions antérieures comme un instrument de régulation du marché qui offre, en amont, aux autorités la faculté de s opposer à la recevabilité d un projet d offre publique plutôt que, comme un instrument de sanction, en aval, permettant d apprécier la licéité d une transaction. En effet, au stade de la seule recevabilité, l analyse téléologique peut effectivement être maintenue, seul l effet économique et financier étant pris en compte pour apprécier la conformité de la transaction à la finalité des textes. Ainsi, comme le souligne M. Alain Viandier dans son commentaire sous l arrêt OCP, la Cour d appel de Paris «se place uniquement sous l angle de la validité de la décision de recevabilité prise par le Conseil 12 En ce sens, M.A Frison-Roche et M. Germain, sous CA Paris 27 avril 1993, in Revue de droit bancaire et bourse, 1993, p. 134, lesquels exposent que «dans un droit boursier encore en friche, l esprit et les principes doivent prévaloir [ ] pour éviter de donner prise à une habileté excessive des acteurs économiques». 10

11 des Bourses de Valeurs. L arrangement considéré n est pas illicite, mais il affecte la recevabilité du projet d offre 13.» Cette analyse est confirmée par Mme Marie-Anne Frison-Roche dans son article relatif au «Principe juridique d égalité des compétiteurs sur le marché boursier» qui estime que, dans l arrêt OCP, «c est bien l ensemble du dispositif mis en place, fût-il parfaitement licite, qui, analysé concrètement, fausse le jeu et implique l irrecevabilité, sans qu il soit même nécessaire de poser la question de la licéité des engagements 14». L ensemble des décisions postérieures montrent également que le principe de libre-jeu des offres et des surenchères a essentiellement été utilisé au niveau de la recevabilité 15. La doctrine a en conséquence pu affirmer que : «[ ] l annulation d une décision de recevabilité est la réponse judiciaire adéquate à un comportement qui enraye le libre jeu de l offre et de la surenchère, le droit économique spécial ayant pour fin d assurer le fonctionnement harmonieux du marché, notion qui s identifie à ce jeu 16». La commission des sanctions ne pouvait donc se fonder sur le seul effet économique de la transaction pour constater un manquement au libre jeu des offres et des surenchères, d autant que le caractère minimal du préjudice pour le marché, suite à la surenchère automatique, rendait particulièrement malvenue une analyse purement économique. La commission des sanctions a en conséquence pu motiver sa décision par le fait que : «si la rapidité de réalisation de l opération qui a mené à sa victoire a permis au Groupe Partouche d empêcher toute surenchère pertinente et a ainsi privé le marché de toute opportunité de vente à un prix supérieur à 66,50, il reste que tous les détenteurs d actions de la société visée ont pu vendre à e prix, qui est supérieur de 2,30 % à celui qui leur était jusque là proposé par son concurrent, en application de la règle de la surenchère automatique». La commission des sanctions a donc pu logiquement justifier la mise hors de cause des intéressés sur cette question. * * * 13 A. Viandier, Note sous Paris 1 ère ch. Sec CBV 27 avril 1993, JCP E, n 25, jurisprudence 457, p Marie-Anne Frison-Roche, «Le principe juridique d égalité des compétiteurs sur le marché boursier», in Bulletin Joly Bourse et Produits Financiers, novembre-décembre 1993, p CA Paris, CBV n , 27 octobre 1993, Balland et autre / Comité d entreprise de la Sucrerie-Raffinerie de Châlon-sur-Saône, Bulletin Joly Bourse et Produits Financiers novembre décembre 1993 p 749. Voir également, Rapport annuel de la COB, 1994, p 192 et communiqué AMF du 23 avril 2004, bulletin AMF janvier 2004, p Marie-Anne Frison-Roche, op.cit. 11

12 La décision de la commission des sanctions de l AMF en date du 15 septembre 2006 permet de mieux cerner la définition et les modalités d interprétation du principe de libre jeu des offres et des surenchères, qui n a fait l objet que de rares décisions. L utilisation de ce principe directeur comme fondement inhabituel d une procédure de sanction, ne pouvait en effet qu obliger la commission des sanctions à adopter une interprétation stricte des dispositions de la réglementation et à constater qu aucun des éléments constitutifs d une éventuelle atteinte à ce principe n était établi. Une lecture par défaut de la décision permet également de préciser les contours de la notion d accord susceptible d avoir une incidence sur l appréciation de l offre publique et reconnaît donc la licéité de la technique de l application en période d offre, comme le souligne le communiqué de presse publié le même jour sur le site de l AMF. Paris Eric Cafritz Patrick Jaïs Sophie Touhadian-Giely Cédric Chanas Fried, Frank, Harris, Shriver & Jacobson LLP New York One New York Plaza New York, NY Tel: Fax: Washington, DC 1001 Pennsylvania Avenue, NW Washington, DC Tel: Fax: Frankfurt Taunusanlage Frankfurt am Main Tel: Fax: Fried, Frank, Harris, Shriver & Jacobson (London) LLP 99 City Road London EC1Y 1AX Tel: Fax: Fried, Frank, Harris, Shriver & Jacobson (Europe) 65-67, avenue des Champs Elysées Paris France Tel: Fax:

Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions

Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions RESUME Le régime des déclarations de franchissement de seuils et des déclarations d intentions, réformé

Plus en détail

NOUVEAUX ÉCLAIRAGES SUR LE RÉGIME JURIDIQUE DE L OFFRE PUBLIQUE INVALIDÉE AU REGARD DE L OPE SCHNEIDER ELECTRIC-LEGRAND

NOUVEAUX ÉCLAIRAGES SUR LE RÉGIME JURIDIQUE DE L OFFRE PUBLIQUE INVALIDÉE AU REGARD DE L OPE SCHNEIDER ELECTRIC-LEGRAND NOUVEAUX ÉCLAIRAGES SUR LE RÉGIME JURIDIQUE DE L OFFRE PUBLIQUE INVALIDÉE AU REGARD DE L OPE SCHNEIDER ELECTRIC-LEGRAND Benoît LE BARS Maître de conférences à l Université de Cergy-Pontoise 1. Rappel des

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation Chambre criminelle Audience publique du 30 avril 2014 N de pourvoi: 13-88162 ECLI:FR:CCASS:2014:CR02211 Publié au bulletin Rejet M. Louvel, président Mme Chaubon, conseiller apporteur

Plus en détail

ORGANISATION DU MARCHE LIBRE

ORGANISATION DU MARCHE LIBRE ORGANISATION DU MARCHE LIBRE 1 DEFINITION ET ROLE DU MARCHE LIBRE Le Marché Libre et les valeurs radiées du marché réglementé (ci-après «VRMR») forment un système multilatéral de négociation géré par Euronext

Plus en détail

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE

DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE ET DE MARCHANDAGE DROIT SOCIAL MISE A DISPOSITION DE PERSONNEL INTRA-GROUPE : ATTENTION AUX DELITS DE PRET ILLICITE DE MAIN D ŒUVRE Véronique VINCENT Juin 2011 Dans un arrêt du 18 mai 2011 (Cass.soc., n 09-69.175), la Cour

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS»

«LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» Composition sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 16/20 «LE ROLE DE LA BONNE FOI EN DROIT DES CONTRATS» A la suite de l Avant Projet de réforme du droit des obligations

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU

CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU CREDIT AGRICOLE DE LA TOURAINE ET DU POITOU Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 18, rue Salvador Allende - 86 POITIERS Siret 399 78 97 16 - APE 651 D Note d information

Plus en détail

Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon

Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon Société Anonyme au capital de 1.253.160 Euros Siège Social : 57 rue Saint-Cyr 69009 LYON 402 002 687 R.C.S.Lyon Note d'information établie à la suite de la décision du Conseil d Administration du 8 décembre

Plus en détail

L offre publique de vente (OPV) 3. L offre publique de retrait (OPR) 5. L offre publique d échange (OPE) 6. L offre publique d achat (OPA) 7

L offre publique de vente (OPV) 3. L offre publique de retrait (OPR) 5. L offre publique d échange (OPE) 6. L offre publique d achat (OPA) 7 L offre publique de vente (OPV) 3 L offre publique de retrait (OPR) 5 L offre publique d échange (OPE) 6 L offre publique d achat (OPA) 7 2 Les offres publiques de vente Les offres publiques sont réglementées

Plus en détail

La gestion des informations confidentielles et d intiés au sein de l APE

La gestion des informations confidentielles et d intiés au sein de l APE La gestion des informations confidentielles et d intiés au sein de l APE Vendredi 14 Février 2014 Objectifs de cette présentation : faire la différence entre information confidentielle et information privilégiées

Plus en détail

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF Position AMF n 2009-14 Information financière diffusée par les sociétés en difficulté Textes de référence : articles 223-1, 223-2 et 223-9 du règlement général de l AMF L Autorité des marchés financiers,

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI

Position recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI recommandation AMF n 2009-23 La gestion des conflits d intérêts dans les sociétés de gestion de portefeuille gérant des OPCI Textes de référence : articles 313-18 à 313-22 du règlement général de l AMF

Plus en détail

----------------------------------------

---------------------------------------- REGULATION DU SECTEUR DES JEUX D ARGENT ET DE HASARD EN LIGNE COMMISSION DES SANCTIONS instituée par l article 35 de la loi n 2010-476 du 12 mai 2010 relative à l'ouverture à la concurrence et à la régulation

Plus en détail

Les sondages de marché

Les sondages de marché ÉTUDE SOCIÉTÉS ET PROCÉDURES COLLECTIVES MARCHÉ FINANCIER La technique du sondage de marché consiste pour un prestataire de services d investissement (PSI) qui réalise pour le compte d un émetteur une

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

Convention de cession d actions (modèle simple / SA)

Convention de cession d actions (modèle simple / SA) http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de cession d actions (modèle simple / SA) Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de Cassation Chambre criminelle Audience publique du 26 janvier 2005 Rejet N de pourvoi : 04-84805 Inédit Président : M. COTTE REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION,

Plus en détail

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion

La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion La mise en cause de la responsabilité des dirigeants : La faute de gestion INTRODUCTION Beaucoup d obligations pèsent sur les épaules du chef d entreprise. En effet, le dirigeant est amené à prendre des

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/11/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 10 avril 1997 N de pourvoi: 96-83152 Publié au bulletin Rejet Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction.,

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme

L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme Dans le présent arrêt, la chambre sociale de la Cour de cassation renforce

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C.

Commentaire. Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011. Consorts C. Commentaire Décision n 2011-127 QPC du 6 mai 2011 Consorts C. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 11 mars 2011 par la Cour de cassation d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) relative

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010. M. Mathieu P.

Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010. M. Mathieu P. Décision n 2010-45 QPC 6 octobre 2010 M. Mathieu P. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 9 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) posée à l occasion

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES

CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES CREDIT AGRICOLE SUD RHONE ALPES Société coopérative à capital et personnel variables Siège social : 15-17, rue Paul Claudel - 381 GRENOBLE Siret 42 121 958 19 - APE 651 D Note d information émise à l occasion

Plus en détail

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse :

B ) Nom de la personne ou des personnes agissant de concert ayant franchi le ou les seuils. Dénomination sociale et forme juridique 8 : Adresse : V3/ 01-02-11 FORMULAIRE DE DECLARATION DE FRANCHISSEMENT(S) DE SEUIL(S) ET D INTENTION ARTICLES L. 233-7 ET L. 233-9 DU CODE DE COMMERCE ET 223-11 ET SUIVANTS DU REGLEMENT GENERAL DE L AMF I ) Déclaration

Plus en détail

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015.

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015. FÉVRIER 2015 A LA UNE Un accord collectif ne peut suppléer le règlement intérieur dans la détermination de la durée maximale de la mise à pied disciplinaire Depuis 2010, la Chambre sociale de la Cour de

Plus en détail

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10270 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président SCP Boullez, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et

Plus en détail

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011

T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre 2011 CMS Bureau Francis Lefebvre 1-3 Villa Emile Bergerat, 92522 Neuilly-sur-Seine Cedex, France T : +33 1 47 38 55 00 F : +33 1 47 38 55 55 info@cms-bfl.com www.cms-bfl.com Neuilly-sur-Seine, le 14 décembre

Plus en détail

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil (exposé fait par Jacqueline de GUILLENCHMIDT lors de la rencontre franco-arménienne du 23 janvier 2007 sur le patrimoine juridique commun)

Plus en détail

La répartition du capital de Accor est détaillée dans la partie 6 de la présente note.

La répartition du capital de Accor est détaillée dans la partie 6 de la présente note. Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 596 680 254 Siège social : 2, rue de la Mare-Neuve 91000 Evry 602 036 444 RCS Evry Note d'information établie préalablement à l'assemblée

Plus en détail

515 592 876 : 45, - 92526 552 059 024 RCS

515 592 876 : 45, - 92526 552 059 024 RCS Société Anonyme au capital de 515 592 876 euros Siège social : 45, rue de Villiers - 92526 Neuilly-sur-Seine 552 059 024 RCS Nanterre www.thalesgroup.com Note d information émise à l occasion de la mise

Plus en détail

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement :

Introduction : 2) s il y a cessation des paiements. I) Tant qu il n y a pas de cessation de paiement : LE DIRIGEANT DE SOCIETE FACE AUX DIFFICULTES FINANCIERES DE L ENTREPRISE REUNION CFACI DU 12/10/2007 INSTITUT GOETHE PAR SERGE WORTHALTER, MEMBRE DE LA CFACI, AVOCAT AU BARREAU DE PARIS TEL 01 43 41 22

Plus en détail

Principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine

Principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine Principes directeurs régissant le règlement uniforme des litiges relatifs aux noms de domaine Principes directeurs adoptés le 26 août 1999 Documents d application approuvés le 24 octobre 1999 Traduction

Plus en détail

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Fabiani et Luc-Thaler, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Fabiani et Luc-Thaler, SCP Piwnica et Molinié, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 02/12/2014 Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 novembre 2014 N de pourvoi: 13-22300 ECLI:FR:CCASS:2014:C201714 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE Politique approuvée par le Conseil d administration le 29 septembre 2010 1. ÉNONCÉ DE POLITIQUE La législation en valeurs mobilières

Plus en détail

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE

CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE CONVENTION CONCERNANT L ASSISTANCE ADMINISTRATIVE MUTUELLE EN MATIÈRE FISCALE Texte amendé conformément aux dispositions du Protocole d amendement à la Convention concernant l assistance administrative

Plus en détail

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés

EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012. Orientations. sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés EBA/GL/2012/06 22 novembre 2012 Orientations sur l évaluation de l aptitude des membres de l organe de direction et des titulaires de postes clés Orientations de l ABE sur l évaluation de l aptitude des

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988)

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, RECONNAISSANT l importance d éliminer certains obstacles juridiques au crédit-bail

Plus en détail

DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS A L EGARD DE LA SOCIETE 123 VENTURE

DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS A L EGARD DE LA SOCIETE 123 VENTURE La Commission des sanctions DECISION DE LA COMMISSION DES SANCTIONS A L EGARD DE LA SOCIETE 123 VENTURE La 2 ème section de la Commission des sanctions de l Autorité des marchés financiers (AMF) ; le code

Plus en détail

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS

LEGAL FLASH I BUREAU DE PARIS Mars 2014 DROIT CIVIL LE DROIT D OPTION DU BAILLEUR OU DU LOCATAIRE COMMERCIAL LORS DE LA PROCEDURE DE RENOUVELLEMENT PEUT ETRE EXERCE A TOUT MOMENT 3 LE SORT DU CONTRAT DE CAUTIONNEMENT EN CAS D ABSORPTION

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 septembre 2014 N de pourvoi: 12-25943 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00750 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc,

Plus en détail

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010.

Néanmoins, il existe deux exceptions au principe de l application de la loi au 1 er novembre 2010. DROIT CIVIL 64/2012 LA VENTE D IMMEUBLE PAR UN PROPRIÉTAIRE SURENDETTÉ Jusqu à présent, même admis au bénéfice du surendettement, le débiteur conservait la possibilité de consentir valablement un acte

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon www.facdedroit-lyon3.com Fiche à jour au 11 octobre 2010 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE Diplôme : Licence, 5

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales 1986 Faite à Vienne le 21 mars 1986. Non encore en vigueur. Voir Documents

Plus en détail

Le sort toujours préoccupant des conventions de prestations de services intragroupes

Le sort toujours préoccupant des conventions de prestations de services intragroupes Le sort toujours préoccupant des conventions de prestations de services intragroupes Article juridique publié le 19/03/2015, vu 5033 fois, Auteur : duvilla Force est de constater qu aujourd hui encore,

Plus en détail

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK 1. OBJET DU RÈGLEMENT DU «SERVICE ZOOMIT ING» Le règlement du service Zoomit ING (ci-après dénommé le «Règlement») a pour objet de donner

Plus en détail

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET Le respect de la règle du conflit d intérêts est un des principes essentiels de la déontologie de l avocat français. 1. La règle Elle est énoncée par l article

Plus en détail

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ASSURANCE CHANGE EXPORT OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ENVI TYPE 15-01 CONTRAT CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule page 04 Chapitre I - Définitions page 05 Chapitre II - Principes généraux

Plus en détail

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange

Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange Violation du «Transitional Rule Book» (Swiss Blue Chip Segment) de SIX Swiss Exchange et de la «Blue Chip Segment Directive 19» de SIX Swiss Exchange La Commission des sanctions a constaté que le participant

Plus en détail

OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS

OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS OFFRE PUBLIQUE DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS présentée par BNP Paribas Crédit Agricole Corporate and Investment Bank HSBC France Rothschild & Cie Banque Société Générale Termes de l Offre : 30 euros

Plus en détail

De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits

De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits De quelques questions/réponses relatives à la prime de partage des profits (Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 art 1 er I à XI, XIII à XIV,

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

Décision n 10-DCC-97 du 30 août 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Groupe Lucien Barrière par la famille Desseigne-Barrière

Décision n 10-DCC-97 du 30 août 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Groupe Lucien Barrière par la famille Desseigne-Barrière RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-97 du 30 août 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Groupe Lucien Barrière par la famille Desseigne-Barrière L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit:

La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Arrêt n 102/14 Ch.c.C. du 12 février 2014. (Not. : 22032/99/CD) La chambre du conseil de la Cour d'appel du Grand-Duché de Luxembourg a rendu le douze février deux mille quatorze l'arrêt qui suit: Vu les

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle

Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle Ce texte est une version provisoire. Seule la version qui sera publiée dans la Feuille officielle (https://www.admin.ch/gov/fr/accueil/droit-federal/feuille-federale.html) fait foi. Texte original Convention

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Résolution CM13 0552 du conseil municipal le 17 juin 2013 et Résolution CG13 0246 du conseil d agglomération du 20 juin 2013 CONTEXTE L article 573.3.1.2 de la Loi sur les cités et villes oblige les municipalités

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

FICHE 13 : Le contrat

FICHE 13 : Le contrat FICHE 13 : Le contrat Le contrat, ou convention, est l accord de volonté intervenu entre deux ou plusieurs personnes en vue de créer, modifier, transmettre ou éteindre un droit subjectif. En pratique,

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 octobre 2012 N de pourvoi: 11-19981 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Jacoupy, SCP Richard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

FORMATION DU 13 DECEMBRE 2012 LA DEMARCHE COMMERCIALE DANS LE RESPECT DES REGLES ETHIQUES

FORMATION DU 13 DECEMBRE 2012 LA DEMARCHE COMMERCIALE DANS LE RESPECT DES REGLES ETHIQUES FORMATION DU 13 DECEMBRE 2012 LA DEMARCHE COMMERCIALE DANS LE RESPECT DES REGLES ETHIQUES 1 Mise à jour : 26 11 2012 A - INTRODUCTION - Rappels - 2 LES 5 PRINCIPES DU DROIT DE LA CONCURRENCE 1. Liberté

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

COMMUNIQUE DU 25 JUIN 2013 DEPOT D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE DE LA SOCIETE. Surys

COMMUNIQUE DU 25 JUIN 2013 DEPOT D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE DE LA SOCIETE. Surys COMMUNIQUE DU 25 JUIN 2013 DEPOT D UN PROJET DE NOTE EN REPONSE DE LA SOCIETE DANS LE CADRE DU PROJET D OFFRE PUBLIQUE D ACHAT VISANT LES ACTIONS DE LA SOCIETE HOLOGRAM. INDUSTRIES INITIEE PAR Surys Le

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME Version du 17/04/2014 Approuvée par le comité de pilotage de la Marque QUALITE TOURISME Déposée à l'inpi le 07/07/2014 et publiée au BOPI n 2014-32

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE OFFRE D ACHAT INITIEE PAR GDF SUEZ

COMMUNIQUE DE PRESSE OFFRE D ACHAT INITIEE PAR GDF SUEZ Ce communiqué ne doit pas être publié, distribué ou diffusé aux Etats-Unis d Amérique et aucun ordre de vente de titres participatifs ne doit être accepté aux Etats-Unis d Amérique ou des Etats-Unis d

Plus en détail

La justice civile sonne le glas de l aventure des fichiers volés HSBC

La justice civile sonne le glas de l aventure des fichiers volés HSBC La justice civile sonne le glas de l aventure des fichiers volés HSBC Delphine RAVON Alain MARSAUDON La Cour d Appel de PARIS vient de marquer un sérieux coup d arrêt à la pratique des procédures dites

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. N 66 / 11. du 1.12.2011. Numéro 2897 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, premier décembre deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902.

Transferts. Nombre de titres 33.599 Echéance maximale moyenne Cours moyen de la 86,38 transaction Prix d exercice moyen Montants 2.902. VICAT Société Anonyme au capital de 62.361.600 euros Siège social : Tour MANHATTAN 6 place de l Iris 92095 PARIS LA DEFENSE CEDEX 057 505 539 RCS Nanterre NOTE D INFORMATION RELATIVE A L AUTORISATION DEMANDEE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 17 janvier 2013 N de pourvoi: 11-25265 Publié au bulletin Rejet Mme Flise (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 24/10/2012 Cour Administrative d Appel de Bordeaux N 07BX02490 Inédit au recueil Lebon 3ème chambre (formation à 3) Mme FLECHER-BOURJOL, président Mme Françoise LEYMONERIE, rapporteur M. VIE, commissaire

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

ACCORD. Valeo et Pardus sont individuellement désignées une «Partie» et collectivement les «Parties».

ACCORD. Valeo et Pardus sont individuellement désignées une «Partie» et collectivement les «Parties». ACCORD ENTRE: - Valeo, société anonyme dont le siège social est situé 43, rue Bayen à Paris (75017), ayant pour numéro unique d identification le numéro 552 030 967 RCS Paris, représentée par le Président-Directeur

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Marseille N 09MA02599 Inédit au recueil Lebon 4ème chambre-formation à 3 Mme FELMY, président M. Dominique REINHORN, rapporteur M. GUIDAL, rapporteur public COIN, avocat(s)

Plus en détail

Avis n 04-A-15 du 28 juillet 2004 relatif à la convention-type «Département innovant» de France Telecom

Avis n 04-A-15 du 28 juillet 2004 relatif à la convention-type «Département innovant» de France Telecom RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 04-A-15 du 28 juillet 2004 relatif à la convention-type «Département innovant» de France Telecom Le Conseil de la concurrence (section III B), Vu la lettre du 30 avril 2004,

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE INITIEE PAR SOCIETE GENERALE VISANT LES ACTIONS BOURSORAMA QUESTIONS & REPONSES

OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE INITIEE PAR SOCIETE GENERALE VISANT LES ACTIONS BOURSORAMA QUESTIONS & REPONSES OFFRE PUBLIQUE D ACHAT SIMPLIFIEE INITIEE PAR SOCIETE GENERALE VISANT LES ACTIONS BOURSORAMA QUESTIONS & REPONSES OTHER 1 1. Questions Générales : a. Qui est l'initiateur de l'offre? Société Générale est

Plus en détail

Conclusions de Madame l avocat général Gervaise TAFFALEAU -------------------

Conclusions de Madame l avocat général Gervaise TAFFALEAU ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N 1200014 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) CONSEIL DE PRUD'HOMMES

Plus en détail

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières».

Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Les règlements sur la marque communautaire, et sur les dessins ou modèles communautaires, et leurs «raisons particulières». Dans le règlement sur la marque communautaire (ci-après «le RMC»), l expression

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Décision du 28 janvier 2009

Décision du 28 janvier 2009 Recours 08/35 CHAMBRE DE RECOURS DES ECOLES EUROPEENNES (2ème Section) Décision du 28 janvier 2009 Dans la présente affaire, enregistrée sous le numéro 08/35, ayant pour objet un recours introduit le 4

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 23/08/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 12 juillet 2011 N de pourvoi: 10-16911 Publié au bulletin M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 6 mars 2012 N de pourvoi: 11-84711 Publié au bulletin Cassation partielle M. Louvel (président), président SCP Gatineau et Fattaccini, avocat(s)

Plus en détail