MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE DIRECTION DES PERSONNELS ENSEIGNANTS AGREGATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE DIRECTION DES PERSONNELS ENSEIGNANTS AGREGATION"

Transcription

1 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE DIRECTION DES PERSONNELS ENSEIGNANTS AGREGATION SECTION : BIOCHIMIE-GENIE BIOLOGIQUE Concours INTERNE et concours d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés Rapport de Monsieur Gérald ALCINDOR Président du jury 25

2 Sommaire Composition du jury.. p 3 Renseignements statistiques.. p 4 Epreuves d admissibilité Première épreuve... p 6 Deuxième épreuve p 33 Epreuves d admission Première épreuve... p 36 Deuxième épreuve p 39

3 COMPOSITION DU JURY Président Monsieur Gérald ALCINDOR, professeur des universités Université René Descartes à Paris Vice-président M. Guy LEYRAL, Inspecteur général de l'education Nationale Secrétaire général M. Patrick VANNESTE, professeur agrégé - E.N.C.P.B. de PARIS Membres : Mme Christine BENAYOUN, professeur agrégé - E.N.C.P.B. de PARIS M. Adrien BINET, professeur des universités IUT Quimper M. Joel CNOKAERT, IA - IPR M. Jean - Yves DANIEL, professeur des universités Université Bordeaux 2 M. rédéric DUCANCEL, Ingénieur de recherche - CEA Saclay Mme Isabelle ETIENNE, professeur agrégé - E.N.C.P.B. de PARIS Mme rançoise GUILLET, IA - IPR M. Jean rançois PERRIN, professeur agrégé Lycée Saint Louis BORDEAUX M. Christian PLAS, professeur agrégé - E.N.C.P.B. de PARIS Mme Claudine WALTHER, professeur agrégé - E.N.C.P.B. de PARIS

4 RENSEIGNEMENTS STATISTIQUES Concours interne Candidats présents aux épreuves d'admissibilité 51 Candidats admissibles 13 Candidats présents aux épreuves d'admission 12 Candidats proposés pour l'admission 5 Barre d'admissibilité 8.9 Barre d'admission Epreuves d'admissibilité Moyenne générale des candidats présents 6.74 Moyenne générale des candidats admissibles 1.3 Première épreuve dossier Moyenne des candidats présents 6.83 Moyenne des candidats admissibles Note maximale 16.5 Deuxième épre uve : Biochimie-Physiologie-Microbiologie Moyenne des candidats présents 6.55 Moyenne des candidats admissibles 8.79 Note maximale 11 Epreuves d'admission Première épreuve soutenance Moyenne des candidats présents Moyenne des candidats admis 15 Note maximale 18 Deuxième épreuve exploitation dossier Moyenne des candidats présents Moyenne des candidats admis Note maximale 15.4 Moyenne portant sur le total des épreuves de l'admission Moyenne des candidats présents Moyenne des candidats admis Moyenne portant sur le total général Moyenne des candidats présents 1.89 Moyenne des candidats admis Concours d'accès à l'échelle de rémunération Des professeurs agrégés Candidats présents aux épreuves d'admissibilité 13 Candidats admissibles 1 Candidats présents aux épreuves d'admission 1 Candidats proposés pour l'admission Barre d'admissibilité 9.75 Barre d'admission Epreuves d'admissibilité Moyenne générale des candidats présents 5.48 Moyenne générale des candidats admissibles 9.75 Première épreuve dossier

5 Moyenne des candidats présents 4.94 Moyenne des candidats admissibles 1 Note maximale 1 Deuxième épreuve : Biochimie-Physiologie-Microbiologie Moyenne des candidats présents 6.1 Moyenne des candidats admissibles 9.5 Note maximale 9.5 Epreuves d'admission Première épreuve soutenance Moyenne des candidats présents 8.5 Note maximale 8.5 Deuxième épreuve exploitation dossier Moyenne des candidats présents 9.4 Note maximale 9.4 Moyenne portant sur le total des épreuves de l'admission Moyenne des candidats présents 8.95 Moyenne portant sur le total général Moyenne des candidats présents 9.35

6 EPREUVES ECRITES D ADMISSIBILITE Première épreuve Durée: 6 heures Coefficient 1 GLUCIDES ET BIOTECHNOLOGIES Les glucides constituent un monde extrêmement varié. Des molécules simples aux molécules complexes ils interviennent dans le métabolisme énergétique, les structures cellulaires et extra cellulaires. Des polyosides participent à des phénomènes d adhésion non spécifiques comme la formation de biofilms. Les interactions spécifiques protéines ligands font quelquefois intervenir des motifs glucidiques. D autre part de nombreux polyosides présentent un intérêt industriel certain : gommes, amidon et dérivés Le sujet propose quatre parties indépendantes concernant quelques aspects de la glycobiologie : Dosage de la digoxine et de la digitoxine Site d interaction lectines - ligands Les cellulosomes Les polyosides : épaississants ou gélifiants

7 PARTIE A : Dosages de la digoxine et de la digitoxine La digoxine et la digitoxine (Document 1 : formule chimique de la digoxine) sont des glucosides cardiotoniques utilisés le plus souvent pour le traitement de l insuffisance cardiaque et des troubles du rythme cardiaque. Il existe un certain chevauchement entre les limites thérapeutiques et les limites toxiques, aussi la toxicité de ces produits continue de constituer un problème clinique courant. Les effets de la toxicité sont souvent sévères et peuvent être mortels. Par conséquent, il est très important de suivre les taux de digoxine ou de digitoxine dans le sérum. De nombreuses méthodes de dosage existent, deux d entre elles seront étudiées. QUESTION A1 La digitoxine ne diffère de la digoxine que par la perte de l hydroxyle porté par le C12 (Document 1). Quelle est la conséquence de cette modification sur la solubilité de la molécule dans le sérum? La digitoxine et la digoxine sont transportées par l albumine plasmatique. Discuter l affinité de ces deux molécules pour la molécule transporteuse. QUESTION A2 Le document 2 est une fiche technique simplifiée d une méthode de dosage de la digoxine (méthode Tina-quant Digoxine). Réaliser un schéma illustrant le principe de dosage de la digoxine. Réaliser un schéma de principe des deux appareils permettant ce dosage en milieu trouble. Préciser et justifier pour chacun la longueur d onde choisie. Donnée : La loi de Rayleigh est inapplicable dans ce cas. Loi de Rayleigh : Id = K. I. 2 2 n - n 2 2 n + 2 n. N V2 4 λ Id : intensité diffusée I : intensité du faisceau incident K : constante dépendant de la direction et de la géométrie du système n : indice de réfraction de la particule n : indice de réfraction du solvant N : nombre ou concentration de particules V : volume moyen d une particule λ : longueur d onde QUESTION A3 Le document 3 présente les réactifs utilisés pour une méthode de dosage de la digitoxine faisant appel à la complémentation. Réaliser un schéma illustrant le principe de ce dosage.

8 PARTIE B : site d interaction lectines - ligands Il s agit dans cette partie d établir la cartographie du site d interaction spécifique entre des lectines bactériennes et leurs ligands oligosidiques à l aide d analogues structuraux par réaction d inhibition d hémagglutination. Les questions concernées par ce thème requièrent l utilisation du document 4. QUESTION B1 Rappeler en quelques lignes pourquoi les réactions de liaisons lectines/motifs oligosidiques peuvent intéresser la bactériologie médicale. QUESTION B2 Justifier l utilisation de plaques à puits à fonds coniques pour réaliser les réactions d hémagglutination. Décrire l aspect d un puits ne montrant pas d hémagglutination et l aspect d un puits montrant une hémagglutination totale. QUESTION B3 Utiliser essentiellement les données du paragraphe d introduction, du paragraphe présentant les structures des osides inhibiteurs mis en oeuvre et des deux derniers paragraphes du document 4. Expliquer comment les résultats expérimentaux obtenus dans le paragraphe intitulé «Inhibition of hemagglutination» et résumés par le tableau n 1 conduisent au modèle schématique de la figure 3. Les raisonnements tenus dans le cadre de l explication précédente doivent être l aboutissement d une séance de travail collectif avec un groupe d élèves dans le cadre de travaux dirigés. Quels sont les objectifs pédagogiques visés? QUESTION B4 Quel est l intérêt de la figure 4 du document 4? QUESTION B5 Pour chaque ligand I i (analogue inhibiteur), les auteurs de l article présenté dans le document 4 déterminent la différence d enthalpie libre de référence entre la réaction de fixation de I i et la réaction de fixation du ligand de référence I ref (I ref est en fait le composé 1) sur les motifs protéiques adhésines P. Cette différence est appelée G. Pour déterminer G les auteurs utilisent la relation suivante : G = -RT ln(k rel ) avec K rel = (IC 5 de I ref / IC 5 de I i ). La question qui suit a pour but de démontrer cette relation.

9 Soit H, I ref, I i, désignant les motifs saccharidiques libres (H faisant référence aux motifs des érythrocytes) et P désignant les sites adhésines bactériennes libres. Soit P* H, P* I ref et P* I i désignant les complexes adhésine motif saccharidique. Les réactions suivantes peuvent être écrites : P* H < > P + H K D,H = ([P][H]) / [P*H] G H = - RT ln(k D,H ) P* I ref < > P + I ref K D,Iref = ([P][I ref ]) / [P*I ref ] G Iref = - RT ln(k D,Iref ) P* I i < > P + I i K D,Ii = ([P][I i ]) / [P*I i ] G Ii = - RT ln(k D,Ii ) Montrer que pour une concentration en I i totale qui détermine une inhibition d hémagglutination de 5% comparée à une concentration en I ref totale qui détermine la même inhibition de 5%, la relation suivante peut être écrite : En déduire alors que G = - RT ln([i ref ]/[I i ]). K D,Ii / K D,Iref = [I i ] / [I ref ] La formule proposée par les auteurs de l article est G = - RT ln(k rel ) ; soit en fait G = -RT ln([i ref total] / [ I i total]) compte tenu de leur définition de K rel. Il y a donc une différence entre l égalité exacte déduite ci-avant et la formule proposée par l article. Quelle est la condition de validité de la formule de l article? Pourquoi peut on affirmer qu elle est respectée?

10 PARTIE C : les cellulosomes Les cellulosomes sont des complexes extracellulaires de masse moléculaire élevée impliqués dans la dégradation de la cellulose chez certains micro-organismes. Ils sont constitués de plusieurs sous-unités catalytiques organisées autour d'une protéine centrale : la scaffoldine. La structure des sous-unités catalytiques fait apparaître un domaine commun appelé dockerine nécessaire pour leur intégration dans le complexe. Les cellulosomes d origine bactérienne diffèrent des cellulosomes fongiques par la structure de la dockérine, la nature des hydrolases présentes et par conséquent la nature des produits formés : cellobiose chez les bactéries, glucose chez les champignons. Les travaux suivants ont contribué à préciser la structure et la fonction de la molécule responsable de l activité ß-glucosidasique libérant le glucose : criblage immunologique (immunoscreening) d une banque d'adn complémentaire de Picomyces (vecteur λzap 11 / Escherichia coli) ; sous-clonage des clones immunoréactifs (pbluescript SK) puis séquençage ; analyse et comparaison des séquences et mise en évidence d un gène d intérêt appelé cel3a ; amplification par PCR et purification des régions codant les domaines catalytiques et auxiliaires ; clonage et expression de la protéine rcel3a marquée (tagged protein) chez E.coli BL21 (vecteur pqe, cotransformation par prep4, plasmide portant le gène laci, gène codant le répresseur de l opéron lactose) ; purification de la protéine recombinante Cel3a par chromatographie d affinité ; détermination de l activité catalytique de la protéine d intérêt. Document 5 : documentation technique / picoblue TM Immunoscreening kit Document 6 : caractéristiques des vecteurs de clonage utilisés Document 7 : support de chromatographie (document à compléter) QUESTION C1 A partir des données du document 5, construire un organigramme des différentes étapes qui ont été nécessaires à la réalisation du criblage immunologique (immunoscreening). QUESTION C2 A l aide du document 6, justifier le choix des différents vecteurs pour chaque application en précisant l intérêt de leurs différents éléments fonctionnels. QUESTION C3 La purification de la protéine recombinante rcel3a est effectuée sur colonne de Ni 2+ -nitrilotriacétate après avoir ajusté les concentrations en NaCl et en imidazole de l extrait cellulaire respectivement à 3 et 1 mmol.l -1, ph 8. Justifier ces conditions opératoires et indiquer la composition probable du tampon d élution. Compléter le document 7 en représentant les liaisons de coordinence entre le nitrilotriacétate et l ion Ni 2+ d une part, entre la protéine et l ion Ni 2+ d autre part. Joindre le document 7 à la copie.

11 PARTIE D : les polyosides : épaississants ou gélifiants Un certain nombre de produits industriels (dentifrice, confitures, sauces...) contiennent un ou plusieurs épaississants et/ou gélifiants. La nature de l'épaississant ou du gélifiant utilisé confère au produit des propriétés rhéologiques particulières. La formulation de ces produits implique donc un choix raisonné. La connaissance des structures chimiques est un élément important permettant de prévoir les propriétés rhéologiques. QUESTION D1 Il s'agit, lors d'une séance de travaux dirigés avec des étudiants en section de technicien supérieur Bioanalyses et contrôles, de mettre en évidence les relations entre les structures des polyosides et leurs propriétés rhéologiques. A cette fin, préparer deux séries de schémas commentés devant être exploités avec les élèves : - la première série expliquant les différences entre épaississants et gélifiants (des exemples concrets seront utilisés : pectines plus ou moins méthylées, rôle du ph...) ; - la seconde série montrant les relations entre la structure et les propriétés rhéologiques (rhéogrammes) de quelques polyosides : amylose, amylopectine, xanthane. Les documents 8 et 9 sont fournis comme aide à la préparation des deux séries de schémas. QUESTION D2 Parmi les polyosides cités ci-dessus, lequel semble le plus adapté à la formulation d'une pâte dentifrice? Justifier votre réponse.

12 Document 1 ormule de la digoxine O O OH 12 O OH O O O O O OH HO OH OH

13 Document 2 Dosage de la digoxine Réactifs R1 Réactif anticorps : Tampon BIS-TRIS :,25 mol.l -1, ph 6,4 ; anticorps monoclonaux de souris anti-digoxine ; = 1, mg.l -1 ; conservateur R2 Réactif contenant les microparticules particules de latex tapissées de digoxine ; conservateur R3 R4 R5 R6 Tampon BIS-TRIS :,25 mol.l -1, ph 6,4 ; Calibrateur bas Calibrateur haut Solution de contrôle Echantillon : Plasma : Plasma recueilli sur héparine de lithium ou de sodium ou sur EDTA de sodium. Conservation : 2 jours entre 2 et 8 C, 6 mois à -2 C. Ne congeler qu une fois. Il convient de prélever les échantillons au moins 6 à 8 heures après la dernière administration du médicament. Centrifuger les échantillons formant un précipité avant de commencer le dosage. Le dosage est réalisé en microplaque selon le tableau suivant : R1 R2 R3 R4 R5 R6 Echantillon Remarque : lors de ce test aucune précipitation des billes de latex n est observée.

14 Document 3 Dosage de la digitoxine Cette méthode fait appel à la complémentation de la b-galactosidase Les réactifs utilisés sont les suivants : R1 : Réactif enzyme accepteur Tampon HEPES ; Enzyme accepteur ; Anticorps anti-digitoxine ; Tampon phosphate ; Conservateur ; Agents stabilisants. R2 : Réactif enzyme donneur Tampon HEPES ; Enzyme donneur-digitoxine ; Rouge de chlorophénol b-galactopyranoside ; Tampon phosphate ; Conservateur ; Agents stabilisants. Données : Les anticorps anti-digitoxine peuvent se fixer aussi bien sur la digitoxine libre que sur la digitoxine liée à l enzyme donneur. L enzyme donneur est liée à la digitoxine par une liaison covalente.

15 Document 4 Ce document reprend de larges extraits de l article intitulé Specific mapping of bacterial lectins by inhibition of hemagglutination using deoxy and deoxyfluoro analogs of receptor-active saccharides ; Göran Magnusson, Scott J. Hultgren, Jan Kihlberg ; Methods in enzymology, 253, (1995). Introduction Many bacteria use their surface lectins for attachment to saccharide moieties on the surface of eukaryote cells. [ ] Detailed knowledge of the lectin-saccharide interaction would make it possible to interfere with bacterial binding and thereby provide an opportunity to develop antiadhesive agents [ ] Hydrogen bonds between saccharide and lectin seem to be the most important type of bond in the lectinsaccharide complex. Consequently, the use of a complete set of monodeoxysaccharide analogs as inhibitors [ ] reveals which hydroxyl groups in the natural saccharide are necessary for complex formation. In addition, deoxyfluorosaccharide reveal the directionality of the hydrogen bond, because the fluoro group is a hydrogen bond acceptor but not a donor. [ ] Substitution of hydroxyl group for alkyl or ether group may reveal steric requirements for a good fit between saccharide and protein. It is important that different saccharide analogs used for receptor mapping have very similar conformations, ensuring that the only difference between the saccharide structures is the presence of the absence of specific hydroxyl groups. [ ] Hemagglutination is based on aggregation of erythrocytes. Specific bacterial adhesins presented in fibers called pili or fimbriae on bacterial surface bind to saccharides on the erythrocyte surface, causing hemagglutination. Inhibition of the aggregate formation causes the erythrocytes to sediment, thereby enabling the identification of efficient inhibitors. Plastic particles coated with an active saccharide can be used as an alternative to erythrocytes. [ ] An illustration of the use of deoxysaccharide and deoxyfluorosaccharides in epitope mapping is our investigation of the galabiose (Galα1 4Galβ) binding specificity of uropathogenic Escherichia coli bacteria.[ ] Deoxysaccharides and Deoxyfluorosaccharides used ig.1. : Galabioside analogues 1-14 and ethyl lactoside 15 used as hemagglutination inhibitors. Arrows indicate which hydroxyl group has been replaced by a hydrogen or fluorine atom in compounds 1 14.

16 Preparation of Erythrocytes [ ] The surface of these erythrocytes presents the P antigen (globoside) which contains the dissacharide moiety recognized by P piliated bacteria. [ ] Pilus Architecture and Preparation of bacterial Strains HB11/pPAP5 The E. coli strain [ ]HB11/pPAP5 [ ] produce the P pili [ ] Expression of P pili is induced by growing the HB11/pPAP5 bacteria overnight at 37 C on a solid medium such as CA [ ]. Note importante des auteurs du sujet : la partie protéique la plus externe du pili P ( = partie PAPG) possède la fonction adhésine (= lectine) de reconnaissance du motif galabiose (Gala1 4Galb). L antigen P des hématies (= globoside) présente ce motif. Hemagglutination reactions [ ] Bacterial suspension 1. Suspend bacteria (fresh, overnight culture) in PBS to an A 54 of Spin down 1 ml of the cell solution in a microfuge for 1 min. 3. Suspend the cell pellet in 1 µl PBS. Red blood cell suspension 1. Wash blood in PBS [ ] (no lysed cells). 2. Suspend red blood cells (RBC) in PBS to an A 64 of 1.9. Hemagglutination assay and determination of titer 1. In a microtiter plate with pointed well bottoms [ ], dispense 25 µl PBS/well. 2. Add 25 µl bacterial suspension to the first well. Mix. Make serial dilutions by taking 25 µl from the first well, transferring to the next well, mixing, taking 25 µl from the second well, and so on. 3. Add 25 µl RBC suspension to all wells. 4. Mix suspension gently [ ] Cover and place at 4 C. 5. Read the HA titer [ ] In the absence of hemagglutination the RBC are able to settle into a pellet at the bottom of the well. In the presence of hemagglutination the red blood cells and bacteria form a diffuse sheet clumped of cells covering the entire well. Inhibition of hemagglutination The bacterial suspension is diluted to an HA titer of 64 [ ]. The saccharide inhibitors 1 15 are dissolved in PBS buffer to give 1 mm solutions. Each inhibitory solution (25 µl) is serial diluted in microtiter plate wells containing 25 µl PBS each. The bacterial suspension (25 µl ; HA titer of 64) is added to each well, and the plates are incubated for around 15 min at room temperature. The erythrocytes (1% suspension, 25 µl) are added, and the plates are shaken gently, then incubated at 4 C for 16 hr. The end point (IC5) is defined as the inhibitory concentration that gives 5% inhibition (seen as incomplete formation of an erythrocyte pellet) of hemagglutination. The IC5 values for the different inhibitor saccharides, shown in Table I, are mean values from two or three consecutive determinations. [ ]

17 Table I Inhibition of hemagglutination of human erythrocytes by Escherichia coli (HB11/paP5) Using compounds Compound IC5 a (mm) Inhibitory power b (%) G c (kj/mol) > <1. a The 95% confidence limits are as follows : [.93*IC5 ; 1.7*IC5] mm. b The 95% confidence limits are [.94 * Inhibitory power ; 1.11 * Inhibitory power] %. c The 95% confidence limits are G ±.25 (kj/mol) >11 Data analysis The relative equilibrium constant (K rel, equal to the ratio of IC5 values) for each of the saccharides is derived using saccharide 1 as a reference inhibitor. Inhibitory power is defined as 1 K rel. The K rel values are used to calculate the difference in free energies ( G = -RT ln(k rel )). [ ] The saccharide inhibitors 2 15 were categorized according to their G values : (1) G < kj/mol : more potent than the reference saccharide 1 ; (2) G = 2 kj.mol -1 : marginal loss of potency ; (3) G = 4 1 kj.mol -1 : significant loss of potency, indicating either loss of a hydrogen bond or introduction of a steric repulsion ; and (4) G > 11 kj.mol -1 : non inhibitory, indicating the loss of more than one important interaction. The loss of a hydrogen bonding site in a ligand binding enzyme has been found to cause decreased binding strength by kj.mol -1. It is recommended that conclusive argumentation based on borderline G values ( kj.mol -1 ) be avoided. [ ] The data and interpretations are summarized in the schematic model of the galabiose-specific binding site shown in ig. 3. Galabiose is the central dissacharide of globoside, which is the natural glycolipid present on human erythrocytes. igure 4 is a three-dimensional representation of globoside with the hydrogen bonded hydroxyl groups highlighted.

18 ig.3. Schematic model of the galabiose-specific binding site of the PapG adhesin of E.coli. [ ] (remarque des auteurs du sujet : les flèches représentent les liaisons hydrogènes orientées intervenant dans la reconnaissance de l adhésine et du motif osidique ; les traits pointillés des interactions hydrophobes). ig. 4. Space filling model of globotetraosylceramide. The oxygen functionalities of that are involved in hydrogen bonding to the PapG adehsin ( HO-6, HO-2, O-3, HO-4, and HO-6 ) are highlighted.

19 Document 5 Documentation technique / picoblue TM Immunoscreening kit Cloning vectors having promoters that are functionnal in Escherichia coli (such as the β-galactosidase promoter found in the Lambda ZAP vectors and the Lambda gt11 vectors, the Bluescript II phagemids and the puc plasmids) and that are positioned to transcribe cdna inserts with the appropriate 5 sequences can be used to express fusion proteins. These recombinant proteins may be identified using a primary antibody (Ab) directed against the protein of interest, the alkaline phosphatase (AP)-conjugated secondary antibody and the nonradioactive color-producing substrates provided in this kit. The picoblue TM immunoscreening kit provides the following components : A high quality, immunoaffinity-purified secondary antibody conjugated to AP. Bovine serum albumine (BSA) to block any non specific binding sites on the nitrocellulose. Nitroblue tetrazolium (NBT) and 5-bromo-4-chloro-3-indolyl phosphate (BCIP) for the color development reaction. An E.coli phage lysate to remove cross-reactive antibodies that may be contaminating the primary antibody. The picoblue immunoscreening kit has been design to screen lifts of phage plaques, replicas of phage lysogens and plasmid colonies, or the products of in vitro translation that are blotted onto nitrocellulose membranes following sodium dodecyl sulfate-polyacrylamide gel electrophoresis (SDS-PAGE).

20 Document 6 Caractéristiques des vecteurs de clonage utilisés Document 6 a Lambda ZAP II Vector Extrait d une fiche technique de la société QIAGEN λ ZAP is an insertion vector with multiple cloning sites within plasmid sequences that can be excised in vivo and converted to a plasmid vector, Bluescript SK (-) vector. DNA fragments up to 1 kb in length can be inserted in unique XhoI, EcoRI, SpeI, XbaI, NotI, or SacI sites. [ ] The polycloning site is located in the amino-terminal portion of lacz, often leading to a Lac (-) phenotype on isolpropylthio-β-d-galactoside / X-gal. If the cloned DNA is in-frame with the LacZ sequence, a fusion protein may be expressed and detected by antibody screening. The Bluescript SK (-) plasmid carrying the cloned DNA is excised in the presence of f1 or M13 helper bacteriophages. λ ZAP contains two signals necessary for excision, initiator (I) and terminator (T), where f1 (+) strands DNA synthesis initiates and terminates, respectively. [ ] λ ZAPII is equivalent to λ ZAP except that the Sam 1 mutation has been removed. GENETIC CHARACTERISTICS Amber mutations Sam 1 Suppressor required sup Deletions nin 5 Substitutions T amp r ColE1 ori lacz (bacteriophage T3 Promoter, polycloning site, bacteriophage T7 promoter I) Insertions no red / gam status of vectors red + gam + red / gam status of recombinants red + gam + chi site present in recombinants yes Propagates on reca (-) hosts yes Spi selection no Recommanded hosts E.coli BB4 (λ ZAP, λ ZAPII) E.coli XL1-Blue (λ ZAPII) Cloning Site SacI NotI XbaI SpeI EcoRI XhoI Insertion / Substitution Size (kb) Left arm Right arm insert Recombinants Insertion Lac - REERENCE : Short et al. Bacteriophage λ vector (1988)

21 Document 6 b pbluescript SK (-) Vector Extrait d une fiche technique de la société QIAGEN

22 Document 6 c pqe and prep4 vectors Principle QIAexpress pqe vectors combine a powerful phage T5 promoter (recognized by E. coli RNA polymerase) with a double lac operator repression module to provide tightly regulated, high-level expression of recombinant proteins in E. coli. Protein synthesis is effectively blocked in the presence of high levels of lac repressor and the stability of cytotoxic constructs is enhanced. The pqe vectors enable placement of the 6xHis tag at either the N- or C-terminus of the recombinant protein. pqe Vectors Elements present in QIAexpress pqe Vectors pqe vectors. or a description of numbered features, see table "Elements present in QIAexpress pqe Vectors". Diagram not to scale. Element 1 Optimized promoter/operator element 2 Synthetic ribosomal binding site RBSII 3 6xHis-tag coding sequence 4 Translational stop codons 5 Two strong transcriptional terminators 6 ColE1 origin of replication 7 beta-lactamase gene (bla) Description Consists of the phage T5 promoter and two lac operator sequences, which increase the probability of lac repressor binding and ensure efficient repression of the powerful T5 promoter or efficient translation Either 5' or 3' to the polylinker cloning region In all reading frames for convenient preparation of expression constructs t from phage lambda, and T1from the rrnb operon of E. coli, to prevent read-through transcription and ensure stability of the expression construct rom pbr322 Confers ampicillin resistance

23 Procedure Inserts encoding proteins of interest are cloned into appropriate constructs* and transformed into a suitable E. coli strain for expression. Expression is induced by addition of IPTG. Vector pqe-trisystem constructs can be transformed into E. coli, used as a shuttle vector for recombinant protein expression in insect cells, or transfected into mammalian cells. Any E. coli strain carrying the laclq mutation can be used for expression of most proteins with pqe vectors. or stable propagation of expression constructs encoding toxic or hydrophobic proteins, a higher level of lac repressor may be required. This is obtained in trans with repressor plasmid prep4 or in cis with the pqe-8l vector series, both of which constitutively express the lac repressor at high levels. Expression hosts M15[pREP4] and SG139[pREP4] are provided in QIAexpress Kits and in the E. coli Host Strains Set. Alternatively, prep4 can be transformed into any E. coli strain. Since prep4 contains a p15a origin of replication, it is compatible with plasmids containing a ColE1 origin of replication, such as the pqe vectors, and is maintained in the cell by kanamycin selection. Applications The QIAexpress Expression System provides high-level expression of proteins suitable for many applications, including: Purification of functional, conformationally active proteins (1) Purification under denaturing conditions for antibody production (2) Crystallization for determination of three-dimensional structure (3) Assays involving protein protein (4) and protein DNA interactions

24 Document 7 Support de chromatographie Acide nitrilotriacétique (NTA = Nitrilotriacetic Acid) Document à compléter et à joindre à la copie NTA O O N O O O O

25 Document 8 NOTIONS DE RHEOLOGIE Lorsqu un fluide newtonien s écoule laminairement le long d une paroi plane immobile, on admet que la couche immédiatement au contact de la paroi reste immobile. Chaque couche successive se déplace à une vitesse qui augmente avec la distance de la paroi. La force de frottement qui s oppose au déplacement d une couche par rapport à la couche adjacente est proportionnelle à la superficie de l interface (A) et au gradient de vitesse entre les deux couches (dv/dx). dv = η A dx A = τ = η dv dx η est la viscosité dynamique et τ est appelée contrainte de cisaillement.

26 Pour les fluides newtoniens, le rhéogramme (τ??f(dv/dx)) est donc le suivant : τ η dv/dx De nombreuses solutions de macromolécules n ont pas un comportement newtonien, par exemple : - diminution de la viscosité lorsque le gradient de vitesse augmente (rhéofluidifiant),

AGREGATION INTERNE DE BIOCHIMIE - GENIE BIOLOGIQUE. Session 2005 EPREUVES ECRITES D AMISSIBILITE. Première épreuve

AGREGATION INTERNE DE BIOCHIMIE - GENIE BIOLOGIQUE. Session 2005 EPREUVES ECRITES D AMISSIBILITE. Première épreuve AGREGATION INTERNE DE BIOCHIMIE - GENIE BIOLOGIQUE Session 2005 EPREUVES ECRITES D AMISSIBILITE Première épreuve GLUCIDES ET BIOTECHNOLOGIES Les glucides constituent un monde extrêmement varié. Des molécules

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail

5.5.5 Exemple d un essai immunologique

5.5.5 Exemple d un essai immunologique 5.5.5 Exemple d un essai immunologique Test de grossesse Test en forme de bâtonnet destiné à mettre en évidence l'hormone spécifique de la grossesse, la gonadotrophine chorionique humaine (hcg), une glycoprotéine.

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme

Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Introduction Le vivant est complexe: - 30 millions de types d organismes - 100 000 protéines différentes chez l homme Informatique: - stocker les données - éditer les données - analyser les données (computational

Plus en détail

Dosages à réactifs marqués

Dosages à réactifs marqués Dosages à réactifs marqués Principe = réaction Ag-Ac un des deux réactifs (Ag ou Ac) est marqué par un traceur Différentes méthodes selon que le traceur est radioactif (RIA), enzymatique (EIA) ou luminescent

Plus en détail

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau

3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés tructure assification des ARN ARN ribosoinaux (ARNr) synthétisés dans le noyau 3. L'ARN: Structure, Diffférents Types Et Propriétés Structure Les ARN sont des polymères de RiboNucléotides liés par des liaisons phosophodiester 5'-3'. Les bases azotées sont A-U, C-G. Le sucre est le

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

Sommaire. Première partie Les concepts de base

Sommaire. Première partie Les concepts de base Sommaire Préface à la troisième édition... Préface à la deuxième édition... Avant-propos à la troisième édition... Avant-propos à la deuxième édition... Avant-propos à la première édition... XV XVII XIX

Plus en détail

TD de Biochimie 4 : Coloration.

TD de Biochimie 4 : Coloration. TD de Biochimie 4 : Coloration. Synthèse de l expérience 2 Les questions posées durant l expérience 2 Exposé sur les méthodes de coloration des molécules : Générique Spécifique Autres Questions Pourquoi

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée.

Les thérapies ciblées du cancer. Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Les thérapies ciblées du cancer Dictionnaire anglais-français autorisé. Calculatrice autorisée. Une thérapie ciblée est un traitement qui agit par un mécanisme spécifique sur des altérations biologiques

Plus en détail

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS

AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS AGRÉGATION DE SCIENCES DE LA VIE - SCIENCES DE LA TERRE ET DE L UNIVERS CONCOURS EXTERNE ÉPREUVES D ADMISSION session 2010 TRAVAUX PRATIQUES DE CONTRE-OPTION DU SECTEUR A CANDIDATS DES SECTEURS B ET C

Plus en détail

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES

ANTICORPS POLYCLONAUX ANTI IMMUNOGLOBULINES L OUTIL IDEAL POUR TOUTES LES DETECTIONS IMMUNOCHIMIQUES pour toutes les techniques immunodosages (EIA/ELISA) dot/ westernblot immunohistochimie immunocytochimie cytométrie en flux quel que soit le système

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1

TRAVAUX PRATIQUESDE BIOCHIMIE L1 TRAVAUX PRATIQUESDE BICHIMIE L1 PRINTEMPS 2011 Les acides aminés : chromatographie sur couche mince courbe de titrage Etude d une enzyme : la phosphatase alcaline QUELQUES RECMMANDATINS IMPRTANTES Le port

Plus en détail

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE CNCURS SUR ÉPREUVES UVERT AUX CANDIDATS TITULAIRES D UN DIPLÔME U TITRE CNFÉRANT LE GRADE DE MASTER U D'UN DIPLÔME U TITRE HMLGUÉ U ENREGISTRÉ AU RÉPERTIRE NATINAL DES CERTIFICATINS PRFESSINNELLES AU NIVEAU

Plus en détail

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014

Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Exemple de cahier de laboratoire : cas du sujet 2014 Commentaires pour l'évaluation Contenu du cahier de laboratoire Problématique : Le glucose est un nutriment particulièrement important pour le sportif.

Plus en détail

Production d une protéine recombinante

Production d une protéine recombinante 99 Production d une protéine recombinante Lic. B. PIRSON Lic. J-M. SERONT ISICHt - Mons Production de la protéine recombinante GFP (Green Fluorescent Protein d Aequoria victoria) par une bactérie ( E.

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt

Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Notice MESURACOLOR Colorimètre à DEL Réf. 22020 Indicateur d'unité Voyant Marche/Arrêt Indicateur Etalonnage Bouton Marche/Arrêt Indicateur de sélection de la longueur d'onde Indicateur de mode chronomètre

Plus en détail

Professeur Patrice FAURE

Professeur Patrice FAURE UE1 : Biochimie métabolique Chapitre 2 : Méthodes d étude du glucose en biologie Professeur Patrice FAURE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan

Plus en détail

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points)

1 er sujet : ancre GPI et association aux rafts (64 points) Université Joseph Fourier - Grenoble I Année 2007-2008 Epreuve de BIO121 1 ère session mai 2008 Durée : 2 heures Les documents, la calculette et le téléphone portable ne sont pas autorisés. Total des points

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral.

Atelier : Détection de la mort cellulaire par apoptose en réponse à un agent anti-tumoral. - La cytométrie en flux est une méthode d analyse de cellules en suspension, véhiculées à grande vitesse jusqu à une chambre d analyse traversée par des faisceaux lasers. L interaction des cellules avec

Plus en détail

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur

ANALYSE SPECTRALE. monochromateur ht ANALYSE SPECTRALE Une espèce chimique est susceptible d interagir avec un rayonnement électromagnétique. L étude de l intensité du rayonnement (absorbé ou réémis) en fonction des longueurs d ode s appelle

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE

INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE INTRODUCTION À L'ENZYMOLOGIE Les enzymes sont des macromolécules spécialisées qui - catalysent les réactions biologiques - transforment différentes formes d'énergie. Les enzymes diffèrent des catalyseurs

Plus en détail

Pediatric Exam Table Installation

Pediatric Exam Table Installation Pediatric Exam Table Installation Applies to Models: 640 Language of origin: English Step 1: Remove table from skid. A) Remove three shipping bolts. B) Remove four foam shipping blocks from corners under

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie

Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Université Victor Segalen Bordeaux 2 UFR Science de la Vie Licence Professionnelle «Techniques et Applications en Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire» Examen 2006-2007 UE1 : «Technologies en Biologie

Plus en détail

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes

L immunoenzymologie. Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic cificité des anticorps pour leurs nes L immunoenzymologie Technique puissante couramment utilisée e en recherche et en diagnostic Basée e sur la très s grande spécificit cificité des anticorps pour leurs antigènes nes Test qualitatif Détection

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013

Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 Sélectionner les propositions exactes Université Bordeaux Segalen - PACES 2012-2013 ED UE9s Avril 2013 QCM 1 La plupart des techniques de biologie moléculaire repose sur le principe de complémentarité

Plus en détail

A partir de ces différents matériels, l administrateur a déterminé huit configurations différentes. Il vous demande de les compléter.

A partir de ces différents matériels, l administrateur a déterminé huit configurations différentes. Il vous demande de les compléter. Exonet - Ressources mutualisées en réseau Description du thème Propriétés Intitulé long Formation concernée Présentation Modules Activités Compétences ; Savoir-faire Description Ressources mutualisées

Plus en détail

Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique

Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Catégorie Paramédicale Bachelier - Technologue de laboratoire médical Option chimie clinique HELHa Fleurus Rue de Bruxelles 101 6220

Plus en détail

POLASZEK André juin 2012. Rapport de stage La localisation intracellulaire des différents domaines de TPPP/p25 humaine

POLASZEK André juin 2012. Rapport de stage La localisation intracellulaire des différents domaines de TPPP/p25 humaine POLASZEK André juin 2012 Rapport de stage La localisation intracellulaire des différents domaines de TPPP/p25 humaine Sommaire RAPPORT DE STAGE 1 Sommaire 2 Introduction 3 Méthode 6 Migration sur gel d

Plus en détail

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde

Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde 1 ETSL Sérodiagnostic de la polyarthrite rhumatoïde TP 1 GABIN-GAUTHIER 13/11/2009 I. LA MALADIE... 2 II. TECHNIQUES QUALITATIVES... 2 1. PRINCIPE... 2 2. MODE OPERATOIRE... 3 2.1. WRST ou Waaler Rose

Plus en détail

TP n 1: Initiation au laboratoire

TP n 1: Initiation au laboratoire Centre Universitaire d El-Tarf Institut des Sciences Agronomiques 3 ème année Contrôle de Qualité en Agroalimentaire TP n 1: Initiation au laboratoire Introduction L analyse de la matière vivante au laboratoire

Plus en détail

Compliance Sheet. Super Range 71. Product Description

Compliance Sheet. Super Range 71. Product Description Super Range 71 Model SR71-15 SR71-A SR71-C SR71-E SR71-X SR71-USB Product Description 802.11a/n, Mini PCI, 2x2 MIMO 802.11a/b/g/n, Mini PCI, 3x3 MIMO 802.11a/b/g/n, CardBus, 2x2 MIMO 802.11a/b/g/n, PCI

Plus en détail

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire

Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire VWR Tour 2012! Travailler en toute sécurité dans un laboratoire de biologie moléculaire Christian Siatka Directeur général Consultant qualité règlementations européennes Master BIOTIN Management de la

Plus en détail

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de

MAB Solut. vos projets. MABLife Génopole Campus 1 5 rue Henri Desbruères 91030 Evry Cedex. www.mabsolut.com. intervient à chaque étape de Mabsolut-DEF-HI:Mise en page 1 17/11/11 17:45 Page1 le département prestataire de services de MABLife de la conception à la validation MAB Solut intervient à chaque étape de vos projets Création d anticorps

Plus en détail

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points)

EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) Bac S 2015 Antilles Guyane http://labolycee.org EXERCICE II. SYNTHÈSE D UN ANESTHÉSIQUE : LA BENZOCAÏNE (9 points) La benzocaïne (4-aminobenzoate d éthyle) est utilisée en médecine comme anesthésique local

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst

Biochimie I. Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1. Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Biochimie I Extraction et quantification de l hexokinase dans Saccharomyces cerevisiae 1 Daniel Abegg Sarah Bayat Alexandra Belfanti Assistants : Tatjana Schwabe Marcy Taylor Gisèle Dewhurst Laboratoire

Plus en détail

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1

ATTESTATION D ACCREDITATION. N 8-3358 rév. 1 Convention N 5350 Section Santé Humaine ATTESTATION D ACCREDITATION ACCREDITATION CERTIFICATE N 8-3358 rév. 1 Le Comité Français d'accréditation (Cofrac) atteste que : The French Committee for Accreditation

Plus en détail

Once the installation is complete, you can delete the temporary Zip files..

Once the installation is complete, you can delete the temporary Zip files.. Sommaire Installation... 2 After the download... 2 From a CD... 2 Access codes... 2 DirectX Compatibility... 2 Using the program... 2 Structure... 4 Lier une structure à une autre... 4 Personnaliser une

Plus en détail

Exemple PLS avec SAS

Exemple PLS avec SAS Exemple PLS avec SAS This example, from Umetrics (1995), demonstrates different ways to examine a PLS model. The data come from the field of drug discovery. New drugs are developed from chemicals that

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants

FICHE 1 Fiche à destination des enseignants FICHE 1 Fiche à destination des enseignants 1S 8 (b) Un entretien d embauche autour de l eau de Dakin Type d'activité Activité expérimentale avec démarche d investigation Dans cette version, l élève est

Plus en détail

Chapitre 7 Les solutions colorées

Chapitre 7 Les solutions colorées Chapitre 7 Les solutions colorées Manuel pages 114 à 127 Choix pédagogiques. Ce chapitre a pour objectif d illustrer les points suivants du programme : - dosage de solutions colorées par étalonnage ; -

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier

Les OGM. 5 décembre 2008. Nicole Mounier Les OGM 5 décembre 2008 Nicole Mounier Université Claude Bernard Lyon 1 CGMC, bâtiment Gregor Mendel 43, boulevard du 11 Novembre 1918 69622 Villeurbanne Cedex OGM Organismes Génétiquement Modifiés Transfert

Plus en détail

Règlement relatif à l examen fait conformément à la Déclaration canadienne des droits. Canadian Bill of Rights Examination Regulations CODIFICATION

Règlement relatif à l examen fait conformément à la Déclaration canadienne des droits. Canadian Bill of Rights Examination Regulations CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Canadian Bill of Rights Examination Regulations Règlement relatif à l examen fait conformément à la Déclaration canadienne des droits C.R.C., c. 394 C.R.C., ch. 394 Current

Plus en détail

Isolement automatisé d ADN génomique à partir de culots de cellules sanguines à l aide de l appareil Tecan Freedom EVO -HSM Workstation

Isolement automatisé d ADN génomique à partir de culots de cellules sanguines à l aide de l appareil Tecan Freedom EVO -HSM Workstation PROTOCOLE AUTOMATISÉ Isolement automatisé d ADN génomique à partir de culots de cellules sanguines à l aide de l appareil Tecan Freedom EVO -HSM Workstation Mode d emploi des produits A1751 et A2751 Réservé

Plus en détail

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique

Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Université Mohammed V-Agdal Faculté des Sciences de Rabat Laboratoire de Zoologie et de Biologie générale Les techniques de préparation des coupes pour les microscopies optique et électronique Histologie-Embryologie

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Bêta-oxydation des acides gras

Bêta-oxydation des acides gras O C N C 2 O C 2 SO 3 O O acide taurocholique O C N C 2 COO O O O acide glycocholique Figure.2 Structure d un sel biliaire formé par conjugaison entre un acide biliaire (ici l acide cholique) soit avec

Plus en détail

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés

Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés Molécules et matériaux organiques Partie 1. Addition nucléophile suivie d élimination (A N + E) 1.1. Réactivité électrophile des acides carboxyliques et groupes dérivés bjectifs du chapitre Notions à connaître

Plus en détail

Photoactivatable Probes for Protein Labeling

Photoactivatable Probes for Protein Labeling Photoactivatable Probes for Protein Labeling THÈSE N O 4660 (2010) PRÉSENTÉE LE 26 MARS 2010 À LA FACULTÉ SCIENCES DE BASE LABORATOIRE D'INGÉNIERIE DES PROTÉINES PROGRAMME DOCTORAL EN CHIMIE ET GÉNIE CHIMIQUE

Plus en détail

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires.

Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Le No.1 de l économie d énergie pour patinoires. Partner of REALice system Economie d énergie et une meilleure qualité de glace La 2ème génération améliorée du système REALice bien connu, est livré en

Plus en détail

Force and Torque Sensor with inboard Electronics

Force and Torque Sensor with inboard Electronics Force and Torque Sensor with inboard Electronics The force and torque sensors of the KMS series are high-capacity measuring systems. The KMS sensors enable 6 axis measurements in 3-dimensional space. The

Plus en détail

IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board

IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board IPSAS 32 «Service concession arrangements» (SCA) Marie-Pierre Cordier Baudouin Griton, IPSAS Board 1 L élaboration de la norme IPSAS 32 Objectif : traitement comptable des «service concession arrangements»

Plus en détail

RNAseq et NGS. Adriana Alberti Karine Labadie

RNAseq et NGS. Adriana Alberti Karine Labadie RNAseq et NGS Séquençage et Diversité LES ORGANISMES EUCARYOTES animaux plantes champignons protistes BACTERIES ARCHEES VIRUS METAGENOMES LES SOURCES ADN GENOMIQUE ARN / cdna AMPLICONS BACs ET FOSMIDES

Plus en détail

NOTICE D UTILISATION Option USB 2-Ports USB FRANCAIS

NOTICE D UTILISATION Option USB 2-Ports USB FRANCAIS NOTICE D UTILISATION Option USB 2-Ports USB FRANCAIS Introduction Ce supplément vous informe de l utilisation de la fonction USB qui a été installée sur votre table de mixage. Disponible avec 2 ports USB

Plus en détail

PHYSIQUE Discipline fondamentale

PHYSIQUE Discipline fondamentale Examen suisse de maturité Directives 2003-2006 DS.11 Physique DF PHYSIQUE Discipline fondamentale Par l'étude de la physique en discipline fondamentale, le candidat comprend des phénomènes naturels et

Plus en détail

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada

Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich. Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Développement d un traitement pour l ataxie de Friedreich Dr. Jacques P. Tremblay Université Laval Québec, Canada Ataxie de Friedreich Maladie héréditaire Transmission récessive Liée au chromosome 9 Due

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet

Régulation GAL4 chez S. cerevisiae. Annie Sainsard-Chanet Régulation GAL4 chez S. cerevisiae Annie Sainsard-Chanet Contrôle de l expression génique Mécanismes qui régulent, augmentent ou diminuent l expression d un gène donné suivant le milieu, le tissu, le stade

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

L. Obert, T. Lascar, A. Adam

L. Obert, T. Lascar, A. Adam Améliorer la consolidation des tubérosités grâce au système OMS (Offset Modular System) et l autogreffe Improving tuberosity consolidation using the OMS system (Offset Modular System) L. Obert, T. Lascar,

Plus en détail

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN

Résonance Magnétique Nucléaire : RMN 21 Résonance Magnétique Nucléaire : RMN Salle de TP de Génie Analytique Ce document résume les principaux aspects de la RMN nécessaires à la réalisation des TP de Génie Analytique de 2ème année d IUT de

Plus en détail

Produire une protéine recombinante. Principes et Méthodes. de Biologie Moléculaire

Produire une protéine recombinante. Principes et Méthodes. de Biologie Moléculaire Produire une protéine recombinante Principes et Méthodes de Biologie Moléculaire Gabrielle Potocki-Veronese INSA-Laboratoire Biotechnologie-Bioprocédés Toulouse Equipe Ingénierie Enzymatique Moléculaire

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

Chimie Analytique II. Microscopie à force atomique

Chimie Analytique II. Microscopie à force atomique Chimie Analytique II Microscopie à force atomique Daniel Abegg Nicolas Calo Emvuli Mazamay Pedro Surriabre Université de Genève, Science II, Laboratoire 144 Groupe 4 29 décembre 2008 Résumé Les résultats

Plus en détail

M1 BE, BV, BBSG 17 Décembre 2007

M1 BE, BV, BBSG 17 Décembre 2007 M1 BE, BV, BBSG 17 Décembre 2007 BIOLOGIE MOLECULAIRE EUCARYOTE (Sans document ni calculette ; durée 2h) Librement inspiré de Wang et al. CELL, 105, 851 862, 2001 et Cao et al. MOL CEL BIOL, 25, 364 376,

Plus en détail

Calculation of Interest Regulations. Règlement sur le calcul des intérêts CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015

Calculation of Interest Regulations. Règlement sur le calcul des intérêts CONSOLIDATION CODIFICATION. Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Calculation of Interest Regulations Règlement sur le calcul des intérêts SOR/87-631 DORS/87-631 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août 2015 Published by the Minister

Plus en détail

CELLINE. Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines

CELLINE. Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines CELLINE Bioréacteur à usage unique pour une expression efficace des protéines Une technologie à double compartiment Nutriments Déchets Glucose Glutamine Lactate Ammonium Compartiment du milieu de culture

Plus en détail

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014)

C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28. (Assented to June 12, 2014) (Date de sanction : 12 juin 2014) C H A P T E R 28 C H A P I T R E 28 THE CONSUMER PROTECTION AMENDMENT ACT (CONTRACTS FOR DISTANCE COMMUNICATION SERVICES) LOI MODIFIANT LA LOI SUR LA PROTECTION DU CONSOMMATEUR (CONTRATS DE SERVICES DE

Plus en détail

pka D UN INDICATEUR COLORE

pka D UN INDICATEUR COLORE TP SPETROPHOTOMETRIE Lycée F.BUISSON PTSI pka D UN INDIATEUR OLORE ) Principes de la spectrophotométrie La spectrophotométrie est une technique d analyse qualitative et quantitative, de substances absorbant

Plus en détail

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions

Liquides oraux : et suspensions. Préparations liquides pour usage oral. Solutions Préparations pharmaceutique Cours de en 2ème petites Année quantités de Master en Pharmacie Liquides oraux : solutions, Préparation sirops pharmaceutique et suspensions en petites quantités Section des

Plus en détail

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie

TECHNIQUES: Principes de la chromatographie TECHNIQUES: Principes de la chromatographie 1 Définition La chromatographie est une méthode physique de séparation basée sur les différentes affinités d un ou plusieurs composés à l égard de deux phases

Plus en détail

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION

Interest Rate for Customs Purposes Regulations. Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Interest Rate for Customs Purposes Regulations Règlement sur le taux d intérêt aux fins des douanes SOR/86-1121 DORS/86-1121 Current to August 4, 2015 À jour au 4 août

Plus en détail