MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE DIRECTION DES PERSONNELS ENSEIGNANTS AGREGATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE DIRECTION DES PERSONNELS ENSEIGNANTS AGREGATION"

Transcription

1 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE DIRECTION DES PERSONNELS ENSEIGNANTS AGREGATION SECTION : BIOCHIMIE-GENIE BIOLOGIQUE Concours INTERNE et concours d accès à l échelle de rémunération des professeurs agrégés Rapport de Monsieur Gérald ALCINDOR Président du jury 25

2 Sommaire Composition du jury.. p 3 Renseignements statistiques.. p 4 Epreuves d admissibilité Première épreuve... p 6 Deuxième épreuve p 33 Epreuves d admission Première épreuve... p 36 Deuxième épreuve p 39

3 COMPOSITION DU JURY Président Monsieur Gérald ALCINDOR, professeur des universités Université René Descartes à Paris Vice-président M. Guy LEYRAL, Inspecteur général de l'education Nationale Secrétaire général M. Patrick VANNESTE, professeur agrégé - E.N.C.P.B. de PARIS Membres : Mme Christine BENAYOUN, professeur agrégé - E.N.C.P.B. de PARIS M. Adrien BINET, professeur des universités IUT Quimper M. Joel CNOKAERT, IA - IPR M. Jean - Yves DANIEL, professeur des universités Université Bordeaux 2 M. rédéric DUCANCEL, Ingénieur de recherche - CEA Saclay Mme Isabelle ETIENNE, professeur agrégé - E.N.C.P.B. de PARIS Mme rançoise GUILLET, IA - IPR M. Jean rançois PERRIN, professeur agrégé Lycée Saint Louis BORDEAUX M. Christian PLAS, professeur agrégé - E.N.C.P.B. de PARIS Mme Claudine WALTHER, professeur agrégé - E.N.C.P.B. de PARIS

4 RENSEIGNEMENTS STATISTIQUES Concours interne Candidats présents aux épreuves d'admissibilité 51 Candidats admissibles 13 Candidats présents aux épreuves d'admission 12 Candidats proposés pour l'admission 5 Barre d'admissibilité 8.9 Barre d'admission Epreuves d'admissibilité Moyenne générale des candidats présents 6.74 Moyenne générale des candidats admissibles 1.3 Première épreuve dossier Moyenne des candidats présents 6.83 Moyenne des candidats admissibles Note maximale 16.5 Deuxième épre uve : Biochimie-Physiologie-Microbiologie Moyenne des candidats présents 6.55 Moyenne des candidats admissibles 8.79 Note maximale 11 Epreuves d'admission Première épreuve soutenance Moyenne des candidats présents Moyenne des candidats admis 15 Note maximale 18 Deuxième épreuve exploitation dossier Moyenne des candidats présents Moyenne des candidats admis Note maximale 15.4 Moyenne portant sur le total des épreuves de l'admission Moyenne des candidats présents Moyenne des candidats admis Moyenne portant sur le total général Moyenne des candidats présents 1.89 Moyenne des candidats admis Concours d'accès à l'échelle de rémunération Des professeurs agrégés Candidats présents aux épreuves d'admissibilité 13 Candidats admissibles 1 Candidats présents aux épreuves d'admission 1 Candidats proposés pour l'admission Barre d'admissibilité 9.75 Barre d'admission Epreuves d'admissibilité Moyenne générale des candidats présents 5.48 Moyenne générale des candidats admissibles 9.75 Première épreuve dossier

5 Moyenne des candidats présents 4.94 Moyenne des candidats admissibles 1 Note maximale 1 Deuxième épreuve : Biochimie-Physiologie-Microbiologie Moyenne des candidats présents 6.1 Moyenne des candidats admissibles 9.5 Note maximale 9.5 Epreuves d'admission Première épreuve soutenance Moyenne des candidats présents 8.5 Note maximale 8.5 Deuxième épreuve exploitation dossier Moyenne des candidats présents 9.4 Note maximale 9.4 Moyenne portant sur le total des épreuves de l'admission Moyenne des candidats présents 8.95 Moyenne portant sur le total général Moyenne des candidats présents 9.35

6 EPREUVES ECRITES D ADMISSIBILITE Première épreuve Durée: 6 heures Coefficient 1 GLUCIDES ET BIOTECHNOLOGIES Les glucides constituent un monde extrêmement varié. Des molécules simples aux molécules complexes ils interviennent dans le métabolisme énergétique, les structures cellulaires et extra cellulaires. Des polyosides participent à des phénomènes d adhésion non spécifiques comme la formation de biofilms. Les interactions spécifiques protéines ligands font quelquefois intervenir des motifs glucidiques. D autre part de nombreux polyosides présentent un intérêt industriel certain : gommes, amidon et dérivés Le sujet propose quatre parties indépendantes concernant quelques aspects de la glycobiologie : Dosage de la digoxine et de la digitoxine Site d interaction lectines - ligands Les cellulosomes Les polyosides : épaississants ou gélifiants

7 PARTIE A : Dosages de la digoxine et de la digitoxine La digoxine et la digitoxine (Document 1 : formule chimique de la digoxine) sont des glucosides cardiotoniques utilisés le plus souvent pour le traitement de l insuffisance cardiaque et des troubles du rythme cardiaque. Il existe un certain chevauchement entre les limites thérapeutiques et les limites toxiques, aussi la toxicité de ces produits continue de constituer un problème clinique courant. Les effets de la toxicité sont souvent sévères et peuvent être mortels. Par conséquent, il est très important de suivre les taux de digoxine ou de digitoxine dans le sérum. De nombreuses méthodes de dosage existent, deux d entre elles seront étudiées. QUESTION A1 La digitoxine ne diffère de la digoxine que par la perte de l hydroxyle porté par le C12 (Document 1). Quelle est la conséquence de cette modification sur la solubilité de la molécule dans le sérum? La digitoxine et la digoxine sont transportées par l albumine plasmatique. Discuter l affinité de ces deux molécules pour la molécule transporteuse. QUESTION A2 Le document 2 est une fiche technique simplifiée d une méthode de dosage de la digoxine (méthode Tina-quant Digoxine). Réaliser un schéma illustrant le principe de dosage de la digoxine. Réaliser un schéma de principe des deux appareils permettant ce dosage en milieu trouble. Préciser et justifier pour chacun la longueur d onde choisie. Donnée : La loi de Rayleigh est inapplicable dans ce cas. Loi de Rayleigh : Id = K. I. 2 2 n - n 2 2 n + 2 n. N V2 4 λ Id : intensité diffusée I : intensité du faisceau incident K : constante dépendant de la direction et de la géométrie du système n : indice de réfraction de la particule n : indice de réfraction du solvant N : nombre ou concentration de particules V : volume moyen d une particule λ : longueur d onde QUESTION A3 Le document 3 présente les réactifs utilisés pour une méthode de dosage de la digitoxine faisant appel à la complémentation. Réaliser un schéma illustrant le principe de ce dosage.

8 PARTIE B : site d interaction lectines - ligands Il s agit dans cette partie d établir la cartographie du site d interaction spécifique entre des lectines bactériennes et leurs ligands oligosidiques à l aide d analogues structuraux par réaction d inhibition d hémagglutination. Les questions concernées par ce thème requièrent l utilisation du document 4. QUESTION B1 Rappeler en quelques lignes pourquoi les réactions de liaisons lectines/motifs oligosidiques peuvent intéresser la bactériologie médicale. QUESTION B2 Justifier l utilisation de plaques à puits à fonds coniques pour réaliser les réactions d hémagglutination. Décrire l aspect d un puits ne montrant pas d hémagglutination et l aspect d un puits montrant une hémagglutination totale. QUESTION B3 Utiliser essentiellement les données du paragraphe d introduction, du paragraphe présentant les structures des osides inhibiteurs mis en oeuvre et des deux derniers paragraphes du document 4. Expliquer comment les résultats expérimentaux obtenus dans le paragraphe intitulé «Inhibition of hemagglutination» et résumés par le tableau n 1 conduisent au modèle schématique de la figure 3. Les raisonnements tenus dans le cadre de l explication précédente doivent être l aboutissement d une séance de travail collectif avec un groupe d élèves dans le cadre de travaux dirigés. Quels sont les objectifs pédagogiques visés? QUESTION B4 Quel est l intérêt de la figure 4 du document 4? QUESTION B5 Pour chaque ligand I i (analogue inhibiteur), les auteurs de l article présenté dans le document 4 déterminent la différence d enthalpie libre de référence entre la réaction de fixation de I i et la réaction de fixation du ligand de référence I ref (I ref est en fait le composé 1) sur les motifs protéiques adhésines P. Cette différence est appelée G. Pour déterminer G les auteurs utilisent la relation suivante : G = -RT ln(k rel ) avec K rel = (IC 5 de I ref / IC 5 de I i ). La question qui suit a pour but de démontrer cette relation.

9 Soit H, I ref, I i, désignant les motifs saccharidiques libres (H faisant référence aux motifs des érythrocytes) et P désignant les sites adhésines bactériennes libres. Soit P* H, P* I ref et P* I i désignant les complexes adhésine motif saccharidique. Les réactions suivantes peuvent être écrites : P* H < > P + H K D,H = ([P][H]) / [P*H] G H = - RT ln(k D,H ) P* I ref < > P + I ref K D,Iref = ([P][I ref ]) / [P*I ref ] G Iref = - RT ln(k D,Iref ) P* I i < > P + I i K D,Ii = ([P][I i ]) / [P*I i ] G Ii = - RT ln(k D,Ii ) Montrer que pour une concentration en I i totale qui détermine une inhibition d hémagglutination de 5% comparée à une concentration en I ref totale qui détermine la même inhibition de 5%, la relation suivante peut être écrite : En déduire alors que G = - RT ln([i ref ]/[I i ]). K D,Ii / K D,Iref = [I i ] / [I ref ] La formule proposée par les auteurs de l article est G = - RT ln(k rel ) ; soit en fait G = -RT ln([i ref total] / [ I i total]) compte tenu de leur définition de K rel. Il y a donc une différence entre l égalité exacte déduite ci-avant et la formule proposée par l article. Quelle est la condition de validité de la formule de l article? Pourquoi peut on affirmer qu elle est respectée?

10 PARTIE C : les cellulosomes Les cellulosomes sont des complexes extracellulaires de masse moléculaire élevée impliqués dans la dégradation de la cellulose chez certains micro-organismes. Ils sont constitués de plusieurs sous-unités catalytiques organisées autour d'une protéine centrale : la scaffoldine. La structure des sous-unités catalytiques fait apparaître un domaine commun appelé dockerine nécessaire pour leur intégration dans le complexe. Les cellulosomes d origine bactérienne diffèrent des cellulosomes fongiques par la structure de la dockérine, la nature des hydrolases présentes et par conséquent la nature des produits formés : cellobiose chez les bactéries, glucose chez les champignons. Les travaux suivants ont contribué à préciser la structure et la fonction de la molécule responsable de l activité ß-glucosidasique libérant le glucose : criblage immunologique (immunoscreening) d une banque d'adn complémentaire de Picomyces (vecteur λzap 11 / Escherichia coli) ; sous-clonage des clones immunoréactifs (pbluescript SK) puis séquençage ; analyse et comparaison des séquences et mise en évidence d un gène d intérêt appelé cel3a ; amplification par PCR et purification des régions codant les domaines catalytiques et auxiliaires ; clonage et expression de la protéine rcel3a marquée (tagged protein) chez E.coli BL21 (vecteur pqe, cotransformation par prep4, plasmide portant le gène laci, gène codant le répresseur de l opéron lactose) ; purification de la protéine recombinante Cel3a par chromatographie d affinité ; détermination de l activité catalytique de la protéine d intérêt. Document 5 : documentation technique / picoblue TM Immunoscreening kit Document 6 : caractéristiques des vecteurs de clonage utilisés Document 7 : support de chromatographie (document à compléter) QUESTION C1 A partir des données du document 5, construire un organigramme des différentes étapes qui ont été nécessaires à la réalisation du criblage immunologique (immunoscreening). QUESTION C2 A l aide du document 6, justifier le choix des différents vecteurs pour chaque application en précisant l intérêt de leurs différents éléments fonctionnels. QUESTION C3 La purification de la protéine recombinante rcel3a est effectuée sur colonne de Ni 2+ -nitrilotriacétate après avoir ajusté les concentrations en NaCl et en imidazole de l extrait cellulaire respectivement à 3 et 1 mmol.l -1, ph 8. Justifier ces conditions opératoires et indiquer la composition probable du tampon d élution. Compléter le document 7 en représentant les liaisons de coordinence entre le nitrilotriacétate et l ion Ni 2+ d une part, entre la protéine et l ion Ni 2+ d autre part. Joindre le document 7 à la copie.

11 PARTIE D : les polyosides : épaississants ou gélifiants Un certain nombre de produits industriels (dentifrice, confitures, sauces...) contiennent un ou plusieurs épaississants et/ou gélifiants. La nature de l'épaississant ou du gélifiant utilisé confère au produit des propriétés rhéologiques particulières. La formulation de ces produits implique donc un choix raisonné. La connaissance des structures chimiques est un élément important permettant de prévoir les propriétés rhéologiques. QUESTION D1 Il s'agit, lors d'une séance de travaux dirigés avec des étudiants en section de technicien supérieur Bioanalyses et contrôles, de mettre en évidence les relations entre les structures des polyosides et leurs propriétés rhéologiques. A cette fin, préparer deux séries de schémas commentés devant être exploités avec les élèves : - la première série expliquant les différences entre épaississants et gélifiants (des exemples concrets seront utilisés : pectines plus ou moins méthylées, rôle du ph...) ; - la seconde série montrant les relations entre la structure et les propriétés rhéologiques (rhéogrammes) de quelques polyosides : amylose, amylopectine, xanthane. Les documents 8 et 9 sont fournis comme aide à la préparation des deux séries de schémas. QUESTION D2 Parmi les polyosides cités ci-dessus, lequel semble le plus adapté à la formulation d'une pâte dentifrice? Justifier votre réponse.

12 Document 1 ormule de la digoxine O O OH 12 O OH O O O O O OH HO OH OH

13 Document 2 Dosage de la digoxine Réactifs R1 Réactif anticorps : Tampon BIS-TRIS :,25 mol.l -1, ph 6,4 ; anticorps monoclonaux de souris anti-digoxine ; = 1, mg.l -1 ; conservateur R2 Réactif contenant les microparticules particules de latex tapissées de digoxine ; conservateur R3 R4 R5 R6 Tampon BIS-TRIS :,25 mol.l -1, ph 6,4 ; Calibrateur bas Calibrateur haut Solution de contrôle Echantillon : Plasma : Plasma recueilli sur héparine de lithium ou de sodium ou sur EDTA de sodium. Conservation : 2 jours entre 2 et 8 C, 6 mois à -2 C. Ne congeler qu une fois. Il convient de prélever les échantillons au moins 6 à 8 heures après la dernière administration du médicament. Centrifuger les échantillons formant un précipité avant de commencer le dosage. Le dosage est réalisé en microplaque selon le tableau suivant : R1 R2 R3 R4 R5 R6 Echantillon Remarque : lors de ce test aucune précipitation des billes de latex n est observée.

14 Document 3 Dosage de la digitoxine Cette méthode fait appel à la complémentation de la b-galactosidase Les réactifs utilisés sont les suivants : R1 : Réactif enzyme accepteur Tampon HEPES ; Enzyme accepteur ; Anticorps anti-digitoxine ; Tampon phosphate ; Conservateur ; Agents stabilisants. R2 : Réactif enzyme donneur Tampon HEPES ; Enzyme donneur-digitoxine ; Rouge de chlorophénol b-galactopyranoside ; Tampon phosphate ; Conservateur ; Agents stabilisants. Données : Les anticorps anti-digitoxine peuvent se fixer aussi bien sur la digitoxine libre que sur la digitoxine liée à l enzyme donneur. L enzyme donneur est liée à la digitoxine par une liaison covalente.

15 Document 4 Ce document reprend de larges extraits de l article intitulé Specific mapping of bacterial lectins by inhibition of hemagglutination using deoxy and deoxyfluoro analogs of receptor-active saccharides ; Göran Magnusson, Scott J. Hultgren, Jan Kihlberg ; Methods in enzymology, 253, (1995). Introduction Many bacteria use their surface lectins for attachment to saccharide moieties on the surface of eukaryote cells. [ ] Detailed knowledge of the lectin-saccharide interaction would make it possible to interfere with bacterial binding and thereby provide an opportunity to develop antiadhesive agents [ ] Hydrogen bonds between saccharide and lectin seem to be the most important type of bond in the lectinsaccharide complex. Consequently, the use of a complete set of monodeoxysaccharide analogs as inhibitors [ ] reveals which hydroxyl groups in the natural saccharide are necessary for complex formation. In addition, deoxyfluorosaccharide reveal the directionality of the hydrogen bond, because the fluoro group is a hydrogen bond acceptor but not a donor. [ ] Substitution of hydroxyl group for alkyl or ether group may reveal steric requirements for a good fit between saccharide and protein. It is important that different saccharide analogs used for receptor mapping have very similar conformations, ensuring that the only difference between the saccharide structures is the presence of the absence of specific hydroxyl groups. [ ] Hemagglutination is based on aggregation of erythrocytes. Specific bacterial adhesins presented in fibers called pili or fimbriae on bacterial surface bind to saccharides on the erythrocyte surface, causing hemagglutination. Inhibition of the aggregate formation causes the erythrocytes to sediment, thereby enabling the identification of efficient inhibitors. Plastic particles coated with an active saccharide can be used as an alternative to erythrocytes. [ ] An illustration of the use of deoxysaccharide and deoxyfluorosaccharides in epitope mapping is our investigation of the galabiose (Galα1 4Galβ) binding specificity of uropathogenic Escherichia coli bacteria.[ ] Deoxysaccharides and Deoxyfluorosaccharides used ig.1. : Galabioside analogues 1-14 and ethyl lactoside 15 used as hemagglutination inhibitors. Arrows indicate which hydroxyl group has been replaced by a hydrogen or fluorine atom in compounds 1 14.

16 Preparation of Erythrocytes [ ] The surface of these erythrocytes presents the P antigen (globoside) which contains the dissacharide moiety recognized by P piliated bacteria. [ ] Pilus Architecture and Preparation of bacterial Strains HB11/pPAP5 The E. coli strain [ ]HB11/pPAP5 [ ] produce the P pili [ ] Expression of P pili is induced by growing the HB11/pPAP5 bacteria overnight at 37 C on a solid medium such as CA [ ]. Note importante des auteurs du sujet : la partie protéique la plus externe du pili P ( = partie PAPG) possède la fonction adhésine (= lectine) de reconnaissance du motif galabiose (Gala1 4Galb). L antigen P des hématies (= globoside) présente ce motif. Hemagglutination reactions [ ] Bacterial suspension 1. Suspend bacteria (fresh, overnight culture) in PBS to an A 54 of Spin down 1 ml of the cell solution in a microfuge for 1 min. 3. Suspend the cell pellet in 1 µl PBS. Red blood cell suspension 1. Wash blood in PBS [ ] (no lysed cells). 2. Suspend red blood cells (RBC) in PBS to an A 64 of 1.9. Hemagglutination assay and determination of titer 1. In a microtiter plate with pointed well bottoms [ ], dispense 25 µl PBS/well. 2. Add 25 µl bacterial suspension to the first well. Mix. Make serial dilutions by taking 25 µl from the first well, transferring to the next well, mixing, taking 25 µl from the second well, and so on. 3. Add 25 µl RBC suspension to all wells. 4. Mix suspension gently [ ] Cover and place at 4 C. 5. Read the HA titer [ ] In the absence of hemagglutination the RBC are able to settle into a pellet at the bottom of the well. In the presence of hemagglutination the red blood cells and bacteria form a diffuse sheet clumped of cells covering the entire well. Inhibition of hemagglutination The bacterial suspension is diluted to an HA titer of 64 [ ]. The saccharide inhibitors 1 15 are dissolved in PBS buffer to give 1 mm solutions. Each inhibitory solution (25 µl) is serial diluted in microtiter plate wells containing 25 µl PBS each. The bacterial suspension (25 µl ; HA titer of 64) is added to each well, and the plates are incubated for around 15 min at room temperature. The erythrocytes (1% suspension, 25 µl) are added, and the plates are shaken gently, then incubated at 4 C for 16 hr. The end point (IC5) is defined as the inhibitory concentration that gives 5% inhibition (seen as incomplete formation of an erythrocyte pellet) of hemagglutination. The IC5 values for the different inhibitor saccharides, shown in Table I, are mean values from two or three consecutive determinations. [ ]

17 Table I Inhibition of hemagglutination of human erythrocytes by Escherichia coli (HB11/paP5) Using compounds Compound IC5 a (mm) Inhibitory power b (%) G c (kj/mol) > <1. a The 95% confidence limits are as follows : [.93*IC5 ; 1.7*IC5] mm. b The 95% confidence limits are [.94 * Inhibitory power ; 1.11 * Inhibitory power] %. c The 95% confidence limits are G ±.25 (kj/mol) >11 Data analysis The relative equilibrium constant (K rel, equal to the ratio of IC5 values) for each of the saccharides is derived using saccharide 1 as a reference inhibitor. Inhibitory power is defined as 1 K rel. The K rel values are used to calculate the difference in free energies ( G = -RT ln(k rel )). [ ] The saccharide inhibitors 2 15 were categorized according to their G values : (1) G < kj/mol : more potent than the reference saccharide 1 ; (2) G = 2 kj.mol -1 : marginal loss of potency ; (3) G = 4 1 kj.mol -1 : significant loss of potency, indicating either loss of a hydrogen bond or introduction of a steric repulsion ; and (4) G > 11 kj.mol -1 : non inhibitory, indicating the loss of more than one important interaction. The loss of a hydrogen bonding site in a ligand binding enzyme has been found to cause decreased binding strength by kj.mol -1. It is recommended that conclusive argumentation based on borderline G values ( kj.mol -1 ) be avoided. [ ] The data and interpretations are summarized in the schematic model of the galabiose-specific binding site shown in ig. 3. Galabiose is the central dissacharide of globoside, which is the natural glycolipid present on human erythrocytes. igure 4 is a three-dimensional representation of globoside with the hydrogen bonded hydroxyl groups highlighted.

18 ig.3. Schematic model of the galabiose-specific binding site of the PapG adhesin of E.coli. [ ] (remarque des auteurs du sujet : les flèches représentent les liaisons hydrogènes orientées intervenant dans la reconnaissance de l adhésine et du motif osidique ; les traits pointillés des interactions hydrophobes). ig. 4. Space filling model of globotetraosylceramide. The oxygen functionalities of that are involved in hydrogen bonding to the PapG adehsin ( HO-6, HO-2, O-3, HO-4, and HO-6 ) are highlighted.

19 Document 5 Documentation technique / picoblue TM Immunoscreening kit Cloning vectors having promoters that are functionnal in Escherichia coli (such as the β-galactosidase promoter found in the Lambda ZAP vectors and the Lambda gt11 vectors, the Bluescript II phagemids and the puc plasmids) and that are positioned to transcribe cdna inserts with the appropriate 5 sequences can be used to express fusion proteins. These recombinant proteins may be identified using a primary antibody (Ab) directed against the protein of interest, the alkaline phosphatase (AP)-conjugated secondary antibody and the nonradioactive color-producing substrates provided in this kit. The picoblue TM immunoscreening kit provides the following components : A high quality, immunoaffinity-purified secondary antibody conjugated to AP. Bovine serum albumine (BSA) to block any non specific binding sites on the nitrocellulose. Nitroblue tetrazolium (NBT) and 5-bromo-4-chloro-3-indolyl phosphate (BCIP) for the color development reaction. An E.coli phage lysate to remove cross-reactive antibodies that may be contaminating the primary antibody. The picoblue immunoscreening kit has been design to screen lifts of phage plaques, replicas of phage lysogens and plasmid colonies, or the products of in vitro translation that are blotted onto nitrocellulose membranes following sodium dodecyl sulfate-polyacrylamide gel electrophoresis (SDS-PAGE).

20 Document 6 Caractéristiques des vecteurs de clonage utilisés Document 6 a Lambda ZAP II Vector Extrait d une fiche technique de la société QIAGEN λ ZAP is an insertion vector with multiple cloning sites within plasmid sequences that can be excised in vivo and converted to a plasmid vector, Bluescript SK (-) vector. DNA fragments up to 1 kb in length can be inserted in unique XhoI, EcoRI, SpeI, XbaI, NotI, or SacI sites. [ ] The polycloning site is located in the amino-terminal portion of lacz, often leading to a Lac (-) phenotype on isolpropylthio-β-d-galactoside / X-gal. If the cloned DNA is in-frame with the LacZ sequence, a fusion protein may be expressed and detected by antibody screening. The Bluescript SK (-) plasmid carrying the cloned DNA is excised in the presence of f1 or M13 helper bacteriophages. λ ZAP contains two signals necessary for excision, initiator (I) and terminator (T), where f1 (+) strands DNA synthesis initiates and terminates, respectively. [ ] λ ZAPII is equivalent to λ ZAP except that the Sam 1 mutation has been removed. GENETIC CHARACTERISTICS Amber mutations Sam 1 Suppressor required sup Deletions nin 5 Substitutions T amp r ColE1 ori lacz (bacteriophage T3 Promoter, polycloning site, bacteriophage T7 promoter I) Insertions no red / gam status of vectors red + gam + red / gam status of recombinants red + gam + chi site present in recombinants yes Propagates on reca (-) hosts yes Spi selection no Recommanded hosts E.coli BB4 (λ ZAP, λ ZAPII) E.coli XL1-Blue (λ ZAPII) Cloning Site SacI NotI XbaI SpeI EcoRI XhoI Insertion / Substitution Size (kb) Left arm Right arm insert Recombinants Insertion Lac - REERENCE : Short et al. Bacteriophage λ vector (1988)

21 Document 6 b pbluescript SK (-) Vector Extrait d une fiche technique de la société QIAGEN

22 Document 6 c pqe and prep4 vectors Principle QIAexpress pqe vectors combine a powerful phage T5 promoter (recognized by E. coli RNA polymerase) with a double lac operator repression module to provide tightly regulated, high-level expression of recombinant proteins in E. coli. Protein synthesis is effectively blocked in the presence of high levels of lac repressor and the stability of cytotoxic constructs is enhanced. The pqe vectors enable placement of the 6xHis tag at either the N- or C-terminus of the recombinant protein. pqe Vectors Elements present in QIAexpress pqe Vectors pqe vectors. or a description of numbered features, see table "Elements present in QIAexpress pqe Vectors". Diagram not to scale. Element 1 Optimized promoter/operator element 2 Synthetic ribosomal binding site RBSII 3 6xHis-tag coding sequence 4 Translational stop codons 5 Two strong transcriptional terminators 6 ColE1 origin of replication 7 beta-lactamase gene (bla) Description Consists of the phage T5 promoter and two lac operator sequences, which increase the probability of lac repressor binding and ensure efficient repression of the powerful T5 promoter or efficient translation Either 5' or 3' to the polylinker cloning region In all reading frames for convenient preparation of expression constructs t from phage lambda, and T1from the rrnb operon of E. coli, to prevent read-through transcription and ensure stability of the expression construct rom pbr322 Confers ampicillin resistance

23 Procedure Inserts encoding proteins of interest are cloned into appropriate constructs* and transformed into a suitable E. coli strain for expression. Expression is induced by addition of IPTG. Vector pqe-trisystem constructs can be transformed into E. coli, used as a shuttle vector for recombinant protein expression in insect cells, or transfected into mammalian cells. Any E. coli strain carrying the laclq mutation can be used for expression of most proteins with pqe vectors. or stable propagation of expression constructs encoding toxic or hydrophobic proteins, a higher level of lac repressor may be required. This is obtained in trans with repressor plasmid prep4 or in cis with the pqe-8l vector series, both of which constitutively express the lac repressor at high levels. Expression hosts M15[pREP4] and SG139[pREP4] are provided in QIAexpress Kits and in the E. coli Host Strains Set. Alternatively, prep4 can be transformed into any E. coli strain. Since prep4 contains a p15a origin of replication, it is compatible with plasmids containing a ColE1 origin of replication, such as the pqe vectors, and is maintained in the cell by kanamycin selection. Applications The QIAexpress Expression System provides high-level expression of proteins suitable for many applications, including: Purification of functional, conformationally active proteins (1) Purification under denaturing conditions for antibody production (2) Crystallization for determination of three-dimensional structure (3) Assays involving protein protein (4) and protein DNA interactions

24 Document 7 Support de chromatographie Acide nitrilotriacétique (NTA = Nitrilotriacetic Acid) Document à compléter et à joindre à la copie NTA O O N O O O O

25 Document 8 NOTIONS DE RHEOLOGIE Lorsqu un fluide newtonien s écoule laminairement le long d une paroi plane immobile, on admet que la couche immédiatement au contact de la paroi reste immobile. Chaque couche successive se déplace à une vitesse qui augmente avec la distance de la paroi. La force de frottement qui s oppose au déplacement d une couche par rapport à la couche adjacente est proportionnelle à la superficie de l interface (A) et au gradient de vitesse entre les deux couches (dv/dx). dv = η A dx A = τ = η dv dx η est la viscosité dynamique et τ est appelée contrainte de cisaillement.

26 Pour les fluides newtoniens, le rhéogramme (τ??f(dv/dx)) est donc le suivant : τ η dv/dx De nombreuses solutions de macromolécules n ont pas un comportement newtonien, par exemple : - diminution de la viscosité lorsque le gradient de vitesse augmente (rhéofluidifiant),

AGREGATION INTERNE DE BIOCHIMIE - GENIE BIOLOGIQUE. Session 2005 EPREUVES ECRITES D AMISSIBILITE. Première épreuve

AGREGATION INTERNE DE BIOCHIMIE - GENIE BIOLOGIQUE. Session 2005 EPREUVES ECRITES D AMISSIBILITE. Première épreuve AGREGATION INTERNE DE BIOCHIMIE - GENIE BIOLOGIQUE Session 2005 EPREUVES ECRITES D AMISSIBILITE Première épreuve GLUCIDES ET BIOTECHNOLOGIES Les glucides constituent un monde extrêmement varié. Des molécules

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2013 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

3. Biotechnologie de l ADN

3. Biotechnologie de l ADN 3. Biotechnologie de l ADN 3.1. Technologie de l ADN recombinant 3.1.1. Isolation d ADN et d ARN 3.1.2. Fragmentation de l ADN (les Endonucléases) 3.1.3. Analyse d ADN sur d agarose et d acrylamide 3.1.4.

Plus en détail

3: Clonage d un gène dans un plasmide

3: Clonage d un gène dans un plasmide 3: Clonage d un gène dans un plasmide Le clonage moléculaire est une des bases du génie génétique. Il consiste à insérer un fragment d'adn (dénommé insert) dans un vecteur approprié comme un plasmide par

Plus en détail

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010

Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Ecole Centrale Paris Année 2009-2010 1 ère année. Cours «Biologie». Vendredi 28 mai 2010 Contrôle des Connaissances. 2 ème session) (Durée : 1h30, tous documents autorisés, ordinateur interdit) Important

Plus en détail

Les outils du génie génétique.

Les outils du génie génétique. Les outils du génie génétique. I\ Les enzymes. On va se servir des enzymes pour couper, coller et synthétiser des acides nucléiques. A\ Les polymérases. Toutes les polymérases agissent de 5 vers 3. En

Plus en détail

MICROBIOLOGIE ET GÉNIE FERMENTAIRE

MICROBIOLOGIE ET GÉNIE FERMENTAIRE Sujet zéro BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR BIOTECHNOLOGIES MICROBIOLOGIE ET GÉNIE FERMENTAIRE Durée de l'épreuve : 2 heures Coefficient : 1 Le sujet comporte 8 pages numérotées de 1/8 à 8/8 L usage d un

Plus en détail

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN

Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles. Séquençage de l ADN Principales techniques utilisées en génie génétique Ces différentes techniques peuvent également se combiner entre elles Séquençage de l ADN 1- Un brin complémentaire de l ADN à séquencer est fabriqué

Plus en détail

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction

Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06. Correction Licence-Master Bioinformatique Contrôle continu 06/03/06 Correction -«Vraies» questions de cours -«fausses» questions de cours: questions pour voir si pouviez imaginer une réponse crédible qui n était

Plus en détail

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION

METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA GST PAR AFFINITE AU GLUTATHION Laboratoire de Physiologie Végétale Université de Neuchâtel (2005) Travaux pratiques METHODES DE SEPARATION DE PROTEINES : PURIFICATION DE LA PAR AFFINITE AU GLUTATHION INTRODUCTION: Les protéines tiennent

Plus en détail

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli.

Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Clonage de Vénus et transformation de E.Coli. Samueal Joseph, Romain Laverrière, Elias Laudato, Noé Mage Assisstants : Gisele Dewhurst, Charlotte Gehin, Miwa Umebayashi Résumé [1] L expérience consiste

Plus en détail

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA

POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA POPULATION D ADN COMPLEXE - ADN génomique ou - copie d ARNm = CDNA Amplification spécifique Détection spécifique Clonage dans des vecteurs Amplification in vitro PCR Hybridation moléculaire - hôte cellulaire

Plus en détail

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition

Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Acide aminé (AA) Quelques termes-clef de biologie moléculaire et leur définition Isabelle Quinkal INRIA Rhône-Alpes Septembre 2003 Petite molécule dont l enchaînement compose les protéines - on dit qu

Plus en détail

Université du Québec à Montréal

Université du Québec à Montréal RECUEIL D EXERCICES DE BICHIMIE 6. Les acides nucléiques 6.2. Réplication, transcription et traduction P P P CH 2 H N H N N NH NH 2 Université du Québec à Montréal 6.2. Réplication, transcription et traduction

Plus en détail

CHAPITRE III: Le Clonage

CHAPITRE III: Le Clonage BIOLOGIE MOLECULAIRE CHAPITRE III: Le Clonage I) Définition: Cloner un fragment d'adn consiste à: isoler physiquement ce fragment. en augmenter le nombre de copie (cf: amplification) II) Principe: Le clonage

Plus en détail

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule»

Technologie de l ADN recombinant. Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» Technologie de l ADN recombinant Complément de cours sur: «Les Méthodes d Etude de la Cellule» 1 Les techniques de l ADN Recombinant But: isoler des fragments d ADN de génomes complexes et les recombiner

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

2: Les enzymes de restriction

2: Les enzymes de restriction 2: Les enzymes de restriction Les enzymes de restriction sont des protéines synthétisées par des bactéries pour se protéger des infections de virus (bactériophages). Ces enzymes coupent l ADN viral à des

Plus en détail

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles»

Génie de la biocatalyse et génie des procédés. «Production d enzymes industrielles» Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université Virtuelle de Tunis Génie de la biocatalyse et génie des procédés «Production d enzymes industrielles» Concepteur du cours:

Plus en détail

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

Série : STL Spécialité biotechnologies SESSION 2014 BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNLGIQUE Série : STL Spécialité biotechnologies SESSIN 2014 CBSV : sous épreuve coefficient 4 Biotechnologies : sous épreuve coefficient 4 Durée totale de l épreuve: 4 heures Les sujets

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Lundi 22 juin 2015 Coefficient de la sous-épreuve

Plus en détail

Méthodes et techniques de la biologie du développement

Méthodes et techniques de la biologie du développement Méthodes et techniques de la biologie du développement 1. Etude de l expression des gènes : Détecter les transcrits et les protéines au cours de l ontogenèse l outil anticorps 1.1. La RT-PCR La réaction

Plus en détail

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale

Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes. Injection d ADN étranger dans une cellule animale Chapitre 10 L isolement et la manipulation de gènes Injection d ADN étranger dans une cellule animale Comment amplifier un gène d intérêt? Amplification in vivo à l aide du clonage d ADN L ensemble formé

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines

Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines Chapitre 3 Propriétés et Analyses des protéines 1.Isolement des protéines A. Choix d une source de protéines B. Techniques de solubilisation C. Stabilisation des protéines D. Détection des protéines E.

Plus en détail

LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT

LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT Préparation à l Agrégation Interne Paris VI 2009-2010 Séances des 19 et 23 septembre LES CONSTITUANTS MOLÉCULAIRES DU VIVANT Les mots clés : Lipide, glucide, protide, acide nucléique, monomère, polymère,

Plus en détail

Digestion par les enzymes SalI et EcoRV. Digestion par les enzymes XhoI et SmaI

Digestion par les enzymes SalI et EcoRV. Digestion par les enzymes XhoI et SmaI 2 Digestion par les enzymes SalI et EcoRV Digestion par les enzymes XhoI et SmaI Klenow: sous-unité de l ADN Polymérase I d E. coli possédant une activité ADN polymérase 5-3 et une activité exonucléasique

Plus en détail

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN

TP de Biochimie Groupe 4 Forestier Michèle 25.05.2010 Fournier Coralie Freyre Christophe Manipulation d ADN MANIPULATION D ADN Clonage du gène «venus» dans des plasmides et expression de celui-ci chez les bactéries E.Coli. Assistants: U. Loizides M. Umebayashi C. Gehin - 1 - 1. Résumé Lors de notre expérience,

Plus en détail

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003

Génétique kits. Kit de précipitation de l ADN. Réf : 117 029. Français p 1. Version : 8003 kits Français p 1 Kit de précipitation de l ADN Version : 8003 1 Composition Quantité nécessaire pour 25 tests. - 25 ml de solution d ADN (de saumon) à 1mg/mL (tampon Tris-HCI 0,010 M, ph 8,0 en présence

Plus en détail

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique

Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Génération d anticorps monoclonaux par immunisation génique Gen2Bio 2010 Saint-Malo, mardi 30 mars 2010 Un partenariat Demandeur PADAM In Cell Art Projet Anticorps monoclonaux Gen2Bio 2010 Saint-Malo,

Plus en détail

Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01

Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01 Publication IEC 61000-4-3 (Edition 3.0 2008) I-SH 01 Electromagnetic compatibility (EMC) Part 4-3: Testing and measurement techniques Radiated, radio-frequency, electromagnetic field immunity test INTERPRETATION

Plus en détail

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin.

INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I. La transfection. Responsable : Valérie Chopin. INVESTIGATIONS TECHNIQUES EN PHYSIOPATHOLOGIE CELLULAIRE ET MOLECULAIRE Partie I La transfection Responsable : Valérie Chopin LBH semestre 6 Faculté des Sciences Laboratoire de Physiologie Cellulaire et

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE

EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE CAPET BIOTECHNOLOGIES option biochimie - génie biologique concours interne Session 2002 EPREUVE ECRITE D'ADMISSIBILITE ETUDE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE Durée : 6 heures Calculatrice interdite Aucun

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL. Année scolaire 2006/2007

STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL. Année scolaire 2006/2007 STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Année scolaire 2006/2007 Etablissement d accueil : ENSAIA, groupe GPBA (Génie des Procédés Biotechnologiques et Alimentaires) laboratoire de Jean-Louis Georgen (Jean-Louis.Goergen@ensaia.inpl-nancy.fr)

Plus en détail

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours

Biologie cellulaire. Perfectionnement à la culture cellulaire. Programme. ParTIe PraTIQUe. ParTIe THÉorIQUe. durée : 4 jours Biologie cellulaire Perfectionnement à la culture cellulaire durée : 4 jours ingénieurs, chercheurs et chefs de projet connaissances de base en culture cellulaire ou validation du module «initiation à

Plus en détail

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale

ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale Unité d enseignement UE 8 : Biologie Moléculaire - Microbiologie ECUE 2 (L 1 -S 2 ) : Microbiologie générale Microbiologie générale 1h30 de cours et 1h15 de Travaux pratiques Un examen écrit ; un examen

Plus en détail

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire

Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire Approfondissement des connaissances en biologie moléculaire nicolas.glaichenhaus@unice.fr Master IADE Année 2013-2014 Plan du cours Rappels de biologie moléculaire et de biologie cellulaire Les molécules

Plus en détail

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier?

D après vous, à qui pourraient appartenir ce(s) sang(s)? Comment pourrait-on le(s) identifier? TP Etude du sang Sur la scène de crime, nous avons retrouvé différents échantillons de sang (sur la victime, à côté d elle, sur la lame de scie, dans des tubes à essai). On se propose de déterminer la

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

DEVOIR A LA MAISON. BMGG (temps recommandé : 2H00)

DEVOIR A LA MAISON. BMGG (temps recommandé : 2H00) Pour jeudi 12/02/2014 DEVOIR A LA MAISON BMGG (temps recommandé : 2H00) Calculatrice non autorisée Dictionnaire anglais/français autorisé. Clonage et PCR En 1983, Kary Mullis conçut l'idée de la réaction

Plus en détail

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation

Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Le peptide signal est éliminé de la plupart des protéines solubles après la translocation Quand l extrémité Ct de la protéine a traversé la membrane, le peptide signal est éliminé par coupure par une signal

Plus en détail

Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Docteur Jean Charles RENVERSEZ Biochimie structurale Biochimie des Acides Aminés et Protéines Chapitre 3 : Acides aminés et protéines : propriétés générales et technique de purification et d identification Docteur Jean Charles RENVERSEZ

Plus en détail

Ingénierie des protéines

Ingénierie des protéines Ingénierie des protéines Stéphane Delbecq EA 4558 Vaccination antiparasitaire Laboratoire de Biologie Cellulaire et Moléculaire Faculté de Pharmacie - Montpellier Rappel: transcription et traduction Universalité

Plus en détail

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules

Spectrophotométrie appliquée aux biomolécules UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS FACULTE DES SCIENCES ET TECHNIQUES TOURS Licence L1 Science et Technologies Mention Sciences du Vivant TRAVAUX PRATIQUES: BIOCHIMIE STRUCTURALE Spectrophotométrie appliquée

Plus en détail

I) CLASSIFICATION DES GLUCIDES.

I) CLASSIFICATION DES GLUCIDES. LES G LUCIDES. Introduction : Source de glucides? Plusieurs aliments d origine différente contiennent des glucides : Sucre, fruits, lait, pain, pâte, riz, légumes secs Rôle? Leur rôle est d apporter de

Plus en détail

BIO241 année 2007-2008

BIO241 année 2007-2008 BIO241 année 2007-2008 Examen Terminal de 2 nde session du 17 juin 2008 Documents et calculatrice non autorisés Notation sur 100 points ATTENTION!!!! Rédiger les 3 parties sur des feuilles séparées 5 pages

Plus en détail

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE

------- SESSION 2013 ÉPREUVE À OPTION. (durée : 4 heures coefficient : 6 note éliminatoire 4 sur 20) CHIMIE CNCURS SUR ÉPREUVES UVERT AUX CANDIDATS TITULAIRES D UN DIPLÔME U TITRE CNFÉRANT LE GRADE DE MASTER U D'UN DIPLÔME U TITRE HMLGUÉ U ENREGISTRÉ AU RÉPERTIRE NATINAL DES CERTIFICATINS PRFESSINNELLES AU NIVEAU

Plus en détail

Galan Briceño Juana, Bonvin Grégoire, 14.11.2005 Origa Magali, Osini Stéphanie

Galan Briceño Juana, Bonvin Grégoire, 14.11.2005 Origa Magali, Osini Stéphanie ANALYSE DE PROTEINES DANS LA LEVURE. I. But : Le but de ce TP est l analyse quantitative d une protéine de levure, l hexokinase, qui joue un rôle essentiel dans le mécanisme de la glycolyse. Nous utiliserons

Plus en détail

Lettres: A, T, G, C. Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine). Ponctuation

Lettres: A, T, G, C. Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine). Ponctuation 2- Les molécules d ADN constituent le génome 2-1 La séquence d ADN représente l information génétique Lettres: A, T, G, C Mots: à 3 lettres (codons) Phrase: gène (information pour synthétiser une protéine).

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt

Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt Les milieux biologiques tamponnés et leur intérêt 1 Position de la séquence Thème n 1: les systèmes vivants présentent une organisation particulière de la matière. 1.5 Les molécules des organismes vivants

Plus en détail

INTERACTIONS PROTEINE - PROTEINE

INTERACTIONS PROTEINE - PROTEINE INTERACTIONS PROTEINE - PROTEINE 1. Introduction Les génomes de différentes espèces ayant été séquencés ces dernières années, la majorité des efforts de la communauté scientifique se porte aujourd hui

Plus en détail

Interprétation des résultats et troubleshooting

Interprétation des résultats et troubleshooting Interprétation des résultats et troubleshooting Le Service de séquençage du Centre d innovation Génome Québec et Université McGill utilise des appareils 3730xl DNA Analyzer d Applied Biosystems. Cette

Plus en détail

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY)

TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) TEST ELISA (ENZYME-LINKED IMMUNOSORBENT ASSEY) Lise Vézina, technicienne de laboratoire Michel Lacroix, agronome-phytopathologiste Direction de l innovation scientifique et technologique Au Laboratoire

Plus en détail

OGM : pour le meilleur? Ou pour le pire?(ou les deux ) Laroche Fabrice, biologiste fablaroche@gmail.com- 0624290703

OGM : pour le meilleur? Ou pour le pire?(ou les deux ) Laroche Fabrice, biologiste fablaroche@gmail.com- 0624290703 OGM : pour le meilleur? Ou pour le pire?(ou les deux ) Laroche Fabrice, biologiste fablaroche@gmail.com- 0624290703 (Nouvelles techniques de manipulation du vivant Inf OGM 0ctobre 2011) I. Petite mise

Plus en détail

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes

Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes Comparaison procaryotes/ 2TSbc Expression des gènes Comparatif entre procaryotes et eucaryotes La majeure partie des connaissances de biologie moléculaire a d'abord débuté par l'étude des phénomènes chez

Plus en détail

Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation

Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation Biologie 12 Examen de référence D Guide de notation Utilise le schéma ci-dessous pour répondre à la question 1. Organite 1 Organite 2 1. Identifie les organites 1 et 2 et compare leurs fonctions d au moins

Plus en détail

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE

AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE AGREGATION DE BIOCHIMIE GENIE BIOLOGIQUE CONCOURS EXTERNE Session 2005 TRAVAUX PRATIQUES DE BIOCHIMIE PHYSIOLOGIE ALCOOL ET FOIE L éthanol, psychotrope puissant, est absorbé passivement dans l intestin

Plus en détail

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude

Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Chapitre 1 Acides aminés Protéines Méthodes d étude Q1 - Parmi la liste des acides aminés cités ci-dessous, précisez ceux dont la chaîne latérale peut participer dans une structure peptidique, et à ph

Plus en détail

2: Les enzymes de restriction

2: Les enzymes de restriction 2: Les enzymes de restriction Les enzymes de restriction sont des protéines synthétisées par des bactéries pour se protéger des infections de virus (bactériophages). Ces enzymes coupent l ADN viral à des

Plus en détail

Manipulation des acides nucléiques

Manipulation des acides nucléiques Manipulation des acides nucléiques (voir chapitre 6 du Voet et Voet) - les acides nucléiques forment des polymères : ADN et ARN - ils sont composés de 4 nucléotides: A, C, G et T pour l ADN A, C, G et

Plus en détail

Macromolécules et la Cellule

Macromolécules et la Cellule Macromolécules et la Cellule Macromolécules Campbell chapitre 5 Macromolécules Définition: Molécule géante formée par l assemblage de plusieurs petites molécules organiques Macromolécules Définition:

Plus en détail

Département de biologie Page 1 sur 6

Département de biologie Page 1 sur 6 Département de biologie Page 1 sur 6 TP de Biologie Moléculaire : BIO 36 Marion Benoîst, Keith Dudley, Dominique Charmot Introduction Lors de ce TP vous allez cloner des molécules d ADN. L objectif est

Plus en détail

CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN

CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN CHAPITRE 1: ROLE DES ENZYMES DANS L'APPORT DU GLUCOSE SANGUIN Les enzymes sont une catégorie particulière de protéines qui interviennent dans la plupart des réaction chimique qui se déroulent à l'intérieur

Plus en détail

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410

EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICES : MECANISMES DE L IMMUNITE : pages 406 407 408 409 410 EXERCICE 1 PAGE 406 : EXPERIENCES A INTERPRETER Question : rôles respectifs du thymus et de la moelle osseuse dans la production des lymphocytes.

Plus en détail

RÉGULATION DE L EXPRESSION DES GÈNES

RÉGULATION DE L EXPRESSION DES GÈNES RÉGULATION DE L EXPRESSION DES GÈNES Comme nous l avons vu, le programme de transcription n est pas fixe. La cellule sait adapter ce programme aux conditions extérieures, au mieux de son économie. Chez

Plus en détail

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches

Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Agro-Bio Tech Scale up Scale down : vers une meilleure intégration industrielle des biotechnologies blanches Frank Delvigne (Ulg GxABT) Exploitation industrielle des micro organismes : biotechnologies

Plus en détail

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml.

PROTEINE URINE (URP) DIMENSIONS KIT REF 39064 F360 Analyseur F560 Analyseur R1 3x100 ml Σ R1 3x100 ml Σ CAL 1x5 ml. PROTEINE URINE (URP) USAGE PREVU Pour la détermination quantitative in vitro des Protéines Totales dans l urine et le liquide cérébrospinal (CSF). Ce produit est destiné à l utilisation sur les instruments.

Plus en détail

Mesure de l activité enzymatique

Mesure de l activité enzymatique Mesure de l activité enzymatique - dans cette section, nous traiterons des aspects plus pratiques de la mesure de l activité d une enzyme A. Principes de base - l activité enzymatique est influencée à

Plus en détail

STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES

STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES STRATEGIES POUR L ETUDE DES PROTEINES I. ISOLEMENT D UNE PROTEINE RESPONSABLE D UNE FONCTION : On s intéresse au fait d isoler la chymotrypsine, enzyme pancréatique sécrétée dans le tube digestif et responsable

Plus en détail

Anticorps anti-hla en transplantation rénale

Anticorps anti-hla en transplantation rénale Anticorps anti-hla en transplantation rénale Caroline Suberbielle Laboratoire d'immuno-histocompatibilité Hôpital St Louis Paris Définitions Patient «naïf» Patient sans événement immunisant Homme ou enfant

Plus en détail

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007

Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Cours de Biologie Cellulaire L1 2006/2007 Qu est ce que la biologie cellulaire? La biologie cellulaire étudie les cellules et leurs organites, les processus vitaux qui s'y déroulent ainsi que les mécanismes

Plus en détail

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr

Biologie Appliquée. Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015. Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr Biologie Appliquée Dosages Immunologiques TD9 Mai 2015 Stéphanie Sigaut INSERM U1141 stephanie.sigaut@inserm.fr 1 ELISA 2 3 4 [Ac] 5 6 7 8 9 Correction : Faire la moyenne D0-1 et D0-2 pour toute les valeurs

Plus en détail

Titre de la séance : la structure moléculaire du vivant

Titre de la séance : la structure moléculaire du vivant Partie du programme : la Terre dans l Univers, la vie et l évolution du vivant : une planète habitée Niveau : seconde EXTRAIT DU PROGRAMME Les êtres vivants sont constitués d éléments chimiques disponibles

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage

www.gbo.com/bioscience 1 Culture Cellulaire Microplaques 2 HTS- 3 Immunologie/ HLA 4 Microbiologie/ Bactériologie Containers 5 Tubes/ 6 Pipetage 2 HTS 3 Immunologie / Immunologie Informations Techniques 3 I 2 ELISA 96 Puits 3 I 4 ELISA 96 Puits en Barrettes 3 I 6 en Barrettes de 8 Puits 3 I 7 en Barrettes de 12 Puits 3 I 8 en Barrettes de 16 Puits

Plus en détail

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA

TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA 16/11/12 TYPAGE HLA CROSSMATCH ANTICORPS ANTI-HLA Chantal GAUTREAU LABORATOIRE HLA S E R V I C E D I M M U N O L O G I E E T D H I S T O C O M PAT I B I L I T É, A P - H P, HÔPITAL SAINT LOUIS, PARIS,

Plus en détail

De la biologie molécualire à la génomique

De la biologie molécualire à la génomique De la biologie molécualire à la génomique Pierre Neuvial École Nationale de la Statistique et de l Administration Économique Méthodes statistiques pour la biologie Plan du cours 1 Introduction à la biologie

Plus en détail

CLONAGE D UN GÈNE DE MEDUSE BIOCHIMIE DE L ADN

CLONAGE D UN GÈNE DE MEDUSE BIOCHIMIE DE L ADN CLONAGE D UN GÈNE DE MEDUSE BIOCHIMIE DE L ADN But de la manipulation Le but de cette manipulation est l introduction d un gène de méduse codant pour une protéine fluorescente dans des bactéries par l

Plus en détail

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques

L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques L utilisation des micro-organismes pour la production de carburants et de produits (bio)-chimiques I R. A L I S O N B R O G N A U X U N I T É D E B I O - I N D U S T R I E S G E M B L O U X A G R O B I

Plus en détail

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010)

Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage dans le vin (OIV-Oeno 427-2010) Méthode OIV- -MA-AS315-23 Type de méthode : critères Critères pour les méthodes de quantification des résidus potentiellement allergéniques de protéines de collage (OIV-Oeno 427-2010) 1 Définitions des

Plus en détail

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative

Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative Master 1 Bactério 10/01/09 8h30-10h30 RT : Stéphanie Ripert-Bernusset RL: Benjamin de Sainte Marie Structure des génomes bactériens / systèmes de mutagénèse / génomique comparative PLAN DU COURS : I- GENOME

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Biofilm bactérien. Gérard LINA gerard.lina@chu-lyon.fr. CNR des Staphylocoques, Inserm U851, Faculté de Médecine Lyon Est

Biofilm bactérien. Gérard LINA gerard.lina@chu-lyon.fr. CNR des Staphylocoques, Inserm U851, Faculté de Médecine Lyon Est Biofilm bactérien Gérard LINA gerard.lina@chu-lyon.fr CNR des Staphylocoques, Inserm U851, Faculté de Médecine Lyon Est Deux modes de vie bactérienne Bactéries isolées Bactéries qui se développent en communauté

Plus en détail

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection

TP 1 Anticorps et diagnostic de l infection Anticorps et diagnostic de l infection OBJECTIFS Savoir ce qu est un anticorps, son origine et son utilisation en sérodiagnostic. Connaître la structure schématique d une immunoglobuline G (IgG). 1. Les

Plus en détail

La composition chimique de la matière vivante Chapitre 2 Anatomie

La composition chimique de la matière vivante Chapitre 2 Anatomie La composition chimique de la matière vivante Chapitre 2 Anatomie La matière vivante est constituée d éléments simples appelés atomes qui entrent dans la composition de la substance minérale et organique.

Plus en détail

extraire et organiser l information utile

extraire et organiser l information utile 2009-2010 Sciences Physiques Liste des compétences (évaluables en vert / flous?? en bleu) Rechercher, Observer, recenser les informations extraire et organiser l information utile Je sais trouver les informations

Plus en détail

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique

Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique Isolement des cellules mononucléées du sang périphérique 1. Equipements utilisés L isolement des cellules mononucléées du sang périphérique est effectué à partir d échantillons sanguins par une technique

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Série : Sciences et Technologies de Laboratoire Spécialité : Biotechnologies SESSION 2015 Sous-épreuve écrite de Biotechnologies Coefficient de la sous-épreuve : 4 Ce sujet est

Plus en détail

Fiche de présentation

Fiche de présentation Fiche de présentation Classe : 1 ère STL Enseignement : Chimie-biochimie-sciences du vivant THEME du programme : 4 Sous-thème : 4.1 Les propriétés informatives de l ADN sont liées à sa structure Présentation

Plus en détail

Chapitre 2: Les mécanismes de

Chapitre 2: Les mécanismes de Chapitre 2: Les mécanismes de l immunité I-Les anticorps: agents du maintien de l intégrité du milieu extracellulaire 1- La réaction antigène- anticorps et l élimination du complexe immun Les anticorps:

Plus en détail

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS

ACIDES BASES. Chap.5 SPIESS ACIDES BASES «Je ne crois pas que l on me conteste que l acide n ait des pointes Il ne faut que le goûter pour tomber dans ce sentiment car il fait des picotements sur la langue.» Notion d activité et

Plus en détail

La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6).

La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6). II.2.4.3 LA CHAINE RESPIRATOIRE MITOCHONDRIALE La chaîne respiratoire mitochondriale est associée aux crêtes de la membrane interne des mitochondries (Figure 2-6). Figure 2-6 Résumé du métabolisme énergétique

Plus en détail

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide

K W = [H 3 O + ] [OH - ] = 10-14 = K a K b à 25 C. [H 3 O + ] = [OH - ] = 10-7 M Solution neutre. [H 3 O + ] > [OH - ] Solution acide La constante d autoprotolyse de l eau, K W, est égale au produit de K a par K b pour un couple acide/base donné : En passant en échelle logarithmique, on voit donc que la somme du pk a et du pk b d un

Plus en détail

D 005 Annex 30, page 1. Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11.

D 005 Annex 30, page 1. Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11. Annex 30, page 1 Projet: D005 IPC Revision WG Definition Project Classe/sous-classe: C40B EP Proposition du Rapporteur Date : 22.11.04 Titre - C40B Chimie combinatoire, bibliothèques, p.ex. chimiothèques

Plus en détail

5-1. Introduction 5-2. L appareil de traduction et son fonctionnement - Les ribosomes - Les ARNt - Les ARNt Synthétases

5-1. Introduction 5-2. L appareil de traduction et son fonctionnement - Les ribosomes - Les ARNt - Les ARNt Synthétases 5 - la traduction 5-1. Introduction 5-2. L appareil de traduction et son fonctionnement - Les ribosomes - Les ARNt - Les ARNt Synthétases 5-3. Les étapes de la synthèse protéiques -Initiation - Élongation

Plus en détail

Chapitre 4 Les Protéines : définitions et Structures. Professeur Michel SEVE

Chapitre 4 Les Protéines : définitions et Structures. Professeur Michel SEVE UE1: Biomolécules (1) : Acides aminés et protéines Chapitre 4 Les Protéines : définitions et Structures Professeur Michel SEVE Année universitaire 2011/2012 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES

CHAPITRE 3 LA SYNTHESE DES PROTEINES CHAITRE 3 LA SYNTHESE DES ROTEINES On sait qu un gène détient dans sa séquence nucléotidique, l information permettant la synthèse d un polypeptide. Ce dernier caractérisé par sa séquence d acides aminés

Plus en détail

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques

Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques Conception assistée par ordinateur de molécules thérapeutiques D. Gilis Bioinformatique génomique et structurale Faculté des sciences appliquées Université Libre de Bruxelles Objectif: illustrer en quoi

Plus en détail