La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif"

Transcription

1 La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif Le 30 mars 2010 Le 15 mars 2010, le juge Cullity de la Cour supérieur de justice de l Ontario a rendu sa décision dans l affaire Dennis c. Ontario Lottery and Gaming Corporation. 1 Dans sa décision, le juge Cullity a refusé de certifier comme recours collectif l action intentée au nom de particuliers ayant signé un formulaire d auto-exclusion à un établissement de jeux d OLG 2 entre le 1er décembre 1999 et le 10 février La décision fournit des indications importantes sur l interprétation et l applicabilité des clauses «d exonération de responsabilité» ainsi que sur la nécessité, dans les recours collectifs, d un lien rationnel entre la définition du groupe et les questions communes proposées. Contexte Depuis que les jeux de casino ont fait leur apparition en 1994 en Ontario, la province a reconnu les coûts sociaux des jeux de hasard et adopté diverses mesures à cet égard. Parmi ces mesures se trouve un programme «d auto-exclusion» aux termes duquel les joueurs consentent à ce que l entrée dans les salles de jeux d OLG leur soit refusée. Service offert par bon nombre de casino<n>s en Amérique du Nord, l auto-exclusion est conçue comme un outil d auto-assistance qui permet aux clients de reconnaître les problèmes qu ils peuvent avoir avec le jeu et de prendre des mesures concrètes pour y faire face. Dans le formulaire d auto-exclusion en cause dans l affaire Dennis, il était indiqué que l auto-exclusion donnait instruction à OLG «de faire de son mieux pour [ ] refuser l entrée [au joueur concerné], dans le but de [lui] rendre service, à tous les établissements de jeux ONSC Comprend les salles de machines à sous dans les hippodromes, comme les salles de machines à sous Woodbine Slots, les casinos dans des collectivités d accueil, comme le Casino Brantford, et les casinos dans des complexes de villégiature à Rama, à Windsor et à Niagara Falls. OLG exploite les salles de machines à sous et les casinos dans des collectivités d accueil, tandis que les casinos dans des complexes de villégiature sont exploités par des exploitants commerciaux du secteur privé pour le compte d OLG.

2 Page 2 de la SLJO dans la province d Ontario». [notre traduction] Le formulaire comprenait également une exonération et une décharge de responsabilité en faveur d OLG pour le cas où le particulier auto-exclu continuerait de jouer : La SLJO et les exploitants de casinos commerciaux n assument aucune responsabilité dans le cas où vous ne vous conformeriez pas à l exclusion que vous avez demandée volontairement. Je libère pour toujours la SLJO ainsi que les exploitants de casinos commerciaux, la société mère, les actionnaires, les filiales ou les membres du groupe et les successeurs de l exploitant, de même que l ensemble de leurs administrateurs, membres de la direction et employés, à l égard de toute responsabilité, cause d action, réclamation et demande, de quelque nature que ce soit, dans le cas où je ne me conformerais pas à cette exclusion volontaire. [notre traduction] Peter Dennis a signé un formulaire d auto-exclusion le 23 mai 2004, mais a rapidement recommencé à jouer, contrevenant ainsi à son auto-exclusion, jusqu à ce que, au bout du compte, il retienne les services de conseillers, suive des traitements et cesse de jouer en septembre Peu après, il a intenté l action dont il est question au nom de tous les particuliers qui avaient signé le même formulaire d auto-exclusion. Sa femme a été désignée demanderesse au nom de tous les membres des familles des membres du groupe des particuliers auto-exclus. Le paragraphe 5(1) de la Loi de 1992 sur les Recours collectifs (Ontario) 3 (la «LRC») établit cinq critères que le demandeur doit remplir afin d obtenir la certification comme recours collectif d une action : il doit y avoir (1) une cause d action valide; (2) au nom d un groupe identifiable; (3) qui soulève des questions communes; (4) pour lesquelles le recours collectif serait le meilleur moyen de les régler; et (5) le ou les demandeurs désignés et les conseillers juridiques doivent représenter le groupe de façon appropriée. Les cinq critères concernent donc le choix de la procédure et cherchent à établir si l action devrait être convertie en un recours collectif ou demeurer une action individuelle. Le jugement n a pas abordé la question du bien-fondé de l action sous-jacente. Analyse de la cause d action Aux termes de la LRC, le premier critère à remplir pour obtenir la certification concerne la déclaration, qui doit faire état d une cause d action. Pour les besoins de cette analyse, les faits allégués dans la déclaration sont présumés véridiques. Aucun élément de preuve n est admissible. Le critère comporte des exigences minimales peu élevées, ce qui ne permet d avoir qu un aperçu limité, voire aucun aperçu du tout, de la question du bien-fondé de l action sous-jacente. 3 L.O. 1992, c.6.

3 Page 3 Le juge Cullity a conclu que la déclaration de Dennis faisait état de causes d action liées à un contrat, à un délit civil, à la responsabilité de l occupant et au "waiver of tort". Le principal débat sur cette question portait sur l analyse délictuelle puisqu il était relativement facile d établir les autres causes d action à l étape des actes de procédure. Aucun tribunal canadien n a jamais déclaré qu il existait une obligation de diligence envers les joueurs à problèmes ou les joueurs auto-exclus. Cependant, comme le juge Cullity l a reconnu, «la nouveauté d une cause d action n entraîne pas, à elle seule, son rejet.». 4 [notre traduction] Par ailleurs, la Cour d appel anglaise a reconnu, à une occasion, l existence d une obligation de diligence quant à la mise en application des modalités d une politique d auto-exclusion existante, bien que, en bout de ligne, la demande des demandeurs ait été rejetée au motif que les pertes du demandeur ne découlaient pas de la négligence de la maison de paris. 5 Le juge Cullity a conclu qu une obligation de diligence pouvait être établie de deux façons. D abord, il a indiqué que les actes de procédure faisaient état d une analogie avec toute une série d affaires où il avait été jugé que «des autorités gouvernementales se chargeant de l entretien des routes étaient tenues à l obligation d effectuer cet entretien avec diligence». 6 Par ailleurs, le juge Cullity a conclu que la déclaration pourrait également remplir le critère de l établissement d une nouvelle obligation de diligence même si cette obligation n était pas analogue à un type d obligation déjà établi. Le formulaire d auto-exclusion et les déclarations publiques d OLG pourraient en effet établir un lien de proximité entre OLG et les joueurs auto-exclus. Le juge Cullity a également noté que, selon la déclaration, un casino constituait un environnement dangereux en soi, susceptible de nuire à des personnes vulnérables. Enfin, il a statué qu à l étape des actes de procédure, les éléments de preuve étaient insuffisants pour conclure que le programme d auto-exclusion représentait une politique gouvernementale à l abri de la responsabilité délictuelle. En concluant qu une cause d action avait bel et bien été alléguée, le juge a donné beaucoup d importance à la question des clauses d exonération de responsabilité dans le formulaire d auto-exclusion. Selon l interprétation du juge Cullity, les clauses d exonération «excluaient toute responsabilité légale pouvant autrement exister» si le joueur ne respectait pas son auto-exclusion. 7 D après une récente décision de la Cour suprême du Canada, lorsqu une clause d exonération s applique, le demandeur peut uniquement se soustraire à ses effets s il serait inique ou contraire à l'odre public qu il s y soumette. 8 Le juge Cullity a souligné qu OLG n avait pas «tenté d obtenir un avantage pour elle-même» [notre traduction] en Dennis, supra note 1 au para. 82. Calvert v. William Hill, [2008] E.W.H.C. 454, aff'd [2008] E.W.C.A. Civ Dennis, supra note 1 au para Ibid. au para. 96. Tercon Contractors Ltd. c. Colombie-Britannique (Transport et Voirie), 2010 CSC 4 aux para

4 Page 4 offrant la possibilité d auto-exclusion, et qu aux termes de la déclaration, M. Dennis «avait voulu échapper à son application et la contrecarrer». 9 Dans cette perspective, le juge Cullity a conclu qu il n y avait «rien d inique à ce qu OLG stipule qu elle s engagerait à faire de son mieux pour aider le demandeur et les membres du groupe, mais uniquement à la condition qu elle ne puisse en aucun cas être tenue responsable des pertes de jeu qu ils avaient subies du fait que, pour quelque raison que ce soit, l auto-exclusion n avait pas réussi à produire l effet souhaité». 10 [notre traduction] La seule exception possible avancée par le juge Cullity serait le cas où un demandeur pourrait prouver qu OLG a agi de mauvaise foi et que le programme d auto-exclusion «n était qu une simple mise en scène». 11 [notre traduction] Étant donné que le juge Cullity devait se limiter au contenu de la déclaration, il n a pas été en mesure de trancher les questions relatives à l iniquité ou à l ordre public afin de déterminer si les clauses d exonération faisaient obstacle aux causes d action du demandeur. Ceci dit, son analyse démontre toutefois, à la lumière de la décision de la Cour suprême du Canada dans l affaire Tercon, à quel point les difficultés que les personnes auto-exclues auront à surmonter augmentent lorsqu une clause d exonération s applique à une allégation. Absence de questions communes aux membres du groupe proposé Le reste des critères applicables au recours collectif exigent un fondement probatoire. Contrairement à l analyse de la cause d action ci-dessus, pour analyser les questions communes proposées, «des éléments de preuve sont requis et l acte de procédure ne constituera pas un élément décisif suivant l hypothèse selon laquelle les allégations de fait qui y sont formulées sont prouvées au procès». 12 [notre traduction] Les demandeurs ne pouvaient donc s'acquitter de ce fardeau de présentation de la preuve. En bout de ligne, la décision du juge Cullity de refuser la certification a reposé sur l absence «de lien rationnel entre la définition du groupe et les questions communes proposées». [notre traduction». Le problème fondamental de cette affaire était que «les allégations formulées au nom des membres du groupe [étaient] fondées sur la vulnérabilité de ceux-ci et en dépendaient». [notre traduction]. Or, le juge Cullity a conclu que les joueurs autoexclus n étaient pas tous vulnérables. La portée excessive de la définition du groupe qui en résultait «ne [pouvait] être réglée par le recours à une preuve statistique» et aurait donc nécessité que des recherches soient effectuées à l égard des circonstances particulières de chacun des membres du groupe, ce qui aurait pour effet de noyer toute question commune». [notre traduction] Ce problème fondamental a mené aux trois conclusions centrales sur lesquelles reposent les motifs du juge Cullity. Premièrement, le juge a souligné le fait que la vulnérabilité des membres du groupe proposé ne pouvait être établie en alléguant simplement que tous les Ibid. au para Ibid. au para Ibid. au para Ibid. au para. 194.

5 Page 5 membres du groupe étaient des joueurs à problèmes incapables de se contrôler. La preuve présentée par le demandeur dans l affaire Dennis ne permettait pas d établir que tous les joueurs auto-exclus étaient nécessairement vulnérables, et il devenait donc nécessaire de présenter des preuves individuelles. Deuxièmement, M. Dennis ne pouvait pas compter sur une preuve statistique pour surmonter le problème présenté par l hétérogénéité du groupe proposé. Même si, dans le cadre de recours collectifs, une preuve statistique est utilisée fréquemment et avec succès par les demandeurs afin d estimer le montant de dommages-intérêts, le juge Cullity a reconnu les limites de ce type de preuve. Plus précisément, il a déclaré que la preuve statistique «n est pas, à [son] avis, admissible lorsqu il s agit de déterminer les éléments communs des cinq questions communes proposées sur lesquels dépend la responsabilité de la SLJO. Le fait d attribuer des éléments communs à ces questions en se fondant sur de tels éléments de preuve reviendrait à dire que la responsabilité de la SLJO, ou les éléments ayant trait à sa responsabilité autres qu une preuve de dommage ou le montant d une indemnité accordée peuvent être établis en se fondant sur une preuve statistique.» 13 [notre traduction] Troisièmement, le juge Cullity a examiné de récentes décisions de la Cour d appel 14 selon lesquelles «il suffisait d établir la responsabilité éventuelle pour pouvoir procéder à l évaluation totale des dommages-intérêts». 15 [notre traduction] Par contre, ces décisions ne «modifiaient pas la nécessité de démontrer que d autres éléments de responsabilité inclus dans les questions communes proposées comme l existence d une obligation de diligence ou le manquement à une obligation doivent avoir des éléments communs». 16 [notre traduction] Or, dans cette affaire, des éléments déterminants des allégations du demandeur, comme l existence d une obligation de diligence, le manquement à cette obligation et le lien de causalité avec tout dommage, devraient tous être établis sur une base individuelle. Compte tenu de l absence de toute question commune importante, le juge Cullity a conclu qu un recours collectif ne constituait pas le meilleur moyen de régler les demandes des membres du groupe proposé. Même si le demandeur avait qualifié ses demandes de «systémiques», il n en restait pas moins que leur nature était essentiellement individuelle. En outre, aucun des trois objectifs visés par les recours collectifs n aurait été atteint si cette action avait été certifiée comme recours collectif. D abord, étant donné la prépondérance des questions individuelles, aucune économie n'aurait été réalisée au plan judiciaire. Ensuite, les sommes en jeu sont suffisamment importantes pour justifier l engagement de recours individuels, de sorte que la question de l accès à la justice n était donc pas un problème. Enfin, OLG fait déjà l objet d une surveillance continue et a pris des mesures Ibid. au para Markson v. MBNA Canada Bank, 2007 ONCA 334; Cassano v. Toronto-Dominion Bank, 2007 ONCA 781. Dennis, supra note 1 au para Ibid. au para. 218.

6 Page 6 importantes pour améliorer ses programmes d auto-exclusion et de jeu responsable, de sorte que la modification de ses activités n est plus vraiment nécessaire. 17 Conclusion Depuis son introduction en Ontario en 1992, le recours collectif représente un ajout important à l arsenal judiciaire dont les demandeurs peuvent se prévaloir. Toutefois, l absence de limites appropriées pourrait nuire à l objectif d économie des ressources judiciaires visé par l introduction de ce type de recours. La décision du juge Cullity dans l affaire Dennis reconnaît et renforce les frontières de ces limites. Cette décision devrait être utile aux conseillers juridiques des plaignants qui envisageront de prendre de tels recours à l avenir, ainsi qu aux conseillers en défense dans le cadre de recours qui outrepassent ces limites. Auteur(s) : Matthew Milne-Smith. Pour obtenir de plus amples informations, veuillez communiquer avec James Doris ( ) ou Matthew Milne-Smith ( ) du bureau de Toronto ou Nick Rodrigo ( ) ou David Stolow ( ) du bureau de Montréal. Davies Ward Phillips & Vineberg S.E.N.C.R.L., s.r.l. compte quelque 240 avocats œuvrant tant à l échelle nationale qu internationale à partir de leurs bureaux de Montréal, Toronto et New York, et se retrouve systématiquement au cœur des opérations commerciales et financières les plus importantes et les plus complexes pour le compte de ses clients en Amérique du Nord et à l étranger. Les renseignements et commentaires fournis dans le présent document sont de nature générale et ne se veulent pas des conseils ou des opinions applicables à des cas particuliers. Nous invitons le lecteur qui souhaite obtenir des précisions sur l application de la loi à des situations particulières à s adresser à un conseiller professionnel. 17 Ibid., supra note 1 au paras

Droit des appels d offres : l affaire Tercon. Enrico Forlini Associé 28 avril 2010

Droit des appels d offres : l affaire Tercon. Enrico Forlini Associé 28 avril 2010 Droit des appels d offres : l affaire Tercon Enrico Forlini Associé 28 avril 2010 «La province accepte la soumission d une entreprise non admise à participer à l appel d offres, puis elle a pris des mesures

Plus en détail

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G.

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G. [TRADUCTION] Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 Date : Le 20 avril 2015 Numéro de dossier : AD-15-157 DIVISION D APPEL Entre: J. G. Demanderesse et Ministre

Plus en détail

Actualités Recours collectifs

Actualités Recours collectifs AVRIL 2010 Actualités Recours collectifs À L INTÉRIEUR Un tribunal de l Ontario certifie un recours collectif pour nonpaiement du temps supplémentaire Fulawka v. Bank of Nova Scotia Bulletin rédigé par

Plus en détail

Bulletin Litige commercial

Bulletin Litige commercial Bulletin Litige commercial Décembre 2007 Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. La Cour suprême du Canada clarifie le droit québécois en matière de responsabilité du fabricant Martin F. Sheehan,

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

Bulletin des Services Financiers

Bulletin des Services Financiers novembre 2015 Bulletin des Services Financiers La Cour suprême du Canada a confirmé aujourd hui la prépondérance de la Loi sur la faillite et l insolvabilité sur les régimes de refus d immatriculation

Plus en détail

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents

Plus en détail

Bulletin Fonds d investissement

Bulletin Fonds d investissement Bulletin Fonds d investissement Mars 2008 Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. LES AUTORITÉS CANADIENNES EN VALEURS MOBILIÈRES PROPOSENT UN NOUVEAU RÉGIME D INSCRIPTION POUR LES COURTIERS, LES

Plus en détail

DURÉE DU CONCOURS : ADMISSIBILITÉ :

DURÉE DU CONCOURS : ADMISSIBILITÉ : MasterCard MD Services financiers le Choix du Président MD 2014 Règlement officiel du concours Devenez millionnaire de points PC («Règlement officiel») AUCUN ACHAT REQUIS. LE CONCOURS EST RÉSERVÉ AUX RÉSIDENTS

Plus en détail

Bulletin concurrence et antitrust

Bulletin concurrence et antitrust Novembre 2013 Bulletin concurrence et antitrust Infractions réglementaires : La Cour suprême réitère que l'erreur de droit n'est pas un moyen de défense, mais ouvre le débat sur une nouvelle exception

Plus en détail

Bulletin Droit du divertissement

Bulletin Droit du divertissement Bulletin Droit du divertissement Avril 2004 Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. L ÉCHANGE DE FICHIERS MUSICAUX EN LIGNE EST-IL RÉELLEMENT LÉGAL AU CANADA? Par Stéphane Gilker Vancouver Calgary Yellowknife

Plus en détail

Nom de domaine en litige: RIU.CA Le Plaignant: RIU HOTELS, S.A. Le Titulaire: Stacey Lee Le Comité: Daria Strachan

Nom de domaine en litige: RIU.CA Le Plaignant: RIU HOTELS, S.A. Le Titulaire: Stacey Lee Le Comité: Daria Strachan CONCERNANT UNE PLAINTE EN VERTU DE LA POLITIQUE ET DES RÈGLES DE L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET EN MATIÈRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE DEVANT RÉSOLUTION

Plus en détail

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol.

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. top ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. 19 n 3 Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu en pense la Cour suprême du Canada? Réunion annuelle de Corporations Canada Délais des services

Plus en détail

AVIS DE RÈGLEMENT PROPOSÉ

AVIS DE RÈGLEMENT PROPOSÉ AVIS DE RÈGLEMENT PROPOSÉ Markson c. Banque MBNA Canada À: Tous les détenteurs, passés et actuels, de cartes de crédit de la Banque MBNA Canada et de CUETS Financial VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT CET AVIS,

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : D. B. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 603 N o d appel : AD-15-210 ENTRE : D. B. Demandeur et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail

Concours «Les Membres ont droit à une location de MINI 2015»

Concours «Les Membres ont droit à une location de MINI 2015» Concours «Les Membres ont droit à une location de MINI 2015» Règlement du Concours 1. PÉRIODE DU CONCOURS Le concours «Les Membres ont droit à une location de MINI 2015» (le «concours») est organisé par

Plus en détail

Litige et règlement de différends

Litige et règlement de différends Bulletin 23 septembre 2014 Litige et règlement de différends La Cour suprême se prononce sur l application de la réglementation provinciale à l égard des banques et sur la qualité pour agir en contexte

Plus en détail

LINDT & SPRÜNGLI (CANADA), INC. «Partagez votre véritable amour» RÈGLEMENTS DU CONCOURS (les «règlements»)

LINDT & SPRÜNGLI (CANADA), INC. «Partagez votre véritable amour» RÈGLEMENTS DU CONCOURS (les «règlements») LINDT & SPRÜNGLI (CANADA), INC. «Partagez votre véritable amour» RÈGLEMENTS DU CONCOURS (les «règlements») AUCUN ACHAT N EST REQUIS. 1. Durée du concours Le CONCOURS «Partagez votre véritable amour» de

Plus en détail

25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE

25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE 25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE 1. PÉRIODE DU CONCOURS : Le concours 25 000 $ de rénos

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 OCTOBRE 2011 C.11.0035.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0035.F T. R. N, demanderesse en cassation, représentée par Maître John Kirkpatrick, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS

COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE TERREBONNE N : 803252530 COUR MUNICIPALE DE SAINTE-AGATHE-DES-MONTS DATE : 18 AVRIL 2011 SOUS LA PRÉSIDENCE DE L HONORABLE JACQUES LAVERDURE J.C.M. DIRECTEUR DES POURSUITES

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

SOCIÉTÉ DES LOTERIES ET DES JEUX DE L ONTARIO RÈGLEMENT DES TIRAGES ÉLECTRONIQUES

SOCIÉTÉ DES LOTERIES ET DES JEUX DE L ONTARIO RÈGLEMENT DES TIRAGES ÉLECTRONIQUES SOCIÉTÉ DES LOTERIES ET DES JEUX DE L ONTARIO RÈGLEMENT DES TIRAGES ÉLECTRONIQUES Le présent Règlement s applique aux Tirages électroniques tenus et gérés par la Société des loteries et des jeux de l Ontario

Plus en détail

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert Le 20 janvier 2014 Les multinationales canadiennes auraient intérêt à prendre acte des répercussions de la récente affaire McKesson Canada Corporation c. La Reine (en anglais) (2013 CCI 404) concernant

Plus en détail

Dix choses à faire si vous faites l objet d une poursuite aux États-Unis ou au Canada

Dix choses à faire si vous faites l objet d une poursuite aux États-Unis ou au Canada Dix choses à faire si vous faites l objet d une poursuite aux États-Unis ou au Canada Dix choses à faire si vous faites l objet d une poursuite aux États-Unis ou au Canada Litiges transnationaux Un guide

Plus en détail

BULLETIN Assurance et Construction

BULLETIN Assurance et Construction La Cour suprême du Canada traite la question de l obligation de défendre de l assureur dans le contexte d une affaire de condominium défectueux Par : Richard J. Berrow, Marina Pratchett, Tariq Ahmed, Jonathan

Plus en détail

Politique de l'acei en matière de règlement des différends relatifs aux noms de domaine Version 1.3 (le 22 août 2011) ARTICLE 1 INTRODUCTION

Politique de l'acei en matière de règlement des différends relatifs aux noms de domaine Version 1.3 (le 22 août 2011) ARTICLE 1 INTRODUCTION Politique de l'acei en matière de règlement des différends relatifs aux noms de domaine Version 1.3 (le 22 août 2011) ARTICLE 1 INTRODUCTION 1.1 Objet. La présente politique de l'acei en matière de règlement

Plus en détail

Bulletin Droit des affaires

Bulletin Droit des affaires Bulletin Droit des affaires Mai 2003 Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Conservation et archivage des documents votre entreprise s est-elle dotée d une politique en la matière? Vancouver Yellowknife Toronto

Plus en détail

Avis légal aux titulaires de police de Canada-Vie

Avis légal aux titulaires de police de Canada-Vie C A N A DA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL No. : 500-06-000051-975 (Recours collectif) C O U R S U P É R I E U R E MATTHEW COPE Requérant c. LA COMPAGNIE D ASSURANCE DU CANADA SUR LA VIE Intimée

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à la demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à la demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. J. B., 2015 TSSDA 233 No d appel : AD-14-230 ENTRE : Commission de l assurance-emploi du Canada Demanderesse et J. B. Intimé DÉCISION

Plus en détail

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds

DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990) John Callaghan, au nom du Fonds RÉCLAMATION NO 18669 Province d infection : Ontario État de résidence : Alabama CAUSE DE RENVOI DE LA DÉCISION DE L ADMINISTRATEUR DANS LE CADRE DE LA CONVENTION DE RÈGLEMENT RELATIVE À L HÉPATITE C (1986-1990)

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

MOTIFS DE LA DÉCISION

MOTIFS DE LA DÉCISION VU LA LOI SUR LES VALEURS MOBILIÈRES L.N.-B. 2004, ch. S-5.5 ET DANS L AFFAIRE DE SERVICES FINANCIERS GROUPE INVESTORS INC. / INVESTORS GROUP FINANCIAL SERVICES INC. MOTIFS DE LA DÉCISION DATE DE L AUDIENCE

Plus en détail

COUR SUPÉRIEURE DE JUSTICE DE L ONTARIO

COUR SUPÉRIEURE DE JUSTICE DE L ONTARIO COUR SUPÉRIEURE DE JUSTICE DE L ONTARIO N o du dossier de la Cour 99-CL-03317 E N T R E : METROPOLITAN TORONTO POLICE WIDOWS AND ORPHANS FUND, VANCOUVER ISLAND MULTIPLE SCLEROSIS SOCIETY, SONS OF SCOTLAND

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA. Banque royale du Canada Appelante c. State Farm Fire and Casualty Company Intimée

COUR SUPRÊME DU CANADA. Banque royale du Canada Appelante c. State Farm Fire and Casualty Company Intimée COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : Banque royale du Canada c. State Farm Fire and Casualty Co., 2005 CSC 34 DATE : 20050609 DOSSIER : 30275, 30231 ENTRE : ET ENTRE : Banque royale du Canada Appelante c.

Plus en détail

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ MAGASINS À RAYONS PEOPLES INC. (SYNDIC DE) C. WISE LIENS DU CURRICULUM: Le droit canadien et international, 12e année, cours préuniversitaire (CLN4U) Comprendre le droit canadien, 11e année, cours préuniversitaire/

Plus en détail

Règles qui traitent de la substance du droit Et Règle qui traitent qui permettent de le faire observer.

Règles qui traitent de la substance du droit Et Règle qui traitent qui permettent de le faire observer. Règles qui traitent de la substance du droit Et Règle qui traitent qui permettent de le faire observer. On distingue toujours, en droit, entre les règles qui traitent du fond d un litige, autrement dit

Plus en détail

Le congédiement fondé sur l impossibilité d exécution de contrat ce que les employeurs doivent savoir

Le congédiement fondé sur l impossibilité d exécution de contrat ce que les employeurs doivent savoir decembre 2010 Le congédiement fondé sur l impossibilité d exécution de contrat ce que les employeurs doivent savoir Les employeurs font face à des défis lorsqu un employé souffre d une maladie ou d une

Plus en détail

Recours collectifs DISTRICT DE MONTRÉAL. N : 500-06-000372-066 OPTION CONSOMMATEURS 500-06-000373-064 500-06-000375-069 Demanderesse.

Recours collectifs DISTRICT DE MONTRÉAL. N : 500-06-000372-066 OPTION CONSOMMATEURS 500-06-000373-064 500-06-000375-069 Demanderesse. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL Recours collectifs COUR SUPÉRIEURE N : 500-06-000372-066 OPTION CONSOMMATEURS 500-06-000373-064 500-06-000375-069 Demanderesse -et- SERGE LAMOUREUX MICHELLE

Plus en détail

Réglementation des jeux de casino

Réglementation des jeux de casino Chapitre 4 Section 4.01 Commission des alcools et des jeux de l Ontario Réglementation des jeux de casino Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.01 du Rapport annuel 2010 Contexte

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : W. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 537 Appel No. AD-13-697 ENTRE : W. F. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE Différend numéro: Nom de domaine: Plaignant: Titulaire: Membre unique du

Plus en détail

Fonds de capital-risque étranger ou de capital-investissement important Formulaire de demande pour investisseur admissible

Fonds de capital-risque étranger ou de capital-investissement important Formulaire de demande pour investisseur admissible 393, avenue University, bureau 1701, 17 e étage, Toronto (Ontario) M5G 1E6 Fonds ontarien de développement des technologies émergentes Fonds de capital-risque étranger ou de capital-investissement important

Plus en détail

Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346

Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346 Décision de radiodiffusion CRTC 2014-346 Version PDF Référence au processus : Demande de la Partie 1 affichée le 4 février 2014 Ottawa, le 27 juin 2014 Leclerc Communication inc. Québec (Québec) Demande

Plus en détail

LUNETTERIE NEW LOOK INC. Régime de réinvestissement des dividendes

LUNETTERIE NEW LOOK INC. Régime de réinvestissement des dividendes LUNETTERIE NEW LOOK INC. Régime de réinvestissement des dividendes 19 mars 2014 RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES Table des matières Introduction... 2 Vue d ensemble... 3 Définitions... 3 Questions

Plus en détail

FORMULAIRE DE DÉCLARATION ET D EXONÉRATION Concours «2015 Expérience d un week-end à Osheaga»

FORMULAIRE DE DÉCLARATION ET D EXONÉRATION Concours «2015 Expérience d un week-end à Osheaga» DÉCLARATION DE L INVITÉ DU GAGNANT Je, (Prénom et nom de l invité du gagnant), résidant à l adresse indiquée au bas de ce formulaire, déclare et affirme ce qui suit : 1. Je reconnais que le gagnant a participé

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION AVIS DE REQUÊTE. Traduction française non officielle DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT :

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION AVIS DE REQUÊTE. Traduction française non officielle DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : Traduction française non officielle ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DES COURTIERS MEMBRES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION

Plus en détail

Bulletin Commerce international et droit douanier

Bulletin Commerce international et droit douanier Bulletin Commerce international et droit douanier Août 2009 Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le Canada cherche à imposer des droits de douane sur les frais de gestion et les paiements de

Plus en détail

Nous vous serions reconnaissants de nous faire parvenir une copie de la traduction anglaise de nos commentaires.

Nous vous serions reconnaissants de nous faire parvenir une copie de la traduction anglaise de nos commentaires. 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Montréal, le 10 juillet 2015 Monsieur Greg Shields, CPA, CA Directeur, Normes

Plus en détail

Citation : H. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 819 H. K. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : H. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 819 H. K. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : H. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 819 Date : Le 26 juin 2015 Numéro de dossier : AD-13-959 DIVISION D APPEL Entre: H. K. Demanderesse et Commission

Plus en détail

DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1.

DÉCISION. PLAINTE en vertu de la Loi sur la protection des renseignements personnels dans le secteur privé 1. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 110772 Date : Le 5 décembre 2013 Membre: M e Diane Poitras Plaignants et (PROPRIÉTAIRE) Entreprise DÉCISION OBJET PLAINTE en vertu de la Loi sur la

Plus en détail

Concours «Relevés en ligne» de BMO MD RÈGLEMENT

Concours «Relevés en ligne» de BMO MD RÈGLEMENT Concours «Relevés en ligne» de BMO MD RÈGLEMENT AUCUN ACHAT REQUIS. CONSULTEZ LA SECTION «ADMISSIBILITÉ» CI- DESSOUS POUR PLUS DE PRÉCISIONS. POUR COMPLÉTER VOTRE PARTICIPATION AU CONCOURS, VOUS DEVEZ

Plus en détail

Indemnisation et assurance responsabilité des administrateurs et des dirigeants. Richard Berrow, L.L.B. Brian Rosenbaum, L.L.B.

Indemnisation et assurance responsabilité des administrateurs et des dirigeants. Richard Berrow, L.L.B. Brian Rosenbaum, L.L.B. Indemnisation et assurance responsabilité des administrateurs et des dirigeants Richard Berrow, L.L.B. Brian Rosenbaum, L.L.B. Introduction Richard Berrow, LL.B. Associé, Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L.,

Plus en détail

CONCOURS GAGNER GROS POUR L ÉDUCATION DE VOTRE ENFANT DE KELLOGG S* RÈGLEMENT COMPLET DU CONCOURS. (le «règlement du concours»)

CONCOURS GAGNER GROS POUR L ÉDUCATION DE VOTRE ENFANT DE KELLOGG S* RÈGLEMENT COMPLET DU CONCOURS. (le «règlement du concours») CONCOURS GAGNER GROS POUR L ÉDUCATION DE VOTRE ENFANT DE KELLOGG S* RÈGLEMENT COMPLET DU CONCOURS (le «règlement du concours») CE CONCOURS S ADRESSE AUX RÉSIDANTS EN RÈGLE DU CANADA QUI ONT ATTEINT L ÂGE

Plus en détail

Tournois de poker électronique

Tournois de poker électronique Règlement officiel Tournois de poker électronique Salle de machines à sous OLG à Woodbine Racetrack, Société des loteries et des jeux de l Ontario 17 décembre 2014 au 16 décembre 2015 ADMISSIBILITÉ AU

Plus en détail

COMPÉTENCE DES COURS FÉDÉRALES. Procédures de la Couronne fédérale. (Remarques de l honorable B. L. Strayer) L avenir et quelques solutions

COMPÉTENCE DES COURS FÉDÉRALES. Procédures de la Couronne fédérale. (Remarques de l honorable B. L. Strayer) L avenir et quelques solutions COMPÉTENCE DES COURS FÉDÉRALES Procédures de la Couronne fédérale (Remarques de l honorable B. L. Strayer) L avenir et quelques solutions A. Actions en responsabilité délictuelle (responsabilité civile

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Rejet sommaire

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Rejet sommaire [TRADUCTION] Citation : M. Y. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 3 ENTRE : M. Y. N o d appel : GE-13-1037 Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée

Plus en détail

Concours 2013 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators Prix en argent de 15 000 $

Concours 2013 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators Prix en argent de 15 000 $ Concours 2013 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators Prix en argent de 15 000 $ SEULS LES RÉSIDENTS CANADIENS SONT ADMISSIBLES À CE CONCOURS RÉGI PAR LES LOIS CANADIENNES. 1. PÉRIODE DU CONCOURS

Plus en détail

Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques

Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques COMMUNIQUÉ DE PRESSE Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques Processus à quatre étapes avec une participation importante des souscripteurs

Plus en détail

99 21 43 Demandeur. Entreprise

99 21 43 Demandeur. Entreprise 99 21 43 BOYER, Martin Demandeur c. CASINO DE MONTRÉAL (SOCIÉTÉ DES CASINOS DU QUÉBEC INC.) Entreprise Le 18 octobre 1999, monsieur Boyer s adressait au Casino de Montréal afin que lui soient remis : «tous

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

Bulletin en recours collectifs

Bulletin en recours collectifs Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs

Plus en détail

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur

Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur Commentaire sur la décision Laflamme c. Bell Mobilité inc. L application de la présomption de préjudice de la Loi sur la protection du consommateur dans le contexte d un recours collectif Résumé L auteur

Plus en détail

RESOLUTION CANADA À PROPOS DE LA PLAINTE RELATIVE À L'ENREGISTREMENT DU NOM DE DOMAINE «GREVIN.CA» DECISION

RESOLUTION CANADA À PROPOS DE LA PLAINTE RELATIVE À L'ENREGISTREMENT DU NOM DE DOMAINE «GREVIN.CA» DECISION RESOLUTION CANADA À PROPOS DE LA PLAINTE RELATIVE À L'ENREGISTREMENT DU NOM DE DOMAINE «GREVIN.CA» PLAIGNANT Musée Grévin Montréal Inc. a/s Me Richard J. Sheitoyan, avocat 28 Notre-Dame Est, suite 201

Plus en détail

AVIS DE CERTIFICATION ET DE RÈGLEMENT DU RECOURS COLLECTIF LIÉ AUX ACTIONS D'AURCANA CORPORATION

AVIS DE CERTIFICATION ET DE RÈGLEMENT DU RECOURS COLLECTIF LIÉ AUX ACTIONS D'AURCANA CORPORATION AVIS DE CERTIFICATION ET DE RÈGLEMENT DU RECOURS COLLECTIF LIÉ AUX ACTIONS D'AURCANA CORPORATION Veuillez lire cet avis attentivement, car celui-ci pourrait affecter vos droits. Cet avis s'adresse à toutes

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 Offres publiques.. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 OFFRES PUBLIQUES 6.8.1 Avis Aucune information. 6.8.2 Dispenses Compagnie de chemins de fer nationaux du Canada Vu la demande présentée par

Plus en détail

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents Le Comité mixte sur la fiscalité de l Association du Barreau canadien et de l Institut Canadien des Comptables agréés L Institut Canadien des Comptables agréés, 277, rue Wellington Ouest, Toronto (Ontario)

Plus en détail

Dans le cadre des Procédures, des ententes de règlement ont été conclues avec toutes les Défenderesses.

Dans le cadre des Procédures, des ententes de règlement ont été conclues avec toutes les Défenderesses. AVIS ANNONÇANT L APPROBATION D UNE ENTENTE DE RÈGLEMENT ET LE TRAITEMENT DES RÉCLAMATIONS DANS L AFFAIRE DU RECOURS COLLECTIF AYANT TRAIT AUX LAMPES DE REMPLACEMENT POUR AUTOMOBILE Veuillez lire attentivement

Plus en détail

Société par action Concours «Gagnez des places pour la Coupe Rogers de Montréal» Règlement officiel du Concours (ci-après, «Règlement du Concours»)

Société par action Concours «Gagnez des places pour la Coupe Rogers de Montréal» Règlement officiel du Concours (ci-après, «Règlement du Concours») Société par action Concours «Gagnez des places pour la Coupe Rogers de Montréal» Règlement officiel du Concours (ci-après, «Règlement du Concours») Le Concours est régi par les lois canadiennes. 1. Le

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile Printemps 2007 Présentation du Qu est-ce que la responsabilité civile? Responsabilité civile = reddition de comptes Cette responsabilité

Plus en détail

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE Différend numéro: 03-0303 Nom de domaine: Plaignant: Titulaire: Membre unique

Plus en détail

VEUILLEZ LIRE AVANT DE PRÉSENTER LA DEMANDE

VEUILLEZ LIRE AVANT DE PRÉSENTER LA DEMANDE 393, avenue University, bureau 1701, 17 e étage, Toronto (Ontario) M5G 1E6 Fonds ontarien de développement des technologies émergentes Investisseur dans une entreprise multinationale spécialisée dans le

Plus en détail

Comment faire face à une bataille juridique tout à fait légitime. Vue d ensemble. Martin Shain, S.J.D.

Comment faire face à une bataille juridique tout à fait légitime. Vue d ensemble. Martin Shain, S.J.D. Comment faire face à une bataille juridique tout à fait légitime Vue d ensemble Martin Shain, S.J.D. Comment faire face à une bataille juridique tout à fait légitime : Exigences liées à l obligation récente

Plus en détail

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières Traduction française non officielle Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Règles de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières et Industrielle

Plus en détail

Contribution-santé de l Ontario : conséquences pour l employeur

Contribution-santé de l Ontario : conséquences pour l employeur Contribution-santé de l Ontario : conséquences pour l employeur La contribution-santé de l Ontario (CSO) que le gouvernement de l Ontario a introduit dans le budget provincial de 2004 signifie une déduction

Plus en détail

C O U R S U P É R I E U R E DISTRICT DE MONTRÉAL

C O U R S U P É R I E U R E DISTRICT DE MONTRÉAL C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL NO : 500-06-000373-064 C O U R S U P É R I E U R E (Recours collectifs) OPTION CONSOMMATEURS Demanderesse et JEAN-FRANÇOIS TREMBLAY et al. Personnes

Plus en détail

Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement

Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement Aon Risk Solutions/Conseillers en gestion des risques Groupe de services financiers Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement Janvier 2015 Introduction Les statistiques

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : K. U. c. Ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, 2014 TSSDA 38 N o d appel : AD-13-169 ENTRE : K. U. Demanderesse et Ministre des Ressources humaines

Plus en détail

Recours collectifs nationaux canadiens relatifs à la DRAM. Protocole de distribution 1) FONDS DES CONSOMMATEURS FINAUX 50%

Recours collectifs nationaux canadiens relatifs à la DRAM. Protocole de distribution 1) FONDS DES CONSOMMATEURS FINAUX 50% Recours collectifs nationaux canadiens relatifs à la DRAM Protocole de distribution Répartition des revenus nets: 1) FONDS DES CONSOMMATEURS FINAUX 50% 2) FONDS DES FABRICANTS DE MATÉRIEL ÉLECTRONIQUE

Plus en détail

- 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER

- 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER - 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER Principes généraux Article premier Responsabilité de

Plus en détail

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS.

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 10 23 Date : 31 juillet 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X X Demandeurs c. MELOCHE MONNEX INC. (SÉCURITÉ NATIONALE CIE D ASSURANCE) Entreprise

Plus en détail

Mémoire présenté. Comité permanent des finances de la Chambre des communes. sur le

Mémoire présenté. Comité permanent des finances de la Chambre des communes. sur le Mémoire présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes sur le PROJET DE LOI C-59 Loi portant exécution de certaines dispositions du budget déposé au Parlement le 21 avril 2015 et

Plus en détail

NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise.

NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise. NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise. CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA (CRDSC) SPORT DISPUTE RESOLUTION CENTRE OF CANADA (SDRCC) AFFAIRE

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel [TRADUCTION] Citation : E. K. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 360 N o d appel : AD-13-1061 ENTRE : E. K. Appelante et Ministre de l Emploi et du Développement social (anciennement

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : M. C. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 63 Appel n o : GE-14-466 ENTRE : M. C. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

Cadre de réglementation et gestion des risques

Cadre de réglementation et gestion des risques Cadre de réglementation et gestion des risques Lors du lancement d une entreprise au Canada, les propriétaires d entreprise et exploitants ainsi que leurs dirigeants doivent être sensibilisés au risque

Plus en détail

LES EMPLOYÉS QUI EFFECTUENT DES OPÉRATIONS DE COURTAGE IMMOBILIER

LES EMPLOYÉS QUI EFFECTUENT DES OPÉRATIONS DE COURTAGE IMMOBILIER LES EMPLOYÉS QUI EFFECTUENT DES OPÉRATIONS DE COURTAGE IMMOBILIER Par : Paul Mayer du cabinet d avocats Fasken Martineau Dans certains des numéros précédents d espace Montréal, nous avons étudié les pouvoirs

Plus en détail

Joseph Fantl c. Compagnie d Assurance-Vie Transamerica du Canada. Sommaire du règlement proposé

Joseph Fantl c. Compagnie d Assurance-Vie Transamerica du Canada. Sommaire du règlement proposé Joseph Fantl c. Compagnie d Assurance-Vie Transamerica du Canada Sommaire du règlement proposé Voici un bref sommaire 1 du règlement proposé de la réclamation pour frais de gestion prétendument excessifs

Plus en détail

CONCOURS EN LIGNE NATIONAL «GAGNEZ UN VOYAGE EN SUISSE POUR RENCONTRER ROGER FEDERER» DE LINDT

CONCOURS EN LIGNE NATIONAL «GAGNEZ UN VOYAGE EN SUISSE POUR RENCONTRER ROGER FEDERER» DE LINDT CONCOURS EN LIGNE NATIONAL «GAGNEZ UN VOYAGE EN SUISSE POUR RENCONTRER ROGER FEDERER» DE LINDT 1 er juin 2015 19 juillet 2015 Règlements officiels du concours (les «règlements») Le présent concours «Gagnez

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes

Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes Groupe WSP Global Inc. Régime de réinvestissement des dividendes APERÇU Le régime de réinvestissement des dividendes (le «régime») de Groupe WSP Global Inc. (la «Société») offre aux porteurs admissibles

Plus en détail

L immobilier et la taxe de vente harmonisée en Colombie-Britannique et en Ontario

L immobilier et la taxe de vente harmonisée en Colombie-Britannique et en Ontario DÉCEMBRE 2009 Le point fiscal En raison de contenu connexe, le présent bulletin est aussi envoyé aux personnes qui s intéressent au droit immobilier. L immobilier et la taxe de vente harmonisée en Colombie-Britannique

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

PROGRAMME D APPLICATION DE LA GARANTIE DE REMBOURSEMENT D ENGAGEMENTS FINANCIERS

PROGRAMME D APPLICATION DE LA GARANTIE DE REMBOURSEMENT D ENGAGEMENTS FINANCIERS PROGRAMME D APPLICATION DE LA GARANTIE DE REMBOURSEMENT D ENGAGEMENTS FINANCIERS NOTE AU LECTEUR Le Programme d application de la garantie de est entré en vigueur le 7 septembre 2012 (2012, G.O. 1, 1111).

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE

COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE COMMISSION DE L ÉQUITÉ SALARIALE Dossier n o : 6453 Québec, le : 10 août 2011 Membres : Marie Rinfret, présidente Sophie Raymond, commissaire Carol Robertson, commissaire Personne salariée et Partie plaignante

Plus en détail

LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS

LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS Ottawa, le 21 octobre 2009 MÉMORANDUM D7-3-2 En résumé LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS 1. Le présent mémorandum a été révisé conformément à l Initiative de réduction de la paperasserie

Plus en détail