La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif"

Transcription

1 La Cour supérieure de l'ontario interprète une clause d'exclusion et refuse la certification d'un recours collectif Le 30 mars 2010 Le 15 mars 2010, le juge Cullity de la Cour supérieur de justice de l Ontario a rendu sa décision dans l affaire Dennis c. Ontario Lottery and Gaming Corporation. 1 Dans sa décision, le juge Cullity a refusé de certifier comme recours collectif l action intentée au nom de particuliers ayant signé un formulaire d auto-exclusion à un établissement de jeux d OLG 2 entre le 1er décembre 1999 et le 10 février La décision fournit des indications importantes sur l interprétation et l applicabilité des clauses «d exonération de responsabilité» ainsi que sur la nécessité, dans les recours collectifs, d un lien rationnel entre la définition du groupe et les questions communes proposées. Contexte Depuis que les jeux de casino ont fait leur apparition en 1994 en Ontario, la province a reconnu les coûts sociaux des jeux de hasard et adopté diverses mesures à cet égard. Parmi ces mesures se trouve un programme «d auto-exclusion» aux termes duquel les joueurs consentent à ce que l entrée dans les salles de jeux d OLG leur soit refusée. Service offert par bon nombre de casino<n>s en Amérique du Nord, l auto-exclusion est conçue comme un outil d auto-assistance qui permet aux clients de reconnaître les problèmes qu ils peuvent avoir avec le jeu et de prendre des mesures concrètes pour y faire face. Dans le formulaire d auto-exclusion en cause dans l affaire Dennis, il était indiqué que l auto-exclusion donnait instruction à OLG «de faire de son mieux pour [ ] refuser l entrée [au joueur concerné], dans le but de [lui] rendre service, à tous les établissements de jeux ONSC Comprend les salles de machines à sous dans les hippodromes, comme les salles de machines à sous Woodbine Slots, les casinos dans des collectivités d accueil, comme le Casino Brantford, et les casinos dans des complexes de villégiature à Rama, à Windsor et à Niagara Falls. OLG exploite les salles de machines à sous et les casinos dans des collectivités d accueil, tandis que les casinos dans des complexes de villégiature sont exploités par des exploitants commerciaux du secteur privé pour le compte d OLG.

2 Page 2 de la SLJO dans la province d Ontario». [notre traduction] Le formulaire comprenait également une exonération et une décharge de responsabilité en faveur d OLG pour le cas où le particulier auto-exclu continuerait de jouer : La SLJO et les exploitants de casinos commerciaux n assument aucune responsabilité dans le cas où vous ne vous conformeriez pas à l exclusion que vous avez demandée volontairement. Je libère pour toujours la SLJO ainsi que les exploitants de casinos commerciaux, la société mère, les actionnaires, les filiales ou les membres du groupe et les successeurs de l exploitant, de même que l ensemble de leurs administrateurs, membres de la direction et employés, à l égard de toute responsabilité, cause d action, réclamation et demande, de quelque nature que ce soit, dans le cas où je ne me conformerais pas à cette exclusion volontaire. [notre traduction] Peter Dennis a signé un formulaire d auto-exclusion le 23 mai 2004, mais a rapidement recommencé à jouer, contrevenant ainsi à son auto-exclusion, jusqu à ce que, au bout du compte, il retienne les services de conseillers, suive des traitements et cesse de jouer en septembre Peu après, il a intenté l action dont il est question au nom de tous les particuliers qui avaient signé le même formulaire d auto-exclusion. Sa femme a été désignée demanderesse au nom de tous les membres des familles des membres du groupe des particuliers auto-exclus. Le paragraphe 5(1) de la Loi de 1992 sur les Recours collectifs (Ontario) 3 (la «LRC») établit cinq critères que le demandeur doit remplir afin d obtenir la certification comme recours collectif d une action : il doit y avoir (1) une cause d action valide; (2) au nom d un groupe identifiable; (3) qui soulève des questions communes; (4) pour lesquelles le recours collectif serait le meilleur moyen de les régler; et (5) le ou les demandeurs désignés et les conseillers juridiques doivent représenter le groupe de façon appropriée. Les cinq critères concernent donc le choix de la procédure et cherchent à établir si l action devrait être convertie en un recours collectif ou demeurer une action individuelle. Le jugement n a pas abordé la question du bien-fondé de l action sous-jacente. Analyse de la cause d action Aux termes de la LRC, le premier critère à remplir pour obtenir la certification concerne la déclaration, qui doit faire état d une cause d action. Pour les besoins de cette analyse, les faits allégués dans la déclaration sont présumés véridiques. Aucun élément de preuve n est admissible. Le critère comporte des exigences minimales peu élevées, ce qui ne permet d avoir qu un aperçu limité, voire aucun aperçu du tout, de la question du bien-fondé de l action sous-jacente. 3 L.O. 1992, c.6.

3 Page 3 Le juge Cullity a conclu que la déclaration de Dennis faisait état de causes d action liées à un contrat, à un délit civil, à la responsabilité de l occupant et au "waiver of tort". Le principal débat sur cette question portait sur l analyse délictuelle puisqu il était relativement facile d établir les autres causes d action à l étape des actes de procédure. Aucun tribunal canadien n a jamais déclaré qu il existait une obligation de diligence envers les joueurs à problèmes ou les joueurs auto-exclus. Cependant, comme le juge Cullity l a reconnu, «la nouveauté d une cause d action n entraîne pas, à elle seule, son rejet.». 4 [notre traduction] Par ailleurs, la Cour d appel anglaise a reconnu, à une occasion, l existence d une obligation de diligence quant à la mise en application des modalités d une politique d auto-exclusion existante, bien que, en bout de ligne, la demande des demandeurs ait été rejetée au motif que les pertes du demandeur ne découlaient pas de la négligence de la maison de paris. 5 Le juge Cullity a conclu qu une obligation de diligence pouvait être établie de deux façons. D abord, il a indiqué que les actes de procédure faisaient état d une analogie avec toute une série d affaires où il avait été jugé que «des autorités gouvernementales se chargeant de l entretien des routes étaient tenues à l obligation d effectuer cet entretien avec diligence». 6 Par ailleurs, le juge Cullity a conclu que la déclaration pourrait également remplir le critère de l établissement d une nouvelle obligation de diligence même si cette obligation n était pas analogue à un type d obligation déjà établi. Le formulaire d auto-exclusion et les déclarations publiques d OLG pourraient en effet établir un lien de proximité entre OLG et les joueurs auto-exclus. Le juge Cullity a également noté que, selon la déclaration, un casino constituait un environnement dangereux en soi, susceptible de nuire à des personnes vulnérables. Enfin, il a statué qu à l étape des actes de procédure, les éléments de preuve étaient insuffisants pour conclure que le programme d auto-exclusion représentait une politique gouvernementale à l abri de la responsabilité délictuelle. En concluant qu une cause d action avait bel et bien été alléguée, le juge a donné beaucoup d importance à la question des clauses d exonération de responsabilité dans le formulaire d auto-exclusion. Selon l interprétation du juge Cullity, les clauses d exonération «excluaient toute responsabilité légale pouvant autrement exister» si le joueur ne respectait pas son auto-exclusion. 7 D après une récente décision de la Cour suprême du Canada, lorsqu une clause d exonération s applique, le demandeur peut uniquement se soustraire à ses effets s il serait inique ou contraire à l'odre public qu il s y soumette. 8 Le juge Cullity a souligné qu OLG n avait pas «tenté d obtenir un avantage pour elle-même» [notre traduction] en Dennis, supra note 1 au para. 82. Calvert v. William Hill, [2008] E.W.H.C. 454, aff'd [2008] E.W.C.A. Civ Dennis, supra note 1 au para Ibid. au para. 96. Tercon Contractors Ltd. c. Colombie-Britannique (Transport et Voirie), 2010 CSC 4 aux para

4 Page 4 offrant la possibilité d auto-exclusion, et qu aux termes de la déclaration, M. Dennis «avait voulu échapper à son application et la contrecarrer». 9 Dans cette perspective, le juge Cullity a conclu qu il n y avait «rien d inique à ce qu OLG stipule qu elle s engagerait à faire de son mieux pour aider le demandeur et les membres du groupe, mais uniquement à la condition qu elle ne puisse en aucun cas être tenue responsable des pertes de jeu qu ils avaient subies du fait que, pour quelque raison que ce soit, l auto-exclusion n avait pas réussi à produire l effet souhaité». 10 [notre traduction] La seule exception possible avancée par le juge Cullity serait le cas où un demandeur pourrait prouver qu OLG a agi de mauvaise foi et que le programme d auto-exclusion «n était qu une simple mise en scène». 11 [notre traduction] Étant donné que le juge Cullity devait se limiter au contenu de la déclaration, il n a pas été en mesure de trancher les questions relatives à l iniquité ou à l ordre public afin de déterminer si les clauses d exonération faisaient obstacle aux causes d action du demandeur. Ceci dit, son analyse démontre toutefois, à la lumière de la décision de la Cour suprême du Canada dans l affaire Tercon, à quel point les difficultés que les personnes auto-exclues auront à surmonter augmentent lorsqu une clause d exonération s applique à une allégation. Absence de questions communes aux membres du groupe proposé Le reste des critères applicables au recours collectif exigent un fondement probatoire. Contrairement à l analyse de la cause d action ci-dessus, pour analyser les questions communes proposées, «des éléments de preuve sont requis et l acte de procédure ne constituera pas un élément décisif suivant l hypothèse selon laquelle les allégations de fait qui y sont formulées sont prouvées au procès». 12 [notre traduction] Les demandeurs ne pouvaient donc s'acquitter de ce fardeau de présentation de la preuve. En bout de ligne, la décision du juge Cullity de refuser la certification a reposé sur l absence «de lien rationnel entre la définition du groupe et les questions communes proposées». [notre traduction». Le problème fondamental de cette affaire était que «les allégations formulées au nom des membres du groupe [étaient] fondées sur la vulnérabilité de ceux-ci et en dépendaient». [notre traduction]. Or, le juge Cullity a conclu que les joueurs autoexclus n étaient pas tous vulnérables. La portée excessive de la définition du groupe qui en résultait «ne [pouvait] être réglée par le recours à une preuve statistique» et aurait donc nécessité que des recherches soient effectuées à l égard des circonstances particulières de chacun des membres du groupe, ce qui aurait pour effet de noyer toute question commune». [notre traduction] Ce problème fondamental a mené aux trois conclusions centrales sur lesquelles reposent les motifs du juge Cullity. Premièrement, le juge a souligné le fait que la vulnérabilité des membres du groupe proposé ne pouvait être établie en alléguant simplement que tous les Ibid. au para Ibid. au para Ibid. au para Ibid. au para. 194.

5 Page 5 membres du groupe étaient des joueurs à problèmes incapables de se contrôler. La preuve présentée par le demandeur dans l affaire Dennis ne permettait pas d établir que tous les joueurs auto-exclus étaient nécessairement vulnérables, et il devenait donc nécessaire de présenter des preuves individuelles. Deuxièmement, M. Dennis ne pouvait pas compter sur une preuve statistique pour surmonter le problème présenté par l hétérogénéité du groupe proposé. Même si, dans le cadre de recours collectifs, une preuve statistique est utilisée fréquemment et avec succès par les demandeurs afin d estimer le montant de dommages-intérêts, le juge Cullity a reconnu les limites de ce type de preuve. Plus précisément, il a déclaré que la preuve statistique «n est pas, à [son] avis, admissible lorsqu il s agit de déterminer les éléments communs des cinq questions communes proposées sur lesquels dépend la responsabilité de la SLJO. Le fait d attribuer des éléments communs à ces questions en se fondant sur de tels éléments de preuve reviendrait à dire que la responsabilité de la SLJO, ou les éléments ayant trait à sa responsabilité autres qu une preuve de dommage ou le montant d une indemnité accordée peuvent être établis en se fondant sur une preuve statistique.» 13 [notre traduction] Troisièmement, le juge Cullity a examiné de récentes décisions de la Cour d appel 14 selon lesquelles «il suffisait d établir la responsabilité éventuelle pour pouvoir procéder à l évaluation totale des dommages-intérêts». 15 [notre traduction] Par contre, ces décisions ne «modifiaient pas la nécessité de démontrer que d autres éléments de responsabilité inclus dans les questions communes proposées comme l existence d une obligation de diligence ou le manquement à une obligation doivent avoir des éléments communs». 16 [notre traduction] Or, dans cette affaire, des éléments déterminants des allégations du demandeur, comme l existence d une obligation de diligence, le manquement à cette obligation et le lien de causalité avec tout dommage, devraient tous être établis sur une base individuelle. Compte tenu de l absence de toute question commune importante, le juge Cullity a conclu qu un recours collectif ne constituait pas le meilleur moyen de régler les demandes des membres du groupe proposé. Même si le demandeur avait qualifié ses demandes de «systémiques», il n en restait pas moins que leur nature était essentiellement individuelle. En outre, aucun des trois objectifs visés par les recours collectifs n aurait été atteint si cette action avait été certifiée comme recours collectif. D abord, étant donné la prépondérance des questions individuelles, aucune économie n'aurait été réalisée au plan judiciaire. Ensuite, les sommes en jeu sont suffisamment importantes pour justifier l engagement de recours individuels, de sorte que la question de l accès à la justice n était donc pas un problème. Enfin, OLG fait déjà l objet d une surveillance continue et a pris des mesures Ibid. au para Markson v. MBNA Canada Bank, 2007 ONCA 334; Cassano v. Toronto-Dominion Bank, 2007 ONCA 781. Dennis, supra note 1 au para Ibid. au para. 218.

6 Page 6 importantes pour améliorer ses programmes d auto-exclusion et de jeu responsable, de sorte que la modification de ses activités n est plus vraiment nécessaire. 17 Conclusion Depuis son introduction en Ontario en 1992, le recours collectif représente un ajout important à l arsenal judiciaire dont les demandeurs peuvent se prévaloir. Toutefois, l absence de limites appropriées pourrait nuire à l objectif d économie des ressources judiciaires visé par l introduction de ce type de recours. La décision du juge Cullity dans l affaire Dennis reconnaît et renforce les frontières de ces limites. Cette décision devrait être utile aux conseillers juridiques des plaignants qui envisageront de prendre de tels recours à l avenir, ainsi qu aux conseillers en défense dans le cadre de recours qui outrepassent ces limites. Auteur(s) : Matthew Milne-Smith. Pour obtenir de plus amples informations, veuillez communiquer avec James Doris ( ) ou Matthew Milne-Smith ( ) du bureau de Toronto ou Nick Rodrigo ( ) ou David Stolow ( ) du bureau de Montréal. Davies Ward Phillips & Vineberg S.E.N.C.R.L., s.r.l. compte quelque 240 avocats œuvrant tant à l échelle nationale qu internationale à partir de leurs bureaux de Montréal, Toronto et New York, et se retrouve systématiquement au cœur des opérations commerciales et financières les plus importantes et les plus complexes pour le compte de ses clients en Amérique du Nord et à l étranger. Les renseignements et commentaires fournis dans le présent document sont de nature générale et ne se veulent pas des conseils ou des opinions applicables à des cas particuliers. Nous invitons le lecteur qui souhaite obtenir des précisions sur l application de la loi à des situations particulières à s adresser à un conseiller professionnel. 17 Ibid., supra note 1 au paras

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol.

top Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu'en pense la Cour suprême du Canada? ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. top ENGLISH Juin / Juillet 2005 - Vol. 19 n 3 Dans cette édition : Responsabilité des administrateurs : qu en pense la Cour suprême du Canada? Réunion annuelle de Corporations Canada Délais des services

Plus en détail

Bulletin concurrence et antitrust

Bulletin concurrence et antitrust Novembre 2013 Bulletin concurrence et antitrust Infractions réglementaires : La Cour suprême réitère que l'erreur de droit n'est pas un moyen de défense, mais ouvre le débat sur une nouvelle exception

Plus en détail

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ

ARRÊT FAISANT AUTORITÉ MAGASINS À RAYONS PEOPLES INC. (SYNDIC DE) C. WISE LIENS DU CURRICULUM: Le droit canadien et international, 12e année, cours préuniversitaire (CLN4U) Comprendre le droit canadien, 11e année, cours préuniversitaire/

Plus en détail

Concours «Les Membres ont droit à une location de MINI 2015»

Concours «Les Membres ont droit à une location de MINI 2015» Concours «Les Membres ont droit à une location de MINI 2015» Règlement du Concours 1. PÉRIODE DU CONCOURS Le concours «Les Membres ont droit à une location de MINI 2015» (le «concours») est organisé par

Plus en détail

25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE

25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE 25 000 $ de rénos pour une maison intelligente! LE PRÉSENT CONCOURS S ADRESSE UNIQUEMENT AUX RÉSIDENTS DU CANADA ET IL EST RÉGI PAR LA LOI CANADIENNE 1. PÉRIODE DU CONCOURS : Le concours 25 000 $ de rénos

Plus en détail

AVIS DE RÈGLEMENT PROPOSÉ

AVIS DE RÈGLEMENT PROPOSÉ AVIS DE RÈGLEMENT PROPOSÉ Markson c. Banque MBNA Canada À: Tous les détenteurs, passés et actuels, de cartes de crédit de la Banque MBNA Canada et de CUETS Financial VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT CET AVIS,

Plus en détail

FORMULAIRE DE DÉCLARATION ET D EXONÉRATION Concours «2015 Expérience d un week-end à Osheaga»

FORMULAIRE DE DÉCLARATION ET D EXONÉRATION Concours «2015 Expérience d un week-end à Osheaga» DÉCLARATION DE L INVITÉ DU GAGNANT Je, (Prénom et nom de l invité du gagnant), résidant à l adresse indiquée au bas de ce formulaire, déclare et affirme ce qui suit : 1. Je reconnais que le gagnant a participé

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert

CCI Affacturage de comptes clients : réduction des prix de transfert Le 20 janvier 2014 Les multinationales canadiennes auraient intérêt à prendre acte des répercussions de la récente affaire McKesson Canada Corporation c. La Reine (en anglais) (2013 CCI 404) concernant

Plus en détail

Nom de domaine en litige: RIU.CA Le Plaignant: RIU HOTELS, S.A. Le Titulaire: Stacey Lee Le Comité: Daria Strachan

Nom de domaine en litige: RIU.CA Le Plaignant: RIU HOTELS, S.A. Le Titulaire: Stacey Lee Le Comité: Daria Strachan CONCERNANT UNE PLAINTE EN VERTU DE LA POLITIQUE ET DES RÈGLES DE L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET EN MATIÈRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE DEVANT RÉSOLUTION

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 22 OCTOBRE 2012 S.11.0087.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N S.11.0087.F Y. C., demandeur en cassation, représenté par Maître Huguette Geinger, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

Avis légal aux titulaires de police de Canada-Vie

Avis légal aux titulaires de police de Canada-Vie C A N A DA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL No. : 500-06-000051-975 (Recours collectif) C O U R S U P É R I E U R E MATTHEW COPE Requérant c. LA COMPAGNIE D ASSURANCE DU CANADA SUR LA VIE Intimée

Plus en détail

Réglementation des jeux de casino

Réglementation des jeux de casino Chapitre 4 Section 4.01 Commission des alcools et des jeux de l Ontario Réglementation des jeux de casino Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.01 du Rapport annuel 2010 Contexte

Plus en détail

Bulletin en recours collectifs

Bulletin en recours collectifs Bulletin en recours collectifs Octobre 2014 La Cour suprême du Canada tranche sur la portée des «frais de crédit» dans la Loi sur la protection du consommateur et sur l octroi de dommages-intérêts punitifs

Plus en détail

Politique de l'acei en matière de règlement des différends relatifs aux noms de domaine Version 1.3 (le 22 août 2011) ARTICLE 1 INTRODUCTION

Politique de l'acei en matière de règlement des différends relatifs aux noms de domaine Version 1.3 (le 22 août 2011) ARTICLE 1 INTRODUCTION Politique de l'acei en matière de règlement des différends relatifs aux noms de domaine Version 1.3 (le 22 août 2011) ARTICLE 1 INTRODUCTION 1.1 Objet. La présente politique de l'acei en matière de règlement

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

Concours 2013 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators Prix en argent de 15 000 $

Concours 2013 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators Prix en argent de 15 000 $ Concours 2013 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators Prix en argent de 15 000 $ SEULS LES RÉSIDENTS CANADIENS SONT ADMISSIBLES À CE CONCOURS RÉGI PAR LES LOIS CANADIENNES. 1. PÉRIODE DU CONCOURS

Plus en détail

CONCOURS GAGNER GROS POUR L ÉDUCATION DE VOTRE ENFANT DE KELLOGG S* RÈGLEMENT COMPLET DU CONCOURS. (le «règlement du concours»)

CONCOURS GAGNER GROS POUR L ÉDUCATION DE VOTRE ENFANT DE KELLOGG S* RÈGLEMENT COMPLET DU CONCOURS. (le «règlement du concours») CONCOURS GAGNER GROS POUR L ÉDUCATION DE VOTRE ENFANT DE KELLOGG S* RÈGLEMENT COMPLET DU CONCOURS (le «règlement du concours») CE CONCOURS S ADRESSE AUX RÉSIDANTS EN RÈGLE DU CANADA QUI ONT ATTEINT L ÂGE

Plus en détail

REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA

REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA Chef Maureen Chapman Comité des Chefs sur les revendications Mémoire prébudgétaire au Comité permanent des finances

Plus en détail

BULLETIN Assurance et Construction

BULLETIN Assurance et Construction La Cour suprême du Canada traite la question de l obligation de défendre de l assureur dans le contexte d une affaire de condominium défectueux Par : Richard J. Berrow, Marina Pratchett, Tariq Ahmed, Jonathan

Plus en détail

Société par action Concours «Gagnez des places pour la Coupe Rogers de Montréal» Règlement officiel du Concours (ci-après, «Règlement du Concours»)

Société par action Concours «Gagnez des places pour la Coupe Rogers de Montréal» Règlement officiel du Concours (ci-après, «Règlement du Concours») Société par action Concours «Gagnez des places pour la Coupe Rogers de Montréal» Règlement officiel du Concours (ci-après, «Règlement du Concours») Le Concours est régi par les lois canadiennes. 1. Le

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile. Printemps 2007 Présentation du Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la responsabilité civile Printemps 2007 Présentation du Qu est-ce que la responsabilité civile? Responsabilité civile = reddition de comptes Cette responsabilité

Plus en détail

Comment faire face à une bataille juridique tout à fait légitime. Vue d ensemble. Martin Shain, S.J.D.

Comment faire face à une bataille juridique tout à fait légitime. Vue d ensemble. Martin Shain, S.J.D. Comment faire face à une bataille juridique tout à fait légitime Vue d ensemble Martin Shain, S.J.D. Comment faire face à une bataille juridique tout à fait légitime : Exigences liées à l obligation récente

Plus en détail

AVIS DE CERTIFICATION ET DE RÈGLEMENT DU RECOURS COLLECTIF LIÉ AUX ACTIONS D'AURCANA CORPORATION

AVIS DE CERTIFICATION ET DE RÈGLEMENT DU RECOURS COLLECTIF LIÉ AUX ACTIONS D'AURCANA CORPORATION AVIS DE CERTIFICATION ET DE RÈGLEMENT DU RECOURS COLLECTIF LIÉ AUX ACTIONS D'AURCANA CORPORATION Veuillez lire cet avis attentivement, car celui-ci pourrait affecter vos droits. Cet avis s'adresse à toutes

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : W. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 537 Appel No. AD-13-697 ENTRE : W. F. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi [TRADUCTION] Citation : T. S. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 65 N o d appel : GE-14-745 ENTRE : T. S. Appelant et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières

Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières Traduction française non officielle Re Industrielle Alliance Valeurs mobilières AFFAIRE INTÉRESSANT : Les Règles de l Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières et Industrielle

Plus en détail

Ce que les conseillers juridiques américains doivent savoir sur les recours collectifs au Québec

Ce que les conseillers juridiques américains doivent savoir sur les recours collectifs au Québec Ce que les conseillers juridiques américains doivent savoir sur les recours collectifs au Québec Dix-huit questions et réponses Q.1 André, mes clients ont reçu par courrier recommandé une «requête pour

Plus en détail

NRJ 94,3 CONCOURS «100 % musique, 100 % cash, grâce à NRJ et Virement Interac MD!» RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION

NRJ 94,3 CONCOURS «100 % musique, 100 % cash, grâce à NRJ et Virement Interac MD!» RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION NRJ 94,3 CONCOURS «100 % musique, 100 % cash, grâce à NRJ et Virement Interac MD!» RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION 1. Le concours «100 % musique, 100 % cash, grâce à NRJ et Virement Interac MD!» (ci-après

Plus en détail

Recours collectifs nationaux canadiens relatifs à la DRAM. Protocole de distribution 1) FONDS DES CONSOMMATEURS FINAUX 50%

Recours collectifs nationaux canadiens relatifs à la DRAM. Protocole de distribution 1) FONDS DES CONSOMMATEURS FINAUX 50% Recours collectifs nationaux canadiens relatifs à la DRAM Protocole de distribution Répartition des revenus nets: 1) FONDS DES CONSOMMATEURS FINAUX 50% 2) FONDS DES FABRICANTS DE MATÉRIEL ÉLECTRONIQUE

Plus en détail

Dans le cadre des Procédures, des ententes de règlement ont été conclues avec toutes les Défenderesses.

Dans le cadre des Procédures, des ententes de règlement ont été conclues avec toutes les Défenderesses. AVIS ANNONÇANT L APPROBATION D UNE ENTENTE DE RÈGLEMENT ET LE TRAITEMENT DES RÉCLAMATIONS DANS L AFFAIRE DU RECOURS COLLECTIF AYANT TRAIT AUX LAMPES DE REMPLACEMENT POUR AUTOMOBILE Veuillez lire attentivement

Plus en détail

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents

Objet : Processus de déclaration proposé pour l application des avantages en vertu d une convention concernant des sommes payées à des non-résidents Le Comité mixte sur la fiscalité de l Association du Barreau canadien et de l Institut Canadien des Comptables agréés L Institut Canadien des Comptables agréés, 277, rue Wellington Ouest, Toronto (Ontario)

Plus en détail

Concours RÈGLEMENT DE PARTICIPATION

Concours RÈGLEMENT DE PARTICIPATION Concours RÈGLEMENT DE PARTICIPATION 1. Le concours «La facture en ligne de Vidéotron, ça rapporte gros» (ci-après le «Concours») est organisé par Vidéotron s.e.n.c. (ci-après l «Organisateur»). Le Concours

Plus en détail

Joseph Fantl c. Compagnie d Assurance-Vie Transamerica du Canada. Sommaire du règlement proposé

Joseph Fantl c. Compagnie d Assurance-Vie Transamerica du Canada. Sommaire du règlement proposé Joseph Fantl c. Compagnie d Assurance-Vie Transamerica du Canada Sommaire du règlement proposé Voici un bref sommaire 1 du règlement proposé de la réclamation pour frais de gestion prétendument excessifs

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

Concours 25 000 $ de prix en argent offerts par le Programme d assurance automobile et habitation CIBC (le «Concours»)

Concours 25 000 $ de prix en argent offerts par le Programme d assurance automobile et habitation CIBC (le «Concours») Concours 25 000 $ de prix en argent offerts par le Programme d assurance automobile et habitation CIBC (le «Concours») EN PRENANT PART AU CONCOURS, CHAQUE PARTICIPANT ACCEPTE D ÊTRE LIÉ PAR LE RÈGLEMENT

Plus en détail

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE En soumettant les informations relatives à vos activités de courtage sur le formulaire d enregistrement en ligne

Plus en détail

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée

Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Projet de modernisation de la législation sur les sociétés à responsabilité limitée Table des matières Contexte 1 Modifications proposées à l assurance responsabilité exigée des SRL 1 Modifications complémentaires

Plus en détail

Contribution-santé de l Ontario : conséquences pour l employeur

Contribution-santé de l Ontario : conséquences pour l employeur Contribution-santé de l Ontario : conséquences pour l employeur La contribution-santé de l Ontario (CSO) que le gouvernement de l Ontario a introduit dans le budget provincial de 2004 signifie une déduction

Plus en détail

Concours national 2015 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators - Prix de 15 000 $

Concours national 2015 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators - Prix de 15 000 $ Concours national 2015 Appelez, cliquez ou passez nous voir de Co-operators - Prix de 15 000 $ SEULS LES RÉSIDENTS CANADIENS SONT ADMISSIBLES À CE CONCOURS RÉGI PAR LES LOIS CANADIENNES. 1. PÉRIODE DU

Plus en détail

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE

AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET POLITIQUE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE PLAINTE Différend numéro: 03-0303 Nom de domaine: Plaignant: Titulaire: Membre unique

Plus en détail

Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement

Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement Aon Risk Solutions/Conseillers en gestion des risques Groupe de services financiers Responsabilité pour erreurs et omissions du promoteur des conseillers en placement Janvier 2015 Introduction Les statistiques

Plus en détail

Règlement du concours «La classe des Titans»

Règlement du concours «La classe des Titans» Règlement du concours «La classe des Titans» 1. PÉRIODE DU CONCOURS : Le concours «La classe des Titans» («concours») prend fin à 16 h 59 min 59 s, heure de l Est, le jeudi 31 décembre 2015 («date de fin

Plus en détail

1. Durée du concours. 2. Groupe lié au concours

1. Durée du concours. 2. Groupe lié au concours Le consommateur est invité à participer au concours Weekends Vol 920, par une publicité télé sur TVA, sur internet, et sur le site de l Auberge du lac Taureau et par infolettres et médias sociaux. 1. Durée

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

C O U R S U P É R I E U R E DISTRICT DE MONTRÉAL

C O U R S U P É R I E U R E DISTRICT DE MONTRÉAL C A N A D A PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL NO : 500-06-000373-064 C O U R S U P É R I E U R E (Recours collectifs) OPTION CONSOMMATEURS Demanderesse et JEAN-FRANÇOIS TREMBLAY et al. Personnes

Plus en détail

ENTENTE DE PRESTATION DU COURS

ENTENTE DE PRESTATION DU COURS ENTENTE DE PRESTATION DU COURS D AMBASSADEUR (Trainer Course) INDIVIDUEL avec Assurance - PRINCIPES ET TECHNIQUES 151, Boulevard Ste Rose, Laval, Québec, H7L1L2 Tél : 1-877-238-9343 Fax : 1-450-661-3884

Plus en détail

- 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER

- 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER - 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER Principes généraux Article premier Responsabilité de

Plus en détail

I. Résumé des changements apportés à la Loi sur la faillite et à la LACC

I. Résumé des changements apportés à la Loi sur la faillite et à la LACC Dispositions de la Loi sur la faillite et l insolvabilité et de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies qui entrent en vigueur le 18 septembre 2009 Le 14 septembre 2009 Le texte

Plus en détail

Fonds de capital-risque étranger ou de capital-investissement important Formulaire de demande pour investisseur admissible

Fonds de capital-risque étranger ou de capital-investissement important Formulaire de demande pour investisseur admissible 393, avenue University, bureau 1701, 17 e étage, Toronto (Ontario) M5G 1E6 Fonds ontarien de développement des technologies émergentes Fonds de capital-risque étranger ou de capital-investissement important

Plus en détail

Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques

Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques COMMUNIQUÉ DE PRESSE Economical présente un aperçu du projet de règlement sur la démutualisation des sociétés d assurances multirisques Processus à quatre étapes avec une participation importante des souscripteurs

Plus en détail

Concours «Tournoi NHL 16» RÈGLEMENT DE PARTICIPATION

Concours «Tournoi NHL 16» RÈGLEMENT DE PARTICIPATION Concours «Tournoi NHL 16» RÈGLEMENT DE PARTICIPATION 1. Le concours Tournoi NHL 16 (ci-après le «Concours») est organisé par Le SuperClub Vidéotron ltée au bénéfice de Le SuperClub Vidéotron ltée au nom

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

Boom fm Montérégie CONCOURS «SMS Madonna» RÈGLEMENT DE PARTICIPATION

Boom fm Montérégie CONCOURS «SMS Madonna» RÈGLEMENT DE PARTICIPATION Boom fm Montérégie CONCOURS «SMS Madonna» RÈGLEMENT DE PARTICIPATION 1. Le concours «SMS Madonna» (ci-après le «concours») est organisé par Bell Media Radio inc. (ci-après les «Organisateurs du concours»).

Plus en détail

CONCOURS PHOTOS ÉTUDIANTS

CONCOURS PHOTOS ÉTUDIANTS RÈGLEMENT OFFICIEL CONCOURS PHOTOS ÉTUDIANTS Le Concours de photos des étudiants (le «concours») débute à minuit une HE le 23 avril 2015 («date de début du concours») et se termine à 23 h 59 HE le 26 juin

Plus en détail

Le consommateur est invité à participer au concours «Votre tournoi de golf pour 12 personnes» par une publicité imprimée dans le magazine Golf & Spa.

Le consommateur est invité à participer au concours «Votre tournoi de golf pour 12 personnes» par une publicité imprimée dans le magazine Golf & Spa. Le consommateur est invité à participer au concours «Votre tournoi de golf pour 12 personnes» par une publicité imprimée dans le magazine Golf & Spa. 1. Durée du concours Le concours «Votre tournoi de

Plus en détail

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515

Bulletin de l'autorité des marchés financiers 6.8. Offres publiques. .. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 Offres publiques.. 19 février 2015 - Vol. 12, n 7 515 6.8 OFFRES PUBLIQUES 6.8.1 Avis Aucune information. 6.8.2 Dispenses Compagnie de chemins de fer nationaux du Canada Vu la demande présentée par

Plus en détail

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Demandeur. Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE Commission d accès à l information du Québec Dossier : 06 03 94 Date : Le 29 juin 2007 Commissaire : M e Guylaine Henri X Demandeur c. GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE Entreprise DÉCISION INTERLOCUTOIRE

Plus en détail

DISTRICT DE MONTRÉAL. OPTION CONSOMMATEURS Demanderesse et VIVIAN MALLAY et al. Personnes désignées c. BANQUE NATIONALE ET AL.

DISTRICT DE MONTRÉAL. OPTION CONSOMMATEURS Demanderesse et VIVIAN MALLAY et al. Personnes désignées c. BANQUE NATIONALE ET AL. CANADA PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT DE MONTRÉAL N : 500-06-000372-066 N : 500-06-000373-064 Recours collectifs COUR SUPÉRIEURE OPTION CONSOMMATEURS Demanderesse et VIVIAN MALLAY et al. Personnes désignées

Plus en détail

Concours Gagnez vos achats payés avec votre carte Shoppers Optimum MasterCard RBC de Shoppers Drug Mart

Concours Gagnez vos achats payés avec votre carte Shoppers Optimum MasterCard RBC de Shoppers Drug Mart Concours Gagnez vos achats payés avec votre carte Shoppers Optimum MasterCard RBC de Shoppers Drug Mart 1. Période du concours : Le concours Gagnez vos achats payés avec votre carte Shoppers Optimum MasterCard

Plus en détail

C. L histoire de procédure D. L impartialité et l indépendance du comité E. L effet de n avoir pas soumis de réponse

C. L histoire de procédure D. L impartialité et l indépendance du comité E. L effet de n avoir pas soumis de réponse CONCERNANT UNE PLAINTE EN VERTU DE LA POLITIQUE ET DES RÈGLES DE L AUTHORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTREMENTS INTERNET EN MATIÈRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS RELATIFS AUX NOMS DE DOMAINE DEVANT RÉSOLUTION

Plus en détail

Obtenir le titre de prêteur. agréé. La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION

Obtenir le titre de prêteur. agréé. La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Obtenir le titre de prêteur agréé La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION La SCHL aide les Canadiens à répondre à leurs besoins en matière de logement. En tant qu autorité en matière

Plus en détail

RÈGLEMENT DU CONCOURS 75 X merci

RÈGLEMENT DU CONCOURS 75 X merci RÈGLEMENT DU CONCOURS 75 X merci DUREE DU CONCOURS 1. Le concours 75 X merci est tenu et organisé par La Capitale groupe financier inc. (ciaprès nommée «La Capitale» ou «l Organisateur») et se déroule

Plus en détail

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS.

X X. Demandeurs. Entreprise DÉCISION DEMANDE D EXAMEN DE MÉSENTENTE EN MATIÈRE D ACCÈS. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 10 23 Date : 31 juillet 2006 Commissaire : M e Hélène Grenier X X Demandeurs c. MELOCHE MONNEX INC. (SÉCURITÉ NATIONALE CIE D ASSURANCE) Entreprise

Plus en détail

NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise.

NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise. NOTE IMPORTANTE : cette version est une traduction de la version originale anglaise. CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA (CRDSC) SPORT DISPUTE RESOLUTION CENTRE OF CANADA (SDRCC) AFFAIRE

Plus en détail

LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS

LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS Ottawa, le 21 octobre 2009 MÉMORANDUM D7-3-2 En résumé LE DRAWBACK RELATIF AUX VÉHICULES AUTOMOBILES EXPORTÉS 1. Le présent mémorandum a été révisé conformément à l Initiative de réduction de la paperasserie

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : K. U. c. Ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, 2014 TSSDA 38 N o d appel : AD-13-169 ENTRE : K. U. Demanderesse et Ministre des Ressources humaines

Plus en détail

PROPOSITION D ASSURANCE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE/RESPONSABILITÉ CIVILE GÉNÉRALE DES ENTREPRISES MULTIMÉDIAS DES DIFFUSEURS AVIS :

PROPOSITION D ASSURANCE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE/RESPONSABILITÉ CIVILE GÉNÉRALE DES ENTREPRISES MULTIMÉDIAS DES DIFFUSEURS AVIS : PROPOSITION D ASSURANCE DE LA RESPONSABILITÉ CIVILE PROFESSIONNELLE/RESPONSABILITÉ CIVILE GÉNÉRALE DES ENTREPRISES MULTIMÉDIAS DES DIFFUSEURS AVIS : LA PRÉSENTE PROPOSITION SE RAPPORTE À UNE GARANTIE D

Plus en détail

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise L expérience à votre service Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise Assurance pollution et coûts de dépollution des locaux d entreprise Propriétaires ou exploitants de locaux d entreprise

Plus en détail

L expérience à votre service. Architectes et ingénieurs Petites entreprises. Assurance de la responsabilité professionnelle

L expérience à votre service. Architectes et ingénieurs Petites entreprises. Assurance de la responsabilité professionnelle L expérience à votre service Architectes et ingénieurs Petites entreprises Assurance de la responsabilité professionnelle Architectes et ingénieurs Petites entreprises L importance de l assurance responsabilité

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ENTENTE DE RÈGLEMENT

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES ENTENTE DE RÈGLEMENT Traduction française non officielle ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES AFFAIRE INTÉRESSANT : LES RÈGLES DE L ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS

Plus en détail

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE

RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE RECOURS COLLECTIFS - LA COMPÉTENCE RATIONE MATERIAE : UNE QUESTION PRÉLIMINAIRE Par : Catherine Piché Fasken Martineau DuMoulin s.r.l. Tour de la Bourse Bureau 3400, C.P. 242 800, Place Victoria Montréal

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION «En mode Subito»

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION «En mode Subito» RÈGLEMENT DE PARTICIPATION «En mode Subito» Le concours En mode Subito débute le 17 août 2015 à 10 h et prend fin à 23 h 59 le 7 septembre 2015. Toute mention d heures dans ce document fait référence à

Plus en détail

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site.

Veuillez lire les présentes modalités et conditions du service (les «CONDITIONS») avant d utiliser le présent site. Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Avis juridique Veuillez lire les présentes modalités

Plus en détail

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir.

L informateur. financier. Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie. mai 2002. Les choses changent. Vous devez savoir. L informateur financier DU GROUPE-CONSEIL EN PROTECTION DU PATRIMOINE MD À LA FINANCIÈRE SUN LIFE Protection contre les créanciers offerte par l assurance-vie mai 2002 Les choses changent. Vous devez savoir.

Plus en détail

Règles du «Concours photo de la Fondation TD des amis de l environnement»

Règles du «Concours photo de la Fondation TD des amis de l environnement» Règles du «Concours photo de la Fondation TD des amis de l environnement» 1. DURÉE DU CONCOURS : Le «Concours photo de la Fondation TD des amis de l environnement» (le «concours») prend fin à 14 h 59 min

Plus en détail

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé

Employé, travailleur autonome ou employé incorporé Employé, travailleur autonome ou employé incorporé MODÉRATEUR : Ronald J. McRobie Fasken Martineau PANÉLISTES : Jean-François Cloutier Fasken Martineau Serge Gloutnay Fasken Martineau 3e Symposium Fasken

Plus en détail

Boom fm Montérégie CONCOURS «Le grand retour de la diva» 30 juillet 2015 RÈGLEMENT DE PARTICIPATION

Boom fm Montérégie CONCOURS «Le grand retour de la diva» 30 juillet 2015 RÈGLEMENT DE PARTICIPATION Boom fm Montérégie CONCOURS «Le grand retour de la diva» 30 juillet 2015 RÈGLEMENT DE PARTICIPATION 1. Le concours «Le grand retour de la diva» (ci-après le «concours») est organisé par Bell Media Radio

Plus en détail

Promotion Bouteille de lait à l ancienne Lactantia Règlement officiel (le «Règlement officiel»)

Promotion Bouteille de lait à l ancienne Lactantia Règlement officiel (le «Règlement officiel») Promotion Bouteille de lait à l ancienne Lactantia Règlement officiel (le «Règlement officiel») À noter : Dans le présent document, le genre masculin a été adopté comme genre neutre afin d en faciliter

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME DES SECTEURS MANUFACTURIER ET PRIMAIRE INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible... 3 Société

Plus en détail

Concours CIBC pour étudiants Vous voulez courir la chance de gagner 5 000? (le «Concours»)

Concours CIBC pour étudiants Vous voulez courir la chance de gagner 5 000? (le «Concours») Concours CIBC pour étudiants Vous voulez courir la chance de gagner 5 000? (le «Concours») OUVERT UNIQUEMENT AUX ÉTUDIANTS INSCRITS DANS UN ÉTABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT POSTSECONDAIRE CANADIEN Régi par

Plus en détail

Veuillez transmettre à Hertz Eastern Region Credit Dept. (416) 679-4153 FICHE D INFORMATION CLIENT NOM DE L ENTREPRISE

Veuillez transmettre à Hertz Eastern Region Credit Dept. (416) 679-4153 FICHE D INFORMATION CLIENT NOM DE L ENTREPRISE POUR USAGE INTERNE SEULEMENT Branch No. Salesman No. Customer No. Veuillez transmettre à Hertz Eastern Region Credit Dept. (416) 679-4153 FICHE D INFORMATION CLIENT NOM DE L ADRESSE VILLE ADRESSE DE FACTURATION

Plus en détail

Guide du processus d autorisation pour les hygiénistes dentaires en Ontario

Guide du processus d autorisation pour les hygiénistes dentaires en Ontario 69, rue Bloor Est, bureau 300, Toronto, Ontario M4W 1A9 Tél. : 416-961-6234 Sans frais : 1-800-268-2346 Téléc. : 416-961-6028 www.cdho.org Guide du processus d autorisation pour les hygiénistes dentaires

Plus en détail

1. Durée du concours. 2. Groupe lié au concours

1. Durée du concours. 2. Groupe lié au concours Le consommateur est invité à participer au concours Château Mont-Sainte-Anne, par une publicité télévisée sur tva.canoe.ca/concours, sur le site internet du Château Mont-Sainte-Anne et par infolettre.

Plus en détail

LA COUR SUPRÊME DE LA C.-B. SE PENCHE SUR DES ENJEUX NOUVEAUX ET INTÉRESSANTS EN MATIÈRE DE POLICE D ASSURANCE DES OUVRAGES EN CONSTRUCTION

LA COUR SUPRÊME DE LA C.-B. SE PENCHE SUR DES ENJEUX NOUVEAUX ET INTÉRESSANTS EN MATIÈRE DE POLICE D ASSURANCE DES OUVRAGES EN CONSTRUCTION Le Comité de gestion des risques est heureux de présenter aux membres de l Institut canadien de design-construction (ICDC) cet article qui fait état d une décision rendue récemment par la cour concernant

Plus en détail

RAISONNABLE EN 1998; DÉRAISONNABLE EN 2002

RAISONNABLE EN 1998; DÉRAISONNABLE EN 2002 Un tribunal de l'ontario juge que le gouvernement exerce de la discrimination fondée sur l'âge et la déficience en refusant des programmes aux élèves atteints d'autisme Dans l'affaire Wynberg c. Ontario,

Plus en détail

Concours «Sondage Vidéotron» RÈGLEMENT DE PARTICIPATION

Concours «Sondage Vidéotron» RÈGLEMENT DE PARTICIPATION Concours «Sondage Vidéotron» RÈGLEMENT DE PARTICIPATION 1. Le concours «Sondage Vidéotron» (ci-après le «Concours») est organisé par La Fédération de l Âge d Or du Québec (ci-après l Organisateur») et

Plus en détail

ENERGIE 106.1 (ESTRIE) CONCOURS ÉCOUTEZ ÉNERGIE, RÉCLAMEZ 106 000$ RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION

ENERGIE 106.1 (ESTRIE) CONCOURS ÉCOUTEZ ÉNERGIE, RÉCLAMEZ 106 000$ RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION ENERGIE 106.1 (ESTRIE) CONCOURS ÉCOUTEZ ÉNERGIE, RÉCLAMEZ 106 000$ RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION 1. Le concours «ÉCOUTEZ ÉNERGIE, RÉCLAMEZ 106 000$ CASH» (ci-après le «concours») est organisé par Bell Média

Plus en détail

FAILLITES ET PROTECTION DES FOURNISSEURS IMPAYÉS

FAILLITES ET PROTECTION DES FOURNISSEURS IMPAYÉS PRB 02-38F FAILLITES ET PROTECTION DES FOURNISSEURS IMPAYÉS Margaret Smith Division du droit et du gouvernement Le 6 janvier 2003 PARLIAMENTARY RESEARCH BRANCH DIRECTION DE LA RECHERCHE PARLEMENTAIRE La

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès

Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès Conseil canadien de la magistrature Directives de mi-procès 1 Glossaire NDA = nom de l accusé NDD = nom du déclarant NDP = nom du plaignant NDT = nom du témoin ND1/3 = nom du tiers NDAT = nom de l accusé

Plus en détail

Les questions uridiques. Certificat d assurance pour l assurance-achats et la garantie prolongee

Les questions uridiques. Certificat d assurance pour l assurance-achats et la garantie prolongee Les questions uridiques. Certificat d assurance pour l assurance-achats et la garantie prolongee Certificat d assurance pour l assurance-achats et la garantie prolongée. La Nord-américaine, première compagnie

Plus en détail

1. Qu est-ce que le Régime de soins dentaires de la fonction publique (RSDFP)? Quel lien a-t-il avec le Régime de soins dentaires pour les

1. Qu est-ce que le Régime de soins dentaires de la fonction publique (RSDFP)? Quel lien a-t-il avec le Régime de soins dentaires pour les 1. Qu est-ce que le Régime de soins dentaires de la fonction publique (RSDFP)? Quel lien a-t-il avec le Régime de soins dentaires pour les personnes à charge (RSDPC)? 2. Qui administre le RSDPC? 3. Suis-je

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988)

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, RECONNAISSANT l importance d éliminer certains obstacles juridiques au crédit-bail

Plus en détail

Modalités - Promotion 2014-2015 de BMO Ligne d'action destinée aux jeunes investisseurs

Modalités - Promotion 2014-2015 de BMO Ligne d'action destinée aux jeunes investisseurs Veuillez lire les modalités ci-dessous et prendre connaissance de ce qui suit : Modalités - Promotion 2014-2015 de BMO Ligne d'action destinée aux jeunes investisseurs Limite d'une (1) offre et d'une (1)

Plus en détail

Conditions pour la location de matériel de chantier (Les présentes conditions ont été élaborées par des délégations de VSBM et SBI/SSE)

Conditions pour la location de matériel de chantier (Les présentes conditions ont été élaborées par des délégations de VSBM et SBI/SSE) Conditions pour la location de matériel de chantier (Les présentes conditions ont été élaborées par des délégations de VSBM et SBI/SSE) 1. Généralités Les conditions énoncées ci-après sont valables pour

Plus en détail

Bulletin vie privée. Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective

Bulletin vie privée. Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective Août 2014 Bulletin vie privée Limites de la protection des renseignements personnels des personnes à charge dans un contexte de contrat d'assurance collective Le contrat d'assurance collective implique

Plus en détail