«L absolue nécessité du don d organes» Interview du professeur Christian CABROL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«L absolue nécessité du don d organes» Interview du professeur Christian CABROL"

Transcription

1 «L absolue nécessité du don d organes» Interview du professeur Christian CABROL Réalisée par Clément GILBERT Journaliste d entreprise SPHERIA Val de France Pionnier de la chirurgie cardiaque, le professeur Christian Cabrol réalisa avec ses équipes la première greffe du cœur en Europe en 1968 et la première greffe cœur-poumons en Europe en Aujourd hui Président d Adicare (voir encadré), il intervient également sur la prévention des maladies cardiovasculaires et sur le don d organes, un combat qui lui tient particulièrement à cœur. Quelles sont les principales catégories de maladies cardiaques? Il y a 4 groupes. D abord, ce sont les maladies cardiaques de naissance, les malformations cardiaques congénitales. C est très variable : ça peut être de simples communications anormales entre les cavités du cœur, des rétrécissements anormaux ou des malpositions des vaisseaux rentrant ou sortant. Ensuite, ce sont les maladies des valves cardiaques. Le cœur est une pompe aspirante donc il y a des soupapes pour que ça circule dans le bon sens, ce sont les valves cardiaques. Il y avait autrefois une maladie qui donnait une angine et des douleurs articulaires vagues qu on appelait le rhumatisme articulaire aigu. Aigu parce que ça ne durait pas longtemps. Cela passait complètement mais entraînait des modifications des valves. Au bout de ans, elles étaient rétrécies ou au contraire fuyantes. Il fallait donc essayer de les réparer quand c était possible ou les remplacer par une prothèse. On a su après que cette maladie était due au streptocoque, un microbe très sensible à la pénicilline. Il n y a donc plus de nouveaux cas en France mais cela fait des ravages terribles dans le tiers-monde. Un peu plus tard, on s est aperçu qu il pouvait y avoir une autre infection des valves, par des abcès dentaires en particulier. C est pour ça qu il faut bien soigner les dents. Au moment où l on mâche, des microbes sont envoyés dans le sang, ils trouvent alors dans les valves un terrain parfait pour se développer. Là, ils les abîment, les déchirent, les perforent et ça provoque une endocardite aiguë ou plus ou moins lente mais qui détruit aussi les valves qu il faut souvent changer. Nos valves peuvent également se modifier : se ramollir ou au contraire s imprégner de calcaire. Surtout la valvule mitrale située à gauche, entre l oreillette et le ventricule. Elle se gonfle comme les chewing-gums des enfants lorsqu ils font des bulles C est la maladie de Barlow dont la cause n est pas déterminée, même si vraisemblablement génétique. Ou alors c est une autre valve, à la sortie du ventricule gauche et à l origine de l aorte, qui s imprègne de calcaire et entraîne un rétrécissement aortique calcifié, bien connu des cardiologues et qui atteint surtout des personnes d un certain âge. Troisième sorte de maladie cardiovasculaire, le fameux athérome, soit la production de dépôts à l intérieur de nos artères. A trois endroits d ailleurs : la carotide d où attaque cérébrale, les coronaires d où infarctus du myocarde, les artères des membres inférieurs d où artérites et Interview de Christian CABROL 1/9 Mutuelle SPHERIA Val de France

2 gangrènes. On connaît très bien les causes de l athérome. Il y a bien sûr un facteur congénital, comme pour tout, mais c est surtout le tabac. Il y a aussi le stress et deux maladies qu on peut bien soigner, le diabète et l hypertension artérielle. Enfin, il y une alimentation totalement déséquilibrée comme on la condamne actuellement : trop de graisse, trop de sucre C est donc une maladie évitable, ou au moins stabilisable, si on a une hygiène de vie correcte. On en arrive à la quatrième cause, soit toutes les autres. Les troubles du rythme cardiaque sont particulièrement fréquents. Le cœur bat selon un rythme déterminé, régulier qui peut être accéléré, ralenti ou irrégulier. Quand il est ralenti, ça peut être d une façon très importante et il peut même y avoir des arrêts cardiaques au cours de ces ralentissements, ce qui peut entraîner une syncope ou une mort subite si le cœur ne repart pas. C est la bradycardie. On sait maintenant la guérir grâce à la pose de stimulateurs cardiaques, les pacemakers. A l inverse, le rythme peut s accélérer à cause de malformations du muscle cardiaque, c est la tachycardie. En général, ce n est pas très dangereux mais très angoissant et très pénible à supporter. Heureusement, on sait actuellement guérir la tachycardie en mettant des sondes dans le cœur, en repérant la zone anormale qui provoque ces accélérations du cœur et qu on peut habituellement supprimer. Le cœur peut aussi être irrégulier, c est l arythmie. C est très fréquent à un certain âge car c est un vieillissement du système régulateur du cœur. Là aussi, on peut arriver à supprimer un grand nombre d arythmies soit par des médicaments, soit par une sonde qu on met jusque dans le cœur pour détruire des foyers anormaux. Les cancers, il n y en a pratiquement pas dans le cœur. Les tumeurs, oui, une. C est une tumeur bénigne, pas un cancer, mais ça peut faire une boule qui fait bilboquet dans le cœur et bloque le passage du sang. Donc il faut l enlever. Cette tumeur est-elle rare? Oui, c est le myxome. Enfin, on a la maladie du muscle cardiaque lui-même, la myocardite ou cardiomyopathie. Habituellement, même si certains médicaments peuvent prolonger l activité du cœur, il faut le remplacer. Outre la greffe cardiaque, quelles sont les opérations les plus courantes en réponse à ces maladies? La chirurgie à cœur ouvert date de 1954 et c est d abord aux malformations congénitales qu on s est attaqué. C était soit la fermeture par des petites pièces de tissu des communications anormales, l élargissement des rétrécissements ou les rectifications des malpositions des vaisseaux. Mais un certain nombre d interventions ont pu être remplacées par des opérations utilisant des sondes qu on monte par une artère, une veine, et qui viennent dilater les orifices rétrécis, parfois fermer des communications anormales en mettant des espèces de petits parapluies qui s ouvrent à l intérieur ou des bouchons. Pour ce qui est des maladies des valves, on a commencé par les réparer puis on a trouvé des prothèses, des valves artificielles. Soit des valves mécaniques avec du carbone ou de l acier, qui peuvent durer toujours mais qui ont l inconvénient de nécessiter un traitement pour éviter que le sang ne se coagule à la surface. Ou des valves biologiques souvent fabriquées avec des tissus d animaux qui n entraînent pas de coagulation à la surface mais s abîment, s usent. Il faut donc habituellement les changer au bout d une quinzaine d années. Les valves rétrécies peuvent être dilatées en montant une sonde munie d un ballonnet dilatateur. On commence aussi à envisager de remplacer des valves en les montant par des vaisseaux jusqu au cœur, à l endroit où on peut placer une prothèse «de remplacement». Interview de Christian CABROL 2/9 Mutuelle SPHERIA Val de France

3 Pour les lésions dues aux dépôts dans les artères, on pratique les fameux pontages, comme une dérivation lorsqu une route est bloquée. On les fait avec des veines qu on prélève sur des cuisses par exemple ou avec des artères proches du cœur, en particulier dans la paroi interne du thorax, les mammaires internes. Là aussi, on peut arriver à dilater des rétrécissements dus à ces dépôts en montant des sondes dilatatrices. En ce qui concerne les troubles du rythme, au début aussi on les a opérés en enlevant les zones anormales. On peut maintenant les détruire à l aide de sondes qu on monte directement dans les vaisseaux [ ] Ce qui est intéressant pour les malades, c est que beaucoup de maladies qui avant nécessitaient une opération peuvent être maintenant traitées sans. Tout n est pas encore possible mais cela progresse de façon très importante Il reste évidemment le problème de la perte de la force musculaire, de la cardiomyopathie, où la seule possibilité est de remplacer le cœur. On peut le remplacer par la greffe, c est la première chose qu on a pu utiliser dans ces cas-là, avec toute une série de problèmes dus à la technique opératoire et surtout la maîtrise du rejet, qui est une réaction normale de l organisme quand on implante un organe étranger. Mais la greffe reste encore d application limitée à cause de l incompréhension de la population concernant l absolue nécessité du don d organes. La plupart des gens n ont pas compris qu en cas de mort dans des circonstances très particulières, habituellement une mort à l hôpital, on peut donner ses organes pour sauver des gens. Un seul pays au monde l a compris, c est l Espagne. Les Espagnols ont suffisamment d organes pour satisfaire à leurs besoins. Chez nous, personnes attendent une greffe chaque année et seulement sont greffées. Alors que peut-on faire pour remplacer le cœur si ce n est pas par le don d organes? Les cœurs d animaux, ce n est pas possible pour l instant et pas seulement à cause du rejet, qui est très important parce que c est une différence d espèce mais que l on sait éviter. On pourrait vraisemblablement utiliser des organes de porc mais on ne sait pas encore tous les germes que le porc peut nous transmettre. Il reste une deuxième solution, ce sont les organes artificiels. Le cœur, qui est essentiellement une pompe, peut être remplacé par une pompe cardiaque qui assure le débit sanguin, la circulation. On a la chance aujourd hui d avoir des appareils qui sont très performants. On a commencé à faire des cœurs artificiels il y a une quarantaine d année. Au début, on a voulu faire des cœurs artificiels qui remplacent tout le cœur, un cœur total. C est bien mais ce n est pas la voie d avenir. En réalité, le plus important est d assurer un débit circulatoire suffisant. On a la possibilité de faire des micro-turbines pas plus grosses qu un capuchon de stylo qui, implantées dans le cœur ou à côté avec une ligne parallèle, permettent de suppléer une défaillance cardiaque et d ajouter à un débit cardiaque insuffisant un débit supplémentaire suffisant. Ces micro-turbines sont utilisées depuis 4 ou 5 ans maintenant. C est vraiment un espoir. Evidemment, on aura un jour la possibilité de fabriquer des organes, des cœurs avec les cellules-souches. Quand on pourra le faire, ce sera extraordinaire. Parce qu on a dans notre organisme des «cellules totipotentes», et si on arrive un jour à les extraire, à les cultiver, et faire des organes, on pourra soi-même se remplacer les organes. Ce sera absolument merveilleux. On ne peut pas encore dire quand ça se fera, ce n est pas forcément éloigné parce que les découvertes sont parfois surprenantes mais pour l instant, on ne sait pas encore le faire. Que sont exactement ces micro-turbines dont vous parliez? Le changement dans la conception des cœurs artificiels s est fait dans la fin des années 90. Vers le début des années 2000, on s est aperçu que ce n était pas nécessaire de faire un débit pulsatile comme celui de notre cœur, qui bat selon un rythme avec un pouls, mais qu il suffisait Interview de Christian CABROL 3/9 Mutuelle SPHERIA Val de France

4 d avoir un débit même continu. Jarvik, celui qui avait créé le cœur artificiel le plus performant à l époque, le jarvik 7, l avait implanté chez un dentiste, Barney Clark, en Barney Clark n a pas pu vivre très longtemps comme on le croyait, pas tout à fait 2 ans. Jarvik a pensé que ce n était peut-être pas la solution et il a fait l une des premières micro-turbines qu il a appelé le jarvik Ces micro-turbines ont beaucoup d avantages : elles sont petites, totalement implantables, silencieuses, certaines sont animées par un mécanisme de flux magnétique, c est-à-dire qu elles s usent peu, et enfin elles ne nécessitent pas une énergie considérable. Elles sont donc extrêmement intéressantes pour toutes ces raisons. Les premières n étaient encore pas assez élaborées et seulement utilisées dans l attente d une greffe chez quelqu un en défaillance cardiaque terminale ou brutale et qui ne peut se permettre d attendre plusieurs semaines ou plusieurs mois un greffon. D autres chercheurs, en particulier en Allemagne, ont travaillé sur des turbines plus perfectionnées qu ils ont pu implanter il y a déjà 5 ou 6 ans et qui continuent à maintenir en vie des gens qui ne peuvent pas être greffés. Donc c est tout un axe de recherche en train de se développer mais qui sera certainement très prometteur. Mais il n est pas interdit de faire des recherches sur des cœurs de remplacement total comme le dernier, un modèle français qu on a présenté : il pèse trois fois comme le cœur normal et va certainement nécessiter une énergie importante. Ce n est peut-être pas l idéal mais ce n est pas une raison d abandonner cet axe de recherche. Mais les micro-turbines sont certainement plus prometteuses. Le don d organes a été décrété grande cause nationale 2009, c est quelque chose qui vous tient à cœur puisque vous avez été notamment président de Francetransplant Qu en attendez-vous? Pour l instant, rien ne peut remplacer les greffes à l aide d un organe humain vivant : ni les organes artificiels, ni les organes d animaux et pas encore les cellules souches. Cela a été très bien compris dès les premières greffes qui ont sensibilisé l opinion, en particulier la première greffe cardiaque de A l époque, le professeur Jean Dausset, qui avait découvert des groupes sanguins particuliers, les groupes HLA, l avait compris et il avait demandé à l Etat d organiser les greffes. Cela n a pas intéressé les pouvoirs publics. Il a donc créé une association nationale selon la loi 1901 qui s appelait France Transplant. Cette association était chargée de recenser toutes les personnes qui attendaient une greffe en France et elle avait également une écoute téléphonique permanente. Quand quelqu un mourait en réanimation et que cette personne avait fait don de ses organes, le réanimateur pouvait appeler et mettre ainsi en contact le donneur avec le receveur potentiel en fonction des compatibilités. L association avait donc mis au point ce qui est toujours la base même de l organisation des greffes. France Transplant a fonctionné parfaitement bien jusqu au moment où il y a eu des problèmes dans d autres domaines qui ont fait peur à Mme Veil, à l époque ministre des affaires sociales, comme le problème du sang contaminé. Elle m a convoqué en tant que Président de France Transplant, Jean Dausset m ayant demandé de me faire élire pour lui succéder à ce poste, et m a dit qu elle voulait un établissement public, l Etablissement Français des Greffes, pour se mettre en fait à l abri d un scandale quelconque. Je lui ai dit «Mais madame, le scandale existe déjà. Le scandale c est qu on a tout pour sauver des personnes qui ont besoin d une greffe, des hôpitaux, des infirmières, des médecins, des médicaments mais on n a pas d organe. Ce qu il faut, c est un geste, donner au don d organes le label Grande Cause Nationale. Cela permet d avoir des tarifs exceptionnels sur les différents médias pour cette cause afin de faire la promotion nécessaire». Elle n a pas accepté mais elle a créé l Etablissement Français des Greffes avec 80 fonctionnaires, voitures de fonction, chauffeurs de fonction C était sérieux, Interview de Christian CABROL 4/9 Mutuelle SPHERIA Val de France

5 vous comprenez? Mais pour s occuper du don d organes, c était une autre affaire Je suis très heureux que cette année, le premier ministre ait enfin déclaré le don d organes Grande Cause Nationale. Je pense que cela va nous aider à faire comprendre au public l absolue nécessité du don d organe. Si tout le monde comprenait ça, il n y aurait plus de problèmes et on pourrait sauver les gens qui ont besoin de ces greffes. Actuellement, comme beaucoup de pays voisins en Europe et ailleurs, nous avons une institution nationale, l Agence de la Biomédecine, qui remplace l établissement français des greffes et qui s occupe de l organisation de celles-ci au niveau national. Chaque pays doit assurer lui-même les possibilités de greffe à ses ressortissants. Avant, il n y avait pas de règles nationales et certains pays envoyaient les gens se faire greffer dans d autres pays sous prétexte que chez eux, les gens ne voulaient pas donner leurs organes. J ai vu récemment une famille dont l enfant avait besoin d une greffe de moelle osseuse. Il avait une petite sœur compatible mais ils ont quand même demandé un donneur étranger qu ils ne voulaient pas que leur petite fille soit prélevée! Je ne comprends pas que le public français, qui est généreux, n ait pas réalisé cette nécessité de solidarité, de générosité. J espère que cette année va nous permettre de faire passer le message et que ça ira mieux. Il faut bien comprendre que chaque organisation de greffe est nationale. Ou plurinationales : je pense à Eurotransplant qui a groupé des pays comme la Belgique ou la Hollande avec l Allemagne et l Autriche. Mais ça reste surtout national. Vous allez me dire «mais alors les organes ne peuvent pas franchir les frontières». Si, parce que les organisations nationales sont en relation les unes avec les autres. Il peut ainsi y avoir des échanges dans les cas d urgence ou lorsqu un organe disponible dans un pays n a pas de receveur correspondant. L Europe des greffes n a pas besoin de se faire, elle existe, et les connexions entre ces différentes agences nationales ou plurinationales font qu il n y a aucun problème de ce côté-là. Quand vous avez-fait vos études, vous êtes passé par différents services et vous avez justement fini par vous intéresser au cœur. Pourquoi le cœur? Par hasard. Je suis né dans un petit village à l est de Paris, dans le sud de l Aisne. Mes parents étaient agriculteurs et j avais tout de suite compris que le travail de la terre était un travail très dur et surtout ingrat. Mon grand-père par contre était médecin du village. Il était le fils d un berger des Cévennes, d où son nom de Cabrol, un nom très fréquent dans le Tarn. Il avait eu la possibilité de faire des études grâce à de généreux donateurs anonymes. Il était devenu médecin et s était installé dans le sud de l Aisne. Il avait une vie plus agréable, plus confortable et c est pour ça que j avais pensé être médecin, tout simplement pour le remplacer quand il serait trop âgé. Après mon certificat d études à l école du village, j ai été mis en pension, ce qui a été dramatique puisque ça a été une séparation brutale avec ma famille à 12 ans. J ai alors pu faire mes études secondaires. Quand j ai eu mon baccalauréat, j ai dit à mon grand-père que je voulais être médecin je lui disais toujours mais il n y croyait pas trop pour pouvoir un jour le remplacer. Il m a dit «tu sais, la médecine de campagne que tu me vois faire maintenant, ce sera terminé. Je crois que ce qui t intéresserait plus, ce serait d être chirurgien. Et si tu veux être un bon chirurgien, il faut que tu connaisses bien l anatomie du corps humain». C est comme ça que je suis entré à la faculté de médecine de Paris, pour être chirurgien. Pour cela, il fallait passer à l époque un concours très difficile, l internat des hôpitaux de Paris. J ai été reçu et j ai fait différents services de chirurgie pour apprendre mon métier avec différents patrons. Dès la deuxième année, je suis tombé sur un patron qui était aussi professeur d anatomie. L anatomie me plaisait énormément et comme j avais une bonne mémoire visuelle, je retenais très facilement les notions d anatomie. Mon patron s en est aperçu et m a dit «est-ce que ça Interview de Christian CABROL 5/9 Mutuelle SPHERIA Val de France

6 t intéresserait d être professeur d anatomie?». Je n avais pas du tout pensé à ça, je voulais rentrer à Château-Thierry, la ville voisine de mon village natal, pour y être chirurgien. Mais il insiste «Dans 4 ans, il y aura un poste disponible. Si tu veux, je te prépare et si tu réussis, tu pourras être professeur d anatomie». Je n y croyais pas tellement mais c était un homme tellement épatant et sympathique que je l ai écouté. Et puis j étais très respectueux de mes maîtres. Il m a donc préparé à ce concours mais pour cela, il m a dit «il faut que tu fasses un mémoire sur un organe, un mémoire d anatomie alors tu vas le faire sur le poumon». «Le poumon, ah non monsieur, c est un organe plein de crachats». «Tu as tort parce que l anatomie du poumon n est pas très bien connue. Or elle est très importante à l heure actuelle parce qu il y a la tuberculose». Il y avait énormément de tuberculose à l époque et on n avait pas d antibiotiques. Par conséquent, on demandait aux chirurgiens, quand il y avait encore de petites lésions, de les enlever pour ne pas qu elles diffusent. Il fallait donc bien connaître l anatomie interne du poumon. Et il n existait pas de chose très précise pour les chirurgiens. Il m a dit «Ce ne sera pas très long. 7 mois et une centaine de pages». On a travaillé quatre ans et on a sorti deux livres qui sont encore des références, dont personne ne me parle jamais d ailleurs! J ai donc été agrégé d anatomie et je suis resté à Paris. Comme j avais aussi fait quatre ans de chirurgie, mon patron m a dit «qu est-ce que tu vas choisir comme spécialité?». Je lui dis «Monsieur, je vais faire comme vous, de la chirurgie gynécologique». Ce n était pas très compliqué : les opérations commençaient vers neuf heures et finissaient à midi, ça m allait très bien. «Tu vas faire de la chirurgie pulmonaire mon petit». «Pourquoi?». «Tu connais l anatomie, tu vas faire de la chirurgie pulmonaire». C étaient des opérations qui duraient des heures, c était épouvantable Il m a alors confié à l un de ses amis qui m a pris comme assistant et j ai donc fait de la chirurgie pulmonaire pendant quelques temps. Mais ce patron m a dit «la chirurgie pulmonaire, qui est une chirurgie de la tuberculose, n aura qu un temps, on trouvera un antibiotique contre cette affection. Il faudrait qu on s intéresse à la chirurgie du cœur». C est là qu il m a parlé d un chirurgien américain qui pour la première fois au monde «rentrait» dans les cœurs. Il m a envoyé là-bas, j y suis resté un an. Cela a été un changement radical. D abord, c était en , 10 ans après la guerre, la France n était pas parfaitement relevée, l hôpital n était pas encore remis à flot. Toutes les améliorations médico-chirurgicales de cette époque, la pénicilline, la transfusion sanguine, l anesthésie, venaient du travail des américains. J ai découvert là-bas un monde prodigieux et des amis extraordinaires comme Shumway ou Barnard. Finalement, j ai compris que la société ne nous avait pas tellement donné, appris, formé pour qu on passe une existence tout à fait tranquille et paisible : il fallait faire quelque chose aussi. Je suis rentré en France avec l idée de faire le maximum pour faire avancer la chirurgie cardiaque. Surtout que les Américains étaient des gens très gentils mais ils considéraient la France de cette époque, qui avait perdu la guerre dans des conditions déplorables, comme un pays tout à fait de second ordre. On était considéré là-bas un peu comme des arriérés. J étais si profondément humilié que je m étais juré de montrer aux Américains ce que les Français pouvaient faire. Il y avait aussi en France un renouveau avec des gens fantastiques comme Jean Bernard, Jean Hamburger, des jeunes patrons qui avaient compris qu il était nécessaire de remettre la médecine française au premier rang mondial. Mon patron de chirurgie pulmonaire était parti en Suisse parce qu on lui avait offert une situation extraordinaire et c est à la Pitié-Salpêtrière que mon patron d anatomie et de chirurgie, qui avait un grand service, m a accueilli pour faire de la chirurgie cardiaque dans son service alors qu il n y avait rien du tout : des salles de 40 lits, pas de chambres, aucun des moyens que j avais vu aux Etats-Unis. Mais grâce à ce patron formidable, avec du bric et du broc, on a tout monté : il était ainsi allé m acheter des cloisons mobiles au Bazar de l Hôtel de ville pour faire des box. Quand j entends maintenant les gens dirent qu ils n ont pas les moyens de travailler alors que nous, nous n avions rien! C était incroyable et c est comme ça qu on a commencé la chirurgie Interview de Christian CABROL 6/9 Mutuelle SPHERIA Val de France

7 cardiaque. Après notre première greffe cardiaque en Europe, on a été plus connus, notre travail a été un peu mieux apprécié à l Assistance Publique Finalement, dans les années qui ont suivi, on a eu un service. Vous voyez, tout ça était un hasard, rien n a été programmé. Sauf que mon passage aux Etats-Unis m a fait comprendre qu il y avait autre chose à faire que de passer une petite vie tranquille et paisible. Et on a eu la chance d avoir à l Assistance Publique de jeunes patrons vraiment convaincus qu il fallait un effort très particulier pour remettre la France à flot. Ce qui est le cas maintenant car je ne pense pas que les Français puissent se plaindre de la Médecine française. Bien sûr, on critique l hôpital mais si les gens vont un peu ailleurs, ils verront que chez nous, on a vraiment de la chance d avoir cette médecine-là. J aimerais évoquer plus en détail avec vous l embolie pulmonaire, qui affecte aussi le cœur et qui semble encore en partie méconnue? Le problème des embolies est parfaitement clair et connu. Il existe différentes embolies. Mais ce qu on appelle une embolie pulmonaire est du à la formation d un caillot sanguin dans les veines des membres inférieurs. On observe souvent cela chez les gens qui ont une mauvaise circulation veineuse et qui sont sujets, occasionnellement ou de façon chronique, à des difficultés de drainage veineux des varices parce qu ils sont tout le temps debout. Cela se manifeste aussi de façon aiguë dans les transports aériens où, à l opposé, les gens sont coincés sans pouvoir bouger pendant plusieurs heures : alors un caillot se forme dans leurs veines et migre quand les gens commencent à se lever, à marcher car il y a de nouveau une circulation dans les veines. Il arrive aussi que les gens aient une inflammation de ces veines. C est la phlébite, une inflammation de la paroi de la veine sur laquelle se forme un caillot qui reste fixé, bouche la veine et donne ces fameux gonflements, ces œdèmes qu on voit dans les membres inférieurs. Mais ce ne sont pas ces phlébites qui provoquent des embolies mais plutôt les obstructions passagères d une veine qui n est pas malade. Le caillot se forme et file vers le cœur dès qu il est «débloqué». Il arrive dans la partie droite du cœur, avec le sang veineux, et va par conséquent être dirigé vers les poumons. Il entre ainsi dans les vaisseaux pulmonaires et lorsque sa taille est trop grosse, il les bloque. Parfois c est juste un petit secteur du poumon qui est «bloqué» : c est l infarctus pulmonaire qui se traduit par une douleur plus ou moins importante, une gêne respiratoire et parfois un petit saignement, un crachement de sang. Mais le caillot peut aussi bloquer une grande partie du poumon, voire toute l artère pulmonaire, ce qui crée une menace gravissime et peut bloquer totalement la circulation. Cela nécessite une opération d urgence. Avant, l opération se faisait directement, on ouvrait le thorax Je l ai fait. On donnait un coup de bistouri dans l artère pulmonaire, on enlevait le caillot et on suturait l artère, et cela aussi vite que possible quand on avait la chance d être là évidemment. A l hôpital par exemple où les gens restaient couchés longtemps, ce qui pouvait entraîner la formation de caillots dans leurs veines des jambes et une embolie. A ce moment-là, comme ils étaient en milieu hospitalier, tout était prêt : on saisissait un bistouri, on ouvrait le thorax, on incisait l artère pulmonaire, on enlevait le caillot et on suturait l artère. Quand on avait le temps de le faire, on pouvait sauver des malades. Par la suite, on s est servi de la circulation extracorporelle, comme dans la chirurgie à cœur ouvert, et on avait tout le temps d enlever les caillots Maintenant, nous avons des sondes et des aspirateurs qui permettent d enlever ces caillots. Le problème des embolies dont on connaît les variétés, les gravités et les possibilités thérapeutiques, c est qu elles peuvent, quand les circonstances ne sont pas favorables, déclencher un arrêt cardiaque ou une mort subite. Mais c est de plus en plus rare, notamment parce qu on sait éviter les stagnations du sang dans les veines. A l hôpital, on demande aux malades de faire des mouvements quand ils ne peuvent pas se lever. On fait ça après Interview de Christian CABROL 7/9 Mutuelle SPHERIA Val de France

8 l accouchement ou après une opération parce qu à ce moment-là, comme il y a eu saignement et modification de la coagulation, il y a plus de possibilités de formation de caillot. Cela arrive aussi en orthopédie. On fait donc très attention. C est donc quelque chose de bien connu, dont on sait prévenir la survenue. Dans les avions, les transports de longue durée on dit aux gens de se lever, de faire des mouvements afin d éviter cette stagnation dans les veines. Mais cela n arrive pas chez tout le monde parce qu il y a des gens qui coagulent plus que d autres. Pourriez-vous nous présenter un peu Adicare, l association dont vous êtes actuellement président et cofondateur Quand après toutes mes années de début en chirurgie cardiaque avec mon maître Gaston Cordier, puis la greffe cardiaque, il y a enfin eu la création d un service de chirurgie cardiaque à la Pitié-Salpêtrière dont on m a confié la direction, j ai eu la chance d avoir des assistants tout à fait remarquables comme le professeur Gandjbakhch et le professeur Pavie et aussi un personnel infirmier extraordinaire. Nous avons alors participé au grand développement de la chirurgie cardiaque, non seulement des greffes mais des corrections des maladies congénitales, des maladies valvulaires, des coronaires, etc. Si bien que le service était extrêmement actif et qu on débordait des limites de nos locaux pour aller dans tous les endroits de l hôpital. A la fin de ma carrière, j ai donc pensé qu il fallait donner à mes collaborateurs qui seraient mes successeurs un instrument digne de leurs compétences et de leur activité. C est pourquoi j ai imaginé créer un grand service de chirurgie cardiaque. Mais avec les amis cardiologues, qui nous envoyaient des malades à opérer, on s est dit «Non, ce n est pas ça qu il faut faire. Il faut au contraire regrouper dans un même bâtiment tous ceux qui soignent les maladies du cœur, c est-à-dire des cardiologues médecins, des réanimateurs et des chirurgiens». Nous avons donc eu l idée de faire l institut du cœur ici, à la Pitié-Salpêtrière. Le directeur de l hôpital a été tout à fait enthousiaste et il m a envoyé au directeur général de l Assistance Publique qui a été tout aussi enthousiaste. Nous avons alors entrepris de faire construire ce centre. Il restait un terrain libre à la Salpêtrière, ça tombait très bien, et Monsieur Bouygues s était offert à nous le construire. Mais il y a eu des manifestations de jalousie et c est finalement l Assistance Publique qui a repris à son compte la création de cet institut de cardiologie. Celui-ci s est vite révélé très efficace et l Assistance Publique a alors compris qu il fallait chez elle généraliser le principe. Elle a donc fait 5 pôles de cardiologie : à Necker pour les enfants et pour les adultes à la Pitié, à Henri Mondor à Créteil, à Pompidou et à Bichat. Pour soigner les maladies cardiaques, nous avons en effet besoin d appareillages très coûteux et d un groupement de compétences... L institut de cardiologie de la Pitié-Salpêtrière nous a demandé quinze ans d efforts mais nous y sommes actuellement. Le résultat a été atteint pour les soins mais il fallait également former des soignants. Tout l aspect formation et enseignement n était pas prévu à l Assistance Publique, qui est une institution de soins. Et Il fallait aussi continuer la recherche. Nous avons alors décidé de créer Adicare, Association pour le Développement des Innovations en Cardiologie, Recherche et Enseignement. A l origine, elle avait été créée pour obtenir l institut de cardiologie mais on l a utilisée après pour créer des laboratoires de recherche et des locaux de formation et d enseignement. Elle a ainsi permis d installer trois laboratoires de recherche. D abord un laboratoire sur la coagulation sanguine, très important car les cardiaques ont souvent des troubles de la coagulation et ont donc souvent des anticoagulants. Deuxièmement, un laboratoire de recherche sur les organes artificiels, le cœur artificiel en particulier et les robots chirurgicaux. Enfin, un laboratoire pour l amélioration du fonctionnement Interview de Christian CABROL 8/9 Mutuelle SPHERIA Val de France

9 et de l organisation d un hôpital. C est une unité Inserm qui, lorsque nous aurons toutes les données hospitalières informatisées, pourra faire un bilan précis sur la façon dont sont soignés les malades cardiaques qui viennent ici, sur la valeur des traitements, leur efficacité, leur coût Tout ça est essentiel pour pouvoir permettre, malgré les difficultés économiques, les progrès dans la médecine moderne. Pour la partie enseignement, nous avons des locaux qui permettent d accueillir des colloques et en particulier un auditorium d une centaine de places et qui est branché sur nos salles d opération. On peut ainsi suivre les interventions grâce aux caméras fixées sur les lampes opératoires et aussi discuter avec les chirurgiens quand ils ont le temps de commenter ce qu ils font. L auditorium est aussi connecté avec d autres hôpitaux dans le monde entier, permettant des vidéos-conférences ou des échanges entre différents centres qui font la même intervention avec certaines variantes. Cette télémédecine permet une formation des cardiologues, des réanimateurs et des chirurgiens cardiaques efficace, très rapide et peu coûteuse car évitant les déplacements. Certaines tâches d ADICARE découlent aussi de mon engagement pour les greffes : je suis ainsi très sollicité pour défendre l idée du don d organes. Je vais dans les différentes régions de France à l invitation des services de greffe ou des associations pour les dons d organes, les ADOT (Association pour les Dons d Organes et de Tissus), afin de mobiliser le public et de faire comprendre cette nécessité. Il y a aussi beaucoup de gens qui nous appellent, des anciens opérés, des anciens malades qui demandent des renseignements pour leurs famille, leurs proches On est un peu un SOS cœur pour eux, service qu on ne peut développer outre mesure car on n en a pas les moyens. Adicare fait de la prévention? Oui parce que je suis souvent sollicité pour trois choses : les greffes et le don d organes, la prévention des maladies cardiovasculaires et l alimentation. Plus spécialement l alimentation car une alimentation déséquilibrée est l un des facteurs de risques les plus importants de maladie cardiovasculaire. On a d ailleurs créé avec les restaurateurs, les vétérinaires qui s occupent de ces problèmes et la répression des fraudes un comité d Alimentation Santé qui se réunit tous les mois et qui envisage tous les problèmes concernant l alimentation, évidemment sanitaires mais aussi professionnels. C est étonnant de voir qu on parle du chômage alors que nos amis restaurateurs disent qu il n y a plus de jeunes gens qui veulent travailler dans la restauration parce que c est dur. ADICARE 56 boulevard Vincent Auriol Paris Tél : Site internet : «De tout cœur», le dernier livre du professeur Cabrol Dans son dernier livre paru en 2006 aux éditions Odile Jacob, le professeur Christian Cabrol raconte la chirurgie cardiaque, des origines aux dernières avancées, ainsi que la création de l institut du cœur de la Pitié-Salpétrière. Interview de Christian CABROL 9/9 Mutuelle SPHERIA Val de France

La Naissance de La Chirurgie Cardiaque à la Pitié Salpêtrière - Christian Cabrol.

La Naissance de La Chirurgie Cardiaque à la Pitié Salpêtrière - Christian Cabrol. 400 ans de La Pitié Salpetrière 18 décembre 2012 La Naissance de La Chirurgie Cardiaque à la Pitié Salpêtrière - Christian Cabrol. Parmi les anciens chefs de service qui sont décrits dans cette série d

Plus en détail

Coarctation de l aorte

Coarctation de l aorte Coarctation de l aorte Livret d accueil et d information Unité Médicochirurgicale de Cardiologie Pédiatrique et Congénitale Centre de Référence des Malformations Cardiaques Congénitales Complexes Hôpital

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

Maladie des valves. Changer leur évolution. Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral

Maladie des valves. Changer leur évolution. Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral Maladie des valves Rétrécissement aortique Insuffisance aortique Insuffisance mitrale Rétrécissement mitral Quelques repères épidémiologie éditorial Pr Bernard Iung Quelques repères Les maladies des valves

Plus en détail

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches.

Le guide. Don d organes. Donneur ou pas. Pourquoi et comment je le dis. à mes proches. Don d organes. Donneur ou pas à mes proches. Le guide Pourquoi et comment je le dis Don d organes. Pourquoi est-ce si important d en parler? En matière de don et de greffe d organes, la loi française prévoit

Plus en détail

Les effets de la fumée sur le corps

Les effets de la fumée sur le corps Fiche pédagogique Thème : Tabac, cannabis Niveau : Ecole (CM2), collège (5 ème ) Durée : 30 Les effets de la fumée sur le corps Personnes ressources : Enseignant de SVT, Infirmier scolaire, CESC l Référence

Plus en détail

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip

sur la valve mitrale À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip À propos de l insuffisance mitrale et du traitement par implantation de clip sur la valve mitrale Support destiné aux médecins en vue d informer les patients. À propos de l insuffisance mitrale L insuffisance

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire

La prise en charge de votre fibrillation auriculaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre fibrillation auriculaire Vivre avec une fibrillation auriculaire Octobre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

LE GUIDE CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES.

LE GUIDE CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES. CAR C EST VERS EUX QUE LES MÉDECINS SE TOURNERONT EN CAS DE DÉCÈS, POUR SAVOIR SI VOUS ÉTIEZ OPPOSÉS, OU NON, AU DON D ORGANES. LE GUIDE POUR TOUT COMPRENDRE En collaboration avec les hôpitaux et les associations

Plus en détail

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire

La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre cardiopathie valvulaire Vivre avec une cardiopathie valvulaire Décembre 2008 En cas de cardiopathie valvulaire opérée

Plus en détail

www.dondemoelleosseuse.fr

www.dondemoelleosseuse.fr Agence relevant du ministère de la santé www.dondemoelleosseuse.fr 01 Pourquoi devenir Veilleur de Vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies. Chaque année, des milliers de personnes - enfants

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé

Le guide. pour tout comprendre. Agence relevant du ministère de la santé DON D ORGANES, IL SUFFIT DE LE DIRE. MAINTENANT. Le guide pour tout comprendre Agence relevant du ministère de la santé La greffe D organes comment s y prendre? des vies La greffe d organes est un acte

Plus en détail

Le don de moelle osseuse

Le don de moelle osseuse Le don de moelle osseuse Enfant, je rêvais de sauver des vies. Aujourd hui, je le fais. Grande cause nationale 2009 Olivier, 4 ans Olivier, 32 ans Établissement relevant du ministère de la santé Le don

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal!

Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! Le Don de Moelle Ça fait pas d mal! J ai de 18 à 50 ans Le Don de Moelle Osseuse Ça m intéresse -1 je demande des infos, je réfléchis. -2 je contacte le centre EFS le plus proche de chez moi. 3- je suis

Plus en détail

Dilatation Coronaire

Dilatation Coronaire Guide du Patient La Dilatation Coronaire Unité d Angiographie et de Cardiologie Interventionnelle Docteurs X. de Boisgelin - G. Lévy - P. Gallay - M. Pons - D. Carabasse - F. Rivalland Clinique du Millénaire

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale?

QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? QUESTIONS /REPONSES PATIENTS, à propos de l Angioplastie rénale : - Pourquoi m a-t-on proposé une dilatation de l artère rénale? La «sténose» ou diminution du diamètre de l artère ( d au moins 50% ) peut

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé

Don de moelle osseuse. pour. la vie. Agence relevant du ministère de la santé. Agence relevant du ministère de la santé Don de moelle osseuse Engagez-VOUS pour la vie 1 Pourquoi devenir veilleur de vie? Le don de moelle osseuse peut sauver des vies La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison

Plus en détail

Don de moelle osseuse

Don de moelle osseuse Don de moelle osseuse c est ma chance vous! Agence relevant du ministère de la santé Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de

Plus en détail

LE GUIDE. Plus d information sur le don d organes et la greffe : www.dondorganes.fr L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE

LE GUIDE. Plus d information sur le don d organes et la greffe : www.dondorganes.fr L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE LE GUIDE L AGENCE DE LA BIOMÉDECINE L Agence de la biomédecine est une agence publique nationale de l État créée par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI

Séquence maladie: insuffisance cardiaque. Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Séquence maladie: insuffisance cardiaque Mieux connaître l insuffisance cardiaque Vivre avec un DAI Janvier 2012 Finalité de l atelier: Présentation de la séance Cette séance a pour buts de vous permettre

Plus en détail

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches.

Donneur ou pas... Pourquoi et comment je le dis à mes proches. L Agence de la biomédecine DON D ORGANES le guide L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par

Plus en détail

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus

Principales causes de décès selon le groupe d âge. 0 24 25 44 45 64 65 84 85 et plus Module 2 Exercice 1: Cellules souches hématopoïétiques 1. Causes de décès en Suisse (2010) La figure suivante montre les causes de décès les plus fréquentes en Suisse en 2010, telles qu elles ont été relevées

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

L INSUFFISANCE CARDIAQUE

L INSUFFISANCE CARDIAQUE L INSUFFISANCE CARDIAQUE EXISTE-T-IL DES TRAITEMENTS À BASE DE CELLULES SOUCHES POUR L INSUFFISANCE CARDIAQUE? Bien qu aucun traitement à base de cellules souches pour l insuffisance cardiaque n ait encore

Plus en détail

Comprendre la maladie coronarienne

Comprendre la maladie coronarienne Comprendre la maladie coronarienne Aperçu de la trousse Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès chez les Américains. Chaque année, le nombre de décès dus à ces maladies est plus

Plus en détail

DOSSIER PRESSE. 3 ème édition des Foulées de l Assurance - 18 mars 2012 -

DOSSIER PRESSE. 3 ème édition des Foulées de l Assurance - 18 mars 2012 - DOSSIER PRESSE 3 ème édition des Foulées de l Assurance - 18 mars 2012 - SOMMAIRE 1.Edito de l association «Les assureurs ont du cœur» 2.Pourquoi les maladies cardio-vasculaires? 3.Le mot du Professeur

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Transfusions sanguines, greffes et transplantations

Transfusions sanguines, greffes et transplantations Transfusions sanguines, greffes et transplantations Chiffres clés en 2008 La greffe d organes est pratiquée depuis plus de 50 ans. 4 620 malades ont été greffés. 1 563 personnes ont été prélevées. 222

Plus en détail

Donner ses organes : comment s y prendre?

Donner ses organes : comment s y prendre? 01 Dire son choix sur le don d organes et connaître celui de ses proches, c est se donner toutes les chances de respecter la volonté de chacun. La greffe d organes sauve des vies La greffe d organes est

Plus en détail

DON D ORGANES Donneur ou pas

DON D ORGANES Donneur ou pas Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine, qui a repris les missions de l Etablissement français des Greffes, est un établissement public national de l Etat créé par la loi de bioéthique du 6

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients

FIBRILLATION AURICULAIRE. Informations destinées aux patients FIBRILLATION AURICULAIRE Informations destinées aux patients INTRODUCTION Votre médecin a constaté que vous présentez une arythmie cardiaque appelée fibrillation auriculaire. Mais qu est-ce qu une arythmie

Plus en détail

Fibrillation & défibrillation cardiaques

Fibrillation & défibrillation cardiaques Fibrillation & défibrillation cardiaques Le coeur, un circuit électrique Le cœur est un muscle qui se contracte selon un rythme régulier, d environ 60 à 100 battements par minute. Chaque battement est

Plus en détail

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes.

DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. Notice Du diagnostic au traitement des maladies cardio-vasculaires DVD scientifique à usage pédagogique de 15 minutes. L objectif du vidéogramme est de visualiser les manifestations de l activité cardiaque

Plus en détail

Pour en finir avec l infarctus du myocarde

Pour en finir avec l infarctus du myocarde Abdallah Fayssoil Pour en finir avec l infarctus du myocarde Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse

Nous avons tous un don qui peut sauver une vie. D e v e n i r. donneur de moelle. osseuse Nous avons tous un don qui peut sauver une vie D e v e n i r donneur de moelle osseuse Pourquoi s inscrire comme donneur de moelle osseuse? Pour des personnes atteintes de maladies graves du sang, la greffe

Plus en détail

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot

oblitération partielle ou complète d une veine par un caillot Plan du cours Phlébite Définition Rappel anatomique Physiopathologie de la thrombose veineuse Diagnostic Complications des phlébites Embolie pulmonaire Maladie veineuse post-phlébitique Traitement Traitement

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Cardio-vasculaire et aviron

Cardio-vasculaire et aviron 1 Cardio-vasculaire et aviron 1/ Malaise après l effort (syncope) Pour ceux qui ont déjà assistés à des compétitions d aviron, on constate fréquemment des syncopes (surtout chez les jeunes) dès la ligne

Plus en détail

Les maladies valvulaires

Les maladies valvulaires CENTRE CARDIO-THORACIQUE DE MONACO information du patient Les maladies valvulaires Maladies, diagnostic et traitements 1 Les maladies valvulaires ou valvulopathies Elles désignent l ensemble des maladies

Plus en détail

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE

6.1.- LA CIRCULATION PULMONAIRE 6.2.- LA CIRCULATION GENERALE Edwige TROHEL 1 SOMMAIRE 1.- DE QUOI EST COMPOSE LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE 2.- LE SYSTÈME CARDIO-VASCULAIRE EST SOLLICITE EN PLONGEE, POURQUOI? 3.-LE CŒUR 3.1.- DESCRIPTION et ROLE 3.2.- SON FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Quand la bouche est saine, tout le corps sourit.

Quand la bouche est saine, tout le corps sourit. Quand la bouche est saine, tout le corps sourit. www.bouchesaine.ch La santé buccale nous concerne tous. Une bouche saine fait sourire tout le corps. Avoir une carie parce qu on ne se brosse pas les dents,

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE. École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66

INSUFFISANCE CARDIAQUE. École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 INSUFFISANCE CARDIAQUE École de sages-femmes L2 Dr Etienne SAVIN CHU Lariboisière 01 43 89 14 66 I. DÉFINITION L'insuffisance cardiaque (IC) est l incapacité du coeur à assurer, dans les conditions normales,

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

LE SYSTEME CIRCULATOIRE ET SES ATTEINTES. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados

LE SYSTEME CIRCULATOIRE ET SES ATTEINTES. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados LE SYSTEME CIRCULATOIRE ET SES ATTEINTES Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados A la fin de la séquence, vous serez capable : de décrire le système circulatoire d'expliquer son fonctionnement

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Atrésie pulmonaire avec communication interventriculaire APSO. Livret d accueil et d information

Atrésie pulmonaire avec communication interventriculaire APSO. Livret d accueil et d information Atrésie pulmonaire avec communication interventriculaire APSO Livret d accueil et d information Unité Médicochirurgicale de Cardiologie Pédiatrique et Congénitale Centre de Référence des Malformations

Plus en détail

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions

TRANSFUSION SANGUINE. Des. réponses. à vos. questions TRANSFUSION SANGUINE Des réponses à vos questions Des réponses à vos questions La présente brochure s adresse aux personnes qui pourraient avoir besoin d une transfusion de sang ou de produits sanguins

Plus en détail

ET SI ON EN PARLAIT?

ET SI ON EN PARLAIT? le guide en Nouvelle-Calédonie ET SI ON EN PARLAIT? PEUT-ON DONNER DE SON VIVANT? A QUI FAIRE CONNAÎTRE SA DÉCISION? Quels organes peut-on donner? OUI LA GREFFE D ORGANES SAUVE DES VIES! Dire son choix

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT

Prostatectomie radicale assistée par ROBOT Prostatectomie radicale assistée par ROBOT L intervention qui vous est proposée est destinée à enlever votre prostate qui est atteinte d un cancer. LA PROSTATE La prostate est une glande qui participe

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse

Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse Tout ce qu il faut savoir sur le don de moelle osseuse 1. La moelle osseuse : un rôle vital pour le corps humain Page 2/23 1.1. Qu est ce que la moelle osseuse? La moelle osseuse est indispensable à la

Plus en détail

HISTORIQUE MÉDICAL ET DENTAIRE

HISTORIQUE MÉDICAL ET DENTAIRE HISTORIQUE MÉDICAL ET DENTAIRE Chère Patiente, Cher Patient, La Dentisterie moderne est une science complexe faisant partie intégrante de la Médecine. Afin de vous soigner avec la plus grande sécurité

Plus en détail

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus.

AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne. Les dons de cellules & de tissus. AMAMI Anaïs 3 C LORDEL Maryne Les dons de cellules & de tissus. Introduction : Une greffe (don) de cellules consiste à administrer à un patient dont un organe vital ne fonctionne plus correctement, une

Plus en détail

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K)

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Ce carnet a été réalisé sous la coordination de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Carte à découper

Plus en détail

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Note d Information Certificat Médical de non contre-indication à la pratique de l Aïkido Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Chère pratiquante, Cher pratiquant, Pour obtenir votre

Plus en détail

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile

Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamines K) Conseils pour le suivi à domicile Introduction Qu est-ce qu un traitement anticoagulant par AVK? La vitamine K joue un rôle dans la coagulation

Plus en détail

Le syndrome coronarien aigu

Le syndrome coronarien aigu C est le nouveau terme qui englobe la notion d angor et d infarctus. Synonymes : Angor, Angine de poitrine, Rhume de poitrine, Infarctus, Attaque, Les artères coronaires : Ce sont les artères nourricières

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

ENDOCARDITE INFECTIEUSE PROTÉGER SON CŒUR POUR RÉDUIRE LES RISQUES CARDIOVASCULAIRES

ENDOCARDITE INFECTIEUSE PROTÉGER SON CŒUR POUR RÉDUIRE LES RISQUES CARDIOVASCULAIRES ENDOCARDITE INFECTIEUSE PROTÉGER SON CŒUR POUR RÉDUIRE LES RISQUES CARDIOVASCULAIRES La Fédération Française de Cardiologie finance : prévention, recherche, réadaptation et gestes qui sauvent grâce à la

Plus en détail

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur?

Y a-t-il une limite d âge pour être donneur? Bon nombre de personnes au Nouveau-Brunswick attendent le moment où on leur apprendra qu on a enfin trouvé les organes qui leur permettront de reprendre une vie normale et active. Bien d autres attendent

Plus en détail

Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients

Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients Réparation de la communication interauriculaire (CIA) Informations destinées aux patients Schéma du cœur avec CIA Aorte Artère pulmonaire Oreillette gauche CIA Appendice auriculaire gauche Oreillette droite

Plus en détail

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans Gavin COCKS, fondateur de l Association GASP/Afrique du Sud («des jeux auxquels les enfants ne devraient pas jouer»). Actions de prévention en Afrique du Sud. Bonjour à tous et merci beaucoup à Françoise

Plus en détail

Le cœur est compliqué et il est aussi un organe que travaille très fort (Heart Attack,

Le cœur est compliqué et il est aussi un organe que travaille très fort (Heart Attack, Le cœur est compliqué et il est aussi un organe que travaille très fort (Heart Attack, 2003), et c est la seule sorte de muscle qui peut se contracter régulièrement sans fatigue; tandis que les autres

Plus en détail

Pontage artériel fémoro-poplité

Pontage artériel fémoro-poplité Tél : 021 314.53.56 Document d information patient Pontage artériel fémoro-poplité Madame, Monsieur Vous allez bénéficier prochainement d une intervention dans le domaine de la chirurgie vasculaire. Afin

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

DON DE SANG. Label Don de Soi

DON DE SANG. Label Don de Soi DON DE SANG Label Don de Soi 2015 SOMMAIRE Les différents types de dons p.3 Le don de sang total Le don de plasma Le don de plaquettes Le don de moelle osseuse Que soigne-t-on avec un don de sang? p.7

Plus en détail

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques

La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques La Greffe de Cellules Souches Hématopoïétiques Professeur Ibrahim Yakoub-Agha CHRU de LILLE (Illustration de J. Cloup, extraite du CD-Rom «greffe de Moelle» réalisé par la société K Noë) La moelle osseuse

Plus en détail

LES CONSEQUENCES DU TABAC SUR LES SPORTIFS

LES CONSEQUENCES DU TABAC SUR LES SPORTIFS Faiza Mehaoui Joséphine Roose Seconde 205 LES CONSEQUENCES DU TABAC SUR LES SPORTIFS Dossier de SVT. M. Terracol Les conséquences du tabac sur les sportifs En France, le tabac fait plus de 60 000 morts

Plus en détail

Prévenir... le risque cardiovasculaire

Prévenir... le risque cardiovasculaire Prévenir... le risque cardiovasculaire 10 Les facteurs de risque favorisant les maladies cardiovasculaires Les facteurs que l on ne choisit pas... L âge : le vieillissement contribue à augmenter le risque

Plus en détail

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux.

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux. Les gencives et la santé générale Nous savons tous que la prévention est l une des clés du maintien de la santé générale. Nous faisons de l exercice et nous surveillons notre alimentation pour nous aider

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP)

Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) Information d un patient devant bénéficier de la mise en place d un catheter à Chambre Implantable Percutanée (CIP) «Dr Claude Benedetto» Votre médecin vous propose de vous mettre en place un accès veineux

Plus en détail

Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE

Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE Informations pour la clientèle : LA CÉSARIENNE Bienvenue au Centre de santé et des services sociaux du Granit. Vous serez admise à l hôpital pour une césarienne. Votre séjour sera d environ trois à quatre

Plus en détail

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine

le guide DON D ORGANES : DONNEUR OU PAS, je sais pour mes proches, ils savent pour moi L Agence de la biomédecine le guide L Agence de la biomédecine L Agence de la biomédecine est un établissement public national de l État créé par la loi de bioéthique de 2004. Elle exerce ses missions dans les domaines du prélèvement

Plus en détail

FIBRILLATION AURICULAIRE : RYTHME IRRÉGULIER, CERVEAU EN DANGER. PARLEZ-EN À VOTRE MÉDECIN.

FIBRILLATION AURICULAIRE : RYTHME IRRÉGULIER, CERVEAU EN DANGER. PARLEZ-EN À VOTRE MÉDECIN. FIBRILLATION AURICULAIRE : RYTHME IRRÉGULIER, CERVEAU EN DANGER. PARLEZ-EN À VOTRE MÉDECIN. Plus d informations sur : www.fa-avc.be Ligue Cardiologique Belge www.liguecardiologique.be FIBRILLATION AURICULAIRE

Plus en détail

Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006

Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006 Campagne d information et de recrutement de volontaires au don de moelle osseuse Lancement de la campagne le 16 novembre 2006 Eléments de réponses aux questions les plus fréquemment posées sur la moelle

Plus en détail

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013

Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque. Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 Les troubles du rythmes et de la conduc2on au cours du cathétérisme cardiaque Marie-stella Vanderplancke, hight tech 2013 La conduc)on cardiaque L eléctrocardiogramme en rythme sinusal CHAPITRE 1 Le malaise

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez

Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez Chirurgie assistée par ordinateurs (CAO) Crée par Magali Sanchez Sommaire Introduction Qu est ce que la chirurgie assistée par ordinateur? Principes généraux Avantages/Inconvénients Simulations préopératoire

Plus en détail

LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE

LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE LETTRE INFORMATION PATIENT IMPLANTS DENTAIRES VIA CHIRURGIE GUIDEE Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre

Plus en détail

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES

DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Formulaire d information au patient DRAINAGE PERCUTANE DES VOIES BILIAIRES Madame, Monsieur, Votre médecin vous a proposé un examen radiologique. Il sera pratiqué avec votre consentement. Vous avez en

Plus en détail

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES?

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? Pr Jean Pierre GOURBAT clinique de Chatillon Mise à jour février 2013 Santé et voyages aériens Certaines affections peuvent se décompenser lors d un vol

Plus en détail

«Tout ce qui n est pas donné est perdu.» Pr Christian CABROL

«Tout ce qui n est pas donné est perdu.» Pr Christian CABROL Centre Hospitalier Henri-Mondor - Aurillac «Tout ce qui n est pas donné est perdu.» Pr Christian CABROL En 2006 en France, plus de 12 000 patients avaient besoin d une greffe d organe pour vivre ou simplement

Plus en détail

Guide sur les traitements Programme-clientèle d oncologie Pour vous, pour la vie

Guide sur les traitements Programme-clientèle d oncologie Pour vous, pour la vie UNITÉ D APHÉRÈSE Guide sur les traitements Programme-clientèle d oncologie Pour vous, pour la vie L aphérèse est une technique servant à extraire et séparer les éléments figurés du sang, soit pour la préparation

Plus en détail

LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES

LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES LETTRE INFORMATION PATIENT EXTRACTIONS DENTAIRES MULTIPLES Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question,

Plus en détail

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique

S o m m a i r e 1. Sémiologie 2. Thérapeutique Sommaire 1. Sémiologie... 1 Auscultation cardiaque... 1 Foyers d auscultation cardiaque... 1 Bruits du cœur... 1 Souffles fonctionnels... 2 Souffles organiques... 2 Souffle cardiaque chez l enfant... 3

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT

LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT LETTRE D INFORMATION PATIENT SINUS LIFT Cher Patient voici une feuille explicative en rapport avec l intervention chirurgicale dont vous allez bénéficier. Si vous avez la moindre question, n hésitez surtout

Plus en détail

55 % des femmes qui ont mené au moins deux grossesses à terme voient l apparition de varices. *

55 % des femmes qui ont mené au moins deux grossesses à terme voient l apparition de varices. * 55 % des femmes qui ont mené au moins deux grossesses à terme voient l apparition de varices. * *Swiss Medical Weekly 2001:131:659-662. Des bas de compression peuvent venir en aide COUREZ-VOUS UN RISQUE?

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Dons, prélèvements et greffes

Dons, prélèvements et greffes Dons, prélèvements et greffes Donneur : d une vie à une autre... Chaque année, en France, plus de 10000 malades attendent une greffe afin de continuer à vivre ou d améliorer une existence lourdement handicapée.

Plus en détail

Questions- Réponses concernant la chirurgie ambulatoire

Questions- Réponses concernant la chirurgie ambulatoire Questions- Réponses concernant la chirurgie ambulatoire Qu est- ce que la chirurgie ambulatoire? o C est un mode de prise en charge permettant de raccourcir votre hospitalisation pour une intervention

Plus en détail

Entretien de Guy Hugnet, Journaliste, Sciences & Avenir (09/12/11, 1h30 d entretien)

Entretien de Guy Hugnet, Journaliste, Sciences & Avenir (09/12/11, 1h30 d entretien) Entretien de Guy Hugnet, Journaliste, Sciences & Avenir (09/12/11, 1h30 d entretien) Comment vous êtes-vous intéressé au sujet des benzodiazépines? Guy Hugnet : Je travaille depuis très longtemps sur les

Plus en détail

Mon cœur, le livre de ma vie

Mon cœur, le livre de ma vie Aurélie Bélair Mon cœur, le livre de ma vie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par

Plus en détail

L accident Vasculaire Cérébral «AVC»

L accident Vasculaire Cérébral «AVC» L accident Vasculaire Cérébral «AVC» Conception-Rédaction : Dr Ludovic MORIN, service de neurologie, C. H. Sainte Anne - 75 674 Paris Relecture : Pr Jean-Louis MAS, Dr Catherine LAMY, Dr Valérie DOMIGO,

Plus en détail