et très spécifique Un secteur contraint ÉNERGIE ENQUÊTE Energie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "et très spécifique Un secteur contraint ÉNERGIE ENQUÊTE Energie"

Transcription

1 ÉNERGIE Transport de socle d éolienne RHENUS LOGISTICS Un secteur contraint et très spécifique Pétrole, gaz, matière nucléaire, électricité. Toutes ces Supply Chains mettent en œuvre des moyens logistiques particuliers. Un aspect est commun à l ensemble du secteur : les besoins en matière de logistique des infrastructures. 44

2 Entrée du gaz brut arrivant des puits (tuyaux jaunes) sur le site de l unité de traitement de gaz de Lacq. PASCAL LAURENT-TOTAL D une façon générale, la Supply Chain de l énergie se distingue des pratiques logistiques plus couramment abordées dans nos pages. «Les types de produits sont nombreux : fluide (pétrole brut, GNL, etc.), gaz (gaz naturel, gaz de schiste, etc.), solide (bois, pellets, charbon, etc.), renouvelable par exemple pour la production d électricité (hydraulique, éolien, solaire, etc.)», définit François-Xavier Forest, Senior manager Activité Supply Chain Management chez Alti/TCS. Les moyens de transport employés peuvent différer de ceux utilisés traditionnellement. «On retrouve dans le secteur de l énergie des moyens de transport classiques (la route, le fer, le bateau et la barge fluviale) mais également des moyens moins conventionnels tels que les oléoducs, les gazoducs ou le réseau électrique, etc.», détaille François- Xavier Forest. Sans oublier le stoc - kage, avec le cas bien connu de l électricité difficile à stocker. Comment gérer la Supply Chain d un produit non stockable? Afin d aborder au mieux ces questions spécifiques, ce dossier met l accent sur les énergies pour lesquelles les moyens logistiques sont parmi les plus atypiques, en l occurrence la matière nucléaire, le pétrole, le gaz et l électricité. Une logistique «de chantier» La Supply Chain des infrastructures, dite logistique de chantier, est un des dénominateurs communs du secteur. Par exemple, lorsqu une plate-forme pétrolière doit être construite au milieu d une zone géographique difficilement accessible, avec des capacités de stockage sur place extrêmement réduites, dans des conditions techniques complexes, le casse-tête commence et une gestion de projet très MARS SUPPLY CHAIN MAGAZINE N 82 45

3 fine se met en place. Idem pour la construction d une centrale nucléaire! «Nous avons une expertise dans le domaine du photovoltaïque. Notre valeur ajoutée est d établir le bon cadencement entre les flux amont des fabricants et les besoins du chantier dont les rythmes sont différents. Le chantier dispose de très peu d espace de stockage. Nous assurons donc la constitution du stock de panneaux solaires nécessaires à la fabrication de la ferme dans une plate-forme avancée située le plus près possible du chantier. La 2 e caractéristique de ce type de logistique est la sensibilité et la fragilité du produit, qui requiert donc d être manipulé avec un niveau de précaution élevé, développe Emmanuel Bonnet, Directeur du développe- François- Xavier Forest, Senior manager Activité Supply Chain Management chez Alti/TCS FXF SOURCE : KEYWORLD ENERGY STATISTICS INTERNATIONAL ENERGY AGENCY RAPPORT 2013 J.FUSTIER Production d énergie primaire en 2011 dans le monde Pétrole 31,5% Charbon 28,8% 10% Emmanuel Bonnet, Directeur du développement de Rhenus Logistics France 21,3% Gaz naturel Bio-carburants et déchets Nucléaire : 5,1% Hydroélectrique : 2,3% Autres : 1,0% (dont géothermie, solaire et éolien) Citerne et train de l usine de liquéfaction de Balhaf, Yémen. ment de Rhenus Logistics France. Et d ajouter : Nous intervenons aussi dans le domaine de l éolien et du nucléaire, dans le cadre de la logistique des installations. Nous mettons alors en place des moyens exceptionnels (grues, bateaux, etc.).il faut s assurer à chaque maillon de la chaîne que les moyens et les infrastructures permettent le transport des produits. A titre d illustration, il nous est arrivé de faire renforcer la solidité d un pont pour permettre le passage d un produit particulier! Compte-tenu de la combinaison des moyens utilisés, tout doit être réglé au millimètre près (administration, assurances, moyens de transport, partenaires, etc.).» Une logistique réglée comme du papier à musique! BRUNO SIGUICHE RHENUS LOGISTICS GONZALEZTHIERRY / TOTAL 46

4 Pétrole & Gaz Des moyens de transport et logistiques dédiés Gazoducs, oléoducs, pétroliers, réservoirs cylindriques verticaux, méthaniers, réservoirs souterrains, etc. Les moyens de transport et logistiques utilisés dans l industrie du pétrole et du gaz n ont pas grand-chose en commun avec les moyens traditionnels. Explications C est l histoire d un gisement d hydrocarbure. Une fois ce gisement découvert, des plates-formes en mer sont utilisées pour le forage ainsi que pour la production (séparation du pétrole, du gaz et de l eau) des hydrocarbures. Généralement, les zones de production sont éloignées des lieux de raffinage et de consommation. Le pétrole et le gaz sont ensuite acheminés vers un terminal terrestre (de chargement maritime) par pipeline. Un premier moyen de transport atypique dans le milieu de la logistique classique! «La grosse problématique de l upstream (l amont) est justement la gestion de ces tubes (stockage, transport, installation, etc.) ainsi que des équipements en général. La gestion se fait généralement en juste à temps car il n y a pas d espace suffisant pour JC Jérôme Courgeon, Directeur Associé chez BearingPoint stocker. L organisation de la logistique est similaire à celle d un chantier», complète Frédéric Gomer, Directeur Associé de B2G Consulting. Il existe actuellement de nombreux oléoducs et gazoducs dans le monde, essentiellement aux Etats-Unis, au Canada, en Europe, au Moyen-Orient et en Russie. Le gaz circule dans le monde dans plus d un million de km de gazoducs, ce qui correspond à 25 fois la circonférence de la terre! Les oléoducs et les gazoducs sont équipés de stations de pompage relais (stations de compression) afin de maintenir une pression constante garantissant une vitesse optimum et évitant les déperditions énergétiques. La chaîne pétrolière Si la construction d un pipeline entre le gisement et le rivage est trop coûteuse, l industrie pétrolière fait appel à des navires FPSO (Floating Production Storage and Offloading barge flottante de production, de stockage et de déchargement). Le pétrole y est stocké avant son chargement sur les navires de MARS SUPPLY CHAIN MAGAZINE N 82 47

5 transport, appelés tankers ou pétroliers. La capacité de transport de ces navires varie de tpl (tonnes de port en lourd) à tpl. Le transport pétrolier par voie maritime présentant certains risques à anticiper (feu ou explosion, fissures de coques ou déformations des citernes, risque de pollution en opération de déchargement ou de déchargement, etc.), les moyens de transport sont soigneusement réglementés. L organisation maritime internationale a par exemple mis en place un accord pour généraliser progressivement la double coque, obligatoire à l hori- TOTAL ASPENTECH zon Avant d être raffiné, le pétrole brut est stocké dans des réservoirs de grande capacité dans les ports. Il est ensuite transporté par oléoduc jusqu à la raffinerie. «Aujourd hui, les raffineries se construisent davantage à proximité des lieux de production et s éloignent des lieux de consommation. On observe donc une évolution des flux logistiques avec une augmentation de la distance parcourue par le produit raffiné par rapport au brut», précise Jérôme Courgeon, Directeur Associé chez BearingPoint. Le transport des produits pétroliers vers les lieux de consommation peut Caroline Flaissier, Directrice Marché et Infrastructures chez Total Gaz «La grande problématique de notre secteur est de prévoir tous les jours les consommations pour notre portefeuille de clients. En effet, le réseau de gaz naturel en France ne doit pas être déséquilibré. La consommation de gaz étant très thermosensible, nous devons intégrer le facteur climatique à nos prévisions. Nous utilisons nos historiques de consommation (rapportés aux conditions météorologiques constatées) par type de client et par localisation et y injectons les données météorologiques. Nous réalisons des prévisions mensuelles dans un premier temps permettant de dégager une tendance, les données météorologiques manquant de fiabilité au-delà de trois jours. Notre modèle tourne deux fois par jour. Une première prévision est réalisée le matin pour le lendemain. Le modèle de prévisions tourne une seconde fois dans l après-midi pour affiner la prévision du lendemain. Le réseau est ajusté sur la base de cette prévision. Nous utilisons pour ce faire SAP, notre base de données (avec notamment les consommations clients), ainsi qu un outil de prévision développé en interne». BS Ruben Gil, Directeur des activités Europe d Aspentech «La caractéristique de la Supply Chain de l industrie pétrolière est que les coûts les plus élevés sont générés par la production. Notre solution de Supply Chain, utilisée dans les raffineries, permet de prévoir la demande (essence, diesel, etc.), de planifier (les achats de matières premières en tenant compte de leurs caractéristiques, des lieux de production et de stockage, etc.) ainsi que d ordonnancer la production à une maille journalière. Par ailleurs, notre outil gère la logistique entre les raffineries et les dépôts (distribution primaire), en optimisant les trajets et les niveaux de stocks, ainsi que la logistique entre les dépôts et les stations essence (distribution secondaire), en optimisant la gestion des camions et des trajets. Nous proposons aussi un module de planification de l extraction (ressources humaines, camions, outils de forage, etc.) visant à optimiser un réseau de puits de forage (avec des rendements et des produits différents, etc.)». BS être assuré également par oléoduc (réseau Trapil qui alimente la région parisienne à partir du Havre, etc.). «Le gros challenge de l industrie pétrolière est de réduire le coût d arrêt de la production pour en maximiser le temps d utilisation (une heure d arrêt pouvant coûter un 1M$). En conséquence, la Supply Chain des pièces de rechange est actuellement un sujet récurrent dans cette industrie. Il faut pouvoir répondre à la question : comment faire pour avoir la bonne pièce en bonne quantité dans un délai de temps minimal au milieu de l Arabie Saoudite avec un portefeuille de pièces détachées pouvant atteindre 1M de pièces! Pour ce faire, les entreprises optimisent leur niveau de stock (quelle pièce et en quelle quantité) ainsi que la gestion (souvent en consolidant les stocks sur un site centralisé)», souligne Frédéric Gomer. Transport par gazoduc et voie maritime En général, le gaz est quant à lui ramené à terre dans un gazoduc sous-marin jusqu à une usine de traitement. Le gaz est ensuite transporté par gazoduc ou voie maritime dans des méthaniers. Les gazoducs sont des tubes d aciers soudés pouvant atteindre plus de km de long. Le gaz arrivant par les gazoducs rejoint directement le réseau de transport, puis celui de distribution. Dans le cas du transport maritime, le gaz est au préalable refroidi à -163 C, dans une station de compression, pour être liquéfié. Il est alors condensé en GNL (Gaz Naturel Liquéfié). Ce méthane liquide, à très basse température, est ensuite pompé sur le méthanier pour être transporté vers les lieux de consommation. Avant chargement, le GNL est stocké à pression atmosphérique dans de grands réservoirs cylindriques verticaux, métalliques ou en béton, situés à proximité de l usine de liquéfaction. Ceux-ci disposent d une double paroi et d une isolation thermique renforcée. Le volume du gaz sous forme liquide est réduit 600 fois contre seulement 100 fois dans le cas d un transport par gazoduc à une pression de 100 bars. Les méthaniers sont capables de maintenir une chaîne de très grand froid. Malgré l isolation, une fraction du GNL repasse à l état gazeux (environ 0,15% de la cargaison). Ce gaz obtenu est alors utilisé pour fournir l énergie nécessaire à la propulsion du navire. Les plus gros méthaniers en activité (dits Q-Max) ont une capacité de m 3 de GNL. Ce gaz est ramené à l état gazeux dans une usine de regazéification à son arrivée au terminal 48

6 méthanier. Les infrastructures de regazéification constituent des maillons logistiques essentiels. Une récente innovation pourrait bouleverser la phase amont du cycle du GNL avec l apparition, sur le même modèle de ce qui existe pour le pétrole, de l unité flottante de liquéfaction du gaz naturel (FNLG Floating Liquefied Natural Gas). Le FNLG permet aux installations de liquéfaction de gaz d être directement au-dessus du champ de gaz en mer. Ce qui évite la construction de gazoducs et d importantes infrastructures onshore. Cette solution s avère fort intéressante pour valoriser certains champs gaziers sous-marins, en particulier ceux trop éloignés des côtes ou de taille trop modestes. B2G CONSULTING Premier cargo GNL amarré à la jetée et usine de liquéfaction. Balhaf, Yémen Gaz ou GNL, que choisir? Plusieurs éléments déterminent le choix entre gazoduc et GNL. Contrairement au gaz transporté par gazoduc, une cargaison de GNL peut être redirigée en cours de route. Cette souplesse est appréciée des pays consommateurs, qui gèrent ainsi plus librement leurs approvisionnements, et des pays producteurs, qui optimisent davantage la valorisation de leurs ressources. Le GNL permet aux pays consommateurs de diversifier leurs sources d approvisionnement et de limiter ainsi les relations de dépendance avec un pays producteur. Les gazoducs acheminent en effet à l échelle régionale alors que le GNL facilite l internationalisation des échanges. En outre, des problèmes de sécurité se posent lorsque les gazoducs empruntent des zones à risques, plus facilement évitables par les méthaniers. Notons Frédéric Gomer, Directeur Associé de B2G Consulting GONZALEZTHIERRY / TOTAL que le site de liquéfaction consomme près de 12 % du gaz qu il traite mais que de nouveaux procédés sont en cours de développement pour réduire ce taux. L autoconsommation des stations de recompression situées le long des oléoducs peut également atteindre 20 % pour un transport de km. Stockage sous la terre Contrairement à l électricité, il est possible de stocker le gaz. Le gaz naturel est conservé dans des réservoirs avant d être injecté dans le réseau de gazoducs local (usage industriel, domestique, de combustible, etc.). Le stoc - kage contribue à gérer la saisonnalité de la consommation de gaz, à fournir la flexibilité nécessaire à l équilibrage des réseaux de transport et assure la sécurité d approvisionnement. En France, le gaz, après avoir été comprimé, est stocké dans des réservoirs souterrains à plusieurs centaines de mètres de profondeur (stockage en nappes aquifères, stockage en cavités salines, stockage en gisements déplétés*). Le gaz y est injecté en été, lorsque la consommation de gaz est moindre, puis en est soutiré en période froide pour alimenter les réseaux et répondre à la demande. Vous l aurez compris, l industrie du pétrole et du gaz a ses propres moyens logistiques! BRUNO SIGUICHE *Certains gisements épuisés de gaz naturel ou de pétrole peuvent être convertis en stockages souterrains. MARS SUPPLY CHAIN MAGAZINE N 82 49

7 Interview de Karen Poujade, Directrice Supervision des Transports chez Areva TN «Plus nous avançons dans le cycle, plus les moyens logistiques sont dédiés et font appel à des technologies lourdes» Avec 404,9 TWh d électricité produite en 2012, soit 74,8% de la production totale d électricité en France, le parc nucléaire français et d une façon plus générale, l énergie nucléaire, se devait de retenir notre attention dans le cadre de ce dossier. Areva a accepté de nous expliquer dans les moindres détails la logistique des matières nucléaires et ses spécificités. Supply Chain Magazine : Quel est le rôle et le périmètre d action de la direction des opérations logistiques nucléaires au sein d Areva? Karen Poujade : La direction des Opérations de logistique nucléaire, appelée Areva TN, est une activité d Areva qui gère la logistique des matières nucléaires pour le compte de clients internes ou externes du Groupe. Elle conçoit et fabrique les emballages, pilote et supervise les transports sur l ensemble du cycle de l uranium : depuis la prospection et l extraction du minerai d uranium, la chimie et l enrichissement de l uranium, jusqu aux flux associés au fonctionnement des centrales et à l étape de recyclage des combustibles nucléaires usés ainsi que la gestion des déchets ultimes. Nous offrons par ailleurs des solutions d entreposage à sec pour les pays qui ont fait ce choix. Nous distinguons deux grandes phases au sein du cycle : l amont (avant l utilisation de l uranium dans les centrales) et l aval, qui couvre l ensemble des activités de traitement et de gestion des déchets. Sur le plan logistique, chacune de ces étapes présente ses propres spécificités, en particulier en amont du cycle, la matière étant faiblement radioactive ; elle l est davantage en aval du cycle. En conséquence, les moyens logistiques en amont du cycle sont plus conventionnels et polyvalents. Les conteneurs sont standards. A l inverse, plus nous avançons dans le cycle, plus les moyens logistiques sont dédiés et font appel à des technologies lourdes. Il existe beaucoup d acteurs présents sur le marché (commissionnaires, transporteurs, prestataires logistiques) sur la partie amont contrairement à l aval, où leur nombre est réduit en raison des moyens plus lourds et complexes à mettre en œuvre. S agissant des étapes les plus sensibles, Areva fait le choix d internaliser les solutions logistiques et possède ses propres moyens dédiés. Pour les matières radioactives, nous sommes dans une logique de flux directs, de l expéditeur vers le destinataire, sans stockage intermédiaire en cours de transport. AREVA SCMag : Pourriez-vous détailler les moyens logistiques mis en œuvre lors des différentes phases en amont du cycle? K. Poujade : L uranium est extrait dans des mines. La production minière d Areva s effectue au Canada, au Kazakhstan et au Niger. Nous traitons pour Areva les flux d approvisionnement de ces mines vers les usines de chimie situées en France. Ces flux internationaux sont transportés par voie maritime sur des lignes régulières. Le produit (concentré d uranium naturel) est faiblement radioactif. Nous utilisons donc des emballages standards, des fûts, placés dans des conteneurs Iso eux-mêmes standards. Si les emballages sont standards, ces transports font l objet de précautions particulières. Le pré-acheminement et le post-acheminement se font en général par route, ou si possible par rail. Le ferroviaire est par exemple utilisé en pré-acheminement entre le Kazakhstan et le port de Saint-Pétersbourg ou en post-acheminement entre le port de Fos et l usine de Malvési. Citons également le cas du Niger où le pré-acheminement s effectue par la route jusqu au port de Cotonou, au Bénin. Ce transport se fait en convoi escorté par l armée et géo-localisé de façon sécurisée, en raison des enjeux locaux de sécurité. L étape suivante est la transformation chimique de l uranium qui génère des flux entre différentes usines en France. Ils voyagent essentiellement par la route dans des emballages plus robustes. Dès lors que l uranium est enrichi sous forme d hexafluorure d uranium, sur le site du Tricastin (Drôme), les emballages utilisés sont réalisés sur mesure et soumis à 50

8 des agréments. Cette matière voyage par mode routier en citerne (emballage soumis à agrément) jusqu aux usines de fabrication du combustible. Celles d Areva se situent en France, en Allemagne et aux Etats-Unis. Dans ces usines, l uranium est transformé en pastilles, utilisées dans les assemblages de combustible, eux-mêmes livrés ensuite aux clients électriciens en France, en Afrique du Sud, en Chine, aux Etats-Unis, etc. A ce stade, la radioactivité de la matière est plus importante que pour l uranium naturel extrait des mines. Les colis sont donc plus spécifiques et soumis à agréments. Le rapport entre le poids de l emballage et la matière transportée s inverse. L emballage pèse 4t pour transporter 1t de matière. Ils sont livrés par mode routier ou maritime. Nous assurons également la gestion de flux logistiques dans le cadre du fonctionnement des centrales nucléaires, notamment les flux liés aux outillages faiblement contaminés. Ils sont généralement AREVA transportés, de centrale à centrale, dans des emballages industriels agréés, par route et parfois par voie aérienne. SCMag : Qu en est-il de l aval du cycle? K. Poujade : L aval du cycle concerne la gestion des combustibles usés, qui présentent de plus forts niveaux de Transport par voie routière. radioactivité. Une fois sortis de la cuve du réacteur, ils sont entreposés temporairement (typiquement quatre ans) dans les piscines des centrales, le temps de refroidir. Après quoi, ils sont soit recyclés à l usine de la Hague, soit entreposés à sec, pendant environ 40 ans, dans des emballages spécifiques et prévus pour ce type d entreposage. MARS SUPPLY CHAIN MAGAZINE N 82 51

9 Certains de ces emballages ont une double fonction : assurer l entreposage et le futur transport. En raison du niveau d activité de la matière, le transport de ces combustibles usés est sensible et donc effectué dans de véritables forteresses, des emballages lourds et complexes. Ces emballages très spécifiques, parfois appelés des châteaux, sont composés d acier, parfois de plomb et de résines. L emballage le plus lourd pèse plus de 100 t et transporte 6 à 8 t de matière. En termes de résistance, ils sont soumis à de nombreux tests prescrits par la réglementation internationale : résistance aux feux d hydrocarbures, tests de chutes, tests d immersion, etc. En France, la plupart des centrales nucléaires étant embranchées fer, ces combustibles usés voyagent essentiellement par rail. Les déchets ultimes, qui sortent de la Hague, sont sous forme vitrifiés ou compactés. S il s agit de combustible étranger, la loi française prévoit qu ils retournent dans leur pays d origine qui les stocke. Ils voyagent dans des emballages très similaires à ceux utilisés pour les combustibles usés, par rail, par route Transbordement maritime sur flux dédié. et éventuellement par voie maritime, mais sur des lignes dédiées. AREVA SCMag : Selon vous, quelles sont les spécificités majeures de la logistique du nucléaire? K. Poujade : En matière de protection (des personnes et de l environnement), l ensemble de la logistique est bâtie sur trois niveaux de défense. Le 1 er niveau est l emballage, qui selon la nature du produit et du mode de transport, est standard ou très élaboré et soumis à des licences d agrément. Il peut s écouler de cinq à dix ans entre la phase de conception d un emballage et sa mise en opération. Il est donc nécessaire de se projeter et d anticiper très en amont les besoins du marché pour assurer la pérennité du parc d emballages. Nous concevons régulièrement des emballages en fonction de l évolution de la technologie, de la réglementation et des modes de transport. Le 2 e volet est le respect de l ensemble des réglementations, qui sont de plusieurs natures. Celles liées au transport de matières dangereuses sont définies au niveau international et par mode de transport : pour la route (ADR), le rail (RID), l aérien (IATA), le maritime (IMDG) et le fluvial (ADN). Ces réglementations internationales sont déclinées au niveau national par des décrets et des arrêtés. Nous devons donc les intégrer dans nos schémas logistiques pour l ensemble des pays traversés dans le cadre de transports internationaux. Les transports de matière dangereuse sont catégorisés en neuf classes, les matières radioactives appartiennent à la classe sept. A cela, se greffe la réglementation de l AIEA (Agence internationale de l énergie atomique) qui elle-même traite des transports et se focalise sur les emballages et leurs agréments. Elle définit l ensemble des épreuves que doivent subir nos emballages et les associations possibles entre emballages et matières. Nous gérons également la protection de la matière contre des actes de malveillance en réponse à une réglementation nationale qui dépend du Ministère de l Environnement, du Développement Durable et de l (MEDEE). Il y a une obligation de transparence dans la logistique du nucléaire. Les rapports d inspection menés par l ASN (Autorité de sûreté nucléaire) sont par exemple en libre accès. En revanche, s agissant de la protection de la matière, il est important de protéger l information et de préserver la confidentialité des itinéraires empruntés et des horaires. Certains de ces convois sont escortés par les forces de l ordre. Nous devons nous assurer de la nonprolifération de la matière. Les flux sont suivis en temps réels et sont géolocalisés. Il convient en outre de protéger les informations opérationnelles. Le 3 e aspect concerne l organisation de la gestion de crise. Cela signifie prévoir l ensemble des moyens utiles en cas d aléas afin de limiter les impacts sur la population. L ensemble de cette organisation est régulièrement éprouvé par des exercices réalisés en interne ou avec les acteurs susceptibles d être mobilisés pour faire face à un accident de transport (ministère, pompiers spécialisés, gendarmes, etc.). PROPOS RECUEILLIS PAR BRUNO SIGUICHE 52

10 Electricité Piloter l équilibre en temps réel Elle ne se stocke pas et se transporte via un réseau de transport puis de distribution. Ce réseau fait justement l objet d une grande réflexion pour tenir compte des évolutions en matière de production et de consommation d électricité. «Il existe plusieurs modes de production de l électricité en France. Le nucléaire d abord, pour lequel la production est importante mais relativement peu flexible. Les centrales à gaz, plus souples, permettent d absorber les pics. Enfin, les sources d énergie renouvelables (hydraulique, éolien, solaire, etc.) dont la production est plus difficilement maîtrisable et très diffuse géographiquement, posant de nouveaux défis aux réseaux», introduit Jérôme Courgeon, Directeur Associé chez BearingPoint. L électricité est-elle stockable? En colis? En fût? Sur palette? Evidemment non! Sauf cas bien particuliers, il est difficile de stocker directement l électricité. Il faut ALSTOM Jean-Luc Roy, Smart Grid & Smart Cities Consulting, M&A and Partnerships Director chez Alstom Grid la transformer en une autre forme d énergie plus facilement stockable. Il s agit de solutions dites indirectes (batteries d accumulateur, production hydrogène, air comprimé, eau, etc.), encore partielles, onéreuses et locales. «Au niveau de la production, l électricité peut être stockée sous forme d eau dans des barrages-réservoirs. Au lieu de consommation, les ballons d eau chaude électriques sont également un moyen de stocker de l électricité sous forme d eau chaude. L eau est chauffée à un moment creux de la journée où le tarif de l électricité est bas, explique Jean-Luc Roy, Smart Grid & Smart Cities Consulting, M&A and Partnerships Director chez Alstom Grid. Et d ajouter : Il est possible de loger du stockage entre le point de production et de consommation pour jouer le rôle de tampon (par exemple batterie, super-capacitor, etc.) mais le modèle économique du stockage en réseau n est pour l heure pas établi, MARS SUPPLY CHAIN MAGAZINE N 82 53

11 d où sa faible diffusion.» Vous l aurez compris, la production d électricité nécessite d être continue afin de répondre aux consommations du moment. La consommation variant selon les moments de la journée, il faut être capable d ajuster instantanément la production à la consommation pour préserver la stabilité du réseau. Smart Grids or not Smart Grids Selon la Commission de Régulation de l, le développement des énergies renouvelables et de nouveaux usages de l électricité imposent de moderniser le système électrique : «Parallèlement au développement des énergies renouvelables, les usages de l électricité connaissent de profondes évolutions. Certains usages déjà existants ont pris une ampleur considérable (climatisation, chauffage électrique). D autres, comme le véhicule électrique et la pompe à chaleur, se développent et augmenteront la consommation d électricité déjà en forte hausse. Ces changements contraignent le pilotage des réseaux électriques car la consommation d électricité connaît de fortes variations horo-saisonnières. Elle est aussi plus importante en hiver qu en été. Elle fait l objet de pointes et de creux journaliers ; les moyens de production d électricité sont de plus en plus variables, du fait de l intermittence de leurs sources renouvelables ; le développement de la production décentralisée conduit à multiplier de manière très importante les sites de production, et à injecter de l énergie sur des réseaux de distribution conçus pour l acheminer et non la collecter». La gestion des réseaux électriques, aujourd hui centralisée et unidirectionnelle allant de la production à la consommation (logique «topdown»), sera demain répartie et bidirectionnelle («top-down» et «bottom-up») et tous les acteurs présents sur la chaîne d électricité seront reliés. D où l intégration aux réseaux de nouvelles technologies de l information et de la communication, créant les fameux Smart Grids (réseaux intelligents) sous le feu des projecteurs actuellement. Le réseau de transport (lignes à haute tension) étant déjà instrumenté, l enjeu de ces Smart Grids se situe principalement au niveau des réseaux de distribution. Ces Smart Grids ajusteront en temps réel la production et la distribution de l électricité en hiérarchisant les besoins de consommation. Ils contribueront à adapter en partie la consommation aux capacités de production, notamment en décalant certaines consommations en dehors des heures de pointe et en optimisant les systèmes d effacement de consommation électrique. Grâce à quoi, les pics de consommation et les capacités maximales de production pour une zone géographique donnée devraient diminuer. BRUNO SIGUICHE Agent RTE en intervention. Salle de dispatching national de RTE à Saint-Denis : devant les panneaux synoptiques. RTE / LIONEL ROUX Pylône Chat en montagne dans la réserve naturelle du massif de Pibeste à Ségus (64). RTE / DOMINIQUE DELPOUX RTE / ALEXANDRE SARGOS 54

Les Ressources énergétiques

Les Ressources énergétiques AGIR : Défis du XXIème siècle Chapitre 17 Partie : Convertir l énergie et économiser les ressources Compétences attendues : - Recueillir et exploiter des informations pour identifier des problématiques

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides

DOSSIER DE PRESSE. Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides DOSSIER DE PRESSE Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides 2013 Rubis Terminal Leader européen indépendant dans le stockage de produits liquides Créé en 1877, RUBIS TERMINAL, filiale

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

Le transport des résidus vitrifiés vers la Suisse. gcn Groupe Communication sur le nucléaire

Le transport des résidus vitrifiés vers la Suisse. gcn Groupe Communication sur le nucléaire Le transport des résidus vitrifiés vers la Suisse Stratégie suisse de gestion du combustible usé Au cours de l année 2000, les centrales nucléaires suisses ont produit environ 25 milliards de kwh, soit

Plus en détail

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA :

1 445 M 20 M 5 085 M. l efficacité énergétique. la durabilité. l innovation QUI SOMMES-NOUS? CHIFFRES 2013 PAYS : CLIENTS : RÉSULTAT NET : EBITDA : QUI SOMMES-NOUS? Gas Natural Fenosa est une entreprise du secteur de l énergie, créée il y a plus de 170 ans et dont la renommée a dépassé les frontières. GAS NATURAL FENOSA Pionnière dans l approvisionnement

Plus en détail

Production électrique : la place de l énergie éolienne

Production électrique : la place de l énergie éolienne Production électrique : la place de l énergie éolienne I Production électrique : principes de base L énergie électrique n est pas un fluide que l on pourrait «mettre en conserve», l énergie électrique

Plus en détail

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable.

I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. DE3: I. Introduction: L énergie consommée par les appareils de nos foyers est sous forme d énergie électrique, facilement transportable. Aujourd hui, nous obtenons cette énergie électrique en grande partie

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures. www.cryostar.com

Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures. www.cryostar.com Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures www.cryostar.com L esprit Cryostar Leader commercial et technologique Cryostar est à la pointe

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

La fée électricité sous le capot?

La fée électricité sous le capot? La fée électricité sous le capot? Quand on analyse les nouvelles motorisations proposées pour les véhicules on s aperçoit vite qu elles reposent pratiquement toutes sur l emploi de moteurs électriques

Plus en détail

CNR. pionnier de la filière hydrogène renouvelable

CNR. pionnier de la filière hydrogène renouvelable CNR pionnier de la filière hydrogène renouvelable Barrage de retenue de Pierre-Bénite sur le Rhône Perspectives Frédéric Storck, Directeur de l Énergie Les énergies renouvelables sont depuis 80 ans le

Plus en détail

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un

Plus en détail

Consultation publique Evolution de l ATS et des obligations de stockage. Annexe

Consultation publique Evolution de l ATS et des obligations de stockage. Annexe Consultation publique Evolution de l ATS et des obligations de stockage Annexe 1 Le parc de stockage français est constitué de nombreux stockages saisonniers. Les stockages souterrains de gaz naturel sont

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Jean-Christophe Dalouzy ANP 17 Novembre 2014 Rencontres Jeunes Chercheurs Sommaire Présentation du groupe AREVA Présentation du cycle du combustible Présentation

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

Ingénierie du stockage souterrain de Gaz Naturel. Jacques GRAPPE, GEOSTOCK

Ingénierie du stockage souterrain de Gaz Naturel. Jacques GRAPPE, GEOSTOCK Ingénierie du stockage souterrain de Gaz Naturel Jacques GRAPPE, GEOSTOCK Ingénierie du stockage souterrain de gaz naturel: aujourd hui et demain 1. Généralités 2. Les principales composantes d un stockage

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com

DÉFENSE & SÉCURITÉ. sdv.com DÉFENSE & SÉCURITÉ sdv.com SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un service de proximité auprès de tous nos clients

Plus en détail

Le gaz naturel UN CARBURANT ÉCONOMIQUE ET PLUS PROPRE

Le gaz naturel UN CARBURANT ÉCONOMIQUE ET PLUS PROPRE Le gaz naturel UN CARBURANT ÉCONOMIQUE ET PLUS PROPRE Points d intérêt Marché du gaz naturel comme carburant Types de gaz naturel pour véhicules et approvisionnement Technologies éprouvées Cas types et

Plus en détail

Chapitre 8 production de l'énergie électrique

Chapitre 8 production de l'énergie électrique Chapitre 8 production de l'énergie électrique Activité 1 p 116 But Montrer que chaque centrale électrique possède un alternateur. Réponses aux questions 1. Les centrales représentées sont les centrales

Plus en détail

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises

Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Transition énergétique Les enjeux pour les entreprises Alain Grandjean Le 26 novembre 2014 Contact : alain.grandjean@carbone4.com Le menu du jour L énergie dans l économie : quelques rappels Les scénarios

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

Le transport de matières dangereuses

Le transport de matières dangereuses 1/5 Définitions > Une matière dangereuse est une substance qui par ses caractéristiques physicochimiques, toxicologiques, ou bien par la nature des réactions qu elle est susceptible de produire, peut présenter

Plus en détail

LE DISPATCHING DE NANCY AU CŒUR DES ECHANGES EUROPEENS D ELECTRICITE

LE DISPATCHING DE NANCY AU CŒUR DES ECHANGES EUROPEENS D ELECTRICITE LE DISPATCHING DE NANCY AU CŒUR DES ECHANGES EUROPEENS D ELECTRICITE MARDI 15 OCTOBRE 2013 DOSSIER DE PRESSE CONTACTS PRESSE POUR EN SAVOIR PLUS Jeanne DEPERROIS 03 83 92 89 71 06 28 92 26 20 jeanne.deperrois@rte-france.com

Plus en détail

Batteries stationnaires Saft. Une large gamme de solutions fiables et durables

Batteries stationnaires Saft. Une large gamme de solutions fiables et durables Batteries stationnaires Saft Une large gamme de solutions fiables et durables Les batteries stationnaires Saft, des solutions sur lesquelles vous pouvez compter En offrant un grand choix de technologies,

Plus en détail

Risques particuliers Risques Technologiques

Risques particuliers Risques Technologiques Risques particuliers Risques Technologiques Transports de matières dangereuses 1. Généralités Une marchandise dangereuse est une matière ou un objet qui, par ses caractéristiques physiochimiques (toxicité,

Plus en détail

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer

Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer Optimisation du fonctionnement de la chaudière et de l open buffer E. BRAJEUL D. LESOURD, A. GRISEY (Ctifl) T. BEAUSSE (Gaz de France) Serres horticoles et énergie, quel avenir? 30 et 31 janvier 2008 1

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

ASSEMBLAGE DE NOEUDS SOCIO-ÉNERGÉTIQUES : CHAINES DE DÉCISIONS ET APPROCHES EXTRA- ELECTRIQUES

ASSEMBLAGE DE NOEUDS SOCIO-ÉNERGÉTIQUES : CHAINES DE DÉCISIONS ET APPROCHES EXTRA- ELECTRIQUES ASSEMBLAGE DE NOEUDS SOCIO-ÉNERGÉTIQUES : CHAINES DE DÉCISIONS ET APPROCHES EXTRA- ELECTRIQUES PCEHT Séance 3 Gilles Debizet Université de Grenoble 1 UMR PACTE (CNRS, IEP, UPMF, UJF) 16/04/13 DEBIZET PCEHT

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques

CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques CHAPITRE III : L énergie utilisée dans le fonctionnement des objets techniques Le catamaran est un voilier. Il utilise donc une voile, qui capte le vent, pour se déplacer. Ainsi, l énergie nécessaire au

Plus en détail

Stockage de l énergie renouvelable et de production d hydrogène

Stockage de l énergie renouvelable et de production d hydrogène Stockage de l énergie renouvelable et de production d hydrogène HYBSEN - HYdrogène en Bretagne pour le Stockage d ENergie Renouvelable Le stockage de l énergie: 2 ème pilier de la troisième révolution

Plus en détail

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches

Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Portrait énergétique de la Chaudière-Appalaches Présenté par : Joël Leblond et Martin Loiselle 19 novembre 2010 Plan de la présentation Introduction Objectifs des Rendez-vous de l énergie Constats nationaux

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE

LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE : UNE COMPARAISON INSTRUCTIVE Bernard LAPONCHE 18 mai 2011 www.global-chance.org LA CONSOMMATION D ENERGIE EN ALLEMAGNE ET EN FRANCE UNE COMPARAISON

Plus en détail

Lutter contre l accumulation des gaz à effet de serre

Lutter contre l accumulation des gaz à effet de serre 056-061 Gires 29/10/08 11:00 Page 56 ÉNERGIE ET MATÉRIAUX : QUELQUES NOUVEAUX REGARDS Le captage et le stockage géologique de CO 2 : une des solutions pour lutter contre le changement climatique L utilisation

Plus en détail

Effacement diffus et transition énergétique

Effacement diffus et transition énergétique Effacement diffus et transition énergétique 56 WATT Atelier du 20/03/2014 1 #1 L effacement diffus 2 L effacement diffus >> Principaux enjeux // Sociaux: pour les foyers chauffés électriquement : -le chauffage

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires

ENJEUX ENERGETIQUES. Le Monde et la France. L énergie dans les territoires ENJEUX ENERGETIQUES Le Monde et la France L énergie dans les territoires * Bernard LAPONCHE (Données statistiques : Enerdata) 1 Monde : Consommation d énergie primaire (2008 : 12,2 milliards de tep) Energies

Plus en détail

«Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance

«Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance «Action 2016» : le plan d actions stratégique d AREVA pour améliorer sa performance Présentation détaillée du plan «Action 2016» le mardi 13 décembre 2011 Perspectives financières : o Pertes opérationnelles

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE

A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A / LES FAMILLES DE SOURCES D ENERGIE B / LES CARACTERISTIQUES D UNE SOURCE D ENERGIE C / LES CRITERES DE CHOIX D UNE SOURCE D ENERGIE A la Fin de cette activité, je saurai -Identifier les grandes familles

Plus en détail

L énergie, des enjeux pour tous

L énergie, des enjeux pour tous L énergie, des enjeux pour tous Transformer le Système d'information EURIWARE conçoit, développe et met en œuvre des systèmes d information métiers en réponse aux enjeux majeurs de performance et de transformation

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

Secteur Viticole et Distillerie

Secteur Viticole et Distillerie Information generale Notre entreprise se consacre à la conception et construction d équipements de procédé de production et de tout type de dépôts d acier inoxydable, pouvant être de procédé de production

Plus en détail

Le pétrole fournit 40% de l énergie mondiale. C est lui qui a régulé jusqu à présent le prix de l énergie.

Le pétrole fournit 40% de l énergie mondiale. C est lui qui a régulé jusqu à présent le prix de l énergie. ² Le pétrole fournit 40% de l énergie mondiale. C est lui qui a régulé jusqu à présent le prix de l énergie. La production mondiale d énergie exprimée en équivalent tonnes de pétrole (TEP) est de plus

Plus en détail

Pointe et chauffage électrique

Pointe et chauffage électrique Pointe et chauffage électrique Enquête et décryptage sur une bien curieuse singularité française Association négawatt 1 er déc 2009 011209e Pour commencer, un petit lexique Pour caractériser la puissance,

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 10 MARS 2015

L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 10 MARS 2015 L INDUSTRIE PÉTROLIÈRE FRANÇAISE EN 2014 ET PERSPECTIVES 2015 CONFÉRENCE DE PRESSE DU 10 MARS 2015 1 L ÉVÉNEMENT 2014 : FORTE BAISSE DU PRIX DU BARIL Source : UFIP avec des données Reuters 2 1 Marchés

Plus en détail

Annexe 5 TRICASTIN 1

Annexe 5 TRICASTIN 1 Annexe 5 TRICASTIN 1 COMURHEX II et la conversion de l uranium CIGEET- 4 juillet 2008 Pierre BOUZON, Maîtrise d ouvrage TRICASTIN 2 La conversion : un maillon indispensable au cycle du combustible Le minerai

Plus en détail

SENSIBILISATION À LA PROBLÉMATIQUE ÉNERGÉTIQUE

SENSIBILISATION À LA PROBLÉMATIQUE ÉNERGÉTIQUE Diapositive 1 SENSIBILISATION À LA PROBLÉMATIQUE ÉNERGÉTIQUE Mastère OSE janvier2011 Diapositive 2 LA FILIÈRE ÉNERGÉTIQUE, CAS DE L ÉLECTRICITÉ EN FRANCE Diapositive 3 La filière énergétique Pour quels

Plus en détail

FLEXIPAC: Philippe ANDRE, ULg-BEMS Pour le consortium Flexipac

FLEXIPAC: Philippe ANDRE, ULg-BEMS Pour le consortium Flexipac FLEXIPAC: Optimisation d une production locale de sources d énergies renouvelables intermittentes par la flexibilisation des usages des pompes à chaleur résidentielles et tertiaires Philippe ANDRE, ULg-BEMS

Plus en détail

Point d actualités du site AREVA Tricastin

Point d actualités du site AREVA Tricastin Point d actualités du site AREVA Tricastin Frédéric De Agostini Directeur d AREVA Tricastin CLIGEET du 21 juin 2012 Direction Tricastin Journée sécurité des chantiers du Tricastin Plus de 1200 participants

Plus en détail

L énergie durable. Le climat se réchauffe, les ressources

L énergie durable. Le climat se réchauffe, les ressources L énergie Déjà près de 30 ans de géothermie et ça se renouvelle! Engagée en faveur du développement et contre la précarité énergétique, la Ville lance ce mois-ci des travaux pour améliorer et augmenter

Plus en détail

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015

Energie Nucléaire. Principes, Applications & Enjeux. 6 ème - 2014/2015 Energie Nucléaire Principes, Applications & Enjeux 6 ème - 2014/2015 Quelques constats Le belge consomme 3 fois plus d énergie que le terrien moyen; (0,56% de la consommation mondiale pour 0,17% de la

Plus en détail

Hiver 2013-2014. Prévisions de fonctionnement en situation de tension sur le réseau de GRTgaz. Winter Outlook 2013-2014

Hiver 2013-2014. Prévisions de fonctionnement en situation de tension sur le réseau de GRTgaz. Winter Outlook 2013-2014 Hiver 2013-2014 Prévisions de fonctionnement en situation de tension sur le réseau de GRTgaz - Winter Outlook 2013-2014 La responsabilité de GRTgaz SA ne saurait être engagée pour les dommages de toute

Plus en détail

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Recherche & Développement MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Préparer l avenir énergétique Dans un contexte

Plus en détail

THEMES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES - SESSION 2.1 Moins ou pas de déchets : quand, comment? Le retraitement-recyclage à l épreuve des faits Yves Marignac Directeur de WISE-Paris 8 octobre 2005 Débat public

Plus en détail

BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 2004

BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 2004 BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 24 Rapport Final Novembre 26 Visa 5/489/NOLL pour le compte du Ministère de la Région Wallonne DGTRE BILAN ENERGETIQUE DE LA REGION WALLONNE 24 Rapport final Novembre

Plus en détail

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables.

La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. ÉNERGIES RENOUVELABLES La terre comme source de chaleur: des solutions fiables. Pompes À chaleur SAUMURE eau pompes à chaleur eau eau Source d énergie inépuisable et efficace Rendement élevé et constant

Plus en détail

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options La gestion à des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie Options Options possibles pour la gestion à 2 Option zéro ou statu quo : maintien de la situation actuelle Mise en forages profonds

Plus en détail

Le code INF et les navires spécialisés

Le code INF et les navires spécialisés WNTI W O R L D N U C L E A R T R A N S P O RT I N S T I T U T E BROCHURE Le code INF et les navires spécialisés Dédié au transport sûr, efficace et fiable des matières radioactives Le code INF et les

Plus en détail

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant.

PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Plancher, plafond, et mur chauffant. PLAN: Les puis canadiens. Les pompes à chaleur. Les capteurs solaires et ballon d eau chaude. Les panneaux photovoltaïques. Plancher, plafond, et mur chauffant. Les puits canadiens: sert à la fois de chauffage

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation

Chaudière à gaz à condensation Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D). Vos avantages.

Plus en détail

NOTRE OFFRE : FRET CHAÎNE LOGISTIQUE DES OFFRES DÉDIÉES

NOTRE OFFRE : FRET CHAÎNE LOGISTIQUE DES OFFRES DÉDIÉES CMA CGM LOG EN CHIFFRES : Fret Maritime Fret Aérien Tour de Contrôle Entreposage et Distribution Transport Multimodal Hub Avance Gestion des Opérations Douanières Logistique Marine Gestion des Commandes

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Africa Smart Grid Forum Session B2. Le Projet de compteurs Linky en France. Marc Delandre marc.delandre@erdf.fr

Africa Smart Grid Forum Session B2. Le Projet de compteurs Linky en France. Marc Delandre marc.delandre@erdf.fr Africa Smart Grid Forum Session B2 Le Projet de compteurs Linky en France Marc Delandre marc.delandre@erdf.fr Chiffres clés d ERDF Production & trading Transport Distribution Commercialisation 35 millions

Plus en détail

Sujet: Production photovoltaïque en autoconsommation et stockage d énergie

Sujet: Production photovoltaïque en autoconsommation et stockage d énergie 1 Atelier autoproduction d énergie, autoconsommation et stockage Jeudi 02 juillet 2015 CCI du Morbihan à Vannes Sujet: Production photovoltaïque en autoconsommation et stockage d énergie Présenté par Jean-Benoît

Plus en détail

Article de la Chambre d Agriculture de la Gironde Bilan thermique et énergétique d une cave : comment raisonner l investissement en cave

Article de la Chambre d Agriculture de la Gironde Bilan thermique et énergétique d une cave : comment raisonner l investissement en cave Page : 1/7 1. INTRODUCTION Depuis plusieurs années maintenant, la maîtrise des températures de vinification est devenue un outil incontournable pour produire des vins de qualité, permettant au vinificateur

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013

DOSSIER DE PRESSE Mai 2013 La centrale thermique à flamme de Vitrysur-Seine Crédit photo : Yves Soulabaille N imprimez ce message que si vous en avez l utilité. EDF CPT Vitry-sur-Seine 18 rue des fusillés 94400 Vitry-sur-Seine www.edf.fr

Plus en détail

Technologies Smart Energy

Technologies Smart Energy Technologies Smart Energy Bienvenue dans le monde de SET ENERGY SERVICES Energies renouvelables et mobilité 100% propre intégrées dans un système à haute potentialité Bienvenue dans le monde de SET ENERGY

Plus en détail

Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton

Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton Basé sur l expérience, piloté par l innovation L activation du noyau de béton : un système bien conçu, économe et durable. Construire selon ce principe,

Plus en détail

Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports relatifs aux exportations et importations 1

Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports relatifs aux exportations et importations 1 Changements proposés au Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports relatifs aux exportations et importations 1 TITRE ABRÉGÉ 1. Règlement de l Office national de l énergie sur les rapports

Plus en détail

CentraleSupélec Option Energie Année universitaire 2015-2016 LE TRONC COMMUN

CentraleSupélec Option Energie Année universitaire 2015-2016 LE TRONC COMMUN OPTION ENERGIE http://www.option-energie.ecp.fr LE TRONC COMMUN Le cursus de l Option Energie se compose d un tronc commun de formation générale à la problématique énergétique dont l ambition est de sensibiliser

Plus en détail

certificat de performance énergétique d un logement?

certificat de performance énergétique d un logement? Quelles informations dans le certificat de performance énergétique d un logement? 1. Introduction Les bâtiments représentent plus de 40% de la consommation d énergie de la Communauté européenne. Il est

Plus en détail

Commentant le niveau d activité du groupe sur l année 2012, Luc Oursel, Président du Directoire d AREVA, a déclaré :

Commentant le niveau d activité du groupe sur l année 2012, Luc Oursel, Président du Directoire d AREVA, a déclaré : Au 31 décembre 2012 : Croissance du chiffre d affaires à 9 342 M (+ 5,3 % vs. 2011), tirée par les activités nucléaires et renouvelables Carnet de commandes renouvelé sur l année 2012 à 45,4 Mds grâce

Plus en détail

Smart grids for a smart living Claude Chaudet

Smart grids for a smart living Claude Chaudet Smart grids for a smart living Claude Chaudet 1 Institut Mines-Télécom Les smart grids en quelques mots Modernisation des réseaux électriques Utilisation des technologies de l information et de la communication

Plus en détail

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe «Société Électrique de l Our» Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe Pour un meilleur équilibre entre production d électricité et pointes de consommation Afin d'augmenter

Plus en détail

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Fabrice DERNY La géothermie MATRIciel SA Objectif(s) de la présentation Cerner les objectifs et les domaines d application de la géothermie

Plus en détail

électricité Et développement

électricité Et développement électricité Et développement DUrable 1 Thalès (Grec) En frottant de l ambre jaune sur sa toge, il constate qu il est possible d attirer de petits objets. Il découvre le phénomène de l électricité statique.

Plus en détail

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS

LES ENERGIES RENOUVELABLES. Dr Marwan JARKAS LES ENERGIES RENOUVELABLES Dr Marwan JARKAS Plan de l exposée : I - Définition de l énergie renouvelable II - Différentes types de l énergie renouvelable 1. Energie éolienne 2. Energie solaire 3. Energie

Plus en détail

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003)

Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Les définitions utilisées par l'observatoire de l'énergie (DGEMP- Observatoire de l'énergie, septembre 2003) Consommation Taux d'indépendance énergétique Energie Electricité Pouvoir calorifique Consommation

Plus en détail

eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre

eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre eni, mécène exceptionnel du musée du Louvre Le soutien à la culture dans les pays où elle opère et le lien avec les traditions et les communautés locales sont un trait distinctif d eni : l importance du

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 8 bis du 23 octobre 2008 C2008-68 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 27 août

Plus en détail

ALSTOM GRID AU CŒUR DES RESEAUX INTELLIGENTS

ALSTOM GRID AU CŒUR DES RESEAUX INTELLIGENTS LES SMART GRIDS DEVIENNENT REALITE SMART GRID ALSTOM GRID AU CŒUR DES RESEAUX INTELLIGENTS Date : 08/02/2011 Selon l IEA, entre 2010 et 2030 : - la croissance économique devrait engendrer une demande énergétique

Plus en détail

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30)

PROLOGIS France V. Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Saint-Gilles (30) Projet de bâtiment logistique sis ZAC du Mitra commune de Partie II RESUME NON TECHNIQUE ETUDE D IMPACT FEVRIER 2014 RAPPORT CON/13/084/CD/V2 SOMMAIRE I PRESENTATION DU PROJET ET DE SON ENVIRONNEMENT...

Plus en détail

Energies Renouvelables Réhabilitation Soutenable

Energies Renouvelables Réhabilitation Soutenable Energies Renouvelables Réhabilitation Soutenable PRÉSENTATION 4 L entreprise QUI SOMMES-NOUS? 5 Notre vision, mission et valeurs SOLUTIONS 6 Spécialement conçues pour vous SOLAIRE THERMIQUE 7 Profitez

Plus en détail

Les grands chantiers du Smart Grid français. vers une feuille de route technologique

Les grands chantiers du Smart Grid français. vers une feuille de route technologique Les grands chantiers du Smart Grid français vers une feuille de route technologique Bogdan ROSINSKI pôle S2E2 SMART ELECTRICITY CLUSTER ASPROM Conférence «Maîtrise de l'énergie» Paris 6 avril 2011 Sommaire

Plus en détail

ANNUAIRE POUR MARCHANDISES DANGEREUSES HONGRIE. Edité par: L Association Internationale des Conseillers à la Sécurité 2012.

ANNUAIRE POUR MARCHANDISES DANGEREUSES HONGRIE. Edité par: L Association Internationale des Conseillers à la Sécurité 2012. ANNUAIRE POUR MARCHANDISES 2011 HONGRIE Edité par: L Association Internationale des Conseillers à la Sécurité 2012. CONTENU DES SUJETS INTRODUCTION I. FOND DE MESURE 1. Transport routier 2. Transport ferroviaire

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Les énergies ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Les énergies Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Isabelle Barrière, Martine Corsain Fiche

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre?

AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Réunion CCI Franche-Comté - Besançon 13 mai 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE ET SYSTÈMES DE MANAGEMENT DE L ÉNERGIE ISO 50001: Quels sont les liens et comment évoluer de l un à l autre? Paule.nusa @afnor.org Nour.diab@afnor.org

Plus en détail