VILLES INTELLIGENTES : OUTIL DE GESTION COLLECTIVE OU SIMPLE CONCEPT DE MARKETING PUBLIC?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VILLES INTELLIGENTES : OUTIL DE GESTION COLLECTIVE OU SIMPLE CONCEPT DE MARKETING PUBLIC?"

Transcription

1 ANALYSE 2014 VILLES INTELLIGENTES : OUTIL DE GESTION COLLECTIVE OU SIMPLE CONCEPT DE MARKETING PUBLIC? Par Sandra Evrard Une publication ARC - Action et Recherche Culturelles asbl Avec le soutien du service de l Éducation permanente de la Fédération Wallonie-Bruxelles

2 2 Une publication ARC - Action et Recherche Culturelles Aujourd hui, une personne sur deux vit en ville. Mais cette tendance s accélère. Les estimations indiquent un taux d urbanisation de 75% (dans les pays développés) à 84% (dans les pays en développement) d ici Ces chiffres nous invitent à repenser notre approche de la ville, pour la rendre plus durable, viable voire rentable? Cette question en forme de boutade nous incite à être prudents face aux schémas appétants des villes dites «intelligentes» ou «créatives», proposés pour préparer la cité idéale de demain. C est surtout le moment de réétudier la question de la place réservée à l humain, à la participation citoyenne et à la culture, en terrain urbain. Une analyse de Sandra Evrard Aujourd hui, le vocable «d intelligent» est mis à toutes les sauces. On parle entre autres d objets intelligents, de voitures intelligentes, mot encore employé pour qualifier certaines cités. Notons d emblée que plusieurs définitions de «villes intelligentes» coexistent et semblent employées en fonction du but poursuivi par ceux qui s y intéressent. Nous reprenons ici la définition de Wikipédia, qui résume relativement bien les critères qui les caractérisent : l expression «ville intelligente» est une traduction de l expression smart city. Ce concept émergent - dont les acceptions sont mouvantes en français - désigne un type de développement urbain apte à répondre à l évolution ou à l émergence des besoins des institutions, des entreprises et des citoyens, tant sur le plan économique que social et environnemental. Une ville peut être qualifiée d intelligente quand les investissements en capitaux humains, sociaux, en infrastructures d énergie (électricité, gaz), de flux (humains, matériels, d information) alimentent un développement économique durable ainsi qu une qualité de vie élevée, avec une gestion avisée des ressources naturelles, au moyen d une gouvernance participative. 1 Parmi les ambitions positives des villes intelligentes, on trouve donc en bonne place la nécessité d atteindre une plus grande durabilité, tant sur le plan environnemental que social. DES VILLES MODERNES DURABLES Les villes intelligentes sont censées améliorer leurs performances énergétiques et établir une meilleure gestion des ressources vitales, notamment grâce à la technologie du «smart grid», autrement dit d un réseau intelligent qui permet d optimaliser la gestion de distribution d énergie (eau, électricité). Cela étant plus facile à implémenter au sein des nouvelles villes intelligentes, conçues selon ce concept, de A à Z. A Séoul, en Corée du Sud, un nouveau quartier a par exemple été construit sur 53 Km 2 de terres asséchées, au cœur de la zone portuaire. Songdo, tel est son nom, accueillera d ailleurs le nouveau Fonds vert de l ONU, dédié à l aide climatique attribuée aux pays en développement. Cette nouvelle ville intelligente, conçue de toute pièce, est édifiée pour être hyper efficiente au niveau du traitement des déchets (installation d un réseau de tuyaux d aspiration sous-terrain et utilisation des déchets pour produire de l énergie) et des eaux usées, grâce à l utilisation de tech- 1

3 3 Une publication ARC - Action et Recherche Culturelles nologies pointues et de la domotique. Mais elle fait aussi la part belle aux espaces verts, aux pistes cyclables, à l utilisation de la télémédecine, pour les personnes à mobilité réduite. Il devrait donc être agréable de vivre à Songdo! Il est évidemment plus facile de créer une nouvelle ville intelligente de A à Z, en utilisant des technologies dernier cri et une planification urbaine contemporaine, que de trouver des solutions pour des villes anciennes. «Les économistes Catherine Charlot-Valdieu et Philippe Outrequin dénoncent ainsi cette conception d îlots écologiques, coupés des autres quartiers. Le lien entre ces initiatives et une politique générale de la ville est rarement pensé, prévu, anticipé, confirme l urbaniste Taoufik Souami». 2 Notons aussi que ce type de projet a un coût important, que beaucoup de villes et états ne peuvent supporter. En revanche, atteindre une plus grande durabilité dans les cités anciennes et déjà existantes, grâce à ces nouvelles technologies, permettrait de réduire les factures d énergie. L île de Malte, qui achemine son eau potable par bateaux, a par exemple installé compteurs d eau intelligents qui permettent un suivi chiffré en temps réel des besoins de la collectivité, mais également l identification des fuites liées à des surconsommations. Ce système ayant permis la réduction de 20% à 30% de consommation d eau, ce qui est loin d être négligeable 3. Schéma montrant tous les éléments impliqués dans une ville intelligente Source : tecdev cité par ERDF EVITER L ÉCUEIL DE LA «MAGIE DU TECHNOLOGIQUE» L utilisation des technologies numériques ne doit cependant pas servir de baguette magique et nous faire croire à l apport de solutions techniques simples à des problèmes compliqués. Comme aime le rappeler Sophie Pène, professeur à Paris Descartes et membre du Conseil national du numérique, «la question numérique est une question politique. Un rappel utile à ceux qui pensent que les technologies ont la solution à tous les problèmes de la ville, et qu il suffirait d attendre une solution de ville intelligente clés en mains sans trop y penser». 4 Pierre Musso, enseignant-chercheur, titulaire de la chaire «Modélisations des imaginaires, innovation et création» à l Université de Rennes 2, af- 2 Sept modèles pour la ville du futur. La ville durable, in Sciences humaines, 28 avril 2014, p23. 3 Source : Sous les pavés, la terre, Le Soir, 11 juin 213, 4 Ibidem, p2.

4 4 Une publication ARC - Action et Recherche Culturelles firme aussi son scepticisme à l égard du slogan des territoires ou des villes numériques qu il estime «tout sauf heureux, car il met l accent sur le numérique là où il faudrait le mettre sur les ressources humaines, culturelles, sociales, etc., des territoires». 5 Serait-ce l arbre qui cache la forêt? Les pouvoirs publics se doivent d être attentifs quant aux choix des projets sur lesquels ils axent leurs priorités, en n oubliant pas que les problèmes basiques, mais cruciaux, des villes restent à gérer : mobilité, ghettoïsation sociale, accès inégalitaire au logement entre autres. Mais la technologie rassure et concevoir une «ville intelligente est une garantie, à la fois d innovation par les nouveaux services qu elle pourra proposer, et de contrôle par les analyses quantitatives des activités, humaines notamment». 6 Parfois, le citoyen est d ailleurs mis à contribution pour signaler les «défauts» repérés dans sa ville ou son quartier. Leurs données sont récoltées au travers de sites Internet dédiés ou via des applications de Smartphone (voir à ce sujet l interview de l architecte Cristina Braschi). Il faudra veiller à ce que cette omniprésente partie «technique» n évince pas l humain et les aspirations citoyennes et participatives des différents projets. De même, les «techniques intelligentes» n ont de sens que si elles sont employées en vue de proposer des «services intelligents» à la population et pour instaurer un vivre-ensemble plus harmonieux et non en tant que performance en soi. Par exemple, les voitures à conduite automatique peuvent être envisagées comme une solution pour réduire les risques humains, notamment ceux liés à la consommation d alcool au volant, mais l analyse du problème sous cet angle ne permet pas de répondre aux raisons qui sous-tendent l alcoolisme. Sous le concept de ville intelligente menace le «solutionnisme» 7 : une tendance à vouloir trouver une réponse technologique à tout problème posé au sein de nos villes, en occultant le fond et la nécessité de réfléchir avant de prendre des décisions. LE MARIAGE PUBLIC/PRIVÉ D un point de vue structurel, les instances gouvernantes n étant pas des gestionnaires techniques, une série de grandes entreprises ont été sollicitées pour piloter des projets de villes intelligentes. On retrouve notamment plusieurs noms (IBM, Siemens, Cisco) issus des multinationales de l IT, puisque l outil informatique est essentiel pour développer ces projets. «La ville intelligente est d abord une ville mieux gérée grâce aux NTIC. Cependant, l utilisation des TIC ne crée pas en soi une ville intelligente. Ces technologies doivent être déployées en complément d une stratégie plus globale pour la ville consistant à bâtir une cité répondant aux besoins des citoyens sur le long terme». 8 Si nous prenons le parti de ne pas critiquer cette association public/privé, qui dérange néanmoins certains détracteurs des villes intelligentes, mais qui nous semble inéluctable, nous pouvons par contre dénoncer le fait que ce mariage est parfois instrumentalisé à des fins marketing. Il faut demeurer conscient que mettre en avant l image positive de villes très modernes, hyperconnectées, hypertechnologiques, fait partie des stratégies adoptées par les pouvoirs publics pour attirer des investisseurs et des touristes. Ce qui n est certes pas négatif en soi, mais ne constitue pas l objectif premier du concept ou de la mission publique! MORCELLEMENT DES DONNÉES UTILES Une autre difficulté rencontrée se situe dans l hétérogénéité des approches de développement des villes intelligentes, morcelées par domaines, au niveau des sciences économiques, sociales, de la 5 La Smart City : une vitrine technologique pour les municipales, Serge Escalé, 11 février 2014, in Humeurs numériques. 6 De la ville intelligente à la ville complexe à la ville idéale, Fabien Pfaender, MonZen Tzen, XiuLin Sun, and WangGen Wan, Université de Technologie de Compiègne et Shanghai University, pp4-5 7 Terme employé par Emile Hooge, consultant en innovation et stratégies territoriales à Nova7. 8 Les caractéristiques d une ville intelligente, SmartGRIDS,

5 5 Une publication ARC - Action et Recherche Culturelles mobilité, de la gouvernance, de l environnement et de la qualité de vie. «Chacune est ensuite redivisée dans des champs disciplinaires différents sans que les liens entre ces champs ne puissent être dégagés. ( ) Au final, la ville intelligente dont l objectif est de rassembler les données d une ville pour en faire émerger des connaissances se retrouve face à un morcellement dans leur captation, leur stockage, leur appartenance, leur traitement et leur devenir dans les disciplines considérées». 9 Pourtant, les réseaux sociaux et autres services à destination des urbains connectés pourraient offrir de nouvelles perspectives pour l étude de la ville, en fournissant des données à toutes les disciplines qui le souhaiteraient. 10 Cela pourrait aussi réactiver le débat démocratique, dans une version contemporaine de l Agora de la Grèce Antique, pour autant que les citoyens soient investis dans le processus en cours. Et ce ne sont certainement pas les volontés citoyennes qui manquent. De plus en plus de personnes souhaitent et estiment même avoir le droit de participer et de donner leur avis sur certains aménagements ou décisions prises quant à leur environnement. Enfin, certains argueront encore qu il faut veiller à ne pas tomber dans le travers de l injonction au participatif (voir analyse sur le sujet 11 ), puisqu il est aussi avéré que tous les habitants n ont pas forcément envie de s investir dans des projets de gestion de leur cité, que c est également leur droit et que les y inciter pourrait se résumer à une vision utilitariste des projets. Les enjeux thématiques d une ville intelligente Source : tecdev cité par ERDF IMPLIQUER DAVANTAGE (ET MIEUX) LA POPULATION Ces postulats sur la participation citoyenne posés, il faut aussi rappeler que de nombreux projets collaboratifs citoyens visant un «mieux vivre ensemble au cœur de la cité» sont d abord nés spontanément, en dehors de toute demande provenant d instances publiques ou de tout projet de ville intelligente. «La dimension culturelle et éducative ou la création artistique - dans les opérations de renouvellement urbain, comme dans les projets métropolitains - ainsi que la place laissée à des projets d initiatives citoyennes ou associatives, sont des ingrédients de plus en plus importants pour l attractivité des territoires et pour l appropriation des projets par les habitants. Ils peuvent contribuer à faire évoluer la conception spatiale et à donner plus de sens aux projets, particulièrement en 9 Ibidem, p6 10 Idem 11 La culture du réseau permet-elle plus d autonomie?, Sandra Evrard, 2013.

6 6 Une publication ARC - Action et Recherche Culturelles cette période de crise» 12. Le risque existe de plugger du technologique et du numérique à tout-va, comme une cloche qui viendrait chapeauter de manière programmée des initiatives citoyennes déjà existantes. Il s agit souvent de démarches artificielles et ne tenant pas compte de la réalité de terrain. De plus, cela pourrait avoir tendance à brimer le potentiel innovateur des initiatives citoyennes spontanées. Certains appellent cela «l écueil du tableau de bord» : pour que la smart city réponde aux besoins de ses habitants, il ne faut surtout pas planifier son évolution d une façon trop rigide 13. Selon le sociologue Jérôme Denis, il serait préférable de «rompre avec une vision de villes intelligentes pré-programmées, entièrement calculables, qui nie la réalité urbaine, pour penser un projet de numérisation de la ville qui ne suppose pas une politique de table rase et qui accepte en toute modestie d équiper des pratiques et des métiers de la ville au plus près de leur propre intelligence. ( ) Les technologies sont bonnes lorsqu elles permettent de gagner en autonomie de pensée et ouvrent des processus d engagement par lesquels elles peuvent servir d excuse ou d activateurs de la créativité sociale et civique». 14 Tel devrait en effet être l intérêt des pouvoirs publics et autres instances instigatrices de ce type de projets. PISTES DE GOUVERNANCE CITOYENNE Les pistes pour améliorer la gouvernance des projets participatifs et citoyens existent. Antonin Torikian, Lead Project Manager chez Faber Novel, estime par exemple que pour que la ville intelligente s imprègne d un véritable élan démocratique, elle pourrait élire des représentants. «Constatant que les rapports entre les individus et les institutions évoluent, que les pouvoirs publics perdent en légitimité et en représentativité, il considère que le numérique permet de renégocier le contrat entre le citoyen et ses représentants locaux». 15 L expansion de cette dynamique n est certes pas aisée à concrétiser, mais bien pensée et organisée, elle pourrait permettre aux citoyens d être davantage acteurs de leur ville et faire remonter d une manière pragmatique leurs problèmes, envies et souhaits de ville idéale vers les instances décisionnelles. Cela pourrait notamment se concrétiser par la sollicitation en ligne de l avis des habitants sur la pertinence de certaines dépenses publiques. Concrètement, cela permettrait par exemple de comparer, grâce à l ouverture des données publiques, les impôts locaux et les dépenses publiques des différentes villes. 16 Cela pourrait éventuellement favoriser le financement participatif d infrastructures urbaines, par exemple via le crowdfunding. Mieux orienter le travail des développeurs afin que les données publiques apportent un réel bénéfice en termes de contrôle démocratique, constitue une autre pise. Les suggestions ne s arrêtent pas là, mais c est en résumé, la voie que cela pourrait prendre. VILLES INTELLIGENTES ET CRÉATIVES? On peut aussi s interroger sur l intérêt d affubler la ville du qualificatif «intelligente». Ce terme ne regroupe-t-il pas d autres concepts déjà utilisés afin d améliorer nos cités? S agirait-il d une histoire de communication, de marketing? La gestion de l image de la ville, et de son attractivité, fait désormais partie des missions que se sont fixés les pouvoirs publics. Selon le sociologue Jean Viard, la ville est «un totem identitaire. On pense la ville par son identité, par la mise en scène de sa propre histoire, de sa mémoire, de son territoire. C est sur la force des totems que se joue la concurrence entre les villes. C est ça qui fait la ville, car, contrairement aux villages, 12 Dossier villes créatives, Prise de position, in Revue Urbanisme, N 373, juillet-août 2010, p23 13 Smart city : comment rendre la ville plus intelligente?, par Usbek & Rica, 24 février 2014, in Demain la Ville, p2. 14 Ca changera quoi de vivre dans une ville intelligente?, Tommy Pouilly, le 11 décembre 2013, in RSLN (regard sur le numérique), p2. 15 Idem, p6. 16 Smart city : comment rendre la ville plus intelligente?, Idem.

7 7 Une publication ARC - Action et Recherche Culturelles les villes sont en concurrence». 17 Ceci a un impact économique direct sur l économie, grâce à l attractivité touristique et à celle des industries des loisirs et de l Horeca. Les villes avant-gardistes, originales, pensées pour le bien-être des populations, attirent bien entendu des classes sociales plus éduquées et au capital culturel élevé. Or, ce sont aussi ces personnes-là qui contribuent économiquement, et souvent avec créativité, à la dynamique urbaine. De là à affirmer que les villes intelligentes attireraient davantage de gens intelligents, il n y a qu un pas, que certains osent franchir! Cette tendance a été épinglée au travers d un concept transversal à celui des villes intelligentes. Docteur de l Université Columbia et géographe, Richard Florida 18 utilise le vocable de «villes créatives» pour classer les villes en fonction de leur attractivité et selon une approche davantage axée sur les êtres humains qui la composent. «Il y est postulé que la culture et des classes de citoyens dites créatives comme les développeurs open-source ou les musiciens et autres artistes, de même qu une communauté LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres) sont des catalyseurs d innovation dans une ville. Il postule également qu attirer et cultiver dans la ville des lieux et événements qui constitueraient un fort attrait pour ces classes est de fait un levier important pour favoriser l innovation. Celles-ci profitant ensuite au tissu industriel classique avec des répercussions positives sur l ensemble de l économie. On retrouve dans la ville créative des principes de la ville idéale, ouverte culturellement, ou encore pilotée par l innovation. Les disciplines et enjeux se recouvrent différemment, mais on retrouve le planning urbain et l économie, voire les smart city différemment, dans ce qu elles permettent aux citoyens qui savent créer des services de produire de l innovation». 19 UN CONCEPT CONTESTABLE Cette classe créative talentueuse et tolérante serait porteuse de transformation urbaine, ce qui est positif! Selon Richard Florida, «on peut ainsi repérer une ville à fort potentiel créatif en mesurant, par exemple, le nombre de brevets par habitant ou de concerts de quartier Ces indices permettent ainsi d établir un classement des villes branchées, et les municipalités n auraient plus qu à élaborer des stratégies en conséquence pour gagner des places». 20 Mais les détracteurs de Richard Florida mettent en doute la corrélation claire qu il pourrait y avoir entre la présence d une certaine catégorie sociale et l impact réel sur une ville. Est également critiquée la survalorisation qu il fait de certains types de personnes (les créatifs, les homosexuels) pour disposer certaines villes sur une échelle de valeurs et effectuer un classement, subjectif par essence. Le sociologue Alain Bourdin, qui se méfie autant des notions floues que des a priori tranchés sur les supposées attentes des habitants, s interrogent sur l existence-même de cette classe dite créative. Selon lui, la méthode utilisée pour identifier ce groupe est biaisée et trop peu précise. Le sociologue estime aussi que la corrélation entre une supposée classe créative et le développement économique n est pas scientifiquement fondée. «Pour les décideurs urbains, l enjeu est bien de faire converger aspirations des habitants et dynamiques de développement. D où l intérêt évident d une classe créative qui serait à la fois présente localement et vecteur d insertion dans la mondialisation économique et culturelle. Comme nous l expliquait récemment Ariella Masboungi au terme de nombreux déplacements dans des villes d Europe à l occasion de ses ateliers Projet urbain, les villes soucieuses de leur attractivité doivent d abord (re)donner une estime de soi à l ensemble de leurs habitants pas seulement cibler ladite 17 Fabriquer la ville : nouvelles attentes, nouvelles cultures, in Traits urbains supplément n 14, avril 2007, p2 18 Richard Florida a inventé la notion de classe créative (creative class, en anglais), qui rassemblerait environ 40 millions de personnes aux États-Unis, soit 30 % de la population active environ, mais 50 % des salaires et 70 % du pouvoir d achat disponible. Il a orienté ses recherches vers la compréhension sociologique de l attractivité des villes. Cette classe se définit principalement par le Talent, la Technologie et la Tolérance. Il a voulu démontrer qu il existe une corrélation entre la présence de la «classe créative» dans les grandes villes et un haut niveau de développement économique. La classe créative est attirée par les certains lieux de vie dont elle renforce encore l attractivité. Ainsi se crée un cercle vertueux, le talent attirant le talent, mais aussi les entreprises, le capital et les services. Source : 19 Ibidem, p8 20 Un kaléidoscope social, la classe créative, un leurre?, in Sciences Humaines, Avril 2014, N 258, p21.

8 8 Une publication ARC - Action et Recherche Culturelles classe créative. L ambiance d une ville se ressent d ailleurs, pour ceux qui la découvrent, dès la montée dans un taxi ou à la réception d un hôtel Il est indéniable que la ville marketing, décrite avec réalisme par Isabelle Baraud-Serfaty 21 ou fustigée par Yoann Morvan 22 au nom d une certaine idée des valeurs d aménité urbaine, est désormais notre réalité. Mais qu en résultera-t-il pour les équilibres territoriaux et les liens sociaux?» 23 CRÉATIVE, PARTICIPATIVE, MAIS TOUJOURS INÉGALITAIRE! La principale critique formulée à l encontre de ce classement des villes créatives repose sur le fait que celles-ci sont axées sur une classe spécifique de la population, plutôt privilégiée, et que cela risque de ne pas favoriser la participation de l ensemble des citoyens. L écueil de la ghettoïsation demeure! Et il s agit, ici encore, d une vision assez fortement axée sur la croissance économique. Car même si l on peut se réjouir qu une ville soit riche en musées, en lieux de divertissements trendy et attractifs, que cela draine des «cerveaux» et «personnalités créatives», le risque est grand que les plus démunis demeurent dans une position marginalisée et peu intégrée au sein de cette ville idéale. La dimension sociale semble le parent pauvre de ce concept, à l instar de celui des villes intelligentes. Le sociologue français Alain Bourdin corrobore lui aussi le fait que le nouveau modèle urbain basé sur l innovation et les transformations culturelles ne doit pas pour autant négliger les effets qu il peut y avoir sur la stratification sociale. «L innovation, bien qu elle soit au centre de beaucoup de choses, comme le développement économique, n est pas automatiquement gage de réussite pour une ville. Ce n est pas en transformant la ville en un lieu propice à la créativité par la combinaison de ressources, de talents et de technologies par l entremise d artistes, d intellectuels et de prestataires de services aux grandes firmes, qu une ville se développera sur le long terme. Le problème de la théorie de la classe créative, c est qu elle semble sauter certaines étapes dans son édification, passant de l énoncé des problèmes urbains constatés, à l énoncé de réflexions sur les solutions à apporter à ces problèmes. Le questionnement sur ce qui doit être créé et sur ce qui sera créé pour régler les problèmes soulevés est totalement évité» 24. L argument positiviste du participatif ne suffit pas à donner ses lettres de noblesses au concept. Aussi trendy, riche culturellement et en infrastructures soit-elle, une ville qui ne se préoccuperait pas de ses exclus n atteindrait jamais l idéal que suggère l utopie des villes créatives ou intelligentes. CONCLUSION Les concepts de villes intelligentes et villes créatives sont certes intéressants et porteurs de projets innovants et certainement nécessaires à l aube d une urbanisation encore plus massive. Mais les multiples définitions des concepts, le danger de leur commercialisation, effet secondaire des partenariats nécessairement créés avec les industriels pour répondre aux projets techniques à implémenter, et la tentation des instances publiques d en faire une vitrine marketing sont à surveiller. «Plusieurs approches concordent et discordent donc pour imaginer la ville de demain. Chacune propose un angle nouveau sur les différents aspects qu il conviendrait de traiter pour rendre la ville idéale. Du 21 Qui pourra encore produire la ville demain?, Isabelle Baraud-Serfaty, Etudes Foncières, Yoann Morvan est chercheur associé au Laboratoire Architecture Ville Urbanisme Environnement. Il a effectué un Post-doc (CNRS) à l Institut Français d Études Anatoliennes au sein duquel il est coresponsable de l Observatoire Urbain d Istanbul. Il a soutenu une thèse en urbanisme (Institut d Urbanisme de Paris/Paris Est) sur Les Territoires urbains de l échange, sous la direction de Thierry Paquot. 23 La classe créative existe-t-elle, Allain Bourdin, in Urbanisme, n 344, sept-oct php?code=344&code_menu=focus#article Conférence d Alain Bourdin, L urbanisme après la crise : peut-on faire une ville durable?, mardi 9 février 2010, p3.

9 9 Une publication ARC - Action et Recherche Culturelles point de vue de l analyse, et d une science possible de la ville, on mobilise là un éventail très large de compétences sans qu aucune ne semble plus légitime qu une autre. La ville intelligente propose une vision technologique sous-tendue par les TIC qui va de la captation au service citoyen tandis que la ville durable et les villes créatives proposent des villes sous un angle plus analytique, qu il soit social, environnemental, économique ou culturel». 25 Si ces objectifs sont en tant que tels positifs et louables, si l on peut imaginer qu il serait agréable de vivre dans une ville les ayant concrétisés, il semble nécessaire d interpeller les porteurs de projets et instances publiques sur la nécessité de ne pas oublier leurs missions de base et notamment la bonne gestion du bien commun. Car même si une partie des citoyens attend d eux qu ils gèrent la ville avec une certaine ambition, comme des managers, ne pas se laisser subjuguer par le tout technologique est crucial. Ce type de développement n ayant de sens que s il se déploie au service de l humain et de ses besoins essentiels. Notons encore cette crainte que les concepts de villes intelligentes et créatives, fortement axés sur une catégorie particulière de la population, ne permet pas de prendre en considération l intelligence collective globale. La distribution des pouvoirs et l implication de chacun au sein de la cité est certes plus «horizontale ou participative», mais pas pour tout le monde! «Aujourd hui, il existe une asymétrie considérable entre ceux qui produisent les données (nous tous) et ceux qui contrôlent les données (les sociétés qui ont des ressources et des outils pour les instrumentaliser)». 26 Une véritable ville intelligente, dont la gouvernance tiendrait compte des aspirations contemporaines de ses habitants, devrait laisser une belle part à la concertation avec ses citoyens et leur permettre de réellement participer aux projets qui les concernent. Fabriquer la ville avec ses habitants constitue une ambition à atteindre. Au vu de la multiplication des comités de quartiers ou des groupes de citoyens se réunissant autour d un projet de gestion locale, c est une demande croissante émanant d une partie de la population et il est finalement logique qu elle soit reprise dans la définition de ville intelligente. Mais cela ne doit pas être qu un porte-drapeau! Par Sandra Evrard Chargée de recherche à l ARC asbl 25 Idem 26 Ca changera quoi de vivre dans une ville intelligente?, Tommy Pouilly, 11/12/2013, p5

10 10 Une publication ARC - Action et Recherche Culturelles BIBLIOGRAPHIE Dr. Nathalie Crutzen, Chargée de Cours, Accenture Chair in Sustainable Strategy, HEC- Ecole de Gestion de l Université de Liège (29 mai 2013) Vous vous intéressez à la culture? Vous avez des choses à dire? Envie de vous exprimer? Vous voulez nous faire part d une réflexion critique informée ou relire des analyses? Concactez-nous par mail pour vous inscrire comme sympathisants de recherche, nous vous recontacterons peut-être pour écrire ou de relire des analyses! L ARC contribue à la lutte contre les inégalités et les exclusions sociales, culturelles et économiques et œuvre à la promotion et à la défense des droits culturels Editeur responsable : Jean-Michel DEFAWE ARC asbl - rue de l Association 20 à 1000 Bruxelles Toutes nos analyses sont diponibles en ligne sur

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés

L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés Contacts : Hélène Bernard, architecte, Audiar. Céline Racapé, chargée de mission aux formes urbaines, Rennes Métropole. L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés

Plus en détail

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen?

Smart Cities :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? :! concept marketing, produit technologique ou enjeu citoyen? Jacques Teller! Urbanisme et d aménagement du territoire! Université de Liège, LEMA!! Colloque SMART Village et territoire RURAL Quelques éléments

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux

Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux Veolia Transdev Pour une mobilité innovante, sûre et durable et des territoires plus harmonieux Engagés, à vos côtés, pour créer des solutions de mobilité sur mesure, inventives et performantes Le groupe

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

22 juin 2016, INRIA Lyon

22 juin 2016, INRIA Lyon 22 juin 2016, INRIA Lyon Smart city / Ville intelligente : une introduction Grand Lyon Métropole Intelligente D OÙ VIENT LA VILLE INTELLIGENTE? HYGIÉNISTE TECHNOPHILE «GÉNIE URBAIN» SATURATION & ENGORGEMENT

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE)

Le Big Data est-il polluant? BILLET. Big Data, la déferlante des octets VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE TERRE (/TERRE) Donner du sens à la science Rechercher Se connecter / S'inscrire Suivre VIVANT MATIÈRE SOCIÉTÉS UNIVERS TERRE NUMÉRIQUE MES THÈMES Types DOSSIER Paru le 15.11.2012 Mis à jour le 29.01.2014 Big Data, la

Plus en détail

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015!

URBANITES! Lausanne, 16 février 2015! URBANITES Lausanne, 16 février 2015 Urbanistes dans la ville : enjeux de la formation savoirs, savoir-faire, savoir dire Antonio Da Cunha Professeur ordinaire Institut de géographie et durabilité Faculté

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

[Texte] GLOSSAIRE DU CDT. [Texte]

[Texte] GLOSSAIRE DU CDT. [Texte] GLOSSAIRE DU CDT AGENCE NATIONALE POUR LA RENOVATION URBAINE (ANRU) L agence nationale pour la rénovation urbaine est un établissement public industriel et commercial, créé par l article 10 de la loi d

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

On s active pour un Québec sans pétrole

On s active pour un Québec sans pétrole On s active pour un Québec sans pétrole Le pétrole est une énergie non-renouvelable, polluante et de plus en plus chère. Pourtant notre mode de vie en est totalement dépendant. C est une réalité qui n

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley

1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley 1. Le partenariat Foncière des Régions / AOS Studley En tant que partenaires et conseils des utilisateurs de l'immobilier tertiaire, Foncière des Régions et AOS Studley s'associent pour réaliser une grande

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN

RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN RÉFÉRENTIEL DES PROFESSIONNELS DU DÉVELOPPEMENT SOCIAL URBAIN NOUS SOMMES DES PROFESSIONNELS DU DSU Nous sommes des professionnels du développement territorial ou local, du développement social urbain,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH»

CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» CAHIER DES CHARGES POUR L OCTROI DU LABEL «MÉTROPOLE FRENCH TECH» POUR LA CROISSANCE ET LE RAYONNEMENT DE L ÉCOSYSTÈME NUMÉRIQUE FRANÇAIS POUR ÊTRE LABELLISÉE «MÉTROPOLE FRENCH TECH», UNE MÉTROPOLE DOIT

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY

POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY POLITIQUE FAMILIALE DU CANTON DE WESTBURY «Penser et agir famille» LES OBJECTIFS 1. Accueillir les familles avec respect et ouverture d esprit dans toutes leurs formes et leurs différences. 2. Stimuler

Plus en détail

RENOVATION ENERGETIQUE

RENOVATION ENERGETIQUE RENOVATION ENERGETIQUE DES BATIMENTS DU TERTIAIRE : IL FAUT AGIR! Par le pôle Ecologie de Terra Nova Le 25 octobre 2013 La rénovation énergétique des bâtiments est une condition sine qua non de la réussite

Plus en détail

Le processus d acceptabilité sociale de Montréal : plan de la présentation

Le processus d acceptabilité sociale de Montréal : plan de la présentation Les Grandes Conférences les affaires FAVORISER L ADHÉSION DES PARTIES PRENANTES Ville de Montréal Le 5 décembre 2012 Le processus d acceptabilité sociale de Montréal : plan de la présentation Les éléments

Plus en détail

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE

APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE 1 APPEL A LA RECONNAISSANCE DU PATRIMOINE CULTUREL IMMATÉRIEL EN BRETAGNE Nous, signataires, acteurs culturels en Bretagne, individuels et associations, demandons aux élus et institutionnels de soutenir

Plus en détail

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012

Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Sondage national auprès des primo-votants à l élection présidentielle 2012 Un sondage Anacej / Ifop L Anacej a lancé en novembre 2011 la campagne 2012, je vote pour inciter les jeunes à vérifier leur inscription

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous.

Gérard COLLOMB et ses équipes sont à l écoute de vos sollicitations et de vos demandes, car la Ville de demain se construit évidemment avec vous. Madame, Monsieur, Dans un courrier électronique en date du 10 février 2014, vous nous avez interrogés en matière de transition énergétique et de lutte contre le changement climatique. Nous vous prions

Plus en détail

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire

Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire Vision stratégique du développement culturel, économique, environnemental et social du territoire PROJET D ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE OCTOBRE 2014 TABLE DES MATIÈRES POURQUOI UN ÉNONCÉ DE VISION STRATÉGIQUE?...

Plus en détail

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» 1- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS :

Plus en détail

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation

Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation DOSSIER DE PRESSE 30 janvier 2013 Lancement de Nexa Agence Régionale de Développement, d Investissement et d Innovation Dossier de presse 30 janvier 2013 Une refondation accomplie. Depuis 2010, le Conseil

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Opération d Intérêt National Éco-Vallée EcoCité plaine du Var. www.ecovallee-plaineduvar.fr

Opération d Intérêt National Éco-Vallée EcoCité plaine du Var. www.ecovallee-plaineduvar.fr Opération d Intérêt National Éco-Vallée EcoCité plaine du Var www.ecovallee-plaineduvar.fr 1 2 3 3 Eco-Vallée Un nouveau positionnement économique Faire d Eco-Vallée l accélérateur de la mutation économique

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

Atelier du Comité 21 Parties Prenantes : les entreprises aux abonnés absents? Mercredi 11 avril 2013

Atelier du Comité 21 Parties Prenantes : les entreprises aux abonnés absents? Mercredi 11 avril 2013 Atelier du Comité 21 Parties Prenantes : les entreprises aux abonnés absents? Mercredi 11 avril 2013 Le langage des entreprises Performance Attractivité Développement Emploi Stakeholders Innovation «Compétitivité

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Economie & Territoires 3.0

www.pwc.lu/secteur-public Economie & Territoires 3.0 www.pwc.lu/secteur-public Economie & Territoires 3.0 Votre levier générateur de développement Contexte Depuis quelques années, notre environnement économique et financier traverse une grande période d

Plus en détail

BREST LILLE LYON NICE ROUEN

BREST LILLE LYON NICE ROUEN BORDE BREST AUX IS D PAR GRAN BLE GRENO LILLE LYON EILLE MARS ER PELLI T N O M ES NANT NICE ES RENN ROUEN BOURG STRAS USE TOULO COMMUNIQUÉ DE PRESSE SIMI 2014 L immobilier de bureaux et l attractivité

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel

Commentaires de. l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document. Un regard neuf sur le patrimoine culturel Commentaires de l Association québécoise pour le patrimoine industriel (Aqpi) sur le document Un regard neuf sur le patrimoine culturel Dans le cadre de la consultation publique pour une révision de la

Plus en détail

L audit de communication interne

L audit de communication interne A faire suivre à : retour à : L audit de Problématique La décision de lancer un audit répond à une volonté politique. Celle-ci s inscrit souvent dans le cadre d une conjoncture spécifique : restructuration

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012

Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Plateforme électorale Ecolo Elections communales du 14 octobre 2012 Fiche 10 ENSEIGNEMENT Faire de nos écoles des lieux d apprentissage, de métissage, d ouverture et d émancipation, en favorisant le mieux-vivre

Plus en détail

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée

Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Strasbourg, le 14 novembre 2014. Comité stratégique de la démarche Alsace 2030 : des ambitions fortes, une vision partagée Philippe Richert, Président du Conseil Régional d Alsace, Ancien Ministre, a ouvert

Plus en détail

Regard sur hybridation et infogérance de production

Regard sur hybridation et infogérance de production Regard sur hybridation et infogérance de production Février 2014 édito «comment transformer l hybridation des infrastructures en levier de performances?» Les solutions d infrastructure connaissent depuis

Plus en détail

Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance

Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance >>> Les systèmes de vidéosurveillance connaissent selon les villes européennes des évolutions d ampleur et de nature différentes tenant

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien

DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien DOSSIER DE PRESSE Un portail énergie / climat parisien «En vue de la grande Conférence de l ONU Paris Climat 2015, le dispositif Solutions COP 21 lancé par le Comité 21 avec le Club France Développement

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Une situation géographique proche de la capitale.

Une situation géographique proche de la capitale. Issy-les-Moulineaux, une ville innovante et attractive Une situation géographique proche de la capitale. Issy-les-Moulineaux accueille des sièges sociaux d entreprises prestigieuses : Microsoft, Bouygues

Plus en détail

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF

CHARTE BUDGET PARTICIPATIF CHARTE BUDGET PARTICIPATIF PREAMBULE Depuis 2001, la Ville de Paris a associé les Parisiens de façon accrue à la politique municipale, en s appuyant notamment sur les conseils de quartier, les comptes

Plus en détail

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Le CIGREF, dans son livre blanc de 2002, précise que «l alignement stratégique de l organisation sur le métier est le fait de mettre en

Plus en détail

son offre Executive Education

son offre Executive Education Destinée aux cadres supérieurs, dirigeants d entreprises et entrepreneurs menée en partenariat avec CentraleSupélecParis Lancée en Octobre 2015 Casablanca, le 2 juin 2015 L Ecole Centrale Casablanca annonce

Plus en détail

La Chaire Accenture Strategic Business Analytics de l ESSEC

La Chaire Accenture Strategic Business Analytics de l ESSEC La Chaire Accenture Strategic Business Analytics de l ESSEC La création de nouvelles opportunités par l analyse des données Dans le monde numérique actuel, l analyse des données est au cœur des réseaux

Plus en détail

Comment développer Ecoville : le cahier des charges

Comment développer Ecoville : le cahier des charges Comment développer Ecoville : le cahier des charges Les élus d Ecoville ont besoin de vous pour décider du futur de la commune. Ce document vous explique les objectifs principaux et les phases de développement

Plus en détail

INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS.

INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS. COMMUNIQUÉ DE PRESSE Le 1 er décembre 2014 INSTITUT DE LA MOBILITE DURABLE : UNE PLATEFORME COMMUNE QUI CO-CONSTRUIT LE FUTUR DE LA MOBILITÉ DEPUIS 5 ANS. Le 27 novembre 2014, Renault, la Fondation Renault

Plus en détail

JOURNEE REGIONALE DE TRAVAIL Dialogue et coopération autour des documents d urbanisme pour un projet de territoire à énergie positive

JOURNEE REGIONALE DE TRAVAIL Dialogue et coopération autour des documents d urbanisme pour un projet de territoire à énergie positive INVITATION Mardi 7 juillet 2015 JOURNEE REGIONALE DE TRAVAIL Dialogue et coopération autour des documents d urbanisme pour un projet de territoire à énergie positive «Dimensionner une planification ambitieuse

Plus en détail

Thématiques Questions possibles berufsfeld/fach

Thématiques Questions possibles berufsfeld/fach LEARNING FOR THE PLANET Liste des sujets Vous cherchez une inspiration pour votre sujet Vous pouvez lire la liste ci-dessous et voir quel thème éveille votre intérêt. Examinez les questions correspondantes.

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche

DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV. Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche DEMANDE DE SOUTIEN - RAVIV Fonds de Soutien à l Initiative et à la Recherche 2015 1 PRESENTATION DE LA STRUCTURE RAViV est un réseau solidaire de compagnies et structures franciliennes de spectacle vivant

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

17 & 18, 24 & 25 avril 2015, 30 avril & 1er mai 2015

17 & 18, 24 & 25 avril 2015, 30 avril & 1er mai 2015 À l occasion du festival de Pâques, la mairie de Deauville et l ESSEC Business School créent Break and Share 17 & 18, 24 & 25 avril 2015, 30 avril & 1er mai 2015 Villa Strassburger, à Deauville Autour

Plus en détail

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE

1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Chantier d Emmaus International sur le DEVELOPPEMENT DURABLE Lisbonne du 10 au 18 octobre 2008 1-Thème du chantier : LE DEVELOPPEMENT DURABLE Le thème du développement durable a été choisi étant un vecteur

Plus en détail

Talents Office Top Namur

Talents Office Top Namur Talents Office Top Namur Ne cherchez plus, nous avons trouvé LE talent! N hésitez pas à nous contacter afin de pouvoir fixer un rendez-vous avec ces candidats! Vous pouvez nous joindre par téléphone au

Plus en détail

Déroulement des travaux. Jour 1

Déroulement des travaux. Jour 1 Atelier national sur le partage des résultats de l étude et la mobilisation des organisations de la société civile pour le lancement d une campagne de plaidoyer autour de l accaparement des terres au Cameroun

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO)

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) Former des urbanistes Le master Urbanisme : stratégie, projets, maîtrise d ouvrage (USPMO) s appuie sur

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES Libellé de l UE (Unité d enseignement) et de l EC (Elément constitutif) SEMESTRE 1 S1 : UE OBLIGATOIRES Management public et stratégie

Plus en détail

Comment communiquer le PST? Atelier du 3 novembre 2014

Comment communiquer le PST? Atelier du 3 novembre 2014 Comment communiquer le PST? Atelier du 3 novembre 2014 1. Communiquer le plan stratégique : utopie ou défi? par J. MOISSE, Inspecteur général au Service public de Wallonie Cf. présentation.ppt en annexe

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015

Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Proposition en vue de la préparation du budget fédéral 2015 Recommandations pour appuyer la croissance et le développement de la production commerciale de biocarburants cellulosiques pour une économie

Plus en détail

Le nouveau marketing urbain à l heure du numérique

Le nouveau marketing urbain à l heure du numérique Le nouveau marketing urbain à l heure du numérique Liège, 10 / 10 / 2014 Joël Gayet Chercheur associé à Sciences Po Aix Directeur de la Chaire «Attractivité & Nouveau Marketing Territorial» Attractivité

Plus en détail

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL

MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL MÉMOIRE SUR LE PROJET DE PLAN D ACTION FAMILLE DE MONTRÉAL NOVEMBRE 2007 Montréal, le 23 novembre 2007 À l attention de Madame Jocelyne Beaudet, Présidente Commission de l Office de consultation publique

Plus en détail

Investir, Épargner et Produire durablement :

Investir, Épargner et Produire durablement : Investir, Épargner et Produire durablement : les territoires relèvent le défi Repères pour l action LES CAHIERS DE L OBSERVATOIRE N 7 Investir, Épargner et Produire durablement : les territoires relèvent

Plus en détail

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise.

Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. IBM Global Services Faire de l infrastructure informatique une source de valeur ajoutée pour l entreprise. Les services d infrastructure et d intégration IBM Pour une infrastructure informatique qui participe

Plus en détail

SYNTHESE DE L ATELIER DE BORDEAUX «Evaluer nos politiques publiques par la donnée», 30 mars 2015

SYNTHESE DE L ATELIER DE BORDEAUX «Evaluer nos politiques publiques par la donnée», 30 mars 2015 SYNTHESE DE L ATELIER DE BORDEAUX «Evaluer nos politiques publiques par la donnée», 30 mars 2015 Atelier 1 Quelles données pour un indicateur de bien-être urbain? Plusieurs jeux de données sont aujourd'hui

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Les Fondations du groupe Bouygues

Les Fondations du groupe Bouygues Les Fondations du groupe Bouygues Depuis près de 20 ans, le groupe Bouygues participe au développement économique et social des régions et pays dans lesquels il est implanté, que ce soit par des initiatives

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DE L ELECTRICITE (FINELEC) DU 29 MARS AU 1 er AVRIL 2011. PALAIS DES CONGRES DE YAOUNDE, CAMEROUN.

FORUM INTERNATIONAL DE L ELECTRICITE (FINELEC) DU 29 MARS AU 1 er AVRIL 2011. PALAIS DES CONGRES DE YAOUNDE, CAMEROUN. FORUM INTERNATIONAL DE L ELECTRICITE (FINELEC) DU 29 MARS AU 1 er AVRIL 2011. PALAIS DES CONGRES DE YAOUNDE, CAMEROUN. LES RECOMMANDATIONS ISSUES DES ATELIERS Ateliers 1.1 Création d un cadre incitatif

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

L innovation disruptive,

L innovation disruptive, Octobre 2013 une nécessité pour l industrie aéronautique Les constructeurs aéronautiques font face à une compétition technologique et commerciale toujours plus intense dans un environnement de complexité

Plus en détail

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats

Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France. Résultats Enquête sur la formation initiale dans l industrie du jeux vidéo en France Résultats Le jeu vidéo est, à travers le monde, la première industrie culturelle devant les secteurs du cinéma et de la musique.

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN

MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN MASTER DE PRODUCTION ET GESTION DE PROJETS EUROPÉENS EN ARTS DE L ECRAN Porteur de Projet : Francis GAST, Directeur de la Faculté des Arts Université de Strasbourg OBJECTIFS Le MASTER DE PRODUCTION ET

Plus en détail

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées

Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Réponse de la Fédération canadienne des municipalités au projet de cadre réglementaire d Environnement Canada pour la gestion des eaux usées Le 31 janvier 2008 Depuis 1901 Since 1901 24, rue Clarence Ottawa

Plus en détail

Ouverture 2 Bertrand HEBERT, Directeur général adjoint de l'apec. Présentation de l étude 3

Ouverture 2 Bertrand HEBERT, Directeur général adjoint de l'apec. Présentation de l étude 3 Sommaire Ouverture 2 Bertrand HEBERT, Directeur général adjoint de l'apec Présentation de l étude 3 Jean-Marie Blanc, Directeur des Relations institutionnelles et partenariats de l'apec Pierre Lamblin,

Plus en détail

NEWPORT / PANTIN ZAC DU PORT APPEL À CANDIDATURE POUR LES LOCAUX COMMERCIAUX ET D ARTISANAT

NEWPORT / PANTIN ZAC DU PORT APPEL À CANDIDATURE POUR LES LOCAUX COMMERCIAUX ET D ARTISANAT NEWPORT / PANTIN ZAC DU PORT APPEL À CANDIDATURE POUR LES LOCAUX COMMERCIAUX ET D ARTISANAT Sur les berges du canal de l Ourcq, entre port de plaisance, bureaux et logements, développez votre activité

Plus en détail