Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation RÉGULATION ET GESTION TECHNIQUE DES BÂTIMENTS «LE MARCHÉ 2013»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation RÉGULATION ET GESTION TECHNIQUE DES BÂTIMENTS «LE MARCHÉ 2013»"

Transcription

1 Syndicat des Automatismes du génie Climatique et de la Régulation RÉGULATION ET GESTION TECHNIQUE DES BÂTIMENTS «LE MARCHÉ 2013» Une année positive dans un contexte de crise Nous avons le plaisir de vous présenter l édition 2013 de notre «évaluation annuelle du marché de la Régulation et de la GTB». Depuis 2010 notre secteur connaît à nouveau la croissance. Elle se fait à un rythme fort différent de celui d avant la chute de notre marché en L année 2013 a permis de consolider l entrée en application de la RT2012 et ses aménagements (titre V). Elle a été marquée par le débat national sur la transition énergétique. Ce débat a représenté une excellente opportunité d exploration de nouveaux gisements d économies d énergie. Le Président de la République a fixé comme défi à la France de porter le parc des bâtiments français à un haut niveau de performance thermique pour Pour atteindre cet objectif, construire des bâtiments selon les exigences de la RT2012 et les RT suivantes est incontournable. Mais il est évident que la rénovation thermique des bâtiments existants sera la clef de voûte de la réalisation de ce défi. Au global, sur 2013, nous pouvons noter une croissance timide de 2,0%, en retrait par rapport à celle évaluée en 2012 (3,0%). Elle confirme bien un fort ralentissement du marché depuis le début de la crise. En 2008, nous affichions un marché global évalué à 330,4 M ce qui constituait un point haut historique. En 2013, nous avons dépassé pour la première fois ce point avec un marché évalué à 334,9 M. Quatre années de croissance modérée auront été nécessaires pour effacer la chute de Nous allons vous présenter les variations de notre marché et l analyser selon notre découpage habituel : - Chauffage Individuel et Collectif, - Ventilation et Climatisation, - Gestion Technique des Bâtiments, - Services associés à toutes ces activités. Syndicat enregistré le 20 février 2007 à la Mairie de Paris sous le N Adresse : 11/17 rue de l amiral Hamelin PARIS Tel : BELIMO CAREL DANFOSS HAGER HONEYWELL INVENSYS SCHNEIDER Electric JOHNSON CONTROLS KIEBACK & PETER SAUTER SIEMENS TREND

2 PRÉAMBULE Pour cette année, le Préambule va mettre l accent sur l activité du Syndicat ACR qui a été intense tout au long de l année De nombreuses priorités nationales et internationales ont nécessité un travail soutenu en 2012 et Ceux-ci ont engendré beaucoup d investissements en termes de temps et d énergie. Nous avons mené une série d actions qui ont accru notre visibilité, tant sur les marchés qu auprès des «institutionnels». En voici un résumé : Poursuite du développement du site Internet lancé en 2013 : principale source de communication vers l extérieur Renforcement de notre réseau de partenariat : - Le Syndicat ACR a été élu à la Vice-présidence d Energie et Avenir - Collaboration au sein de : - SBA - eu.bac - Commissions de la FIEEC et d autres partenaires tels que : FNAS, CAPEB, FEDENE, UECF, PROFLUID Annonce lors de la Conférence de Presse ACR 2013 du lancement des Labels EE des produits et système ; détails présentés à l INTERCLIMA+elec 2013 Formation préalable au lancement de la Labellisation EE des systèmes Défense active de nos intérêts lors de la refonte du Crédit d Impôts Développement Durable (CIDD) Participations aux salons suivants (ACR + BACnet France) : - INTERCLIMA+elec 2013 et conférences ACR : Nouvelle participation conjointe avec l association européenne eu.bac, dans un espace institutionnel regroupant les intérêts de nos adhérents et celui des réseaux de communication standardisés ouverts BACnet France et KNX France ; - Innovative Building 2013 ; - IBS 2013 et conférences ACR+ BACnet France. Les travaux de RÈGLEMENTATION Ces travaux ont été intenses cette année et ont nécessité beaucoup d implication au niveau national et international : Pour ECODESIGN (EUP, ERP) : Nous avons réussi à faire apparaître le contrôle (la régulation) en texte clair (LOT 1 et LOT2) dans les formules mathématiques ; Mais on se demande si cette démarche est insuffisante et la discussion reste ouverte au sein de l association eu.bac Le travail doit continuer pour apporter des réponses aux autres technologies : pompes à chaleurs, micro cogénération... Remarque : EUP (Energy Using Products)est transformé dans une autre directive avec le nom ERP (Energy Related Products) et le tout sous la dénomination de «ECODESIGN» avec sa directive sur les Labels (automne 2015) Un mandat M/495 a été donné pour la création des standards nécessaires. Les travaux commencent 2014 pour une mise en œuvre en 2015! 2 / 9

3 Pour la révision de la Directive sur la Performance Energétique des Bâtiments (EPBD recast) : Nous avons réussi pour la première fois à introduire la Régulation et la GTB en tant que contributeur de premier ordre pour l efficacité énergétique des Bâtiments (ART 8) Un mandat M/480 a été donné pour la réorganisation des standards issus du mandat M/343 pour l alignement de la Directive sur la Performance Energétique des Bâtiments Recast. Observation importante : une «concertation» entre les deux mandats est à prévoir : M/480 et M/495 à travers le CEN TC247 et eu.bac. Or, nous sommes concernés par les deux Pour la RT2012 : Entrée en application progressive (du 28 octobre 2011 au 1er janvier 2013!) Points importants : - BBC comme référence (50KWEP/M2/ANNÉE) - Bbiomax (avec influence des scenarii (mais seules la régulation et la GTB peuvent assurer cette conformité) - ENER - Nouveau moteur de calcul - Vérification de la conformité à la RT2012 avant et après construction - TITRE III des moyens (régulateurs plusieurs allures, vannes équilibrantes) ce qui signifie l augmentation de l obligation de moyens Néanmoins, le nom de la régulation apparaît 453 fois toutes les 2 pages et demie! À noter que 87 des fonctions de régulation et de GTB présentent une mise en œuvre (sur la base des fonctions décrites par la norme NF EN 15232). Il est probablement nécessaire d utiliser également les titres V pour accélérer la valorisation de la régulation et de la GTB (aux moindres coûts et délais) Les travaux de STANDARDISATION Ces travaux ont connu une intensité remarquée en 2013, citons les faits suivants : Pose des bases de notre implication dans le SMART METERS/ SMART GRID par l utilisation des bus de communication standardisés ouverts (BACnet, KNX et LON) également Relance par l Europe du mandat pour la révision des normes liées à la Directive EPBD recast, le mandat M/480 «Contribution du CEN TC371 au CEN TC247» Il y a 3 types de travaux : Mise à jour des normes existantes Développement de nouvelles normes Introduction de la Régulation et de la GTB dans la méthode de calcul européenne et mise en cohérence avec la Réglementation française par la suite. Les travaux de CERTIFICATION : Pour 2013, la priorité des certifications eu.bac a été donnée aux VAV, vannes rotatives et 6 voies! Ces certifications sont maintenant disponibles. Les Labels produits et systèmes sont visibles sur le site (www.eubaccert.eu/) qui présente le système CLMS de eubac, à savoir «the Certification and Labelling Management System of eu. Bac» et également sur le site Ces éléments seront bientôt visibles sur le site 3 / 9

4 1. LA RÉGULATION Le marché total de la Régulation a connu une croissance régulière de 2005 à Cette croissance était portée par une croissance stable de ses deux familles : la Régulation du Chauffage Individuel et Collectif la Régulation de la Ventilation-Climatisation En 2009, le marché de la Régulation connaît une chute historique de 6,6% en ligne avec celle du marché global. Depuis, la croissance de la Régulation oscille entre 0,5% et moins de 2%. Cette année, la progression est de 0,5%, en retrait par rapport à celle de 2012 qui était de 1,6%. La croissance cumulée de ces trois dernières années est de 4%. La Régulation contribue à la croissance du marché global de la même façon que la GTB. Cette année, la Régulation est un peu en retrait par rapport aux autres domaines de marché. Et, nous n avons pas encore retrouvé le niveau de Au fil des années, le marché de la régulation a été évalué à : 206,6M en ,8M en ,7M en ,2M en ,3M en ,4M en 2013 Mais à l intérieur des deux familles du marché de la Régulation, les évolutions sont, cette année, divergentes. - L activité du Chauffage Individuel et Collectif est en légère décroissance avec un taux négatif de 0,2% contre un taux positif de 2,1% en Sur les trois dernières années, sa croissance cumulée est de 1,4%, ce qui est en dessous de la croissance cumulée de l ensemble de la Régulation (4%). - La Ventilation-Climatisation connaît un léger développement cette année avec un taux de 1,8%. Grâce à de très bons résultats en 2011 de 6,9%, la croissance cumulée sur ces trois dernières années (8,7%) est supérieure à celle du marché de la Régulation, à savoir 4%. C est donc ce domaine de marché qui porte la croissance de l ensemble de la Régulation. Plutôt l attention sur la ventilation et la qualité de l aire peut expliquer cette augmentation de la Ventilation-Climatisation et non pas l augmentation de l utilisation du froid. A. La Régulation du Chauffage Individuel et Collectif La période 2006 à 2008 a été marquée par une croissance de l ordre de 10%. La crise est venue interrompre cette tendance positive. Après la chute de 2009, le Marché 2010 a connu une variation de +3%. Mais ce soubresaut ne s est pas confirmé : -1% en 2011, +2,1% en 2012 et -0,2% en Nous allons vous apporter des éléments d explications : a. En chauffage électrique : Le marché du chauffage électrique connaît un très fort ralentissement dans la construction neuve des logements résidentiels. Le cœfficient de 2,58 (équivalence officielle de l énergie électrique en énergie primaire) introduit dans la RT2012 entraîne un arbitrage systématique en défaveur de l électricité. Nous avions déjà constaté cet impact en 2012 qui s est amplifié en 2013 avec l application de la RT2012 à tous les bâtiments 4 / 9

5 b. En chauffage à eau chaude : La tendance est inverse pour le marché du chauffage à eau chaude. Dans le Neuf, la RT2012 préconise l installation de systèmes de régulation performants et certifiés. On constate une augmentation de nombre des produits de ces appareils vendus pour un périmètre de chiffres d affaires qui évolue peu. En effet, les exigences de la RT2012 ont entraîné une hausse des prix de revient de la construction, ce qui se traduit par une pression sur les prix de vente de nos industriels. On peut espérer que cette pression diminuera au fur et à mesure du développement de ces nouveaux types de bâtiments. Ce domaine évolue positivement grâce aux régulateurs programmables. En ce qui concerne les TAP (Thermostats d Ambiance Programmables), les modèles numériques filaires sont en progression. Ce sont des solutions privilégiées dans le Neuf ; les solutions sans fil étant généralement utilisées pour la Rénovation. On constate aussi que les utilisateurs arbitrent encore souvent en faveur de solutions moins coûteuses à l installation (non programmables) dans le cadre de leurs rénovations. L évolution positive de la Régulation du chauffage à eau chaude se retrouve également dans la forte augmentation du nombre des régulateurs pour planchers chauffants. Les régulateurs multizones s imposent de plus en plus dans le résidentiel bien qu ils ne soient pas directement obligatoires dans la RT2012. La bonne croissance des vannes auto équilibrantes est liée au développement des réseaux à débit variable. En effet, les vannes hydrauliques auto équilibrantes apportent une réponse aux problèmes d équilibrage de ces réseaux et favorisent la baisse des consommations. C est un impact positif de la RT2012 qui se confirme. B. La Régulation de la Ventilation et de la Climatisation Le marché de la Régulation, de la Ventilation et de la Climatisation avait connu en 2007 et 2008 une croissance régulière autour de 5%. En 2009, il a perdu 6% et 3,8% en L évolution nettement positive de 6,9% en 2011 est nettement ralentie en 2012 avec un taux de 0,8%. La progression en 2013 de 1,8% pour atteindre un niveau de marché de 76 M confirme la nécessité de gérer les flux d air dans des bâtiments de plus en plus étanches (extraction d air, gestion des températures de consigne). Comme l année dernière, la famille des moteurs de registre qui équipent les solutions de Ventilation d air Mécaniques Contrôlées (VMC) est en croissance. La maîtrise de l extraction de l air qui passe par le réglage des ventilations est devenue essentielle. C est un autre impact positif de la RT2012.Les régulateurs non intégrés pour ventilation et climatisation et les vannes de régulation correspondantes continuent de baisser depuis deux ans. 5 / 9

6 2. LA GESTION TECHNIQUE DES BÂTIMENTS La GTB a affiché une croissance cumulée de 25% de 2005 à 2007 suivie d un fléchissement en La régression de 2009 semblait constituer une parenthèse dans cette évolution positive puisque nous retrouvions en 2010 une croissance de 4%, comparable à celle de L année 2011 est marquée par une légère baisse de 3% largement compensée par un retour à la hausse de 3,2% sur 2012 et avec un taux identique en La croissance cumulée de ce domaine de marché est d un peu plus de 3%, proche de la Régulation (4%) mais en dessous de la croissance cumulée du marché global (+6,8%). Au fil des années, le marché a été évalué à : 74,8M en ,7M en ,5M en ,8M en ,3M en 2013 Les applications avec web embarqué continuent de se développer dans les installations. L intégration de services web permet via une simple connexion sur un réseau internet de remonter les informations locales. À partir de ces data ainsi collectées sur internet, on réalise des scenarii de fonctionnement des bâtiments et on sélectionne celui qui est le plus économique pour le mettre en œuvre. L intelligence du bâtiment se décentralise dans des fonctions de régulation de plus en plus terminales : l enjeu étant de coordonner toutes ces fonctions pour optimiser le fonctionnement global du bâtiment. Cette vision systémique des bâtiments est une opportunité de marchés pour notre industrie. Les solutions ne résident pas simplement dans le traitement logiciel des données mais dans la capacité à configurer les contrôleurs et à gérer localement les équipements. On constate d ailleurs que la progression régulière et continue du nombre des Unités de Traitement Locales (UTL) se confirme encore cette année. Les régulateurs communicants sont en nette progression. La tendance que nous avions évoquée il y a maintenant quatre ans s impose aujourd hui : les protocoles propriétaires sont en chute de 50% et ne dépassent plus les 10% du marché ; Les régulateurs terminaux communicants en BACnet et KNX tirent leur épingle du jeu avec un taux de croissance le plus élevé même si LON domine encore historiquement le parc existant. Néanmoins l intégration du pilotage des stores permise par KNX contribue à sa croissance. En effet, les modules pour store et éclairage sont en forte augmentation cette année. C est une conséquence positive de la RT2012. Les postes multi-techniques sont en augmentation. Les modules qui ont de nouvelles fonctions (éclairage, stores..) sont de plus en plus nombreux. Cela contribue à une hausse de 3,2% du marché de la GTB. La tendance actuelle de conception des bâtiments entraîne parfois moins d installations de régulations terminales. Le marché se structure autour de solutions globales qui intègrent ces équipements dans leur offre. Fort logiquement, les vannes terminales sont également en régression cette année. La recherche de solutions moins coûteuses engendre une intégration de ces équipements par d autres équipementiers. La baisse est donc à pondérer par un transfert de ces équipements vers les OEM. 6 / 9

7 3. LES SERVICES Le marché des Services évalué par l ACR concerne surtout la GTB et notamment les contrats d entretien sur le matériel et les logiciels afférents. Ce domaine du marché a connu la plus forte évolution en 11 ans puisqu il a presque doublé. L année 2008 avait été marquée par une progression de 18,5% du marché des Services. Contrairement aux autres secteurs, la croissance a ralenti en 2009 avec un taux plus modeste de 6%. Cette année encore, la progression est supérieure à celle du marché global : 6,2%. Au fil des années, le marché a été évalué à : 41,2M en ,2M en ,1M en ,1M en ,2M en 2013 Les logiciels existants sont adaptés aux exigences d efficacité énergétique. C est une raison essentielle du développement de ce marché qui repose essentiellement sur la confiance accordée par les utilisateurs aux constructeurs. Les objectifs de ces travaux d adaptation sont principalement la recherche d une meilleure qualité d exploitation, l amélioration de la capacité de connexion à distance et plus globalement, la migration des installations vers des solutions plus performantes. 7 / 9

8 BILAN 2013 Un impact favorable des Labels, Directives Européennes et RT L année 2013 est marquée par une croissance modeste de nos familles de marché. Dans un contexte économique difficile, il n était pas possible de maintenir le niveau de 3% de Avec cette nouvelle année de croissance estimée à 2%, notre marché atteint 334,9M et permet de dépasser enfin le niveau historique de 2008 évalué à 330,4M. La croissance cumulée des services de 26% sur ces trois dernières années a fortement contribué à retrouver le niveau d activité antérieur à la crise. Malgré la crise économique, financière et sociale qui s est poursuivie en 2013, notre activité continue à évoluer positivement. PERSPECTIVES Quelles sont les perspectives de notre marché dans ce contexte de crise? La croissance cumulée de 6,8% du marché Français de la Régulation et de la GTB au cours de ces trois dernières années montre que notre secteur d activité apporte une des principales solutions à l enjeu de la sobriété énergétique. Les réseaux intelligents deviennent un pilier incontournable. Nos matériels et systèmes constituent des éléments essentiels de ces réseaux. Notre marché est donc moteur dans la relance de l économie française. C'est-à-dire que la Régulation et GTB est synonyme de l intelligence! Et pourtant, il y a des programmes qui devront tirer la Régulation et GTB vers le haut (inclus dans le chiffre d affaires) : Transition Energétique Plan de Rénovation des Bâtiments Smart Grid/Smart Metering (Smart Cities ET donc SMART BUILDING/HOME) Nous sommes néanmoins réservés quant au développent de notre marché pour ces raisons : La courbe du chômage n est pas inversée et elle touche le BTP (neuf et rénovation) La crise économique n est pas finie et rend plus complexe les investissements Les exigences pour les bâtiments sont accrues mais les solutions techniques qui pourtant sont disponibles ne ramènent pas une croissance automatique Le secteur est en restructuration Ceci amène globalement un manque de visibilité qui dure Néanmoins, nous avons le projet de créer un pôle hydraulique pour concentrer l attention des adhérents présents et futurs aux enjeux énergétiques du résidentiel et tertiaire. 8 / 9

9 Automatismes du génie Climatique et de la Régulation pour l efficacité énergétique des bâtiments Le Syndicat ACR en 2013 Le Comité de Direction du Syndicat ACR Élu en 2012 est le suivant : Président M. Jean Daniel NAPAR (Siemens) Vice-présidents M. Philippe BURDIN (Trend) M. Stéphane KRETZ (Hager Controls SAS) Trésorier M. Jean-Marc LARTIGUE (Sauter) Délégué Général Mme Alexandra Del MEDICO Syndicat ACR Rue de l Amiral Hamelin Paris Tél. : Syndicat enregistré le 20 février 2007 à la Mairie de Paris sous le N Adresse : 11/17 rue de l amiral Hamelin PARIS Tel : BELIMO CAREL DANFOSS HAGER HONEYWELL INVENSYS SCHNEIDER Electric JOHNSON CONTROLS KIEBACK & PETER SAUTER SIEMENS TREND 9 / 9

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 4% de la consommation d énergie

Plus en détail

Confort, sécurité et gestion énergétique

Confort, sécurité et gestion énergétique Fonctionnalités d une système de GTB Offre globale pour la productivité des bâtiments, Sécurité des personnes et des biens Sécurité Incendie Signalétique d évacuation Détection d Intrusion Vidéosurveillance

Plus en détail

RENOVATION ENERGETIQUE

RENOVATION ENERGETIQUE RENOVATION ENERGETIQUE DES BATIMENTS DU TERTIAIRE : IL FAUT AGIR! Par le pôle Ecologie de Terra Nova Le 25 octobre 2013 La rénovation énergétique des bâtiments est une condition sine qua non de la réussite

Plus en détail

Quelles actions pour réduire les consommations d énergie et générer un retour sur investissement rapide?

Quelles actions pour réduire les consommations d énergie et générer un retour sur investissement rapide? Quelles actions pour réduire les consommations d énergie et générer un retour sur investissement rapide? 3 niveaux d actions d efficacité énergétique La gestion d énergie, les systèmes de comptage et d

Plus en détail

La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents

La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents La Gestion Technique de Bâtiment Pour des bâtiments intelligents Un levier important de la réduction des consommations d un bâtiment est la bonne gestion de ses équipements. En effet, la façon dont un

Plus en détail

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw

AQUACIAT2 HYBRID LA SOLUTION BI-ÉNERGIES COMPACTE PAC & CHAUDIÈRE GAZ. Puissances frigorifiques et calorifiques de 45 à 80 kw COMMERCIALISATION 2 ÈME TRIMESTRE 2014 C O N F O R T Q U A L I T É D A I R O P T I M I S A T I O N É N E R G É T I Q U E PAC & CHAUDIÈRE GAZ AQUACIAT2 HYBRID Puissances frigorifiques et calorifiques de

Plus en détail

Système de télégestion centralisée

Système de télégestion centralisée Système de télégestion centralisée 1 Pourquoi avoir investi? Que peut-on faire? quand l on apprend qu il a fait 25 C pendant 1 mois quand une salle de sport est éclairée (en été) avec un complément artificiel

Plus en détail

L efficacité énergétique dans les bâtiments

L efficacité énergétique dans les bâtiments https://intranet.swe.siemens.com/fr/intra/infrastructure-cities/bt/offre/ssp/buildingautomation/energie/pages/notre-offre.aspx L efficacité énergétique dans les bâtiments siemens.com/answers Kurt Detavernier

Plus en détail

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Partie concernant les bâtiments de logements Thermique et Scénarios de rénovation 10, rue des Bluets 75011 Paris Tél : 01 55 43 97 07 37-39 Avenue

Plus en détail

Maximiser la performance de vos projets immobiliers de bureaux

Maximiser la performance de vos projets immobiliers de bureaux Maximiser la performance de vos projets immobiliers de bureaux Concilier la performance économique et la performance d usage du bâtiment L équation économique de vos projets doit être optimisée sur la

Plus en détail

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux

Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux Make the most of your energy* Maximiser la performance de vos projets immobilier de bureaux * Tirez le meilleur de votre énergie www.schneider-electric.fr Schneider Electric France Direction Communication

Plus en détail

Effacement diffus et transition énergétique

Effacement diffus et transition énergétique Effacement diffus et transition énergétique 56 WATT Atelier du 20/03/2014 1 #1 L effacement diffus 2 L effacement diffus >> Principaux enjeux // Sociaux: pour les foyers chauffés électriquement : -le chauffage

Plus en détail

Jean-Yves RICHARD ADEME

Jean-Yves RICHARD ADEME «Matériau de structure,isolant et biocombustible, le bois, une matière au service de la construction durable» - le 12 janvier 2009 Les enjeux environnementaux du bâtiment Jean-Yves RICHARD ADEME Le réchauffement

Plus en détail

DESIGO Flexibilité et performance énergétique des bâtiments

DESIGO Flexibilité et performance énergétique des bâtiments DESIGO Flexibilité et performance énergétique des bâtiments * Des réponses pour les infrastructes Answers for infrastucture.* DESIGO : haute performance énergétique et flexibilité pour protéger vos investissements

Plus en détail

Et la ventilation créa l eau chaude

Et la ventilation créa l eau chaude VENTILATION DOUBLE EFFET VMC BBC + CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE Les P r o d u i t s 75 % D ÉCONOMIES SUR LA CONSOMMATION LIÉE À L EAU CHAUDE CHAUFFAGE DE L EAU JUSQU À 62 C AVEC LA POMPE À CHALEUR 10 %

Plus en détail

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert?

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? Cet article a pour objectif de rappeler les notions principales relatives à la Gestion Technique Centralisée. Mais qu entend on par

Plus en détail

Thibaut VITTE Docteur Ingénieur Cellule Innovation H3C

Thibaut VITTE Docteur Ingénieur Cellule Innovation H3C «Smart Grid et Compteurs communicants : Quelles conséquences sur la gestion de la consommation et de la production d énergie pour les bâtiments du 21 ème siècle?» Thibaut VITTE Docteur Ingénieur Cellule

Plus en détail

CARACTéRISTIQUES du système IQ3xcite

CARACTéRISTIQUES du système IQ3xcite IQ3XCITE Le système Présentation du système IQ3XCITE La surveillance et la gestion des bâtiments modernes gagnent en sophistication. Un système de «Gestion Technique et Energétique des Bâtiments» (GTEB)

Plus en détail

Appel à projets : Efficacité énergétique des bâtiments

Appel à projets : Efficacité énergétique des bâtiments en partenariat avec Et avec le soutien de la: Appel à projets : Efficacité énergétique des bâtiments Expérimentations de solutions innovantes DOSSIER DE CONSULTATION Mai 2012 Projet Efficacité énergétique

Plus en détail

En route vers la troisième révolution industrielle!

En route vers la troisième révolution industrielle! En route vers la troisième révolution industrielle! Transition énergétique, Smart Home, Smart Buildings, Smart Cities Quelle place, quel positionnement, quel avenir pour votre entreprise?... Les Spécialistes

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

certificat de performance énergétique d un logement?

certificat de performance énergétique d un logement? Quelles informations dans le certificat de performance énergétique d un logement? 1. Introduction Les bâtiments représentent plus de 40% de la consommation d énergie de la Communauté européenne. Il est

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 12 JUILLET 2013

DOSSIER DE PRESSE 12 JUILLET 2013 DOSSIER DE PRESSE 12 JUILLET 2013 De l intelligence dans le bâtiment pour sensibiliser les habitants à leur consommation énergétique à Cachan. Après une première expérience réussie à Aubervilliers en 2012,

Plus en détail

Matinale Smart Home Vision & retour d expérience ABB

Matinale Smart Home Vision & retour d expérience ABB place picture here Sébastien Meunier, IGNES le 27 septembre 2013 Matinale Smart Home Vision & retour d expérience ABB A propos du groupe ABB Siège : Zurich, Suisse. Environ 145 000 employés dans plus de

Plus en détail

MAGNA3 BIEN PLUS QU UN CIRCULATEUR

MAGNA3 BIEN PLUS QU UN CIRCULATEUR MAGNA3 BIEN PLUS QU UN CIRCULATEUR Gamme complète de circulateurs intelligents à haut rendement énergétique pour les installations de chauffage/climatisation, les systèmes géothermiques et les applications

Plus en détail

Journée IHF Palavas les Flots. Vers un Hôpital plus Efficace et mieux intégré à la Ville de demain. Segment Santé France

Journée IHF Palavas les Flots. Vers un Hôpital plus Efficace et mieux intégré à la Ville de demain. Segment Santé France Journée IHF Palavas les Flots Vers un Hôpital plus Efficace et mieux intégré à la Ville de demain Segment Santé France Schneider Electric en bref Milliards d euros de CA en 2012 du CA réalisé dans les

Plus en détail

Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015

Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015 Optimisation énergétique de la technique du bâtiment 19 juin 2015 Benoît Pfister AGENDA 1. Optimisation énergétique des installations CVC 2. Solution de monitoring énergétique 3. Modernisation du système

Plus en détail

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès!

Devenez Expert Tertiaire Somfy. Et engagez vous sur la voie du succès! Devenez Expert Tertiaire Somfy Et engagez vous sur la voie du succès! Valorisez votre savoir-faire et vos compétences avec l appui des chargés d affaires tertiaire Somfy qui s engagent à vos côtés. Votre

Plus en détail

Portrait d un projet Nouveau bâtiment de DIAL. blog.dial.de

Portrait d un projet Nouveau bâtiment de DIAL. blog.dial.de Portrait d un projet Nouveau bâtiment de DIAL blog.dial.de 2 Portrait d un projet A propos de DIAL Pôle de compétences pour l éclairage, la gestion du bâtiment et l architecture intelligente. DIAL a été

Plus en détail

Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp

Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp SYPIM Syndicat du Pilotage et de la Mesure de la performance énergétique Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp Fédération des Services

Plus en détail

Toutes les solutions pour l efficacité énergétique de votre entreprise

Toutes les solutions pour l efficacité énergétique de votre entreprise Toutes les solutions pour l efficacité énergétique de votre entreprise Parc informatique Bâtiment intelligent & connecté Data Center Fruits de notre expertise IT, les logiciels que vous découvrirez dans

Plus en détail

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable.

La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. 111 39 240 1812 906 La relève de chaudière, une solution intermédiaire économique et fiable. La relève de chaudière, qu est ce que c est? On parle de relève de chaudière lorsqu on installe une pompe à

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ LES OPÉRATIONS RÉNOVÉES ET CERTIFIÉES BBC-EFFINERGIE RÉNOVATION 2 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 PERFORMANCE ÉNERGÉTIQUE ET ÉMISSION DE GAZ À EFFET DE SERRE 4 LA CONSOMMATION D ÉNERGIE

Plus en détail

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale

SYNOPTIQUE GTB Architecture Générale STATION METEO TERMINAL EXPLOITATION (local technique) POSTE SUPERVISION (local pôle maintenance) AFFICHAGE PEDAGOGIQUE (Accueil) ACCES WEB GESTION CVC LOCAL TECHNIQUE GESTION EAU GESTION SERRE GESTION

Plus en détail

>> Compacte et légère >> Installation rapide et simple >> Maintenance aisée. << project.dedietrich-thermique.fr >> Le Confort Durable PMC-X

>> Compacte et légère >> Installation rapide et simple >> Maintenance aisée. << project.dedietrich-thermique.fr >> Le Confort Durable PMC-X SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ PMC-X CHAUDIÈRE MURALE GAZ À CONDENSATION MICRO-ACCUMULÉE PROJECT L essentiel de la condensation >> Compacte et légère >> Installation rapide et simple

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Trucs & astuces. pour bien vivre votre régulation de chauffage. Robinets thermostatiques Robinet thermostatique programmable. Thermostats d'ambiance

Trucs & astuces. pour bien vivre votre régulation de chauffage. Robinets thermostatiques Robinet thermostatique programmable. Thermostats d'ambiance Trucs & astuces pour bien vivre votre régulation de chauffage Robinets thermostatiques Robinet thermostatique programmable Thermostats d'ambiance un guide signé Danfoss Vous trouverez dans ce manuel, de

Plus en détail

Copropriétés. Financez vos travaux d économies d énergie avec les Certificats d Economies d Energie. Formation ARC 6 mai 2014 CONFIDENTIEL

Copropriétés. Financez vos travaux d économies d énergie avec les Certificats d Economies d Energie. Formation ARC 6 mai 2014 CONFIDENTIEL Ceelium 2014 CONFIDENTIEL Formation ARC 6 mai 2014 Copropriétés Financez vos travaux d économies d énergie avec les Certificats d Economies d Energie Intervenant : Jérémy LAUER-STUMM, responsable marketing,

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE

PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE PLACER LES ÉNERGIES RENOUVELABLES AU CŒUR DU BÂTIMENT ET COMBATTRE LA PRÉCARITE ÉNERGÉTIQUE Contribution du SER au Plan de performance énergétique des logements 2 ( ) «La rénovation thermique des logements

Plus en détail

Direction Générale des Services Techniques et de l'environnement. Colloque CEE

Direction Générale des Services Techniques et de l'environnement. Colloque CEE Direction Générale des Services Techniques et de l'environnement 27 Septembre 2011 Colloque CEE Colloque CEE du 27 septembre 2011 Présentation de la structure/organisation Politique et actions en matière

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas?

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas? Mise à jour mars 2006 CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES AVANT-PROPOS Le crédit d impôt en faveur des économies d énergie et du développement durable constitue une triple opportunité : Il offre à l utilisateur

Plus en détail

thermodynamiques installés?

thermodynamiques installés? Quelle est l efficacité des chauffe-eau thermodynamiques installés? L efficacité énergétique réelle des chauffe-eau thermodynamiques installés est sans aucun doute intéressante, notamment par rapport à

Plus en détail

2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage

2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage 2010/2011 4 - GC La régulation Les principes de base Les organes de réglage La régulation Régulation = maintien d un paramètre à une valeur de consigne Chaîne de régulation Observation Détection d un écart

Plus en détail

Etude de cas : PIXEL Site Web : http://www.construction21.eu/france/

Etude de cas : PIXEL Site Web : http://www.construction21.eu/france/ Etude de cas : PIXEL Site Web : http://www.construction21.eu/france/ PIXEL PUBLIé PAR BNP PARIBAS REAL ESTATE 28 FEBRUARY 14 Type de projet : Construction Neuve Type de bâtiment : Immeuble de bureaux Année

Plus en détail

AMENAGEMENT DE PARIS SACLAY

AMENAGEMENT DE PARIS SACLAY AMENAGEMENT DE PARIS SACLAY Paris Saclay, un territoire du Grand Paris Paris Saclay, état initial de la frange sud du Plateau de Saclay N 1 km SACLAY CEA SAINT- AUBIN Soleil Supélec Danone Thales IOGS

Plus en détail

Mesure de performance énergétique Retour d'expérience

Mesure de performance énergétique Retour d'expérience Philippe MARECHAL 20/03/2012 Mesure de performance énergétique Retour d'expérience Atelier ALE Villeurbanne L'INES Institut National de l'energie Solaire Basé sur le campus de Technolac, au Bourget du

Plus en détail

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable Chauffe-eau thermodynamique pour le résidentiel Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable MAISONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER YUTAMPO u Idéal pour l eau chaude sanitaire Meilleur chauffe-eau

Plus en détail

RÉDUISEZ VOS CONSOMMATIONS ALLÉGEZ VOS FACTURES ÉNERGÉTIQUES

RÉDUISEZ VOS CONSOMMATIONS ALLÉGEZ VOS FACTURES ÉNERGÉTIQUES RÉDUISEZ VOS CONSOMMATIONS ALLÉGEZ VOS FACTURES ÉNERGÉTIQUES «Lean Energy Analysis» : une étude de 3e-performance pour traquer vos gaspillages et bâtir une stratégie d action 1 LEAN ENERGY ANALYSIS: DISTINGUER

Plus en détail

Welcome to PHOENIX CONTACT. Building Automation. Solutions pour la gestion énergétique de vos bâtiments

Welcome to PHOENIX CONTACT. Building Automation. Solutions pour la gestion énergétique de vos bâtiments Welcome to PHOENIX CONTACT Building Automation Solutions pour la gestion énergétique de vos bâtiments Corporate Structure AUJOURD HUI Phoenix Contact représente 1,3milliards de CA et 11000 personnes Bad

Plus en détail

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues

Comportement de LA MAISON PASSIVE. Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Comportement de LA MAISON PASSIVE Etude menée d octobre 2012 à septembre 2013 sur la Maison Passive située à Arcangues Sommaire Le contexte..... p.2 Consommations d énergies au cours d une année... p.3

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Solutions logicielles de gestion énergétique coopérante smart building in smart grid

Solutions logicielles de gestion énergétique coopérante smart building in smart grid Séminaire «Les jeunes entreprises innovantes au service de l habitat et de la ville du futur» Solutions logicielles de gestion énergétique coopérante smart building in smart grid Sébastien Cadeau-Belliard

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Mercredi de l info du Mercredi 25 Mars 2009 «PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BATIMENT A BASSE CONSOMMATION D ENERGIE» Le point sur les réglementations,

Plus en détail

Soumise à l effet du vent, à la différence

Soumise à l effet du vent, à la différence CVC N 871 NOV./DÉC. 2011 13 PROFESSION ÉTUDE Infiltrométrie Vers un résultat d étanchéité à l air des bâtiments La réglementation thermique 2012 impose un niveau élevé d étanchéité à l air des nouveaux

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Les labels de rénovation thermique. Journée rénovation du patrimoine des Collectivités. Frédéric SAILLY

Les labels de rénovation thermique. Journée rénovation du patrimoine des Collectivités. Frédéric SAILLY Les labels de rénovation thermique Journée rénovation du patrimoine des Collectivités Frédéric SAILLY Les actions de l ARCAD/PQE sont financés par Quels labels en rénovation? Arrêté du 29 septembre 2009

Plus en détail

Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010

Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Le Bilan réglementaire des Emissions de GES Au titre de l article 75 de la loi n 2010 788 du 12 juillet 2010 Schneider Electric Energy France Publication Décembre 2012 Emissions de l année fiscale 2011

Plus en détail

Rapport de vérification

Rapport de vérification Phase conception Provisoire phase chantier Définitif phase chantier Certification NF HQE TM Bâtiments Tertiaires Label HPE Construction neuve Rénovation OPERATION Opération Bâtiment RESTRUCTURATION D'UN

Plus en détail

LES TENDANCES CONSTRUCTIVES DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE

LES TENDANCES CONSTRUCTIVES DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE FÉVRIER 2012 DANS LES OPÉRATIONS BBC EFFINERGIE ANALYSE DES MODES CONSTRUCTIFS PRINCIPAUX POUR LES OPÉRATIONS EN COURS DE CERTIFICATION 2 SOMMAIRE Introduction I. Périmètre de l étude II. Le bâti 2.1.

Plus en détail

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies

Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies 2 Une nouvelle réglementation thermique pour faire des économies La facture annuelle de chauffage représente 900 en moyenne par ménage, avec de grandes disparités (de 250 pour une maison basse consommation

Plus en détail

Solutions logicielles de gestion énergétique coopérante smart building in smart grid : Exemple CANOPEA. Xavier Brunotte info@vesta-system.

Solutions logicielles de gestion énergétique coopérante smart building in smart grid : Exemple CANOPEA. Xavier Brunotte info@vesta-system. Solutions logicielles de gestion énergétique coopérante smart building in smart grid : Exemple CANOPEA Xavier Brunotte info@vesta-system.com Agenda Vesta-System et principe de son gestionnaire de son gestionnaire

Plus en détail

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant

Bâtiments existants. 1 - Définitions et principes. Réglementation. RT «globale» et «élément par élément» pour le bâtiment existant te c que hni Règlementation Thermique (RT) Fiche 1 - Définitions et principes Depuis 2007, la Réglementation Thermique touche aussi le parc immobilier existant. Elle concerne 31,5 millions de logements

Plus en détail

BÂTIMENT DURABLE. Région RHÔNE-ALPES. L actualité trimestrielle du développement durable sur les marchés du bâtiment N 02 - DECEMBRE

BÂTIMENT DURABLE. Région RHÔNE-ALPES. L actualité trimestrielle du développement durable sur les marchés du bâtiment N 02 - DECEMBRE Région RHÔNE-ALPES BÂTIMENT DURABLE L actualité trimestrielle du développement durable sur les marchés du bâtiment Baromètre Bâtiment Durable Décembre 214 1 GIE Réseau 214 des CERC N 2 - DECEMBRE Avant-propos

Plus en détail

Schneider Electric. Lyon. 30 mars 2015

Schneider Electric. Lyon. 30 mars 2015 Schneider Electric Lyon 30 mars 2015 1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations, établies sur la base des estimations actuelles de la Direction

Plus en détail

Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel. Guide pratique

Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel. Guide pratique Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel Guide pratique RT 2012 La polyvalence du système de chauffage à eau chaude Le système de chauffage

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Exemple de réalisation dans le cas de projets pilotes Smart Grids. sociétaux» 13 juin, Laas-CNRS Toulouse Jean Wild

Exemple de réalisation dans le cas de projets pilotes Smart Grids. sociétaux» 13 juin, Laas-CNRS Toulouse Jean Wild Exemple de réalisation dans le cas de projets pilotes Smart Grids «Smart grids au carrefour des enjeux technologiques et sociétaux» 13 juin, Laas-CNRS Toulouse Jean Wild l'essentiel Milliards d euros de

Plus en détail

De nouveaux business modèles autour des offres d efficacité énergétique

De nouveaux business modèles autour des offres d efficacité énergétique De nouveaux business modèles autour des offres d efficacité énergétique L économie de la fonctionnalité, vecteur de performance énergétique Grenoble, Décembre 2013 Agenda Efficacité énergétique : enjeux,

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Juillet 2011/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF

nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF nouveau Chaudière gaz à condensation et pompe à chaleur Talia Green Hybrid 3-30 FF information produit édition 04/2011 Une source de chaleur nouvelle Les nouvelles normes énergétiques BBC (Bâtiment Basse

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012

DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 DOSSIER DE PRESSE Salon Faire Construire sa Maison Vendredi 14 septembre 2012 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Les tendances du marché de la maison individuelle - La crise s aggrave,

Plus en détail

Intervention Emmanuel Autier Partner Utilities BearingPoint De l innovation à la révolution du secteur des Utilities

Intervention Emmanuel Autier Partner Utilities BearingPoint De l innovation à la révolution du secteur des Utilities Intervention Emmanuel Autier Partner Utilities BearingPoint De l innovation à la révolution du secteur des Utilities Confidentiel. 2011 BearingPoint France SAS 1 La révolution du secteur des Utilities

Plus en détail

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies

Pompe à chaleur Air-Eau. Confort et économies Pompe à chaleur Air-Eau Confort et économies Le système de chauffage réversible de l avenir! Un pas en avant pour réduire les émissions de CO₂. L augmentation des émissions de CO₂ et autres gaz à effet

Plus en détail

Système KNX Bienvenue dans votre maison intelligente

Système KNX Bienvenue dans votre maison intelligente Système KNX Bienvenue dans votre maison intelligente Votre maison vit à votre Grâce au système KNX, votre maison devient intelligente : elle adapte l éclairage, le chauffage, la climatisation, la gestion

Plus en détail

Qivivo Thermostat. Simple, efficace, convivial

Qivivo Thermostat. Simple, efficace, convivial Qivivo Thermostat Simple, efficace, convivial Qivivo Thermostat Connecté Le confort au creux de la main Vos clients vont enfin aimer leur thermostat. D usage intuitif, il permet de programmer et de piloter

Plus en détail

VI Basse consommation inverter

VI Basse consommation inverter [ VERSION SURBAISSÉE ] CV CH CH 7 W pour 1 kw diffusé Applications Chauffage et/ou climatisation en résidentiel ou tertiaire NC Avantages Une offre compétitive en ventilo-convecteurs pour systèmes à eau

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

Pose de la première pierre du nouveau siège social de l Oph 93 à Bobigny

Pose de la première pierre du nouveau siège social de l Oph 93 à Bobigny Dossier de presse Pose de la première pierre du nouveau siège social de l Oph 93 à Bobigny Introduction Le vendredi 26 avril 2013 à 17h à Bobigny Pose de la première pierre du nouveau siège de l Oph 93

Plus en détail

NOUVEAUTÉS 2015 Le contrôle efficace des installations de chauffage et climatisation

NOUVEAUTÉS 2015 Le contrôle efficace des installations de chauffage et climatisation www.airzonefrance.fr NOUVEAUTÉS 2015 Le contrôle efficace des installations de chauffage et climatisation Nouveautés Airzone 2015 Au fil des années, nous avons évolué vers des systèmes de contrôle de la climatisation

Plus en détail

Grenoble ZAC de Bonne

Grenoble ZAC de Bonne Grenoble Evaluation énergétique 2010/2011/2012 Séminaire, directeurs de coopératives d HLM janvier 2014 4 rue Voltaire, 38000 Grenoble 04 76 00 19 09 www.alec-grenoble.org Association créée en 1998 En

Plus en détail

Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Un grand programme de rénovation. Octobre 2012

Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Un grand programme de rénovation. Octobre 2012 Maîtrise de la demande dans le bâtiment résidentiel. Un grand programme de rénovation Octobre 2012 Messages clés Ciblage et diagnostic Incitations, aides, financement Organisation des filières Maîtrise

Plus en détail

L effacement diffus : cet inconnu bientôt dans votre foyer (1/3)

L effacement diffus : cet inconnu bientôt dans votre foyer (1/3) Accueil Acteurs & marchés Entreprises Habitants Politiques énergétiques Territoires & projets Energystream Le blog Energie des consultants Solucom Accueil» Éclairage» L effacement diffus : cet inconnu

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGÉTIQUE DES BÂTIMENTS (PEB) Dernière révision du document : juillet 2012 CONTEXTE La directive européenne 2002/91/CE sur la performance énergétique des bâtiments vise la réduction de

Plus en détail

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie

Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production. Programme Energy Action pour l industrie Efficacité Energétique Diminuez vos coûts de production Programme Energy Action pour l industrie Un programme d économies d énergie. Les solutions Energy Action de Schneider Electric. Des économies d énergie

Plus en détail

DUO TECH CENTRALE DOUBLE FLUX TERTIAIRE HAUT RENDEMENT

DUO TECH CENTRALE DOUBLE FLUX TERTIAIRE HAUT RENDEMENT DOSSIER DE PRESSE DUO TECH CENTRALE DOUBLE FLUX TERTIAIRE HAUT RENDEMENT CONTACTS PRESSE Eloïse Joyce 01 41 05 44 36 eloise.joyce@hkstrategies.com Aline Piñer 01 41 05 44 22 aline.piner@hkstrategies.com

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

Conférence Toulouse Décembre 2007

Conférence Toulouse Décembre 2007 Conférence Toulouse Décembre 2007 _1 Avertissement Cette présentation contient des informations à caractère prévisionnel. Ces informations qui expriment des objectifs établis sur la base des appréciations

Plus en détail

Programme Effilogis. une nouvelle donne pour les maîtres d ouvrages et les professionnels du bâtiment

Programme Effilogis. une nouvelle donne pour les maîtres d ouvrages et les professionnels du bâtiment Programme Effilogis La performance énergétique : une nouvelle donne pour les maîtres d ouvrages et les professionnels du bâtiment Atelier d échange régional Bois Construction 19 mars 2012 1 Sommaire :

Plus en détail

OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF

OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF OBSERVATOIRE FPI DU LOGEMENT NEUF REDRESSEMENT DES VENTES AU 4EME TRIMESTRE 2014 : LA RELANCE EST A NOTRE PORTÉE MERCREDI 11 FEVRIER 2015, 9 HEURES Palais Brongniart PARIS CONTACTS PRESSE Franck Thiébaux

Plus en détail

Bilan électrique français ÉDITION 2014

Bilan électrique français ÉDITION 2014 Bilan électrique français ÉDITION 2014 Dossier de presse Sommaire 1. La baisse de la consommation 6 2. Le développement des ENR 8 3. Le recul de la production thermique fossile 9 4. La baisse des émissions

Plus en détail