Adaptation des Smart grids pour une meilleure intégration des énergies renouvelables

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Adaptation des Smart grids pour une meilleure intégration des énergies renouvelables"

Transcription

1 UNIVERSITE LIBANAISE FACULTE DE GENIE BRANCHE 1 No d'ordre 61/1453/G1-EE/2013 PROJET DE FIN D ÉTUDES Réalisé par Sybil BARTELMAOS Pour obtenir le Diplôme Ingénieur en Électricité et Électronique Option Informatique & Télécommunication Adaptation des Smart grids pour une meilleure intégration des énergies renouvelables Dirigé par : Dr. Rana RAHIM Soutenu devant le Jury : Dr. Bachar El HASSAN Dr. Bacem BAKHACHE Ing. Hikmat ADHAMI Session Juillet 2013

2 REMERCIEMENTS Je tiens à adresser mes plus vifs remerciements à Dr. Rana RAHIM, ma responsable de stage, pour sa rigueur scientifique, ses conseils avisés et pour tout le temps qu elle a su m accorder. Je lui suis très reconnaissante d avoir accepté d encadrer mon travail. Son enthousiasme et les nombreuses discussions que nous avons eues ont permis d éclairer de nombreux problèmes pour ensuite trouver les solutions adéquates. Merci également pour m avoir encouragée dans les moments les plus difficiles, sur le plan scientifique autant qu humain. Merci aux membres de mon jury, Dr. Bachar EL HASSAN, Dr. Bacem BAKHACHE et Ing. Hikmat ADHAMI pour l intérêt qu ils ont porté pour mon travail. Je tiens à exprimer toute ma reconnaissance à tous les membres de l université Libanaise, Faculté de Génie Branche 1, pour m avoir soutenue tout au long des années de mes études universitaires. Particulièrement, je remercie l équipe du département Electricité-Electronique pour m avoir procuré toutes ces connaissances et cette formation qui nous introduira avec sûreté et confiance dans le vrai monde de travail. Je remercie le cadre de l Ecole Doctorale de Science et de Technologie et en particulier Prof. Mohamad KHALIL qui nous a donné la chance de poursuivre notre Master 2 en double cursus et pour son support durant toute cette année. Enfin, j exprime ma gratitude et ma reconnaissance à ma famille et particulièrement à mes parents qui m ont permis d étudier, qui m ont soutenus et m ont encouragés durant toute ma démarche éducative.

3 RESUME Le réseau électrique intelligent ou Smart grid est l'un des développements récents dans le domaine des systèmes électriques qui facilite l'utilisation de nouvelles sources d énergie en parallèle avec les sources d'énergie conventionnelles. Le Smart grid révolutionne l'infrastructure actuelle du réseau électrique par l'intégration de technologies de l'information et de la communication (TIC). Avec le réseau de capteurs sans fil (RCSF), le Smart Grid permettra aux fournisseurs et aux clients de transférer, surveiller, prévoir et gérer efficacement la consommation d'énergie. L intégration des énergies renouvelables au réseau électrique pose des défis techniques. L intermittence des ressources peut avoir un impact sur la stabilité et la fiabilité du système d'alimentation, ainsi que sur la qualité de service des utilisateurs. Par conséquent, la surveillance et le contrôle des Smart grids sont essentiels pour garantir un bon fonctionnement. Dans ce projet, nous sommes intéressés au contrôle et à la surveillance du réseau électrique intelligent pour une meilleure intégration des sources d'énergie renouvelables. Nous avons proposé une approche basée sur les Systèmes Multi-Agents (SMA) pour un contrôle efficace des équipements électriques d'un poste. Les résultats des simulations montrent que l'approche proposée apporte des avantages en termes de nombre de messages échangés entre les agents. En outre, notre approche a montré une réduction du pourcentage de perte des activités importantes des clients pour différents nombres de consommateurs et un abaissement dans le coût de l'électricité. Mots clés: Smart grid, réseau de capteurs sans fil, énergies renouvelables, sous-station

4 ABSTRACT Smart grid technology is one of the recent developments in the area of electric power systems that aid the use of non-conventional sources of energy in parallel with the conventional sources of energy. Smart grid revolutionizes the current electric power infrastructure by integrating information and communication technologies (ICT). With wireless sensor network (WSN), smart grid enables both utilities and customers to transfer, monitor, predict, and manage energy usage effectively and costly. Integrating renewable energy supplies to the power grid poses significant challenges to broader adoption of renewable energy generation. Resource variability can impact power system stability and reliability, as well as quality of service to end users. Hence, monitoring and control of smart grids is essential for its efficient and effective functioning. In this project, we are interested in control and monitoring of Smart grid for a better integration of renewable energy sources. We proposed an approach based on Multi Agent Systems (MAS) for effective control of electrical equipments of a substation. The results of the simulations show that the proposed approach brings advantages in terms of number of messages exchanged between agents. Furthermore, our approach showed reduction in the percentage of important clients activities loss for various numbers of consumers and lowering in the electricity cost. Key words: Smart grid, Wireless Sensor Network, renewable energy, Substation

5 Table de matières Introduction générale... 3 Chapitre 1: Le réseau électrique de nouvelle génération (Smart grid) Introduction Aperçu et modèle du Smart grid Aperçu du Smart grid Modèle général du Smart grid Exigeances de la communication pour les Smart grids Les réseaux de capteurs sans fil (RCSFs) dans les Smart grids Introduction aux RCSFs Applications des RCSFs dans les Smart grids Les systèmes multi agents (SMAs) Caractéristiques des SMAs Applications des SMAs dans les Smart grids Conclusion Chapitre 2: Approches existantes pour le contrôle et la gestion des Smart grids Introduction Value Reporting (VR) Periodic Value Reporting (PVR) Level Crossing Sampling (LCS) Approches basées sur la priorité Priority Based Value Reporting (PBVR) Priority Based COOPeration (PBCOOP) Analyse des résultats Améliorations attendues Conclusion Chapitre 3: Approche proposée pour le contrôle du Smart grid Introduction ABCON (Agent Based CONtrol) Domaine d application et variables

6 2.2 Scène de surveillance et règles de décision Cas 1 : cas d une valeur de haute priorité Cas 2 : cas d une valeur de priorité moyenne Conclusion Chapitre 4 : Evaluation des performances Introduction Le simulateur JADE Les Behaviours dans JADE La communication des agents JADE Les paramètres de simulations Résultats Nombre de messages échangées Effets sur les consommateurs Coût de l électricité Analyse des résultats Conclusion Conclusion générale et perspectives Références

7 Introduction Générale Le réseau électrique est l une des infrastructures critiques d une nation. Dans le futur proche, le déséquilibre entre la demande croissante et les ressources énergétiques fossiles diminuant impose l intégration de nouvelles sources d énergie. Ces sources doivent être écologiques pour répondre aux demandes environnementales de réduction de l émission de CO 2. Les sources d énergies renouvelables telles que les panneaux solaires et les éoliennes sont les plus convenables pour être introduites dans le réseau électrique. L intégration de ces énergies renouvelables dans le réseau pose des problèmes d ordre technique sachant que ces énergies sont intermittentes. Pour résoudre ces problèmes, les réseaux électriques intelligents s avèrent la solution la plus convenable. Les réseaux électriques intelligents, ou Smart grids, sont communicants car ils intègrent des fonctionnalités issues des technologies de l information et de la communication. Cette communication entre les différents points d un réseau permet de relier les différents acteurs du système électrique, tels que les générateurs, les consommateurs et les réseaux de transmission et de distribution. L objectif d un Smart grid est d assurer l équilibre entre l offre et la demande à tout instant avec une réactivité et une fiabilité accrues. L'une des principales préoccupations des Smart grids est d'améliorer la fiabilité du réseau. Afin d'atteindre cela, plusieurs approches de surveillance et de contrôle ont été proposées, en particulier au niveau des sous stations électriques. L'utilisation des réseaux de capteurs sans fil est une option intéressante pour ces approches. Elle permet la collecte des informations des différents points du Smart grid. Cependant, cette collecte devrait être complétée par la capacité de traiter et de transformer les données importantes en actions d une manière décentralisée. Pour cela, nous adoptons la technologie multi-agents. Dans ce projet, nous sommes intéressés par la surveillance et le contrôle des Smart grids pour assurer la fiabilité du réseau électrique intelligent. Un système de surveillance et de contrôle efficace et décentralisé doit être mis en place pour une meilleure gestion des énergies renouvelables. Une sous station est un composant très important dans un réseau électrique puisqu elle contient plusieurs équipements électriques critiques tels que les transformateurs et les disjoncteurs. Ces équipements nécessitent une surveillance continue. La température du transformateur est en particulier un paramètre très important à surveiller. L élévation de la température d un transformateur est un indicateur de la présence d un problème ou de la surcharge du réseau. Ainsi, la détection de l élévation de la température du transformateur doit être traitée pour éviter un blackout dans le réseau électrique qui conduira à des pertes majeures. En général, les problèmes de surcharge du réseau électrique apparaissent aux heures de pointes. Dans le but de surmonter ce problème, l intégration des énergies renouvelables au réseau électrique est une solution convenable. 3

8 Cette intégration nécessite son adaptation qui doit obligatoirement passer par la surveillance et le contrôle des différents composants du réseau électrique. Par conséquent, nous proposons une approche qui met en place un système décentralisé de surveillance et de contrôle du Smart grid pour une meilleure intégration des énergies renouvelables. Ce rapport est composé de quatre chapitres : Le premier chapitre se concentre sur la présentation des Smart grids, des exigences de la communication introduite par la couche d information et de communication, de l adaptabilité des réseaux de capteurs sans fil pour cette communication et enfin des avantages de l introduction des systèmes multi-agents. Dans le deuxième chapitre, nous présenterons les approches déjà existantes pour le contrôle et la gestion des Smart grids ainsi que les points forts et faibles de chaque approche. Dans le troisième chapitre, nous introduisons notre approche proposée ABCON (Agent Based CONtol), nous présentons les différents agents proposés, leurs rôles et les algorithmes de communication. Le dernier chapitre est consacré aux simulations conduites et aux résultats obtenus. 4

9 Chapitre 1 : Le réseau électrique de nouvelle génération (Smart grid) 1. Introduction Le smart grid est un réseau électrique intelligent qui utilise les nouvelles technologies de l information et de la communication pour optimiser toute la chaîne de la production, du transport et de distribution, et de consommation. C est une évolution du réseau actuel dans le but de satisfaire à la demande croissante d électricité surtout dans les périodes de pointes, de faire face aux défis que présente l intégration des sources de production décentralisés et intermittentes, et de permettre d augmenter la production des énergies renouvelables en lien avec les objectifs nationaux de réduction de l émission de CO Aperçu et modèle du Smart grid 2.1 Aperçu du Smart grid Le réseau électrique traditionnel est unidirectionnel. La figure 1.1 montre un exemple du réseau traditionnel. Le flux électrique est généré par les centrales électriques à sources fossiles puis il est transporté aux consommateurs à travers les lignes et les sous stations de transmission et de distribution. Figure Exemple du réseau électrique traditionnel [1] Le réseau électrique connait actuellement une rénovation majeure. Cette rénovation est provoquée par plusieurs facteurs : Tout d abord, le déséquilibre entre la demande croissante et la diminution des sources d énergie fossiles aggrave la situation du réseau électrique. L augmentation de la consommation est causée par l augmentation de la population et par la dépendance de cette population des services basés sur l électricité. Le deuxième facteur qui a 5

10 conduit à cette rénovation est le besoin de réduire les émissions du dioxyde de carbone CO 2 [2] et ainsi le besoin d intégrer des énergies plus écologiques : les énergies renouvelables. Face à ces modifications, il apparaît clairement que les réseaux électriques doivent être adaptés et rendus plus intelligents. Cela est possible avec les Smart grids. Grâce à l intégration des technologies de l information et de la communication, tous les composants du réseau électrique seront communiquant. Avec les smart grids, le réseau de distribution sera capable de générer de l électricité à partir des différentes sources renouvelables telles que les panneaux solaires ou les turbines éoliennes. Egalement, les consommateurs seront actifs, ils seront des «Prosumers». Les prosumers sont des consommateurs qui produisent de l énergie. Ils peuvent être des entreprises, des immeubles, des usines, etc. Ils seront capables, s ils possèdent des sources d énergies renouvelables, de vendre cette énergie à d autres consommateurs. 2.2 Modèle générale du Smart grid Les Smart grids témoigneront la migration d un réseau électrique à flux unidirectionnel d électricité vers un réseau électrique à flux bidirectionnel d électricité et d informations. La figure 1.2 représente un modèle général du Smart grid. Elle montre l intégration des énergies renouvelables comme les éoliennes et les photovoltaïques aux réseaux de transmission moyenne tension et de distribution basse tension. Figure Modèle général du Smart grid [3] 6

11 En addition aux grandes plantes de production, les consommateurs entrent en jeu tels que les grandes usines, les centres commerciaux, les maisons, les véhicules électriques, etc. Ces consommateurs peuvent devenir à leur tour des producteurs d énergie s ils possèdent des générateurs propres à eux. En plus du flux bidirectionnel d électricité, il existe un flux d informations assurant une gestion plus efficace de l énergie. Grâce aux nouvelles technologies de l information, les gestionnaires de réseaux détecteront et localiseront facilement les pannes sur le réseau. Ils effectueront les opérations de maintenance, de relève et de conduite à distance. Les centres de contrôle des gestionnaires des réseaux d électricité seront également informés en temps réel des besoins en énergie des consommateurs : ils distribueront alors la juste quantité d électricité sur le réseau [3]. Le fonctionnement du Smart grid est donc basé sur la possibilité d interaction entre plusieurs entités via les réseaux de communication. Une infrastructure de communication à la fois extensible et envahissante représente un problème essentiel dans le fonctionnement des réseaux intelligents [4]. 3. Exigences de la communication pour les Smart grids La conception d un système de communication fiable, résilient, facile à gérer et sécurisé représente un élément clé dans la conception des Smart grids [4]. Cette infrastructure de communication constituera la plateforme reliant les éléments du réseau, les fournisseurs de données et les entités de prise de décision. Compte tenu de ces besoins, la norme IEC définit les exigences du système de communication assurant le succès de la conception des réseaux intelligents [5] : Flexibilité, pour adapter et croître la topologie du système selon les exigences changeantes. Performance, en particulier la qualité de service, afin de permettre la priorisation efficace entre les applications concurrentes et pour répondre aux besoins critiques tels que les fonctions de protection et de contrôle. Fiabilité, pour les systèmes critiques de protection, mais aussi parce que de nombreux systèmes différents se fondent sur la même infrastructure. Pour résoudre ce problème, l utilisation des réseaux de capteurs sans fil (RCSF) semble être adaptée car ces réseaux pourront assurer une communication représentant des avantages tels qu une large zone de couverture, un accès facile aux sites distants, un faible coût de déploiement et une capacité d adaptation aux changements dans le réseau. Dans ce qui suit nous présentons les RCSF ainsi que ses applications dans le contexte des Smart grids. 7

12 4. Les réseaux de capteurs sans fil (RCSFs) dans les Smart grids 4.1 Introduction aux RCSFs Un réseau de capteurs sans fil est constitué d un ensemble de capteurs autonomes répartis dans l'espace pour surveiller des conditions physiques telles que la température, la pression, etc. Ces capteurs collaborent ensemble pour router leurs données via le réseau à un centre de contrôle appelé sink. Le développement des RCSF a été motivé par les applications militaires telles que la surveillance du champ de bataille. Aujourd'hui, ces réseaux sont utilisés dans de nombreuses applications industrielles et civiles. Le réseau de capteurs sans fil est formé de centaine à milliers de nœuds où chaque nœud est relié à un ou parfois plusieurs capteurs [6]. Ce réseau est caractérisé par une faible consommation de l énergie. Un nœud est composé d un émetteur-récepteur radio avec une antenne interne ou ayant une connexion à une antenne externe, d un microcontrôleur pour le traitement des données captées, d un circuit électronique et d une source d énergie (généralement une batterie). Les RCSF présentent plusieurs caractéristiques telles que [7] : Communication sans fil, caractéristique importante pour le déploiement des grands réseaux qui ne nécessitent plus des connexions filaires Communication multi-sauts, étant donné que chaque nœud n est pas capable de communiquer avec le sink, ainsi l utilisation de la communication à travers plusieurs nœuds successifs est indispensable pour la réussite du routage des données Faible coût, ce qui permet la construction d un grand nombre de nœuds pour une meilleure précision Toutes ces caractéristiques ont rendu le réseau de capteurs sans fil le système de communication le plus adéquat pour les Smart grids. 4.2 Applications des RCSFs dans les Smart grids En général, les applications des RCSF dans les Smart grids sont divisées en trois groupes : côté consommateurs, côté transmission et distribution et côté générateurs [8]. Les applications au niveau des consommateurs comprennent l infrastructure de mesurage avancé (AMI), la gestion d énergie résidentielle, la gestion de la charge de la demande, les compteurs intelligents (smart meter), la surveillance des équipements, etc. Le côté de transmission et de distribution couvre les lignes de transmission et de distribution et les lignes électriques souterraines, les sous-stations. Ainsi, les opérations de surveillance et de contrôle de ce côté sont indispensables pour assurer la transmission de l énergie avec succès. Les opérations de surveillance varient de la surveillance des lignes de transmission vers la détection des défauts et le vol de l électricité. 8

13 Au niveau des générateurs d énergie, les applications sont basées sur les tâches de surveillance telles que le suivi de la production en temps réel, la surveillance à distance de parcs éoliens éloignés, le suivi des fermes solaires et la surveillance de la qualité de production. Bien que les RCSFs aient facilité plusieurs applications pour les Smart grids, des difficultés dans la manipulation des informations collectées par les capteurs et dans la coopération entre les différents nœuds apparaissent. C est pour cette raison qu une sorte d intelligence doit être ajoutée aux capteurs. Cette intelligence permettra le traitement local des valeurs captées. Rendre les capteurs intelligents est possible en introduisant des agents au niveau des capteurs formant ainsi un système multi agents. 5. Les systèmes multi agents (SMAs) Un agent est une entité autonome, capable de communiquer avec d autres agents, ainsi que de percevoir et de représenter son environnement. Chaque agent effectue des actions spécifiques en fonction de la perception qu il a de son environnement. Un ensemble d agents en interaction forme un système multi agents. Il existe de multiples domaines d application des systèmes multi agents [9] : Des applications purement informatiques, telles que dans le domaine des télécommunications, de la simulation, Des systèmes sociaux intégrant l être humain dans le système, tels que collecticiels, commerce électronique ou recherche d information, Des systèmes mécaniques qui, en plus de l être humain, intègrent des artefacts mécaniques opérant dans le monde physique (robotique, systèmes industriels). Comme tout développement de logiciel, la mise en évidence des besoins auxquels doit répondre une application est naturellement obtenue non seulement au travers de questions débouchant sur l identification des besoins fonctionnels, mais aussi par le biais de questions mettant en évidence des besoins non fonctionnels tels que performances, coûts, fiabilité, capacité du produit à évoluer ou à être réutilisé, délais de mise sur le marché, etc. Dans ce qui suit, nous présenterons les caractéristiques des SMAs. 5.1 Caractéristiques des SMAs Un SMA est un groupement d agents possédant les caractéristiques suivantes [10] : Autonomie : elle désigne la possibilité de décider par soi-même. L autonomie qualifie un système qui se donne lui-même sa propre loi. Le fait que cette propriété soit une caractéristique des SMA renforce l indépendance de l exécution ou du comportement d un agent vis-à-vis d une invocation provenant d une entité extérieure Distribution : cela signifie que le mécanisme de raisonnement, le lieu de traitement, et les bases de données ne sont plus centrés au niveau d une seule entité. 9

14 Réactivité : un SMA est capable de réagir aux changements dans son environnement rapidement. Pro activité : un SMA agit en avance pour faire face à une difficulté attendue. Interaction : les agents sont capables d'interagir avec d autres agents. La capacité sociale ne se limite plus à la simple transmission des données entre les différents logiciels et entités matérielles, mais elle implique la capacité de négocier et d'interagir d une manière coopérative. Cette capacité est normalement soutenue par un langage de communication agent (ACL). Grâce à ces caractéristiques, les SMAs présentent des avantages pour être appliqués dans un grand nombre d applications. 5.2 Applications des SMAs dans les Smart grids Les SMAs doivent être considérés pour des applications exigeant un ou plusieurs des éléments suivants [11] : Il y a besoin d'interaction entre les entités distinctes, telles que les différents soussystèmes de contrôle et plantes de production. Un très grand nombre d'entités doit interagir, où il serait impossible de modéliser explicitement le comportement global du système. Il y a suffisamment de données ou d informations disponibles localement pour entreprendre une analyse ou une décision sans la nécessité d'une communication avec un point central. De nouvelles fonctions doivent être mises en œuvre dans les systèmes de contrôle existants. Au fil du temps, il existe une exigence pour des fonctionnalités d'être continuellement ajoutées ou prolongées. En particulier, le problème de la gestion du réseau électrique intelligent est une application idéale du concept du SMA. La technologie multi-agents a récemment été appliquée avec succès dans la gestion et l'exploitation des systèmes de puissance. Dans [11], les auteurs listent les domaines d applications des SMAs dans les systèmes électriques. Un domaine d'application clé pour les systèmes multi-agents est la gestion et l'interprétation de données pour une grande variété de fonctions de surveillance et de diagnostic tels que la surveillance des transformateurs, des disjoncteurs, de la température ambiante dans les sous stations, la densité des gaz, etc. De plus, les SMAs sont utilisés pour le diagnostic des défauts dans les systèmes électriques. Avec l'introduction de la production d'énergie distribuée, le contrôle de la charge, les opérations de marché et la complexité croissante du réseau de distribution, ont rendu le fonctionnement du système d'alimentation moderne extrêmement complexe. Les systèmes multi-agents fournissent une technologie pour contrôler le système d alimentation moderne de manière flexible. 10

15 La protection du système d'alimentation est un domaine d application des SMAs. Les chercheurs étudient la technologie de SMA comme un moyen de développer de nouveaux systèmes de protection qui sont tolérants aux pannes et l'auto-coordination. 6. Conclusion Dans ce chapitre, nous avons introduit les Smart grids, les exigences de la communication dans le réseau électrique intelligent et nous avons vu l adaptabilité du réseau de capteurs sans fils à cette communication. En plus, nous avons exhibé le système multi agents, ses caractéristiques et ses applications dans les Smart grids dont l une est la surveillance et le contrôle des équipements électriques dans le réseau. Dans le chapitre suivant, nous exposerons les approches existantes pour le contrôle et la maintenance des Smart grids. 11

16 Chapitre 2 : Approches existantes pour le contrôle et la gestion des Smart grids 1. Introduction Le Smart grid est considéré comme le réseau électrique du futur. Cette technologie est la solution pour intégrer des nouvelles sources d énergies renouvelables en parallèle avec les sources d énergie traditionnelles. Bien que dans la plupart des systèmes de production d'énergie, la principale source d'énergie (fuel) peut être manipulée, ce n'est pas vrai pour les énergies renouvelables. Le principal problème lié à ces sources d'énergie est leur disponibilité. En effet, les énergies éoliennes et solaires ne sont pas toujours disponibles où et quand c'est nécessaire. Les Smart grids doivent surmonter un certain nombre de problèmes techniques pour intégrer efficacement les énergies renouvelables. Le contrôle est l'une des technologies clés pour le déploiement de systèmes d'énergies renouvelables. Dans ce chapitre, nous présenterons cinq approches déjà existantes pour le contrôle des Smart grids ainsi que les avantages, les inconvénients et les moyens d amélioration de chacune. 2. Value Reporting (VR) Cette approche est utilisée pour la surveillance d un réseau électrique urbain. Dans [4], les auteurs considèrent la surveillance de 28 sous-stations électriques en utilisant 30 nœuds ZigBee. Les auteurs considèrent que les données captées par ces nœuds sont tout de suite transportées au Sink. Cette architecture est identique à l architecture client/serveur où aucun traitement n est réalisé sur les informations captées. Une étude de performance du réseau employé a été réalisée dans le but de tester l approche. Les simulations ont été conduites en utilisant le simulateur QualNet [12]. Les études focalisaient sur l effet du nombre de nœuds, de la taille des messages et de la période de transmission sur le délai de bout en bout. Les résultats montrent que le délai augmente avec l augmentation du nombre de nœuds, de la taille des messages et de la période de transmission. Nous pouvons conclure que le délai est vulnérable à tout changement dans le réseau. Malgré les capacités du réseau de capteurs sans fil (RCSF) dans les applications relatives aux Smart grids, ces résultats conduisent à conclure qu une telle approche ne peut pas être utilisée pour des applications critiques telles que les applications de surveillance qui nécessitent la prise de décision rapides ou des applications temps réel. Un moyen pour vaincre cet inconvénient est d ajouter une sorte d intelligence aux nœuds afin de traiter les valeurs collectées par les capteurs et de prendre les décisions adéquates. 12

17 3. Periodic Value Reporting (PVR) Les auteurs de cette approche [13] proposent une architecture pour la surveillance de la puissance dans les Smart grids en utilisant un RCSF. Le système utilise des capteurs pour mesurer la tension et le courant dans une seule phase. A partir des valeurs mesurées, le système calcule la puissance de la charge sur cette phase. L approche définit la politique de communication entre les nœuds du réseau. Les nœuds communiquent ensemble en utilisant la technologie multi-sauts. Avec cette technologie, le routage est dynamique. Tous les nœuds sont capables de communiquer avec la station de base si elle se trouve dans leur zone de couverture. Dans le but de calculer l énergie consommée, les valeurs de la tension et du courant sont utilisées. Les équations employées sont développées dans [13]. Chaque 48 secondes, les valeurs calculées sont moyennées puis envoyées au Sink. Les études menées dans cet article consistent à trouver la différence entre la puissance réelle et la puissance mesurée dans le but de s assurer de la précision de cette approche. Les résultats montrent que la différence est presque nulle pour des lignes sans pertes ce qui prouve l efficacité de cette approche. La communication à intervalles périodiques est une solution convenable pour les applications de surveillance qui nécessitent un suivi continu à long terme. Malgré les avantages introduits avec ce type de communication, l opération de surveillance doit être complétée par des opérations de traitement et d analyse dans le but d éviter l envoi de messages non nécessaires ou inutiles qui affecteront la durée de vie des capteurs. 4. Level Crossing Sampling (LCS) Dans [14], les auteurs décrivent le projet intitulé ParadiseNet qui a commencé en septembre Ce projet a été développé dans le but de surveiller les équipements électriques d une sousstation. Les opérateurs du projet emploient 122 capteurs répartis sur une zone de taille 100x400 feet et effectuant la surveillance des équipements tels que les transformateurs, les disjoncteurs et les compresseurs. En se basant sur le fait que durant une opération de surveillance les paramètres surveillés ne varient pas d un échantillon à un autre, les auteurs proposent une approche basée sur l échantillonnage à passage à niveau ou Level Crossing Sampling (LCS). Dans cette approche, les nœuds ne transmettent les données collectées par les capteurs que lorsque les valeurs collectées changent d une quantité prédéterminée par rapport aux valeurs précédentes. Plusieurs applications ont été développées et testées dans ParadiseNet telles que la surveillance de la température ambiante, la surveillance de la température des transformateurs, la surveillance de la température des disjoncteurs et la surveillance de la densité du gaz SF 6. La figure 2.1 montre une illustration des capteurs employés dans le projet. 13

18 Figure Illustration des capteurs dans une station : (a) capteurs de température des disjoncteurs ; (b) capteurs de température des transformateurs ; (c) capteurs de la température ambiante ; (d) capteurs de la densité du gaz SF 6 Afin de tester l efficacité de l approche proposée, les auteurs étudient la durée de vie des capteurs dans le système. Les résultats montrent l importance de l introduction de ce traitement supplémentaire en termes de la durée de vie des capteurs. Les auteurs ont suivi la consommation des batteries relatives à chaque nœud. Les résultats ont montré que le nœud appliquant l algorithme de Level Crossing Sampling (LCS) consomme moins d énergie qu un nœud qui envoie les valeurs détectées périodiquement. Ceci prouve l efficacité de l approche proposée. Un moyen pour améliorer cette approche est l introduction des fonctionnalités de communication avec d autres nœuds et la prise de décisions adéquates d une manière décentralisée. 5. Approches basées sur la priorité Dans ce type d approches [15], les auteurs définissent des intervalles pour les valeurs collectées des capteurs et assimilent à chaque intervalle une priorité selon l importance ou pas de la valeur détectée. Ce traitement est devenu possible en introduisant une intelligence aux capteurs à partir de l emploi des agents. Un agent est incorporé dans un capteur formant ainsi un Système Multi- Agents (SMA). Le rôle des agents est le traitement des informations pour trouver l intervalle et pour assimiler à chaque valeur détectée la priorité correspondante. 5.1 Priority based Value Reporting (PBVR) Dans la première version de cette approche, aucune coopération entre les différents agents n est définie. Chaque agent est responsable des informations collectées par le capteur correspondant. 14

19 Selon la priorité trouvée, une décision d envoi de la valeur au Sink est prise ou non [15]. Dans cette approche, une valeur de priorité haute ou moyenne est envoyée au Sink et une valeur de faible priorité ne l est pas. 5.2 Priority Based COOPeration (PBCOOP) Cette version introduit une amélioration à celle définie dans le paragraphe précédant puisqu un algorithme de travail est assigné à chaque priorité. Les auteurs ainsi proposent qu une valeur détectée de haute priorité soit envoyée directement au Sink, tandis qu une valeur détectée de priorité moyenne conduit à l application d un algorithme de coopération. Le but de l algorithme de coopération est de trouver l étendue du problème qui peut exister dans le réseau [16]. 5.3 Analyse des résultats Les résultats des simulations conduites avec le simulateur Castalia montrent une réduction significative de l énergie consommée avec l introduction des SMAs. Cela est dû à la réduction du nombre de messages envoyés à cause du traitement par priorité. D autre part, le délai est significativement faible mais augmente avec le nombre de nœuds à cause du temps de traitement des données et d évaluation de la priorité. Le traitement décentralisé des informations collectées diminue la charge de traitement du centre de contrôle puisque la grande partie du traitement est exécutée au niveau des capteurs. D ici, nous pouvons conclure que la technologie multi agents est indispensable pour mettre en place un système de surveillance décentralisé. Ce qui manque dans ce type d approches est la prise de décision de façon décentralisée dans le but de réduire le plus possible l intervention humaine dans ce type d opérations. 6. Améliorations attendues Nous avons présenté, dans ce qui précède, plusieurs approches existantes pour le contrôle des Smart grids, et nous avons découvert les principaux avantages que chaque approche a introduits ainsi que leurs points faibles. Nous pouvons remarquer que le point commun à toutes les approches est que les informations collectées sont envoyées au Sink. L amélioration introduite par l introduction des SMAs est le traitement des données et la décision si ces données sont envoyées au Sink ou non. Mais l analyse et la décision des actions prises restent soumises au centre de contrôle. Toutefois, la conception d un système de surveillance décentralisé impose l introduction de tous les acteurs du réseau électrique (générateurs, clients, sous stations, etc.) en jeu et la communication entre ces différentes parties dans le but d assurer un bon fonctionnement du système. Pour ces raisons, nous proposons une approche qui implémente un système multiagents pour la conception d un système de contrôle et de surveillance décentralisé des smart grids. 15

20 7. Conclusion Dans ce chapitre, nous avons présenté 5 approches existantes pour le contrôle et la gestion des Smart grids ainsi que les faiblesses de chacune et ce qui manque pour la création d un système de contrôle et de surveillance efficace et décentralisé. Dans le chapitre suivant, nous présenterons notre approche ABCON (Agent Based CONtrol). 16

21 Chapitre 3 : Approche proposée pour le contrôle du Smart grid 1. Introduction Après avoir présenté les Smart grids ainsi que les principaux défis que présente l intégration des énergies renouvelables au réseau électrique, nous présentons dans ce qui suit notre approche proposée pour le contrôle des Smart grids. Les sous-stations de transmission et de distribution possèdent un nombre d équipements critiques qui doivent être surveillées en permanence dans le but d éviter l apparition de surcharge sur les lignes de transmission et sur les transformateurs. Différents paramètres reliés à ces équipements peuvent être contrôlés tels que la température, la densité du gaz, la tension, le courant et la puissance, etc. Ces paramètres varient d un milieu à un autre ou d une application à une autre. Dans ce qui suit, nous décrirons notre approche proposée et nous définirons les actions prises en regard des informations collectées. 2. ABCON (Agent Based CONtrol) Le réseau électrique se compose de générateurs, des lignes de transmission et de distribution, et des consommateurs. Nous proposons une approche où chaque agent est incorporé dans un capteur qui sera placé au niveau d un des composants du réseau pour suivre le comportement de ce composant. Les différents agents forment ainsi un système multi-agents. L algorithme proposé permettra la prise des décisions et des actions adéquates pour éviter la surcharge des lignes de transmission et des transformateurs tels que la diminution de la charge au niveau de la consommation, le changement du flux de l électricité, etc. Dans notre approche, nous avons défini différents types d agents qui participeront dans le processus du contrôle du réseau. Au premier lieu, nous définissons l agent consommateur, Consumer Agent (CA). C est l agent exécutant du côté des consommateurs. C est l acheteur de l énergie. Il se trouve au niveau des maisons ou des industries qui ne possèdent aucune source d énergie propre à eux et doivent référer aux grands générateurs pour assurer leurs besoins [17]. Le rôle de cet agent est de trouver la quantité d énergie qu un consommateur demande de chaque générateur. L opération de surveillance est effectuée par deux capteurs différents. - Grid Agent (GA) son rôle est de surveiller des paramètres précis (température du transformateur) et se trouve au niveau du transformateur. Dans le cas de détection d une valeur suspicieuse (par exemple température élevée supérieure à un seuil défini), le GA envoie cette valeur au Grid Coordinator Agent. - Grid Coordinator Agent (GCA) responsable de traiter les valeurs qu il reçoit des GA et de prendre les décisions convenables vis-à-vis ces valeurs. 17

22 Plusieurs GAs communiquent avec un seul GCA. Le dernier agent que nous définirons dans notre approche est l agent incorporé au niveau des sources d énergie Power Agent (PA). Cet agent se trouve au niveau des sources d énergie renouvelables (solaire, éolienne). Son rôle est de recevoir des demandes d énergies des GCA et des CA et d accepter ou non ces demandes selon la capacité du générateur de produire la quantité demandée ou pas (par exemple, dans une journée ensoleillée, une source d énergie solaire est capable de produire une quantité d énergie supérieure à celle produite dans une journée venteuse). Les décisions seront prises par le GCA suite à une coopération avec les consommateurs et les générateurs. Les règles de coopération seront définies ultérieurement. Après avoir défini les différents agents de notre approche, nous donnons dans ce qui suit le domaine d application utilisé, les paramètres et les variables sur lesquels notre approche est basée ainsi que les règles de décision qui seront utilisées par les différents agents Domaine d application et variables La température est un des principaux facteurs qui influencent la vie d'un transformateur. En fait, l'augmentation de la température est la principale cause de la réduction de la vie du transformateur. Des problèmes tels que la surcharge du transformateur, l'humidité, et les températures extrêmes affectent les transformateurs. Dans ABCON, nous avons considéré la surveillance de la température des transformateurs. Dans ce rapport, nous introduisons le terme «élévation de la température» T (éq.1) qui est défini dans [18] par la différence entre la température du transformateur et la température ambiante. T=T transformateur - T ambiante (éq.1) Les fabricants précisent des intervalles pour étudier cette élévation [19]. En fonction de ces intervalles, nous pouvons déterminer l importance de la valeur détectée. Nous assignons à chaque intervalle une priorité. Il existe donc 3 priorités : priorité faible (pri-f), priorité moyenne (pri-m) et priorité haute (pri-h). La table 3.1 présente les différents intervalles et les priorités correspondantes. Table Intervalles définissant l'élévation de la température Intervalle [0-145 ] [ ] >190 Signification Normal Suspicieux Critique Priorité Pri-f Pri-m Pri-h Dans le but de calculer l élévation de la température, la température ambiante est captée et sauvegardée d une façon périodique par le GCA. Ce dernier applique l algorithme de «levelcrossing sampling» (LCS) [3]. En d autres termes, il trouve la différence entre la valeur de la 18

23 température ambiante détectée à l instant actuel (i) et la dernière valeur de la température ambiante trouvée à l instant précédent (i-1) comme le montre l éq. 2. Ta= T ambiante (i) - T ambiante (i-1) (éq.2) Si cette différence est supérieure à un seuil s, le GCA diffuse la nouvelle température ambiante aux GA. Selon les fabricants dans [19], la variation de la température ambiante ne doit pas dépasser 10. Les valeurs de la température ambiante sauvegardée par le GCA seront utilisées ultérieurement pour des raisons de statistiques que nous ne nous y intéressons pas dans notre approche. La surveillance de la température ambiante réalisée par le GCA et de la température des transformateurs réalisée par le GA se fait d une façon périodique de période T détection. Cette période peut varier d une application à une autre. Dans [14], les auteurs fait varier la période de détection de 60s à 900s. Durant cette période, les GA captent les valeurs puis rentrent à l état idle tandis que le GCA reste en réveil en attendant des messages des GA. Etant donné que le coordinateur prend à sa charge une grande partie des traitements réalisés, et pour résoudre le problème de sa durée de vie, sa batterie sera chargée à travers le réseau électrique [20]. Cela est possible à travers la technique de l «Energy Harvesting» [21]. Après la définition des paramètres correspondants à la surveillance, nous allons définir les paramètres liés à la coopération des différents agents. Tout d abord, le GCA doit connaitre la quantité d énergie que la sous station correspondante est supposé transmettre. Cette quantité est déterminée par l AC et transmise au GCA correspondant. L algorithme de la gestion de l énergie est développé dans [17]. Dans cet algorithme, les auteurs assurent à un intervalle de temps déterminé la quantité d énergie demandée pour toutes les activités de l intervalle suivant. Les générateurs de cette énergie peuvent être des petites sources distribuées auprès des consommateurs et peuvent être des grandes compagnies de générations. Dans ce qui suit, nous développons la scène de surveillance et les règles de prise de décisions et d actions. 2.2 Scène de surveillance et règles de prise de décision Maintenant que nous avons défini les différents agents participant dans cette approche et les divers paramètres importants, nous allons présenter la scène qui contrôle le comportement des agents. La figure 3.1 montre la communication des différents agents participant dans cette approche : 19

24 Figure 3.1 Exemple de topologie de communication Le principe de fonctionnement pourrait être résumé de la façon suivante : chaque période, le GCA détecte la valeur de la température ambiante, et trouve Ta. Ensuite, il comparera Ta au seuil s. Si Ta>s, il diffuse un message de mise à jour de la valeur de la température ambiante aux GAs, appelé message update. A la réception de ce message, chaque GA met à jour la valeur de la température ambiante utilisée pour le calcul de l élévation de la température. D autre part, le GA détecte la valeur de la température du transformateur T transformateur et calcule T. Ensuite, il trouve l intervalle auquel T appartient. S il appartient à l intervalle de faible priorité, il rentre en état idle jusqu à la période suivante, Si T appartient à un intervalle de priorité moyenne ou de haute priorité, il envoie au coordinateur un message appelé message alerte contenant la valeur détectée et la priorité correspondante. Il traitera alors la priorité de la valeur reçue. La figure 3.2 montre l organigramme qui résume le fonctionnement du GA : 20

25 Figure 3.2 organigramme de fonctionnement du GA On distingue donc 2 cas pour le GCA, le premier est celui quand il détecte la valeur de la température ambiante. Le deuxième est lorsqu il reçoit un message alerte de l un des GA. Dans le premier cas, le GCA capte la température ambiante d une façon périodique et applique le LCS comme nous avons déjà expliqué. Dans le deuxième cas, l agent traite la priorité de la valeur reçue. Si c est une valeur de priorité haute, la valeur détectée signifie la présence d un problème qui peut conduire à un problème dans le réseau et ainsi une action rapide doit être faite. Si la valeur détectée est une valeur de priorité moyenne, cela signifie qu un problème pourrait exister et que des mesures préventives doivent être prises pour résoudre ce problème afin de ne pas nuire aux consommateurs. En effet, en présence d un problème au niveau des transformateurs des sous stations, il serait possible de ne pas pouvoir assurer la quantité d énergie suffisante pour la satisfaction de la demande de tous les consommateurs et ainsi il faudrait l assurer d autres sources d énergie. Dans ce but, nous proposons une coopération entre le GCA et le PA pour essayer d assurer la quantité d énergie demandée Q. 21

26 La figure 3.3 montre l organigramme qui résume le fonctionnement du GCA : Figure 3.3 organigramme de fonctionnement du GCA Cas 1 : cas d une valeur de haute priorité Dans le cas d une haute priorité, ceci signifie que la température est très élevée. Le transformateur risque alors tomber en panne s il n est pas mis hors tension. L action rapide adéquate qui devrait être prise par le GCA est de mettre hors tension (l arrêter). Une telle action possède des conséquences au niveau des consommateurs dont les besoins en énergie électrique ne seront plus satisfaits. Pour éviter un tel problème, la surcharge du transformateur doit être réduite rapidement. La diminution de la surcharge peut conduire à la diminution de la température du transformateur et ainsi le système aura une chance de rendre des précautions nécessaires avant de prendre la décision d éteindre le transformateur. Pour cela, le GCA envoie aux CAs un message panne dans lequel il demande de réduire leur consommation ou il sera obligé d éteindre le transformateur après un temps T critique (supérieur à T détection ) s il détecte de nouveau une valeur de haute priorité. Les figures 3.4, 3.5 et 3.6 expliquent l action rapide : 22

27 Figure Action rapide, cas de redétection d'une valeur de pri-h Figure action rapide, cas d'une redétection d'une valeur de pri-m 23

28 Figure action rapide, cas d'une redétection d'une valeur de pri-f Si le GCA prend la décision d arrêt du transformateur, il envoie un message surveillance au sink dans lequel il agrège toutes les valeurs reçues et envoie aux GAs un ordre de rentrer à l état idle. La figure 3.7 montre l organigramme qui résume l action prise lors de la détection d une valeur de haute priorité : Figure 3.7 organigramme cas d'une valeur de haute priorité 24

29 2.2.2 Cas 2 : cas d une valeur de priorité moyenne Dans le cas de la détection d une valeur de priorité moyenne, le coordinateur essaie d assurer toute la quantité d énergie demandée par les consommateurs à travers d autres sources d énergie. Connaissant les consommateurs que chaque GCA doit servir, ce dernier envoie une requête aux CAs correspondantes demandant de lui envoyer la quantité d énergie Q c demandée par le consommateur. La quantité d énergie totale Q est la somme des Q c des différents consommateurs. Dans l algorithme de coopération proposé, le GCA diffuse un message de demande d énergie aux PAs contenant Q et attend un temps T reponse pour la réponse. A la réception d un tel message, un PA vérifie s il est capable d assurer une telle quantité. Si oui, il envoie une offre au GCA. Après l expiration de T reponse, le GCA examine les offres qu il a reçues et choisit la plus correspondante c.à.d. celle de prix le plus faible. Puis il envoie l offre aux CAs pour prendre la décision d acceptation de cette nouvelle offre. Notons que dans cette approche, la prise de décision d accepta ou de refus d un offre s effectue par le CA sans aucune intervention humaine. Des modifications peuvent être faites pour prendre en considération les décisions humaines mais, dans notre proposition, ce n est pas disponible. Si l offre convient au CA, c.à.d. le prix convient aux consommateurs, le CA envoie un message accord au GCA et établit un contrat avec le PA correspondant. Si l offre ne convient pas au CA, il envoie un message de refus au GCA. A Chaque fois que le GCA reçoit un message accord d un CA, il soustrait la quantité d énergie demandée de ce consommateur Qc de la quantité d énergie totale demandée Q. La quantité d énergie restante après la réception de toutes les offres est Q (Q =Q- Q c ), a) Si Q est inférieure à la quantité d énergie maximale acceptable pour assurer la résolution du problème Q seuil, le transformateur continue son fonctionnement et le problème est résolu. b) Si Q est supérieure à Q seuil, le GCA prend la décision d élever le tarif comme solution pour diminuer la surcharge du coté des consommateurs. La figure 3.8 résume la communication entre les différents agents dans cet algorithme : 25

30 Figure Messages envoyés entre les différents agents dans l'algorithme de coopération La figure 3.9 montre l organigramme qui résume l algorithme de coopération proposé : Figure organigramme cas d'une valeur de priorité moyenne 26

31 3. Conclusion Nous avons proposé une approche pour la surveillance de la température des transformateurs des sous-stations de transmission et de distribution d un réseau électrique. Dans cette approche, la prise de décision par les agents est liée aux résultats de coopération de ces agents entre eux. Des simulations doivent être conduites pour tester cette approche. 27

32 1. Introduction Chapitre 4 : Evaluation des performances Après la proposition d une approche pour la surveillance et la maintenance des sous stations dans le réseau électrique intelligent, l étape suivante consiste à évaluer l approche proposée. Dans ce qui suit nous allons introduire le simulateur utilisé et présenter les étapes de la simulation ainsi que les résultats obtenus. 2. Le simulateur JADE JADE (Java Agent Development Framework) est une plateforme qui permet de construire des systèmes multi agents (SMA) créée par le laboratoire TILAB, entièrement implémenté en langage JAVA [22]. Chaque instance du JADE est appelée conteneur et peut contenir plusieurs agents. Un ensemble de conteneurs constituent une plateforme. Chaque plateforme doit contenir un conteneur spécial appelé main-container et tous les autres conteneurs s'enregistrent auprès de celui-là dés leur lancement. Chaque agent est identifié par un identifiant unique et peut communiquer avec n'importe quel autre agent sans avoir besoin de connaître son emplacement. 2.1 Les Behaviours de JADE Pour qu'un agent JADE exécute une tâche, nous avons tout d'abord besoin de définir ces tâches. Les tâches dans JADE sont appelées Behaviours ou comportements. JADE alloue un thread par agent, pour cela un agent exécute un Behaviour à la fois. Il existe trois types de Behaviours : Les Behaviours simples : pour présenter une tâche simple. Les Behaviours planifiés : pour planifier une tâche d'un agent JADE Les Behaviours composés : qui servent à présenter des tâches complexes. Après avoir cité les divers Behaviours des agents dans JADE, nous allons présenter la communication entre les agents. 2.2 Les communications entre les agents JADE Pour que plusieurs agents JADE arrivent à collaborer, ils doivent s'échanger des messages. Chaque agent JADE possède une sorte de boite aux lettres qui contient les messages qui lui sont envoyés par les autres agents. Ces boites aux lettres sont sous forme d'une liste qui contient les messages selon l'ordre chronologique de leur arrivée. Les agents JADE utilisent des messages conformes aux spécifications de la FIPA. Ces messages sont composés en général de : L'émetteur du message : un champ rempli automatiquement lors de l'envoi d'un message. 28

33 L'ensemble des récepteurs du message : un message peut être envoyé à plusieurs agents simultanément. L'acte de communication : qui représente le but de l'envoi du message en cours (informer l'agent récepteur, appel d'offre, réponse à une requête, ) Le contenu du message. Un ensemble de champs facultatifs, comme la langue utilisée, l'ontologie, le timeout, l'adresse de réponse, etc. Pour envoyer un message, il suffit de remplir les champs nécessaires (l'ensemble des récepteurs, le contenu du message et l'acte de communication) d'un message JADE, puis d'appeler la méthode send() de la classe Agent. Pour recevoir un message, il suffit d appeler la méthode receive() pour récupérer le premier message non encore lu de l agent. Lorsqu'un agent communique simultanément avec plusieurs agents, il peut décider un moment de ne lire que les messages de la provenance d'un agent particulier ou les messages ayant un acte de communication particulier. Pour cela un agent peut définir un modèle de message à recevoir. Après la présentation du simulateur utilisé, nous présentons les paramètres des simulations conduites. 3. Les paramètres des simulations Dans le but d évaluer l approche proposée, nous considérons plusieurs scénarios dans lesquels le nombre d agents est variable. Nous considérons aussi que les sources d énergie utilisées sont des sources d énergie renouvelables. Cela est important pour les tarifs puisque les énergies renouvelables ont un tarif plus faible que les sources d énergie traditionnelles. Les paramètres des simulations sont présentés dans la table 4.1. Table Paramètres des simulations Paramètres Nombre de GCA Nombre de GA Nombre de CA Nombre de PA Durée de surveillance Période de détection Période critique Valeurs Non fixe Non fixe Non fixe Non fixe 60 minutes 5 minutes 7 minutes 29

34 Nombre de messages par noeud Période d attente d une réponse 3 minutes Après avoir défini les paramètres des simulations, nous allons exploiter les résultats obtenus. 4. Résultats 4.1 Nombre de messages échangés Durant cette étude, nous avons simulé la variation du nombre de messages échangés entre les différents agents en fonction du nombre d agents entrant en jeu. Nous considérons plusieurs cas et pour chaque cas nous trouvons le nombre de messages échangés par nœud. Afin de trouver le nombre de messages échangés en fonction du nombre de nœuds du réseau, nous considérons plusieurs scénarios tout en changeant dans chacun le nombre de nœuds c.à.d. le nombre de CAs et de PAs. Pour chaque scénario, nous étudions 3 cas : Cas 1 : 10% des valeurs captées sont de pri-h, 30% de pri-m et 60% de pri-f Cas 2 : 10% des valeurs captées sont de pri-h, 40% de pri-m et 50% de pri-f Cas 3 : 10% des valeurs captées sont de pri-h, 50% de pri-m et 40% de pri-f Les résultats des simulations sont montrés dans la figure 4.1 : Nombre de noeuds Figure Nombre de messages par noeud pour plusieurs cas cas 1 cas 2 cas 3 Les résultats montrent que le nombre de messages pour chaque cas augmente avec l augmentation du nombre de nœuds. Toutefois, nous remarquons que cette augmentation du nombre de messages se stabilise pour un grand de nœuds. Ceci est normal du fait que l augmentation des acteurs dans l approche conduit à l augmentation des messages entre eux. La 30

35 % de pertes stabilisation du nombre de messages échangés est causée par le fait que un grand nombre d agents, les messages sont divisés entre ces différents agents. D autre part, l augmentation du pourcentage des valeurs de priorité moyenne engendre une augmentation du nombre de messages par nœud causé par les messages de l algorithme de coopération. 4.2 Effets sur les consommateurs Dans l approche proposée, nous essayons d anticiper l occurrence d un problème au niveau des réseaux de transmission et de distribution électriques dans le but d assurer les besoins de tous les consommateurs d une manière sûre et fiable. Pour étudier l efficacité de l approche proposée, il est indispensable d étudier l effet des valeurs de priorité haute et moyenne sur les consommateurs. Pour cela, nous considérons le cas où aucune source d énergie n est capable d assurer la quantité d énergie et donc il y a nécessité de réduire la charge des consommateurs. Nous étudions les pertes pour différents nombre de consommateurs. Plusieurs cas sont considérés : Cas 1 : cas où les activités importantes des consommateurs sont inférieures ou égales à 60% Dans ce cas, nous considérons qu au maximum 60% des activités des consommateurs sont importantes. Ces activités ne peuvent pas être retardées ni abandonnées. La perte des consommateurs est donc le pourcentage des activités importantes qui doivent être éliminées dans le but de fixer le problème dans le réseau. Les simulations montrent que jusqu à ce taux les consommateurs ne souffrent d aucune perte et que toutes les activités importantes peuvent être effectuées quelque soit le nombre de consommateurs présents. Cas 2 : 70% des activités des consommateurs sont importantes Dans ce cas, nous considérons que 70% des activités des consommateurs sont importantes. Les résultats des simulations sont présentés dans la figure 4.2 : 20 70% valeurs importantes Nombe de consommateurs Moyene Min Max Figure Pourcentage de perte, 70% valeurs importantes 31

36 % de pertes Ces résultats montrent qu en moyenne, le pourcentage de perte varie de 0% jusqu à 11%. Ce pourcentage augmente avec le nombre de consommateurs jusqu à ce que ce dernier atteigne 60 consommateurs. Au-delà de cette valeur, le pourcentage de perte diminue puis se stabilise sur 4%. Cette diminution du pourcentage de pertes pour un nombre de consommateurs supérieur à 60 est due principalement au fait que la diminution de charge est divisée sur un nombre plus élevé de consommateurs. En plus, les résultats montrent que le pourcentage de perte maximal atteint 15% et le pourcentage de perte minimal est nul. Cas 3 : 80% des activités des consommateurs sont importantes Dans ce cas, 80% des activités des consommateurs sont importantes. Les simulations ont conduit à trouver les valeurs résumées dans le graphe de la figure 4.3 : 30 80% valeurs importantes Moyenne Min Max Nombre de consommateurs Figure Pourcentage de perte, 80% valeurs importantes En moyenne, le pourcentage de perte des consommateurs varie de 2% jusqu à 20%. Au maximum, un consommateur perd jusqu à 26% de ses activités importantes. Au minimum, le pourcentage de perte pourrait être nul. Cas 4 : 90% des activités des consommateurs sont importantes Dans ce cas, 90% des activités des consommateurs sont importantes. Les résultats des simulations conduites sont présentés dans le graphe de la figure

37 % de pertes % de pertes % valeurs importantes Nombre de consommateurs Moyenne Min Max Figure Pourcentage de perte, 90% valeurs importantes Pour un tel cas, le pourcentage de perte moyenne pour un consommateur varie de 10% à 30%. Il est clair que pour 90% de valeurs importantes, les pourcentages de perte minimale et maximale augmentent. Au minimum, 6% des activités importantes sont perdues et au maximum, les consommateurs perdent jusqu à 36% des activités importantes. Cas 5 : 100% des activités des consommateurs sont importantes Ce cas est considéré comme le cas le plus grave. Toutes les activités sont importantes et aucune activité ne pourrait être éliminée. Les résultats sont présentés dans la figure 4.5 : % valeurs importantes Nombre de consommateurs Moyenne Min Max Figure Pourcentage de perte, 100% valeurs importantes Sachant que ce cas est le plus grave, les simulations montrent de bons résultats. En moyenne, le pourcentage de perte varie de 20% à 40%. Au maximum, un consommateur peut perdre jusqu à 33

38 % de pertes 50% des activités importantes. Ainsi, nous pouvons conclure que dans le cas le plus grave, 50% des activités des consommateurs sont maintenues. La figure 4.6 résume les résultats trouvés ci-dessus. Ce graphe montre la variation moyenne du pourcentage de pertes des consommateurs par rapport au nombre de consommateurs pour différents cas (70%, 80%, 90% et 100% des activités importantes). % de pertes vs Nombre de consommateurs % 80% 90% 100% Nombre de consommateurs Figure Pourcentage de pertes vs nombre de consommateurs Les résultats montrent que le pourcentage de pertes des consommateurs augmente lorsque le pourcentage des activités importantes augmente. Cela est dû au fait que les pertes sont calculées comme étant les activités importantes qui doivent être éliminées ou retardées à cause du problème présent dans le système électrique. Après la simulation de pourcentage de pertes des activités des consommateurs, nous simulerons dans ce qui suit le coût de l électricité. 4.3 Coût de l électricité Nous savons que les sources d énergie renouvelables possèdent un coût plus faible que les sources traditionnelles. En plus, la surcharge sur les réseaux de transmission et de distribution a lieu principalement aux heures de pointe. L intégration des énergies renouvelables présente un bénéfice très important qui est son coût inférieur à celui des sources fossiles. Les heures de pointe sont supposées être de 6 am à 10 am et de 5 pm à 9pm comme le montre la figure

39 Figure 4.7 heures de pointe [23] Le but de notre approche est d assurer, à tout instant et quelques soit les conditions, l électricité aux consommateurs. Cela est possible par l intégration des énergies renouvelables. Toutes les approches intégrant les énergies renouvelables au réseau électrique montrent que l achat de l électricité des prosumers se fait à prix réduit. Pour s assurer de la faisabilité de cette idée sur notre approche, nous considérons que lors des heures pointes, les sources d énergies renouvelables sont intégrées au réseau électrique et nous évaluons le coût de l électricité. Une comparaison des prix des sources d énergies par Kilowatts sont présents dans [24]. Nous résumons cette comparaison dans la table 4.2 : Table comparaison du prix des sources d'énergie Source Fuel Solaire Eolienne hydraulique Prix 0.34 cents 0.26 cents 0.26 cents 0.21 cents Dans le but de comparer le prix, nous divisons le jour à 24 périodes chaque période T = 1 heure. Nous considérons 2 cas distincts : Cas A : Source d énergie traditionnelle et le prix de l électricité est fixe à chaque période Dans ce premier cas, nous considérons que le prix de l électricité assuré par les sources d énergie traditionnelles (fuel) est fixe dans chaque période et nous comparons le prix avec notre proposition qui considère que lors des heures pointes les sources d énergie renouvelables sont intégrées. La figure 4.8 présente les résultats obtenus. 35

40 Prix Figure 4.8 -prix de l'éléctricité dans notre approche et dans l approche traditionnelle Ces résultats sont résumés dans la figure 4.9 : Comparaison du prix approche ttraditionnelle notre approche période Figure comparaison du prix de l'électricité (1) Cas B : Source d énergie traditionnelle et le prix de l électricité est variable Dans ce cas, nous comparons notre approche à l approche qui considère que l élévation du prix de l électricité durant les heures de pointe peut conduire à la diminution de la consommation. Dans cette approche le prix de l électricité est variable selon les périodes de la journée. La figure 4.10 présente les résultats de la comparaison. 36

2. Technique d analyse de la demande

2. Technique d analyse de la demande 1. Recevoir et analyser une requête du client 2. Sommaire 1.... Introduction 2.... Technique d analyse de la demande 2.1.... Classification 2.2.... Test 2.3.... Transmission 2.4.... Rapport 1. Introduction

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

Professeur superviseur ALAIN APRIL

Professeur superviseur ALAIN APRIL RAPPORT TECHNIQUE PRÉSENTÉ À L ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE DANS LE CADRE DU COURS MGL804 REALISATION ET MAINTENANCE DE LOGICIELS TRAVAIL DE SESSION N12 EVALUATION D UN CONTRAT DE MAINTENANCE DU LOGICIEL

Plus en détail

Le stockage de l'énergie : des nouvelles perspectives de performance énergétique pour les industriels?

Le stockage de l'énergie : des nouvelles perspectives de performance énergétique pour les industriels? Le stockage de l'énergie : des nouvelles perspectives de performance énergétique pour les industriels? Usine + 13 et 14 Novembre 2014 Francois Borghese - Prosumer marketing director Francois2.borghese@schneider-electric.com

Plus en détail

Passez d une vision passive de votre consommation énergétique à une gestion active de l énergie

Passez d une vision passive de votre consommation énergétique à une gestion active de l énergie Passez d une vision passive de votre consommation énergétique à une gestion active de l énergie Les services de gestion de l énergie Schneider Electric valorisent votre datacenter. Schneider Electric www.schneider-electric.com

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

LA GESTION D ASTREINTE White Paper

LA GESTION D ASTREINTE White Paper LA GESTION D ASTREINTE White Paper GENERALITES SUR LA GESTION D ASTREINTE :... 2 POURQUOI METTRE EN PLACE UNE GESTION D ASTREINTE AUTOMATISEE?... 2 LA TRANSMISSION DE L INFORMATION, LE NERF DE LA GESTION

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Efficacité énergétique pour les particuliers : une solution pour le monitoring énergétique

Efficacité énergétique pour les particuliers : une solution pour le monitoring énergétique Efficacité énergétique pour les particuliers : une solution pour le monitoring énergétique Orange Labs Jérôme Descos, Recherche & Développement 13 mars 2012, présentation au Colloque Energ&TIC² travaux

Plus en détail

Nouveaux horizons pour l industrie énergétique. La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux

Nouveaux horizons pour l industrie énergétique. La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux Nouveaux horizons pour l industrie énergétique La solution complète GEONIS pour les fournisseurs d énergie et les opérateurs de réseaux Industrie énergétique Les solutions logicielles SIG de Geocom : flexibles,

Plus en détail

Exemple de réalisation dans le cas de projets pilotes Smart Grids. sociétaux» 13 juin, Laas-CNRS Toulouse Jean Wild

Exemple de réalisation dans le cas de projets pilotes Smart Grids. sociétaux» 13 juin, Laas-CNRS Toulouse Jean Wild Exemple de réalisation dans le cas de projets pilotes Smart Grids «Smart grids au carrefour des enjeux technologiques et sociétaux» 13 juin, Laas-CNRS Toulouse Jean Wild l'essentiel Milliards d euros de

Plus en détail

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com

L essentiel. Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base. web aucotec.com L essentiel Coopérative, flexible, très performante : la plateforme Engineering Base web aucotec.com Les défis La globalisation des structures d ingénierie avec le travail en réseau sur des sites dispersés

Plus en détail

Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité

Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité Concours ERDF de l innovation 2015 «Réseaux Electriques Intelligents» Thème 8 : Capteurs et objets connectés au service de l observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d électricité

Plus en détail

Référence technique. Énergie verte APERÇU

Référence technique. Énergie verte APERÇU Énergie verte Référence technique APERÇU L Environmental Protection Agency (EPA) des États-Unis définit l'énergie verte comme étant de l'électricité produite à l'aide de ressources renouvelables, comme

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management.

Pré-requis Diplôme Foundation Certificate in IT Service Management. Ce cours apporte les connaissances nécessaires et les principes de gestion permettant la formulation d une Stratégie de Services IT ainsi que les Capacités organisationnelles à prévoir dans le cadre d

Plus en détail

Notions de puissance et bâtiment durable

Notions de puissance et bâtiment durable Notions de puissance et bâtiment durable La gestion de la puissance électrique La notion de puissance en physique représente une quantité d énergie par unité de temps. La puissance électrique se mesure

Plus en détail

La maîtrise de l énergie par les TIC

La maîtrise de l énergie par les TIC La maîtrise de l énergie par les TIC Les Technologies de l Information et de la Communication au cœur de la production électrique national et de son ajustement en temps réel. Sommaire 1. Notre offre de

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau Etude de cas Porter l optimisation au plus haut niveau Après la mise en oeuvre du Quintiq Company Planner, Vlisco a réduit ses délais de production de 50%. L étape suivante, le déploiement du Scheduler,

Plus en détail

ACTUALITÉS LANDPARK. Nouvelle version. Landpark Helpdesk. Landpark Helpdesk. Les avantages de la nouvelle version 3.9.2.

ACTUALITÉS LANDPARK. Nouvelle version. Landpark Helpdesk. Landpark Helpdesk. Les avantages de la nouvelle version 3.9.2. ACTUALITÉS LANDPARK Solutions complètes d'inventaire, de gestion de parc et de helpdesk ITIL Avril 2015 Nouvelle version Landpark Helpdesk Landpark vous associe aux meilleurs logiciels de Gestion de Parc

Plus en détail

Le Cercle Vertueux du Cloud Public

Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cloud public rencontre un intérêt croissant auprès de tous les directeurs IT voulant planifier les stratégies informatiques de leur

Plus en détail

Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers

Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers Architecture de réseau de senseurs : monitoring environnemental et écosystèmes forestiers Présenté par : Ahmed Lakhssassi, Membres du GRMS : Marek Zaremba, Wojtek Bock et Larbi Talbi Département Informatique

Plus en détail

AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée

AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée CUSTOMER SUCCESS STORY Mars 2014 AT&S Renforce son Efficacité et sa Flexibilité Métier Grâce à une Gestion IT Optimisée PROFIL CLIENT Secteur: Industrie manufacturière Société: AT&S Effectifs: 7 500 personnes

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Leçon 6. Juste à temps : principes

Leçon 6. Juste à temps : principes Leçon 6 Juste à temps : principes L'objectif principal de la leçon est de connaître et de comprendre la philosophie du juste à temps A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : définir les

Plus en détail

Shaman-X projet de de logiciel libre Plan de de secours informatique

Shaman-X projet de de logiciel libre Plan de de secours informatique Shaman-X projet de de logiciel libre Plan de de secours informatique Nouvelles fonctionnalités à moindre coût pour la haute disponibilité, la tolérance au désastre et la gestion de crise Auteur: Dominique

Plus en détail

Lexmark Transforme son Organisation IT avec l aide de CA Agile Operations Suite

Lexmark Transforme son Organisation IT avec l aide de CA Agile Operations Suite Customer success story Juillet 2015 Lexmark Transforme son Organisation IT avec l aide de CA Agile Operations Suite Profil Client Secteur : Services informatiques Société : Lexmark Effectifs : 12 000 Chiffre

Plus en détail

LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL

LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL LE PROBLEME DU FLOT MAXIMAL I Exemple d introduction Deux châteaux d'eau alimentent 3 villes à travers un réseau de canalisations au sein duquel se trouvent également des stations de pompage. Les châteaux

Plus en détail

Introduction Les architectes Les utilisateurs expérimentés Les créateurs de contenu Les chefs de projet Les documentalistes

Introduction Les architectes Les utilisateurs expérimentés Les créateurs de contenu Les chefs de projet Les documentalistes Introduction Bienvenue dans le Kit d administration Microsoft Office SharePoint Server 2007! Si vous lisez cette introduction, il y a de grandes chances pour que vous soyez intéressé par l administration

Plus en détail

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009»

Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication. «Session 2009» Concours EXTERNE d ingénieur des systèmes d information et de communication «Session 2009» Meilleure copie "Rapport Technique" Thème : conception et développement logiciel Note : 15,75/20 Rapport technique

Plus en détail

Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments

Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments Division des bâtiments Office de l efficacité énergétique (OEE) Ressources naturelles Canada (RNCan) http://oee.nrcan.gc.ca/commerciaux/appuifinancier/existant/ameliorations/index.cfm?attr=20

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/09/12/11 87-11 Projet de loi modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l organisation du marché de l électricité Avis de la Chambre des Métiers Par sa lettre du 29 juillet 2011, Monsieur

Plus en détail

Automatisation des copies de systèmes SAP

Automatisation des copies de systèmes SAP Pour plus d informations sur les produits UC4 Software, visitez http://www.liftoff-consulting.com/ Automatisation des copies de systèmes SAP Introduction Le thème de la copie des systèmes SAP est une source

Plus en détail

Approche en Ligne pour une Gestion Autonome et Décentralisée des Réseaux MPLS-DiffServ

Approche en Ligne pour une Gestion Autonome et Décentralisée des Réseaux MPLS-DiffServ Approche en Ligne pour une Gestion Autonome et Décentralisée des Réseaux MPLS-DiffServ Rana Rahim-Amoud, Leïla Merghem-Boulahia, Dominique Gaïti rana.amoud@utt.fr Institut Charles Delaunay (ICD FRE CNRS

Plus en détail

Programme de formations

Programme de formations Programme de formations Member of Group LES DEFIS DE LA QUALITE Pourquoi mettre en place un Système de Management de la Qualité? Faire évoluer les comportements, les méthodes de travail et les moyens pour

Plus en détail

Résultat des discussions du groupe de travail franco-allemand sur les infrastructures de charge

Résultat des discussions du groupe de travail franco-allemand sur les infrastructures de charge 26/01/10 Résultat des discussions du groupe de travail franco-allemand sur les infrastructures de charge Le groupe de travail franco-allemand sur les infrastructures de charge des véhicules électriques

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

Q&A. 1.Qu est ce que le Power Clouds. 2.Qu est qu un Cloud. 3.Qu est ce que la Power Share. 4.Combien coûte une Power Share.

Q&A. 1.Qu est ce que le Power Clouds. 2.Qu est qu un Cloud. 3.Qu est ce que la Power Share. 4.Combien coûte une Power Share. 1.Qu est ce que le Power Clouds Le Power Clouds est un ensemble de centrales à énergies renouvelables construites par WOR(l)D NRG dans différents Pays. Le concept de Cloud dérive du fait que les centrales

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

Résolution des problèmes liés aux imprimantes www.ofppt.info

Résolution des problèmes liés aux imprimantes www.ofppt.info ROYAUME DU MAROC Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail aux imprimantes DIRECTION RECHERCHE ET INGENIERIE DE FORMATION SECTEUR NTIC Diagnostiquer un problème Sommaire 1. Introduction...

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Transformez votre vision énergétique en économies d énergie

Transformez votre vision énergétique en économies d énergie Transformez votre vision énergétique en économies d énergie Les services de gestion énergétique de Schneider Electric augmentent la valeur commerciale de votre centre de données. Schneider Electric www.schneider-electric.com

Plus en détail

L électricité solaire jour et nuit. Avec la solution intelligente de stockage BPT-S 5 Hybrid

L électricité solaire jour et nuit. Avec la solution intelligente de stockage BPT-S 5 Hybrid L électricité solaire jour et nuit Avec la solution intelligente de stockage BPT-S 5 Hybrid Mon électricité, je peux bien l utiliser moi-même, non? Le jour se termine. La lumière reste. Et si je pouvais

Plus en détail

D une production centralisée à une production décentralisée, rendons les énergies renouvelables plus flexibles sur le réseau.

D une production centralisée à une production décentralisée, rendons les énergies renouvelables plus flexibles sur le réseau. e l e c tree D une production centralisée à une production décentralisée, rendons les énergies renouvelables plus flexibles sur le réseau le projet : Donnons à l Europe connectée les outils pour réussir

Plus en détail

OPTIMISATION GLOBALE VS PERSONNALISATION DE LA POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE, LES CONTRADICTIONS POTENTIELLES DE L ARRIVÉE DES TIC DANS LA

OPTIMISATION GLOBALE VS PERSONNALISATION DE LA POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE, LES CONTRADICTIONS POTENTIELLES DE L ARRIVÉE DES TIC DANS LA OPTIMISATION GLOBALE VS PERSONNALISATION DE LA POLITIQUE ÉNERGÉTIQUE, LES CONTRADICTIONS POTENTIELLES DE L ARRIVÉE DES TIC DANS LA DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE Journées Scientifiques de l ARC 6, 22 novembre

Plus en détail

Faits : Informations sur la smart fortwo electric drive

Faits : Informations sur la smart fortwo electric drive Informations sur la smart fortwo electric drive Faits : La smart fortwo electric drive utilise-t-elle le freinage par récupération pour recharger la batterie? Quand le conducteur touche pour la première

Plus en détail

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel

Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Services Professionnels Centre de Contacts Mitel Débutez un voyage vers la modernisation et l évolutivité : Elevez le niveau de votre performance commerciale Pour moderniser votre centre de contact : Passez

Plus en détail

Gestion des Incidents (Incident Management)

Gestion des Incidents (Incident Management) 31/07/2004 Les concepts ITIL-Incidents 1 «Be prepared to overcome : - no visible management ou staff commitment, resulting in non-availability of resources - [ ]» «Soyez prêts a surmonter : - l absence

Plus en détail

Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi?

Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi? Un changement de paradigme dans la fourniture d énergie : Pourquoi? La Commission européenne jette les bases du déploiement des futurs réseaux intelligents Conformément aux directives européennes 1 2009/72/CE

Plus en détail

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire 1. INTRODUCTION Avant de nous intéresser aux technologies des réseaux actuelles, il est important de retracer en quelques points l évolution de l outil informatique afin de nous permettre d appréhender

Plus en détail

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système Présentation Diapo01 Je m appelle Michel Canneddu. Je développe avec 4D depuis 1987 et j exerce en tant qu indépendant depuis 1990. Avant de commencer, je tiens à remercier mes parrains Jean-Pierre MILLIET,

Plus en détail

GridSense. L intelligence aux commandes de l énergie.

GridSense. L intelligence aux commandes de l énergie. GridSense. L intelligence aux commandes de l énergie. GridSense est la technologie intelligente d avenir permettant d aborder le tournant énergétique. Elle contrôle les appareils électriques tels que les

Plus en détail

ONDULEUR SMART-GRID AUTO-CONSOMMATION NOUVELLE GÉNÉRATION

ONDULEUR SMART-GRID AUTO-CONSOMMATION NOUVELLE GÉNÉRATION Y o u r P o w e r, Y o u r R u l e s ONDULEUR SMART-GRID AUTO-CONSOMMATION NOUVELLE GÉNÉRATION SMART-GRID ALL-IN-ONE INTELLIGENTE RENDEMENT >30% (1) ET D EXPLOITATION À PROPOS D IMEON ENERGY Fort de plus

Plus en détail

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe

Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium. Comparatif Choco/Drools dans le cadre du projet JASMINe Guillaume SOLDERA (B guillaume.soldera@serli.fr) SERLI Informatique Bull OW2 Consortium dans le cadre du projet JASMINe Avril 2008 Table des matières 1 Introduction 3 1.1 Rappel sur JASMINe.......................................

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino

Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino Contrôlez et Maîtrisez votre environnement de messagerie Lotus Notes Domino avec MailFlow Analyzer TM un produit de l Infrastructure Management Suite TM Copyright COOPERTEAM SOFTWARE 2013 La gestion de

Plus en détail

Annexe 4 Service Messagerie DSI CNRS

Annexe 4 Service Messagerie DSI CNRS Annexe 4 Service Messagerie DSI CNRS Contenu I. Introduction... 2 II. Description de l Offre de Service Messagerie unifiée... 2 1. Services proposés... 2 2. Utilisation... 2 3. Types de fournitures...

Plus en détail

Protocole d installation SOLON SOLraise

Protocole d installation SOLON SOLraise Page 1/5 Protocole d installation SOLON SOLraise Demande d assurance solaire Indications relatives à la surveillance, la maintenance à distance, au logiciel, au micrologiciel Merci de remplir complètement

Plus en détail

Cahier de charges Projet 24

Cahier de charges Projet 24 Cahier de charges Projet 24 Répartition automatique de surcharge sur serveur web virtualisé Etudiants : KAOUACHI Youssef ELFELLAH Amine Encadré par : M. HAYEL Yezekael Année universitaire : 2008/2009 I-

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE

JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE JOURNEE MONDIALE DE LA STATISTIQUE UNE MEILLEURE STATISTIQUE AU SERVICE DE LA POLITIQUE MONETAIRE ET DE LA STABILITE FINANCIERE Abdellatif Jouahri Wali de Bank Al-Maghrib Rabat, 20 octobre 2015 1 Je tiens

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique.

Avant-propos. 1. Institut national de recherche en informatique et en automatique. Avant-propos J ai découvert, un jour de 1986, l ouvrage de G. Fishman [FIS 73] sur la simulation au centre de documentation de l INRIA 1 à Rocquencourt. J ai été aussitôt attiré par ce procédé numérique

Plus en détail

Ebauche Rapport finale

Ebauche Rapport finale Ebauche Rapport finale Sommaire : 1 - Introduction au C.D.N. 2 - Définition de la problématique 3 - Etat de l'art : Présentatio de 3 Topologies streaming p2p 1) INTRODUCTION au C.D.N. La croissance rapide

Plus en détail

Nouvelle Norme ISO 50001: Systèmes de management de l énergie. 26 e congrès de l AQME, 2 mai 2012

Nouvelle Norme ISO 50001: Systèmes de management de l énergie. 26 e congrès de l AQME, 2 mai 2012 Nouvelle Norme ISO 50001: Systèmes de management de l énergie 26 e congrès de l AQME, 2 mai 2012 1 AGENDA Un coup d œil sur ISO 50001 Mise en œuvre de la norme ISO 50001 Bénéfices des systèmes de gestion

Plus en détail

Les évolutions des marchés de l énergie en France

Les évolutions des marchés de l énergie en France Les évolutions des marchés de l énergie en France MTAIR en bref Entreprise de services énergétiques Fondée en 1991 4 M de CA (2013) 32 collaborateurs Entreprise indépendante Siège social Domont (95) 2

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2008

Les exigences de la norme ISO 9001:2008 Les exigences de la norme ISO 9001:2008! Nouvelle version en 2015! 1 Exigences du client Satisfaction du client Le SMQ selon ISO 9001:2008 Obligations légales Collectivité Responsabilité de la direction

Plus en détail

Guide de sélection d une solution de planification

Guide de sélection d une solution de planification Guide de sélection d une solution de planification Liste des points essentiels que votre prochaine solution de planification doit couvrir Une publication de PlanningForce Table des matières 1. Ressources

Plus en détail

Précision mesuré. Contenu. Données énergétiques et Rendement pour onduleurs PV Sunny Boy et Sunny Mini Central

Précision mesuré. Contenu. Données énergétiques et Rendement pour onduleurs PV Sunny Boy et Sunny Mini Central Précision mesuré Données énergétiques et Rendement pour onduleurs PV Sunny Boy et Sunny Mini Central Contenu Chaque exploitant d'installation photovoltaïque souhaite être informé au mieux sur la puissance

Plus en détail

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication.

Définition. Caractéristiques. - Du partage des ressources : espace de stockage, imprimantes, lignes de communication. CONNECTER LES SYSTEMES ENTRE EUX L informatique, au cœur des tâches courantes, a permis de nombreuses avancées technologiques. Aujourd hui, la problématique est de parvenir à connecter les systèmes d information

Plus en détail

Aide à la décision pour l'optimisation de la maintenance des stations de compression de gaz naturel

Aide à la décision pour l'optimisation de la maintenance des stations de compression de gaz naturel Aide à la décision pour l'optimisation de la maintenance des stations de compression de gaz naturel J. Blondel, L. Marle - CRIGEN A. Abdesselam GRTgaz F. Brissaud - DNV France Presentation Plan Objectifs

Plus en détail

Nous trouvons là les deux thématiques abordées par les deux parties de l ouvrage.

Nous trouvons là les deux thématiques abordées par les deux parties de l ouvrage. $YDQWSURSRV La mise en œuvre du pilotage des systèmes de production constitue un enjeu sensible en raison, d une part, de l accroissement du niveau d automatisation de ceux-ci et, d autre part, de la multiplication

Plus en détail

Méthodes Agiles et gestion de projets

Méthodes Agiles et gestion de projets Méthodes Agiles et gestion de projets Eric LELEU Consultant Solutions Collaboratives Contact ericleleu@nordnet.fr Site Personnel http://home.nordnet.fr/~ericleleu Blog http://ericleleu.spaces.live.fr La

Plus en détail

C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process

C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process C2O, une plate-forme de gestion et d automatisation de process AVANTAGE PRODUCTION Siège social : 15 rue ampère - 60800 Crépy en Valois Tel: + 33 (0)1 76 77 26 00 - info@avantageproduction.com SARL au

Plus en détail

10 Prototypage rapide de logiciel pour les systèmes avioniques

10 Prototypage rapide de logiciel pour les systèmes avioniques Introduction Le contexte aéronautique 1 a depuis plusieurs années mis en évidence le besoin croissant de technologies de sécurité permettant d éviter des utilisations malveillantes des matériels ou services

Plus en détail

Vers l efficience énergétique : Mesures intelligentes et connexion du véhicule électrique au réseau

Vers l efficience énergétique : Mesures intelligentes et connexion du véhicule électrique au réseau S é m i n a i r e " M o b i l i t é s " Vers l efficience énergétique : Mesures intelligentes et connexion du véhicule électrique au réseau Laboratoire Modélisation, Intelligence, Processus et Systèmes

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1

Partie I Organisations, management et systèmes d information... 1 Liste des cas d entreprise............................................................ Liste des figures..................................................................... Liste des tableaux...................................................................

Plus en détail

Risques de Sécurité et Solutions pour les Systèmes PV

Risques de Sécurité et Solutions pour les Systèmes PV Risques de Sécurité et Solutions pour les Systèmes PV L objectif du présent document est de traiter les problèmes de sécurité des systèmes PV pour les pompiers. Il expose comment la solution SolarEdge

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Intergiciel sensible à l'énergie pour les réseaux mobiles ad hoc

Intergiciel sensible à l'énergie pour les réseaux mobiles ad hoc Intergiciel sensible à l'énergie pour les réseaux mobiles ad hoc Principes Moyens d'action Architecture Guilhem Paroux (France Télécom R&D / ENST) Isabelle Demeure (ENST) Plan de la présentation Les réseaux

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 09 : CC : Cloud Computing Sommaire Introduction... 2 Définition... 2 Les différentes

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO 9001. La charte qualité d HAWORTH

LA CERTIFICATION ISO 9001. La charte qualité d HAWORTH LA CERTIFICATION ISO 9001 La charte qualité d HAWORTH L ENTIERE SATISFACTION DE NOS CLIENTS : 1 ère RESPONSABILITE DE CHACUN Le groupe Haworth s'est engagé dans une démarche Qualité depuis 1991 car la

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant»

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Livre Blanc Oracle Juin 2009 Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Préambule Ce livre blanc met en avant certains risques impliqués dans les travaux liés

Plus en détail

10 façons d optimiser votre réseau en toute sécurité

10 façons d optimiser votre réseau en toute sécurité 10 façons d optimiser votre réseau en toute sécurité Avec le service Application Intelligence and Control des pare-feu nouvelle génération SonicWALL et la série d accélération WAN (WXA) Table des matières

Plus en détail

Ministère de l Éducation Guide de l utilisateur de l Initiative pilote des écoles vertes

Ministère de l Éducation Guide de l utilisateur de l Initiative pilote des écoles vertes Ministère de l Éducation Guide de l utilisateur de l Initiative pilote des écoles vertes Version 1.0 Juin 2010 Table des matières Aperçu... 1 1.0 Accès au module IPÉV avec SIIS... 2 1.1 Page Web du SIIS...

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz 941.241 du 19 mars 2006 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu les art. 5, al. 2, 8, al.

Plus en détail