Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Impartition réussie du soutien d entrepôts de données"

Transcription

1 La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des données Les entrepôts de données peuvent aider les organisations à prendre des décisions réfléchies afin d atteindre leurs objectifs d affaires. Pour adapter un entrepôt de données aux exigences changeantes du marché, il faut faire preuve d agilité et d expertise. Par conséquent, beaucoup d organisations choisissent d impartir cette fonction de soutien et de la confier à des partenaires d expérience. Cette étude s inspire de l expérience de clients de CGI afin d expliquer les raisons pour lesquelles l impartition est une option avantageuse. Elle décrit également les façons d utiliser efficacement les services de gestion déléguée pour le soutien et la maintenance d entrepôts de données en citant comme exemples des études de cas et des facteurs clés de réussite tirés de l expérience d organisations de premier plan. Mars 2014 cgi.com 2014 GROUPE CGI INC.

2 Depuis l apparition du concept d entrepôt de données à la fin des années 1980, on ne se questionne plus sur la pertinence d un entrepôt ni sur la façon de le bâtir, mais bien sur la façon de le gérer et de l améliorer afin qu il réponde aux exigences changeantes. La portée et la complexité d un entrepôt de données placent son modèle de soutien dans une classe à part. Pour cette raison, beaucoup d entreprises impartissent les activités et le développement liés à l entrepôt de données et le confient à des partenaires en TI possédant l expertise et la sophistication technique requises ainsi qu une vaste expérience auprès de différentes organisations. FACTEURS COMMERCIAUX Coûts réduits et prévisibles Atténuation du risque Rigueur de la gouvernance Productivité accrue Processus rationalisés et normalisés Économies d échelle FACTEURS STRATÉGIQUES Harmonisation des TI et des activités Libération des ressources afin de créer de la valeur Souplesse accrue Réduction du temps de mise en marché Accès à l innovation Gestion rigoureuse et investissement dans des domaines stratégiques FACTEURS COMMUNS, DEMANDES UNIQUES Le soutien d entrepôts de données s apparente de plusieurs façons au soutien d applications traditionnel. Les avantages d impartir ces deux types de soutien sont également similaires et comprennent la possibilité de réduire les coûts, d exercer un contrôle accru des niveaux de service et de libérer les spécialistes de la gestion des TI et les experts internes afin qu ils puissent se consacrer à des questions d une plus grande importance stratégique. Le modèle de soutien d entrepôts de données présente toutefois quelques caractéristiques uniques. Le fait de comprendre ou non ces différences détermine la réussite ou l échec d une relation d impartition du soutien d entrepôts de données. Voici quelques aspects propres à ces derniers. Portée et complexité accrues Le groupe d utilisateurs d un entrepôt de données est généralement plus vaste que celui d un simple système opérationnel comme les systèmes de gestion de la relation client, de gestion intégrés ou les applications de facturation. Par conséquent, il est impératif de tenir compte des exigences en matière d intégration de données interdomaines, ce qui nécessite une gouvernance rigoureuse et un degré acceptable de normalisation des données, des processus, de la sécurité, des outils d intelligence d affaires et de l architecture. Connaissances spécialisées du domaine Un environnement d une telle complexité exige une profonde compréhension de l aspect technique ainsi que de la réalité commerciale reflétée par les données. Il nécessite une compréhension claire de l assemblage de l entrepôt de données et de la structure résultante, ainsi qu une interprétation des données entreposées selon un point de vue commercial. Cycle de vie unique de développement de système Tout comme la création d un entrepôt de données, son soutien nécessite un cycle de vie spécialisé qui dépend tout particulièrement de la collaboration des équipes professionnelles et techniques. 2

3 Évolution rapide Les utilisateurs exigent que les entrepôts de données grandissent et évoluent plus rapidement que les applications classiques. Plus le volume de données recueillies est important, plus les utilisateurs exploitent ces données. Plus ils les exploitent, plus ils souhaitent en recueillir. Il est donc impératif d adapter et d améliorer continuellement les entrepôts de données. Aucune délimitation précise entre la maintenance et les améliorations Les trois catégories de base du soutien d applications sont la maintenance périodique, les améliorations et la maintenance sur incident. Pour les entrepôts de données, la distinction entre la maintenance et les améliorations mineures n est pas toujours claire. À titre d exemple, cette distinction peut être floue dans le cas où les exigences de l utilisateur changent ou n ont jamais été clairement définies et que les rapports s avèrent insatisfaisants. Les modifications de calculs alors soumises sous forme de maintenance sur incident pourraient également être considérées comme une amélioration. Longs délais de résolution de problèmes La résolution des problèmes liés aux entrepôts de données entraîne généralement plusieurs transformations. Même une modification mineure du code peut prendre un certain temps et exige une profonde compréhension des répercussions sur les autres données ainsi que sur les outils de production de rapports et d analyse qui utilisent ces données. LA CLÉ DU SUCCÈS Puisque l environnement des entrepôts de données exige un soutien très spécialisé, la mise en place, la direction et le perfectionnement internes d une équipe principale de soutien dotée des compétences requises peuvent accaparer le temps de précieuses ressources. «Plus le volume de données recueillies est important, plus les utilisateurs exploitent ces données. Plus ils les exploitent, plus ils souhaitent en recueillir.» Afin de résoudre ce problème, beaucoup de grandes entreprises affectent les tâches stratégiques de définition et de justification de l entrepôt de données à des ressources internes, et délèguent la gestion des activités quotidiennes à des partenaires technologiques de confiance. Cette approche permet aux spécialistes et aux experts techniques internes de se concentrer sur des questions d une plus grande importance stratégique plutôt que de consacrer leur temps à des tâches opérationnelles. Les partenaires de services de gestion déléguée, en affectant les ressources appropriées aux bonnes tâches et au moment opportun, permettent à leurs clients de réaliser des économies d échelle. Ils leur offrent également les services dont ils ont besoin pour améliorer leur efficacité opérationnelle et réduire leurs coûts de soutien. Grâce à un vaste répertoire de mandats desquels ils peuvent tirer les meilleures pratiques, les fournisseurs chevronnés de services de gestion déléguée sont en mesure de proposer des structures de gouvernance efficaces et des processus normalisés et rationalisés. En mettant l accent sur l amélioration et l innovation continues, ces partenaires de gestion déléguée aident également les organisations à définir et à appliquer des feuilles de route de changements qui s harmonisent à leur stratégie d affaires. Pour ce faire, ils mettent à profit leur connaissance du milieu des affaires et leur expérience multisectorielle, atouts que les ressources internes de soutien ne détiennent pas toujours à un tel degré. L expérience de CGI au sein de plusieurs organisations et secteurs d activité démontre qu un partenariat réussi de gestion déléguée du soutien d entrepôts de données nécessite la prise en compte de plusieurs facteurs. Ces facteurs, tels qu illustrés dans le tableau ci-dessous, comprennent l harmonisation des activités et des TI, la structure du modèle de soutien, les connaissances requises des ressources de soutien, la formulation des attentes et la gestion de la qualité. 3

4 FACTEURS CLÉS DE RÉUSSITE POUR L IMPARTITION DU SOUTIEN D ENTREPÔTS DE DONNÉES Relation étroite entre les architectes et les analystes en informatique de gestion Harmonisation des activités Modèle de soutien en couches Formulation d attentes claires en matière de résolution de problèmes Expertise sectorielle Exécution rigoureuse Impartition stimulant l innovation La conception et le soutien d entrepôts de données ne peuvent pas se faire de façon isolée. Ces tâches nécessitent un partenariat étroit entre les spécialistes de l entreprise, les spécialistes des données et les spécialistes de l architecture. Ceux-ci doivent faire appel à différents canaux de communication afin de bâtir des relations solides en matière de gouvernance des données (contenu), de gouvernance des programmes (applications) et de gouvernance de l architecture. Les fournisseurs de services de gestion déléguée doivent comprendre les objectifs d affaires de leurs clients et intégrer à l entrepôt de données les améliorations et les innovations qui leur permettront d atteindre ces objectifs. L organisation de soutien et les utilisateurs de l entreprise doivent collaborer lors de la définition de feuilles de route afin de créer de la valeur pour l entreprise. L organisation de soutien devrait posséder l équipement nécessaire pour assister à la fois les utilisateurs techniques et les utilisateurs professionnels. Cette polyvalence exige un modèle de soutien en couches faisant appel à des experts possédant une connaissance approfondie des données, ainsi que de l organisation de ces données et des méthodes employées pour y accéder. L organisation de soutien doit également comprendre les enjeux commerciaux des deux parties afin de combler les écarts entre les affaires et la technologie. L organisation de soutien doit bien comprendre les différents types de problèmes ainsi que leurs solutions. Elle doit donc distinguer clairement la maintenance périodique, les améliorations et la maintenance sur incident, et formuler des attentes et des lignes directrices claires pour chaque objet. Par exemple, certaines corrections peuvent nécessiter l intervention d un architecte, qui évalue le problème, d un analyste en informatique de gestion, qui en explique les causes, et d une équipe de développement, qui le résout. Pour qu un projet de soutien d entrepôt de données s adapte aux besoins changeants, les gestionnaires du projet doivent faire appel à des connaissances et à une expertise spécialisées. Un partenaire de services de gestion déléguée doit posséder une profonde compréhension des défis commerciaux et de l environnement technique de son client, ainsi que des technologies pertinentes auxquelles il a recours. Il doit également bien comprendre le secteur d activité dans lequel il évolue ainsi que les progrès qui y sont réalisés. Il est impératif d appliquer des normes rigoureuses et des cadres de gouvernance robustes afin de procurer des biens livrables d une grande qualité ainsi qu une performance uniforme. Cette qualité repose également sur de bons modèles de conception et des pratiques saines de manipulation et de versionnage des données. Un partenaire de services de gestion déléguée doit être en mesure d améliorer l entrepôt de données en innovant sur les plans de la technologie, du contenu et de l organisation (modèle de données). Il doit également bien comprendre les attentes de son client afin de garantir le succès du projet. 4

5 À QUOI RECONNAÎT-ON LE SUCCÈS? Une fois que le partenaire de services de gestion déléguée est entièrement responsable du soutien de l entrepôt de données, l organisation du client devrait être en mesure d obtenir des avantages permanents à la fois sur les plans professionnel et technologique. Réduction de la dépendance aux personnes clés L organisation de soutien possède un niveau d expertise adapté à chaque rôle et applique des pratiques de formation, de mentorat et de gestion des connaissances qui facilitent la transmission de cette expertise au fil du temps. Cette capacité permet aux experts internes de l organisation de consacrer leur temps à des tâches prioritaires autres que le soutien. Production de rapports facile, rapide et efficace Idéalement, un partenariat de gestion déléguée donne lieu à une fonction de libre-service accrue en matière d accès aux données et d analyse liée à l intelligence d affaires. Soutien hautement efficace Lorsque des changements sont nécessaires, l organisation de soutien devrait pouvoir les intégrer rapidement. Débit et volume de traitement améliorés L évolution et la complexification des entrepôts peuvent compromettre leur performance. Un partenaire de services de gestion déléguée doit non seulement être en mesure de corriger les baisses de performance afin d accélérer le débit de traitement, mais doit également recommander des améliorations à mesure que le volume de données augmente et que l entrepôt grandit. Satisfaction des utilisateurs professionnels La véritable valeur d un entrepôt de données d entreprise se reflète dans la capacité des utilisateurs professionnels d accéder à l information dont ils ont besoin (de façon ponctuelle ou lors d analyses) sans délai ni frustration. Les études de cas présentées ci-dessous exposent les véritables réussites de deux mandats d impartition du soutien d entrepôts de données réalisés pour d importantes organisations, ainsi que les facteurs clés de réussite qui ont assuré leur succès. 5

6 ÉTUDES DE CAS IMPARTITION DU SOUTIEN D ENTREPÔT DE DONNÉES Une institution financière d envergure mondiale améliore la qualité et l efficacité de ses services grâce à la gestion déléguée. FACTEURS CLÉS DE RÉUSSITE Plusieurs caractéristiques du partenaire ont contribué au succès de ce mandat d impartition du point de vue du client. Mise à profit des connaissances du partenaire en ce qui concerne l entreprise et le domaine Établissement et renforcement de relations clés Esprit global de collaboration Exécution de projet rigoureuse comprenant des processus spécialisés de développement de systèmes Innovation continue, conformément aux attentes du partenaire TI, tant pour les modèles opérationnels que les plateformes Esprit d innovation continue Contexte Les activités de cette banque d investissement mondiale, d une valeur de plusieurs milliards de dollars, reposent sur les données, qu il s agisse de gestion des actifs et du patrimoine, de services bancaires aux entreprises ou de services en valeurs mobilières. Ses divers services sont soutenus par un vaste entrepôt de données, essentiel au traitement quotidien de 50 à 60 millions d écritures et de rapports. L exactitude, la fiabilité et l intégrité des données sont cruciales. Occasion Cette banque, faisant déjà appel à des services d impartition, souhaitait optimiser ses ressources en ayant recours à des services de soutien appropriés, offerts au bon endroit et au bon moment. Puisque CGI, partenaire de longue date de la banque, connaissait très bien son environnement, il était naturel pour l entreprise de prendre en charge le soutien de son entrepôt de données. Au cours des dix dernières années, on a ajouté au mandat, qui se limitait initialement à l intégration de données, des fonctions avancées de production de rapports et d analyse. CGI met également à l essai des modèles conçus à la demande afin que les innovations introduites dans une unité d affaires puissent profiter à d autres. Cette approche procure d importantes économies d échelle lors des mises à niveau de l entrepôt. Valeur ajoutée Réduction des coûts de 10 % à 15 % grâce au modèle mondial de prestation de services et à l amélioration des processus Diminution de la période de traitement par lots, passée de 8 heures à 3 heures Génération de données d une qualité accrue grâce à un processus de rapprochement en trois étapes Accès à des données d une qualité accrue et élimination des processus manuels Capacité de production de rapports doublée, sans investissement de capitaux Accélération de l intégration de nouveaux secteurs d activité Habilitation de l utilisateur final Leadership intellectuel afin d innover continuellement Grâce au transfert de certaines tâches vers d autres emplacements ainsi qu à la rationalisation et au regroupement de certains processus afin d augmenter l efficacité du travail, la banque a réalisé des économies de coûts. Elle a ainsi pu réduire le nombre total d employés requis pour assurer la fonction de soutien. 6 L INNOVATION EN ACTION Un cadre de gestion ETC (extraire, transformer et charger) facilite la production de rapports portant sur différents produits Au cours du mandat de soutien de l entrepôt de données, la banque a fait part à l organisation de soutien de nouvelles exigences en matière de production de rapports portant sur différents produits. Puisqu elle avait répondu aux demandes d information et connaissait donc bien les besoins des utilisateurs, l équipe de soutien se trouvait dans une position idéale pour répondre à ces nouvelles exigences. Innovation Nous avons intégré à l entrepôt une couche de gestion ETC précise et détaillée afin d y ajouter une fonction de production de rapports portant sur différents produits. Cette fonction soutient plus de 35 gammes de produits et génère rapports en lots ainsi que rapports en libre-service, à la demande ponctuelle des utilisateurs. Résultats Conception hautement extensible permettant l intégration de mini-entrepôts de données à partir de la même infrastructure Prise en charge du traitement en temps réel pour que la banque puisse, en temps réel, définir des limites de marge et fournir les mises à jour du marché à ses clients Plateforme de production de rapports permettant aux utilisateurs de créer leur propre version d un ensemble de données, dans les formats de leur choix

7 Une importante entreprise de télécommunications adopte des stratégies d analyse de pointe. Contexte Au cours des dix dernières années, l entreprise a transformé son environnement d entrepôt de données, initialement formé de plusieurs mini-entrepôts, en un environnement intégré à facettes multiples d entrepôt de données sur les clients. Cet environnement soutient la production de rapports de direction et de rapports opérationnels et réglementaires, ainsi que l analyse de profils client et de données sur les activités des ménages pour tous les secteurs d activité. Il traite plus d un million de transactions par jour. Occasion Afin de permettre à son personnel interne de se concentrer sur ses tâches principales, soit la vente et le soutien des services de télécommunications, l entreprise était à la recherche d un partenaire stratégique qui saurait faire évoluer et soutenir son environnement des façons suivantes. Compréhension des objectifs de l entreprise et harmonisation de la direction technologique et des feuilles de route avec ces objectifs Création d une interface entre l entreprise et les fournisseurs externes afin de définir et de mettre en œuvre de nouvelles technologies pouvant s adapter aux besoins croissants Résolution de tous les problèmes techniques mineurs afin d assurer la qualité du service tout en réduisant les coûts Valeur ajoutée Puisque CGI était déjà responsable des quatre applications majeures qui ont été remplacées par l entrepôt, il était naturel qu elle participe à l évaluation, à la sélection et à la mise en œuvre de la technologie ainsi qu au développement continu, à la maintenance et au soutien. L entente d impartition a permis à l entreprise de télécommunications d obtenir les avantages ci-dessous. Mise en œuvre rapide de nouvelles capacités afin de s adapter rapidement à la croissance de l entreprise Véritable culture de libre-service en matière d accès à l information et de production de rapports Accès aux meilleures pratiques, adaptées en fonction de ses exigences Économies de coûts considérables en raison de l élimination du besoin d agrandir les équipes internes et d affecter le personnel aux tâches liées à la technologie FACTEURS CLÉS DE RÉUSSITE Plusieurs caractéristiques du partenaire ont contribué au succès de ce mandat d impartition du point de vue du client. Compréhension de l environnement technologique Proximité avec l entreprise permettant de comprendre ses objectifs et d adapter le programme pour qu elle atteigne ces objectifs Excellentes compétences de résolution de problèmes Capacité d innover et d utiliser un leadership intellectuel dans le but de résoudre les problèmes connus ainsi que les problèmes anticipés L INNOVATION EN ACTION Tirer profit de nouvelles occasions grâce à un système de capture de données modifiées À mesure que l entrepôt de données s est transformé en environnement complet de production de rapports, d analyse et de manipulation de données massives provenant de milliers de sources, les processus ETC sont devenus très complexes. Le chargement de toutes les données dans les délais prescrits était impossible et provoquait un temps d attente indésirable. Innovation Un nouveau système de capture de données modifiées a été mis en œuvre afin de gérer les différents processus ETC. Résultats Sur le plan des TI, un processus qui s exécutait initialement en 4 jours s achève maintenant en 60 à 90 minutes à partir de la même infrastructure matérielle. Sur le plan professionnel, les données sont beaucoup plus actuelles puisque les flux, qui étaient accessibles le lendemain dans le meilleur des cas, peuvent maintenant être consultés en temps quasi réel. Cette efficacité offre de nouvelles possibilités en matière de détection des fraudes et de gestion de l expérience client. 7

8 POUR EN SAVOIR DAVANTAGE Les experts de CGI travaillent avec des clients de tous les secteurs d activité et du monde entier pour relever les défis quotidiens en matière d entrepôts de données, de gestion de l information et d intelligence d affaires. Plus de professionnels de CGI se consacrent à cet ensemble de disciplines essentielles. Ils offrent des services-conseils ainsi que des services d intégration, de gestion déléguée, d informatique en nuage et d hébergement. Découvrez comment une organisation peut exploiter les données de façon à améliorer ses activités, ses communications avec les clients et ses services ainsi que renforcer sa compétitivité dans le milieu des affaires actuel. Visitez cgi.com/services-intelligence-affaires ou communiquez avec nous à À PROPOS DE CGI Fondée en 1976, CGI est la cinquième plus importante entreprise indépendante de services en technologies de l information et en gestion des processus d affaires au monde. Grâce à ses quelque professionnels, elle aide ses clients à mener leurs projets à terme. CGI offre une gamme complète de services en TI et en gestion des processus d affaires à des clients du monde entier, à partir de ses bureaux au Canada, aux États-Unis, en Europe et en Asie-Pacifique, ainsi qu à partir de ses centres d excellence en Amérique du Nord, en Europe et en Inde. 8

Informatique en nuage

Informatique en nuage Services d infrastructure, solutions et services-conseils Solutions Informatique en nuage Jusqu à maintenant, la gestion de l infrastructure des TI consistait à négocier les limites : puissance de traitement,

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

LA TECHNOLOGIE DU LENDEMAIN

LA TECHNOLOGIE DU LENDEMAIN LA TECHNOLOGIE DU LENDEMAIN Société : VNEXT est une société de conseil et d expertises technologiques dans le domaine de l infrastructure IT, le développement des logiciels et la formation professionnelle.

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

La connaissance est le pouvoir

La connaissance est le pouvoir La connaissance est le pouvoir Le moment venu de concevoir un programme de carte commerciale, la connaissance est le pouvoir le pouvoir de rendre les dépenses d entreprise les plus efficaces et conviviales

Plus en détail

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti

Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques. Anne M. Marchetti Gestion du risque d entreprise : solutions pratiques Anne M. Marchetti Programme Aperçu général de la gestion des risques, de l évaluation des risques et du contrôle interne Contexte actuel Contrôle interne

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS

GROUPE CGI INC. ÉTUDE DE CAS ÉTUDE DE CAS GROUPE CGI INC. Fondé en 1976, le Groupe CGI inc. est l une des plus grandes firmes internationales indépendantes à œuvrer dans le secteur des technologies de l information et des processus

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink

Le Département de l Aisne améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink SUCCESS STORY Le améliore la sécurité informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink ENTREPRISE Le DOMAINE D ACTIVITÉ Secteur Public Nexthink a été sélectionnée par le pour fournir

Plus en détail

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied

Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied : : A P P L I E D S U P P O R T : : Renforcez votre entreprise grâce à l expertise d Applied Maximisez votre investissement technologique LE SUCCÈS DE VOTRE ENTREPRISE DÉPEND DE LA PERFORMANCE DE VOS CAPACITÉS

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1)

Guide d application : Compétences de base des administrateurs (Catégorie 1) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat

Bureau du surintendant des institutions financières. Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne sur le Secteur de la réglementation : Division de l actuariat Juin 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. À propos de l

Plus en détail

LeaderSHIP BPM TIBCO iprocess Suite The Forrester Wave : Human-Centric Business Process Management Suites, Q1 2006 www.tibco.com TIBCO Software Inc

LeaderSHIP BPM TIBCO iprocess Suite The Forrester Wave : Human-Centric Business Process Management Suites, Q1 2006 www.tibco.com TIBCO Software Inc TIBCO PM iprocess Suite «TIBCO est le seul fournisseur capable de prendre en charge l éventail complet des processus orientés systèmes et humains.» The Forrester Wave : Human-Centric Business Process Management

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Préparé pour : Le Bureau du vérificateur général Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Le 18 novembre 2009 1 Introduction KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. a été chargée

Plus en détail

Institut de la gestion financière du Canada L examen stratégique du point de vue de la Commission nationale des libérations conditionnelles

Institut de la gestion financière du Canada L examen stratégique du point de vue de la Commission nationale des libérations conditionnelles Institut de la gestion financière du Canada L examen stratégique du point de vue de la Commission nationale des libérations conditionnelles Le 23 novembre 2009 1 Aperçu Examen stratégique du gouvernement

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités Les connaissances comptables et financières, le professionnalisme et le leadership pour les besoins d aujourd hui

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

ISO 9001:2015 mode d emploi

ISO 9001:2015 mode d emploi ISO 9001 ISO 9001:2015 mode d emploi ISO 9001 est une norme qui établit les exigences relatives à un système de management de la qualité. Elle aide les entreprises et organismes à gagner en efficacité

Plus en détail

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES Politique de recherche Janvier 2004 Institut canadien de recherche sur les minorités

Plus en détail

La cybersécurité dans les petits cabinets comptables

La cybersécurité dans les petits cabinets comptables La cybersécurité dans les petits cabinets comptables VISER DE MEILLEURES PRATIQUES ET MESURES DE PROTECTION Prêter attention à la sécurité informationnelle CPA Canada a récemment fait appel à Nielsen pour

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR

RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR Par Alan Davis Solutions de dotation en personnel pour le nouveau millénaire QU EST-CE QUE LE RECRUTEMENT FONDÉ SUR LE SAVOIR? Le recrutement fondé sur le savoir donne lieu

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

Viridian LA SOUPLESSE À VOTRE FAÇON

Viridian LA SOUPLESSE À VOTRE FAÇON Viridian LA SOUPLESSE À VOTRE FAÇON VOTRE COMPTE VIRIDIAN DÉCOUVREZ LA DIFFÉRENCE Votre compte à honoraires Viridian est un compte de premier ordre de conseils de pleins exercices, offert par Raymond James

Plus en détail

I N F R A S T R U C T U R E T I S É C U R I S É E P O U R L E C O M M E R C E É L E C T R O N I Q U E

I N F R A S T R U C T U R E T I S É C U R I S É E P O U R L E C O M M E R C E É L E C T R O N I Q U E Résumé Le présent rapport de recherche décrit les composantes d une infrastructure TI sécurisée pour le commerce électronique. L objectif est de fournir une description exhaustive des enjeux liés à la

Plus en détail

Principes de management de la qualité

Principes de management de la qualité Principes de management de la qualité Hassen Ammar, consultant formateur en management PLUS CONSEIL: www.plusconseil.net PLUS CONSEIL ISO 9000 Les 8 huit principes de management Principe 1 Orientation

Plus en détail

Pour bâtir votre avenir financier. Services de gestion de portefeuille discrétionnaire

Pour bâtir votre avenir financier. Services de gestion de portefeuille discrétionnaire Pour bâtir votre avenir financier Services de gestion de portefeuille discrétionnaire Le chemin vers vos objectifs Une approche personnalisée pour accéder à l indépendance financière. 2 3 4 Service de

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités

Politique de gestion des plaintes. La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités Politique de gestion des plaintes La CSST place la satisfaction de sa clientèle au coeur de ses priorités PRÉAMBULE L administration gouvernementale québécoise place au cœur de ses priorités la qualité

Plus en détail

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE.

VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. VOTRE CARRIÈRE. VOTRE VIE. SIMPLEMENT. S ASSOCIER AU RÉSEAU SFL : PARCE QUE TOUT EST POSSIBLE. Vous êtes avec un client. Il vous parle de l avenir. Ses besoins évoluent. Sa situation financière devient

Plus en détail

Optimise. Partie intégrante des services Lumesse en 3 étapes

Optimise. Partie intégrante des services Lumesse en 3 étapes Optimise Partie intégrante des services Lumesse en 3 étapes Que ce soit pour lancer votre solution de gestion des talents ou pour faire de vous un expert, nos consultants chevronnés proposent un éventail

Plus en détail

Accélérateur de votre RÉUSSITE

Accélérateur de votre RÉUSSITE Accélérateur de votre RÉUSSITE En choisissant SAP Business One, entrez dans un monde sans frontière, ouvert, mobile, agile et social. Achats Finance Avec une seule plateforme, vous répondez à l ensemble

Plus en détail

Conseiller implantation de logiciel Milieu de la santé Supérieur immédiat : Vice-président opérations

Conseiller implantation de logiciel Milieu de la santé Supérieur immédiat : Vice-président opérations Poste En bref : En tant que Conseiller implantation de logiciel chez Gestion Portail Santé, vous pourrez contribuer à la croissance d une entreprise reconnue pour moderniser les résidences de personnes

Plus en détail

L ExcELLEncE du conseil immobilier

L ExcELLEncE du conseil immobilier L Excellence du Conseil Immobilier 2 L Excellence du Conseil Immobilier CBRE SUISSE «En privilégiant depuis 15 ans une approche centrée sur les besoins actuels et futurs de nos clients, nous avons pu construire

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Imaginez... go-vshape.fr

Imaginez... go-vshape.fr Imaginez... go-vshape.fr ... simplicité, rapidité et fiabilité en un seul emballage Fujitsu vshape : la solution complète axée sur le marché Êtes-vous à la recherche d un moyen pour mettre en œuvre la

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

Politique de données ouvertes

Politique de données ouvertes Politique de données ouvertes 1 MOT DU MAIRE ET DU VICE-PRÉSIDENT DU COMITÉ EXÉCUTIF Montréal aspire à devenir un chef de file mondialement reconnu parmi les villes intelligentes et numériques. Pour atteindre

Plus en détail

Onet modernise son parc informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink

Onet modernise son parc informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink SUCCESS STORY Onet modernise son parc informatique grâce aux capacités analytiques temps réel de Nexthink ENTREPRISE Onet DOMAINE D ACTIVITÉ Industrie et Services LIEU France PRINCIPAUX DÉFIS Assurer la

Plus en détail

SERVICES DE PAIE ET DE RESSOURCES HUMAINES desjardins

SERVICES DE PAIE ET DE RESSOURCES HUMAINES desjardins SERVICES DE PAIE ET DE RESSOURCES HUMAINES desjardins Vos ressources humaines : le cœur de votre entreprise Les enjeux liés à la gestion de vos ressources humaines et votre succès en affaires sont inséparables

Plus en détail

Fonds Jantzi RBC. Investissement. Des choix socialement responsables pour votre portefeuille de placements

Fonds Jantzi RBC. Investissement. Des choix socialement responsables pour votre portefeuille de placements Investissement Pour plus de renseignements sur les fonds Jantzi RBC, veuillez vous adresser à votre conseiller ou visiter www.rbc.com/jantzifonds Fonds Jantzi RBC Des choix socialement responsables pour

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith

20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 20 Questions que les administrateurs devraient poser sur la stratégie Sommaire de la présentation Le 19 juillet 2012 Ken Smith 1. Quel est le rôle du conseil en matière de stratégie par rapport à celui

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE. Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé. Santé et Mieux-être

SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE. Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé. Santé et Mieux-être SANTÉ ET MIEUX-ÊTRE Mieux cibler vos besoins en matière de mieux-être, pour une organisation en santé Santé et Mieux-être Pourquoi investir dans le mieux-être? Un employé canadien sur deux souffre d au

Plus en détail

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information

6 février 2009. Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information 6 février 2009 Renouvellement des politiques : Directive sur la gestion des technologies de l information Facteurs déterminants du changement : Examens du GC Examens stratégiques, horizontaux et examens

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Solutions à l exportation

Solutions à l exportation Solutions à l exportation Le rôle d Exportation et développement Canada (EDC) est d appuyer et de développer les activités internationales des exportateurs et des investisseurs canadiens. La tolérance

Plus en détail

Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) pour les spécialistes du marketing numérique et les équipes de création

Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) pour les spécialistes du marketing numérique et les équipes de création Démontrer la valeur ajoutée du DAM (gestion des ressources numériques) Juin 2015 Résumé Aujourd hui, les spécialistes du marketing numérique et les directeurs de création rentabilisent largement leurs

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Services-conseils et d intégration d applications réseau HP

Services-conseils et d intégration d applications réseau HP Services-conseils et d intégration d applications réseau HP Services HP Données techniques Les Services-conseils et d intégration d applications réseau HP (les «Services») sont en mesure de répondre à

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES NOS SOLUTIONS DE GESTION EN TITRES La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion de patrimoine. En choisissant

Plus en détail

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL

AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL AUDIT DE LA PAIE ET DU PERSONNEL PLAN : I. Introduction II. Définitions : 1) Fonction paie personnel 2) Audit paie personnel III. Démarche de l audit paie et personnel IV. audit cycle paie personnel 1)

Plus en détail

Visez le ciel grâce. aux services en nuage SURF. Guide pratique de Rogers sur les services en nuage et votre entreprise

Visez le ciel grâce. aux services en nuage SURF. Guide pratique de Rogers sur les services en nuage et votre entreprise Visez le ciel grâce aux services en nuage Guide pratique de Rogers sur les services en nuage et votre entreprise Visez le ciel grâce aux services en nuage... 01 L histoire et l évolution des services en

Plus en détail

Liberté LA VIE COMME VOUS LA VOULEZ

Liberté LA VIE COMME VOUS LA VOULEZ Liberté LA VIE COMME VOUS LA VOULEZ LA LIBERTÉ DE FAIRE CE QUE VOUS VOULEZ Quand on est maître de son temps, la vie est riche de possibilités et on peut mener sa vie comme on le veut en toute liberté Le

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée;

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée; Rapport d étape HYDRO-QUÉBEC MISE EN ŒUVRE DU PLAN D EFFICIENCE DE TRANSÉNERGIE Raymond Chabot Grant Thornton & Cie Conseillers en administration Société en nom collectif Le 29 juin 2007 Monsieur Pierre

Plus en détail

Puissantes applications pour l entreprise. Pensées pour les utilisateurs. Conçues pour le changement.

Puissantes applications pour l entreprise. Pensées pour les utilisateurs. Conçues pour le changement. Plateforme, applications et développement d applications Les applications Onit conçues pour votre entreprise appli /apli/ nom Informatique, familier 1. Une application, généralement un petit programme

Plus en détail

Juin 2013 COMPTE RENDU SUR L'ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE DU PLAN D'ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2013

Juin 2013 COMPTE RENDU SUR L'ÉTAT DE LA MISE EN OEUVRE DU PLAN D'ACTION RAPPORT AU COMITÉ DE VÉRIFICATION EN DATE DU 30 SEPTEMBRE 2013 Vérification des pratiques de gestion du Secteur du dirigeant principal des finances () 1. Le dirigeant principal des finances () doit s assurer qu on dispose d une vue consolidée et intégrée des structures

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant

Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant Réussir le Use Test est une exigence critique pour les assureurs ayant demandé la validation de leur sous Solvabilité II. Cet article décrit comment les assureurs peuvent en même temps satisfaire aux exigences

Plus en détail

Grandeurs et misères des agents facilitateurs du changement en entreprise: Quelques leçons tirées d expériences pratiques

Grandeurs et misères des agents facilitateurs du changement en entreprise: Quelques leçons tirées d expériences pratiques Grandeurs et misères des agents facilitateurs du changement en entreprise: Quelques leçons tirées d expériences pratiques Jocelyne LaRocque Conseillère principale en changement stratégique École de la

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

Adoptez une vision plus collective pour gagner en réactivité. L accès simplifié aux informations permet d optimiser la prise de décision

Adoptez une vision plus collective pour gagner en réactivité. L accès simplifié aux informations permet d optimiser la prise de décision Adoptez une vision plus collective pour gagner en réactivité L accès simplifié aux informations permet d optimiser la prise de décision Être réactif, c est avoir de nombreux atouts Une récente étude de

Plus en détail

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER

PILOTAGE BANCAIRE COMPTABLE. Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER PILOTAGE COMPTABLE BANCAIRE Un tableau de bord incontournable SYLVIE GRILLET-BROSSIER FRANÇOISE TISSOT RICHARD VINADIER SOMMAIRE Principales abréviations... 11 Préface de Jean-Paul Caudal... 13 Directeur

Plus en détail

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Exposé présenté à la Table ronde sur l infrastructure de la technologie de l information Mai 2015 Yves Genest, dirigeant

Plus en détail

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées

Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Indications relatives aux normes de la Banque du Canada en matière de gestion des risques pour les infrastructures de marchés financiers désignées Norme 16 : Risques de garde et d investissement Objectif

Plus en détail

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement?

Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Êtes-vous prêt à vivre votre retraite autrement? Portefeuilles de retraite TD La nouvelle réalité de la retraite Le paysage de la retraite a changé, et les marchés aussi. Êtes-vous préparé? Si vous êtes

Plus en détail

Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité

Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité Audit d Impression * Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité SERVICES D EVALUATION * Bien sûr, vous pouvez Améliorer L impression une tâche omniprésente

Plus en détail

Profil des compétences génériques d un conseiller agricole

Profil des compétences génériques d un conseiller agricole Profil des compétences génériques d un conseiller agricole Réalisé par M. Gaétan Lehouillier, Consultant en ressources humaines Groupe Conseil Progesco inc. 18 avril 2007 Ce projet a été réalisé dans le

Plus en détail

Atelier 84 - L approche d audit par les risques

Atelier 84 - L approche d audit par les risques Atelier 84 - L approche d audit par les risques 1 Plan Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Principales différences par rapport au référentiel de juillet 2003? 2 Présentation NEP 315, 320, 330,

Plus en détail

Profession : Expert-Comptable

Profession : Expert-Comptable Profession : Expert-Comptable La profession d expert comptable : La passion du conseil Le monde de l entreprise évolue, la profession d expert comptable aussi. L expert comptable, le conseiller financier

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

PROGRAMME PATRIMOINE PRIVÉ MACKENZIE. Guide de l investisseur

PROGRAMME PATRIMOINE PRIVÉ MACKENZIE. Guide de l investisseur PROGRAMME PATRIMOINE PRIVÉ MACKENZIE Guide de l investisseur la protection de votre patrimoine Au fur et à mesure que votre patrimoine financier s accroît, de nouvelles possibilités se présentent, tant

Plus en détail

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada

La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada La gestion intégrée du risque, de la planification et du rendement au ministère des Finances Canada IGF Québec : Journée thématique sur la gestion des risques Philippe Lajeunesse, Directeur principal Planification

Plus en détail

IMPLANTATION ET INTÉGRATIONS IMPLANTATION ET INTÉGRATIONS

IMPLANTATION ET INTÉGRATIONS IMPLANTATION ET INTÉGRATIONS IMPLANTATION ET INTÉGRATIONS IMPLANTATION ET INTÉGRATIONS Systèmes intégrés de gestion JOVACO, c est avant tout une entreprise au parcours jalonné de succès. Face à une technologie en perpétuelle mutation,

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

GESTION DES PROGRAMMES D INVESTISSEMENT EN CAPITAL

GESTION DES PROGRAMMES D INVESTISSEMENT EN CAPITAL GESTION DES PROGRAMMES D INVESTISSEMENT EN CAPITAL BPR-Bechtel dispense les meilleurs services d ingénierie d usine auprès des industries lourdes et favorise une relation à long terme basée sur la confiance,

Plus en détail

KinLogix DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques.

KinLogix DME. Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. KinLogix DME Des soins de santé améliorés grâce aux dossiers médicaux électroniques. Meilleurs renseignements. Meilleures décisions. Meilleurs résultats. Votre pratique repose sur l ensemble de vos décisions.

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS

ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS ÉCLAIRER RÉVÉLER INSPIRER SERVICES AUX PARTICULIERS EMPLOYÉS ÉTUDIANTS ENTREPRENEURS SOMMAIRE 03 ÉCLAIRER. RÉVÉLER. INSPIRER. 05 SERVICES AUX PARTICULIERS 07 GESTION DE CARRIÈRE 08 STRATÉGIE DE RECHERCHE

Plus en détail

POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE

POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE Rockwell Automation s engage à faire preuve de la gestion la plus stricte en matière d environnement mondial. Notre politique consiste à dépasser la stricte conformité réglementaire

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 24 septembre 2013 MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le

Plus en détail