Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés"

Transcription

1 Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Université de Carthage *-*-*-*-* Ecole Supérieure de la Statistique et de l Analyse de l Information Projet de fin d études POUR L OBTENTION DU DIPLOME NATIONAL D INGENIEUR EN STATISTIQUE ET ANALYSE DE L INFORMATION Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés Réalisé par DHRAIEF Nesrine Encadré par M. BESSA Mohamed M. BOUNDI Ameur Année universitaire

2 Remerciements Au terme de ce travail, il m est agréable de m acquitter d une dette de reconnaissance auprès de toutes les personnes dont l intervention au cours de ce stage, a favorisé son aboutissement. C est avec gratitude et respect que je tiens à exprimer mes profonds remerciements à M. BENYOUSSEF Adel, Directeur Central des Affaires Juridiques et du Recouvrement, de m avoir accordé l opportunité de passer ce stage au sein de sa direction, de m avoir intégrée dans son équipe et de m avoir conseillée et aidée tout au long du stage. Je tiens à remercier tout particulièrement et à témoigner toute ma reconnaissance aux personnes suivantes, pour l expérience enrichissante et pleine d intérêt qu elles m ont fait vivre tout au long de la période du stage ainsi que pour leur disponibilité, conseils et suivi : Mon encadrant universitaire M. BESSA Mohamed ainsi que mon encadrant professionnel M.BOUNDI Ameur. Je tiens aussi à remercier tous ceux qui m ont toujours soutenue et qui ont pris part de leur temps pour m aider à élaborer ce travail. Mes derniers remerciements et non les moindres, iront à mes proches, et en particulier à mon père et ma mère qui m ont toujours apporté leur soutien sans faille. Je les remercie de toute l affection et tout l amour qu ils m ont témoigné.

3 Dédicaces A ma chère mère Farida, Pour ses sacrifices, sa tendresse et sa patience illimitée, que ce travail soit le témoignage de mon grand amour et qu'il fasse l'objet de ta fierté. A mon cher père Jalel à qui je dois tout, Qui a cru en moi et m'a soutenue par ses précieux conseils, Puisse Dieu te garder et te permettre de jouir du produit de tes efforts. A Mon cher fiancé Mehdi, Pour tout l'amour et le soutien que tu m'as offert. A mes frères et sœur, A tout mes amis, Pour tous les instants inoubliables que j'ai passés avec vous. Je vous souhaite le succès dans vos vies. A tous ceux que j'aime et qui m'aiment. Je dédie ce travail espérant avoir répondu à leurs souhaits de me voir réussir.

4 Résumé Les tableaux de bord constituent aujourd hui un outil incontournable de la stratégie d entreprise et des systèmes d aide à la décision. Les tableaux de bord sont en effet le composant clé d'un management de la performance maitrisé. La maîtrise de la conception des tableaux de bord conditionne la réussite de la mise en place d'une stratégie gagnante. Les tableaux de bord assistent les managers dans n importe quel niveau de l organisme, et fournissent la vue d ensemble dont les décideurs ont besoin pour contrôler l état et les opportunités des affaires. Ils peuvent aussi supporter l interaction avec les données, comme la fouille dans les détails profonds de ces dernières pour tirer l information utile. Ce projet vise à implémenter cet instrument dans le but de mesure de la performance et d amélioration du processus de prise de décision dans le domaine de recouvrement.

5 Table des matières Introduction générale... 1 Chapitre : Contexte général... 3 I. Présentation de l organisme d accueil : «Arab Tunisian Bank»... 4 I.1 Historique... 4 I.2 Fiche d identité... 5 I.3 Les réseaux d agence et perspectives d avenir... 5 I.4 Organigramme de l ATB... 7 II. Présentation de la Direction Centrale des Affaires Juridiques et du Recouvrement... 8 II.1 Division Recouvrement... 8 II.2 Division Affaires Juridiques... 9 II.3 Division Garanties... 9 II.4 Division Administrative et Relations Extérieures... 9 III. Présentation du projet III.1 Cadre du projet III.2 Contexte du projet III.3 Description du projet III.4 Problématique IV. Conclusion Chapitre : Etat de l art I. Quelques définitions I.1 Tirage I.2 Effet commercial I.3 Effet financier I.4 Compte gelé II. La classification des actifs et la constitution des provisions II.1 La classification des actifs II.1.1 Les actifs courants II.1.2 Les actifs classés... 15

6 II.2 La constitution des provisions III. La procédure de recouvrement III.1 L arrangement ou le recouvrement amiable III.2 La phase précontentieuse III.3 La phase contentieuse III.3.1 La procédure d injonction de payer III.3.2 La procédure de droit commun III.3.3 La procédure de saisie immobilière III.3.4 La procédure de saisie arrêt IV. Le projet décisionnel IV.1 Introduction IV.2 Problématique de l intégration des données hétérogènes IV.2.1 Conflits de représentation IV.2.2 Conflits de noms (termes) IV.2.3 Conflits de contextes IV.2.4 Conflits de mesure de valeur IV.3 Data Warehouse : Aspects méthodologiques IV.3.1 Définition d un Data Warehouse IV.3.2 Caractéristiques d un Data Warehouse IV.3.3 Architecture d un Data Warehouse IV.3.4 Restitution des données IV.4 Modélisation multidimensionnelle IV.4.1 Dimension IV.4.2 Fait IV.4.3 Mesure IV.4.4 Étoile IV.4.5 Flocon V. Conclusion Chapitre : Etude de l existant et spécification des besoins I. Etude de l existant I.1 Contexte de l ATB I.2 Architecture fonctionnelle actuelle du système de suivi des impayés... 32

7 I.3 Critique de l existant II. Spécification des besoins II.1 Enoncé du besoin II.2 Besoins fonctionnels II.3 Besoins non fonctionnels II.4 Architecture fonctionnelle cible du système de suivi des impayés III. Conclusion Chapitre : Conception I. Etapes de la phase conceptuelle I.1 Détermination des objectifs et des scénarios d analyse I.2 Choix des mesures ou des indicateurs I.3 Choix des dimensions I.4 La table de faits I.5 Modélisation du Datamart IMPAYES I.6 Etude des données sources I.7 Le mapping II. Le tableau de bord II.1 Rapports d analyse des impayés financiers II.1.1 Schéma II.1.2 Table des dimensions II.1.3 Table des agrégations II.2 Rapport d analyse des impayés commerciaux II.2.1 Schéma II.2.2 Table des dimensions II.2.3 Table des agrégations II.3 Rapport d analyse des comptes gelés II.3.1 Schéma II.3.2 Table des dimensions II.3.3 Table des agrégations III. Conclusion Chapitre : Réalisation I. Environnement et outils de travail... 61

8 I.1 Environnement matériel I.2 Environnement logiciel I.2.1 Outils de conception MERISE : Sybase Power AMC I.2.2 SGBD : Oracle10g I.2.3 Outil décisionnel : Qlikview II. Validation et expérimentation II.1 Création du Datamart II.2 Chargement des données dans Qlikview II.3 Interfaces homme machine II.3.1 Ecran d accueil II.3.2 Ecran de la situation générale des impayés II.3.3 Ecran de la situation des impayés financiers II.4 Chronogramme III. Conclusion Conclusion générale et perspectives Glossaire Bibliographie Nétographie... 75

9 liste des figures Figure 1. Organigramme de l'atb... 7 Figure 2. Organigramme de la direction centrale de recouvrement et des affaires juridiques. 8 Figure 3. La chaine décisionnelle Figure 4. Architecture fonctionnelle d'un Data Warehouse Figure 5. Schéma en étoile Figure 6. Schéma en flocon de neige Figure 7. Architecture fonctionnelle actuelle du système de suivi des impayés Figure 8. Architecture fonctionnelle cible du système de suivi des impayés Figure 9. Table de faits fact_impaye Figure 10. Datamart IMPAYES Figure 11. Rapport d'analyse des impayés financiers Figure 12. Rapports d'analyse des impayés commerciaux Figure 13. Rapports d'analyse des comptes gelés... 57

10 Liste des interfaces Interface 1. Première interface Oracle Interface 2. Deuxième interface Oracle Interface 3. Interface EQUATION Interface 4. Application de suivi des impayés financiers Interface 5. Script SQL pour la création de la table FACT_IMPAYE Interface 6. Visionneur de tables Interface 7. Script pour le chargement des données dans Qlikview Interface 8. Ecran d'accueil Interface 9. Ecran de la situation générale Interface 10. Ecran de la situation des crédits... 67

11 Liste des tableaux Tableau 1. Fiche d'identité de l'atb Tableau 2. Objectifs et scénarios d'analyse Tableau 3. Mesures retenues Tableau 4. Dimensions retenues Tableau 5. Table client Tableau 6. Table compte client Tableau 7. Table garantie Tableau 8. Table impayé finanicer Tableau 9. Table impayé commercial Tableau 10. Table encours credit Tableau 11. Table cumul crédit mensuel Tableau 12. Table cumul crédit quotidien Tableau 13. Table agios débit Tableau 14. Table solde du compte Tableau 15. Table liste chef de zone Tableau 16. Mapping de la table dim_cpte_clt Tableau 17. Mapping de la table dim_client Tableau 18. Mapping de la table dim_dossier Tableau 19. Mapping de la table dim_garantie Tableau 20. Mapping de la table dim_recouvreur Tableau 21. Mapping de la table dim_zone Tableau 22. Table des dimensions des impayés financiers Tableau 23. Table des agrégations des impayés financiers Tableau 24. Table des dimensions des impayés commerciaux Tableau 25. Table des agrégations des impayés commerciaux Tableau 26. Table des dimensions des comptes gelés Tableau 27. Table des agrégations des comptes gelés Tableau 28. Chronogramme de la planification des tâches du projet

12 Liste des annexes Annexe A : Dictionnaire complet des données sources Annexe B : Présentation de Qlikview... 83

13 Introduction générale Réussir une activité à but lucratif, c est avant tout avoir le sens de l organisation, de la gestion et de la maîtrise de l information. Ce que vit le monde de la bourse actuellement et le déséquilibre que subit une majorité des institutions financières ne sont autres que l œuvre d une déficience du monde de l information relative à ces activités. C est pour cela que l information est considérée comme le moteur poussant et le cœur battant relative à chaque entreprise compte tenu des renseignements offerts visant à éclaircir les tenants d un projet quelconque. En outre, elle représente les éléments significatifs pour la personne qui la reçoit et constitue une valeur réelle pour ses décisions et ses actions. Actuellement, on ne parle plus d une information quelconque, mais on parle plutôt de système d information qui doit être fiable, pertinent, disponible et normalisé. L apport de l outil informatique a, en toute évidence, accéléré l évolution du monde de l information et est devenu un besoin fondamental facilitant à l entreprise l affrontement de la concurrence. Avec le développement d Internet et des intranets, l échange et le partage de l information provenant de diverses sources de données réparties, autonomes et hétérogènes deviennent un besoin crucial. Dans un tel contexte, il est souvent nécessaire pour une application d accéder simultanément à plusieurs sources, du fait qu elles contiennent des informations pertinentes et complémentaires. Pour ce faire, la solution des systèmes d intégration a été proposée. Elle consiste à fournir une interface uniforme et transparente aux données pertinentes via un schéma global. Pour le secteur bancaire, le caractère excessif de la durée de certains délais de paiement ainsi que l importance des retards constatés dans le règlement des échéances constituent des pratiques ayant pour effet, pour les institutions qui en sont victimes, d alourdir leur gestion financière, d affecter leur rentabilité et même, dans certains cas, de menacer leur survie. C est pour cette raison que le métier du recouvrement qui se définit par l ensemble des moyens mis en œuvre pour se faire rembourser les créances nées suite à des crédits accordés à la clientèle nécessite de disposer d un système d information sécurisé, fiable, ergonomique, et capable d améliorer le processus d aide à la décision. 1 Introduction générale Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

14 C est dans ce cadre que s insère notre projet intitulé «Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés» et qui consiste à mettre en place une application intégrée d aide à la décision spécifique à la direction des affaires juridiques et du recouvrement et qui permet de suivre les impayés et les comptes gelés de l ATB. Le présent rapport de projet de fin d études s articule autour de cinq chapitres : Le premier chapitre est dédié à la présentation du projet et de son contexte général. Le deuxième chapitre présente l état de l art du projet. Le troisième chapitre est consacré à l analyse de l existant et à la spécification des différents besoins fonctionnels et non fonctionnels. Le quatrième chapitre est consacré à la conception générale et détaillée de l application à mette en place. Le dernier chapitre traite la phase de réalisation de l application ainsi qu une autre phase allouée à la validation et l expérimentation de cette même application. 2 Introduction générale Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

15 Chapitre : Contexte général I. Présentation de l organisme II. Présentation du lieu du stage III. Présentation du projet IV. Conclusion 3 Chapitre I : Contexte général Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

16 Ce chapitre est consacré à la présentation de l organisme d accueil «Arab Tunisian Bank» et à la présentation du projet et plus précisément son contexte ainsi que la problématique qui nous a donné l idée de créer une telle application. I. Présentation de l organisme d accueil : «Arab Tunisian Bank» I.1 Historique L Arab Tunisian Bank est une banque commerciale de droit Tunisien. Elle a été créée le 30 Juin 1982 par l intégration de la succursale de l Arab Bank Plc, sise à Tunis depuis 1952 à l apport de personnes physiques Tunisiennes dans le cadre de renforcer sa présence dans le monde arabe. Elle s est donnée pour mission de contribuer au développement économique et financier des pays arabes, en offrant aux professionnels un service diversifié et de qualité. La croissance de l Arab Bank s est faite dans une région qui connaissait à la fois des troubles politiques et un développement économique spectaculaire. L accession des pays de la région à leur indépendance et leur besoin d un support pour se développer en ont été les principaux moteurs. Le succès de la banque n a pas surpris son fondateur. En effet, l ARAB BANK PLC a été fondé en 1930 à Amman en Jordanie par Monsieur ABDELHAMID SHOMAN, ce fut la deuxième banque. Sa politique était d implanter des succursales un peu partout dans le monde arabe. Cette banque s est développée énormément et devenue un groupe d une importance majeure dont les filiales sont aujourd hui implantées dans 45 pays. Depuis 1982, le réseau de l ATB n a cessé de développer pour atteindre au terme 30 ans, 128 agences implantées sur tout le territoire tunisien en employant 999 personnes. 4 Chapitre I : Contexte général Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

17 I.2 Fiche d identité Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 Comme toute banque, l ATB dispose d une fiche signalétique : Dénomination Siège Social Forme juridique L ARAB TUNISIAN BANK 9 Rue Hedi Nouira, 1001 Tunis Société Anonyme Date de Création 30 juin 1982 Capital social PNB au 31/12/2009 PNB au 31/12/2010 Résultat au 31/12/09 Résultat au 31/12/10 Nombre d agences 128 Nombre d employées 999 Objet Social Régime Fiscale Registre de Commerce Dinars devisé en action de valeur nominale de 10D (Unité : en 1000 DT) (Unité : en 1000 DT) (Unité : en 1000 DT) (Unité : en 1000 DT) Commerce de banque Droit commun Téléphone Site Internet Tableau 1. Fiche d'identité de l'atb I.3 Les réseaux d agence et perspectives d avenir L architecture générale du réseau commercial de la banque en Tunisie est fondée sur une orientation «marché». C est ainsi que la couverture géographique du pays est assurée par un réseau d agences implantées dans les principaux d affaires du pays. L objectif de croissance visé par la banque, sera réalisé conformément à une stratégie commerciale bâtie autour des axes principaux suivants: Le renforcement du réseau pour soutenir la collecte des ressources. L offre à la clientèle d une gamme de produits et services diversifiée et compatible avec l évolution technologique. La recherche de synergie entre la banque, ses filiales et sa clientèle. 5 Chapitre I : Contexte général Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

18 La consolidation du bon positionnement de la banque dans le secteur. L offre à la clientèle de tous les composants monétiques: La mise en place d un bouquet de sites web spécialisés et dédies aux différents clients (enfants, jeunes, femmes, hommes, particuliers, professionnels et entreprises). 6 Chapitre I : Contexte général Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

19 I.4 Organigramme de l ATB Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 L ATB est une société anonyme dirigée par un conseil d administration composé d un Président, de deux Vice-présidents, de cinq administrateurs représentants de l Arab Bank PLC, cinq administrateurs Tunisiens du conseil et d un commissaire aux comptes. L organisation de l ATB est représenté par l organigramme suivant : Figure 1. Organigramme de l'atb 7 Chapitre I : Contexte général Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

20 II. Présentation de la Direction Centrale des Affaires Juridiques et du Recouvrement L organigramme du lieu du stage se présente comme suit : Figure 2. Organigramme de la direction centrale de recouvrement et des affaires juridiques. II.1 Division Recouvrement Les principales tâches exécutées par les agents responsables dans la division recouvrement sont notamment: Contacter l agence concernée du client défaillant. Constituer le dossier à instruire en collectant les différents documents y relatifs (dossier juridique, dossier de crédit, dossier de garantie). Entrer directement en relation avec la relation (le client), ou à travers l agence et établir des scénarios d action. Elaborer une proposition d arrangement. Assurer le suivi des consolidations et la relance des clients. Transférer des dossiers à la société de recouvrement sous-traitante. 8 Chapitre I : Contexte général Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

21 II.2 Division Affaires Juridiques Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 Les responsables de cette division doivent remplir les tâches suivantes: L étude et la rédaction des actes juridiques de la banque. L élaboration des études juridiques relatives à toute nouvelle loi/réglementation, à une nouvelle activité ou à un nouveau produit de la banque. La rédaction des conventions et des actes juridiques. La réponse aux consultations des différentes unités de la banque (Directions et agences). La mise à jour du cadre juridique lors des publications relatives aux nouvelles lois, décrets, arrêtés et circulaires. Donner un avis juridique sur les contrats. II.3 Division Garanties Les responsables de cette division doivent : Réceptionner les Notifications Provisoires de Crédit (NPC). Recevoir et vérifier les documents juridiques transmis pour la constitution des garanties. Etudier les documents nécessaires à la constitution des garanties: vérifier l existence des documents requis ainsi que les formalités nécessaires pour la constitution des garanties. Procéder à la relance des clients, à travers l agence concernée, et rappeler les documents manquants. Elaborer le contrat de prêt et assurer le suivi de sa signature. Procéder au calcul des frais d enregistrement auprès de la recette des finances. II.4 Division Administrative et Relations Extérieures Cette division est subdivisée en deux services : Service des Relations Extérieures Les opérations effectuées dans ce service sont: Le suivi des dossiers de garanties auprès de la Conservation de la Propriété Foncière (CPF) et du tribunal immobilier. La constitution et l inscription de la garantie. Le dépôt du contrat hypothécaire. 9 Chapitre I : Contexte général Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

22 Le retrait des certificats de propriétés. Le suivi des dossiers rejetés par la CPF. Le retrait des pièces nécessaires pour l inscription des dossiers auprès des organismes compétents (Municipalité, recette des finances ). Service Saisies Arrêts Ce service assure : La gestion des saisies arrêts et des oppositions à denier. La gestion relative aux décisions de jugement prononcé à l encontre des clients. La gestion des réquisitions judiciaire sollicitées par la Brigade Economique, Brigade de Sureté de l Etat, Brigade Criminelle, Brigades des Stupéfiants etc. III. Présentation du projet III.1 Cadre du projet Ce travail s inscrit dans le cadre du projet de fin d études en vue de l obtention du Diplôme National d Ingénieur en Statistique et Analyse de l Information. Ce projet, de durée quatre mois, est effectué au sein de l ATB : Arab Tunisian Bank. Son objectif est la mise en place d une application intégrée d aide à la décision pour le suivi des impayés et des comptes gelés. III.2 Contexte du projet Aujourd hui, le recouvrement de créances impayées ne se conçoit pas sans l aide d une application spécialisée. Dans le cadre de l amélioration du processus de recouvrement, l ATB se propose de mettre en place une application intégrée qui l aide à mieux suivre ses créances impayées. Ce projet consiste en une application intégrée, qui permet le suivi en temps réel et continu de la situation des créances impayées, en essayant d appliquer le meilleur arrangement avec le client et des poursuites judiciaires en cas de défaut. III.3 Description du projet Le travail consiste à concevoir un entrepôt regroupant les données qui concernent les impayés financiers, les impayés commerciaux et les comptes gelés des clients ATB, à faire la classification quotidienne de ces créances en se basant sur des règles fixées par la Banque Centrale de Tunisie, et enfin à créer un tableau de bord destiné aux décideurs du département des affaires juridiques et du recouvrement et qui sera alimenté par l entrepôt de données déjà 10 Chapitre I : Contexte général Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

23 conçu. Ce tableau de bord permettra de suivre à la trace l état des impayés et des comptes gelés. Cela donnera le moyen aux membres de bien apprécier les problèmes rencontrés, de participer à la prise de la décision ainsi que de s investir dans d éventuels plans d ajustement. L application à créer ne doit pas communiquer directement avec la base de données du système d information de production, mais avec une base de données intermédiaire qui sera le point de liaison entre la base de données du système d information et l application d aide à la décision. Le projet se divise donc en deux parties principales : Intégration de ces différentes informations par l intermédiaire de l entrepôt de données. Création d un tableau de bord qui communique avec cet entrepôt et qui donne l opportunité de générer des rapports automatiques pour des fins d analyse et de suivi. III.4 Problématique L application décrite ci-dessus doit répondre à trois objectifs qui sont les suivants : Assurer la mise à jour automatique et planifiée de l entrepôt de données avec lequel le tableau de bord va communiquer. Assurer aux personnes intervenant dans la procédure de recouvrement et disposant d une connexion intranet, de se connecter au serveur de la banque, et d utiliser l application. Avoir une vue globale sur toutes les données via une interface unique et possibilité de générer des rapports automatiques selon le besoin de l utilisateur. IV. Conclusion Ce chapitre constitue une partie introductive dans laquelle une présentation des grandes lignes du sujet a été établie. Nous avons présenté l organisme d accueil, le contexte général du projet et la problématique liée. Compte tenu de cela, nous allons présenter dans le chapitre qui suit, l état de l art du projet et les différentes notions qui y sont liées. 11 Chapitre I : Contexte général Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

24 Chapitre : Etat de l art I. Quelques définitions II. La classification des actifs et la constitution des provisions III. La procédure de recouvrement IV. Le projet décisionnel V. Conclusion 12 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

25 Après avoir présenté le projet, son cadre général et la problématique associée, nous consacrons ce chapitre à l état de l art pour mettre en évidence l importance des projets décisionnels liés aux domaines du recouvrement. I. Quelques définitions I.1 Tirage Le «tirage» est l acte par lequel le créancier dit le «tireur» ou encore le créancier bénéficiaire crée une lettre de change ou un billet à ordre que le débiteur des sommes dues dit «tiré» devra régler à l échéance. I.2 Effet commercial L expression effet commercial est la plus couramment utilisée pour désigner l instrument de paiement à terme d une transaction commerciale. Les effets de commerce sont des écrits qui peuvent porter le nom de lettre de change ou de traite. Le but premier des effets de commerce est le paiement différé d une dette ou d une obligation, contractée à court terme entre des commerçants. Il a encore pour but de faciliter les opérations impliquant la prestation, son paiement et les recours des parties. Il est important de préciser que les traites sont beaucoup utilisées pour des opérations commerciales dans le cadre de l exploitation d une entreprise. I.3 Effet financier Il s agit d un titre par lequel une personne dénommée souscripteur, s engage à payer à une échéance déterminée, une somme d argent à l ordre d une autre personne dénommée bénéficiaire (la banque) d où la dénomination billet à ordre. L effet financier est d usage moins courant que l effet commercial. Il est surtout utilisé comme instrument de mobilisation des créances bancaires. I.4 Compte gelé Lorsqu il est écoulé un délai de 90 jours après l arrêté des intérêts sans que le compte n enregistre des mouvements de recettes susceptibles de compenser le montant intégral des intérêts débiteurs et autres charges, le découvert (ou le compte débiteur) est dit gelé. 13 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

26 II. La classification des actifs et la constitution des provisions Les banques sont tenues de procéder à la classification de tous leurs actifs quelle qu en soit la forme, qu ils figurent au bilan ou en hors bilan et qu ils soient libellés en dinars. Il demeure entendu que la constitution des provisions s opère compte tenu des garanties reçues de l état, des organismes d assurance et des banques ainsi que des garanties sous forme de dépôts ou d actifs ou d actifs financiers susceptibles d être liquidés sans que leur valeur ne soit affectée. II.1 La classification des actifs Chaque banque doit exiger, pour le suivi de ses encours financiers aux entreprises ayant auprès d elles des risques dépassant 10% de ses fonds propres, un rapport d audit externe. Les banques doivent, avant tout engagement, exiger de leurs clientèles dont les engagements auprès du système financier dépassent cinq millions de dinars, les états financiers de l exercice précédant l année de l octroi de crédit, certifiés par un commissaire aux comptes légalement habilité. Elles doivent, également, exiger les états financiers des exercices qui suivent l année de l octroi de crédit, certifiés aussi par un commissaire aux comptes légalement habilité. Toutefois, les banques peuvent à l appui de tout engagement pris au cours des six premiers mois de l année de l octroi de crédit, accepter les états financiers de l avant dernier exercice à condition qu ils soient certifiés par un commissaire aux comptes légalement habilité. Les banques doivent en sus demander à leur clientèles non cotées en Bourse et dont les engagements auprès du système financier dépassent vingt cinq millions de dinars, de fournir une notation récente attribuée par une agence de notation. Les actifs détenus directement sur l Etat ou sur la Banque Centrale de Tunisie ne font pas l objet de classification. Pour l évaluation du risque d insolvabilité, les banques doivent distinguer leurs actifs du bilan et du hors bilan en actifs courants et actifs classés en fonction du risque de perte et de la probabilité de recouvrement. Cette distinction doit faire l objet d une mise à jour continue. Ainsi, les actifs classés doivent obéir à des règles spécifiques en matière de comptabilisation de leurs produits. II.1.1 Les actifs courants Sont considérés comme actifs courants, les actifs dont la réalisation ou le recouvrement intégral dans les délais paraît assuré et qui sont détenus sur des entreprises dont : 14 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

27 La situation financière est équilibrée et confirmée par des documents comptables certifiés datant de moins de 3 mois. La gestion et les perspectives d activité sont jugées satisfaisantes sur la base des rapports de visites. La forme et le volume des concours dont elles bénéficient sont compatibles tant avec les besoins de leur activité principale qu avec leur capacité réelle de remboursement. II.1.2 Les actifs classés Classe 1 : Actifs nécessitant un suivi particulier Font partie de la classe 1, tous les actifs dont la réalisation ou le recouvrement intégral dans les délais est encore assuré et qui sont détenus sur des entreprises qui présentent l une au moins des caractéristiques suivantes : Le secteur d activité connaît des difficultés. La situation financière se dégrade. Classe 2 : Actifs incertains Appartiennent à la classe 2, tous les actifs dont la réalisation ou le recouvrement intégral dans les délais est incertain et qui sont détenus sur des entreprises qui connaissent des difficultés financières ou autres pouvant mettre en cause leur viabilité et nécessitant la mise en œuvre de mesures de redressement. Outre les caractéristiques définies à la classe 1, ces entreprises présentent l une au moins de celles qui suivent : La forme et le volume des encours ne sont plus compatibles avec leur activité principale. L évaluation de la situation financière ne peut plus être mise à jour à cause d une défaillance au niveau de la disp0onibilité de l information ou de la documentation nécessaire. L existence de problèmes de gestion ou de litiges entre associés. L existence de difficultés d ordre technique, de commercialisation ou d approvisionnement. La détérioration du cash flow qui compromet, en l absence d autres sources de financement, le remboursement des dettes dans les délais. L existence de retards de paiement des intérêts ou des principaux supérieurs à 90 jours sans excéder 180 jours. 15 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

28 Font également partie de la classe 2, les autres actifs restés en suspens et non apurés dans un délai de 90 jours sans excéder 180 jours. Classe 3 : Actifs préoccupants Appartiennent à la classe 3 tous les actifs dont la réalisation ou le recouvrement est menacé et qui sont détenus sur des entreprises dont la situation suggère un degré de pertes éventuelles appelant une action vigoureuse de la part de la banque pour les limiter au minimum. Ces actifs sont généralement détenus sur des entreprises qui présentent avec plus de gravité, les caractéristiques de la classe 2. Les retards de paiements des intérêts ou du principal sont généralement supérieurs à 180 jours sans excéder 360 jours. Font également partie de la classe 3, les autres actifs restés en suspens et non apurés dans un délai de 180 jours sans excéder 360. Classe 4 : Actifs compromis Font partie de la classe 4 : Les créances pour lesquelles les retards de paiements des intérêts ou du principal sont supérieurs à 360 jours. Les actifs restés en suspens au-delà de 360 jours. Les autres actifs qui doivent être passés par pertes. La banque est tenue néanmoins d épuiser toutes les procédures de droit tendant à la réalisation de ces actifs. II.2 La constitution des provisions Selon l article 10 de la circulaire de la Banque Centrale, les banques doivent constituer des provisions au moins égales à 20% pour les actifs de la classe 2, 50% pour les actifs de la classe 3 et 100% pour les actifs de la classe 4. Ces provisions doivent être affectées spécifiquement à tout actif classé égal ou supérieur à 50 milles dinars ou à 0,5% des fonds propres nets. Les biens meubles et immeubles données en garantie par les emprunteurs ne sont considérés comme des garanties valables que dans le cas où la banque dispose d une hypothèque dûment enregistrée et que des évaluations indépendantes et fréquentes de ces garanties sont disponibles. En outre, la possibilité d une liquidation rapide sur le marché au prix d évaluation doit être assurée. 16 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

29 III. La procédure de recouvrement Les clients sont la raison d exister des entreprises et ils constituent une grande part de leur richesse. Mais ces mêmes clients peuvent parfois devenir les acteurs conduisant les entreprises à leur perte si ceux-ci se transforment en mauvais payeurs. Les impayés, les retards de paiement et le gel des comptes constituent en effet l une des principales causes de défaillance des entreprises. Il est donc important de veiller rapidement au bon règlement des créances clients en cours afin de ne pas mettre en péril la situation de son entreprise. La bonne gestion du poste client est un des enjeux les plus importants pour la pérennité d une entreprise et passe par une bonne organisation de son processus de recouvrement de ses créances. Il est facile de comprendre le besoin d une bonne gestion du poste client lorsque l on calcule l incidence financière qui peut affecter la rentabilité d une entreprise, entre autres, le coût du montant des créances irrécouvrables et celui des intérêts financiers dus au retard de paiement. Le responsable de la gestion du poste client devra avoir une maitrise approfondie d une part de certains aspects de la comptabilité et d autre part du droit commercial des sociétés. Le recouvrement des créances est une procédure administrative interne à un organisme bancaire ou à un établissement de crédit afin de recouvrir une dette impayée ou un compte gelé de la part d un client débiteur. C est la démarche qu un créancier entame afin de récupérer de son débiteur la dette d argent qu il a contracté. Les moyens mis en œuvre pour recouvrer les créances sont fonction de l'importance des sommes dues, de la nature et de l'ancienneté des échéances et de la solvabilité du client. Afin d optimiser les chances de recouvrement de la créance, il convient de respecter les procédures suivantes. III.1 L arrangement ou le recouvrement amiable La phase de recouvrement amiable consiste à délivrer des messages de relance courtois mais fermes pour inciter le client mauvais payeur à : Régulariser sa créance impayée. Comprendre les causes de non paiement. Identifier les litiges. Ces relances amiables prennent la forme de lettres de recouvrement, de relances téléphoniques ou de visites domiciliaires au client débiteur pour le montant de la créance 17 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

30 impayée en principal et en intérêts. L envoi d une mise en demeure avec accusé de réception fait courir les intérêts légaux ou conventionnels à compter de cette date. Le recouvrement amiable de créances passe aussi obligatoirement par le télérecouvrement qui consiste à contacter le client débiteur par téléphone. Pour que le recouvrement amiable des impayés soit efficace, il est impératif d alterner les actions de relances et de les effectuer aux dates convenues. Ces actions doivent être programmées, scénarisées et s inscrivent obligatoirement dans la continuité et la progressivité des messages. Il est par ailleurs essentiel de maîtriser tous les rouages d une bonne négociation commerciale afin de contraindre votre client débiteur de procéder aux règlements amiables de ses dettes. III.2 La phase précontentieuse Cette procédure extrajudiciaire consiste à notifier au débiteur récalcitrant que l utilisation des voies légales de recouvrement par la banque est en voie d être mise en place (format papier). Cette notification peut prendre la forme soit d une lettre simple l invitant à régulariser sa situation dans une première étape, soit sous la forme d une lettre de mise en demeure accordant à la relation un délai pour proposer un arrangement amiable. Cette notification peut être déléguée à un auxiliaire de justice sous la forme d une sommation. Ces notifications combinées ou non peuvent amener la relation à la table de négociation (archivage papier et multiplicité des intervenants). III.3 La phase contentieuse Le recouvrement contentieux, dit aussi «judiciaire», permet de recourir aux saisies sur le patrimoine du débiteur, mais nécessite l'obtention d'un titre exécutoire. La phase de recouvrement judiciaire se révèle très encadrée, et engendre un délai d'action nécessairement plus long que le recouvrement amiable. Le débiteur sera alors contraint au règlement de sa dette. On a recours à trois procédures : La procédure d injonction de payer. La procédure de droit commun (assignation en paiement). La procédure de saisie immobilière. La procédure de saisie arrêt. 18 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

31 III.3.1 La procédure d injonction de payer Cette procédure est la voie par laquelle un créancier peut obtenir promptement un titre exécutoire, c'est-à-dire une décision judiciaire de condamnation de son débiteur au paiement de sa créance. Elle est prévue par l acte uniforme portant organisation des procédures simplifiées de recouvrement et des voies d exécution. Le recours à cette procédure suppose néanmoins pour le créancier, la détention d une créance certaine, liquide et exigible. La juridiction territorialement compétente pour connaître de cette procédure, est celle du domicile du débiteur. Le créancier devra alors déposer une requête en personne ou par le biais de son mandataire, au greffe de cette juridiction. La décision de cette juridiction qui est susceptible d opposition, peut être une décision d injonction de payer ou de rejet. Lorsqu il s agit d une décision de rejet, ce rejet peut être total ou partiel. En cas de décision d injonction de payer, la cellule de recouvrement judiciaire reste toujours ouverte à un règlement amiable, si le débiteur le propose. III.3.2 La procédure de droit commun C est la seule voie de recours qui s offre au créancier en cas de rejet de la requête aux fins d injonction de payer, il s agit alors pour ce dernier, d assigner le débiteur en paiement devant le tribunal de son domicile. En cas de jugement de condamnation au paiement total ou partiel de la créance, le débiteur, ses coobligés et héritiers le cas échéant, peuvent être également condamnés à payer. Le débiteur qui dispose alors d un délai d un mois pour faire appel, peut voir la juridiction d appel infirmer ou confirmer le jugement. Dans l hypothèse d un arrêt confirmatif, le débiteur dispose d un délai d un mois pour se pourvoir en cassation. III.3.3 La procédure de saisie immobilière Cette procédure peut s avérer inévitable, surtout en matière de prêt immobilier. Elle consiste pour un créancier de poursuivre la vente par expropriation forcée des immeubles appartenant à son débiteur défaillant ou de ceux affectés à sa créance. Longue et coûteuse, la procédure de saisie immobilière n est possible que pour les créances constatées par un titre exécutoire. Ce titre en effet demeure au centre de toute la procédure de saisie immobilière. C est d ailleurs le titre sans lequel aucune saisie immobilière n est possible. A preuve, à peine de nullité, le commandement aux fins de saisie qui marque le point de départ de la procédure de saisie immobilière, doit contenir une reproduction ou une copie du titre exécutoire. 19 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

32 III.3.4 La procédure de saisie arrêt La saisie arrêt est une procédure permettant, à un créancier de bloquer et de rendre disponibles entre les mains d un tiers, des sommes ou autres meubles dus à son débiteur, pour se faire ultérieurement attribuer ces sommes, ou le prix de vente des meubles, jusqu à concurrence du montant de sa créance. En effet, le créancier (généralement des banques) peut être amené à pratiquer une saisie arrêt sur les sommes dues au débiteur et sur les objets mobiliers lui appartenant. IV. Le projet décisionnel IV.1 Introduction La Business Intelligence (informatique décisionnelle) propose d utiliser les données transitant par le système d information, données de production le plus souvent, en informations susceptibles d être exploitées à des fins décisionnelles. Sur le plan pratique et technique, la Business Intelligence se compose d une famille d outils informatiques et de pro logiciels assurant le fonctionnement de la chaîne de traitement de l information. Il est coutumier de présenter les éléments composant la chaîne décisionnelle en quatre catégories correspondant chacune à une fonction spécifique : 1) Collecter, nettoyer et consolider les données, extraire les données des systèmes de production et les adapter à un usage décisionnel. 2) Stocker, centraliser les données structurées et traitées afin qu elles soient disponibles pour un usage décisionnel. 3) Distribuer ou plutôt faciliter l accessibilité des informations selon les fonctions et les types d utilisation. 4) Exploiter ou comment assister du mieux possible l utilisateur afin qu il puisse extraire la substance de l information des données stockées à cet usage. 20 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

33 Figure 3. La chaine décisionnelle Le marché de l'informatique décisionnelle reste en croissance régulière et offre une bonne visibilité grâce aux progrès technologiques continus, aux nouvelles architectures informatiques (Internet, client-serveur, SOA), à la mise en place de nouveaux logiciels et aux nouvelles stratégies d'entreprise (fusion/acquisitions, gestion client). IV.2 Problématique de l intégration des données hétérogènes Les systèmes d intégration doivent permettre à l utilisateur d accéder, via une interface d accès unique, à des données stockées dans plusieurs sources de données. Ces sources de données ont été conçues indépendamment par des concepteurs différents. Cela entraîne l hétérogénéité des données, c est-à-dire que les données relatives à un même sujet sont représentées différemment sur des systèmes d information distincts. Cette hétérogénéité provient des choix différents qui sont faits pour représenter des faits du monde réel dans un format informatique. En effet, les données sont structurellement indépendantes mais sont toujours supposées relever de domaines similaires. La question fondamentale lorsque l on veut faire inter-opérer des bases de données hétérogènes est d une part, l identification de conflits entre les concepts dans des sources différentes qui ont des liens sémantiques, d autre part, la résolution des différences entre les concepts sémantiquement liés. 21 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

34 IV.2.1 Conflits de représentation Ces conflits se trouvent dans le cas où on utilise des propriétés différentes ou des schémas différents pour décrire le même concept. IV.2.2 Conflits de noms (termes) Ces conflits se trouvent dans le cas où on utilise soit des noms différents pour le même concept ou propriété (synonyme), soit des noms identiques pour des concepts (et des propriétés) différents (homonyme). IV.2.3 Conflits de contextes Le contexte est une notion très importante dans les systèmes d information répartis. En effet, un même objet du monde réel peut être représenté dans les sources de données par plusieurs représentations selon un contexte local à chaque source. Ces conflits de contexte se trouvent dans le cas où les concepts semblent avoir la même signification, mais ils sont évalués dans différents contextes. IV.2.4 Conflits de mesure de valeur Ces conflits sont liés à la manière de coder la valeur d un concept du monde réel dans différents systèmes. Ils se trouvent dans le cas où on utilise des unités différentes pour mesurer la valeur de propriétés. IV.3 Data Warehouse : Aspects méthodologiques IV.3.1 Définition d un Data Warehouse Un Data Warehouse ou un entrepôt de données est une vision centralisée et universelle de toutes les informations de l'entreprise. C'est une structure (comme une base de données) qui a pour but, contrairement aux bases de données, de regrouper les données de l'entreprise pour des fins analytiques et pour aider à la décision stratégique. La décision stratégique étant une action entreprise par les décideurs de l'entreprise et qui vise à améliorer, quantitativement ou qualitativement, la performance de l'entreprise. En gros, c'est un gigantesque tas d'informations épurées, organisées, historisées et provenant de plusieurs sources de données, servant aux analyses et à l'aide à la décision. L'entrepôt de données est l'élément central de l'informatique décisionnelle. En effet, l'entrepôt de données est le meilleur moyen que les professionnels ont trouvé pour modéliser de l'information pour des fins d'analyse. 22 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

35 IV.3.2 Caractéristiques d un Data Warehouse Données intégrées : Ce qui caractérise peut-être le plus un Data Warehouse est le fait qu il collecte et intègre de la manière la plus automatisée possible des données provenant d un ensemble hétérogène de systèmes sources. En vue de permettre des consultations ou des analyses globales néanmoins fiables au travers de l ensemble des systèmes, il est nécessaire de traiter la structure et le contenu des différents apports de données de telle sorte qu ils soient rendus cohérents avec ceux du Data Warehouse global. Données orientées sujet : Une deuxième caractéristique d un Data Warehouse est d être spécifiquement structuré autour de quelques sujets bien déterminés issus de la réalité organisationnelle, à propos desquels on souhaite récolter des informations et des connaissances (ex : clients, produits, ventes,..., ou, dans notre contexte, impayés financiers, impayés commerciaux, comptes gelés, garanties ). Données historiées : L objectif primaire d un Data Warehouse est de tenir un historique des faits. Ainsi, la plupart des tables du Data Warehouse comporteront un élément temporel. De même, le fait de disposer en permanence des informations les plus récentes n est pas aussi vital et fait que l apport des données est moins fréquent. Données non variables : Une quatrième caractéristique connexe d un Data Warehouse consiste à ne plus modifier en principe les données qui y sont stockées; seules de nouvelles données y sont ajoutées. Aide à la décision : Enfin, un Data Warehouse a un objectif et un groupe d utilisateurs spécifiques : il doit constituer la base d un système d aide à la décision. C est la raison pour laquelle il n est pas nécessaire d y stocker toutes les données. Seules celles susceptibles de contribuer à l amélioration des décisions prises suffisent. Par ailleurs, l entrepôt de données offre à l entreprise les principaux avantages suivants : Il constitue une collection de données centralisée disponible pour l aide à la décision. Les évolutions des données de l entrepôt sont conservées (historisation des données). Il contient un ensemble de données consolidées (données homogènes et fiables). Il contient des données agrégées permettant une analyse à différents niveaux de détails. 23 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

36 Il permet de développer différents thèmes d analyse (réorganisation en fonction des sujets à analyser). 24 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

37 IV.3.3 Architecture d un Data Warehouse La figure suivante représente l architecture d un Data Warehouse. Figure 4. Architecture fonctionnelle d'un Data Warehouse Nous décrivons les principaux composants de cette architecture dans les points suivants : Bases de production : On appelle, de façon générale, bases de production toutes les sources dont il va falloir extraire des données en vue d alimenter le Data Warehouse. On y retrouvera notamment, les données commerciales, les données du système comptable, les données sur le personnel, les informations sur la concurrence, des informations externes produites par divers organismes nationaux ou internationaux. Métadonnées : La couche métadonnées est fondamentale dans l architecture du Data Warehouse, elle est la seule à permettre à l utilisateur de comprendre la sémantique. On pourrait ainsi définir les métadonnées, comme étant des informations décrivant les données. Le dictionnaire de la métadonnée comprend : La description des données sources et cibles, la description des processus d alimentation, et le compte rendu d exécution. Les principales informations sont destinées : A l utilisateur (sémantique et localisation), aux équipes responsables des processus de transformation des données du système de production vers le Data Warehouse, aux équipes responsables des processus de création des données agrégées à partir des données détaillées, aux équipes d administration de la base de données (structure de 25 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

38 la base implémentant le Data Warehouse), et aux équipes de production (procédures de changement, historique de mise à jour, ) Data Mart, ou magasin de données : Les Data Warehouses étant, en général, très volumineux et très complexes à concevoir, on a décidé de les diviser en bouchées plus faciles à créer et entretenir. Ce sont les Data Marts. On peut faire des divisions par fonction (un data mart pour les ventes, pour les commandes, pour les ressources humaines) ou par sous-ensemble organisationnel. ETL/Alimentation : L outil ETL (Extract, Transform and Load) récupère toutes les données et les centralise dans une base de données particulière appelée Data warehouse, Datamart ou entrepôt de données. Les outils ETL permettent de récupérer les données quels que soient leurs sources et les systèmes qui les supportent (système d exploitation, SGBD, formats ), d automatiser et d industrialiser le processus d alimentation, de faciliter la maintenance des données et de limiter les développements spécifiques. Ces outils permettent de construire, de mettre à jour et de maintenir le dictionnaire de métadonnées. IV.3.4 Restitution des données Les outils de restitution des données sont aussi appelés «outils end-users». L outil end-users est l élément de l architecture du système décisionnel le plus important pour l utilisateur, car il correspond à l aspect visible du système. Parmi les solutions de restitution de données qui existent, nous citons : Dashboard (tableau de bord) Un tableau de bord est un instrument de mesure de performance facilitant le pilotage proactif d une ou plusieurs activités dans le cadre d une démarche de progrès. Le tableau de bord contribue à réduire l incertitude et facilite la prise de risque inhérente à toutes décisions. Le tableau de bord est un instrument d aide à la décision. Le reporting Le reporting est l'opération consistant, pour une entreprise, à faire rapport de son activité. C'est la présentation périodique de rapports et bilans analytiques sur les activités et résultats d'une organisation, d'une unité de travail ou du responsable d'une fonction, destinée à en informer ceux chargés de les superviser en interne ou en externe, ou tout simplement concernés par ces activités ou résultat. Les outils de reporting proposent la réalisation de rapports selon un format prédéterminé. Les bases de données sont interrogées selon les 26 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

39 requêtes SQL préparées lors de l'élaboration du modèle. Le rapport peut ensuite être diffusé sur l'intranet, périodiquement en automatique ou ponctuellement à la demande. L'outil d'élaboration du modèle du rapport offre bien entendu des fonctions spécifiques de calcul et de présentation (graphiques) afin de concevoir des comptes rendus particulièrement seyants et pertinents. Le data mining Le data mining est un concept né du courant de l'intelligence artificielle et qui emploie des techniques sophistiquées pour dégager des tendances et des modèles par une analyse de données. Le data mining est un ensemble de traitements et analyses statistiques de bases de données permettant d établir des relations et des comportements types. On essaye d établir des corrélations entre des données afin d en tirer des renseignements, des indicateurs, des anomalies, des correspondances, etc. On peut dire que le data mining est l'ensemble des techniques qui permettent de transformer les données en connaissances. OLAP (On-Line Analytical Processing) La finalité d'un Data Warehouse est d'obtenir des vues multidimensionnelles représentées sous la forme d'un «cube» en trois dimensions sachant qu une base multidimensionnelle peut comporter de nombreuses dimensions. Les systèmes OLAP mettent en œuvre des technologies permettant de rassembler, gérer, traiter et présenter des données multidimensionnelles à des fins d'analyse et de décision. Un outil OLAP est capable de fournir une information multidimensionnelle partagée pour l'analyse rapide. IV.4 Modélisation multidimensionnelle La modélisation dimensionnelle structure les données d'une façon très différente de la structure en 3FN (3ème forme normale) fréquemment utilisée par les modélisateurs des systèmes OLTP. La modélisation dimensionnelle produit ce qu'on appelle le Modèle dimensionnel. IV.4.1 Dimension Lorsqu'on fait un schéma de base de données pour un système d'information classique, on parle en termes de tables et de relations, une table étant une représentation d'une entité et une relation une technique pour lier ces entités. En BI, on parle en termes de Dimension et de Faits. C'est une autre approche des données, on entend par dimensions les axes avec lesquels 27 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

40 on veut faire l'analyse. Il peut y avoir une dimension client, une dimension produit, une dimension géographie (pour faire des analyses par secteur géographique). Une dimension est tout ce qu'on utilisera pour faire nos analyses. IV.4.2 Fait Les faits, en complément aux dimensions, sont ce sur quoi va porter l'analyse. Ce sont des tables qui contiennent des informations opérationnelles et qui relatent la vie de l'entreprise. Un fait est tout ce qu'on voudra analyser. IV.4.3 Mesure Une mesure est un hyper cube, le plus souvent de type entier ou décimal, structuré par des dimensions. IV.4.4 Étoile Une étoile est une façon de mettre en relation les dimensions et les faits dans un entrepôt de données. Nous le verrons plus tard, mais le principe est que les dimensions sont directement reliées à un fait (schématiquement, ça fait comme une étoile). Figure 5. Schéma en étoile IV.4.5 Flocon Un autre modèle de mise en relation des dimensions et des faits dans un entrepôt de données. Le principe étant qu'il peut exister des hiérarchies de dimensions et qu'elles sont reliées aux faits. (Schématiquement, ça fait comme un flocon). 28 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

41 Figure 6. Schéma en flocon de neige Note : les flocons et les étoiles peuvent être vus comme une manière de diviser les entrepôts de données et les magasins de données. On peut les voir comme l'atome de l'informatique décisionnelle: le plus petit élément avec lequel ont peut faire des analyses et avec lequel ont peut faire des magasins de données qui, mis ensemble, forment un entrepôt de données. V. Conclusion Ce chapitre a présenté l état de l art dans le domaine de recouvrement ainsi que dans celui des projets décisionnels. C est ce qui nous a donné l idée de lier ces deux domaines l un à l autre grâce à une solution Business Intelligence qui va permettre d améliorer le processus de suivi des impayés et de faciliter la prise de décision du point de vue recouvrement. Dans le chapitre qui suit, nous allons présenter les différentes méthodes de travail existantes dans le lieu du stage et dégager les besoins des différents gestionnaires pour pouvoir par la suite passer à la conception de notre solution. 29 Chapitre II : Etat de l art Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

42 Chapitre : Etude de l existant et spécification des besoins I. Etude de l existant II. Spécification des besoins III. Conclusion 30 Chapitre III : Etude de l existant et spécification des besoins Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

43 Dans ce chapitre, nous donnons une description du fonctionnement actuel du département des affaires juridiques et du recouvrement, par la suite nous présentons les différents besoins fonctionnels et non fonctionnels du projet, capturés pendant la phase de l étude de l existant. Nous terminons par une synthèse qui argumente le besoin pour l application. I. Etude de l existant Tout travail organisé et qui a suivi une méthodologie rationnelle doit initialement être fondé sur l'analyse des faits, autrement dit, celui qui veut réaliser un travail pertinent doit au premier lieu fusionner avec l'activité sujet d'optimisation, dans le but de recueillir toutes les informations nécessaires à la réalisation de son travail et aussi pour extraire les procédures et les traitements suivis dans l'accomplissement des tâches en question. I.1 Contexte de l ATB Arab Tunisian Bank est un opérateur important dans le marché de financement en Tunisie. Toujours fidèle à ses valeurs, l ATB est une banque proche de ses clients. Elle a pour principal objectif de répondre au mieux aux exigences et aux besoins de sa clientèle en matière d accompagnement, de réactivité, et de transparence. L ATB privilégie ainsi les relations durables qu elle entretient grâce à sa capacité à être flexible et à trouver les solutions adéquates qui facilitent la vie de ses clients. Mais ces clients peuvent parfois devenir les acteurs conduisant la banque à sa perte si ceux-ci se transforment en mauvais payeurs. La gestion de la relation financière avec les clients s avère être une fonction stratégique pour toute entreprise. L ATB dispose d un département spécialisé dans le recouvrement et les affaires juridiques, à savoir le recouvrement des impayés financiers, des impayés commerciaux et des comptes gelés débiteurs. Le recouvrement se fait donc à l amiable ou par voie judiciaire. Un décideur du département de recouvrement et des affaires juridiques peut faire recours au système d information de la banque pour répondre à plusieurs besoins : Suivi des créances et des comptes gelés classés et classables. Renseigner le tableau de bord relatif aux prévisions et aux réalisations des actions de recouvrement. Réceptionner les propositions de transfert à contentieux émanant des agences. 31 Chapitre III : Etude de l existant et spécification des besoins Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

44 Vérification des encours et des garanties. Toute autre tâche ou responsabilité nécessitée par les besoins du service. I.2 Architecture fonctionnelle actuelle du système de suivi des impayés L ATB fonctionnait avec le système ORACLE, mais récemment ils ont été obligés de faire migrer les données vers un nouveau système spécifique à la banque arabe intitulé «EQUATION». La migration des données n est pas encore terminée, donc une partie des données qui concernent les impayés appartient toujours à l ancien système. Les deux différents systèmes présentent beaucoup de différences qui se manifestent au niveau de la nomenclature des données, de la fréquence de mise à jour et encore des SGBD. Pour faire le suivi des impayés, le département de recouvrement et des affaires juridiques dispose d une interface ORACLE et d une interface EQUATION. Les décideurs du département fournissent leurs différents besoins au système d information qui y répond grâce à des requêtes SQL. Une application est déjà mise en place pour faire le suivi des impayés financiers seulement. Les différentes interfaces qui permettent de suivre l état des impayés sont les suivantes : Interface 1. Première interface Oracle Cette interface permet d avoir des informations globales sur les crédits et le mouvement des comptes. 32 Chapitre III : Etude de l existant et spécification des besoins Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

45 Interface 2. Deuxième interface Oracle Cette interface permet d avoir des informations globales sur les clients et les soldes débiteurs. Interface 3. Interface EQUATION Cette interface permet de consulter la situation des comptes des clients de l ATB, leurs soldes et les transactions effectuées. 33 Chapitre III : Etude de l existant et spécification des besoins Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

46 Interface 4. Application de suivi des impayés financiers Cette application permet de suivre l état des impayés financiers par agence et par numéro de compte. 34 Chapitre III : Etude de l existant et spécification des besoins Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

47 Le fonctionnement actuel du système de suivi des impayés se résume par la figure qui suit : Figure 7. Architecture fonctionnelle actuelle du système de suivi des impayés 35 Chapitre III : Etude de l existant et spécification des besoins Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

48 I.3 Critique de l existant Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 Face au nombre important de dossiers, les décideurs du département se trouvent face à des conflits de gestion. Les données relatives à la créance peuvent être saisies manuellement mais aussi importées à partir de plusieurs sources de données via des interfaces multiples. Ceci entraine parfois des risques de redondance et de double saisie, sans oublier la perte de temps qui en résulte. Le suivi des impayés, des comptes gelés et des créances courantes manque de performance, ceci est en grande partie dû à l absence d une vue globale sur les informations nécessaires à la gestion du recouvrement. Les données sur les impayés et les comptes gelées sont stockées dans des systèmes de natures différentes sous des formats différents selon des structures différentes. Elles sont aussi hétérogènes sur le plan logique. Il faut encore noter qu il ya une grande dépendance vis-à-vis du système d information. Tout ceci entraine dans plusieurs une non cohérence des données. Les responsables trouvent des difficultés pour dégager des analyses de l existant, vu le volume important et la complexité de la structure des données. Les rapports manuels qu ils génèrent sont pauvres en matière de statistiques descriptives telles que les graphiques. La prise de décision est donc une action qui parait lourde. II. Spécification des besoins L'étude de l existant sert généralement de point de départ pour écrire le cahier des charges. A défaut de pré-analyse, le point de départ de la phase de définition sera constitué par les besoins des responsables. Il est important de réaliser que l'énoncé d'un besoin ne constitue pas un cahier des charges. Je vais donc tout d abord présenter l énoncé du besoin des responsables, poursuivre avec les besoins fonctionnels et les besoins non fonctionnels de l application et finir avec la modélisation de ces besoins par un schéma qui illustre l architecture fonctionnelle cible du système de suivi des impayés. II.1 Enoncé du besoin Le besoin énoncé par le responsable de recouvrement est le suivant : «Concevoir et développer une application intégrée qui communique avec un entrepôt regroupant toutes les données relatives aux créances impayées et qui permet de suivre la situation de ces dernières tout en générant des rapports automatiques». 36 Chapitre III : Etude de l existant et spécification des besoins Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

49 II.2 Besoins fonctionnels Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 Les dirigeants peuvent analyser la procédure de recouvrement pour garantir sa performance, selon plusieurs axes (client, zone géographique, temps, secteur d activité ) et spécifier les causes pertinentes de non paiement. Une des solutions est la mise en place d un datamart qui stocke de manière cohérente le maximum de données relatives aux impayés au fur et à mesure qu elles se présentent pour qu elles soient exploitables directement, ce datamart est donc mis à jour de façon régulière en fonction de l évolution des données sources. Par la suite, un tableau de bord qui se connecte à cet entrepôt de données permettra de suivre à la trace la situation des impayés et des comptes gelés selon différents axes d analyse et de générer d une façon automatique des rapports qui résument l état des impayés. Cette solution permet aux responsables de recouvrement d avoir une vue globale sur les différentes données via une interface unique pour pouvoir finalement gagner en productivité en rationnalisant les traitements manuels et en facilitant l accès aux informations. Cette analyse finira par la recherche de solutions afin de prendre les mesures de protection adéquates permettant de détecter les clients «Bons/Mauvais» payeurs et de maintenir une bonne relation avec un bon client qui rencontre une difficulté passagère et de choisir en fonction du profil du client, la plateforme et l action la plus adaptée. II.3 Besoins non fonctionnels Les besoins non fonctionnels sont les lacunes qui peuvent empêcher l application de fonctionner de manière efficace et performante. Capacité La quantité totale des données recueillies au sein des bases de données sélectionnées représente un volume très important. De plus le traitement de celles-ci augmentera quelque peu ce volume initial. De ce fait, la capacité du serveur doit être suffisante afin de pouvoir recueillir l'ensemble de ces données, permettre l'exécution du programme et la sauvegarde des mises à jours au fil du temps. Intégrité A tous les niveaux de la mise en place de l'entrepôt de données, différentes erreurs devront être traitées notamment celles-ci : Le traitement des mauvaises données lors de l'import de données à partir des différentes bases. 37 Chapitre III : Etude de l existant et spécification des besoins Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

50 Afin d'homogénéiser le format des données recueillies, il s'avérera nécessaire de convertir les structures bidimensionnelles en structures tridimensionnelles. Cette démarche sera la source d'erreurs qu'il faudra prendre en compte. L'intégrité référentielle dans les tables de base de données. Qualité Facilitation de l accès aux données et de la diffusion de l information. fiabilité et traçabilité des données. Interaction homme machine la plus intuitive possible. Simplicité Vu que parmi les utilisateurs de l application, il existe ceux qui n ont pas nécessairement de grandes connaissances dans le domaine de l informatique, les fonctionnalités de la solution doivent être compréhensibles et simples à manipuler. En effet, la navigation à travers les différentes rubriques doit être conçue de manière à ce que l utilisateur s y retrouve aisément ; celui-ci doit en fait se sentir maître de la situation à tout moment. Performance L application doit répondre à toutes les exigences des utilisateurs d une manière optimale. La performance de l'application se traduit par un temps d accès allégé aux différentes fonctionnalités, un temps d'accès aux données acceptables vu la manipulation d'un entrepôt de données relativement important. Fiabilité Il faut garantir la qualité du contenu et la pertinence des informations. L ergonomie La première chose qui attire l attention des utilisateurs c est l ergonomie et la facilité d'utilisation, pour cela une attention particulière doit être donnée à ce besoin. II.4 Architecture fonctionnelle cible du système de suivi des impayés Le département de recouvrement et des affaires juridiques a besoin d un système d aide à la décision qui lui permet de suivre l état des impayés et d avoir une vue globale sur toutes les données via une interface unique. L architecture fonctionnelle cible du système de suivi des impayés est résumé par la figure qui suit : 38 Chapitre III : Etude de l existant et spécification des besoins Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

51 Figure 8. Architecture fonctionnelle cible du système de suivi des impayés Ce nouveau système permet de recueillir toutes les données relatives aux impayés provenant de sources différentes et de les stocker dans un entrepôt (datamart impayés) grâce à des ETL. Les données seront par la suite chargées dans «qlikview» (voir Annexe B) afin de pouvoir finalement créer des bilans sur les impayés pour des fins d analyse et de reporting. III. Conclusion Tout au long de ce chapitre, nous avons étudié la situation actuelle du système de suivi des impayés afin de dégager les problèmes et de proposer de meilleurs solutions. C est ce qui nous a aidés à identifier les besoins fonctionnels et non fonctionnels de l application, ce qui va simplifier le travail ultérieur de conception. 39 Chapitre III : Etude de l existant et spécification des besoins Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

52 Chapitre : Conception I. Etapes de la phase conceptuelle II. Le tableau de bord III. Conclusion 40 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

53 Le besoin étant maintenant connu, il faut commencer par construire le cœur de tout système de reporting, le Datamart. Pour le faire il faut : Faire une analyse multidimensionnelle afin d identifier les différentes dimensions et mesures dans le Datamart. Modéliser le Datamart grâce à un schéma de modélisation de datawarehouse (Datawarehousing). Etudier les sources de données qui vont alimenter le Datamart. Etablir un mapping entre les données sources et les champs du Datamart. I. Etapes de la phase conceptuelle I.1 Détermination des objectifs et des scénarios d analyse Les objectifs doivent être choisis et non imposés, choisis directement par les décideurs eux-mêmes sous forme de besoin exprimé. C est à nous, maîtres d œuvres, de formaliser ces objectifs et de les énoncer sous forme d objectifs directement réalisables. Un bon objectif est un objectif : Mesurable : L'objectif s'exprime en fonction d'une unité de mesure. Borné : L'objectif est impérativement défini dans une dimension de temps. Réaliste : La Méthode pour l'atteindre est tout à fait plausible. Accessible : Les moyens sont disponibles, les risques limités. Fédérateur : L'objectif recueille l'adhésion de la majorité. Constructif : L'objectif contribue à la démarche de progrès. L objectif est concrétisé par des scénarios d analyse. Dans notre cas, l objectif est d analyser le volume global des impayés. Nous avons choisi comme scénarios d analyse de faire : Le suivi du volume global des impayés Le suivi des encours La classification des engagements Le suivi des détails de l encours par échéances Traitement des guaranties Les différents objectifs et scénarios d analyse sont résumés dans le tableau qui suit : 41 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

54 Thème d analyse Impayés Objectif Scénarios d analyse Indicateurs Axes d analyse -Analyser le volume global d impayés. -Suivi du volume global des impayés. -Suivi des encours. -Classification des engagements. -Détails de l encours par échéances. -Traitement des garanties. -Nombre d impayés. -Montants des impayés. -Détermination des encours. -Client -Compte -Décision -Agence -Zone -Secteur -Type crédit -Date -Echéances -Nature du compte -Classe -Sexe Tableau 2. Objectifs et scénarios d'analyse I.2 Choix des mesures ou des indicateurs Un indicateur clé de performance ou «key performance indicator» est une mesure ou un ensemble de mesures braquées sur un aspect critique de la performance globale de l organisation. Ces indicateurs sont dégagés lors de la phase de capture des besoins exprimés par les décideurs. Les mesures retenues dans notre table de faits sont : Mesure Montant_impayé Imp_principal Imp_intérêt Encours Encours_principal Encours_interet Remboursement_principal Remboursement_interet Solde_compte Libellé Montant de l impayé Impayé en principal Impayé en intérêt Encours total Encours en principal Encours en intérêt Remboursement en principal Remboursement en intérêt Solde du compte Tableau 3. Mesures retenues 42 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

55 I.3 Choix des dimensions Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 Une dimension correspond à un axe d analyse de la problématique du projet, elle est nécessairement un facteur dont dépend l aspect que l objectif du projet essaye de mesurer. A chaque dimension est attribuée une table. Il existe autant de tables dimensions que de dimensions. Chaque table de dimension contient les attributs de la dimension en question plus une clé primaire indépendante de ces attributs. Les axes d analyse que nous allons insérer dans notre modèle sont : Dimension Dim_temps Dim_cpte_clt Dim_client Dim_dossier Dim_garantie Dim_recouvreur Dim_zone Libellé Dimension temps Dimension compte client Dimension client Dimension dossier Dimension garantie Dimension recouvreur Dimension zone I.4 La table de faits Tableau 4. Dimensions retenues Les tables de faits représentent des associations dont l existence d une occurrence dépend de l existence des occurrences correspondantes dans les tables dimensionnelles, c est-à-dire la table de fait contient l ensemble des mesures correspondant aux informations de l activité à analyser. La table de fait dans notre cas se présente comme suit : Clés étrangères vers les tables de dimensions Mesures fact_impayé num_cpte id_tps n effet nom_recouvreur montant_impayé imp_principal imp_interet encours encours_principal encours_interet remboursement_principal remboursement_interet solde_compte... varchar(15) integer numeric varchar(30) numeric numeric numeric numeric numeric numeric numeric numeric numeric <pk,fk1> <pk,fk2> <pk,fk3> <pk,fk4> Figure 9. Table de faits fact_impaye 43 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

56 I.5 Modélisation du Datamart IMPAYES Il faut savoir que la modélisation en flocon de neige existe pour des raisons de performance. En effet, des dimensions de plusieurs millions de lignes peuvent poser des problèmes de lenteur lors de l exploitation des données. Le principe de la modélisation en flocon de neige est de créer des hiérarchies de dimensions, de telle manière à avoir moins de lignes par dimensions. De plus, le schéma en flocons de neige est approprié aux dimensions dont les niveaux sont reliés par des relations n à n et 1 à n. Par ailleurs, le schéma en flocons de neige devient obligatoire pour une relation dimension-fait de n à n. Dans notre cas par exemple, un client peut avoir un ou plusieurs comptes, un dossier peut contenir une ou plusieurs garanties. Il est donc envisageable de recourir à une modélisation en flocon de neige. En termes Merise, le MPD est lui seul utilisé pour modéliser les datawarehouses. Nous avons réalisé les schémas de modélisation avec le logiciel PowerAMC. (Voir Annexe B) Voici finalement notre schéma conceptuel du Datamart IMPAYES : dim_zone IDZONE integer <pk> nom_recouvreur varchar(30) <fk> NOMZONE varchar(20) dim_client dim_garantie n effet numeric <fk> code_gar integer état_gar integer montant_gar numeric date_évaluation date... dim_dossier n effet numeric <pk> type_effet char(1) montant_effet numeric date_dec date premiere_ech date derniere_ech date rate numeric marge numeric type_crdt char(3)... dim_recouvreur nom_recouvreur varchar(30) <pk> fact_impayé num_cpte id_tps n effet nom_recouvreur montant_impayé imp_principal imp_interet encours encours_principal encours_interet remboursement_principal remboursement_interet solde_compte... varchar(15) integer numeric varchar(30) numeric numeric numeric numeric numeric numeric numeric numeric numeric <pk,fk1> <pk,fk2> <pk,fk3> <pk,fk4> dim_cpte_clt num_cpte num_idt type_idt nbre_sign date_relevé matricule_employé compte_cloture compte_gelé date_gel date_récupération date_ouverture dat_derniere_op... varchar(15) varchar(15) numeric numeric date numeric numeric numeric date date date date <pk> <fk> <fk> type_idt numeric <pk> num_idt nom_clt prénom_clt date_naissance adresse num_tel num_fax activité_atb activité_bct varchar(15) <pk> varchar(30) varchar(30) date varchar(75) numeric numeric numeric numeric indicateur_résident numeric nom_abrégé code_nationalité forme_juridique varchar(10) numeric numeric dim_temps id_tps integer <pk> jour integer mois integer trimestre integer année integer... Figure 10. Datamart IMPAYES 44 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

57 I.6 Etude des données sources Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 Nous avons réorganisé les champs de chaque table source par groupe thématique. Le dictionnaire des données complet se trouve dans l Annexe A. Table client C est la table qui contient les informations sociodémographiques sur la clientèle de l ATB (particuliers et entreprises). Elle se situe au niveau de la base «Centrale 2». Groupe thématique Informations client Coordonnées client Informations compte Informations socioprofessionnelles Table compte client Information Identifiant, nom, prénom, date de naissance Nom, prénom, adresse, téléphone, fax, courrier Numéro du compte, agence, type de compte Secteur d activité, nationalité, indicateur résident Tableau 5. Table client C est la table qui contient les informations sur les comptes de la clientèle de l ATB. Elle se situe au niveau de la base «CENTRALE 2». Informations compte Groupe thématique Opérations sur le compte Informations propriétaire Table garantie Tableau 6. Table compte client Information Numéro de compte, agence, type de compte, état compte, devise Date d ouverture, date relevé, date gel, date récupération, date de dernière opération Nombre de signataires, coordonnées client C est la table qui contient les informations sur les garantie détenues sur la clientèle de l ATB. Elle se situe au niveau de la base «CREDIT». Groupe thématique Données garantie Évaluation garantie Tableau 7. Table garantie Information Numéro de décision, code garantie État garantie, montant évalué, date d évaluation 45 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

58 Table impayé financier Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 C est la table qui contient les informations sur les crédits accordés à la clientèle de l ATB et qui n ont pas été remboursés. Elle se situe au niveau du système Equation. Groupe thématique Informations compte Informations crédit Payement crédit Table impayé commercial Tableau 8. Table impayé finanicer Information Numéro de compte, agence, type de compte Référence crédit, type de crédit, code engagement Date échéance, montant payé, montant impayé, encours C est la table qui contient les informations sur les effets de commerces accordés à la clientèle de l ATB et qui n ont pas été remboursés à l échéance. Elle se situe au niveau de la base «Centrale 2». Groupe thématique Données comptes Données remboursement Données client tiré Table encours crédit Tableau 9. Table impayé commercial C est la table qui contient les informations sur les créances, le montant remboursé, le montant impayé et l encours. Elle se situe au niveau du système Equation. Données crédit Décision Groupe thématique Informations sur l impayé Informations sur le remboursement Informations sur l encours Tableau 10. Table encours credit Information Numéro compte, agence, type de compte Date échéance, date remboursement, date rejet, code rejet Nom tiré, compte tiré. Information Montant crédit, type crédit, code engagement, devise, rate, marge Numéro décision, date décision, première et dernière échéance Impayé en principal, impayé en intérêt, date entrée en impayé Remboursement en principal, remboursement en intérêt Encours en principal, encours en intérêt 46 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

59 Table cumul crédit mensuel Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 C est la table qui contient le montant de crédit cumulé mensuellement sur les comptes de la clientèle de l ATB. Elle se situe au niveau de la base «Centrale2». Groupe thématique Informations compte Données cumul Table cumul crédit quotidien Information Numéro de compte Cumul crédit par mois Tableau 11. Table cumul crédit mensuel C est la table qui contient le montant de crédit cumulé quotidiennement sur les comptes de la clientèle de l ATB. Elle se situe au niveau de la base «Centrale2». Groupe thématique Informations compte Données cumul Table agios débit Information Numéro de compte Mois actuel, total mvt crédit du mois Tableau 12. Table cumul crédit quotidien C est la table qui contient le montant des agios sur les comptes de la clientèle de l ATB. Elle se situe au niveau de la base «Centrale2». Groupe thématique Informations compte Données agios Table solde du compte Tableau 13. Table agios débit Information Numéro de compte Agios trimestriels de l année actuelle, agios trimestriels de l année précédente C est la table qui donne le solde des comptes de la clientèle de l ATB. Elle se situe au niveau de la base «Centrale2». Groupe thématique Informations compte Tableau 14. Table solde du compte Information Numéro de compte, solde du compte 47 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

60 Table liste chef de zone Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 C est la table qui donne la répartition des responsables selon les agences. Elle est stockée dans un fichier Excel. Groupe thématique Informations agence Informations responsable I.7 Le mapping Tableau 15. Table liste chef de zone Information Code agence, nom agence, zone agence Responsable garantie, responsable contentieux, chef de zone L opération de mapping consiste à faire la correspondance entre les données sources et les champs du Datamart afin de charger correctement ce dernier. C est l étape précédente (étude des données sources) qui nous permettra de mener à bien cette étape. Table dim_cpte_clt Champ Datamart Champ source Table source Transformation CODSGE Cptclt Num_cpte CPTGNL Cptclt Concaténation CPRPRT Cptclt Num_idt NUMIDT Client One to one Type_idt TYPIDT Client One to one Nbre_sign NBRSGN Client One to one Date_relevé DATREL Cptclt One to one Matricule_employé MATEMP Cptclt One to one Compte_cloture CLTTRS Cptclt One to one Compte_gelé CPTGEL Cptclt One to one Date_gel DATGEL Cptclt One to one Date_récupération DATREC Cptclt One to one Date_ouverture DATEOUV Cptclt One to one Dat_dernière_op DATDOP Cptclt One to one Tableau 16. Mapping de la table dim_cpte_clt 48 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

61 Table dim_client Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 Champ datamart Champ source Table source Transformation Type_idt TYPIDT Client One to one Num_idt NUMIDT Client One to one Nom_clt NOMCLT Client One to one Prénom_clt PRNCLT Client One to one Date_naissance DATNAI Client One to one Adresse ADRDOM Client One to one Num_tel NUMTEL Client One to one Num_fax NUMFAX Client One to one Activité_atb ACTATB Client One to one Activité_bct ACTBCT Client One to one Indicateur_résident INDRES Client One to one Nom_abrégé NOMABR Client One to one Code_nationalité CNATIO Client One to one Forme_juridique FRMJUR Client One to one Table dim_dossier Tableau 17. Mapping de la table dim_client Champ Datamart Champ source Table source Transformation Description Y04DLR y04pf N effet NUMEFF Effimpm Dérivé Type_effet - - Dérivé Montant_effet Y01DLA2 y01pf MNTEFF Effimpm One to one Date_dec Y01CTTRD y01pf One to one Premiere_ech Y01FDTE y01pf One to one Derniere_ech Y01LDTE y01pf One to one Rate Y01RAT y01pf One to one Marge Y01MGN y01pf One to one Type_crdt Y04DLP y04pf One to one Tableau 18. Mapping de la table dim_dossier Si type_effet = «F» alors N effet =Y01DLR Si «Type_effet» = «C» alors N effet = NUMEFF Si «type_effet» = «G» alors N effet =num_cpte «F» si financier «C» si commercial «G» si compte gelé Y01DLA2 si «F» MNTEFF si «C» Solde_cpte si «G» Seulement si type_effet = «F» 49 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

62 Table dim_garantie Champ Datamart Champ source Table source Transformation N effet Y04DLR y04pf - Code_gar CODGAR Decgar One to one Etat_gar ETAGAR Decgar One to one Montant_gar MNTEVA Decgar One to one Date_évaluation DATEVA Decgar One to one Table dim_recouvreur Tableau 19. Mapping de la table dim_garantie Champ datamart Champ source Table source Transformation Nom_recouvreur Garantie Liste chef de zone One to one Tableau 20. Mapping de la table dim_recouvreur Table dim_zone Champ datamart Champ source Table source Transformation Id_zone CODSGE Cptclt One to one Nom_recouvreur Garantie Liste chef de zone One to one Nom_zone Zone Liste chef de zone One to one Resp_zone Chef de zone Liste chef de zone One to one Tableau 21. Mapping de la table dim_zone II. Le tableau de bord Le processus de prise de la décision doit répondre au principe de l intelligence collective et doit impliquer tous les acteurs pour qu ils soient motivés et par conséquent s investissent dans la réalisation des objectifs souhaités. Pour un partage de la connaissance et une prise de décision décentralisée, nous avons eu l idée de créer des tableaux de bord destinés au personnel du département de recouvrement et des affaires juridiques participant dans le processus de recouvrement des créances impayées. Ces tableaux seront alimentés par le Datamart préalablement conçu. Des schémas et des rapports seront créés. Cette opération permet à chaque membre de contrôler sa performance et de l améliorer, ainsi que bien répartir son travail et partager implicitement la connaissance des problèmes et la conscience d éventuels retards. Cela permettra aux membres de bien apprécier les problèmes rencontrés, de participer à la prise de la décision ainsi que de s investir dans d éventuels plans d ajustement. 50 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

63 Nous avons donc choisi de concevoir des rapports basés sur le type de l impayé. II.1 Rapports d analyse des impayés financiers II.1.1 Schéma Recouvreur Décision agence Zone Sexe Classe rapports d'analyse des impayés finanicers Temps Age Client Type crédit compte Figure 11. Rapports d'analyse des impayés financiers Ce schéma montre les différents axes d analyse sur lesquels sont basés les rapports d analyse des impayés financiers. 51 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

64 II.1.2 Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 Table des dimensions Dimension Hiérarchie Niveau Table source Agence Agence Agence Cptclt Zone Zone Zone Cptclt Mois Temps H1 Trimestre Semestre Année - Semaine H2 Mois Trimestre Age Age Age inférieur à 30 Age entre 30 et 40 Age entre 40 et 50 Age entre 50 et 60 Age supérieur à 60 Client Recouvreur Recouvreur Recouvreur Liste chef de zone Compte Compte Compte Cptclt Type credit Type credit Type credit Y04PF Client Client Client Client Classe Classe Classe - Sexe Sexe Sexe Client Décison Décison Décision Y04PF Tableau 22. Table des dimensions des impayés financiers Ce tableau reprend les différents axes du schéma précédant et les met en dimensions relatives aux impayés financiers. Ainsi nous avons pu dégager les différentes hiérarchies et leurs niveaux respectifs. 52 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

65 II.1.3 Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 Table des agrégations Nom Statistique Description TOTAL_IMP_FIN_SEMAINE Sum Montant total des impayés financier par semaine TOTAL_IMP FIN_MOIS Sum Montant total des impayés financiers par mois TOTAL_IMP FIN_TRIM Sum Montanttotal des impayés financiers par trimestre TOTAL_IMP FIN_SEM Sum Montant total des impayés financiers par semestre TOTAL_IMP_FIN_ANNEE Sum Montant total des impayés financiers par année NBRE_IMP_FIN Count Nombre total des impayés financiers MOY_IMP_FIN_SEMAINE AVG Moyenne des impayés financiers par semaine MOY_IMP_FIN_MOIS AVG Moyenne des impayés financiers par mois MOY_IMP_FIN_TRIMESTRE AVG Moyenne des impayés financiers par trimestre MOY_IMP_FIN_SEMESTRE AVG Moyenne des impayés financiers par semester MOY_IMP_FIN_ANNEE AVG Moyenne des impayés financiers par année TAUX_RECUP_FIN AVG Taux de récupération moyen TOTAL_PROV_FIN SUM Provisions constituées totales Tableau 23. Table des agrégations des impayés financiers La table des agrégations des impayés financiers donne les différentes statistiques que l on peut calculer pour pouvoir juger de la situation des impayés financiers. 53 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

66 II.2 Rapport d analyse des impayés commerciaux II.2.1 Schéma Agence Effet Zone Sexe Classe rapports d'analyse des impayés commerciaux Temps Age Client Compte Recouvreur Figure 12. Rapports d'analyse des impayés commerciaux Ce schéma montre les différents axes d analyse sur lesquels sont basés les rapports d analyse des impayés commerciaux. 54 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

67 II.2.2 Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 Table des dimensions Dimension Hiérarchie Niveau Table source Agence Agence Agence Cptclt Zone Zone Zone Cptclt Mois Temps H1 Trimestre Semestre Année - Semaine H2 Mois Trimestre Age Age Age inférieur à 30 Age entre 30 et 40 Age entre 40 et 50 Age entre 50 et 60 Age supérieur à 60 Client Recouvreur Recouvreur Recouvreur Liste chef de zone Compte Compte Compte Cptclt Client Client Client Client Classe Classe Classe - Sexe Sexe Sexe Client Effet Effet Effet Effimpm Tableau 24. Table des dimensions des impayés commerciaux Ce tableau reprend les différents axes du schéma précédant et les met en dimensions relatives aux impayés commerciaux. Ainsi nous avons pu dégager les différentes hiérarchies et leurs niveaux respectifs. 55 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

68 II.2.3 Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 Table des agrégations Nom Statistique Description TOTAL_IMP_COM_SEMAINE SUM Montant total des impayés commerciaux par semaine TOTAL_IMP_COM_MOIS SUM Montant total des impayés commerciaux par mois TOTAL_IMP_COM_TRIM SUM Montant total des impayés commerciaux par trimestre TOTAL_IMP_COM_SEM SUM Montant total des impayés commerciaux par semestre TOTAL_IMP_COM_ANNEE SUM Montant total des impayés commerciaux par année NBRE_IMP_COM COUNT Nombre total des impayés commerciaux MOY_IMP_COM_SEMAINE AVG Moyenne des impayés commerciaux par semaine MOY_IMP_COM_MOIS AVG Moyenne des impayés commerciaux par mois MOY_IMP_COM_TRIMESTRE AVG Moyenne des impayés commerciaux par trimestre MOY_IMP_COM_SEMESTRE AVG Moyenne des impayés commerciaux par semester MOY_IMP_COM_ANNEE AVG Moyenne des impayés commerciaux par année TAUX_RECUP_COM AVG Taux de récupération moyen TOTAL_PROV_COM SUM Provisions constituées totales Tableau 25. Table des agrégations des impayés commerciaux La table des agrégations des impayés commerciaux donne les différentes statistiques que l on peut calculer pour pouvoir juger de la situation des impayés commerciaux. 56 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

69 II.3 Rapport d analyse des comptes gelés II.3.1 Schéma Agence Sexe Zone Classe rapports d'analyse des comptes gelés Temps Client Age Compte Recouvreur Figure 13. Rapports d'analyse des comptes gelés Ce schéma montre les différents axes d analyse sur lesquels sont basés les rapports d analyse des comptes gelés. 57 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

70 II.3.2 Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 Table des dimensions Dimension Hiérarchie Niveau Table source Agence Agence Agence Cptclt Zone Zone Zone Cptclt Mois Temps H1 Trimestre Semestre Année - Semaine H2 Mois Trimestre Age Age Age inférieur à 30 Age entre 30 et 40 Age entre 40 et 50 Age entre 50 et 60 Age supérieur à 60 Client Recouvreur Recouvreur Recouvreur Liste chef de zone Compte Compte Compte Cptclt Client Client Client Client Classe Classe Classe - Sexe Sexe Sexe Client Tableau 26. Table des dimensions des comptes gelés Ce tableau reprend les différents axes du schéma précédant et les met en dimensions relatives aux comptes gelés. Ainsi nous avons pu dégager les différentes hiérarchies et leurs niveaux respectifs. 58 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

71 II.3.3 Nesrine Dhraief -- Projet de Fin d études 2011/2012 Table des agrégations Nom Statistique Description TOTAL_DEBIT_SEMAINE SUM Débit total par semaine TOTAL_DEBIT_MOIS SUM Débit total par mois TOTAL_DEBIT_TRIM SUM Débit total par trimestre TOTAL_DEBIT_SEMESTRE SUM Débit total par semestre TOTAL_DEBIT_ANNEE SUM Débit total par année NBRE_COMPTES_GELES COUNT Nombre de compte gelés MOY_DEBIT_SEMAINE AVG Débit moyen par semaine MOY_DEBIT_MOIS AVG Débit mensuel moyen MOY_DEBIT_TRIM AVG Débit trimestriel moyen MOY_DEBIT_SEM AVG Débit semestriel moyen MOY_DEBIT_ANNEE AVG Débit annuel moyen TAUX_RECUP_CG AVG Taux de récupération sur les comptes gelés TOTAL_PROV_CG SUM Provisions constituées sue les comptes gelés Tableau 27. Table des agrégations des comptes gelés La table des agrégations des comptes gelés donne les différentes statistiques que l on peut calculer pour pouvoir juger de la situation des comptes gelés. III. Conclusion Dans ce chapitre, nous avons présenté l architecture globale de notre système décisionnel. Nous avons développé en premier lieu les différentes étapes de la phase conceptuelle. Nous avons donné en second lieu la conception générale de la solution à travers des schémas explicatifs pour chaque type d impayé, la conception a été détaillée aux tables de dimensions et aux tables des agrégations Après avoir défini, donné et expliqué la conception du système de suivi des impayés, nous allons expliquer, dans le prochain chapitre, la réalisation de notre solution en présentant l environnement et les outils de travail ainsi que quelques interfaces homme-machine du tableau de bord. 59 Chapitre IV : Conception Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

72 Chapitre : Réalisation I. Environnement et outils de travail II. Validation et expérimentation III. Conclusion 60 Chapitre V : Réalisation Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

73 Dans le chapitre présent, nous nous intéressons à la réalisation du tableau de bord, dans lequel, un paragraphe est dédié à la présentation de l environnement logiciel et matériel grâce auxquels nous avons pu mettre en place cette solution logicielle et un autre paragraphe est consacré à la validation et l expérimentation de notre solution à travers la présentation de quelques interfaces homme-machine. A la fin de ce chapitre, nous donnons le chronogramme prévisionnel des tâches du projet. I. Environnement et outils de travail Nous présentons, dans cette section, l'environnement matériel et logiciel utilisé pour le développement de la solution. I.1 Environnement matériel Durant le stage, nous avons réalisé notre projet en utilisant un ordinateur portable Dell INSPIRON N5110 dont la configuration est décrite ci-dessous : RAM : 4Go Disque Dur : 500Go Processeur : Intel(R) Core(TM) i3-2310m 2.10Ghz I.2 Environnement logiciel Durant la phase de développement, nous avons utilisé l'environnement logiciel suivant : I.2.1 Outils de conception MERISE : Sybase Power AMC 15.1 Power AMC est un logiciel de modélisation. Il permet de modéliser les traitements informatiques et leurs bases de données associées. Créé par SDP sous le nom AMC*Designor, racheté par Powersoft, ce logiciel est produit par Sybase depuis le rachat par cet éditeur en Hors de France, la version internationale est commercialisée par Sybase sous la marque PowerDesigner. PowerAMC supporte différents types de modèles de bases de données. I.2.2 SGBD : Oracle10g Pour le stockage du «datamart» on a utilisé Oracle 10g comme SGBD vu qu il est un système de gestion de base de données relationnelle et objet utilisé par l ATB, de plus ce SGBD présente une richesse fonctionnelle importante. 61 Chapitre V : Réalisation Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

74 I.2.3 Outil décisionnel : Qlikview 11 QlikView est totalement différent des logiciels traditionnels de Business Intelligence. Il est simple d'utilisation et met l'utilisateur final en situation de contrôle total de ses analyses. En seulement quelques clics, QlikView nous a permis de consolider, chercher, visualiser et analyser toutes nos sources de données pour une vue sans précédent sur notre activité. II. Validation et expérimentation Nous arrivons maintenant à la phase validation et expérimentation de notre système. Nous avons déjà décrit toutes les étapes de conception, ce qui engendre la possibilité de définir une architecture à notre outil d aide à la décision. II.1 Création du Datamart Power Amc Designer 15.1 nous a permis de générer automatiquement les différents scripts de création de notre Datamart «IMPAYES». Nous prenons comme exemple ce script, qui nous a permis de créer la table de faits «fact_impaye». Interface 5. Script SQL pour la création de la table FACT_IMPAYE 62 Chapitre V : Réalisation Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

75 II.2 Chargement des données dans Qlikview Interface 6. Visionneur de tables Cette interface permet de visionner les tables de note datamart «IMPAYES». Une fois implémenté dans l outil décisionnel, il faut alimenter notre modèle de données. Nous avons validé et expérimenté notre application à travers un jeu de données relatif aux impayés qu on a déjà construit grâce à des fichiers Excel dont chacun contient les différentes colonnes de chaque table. Enfin, ces données sont chargées dans Qlikview grâce au script qui suit : 63 Chapitre V : Réalisation Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

76 Interface 7. Script pour le chargement des données dans Qlikview II.3 Interfaces homme machine Une fois les données sont chargées, il faut passer au vif du tableau de bord. Grâce aux scénarios d analyse qu on a déjà dégagés lors de la phase de la conception, nous allons pouvoir concevoir notre tableau de bord. Les différentes interfaces du tableau de bord sont données dans la suite. 64 Chapitre V : Réalisation Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

77 II.3.1 Ecran d accueil A l ouverture de l application, l utilisateur reçoit une interface d accueil qui contient le nom de la société «ATB», le nom du département «DCAJR», ainsi que celui de l application «SUIVI DES CILENTS EN SITUATION DE RECOUVREMENT». Interface 8. Ecran d'accueil 65 Chapitre V : Réalisation Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

78 II.3.2 Ecran de la situation générale des impayés En cliquant sur l onglet situation globale, une interface décrivant la situation globale des impayés s affiche. Elle contient les analyses relatives à l état global des impayés. Interface 9. Ecran de la situation générale Comme nous le voyons, l utilisateur peut choisir ses axes d analyse grâce aux options qui se présentent des cotés gauche et droit de l écran. En haut, l axe temps est hiérarchisé sur plusieurs niveaux : année, trimestre, mois. L utilisateur peut sélectionner un ou plusieurs axes. S il ne sélectionne aucun axe, les résultats qui s affichent sont relatifs à toute la banque. Il faut noter que si l utilisateur choisir l axe «zone», les agences appartenant à cette même zone seront automatiquement sélectionnées. La jauge donne le nombre de dossiers traités par les recouvreurs. Dans notre cas, environ la moitié des dossiers a été traitée. La pyramide inversée donne la répartition des dossiers par classe, dans notre cas, 46 dossiers font partie de la classe 2, 50 dossiers font partie de la classe 3 et 8 dossiers font partie de la classe 4. Le tableau en haut de l écran résume la situation générale des impayés par zone, ses colonnes contiennent le total des dossiers en situation de recouvrement, le nombre de dossiers traités, le 66 Chapitre V : Réalisation Mise en place d une solution d aide à la décision pour le suivi des impayés

Présenté par : Nesrine DHRAIEF. Responsable ESSAI : Mohamed M.BESSA Responsable ATB : Ameur M.BONDI

Présenté par : Nesrine DHRAIEF. Responsable ESSAI : Mohamed M.BESSA Responsable ATB : Ameur M.BONDI 21 Juin 2012 Soutenance de PFE Présenté par : Nesrine DHRAIEF Responsable ESSAI : Mohamed M.BESSA Responsable ATB : Ameur M.BONDI SOMMAIRE Introduction Préambule Organisme d accueil Notions théoriques

Plus en détail

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Sommaire Introduction... 3 Définition... 3 Les domaines d application de l informatique décisionnelle... 4 Architecture d un système décisionnel... 5 L outil Oracle

Plus en détail

Entrepôt de données 1. Introduction

Entrepôt de données 1. Introduction Entrepôt de données 1 (data warehouse) Introduction 1 Présentation Le concept d entrepôt de données a été formalisé pour la première fois en 1990 par Bill Inmon. Il s agissait de constituer une base de

Plus en détail

et les Systèmes Multidimensionnels

et les Systèmes Multidimensionnels Le Data Warehouse et les Systèmes Multidimensionnels 1 1. Définition d un Datawarehouse (DW) Le Datawarehouse est une collection de données orientées sujet, intégrées, non volatiles et historisées, organisées

Plus en détail

SESSION DU CIFAF 2013

SESSION DU CIFAF 2013 SESSION DU CIFAF 2013 Présenté Par Maître Maximin CAKPO-ASSOGBA Avocat à la Cour Mardi 03 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Les sûretés sont des techniques juridiques destinées à assurer le règlement des créances

Plus en détail

Le droit à l exécution du créancier

Le droit à l exécution du créancier Le droit à l exécution du créancier INTRODUCTION Le droit des voies d exécution, ou des procédures civiles d exécution, regroupe l ensemble des procédés légaux coercitifs auxquels un créancier peut avoir

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 8 : ID : Informatique Décisionnelle BI : Business Intelligence Sommaire Introduction...

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 26 octobre 2010 relatif au fichier national des incidents de remboursement des crédits aux

Plus en détail

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise.

Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Solutions PME VIPDev Nos Solutions PME VIPDev sont les Atouts Business de votre entreprise. Cette offre est basée sur la mise à disposition de l ensemble de nos compétences techniques et créatives au service

Plus en détail

Le "tout fichier" Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique

Le tout fichier Le besoin de centraliser les traitements des fichiers. Maitriser les bases de données. Historique Introduction à l informatique : Information automatisée Le premier ordinateur Définition disque dure, mémoire, carte mémoire, carte mère etc Architecture d un ordinateur Les constructeurs leader du marché

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25

Table des matières. Chapitre 2 Les réglementations européennes de lutte contre les retards et les défauts de paiement 25 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

BI = Business Intelligence Master Data-ScienceCours 3 - Data

BI = Business Intelligence Master Data-ScienceCours 3 - Data BI = Business Intelligence Master Data-Science Cours 3 - Datawarehouse UPMC 8 février 2015 Rappel L Informatique Décisionnelle (ID), en anglais Business Intelligence (BI), est l informatique à l usage

Plus en détail

Bases de Données Avancées

Bases de Données Avancées 1/26 Bases de Données Avancées DataWareHouse Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de Vinci 74, rue Marcel Cachin,

Plus en détail

Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008

Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008 Introduction à la B.I. Avec SQL Server 2008 Version 1.0 VALENTIN Pauline 2 Introduction à la B.I. avec SQL Server 2008 Sommaire 1 Présentation de la B.I. et SQL Server 2008... 3 1.1 Présentation rapide

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

CARTE HEURISTIQUE...1 LA CHAÎNE DÉCISIONNELLE...2. Collecte des données...2 Stockage des Données...3 Exploitation des Données...4 OLTP ET OLAP...

CARTE HEURISTIQUE...1 LA CHAÎNE DÉCISIONNELLE...2. Collecte des données...2 Stockage des Données...3 Exploitation des Données...4 OLTP ET OLAP... Table des matières CARTE HEURISTIQUE...1 LA CHAÎNE DÉCISIONNELLE...2 Collecte des données...2 Stockage des Données...3 Exploitation des Données...4 OLTP ET OLAP...6 OPÉRATIONS SUR LES CUBES...7 Exemple

Plus en détail

CIRCULAIRE N 19 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET A LEUR COUVERTURE PAR LES PROVISIONS

CIRCULAIRE N 19 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET A LEUR COUVERTURE PAR LES PROVISIONS 1 sur 9 30/05/2007 09:42 BANK AL-MAGHRIB -------------------- LE GOUVERNEUR Circulaire n 19/G/2002 Rabat, le 18 Chaoual 1423 23 Décembre 2002 CIRCULAIRE N 19 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES CREANCES ET

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT Entre les soussignés : BANQUE ATTIJARI DE TUNISIE, société anonyme au capital de 150 Millions de dinars, dont le siége social est à Tunis 95 Avenue de la liberté,

Plus en détail

Annexe. Méthodologie de mise en œuvre d un projet BusinessObjects

Annexe. Méthodologie de mise en œuvre d un projet BusinessObjects Annexe Méthodologie de mise en œuvre d un projet BusinessObjects Déroulement du cours 1 : Le rôle du Designer d Univers 2 : Créer un Univers avec l Assistant 3 : Créer un Univers étape par étape 4 : Enrichir

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce.

VERONE. Cependant les sûretés sont régies par le Code Civil et le Code de Commerce. Thème N 4 LES VOIES D EXECUTION VERONE Les voies d exécution sont régies en France par la loi du 9 juillet 1991 portant réforme des procédures civiles d exécution et du décret du 18 décembre 1992. Rares

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

BUSINESS INTELLIGENCE. Une vision cockpit : utilité et apport pour l'entreprise

BUSINESS INTELLIGENCE. Une vision cockpit : utilité et apport pour l'entreprise BUSINESS INTELLIGENCE Une vision cockpit : utilité et apport pour l'entreprise 1 Présentation PIERRE-YVES BONVIN, SOLVAXIS BERNARD BOIL, RESP. SI, GROUPE OROLUX 2 AGENDA Définitions Positionnement de la

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL?

QU EST-CE QUE LE DECISIONNEL? La plupart des entreprises disposent d une masse considérable d informations sur leurs clients, leurs produits, leurs ventes Toutefois ces données sont cloisonnées par les applications utilisées ou parce

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

Business Intelligence : Informatique Décisionnelle

Business Intelligence : Informatique Décisionnelle Business Intelligence : Informatique Décisionnelle On appelle «aide à la décision», «décisionnel», ou encore «business intelligence», un ensemble de solutions informatiques permettant l analyse des données

Plus en détail

Par MARKEL INTERNATIONAL LTD

Par MARKEL INTERNATIONAL LTD Par MARKEL INTERNATIONAL LTD Conditions Générales N GF AI 2005-1 EN AUCUN CAS LE PRESENT DOCUMENT NE VAUT ATTESTATION DE GARANTIE Le contrat est régi par les dispositions du Code des Assurances. Il est

Plus en détail

Etaient présents Madame Souad El Kohen, Messieurs Driss Belmahi, Abdelaziz Benzakour et Omar Seghrouchni ;

Etaient présents Madame Souad El Kohen, Messieurs Driss Belmahi, Abdelaziz Benzakour et Omar Seghrouchni ; Délibération n 480-AU-2013 du 01/11/2013 portant modèle de demande d autorisation relative au traitement de données à caractère personnel mis en œuvre par des établissements de crédit et organismes assimilés

Plus en détail

Ici, le titre de la. Tableaux de bords de conférence

Ici, le titre de la. Tableaux de bords de conférence Ici, le titre de la Tableaux de bords de conférence pilotage d entreprise, indicateurs de performance reporting et BI quels outils seront incontournables à l horizon 2010? Les intervenants Editeur/Intégrateur

Plus en détail

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension.

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Bourse de Casablanca Sommaire CHAPITRE PREMIER- DISPOSITIONS GENERALES...3 CHAPITRE II - DES MODALITES DE CONCLUSION DES OPERATIONS DE PENSION...3 CHAPITRE

Plus en détail

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8

Table des matières. Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Table des matières Présentation du guide 7 Contenu du guide 7 Adresses utiles 8 Chapitre 1 Les retards de paiement en Europe 15 Section I La crise économique et les retards de paiement 15 Section II Cartographie

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-391 du 20 avril 2010 modifiant le décret n o 67-223 du 17 mars 1967 pris pour l application de la loi

Plus en détail

«J ai un impayé, que faire?»

«J ai un impayé, que faire?» «J ai un impayé, que faire?» Fiche technique proposée par le Cabinet CFO FRANCE, votre expert en recouvrement de créances civiles & commerciales Www.cfo-france.com S Introduction Malgré les prévisions

Plus en détail

Il est impératif de vous munir d'une pièce d'identité lors du dépôt de la demande au greffe.

Il est impératif de vous munir d'une pièce d'identité lors du dépôt de la demande au greffe. DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou DE LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénommée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

METIER DE CHARGÉ DE CREDIT ET

METIER DE CHARGÉ DE CREDIT ET METIER DE CHARGÉ DE CREDIT ET DE RECOUVREMENT OBJECTIFS Ce Métier devrait permettre aux apprenants de : Etre à l écoute du client pour pouvoir satisfaire à ses besoins et attentes en matière de crédit

Plus en détail

Entreprises Nationales - Internationales - Assurances - Prestataires de services BPO

Entreprises Nationales - Internationales - Assurances - Prestataires de services BPO Entreprises Nationales - Internationales - Assurances - Prestataires de services BPO Connectez toutes vos applications Pilotez vos processus métiers POUR UNE CIRCULATION COHERENTE,CONTINUE ET COLLABORATIVE

Plus en détail

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principaux moyens à mettre en oeuvre pour : gérer le risque clients recouvrer les impayés. TEMPS PREVU : 3 h 00

OBJECTIFS : SAVOIR - Appréhender les principaux moyens à mettre en oeuvre pour : gérer le risque clients recouvrer les impayés. TEMPS PREVU : 3 h 00 ACTIVITE: ASSURER LES TRAVAUX COMPTABLES COURANTS Module 1 : Maîtriser les techniques de base de la comptabilité Séquence 2: Comptabiliser les documents bancaires et effectuer le suivi de la trésorerie

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le traitement des difficultés des associations (Dossier réalisé par Christophe Callet, Deloitte - In Extenso Juillet 2012) Plus les difficultés de l association sont anticipées,

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

Constitution des sociétés

Constitution des sociétés Chapitre Constitution des sociétés O b j e ctifs du chapitre : Etre capable de procéder aux écritures comptables de constitution de différentes sociétés en fonction des situations qui se présentent. D

Plus en détail

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise.

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Lexique financier Actif Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Actif circulant Partie de l actif du bilan qui comprend des actifs temporaires induits par l

Plus en détail

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir

On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Dessins : Gérard Gautier - Création et réalisation : Esprit Graphique F. Fullenwarth - Impression : Hauts de Vilaine On vous réclame une dette : ce qu il faut savoir Maison de la consommation et de l environnement

Plus en détail

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-04 du 28 mars 2002 Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière Sommaire

Plus en détail

RECOUVREMENT DES CHEQUES SANS PROVISION 23/08/2010 Il y a émission de chèque sans provision dès lors qu un débiteur remet en paiement au créancier un chèque bancaire ou postal alors qu'il ne possède pas

Plus en détail

Entreposage, analyse en ligne et fouille de données

Entreposage, analyse en ligne et fouille de données Entreposage, analyse en ligne et fouille de données Houssem Jerbi IRIT - SIG/ED jerbi@irit.fr Journée COMPIL " Bases de Données" 14/12/2010 PLAN Introduction Bases de données Entrepôt de données Technologie

Plus en détail

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Dialogue sur le développement du secteur financier au Sénégal 16 avril 2013, BCEAO-Siège DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Présentation :

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

Sage BOB 50 Fonctionnalités financières

Sage BOB 50 Fonctionnalités financières Clients, fournisseurs, banques, administrations : l entreprise est entourée d un «écosystème comptable et financier» à la fois riche et complexe. Véritable centre névralgique, l application de comptabilité

Plus en détail

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 Le suivi des règlements clients Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 SOMMAIRE La mise en relation des parties La facturation Les délais de règlement Le paiement

Plus en détail

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

Le Concept Dynamics Nav. B.I.Conseil

Le Concept Dynamics Nav. B.I.Conseil Développement Croissance Développement Productivité Investissement Environnement Ouverture B.I.Conseil Nous sommes Microsoft Business Solutions Partner, ce qui nous permet de travailler en étroite collaboration

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit

Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Comment mesurer le retour sur investissement de l assurance-crédit Près de des dépôts de bilans d entreprises sont attribués à la défaillance d un ou plusieurs clients Idées reçues à bannir pour la sécurité

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les Đlières agréées. La certiđcation

Plus en détail

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME

PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME PROJET DE LOI LOGEMENT ET URBANISME Décryptage : ce qui pourrait changer pour les propriétaires et les locataires Jean-François BUET Président de la FNAIM Etienne GINOT Président de l UNIS Point presse

Plus en détail

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur

Fiche n 1. Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Fiche n 1 Le traitement comptable du risque de non recouvrabilité, la comptabilisation des dépréciations des créances et des admissions en non valeur Direction générale des fi nances publiques 1 I. OBJET

Plus en détail

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces

Grands Magasins et Magasins Multi-Commerces Famille professionnelle de l, Secrétaire / Assistant Assistant, assistant administratif Le secrétaire aide à la planification et à l organisation des activités afin de faciliter la gestion de l information.

Plus en détail

Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises

Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises BROCHURE SOLUTION Les solutions SAS pour les Petites et Moyennes Entreprises Sur un marché aussi compétitif que celui des Petites et Moyennes Entreprises, le temps et l efficacité sont deux valeurs prioritaires

Plus en détail

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation

La référence pour maîtriser votre risque. Guide de référence. de la cotation La référence pour maîtriser votre risque Guide de référence de la cotation MARS 2015 Sommaire 1. LA COTATION : UN PROCESSUS D APPRÉCIATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DES ENTREPRISES 1 1.1. POURQUOI LA

Plus en détail

7 bonnes raisons d automatiser le traitement des commandes

7 bonnes raisons d automatiser le traitement des commandes LIVRE BLANC 7 bonnes raisons d automatiser le traitement des commandes Le processus Order-to-Cash selon ReadSoft. Logiciel d automatisation du traitement des commandes clients Janvier 2012 Copyright 2012

Plus en détail

REGLEMENT COBAC R-98/03 RELATIF A LA COMPTABILISATION ET AU PROVISIONNEMENT DES CREANCES EN SOUFFRANCE ET DES ENGAGEMENTS PAR SIGNATURE DOUTEUX

REGLEMENT COBAC R-98/03 RELATIF A LA COMPTABILISATION ET AU PROVISIONNEMENT DES CREANCES EN SOUFFRANCE ET DES ENGAGEMENTS PAR SIGNATURE DOUTEUX COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE REGLEMENT COBAC R-98/03 RELATIF A LA COMPTABILISATION ET AU PROVISIONNEMENT DES CREANCES EN SOUFFRANCE ET DES ENGAGEMENTS PAR SIGNATURE DOUTEUX La Commission Bancaire

Plus en détail

Communiqué de lancement Sage 100 Suite Comptable & Financière

Communiqué de lancement Sage 100 Suite Comptable & Financière Communiqué de lancement Sage 100 Suite Comptable & Financière Disponibilité commerciale Octobre 2009 Nouveautés V16! 1 1 Sommaire I. Introduction II. III. IV. Couverture fonctionnelle Focus sur le recouvrement

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

Thibault Denizet. Introduction à SSIS

Thibault Denizet. Introduction à SSIS Thibault Denizet Introduction à SSIS 2 SSIS - Introduction Sommaire 1 Introduction à SQL Server 2008 Integration services... 3 2 Rappel sur la Business Intelligence... 4 2.1 ETL (Extract, Transform, Load)...

Plus en détail

Procédure de recouvrement d impayés

Procédure de recouvrement d impayés Procédure de recouvrement d impayés En cas de facture non payée à échéance, on engage ce que l on appelle une procédure de recouvrement d impayés. Afin d optimiser vos chances d obtenir le paiement, il

Plus en détail

Rapport sur les Datamarts Projet DARTIES

Rapport sur les Datamarts Projet DARTIES 2010 /11 Rapport sur les Datamarts Rapport sur les Datamarts Projet DARTIES Projet tuteuré de 3ème année de l Ecole Polytechnique Universitaire de Lyon I Encadré par Mr Babé. Rédigé par : Laura Tournier,

Plus en détail

LA GESTION DU POSTE CLIENT IMPAYES ET RETARDS DE PAIEMENT MIEUX VAUT PREVENIR QUE COURIR

LA GESTION DU POSTE CLIENT IMPAYES ET RETARDS DE PAIEMENT MIEUX VAUT PREVENIR QUE COURIR LA GESTION DU POSTE CLIENT IMPAYES ET RETARDS DE PAIEMENT MIEUX VAUT PREVENIR QUE COURIR LES IMPACTS DES RETARDS DE PAIEMENT - Au niveau macro-économique - Au niveau de l entreprise COMMENT S EN PREMUNIR

Plus en détail

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS / INSTITUTIONS

LE MEDECIN ET LES ADMINISTRATIONS / INSTITUTIONS DECISIONS DE Lorsqu un cotisant a un retard de paiement, l URSSAF procède au recouvrement des cotisations, des pénalités et des majorations dues. Pour se faire, l URSSAF dispose d abord de la procédure

Plus en détail

Pilotage économique, comptable et financier

Pilotage économique, comptable et financier 08 Pilotage Cette famille rassemble des métiers dont la finalité est de contribuer à la connaissance et à la maîtrise des données, flux et résultats économiques, s s de l entreprise. Les différentes sous-familles

Plus en détail

Notions fondamentales sur les bases de données

Notions fondamentales sur les bases de données 1 Notions fondamentales sur les bases de données Au sommaire de ce chapitre Qu est-ce qu une base de données? Environnements des bases de données Origine d une base de données Eléments constitutifs d une

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES

CHAPITRE 5 : CADRE COMPTABLE, LISTE DES COMPTES ET FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES SECTION 4 : FICHES INDIVIDUELLES 230 CLASSE 1 : COMPTES DE TRESORERIE ET D OPERATIONS AVEC LES ETABLISSEMENTS DE CREDIT ET ASSIMILES 1 - CONTENU DE LA CLASSE 1 La classe 1 enregistre, outre les espèces,

Plus en détail

CONNECTEUR QLIKVIEW POUR INFORMATICA POWERCENTER

CONNECTEUR QLIKVIEW POUR INFORMATICA POWERCENTER CONNECTEUR QLIKVIEW POUR INFORMATICA POWERCENTER Tirer pleinement profit de l ETL d Informatica à l aide d une plate-forme de Business Discovery rapide et flexible De plus en plus d entreprises exploitent

Plus en détail

Sage 100 Comptabilité

Sage 100 Comptabilité Sage 100 Comptabilité A la dimension de vos enjeux financiers L actualité économique nous le montre chaque jour, la gestion comptable et financière a un impact déterminant sur le fonctionnement et la santé

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

Comores. Entreprises de crédit différé

Comores. Entreprises de crédit différé Entreprises de crédit différé Loi n 52-332 du 24 mars 1952 [NB - Loi n 52-332 du 24 mars 1952 relative aux entreprises de crédit différé] Art.1.- Sont considérées comme entreprises de crédit différé, toutes

Plus en détail

DCG 10. Comptabilité approfondie. LMD Expertise comptable. 4 e édition. Application & cas corrigés. Sup FOUCHER

DCG 10. Comptabilité approfondie. LMD Expertise comptable. 4 e édition. Application & cas corrigés. Sup FOUCHER LMD Expertise comptable COLLECTION DCG 10 Comptabilité approfondie Application & cas corrigés 4 e édition Sous la direction d Alain Burlaud Micheline Friédérich Sup FOUCHER DANGER LE PHOTOCOPILLAGE TUE

Plus en détail

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité.

GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES. Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. GLOSSAIRE TERMES ECONOMIQUES ET COMPTABLES Actif : (partie gauche d'un bilan) Ensemble des biens et des droits dont dispose une entreprise pour exercer son activité. Action : Titre de propriété d'une fraction

Plus en détail

Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données

Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données Evry - M2 MIAGE Entrepôt de données Introduction D. Ploix - M2 Miage - EDD - Introduction 1 Plan Positionnement du BI dans l entreprise Déclinaison fonctionnelle du décisionnel dans l entreprise Intégration

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot.

Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. Recommandation n 9 relative à l information réciproque de l acquéreur et du syndic en cas de vente amiable d un lot. La Commission, Considérant que les articles 19 et 20 de la loi n 65-557 du 10 juillet

Plus en détail

Département Génie Informatique

Département Génie Informatique Département Génie Informatique BD51 : Business Intelligence & Data Warehouse Projet Rédacteur : Christian FISCHER Automne 2011 Sujet : Développer un système décisionnel pour la gestion des ventes par magasin

Plus en détail

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international

Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international ENTREPRISES cycle d exploitation commerce international CyclÉa CGA Performance CGA Export Le financement et la gestion de vos créances clients en France et à l international Les engagements de CGA En cédant

Plus en détail

Le surendettement LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 22

Le surendettement LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 22 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 22 Le surendettement Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris

Plus en détail

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre

Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre 6 7 Gestion quotidienne performante Pilotage et analyse Automatisation des processus Sage 100 Suite Comptable et Financière : la clé de l équilibre Centre névralgique de l entreprise, le système comptable

Plus en détail

L'infocentre sert à prendre des décisions opérationnelles basées sur des valeurs courantes

L'infocentre sert à prendre des décisions opérationnelles basées sur des valeurs courantes II - II 1ère génération 13 2ème génération : Entrepôt de données / Magasin de données 15 3ème génération OLAP 16 Références Bibliographiques 18 A. 1ère génération Infocentre Tableur Base de données Infocentre

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

Article 6 Article 7 Article 8

Article 6 Article 7 Article 8 Loi n 98-4 du 2 février 1998, relative aux sociétés de recouvrement des créances telle que modifiée par les textes subséquents et notamment la loi n 2003-42 du 9 juin 2003. Article premier- La présente

Plus en détail

Je voudrais également exprimer mes remerciements sincères à

Je voudrais également exprimer mes remerciements sincères à Remerciement : Je voudrais tout d abord exprimer ma profonde reconnaissance à Mr GHALY ABDELHAMID chef division gestion clientèle mon responsable de stage, qui a dirigé mon travail ; ses conseils et ses

Plus en détail

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD)

FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) FICHE CONCEPT 01 ETL (EXTRACT TRANSFORM & LOAD) BIEN GERER SES REFERENTIELS DE DONNEES : UN ENJEU POUR MIEUX PILOTER LA PERFORMANCE DE SON ETABLISSEMENT octobre 2008 GMSIH 44, Rue de Cambronne 75015 Paris.

Plus en détail

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005-10

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005-10 Tunis, le 14 juillet 2005 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2005-10 Objet : Tenue et administration des comptes de certificats de dépôt et des comptes de billets de trésorerie. Le Gouverneur de

Plus en détail