Etude de cas. Matière : Stratégique Industrielle Pr. : Mohammed RAJAA I-CONDITIONS DE BASE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude de cas. Matière : Stratégique Industrielle Pr. : Mohammed RAJAA I-CONDITIONS DE BASE"

Transcription

1 Université Abdelmalek essaadi Faculté Polydisciplinaire Tétouan Matière : Stratégique Industrielle Pr. : Mohammed RAJAA I-CONDITIONS DE BASE Etude de cas Pour bien analyser la demande, nous allons nous focaliser sur les produits laitiers frais (PLF), gamme sur laquelle Danone réalise la plus grande part de son CA. LA DEMANDE : Il est très difficile d obtenir des renseignements sur l élasticité, ces produits étant des biens alimentaires périssable, à durée de vie courte. Logiquement, l élasticité-prix de la demande est faible, si le revenu des consommateurs augmente, ils ne vont pas forcément acheter plus de yaourts. En revanche, l élasticité croisée - prix est plus élevée, si Danone augmente ses prix, les consommateurs vont se reporter sur d autres produits. Cependant, pour certains produits sur lesquels nous reviendrons plus en détail, on peut supposer que l attachement des consommateurs est plus élevé car la spécificité augmente (Cremosso, Straciatella), ou que les produits sont achetés pour leurs vertus (Actimel). Pour ceux-ci, l élasticité croisée est plus faible. Le CA de l activité PLF est composé à hauteur de 79 % par les yaourts et assimilés, de 7% par les aliments infantiles, de 6 % par les fromages italiens et autres, et de 8% par les boissons lactées. GRAPH. Les cycles des PLF Danone sont variables : Cycle de vie du produit Bio, Petit Gervais s te n e V Actimel, Danao Yaourt 1919 Début Lancement Croissance Temps Maturité Déclin 1

2 Les PLF de Danone ont également des produits substituts sur le marché, on pourrait penser qu un substitut du yaourt au fruit pourrait être la compote de pomme, si on est attaché au composant fruit, ou le fromage si on l achète pour son apport en calcium. On constate que c est en Europe occidentale que la croissance des produits laitiers est prépondérante, suivi de l Europe de l Est, puis de l Amérique du Nord, l Amérique Latine et l Asie pacifique. Pour les PLF, Danone est leader dans les pays suivants : France, Estonie, Europe de l Est, Allemagne, Mexique, Benelux, Italie. C est le second aux Etats-Unis. En Afrque et en Amérique du Nord, on peut noter une progression de plus de 10 % dans cette gamme, entre 2001 et Le CA généré par la vente de PLF est réparti de la manière suivante : 33% 27% France Reste de l'europe occicentale Reste du Monde 40% Les PLF sont pour la plus part à destination de grand public, le marché est segmenté au niveau de la gamme de produits : 2

3 - Le Danao par exemple est plus pour les enfants (cf. pub), qui sont en croissance (accent mis sur l apport en vitamines et calcium) - Actimel 0%, Taillefine, sont particulièrement pour les femmes qui veulent garder une silhouette fine. - BIO, Actimel, sont des produits «santé». Cela est renforcé par la nouvelle signature publicitaire de l enseigne, «être mieux chaque jour», qui souligne à la fois l intérêt grandissant pour une alimentation source de bien être et la légitimité de Danone. Petits Gervais est une marque très largement à destination des très jeunes enfants. - D autres produits n ont pas de consommateurs attitrés, c est le cas des Veloutés fruit. L OFFRE : La technologie : Existe-t-il des conditions suffisamment contraignantes sur le secteur des PLF pour expliquer la stratégie du groupe? Les conditions technologiques auxquelles doit se soumettre le groupe reposent dans la certification des produits, le respect des règles de la chaîne du froid, celui des principes d hygiène, la traçabilité etc. Exemple : l approvisionnement en lait : USINES DANONE Coopératives ou laitier privés Coopératives, laitiers privés ou organismes Modèle «Industriel», 350 grandes exploitations, pls centaines de vaches) Modèle «Intermédiaire», 3800 exploitations familiales ou de grandes tailles Modèle «en direct», exploitations familiales (30 à 100 vaches) Agriculture «de subsistance» Milliers de micro exploitations (1 à 5 vaches) Tchéquie, Hongrie, Arabie Saoudite USA, Argentine Cahier des charges détaillé Audit qualité Traçabilité Les impacts environnementaux des activités du groupe : 3 Europe, Pologne, Canada, Russie Turquie, Maroc, Brésil, Bulgarie

4 Les impacts directs, ceux que l entreprise peut maîtriser, concernent les usines et l emballage des produits. Les impacts indirects concernent : l amont : production agricole et première transformation des matières premières : l aval : stockage, transport et distribution du produit jusqu au consommateur final. Les principaux risques et impacts potentiels des activités du groupe Danone sont : la pollution de l eau (pollution organique et biodégradable) les risques liés aux installations frigorifiques (ammoniac et autres fluides frigorigènes) les risques liés au stockage de matières premières (silos à farine ou à sucre) ou de produits dangereux (acides ou bases pour le nettoyage ou la désinfection des installations). L analyse du cycle de vie du yaourt réalisée en 2001 montre que les impacts directs, sans être négligeables, sont moindre que les impacts indirects. La production des matières premières agricoles est la partie du cycle de vie qui a les plus fortes incidences sur l environnement. Les leviers d action : L organisation des filières commerciales des produits agricoles ou le faible poids du groupe Danone dans certains achats mondiaux ne lui permet pas d exercer une influence directe sur les conditions de production. Selon la nature des achats, le groupe dispose de différents leviers d action. En tant qu acheteur, il peut intégrer des critères sociaux et environnementaux dans les cahiers des charges et dans la sélection des fournisseurs. Cette démarche ne peut cependant s appliquer qu aux fournisseurs directs qui, dans bien des cas, sont les transformateurs de matières premières agricoles et non les producteurs. Pour toucher indirectement les producteurs agricoles, Danone peut utiliser sa stature internationale afin de contribuer à la définition de standards de production durable. Le tableau ci-dessous présente un aperçu simplifié des risques sociaux et environnementaux liés à la production et à la transformation des matières premières agricoles et de la capacité d influence du groupe. Risques sociaux et environnementaux liés à la production agricole Producteurs de lait Transformateurs de fruits, de cacao, sucriers, meuniers, raffineurs de matières grasses Production de fruits, betteraves à sucre et céréales (en Europe), Transformateur primaire de matières grasses Production de Cacao, huile de palme, canne à sucre Production céréales Europe) de (hors Influence DANONE 4

5 Culture d entreprises : Le changement de stratégie amorcé en 1997 (diversification et autonomie vers le recentrage et la transversalité) s est appuyé sur l héritage de 2 anciens éléments fédérateurs : les hommes et la finance. La culture d entreprise est basée sur la simplicité, le pragmatisme, la réactivité et l enthousiasme. Les valeurs du groupe sont l ouverture d esprit, l enthousiasme et l humanisme. L importance des relations sociales s inscrit dans un double projet économique et social et se traduit par une proximité syndicale et la participation des salariés du groupe. Le style de management est donc direct, ouvert, et basé sur la proximité. II-LA STRUCTURE _Les clients : Le groupe Danone dispose d outils centralisés de suivi et de contrôle pour mieux appréhender son risque client. Les importants mouvements de concentration observés ces dernières années ont entraîné une augmentation du poids relatif des principaux clients du groupe. Cette évolution a cependant permis de concentrer les principaux risques du Groupe sur un nombre limité d enseignes disposant généralement d une solidité financière reconnue. Le groupe dispose d un programme de couverture permettant de minimiser les conséquences financières en cas d incident de paiement majeur survenant avec un de ses principaux clients. Les dix principaux clients représentent 35% du chiffre d affaire du groupe. Enfin, Carrefour est le premier client avec plus de 10% des ventes totales. _Les Concurrents : L industrie du lait liquide, des produits frais et du beurre se caractérise par la forte présence des PME agroalimentaires. Ces dernières, qui sont pour la plupart des sociétés de moins de 50 salariés, ne contribuent que marginalement à l activité du secteur, environ 6,2% du CA de l ensemble. La concentration du secteur est très importante. Les grandes entreprises de plus de 200 salariés génèrent 71 % du CA du secteur. Ces 5 grandes entreprises représentent des parts de marché très importantes. Entreprise CA en 1999 (million Euro) Activités Principales DANONE Produits laitiers frais, Boissons, biscuits LACTALIS Lait et produits laitiers, viande, fruits Nestlé France Produits laitiers, surgelés BONGRAIN Fromage, produits laitiers SODIAAL Lait et produits laitiers 5

6 _Les barrières à l entrée : Danone est n 1 des PLF, il est leader sur son marché. Avec toutes les fusions acquisitions, l entreprise réalise des économies d échelle importantes donc des coûts relativement faibles. Ces relations privilégiées avec les fournisseurs lui permettent d avoir des avantages en coûts de production et de transaction. Ils se permettent donc de pratiquer des prix difficilement imitables car très bas, ce qui constitue une barrière importante contre l implantation de nouveaux concurrents. Cela est renforcé par le fait qu elle maîtrise mieux ses technologies, ses approvisionnements et bénéficie d une renommée en terme de qualité et de bien fait pour la santé (insistance des «alicaments». Différenciation : Danone veut être présent sur tous les segments du marché, pour satisfaire les consommateurs et faire des économies d échelle, et acquérir des parts de marché supplémentaire. Rappel des exemples de différenciation de produits au sein des PLF : Taillefine : segment de la diététique, de la femme Petit Gervais : segment de l enfant en croissance Actimel : segment de la santé Cremosso, Straciatella, Danette : Gourmandise, dessert Danao : segment de la boisson Au niveau des parts de marché, Danone est n 1 du marché mondial des PLF avec 22 millions de tonnes vendues par an. Il est ainsi leader en 2002 avec 18 % de PdM, soit 4,5 % de plus que le second, sur des gammes élargies telles que les yaourts, desserts, et fromages frais. III- COMPORTEMENTS Investissements : Les investissements financiers : ils concernent surtout des fusions- acquisitions et des participations. Ainsi, en 2001, les investissements financiers concernant les PLF étaient : la prise de participation de 50.1 % dans la société Alsafi (produits laitiers frais en Arabie Saoudite) des participations complémentaires dans les sociétés Mecaniver (holding belge portant les investissements du groupe aux USA dans les eaux et PLF, Galbani (PLF en Italie) En 2002, ils concernaient : une participation complémentaire dans la société ZYWIEC ZDROJ (en Pologne) ; une prise de participation de 10.1 % dans la Sté National Foods, et de 6% dans la Sté Wimm Bill Dann. Les investissements d immobilisation et industriels: On peut noter parmi de nombreux projets celui de Calais qui accueille un centre d appel téléphonique depuis fin 2003, celui d Evry avec la création en 2005 d un centre commercial 6

7 thématique dédié à l habitat. A ces 2 projets s ajoutent l implantation d une société agroalimentaire à Château Thierry qui est d ores et déjà engagée. En Belgique, un parc d activité à vocation industrielle, logistique et tertiaire prévu pour 2004 est en cours de réalisation, sur le site de Beveren. La Recherche et développement chez Danone : Opérationnel depuis 2002, «Danone Vitapole», un bâtiment accélérateur de synergies scientifiques, rend possible une étroite collaboration entre la recherche et les équipes de développement des 3 métiers du groupe. Environ 500 chercheurs, ingénieurs et techniciens R&D de plus de 20 nationalités différentes sont désormais rassemblés dans ce centre qui accueille 60% des compétences R&D mondiales du groupe. Se rapprocher pour générer des connaissances applicables à Court et moyen terme, construire plus vite des concepts de rupture, décliner ces innovations sur les 3 métiers du groupe et les déployer dans plusieurs pays, tels sont les objectifs de Danone Vitapole. En se rapprochant de l ensemble des partenaires d innovation que sont le marketing, les achats et industriels, la R&D devient plus proche des consommateurs, sur tous les marchés, plus rapide dans la conception et le lancement de nouveaux produits, et donc plus forte. Danone Vitapole se concentre autour d une idée essentielle : réunir les métiers R&D et combiner les savoir-faire en favorisant sa créativité et les partages des compétences et des équipements au service de toutes les marques du groupe. Encadré par des ailes latérales, abritant les bureaux et labos, Danone Vitapole se concentre autour d une halle technologique central de m² constitué d ateliers pilotes semi industriels. Ces pilotes PLF, biscuits, eaux, fruits et bio procédés sont équipées de plates-formes automatisées et modulables capables de simuler les processus industriels. L exemple type est celui du yaourt «Cremosso» ; comment offrir aux consommateurs un yaourt à texture crémeuse, véritable symbiose du plaisir et de la santé? Ainsi était lancé en Avril 2001 le défi de l onctuosité auprès des équipes R&D de Danone Vitapole. Pour construire de véritables barrières techniques reposant sur le cœur du métier du groupe, le ferment, Danone Vitapole devait se focaliser sur le socle le plus difficile à bâtir, l onctuosité sans matières grasses. La marque Vitalinéa, mondialement déployée, serait le porteur de cette attente. Seule une démarche intégrée et pluridisciplinaire pouvait alors permettre de relever ce défi en quelques mois. La prise en compte des préférences alimentaires des consommateurs (typologie texture, préférences des fruits, couleurs, brillance), la valorisation du pouvoir texturant naturel des protéines du lait et l exploration des nouvelles technologies de lissage ont alors été assemblées pour lancer, en moins de 4 mois, la marque «Cremosso». Les fournisseurs : Le groupe accorde plus d attention aux fournisseurs quelques soient leur place dans la filière. Cela concerne surtout les coopératives et les fournisseurs d ingrédients laitiers. Désormais les audits réalisés par le groupe auprès de ses fournisseurs portent sur le respect, par leurs 7

8 fournisseurs, d un certain nombre d exigences. Si, les fournisseurs ne veulent pas s engager à les faire respecter, Danone ne les référence plus et ce dans tous les endroits du Monde. Pour les fruits et préparations à base de fruits, le groupe les achète presque exclusivement auprès d un nombre de fournisseurs clairement identifiés, limités dans le Monde. Afin de mieux connaître pour mieux maîtriser le marché du fruit, le groupe a initié en 2002 une démarche visant à accompagner, pour certaines cultures, ses fournisseurs lors des audits qu ils réalisent auprès de producteurs avec lesquels ils travaillent. Ceci permet au groupe d imposer à ses fournisseurs certaines exigences, comme par exemple la mise en place de plans de surveillance afin de vérifier l absence de pesticides. Le cas échéant, Danone finance les analyses. Présentation de la chaîne alimentaire des PLF : Politique de produits, politique de prix : «Être mieux chaque jour» La politique de produit de Danone correspond à renforcer une position de numéro 1 mondial, en valorisant un portefeuille de marques et de produits inégal, fruit d une expérience R&D et d un savoir industriel unique. Pour Danone il faut réussir l alliance de la santé et du plaisir en répondant de façon très réactive aux attentes des consommateurs et à leurs nouvelles tendances. La R&D du groupe fait de l alliance plaisir et santé une de ses priorités. Ainsi afin de répondre aux besoins nutritionnels des enfants, Danone, capitalisant sur ses produits et marques internationales, a développé et lancé avec succès Rastishka en Russie, Nutrichocco au Brésil, Danette-Goûter en France. De la même façon, les avancées de la recherche et de l innovation ont permis l élaboration de textures crémeuses, surtout pour les produits sans matières grasses. Après le succès de «recette crémeuse», Vitalinéa et Crème de Yoghourt, le groupe décline cette maîtrise technologique avec «Bio Crémeux», «Cremosso», et «Velouté» en France et «Light and fit cream» aux Etats-Unis. La Publicité : Pour sortir du lot, Danone mise massivement sur la publicité : Une enveloppe de 309 millions d euros a été consacrée à la publicité en France en 2003, le double de l année précédente. En devançant l automobile, la distribution et autres poids lourds habituels, Danone n a pas seulement créé un précédent. Le groupe agro-alimentaire témoigne de la nécessité pour les produits de «marques» d investir massivement pour maintenir leurs parts de marché. On peut noter que Nestlé, avec 240 millions d euros investis en 2003 (+36.3%), est le 3 ème de ce palmarès, juste derrière Renault. Le principal souci de ces enseignes est de sortir du lot, de faire face aux marques de distributeurs (Carrefour, Auchan), et au hard discount. Entre 1998 et 2003, les investissements publicitaires de Danone dans le Monde sont passés de 595 millions d euros (4.6% du CA global), à 880 millions d euros (6.7% du CA). Ce qui représente une évolution de 48% en 5 ans.. Franck Riboud se veut très combatif sur cet aspect : «Je ne considère pas la publicité comme une dépense mais comme un avantage 8

9 compétitif sur des concurrents obligés, pour la plus part, de réduire leurs budgets. En 2004, on serait idiot de ne pas enfoncer le clou». Danone veut néanmoins peaufiner sa stratégie. En télévision par exemple, il a surinvesti en 2003, sur des écrans «puissants» de TF1 (plus de 12% d audience), afin de promouvoir certains PLF, avec un gain de 1.5 points de parts de marché à la clé. Danone a aussi diversifié les médias, en misant sur la pub radio. Du coup, le groupe s arroge aussi le titre de premier annonceur radio en Enfin, Danone, marque «ombrelle» pour une ribambelle de produits, entend faire évoluer un discours souvent centré sur le hard-selling vers un style plus soft, et très tendance, autour du bien être et d une relation de proximité avec le consommateur. A l instar de son spot pour Evian, signé Euro RSCG BETC, les voix de la jeunesse, sur la reprise d une chanson de Queen (We will rock you), sacré pub préférée des français au cinéma et à la télévision. La politique de ressources humaines : La gestion des RH fait depuis longtemps la spécificité et la force du groupe Danone. La structure des RH s articule autour de 3 directions : le développement des dirigeants le développement des ressources (répondre et définir les enjeux stratégiques, les outils et processus communs) le développement, l organisation et la formation (bâtir, valider les organisations corporate, définir les comportements génériques et les formations). Les hommes restent ainsi une ressource transversale. La force de la politique RH de Danone réside dans la politique de gestion des cadres. Les principales caractéristiques de la gestion des cadres sont : une politique forte de développement une implication sociale favorisant la représentation syndicale ou collective l organisation des compétences en amont (employabilité) le développement de la notion d entreprise citoyenne et la notion de responsabilité sociale La politique est orientée pour générer des managers internationaux (passage obligatoire pour les dirigeants). Ils ont mis en place un processus en 3 étapes de développement des ressources à l aide d outils et d un langage commun au groupe dans le monde entier et favorisant le souplesse : revue Personnel et développement : outil commun d évaluation autour de la définition du management chez Danone revue des managers. Identifier et valider des potentiels en comités de direction, assurer leurs projections dans le futur pour l établissement du plan de remplacement le comité ressources au niveau corporate, managers spécialisés par fonction, anticipation des parcours des HP (Hauts Potentiels). On note que chez Danone la hiérarchie est un véhicule moteur de la culture. Le recrutement : Il se fait à 80% en interne. La difficulté des politiques RH est de trouver des personnalités en adéquation avec les valeurs du groupe. (Politique de gestion des compétences) 9

10 La rémunération : La politique de rémunération globale et mondiale se fait par les directeurs et les managers. Sa composition est traditionnelle : un fixe un bonus (15 à 40%) des stocks-options des participations et/ou intéressement Cette politique s appuie sur une notion d équité interne et d un «grading», c'est-à-dire qu elles varient de +20 à -20 % en fonction de l évaluation faite par cette hiérarchie. Les stocks option sont distribuées aux 150 dirigeants et 600 directeurs mais s étendent de plus en plus aux HP et aux managers. On constate chez Danone un faible Turnover. La qualité du recrutement et les valeurs du groupe entraînent une très grande fierté d appartenance. Danone attache beaucoup d importance à ses salariés. Une des stratégies de Danone est d être attractif dans les pays où le groupe est présent. En matière de rémunération des managers, la Sté s engage à être au dessus de la rémunération médiane du marché général, c'est-à-dire tous secteurs confondus dans un pays donné. Celle-ci est déterminée par le niveau de responsabilité et la contribution de chacun au résultat. 30% des salariés du groupe bénéficient d un intéressement. Un système de classification des managers permet à chacun de situer son niveau. 200 Rémunération (base 100=salaire moyen du secteur alimentaire dans le pays) Bulgarie Hongrie Pologne Russie Tchéquie Ouvriers de ligne Techniciens logistiques Les responsabilités sociales et environnementales chez Danone : Des objectifs précis pour l environnement industriel ont été fixés par le comité Exécutif du groupe en Septembre 2001 : -conformité des sites avec la réglementation et mise sous contrôle des risques ; -réduction des consommations d eau et d énergie d ici 2010 ; Généralisation de la certification ISO d ici fin

11 Un réseau de correspondants environnement dans l ensemble des filiales du groupe permet d assurer un suivi et une mise en œuvre de ces objectifs. Tableau : Un système de management environnemental certifié ISO Enjeux Objectifs Moyens/outils Indicateurs Maîtriser les Conformité Audits Nombre d audits risques et réduire réglementaire Veille Réalisés et de les impacts et mise sous réglementaire plans d action environnementaux contrôle des Plans d actions suivis des usines risques Investissements Investissements Revue Budgétaire Environnement Faire entrer la Certification Formation Nombre d usines gestion de ISO Réseau ayant lancé la l environnement des usines environnement certification industriel dans une (2004) Partage de bonnes Nombre d usines dynamique pratiques certifiées d amélioration continue Le Groupe a construit sa politique environnementale autour du référentiel international ISO Les nombreux guides et outils créés autour de cette norme permettent aux sites industriels d avancer vers la certification. Ainsi, des 203 sites industriels faisant partie du périmètre d intégration global du Groupe, 64 usines étaient certifiées avant fin Le pourcentage de sites certifiés plafonne autour de 30% du total des sites depuis plusieurs années du fait que de nombreuses acquisitions ont été réalisées. Ce chiffre ne reflète donc pas complètement la dynamique du groupe Danone comme l illustre l évolution du nombre de certification. IV- PERFORMANCES Efficacité : Au niveau des PLF, on constate l évolution suivante entre 1999 et 2003 : Année CA PLF (en millions d euros) Soit une progression du CA sur base comparable : Année CA +6.8% +9.4% +9.6% (La moyenne mondiale est de +4% entre 2002 et 2003) Pour les PLF, la croissance ne se ralentit pas. Porté par la force de ses marques, un positionnement Santé universellement reconnu, son savoir-faire en matière de déploiement international, et sa stratégie de proximité, le pôle poursuit sa conquête du monde. 11

12 Les PLF, qui, en 2003, représentent 47% des ventes du groupe, parviennent aujourd hui à générer de la croissance, quelles que soient la spécificité du contexte géographique, conjoncturel et concurrentiel. Un même dynamisme sur les marchés matures et sur les marchés émergents : En Europe par exemple, où il y eut une croissance de 8% entre 2002 et 2003, le développement est tiré de manière égale par les marchés matures de l Ouest, et ceux, en construction, de l Europe centrale et orientale. Le pôle a d abord confirmé et renforcé son leadership sue ses marchés historiques, puis s est stabilisé à son plus haut niveau de parts de marché en France, suivi d une progression des ventes de +8% en Espagne, mais aussi le taux de croissance à 2 chiffres en Allemagne, Portugal, Italie, Belgique, Grande Bretagne et Irlande. On note en Pologne une accélération de croissance au second semestre, grâce à des innovations de produits et des nouvelles campagnes de publicité. On peut noter en Russie des performances très solides et une croissance très forte (+20%). En Amérique du Nord, l espace géographique très dynamique, le développement très rapide du Canada, la confirmation de place de numéro 2 au second semestre aux Etats-Unis, malgré un 2 nd semestre difficile. En Amérique Latine, à Mexico et en Argentine, il y a une progression très rapide de ses volumes. En Afrique, on peut noter de bonnes performances en Afrique du Sud, et des progressions spectaculaires en Afrique du Nord et au Moyen-Orient. Ces croissances sont la conséquence depuis quelques années d innovation de la part du groupe. Ainsi, ce sont la gamme allégée, avec Taillefine, Vitalinéa, la gamme au Bifidus avec les noms BIO et Activia, la gamme de fromage frais pour enfants (Petits Gervais aux fruits, Danonino), qui tirent la croissance. Exemple : Vrai moteur de croissance dans les pays où elle est présente, la boisson probiotique Actimel a vu ses ventes progresser de 30% en De même ; on note le succès de Danao, mélange de lait et de jus de fruit, qui enregistre un croissance de plus de 20 % de ses ventes grâce au lancement réussi de son petit format en Espagne, et à la consolidation de ses positions en France et en Arabie Saoudite. Chiffre d affaire par Zone : CA des PLF par Zone Reste du Monde 26% Europe 74% 12

13 CA des PLF par segment : CA des PLF par segment Alimentation infantile 8% Yaourts et assimilés 92% Rentabilité / Profits : Nous allons analyser ici de manière succincte les comptes du groupe Danone, la partie Analyse et Gestion Financière le développera en détail. Les principaux chiffres financiers sont les suivants (En millions d euros) : CA CA -3.1% Résultat Opérationnel Bénéfice net Ratio d endettement 72% 39% 49% Investissements financiers On constate une légère diminution du CA entre 2001 et 2003, qui s explique surtout par une stratégie de consolidation des comptes. La stratégie financière adoptée est la conséquence d une mauvaise conjoncture économique (guerre en Irak), pour s assurer une croissance à long terme. La consolidation financière est confirmée par la baisse des effectifs donc de l emploi au sein du groupe Danone (Baisse des effectifs pour augmenter le cours de l action, et consolider les finances). 13

14 L'évolution des effectifs inscrits au CONCLUSION Danone par sa taille, son chiffre d affaire et sa position de leader au niveau mondial sur les marchés des produits laitiers a tout de la grande entreprise capitaliste contre laquelle les «anti-mondialisations» devraient s insurger. Or elle bénéficie d une excellente image de marque auprès des français qui lui font confiance et apprécient ses produits. Cela n est pas le fruit du hasard mais le résultat d un politique marketing au niveau des produits, des prix et de la communication entre autres qui a toujours été mené avec intelligence et stratégie. Danone répond aux attentes des consommateurs en matière de qualité des produits et de sécurité et se permet ainsi de les faire payer un peu plus cher ses produits. Au niveau français, Danone n a plus grand chose à prouver, elle doit simplement conserver son image de marque en maintenant sa politique actuelle, en revanche, elle cherche toujours a étendre sa performance au niveau mondial notamment elle s intéresse aux marchés pays qui constituent des marchés «juteux». Perspectives : Danone devrait continuer à voir sa taille prendre plus d ampleur, sans que la rentabilité en pâtisse. Différents facteurs militent en ce sens : -une présence plus affirmée sur les marchés dont la vigueur démographique alimentera sa croissance. - Les gains de productivité attendus à l issu des opérations de restructurations européennes. -un rythme d investissements fondés sur de généreuses capacités d endettement. Mais ce développement s accompagnera de nouvelles prises de marchés, que si il modifie sa stratégie assise traditionnellement sur un savoir faire marketing. Un effort supplémentaire en faveur de l innovation et de la recherche demeure la condition nécessaire dans un contexte concurrentiel largement dominé par la mise sur le marché de nouveaux produits. 14

15 15

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Philippe SIRAULT Etude de cas Danone Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Sommaire Introduction Diagnostic Externe Diagnostic Interne Stratégie de Danone Conclusion Présentation

Plus en détail

Démarche d analyse stratégique

Démarche d analyse stratégique Démarche d analyse stratégique 0. Préambule 1. Approche et Démarche 2. Diagnostic stratégique 3. Scenarii d évolution 4. Positionnement cible 2 0. Préambule 3 L analyse stratégique repose sur une analyse

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL EN BREF Rexel, leader mondial de la distribution professionnelle de produits et services pour le monde de l énergie La mission

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

Construire demain. Franck Riboud Président Directeur Général

Construire demain. Franck Riboud Président Directeur Général Construire demain Franck Riboud Président Directeur Général Construire demain 1 2 3 Construire la référence r rence mondiale de l alimentation l et de l innovation l santé Construire une présence planétaire

Plus en détail

C o m m u n i q u é d e p r e s s e

C o m m u n i q u é d e p r e s s e Conférence tél. / webcast pour médias & analystes aujourd hui à 09h00 HEC Le leader mondial des fabricants de chocolat se renforce considérablement dans la transformation du cacao Barry Callebaut s apprête

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Chiffre d affaires du 3 ème trimestre et des 9 premiers mois 2013 16 octobre 2013 Croissance organique des 9 premiers mois : +5,5% Tendances solides dans l ensemble du Groupe Impact

Plus en détail

ISO 22000 : Une norme internationale dédiée à l agroalimentaire

ISO 22000 : Une norme internationale dédiée à l agroalimentaire ISO 22000 : Une norme internationale dédiée à l agroalimentaire Par : EL ATYQY Mohamed, Ingénieur I.A.A www.azaquar.com Sommaire : 1. INTRODUCTION...2 2. Genèse de la norme ISO 22000...2 3. PRINCIPES DE

Plus en détail

Catalogue Audit & Conseil 2015

Catalogue Audit & Conseil 2015 Catalogue Audit & Conseil 2015 Because you care about CONSUMERS HEALTH HACCP Expertise, votre partenaire en sécurité des aliments Présentation du catalogue 3 solutions pour vous accompagner Audit : Mesure

Plus en détail

Etude sur l industrie alimentaire au Maroc

Etude sur l industrie alimentaire au Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs Etude sur l industrie alimentaire au Maroc Avril 215 Plan 1. Contexte mondial 2. Indicateurs clés 3. Production et balance commerciale 4. Principales

Plus en détail

Les fondements d une GPEC

Les fondements d une GPEC Les fondements d une GPEC 4 décembre 2013 Page 1 Les fondements d une GPEC La partie de l'image avec l'id de relation rid2 n'a pas été trouvé dans le fichier. La partie de l'image avec l'id de relation

Plus en détail

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale

Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Projet n 1 Création d une structure pour l agriculture durable et la production alimentaire artisanale Résumé L intérêt et la motivation à tous les niveaux politiques en faveur du développement durable,

Plus en détail

GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015. Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015

GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015. Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015 GROUPE BEL PERFORMANCES ET PERSPECTIVES 2015 Sablé-sur-Sarthe 24 juin 2015 LE GROUPE BEL 150 ANS DE SUCCESS STORY Antoine Fiévet, Président-Directeur Général 150 ANS D AUDACE FAMILIALE ET D EXPERTISE 1865

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Communiqué de presse Groupe Barry Callebaut Ventes pour le 1 er trimestre de l exercice 2014/15 Un début d exercice nettement supérieur à la croissance du marché mondial Volume des ventes en hausse de

Plus en détail

LA TÉLÉVISION. Les chaînes thématiques ralentissent la progression

LA TÉLÉVISION. Les chaînes thématiques ralentissent la progression CONTRIBUE À L ÉQUILIBRE DU MARCHÉ EN VALEUR BRUTE Sur le premier semestre 2013, la télévision cumule 4,9 milliards d euros de recettes brutes. Le média génère donc un surplus de +120,3 millions d euros

Plus en détail

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009

Résultats du 1er Semestre 2009. 31 août, 2009 Résultats du 1er Semestre 2009 31 août, 2009 Groupe Hi-media La plateforme de monétisation leader en Europe Hi-media est le premier groupe de media online en Europe en terme d audience et de part de marché

Plus en détail

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011

Réunion actionnaires. Strasbourg. 14 décembre 2011 Réunion actionnaires Strasbourg 14 décembre 2011 Sommaire Général A la découverte d Edenred Stratégie Dernières tendances et perspectives 2011 Réunion actionnaires 14 décembre 2011 - Strasbourg 2 Sommaire

Plus en détail

Présentation des résultats 1999 30 mars 2000

Présentation des résultats 1999 30 mars 2000 Présentation des résultats 1999 30 mars 2000 L activité Le métier Les perspectives L activité Un marché animé par plusieurs facteurs positifs Un besoin accru de suivi des marchés les consommateurs-citoyens

Plus en détail

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée

Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée Huttepain Aliments et Prios Groupe : une relation de confiance dans la durée En optant pour le progiciel Déclic de Prios Groupe, Huttepain Aliments s est doté d une solution métier taillée sur-mesure,

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse

Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse Le 25 février 2015 - INFORMATION - PRESSE Résultats du premier semestre 2014-2015 Bonduelle : des résultats record et des objectifs annuels de rentabilité revus en forte hausse Le chiffre d affaires du

Plus en détail

ALIMENTS INFANTILES DE DIVERSIFICATION

ALIMENTS INFANTILES DE DIVERSIFICATION ALIMENTS INFANTILES DE DIVERSIFICATION Première caractérisation du secteur (données 2012) SYNTHESE Etude du secteur des sauces condimentaires-oqali Données 2011-Edition 2013 EDITION 2014 Synthèse de l

Plus en détail

Danone et les pays émergents. Emmanuel Faber Directeur Général Asie

Danone et les pays émergents. Emmanuel Faber Directeur Général Asie Danone et les pays émergents Emmanuel Faber Directeur Général Asie Environ 3 milliards de personnes vivent avec moins de 2 euros par jour Danone et les pays émergents Comment apporter la santé par l alimentation

Plus en détail

Forum Agropur Coopératives agricoles : Renforcer la compétitivité et saisir les nouvelles opportunités

Forum Agropur Coopératives agricoles : Renforcer la compétitivité et saisir les nouvelles opportunités www.pwc.com Forum Agropur Coopératives agricoles : Renforcer la compétitivité et saisir les nouvelles opportunités Un modèle fortement développé en Europe Nombre de coopératives du Top 50 par région 38

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE

DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE 2010 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DOSSIER DE PRESSE MAI 2010 OMMUNIQUÉ MUNIQUÉ DE PRESSE AI 2010 0 AUCHAN PROPOSE UNE OFFRE PERMANENTE DE DANS LA LIGNÉE DE SA POLITIQUE DE DISCOUNT RESPONSABLE QUI VISE À RENDRE ACCESSIBLES À TOUS LES CONSOMMATEURS

Plus en détail

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012

Numéro 25 - avril 2015. Les entreprises agroalimentaires en 2012 Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Numéro 25 - avril 215 Télécharger les données de l ensemble du dossier au format tableur Agreste Les Dossiers - n 25 - avril 215 Les entreprises agroalimentaires

Plus en détail

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08)

Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Projet Fish & Catering Sector (Mise à jour du 13/10/08) Une initiative conjointe de : En association avec : A. Introduction de la notion «d alimentation durable» en restauration collective. La notion «d

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020.

Sommaire. Carte de visite. Evolution de l activité. Les clés du succès. Les principales contraintes. Axes stratégiques: Horizon 2020. FEVRIER 2014 Sommaire Carte de visite Evolution de l activité Les clés du succès Les principales contraintes Axes stratégiques: Horizon 2020. Carte de visite: chiffres clés Nombre d adhérents : 13 500

Plus en détail

Etude d un réseau de distribution Une enseigne du groupe Beaumanoir

Etude d un réseau de distribution Une enseigne du groupe Beaumanoir Le Clerc de la Herverie Maxime Master 2 services en réseau et e-business Etude d un réseau de distribution Une enseigne du groupe Beaumanoir R. Perrigaut Cours de Réseaux de distribution 2007-2008 1 Résumé

Plus en détail

Filières laitières. beurre / crème / fromages / Les cahiers de FranceAgriMer 2009 / Données statistiques / ÉLEVAGE. /33

Filières laitières. beurre / crème / fromages / Les cahiers de FranceAgriMer 2009 / Données statistiques / ÉLEVAGE. /33 beurre / crème / fromages / cheptel / collecte / consommation vaches / brebis / chèvres / échanges produits laitiers / France/Europe/Monde Les cahiers de FranceAgriMer 29 / Données statistiques / ÉLEVAGE.

Plus en détail

C O M M U N I Q U É. Résultats du 1 er trimestre conformes au plan de marche du groupe Objectifs 2013 confirmés. Réalisations du premier trimestre :

C O M M U N I Q U É. Résultats du 1 er trimestre conformes au plan de marche du groupe Objectifs 2013 confirmés. Réalisations du premier trimestre : Limoges, le 7 mai 2013 Résultats du 1 er trimestre conformes au plan de marche du groupe Objectifs 2013 confirmés Réalisations du premier trimestre : - Croissance totale des ventes hors effets de change

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014

CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe. 10 juillet 2014 CNP Assurances signe avec Banco Santander un partenariat stratégique de long terme en assurance en Europe 0 juillet 04 Avertissement «Le présent document peut contenir des données de nature prospective.

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Bien plus qu un financement

Bien plus qu un financement Bien plus qu un financement Vous souhaitez étendre votre activité, accroître vos ventes? Vous avez des projets d investissement? Ensemble, on peut accélérer votre développement Vous êtes constructeur ou

Plus en détail

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays

Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Analyse prospective des marchés à l export, par secteur et par pays Octobre 2012 RESULTATS DE L ANALYSE DES COUPLES PAYS/SECTEURS PORTEURS EN FAVEUR DU COMMERCE EXTERIEUR DE LA FRANCE SOMMAIRE Résumé 2

Plus en détail

Teneur en glucides des produits de la Réunion. 15 décembre 2011

Teneur en glucides des produits de la Réunion. 15 décembre 2011 Teneur en glucides 15 décembre 2011 Objectif Avoir des éléments de comparaison de l offre sur : - les produits laitiers frais (PLF) - les boissons rafraichissantes sans alcool (BRSA) entre la Réunion et

Plus en détail

Restauration collective Consommer mieux, consommer local

Restauration collective Consommer mieux, consommer local CONSEIL GÉNÉRAL Direction de la communication Agen, mardi 19 mars 2013 FICHE DE PRESSE Restauration collective Consommer mieux, consommer local A l heure où les Français sont de plus en plus attachés à

Plus en détail

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable!

VISUEL. Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! VISUEL Comment acquérir et conserver une longueur d avance? Osez l innovation responsable! InnovatIon et Supply ChaIn Votre contact Une équipe dédiée pour vous accompagner et répondre à vos questions!

Plus en détail

Alexia ENGELHARD. Olivier HEMMERY. Chef de produit Glaces et Sorbets. Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire)

Alexia ENGELHARD. Olivier HEMMERY. Chef de produit Glaces et Sorbets. Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire) Alexia ENGELHARD Nom Poste Société Le métier Olivier HEMMERY Chef de produit Glaces et Sorbets Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire) Olivier HEMMERY assure la coordination et le suivi

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011

Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 1 Nos performances environnementales, sociales et sociétales en 2011 Éléments méthodologiques sur le reporting environnemental 2011 Sur les données environnementales publiées dans le présent rapport, il

Plus en détail

Chapitre 2. 2.1 Principes de base

Chapitre 2. 2.1 Principes de base Chapitre 2 LA STRATÉGIE DU GROUPE ALTRAD 2.1 Principes de base Au cours du séminaire Altrad 2013, Henri Giscard d Estaing, pdg du Club Méditerranée, décrivait la stratégie comme une vision claire, une

Plus en détail

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude

Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude www.pwc.fr Cartographie et grands enjeux du monde coopératif agricole à l échelle mondiale Synthèse de l étude 3 e journée européenne des coopératives agricoles Septembre 01 édito PwC publie le premier

Plus en détail

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise

Etude de marché. Idée de depart. Etude de l environnement et des offres existantes. Clients. actuels. Choix de la cible précise Etude de marché Selon l Agence Pour la Création d Entreprise (APCE), 70% des cas de défaillance ont pour origine la mauvaise qualité des études de marché, que celles-ci soient mal réalisées ou de manière

Plus en détail

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL / LES ENTREPRISES 2008 DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////2008 Observatoire

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan Le Groupe Renault en 1998 Métier: conception, fabrication et vente d automobiles But: la croissance rentable Objectif: 10% des PdM mondiales en 2010 dont 50% hors Europe

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Les stratégies gagnantes

Les stratégies gagnantes Les stratégies gagnantes Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co A l occasion des crises, on mesure de façon évidente à quel point les entreprises font face à un cercle vicieux destructeur. Faible

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

La stratégie du Groupe BPCE

La stratégie du Groupe BPCE La stratégie du Groupe BPCE 2 edito Groupe BPCE est né en juillet 2009 de la volonté des groupes Banque Populaire et Caisse d Epargne de construire ensemble le deuxième groupe bancaire en France, un groupe

Plus en détail

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO

LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO 1 LA COLLECTE DE DÉPÔTS, UNE ACTIVITÉ STRATÉGIQUE POUR RCI BANQUE. 2012 : 893 MILLIONS D ENCOURS A FIN DÉCEMBRE POUR LE LIVRET ZESTO Le 16 février 2012, RCI Banque a lancé en France le livret d épargne

Plus en détail

R&D, Marketing, Qualité : une méthode en 5 points pour dynamiser l innovation

R&D, Marketing, Qualité : une méthode en 5 points pour dynamiser l innovation R&D, Marketing, Qualité : une méthode en 5 points pour dynamiser l innovation 1 Un guide pour les industriels de l alimentaire : pour quoi faire? L innovation est un levier essentiel de croissance et de

Plus en détail

Parce que vous faire grandir, c est grandir ensemble Notre succès repose sur notre capital humain evenir un hub pour les opérations économiques mondiales, tel est le défi à relever par le Maroc les prochaines

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Cap Investors Jeudi 20 juin 2013

Cap Investors Jeudi 20 juin 2013 Cap Investors Jeudi 20 juin 2013 PHILIPPE BOUAZIZ, Président EDITEUR-INTÉGRATEUR INTERNATIONAL DE LOGICIELS DE GESTION POUR ENTREPRISES Le leader dans l édition de logiciels de gestion(1) sur la zone EMEA

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

clients. Selon une approche pragmatique, PRIOS Groupe cultive : L optimisation des processus

clients. Selon une approche pragmatique, PRIOS Groupe cultive : L optimisation des processus DOSSIER DE PRESSE prios groupe éditeur sectoriel Créée en 1990, La société PRIOS s est spécialisée dans deux activités principales : l agro-alimentaire et l équipement de la personne (gamme Estelle). Depuis

Plus en détail

SOMMAIRE. 1.1 Informations financières clés 6 1.2 Présentation de l émetteur 6 1.3 Informations sur le Document de Référence 8

SOMMAIRE. 1.1 Informations financières clés 6 1.2 Présentation de l émetteur 6 1.3 Informations sur le Document de Référence 8 SOMMAIRE 1 Informations financières clés, présentation de l émetteur et informations sur le Document de Référence 4 1.1 Informations financières clés 6 1.2 Présentation de l émetteur 6 1.3 Informations

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE B

THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE B THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE B ART O F THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF THE BREAK ART OF

Plus en détail

L Indice Environnemental

L Indice Environnemental L Indice Environnemental Historique et position face à l hypothèse de Porter Corinne MERCADIE Responsable Environnement & Emballages 1ere expérience de collecte et de mesure environnementale 2008 à 2010

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

Ventes et résultats semestriels. Paris, le 26 juillet 2011

Ventes et résultats semestriels. Paris, le 26 juillet 2011 Ventes et résultats semestriels Paris, le 26 juillet 2011 Contexte général du 1 er semestre Activité / résultats du 1 er semestre Perspectives 2 S1 2011 : contexte général Environnement général plutôt

Plus en détail

Prix: Amélioration du quotidien des consommateurs

Prix: Amélioration du quotidien des consommateurs DOSSIER DE CANDIDATURE Prix: Amélioration du quotidien des consommateurs Tous les champs sont à renseigner. Date limite de renvoi des dossiers complétés : 3 octobre 2014 à minuit, par mail à l adresse

Plus en détail

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Enquête 2015 Réalisation : ACTEL Données source : Direction régionale des douanes Ile-de-France Ouest 1 Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective

Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Atelier 5 : Structuration de la filière et stratégie collective Soutenir l émergence de stratégies collectives nationales et internationales de filières, et de projets collaboratifs, notamment par le dialogue

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Avril 2015 898 SYNTHESE La valeur des stocks investis en actions cotées à la bourse de Casablanca par les investisseurs

Plus en détail

Financement des IAA et transmission des entreprises

Financement des IAA et transmission des entreprises Les industries agroalimentaires Financement des IAA et transmission des entreprises Quelques constats issus de la Mission conjointe CGAAER/IGF de mai 2012 Académie de l agriculture - 6 mai 2015 MINISTÈRE

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

Forte croissance de l activité de Bureau Veritas au premier trimestre 2011 Chiffre d affaires de 775 millions d euros, en hausse de 23%

Forte croissance de l activité de Bureau Veritas au premier trimestre 2011 Chiffre d affaires de 775 millions d euros, en hausse de 23% 1 COMMUNIQUE DE PRESSE Neuilly-sur-Seine, le 4 mai 2011 Forte croissance de l activité de Bureau Veritas au premier trimestre 2011 Chiffre d affaires de 775 millions d euros, en hausse de 23% Croissance

Plus en détail

notre vision CARTE DE VISITE

notre vision CARTE DE VISITE 360 notre vision CARTE DE VISITE 2012 Malgré un durcissement de la conjoncture économique à partir du second semestre 2011, le Groupe SEB a maintenu son cap et consolidé ses positions sur la plupart des

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan

ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan ÉTUDE DE CAS Alliance Renault-Nissan 1. Le diagnostic stratégique: un pré-requis à la prise de décision Définition du diagnostic stratégique = Analyse conjointe de l entreprise (ses forces / ses faiblesses)

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE : UNE BELLE PERFORMANCE Chiffre d affaires supérieur à un milliard d euros, en hausse de 5,6% hors effets de change Marge opérationnelle courante1 : 25,6% du chiffre d'affaires Marge nette2 : 15,4% du

Plus en détail

Colruyt, CONAD, COOP, E.Leclerc et REWE Group annoncent la création de COOPERNIC, première alliance de distributeurs européens indépendants

Colruyt, CONAD, COOP, E.Leclerc et REWE Group annoncent la création de COOPERNIC, première alliance de distributeurs européens indépendants Bruxelles, le 16 février 2006 Colruyt, CONAD, COOP, E.Leclerc et REWE Group annoncent la création de COOPERNIC, première alliance de distributeurs européens indépendants Le mouvement de concentration des

Plus en détail

ETUDE DE CAS : Global knowledge management at Danone

ETUDE DE CAS : Global knowledge management at Danone Institut supérieur de comptabilité et d administration d entreprise Université de MANNOUBA ETUDE DE CAS : Global knowledge management at Danone Elaboré par : Med Amin ARFAOUI Mohammed AMDOUNI Imen MALLEK

Plus en détail

Catalogue du réseau UBIFRANCE et les Missions Economiques

Catalogue du réseau UBIFRANCE et les Missions Economiques Catalogue du réseau UBIFRANCE et les Missions Economiques UBIFRANCE et les Missions Economiques constituent ensemble le réseau public d appui au développement international des entreprises françaises,

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Marché de restauration collective. Vandoeuvre les Nancy

Marché de restauration collective. Vandoeuvre les Nancy Marché de restauration collective Vandoeuvre les Nancy Mise en place du nouveau marché Public concerné par le marché Cantines Scolaires Foyer des Personnes Agées Portage à domicile Choix politique des

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION...

SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION... SOMMAIRE 1 LA CONSOMMATION... 5 1.1 L EVOLUTION DE LA CONSOMMATION... 5 1.2 LES TENDANCES DE CONSOMMATION... 8 2 LA PRODUCTION... 13 2.1 L EVOLUTION DE LA PRODUCTION... 13 2.2 LES PRODUCTEURS BIOLOGIQUES...

Plus en détail

ECONOCOM acquiert ECS et s impose comme le leader européen

ECONOCOM acquiert ECS et s impose comme le leader européen Résultats 2010 Stratégie & Perspectives RÉUNION D INFORMATION - 17 mars 2011 INTERVENANTS Jean-Louis Bouchard Fait marquant 2010 ECONOCOM aujourd hui Président Jean-Philippe Roesch Directeur Général Résultats

Plus en détail

Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval

Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval Plateforme Régionale d Innovation alimentaire «Nov alim» à Laval Le 9 décembre 2010 P.R.I. «Nov alim» Lycée agricole Laval (53) Visite en présence de Jacques Auxiette, Président du Conseil régional des

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE.

BOURBON. Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 21 mai 2015 BOURBONOFFSHORE. BOURBON Intervention de Jacques de Chateauvieux Président du conseil d administration Assemblée Générale mixte - 2 mai 205 BOURBONOFFSHORE.COM _ BOURBON DEMAIN Mesdames, Messieurs, chers Actionnaires Ceux

Plus en détail

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint

2.2 Etablir un diagnostic stratégique. Documents annexes au PowerPoint 1 2.2 Etablir un diagnostic stratégique Documents annexes au PowerPoint Document 1 Domaines concernés Exemples Facteurs politiques Politiques fiscales, budgétaire, monétaire, sociale Allègement exceptionnel

Plus en détail

Principales aides financières au Développement Export

Principales aides financières au Développement Export Principales aides financières au Développement Export Retrouver en page 5 " L appui régional aux Projets Stratégiques d Entreprises" > Régionales Programme ASTREE / Aide Stratégique Régionale à l Entreprise

Plus en détail

Crédit Agricole Asset Management Nextra: un ambitieux projet européen dans le secteur de la gestion d actifs

Crédit Agricole Asset Management Nextra: un ambitieux projet européen dans le secteur de la gestion d actifs Crédit Agricole Asset Management Nextra: un ambitieux projet européen dans le secteur de la gestion d actifs Conférence de presse, Milan, 10 Janvier 2006 Page 1 Sommaire Logique de l opération Description

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières

Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières www.pwc.com Octobre 2011 Conférence LSA - Préparez vos négociations commerciales 2012! Maîtriser les coûts d achat des matières premières Présentée par François Soubien Partner PwC Strategy Croissance

Plus en détail

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09. Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.2011 Présentation du livre Quelques constats 1. Le management international

Plus en détail

Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence. Les solutions de l axe Seine

Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence. Les solutions de l axe Seine Céréales, Agro-Industrie Hub européen d excellence Les solutions de l axe Seine HAROPA, 1er ensemble portuaire de France Le Port de Rouen, 1er Port européen d exportation de céréales, s est associé aux

Plus en détail

RENFORCE LA CHAÎNE DE VALEUR AJOUTÉE DE SES PARTENAIRES

RENFORCE LA CHAÎNE DE VALEUR AJOUTÉE DE SES PARTENAIRES LA GARANTIE DE L AUTOMOBILE LA COMPAGNIE AUTOMOBILE D ASSURANCE ET DE REASSURANCE ASSOCIÉES est une société de souscription et de gestion en assurance et en réassurance qui RENFORCE LA CHAÎNE DE VALEUR

Plus en détail

Stratégie d investissement responsable

Stratégie d investissement responsable Stratégie d investissement responsable 2 Introduction Dès 2003, le Conseil de surveillance a requis un engagement fort du Fonds de Réserve pour les Retraites dans le domaine de l investissement responsable

Plus en détail

Objectifs pour 2009. Titre du document. 11 mars 2009

Objectifs pour 2009. Titre du document. 11 mars 2009 Objectifs pour 2009 Titre du document 11 mars 2009 Avertissement Certaines déclarations figurant dans ce document ne se rapportent pas à des faits historiquement avérés, mais constituent des projections,

Plus en détail

I. Mercatique et stratégie

I. Mercatique et stratégie 02. LE DIAGNOSTIC 1 I. Mercatique et stratégie A. Stratégie générale Selon Chandler, «la stratégie consiste à déterminer les objectifs et les buts fondamentaux à long terme d une organisation, puis à choisir

Plus en détail