Rapport d étude sous le le thème :: «La La perception des marocains par rapport aux produits allégés»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d étude sous le le thème :: «La La perception des marocains par rapport aux produits allégés»"

Transcription

1 Rapport d étude sous le le thème :: «La La perception des marocains par rapport aux produits allégés»

2 Sommaire Introduction générale Le résumé o o o Rappel des objectifs Les résultats majeurs Les principales conclusions L introduction o o o Les objectifs de l étude Le contexte et hypothèses de travail Les résultats de l étude documentaire La méthodologie o o o o o Nature de l étude Méthode d échantillonnage Problèmes rencontrés Procédures de contrôle Types d analyses L analyse des résultats Les conclusions

3 Conclusion générale Les annexes Introduction générale Avant, La chasse aux régimes s ouvrait comme chaque année à pareille époque. Les magazines féminins rivalisaient d imagination pour proposer le régime le plus efficace pour retrouver la ligne avant l'été. Perdre du poids se faisait pour des raisons esthétiques, pour mieux se sentir dans sa peau, dans son corps, pour attirer, se faire désirer. Aujourd hui, c est aussi et surtout pour éviter la surcharge pondérale, l hypertension artérielle, le diabète, l excès de cholestérol, la goutte, les problèmes articulaires, les maladies cardiovasculaires et même certains cancers qui sont favorisés par le surpoids et l'obésité. Perdre du poids, c'est donc avant tout un geste santé. En Europe, l apparition des différents régimes pour avoir un corps svelte a commencé à partir des années 70, cette apparition a été suivie par la vague des produits allégés de toutes sortes : matières grasses, caféine, sucre, alcool, sel.. dans les années 80, pour enfin donner succession dans les années 90 aux profils nutritionnels, essor des produits enrichis en fibres, vitamines, minéraux, protéines, oméga3...etc. Les années 2000, quant à elles, ont donné naissance à une nouvelle appellation de ces produits allégés au profil nutritionnel, celle des produits actifs ou encore intelligents. Le Maroc n a vécu cette transition aux produits allégés (0%, sans sucre, sans matières grasses ) qu il y a seulement cinq années de ça. En effet, La demande croissante de produits faibles en calories ne

4 cesse de se faire ressentir, d ailleurs le nombre grandissant de produits «light» disponibles sur les présentoirs des grandes et petites distributions le confirme. Le segment du «light» est donc en constante évolution, et touche tout le secteur de l alimentation. Plusieurs facteurs favorisent cette montée de la demande des produits allégés. Le consommateur marocain fait de plus en plus attention à son bien-être et à l'impératif de prendre soin de soi pour avoir une bonne santé et une jolie silhouette. Il ne faut cependant pas confondre produit allégé et produit bio. Si l allégé signifie moins de sucre et de matières grasses, le bio est équivalent de produit naturel dénué de produits chimiques, colorants et autres édulcorants, un produit au goût authentique. L agriculture biologique reste par conséquent non encore développée au Maroc.

5 Le résumé A-Rappel des objectifs: Nos objectifs à travers cette étude seront formalisés par la réponse aux questions suivantes : Comment perçoivent les marocains les produits allégés? Qu est ce qui motive les marocains à consommer les produits allégés? Qu est ce qui dissuade les consommateurs marocains à acheter ce type de produits? Quelles sont les habitudes de consommation des marocains par rapport à ce type de produits (type de produits, fréquence, )? Quel est le profil type des consommateurs des produits allégés? Pour que l analyse soit plus facile à comprendre, nous avons opté pour une analyse par axe, chaque axe traitant chacun des objectifs de notre étude. B- Les résultats majeurs: 1er axe : La perception des marocains vis-à-vis des produits allégés Une grande proportion de nos répondants déclare que l inondation des produits allégés sur le marché marocain n est qu un effet de mode qui ne tardera pas à disparaître. Ce type de produits est donc perçu différemment par les marocains: - les uns pensent qu il est destiné aux personnes ayant des problèmes de santé: diabète, obésité - certains trouvent que c est un bon concept qui assure un équilibre alimentaire - les autres estiment qu ils peuvent représenter des effets néfastes pour la santé 2ème axe : Les motivations et les freins par rapport à la consommation des produits allégés

6 Les marocains consomment ce type de produits pour les avantages qu ils procurent ainsi que la perte de poids. Lors de l achat des produits allégés, les marocains sont motivés par certains critères : le premier segment de consommateurs accorde de l importance au lieu d achat (proche) et merchandising du produit (présentation), le 2 ème segment au prix (raisonable) et qualité (bonne) et le 3 ème, les caractéristiques intrinsèques du produit (composition et notoriété de la marque). 3ème axe : Les habitudes de consommation des marocains par rapport à ce type de produits (type de produits, fréquence, ) Notre échantillon est réparti à parts égales entre consommateurs et non consommateurs des produits allégés, et les produits laitiers constituent les produits consommés par excellence. Malgré la récente présence de ce type de produits au Maroc, les marocains semblent suivre la tendance puisqu une grande proportion de notre échantillon en consomme depuis prés de 3 ans. Le bouche à oreille semble être un canal de communication très bénéfique pour les entreprises. En effet, un important pourcentage des consommateurs de ces produits est influencé lors de leurs achats par leur entourage. 4ème axe : Le profil type des consommateurs des produits allégés Selon les résultats obtenus à partir de notre échantillon, le consommateur type des produits allégés est surtout une jeune femme âgée de moins de 30 ans, elle peut être cadre, étudiante ou exerçant une profession libérale, avec un revenu généralement inférieur à C- Les principales conclusions: Par rapport aux hypothèses formulées, elles ont toutes été confirmées. En effet :

7 Les produits allégés ne sont pas uniquement destinés aux personnes ayant des problèmes de santé, les marocains les consomment également pour garder la ligne ou par souci de suivre une alimentation saine. Les marocains consomment ce type de produits pour les avantages qu ils procurent ainsi que la perte du poids. Ce qui pourrait les empêcher d en consommer, serait : un prix excessif ou encore une qualité médiocre. Les produits allégés les plus consommés sont les produits laitiers suivis des boissons allégées en sucre et enfin les plats cuisinés. La majorité des consommateurs des produits allégés fait partie de la gente féminine. Cela n empêche que les hommes commencent petit à petit de s intéresser à leur ligne et leur alimentation.

8 L introduction A-Les objectifs de l étude: Connaître la perception des marocains vis-à-vis des produits allégés Dégager les motivations et les freins par rapport à la consommation de cette catégorie de produits Déterminer les habitudes de consommation des marocains par rapport à ce type de produits (type de produits, fréquence, ). Déceler le profil type des consommateurs des produits allégés. B- Le contexte et hypothèses de travail: Contexte : Le marché de l alléger explose grâce à des produits qui jouent à la fois la carte de la santé et celle de la gourmandise. Les nouveaux comportements alimentaires font exploser le marché de l alimentation «light» depuis presque cinq ans, gagnant des parts de marché. Certains recherchent l alchimie entre le plaisir de manger et une nutrition maîtrisée, d autres en consomment pour maintenir la ligne. Hypothèses: Les personnes se souciant de leurs problèmes de santé ne sont pas uniquement les consommateurs de ce type de produits Les critères motivant à l achat des produits allégés sont : un apport calorique faible, un meilleur rapport qualité/prix. Les types de produits allégés les plus consommés sont : les produits laitiers, les boissons, les plats préparés. Les consommateurs de ce type de produits sont majoritairement des femmes.

9 C- Les résultats de l étude documentaire: Flash sur l étude documentaire: Définition du terme «allégé» : C'est un produit moins riche en calories que sa version classique. D'après un avis du Conseil national de la consommation (CNC), en France, la dénomination «allégé» (en matière grasse ou en sucre) est un adjectif réservé à une «denrée destinée à une alimentation courante», donc «sans indication relative au régime ou à l'amaigrissement» sur l'emballage. Les critères d`un produit allégé : L'allégement ne doit pas changer la nature fondamentale du produit. Par exemple, le beurre allégé doit ressembler à du beurre et avoir le goût du beurre mais l'allégement doit rester significatif. Les mentions «allégé en matière grasse» ou «allégé en sucre» doivent figurer avec la proportion de l'allégement, par exemple, «allégé de 25 % de MG». Le qualificatif «allégé» ne peut être autorisé que par rapport à un produit déjà existant et défini par la réglementation ou par un usage. La mention sur l'emballage de la valeur calorique globale de l'aliment allégé et celle de l'aliment courant correspondant, n'est malheureusement pas obligatoire, alors qu il serait utile au consommateur. Si un produit ne répond pas aux critères ci-dessus, le terme «allégé» ne peut pas être utilisé, mais les fabricants utilisent alors d'autres qualificatifs, tels que «léger» ou «basses calories», qui n'ont pas de définition légale, et ces qualificatifs peuvent être utilisés librement, voire à tort et à travers. Cependant, la mention «allégé» sur un produit ne signifie pas qu il soit moins calorique qu un produit portant la mention «léger». En effet, s il

10 n existe pas de produit de référence par rapport auquel pourrait être fabriqué un produit allégé, la mention «allégé» ne peut pas être utilisée. Par exemple, les plats cuisinés de moins de 300 calories sont des premières créations originales et ne peuvent donc prétendre qu au qualificatif de «léger», tandis que les chips dont on a enlevé 25 % de MG peuvent porter la mention «allégé». Il faut donc que le consommateur se montre vigilant en lisant attentivement les étiquetages (lipides, glucides, calories ) même si le produit porte la mention «allégé». Définition des termes «light», «léger» : Ces termes ne sont pas des dénominations réglementées, mais des arguments commerciaux qui signifient que les produits sont moins gras et/ou moins sucrés que les produits classiques. L allégé dans le monde : Les premiers produits allégés sont apparus dans les années 1960 avec les premiers fromages blancs et yogourts à 0% de matières grasses. Vingt ans après, le marché du light connaît un très fort développement, et à l heure actuelle, sa croissance est phénoménale. Taillefine (Lu), filiale du groupe Danone en est l exemple type. La marque, leader du marché, a doublé son chiffre d affaire entre 1998 et 2003 pour atteindre 1,1 milliards d euros de CA mondial. D autre part, l apparition de l aspartame en 1974 aux Etats-Unis, en 1988 en France, et au début du 3éme millénaire au Maroc, a favorisé l essor du marché. De plus, l innovation dans le secteur des produits allégés connaît depuis plusieurs années une importante évolution, l offre s intensifie. Sur l année 2005, la tendance minceur a concerné plus de 12,7% des innovations mondiales, et cela sur des aliments très diversifiés. Les produits avec une promesse médicale deviennent également en vogue. En effet, toujours en 2005, ces produits, présentant des promesses de plus en plus techniques, concernaient 11,1% des produits innovants lancés dans le monde, contre 9,2% l année précédente (par exemple, aux Etats-Unis, augmentation des produits aux céréales entières, avec une mise en avant de leurs apports nutritionnels. Les enseignes s emparent de ce discours médical, afin d apporter de la valeur ajoutée à leurs produits à marque propre.

11 En France, d après une étude «Secodip», l allégé touche tous les consommateurs. Avec plus ou moins de folie, selon les profils : Les obsessionnels : ce sont les drogués de l'allégé! Mais ils ne représentent qu'1 % de la population. Les passionnés : ils consacrent un tiers de leur budget alimentaire à ce type de denrée. (13 %) Les convaincus : ce sont des adeptes du «0% de matière grasse» (23%) ou du «sans sucre.» (10%) Les responsables santé : ils sont sensibles aux «anti-cholestérol» par exemple. (19%) Les «prêts à consommer» : ils achètent surtout des plats allégés surgelés. (2%) Les hésitants : ils y croient à l approche de l été mais rarement à Pâques Ils sont 31 %. L allégé au Maroc : Depuis maintenant prés de 5ans, une large catégorie des marocains commence à s intéresser aux produits «light». Les 6 millions de marocains en surcharge pondérale et plus de 5% de diabétiques constituent une niche très intéressante pour cette nouvelle économie. Mais nombreux sont ceux qui n attendent pas des problèmes de santé pour contrôler leur alimentation et leur corps. Le moindre petit kilo de plus leur fait peur. Ils pensent de plus en plus à une alimentation équilibrée et à des produits qui ne risquent pas de les faire grossir. Allégés, light, sans sucre, autant de termes encore ignorés il y a juste dix ans et qui ont fait une entrée fracassante dans le quotidien des marocains. En l espace de 5 ans, les produits dits «allégés», «light» ou encore faibles en calories ont envahi les linéaires des grandes distributions dans toutes les villes du Maroc, mais également les petites épiceries. On est visiblement dans une nouvelle ère. On ne mange plus n importe quoi. L économie du bien-être prend forme. Et certains agents économiques l ont comprise et misent sur ce segment. Les nombreux produits proposés élargissent les palettes de choix de consommation et contribuent à une amélioration de la qualité de vie des marocains. Selon Georges Emmanuel Benhaïm, président de Foods&Goods, ce genre de produits peut être un facteur d'amélioration de la santé bucco dentaire (notamment éviter les caries), réduit ou allège les quantités importantes de sucre ingurgitées dans la journée, contribue à maintenir un taux de glycémie réduit, et constitue une alternative plus saine au grignotage.

12 Par ailleurs, les entreprises nationales commencent à s intéresser à ces produits, notamment la Centrale laitière Danone avec son lait UHT Salim et son yaourt «Yawmi» sans sucre. L entreprise a lancé récemment un produit Bio qui favorise la digestion, promis à un franc succès. On peut également citer la gamme de produits laitiers «Linéa» de Jaouda. L huile de colza de Lesieur Cristal est vendue dans le même esprit de promouvoir des produits allégés. En tout cas, dans ses communications, l entreprise met en avant la qualité de son huile. A la place du lait entier, ce sera plutôt le lait écrémé. Le fructose remplace le sucre. Les biscottes succèdent au pain. Les produits laitiers (yaourts, fromages, beurre et jben) sont pauvres en matières grasses. Les biscuits et le chocolat sans sucre ont également fait une entrée spectaculaire. Ils rencontrent un vrai succès auprès des consommateurs. Les grands maîtres chocolatiers : Valentino, Pralinor ou encore Jeff de Bruges sont là pour en témoigner. Les chocolats allégés ont définitivement pris leur place dans les rayons. En tout cas, désormais au Maroc, belle vie rime bien avec bonne alimentation et maintien du corps. Les résultats de l étude qualitative: Afin de répondre à toutes les questions proposées ci-dessus, un guide d entretien a été administré auprès des médecins, étudiants et cadres et les femmes. Les résultats suivants sont le fruit de nos réponses collectées. Qui consomme et de quelle manière? : D après Dr Mohamed KHLAFA, endocrinologue à Mohammedia, un grand panel de la population en consomme Des personnes ayant des problèmes de poids, désirant perdre ou stabiliser leur poids. Des personnes qui n ont pas de problème de poids, et qui craignent de grossir, ou en culte du corps. Des personnes présentant des pathologies nécessitant la diminution de consommation de certains types d aliments. Le Docteur Amsaguine Aouni Bouchra, diététicienne à Casablanca, ajoute qu environ 20% de sa clientèle consomme des produits allégés, une clientèle appartenant généralement à la classe sociale moyenne. Nos deux

13 spécialistes pensent que les obèses désireux de perdre du poids ou personnes cherchant à se rassurer et se donner bonne conscience, consomment également des produits allégés. Les gens consomment-ils plus lorsqu ils mangent des produits allégés? D après les personnes interrogées, les gens ne consomment pas plus en mangeant de l allégé, et ils consomment de la même manière que des produits standards. En revanche, Dr KHLAFA réfute cette idée ; il explique qu ils se sentent rassurés par la dénomination «allégé» de ces produits et que beaucoup de ses patients pensent qu ils peuvent en consommer en grandes quantités. Heureusement, dit-il «certains consommateurs ont bien compris l intérêt de ces produits s ils sont consommés à bon escient». Avantages et inconvénients des produits allégés: L industrie alimentaire a développé des substituts du sucre qui apportent aux aliments la saveur sucrée, sans ajouter la charge énergétique des glucides, réel avantage. Pour des personnes qui ont un goût prononcé pour les aliments sucrés, ils permettent de conserver le côté «plaisir» associé à ce goût, sans les inconvénients d une consommation excessive de sucre. Les spécialistes précisent que ce plaisir associé au goût sucré est par ailleurs largement exploité par l industrie agro-alimentaire qui propose une gamme très étendue de produits élaborés très riches en sucre. Parallèlement aux produits contenant des édulcorants (faux sucres), les produits allégés sont constitués de produits dont on a partiellement ou totalement retiré les graisses. Dans certains cas, une partie des graisses peut-être remplacée par un produit de substitution pour redonner une texture analogue à l aliment (par exemple un émulsifiant). La consommation régulière de ces aliments peut aider à perdre du poids, mais dans la plupart des cas cette perte est limitée (2 kg au bout de quelques mois) et rarement durable. D autre part, Dr KHLAFA développe le fait qu alléger les produits en matières grasses d origine animale, permet de diminuer les risques d hypercholestérolémie, dans le cadre des régimes hypocholestérolémiants. Au niveau de l aide à la perte de poids, les produits allégés en matière grasse comme ceux allégés en sucre, permettent de diminuer l apport calorique. De plus, ce type de produit donne également à des personnes qui, pour des raisons thérapeutiques doivent réduire leur consommation de sucres ou de graisses, la possibilité d avoir une alimentation moins restrictive et plus diversifiée. En revanche, les médecins précisent aussi que la surconsommation de ces produits au niveau quantitatif va entraîner un apport calorique identique au même produit non allégé, voire supérieur si la surconsommation est importante ; c est pourquoi, lorsque le consommateur veut

14 perdre du poids, il doit contrôler de manière rigoureuse son alimentation et les portions ingurgitées, même en cas de consommation de produits allégés au sein d un régime. Le Docteur Amsaguine Aouni Bouchra explique que les «faux sucres» ou agents de texture qui peuvent remplacer les lipides sont des produits très contrôlés ayant nécessité des études longues et rigoureuses et ont fait l objet d autorisations pour leur utilisation. Elle explique par ailleurs que nous avons, pour la plupart de ces produits, un recul de plusieurs décennies qui plaide également en faveur de leur innocuité. Malgré cela, ils continuent de faire l objet de recherches utilisant les méthodes modernes de la toxicologie pour savoir s ils ne pourraient pas, sur le long terme, entraîner des dérèglements métaboliques. Un des inconvénients majeurs, confirmé au cours de plusieurs entretiens, est le fait que le prix trop élevé des produits soit un réel problème notamment pour les catégories sociales à faibles revenus. Ces produits sont majoritairement plus onéreux que leur version standard. Les entretiens ont révélé que le Docteur KHLAFA les conseille fortement, à tous ses patients, et particulièrement dans les régimes amaigrissants, et le diabète. Voici les produits qu il préconise : Allégés en sucre à base d édulcorants de type aspartame ou autres (essentiellement des boissons) quotidiennement mais en petites quantités. Allégés en sucre à base de fructose de façon occasionnelle, le fructose faisant varier la glycémie. Allégés en graisses : matières grasses ajoutées pour cuisiner, quotidiennement en quantités limitées Plats cuisinés allégés en graisses qui respectent l équilibre alimentaire, quotidiennement si nécessaire.

15 La Méthodologie A-Nature de l étude: Notre étude a pour objectif de mesurer la perception des marocains par rapport à l inondation des produits allégés, et déduire leurs habitudes de consommations vis-à-vis de ce type de produits. B- Méthode d échantillonnage: Taille et mode de tirage de l échantillon: L administration du questionnaire s est faite auprès de 245 individus s approvisionnant auprès des grandes surfaces, se situant dans les villes de Casa et Rabat et ce, pour des raisons liées à l accès facile à l information. Le mode de tirage de l échantillon s est basé sur une des méthodes non probabilistes à savoir les quotas. Ces derniers se présentent comme suit :

16 Taux de réponses: Sur un total de 245 questionnaires, seulement 4 n ont pas été rempli. Notre taux de réponse est donc de 241/245= 98,36% Dates des enquêtes, nombre des enquêteurs: Le nombre d enquêteurs est de 5. (245 individus = 5enquêteurs * 7jours * 7questionnaires/personne). L administration des questionnaires s est étendue du 8Avril jusqu au 28 Avril. C- Problèmes particuliers: En ce qui concerne les problèmes rencontrés lors de notre étude, ces derniers s axent autour de deux points : au niveau de l administration des réponses: difficulté de respecter les Dead-line préétablis pour collecter nos réponses faute de temps de la part de nos répondants. au niveau de l analyse des données sur SPSS: difficulté pour choisir les variables à croiser contradiction quant à la vérification de certains croisements D-Procédures de contrôle: Pré-test du questionnaire auprès de 15 personnes E- Types d analyse: Notre analyse s est effectuée suivant les étapes suivantes: Les tris à plat: ou tabulation simple. Cette dernière portera sur les objectifs suivants :

17 Définir la perception des gens par rapport à l inondation des produits allégés, et aux effets de ce type de produits sur: le poids, la santé, la cible, le goût, la politique marketing (argumentaire de vente) Connaître le pourcentage de personnes qui consomment les produits allégés Définir les types de produits allégés consommés Dégager les sources influençant les habitués de consommation des produits allégés à ce type de régime alimentaire Soulever les motivations et freins par rapport à la consommation des produits allégés Les tris croisés : Ces tris nous permettront de créer des relations entre les différentes variables. Dans notre cas, nous essaierons d expliquer : L effet de l inondation des produits allégés sur la consommation et en fonction du sexe L effet du descriptif sur la consommation L effet du Sexe sur la consommation L effet de l âge sur la consommation L effet de la CSP sur la consommation L effet du Revenu sur la consommation L influence du sexe sur les Types de produits consommés L influence de l âge sur les types de produits consommés L analyse factorielle des correspondances (AFC) : qui repose sur l analyse des variables qualitatives suivantes : Les motivations et les freins

18 La fréquence de consommation et la CSP L analyse typologique : qui nous servira de définir les profils de personnes adoptant le même comportement, dans notre cas, accordant la même importance aux critères d achat. L analyse factorielle des correspondances multiples (AFCM) : adoptée sur les critères d achat et les postulats afin de pouvoir déduire la carte des individus

19 Analyse des résultats Nous allons effectuer une analyse par objectif, et ce pour répondre aux objectifs qu on a formulés précédemment pour valider les hypothèses. Analyse de l échantillon: Graphe1 : analyse sexe x age du croisement Age & sexe 30,4% 27,0% 21,7% 20,9% 28,6% 32,5% 23,0% 15,9% Graphe2 : analyse du Revenu revenu moins de 6000DH 38,6% [6000, 10000[ 24,9% [10000, 15000[ 25,3% et plus 11,2% 38,6% de nos répondants ont un budget inférieur à 6000dhs, suivis des personnes qui touchent un revenu compris entre et dhs. homme moins de 20 ans entre 30 et 40 ans femme entre 20 et 30 ans plus de 40 ans En ce qui concerne les femmes, 32,5% appartiennent à la tranche [20-30], suivies de celles étant âgées de moins de 20ans. En ce qui concerne les hommes, 30,4% sont âgés de moins de 20ans, et 27% de plus de 40ans. Graphe3 : analyse de la CSP profession étudiant(e) 36,3% cadre 30,4% profession libérale 15,4% commerçant(e) 8,8% femme au foyer 5,8% autres 3,3% Notre échantillon est beaucoup plus représenté par les étudiants et cadres avec respectivement 36, 3% et 30,4%, suivis de 15,4% des personnes appartenant à la profession libérale.

20 1 er axe : La perception par rapport aux produits allégés: Graphe4: perception par rapport à l inondation des produits allégés innondation c'est une bonne chose pour les consommateurs 24,9% c'est bien, mais il faut comme même être vigilent 26,1% c'est un effet de mode 48,5% autres 0,4% 48,5% de nos répondants pensent que le courant des produits allégés est un effet de mode, c est ce qui explique les 50% des personnes de notre échantillon qui ne consomment pas les produits allégés. Pour essayer de détecter les proximités entre les différents avis par rapport à chaque critère, on va effectuer une AFCM. On va également effectuer une analyse typologique pour segmenter notre échantillon selon le degré d importance accordé à chaque critère.

21 Graphe5: AFCM sur l analyse de l importance accordée aux critères d achat des produits allégés Les personnes qui accordent beaucoup d importance au rapport qualité/prix lors de leurs achats en produits allégés, n accordent pas du tout ou peu d importance aux autres critères d achats, tel que le lieu ou les caractéristiques du produit même. Pour les personnes qui accordent beaucoup d importance à la disponibilité du produit, le merchandising et le lieu d achat sont insensibles au prix du produit. ces personnes sont prêtes à dépenser une prime de prix pour acheter un produit bien présenté, et peuvent même ne pas consommer s ils ne trouvent pas le produit dans le lieu de vente.

22 Graph6: AFCM combinant la perception des consommateurs et le degré d accord avec certains postulats concernant les produits allégés. Graph6: AFCM combinant la perception des consommateurs et le degré d accord avec certains postulats concernant les produits allégés. D im e n s io n Quantifications Plutôt pas d'accord Plutôt pas d'accord Tout à fait d'accord Plutôt pas d'accord Plutôt pas d'accord Pas d'accord du tout Tout à fait d'accord Plutôt pas d'accord Pas d'accord du tout Plutôt d'accord Pas d'accord du tout Tout à fait d'accord Tout à fait d'accord Pas d'accord du tout Pas d'accord du tout Plutôt d'accord Tout à fait d'accord Dimension 1 Graphe7: analyse de la perception par rapport au descriptif du produit sur l emballage Les produits allégés ne contribuent pas à la perte du poids Les produits allégés sont dangereux pour la santé Les produits allégés sont destinés uniquement aux personnes ayant des problèmes de santé Les produits allégés ont un goût médiocre par rapport aux produits d'origine L'étiquette " produits allégés " constitue un argument que les entreprises utilisent pour vendre plus Les individus qui pensent que les produits allégés ont un goût médiocre par rapport aux produits standards ne sont pas du tout d accord avec les autres postulats, on peut dire que ces personnes sont assez favorables aux produits allégés en principe même si les produits présents sur le marché marocain sont médiocres. Les individus qui pensent que les produits allégés sont destinés uniquement aux personnes ayant des problèmes de santé ne sont pas d accord avec le fait que ces produits ont un goût médiocre et qu ils sont dangereux pour la santé. On peut conclure que ces personnes considèrent que ce genre de produits est destiné aux personnes souffrant de maladies tel que le diabète, rien de plus. Pour les gens qui pensent que les produits allégés sont dangereux pour la santé, sont également d accord avec les autres propositions, on peut dire que ces personnes ont une perception négative vis-à-vis de ce genre de produits. Ils pensent que ces produits sont dangereux pour la santé et qu ils ont un goût médiocre par rapport aux produits standards.

23 descriptif du produit visible 28,6% conf us 49,8% précis 19,9% autre 1,7% 49,8% de nos répondants estiment que le descriptif des produits allégés est confus. Graphe8: analyse de la perception de l inondation des produits allégés par rapport au sexe Après avoir vérifié que les femmes consommaient plus que les hommes ce type de produits les raisons quand à eux divergent selon le sexe. Nous pouvons constater que 60% des femmes répondantes estiment que ces produits sont bénéfiques pour les consommateurs alors que les hommes estiment à hauteur de 53% que l allégés

24 Conclusions par rapport au 1 er axe: En ce qui concerne la perception des consommateurs vis à vis des produits dits allégés, les avis divergent. En effet, certaines personnes sont très favorables à ces produits mais qui pensent quand même que les produits présents sur le marché marocain sont de qualité médiocre. D autre part, il y a des répondants qui considèrent que ce genre de produits est destiné aux personnes ayant des soucis de santé. Enfin, d autres répondants sont défavorables aux produits allégés et estiment qu ils ont des effets secondaires sur la santé. D autre part, on a pu segmenter notre échantillon en trois segments distincts selon l importance accordée aux critères d achat. Le premier est composé des personnes qui prennent en considération le lieu de l achat et le merchandising du produit, le 2 ème groupe de consommateurs est plutôt très sensible au prix, enfin une 3 ème classe qui est influencée par les caractéristiques du produit et la notoriété de la marque. Enfin, il est pertinent de noter qu une proportion assez importante de notre échantillon pense que l inondation qu a connue le marché marocain par ces produits n est qu un effet de mode. 2 ème axe: Motivations et freins 32,5% de nos répondants consomment les produits allégés pour les avantages qu ils procurent, 26,6% pour la perte de poids, suivis légèrement de 24,1% pour des problèmes de santé. Les critères qui freinent à la consommation des produits allégés se présentent comme suit par ordre d importance : le prix (30,7%), la qualité (20,6%), danger pour la santé (18,1%). Graphe8 : Analyse des motivations à la consommation des produits allégés. m otivations les avantages qu'ils procurent pour la santé 32,5% la perte du poids 26,6% des problèmes de santé 24,1% un bon rapport qualité/prix 11,8% une communication suf fisante 4,6% autre 0,4% Graphe9: Analyse des freins à la consommation des produits allégés. fre ins un prix excessif 30,7% non disponibilité des produits 14,3% communication insuf f isante 16,4% qualité médiocre 20,6% dangers pour la santé 18,1% autre 0,0%

ALIMENTATION ET DIABETE

ALIMENTATION ET DIABETE Mise à jour 11/2009 4A, rue du Bignon - 35000 RENNES ALIMENTATION ET DIABETE Avec l activité physique, l alimentation constitue l un des axes majeurs de votre traitement. Respecter un minimum de principes

Plus en détail

Diététique de la dyslipidémie

Diététique de la dyslipidémie Diététique de la dyslipidémie 1) Définition Anomalie du métabolisme des lipides à l origine de perturbations biologiques. On peut observer : - Une hypercholestérolémie : augmentation isolée du cholestérol

Plus en détail

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE

CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT SUR LA CHAINE ALIMENTAIRE ET LA SANTÉ ANIMALE 14 décembre 2007 ORIENTATIONS RELATIVES À LA MISE EN ŒUVRE DU RÈGLEMENT N 1924/2006 CONCERNANT LES ALLÉGATIONS NUTRITIONNELLES ET DE SANTÉ PORTANT SUR LES DENRÉES ALIMENTAIRES CONCLUSIONS DU COMITE PERMANENT

Plus en détail

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Santé Canada Health Canada L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Vous avez peut-être remarqué l information nutritionnelle affichée sur de nombreux produits alimentaires que vous achetez

Plus en détail

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES Par Marie-Christine Parent, stagiaire en diététique AU MENU Retour sur le sondage Vision de la saine alimentation Qu est-ce que l étiquetage nutritionnel?

Plus en détail

Charte nutritionnelle

Charte nutritionnelle Charte nutritionnelle NOTRE MISSION : CONSTRUIRE ET PRESERVER LE CAPITAL SANTE L équilibre alimentaire est un enjeu majeur de santé publique. De ce contexte, Nutrisens s engage à maintenir et à renforcer

Plus en détail

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne L alimentation : partie intégrante de la prise en charge de l enfant et de l adolescent diabétique base du traitement avec l insulinothérapie et l activité

Plus en détail

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché

Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché IP/03/1022 Bruxelles, le 16 juillet 2003 Proposition de la Commission sur les allégations nutritionnelles et de santé en vue de mieux informer les consommateurs et d'harmoniser le marché Aujourd'hui la

Plus en détail

SANTÉ. E-BOOK équilibre. stop. cholesterol diabete hypertension. Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT!

SANTÉ. E-BOOK équilibre. stop. cholesterol diabete hypertension. Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT! SANTÉ stop cholesterol diabete hypertension E-BOOK équilibre Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT! un peu d histoire... Il y a 200 ans, un Français faisait en moyenne entre

Plus en détail

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments Présenté par Micheline Séguin Bernier Le 19 mars 2007 Tiré et adapté du document de Santé Canada Le tableau de la valeur nutritive : plus facile

Plus en détail

Plats préparés. Plats préparés

Plats préparés. Plats préparés Plats préparés Plats préparés Les plats préparés ou prêts à consommer trouvent de plus en plus leur place dans notre alimentation quotidienne. Nous n avons pas toujours la possibilité de préparer chaque

Plus en détail

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY

«Cette action contribue au PNNS». À CHÂTEAU THIERRY «Cette action contribue au PNNS». «IL FAIT BIO À CHÂTEAU THIERRY A Chateau Thierry, la Municipalité souhaite développer les produits BIO et issus de filières de proximité dans les menus de la restauration

Plus en détail

Nutrition et santé : suivez le guide

Nutrition et santé : suivez le guide Prévention ALIMENTATION PLAISIR ET ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Nutrition et santé : suivez le guide Nous savons tous que l alimentation joue un rôle essentiel pour conserver une bonne santé. En voici quelques

Plus en détail

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité.

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité. Pedro Tamacha 9 Normalement, Pedro devrait consommer 3 100 kcal/jour pour être en bonne santé et avoir une activité normale, il lui manque 800 calories. 9 Son régime alimentaire est composé de riz, pommes

Plus en détail

Charte PNNS Groupe CASINO Résultats

Charte PNNS Groupe CASINO Résultats Charte PNNS Groupe CASINO Résultats Calendrier En 2008, Casino a signé Les une engagements charte d engagements de la charte de progrès PNNS ont nutritionnel été appréhendés du PNNS. Elle comprenait 10

Plus en détail

L'Obésité : une épidémie?

L'Obésité : une épidémie? Communiqué de presse 5 mars 2014 L'Obésité : une épidémie? Résultats de l'étude MGEN «Habitudes de vie et surpoids» 3 Français sur 4 se jugent en bonne santé, 1 sur 2 est en surpoids, 16% sont obèses 2/3

Plus en détail

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES

Une gamme variée pour les lieux de santé NUTRITION & PLAISIR DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION GAMMES LIEUX DE SANTÉ GAMMES Une gamme variée pour les lieux de santé DÉNUTRITION & DÉSHYDRATATION ZOOM SUR NUTRITION & PLAISIR Tableau des GAMMES GAMMES LIEUX DE SANTÉ LA DÉNUTRITION, PARLONS-EN! Les personnes âgées ont besoin de

Plus en détail

Allégations relatives à la teneur nutritive

Allégations relatives à la teneur nutritive Allégations relatives à la teneur nutritive Mots utilisés dans les allégations relatives à la teneur nutritive Ce que le mot signifie Exemples Sans Faible Réduit Source de Léger Une quantité insignifiante

Plus en détail

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive.

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive. 13 aliments pour une bonne santé Valeurs nutritives Grande compétence A Rechercher et utiliser de l information Groupe de tâches A2 : Interpréter des documents Grande compétence C Comprendre et utiliser

Plus en détail

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse

3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Dossier de Presse 3 nouvelles collations diététiques pour aborder les beaux jours en toute liberté! Beaux jours riment

Plus en détail

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE

COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE 1/8 COMITE SCIENTIFIQUE DE L AGENCE FEDERALE POUR LA SECURITE DE LA CHAINE ALIMENTAIRE AVIS 36-2006 Concerne : Contrôle de la composition des denrées alimentaires (dossier Sci Com 2005/25) Le Comité scientifique

Plus en détail

Comment bien s hydrater pendant l été?

Comment bien s hydrater pendant l été? Comment bien s hydrater pendant l été? C est bien connu, il faut boire davantage en été pour ne pas se déshydrater, notamment en cas de forte chaleur. Il faut en effet être vigilant dès que la température

Plus en détail

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne

GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014. Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LA RESTAURATION SCOLAIRE GRENADE / GARONNE 30 janvier 2014 Centrale de Restauration MARTEL Maryse LAFFONT, Diététicienne LES OBJECTIFS Apporter aux enfants une alimentation de Qualité pour répondre à leurs

Plus en détail

Alimentation des nourrissons et viande

Alimentation des nourrissons et viande L interprofession suisse de la filière viande Proviande société coopérative Finkenhubelweg 11 Case postale CH-3001 Berne +41(0)31 309 41 11 +41(0)31 309 41 99 info@proviande.ch www.viandesuisse.ch Alimentation

Plus en détail

Factsheet Qu est-ce que le yogourt?

Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Factsheet Qu est-ce que le yogourt? Description du produit: Le yogourt est un produit laitier acidulé de consistance plus ou moins épaisse. Le yogourt est fabriqué grâce à la fermentation du lait par les

Plus en détail

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung p. 1 / 5 Société Suisse de Nutrition SSN, Office fédéral de la santé publique OFSP / 2o11 Sucreries, snacks salés & alcool En petites quantités. Huiles, matières

Plus en détail

En savoir plus sur le diabète

En savoir plus sur le diabète En savoir plus sur le diabète 2 Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par un excès de sucre dans le sang, on appelle cela l hyperglycémie. Le diabète est une maladie chronique qui survient

Plus en détail

I. L étude Usages & Attitudes

I. L étude Usages & Attitudes I. L étude Usages & Attitudes 1. Historique En 1997, entreprise leader de la distribution de boissons sur le marché hors domicile, France Boissons souhaite réaliser un état des lieux de son secteur d activité

Plus en détail

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Jean-Paul BLANC Diététicien-Nutritionniste Neuilly sur Seine www.cabinet-de-nutrition-et-dietetique.eu LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Au cours de la dernière décennie

Plus en détail

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public

Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public Diabète : le Canada à l heure de la remise en question Le point de vue du public ENQUÊTE NATIONALE SUR LA POPULATION CANADIENNE Document destiné à l Association canadienne du diabète Préparé par Environics

Plus en détail

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN»

«LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» CONSEIL DU MARCHE FINANCIER DEPARTEMENT DES ETUDES ET DES STATISTIQUES «LE COMPORTEMENT DE L INVESTISSEUR TUNISIEN» SONDAGE REALISE AUPRES DES SOUSCRIPTEURS A L OCCASION DE L OPV SOTRAPIL Etude menée par

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant phénylcétonurique Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de phénylcétonurie. Aujourd'hui votre enfant va bien mais vous

Plus en détail

Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché. Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec

Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché. Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec Influence de l alimentation-santé sur les tendances de marché Paul Paquin, Ph.D. INAF, Université Laval, Québec «Les tendances clés» «TENDANCE» Une tendance qui démontre une véritable opportunité de croissance;

Plus en détail

«Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments»

«Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments» 1 «Boire est un besoin, mais c est aussi un plaisir, un acte social lors d évènements ou de bons moments» Magali Marchand, Chef de service Diététique RHMS Diététicienne agréée ABD 12.01.2012 - Maison du

Plus en détail

que dois-tu savoir sur le diabète?

que dois-tu savoir sur le diabète? INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS - TERRE NEUVE - FRHMG00277 - Avril 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. que dois-tu savoir sur le diabète? Lilly France 24 boulevard Vital Bouhot CS 50004-92521

Plus en détail

NOTRE HISTOIRE DES M ACHI NES DER N I E R C R I

NOTRE HISTOIRE DES M ACHI NES DER N I E R C R I RECHARGE TA MACHINE NOTRE HISTOIRE DES M ACHI NES DER N I E R C R I Dominic Ross est conscient des enjeux de la vie active. Jeune entrepreneur ambitieux, il dévoue son énergie à promouvoir un mode de vie

Plus en détail

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ Le présent formulaire sert à obtenir votre consentement éclairé en ce qui a trait à la

Plus en détail

Produits laitiers de ferme

Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme Produits laitiers de ferme CRIOC, novembre 2008 Agenda 1. Objectifs 2. Méthodologie 3. Consommation de produits laitiers de ferme 4. Perception des produits laitiers de ferme

Plus en détail

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Philippe SIRAULT Etude de cas Danone Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Sommaire Introduction Diagnostic Externe Diagnostic Interne Stratégie de Danone Conclusion Présentation

Plus en détail

La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles

La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles La consommation des fruits et légumes : déterminants et obstacles Pierre COMBRIS INRA, ALISS (Alimentation et Sciences Sociales) Sommaire 1. Evolution et niveau de la consommation des fruits et légumes

Plus en détail

La Vache qui rit. CHARTE D ENGAGEMENT VOLONTAIRE DE PROGRÈS NUTRITIONNELS - Résultats -

La Vache qui rit. CHARTE D ENGAGEMENT VOLONTAIRE DE PROGRÈS NUTRITIONNELS - Résultats - La Vache qui rit CHARTE D ENGAGEMENT VOLONTAIRE DE PROGRÈS NUTRITIONNELS - Résultats - Le Groupe Bel, conscient du rôle à jouer par l industrie agroalimentaire dans la lutte contre les problèmes de santé

Plus en détail

L équilibre alimentaire.

L équilibre alimentaire. L équilibre alimentaire. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter

Plus en détail

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle Information sur le sodium alimentaire www.reductionsodium.ca Contact Jocelyne Bellerive, MA Coordonnatrice/Éducatrice Programme réduction

Plus en détail

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics Dossier de presse Avril 2013 Contacts presse Inpes : Vanessa Lemoine tél : 01 49 33 22 42 email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr TBWA\Corporate

Plus en détail

Réseau Diabhainaut Programme Osean Enfant Document d Information pour les Parents

Réseau Diabhainaut Programme Osean Enfant Document d Information pour les Parents Obésité Sévère de l Enfant et de l Adulte en Nord/Pas-de-Calais Réseau Diabhainaut Programme Osean Enfant Document d Information pour les Parents Les services de médecine scolaire ou votre médecin traitant

Plus en détail

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires

Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME. La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Assemblée Générale ASSOCIATION DES MAIRES RURAUX DU PUY-de-DÔME Vendredi 9 Décembre 2011 Pontaumur La nouvelle règlementation Nutrition pour les cantines scolaires Emilie CHANSEAUME Lucile AUMOINE Céline

Plus en détail

Le rapport des femmes à la beauté

Le rapport des femmes à la beauté 1 Le rapport des femmes à la beauté Etude CSA pour Madame Figaro Rapport d étude octobre 2014 Julie GAILLOT, Directrice de clientèle julie.gaillot@csa.eu / 01 57 00 59 06 Marek KUBISTA Chargé d études

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER

ÉDUCATION Côtes d Armor. Collèges publics. Charte de la restauration collective DIRECTION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER ÉDUCATION Côtes d Armor Collèges publics DIRECTION ÉDUCATION JEUNESSE PATRIMOINE IMMOBILIER Charte de la restauration collective Préambule Dans le cadre de l article 82 de la loi du 13 août 2004, le Département

Plus en détail

Aspartame ou stévia: le duel

Aspartame ou stévia: le duel Nutri sciences Aspartame ou stévia: le duel L aspartame fait peur, le stévia rassure. L un sort des laboratoires et a une connotation artificielle, l autre est issu des champs de Stevia et cultive une

Plus en détail

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix!

72% des Français prêts à payer plus cher un produit fabriqué en France. Mais pas à n importe quel prix! Communiqué de presse 21 novembre 2011 Une étude CEDRE/Ifop 1 propose le regard croisé des consommateurs et des chefs d entreprises français sur le «Made in France» 72% des Français prêts à payer plus cher

Plus en détail

Synthèse des principaux résultats

Synthèse des principaux résultats E3A : Enquête auprès des Associations d'aide Alimentaire Constance Bellin, Anne-Gwenhael Dauphin, Katia Castetbon, Nicole Darmon Unité de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle (UMR Inserm/Inra/Cnam)

Plus en détail

A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T

A G R I C U L T U R E A L I M E N T A T I O N E N V I R O N N E M E N T Comment concilier goût et nutrition? Bilan des travaux des groupes de travail PNNS sur les lipides et sur le goût Sébastien REMY DGAL/SA/SDQA/BNVQA Éléments de contexte : Le PNNS prévoit la signature de

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle

Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Dépistage de la dénutrition et prise en charge nutritionnelle Etat résultant d un apport alimentaire insuffisant par rapport aux besoins de l organisme Réduction des apports nutritionnels et/ou Augmentation

Plus en détail

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs.

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs. L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch SOMMAIRE LES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRES 4 1. Le diabète

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs

Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs Stratégies d innovation en nutrition santé : Règlementation, Marché et Consommateurs Jeudi 16 février 2012 Muséum des Sciences Naturelles d Orléans DPMS Bio - Développement, Production, Management et Stratégies

Plus en détail

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION Modifiée par l avenant n 47 du 9 novembre 2011 L accès au niveau III* est lié à une exigence de qualification. * Niveau tenant compte

Plus en détail

Hygiène, sécurité et équilibre alimentaires dans les accueils collectifs de mineurs (ACM)

Hygiène, sécurité et équilibre alimentaires dans les accueils collectifs de mineurs (ACM) MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE, ET DES AFFAIRES RURALES Hygiène, sécurité et équilibre alimentaires dans les accueils collectifs de mineurs (ACM) Document aimab Document aimablement

Plus en détail

SE SUCRER LE BEC. Cora Loomis, diététiste-nutritionniste 12 décembre 2012

SE SUCRER LE BEC. Cora Loomis, diététiste-nutritionniste 12 décembre 2012 SE SUCRER LE BEC Cora Loomis, diététiste-nutritionniste 12 décembre 2012 Organisée par Réussir en santé Objectif principal: Promouvoir l adoption et la consolidation de saines habitudes de vie, principalement

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Evaluation de l action «Le p tit déj c est important!

Evaluation de l action «Le p tit déj c est important! Evaluation de l action «Le p tit déj c est important!» organisée par la Fédération de l Ardèche du Secours Populaire Français dans les écoles élémentaires de l Ardèche Septembre 2008 1 Remerciements L

Plus en détail

Cholestérol. agir contre le cholestérol Pour réduire les risques cardiovasculaires

Cholestérol. agir contre le cholestérol Pour réduire les risques cardiovasculaires Cholestérol agir contre le cholestérol Pour réduire les risques cardiovasculaires La Fédération Française de Cardiologie finance : prévention, recherche, réadaptation et gestes qui sauvent grâce à la générosité

Plus en détail

La Nature est notre inspiration

La Nature est notre inspiration La Nature est notre inspiration Passage à l huile de tournesol pure pour les spécialités Fact de pommes No. 1de terre La passion des pommes de terre La première gamme complète de spécialités de pommes

Plus en détail

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION Mardi 24 janvier 2012 au Centre de Formation Multimétiers de REIGNAC L objectif de cet atelier sur la santé est de guider chacun vers une alimentation plus

Plus en détail

e-commerce : Guide à l intention des Petites et Moyennes Entreprises

e-commerce : Guide à l intention des Petites et Moyennes Entreprises Livre Blanc e-commerce : Guide à l intention des Petites et Moyennes Entreprises Optimisation des opportunités en ligne pour les PME Opportunités en ligne La conjoncture n a jamais été aussi favorable

Plus en détail

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition

Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Les tendances alimentaires sous la loupe Une initiative de Coop réalisée avec le soutien technique de la Société Suisse de Nutrition Sujet «Manger rapidement et sainement» juin 2009 Coop Thiersteinerallee

Plus en détail

Indicateur d activité de vente cavistes Enquête Email Janvier 2012

Indicateur d activité de vente cavistes Enquête Email Janvier 2012 Indicateur d activité de vente cavistes Le moral des cavistes est bon en ce début d année, suite de fêtes de fin d année apparemment réussies. Tous les indicateurs semblent particulièrement au vert début

Plus en détail

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête

Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français. Résultats d enquête Les nouveaux modes de consommation : Attitudes et pratiques des Français Résultats d enquête Tour Cristal 7 quai André Citroën 75 015 Paris 23 octobre 2014 Quelques mots sur la méthodologie de l enquête

Plus en détail

Teneur en glucides des produits de la Réunion. 15 décembre 2011

Teneur en glucides des produits de la Réunion. 15 décembre 2011 Teneur en glucides 15 décembre 2011 Objectif Avoir des éléments de comparaison de l offre sur : - les produits laitiers frais (PLF) - les boissons rafraichissantes sans alcool (BRSA) entre la Réunion et

Plus en détail

JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008. L étiquetage des denrées alimentaires. L information des consommateurs,

JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008. L étiquetage des denrées alimentaires. L information des consommateurs, JUIN 2012 DÉCEMBRE 2008 INFO RÉGLEMENTATION info L étiquetage des denrées alimentaires L information des consommateurs, focus sur le règlement européen INCO L e règlement européen n 1169/2011 (ci-après

Plus en détail

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils?

Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Qui sont-ils? D où viennent-ils? Où sont-ils? Les glucides sont des éléments nutritifs indispensables au bon fonctionnement de l organisme. Ils sont présents dans les aliments aux côtés des protéines (viande,

Plus en détail

manifeste, chartes, conventions.

manifeste, chartes, conventions. manifeste, chartes, conventions. MANIFESTE POUR L ACCÈS À UNE HAUTE QUALITÉ ALIMENTAIRE AU QUOTIDIEN Slow Food veut promouvoir une nouvelle manière d aborder l alimentation, indissociable de l identité

Plus en détail

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin?

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin? Protéines Pour des Canadiens actifs De quelle quantité avez-vous besoin? 1 Protéines 101 Les protéines sont les principaux éléments fonctionnels et structuraux de toutes les cellules du corps. Chaque protéine

Plus en détail

bio dej BEFORE Pot de 540 g Müesli-pomme Fruits rouges 23/09/10 Apport en glucides complexes Dernier repas 2 à 3 h avant le début de l effort

bio dej BEFORE Pot de 540 g Müesli-pomme Fruits rouges 23/09/10 Apport en glucides complexes Dernier repas 2 à 3 h avant le début de l effort BEFORE bio dej Apport en glucides complexes Dernier repas 2 à 3 h avant le début de l effort Texture crémeuse, très digeste Ingrédients (arôme müesli-pomme) : Maltodextrine*, dextrose*, poudre de lait*,

Plus en détail

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6

CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 CONJONCTURE ET STRATÉGIES PROFESSIONNELLES DES CADRES BAROMÈTRE SEMESTRIEL N 6 Juillet 11 OBJECTIF DE L ENQUÊTE Tous les six mois, l Apec interroge un échantillon représentatif de 1 cadres du secteur privé

Plus en détail

Les aliments de l intelligence

Les aliments de l intelligence www.swissmilk.ch NEWS ER Conseils alimentation: L alimentation saine à l adolescence, 3 e partie Octobre 2010 Les aliments de l intelligence Des performances intellectuelles au top Des repas intelligents

Plus en détail

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS

SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS SONDAGE SUR LA CULTURE FINANCIERE D UNE POPULATION D INTERNAUTES MAROCAINS Service Education des Epargnants &Habilitation des Intervenants Sondage sur la culture financière d une population d internautes

Plus en détail

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU L I V R E B L A N C En collaboration avec RÉSUMÉ 2 Ce livre blanc repose sur une étude commandée par Karma Gaming et réalisée par Gaming Insights Group. Les données viennent

Plus en détail

Comment réaliser votre étude de marché. Pascale GARNIER - MCP MARKETING Estelle DELABRE - SILOUET

Comment réaliser votre étude de marché. Pascale GARNIER - MCP MARKETING Estelle DELABRE - SILOUET Comment réaliser votre étude de marché Pascale GARNIER - MCP MARKETING Estelle DELABRE - SILOUET Sommaire Objectifs de la conférence Préambule Méthode pour organiser votre réflexion Quelques conseils Partie

Plus en détail

Rapport final. Présenté à : Par :

Rapport final. Présenté à : Par : Légumes offerts sur les marchés publics : détermination des attentes des consommateurs (salubrité, provenance, qualité, etc.) et de la volonté de la production à répondre à ces attentes Rapport final Présenté

Plus en détail

Programme de certification sans gluten

Programme de certification sans gluten Allergen Control Group Inc. L Allergen Control Group Inc. (ACG) est représenté par une équipe d experts de l industrie alimentaire, qui connaissent et comprennent comment gérer les risques lors de la fabrication,

Plus en détail

2 Service de Pharmacologie médicale et toxicologie 191, avenue du doyen Gaston Giraud 34295 Montpellier cedex 5

2 Service de Pharmacologie médicale et toxicologie 191, avenue du doyen Gaston Giraud 34295 Montpellier cedex 5 1 Les allégations de santé des compléments alimentaires sont désormais réglementées Décembre 2012 14 Décembre 2012, une mini révolution dans l étiquetage des denrées alimentaires : toute allégation d un

Plus en détail

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés Objectif : Sensibiliser les élèves à ce qui se trouve dans leur nourriture et les aider à se méfi er des sucres cachés. Matériel Feuille à imprimer : Chaîne

Plus en détail

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives

Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Circulaire relative aux dispositions applicables aux banques alimentaires et associations caritatives Référence PCCB/S3/1092228 Date 02/08/2013

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Les Français et l accessibilité Rapport des résultats

Les Français et l accessibilité Rapport des résultats Les Français et l accessibilité Rapport des résultats Mediaprism Tour Cristal 7 quai André Citroën - 75015 Paris Tél. : 01 53 29 10 00 www.mediaprism.com 20 septembre 2013 Contexte et objectifs de l enquête

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

Etiquetage nutritionnel simplifié. Un antidote simple et efficace contre le marketing alimentaire

Etiquetage nutritionnel simplifié. Un antidote simple et efficace contre le marketing alimentaire Etiquetage nutritionnel simplifié Un antidote simple et efficace contre le marketing alimentaire UFC-Que Choisir Février 2015 2 Contenu I. L étiquetage nutritionnel simplifié : une mesure de santé publique...

Plus en détail

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français

«Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français «Ne laissons pas le psoriasis s installer entre nous» Psoriasis : état des lieux des connaissances et représentations des Français Résultats de l étude Enquête Ipsos - Juillet 011 Etude élaborée dans le

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES

DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DEVELOPPEMENT DES PREFERENCES ALIMENTAIRES DURANT L ENFANCE ET L ADOLESCENCE PROFESSEUR N. RIGAL MAITRE DE CONFERENCES EN PSYCHOLOGIE DU DEVELOPPEMENT, UNIVERSITE DE PARIS 10, FRANCE rigal.n@free.fr Rôle

Plus en détail

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts par Équiterre 30 novembre 2011 Objet de l étude Cette étude

Plus en détail

Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)?

Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)? Que manger le jour de la compétition (Athlétisme - concours)? La veille au soir Les buts de l alimentation sont de maintenir les réserves en glycogène (réserve de sucre pour l effort) tant au niveau du

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage

Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage Perceptions et préférences des consommateurs pour les fromages d alpage Table des matières 1. La méthode des focus groupes 2 2. Connaissance des produits d alpage 3. Les consommateurs perçoivent les fromages

Plus en détail

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie? CLSC Ahuntsic Mini-quiz Questionnaire sur l hypercholestérolémie Statistiques 1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

Plus en détail

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1

SANTE DES ETUDIANTS 2015. emevia - La santé des étudiants en 2013 1 SANTE DES ETUDIANTS 2015 emevia - La santé des étudiants en 2013 1 emevia - La santé des étudiants en 2013 2 1. Contexte et objectifs emevia est le premier réseau de mutuelles étudiantes de proximité EmeVia

Plus en détail

LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER

LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER LIGNE MÉTIER RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET BIOTECHNOLOGIE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER Le secteur de la Recherche scientifique et de la biotechnologie connaît un fort dynamisme, attesté par

Plus en détail