Formation continue. «Le grand ménage du printemps sur des sujets d actualité en nutrition et en alimentation» Vendredi le 7 juin 2013

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Formation continue. «Le grand ménage du printemps sur des sujets d actualité en nutrition et en alimentation» Vendredi le 7 juin 2013"

Transcription

1 Formation continue «Le grand ménage du printemps sur des sujets d actualité en nutrition et en alimentation» Vendredi le 7 juin 2013 Merci à nos partenaires! Danone L ordre professionnels des diététistes du Québec Diabète Québec (kiosque) T F Sur place : Pavillon Roger Gaudry (Salle P 310) 2900, boul. Édouard Montpetit, Montréal, Québec H3T 1J4

2 «Le grand ménage du printemps sur des sujets d actualité en nutrition et en alimentation» Le vendredi 7 juin 2013 Activité de formation continue présentée en collaboration avec Danone inc. 8h00 Accueil et inscription -café et jus - (Montréal seulement) 12h10 Dîner 13h15 8h25 Mot de bienvenue Équipe NUTRIUM Les nouvelles lignes directrices de pratique clinique 2013 pour la prévention et le traitement du diabète au Canada. 8h30 Jean-Marie Ekoé, MD, CSPQ, PD Endocrinologue, Professeur titulaire PTG Thématique : Les nouveautés en termes de dépistage, cibles thérapeutiques et pharmacothérapie. 13h15 Marie-Claude Paquette, Ph.D., Dt.P. Conseillère scientifique - Équipe poids Institut national de santé publique du Québec Thématique : L Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire TOME 1 : Le visage des jeunes d aujourd hui : leur santé physique et leurs habitudes de vie. Faits saillants pour les nutritionnistes 14h15 Période de questions 9h20 10h20 10h50 10h50 11h50 Élise Taillon, Dt.P. Nutritionniste, Clinique de diabète CSSS de St-Jérôme Thématique : implications à l'égard de l'approche nutritionnelle chez l'adulte Pause Collation et boissons froides et chaudes (Montréal seulement) Sandra Jeansonne, Dt.P. Nutritionniste, Obstétrique et néonatalogie CHU mère enfant Sainte-Justine Thématique : Nutrition et grossesses à risques : le point pour les nutritionnistes. Période de questions 14h25 Philippe Grand, Dt.P. et Bernard Lavallée Dt.P. M.Sc. (cand.) Extenso - La référence en nutrition de l'université de Montréal Thématique : La pêche durable : implications pour les nutritionnistes 15h25 Période de questions 15h35 Mot de clôture Équipe NUTRIUM Merci à notre partenaire : LIEU DE L ACTIVITÉ Université de Montréal Pavillon Roger-Gaudry (Pavillon Principal), Salle P , Boul. Édouard-Montpetit, Montréal (Québec) H3T 1J4 Plan du campus : Station de métro : Université de Montréal (~ 10 min. de marche) Stationnement ($) : Garage Louis-Colin (~5 min de marche) INSCRIPTION ET PAIEMENT EN LIGNE Rendez-vous sur notre site : Vous y trouverez tous les détails entourant : L inscription et le paiement Les objectifs d apprentissage La carte du campus et des stationnements Sites de visioconférence pour retransmission Le nombre de UFC de l'opdq reconnues Pavillon Liliane de Stewart, bur. 1213, 2405, chemin de la Côte-Ste-Catherine, Téléphone: Montréal (Québec) H3T 1A8 Télécopieur:

3 «Le grand ménage du printemps sur des sujets d actualité en nutrition et en alimentation» mieux comprendre mieux aider» Le vendredi 7 juin 2013 Activité de formation continue présentée en collaboration avec Danone inc. OBJECTIFS SPÉCIFIQUES Au terme de cette journée, les participants seront en mesure de : Conférence 1 : Les nouvelles lignes directrices de pratique clinique 2013 pour la prévention et le traitement du diabète au Canada : Les nouveautés en termes de dépistage, cibles thérapeutiques et pharmacothérapie. Définir les nouveautés en termes de prévention et de traitement du diabète au Canada en regard des nouvelles lignes directrices canadiennes en matière de prévention et de traitement du diabète, notamment le dépistage, le diagnostic, les cibles thérapeutiques, et la pharmacothérapie. Adapter sa pratique professionnelle en regard des nouvelles lignes directrices canadienne pour la prévention et le traitement du diabète au Canada. Conférence 2 : Les nouvelles lignes directrices de pratique clinique 2013 pour la prévention et le traitement du diabète au Canada : implications à l'égard de l'approche nutritionnelle chez l'adulte. Connaître et comprendre les implications nutritionnelles des nouvelles lignes directrices canadiennes en matière de prévention et de traitement nutritionnel du diabète chez l'adulte (notamment chez les personnes âgées). Adapter sa pratique professionnelle en regard des nouvelles lignes directrices canadienne pour la prévention et le traitement du diabète au Canada. Conférence 3 : Nutrition et grossesses à risque: le point pour les nutritionnistes. Connaître et comprendre les implications nutritionnelles des grossesses à risques. Connaître et comprendre les implications nutritionnelles des nouvelles lignes directrices canadiennes en matière de prévention et de traitement nutritionnel du diabète gestationnel. Adapter sa pratique professionnelle à l'égard des femmes enceintes présentant une grossesse à risque. Conférence 4: L Enquête québécoise sur la santé des jeunes du secondaire TOME 1 : Le visage des jeunes d aujourd hui : leur santé physique et leurs habitudes de vie : faits saillants pour les nutritionnistes. Identifier les faits saillants du rapport en lien avec les habitudes alimentaires, le poids, l apparence et les actions à l égard du poids et la consommation d alcool. Adapter sa pratique professionnelle en regard des faits saillants du rapport. Conférence 5 : Pêche durable : implications pour les nutritionnistes. Définir les principes de pêche durable. Reconnaître et juger les implications nutritionnelles de ces principes dans l alimentation. Adapter sa pratique professionnelle en regard de ces principes de pêche durable. Merci à notre partenaire Pavillon Liliane de Stewart, bur. 1213, 2405, chemin de la Côte-Ste-Catherine, Téléphone: Montréal (Québec) H3T 1A8 Télécopieur:

4 «Nouvelles lignes directrices de pratique clinique 2013 pour la prévention et le traitement du Diabète au Canada : Les nouveautés en termes de dépistage, cibles thérapeutiques et pharmacothérapie.» Jean Marie Ekoé, MD, CSPQ, PD Endocrinologue, Professeur titulaire PTG Service de Médecine, Endocrinologie, Métabolisme et Nutrition CHUM Hôpital Hôtel Dieu Département de Médecine et de Nutrition Faculté de Médecine de l Université de Montréal Diplômé de l université de Lausanne, Suisse Doctorat : Université de Genève, Suisse Agrégé de l Université de Genève, Suisse Formation post doc. UK : Londres, Cambridge et Oxford Ancien responsable du Programme Mondial du Diabète de l Organisation Mondiale de la Santé Président du Conseil Professionnel de Diabète Québec Domaines d expertise : Endocrinologie générale Épidémiologie du diabète sucré et de ses complications micro et macroangiopathiques Chef de la Clinique du Pied Diabétique au CHUM Hôtel Dieu Directeur adjoint de l unité de recherche en épidémiologie du CHUM Publications : articles, abstracts, livres et chapitres de livres : 295

5 «Nouvelles lignes directrices de pratique clinique 2013 pour la prévention et le traitement du Diabète au Canada : Implications à l'égard de l'approche nutritionnelle chez l'adulte» Élise Taillon, Dt.P. Nutritionniste, Clinique de diabète CSSS de St-Jérôme Graduée en nutrition de l Université de Montréal en Mme Taillon est éducatrice en diabète depuis 1990, année de l ouverture de la clinique de diabète au CSSS de Saint-Jérôme. Elle a participé à la révision du manuel de nutrition clinique, chapitre diabète en Elle a collaboré à la révision et la conception des guides d alimentation pour la personne diabétique de Diabète Québec. Elle est également co-auteure de modules d enseignement réservés à la clientèle diabétique de la clinique du CSSS de Saint-Jérôme.

6 Clinique de diabète / CSSS St-Jérôme Déclaration de conflits d intérêt réels ou potentiels Je n ai aucun conflit d intérêt réel ou potentiel. Pratique clinique de l association canadienne du diabète en 2013 : Lignes directrices Traitement nutritionnel Chapitre 11 Paula D. Dworatzek, Kathryn Arcudi, Réjeanne Gougeon, Nadira Husein, John L. Sievenpiper, Sandi Williams 1

7 Buts du traitement nutritionnel Atteindre et maintenir un contrôle métabolique optimal. Prévenir et traiter les complications chroniques du diabète. Améliorer la santé par des choix alimentaires sains et l activité physique. Proposer des changements qui tiennent compte des préférences de la personne en respectant ses limites et son désir d amorcer un processus de changement. Élements-clés des recommandations en nutrition 2013 Orienter la personne diabétique vers une diététiste pour une consultation en nutrition. Suivre Bien manger avec le Guide alimentaire canadien. Personnaliser les conseils nutritionnels en fonction des préférences et des objectifs du traitement. Choisir des aliments glucidiques à faible indice glycémique. Éléments-clés des recommandations en nutrition (suite) 2013 Connaître les régimes alimentaires alternatifs pour les personnes diabétiques de type 2. Encourager l auto-ajustement de l insuline par le calcul du ratio insuline/glucides chez les personnes diabétiques de type 1. Favoriser une alimentation équilibrée et restreinte en énergie chez les personnes en surpoids ou obèses. 2

8 Figure 1 Prise en charge nutritionnelle de l'hyperglycémie dans le diabète de type 2 Évaluation clinique Axer les interventions sur le mode de vie avec l aide d une diététiste Initier des interventions axées sur le mode de vie ou une restriction énergétique et augmenter l'activité physique pour atteindre/maintenir un poids santé. Fournir des conseils sur l alimentation adaptée au mieux à la personne en s appuyant sur ses préférences, les objectifs du traitement et son désir de vouloir amorcer un processus de changement. Si les cibles ne sont pas atteintes: Poursuivre les interventions axées sur le mode de vie et ajouter la pharmacothérapie. Macronutriments La quantité minimale de glucides recommandée est de 130 g / jour afin de répondre aux besoins du cerveau. 6/4/ Effets des macronutriments 2013 Interventions alimentaires A1C Avantages Désavantages Riches en glucides HDL-C, CRP, - (faible indice glycémique [IG]) hypoglycémie Riches en glucides (riche en fibres) TC, LDL-C HDL-C, effets secondaires GI Riches en AGM TG - Faibles en glucides TG micronutriments, charge rénale Riches en protéines TA, TG, maintien de la masse maigre micronutriments, charge rénale Acides gras à chaîne longue oméga 3 TG Exposition au méthylmercure A1C = hémoglobine glyquée CHO = glucide CRP = protéine C-réactive AGM = acide gras monoinsaturé TC = cholestérol total LDL = lipoprotéine de faible densité TA = tension artérielle TG = triglycérides GJ = glycémie à jeun GI = gastrointestinal = diminution < 1 % de l A1C HDL = lipoprotéine de haute densité 3

9 Effets des régimes alimentaires Régimes alimentaires 2013 A1C Avantages Désavantages Végétarien LDL-C, HDL-C vitamine B 12 Méditerranéen TA, CRP, TC, HDL-C, TC:HDL-C, TG Aucun DASH poids, TA, CRP, LDL-C, HDL-C Aucun Atkins poids, TC, HDL-C, TC:HDL-C, TG LDL-C, micronutriments, observation du régime Protein Power Plan poids micronutriments, observation, charge rénale Ornish - poids, LDL-C:HDL-C GJ, observation Weight Watchers - poids, LDL-C:HDL-C GJ, observation Zone - poids, LDL-C:HDL-C GJ, observation Légumineuses TC, LDL-C Effets secondaires GI Noix LDL-C, apo-b, apo-b:apo-a1 Aucun Substituts guidelines.diabetes.ca repas BANTING ( ) poids diabetes.ca Intervention temporaire Effets des régimes alimentaires Régimes alimentaires 2013 A1C Avantages Désavantages Végétarien LDL-C, HDL-C vitamine B 12 Méditerranéen TA, CRP, TC, HDL-C, TC:HDL-C, TG Aucun DASH poids, TA, CRP, LDL-C, HDL-C Aucun Régime Atkins poids, TC, HDL-C, TC:HDL-C, TG Régime Protein Power Plan LDL-C, micronutriments, observation du régime poids micronutriments, observation, charge rénale Ornish - poids, LDL-C:HDL-C GJ, observation Weight Watchers - poids, LDL-C:HDL-C GJ, observation Régime Zone - poids, LDL-C:HDL-C GJ, observation Légumineuses TC, LDL-C Effets secondaires GI Noix LDL-C, apo-b, apo-b:apo-a1 Aucun Remplacements guidelines.diabetes.ca des BANTING ( ) poids diabetes.ca Intervention temporaire repas Effets des régimes alimentaires Régimes alimentaires 2013 A1C Avantages Désavantages Végétarien LDL-C, HDL-C vitamine B 12 Méditerranéen TA, CRP, TC, HDL-C, TC:HDL-C, TG Aucun DASH poids, TA, CRP, LDL-C, HDL-C Aucun Atkins poids, TC, HDL-C, TC:HDL-C, TG LDL-C, micronutriments, observation du régime Protein Power Plan poids micronutriments, observation, charge rénale Ornish - poids, LDL-C:HDL-C GJ, observation Weight Watchers - poids, LDL-C:HDL-C GJ, observation Zone - poids, LDL-C:HDL-C GJ, observation Légumineuses TC, LDL-C Effets secondaires GI Noix LDL-C, apo-b, apo-b:apo-a1 Aucun Remplacements guidelines.diabetes.ca des BANTING ( ) poids diabetes.ca Intervention temporaire repas 4

10 Effets des régimes alimentaires Régimes alimentaires 2013 A1C Avantages Désavantages Végétarien LDL-C, HDL-C vitamine B 12 Méditerranéen TA, CRP, TC, HDL-C, TC:HDL-C, TG Aucun DASH poids, TA, CRP, LDL-C, HDL-C Aucun Atkins poids, TC, HDL-C, TC:HDL-C, TG LDL-C, micronutriments, observation du régime Protein Power Plan poids micronutriments, observation, charge rénale Ornish - poids, LDL-C:HDL-C GJ, observation Weight Watchers - poids, LDL-C:HDL-C GJ, observation Zone - poids, LDL-C:HDL-C GJ, observation Légumineuses TC, LDL-C Effets secondaires GI Noix LDL-C, apo-b, apo-b:apo-a1 Aucun Substituts guidelines.diabetes.ca repas BANTING ( ) poids diabetes.ca Intervention temporaire Recommandations 1 et 2 1. Les personnes diabétiques doivent s appuyer sur les conseils nutritionnels d une diététiste professionnelle pour pouvoir abaisser leur A1C [Catégorie B, niveau 2, pour le diabète de type 2; Catégorie D, 2013 consensus, pour le diabète de type 1] et réduire le nombre d hospitalisations [Catégorie C, niveau 2]. 2. L'éducation nutritionnelle s avère efficace lorsqu elle est effectuée en petit groupe ou individuellement [Catégorie B, niveau 2]. L éducation en groupe doit intégrer les principes d andragogie, tels que des 2013 activités pratiques, des résolutions de problèmes, des jeux de rôle et des discussions de groupe [Catégorie B, niveau 2]. Recommandations 3 et 4 3. Les personnes diabétiques doivent être encouragées à suivre le Guide alimentaire canadien pour s assurer de combler leurs besoins nutritionnels [Catégorie D, consensus]. 4. Les personnes diabétiques obèses ou avec un surpoids doivent adopter une alimentation équilibrée et restreinte en 2013 énergie pour atteindre et maintenir un poids d équilibre plus sain [Catégorie A, niveau 1A]. 5

11 Encourager les patients à suivre le Guide alimentaire canadien pour combler leurs besoins nutritionnels Les patients ayant un IMC 25 kg/m 2 doivent adopter une alimentation équilibrée et restreinte en énergie pour atteindre et maintenir un poids corporel d équilibre plus sain. Une perte de 5 à 10 % du poids corporel initial permet d améliorer la sensibilité à l insuline ainsi que le contrôle de la glycémie, de la pression artérielle et du taux de lipides. Recommandations 5 et 6 5. Chez les adultes diabétiques, la répartition des macronutriments en pourcentage de l'énergie totale peut varier de 45 à 60 % pour les glucides, de 15 à 20 % pour les protéines et de 20 à 35 % 2013 pour les lipides. Ces écarts permettent l individualisation du traitement nutritionnel en fonction des préférences et des objectifs du traitement [Catégorie D, consensus]. 6. Les adultes diabétiques doivent consommer au plus 7 % de l énergie totale sous forme de gras saturés [Catégorie D, consensus] et réduire au minimum leur consommation d acides gras trans [Catégorie D, consensus]. 6

12 Monsieur Sylvain Rencontre début mai 2013 Homme de 53 ans diabétique depuis 8 ans Rx : metformin 500 mg 2 co bid + glyburide 2.5 mg bid Labos (Août 2012) : glucose à jeûn : 18.3 mmol/l Chol Tot : 4.75 mmol/l Chol-LDL : 3.15 mmol/l Chol-HDL : 0.84 mmol/l Ratio Chol/HDL : 5.65 TG : 1.65 mmol/l Taille : 1m75 Poids : 133 Kg IMC : 43 Obésité classe III M n a pas apporté son livret de glycémie mais me dit qu il pratique l autocontrôle 1 fois par jour en moyenne: Glucos au lever le am : environ 10 mmol/l Glucos 2 h pc repas : varient de 5.8 à 10.6 mmol/l Gluco au bureau 1 h pc (déjeuner) 7.2 mmol/l Monsieur Sylvain Habitudes de vie : Tabac cessé en 2001, 18 Kilos ROH occasionnel Marche 1 h par jour, le matin Histoire sociale : Travaille comme cuisinier dans une usine d alimentation de soir (14h30 à 22h30 ). Vit avec une conjointe. M prépare habituellement le repas du dîner. Il apporte son lunch pour le repas du souper. Particularité : M fait souvent des hypoglycémies avant son souper au travail. Monsieur Sylvain : Répartition énergétique Macronutriments 36 % 36 % 28 % Glucides Lipides Protéines 7

13 Recommandations nutritionnelles Renforçons les acquis. Soulignons l importance de perdre du poids. Enseignons la notion de glucides des aliments. Suggérons d augmenter l apport en glucides du repas du dîner ou introduire une collation en PM. Recommandons de réduire portion de viande au profit des légumes et fruits. Conseillons d utiliser les corps gras avec modération (cuisson et ajout). Mise en garde et traitement de l hypoglycémie discutés. Discutons des mécanismes d action des antidiabétiques oraux. Revoyons M dans 6 semaines. 3 semaines plus tard : Date Déjeuner Dîner Souper Coucher 6 mai mai mai mai mai mai Glyburide 2.5 die cessé mai mai semaine plus tard : Glyburide 1.25mg die Date Déjeuner Dîner Souper Coucher 24 mai mai mai mai mai 6.9 8

14 Monsieur Sylvain : relance 5 semaines Interventions amorcées: Monsieur a diminué le contenu de son déjeuner. Mange plus de fruits. A réduit ses portions de viande. A mangé poisson 2 fois par semaine. N a pas marché re: douleur à un pied. NB: Ne fait plus d hypoglycémie depuis glyburide 1.25mg die Monsieur Sylvain Glyburide 1.25mg die Date Déjeuner Dîner Souper Coucher 24 mai mai mai mai mai mai mai mai 6.2 A1c Now : 6.3 % Poids: 131.3Kg (perte de 1.7 kilos) Recommandations nutritionnelles Encourageons les acquis. Soulignons l importance de répartir les fruits dans la journée. Encourageons à limiter les gras via: margarine ajoutée huile pour la cuisson utiliser pulvérisateur d huile? Revisons l assiette équilibrée. Faisons la démonstration d exemples de déjeuner. 9

15 Exemples de déjeuners Déjeuner 1 2 toasts b entier 3 c thé margarine 2 c Tb b arachide 1 tr fromage rég Café noir 535 Kcal Déjeuner 2 2 toasts b entier 2 c Tb b arachide Compote de pommes Café noir 365 Kcal Déjeuner 3 Yogourt grec 0% 1 toast b entier 1 c Tb b arachide Compote de pommes Café noir 290 Kcal Glucides 24% Lipides 65% Protéines 11% Glucides 52% Lipides 36% Protéines 12% Glucides 59% Lipides 22% Protéines 18% Recommandations nutritionnelles Discutons des bienfaits de l activité physique régulière. Orientons vers une infirmière en soins de pied ou un podiâtre. Relance dans 6 semaines. Recommandations 7 et 8 7. Dans un repas mixte, l ajout de sucrose ou de fructose peut 2013 substituer d autres sources de glucides jusqu à concurrence de 10 % de l énergie totale pour la journée, pourvu que le contrôle des glycémies et des lipides demeure adéquat [Catégorie C, niveau 3]. 8. Les personnes diabétiques de type 2 doivent maintenir une régularité à l égard des heures de repas et de l espacement des repas pour optimiser le contrôle de leur glycémie [Catégorie D, niveau 4]. 10

16 Recommandation 9 9. Les conseils nutritionnels peuvent être axés sur des sources de glucides ayant un faible indice glycémique pour aider à optimiser le contrôle de la glycémie [Diabète de type 1 : catégorie B, niveau 2; diabète de type 2 : Catégorie B, niveau 2]. Choisir des aliments glucidiques à faible indice glycémique (IG) Recommandation Des régimes alimentaires alternatifs peuvent être utilisés pour les personnes diabétiques de type 2 afin d améliorer le contrôle de la glycémie, notamment : 2013 Régime de style méditerranéen [Catégorie B, niveau 2] Régime végétarien ou végétalien [Catégorie B, niveau2] Ajout de légumineuses (haricots, pois secs, pois chiches, lentilles ) [Catégorie B, niveau 2] Régime Dietary Approaches to stop Hypertension (DASH) [Catégorie B, niveau 2] 11

17 Régime végétarien Monsieur Noel 73 ans Diabétique depuis 28 ans ATCD : MCAS et HTA diabète type 2 Rx en 2001 : metformin 500 mg tid insuline 20/80 48U am et 50U pm Taille : 1m73 Poids : 78 Kg IMC : 26 A commencé un régime végétarien en novembre Régime végétarien Évolution au cours des ans Année Poids A1c Traitement % Insuline 20/80 bid + metformin 500 tid Début régime végétarien % Diabeta 5 bid + metformin 500 tid % Metformin 500 tid % Diabeta 10 bid + metformin 500 tid % Diamicron MR 120 +metformin 500 tid % Diamicron Mr 90 + metformin 500 tid Recommandations 11 et Un programme intensif d interventions axées sur le mode de vie combinant des modifications à l alimentation et une activité 2013 physique accrue peut être une solution pour déclencher une perte de poids, améliorer le contrôle glycémique et diminuer les facteurs de risque cardiovasculaire [Catégorie A, niveau 1A]. 12. Les personnes diabétiques de type 1 doivent apprendre à ajuster leurs doses d insuline selon la qualité et la quantité de glucides consommés [Catégorie C, niveau 2] ou doivent maintenir constantes la quantité et la qualité des glucides consommés [Catégorie D, niveau 4]. 12

18 Monsieur Alain 50 ans Diabétique type 1 depuis l âge de 22 mois. Diabète labile +, maladie caeliaque avec diète sans gluten, dialyse 3 fois semaine en attente de greffe. Rx : insuline Humalog ac tid selon échelle + Lantus 18U au souper (se donne son insuline avec seringues) Ne se donne pas d insuline Humalog si gluco < 8 mmol/l. Pratique l autocontrôle ac repas + au coucher. Glucos au lever varient : 3.2 à 23.4 mmol/l ac dîner : 2.8 à 25.8 mmol/l ac souper : 3.1 à 25.4 mmol/l au coucher : 2.8 à 19.6 mmol/l Monsieur Alain Anthropométrie : Taille : 1m63 Poids : 66Kg IMC : 24 Labos : A1c: 8.9% Hx sociale : Vit seul, prépare lui-même ses repas, sans emploi. Assistance sociale. Repas peu variés (sans gluten) et fixes en glucides. Compréhension limitée (ralenti). Analyse: diabète type 1 avec > variabilités glycémiques 2 à 1) échelle d insuline inadéquate 2) peur des hypoglycémies (ne les ressent plus) Voit l interniste de la clinique qui prescrit un ratio: 0.8U/10g déjeuner, 0.5U/10g dîner et souper avec le décompte des glucides. Recommandations nutritionnelles Revisons la notion de glucides des aliments et de l étiquetage nutritionnel. Mentionnons l importance de maintenir des contenus fixes en glucides aux repas. Allouons : 60g glucides au déjeuner 50g glucides au dîner 60g glucides au souper 30g glucides coll soirée Traitons de la mise en garde et du traitement de l hypoglycémie. Revoyons M dans 1 semaine. 13

19 Résultats de Monsieur Alain 22U Date AM Midi PM Soirée Avril U U 6.3 D U U U 7.7 3U 5.2 2U 14.8 D U 8.9 3U 20.5 Lantus Humalog D D S < > Recommandations nutritionnelles 1 semaine plus tard : Validons la compréhension de la notion de glucides des aliments et importance de maintenir contenus des repas fixes en glucides Validons la compréhension de l échelle Suggérons de repousser insuline Lantus au coucher Augmentons ratio souper 0.7U/10g glucides Résultats de monsieuralain 22U Date AM Midi PM Soirée Avril U U 6.3 D U U U 7.7 3U 5.2 2U 14.8 D U 8.9 3U 20.5 Lantus Humalog D D S < > U 8.2 3U 9.2 4U 14.8 D U 8.7 4U 9.4 Mai U 4.3 2U U 7.4 D U 6.6 4U U 7.9 3U 4.1 4U 9.3 D D S < >

20 Recommandations nutritionnelles 1 semaine plus tard : Validons la compréhension de la notion de glucides des aliments et importance de maintenir contenus des repas fixes en glucides Validons la compréhension de l échelle Stylo à insuline? Incréments de ½ dose? Défi : 1) Augmenter la variété dans ses menus en tenant compte des limites de son régime sans gluten et rénal. 2) Diminuer les excursions glycémiques. 3) Viser A1c autour de 8%. Recommandation Les personnes ayant recours à l'insuline ou aux sécrétagogues doivent être informées du risque d'hypoglycémie retardée dû à 2013 l ingestion d alcool pendant ou après le repas de la veille [Catégorie C, niveau 3] et doivent être avisées des mesures préventives à suivre telles que de consommer des glucides ou ajuster la dose d'insuline et suivre de près les glycémies [Catégorie D, consensus]. En Résumé: approche client Faire de l écoute active. Axer nos interventions en fonction des limites et intérêts du client. Éviter de surcharger d informations. Proposer des relances pour intégrer les notions progressivement. Donner des informations simples. La perte de poids n est pas le seul gage de réussite. Notre plus grand rôle : L ACCOMPAGNEMENT 15

21 Lignes directrices de la pratique clinique en 2013 de l ACD pour les professionnels BANTING ( ) pour les patients Clinique de diabète / CSSS St-Jérôme Merci de votre attention!! Choisir les aliments à l aide du % de la valeur quotidienne (VQ) VQ > 15 % = beaucoup VQ < 5 % = peu 16

22 «Nutrition et grossesses à risques : le point pour les nutritionnistes. Sandra Jeansonne, Dt.P. Nutritionniste, Obstétrique et néonatalogie CHU mère enfant Sainte Justine Nutritionniste en obstétrique et pédiatrie depuis 5 ans. La nutrition m a toujours intéressée et interpelée, c est pour cette raison que j en ai fait ma profession. J ai un Baccalauréat en Nutrition de l Université de Montréal depuis 2007 et je suis membre de l Ordre professionnel des diététistes du Québec (OPDQ). Ma spécialisation en obstétrique et pédiatrie vient de soit puisqu elle me permet de joindre mes deux passions, les enfants et la nutrition. Depuis ma sortie de l université je travaille au CHU Sainte-Justine. Réalisations d intérêt en obstétrique et pédiatrie générale :Participation à la relecture scientifique du chapitre "Nutrition, suppléments vitaminés, hygiène de vie et contraception" pour la deuxième édition du Guide thérapeutique : Grossesse et allaitement des Éditions Du CHU Sainte-Justine. Conférencière invité à la Réunion annuelle des Infirmières et Infirmiers Journée sur le VRS et la Prématurité (septembre 2011). Conférence de 45 minutes ayant pour titre : La Nutrition: de la naissance à l introduction des aliments solides. Animation de conférences sur l introduction des aliments complémentaires au centre Espace bienêtre à Vaudreuil-Dorion Animation d un atelier conférence dans le cadre du Programme La famille s agrandit Automne 2011, destiné au personnel du CHU Sainte-Justine. Atelier conférence d une heure et demie ayant pour titre : Bien nourrir son enfant de 0 à 2 ans. Cours de deux heures aux étudiants de pharmacie de l Université de Montréal ; PHM 3522 Pharmacothérapie nutritionnelle : La nutrition du nourrisson; l allaitement maternel, les préparation commerciales pour nourrissons et l introduction des solides. (Janvier 2009) Cours NUT 2039 offert aux étudiants-étudiantes en Nutrition de l Université de Montréal ; 7 heures de cours. (Janvier 2012)Participation à l émission Bien dans son assiette, à la radio de Radio-Canada. Émission sur l alimentation autonome du bébé (février 2012) Entrevue pour un article sur l alimentation autonome du bébé, dans la revue ENFANTS QUÉBEC (septembre 2012)Article sur l intolérance aux protéines bovines sur le site de Canal Vie

23 NUTRITION ET GROSSESSES À RISQUE : LE POINT POUR LES NUTRITIONNISTES Journée de formation continue NUTRIUM 7 juin 2013 Sandra Jeansonne, Dt.P. Nutritionniste, Obstétrique et néonatalogie, CHU mère-enfant Sainte-Justine AU MENU Connaître et comprendre les implications nutritionnelles des grossesses à risque. Facteurs associés à l évolution de la grossesse Besoins nutritionnels particuliers, gain de poids, activité physique, etc. Adapter sa pratique professionnelle à l'égard des femmes enceintes présentant une grossesse à risque Problèmes gastro-intestinaux Grossesses à risque élevé (GARE): adolescence, végétarisme, gémellaire, obésité, pathologies préexistantes, etc. Connaître et comprendre les implications nutritionnelles des nouvelles lignes directrices canadiennes en matière de prévention et de traitement nutritionnel du diabète gestationnel. Diabète de grossesse/intolérance au glucose Outils pratiques et Références FACTEURS ASSOCIÉS À L ÉVOLUTION DE LA GROSSESSE Importance des soins préconceptionnels et prénatals pour prévenir certaines maladies et pour encourager l adoption de saines habitudes de vie. Dépistage Promotion de la santé Éducation Pourquoi: Favoriser la santé de la femme enceinte et réduire les risques de complications: Retard de croissance intra-utérin (RCIU) Prématurité Mortalité périnatale Problèmes chroniques durant l enfance Centers for Disease Control. Recommendations to improve preconception health and health care - United States. MMWR Recommendations and Reports 2006;55:1-23. Kaiser L, Allen LH. Position of the American Dietetic Association: nutrition and lifestyle for a healthy pregnancy outcome. J Am Diet Assoc 2008;108: Picciano MF. Pregnancy and lactation: physiological adjustments, nutritional requirements and the role of dietary supplements. J Nutr 2003;133:1997S-2002S. 1

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin?

Protéines. Pour des Canadiens actifs. De quelle quantité avez-vous besoin? Protéines Pour des Canadiens actifs De quelle quantité avez-vous besoin? 1 Protéines 101 Les protéines sont les principaux éléments fonctionnels et structuraux de toutes les cellules du corps. Chaque protéine

Plus en détail

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne L alimentation : partie intégrante de la prise en charge de l enfant et de l adolescent diabétique base du traitement avec l insulinothérapie et l activité

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Par D r Marco Gallant, interniste CSSS Drummond. Révisé par Sylvie Jacob, infirmière pharmacie communautaire, Patricia Trépanier, infirmière clinicienne CSSS de l Énergie, Annie Castonguay, nutritionniste

Plus en détail

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé

Dépistage des facteurs de risque modifiables chez les adultes atteints d hypertension (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé (Ensemble d indicateurs : Dispensateurs de soins de santé primaires) Définition Pourcentage des patients âgés de 18 ans et plus qui sont atteints d hypertension et qui ont subi tous les tests suivants

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point

L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Santé Canada Health Canada L Étiquetage nutritionnel interactif : faites le point Vous avez peut-être remarqué l information nutritionnelle affichée sur de nombreux produits alimentaires que vous achetez

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

Soins du post-partum

Soins du post-partum Diplôme Inter Universitaire de Soins Obstétricaux et Néonatals d Urgence SONU Soins du post-partum Prise en charge des complications lors de la grossesse et de l accouchement Objectifs de la séance Définir

Plus en détail

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004

Dépistage, prise en charge et. Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Dépistage, prise en charge et recommandations Journée du médecin de famille, 10 juin 2004 Diabète gestationnel Prévalence: 3 à 6% Quel test? Quel seuil? Quelle population? A quel moment

Plus en détail

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés

lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés lire les Étiquettes et trouver les sucres cachés Objectif : Sensibiliser les élèves à ce qui se trouve dans leur nourriture et les aider à se méfi er des sucres cachés. Matériel Feuille à imprimer : Chaîne

Plus en détail

La Cohorte des Grossesses du Québec

La Cohorte des Grossesses du Québec La Cohorte des Grossesses du Québec Outil pour la recherche en pharmacoépidémiologie périnatale Anick Bérard PhD FISPE Professeur titulaire, Faculté de pharmacie, Université de Montréal, Titulaire de la

Plus en détail

L autogestion de l insulinothérapie basale plus 1

L autogestion de l insulinothérapie basale plus 1 L autogestion de l insulinothérapie basale plus 1 Le traitement combiné insuline basale et hypoglycémiants oraux est un traitement éprouvé et efficace pour amorcer en douceur l insulinothérapie. Il est

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Diététique de la dyslipidémie

Diététique de la dyslipidémie Diététique de la dyslipidémie 1) Définition Anomalie du métabolisme des lipides à l origine de perturbations biologiques. On peut observer : - Une hypercholestérolémie : augmentation isolée du cholestérol

Plus en détail

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention

Définition et prévalence de la dénutrition. Dépistage et intervention Dépistage de la dénutrition ou de son risque, outil pour suivre les ingesta Isabelle Demierre Sandro Mascaro Contenu: Définition et prévalence de la dénutrition Causes de la dénutrition Dépistage et intervention

Plus en détail

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione

La pyramide alimentaire suisse. sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung ssn Société Suisse de Nutrition ssn Società Svizzera di Nutrizione sge Schweizerische Gesellschaft für Ernährung p. 1 / 5 Société Suisse de Nutrition SSN, Office fédéral de la santé publique OFSP / 2o11 Sucreries, snacks salés & alcool En petites quantités. Huiles, matières

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?"

COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI? COMMENT ACCOMPAGNER UN SÉNIOR DÉNUTRI?" 106 Témoignage du Dr Benjamin Rimaud 107 La dénutrition protéino-énergétique de la personne âgée Quelques chiffres 1 A domicile " 4 à 10% des personnes âgées En

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca

Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle. Information sur le sodium alimentaire. www.reductionsodium.ca Consommez moins de sodium pour réduire votre pression artérielle Information sur le sodium alimentaire www.reductionsodium.ca Contact Jocelyne Bellerive, MA Coordonnatrice/Éducatrice Programme réduction

Plus en détail

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours

Grossesse et HTA. J Potin. Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours Grossesse et HTA J Potin Service de Gynécologie-Obstétrique B Centre Olympe de Gouges CHU de Tours HTA et grossesse Pathologie fréquente : 2 à 5 % des grossesses (2 à 3 % des multipares, 4 à 8 % des primipares)

Plus en détail

SANTÉ. E-BOOK équilibre. stop. cholesterol diabete hypertension. Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT!

SANTÉ. E-BOOK équilibre. stop. cholesterol diabete hypertension. Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT! SANTÉ stop cholesterol diabete hypertension E-BOOK équilibre Réduire le cholestérol, l hypertension et le diabète SANS MEDICAMENT! un peu d histoire... Il y a 200 ans, un Français faisait en moyenne entre

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 PEDIAVEN AP-HP G15, solution pour perfusion 1000 ml de solution en poche bi-compartiment, boîte de 4 (CIP: 419 999-0) PEDIAVEN AP-HP G20, solution pour

Plus en détail

ALIMENTATION ET DIABETE

ALIMENTATION ET DIABETE Mise à jour 11/2009 4A, rue du Bignon - 35000 RENNES ALIMENTATION ET DIABETE Avec l activité physique, l alimentation constitue l un des axes majeurs de votre traitement. Respecter un minimum de principes

Plus en détail

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES

MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES MAÎTRISER LA LECTURE DES ÉTIQUETTES NUTRITIONNELLES Par Marie-Christine Parent, stagiaire en diététique AU MENU Retour sur le sondage Vision de la saine alimentation Qu est-ce que l étiquetage nutritionnel?

Plus en détail

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie? CLSC Ahuntsic Mini-quiz Questionnaire sur l hypercholestérolémie Statistiques 1. Selon les enquêtes canadiennes de santé du cœur, quel pourcentage de Québécois pourrait présenter un risque d hypercholestérolémie?

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF Organisation Tunisienne pour L Éducation et de la Famille Elaboré par Diabète infantile Boughanmi Hajer Encadré par : Licence appliquée en Biotechnologie JAOUA Noureddine Membre du bureau exécutif de l

Plus en détail

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies

Cholestérol. Précautions de prélèvement. Valeurs usuelles. Clinique. Cholestérol total. HDL-cholestérol. LDL-cholestérol. Hypocholestérolémies Cholestérol 89 Cholestérol L hypercholestérolémie est un facteur de risque d athérosclérose comme l ont établi de grandes enquêtes épidémiologiques. Dans le sang, le cholestérol est transporté par des

Plus en détail

Le dépistage systématique du diabète de grossesse est-ce vraiment nécessaire?

Le dépistage systématique du diabète de grossesse est-ce vraiment nécessaire? Remise en question de nos pratiques obstétricales Le dépistage systématique du diabète de grossesse est-ce vraiment nécessaire? Ellen Rosenberg 2 M me Pilon, 23 ans, en est à sa deuxième grossesse. La

Plus en détail

ORDONNANCE COLLECTIVE

ORDONNANCE COLLECTIVE ACTIVITÉ(S) RÉSERVÉE(S) Évaluer la condition physique et mentale d une personne symptomatique Administrer et ajuster des médicaments lorsqu ils font l objet d une ordonnance Contribuer au suivi de la grossesse,

Plus en détail

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir?

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le diabète de type 2 est une maladie chronique et progressive dont l incidence va en augmentant. Il n existe pas de traitement

Plus en détail

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments

L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments L information nutritionnelle sur les étiquettes des aliments Présenté par Micheline Séguin Bernier Le 19 mars 2007 Tiré et adapté du document de Santé Canada Le tableau de la valeur nutritive : plus facile

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant phénylcétonurique Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de phénylcétonurie. Aujourd'hui votre enfant va bien mais vous

Plus en détail

Alimentation des nourrissons et viande

Alimentation des nourrissons et viande L interprofession suisse de la filière viande Proviande société coopérative Finkenhubelweg 11 Case postale CH-3001 Berne +41(0)31 309 41 11 +41(0)31 309 41 99 info@proviande.ch www.viandesuisse.ch Alimentation

Plus en détail

Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013

Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013 Guide de référence sur les Lignes directrices de pratique clinique 2013 (Mise à jour juillet 2015) 426569-15 guidelines.diabetes.ca DÉPISTAGE ET DIAGNOSTIC Chez quelles personnes faut-il faire un dépistage

Plus en détail

DIRECTIVE CLINIQUE DE LA SOGC

DIRECTIVE CLINIQUE DE LA SOGC N 324 mai 2015 (remplace n 201, décembre 2007) Supplémentation préconceptionnelle en acide folique / multivitamines pour la prévention primaire et secondaire des anomalies du tube neural et d autres anomalies

Plus en détail

Allégations relatives à la teneur nutritive

Allégations relatives à la teneur nutritive Allégations relatives à la teneur nutritive Mots utilisés dans les allégations relatives à la teneur nutritive Ce que le mot signifie Exemples Sans Faible Réduit Source de Léger Une quantité insignifiante

Plus en détail

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE

LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE LES MALADIES CARDIOMÉTABOLIQUES CHEZ LES SURVIVANTS DE LA LEUCÉMIE LYMPHOBLASTIQUE AIGUË PÉDIATRIQUE ValérieMarcil, Ph.D., Dt.P. Colloque du mercredi 19 novembre 2014 GUÉRIR D UN CANCER PÉDIATRIQUE: QUELLE

Plus en détail

par Michael Boivin, B. Sc. Phm., pharmacien clinicien

par Michael Boivin, B. Sc. Phm., pharmacien clinicien COIN technipharm FC LE PROGRAMME NATIONAL DE FORMATION CONTINUE DES ASSISTANTS TECHNIQUES EN PHARMACIE 1 UFC GRATUIT POUR OBTENIR INSTANTANÉMENT VOS RÉSULTATS, RÉPONDEZ EN LIGNE SUR WWW.PROFESSIONSANTE.CA

Plus en détail

Un suivi médical régulier se

Un suivi médical régulier se Le suivi médical périodique Pierre Filteau, M.D. Un suivi médical régulier se révèle essentiel pour tout diabétique. Il est assuré minimalement quatre fois par année par le médecin traitant ou l infirmière.

Plus en détail

LES MATINALES DE LA FONDATION

LES MATINALES DE LA FONDATION LES MATINALES DE LA FONDATION «Alimentation, quoi de neuf chez les seniors? Bien s alimenter pour bien vieillir» Conférence du Docteur Carol SZEKELY, Chef de Pôle AGE HUPNVS Hôpital Charles Richet à Villiers-le-Bel

Plus en détail

epm > nutrition Formation & Conseil

epm > nutrition Formation & Conseil CATALOGUE FORMATIONS THEME : NUTRITION et SANTE Septembre 2011 Juin 2012 Journée Spéciale pour les Pharmaciens «Conseils Nutritionnels en Officine» Journées de Formation sur Paris «Nutrition de l Adulte»

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Introduction à la nutrition préscolaire pour les diététistes professionnel(le)s

Introduction à la nutrition préscolaire pour les diététistes professionnel(le)s Introduction à la nutrition préscolaire pour les diététistes professionnel(le)s Évaluation nutritionnelle pédiatrique Nutrition Screening Tool for Every Preschooler Évaluation de l alimentation des enfants

Plus en détail

Le diabète en pédiatrie

Le diabète en pédiatrie Le diabète en pédiatrie Dre Isabelle Bouchard Pédiatre Clinique de diabète pédiatrique du CHUL Janvier 2012 Objectifs 1) Connaître les différences physiopathologiques entre le diabète type 1 et type 2

Plus en détail

En savoir plus sur le diabète

En savoir plus sur le diabète En savoir plus sur le diabète 2 Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par un excès de sucre dans le sang, on appelle cela l hyperglycémie. Le diabète est une maladie chronique qui survient

Plus en détail

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes

Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) Informations pour les adolescentes Qu est-ce que le SOPK? Quel objectif? Cette brochure vous informe sur les signes, les causes et le traitement du syndrome

Plus en détail

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés.

Réalisé avec la collaboration du Dr Colas. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. Pour vous, jour après jour. - FRDBT00584 - Septembre 2013 - Lilly - Tous droits de reproduction réservés. INVENTIV HEALTH COMMUNICATIONS EUROPE Tout savoir sur son HbA1c Réalisé avec la collaboration du

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention

E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention E01-1 E01 - Facteurs de risque d athérosclérose: évaluation e t prévention Un facteur de risque est défini comme une condition associée à une augmentation de l incidence de la maladie avec un lien supposé

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Insulinothérapie et diabète de type 1

Insulinothérapie et diabète de type 1 Insulinothérapie et diabète de type 1 Introduction: la molécule d insuline L instauration de l insulinothérapie Dispositif d administration de l insuline Les propriétés de l insuline Insuline et schémas

Plus en détail

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT

Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS. ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT Biochimie Cours de Baudry Erlich Le 29/10/2007 à 13h30 Ronéotypeurs : David FIDAHOUSSEN et Marianne LANGLOIS ED n 4 CONDUITE À TENIR DEVANT UNE DYSLIPIDEMIE 1 Conduite à tenir devant une dyslipidémie PLAN

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme

Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Stratégies d intervention face à une dyslipidéme Module Optionnel MG Module Optionnel MG Pr P. HOFLIGER La prévention Cardio-vasculaire Elle se conçoit à deux niveaux : Prévention primaire : patients sans

Plus en détail

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs.

L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE. Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion. www.hopitalvs.ch www.spitalvs. L athérosclérose LES FACTEURS DE RISQUE Service de cardiologie et chirurgie cardiaque Hôpital de Sion www.hopitalvs.ch www.spitalvs.ch SOMMAIRE LES FACTEURS DE RISQUE CARDIOVASCULAIRES 4 1. Le diabète

Plus en détail

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE

LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Jean-Paul BLANC Diététicien-Nutritionniste Neuilly sur Seine www.cabinet-de-nutrition-et-dietetique.eu LA QUESTION DE LA PRISE DE POIDS CHEZ LE FUMEUR EN SEVRAGE TABAGIQUE Au cours de la dernière décennie

Plus en détail

Quel est cholestérol?

Quel est cholestérol? Quel est cholestérol? Le cholestérol est une substance trouvée dans les graisses présentes dans votre corps. Vous avez besoin de cholestérol pour construire et conserver des cellules saines. Cependant,

Plus en détail

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET

Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005. Tabac et Grossesse M. COLLET Lundis de la Santé - Brest 12 Décembre 2005 Tabac et Grossesse M. COLLET Tabac et grossesse Problème majeur de santé publique 25 à 33 % des femmes fument pendant la grossesse Nombreuses conséquences obstétricales

Plus en détail

L alimentation du nourrisson durant la première année de vie

L alimentation du nourrisson durant la première année de vie P. 1 / 8 L alimentation du nourrisson durant la première année de vie Contenu Feuille d info L alimentation du nourrisson durant la première année de vie / Juin 2012 2 Introduction 2 Développement et besoins

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Plan Quelles sont les personnes âgées et/ou les situations à risque de dénutrition? Quels sont les outils de

Plus en détail

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé

Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Aspect nutritionnel chez le sujet âgé Définition Etat pathologique résultant d apports nutritionnels insuffisants en regard des dépenses énergétiques de l organisme: diminution des apports alimentaires

Plus en détail

Plats préparés. Plats préparés

Plats préparés. Plats préparés Plats préparés Plats préparés Les plats préparés ou prêts à consommer trouvent de plus en plus leur place dans notre alimentation quotidienne. Nous n avons pas toujours la possibilité de préparer chaque

Plus en détail

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref...

Une vision d avenir. Il était deux petits navires. Mise en contexte. Rapport Perrault. Forum des générations (2004) En bref... Une vision d avenir Il était deux petits navires Alain Poirier, directeur national de santé publique et sous-ministre adjoint février 200 En bref... Mise en contexte Une mise en contexte Quelques données

Plus en détail

L équilibre alimentaire.

L équilibre alimentaire. L équilibre alimentaire. Une bonne nutrition est un incontestable facteur de bonne santé. Dans la médecine traditionnelle chinoise, certains aliments bien utilisés servent de remèdes pour prévenir et traiter

Plus en détail

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE

RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RISQUE CARDIOVASCULAIRE ET METABOLIQUE RAPPEL DEFINITIONS Hyperlipidémie g/l mmol/l Triglycérides < 2 < 2.2 Cholestérol Total

Plus en détail

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues.

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Date de présentation : 2014 Lieu : Roubaix. Mis à disponibilité sur le site

Plus en détail

Le diabète de grossesse

Le diabète de grossesse Le diabète de grossesse Bonjour future maman, Vous venez d apprendre que vous avez un problème de diabète de grossesse, dit gestationnel. Nous avons préparé cette brochure afin de répondre à vos questions

Plus en détail

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées

Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Evaluation du statut nutritionnel chez les personnes âgées Place du Mini Nutritional Assessment (MNA) Gaëlle Soriano, Sophie Guyonnet Besoins nutritionnels chez la PA Les besoins énergétiques correspondent

Plus en détail

Sport et alpha ANNEXES

Sport et alpha ANNEXES Sport et alpha ANNEXES Edition 2013 TABLE DES MATIERES Table des matières 1 Alimentation 2 Boire, Boire, Boire... 2 Et à l approche des «20 km de Bruxelles»? 3 Et pendant l épreuve? 3 Stretching 4 Avant

Plus en détail

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ

AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ AUTORISATION DU CLIENT POUR LA COLLECTE, L UTILISATION ET LA DIVULGATION DE RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SUR SA SANTÉ Le présent formulaire sert à obtenir votre consentement éclairé en ce qui a trait à la

Plus en détail

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive.

Tâche : Comparer l étiquette de produits alimentaires afin de connaître leur valeur nutritive. 13 aliments pour une bonne santé Valeurs nutritives Grande compétence A Rechercher et utiliser de l information Groupe de tâches A2 : Interpréter des documents Grande compétence C Comprendre et utiliser

Plus en détail

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION

ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION ATELIER SANTE PREVENTION N 2 : L ALIMENTATION Mardi 24 janvier 2012 au Centre de Formation Multimétiers de REIGNAC L objectif de cet atelier sur la santé est de guider chacun vers une alimentation plus

Plus en détail

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la

Le test de dépistage qui a été pratiqué à la élever CommenT UN enfant ayant une drépanocytose Q Le test de dépistage qui a été pratiqué à la maternité vient de révéler que votre bébé est atteint de drépanocytose. Aujourd hui, votre enfant va bien,

Plus en détail

SE SUCRER LE BEC. Cora Loomis, diététiste-nutritionniste 12 décembre 2012

SE SUCRER LE BEC. Cora Loomis, diététiste-nutritionniste 12 décembre 2012 SE SUCRER LE BEC Cora Loomis, diététiste-nutritionniste 12 décembre 2012 Organisée par Réussir en santé Objectif principal: Promouvoir l adoption et la consolidation de saines habitudes de vie, principalement

Plus en détail

FORMATION CONTINUE Organisme de formation continue enregistré sous le numéro 91 34 07073 34

FORMATION CONTINUE Organisme de formation continue enregistré sous le numéro 91 34 07073 34 FORMATION CONTINUE Organisme de formation continue enregistré sous le numéro 91 34 07073 34 Cycle de formation professionnelle (6 ème édition enrichie et actualisée) MICRONUTRITION NUTRITHERAPIE Comment

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail

Diabète sucré. Document de travail à l intention du. Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Document de travail à l intention du Tribunal d appel de la sécurité professionnelle et de l assurance contre les accidents du travail Mars 2003 préparé par : le D r Nicholas Forbath Médecine interne Addenda

Plus en détail

PROTOCOLE INTERDISCIPLINAIRE SUIVI DE LA CLIENTÈLE DIABÉTIQUE EN GMF

PROTOCOLE INTERDISCIPLINAIRE SUIVI DE LA CLIENTÈLE DIABÉTIQUE EN GMF BUT DU PROTOCOLE Ce protocole se veut un guide pour le suivi de la clientèle diabétique et pré-diabétique en GMF afin d assurer un suivi interdisciplinaire entre infirmières GMF, médecins, infirmières

Plus en détail

Nutrition et santé : suivez le guide

Nutrition et santé : suivez le guide Prévention ALIMENTATION PLAISIR ET ÉQUILIBRE ALIMENTAIRE Nutrition et santé : suivez le guide Nous savons tous que l alimentation joue un rôle essentiel pour conserver une bonne santé. En voici quelques

Plus en détail

epm > nutrition Formation & Conseil

epm > nutrition Formation & Conseil CATALOGUE FORMATIONS THEME : PEDIATRIE et NUTRITION en libéral ou PMI Janvier Décembre 2014 Formation par Correspondance Nutrition Pédiatrique Dossiers Optionnels Journées de Formation sur Paris Outil

Plus en détail

epm > nutrition Formation & Conseil

epm > nutrition Formation & Conseil CATALOGUE FORMATIONS THEME : Nutrition et Santé Septembre 2014 Décembre 2015 Vous exercez déjà une profession ou souhaitez le faire et vous voulez vous former en Nutrition pour donner des Conseils en Nutrition,

Plus en détail

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Présent pour vous Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Préambule L Ordre des pharmaciens du Québec assure la protection du public en encourageant les pratiques pharmaceutiques de qualité

Plus en détail

Rapport de synthèse sur le dépistage et le diagnostic du diabète gestationnel

Rapport de synthèse sur le dépistage et le diagnostic du diabète gestationnel Rapport de synthèse sur le dépistage et le diagnostic du diabète gestationnel Juillet 2005 Service des recommandations professionnelles Ce document a été réalisé à la demande de la Société de nutrition

Plus en détail

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics

La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics La Fabrique à menus : La santé dans votre assiette en quelques clics Dossier de presse Avril 2013 Contacts presse Inpes : Vanessa Lemoine tél : 01 49 33 22 42 email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr TBWA\Corporate

Plus en détail

Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux

Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux Effets sur la pression artérielle rielle des traitements non-médicamenteux PF Plouin, ESH Hypertension Excellence Center, Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris La prise en charge de l hypertendu l concerne

Plus en détail

Femmes, prenez soin de votre cœur! LIVRET DE PREVENTION

Femmes, prenez soin de votre cœur! LIVRET DE PREVENTION LIVRET DE PREVENTION Femmes, prenez soin de votre cœur! TOUT SAVOIR SUR LA SANTE DU CŒUR DES FEMMES, par la Fondation Cœur et Artères, reconnue d utilité publique Introduction Ce livret s adresse à toutes

Plus en détail

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité.

Qui sont-ils? Pedro. Tamacha. 9 En quantité, Tamacha mange suffisamment, mais son alimentation n est pas satisfaisante en qualité. Pedro Tamacha 9 Normalement, Pedro devrait consommer 3 100 kcal/jour pour être en bonne santé et avoir une activité normale, il lui manque 800 calories. 9 Son régime alimentaire est composé de riz, pommes

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente

Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente Caisse Primaire d Assurance Maladie de La Charente Examens périodiques de santé pour tout assuré social (sauf RSI) Les examens périodiques de santé Pour qui? En règle générale Pour tous les assurés sociaux

Plus en détail

Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète

Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète Printemps 2014 Lignes directrices de pratique clinique 2013 de l Association canadienne du diabète Les données tirées des demandes de règlement respectent-elles les lignes directrices? Lignes directrices

Plus en détail