ФРАНЦУЗСКИЙ ЯЗЫК ДЛЯ ЭКОНОМИСТОВ LE FRANÇAIS ECONOMIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ФРАНЦУЗСКИЙ ЯЗЫК ДЛЯ ЭКОНОМИСТОВ LE FRANÇAIS ECONOMIQUE"

Transcription

1 Министерство образования и науки РФ Саратовский государственный социально-экономический университет ФРАНЦУЗСКИЙ ЯЗЫК ДЛЯ ЭКОНОМИСТОВ LE FRANÇAIS ECONOMIQUE Учебное пособие В двух частях Часть 1 Рекомендовано Учебно-методическим объединением по образованию в области лингвистики Министерства образования и науки Российской Федерации в качестве учебного пособия для студентов экономических специальностей Саратов 2010

2 УДК ББК 81. 2Фр Ф84 Автор-составитель кандидат филологический наук, доцент И.И. Конобеева Ф84 Французский язык для экономистов: Le français économique: учебное пособие для студентов экономических специальностей: в 2 ч. / авт.-сост. И.И. Конобеева / Саратовский государственный социально-экономический университет. Саратов, Ч с. ISBN Учебное пособие построено на аутентичных текстах различной сложности из литературы, охватывающей широкий спектр экономической жизни Франции. Содержит материалы для самостоятельной работы студентов. В результате усвоения предложенного материала студенты приобретут навыки устной и письменной речи профессиональной направленности, научатся составлять доклады на экономические темы. Пособие содержит большое количество текстов, которые помогут усвоить основные экономические понятия и терминологию. Для аспирантов и студентов экономических специальностей. Рецензенты: кандидат педагогических наук, доцент Н.В. Килинская, доктор филологических наук, профессор В.Т. Клюков Работа издана в авторской редакции УДК ББК 81. 2Фр ISBN Авт.-сост. И.И. Конобеева, 2010 Саратовский государственный социально-экономический университет,

3 Введение Настоящее пособие представляет собой курс делового французского языка. Оно предназначено для студентов 4 курса специальностей «Внешнеэкономическая деятельность», «Международное экономическое сотрудничество» и «Связи с общественностью», владеющих грамматикой и имеющих значительный запас нормативной лексики. Пособие рассчитано на 240 учебных часов. Основными задачами данного пособия являются: изучение специфики деловой французской лексики; овладение словарем экономической лексики в объеме лексических единиц и моделями, характерными для текстов экономического характера; формирование умений и навыков подготовленной и неподготовленной устной речи; формирование умения аргументированного монологического высказывания; формирование навыков участия в дискуссиях экономического содержания; развитие навыков аналитического чтения; развитие навыков устного и письменного перевода; развитие навыков реферирования и аннотирования; развитие навыков обобщения нескольких текстов с целью составления сообщений по конкретной теме или проблеме; упрочение и расширение знаний делового французского языка с целью получения специальных знаний в различных областях экономики; изучение различных аспектов экономической жизни Франции. Пособие состоит из 9 тем: Тема 1. Что такое предприятие? Тема 2. Какой юридический статус выбрать? Тема 3. Концентрация предприятий. Тема 4. Создание собственного предприятия. Тема 5. Изучение рынка. Тема 6. Биржа. Тема 7. Банки. Тема 8. Бухгалтерский учет. Тема 9. Евро. 3

4 Каждая тема включает: один или несколько основных текстов, а также дополнительные тексты; лексические упражнения; коммуникативные упражнения; упражнения на развитие навыков письменной речи; анализ конкретных случаев экономической практики, развивающих профессиональные навыки, или деловую игру; различного рода таблицы и схемы; тесты на понимание текста или лексические тесты; тексты для письменного и устного перевода. В некоторые темы включены опорные тексты для составления докладов. Каждая тема имеет раздел «Повторение», состоящий из лексического теста, текстов на перевод, дополнительного текста. Содержание раздела «Повторение» может меняться в зависимости от изучаемой темы. Каждой теме в разделе «Тексты для реферирования и аннотирования» соответствуют 2 текста, один из которых предназначен для составления резюме, второй для аннотирования. Аннотирование и реферирование текстов может происходить как в устной, так и в письменной форме в зависимости от объема текста и навыков студентов. Тематические разделы пособия независимы друг от друга, что оставляет преподавателю свободу в выборе тем и лингвистических целей. Пособие издается в двух частях. В первую часть включены темы 1 5, во вторую часть темы 6 9. Каждая часть пособия завершается кратким словарем экономической лексики. При завершении цикла обучения предполагается отработка умений: решать коммуникативные задачи экономического характера, выражать, обосновывать и аргументировать свою позицию; аргументировано излагать свою точку зрения по предложенной тематике; извлекать основной смысл содержания оригинальных текстов экономической тематики, обобщать прочитанное в виде аннотации, резюме или доклада; совершенствовать навыки устного и письменного перевода. Материалом для пособия послужили оригинальные неадаптированные тексты из французской экономической литературы и прессы, а также интерактивные материалы. 4

5 Thème 1 QU EST-CE QU UNE ENTREPRISE? Selon la définition que nous en donnent les économistes, l entreprise est une entité qui produit des biens ou des services qu elle va vendre. Par leur activité, leur taille, leur structure, les entreprises sont différentes les unes des autres. Pourtant, il existe des traits communs à l ensemble des entreprises. L entreprise produit. C est un agent économique dont la fonction principale est la production de biens et/ou de services. L entreprise recherche le profit. Dans les pays capitalistes, le but essentiel de l entreprise est lucratif: réaliser un profit. Mais d autres objectifs peuvent être recherchés par les entrepreneurs: la réalisation d un projet, le prestige, la croissance de l entreprise L entreprise combine les facteurs de production. Pour produire, elle rassemble: Des moyens techniques/bâtiments, machines/; Des moyens financiers/capitaux/; Des moyens humains/travailleurs/. Elle recherche la combinaison la plus efficace, afin d obtenir le meilleur résultat à moindre coût. L entreprise produit pour vendre. Les biens et les services produits sont vendus sur le marché. Pour assurer sa survie et son développement, l entreprise doit répondre à la demande des consommateurs et satisfaire au mieux sa clientèle. L entreprise est un groupe humain organisé et hiérarchisé. L entreprise est un lieu où l homme travaille et passe en moyenne 15% de sa vie. Les fonctions et les tâches sont réparties entre les différents membres du personnel: les ouvriers, les employés, les agents de maîtrise, les cadres. A leur tête est placé un chef /patron, gérant ou PDG/ à qui appartiennent l initiative et le pouvoir de décision. L entreprise distribue des revenus. 5

6 Les formes de l entreprise Les entreprises sont diverses et il est habituel de les classer selon les critères suivants: 1. La taille. L entreprise peut être qualifiée de petite ou moyenne /PME/, grande, multinationale en fonction de l importance: de son chiffre d affaires /total des ventes effectuées au cours d une certaine période/; du nombre de ses salariés: PME de 0 à 500; GE + de 500; de son capital social /somme d argent apportée par le/s/ propriétaire/s/; de sa valeur ajoutée /richesse réellement créée par l entreprise. 2. L activité. Secteur primaire: secteur de l économie comprenant essentiellement les activités agricoles /agriculture, pêche, forêts, aquaculture/ et les activités extractives /mines/. Secteur secondaire: A/ L entreprise artisanale. Activité manuelle pour la production des biens, la réparation et la prestation de services. L appartenance à l artisanat se repose sur deux critères: taille de l entreprise /moins de 10 salariés, sauf quelques exceptions/ et activité /production-transformation-réparation-certaines prestations de services/. Pour devenir artisan, il faut être titulaire d un CAP /ou équivalent/ ou pratiquer son métier depuis 6 ans. B/ Secteur de l économie comprenant essentiellement les activités de production et de transformation, telles que la construction, les industries énergétiques et les industries manufacturières de biens d équipement et de construction. Secteur tertiaire. A/ L entreprise commerciale. Achats et revente des biens sans transformation. B/ L entreprise de services. Vente des biens immatériels. 3. Le statut juridique. A/ L entreprise privée: L entreprise individuelle. Un seul propriétaire. La société ou compagnie /société à nom collectif, société à responsabilité limitée, société anonyme, etc./. Plusieurs personnes s associent pour apporter le capital social. La coopérative. Elle cherche avant tout à satisfaire les intérêts de ses membres. B/ L entreprise publique: L établissement public. L Etat contrôle la gestion et nomme les dirigeants. La société nationalisée. Société anonyme dont l Etat est le seul actionnaire. La société d économie mixte. L Etat est l actionnaire majoritaire, l autre part étant détenue par des propriétaires privés. CAP Certificat d aptitude professionnelle. 6

7 Ex. 1. Expliquez le lexique suivant en français: Entité, demande, consommateur, coût, cadre, coopérative, gestion, capitaux, artisanat, agent économique, but lucratif, bien matériel, bien immatériel, moyens techniques, moyens financiers, moyens humains, PME, GE, CAP, entreprise artisanale, entreprise privée, entreprise publique, propriété privée, société nationalisée, à moindre coût, secteur primaire, secteur secondaire, secteur tertiaire, valeur ajoutée, activité manuelle, statut juridique, capital social, actionnaire majoritaire, combinaison efficace, agent de maîtrise, société d économie mixte, chiffre d affaires, taille de l entreprise, produire des biens, produire des services, détenir les parts, être qualifié, transformer le milieu naturel, être titulaire, réaliser un profit, satisfaire au mieux, distribuer les revenus, être qualifié, effectuer qqch, s associer, assurer qqch. Ex. 2. Répondez aux questions: 1. En quoi consiste la fonction principale de l entreprise? 2. Qu est-ce qu un but lucratif? 3. Quels sont d autres objectifs de l entreprise? 4. Pourquoi l entreprise réalise-t-elle d autres objectifs? 5. Analysez les facteurs de la production. A quoi servent les moyens financiers? Les moyens techniques? 6. Si quelque moyen manque, l entreprise peut-elle réaliser sa fonction productive? 7. Quel moyen parmi les moyens cités vous semble-t-il le plus important? Argumentez votre choix. 8. Imaginez votre propre entreprise. Proposez la combinaison des moyens de production qui vous semble la plus efficace. 9. Prenez le cas d une entreprise commerciale qui achète les produits pour les revendre. Quels sont ses moyens techniques? Financiers? Humains? 10. Quelle est la taille d une entreprise commerciale? Son personnel est-il nombreux et très qualifié? 11. L entreprise commerciale appartient-elle au secteur privé ou public? Quel est son statut juridique le plus fréquent? 12. Comment une entreprise peut-elle obtenir le meilleur résultat dans son activité? 13. Pour quel but classe-t-on les entreprises? 14. Quels critères se trouvent à la base de classement des entreprises? 15. La classification des entreprises peut faire appel à des critères dimensionnels. Expliquez chacun de ces critères: le chiffre d affaires, la part de marché, l effectif, les capitaux propres, les résultats. 16. Classez les entreprises: Selon leur secteur d activité; Selon leur statut juridique; Selon leur taille. 7

8 Ex. 3. Trouvez les équivalents: 1. Entreprise bénéficiaire A/ Совместное предприятие 2. Entreprise à contrôle familial B/ Производственная единица 3. Entreprise polyvalente C/ Компания, действующая на данном рынке 4. Entreprise déclarée en faillite D/ Подрядное предприятие 5. Entreprise actuelle E/ Прибыльная компания 6. Entreprise titulaire du marché public F/ Компания под семейным контролем 7. Entreprise sous-traitante G/Неспециализированное предприятие 8. Unité de production H/ Предприятие, работающее на государственном рынке 9. Entreprise jointe I/ Многоотраслевая компания 10. Entreprise diversifiée J/ Компания, объявленная неплатежеспособной Ex. 4. Classez les entreprises suivantes d après leur secteur d activité. Justifiez votre classification: Usinor-Sacilor /sidérurgie/, McDonald s /restauration/, Rhône-Poulenc /chimie, santé/, SNCF /transport ferroviaire/, Gaz de France, Peugeot, Crédit Lyonnais, Château Latour/vin/, ministère, Charbonnages de France, Chez Marthe /salon de coiffure/, Airbus /construction aéronautique/, Essilor /verres de vision/, M6 /communication/, hôpital, Elf-Aquitaine/pétrole/, Club Med /tourisme/, Eva /institut de beauté/, Dim /textile, habillement/, Michelin /pneumatiques/, Framatome /production de réacteurs/, Brandt /électroménager/, 2 CV /auto-école/, Électricité de France, Beghin-Say /sucre/, ferme d élevage, Peaudouce SA /papier-carton/, Partouche/casinos/, collège, Moët Hennessy /alcool/, boutique d emploi, Axa /assurance/, station-service, Sanofi-Synthélabo /pharmacie/, Air France /transport/, association des amateurs d archéologie. Secteur primaire Secteur secondaire Secteur tertiaire Ex. 5. Analysez le tableau suivant. Quels secteurs les créateurs d entreprises préfèrent-ils? Pourquoi? Pourquoi, selon vous, la grande majorité d entre eux préfère-t-elle monter une affaire seule ou avec très peu de personnel? Les créations ex-nihilo en 2003 Commerce Services aux entreprises Construction Services aux particuliers Education/santé Industrie Immobilier Transports Industrie agroalimentaire Total

9 En 2003, les créations ex-nihilo ont augmenté de 12% par rapport à Entre 2002 et 2001 la hausse était de 0,6%. 49% des créations ex-nihilo sont immatriculées sous forme de société /personne morale/. 82% des créations ex-nihilo n ont pas de salariés au démarrage /les chefs d entreprises salariés sont comptabilisés ici comme non-salariés/ créations ex-nihilo ont au moins 3 salariés au démarrage. APCE Agence pour la création d entreprise. Ex. 6. En vous aidant de dictionnaire choisissez la définition qui convient le mieux pour compléter les phrases suivantes : 1. Une entreprise industrielle produit.. 2. Une entreprise publique est contrôlée par.. 3. Une entreprise commerciale est. 4. Une entreprise privée est. 5. Une entreprise financière est.. 6. Une entreprise individuelle est. Ex. 7. Terminez ou complétez les phrases: 1. Les entreprises sont des agents économiques dont la fonction principale.. 2. L entreprise est le lieu où 3. Le profit représente. 4.L entreprise combine les facteurs..en vue d obtenir.qu elle écoule. 5.Toutes les entreprises disposent, fabriquent.., achètent.. 6.Les typologies existantes distinguent les entreprises selon. 7.Selon leur secteur d activité on classe.en 8.Selon la propriété de capital des entreprises on distingue.. 9.Le critère de définition des entreprises publiques repose.. 10.L entreprise dont l activité..en l achat et..de marchandises s appelle. Ex. 8. Insérez les mots suivants: Se lancer, réussite, croissance, confirmation, industries agroalimentaires, vocations, baisse, réactivations, prendre le risque, faible reprise, services, déclanché, conjoncture, actifs, avènement, renversement. Après la.. des années 1983 à 1989, le nombre de créations pures d'entreprises /hors reprises et / avait diminué régulièrement jusqu'en La. avait touché en particulier les.., alors que les créations étaient plus nombreuses dans le secteur des transports et des. 9

10 En 1999, on a assisté à une., avec créations nouvelles contre en L'amélioration de la. économique est la pricipale cause de ce. de tendance, l'.. de la nouvelle économie, avec espoirs de. et d'enrichissement rapide qu'elle a fait naître, a.des d'entrepreneurs. La de la reprise économique a aussi incité des disposant d'un emploi à de l'abandonner pour dans l'aventure de la création. Ex. 9. Caractérisez une entreprise de la part de: Un actionnaire, un économiste, un chef d entreprise, un client fournisseur, un client consommateur, un salarié, un juriste. Ex. 10. En vous appuyant sur le tableau ci-dessous appréciez la place occupée par les entreprises françaises en comparaison avec les entreprises européennes /données en millions d euros/. Utilisez le lexique suivant : figurer, se classer, se placer, se situer à, le rang, être leader, se situer dans le peloton des pays industrialisés, dominer /s imposer/ sur le marché, dépasser, dévancer, être dépassé /dévancé/. Groupes industriels et de services Rang Raison Pays Activité CA Variation Résultat Fonds Effectifs sociale du net propres CA en % 1 Royal Dutch Pays- Pétrole , , Shell Bas 2 BP Royaum Pétrole , , e-uni 3 DaimlerChr Allemag Automobile , , ysler ne /Etats- Unis/ 4 Total France Pétrole , , Volkswagen Allemag Automobile , ne 6 Siemens Allemag Electrotech , , ne nique 7 Carrefour France Distribution , , Ahold Pays- Distribution , , Bas 9 Nestlé Suisse Agroali , , Vivendi Universal France men- taire Communica tion Le grand Atlas des entreprises Enjeux Hors-série. Novembre , ,

11 Ex. 11. A partir des informations ci-dessous, présentez les entreprises suivantes et caractérisez-les à l aide des typologies: 1. Wheaton France Emballage et conditionnement en verre, flaconnages, verre pour l industrie, verrerie de laboratoire. Date de création: Forme juridique: SAS/Société anonyme simplifiée/. Capital: euros. Effectifs: 324. Chiffre d affaires /2002/: euros. 2. Alcatel Alsthom Chiffre d affaires: 161,7 milliards de francs en 1992; effectifs: personnes. L un des quarante premiers groupes mondiaux. Domaines d activités: la communication, l énergie et les transports. Acteur majeur des évolutions technologiques industrielles et commerciales à l échelle mondiale. Présence commerciale: 110 pays, 5 continents. 3. Groupe Ciments Français Les matériaux de construction: ciment, granulats, béton prêt à l emploi. CA: 15 Mds de francs. Présentation: 15 pays, effectifs: collaborateurs dont plus de moitié à l international. Aujourd hui, Ciments Français affirme sa volonté d être un groupe industriel de dimension internationale. 4. Danone Produits laitiers frais, boissons, biscuits. Marques phares: Danone /36% des ventes/, Galbani, Evian, LU, Kronenbourg. Société anonyme. Chiffre d affaires: 14,2 Mds d euros dont 40% à l exportation hors Europe. Sa présence: Europe de l Est, Amérique du Nord, Amérique du Sud, Chine, pays arabes. Une holding multinationale. 36 usines européennes. Effectifs: personnes. Rythme de croissance: 7% par an. La rentabilité: 8,7%. Croissance interne: de 5 à 6%, taux très supérieur à celui de l industrie agroalimentaire. Rentabilité des capitaux investis en 2001: 11,4%. Ex. 12. Dressez un tableau mettant en évidence la diversité de ces trois entreprises /secteur d activité, effectifs employés, chiffre d affaires, étendue du marché desservi, etc./. Transiciel, le succès au culot Transiciel est une société de services en informatiques fondée en 1991 par Georges Cohen. C est aujourd hui l une des success story de son secteur avec plus de 7000 collaborateurs et des clients comme EADS, BNP Paribas, France Télécom, Bouygues Télécom, Renault On pourrait s en tenir à ces lignes pour dresser le portrait d une SSII de 380 millions d euros de chiffre d affaires, dégageant une rentabilité nette de 7%. Mais quand une entreprise est à ce point tirée par les motivations d un patron, il est difficile de retracer son parcours sans dépeindre cet homme. Voici donc Georges Cohen. A 36 ans il a 3 millions de francs d économie, sa femme va tenir la comptabilité Il veut monter un groupe et devenir riche. Il trouve des clients et 7 mois plus tard emploie déjà 100 ingénieurs. 11

12 C est ce qu il veut: manager des managers et gérer le développement. Un processus qui l amène à une croissance de 56% par an, moyenne à laquelle il se tient depuis 5 ans. Il structure son groupe en agences autonomes, décentralise, donne la primauté au commercial, applique un contrôle de gestion strict et investit de nouveaux marchés. Ainsi Transiciel, qui est fondé sur l ingénierie informatique et infogérence s est-il lancé en 1999 dans le conseil en haute technologie. Il se situe déjà au troisième rang en France, derrière, les références, Altran et Alten. Il s est implanté en 1999 en Espagne, où il compte désormais parmi les dix premières SSII et s est aussi présent au Benelux. Son entrée en Bourse en 1998 a été un succès. Il a gardé 38% du capital, mais se réjouit que 2000 de ses collaborateurs se soient constitué des patrimoines de plus de 1 million de francs. Georges Cohen ne s arrêtera pas là. Il veut se développer hors de l Hexagone et dans de nouveaux métiers. Son objectif: le milliard d euros de chiffre d affaires pour EADS European Aeronautic Defense and Space Company grande société aérospatiale européenne. Développe et commercialise des avions civiles et militaires, ainsi que des missiles, des fusées spatiales, des satellites et des systèmes connexes. BNP Paribas banque française née de la fusion de la Banque Nationale de Paris /BNP/ et de Parisbas. Dispose d une filiale de gestion de fortune très importante et fait partie de l indice CAC 40. La première banque de la zone euro par la capitalisation boursière. Actionnaires: investisseurs institutionnels /76,15%, Axa /5,85%/, salariés /5,4%/. Activités: banque de détail en France, services financiers et banque de détail à l étranger, banque de financement et d investissement/, couverture des clients par territoires, conseils et marchés de capitaux, métiers de financement/, asset management et services /gestion institutionnelle et privée, assurance, titres, immobilier, BNP Paribas Capital/. Bouygues Télécom filiale du groupe industriel français Bouygues, opérateur de téléphonie mobile. SSII Société de Services et d Ingénierie en Informatique. Altran Technologies groupe international spécialisé dans le conseil en innovation. Leader européen du conseil en hautes technologies sur l ensemble des métiers de l ingénierie: électronique, technologies de l information, qualité, organisation, etc. Alten société de conseil et d ingénierie et technologies avancées. L Expansion Sodexho met les bouchées doubles L optimisme est mise à Montigny-le-Bretonneux /Yvelines/, au siège de Sodexho Alliance. Le groupe de Pierre Bellon /surnommé le roi des cantines / accumule les bons résultats sur un marché en pleine effervescence. Il est N1 mondial de la restauration auprès des entreprises et administrations /93% des activités de Sodexho/, du tourisme fluvial et portuaire, de la gestion des bases de vie, N2 dans le secteur des chèques et cartes de service. Et décroche le titre de l entreprise ayant réalisé la plus forte hausse d effectifs en 1998 / , en 1997/. Les excellentes performances réalisées par Sodexho Alliance sont bien sûr à mettre sur le compte du rythme de croissance interne de ce géant boulimique. Mais la stratégie de croissance externe a elle aussi porté la croissance. Le leader mondial du secteur a pleinement bénéficié de l intégration de Sodexho Marriott Ser- 12

13 vices /SMS, employés/, née de la fusion de Sodexho North America et du pôle de restauration de l hôtelier Marriott dont la société française détient près de 46% du capital. Les chiffres avancés par Sodexho Alliance donnent désormais le vertige: une hausse des effectifs de 48% par rapport à l exercice précédent, sites d intervention répartis dans 66 pays sur les cinq continents, 84% des ventes réalisées hors de France. Avec 47% de ses effectifs concentrés sur le sol européen et 46% outre-atlantique, l affaire fondée à Marseille en 1966 par son actuel PDG a fait son chemin. Sodexho leader des services de restauration et de facilities. Management destiné aux entreprises. Offre une large gamme de solutions innovantes /chèques électroniques, cartes magnétiques et sans contact, chèques services/. L Expansion Metrologic Group. Itinéraire d un entrepreneur virtuose de la croissance accélérée Implantation: Meylan /38/ PDG: Philippe Cimadomo Résultat 2001: 6,9 millions d euros pour un chiffre d affaires de 19,7 millions d euros En tête du Top 100 pour la deuxième année consécutive, présent pour la troisième fois dans le peloton de tête, le fabricant grenoblois de logiciels pour machines à mesurer en 3D illustre bien la maxime de son créateur Philippe Cimadomo: La vraie performance, c est celle qui dure. Cette année encore, avec 34,8% de rentabilité et une croissance de plus de 30%, cette PME, leader mondial dans son métier a frappé très fort. Comment il a lancé son entreprise A 19 ans et demi, Philippe Cimadomo, alors étudiant en BTS d électronique à Grenoble, découvre l univers des machines-outils. C était en Il se lance dans l aventure, emprunte. Mais la vraie idée géniale naît après quelques mois d activité: il décide de se consacrer au développement de l électronique et des logiciels pour la mesure en 3D appliqués aux contrôles de qualité. Avec l idée de devenir le leader sur cette niche. Aujourd hui, 70% de son chiffre d affaires provient de la vente de ses logiciels. Comment il a fait décoller son activité Après des années un peu difficiles, nous avons vendu, en 1985, notre premier logiciel de mesure pour le contrôle trimensionnel à un fabricant de machines qui équipait Renault. C était pour nous la confirmation qu il y avait bien une niche à prendre, que les constructeurs automobiles étaient en quête d un standard, et que nous avions le savoir-faire. En 1989, nous avons signé notre premier gros contrat avec Renault pour la fourniture de commandes numériques. Suivront Volvo, en 1991, puis PSA, en 1998, BMW USA et, enfin, Volkswagen. Tous équiperont leurs sites de production avec les logiciels de Metrologic Group. Parallèlement, le groupe s implante à l étranger. En 1995, en Allemagne, puis, en 1999, est créée une filiale à Detroit. En 2000, il rachète son seul concurrent français, Pixis, et acquiert une société italienne, Interprog, en avril 2001, et, cette année, Silma, 13

14 une société américaine leader dans le domaine de la programmation virtuelle des machines de mesure. Plus de 70% du chiffre d affaires de la PME cotée au Nouveau marché depuis 1999 est réalisé à l étranger. Comment il gère son hypercroissance dans la durée D abord en restant près de son marché. Le très réactif patron de Metrologic Group passe 50% de son temps hors de l entreprise, à la rencontre de ses clients. De même, loin de qualifier d anxiogènes les aléas des cours du marché Metrologic group a vu son cours perdre presque 50% depuis le début de l année Philippe Cimadomo estime que la Bourse lui a permis de clarifier sa stratégie. BTS Brevet de technicien supérieur. L Entreprise Ex. 13. Comparez ces deux entreprises en complétant les phrases avec les éléments de comparaison et en introduisant les mots qui conviennent : Société A: capital social 3 millions d euros; CA millions d euros; dépenses de publicité d euros; 290 employés; usine de 1900 m². Société B : capital social millions d euros; CA millions d euros; dépenses de publicité d euros; 290 employés; atelier de 2200 m². 1. Ces deux entreprises ne sont pas importantes /elles n ont pas la..taille/: des deux, c est la seconde qui est la 2. Son capital est.celui de la première: il est le double /son capital..de.celui de la première/. 3. Elles ne vendent pas..: la seconde a le chiffre d affaires le, étant donné qu elle vend pour.. la première, grâce à des dépenses de publicité de millions. C est en effet la seconde qui dépense en publicité /exactement.. fois plus/. 4. Cependant, elles ont d employés 5. La surface de leurs locaux. Ex. 14. À partir des données ci-dessous, faites l analyse comparative des deux compagnies. Utilisez le lexique suivant. Faites-en le choix en fonction de vos intentions et besoins: Réagir à une conjoncture, soutenir le marché, monter à, transférer à l étranger, positionner sur les activités, faire naître une synergie, fixer comme objectif, s appuyer sur qqch, adopter une attitude /comme attitude/, mener les actions sur le plan national /international/, diversifier les efforts à l exportation, accéder à des marchés, lancer, manifester, répondre aux demandes, faire preuve de qqch, se spécialiser dans, fusionner, afficher, privilégier, faire un historique de la société, être fondé, être créé, s implanter, commercialiser, avoir son siège à, posséder des filiales, être réparti, faire partie de qqch, être repris, absorber, être coté en Bourse, une société par action, croissance externe /interne/, offrir une gamme, détenir une part de marché, être concurrenciel, avoir des accords de partenariat, être en expansion, réaliser un bénéfice, évolution de la société, envisager, dégager un résultat /brut, net/, enregi- 14

15 strer une progression, afficher un CA, équivaloir à qqch, être comparable avec qqch/ à qqch/, rapprocher, mettre en parallèle, par rapport à qqch, être différent de qqch, être semblable à qqch, être identique, ressembler à qqch, correspondre à qqch, une flexibilité des structures d organisation et de production, provenir de qqch, être susceptible, mettre en évidence, analyse factorielle /multidimensionnelle/, procéder à qqch, rentabilité économique /financière/, établir le rapport, résulter de qqch, compte tenu de qqch, conformément à qqch. Fiche d identité /exercice 1998/ En quoi ils se ressemblent En quoi ils diffèrent Renault Chiffre d affaires: 243,9 milliards de francs. Bénéfice net: 8,8 milliards de francs. Effectifs: personnes. Véhicules produits /branche auto/: , dont /9, 4%/ hors d Europe. Part de marché en France: 29,9%. Part de marché en Europe: 10,7% /exercice de mars 1998 à mars 1999/. Image: Renault était il y a 4 ans encore régie nationale. Rôle de l État: l État français est encore actionnaire à 46%. Recrutement: les dirigeants viennent des écoles les plus cotées /ENA, X/. Implantation: la plupart des grands établissements se situent autour de Paris. Parcours: lancé dans une course aux volumes avec son proche concurrent Peugeot, Renault a longtemps accumulé les pertes. Syndicats: Renault a dû naguère largement composer avec la toute-puissante CGT. Conjoncture: Renault surfe sur un marché intérieur en plein boom /+14,8% sur les huit premiers mois/. Rentabilité: +6,3% de résultat net au 1- ier semestre 1999 /4,7 milliards de francs/. Internationalisation: trop européenne /80% des ventes sont réalisées en Union/. Marketing: un as en la matière. Voir les succès de l Espace et de la Scénic. Technologie: production et conception classiques, hors innovation dans le turbo. Management: s est encore renforcé avec l arrivée de Pierre-Alain De Smedt, ex- Seat. Nissan Chiffre d affaires: 330 milliards de francs. Perte nette: 1,2 milliard de francs. Effectifs: personnes. Véhicules produits: , dont /38%/ hors du Japon/. Part de marché au Japon: 20,4%. Part de marché aux États-Unis: 4,6%. Image: Nissan signifie en japonais industrie japonaise. Rôle de l État: à capitaux publics avant la guerre, Nissan est encore très proche du ministère de l industrie /Miti/. Recrutement: Nissan puise ses cadres dans l université renommée de Tokyo. Implantation: les grandes usines sont pour l essentiel à proximité de Tokyo. Parcours: délaissant sa rentabilité pour produire autant que son rival Toyota, Nissan a fait plonger son résultat. Syndicats: l influence des syndicats d obédience communiste a été forte. Conjoncture: Nissan s enlise dans un marché intérieur encore déprimé. Rentabilité: une perte de 60 milliards de yens est prévue pour Internationalisation: une mondialisation réussie, notamment aux États-Unis. Marketing: sa culture est plus celle de l ingénieur que celle du commercial. Technologie: à l avant-garde en matière de processus de fabrication, de technologie des moteurs et des transmissions. Management: structure institutionnelle amplifiant la hiérarchie à la japonaise. 15

16 ENA- Ecole nationale d administration. X Ecole Polytechnique. CGT Confédération Générale de Travail /syndicat/. Seat société espagnole Sociedad Español de Automóviles de Turismo, créée en Secteurs d activités: conception, fabrication et vente de véhicules. L Expansion Ex. 15. Traduisez par écrit. Répondez aux questions suivant le texte. Les petites et moyennes entreprises: l innovation et la flexibilité Au-delà de l emploi, les PME jouent un rôle essentiel du point de vue de l innovation et de la flexibilité, et, par suite, ont une influence essentielle sur le renouvellement du tissu industriel. Seules les entreprises les plus dynamiques, les mieux adaptées au marché survivent Les autres disparaissent. Les grandes firmes trouvent souvent dans la sous-traitance l instrument d une plus grande flexibilité. Si les effectifs restent relativement stables dans la grande firme, ils fluctuent beaucoup en fonction du niveau des commandes chez les sous-traitants. La capacité d innovation des PME est souvent illustrée par le succès des petites entreprises de la Silicon Valley en Californie créées par un seul homme ou un groupe d hommes restreint, sans capitaux importants /Hewlett Packard, Andahi /. Cette réussite s appuie sur un environnement extrêmement favorable: présence de centres intellectuels uniques, qualification élevée d une partie importante de la population active locale, savoir-faire élevé dans les technologies de pointe, financement efficace Ce type d environnement dynamique que l on tente de créer en France autour de Paris et de certaines métropoles régionales /Grenoble, Toulouse /. 1. Quelles sont les raisons d une plus grande flexibilité des petites entreprises? 2. Pourquoi les grandes firmes utilisent-elles la sous-traitance comme un instrument de flexibilité? 3. La stabilité des effectifs dans les grandes firmes vous paraît-elle évidente à moyen et long terme? 4. Quel est à votre avis, l avenir des petites entreprises à l époque des multinationales? Ex. 16. D après le texte faites un portrait-robot de l entreprise artisanale. Les entreprises artisanales: une entreprise sur trois Les entreprises de l artisanat se répartissent essentiellement entre le bâtiment /38% des entreprises/, l alimentation, la production c est-à-dire les activités industrielles et les services aux particuliers. Le bâtiment, l alimentation et la production représentent 79% des entreprises, en 1990 comme en Il y a des métiers dominants: les boulangeries-pâtisseries et les boucheriescharcuteries représentent, dans l alimentation, 85% des entreprises; les salons de coiffure assurent 50% des services aux particuliers; la maçonnerie 25% des affaires de bâtiment. En dix ans, l artisanat a renforcé sa présence dans des activités comme 16

17 la fabrication de meubles divers /activité de production la plus artisanale en termes d emplois/ ou l édition de disques, bandes et cassettes enregistrées; à l opposé il est en retrait dans des activités comme l habillement sur mesure ou la fabrication de peaux et de fourrures. En outre, certains métiers se sont diversifiés en développant des activités complémentaires comme, par exemple, la préparation de plats cuisinés dans la boucherie-charcuterie. L artisanat, tout en s attachant à perpétuer des traditions de savoir-faire et d organisation du travail, s enrichit chaque année de plus de entreprises nouvellement créées, soit près du dixième du nombre total des entreprises artisanales. Le solde net en nombre d entreprises n est cependant que faiblement excédentaire. Le turn-over des entreprises est en effet relativement rapide: plus de entreprises disparaissent ainsi chaque année, et environ autres sont radiées pour d autres motifs, parce qu elles ont grandi, par exemple, et de ce fait n appartiennent plus au monde de l artisanat. Les sociétés et notamment les SARL sont de plus en plus nombreuses dans l artisanat; elles représentent 21% des entreprises artisanales en 1990, contre 7% en Elles offrent, en effet, pour les chefs d entreprises salariés, une couverture sociale plus attrayante et la possibilité de distinguer leur entreprise de leurs biens propres. A ces raisons matérielles s ajoute sans doute un engouement pour la constitution de sociétés, en particulier chez les jeunes artisans et chez les cadres venus du privé pour créer leur propre entreprise. Ex. 17. En vous appuyant sur les tableaux ci-dessous continuez l analyse. Les Européens jugent l entreprise Pour la majorité d Européens les intérêts de la population et ceux des entreprises divergent Diriez-vous aujourd hui que les intérêts des entreprises et ceux de la population de votre pays: France Allemagne Grande- Italie Total Bretagne Vont dans le même sens 25% 11% 26% 21% 21% Ne vont pas dans le même sens 69% 85% 52% 79% 70% Ne sait pas 6% 4% 22% 0% 9% Les entreprises n ont pas cherché à limiter les conséquences de la crise Diriez-vous aujourd hui des entreprises: France Allemagne Grande- Italie Elles ont fait ce qu elles ont pu pour limiter les conséquences de la crise sur la situation des gens Elles ne sont pas préoccupées de limiter les conséquences de la crise sur la situation des gens Total Bretagne 31% 15% 25% 37% 27% 63% 79% 50% 63% 64% Ne sait pas 6% 6% 25% 0% 9% 17

18 Ce sondage a été effectué en mars 1998 dans quatre pays d Europe par la Sofres pour Usine nouvelle et l association Entreprises et Médias, qui regroupe une centaine de directeurs de communication de grands groupes. Dans chaque pays, près de 1000 personnes constituant un échantillon représentatif de la population nationale âgée de 18 ans et plus ont été interrogées, soit par téléphone (France et Allemagne), soit en entretien en face à face (Italie et Grande Bretagne). Au premier abord, c est le scepticisme qui l emporte, avec, à l évidence, un vrai divorce entre l entreprise et la société. L emploi, telle est sans doute la première clé d explication de ces résultats. Sofres Société française d enquêtes par sondage. L Usine nouvelle A vous de continuer! Ex. 18. Choisissez la bonne réponse: L exception culturelle française explique le déficit de création d entreprises Le boulet qui handicape nos entrepreneurs est surtout dans les têtes, révèle une étude portant sur vingt-neuf pays. A force d entendre dire que l esprit d entreprise n est pas ce qui caractérise notre pays, on en arriverait presque à se demander s il s agit d un cliché ou d une réalité. L étude Global Entrepreneurschip Monitor, initiée en 1997 et dont la troisième édition porte sur 29 pays, a le mérite de remettre les pendules à l heure. Pilotée en France par deux chercheurs de GEM-Lyon, elle confirme l existence, dans ce domaine comme dans d autres, d une véritable exception culturelle. Quand on demande à un échantillon d adultes actifs français s ils pensent créer une entreprise, on obtient un pourcentage de réponses positives comparable à celui de nos principaux voisins européens. C est lorsqu il s agit de passer à l acte que les Français décrochent notablement. Leur taux d activité entrepreneuriale, indicateur mis au point par les chercheurs du GEM pour synthétiser ce que l on pourrait appeler la propension à entreprendre, est, du coup, largement en dessous de la moyenne de nos principaux concurrents /voir tableau/. Les Français ont une relation peu saine à l échec Les auteurs de l étude ont exploré deux hypothèses pour expliquer cette anomalie: soit les Français, pour des raisons de formation et de culture, sont moins aptes que d autres à mener à bien un projet d entreprise, soit l environnement rend chez nous le développement des jeunes entreprises plus difficile qu ailleurs. Les deux explications se comblent évidemment, mais les experts interrogés dans le cadre de l étude donnent la priorité absolue à l explication par la culture. Les Français n ont pas une relation saine à l échec et, pour eux, la réussite dans les affaires ne force pas l estime, constatent-ils. Ils relèvent également que chez nous l argent n est pas lié au mérite, mais qu il s hérite ou se gagne au Loto. Par ailleurs, il n existerait pas dans l Hexagone de culture de la ténacité, mais une culture de la garantie, de l acquis, de la certification. Enfin l école, lieu fermé et imperméable aux réalités économiques, serait l un des vecteurs essentiels de cette non-culture de l entreprise. Un diagnostic qui laisse penser que l on ne remédiera pas au problème en un jour. 18

19 Taux d activité entrepreneuriale Belgique Japon Pays-Bas Suède Allemagne France Portugal Espagne Gr. Bretagne Danemark Italie Irlande USA Moyenne des pays étudiés 4,9 5,3 6,4 6,9 7,1 7,2 7,3 7,7 7,8 8,4 10,3 14,4 14,5 10 Gem Global Entrepreneurschip Monitor organisme sans but lucratif, consortium de recherche universitaire qui a pour objectif de fournir des données de haute qualité de recherche internationale sur l activité entrepreneuriale. L Entreprise La France possède une forte aptitude à entreprendre est défavorable à la création d entreprise montre une insuffisance d activité entrepreneuriale 2. En théorie, les Français sont prédisposés à prendre des risques économiques s intéressent plutôt à la création artistique n expriment pas un fort désir de créer une entreprise 3. En pratique, les Français sont riscophobes accrochent à la création d entreprises optent pour d autres domaines d activité 4. Le taux d activité entrepreneuriale atteint la moyenne européenne est inférieur à celui des pays européens excède ce niveau 5. Le niveau peu élevé de taux d activité entrepreneuriale s explique par: les raisons culturelles les traditions historiques la lourdeur des démarches administratives les particularités du système éducatif 6. Les Français peu disposés pour prendre des risques ne savent pas réaliser les projets économiques possèdent une forte culture d affaires montrent une petite propension à entreprendre 7. L attitude des Français envers l argent et la création d entreprise est du genre historique culturel politique spirituel 8. La tendance à entreprendre est influencée par un fond catholique moralisateur la réalité économique 19

20 la législation dans le domaine entrepreneurial Ex. 19. A partir des données ci-dessous: Écrivez un article pour la presse spécialisée économique; Écrivez un article pour la presse grand public; Faites la présentation de cette entreprise. Faites le choix des informations en fonction de vos intentions. Si vous manquez d informations, consultez L Oréal SA. Création: 1909 par Eugène Schueller /ingénieur chimiste/. Répartition de capital /avant le 3 février 2004/: 53,7% appartient à la compagnie Gesparal dont 51% à Mme Bettencourt et sa famille, 49% à la compagnie Nestlé, 46,3% se trouve en public dont 7,6% actionnaires individuels, 18,6% investissements institutionnels internationaux, 3,9% actions autodétenues, 10,2% investissements institutionnels français. Répartition de capital après la fusion-absorption de Gesparal par l Oréal: 27,4% de capital appartient à la famille Bettencourt, 26,3% est detenu par Nestlé, 46,3% est en public. Regroupe l Oréal Paris, L Oréal professionnel, les Laboratoires Garnier, Lancôme, Giorgio Armani, Cacharel, Vichy, Biotherm. Maybelline, Helena Rubinstein, Matrix, Ralph Lauren, Shu Uemura. 13% du marché mondial des cosmétiques. Reconnu pour ses exceptionnelles performances économiques. Une des valeurs les plus sûres du CAC 40. Action: valeur nominale 0,2 euro; une augmentation de 1 200% sur dix ans: 17,9 euros en 1995, 81,9 euros en Progression annuelle 10,32%. Dividende: 0,64 euros par action /+ 18, 5% soit 0,96 en 2002/. CA /1999/: millions d euros. CA 2000: millions d euros. CA 2002: millions d euros. Progression: 4%. Plus de 4/5 du CA sont générés hors de France. Présence: 150 pays. Forte propension à l internationalisation. 42 usines dans le monde, 88 centrales de distribution. Effectifs: personnes. 3,7 milliards d unités produites, 85 produits cosmétiques vendus par seconde à l échelle mondiale nouvelles formules chimiques mises au point chaque année. 10% de CA est consacré à la communication. Publicité institutionnelle. Slogan: Parce que vous le valez bien. Budget d innovation: milliards de francs /3% du CA global/. La mondialisation est devenue son principal réservoir de croissance scientifiques, molécules maison, plusieurs brevets déposés. Système créatif: appui sur les besoins des consommateurs. PDG: Linsday Owen-Jones /manager de l année 2002/. Historique en bref L histoire de l Oréal débute en Le jeune chimiste Eugène Schueller met au point une formule de teintures capillaires de synthèse des cheveux appelées L Auréales d où l Oréal. Commercialisation auprès de coiffeurs parisiens. 1909: dépôt des statuts de la Société française de teintures inoffensives pour cheveux. Base d activité: la recherche et l innovation au service de la beauté. 1920: 3 chimistes. 1950: équipe de recherche de 100 personnes. 1984: 1000 personnes dans la recherche, à présent: : shampooing sans savon Dop. 1935: l huile de protection Ambre solaire. 1952: la coloration grand public Régé-Color. 1960: laque Elnett /s élimine d un simple coup de brosse/. 2000: Vinéfit, crème à la base de pépins de raisin blanc /Lancôme/. Hydratation, tonicité et protection de la peau de visage. 20

NOM PRÉNOM DATE EXTENSION D UNE GAMME DE PRODUIT

NOM PRÉNOM DATE EXTENSION D UNE GAMME DE PRODUIT NOM PRÉNOM DATE EXTENSION D UNE GAMME DE PRODUIT fonctions et les services. 1 " Pour fonctionner une a besoin à la fois de: dans le but de fabriquer des biens OU des services En vue de réaliser des bénéfices

Plus en détail

CLASSIFICATION. I Activité de l'entreprise

CLASSIFICATION. I Activité de l'entreprise CLASSIFICATION Les entreprises se classent par activité économique (activité de Biens, de Services), par secteur (primaire, secondaire, tertiaire), par forme juridique, par origine et par taille 1. L'entreprise

Plus en détail

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013

La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2013 La détention par les non résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2013 Pierre BUI QUANG Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2013, les non résidents détenaient

Plus en détail

L ACTIVITÉ ESTHÉTIQUE DANS L ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE

L ACTIVITÉ ESTHÉTIQUE DANS L ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE 1 L ACTIVITÉ ESTHÉTIQUE DANS L ENVIRONNEMENT ÉCONOMIQUE Tout projet de reprise ou de création d un institut de beauté doit s accompagner d une recherche d informations sur la place de l activité esthétique

Plus en détail

Situation capitalistique et pérennité des entreprises

Situation capitalistique et pérennité des entreprises Situation capitalistique et pérennité des entreprises L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr 2 Objet de l étude La pérennité et la capacité de développement des PME et des ETI sont-elles

Plus en détail

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014

LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie. DONNÉES au 30 juin 2014 LE Fonds EN EUROS DE Cardif assurance vie DONNÉES au 30 juin 2014 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance épargne Pension AEP - Assurance épargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

Une économie en convergence avec l Europe des 27... 18 L attrait du pays pour les investisseurs français... 18 Les réformes attendues...

Une économie en convergence avec l Europe des 27... 18 L attrait du pays pour les investisseurs français... 18 Les réformes attendues... Sommaire Le cadre du pays................................................................................... 15 Présentation du pays.................................................................................

Plus en détail

NOM : PRENOM : CLASSE :

NOM : PRENOM : CLASSE : 3ENT1 S1C I - DEFINITION Une entreprise est un ensemble de moyens (personnel et capital) réunis et organisés destinés à produire des biens et/ou des services qui seront vendus pour réaliser des bénéfices.

Plus en détail

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola

EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Crise économique mondiale et impacts réels sur les entreprises manufacturières québécoises et canadiennes EL YASSI Soufiane MENEYROL Maxime NDIOYE Mamadou SAIDI Sandra TOOVI Hizola Agenda I Crises et conséquences

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Marseille 7 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

L entreprise industrielle (ou entreprise de production) achète des matières premières et les transforme en produits finis qui seront vendus.

L entreprise industrielle (ou entreprise de production) achète des matières premières et les transforme en produits finis qui seront vendus. CHAPITRE 1 L ENTREPRISE ET SA GESTION I. L ENTREPRISE ET SES FINALITES ECONOMIQUES A. Qu est ce qu une entreprise et quels sont ses objectifs? 1. Définition de l entreprise L entreprise est un ensemble

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays?

Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Comment expliquer les différences d efforts de recherche et développement (R&D) entre les pays? Le but de ce dossier pédagogique est de mieux comprendre les écarts constatés entre pays en matière d effort

Plus en détail

2 Md dédiés au financement de l immatériel

2 Md dédiés au financement de l immatériel Conférence de Presse 20 MARS 2014 2 Md dédiés au financement de l immatériel Bpifrance révolutionne le crédit aux PME 01. Qui sommes-nous? 2 200 collaborateurs 6 métiers Garantie Crédit Fonds de fonds

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2009 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres À la fi n de l année 2009, les non-résidents

Plus en détail

Bac Pro Tertiaire Seconde

Bac Pro Tertiaire Seconde Bac Pro Tertiaire Seconde Économie et Droit Jean ALDON Frédérique BAS Orab BENIDJER Hakim KRADCHI Bruno PAGÈS Sommaire Économie-Droit Bac pro seconde PARTIE 1 - LE CONTEXTE ÉCONOMIQUE DE L ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

La Fédération des Les Industries Mécaniques

La Fédération des Les Industries Mécaniques La Fédération des Industries Mécaniques Les Industries Mécaniques Chi fres clés 2010 et enjeux Les Industries Mécaniques en chiffres 11 000 Entreprises* 101,2 milliards d euros de Chiffre d affaires 6

Plus en détail

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014

REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR. Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL, LEADER SUR UN MARCHÉ PORTEUR Réunion à Strasbourg le 2 juin 2014 REXEL EN BREF Rexel, leader mondial de la distribution professionnelle de produits et services pour le monde de l énergie La mission

Plus en détail

information Les chercheurs en entreprise

information Les chercheurs en entreprise note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.05 AVRIL En 2007, plus de 137 000 chercheurs (en personnes physiques) ont une activité de R&D en entreprise, ils étaient 81 000 en 1997, et deviennent

Plus en détail

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008

Résultats Semestriels 2008. Paris, le 1er octobre 2008 Résultats Semestriels 2008 Paris, le 1er octobre 2008 ALTEN ALTEN reste fortement positionné sur l Ingénierie et le Conseil en Technologie (ICT), ALTEN réalise des projets de conception et d études pour

Plus en détail

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL

DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL / LES ENTREPRISES 2008 DU NORD-PAS DE CALAIS ET L INTERNATIONAL /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////2008 Observatoire

Plus en détail

Un secteur professionnel, une diversité de métiers

Un secteur professionnel, une diversité de métiers Axe 1 Le contexte professionnel Thème 1.1 Un secteur professionnel, une diversité de métiers Chapitre 1 Un secteur professionnel, une diversité de métiers Compétences 1.1.1 Repérer les différents métiers

Plus en détail

Présentation du Groupe IKEA

Présentation du Groupe IKEA Présentation du Groupe IKEA IKEA dans le monde en quelques chiffres En 62 ans, le Groupe IKEA est devenu le leader mondial sur le marché du meuble. En tant que spécialiste de l ameublement et de la décoration

Plus en détail

LA LETTRE DE MOTIVATION

LA LETTRE DE MOTIVATION Patrick de SAINTE-LORETTE Jo MARZÉ LA LETTRE DE MOTIVATION Troisième édition Troisième tirage 2005, 1991, 1999, 2003 pour le texte de la présente édition, 2005 pour la nouvelle présentation ISBN : 2-7081-3374-8

Plus en détail

Le marché mondial: les trois vagues de la civilisation moderne, en quoi la mondialisation affecte-t-elle les organisations

Le marché mondial: les trois vagues de la civilisation moderne, en quoi la mondialisation affecte-t-elle les organisations MNG 100/ CHAPITRE 3 1 ère ère année francophone MANAGEMENT, LA NOUVELLE DONNE Mme. Zineb El Hammoumi SOMMAIRE Le marché mondial: les trois vagues de la civilisation moderne, en quoi la mondialisation affecte-t-elle

Plus en détail

Réunion Actionnaires. Nantes 14 septembre 2009. Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris

Réunion Actionnaires. Nantes 14 septembre 2009. Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris Réunion Actionnaires Nantes 14 septembre 2009 1 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Les profits des entreprises du

Les profits des entreprises du Les profits des entreprises du CAC 40 Des hausses de profits déconnectées de la réalité économique David Meyer collaborateur de la Direction Fédérale sur les questions économiques 1 Méthodologie Les données

Plus en détail

Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE

Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE Les informations sociales dans les rapports annuels Troisième année d application de la loi NRE Premiers éléments à partir des sociétés cotées au CAC 40 Marseille - Septembre 2005 1 Présentation générale

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2010 Julien LE ROUX Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2010, la capitalisation

Plus en détail

I) Les stratégies de croissance au niveau économique

I) Les stratégies de croissance au niveau économique Toute entreprise ambitionne de se développer et donc de s agrandir en recherchant la croissance. Elle peut l obtenir à partir de 3 choix essentiels. Choix de croissance du point de vue économique (1 ou

Plus en détail

Propriété Industrielle

Propriété Industrielle la Propriété Industrielle & l entreprise La propriété intellectuelle recouvre la propriété industrielle, la propriété littéraire et artistique (le droit d auteur et les droits voisins) ainsi que la protection

Plus en détail

BREVET PROFESSIONNEL COIFFURE

BREVET PROFESSIONNEL COIFFURE D r ye er &Herv ém Mey r ie e d i BREVET PROFESSIONNEL COIFFURE Management d un salon de coiffure Eyrolles Éducation / Gep Éditions, 2014 ISBN : 978-2-84425-994-3 2 La présentation du secteur de la coiffure

Plus en détail

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010

UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 UN FONDS GÉNÉRAL QUI SERA MUTUALISÉ AVEC CELUI DE CARDIF ASSURANCE VIE EN 2011 DONNÉES AU 31 DÉCEMBRE 2010 La garantie d un groupe solide Antin Epargne Pension Compagnie d assurance vie créée en 2001,

Plus en détail

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE

APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE APERÇU DES ACCORDS CONTRACTUELS DE TRANSFERT DE TECHNOLOGIE I. Introduction 1. En substance, le transfert de technologie est le processus par lequel une technologie, des compétences, un savoir-faire ou

Plus en détail

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008

La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 à fin 2008 La détention par les non-résidents des actions des sociétés françaises du CAC 40 2008 François SERVANT Direction de la Balance des paiements Service des Titres Au 31 décembre 2008, les non-résidents détenaient

Plus en détail

Economie et organisation d entreprises

Economie et organisation d entreprises Economie et organisation d entreprises 0. Introduction générale 1. Définition et diversité d entreprises 2. L environnement des entreprises 3. Les fonctions de l entreprise 4. L organisation des entreprises

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008. Avril 2009

RÉSULTATS ANNUELS 2008. Avril 2009 RÉSULTATS ANNUELS 2008 Avril 2009 2. Un marché immense et porteur La formation continue en Europe Une priorité collective La formation sur le lieu et pendant le temps de travail constitue une dimension

Plus en détail

Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise

Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise Sommaire 22.08.2011 AG PME Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise Au Delà Du Profit : philosophie d'une entreprise française

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

CAPITALISME CONTRE CAPITALISME. Michel Albert

CAPITALISME CONTRE CAPITALISME. Michel Albert Séminaire de Stratégie et Concurrence Internationale Prof. Dembinsky Stefano Grino Christophe Chatriand Raphaël Monnet CAPITALISME CONTRE CAPITALISME Michel Albert Janvier 2000 L AUTEUR L auteur de ce

Plus en détail

L ÉMERGENCE Du «MILLENNIPRENEUR»

L ÉMERGENCE Du «MILLENNIPRENEUR» L ÉMERGENCE Du «MILLENNIPRENEUR» étude ENTREPRENEURS BNP PARIBAS 2016 EN BREF LES MILLENNIPRENEURS UNE GÉNÉRATION PRESSÉE I Âgés de moins de 35 ans, ces nouveaux entrepreneurs créent plus d entreprises,

Plus en détail

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005 La Fondation d entreprise EADS La fondation d entreprise créée par EADS est conçue comme une

Plus en détail

Les déterminants des échanges internationaux Activités pour l élève

Les déterminants des échanges internationaux Activités pour l élève Les déterminants des échanges internationaux Activités pour l élève 1 - Des échanges indispensables Document 1 : Pourquoi échangeons-nous? Pourquoi des échanges internationaux? Drôle de question Effectivement

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Observatoire de l Auto-Entrepreneur. 4 e vague Novembre 2010

Observatoire de l Auto-Entrepreneur. 4 e vague Novembre 2010 Observatoire de l Auto-Entrepreneur 4 e vague Novembre 2010 Contexte Presque 2 ans après le lancement du régime de l Auto-Entrepreneur, plus de 500 000 personnes s'y sont inscrites. Ce succès quantitatif

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises?

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? a) L entrepreneur individuel trepreneur individuel Nombre de propriétaires = 1 seul Responsabilité sur ses biens propres = illimitée Activités

Plus en détail

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09. Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.2011 Présentation du livre Quelques constats 1. Le management international

Plus en détail

IMPORTEURS - EXPORTATEURS

IMPORTEURS - EXPORTATEURS Août 2013 IMPORTEURS - EXPORTATEURS Service Etudes CCI Indre Importateurs - Exportateurs Toute reproduction interdite sans l autorisation de l auteur Page 1 SOMMAIRE Page LES OPERATEURS DU COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Classification des entreprises

Classification des entreprises Classification des entreprises Sommaire Typologie et statuts juridiques... 1 Classification par secteur économique (déterminé par leur activité principale)... 1 Classification par taille et impact économique...

Plus en détail

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE

FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE FORTUNE ET PATRIMOINE GUIDE DE L INVESTISSEMENT EN FRANCE Dreyfus Louyebo Fortune et patrimoine guide de l investissement en France Essai Editions Persée Consultez notre site internet Editions Persée,

Plus en détail

OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2013

OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2013 OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX RÉSULTATS 2013 L OBSERVATOIRE RÉGIONAL DES ÉCHANGES INTERNATIONAUX (OREI) L Observatoire régional des échanges internationaux (OREI) dresse, chaque année

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER

Reprises. Transmissions. d'entreprises à Paris. études études. Septembre 2009. Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France. Bouch A CEDER A CEDER PROMOTIONS Entrecôtes saucisses ILE -DE- FRANCE études études Septembre 2009 Reprises et Bouch Trmissions A CEDER A CEDER d'entreprises à Paris Jean Bresner Olivier Satger Insee Ile-de-France Reprises

Plus en détail

Commerce extérieur de l Auvergne : principales caractéristiques

Commerce extérieur de l Auvergne : principales caractéristiques PREFET DE LA REGION AUVERGNE DIRECTION REGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI Pôle Entreprises, Economie, Emploi Clermont-Ferrand, le 16 novembre 2015

Plus en détail

Financer et accompagner les entreprises

Financer et accompagner les entreprises Financer et accompagner les entreprises EN HAUTE-NORMANDIE Créer EN HAUTE-NORMANDIE Innover Fiches pratiques Développer Transmettre Outils communs Édito des Présidents La Région Haute-Normandie et OSEO,

Plus en détail

Thème 1 : Les entreprises : leurs diversités, leurs partenaires

Thème 1 : Les entreprises : leurs diversités, leurs partenaires ECONOMIE 1V3A Nom : Prénom : Thème 1 : Les entreprises : leurs diversités, leurs partenaires Objectifs : - Caractériser l'entreprise (selon son activité, sa taille, etc.) - Caractériser l'organisation

Plus en détail

Un investissement au cœur de l innovation. Dexia Equities L Europe Innovation Compartiment de la Sicav de droit luxembourgeois Dexia Equities L

Un investissement au cœur de l innovation. Dexia Equities L Europe Innovation Compartiment de la Sicav de droit luxembourgeois Dexia Equities L Un investissement au cœur de l innovation Dexia Equities L Europe Innovation Compartiment de la Sicav de droit luxembourgeois Dexia Equities L Aujourd hui, aucun pays européen ne figure dans le top 10

Plus en détail

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

création oseo.fr Pour financer et accompagner les PME création oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6522-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME création oser pour gagner! Que la création porte sur une activité traditionnelle avec un

Plus en détail

CAPITAUX étrangers. Les établissements à. en Seine-et-Marne. septembre 2011

CAPITAUX étrangers. Les établissements à. en Seine-et-Marne. septembre 2011 FOCUS études septembre 211 Les établissements à CAPITAUX étrangers en Seine-et-Marne information économique En 211, 544 établissements seine-et-marnais sont détenus par des investisseurs étrangers. Ces

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

MONOGRAPHIE SECTORIELLE / UWE 2O15

MONOGRAPHIE SECTORIELLE / UWE 2O15 La Wallonie est une terre de verriers. On y dénombre 6 sites dotés de fours de production et une douzaine de sites de transformation. Les produits sont généralement classés en trois grandes catégories

Plus en détail

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique

Appareil productif. Spécialisations. Un noyau urbain dynamique Social Ménages-logements Démographie Infrastructures-déplacements Morphologie Spécialisations Si le secteur tertiaire, commerces et services, regroupe plus de 70% des emplois du département 31,la tradition

Plus en détail

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France Enquête 2015 Réalisation : ACTEL Données source : Direction régionale des douanes Ile-de-France Ouest 1 Observatoire des PME exportatrices d Ile-de-France

Plus en détail

Votre implantation à l étranger

Votre implantation à l étranger Votre implantation à l étranger Afin de déterminer la forme de présence la plus adaptée à la commercialisation de vos produits et de vos services, un choix est nécessaire entre quelques grandes options

Plus en détail

autofocus L insertion professionnelle des jeunes formés aux métiers de l automobile La lettre de l Observatoire de l ANFA

autofocus L insertion professionnelle des jeunes formés aux métiers de l automobile La lettre de l Observatoire de l ANFA autofocus La lettre de l Observatoire de l ANFA N 55 OCTOBRE 2013 L'EMPLOI DES APPRENTIS REPART DOUCEMENT MALGRÉ UNE TENDANCE à la BAISSe En février 2012, 60% des apprentis sortis de formation automobile

Plus en détail

THEME 2 ENTREPRISES ET PRODUCTION

THEME 2 ENTREPRISES ET PRODUCTION THEME 2 ENTREPRISES ET PRODUCTION CHAP 3 QUI PRODUIT DES RICHESSES? Notions à découvrir : - Entreprise. - Production Marchande et non marchande - Valeur ajoutée Applications : - Livre p 50 à 59 Devoir

Plus en détail

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre

Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives. CCI International Centre CCI International Centre NUMÉRO 08 LE CAHIER SPÉCIAL DE L OBSERVATOIRE DES ENTREPRISES À L INTERNATIONAL 2015 Les entreprises exportatrices en région Centre : dynamique et perspectives Une publication

Plus en détail

E41 - Analyse diagnostique des marchés étrangers

E41 - Analyse diagnostique des marchés étrangers Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen Session 2011 E41 - Analyse diagnostique des marchés étrangers Éléments de CORRIGÉ - La société des vins du Jura (SVDJ)

Plus en détail

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011

LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE. Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 LE PROCESSUS D INVESTISSEMENT ET LA STRATÉGIE CANADIENNE Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international du Canada 14 juin 2011 Le processus d investissement Organismes /Agences Analyse

Plus en détail

Une étude exclusive sur les Petites et Moyennes Entreprises

Une étude exclusive sur les Petites et Moyennes Entreprises Zurich Insurance Group Une étude exclusive sur les Petites et Moyennes Entreprises - Les PME ont pu réaliser de la croissance grâce à leurs marchés domestiques lors des 12 derniers mois - Diverses opportunités

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Créations et disparitions des entreprises en France

Créations et disparitions des entreprises en France Créations et disparitions des entreprises en France Octobre 2012 L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr La croissance du tissu économique de moins en moins dynamique 8,6 millions de sièges

Plus en détail

MESURER LA MONDIALISATION: LE POIDS DES MULTINATIONALES DANS LES ÉCONOMIES DE L'OCDE

MESURER LA MONDIALISATION: LE POIDS DES MULTINATIONALES DANS LES ÉCONOMIES DE L'OCDE ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT MESURER LA MONDIALISATION: LE POIDS DES MULTINATIONALES DANS LES ÉCONOMIES DE L'OCDE GUIDE

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Bienvenue chez Bürkert Bürkert, le partenaire idéal de votre réussite. Quel que soit votre problème en matière de fluidique, nous mettons tout en œuvre pour vous apporter la solution

Plus en détail

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens

Dépendance et rayonnement. des établissements franciliens ILE -DE- FRANCE études études Mai 2006 Dépendance et rayonnement des établissements franciliens Document réalisé dans le cadre du Schéma Directeur Régional de l'ile-de-france Julie Roy Insee Ile-de-France

Plus en détail

«COMMENT AIDER LES PME ET LES TPE A SURMONTER LA CRISE ET A SE DEVELOPPER? :

«COMMENT AIDER LES PME ET LES TPE A SURMONTER LA CRISE ET A SE DEVELOPPER? : «COMMENT AIDER LES PME ET LES TPE A SURMONTER LA CRISE ET A SE DEVELOPPER? : MISE EN ŒUVRE DE MESURES SPECIFIQUES, SOUTIEN DE L INNOVATION, VALORISATION DE LA RECHERCHE ET DU DEVELOPPEMENT, EXPLOITATION

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 30 SEPTEMBRE 2011 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas

Plus en détail

Café pays USA. Un événement organisé par CCI International Franche-Comté, avec le soutien de Business France et de la Région

Café pays USA. Un événement organisé par CCI International Franche-Comté, avec le soutien de Business France et de la Région Café pays USA 10èmes Clés de l International Un événement organisé par CCI International Franche-Comté, avec le soutien de Business France et de la Région Avec la participation de : Arnaud LERETOUR, Directeur

Plus en détail

AXA Réunion d information

AXA Réunion d information AXA Réunion d information Toulouse 8 décembre 2009 Christian Rabeau Directeur de la Gestion AXA Investment Managers Paris 1 1 Avertissement Certaines déclarations figurant dans cette présentation contiennent

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises

Politique de soutien aux entreprises Politique de soutien aux entreprises Adoptée le 17 septembre 2015 Table des matières 1 Fondement de la politique... 3 1.1 Mission... 3 1.2 Principe... 3 1.3 Support aux promoteurs... 3 1.4 Financement

Plus en détail

Bien plus qu un financement

Bien plus qu un financement Bien plus qu un financement Vous souhaitez étendre votre activité, accroître vos ventes? Vous avez des projets d investissement? Ensemble, on peut accélérer votre développement Vous êtes constructeur ou

Plus en détail

L Artisanat rhônalpin

L Artisanat rhônalpin L Artisanat rhônalpin Enquête de conjoncture Édito du Président Fort de plus de 119 42 entreprises en Rhône- Alpes, l Artisanat représente 1 entreprise sur 4 de la Région. Présent dans les secteurs de

Plus en détail

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des

Focus sur. métiers administratifs et comptables. métiers. les. De quoi parle-t-on? La piste DÉCEMBRE 2014. des La piste des métiers Focus sur les métiers administratifs et comptables L es métiers administratifs et comptables représentent environ 20% des emplois de Poitou-Charentes. Ils ne forment pas pour autant

Plus en détail

CONTENU du KIOSQUE COLLEGE Mars 2008

CONTENU du KIOSQUE COLLEGE Mars 2008 CONTENU du KIOSQUE COLLEGE Mars 2008 Les études au lycée Voies générale, technologique, professionnelle Dossier : Le dico de l orientation (2007) Diplômes : Bac pro Bac techno (2007) Diplômes : Les CAP

Plus en détail

LES FUSIONS TRANSFRONTALIÈRES

LES FUSIONS TRANSFRONTALIÈRES LES FUSIONS TRANSFRONTALIÈRES François MARSHALL Avocat à la Cour, Vice-Président du Cercle Montesquieu À l occasion de la transposition, en droit français, de la directive 2005/56/CE du 26 octobre 2005

Plus en détail

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013

BTS FINANCIERS ÉCONOMIE GÉNÉRALE ET ÉCONOMIE D ENTREPRISE SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014

I nternational. N euchâtel. S uisse. Conjoncture économique - 2 e trimestre 2014 Conjoncture économique - 2 e trimestre 214 PIB PIB et Baromètre EUR PIB Baromètre conjoncturel Marche des affaires Perspectives - NE Emploi Entrée de commandes Production Exportations Chômage Poursuite

Plus en détail

Commerce extérieur. mars 2015. n 6 LE COMMERCE EXTERIEUR DE LA LORRAINE EN 2014

Commerce extérieur. mars 2015. n 6 LE COMMERCE EXTERIEUR DE LA LORRAINE EN 2014 n 6 mars 2015 Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi de Lorraine DIRECCTE LORRAINE Commerce extérieur LE COMMERCE EXTERIEUR DE LA LORRAINE

Plus en détail

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012

LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 LE FONDS EN EUROS DE CARDIF ASSURANCE VIE DONNÉES AU 29 JUIN 2012 La garantie d un groupe solide AEP - Assurance Epargne Pension AEP - Assurance Epargne Pension, marque commerciale de BNP Paribas Cardif,

Plus en détail

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE

1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 APPRÉHENDER LA NOTION DE GROUPE 1 QU EST-CE QU UN GROUPE? 1 Les différentes notions de groupe Dans une première approche, nous pouvons définir le groupe comme un ensemble d entreprises reliées entre

Plus en détail