Rapport de stage. Première année de master Calcul Scientifique et Mathématiques de l information UFR Mathématiques et Informatique (STRASBOURG)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de stage. Première année de master Calcul Scientifique et Mathématiques de l information UFR Mathématiques et Informatique (STRASBOURG)"

Transcription

1 Rapport de stage Première année de master Calcul Scientifique et Mathématiques de l information UFR Mathématiques et Informatique (STRASBOURG) Étude de la température autour d une diode laser Approche théorique et numérique. SPRENG Marion 2 octobre 2014

2 Table des matières 1 Contexte du sujet de stage L entreprise et les produits Problématiques globales Contraintes environnementales Problématique liée à la limitation des énergies Objectifs de ce projet Projet de stage Description du modèle Composition du modèle Échanges thermiques présents au sein du modèle Boucle de régulation de la température Approche théorique du modèle thermique Géométrie du modèle Équations mathématiques et lois physiques : Équation de transfert de chaleur Conditions aux bords Forme variationnelle : Discrétisation : Modèle numérique, résultats et comparaison Implémentation : Notations et outils : Écriture du modèle mathématiques Inclusion dans un algorithme de recherche de minimum Résultats et comparaisons Premiers tests Test en utilisant la minimisation du flux thermique Annexe Description de l Inspectra Laser Fonctionnement de l Inspectra Laser Champs d action des produits fournis par Gazomat Calcul des coefficients du modèle Bibliographie 35 1

3 Je tiens à remercier M.Prud Homme, mon responsable pédagogique, pour m avoir aidé à trouver ce stage au sein de Gazomat ainsi que pour son soutien tout au long de ces deux mois. Je tiens également à remercier mon maître de stage, M.Jourdainne qui m a accueilli à Gazomat pour le temps qu il m a consacré, l aide et les connaissances qu il m a apporté ainsi que pour les expériences auxquelles j ai pu assister. 2

4 Ce stage de deux mois de première année de master CSMI (Calcul Scientifique et Mathématiques de l Information) s est déroulé à l UFR (Unité de Formation et de Recherche) de Mathématiques pour la majorité du temps et certaines journées se sont passées à Gazomat. C est une entreprise proposant des appareils nomades de détection de fuites de gaz. Ces journées ont permis l ajout et l enrichissement d informations sur le projet ainsi que l observation d expériences. Ce travail a porté sur un appareil de terrain de détection de fuite de gaz, cette portabilité l expose à une problématique due à l influence de la température. Cet instrument nécessite une régulation de la température sur des éléments du capteur optique (diode laser) pour maintenir la sensibilité de la détection tout en étant limité en terme énergétique. L optimisation de la gestion des énergies s insère dans le cadre du projet, englobant ce stage qui aura pour objectif de créer un modèle numérique de l environnement de la diode laser et les échanges thermiques qui se déroulent dans le système ainsi qu une caractérisation de la régulation. Pour commencer, le contexte de ce stage sera posé puis nous détaillerons le projet ensuite l approche théorique sera expliqué et finalement, le modèle numérique sera posé et testé. 3

5 1 Contexte du sujet de stage Le gaz naturel est transporté par des canalisations en acier enterrées appelées gazoducs, puis il passe dans le réseau de distribution de gaz des villes. Ce réseau nécessite une surveillance constante par le biais d instruments fournis par des entreprises spécialisées. Dans cette partie nous nous intéresserons à une telle entreprise, Gazomat, puis à la gamme de produits qu elle propose. Pour finir, les contraintes occasionnées par l environnement sur ces produits seront observées. 1.1 L entreprise et les produits Gazomat est une entreprise française implantée à Bischheim proposant des systèmes portables de détection de fuite de gaz, essentiellement de gaz naturel adaptés à la surveillance constante des réseaux de gaz (obligation légale), pour prévenir les risques d explosions et d incendies. Cette société dont le chiffre d affaire s élève à trois millions d euros est composée de vingt-trois personnes et possède des partenariats avec de grandes entreprises de distribution de gaz dans le monde. Elle appartient au groupe T.D Williamson qui est spécialisé dans la maintenance et l intervention sur les pipelines et réseaux sous pression. La gamme d appareils portables de Gazomat est représentée sur la figure 1 : Procédure de recherche Étape 1 : DÉTECTION VSR (véhicule surveillance réseaux) - Recherche d indice de fuite - Détection sur 100m 40km/h Étape 2 : CONFIRMATION Inspectra Laser - Confirmation d indice - Détection sur 20m 0km/h Étape 3 : LOCALISATION Gamme Catex - Localisation par sondage - Intervention d urgence 0km/h Étape 4 : RÉPARATION vitesse à laquelle la détection est possible FIGURE 1 Les produits de l entreprise (pour les détails de la procédure de recherche voir Annexe 5.3) 4

6 La procédure (détection, confirmation, localisation) de détection de fuite de gaz ne serait pas efficace sans de bons fondements fonctionnels. Voyons donc dès à présent, leur principe de fonctionnement. Le principe de détection des fuites du réseau actuellement mis en oeuvre repose sur la recherche de concentration du méthane qui constitue 90% du gaz naturel. Les appareils (VSR, Inspectra Laser et Catex) utilisent des capteurs optiques, ils sont constitués de manière générique (voir Figure 2) par trois briques essentielles : une source lumineuse, une chambre de mesure et des photodétecteurs. (1) (3i) (2) (3iii) (3ii) FIGURE 2 Schéma de l Inspectra Laser. Nous retrouvons les briques de fonctionnements : la source lumineuse (1), la chambre de mesure (2) et les photodiodes (3i) (3iii) (3ii) Ces capteurs mesurent l absorption de la lumière pour une quantité d air donnée contenant potentiellement du méthane en concentration c. La loi de Beer-Lambert décrit la relation entre l absorption de la lumière et la concentration de gaz dans un échantillon d air. Le fonctionnement de ces appareils, fournis par Gazomat afin d assurer la surveillance des réseaux de distribution de gaz naturel peut être mis à mal par certaines contraintes qui vont être exposées dans le paragraphe suivant. 1.2 Problématiques globales Ces appareils dont nous avons vu le principe de fonctionnement sont soumis à des contraintes. Tout d abord, l impact environnemental sera développé en nous concentrant sur la température, puis nous allons observer la limitation des énergies et pour finir, les objectifs du projet qui a été mis en place vont être explicités. 5

7 1.2.1 Contraintes environnementales Les instruments proposés par Gazomat sont portables ce qui les exposent à des différences de température et d humidité relative. Dans le cadre de ce projet, nous nous concentrerons principalement sur l impact de la température sur le capteur. La source lumineuse doit émettre à une longueur d onde de 1650,9nm correspondant à une raie d absorption du méthane afin de garantir le maintien de la sensibilité maximale du capteur optique. Dans le cas de l Inspectra Laser, elle est trouvée et maintenue par une boucle de régulation. La diode laser va émettre un faisceau dont une fraction va être déviée vers une cellule de référence remplie de méthane. L absorbance la plus forte sera recherchée en faisant varier la température de la diode laser grâce à un module thermoélectrique qui permet d apporter ou de retirer de l énergie thermique. En effet, la longueur d onde émise par une diode laser est influencé par sa température, l émission de la longueur d onde dérive de 0,1nm/K (voir Figure 3). Lorsque l absorbance la plus grande a été trouvée la longueur d onde émise est considérée égale à 1650,9nm et la sensibilité du capteur est donc maximale. La température de fonctionnement de la diode laser ainsi déterminée devient alors la consigne de la boucle de régulation. dérive longueur d onde (nm) FIGURE 3 Dérive de la longueur d onde due à la température En bleu, le spectre d absorption du méthane. En vert, la longueur d onde caractéristique du méthane et en rouge lorsqu elle est déviée par l influence de la température rendant impossible la détection Pour émettre à la bonne longueur d onde, la diode laser doit être à une certaine température dite de fonctionnement, comprise entre 10 C et 40 C. Chaque diode à la sienne ce qui rend toutes les régulations unique. Or, cette température de fonctionnement est influencée par la température environnementale, nous chercherons à en comprendre les causes par le biais de la modélisation numérique. 6

8 De plus, le spectre d absorption du méthane est lié à la température, la figure 4 indique que le coefficient d absorption de la raie la plus intense passe de 2, à 5 C à 1, à 50 C. FIGURE 4 Spectre d absorption du méthane en fonction de la température Source : Pacific Northwest National Laboratory Les photodiodes ont une sensibilité à l intensité lumineuse intrinsèquement dépendante de la température. Un étalonnage spécifique est réalisé permettant de compenser la dépendance en température des échantillons ainsi que celle des photodiodes. Les contraintes qui sont appliquées à ces appareils ont été décrites, en particulier nous avons observé les effets des changements de température sur ces instruments. Les gradients de température et d humidité relative ne sont pas les seules contraintes, le respect de la limitation des énergies en est une autre Problématique liée à la limitation des énergies La consommation des énergies dont dispose les produits fournis par Gazomat est limitée pour assurer : leur autonomie Ces appareils portables nécessitent une auto-gestion des énergies (6 à 8 heures d autonomie). le respect d une norme (la norme ATEX) Dans une atmosphère explosive, un apport d énergie trop élevé pourrait déclencher une explosion. Une atmosphère est dite explosive (ATEX) si elle comporte un risque 7

9 explosif. Une explosion a lieu si la zone possède dans une certaine mesure un comburant (en général, l oxygène), un combustible (dans notre cas, le méthane) et une source d inflammation ou une source d énergie (en ce qui nous concerne, l énergie apportée au système pour réguler la température est une possibilité) (voir Figure 5) FIGURE 5 Atmosphère explosive : caractéristiques d une telle atmosphère Source : La norme ATEX implique notamment d imposer une limitation des énergies dont dispose le système pour la régulation de la température de la diode laser. Une diode est dite ATEX si elle possède une température de fonctionnement qu il est possible d atteindre et de maintenir sans dépasser la limite énergétique imposée par la norme quelque soit les conditions environnementales sans quoi elle sera dite non-atex. La tendance du marché actuel penche en faveur des appareils ATEX augmentant ainsi la demande de tels instruments. La modélisation numérique de la diode laser est une voie d investigation pour optimiser la gestion des énergies ceci dans le but de minimiser le besoin énergétique Objectifs de ce projet Les effets de la température ainsi que les besoins du marché ont amenés Gazomat à considérer une approche nouvelle pour l entreprise, la modélisation numérique. Cette idée a ouvert la voie au projet actuel, celui-ci initialise une collaboration entre l UFR (Unité de Formation et de Recherche) de Mathématiques et Gazomat. Ce stage de deux mois sera concentré sur un appareil en particulier, l Inspectra Laser (voir Annexe 5.1 et 5.2) dans le 8

10 but de créer un modèle numérique caractérisant l environnement de la diode laser. La création de ce modèle demandera l étude de : la géométrie du système les échanges thermiques présents dans le système la régulation de la température présente dans l Inspectra Laser Ce modèle permettra de remplir les objectifs suivants (voir Figure 6) : l étude de la température autour de la diode laser. En pratique, une évolution de la température de fonctionnement de la diode a été constatée, cette variation est liée à la température environnante. Pour mieux comprendre les causes de ce changement, un modèle mathématique comprenant toutes les interactions thermiques ayant lieu dans l appareil va être mis en place. Cette approche mathématique va fournir les bases de la modélisation numérique permettant l étude de la température de la diode laser par rapport à la température d un capteur situé à proximité de celle-ci. Les variations de ces températures en fonction de la température environnementale seront explicités. la caractérisation de la régulation permettant la recherche et le maintien de la température de fonctionnement de la diode que nous avons déjà évoquée précédemment. La régulation compense les effets occasionnés par les gradients de température sur la source lumineuse et permet le maintien de la sensibilité maximale du capteur au méthane. Étude de l impact de la température environnante Possibilités d améliorations de la régulation?? Étude de la régulation de la température FIGURE 6 Objectifs du projet global Dans ce chapitre, la pose du contexte du stage a été faite, ceci passant par la description de l entreprise et l observation du principe de fonctionnement des appareils qu elle propose. Puis l étude des contraintes a été entreprise. Celle-ci nous a mené aux objectifs de ce projet qui va amener une meilleure compréhension de l Inspectra Laser. 9

11 2 Projet de stage Ce projet va nécessiter l usage de la modélisation numérique pour obtenir des informations auxquelles nous n aurions pas accès telle que la température de la diode, mais aussi pour faciliter la mise en oeuvre de tests tels que les changements de température (environnementale, initiale, requise) ou encore des modifications au niveau des composants (géométrie, disposition, caractéristique). Tout le long de cette partie, le projet de ce stage sera explicité et expliqué. Pour commencer, l environnement de la diode laser à modéliser sera décrit puis nous aborderons la régulation présente dans l Inspectra Laser. 2.1 Description du modèle La modélisation numérique que nous voulons établir nécessite la connaissance des caracteristiques du modèle. Dans ce paragraphe, elles seront explicitées en passant par sa composition puis par les échanges thermiques ayant lieu dans le système Composition du modèle L environnement de la diode laser est décrit sur le schéma du montage (voir Figure 7). Sur une pièce en aluminium est collé un module thermoélectrique (appelé aussi module TEC, thermoelectric cooler module) qui permet d apporter ou retirer de l énergie thermique au système pour moduler la température de la diode afin d obtenir la bonne longueur d onde et ainsi trouver la température de consigne. Le module TEC est surmonté d un substrat sur lequel est placé une thermistance (un capteur de température, appelé aussi CTN, coefficient de température négatif) permettant de mesurer la température au niveau du substrat. Dominant l ensemble, la diode laser est posée sur ce substrat. (a) (b) FIGURE 7 Schéma du montage (a) le modèle complet et (b) le schéma du montage à modélisé Source : Gazomat et une image du projet de méthode des éléments finis ; M2 CSMI ; 2013/

12 À partir de cette construction, la simulation numérique va être créée et deux possibilités de modélisations sont à prendre en compte (voir Figure 8). Dans un premier temps, nous allons considérer uniquement le système dit linéaire ou thermique. Le modèle linéaire est constitué du substrat et de la diode qui va fournir un premier modèle basé sur les échanges thermiques. Dans un deuxième temps le module TEC sera intégré, ce qui va fournir un second modèle dit non-linéaire dans lequel un problème thermo-électrique sera donc à examiner, cette partie sera réalisée en collaboration avec Vincent CHABANNES, ingénieur recherche affilié à l Université de Grenoble. FIGURE 8 Schéma des modèles possibles Source : Utilisation d une image du projet de méthode des éléments finis ; M2 CSMI ; 2013/2014 Dans le cadre de ce stage, le modèle linéaire sera traité et observé pour comprendre l impact de la température sur le fonctionnement de la diode laser. Les échanges thermiques qui seront décrit dans cette partie constituent le coeur de notre projet Échanges thermiques présents au sein du modèle Les échanges thermiques présents dans le modèle vont être explicités (voir Figure 9). Deux types de transferts thermiques se déroulent en permanence dans le système : les échanges dit naturel : Par convection naturelle : Le système (subtrat et diode laser) n étant pas isolé le premier transfert de chaleur dit naturel est celui ayant lieu avec l extérieur. En effet, des mouvements d air dûs aux différences de température ont lieu sur les surfaces en contact avec l air. Causé par l échauffement de la diode laser : Le second transfert thermique qualifiable de naturel est celui dû à la diode laser. 11

13 La chaleur produite par effet Joule dans la diode laser va se diffuser vers l extérieur du sytème ainsi que dans le substrat car la diode laser est en contact avec ce composant et l air. puis l échange forçé : Le module TEC impose un transfert thermique au système qui permet de contrôler la température de la diode laser. FIGURE 9 Schéma des échanges thermiques possibles Source : Utilisation d une image du projet de méthode des éléments finis ; M2 CSMI ; 2013/2014 Les équations mathématiques décrivant les transferts thermiques ainsi que les lois physiques s appliquant au système vont nous permettre de créer les bases de la modélisation numérique de l ensemble constituant la partie linéaire. La composition du modèle et les échanges thermiques naturels ont été explicités, le transfert forçé a été abordé, celui-ci permet la régulation de la température qui sera développée au paragraphe suivant. 2.2 Boucle de régulation de la température La détection de fuites de gaz par l Inspectra Laser repose sur la mesure du taux d absorption de l intensité lumineuse incidente par une photodiode. Comme nous l avons déjà expliqué dans la partie précédente, le bon fonctionnement de l appareil est dépendant de la régulation de la température de la diode laser (voir Figure 10). La température de fonctionnement de la diode laser va être trouvée par la recherche de l absorbance la plus forte dans la cellule de référence remplie de méthane en faisant varier la température de la diode. Cette température de fonctionnement va devenir la consigne d un contrôleur PID (Proportionnel Intégral et Dérivé) (voir Bibliographie [?]) qui va diriger la valeur du potentiel électrique fournit au module TEC en fonction de cette directive et de 12

14 la température relevée au niveau de la thermistance. Les ordres d application de potentiel électrique sur le module TEC par le contrôleur vont permettre de maintenir la diode laser à sa température de fonctionnement. En effet, le module TEC va apporter ou retirer de l énergie thermique au substrat cela va affecter la température de la diode laser puisqu elle est sur le substrat en fonction du potentiel électrique qui lui est appliqué. Thermistance (2) (3) PID (1) Consigne FIGURE 10 Boucle de régulation de la température du système Entrée de la consigne ( (1) : température de fonctionnement de la diode) dans le contrôleur PID qui va orchestrer l application du potentiel électrique (2) sur le module TEC ; le contrôleur PID va réguler ce potentiel électrique en fonction de la température de la thermistance (3) Source : Utilisation d une image du projet de méthode des éléments finis ; M2 CSMI ; 2013/2014 et Gazomat Pour commencer l étude de la régulation du système, notre intérêt se portera sur le flux thermique minimal que doit imposer ce dernier au système (substrat et diode laser) pour atteindre la température de fonctionnement de la diode dans le temps trouvé expérimentalement (une dizaine de secondes) et de trouver le potentiel électrique minimal à appliquer en utilisant le modèle non-linéaire. Les notations suivantes (voir Figure 11)seront introduites : 13

15 Température initiale : requise : ambiante de la thermistance de la diode T0 T_required Tamb TThermistance TDiode FIGURE 11 Notations concernant la température Au temps initial, la considération sera que l ensemble du modèle est à la température environnementale et que les égalités suivantes sont vérifiées : T0=Tamb=TThermistance=TDiode Les températures sont en Kelvin. (Notons que : température (en Kelvin) = 273,15 + température (en degré)) Ainsi si la température initiale du modèle est de 10 C (T0=273,15+10 K) et que la température de fonctionnement de la diode laser est de 25 C (T_required=273,15+25 K) le but sera de trouver le flux thermique minimal tel que la température au niveau de la thermistance soit égale à la température requise (TThermistance = T_required) en une dizaine de secondes. Pour mener cette recherche à bien, l utilisation d un algorithme d optimisation sera nécessaire. Dans ce chapitre, nous avons posé les bases de la modélisation numérique en détaillant la composition et les transferts thermiques présents dans l Inspectra Laser ainsi que la boucle de régulation de la température de la diode laser pour en garantir le bon fonctionnement. Cela nous fournit la géométrie et la compréhension de l Inspectra Laser pour pouvoir débuter la modélisation numérique. Dans la partie suivante, nous expliquerons et poursuivrons l élaboration de la modélisation numérique par l approche mathématique. 14

16 3 Approche théorique du modèle thermique La modélisation numérique est constituée d un modèle mathématique reflétant le phénomène physique à spécifier et de la simulation numérique de celui-ci. Dans ce paragraphe, l approche théorique va être utilisée afin de forger le modèle mathématique représentant l environnement de la diode laser. Tout d abord, nous détaillerons la géométrie à modéliser puis les équations mathématiques qui décrivent les échanges thermiques seront déterminées pour finalement résoudre le problème découlant des équations par la méthode des éléments finis. 3.1 Géométrie du modèle laser : La géométrie du modèle linéaire (voir Figure 12 ) est constitué du substrat et de la diode (a) (b) Substrat longueur : largueur : hauteur L l =0.33*L h=0,57*l (c) Diode longueur : L_diode = 0,5/6 largueur : l_diode = 3*h_diode hauteur : h_diode = 0,125*h Thermistance (carré) largueur : l_thermistance = 0,5*l FIGURE 12 (a) et (b) Schéma du modèle. Source : Utilisation d une image du projet de méthode des éléments finis ; M2 CSMI ; 2013/2014 (c) Proportions des éléments du système à modéliser (échelle millimétrique) Source : Gazomat 15

17 Dans la modélisation, nous avons pris L=1. Pour les besoins de la modélisation en trois dimensions, le partitionnement du domaine (substrat et diode laser) est nécessaire (voir Figure 12 (a)), nous commençons par définir : deux sous-domaines dans R 3 : Ω diode qui représente la diode laser et Ω substrat qui représente le substrat et deux interfaces : Γ 1,2 : l interface entre le substrat et la diode Γ m : l interface entre le module TEC et le substrat La géométrie du modèle a été décrite. Nous nous intéresserons aux échanges thermiques présents dans le système pour compléter notre simulation. 3.2 Équations mathématiques et lois physiques : avec La conservation de l énergie donne : ρ la masse volumique C la capacité calorifique T la température q le flux d énergie et Q le flux de chaleur ρc T t + q = Q (1) De plus, nous avons l équation constitutive suivante : q = κ T + P j (2) avec κ la conductivité thermique P le coefficient de Peltier et j le courant électrique Donc, ρc T t + ( κ T + P j ) = Q (3) 16

18 Le module TEC n est pas pris en compte, dans un premier temps seule la diode sera considérée comme étant porteuse d un flux d énergie, ceci implique : P = 0 où, D où (1) devient ρc T t ( κ T ) est le terme de diffusion T t + ( κ T ) = Q (4) est le terme exprimant la variation temporelle de la température L application des lois physiques nous donne l équation principale de la modélisation numérique : l équation de transfert de la chaleur Équation de transfert de chaleur La température T dans le domaine Ω consitué des sous-domaines Ω diode et Ω substrat (Ω = Ω diode Ωsubstrat ) est solution de l équation de transfert de chaleur. Ainsi nous cherchons la fonction de température : T : { Ω [0, t final ] R (x, t) T (x, t) avec x = (x,y,z) : variable spatiale et t : variable temporelle. telle que : où t est le temps Et dans chaque sous-domaines Ω i : ρ i C i T t (κ i T ) = Q i, i = diode, substrat (5) ρ i C i est la capacité thermique volumique produit de la masse volumique (ρ i ) par la capacité calorifique (C i ). κ i est la conductivité thermique et Q i est le flux de chaleur volumique dissipée. L équation principale du modèle vient d être posée, mais elle n est évidemment pas suffisante à l établissement d une modélisation numérique complète. Nous finaliserons ce modèle en lui posant les conditions qui lui sont propre. 17

19 3.2.2 Conditions aux bords Dans la partie précedente, nous avions noté que les échanges thermiques ayant lieu en permanence dans le modèle seraient le coeur de notre projet. Effectivement, ces transferts thermiques sont les conditions à coupler à l équation de transfert de chaleur et vont déterminer tout le modèle. Dans ce paragraphe, la description mathématique de ces échanges thermiques (voir Figure 13) sera exposée. FIGURE 13 Schéma des échanges thermiques possibles dans le modèle Source : Utilisation d une image du projet de méthode des éléments finis ; M2 CSMI ; 2013/2014 La continuité des flux et de la température sont imposées. à l interface entre le substrat et la diode (Γ 1,2 ), nous avons : T 1 = T 2 (Continuité de la température) κ 1 ( T n 1 ) = κ 2 ( T n 2 ) (Continuité des flux) Transferts thermiques naturels : la convection naturelle ayant lieu sur les surface exposées à l air (voir Figure 14) Posons B 1 : le bord de Ω diode privé de l interface Γ 1,2 ; ( Ω diode \Γ 1,2 ) ; la surface de la diode en contact avec l air alors nous avons : κ 1 T n 1 = h 1 (T T amb ) Posons B 2 : le bord de Ω substrat privé des interfaces Γ 1,2 et Γ m ;( Ω substrat \ (Γ 1,2 Γ m )) ; la surface du substrat en contact avec l air alors nous avons κ 2 T n 2 = h 2 (T T amb ) 18

20 FIGURE 14 Illustration des bords du modèle Source : Utilisation d une image du projet de méthode des éléments finis ; M2 CSMI ; 2013/2014 Transfert themique forçé : à l interface entre le substrat et le module (Γ m ) Il y a un flux de chaleur provenant du module allant dans le substrat, ainsi, nous avons κ 2 T n 2 = F Ce flux thermique va être déterminé, dans un premier temps, par un algorithme d optimisation afin de trouver le flux thermique minimal pour atteindre la température de fonctionnement de la diode laser dans le même temps que dans la réalité (environ une dizaine de secondes). Ainsi, nous obtenons le système suivant qui décrit entièrement le modèle : i ρ i C i T t (κ i T ) = i Q i sur Ω i, i = diode, substrat (6) T 1 = T 2 sur Γ 1,2 (7) κ 1 ( T n 1 ) = κ 2 ( T n 2 ) sur Γ 1,2 (8) T κ 1 = h 1 (T T amb ) n 1 sur B 1 (9) T κ 2 = h 2 (T T amb ) n 2 sur B 2 (10) T κ 2 = F n 2 sur Γ m (11) Les lois physiques s appliquant sur le modèle couplées aux équations mathématiques fournissent le début de l approche théorique qui décrit par des équations le modèle concret de l environnement de la diode laser. Voyons maintenant comment les résoudre par la méthode des éléments finis. 19

21 3.2.3 Forme variationnelle : La seule source de chaleur étant la diode laser, nous avons Q diode 0 et Q substrat = 0 Ainsi l équation (6) devient i ρ i C i T t (κ i T ) = Q diode ; i = diode, substrat (12) Nous allons utiliser la méthode des éléments finis, dans le cas continu : T ρ i C i Ω i t ϕ (κ i T )ϕ = Q diode ϕ (13) Ω i Ω diode i avec ϕ H 1 (Ω) une fonction test. Par la formule de Green, Nous trouvons, i i Ω i ρ i C i T t ϕ Ω i ρ i C i T t ϕ avec Ω i : les bords des domaines Ω i En décomposant les bords, nous avons : i Ω κ i T ϕ = Q diode ϕ (14) Ω i Ω diode uv = ( u n)v u v Ω Ω κ i ( T n i )ϕ + κ i ( T ϕ) = Q diode ϕ (15) Ω i Ω i Ω diode Ω i = { Ω diode } { Ω substrat } = {Γ 1,2 B 1 } {Γ m B 2 } T ρ i C i Ω i t ϕ + κ i ( T ϕ) (16) Ω i κ 1 ( T n 1 )ϕ (17) Γ 1,2 κ 2 ( T n 2 )ϕ (18) Γ 1,2 κ 1 ( T n 1 )ϕ (19) B 1 κ 2 ( T n 2 )ϕ (20) B 2 κ 2 ( T n 2 )ϕ (21) Γ m = Q diode ϕ (22) Ω diode 20

22 La condition aux bords (8) provoque l annulation mutuelle des termes (17) et (18) et pour (19), (20) et (21) nous utilisons les expressions précédentes ((9), (10) et (11)), ainsi nous obtenons : T ρ i C i i Ω i t ϕ + κ i ( T ϕ) Ω i + h 1 (T T amb )ϕ B 1 + h 2 (T T amb )ϕ B 2 F ϕ Γ m = Q diode ϕ Ω diode La forme variationnelle est trouvée en mettant les termes connus à droite de l équation : i Ω i ρ i C i T t ϕ + k i ( T ϕ) + h 1 T ϕ + h 2 T ϕ B 1 B 2 = Q diode ϕ + h 1 T amb ϕ + h 2 T amb ϕ + F ϕ (23) Ω diode B 1 B 2 Γ m L équation décrivant le modèle trouvée dans le cas continu n est pas modélisable en l état, il faut créer une boucle itérative sur la température solution à chaque pas de temps pour pouvoir l exploiter numériquement. Voyons dès à présent cette discrétisation temporelle Discrétisation : où Soit un sous-espace de dimension finie : X k h = { ϕ h C 0 (Ω); ϕ h I i P k } H 1 (Ω) h désigne la taille du maillage sur le domaine k désigne le degré polynomial maximum du polynôme test I i sont les cellules du maillage {i {1,..., N }}, avec N le nombre de maillage Discrétisation : avec T n+1 h et ϕ appartenant à X k h T t T n+1 T n h h t 21

23 Ainsi, en discrétisant (23) la forme variationnelle devient : i T ρ i C i Ωi n+1 h t ϕ h + k i T n+1 h ϕ h + h 1 T n+1 h ϕ h + B 1 = Q 1 ϕ h + Ω diode i Ωi ρ i C i T n h t ϕ h + B 1 h 1 T amb ϕ h + h 2 T n+1 h B 2 ϕ h h 2 T amb ϕ h + F ϕ h (24) B 2 Γ m avec les notations suivantes qui sont illustrées sur la figure 15. deux sous-domaines dans R 3 : Ω diode : représente la diode laser et Ω substrat : représente le substrat deux interfaces : Γ 1,2 : l interface substrat/diode Γ m : l interface module TEC /substrat et deux surfaces : B 1 = Ω diode \ Γ 1,2 : surface de la diode en contact avec l air (notée "echange_diode" dans le programme) B 2 = Ω substrat \(Γ 1,2 Γ m ) : surface du substrat en contact avec l air (notée "echange_substrat" dans le programme) FIGURE 15 Partitionnement du domaine et notations des bords Source : Utilisation d une image du projet de méthode des éléments finis ; M2 CSMI ; 2013/2014 La modélisation numérique va utiliser cette formulation variationnelle sur la géométrie décrite dans le début du chapitre. Dans ce chapitre, le modèle mathématique correspondant à l environnement de la diode laser a été posé en détaillant la géométrie et les équations mathématique se rapportant au modèle. La résolution mathématique a été explicitée, celle-ci est un prérequis indispensable à la simulation numérique. Dans la partie suivante, nous expliquerons la conception du modèle numérique, son fonctionnement et sa mise en pratique comparée à la réalité. 22

24 4 Modèle numérique, résultats et comparaison La simulation numérique est la finalité de la modélisation numérique. Cela permet de simuler informatiquement des phénomènes physiques en exécutant des programmes basés sur les modèles mathématique correspondant. Tout d abord, nous allons voir comment est implémenté le modèle mathématique puis une explication de la minimisation effectuée sera développée et finalement les résultats numériques seront confrontés à ceux trouvés dans le laboratoire de Recherche et Développement de Gazomat. 4.1 Implémentation : Nous utiliserons le language C++ et la librairie Feel++ [Finite Element Embedded Language and Library in C++] (voir Bibliographie [?]) Notations et outils : Dans le chapitre précédent, des constantes nécessaires à la résolution du problème ont été introduites et vont être utilisées dans le programme (voir Figure 16). Température ambiante initiale Tamb T0 Diode masse volumique : conductivité : température de fonctionnement diffusivité thermique : capacité thermique : flux de chaleur : rho1 =4930kg.m 3 K1 = 100.0W.m 1.K 1 T_required h1 = e-4 m 2.s 1 C1 = 500.0J.kg 1.K 1 Q1 = W.m 2 Substrat masse volumique : conductivité : diffusivité thermique : capacité thermique : rho2 =3255 kg.m 3 K2 = W.m 1.K 1 h2 = 1e-4 m 2.s 1 C2 = 700.0J.kg 1.K 1 Interface module/substrat Flux apporté par le module : F W.m 2 FIGURE 16 Notations utilisées dans le programme Source : Gazomat (voir Annexe 5.4) 23

25 Dans le cadre de ce projet, nous considérerons qu à l initialisation (au temps 0) le modèle (substrat et diode) sont à la température ambiante, donc : T0=Tamb L usage de la discrétisation temporelle est permis par l option bdf de Feel++. 1 //temporal discretization 3 a u t o M_bdf = bdf ( _space =Vh, _name =" Temperature "); //the temporal discretization s initialization 5 M_bdf -> start (); M_bdf -> initialize (T); Deux sous-options de bdf seront manipulées : M_bdf -> polyderivcoefficient (0) // 1 t 2 a u t o bdf_poly = M_bdf -> polyderiv (); // T n h t do{ L évolution dans le temps nécessite une boucle du type do telle que : 2 // code à exécuter 4 //step forward in time M_bdf -> shiftright (T); 6 M_bdf -> next (); } 8 w h i l e ( M_bdf -> isfinished () == f a l s e ); L écriture de la forme variationnelle (24) va nécessiter quelques notations géométrique supplémentaires (voir Figure 17) : Notation Définition "diode" Volume de la diode "substrat" Volume du substrat "echange_diode" Surface de la diode en contact avec l air (B_1) "echange_substrat" Surface du subtrat en contact avec l air (B_2) "regulateur" Interface module/substrat (Γ m ) "Thermistance" Surface représentant la Thermistance FIGURE 17 Notations géométrique supplémentaires 24

26 4.1.2 Écriture du modèle mathématiques Écriture de la forme bilinéaire : variationnelle (24) : i T ρ i C i Ωi n+1 h ϕ h + k i T n+1 h ϕ h + t Écriture de la forme bilinéaire, la partie gauche de la forme B 1 h 1 T n+1 h ϕ h + h 2 T n+1 h B 2 ϕ h a u t o a = form2 ( _test =Vh, _trial =Vh); 2 //on the diode (Ω diode ) a = integrate ( _range = markedelements (mesh," diode "), _expr = rho1 *C1* M_bdf -> polyderivcoefficient (0) * idt (T)*id(v))+K1* gradt (T)* trans ( grad ( v))); 4 //on the substrate (Ω substrat ) 6 a += integrate ( _range = markedelements (mesh," substrat "), _expr = rho2 *C2* M_bdf -> polyderivcoefficient (0) * idt (T)*id(v))+K2* gradt (T)* trans ( grad ( v))); 8 // when the system is no longer isolated a += integrate ( _range = markedfaces (mesh," echange_diode "), _expr =h1*idt (T)*id(v)); 10 a += integrate ( _range = markedfaces (mesh," echange_substrat "), _expr =h2* idt (T)*id(v)); Écriture de la forme linéaire : Écriture de la forme linéaire, la partie droite de la forme variationnelle (24) : Ω diode Q diode ϕ h + i En commençant par les termes indépendant du temps : a u t o l = form1 ( _test =Vh); T ρ i C i Ωi n h t ϕ h + h 1 T amb ϕ h + h 2 T amb ϕ h + F ϕ h B 1 B 2 Γ m 2 a u t o lt = form1 ( _test =Vh); l = integrate ( _range = markedelements (mesh," diode "), _expr =id(v)*q1); 4 // when the system is no longer isolated 6 l += integrate ( _range = markedfaces (mesh," echange_diode "), _expr =h1* Tamb *id(v)); l += integrate ( _range = markedfaces (mesh," echange_substrat "), _expr =h2* Tamb *id(v)); 8 l += integrate ( _range = markedfaces (mesh, " regulateur "), _expr =x [0]* id(v )); //x[0] : value of the minimal thermal flux find by the minimization algorithm. 25

27 Puis les termes dépendant du temps : do 2 { lt. zero (); 4 a u t o bdf_poly = M_bdf -> polyderiv (); lt = integrate ( _range = markedelements (mesh," diode "), _expr = rho1 *C1 * idv ( bdf_poly )*id(v)); 6 lt += integrate ( _range = markedelements (mesh," substrat "), _expr = rho2 *C2*idv ( bdf_poly )*id(v)); lt += l; Et nous résolvons : 1 a. solve ( _solution =T, _rhs =lt); Calcul des températures voulues Dans le cadre de ce projet, l impact de la température ambiante sur la température de travail sera étudiée. Pour cela, la température de la thermistance et celle de la diode seront recherchées et comparées. Ces températures sont obtenues en calculant la moyenne de température sur la surface pour la thermistance et sur le volume pour la diode laser : T (X, t)d X Ω Température moyenne de la thermistance = thermistance 1d X Ω thermistance et Température moyenne de la diode = Implémentation de ces calculs de température : Ω diode T (X, t)d X Ω diode 1d X 1 //calculations of average temperature of the diode and the thermistance : TThermistance = mean ( _range = markedfaces (mesh," thermistance "), _expr = idv (T)) (0,0) ; 3 TDiode = mean ( _range = markedfaces (mesh," diode "), _expr = idv (T)) (0,0) ; Sauvegarde Au début du programme, nous avons crée un fichier avg : 1 std :: ofstream out ; //avg = file containing the average temperature of the diode and the thermistance 3 out. open (" avg ", std :: ios :: out ); 26

28 La sauvegarde de nos résultats de températures sera stockée dans le fichier avg : 1 //saving these data out << M_bdf - > time () << " " << TThermistance << " " << TDiode << " " << Tm << std :: endl ; Inclusion dans un algorithme de recherche de minimum Pour débuter l étude de la régulation, le flux thermique minimal sera recherché. Le module TEC va devoir engendrer celui-ci pour atteindre la température de fonctionnement dans le même temps que dans la réalité (environ une dizaine de secondes). Le modèle numérique écrit précédemment va être incorporé dans une fonction appelée my_variational_form et prendra pour argument un pointeur sur un réel (flux thermique). Nous écrirons une fonction myf_to_optimize utilisant my_variational_form pour obtenir la température requise et surtout pour calculer la température de la thermistance après avoir appliqué un flux thermique donné pendant un temps déterminé par les expériences en laboratoire. Flux (T_required - TThermistance(Flux thermique)) 2 2 { d o u b l e myf_to_optimize ( u n s i g n e d n, c o n s t d o u b l e *x, d o u b l e * fgrad, v o i d * my_func_data ) i f ( Environment :: ismasterrank () ) 4 std :: cout << " Iteration " << count ++ << " Qreg = " << x [0] <<"\n"; 6 a u t o T_required = my_variational_form (&x [0]) [0]; a u t o TThermistance = my_variational_form (&x [0]) [1]; 8 i f ( Environment :: ismasterrank () ) 10 std :: cout << " *- objective : " << ( T_ required - TThermistance ) 12 } *( T_required - TThermistance ) << "\n"; r e t u r n ( T_required - TThermistance )*( T_required - TThermistance ); Cette fonction va entrer dans un algorithme d optimisation (Cobyla) dont le but sera de minimiser l argument (voir Bibliographie [?]). L objectif de cette minimisation du flux thermique était de trouver le potentiel électrique minimal à appliquer en utilisant le modèle non-linéaire mais des difficultés techniques ont entravés cette procédure. Ce programme (gazomat_nlopt) fournira : le flux thermique minimal pour atteindre la température requise en environ dix secondes la température au niveau de la thermistance ainsi que celle de la diode 27

29 un fichier de configuration permettant de moduler (les caractéristiques des composants [diffusivité, masse volumique, conductivité, capacité thermique],les températures (ambiante, initiale, requise), le flux de chaleur de la diode laser, le temps pour atteindre la température requise (t_goal) et le temps de simulation (durée, pas)) Un autre programme (gazomat_heat) a été écrit par la même procédure mais sans l inclusion dans la boucle d optimisation, celui-ci donne la possibilité de simuler numériquement le modèle en choississant le flux thermique à appliquer et pourrait rendre le temps nécessaire pour atteindre la température requise. Cette modification demanderai tout au plus quelques heures de travail. 4.2 Résultats et comparaisons Dans ce paragraphe, la confrontation avec les résultats obtenus expérimentalement sera faite Premiers tests Valeurs utilisées : Tamb = K T_required= K Un des objectif de ce projet est de construire un modèle numérique de l environnement de la diode laser et les échanges thermiques s y déroulant. Dans le chapitre précédent, nous avons vu comment les échanges thermiques naturels seront définis alors que la description du transfert thermique forçé (noté F ) apporté par le module TEC demandera plus de réflexion c est pourquoi plusieurs options ont été envisagées : utilisation d une constante ; F = h3*(t_required - TThermistance) Dans un premier temps, le flux thermique était une constante imposée mais pour chaque simulation il aurait fallu en trouver manuellement la constante h3 (voir Figure 18) température (en Kelvin) Thermistance (simulation h3=1e4) Thermistance (simulation h3=1e5) Thermistance (simulation h3=1e6) requise Thermistance expérimentale temps (en seconde) FIGURE 18 Comparaison des résultats en fonction de la constante h3 prise Observations pour différentes puissances de dix ; le temps d atteinte est meilleur uniquement lorsque h3=1e6, mais de fortes ocsillations sont à noter 28

30 Utilisation d une fonction se servant de l idée précédente avec un logarithme ; F = h3*log(t_required / TThermistance) pour essayer d aténuer les fortes oscillations notées précédemment. Mais cette procédure dépend aussi d une constante et n atteint pas la température requise dans le bon temps (voir Figure 19) : Avantages Désavantages Atténuation des oscillations Recherche de la valeur manuellement Temps pour atteindre T_required : trop long 315 température (en Kelvin) temps (en seconde) Thermistance (simulation avec logarithme avec constante=1e6) Thermistance (simulation avec constante=1e6) Température de la Thermistance (expérimentale) Température requise FIGURE 19 Comparaison des résultats en fonction du flux thermique appliqué Ces résultats n étant pas à la hauteur de nos attentes, une autre approche a été considérée : la minimisation du flux thermique nécessaire pour atteindre la température requise dans le temps imparti par l expérimentation. Ceci en passant par un algorithme d optimisation Test en utilisant la minimisation du flux thermique Dans le même cadre que le test précédent, nous avons appliqué le flux thermique minimal trouvé par l algorithme (voir Figure 20)en précisant que la température requise doit être atteinte en huit secondes et demi environ (durée approximative trouvée en pratique) : Tamb = K Valeurs utilisées : T_required=307.84K Flux initial = 1e6 Nous obtenons : Résultats trouvés : minimum flux value is : e7 erreur commise (différence entre la température de la thermistance et celle trouvée par la simulation au bout de huit secondes et demi ) : K 29

31 315 (a) température (en Kelvin) (b) temps (en seconde) Thermistance (simulation) Diode (simulation) Thermistance (expérimentale) requise FIGURE 20 Comparaison des résutats expérimentaux et par simulation (a) : Courbe de température de la Thermistance en appliquant le flux thermique trouvé par minimisation (b) : Visualisation (t=4s) de la modélisation par paraview À partir de ce résultat (voir Figure 20), nous pouvons observer que notre méthode de minimisation du flux thermique fonctionne. En effet, la température requise (307.84K) est atteinte dans le temps imparti par les tests effectués en laboratoire. Dans un premier temps, une mauvaise interprétation des courbes des résultats m a amené à penser à un problème de paramétrage mais il s avère que mes premières conclusions étaient erronées : aucun problème de paramètres n est à déplorer. Cette mauvaise interprétation est la raison du nombre réduit de résultat. Dans ce chapitre, nous avons posé le modèle numérique qui a complété la modélisation numérique et a fournit les premiers résultats par minimisation du flux thermique apporté par le module TEC au système. Ces tests montrent la correspondance de temps voulue dans le cas de la minimisation du flux thermique. 30

32 Au cours de ce stage, une modélisation numérique a été construite en passant par une approche mathématique et numérique pour simuler l environnement de la diode laser avec sa géométrie et les interactions thermiques s y déroulant. Les échanges naturels ont été mis en place. Pour le transfert forçé, la décision a été prise de se concentrer sur le flux thermique minimal que doit fournir le module TEC pour atteindre dans le même temps que dans la pratique (environ une dizaine de secondes) la température de fonctionnement de la diode laser. Les premiers résultats fournit par minimisation du flux thermique correspondent à la réalité des expériences. L objectif d obtenir de premiers résultats validant le modèle à été réalisé. Je n ai pas pu atteindre les objectifs que je souhaitais : une minimisation du potentiel électrique s écoulant de la réduction du flux thermique et de l utilisation du modèle thermo-électrique. Les perspectives sont bien entendu d arriver à mettre en oeuvre les points précédents et par la suite implémenter la régulation PID. 31

33 5 Annexe 5.1 Description de l Inspectra Laser L inspectra Laser (voir Figure 21) est un appareil portable procuré par Gazomat capable de confirmer puis de localiser une fuite de méthane avec un seuil de détection de 1 ppm. FIGURE 21 Inspectra Laser Cet appareil possède une cellule de mesure (cellule optique, appelée cellule de Herriott) constituée de deux miroirs concaves, une cellule de référence permettant l étalonnage de détection de gaz et nous assurant de toujours travailler avec la bonne longueur d onde émise par la source lumineuse, dans cet instrument, une diode laser et des photodiodes permettant la mesure du taux d absorption. (voir Figure 22) (1) (3i) (4) (2) (3iii) (3ii) FIGURE 22 Schéma de l Inspectra Laser. Nous retrouvons les briques de fonctionnements : la source lumineuse (1), la chambre de mesure (2),les photodiodes (3i) (3iii) (3ii) et une cellule de référence (4) Source : Gazomat 32

34 5.2 Fonctionnement de l Inspectra Laser Tout d abord, la diode laser va émettre un rayon laser à une longueur d onde dite la longueur d onde caractéristique du méthane, à cette longueur d onde le méthane va absorber les photons contenus dans le rayon laser. Pour la maintenir, il faut maîtriser la température de ce système et le courant d alimentation car ces deux facteurs influent sur la longueur d onde. Puis ce rayon laser va entrer dans la cellule de mesure dans laquelle il y a eu injection d air pouvant contenir du méthane, ce rayon va parcourir près de 12 mètres par le couplage des deux miroirs concaves (voir Figure 23). F IGURE 23 Parcours du rayon laser dans la cellule de Herriott et impact du rayon laser sur un des miroirs concaves Source : Gazomat À la fin de son parcours dans la cellule de mesure, ce rayon va impacter une photodiode qui va mesurer l intensité de lumière et finalement un programme intégré à l appareil va nous indiquer s il y a présence de gaz (voir Figure 24). Diode (1) Cellule de mesure (2) Photodiode (3) Programme (4) Présence de gaz? F IGURE 24 Fonctionnement de détection de présence de gaz dans l Inspectra Laser. L émission d un rayon laser (1) par la diode laser qui rentre dans la cellule de mesure et après un parcours de 12 mètres, (2), ce rayon va impacter une photodiode qui va mesurer l intensité de lumière, (3) un programme intégré va prendre cette donnée et (4) et va nous indiquer s il y a du gaz ou non. 33

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques

Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques. Détection par effet mirage Mesures photothermiques 1 Master Lumière et Mesures Extrêmes Signal et Bruits : travaux pratiques 1 Introduction Détection par effet mirage Mesures photothermiques La méthode de détection par effet mirage fait partie de méthodes

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

5/ Fonctionnement du laser

5/ Fonctionnement du laser 5/ Fonctionnement du laser La longueur d onde du laser est de 532 nanomètres (532x10-9 m) soit dans le vert. Le choix de cette longueur d onde n est pas fait au hasard car la matière va interagir avec

Plus en détail

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS.

Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Journées Nationales de l APMEP 2006 MODELISATION MATHEMATIQUE DE PHENOMENES PHYSIQUES, DU COLLEGE AU BTS. Problème : (Thème : Primitives, équations différentielles linéaires du 1 er ordre à coefficients

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN

PHYSIQUE. 5 e secondaire. Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Quebec PHYSIQUE 5 e secondaire Optique PHY-5041-2 DÉFINITION DU DOMAINE D EXAMEN MAI 1999 Direction de la formation générale

Plus en détail

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON

L INTERFEROMETRE DE MICHELSON L INTERFEROMETRE DE MICHELSON Chappuis Emilie (chappue0@etu.unige.ch) Fournier Coralie (fournic0@etu.unige.ch) . Introduction.. But de la manipulation. INTERFEROMETRE DE MICHELSON Lors de ce laboratoire,

Plus en détail

Département Aérospatiale et mécanique.

Département Aérospatiale et mécanique. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème.

- Mobiliser les résultats sur le second degré dans le cadre de la résolution d un problème. Mathématiques - classe de 1ère des séries STI2D et STL. 1. Analyse On dote les élèves d outils mathématiques permettant de traiter des problèmes relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets.

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT

PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT PREMIERE PARTIE LA PLANETE TERRE ET SON ENVIRONNEMENT II LE RAYONNEMENT SOLAIRE Introduction : Le soleil est une étoile. La fusion thermonucléaire de l hydrogène en hélium lui fournit toute son énergie,

Plus en détail

1 Introduction générale

1 Introduction générale Expérience n 10 Éléments d optique Domaine: Optique, ondes électromagnétiques Lien avec le cours de Physique Générale: Cette expérience est liée aux chapitres suivants du cours de Physique Générale: -

Plus en détail

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires

Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Modèle réduit pour la DSC : Application aux solutions binaires Stéphane GIBOUT 1, Erwin FRANQUET 1, William MARÉCHAL 1, Jean-Pierre BÉDÉCARRATS 1, Jean-Pierre DUMAS 1 1 Univ. Pau & Pays Adour, LaTEP-EA

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

N.T. C Formatio ns 1

N.T. C Formatio ns 1 1 LA RETRODIFFUSION: La rétrodiffusion consiste à mesurer le temps mis par une impulsion lumineuse pour aller et revenir dans la liaison. L atténuation est le rapport entre la lumière envoyée et la lumière

Plus en détail

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES

ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES ANALYSE MULTI CAPTEUR DE SIGNAUX TRANSITOIRES ISSUS DES SYSTEMES ELECTRIQUES Bertrand GOTTIN Directeurs de thèse: Cornel IOANA et Jocelyn CHANUSSOT 03 Septembre 2010 Problématique liée aux Transitoires

Plus en détail

Bilan thermique du chauffe-eau solaire

Bilan thermique du chauffe-eau solaire Introduction La modélisation des phénomènes de transfert dans un chauffe-eau solaire à circulation naturelle reste un phénomène difficile et complexe pour simplifier le problème. Le chauffeeau est divisé

Plus en détail

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008

Olivier Coulaud Projet ScAlApplix. 8 janvier 2008 Simulation de la propagation de fissures dans les lentilles du Laser Méga Joule : de la physique des matériaux au calcul haute performance en passant par l'algorithmique, la visualisation et le pilotage

Plus en détail

TC-05 MAINTENANCE D UN CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE

TC-05 MAINTENANCE D UN CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE TRONC COMMUN - Sujet TC-05 Page de garde Épreuve scientifique et technique Sous- Épreuve de SCIENCES PHYSIQUES ET CHIMIQUES SUJET TRONC COMMUN Le dossier-sujet est constitué : De documents destinés à l

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE DOSSIER POUR RAPPORT D EXPÉRIENCE Date : 26 mars 2009 Section : Physique Groupe No : 7 Nom : Jérôme Dufour Sascha Jörg Manipulation : F4 - Instrument

Plus en détail

Amplificateur à fibre dopée erbium

Amplificateur à fibre dopée erbium Amplificateur à fibre dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 980 nm est puissante (100 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé

Plus en détail

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS.

CALIBRATION COMMENT ÇA FONCTIONNE MONITEURS DÉTECTEURS D ÉNERGIE DE PUISSANCE DÉTECTEURS HAUTE PUISSANCE SOLUTIONS DÉTECTEURS PHOTO DÉTECTEURS. Chez Gentec-EO, depuis plus de 40 ans, nous comprenons que l essence même de notre métier est l exactitude. Il n existe pas de demi-mesure : nos appareils mesurent avec exactitude ou ils ne mesurent pas

Plus en détail

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE

MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE Annexe MATHÉMATIQUES CYCLE TERMINAL DE LA SÉRIE ÉCONOMIQUE ET SOCIALE ET DE LA SÉRIE LITTERAIRE CLASSE DE PREMIÈRE L enseignement des mathématiques au collège et au lycée a pour but de donner à chaque

Plus en détail

Cours de thermodynamique appliquée. Laboratoires d étudiants de 1 technique.

Cours de thermodynamique appliquée. Laboratoires d étudiants de 1 technique. Département Aérospatiale et mécanique. Laboratoire de Thermodynamique Université de Liège Campus du Sart-Tilman - Bâtiment B49 Parking P33 B-4000 LIEGE (Belgium) tel : +32 (0)4 366 48 00 fax : +32 (0)4

Plus en détail

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22

Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 TS Thème : Agir Activités Physique Transmission et stockage de l information Chap.22 I. Transmission de l information 1. Procédés physique de transmission Une chaîne de transmission peut se schématiser

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Choix d un réflectomètre optique (OTDR) adapté à vos besoins Seymour Goldstein, Fluke Networks

Choix d un réflectomètre optique (OTDR) adapté à vos besoins Seymour Goldstein, Fluke Networks Livre blanc Choix d un réflectomètre optique (OTDR) adapté à vos besoins Seymour Goldstein, Fluke Networks Résumé Quelle est la fonction d un réflectomètre optique? Comment choisir un réflectomètre optique?

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

Modèle d équilibre thermique urbain

Modèle d équilibre thermique urbain Modèle d équilibre thermique urbain Définition d un volume de contrôle V Choix de la variable du bilan Bilan global [Oke, 1987] enthalpie V dh(t) 1 4 2 dt 43 Watt i r i,transp. n r i Entrées/sorties du

Plus en détail

Projet : Ecole Compétences -Entreprise REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE

Projet : Ecole Compétences -Entreprise REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR 9 SCIENCES APPLIQUEES ' : ORIENTATION D ETUDES TECHNICIEN / TECHNICIENNE CHIMISTE COMPETENCE PARTICULIERE VISEE : REALISER UNE SPECTROPHOTOMETRIE Formation

Plus en détail

Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse. P. Reulet, E. Divouron, P.

Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse. P. Reulet, E. Divouron, P. Identification des transferts de chaleur d'un impact de jet chaud supersonique par méthode inverse P. Reulet, E. Divouron, P. Millan Contexte industriel Simulation de la rupture d'une conduite d'air chaud

Plus en détail

Etude numérique de la distribution de la température dans les contacts glissants en régime transitoire

Etude numérique de la distribution de la température dans les contacts glissants en régime transitoire Etude numérique de la distribution de la température dans les contacts glissants en régime transitoire Nadia ADERGHAL, Tahar LOULOU Ali BOUCHOUCHA, Philippe ROGEON Laboratoire de d Ingénierie des Matériaux

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche

Problème IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche IPhO : Diode électroluminescente et lampe de poche Les diodes électroluminescentes (DEL ou LED en anglais) sont de plus en plus utilisées pour l éclairage : affichages colorés, lampes de poche, éclairage

Plus en détail

Solutions de détection innovantes - Mesures de températures et détection de gaz par voie optique

Solutions de détection innovantes - Mesures de températures et détection de gaz par voie optique Solutions de détection innovantes - Mesures de températures et détection de gaz par voie optique PLAN A propos de Kloe Solutions innovantes de détection et de mesures : o Technologie K-FBG : Capteurs tout-optique

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves Annexe II c Définition des épreuves Épreuve EP.1 : Épreuve d étude d un projet de construction Unité UP 1 Coefficient : 4 1 - Contenu de l épreuve Cette épreuve recouvre tout ou partie des compétences

Plus en détail

/ Dossier Pédagogique / / exposition / Ô Soleil. / le Soleil et ses énergies / / une exposition de Science-Animation CCSTI de Midi-Pyrénées /

/ Dossier Pédagogique / / exposition / Ô Soleil. / le Soleil et ses énergies / / une exposition de Science-Animation CCSTI de Midi-Pyrénées / / Dossier Pédagogique / / exposition / / le Soleil et ses énergies / / Observation du Soleil / / Le solarscope / Utilisation Observation du soleil avec le solarscope (par temps beau!). Placez correctement

Plus en détail

Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires

Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires C. Rigollet To cite this version: C. Rigollet. Etude des fours électriques à résistance utilisés dans les laboratoires. J. Phys.

Plus en détail

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés

ENSEIRB-MATMECA PG-113 2014. TP6: Optimisation au sens des moindres carrés ENSEIRB-MATMECA PG-113 014 TP6: Optimisation au sens des moindres carrés Le but de ce TP est d implémenter une technique de recalage d images qui utilise une méthode vue en cours d analyse numérique :

Plus en détail

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION)

SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Terminale S CHIMIE TP n 2b (correction) 1 SUIVI CINETIQUE PAR SPECTROPHOTOMETRIE (CORRECTION) Objectifs : Déterminer l évolution de la vitesse de réaction par une méthode physique. Relier l absorbance

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Épreuve EP1 : Préparation de la réalisation d une installation électrique Coefficient : 4 - UP1 Objectifs de l épreuve

Épreuve EP1 : Préparation de la réalisation d une installation électrique Coefficient : 4 - UP1 Objectifs de l épreuve Annexe II b Définition des épreuves Épreuve EP1 : Préparation de la réalisation d une installation électrique Coefficient : 4 - UP1 Objectifs de l épreuve Cette épreuve valide tout ou partie des compétences

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure des effluents par les installations de chauffage (OIMEC) du 22 avril 2011 Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu l art. 9, al. 2, de la

Plus en détail

La Thermographie Infrarouge

La Thermographie Infrarouge Présentation La Thermographie Infrarouge Une composante essentielle de la maintenance prédictive 27/11/2009 Corporate Services International Slide 1 Définitions NOTIONS DE TEMPERATURE La température d

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser»

Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Approche documentaire : «Oscillateur optique, Laser» Objectifs : en relation avec le cours sur les ondes, les documents suivants permettent de décrire le fonctionnement d un laser en termes de système

Plus en détail

Analyse et Commande des systèmes linéaires

Analyse et Commande des systèmes linéaires Analyse et Commande des systèmes linéaires Frédéric Gouaisbaut LAAS-CNRS Tel : 05 61 33 63 07 email : fgouaisb@laas.fr webpage: www.laas.fr/ fgouaisb September 24, 2009 Présentation du Cours Volume Horaire:

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

Intérêt énergétique de l utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) dans un chauffe-eau utilisant une source d énergie électrique

Intérêt énergétique de l utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) dans un chauffe-eau utilisant une source d énergie électrique Intérêt énergétique de l utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) dans un chauffe-eau utilisant une source d énergie électrique Stéphane GIBOUT*, Erwin FRANQUET, Jean CASTAING-LASVIGNOTTES,

Plus en détail

Ensemble pour l étude d une régulation de température

Ensemble pour l étude d une régulation de température ENSP Montrouge N. 205 Ensemble pour l étude d une régulation de température L ensemble est constitué des éléments suivants : - élément A : un boîtier contenant un bloc de cuivre, muni d une thermistance,

Plus en détail

Mesure de température. électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit :

Mesure de température. électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit : Mesure de température Définitions : L élévation de la température dans une matière est l agitation des électrons sur la couche périphérique de l atome. On distingue trois échelles fortement utilisées Soit

Plus en détail

Module HVAC - fonctionnalités

Module HVAC - fonctionnalités Module HVAC - fonctionnalités Modèle de radiation : DO = Discrete Ordinates On peut considérer l échauffement de solides semi transparents causé par le rayonnement absorbé par le solide. On peut également

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés

INSA de LYON Dép. Génie Civil et Urbanisme 3GCU CONVECTION - 93. [J. Brau], [2006], INSA de Lyon, tous droits réservés CONVECTION - 93 Introduction Ce mode de transfert est basé sur le fait qu il y a déplacement de matière : il ne concerne donc que les fluides (liquides et gaz). Contrairement à la conduction où le transfert

Plus en détail

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h)

1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Problèmes IPhO 2012 1 NOM : PRENOM : LYCEE : 1 Problème 1 : L avion solaire autonome (durée 1h) Nous souhaitons dans ce problème aborder quelques aspects de la conception d un avion solaire autonome. Les

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach La thermographie infrarouge de la poutre du VIPP de Merlebach Page 2/19 Principes TIR et caméra Tout matériau émet des ondes électromagnétiques : il rayonne. Les ondes se caractérisent par leur énergie

Plus en détail

Responsables. Etude analytique : Renard Julien (3A) Partie graphique : Campion Bernard (3A) Maquette : Scottini Jonathan (3A)

Responsables. Etude analytique : Renard Julien (3A) Partie graphique : Campion Bernard (3A) Maquette : Scottini Jonathan (3A) Responsables Etude analytique : Renard Julien (3A) Partie graphique : Campion Bernard (3A) Maquette : Scottini Jonathan (3A) 1 Introduction Dans le cadre de ce projet de géométrie BAC 1, il nous était

Plus en détail

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1

Energie. L intérêt de ce milieu amplificateur est que la fréquence de la transition laser, ν 0 = E 2 E 1 1 Université Paris XI Centre d Orsay Master 1 de Physique Fondamentale Magistère de Physique Fondamentale 2 ième année Examen de Physique des Lasers Examen de 2 ieme cycle Première session 2011-2012 Épreuve

Plus en détail

TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE

TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE TP N 3 CARACTERISATION DE DIODE LASER ET DETECTION SYNCHRONE PRE-REQUIS SAVOIR : AOP en régime linéaire et non linéaire OBJECTIFS SAVOIR : Valider par le calcul et la mesure, les performances des fonctions

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?...

Diffraction. Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Diffraction Comment mesurer le diamètre d un cheveu?... Doc. 1. Classes d un laser : Selon la puissance et la longueur d'onde d'émission du laser, celui-ci peut représenter un réel danger pour la vue et

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.»

(aq) sont colorées et donnent à la solution cette teinte violette, assimilable au magenta.» Chapitre 5 / TP 1 : Contrôle qualité de l'eau de Dakin par dosage par étalonnage à l'aide d'un spectrophotomètre Objectif : Vous devez vérifier la concentration massique d'un désinfectant, l'eau de Dakin.

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g»

Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Modélisation du panneau solaire hybride «solaire2g» Lucien BLANC 1 1 Institut Universitaire des Systèmes Thermiques Industriels, CNRS/université de Provence Technopôle de Château-Gombert, Marseille Résumé

Plus en détail

P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1

P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1 P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1 Outils de la Physique 1 Jacques LEQUIN Nombre heures Cours 4,5 Nombre heures TD 6 Grandeurs scalaires et vectorielles. Calcul différentiel, systèmes de coordonnées. Définir

Plus en détail

APPAREIL DE MESURE DE LA RESISTANCE THERMIQUE REF.005 027

APPAREIL DE MESURE DE LA RESISTANCE THERMIQUE REF.005 027 APPAREIL DE MESURE DE LA RESISTANCE THERMIQUE REF.005 027 1./ Présentation du coffret 2./ Principe de fonctionnement 2.1/ Conduction thermique en régime permanent 2.2/ L expérience 2.3/ Utilisation de

Plus en détail

Contrôle final de Thermique,

Contrôle final de Thermique, Contrôle final de Thermique, GM3C mars 08 2heures, tous documents autorisés Calculatrices autorisées Problèmes de refroidissement d un ordinateur On se donne un ordinateur qui dissipe une certaine puissance,

Plus en détail

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème

Optimisation de forme pour une résistance de chauffe dans un microsystème pour une résistance de chauffe dans un microsystème Bertrand Selva Bertrand.selva@bretagne.ens-cachan.fr 1 Plan de la présentation Présentation des microsystèmes Dimensions caractéristiques, technique

Plus en détail

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?»

PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la voiture 4 roues motrices en phase d accélération?» D après les productions de l équipe du lycée Clément Ader de Dourdan Mme Fabre-Dollé, Mr Dollé et Mr Berthod THÈME SOCIÉTAL Mobilité PROBLÉMATIQUE «Comment améliorer la motricité du modèle réduit de la

Plus en détail

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES Exercice 1 : Question de cours. Q1 : Que faut-il pour que la troisième loi de Newton s applique à deux corps A et B en interaction? Q2 : Qu observe t-on lorsque l on réalise

Plus en détail

Concours National Commun d Admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs

Concours National Commun d Admission aux Grandes Écoles d Ingénieurs ROYAUME DU MAROC Ministère de l Éducation Nationale et de la Jeunesse Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique Concours National Commun d Admission

Plus en détail

Notice d emploi Thermomètre Infrarouge PCE-777

Notice d emploi Thermomètre Infrarouge PCE-777 2, Rue du Saumon 67000 Strasbourg France Tel.: +33 (0) 972 3537 17 Fax: +33 (0) 972 3537 18 info@pce-france.fr www.pce-france.fr Thermomètre Infrarouge PCE-777 1. Sécurité Faites attention lorsque le rayon

Plus en détail

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE

METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE METROLOGIE THERMIQUE ADAPTEE AUX ISOLANTS ET SUPER-ISOLANTS LEGERS: APPLICATION A LA THERMO-POROSIMETRIE Alain DEGIOVANNI Yves JANNOT 1 PLAN DE LA PRESENTATION 1. LES PRINCIPALES MÉTHODES DE MESURE DE

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière

Séquence 9. Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Séquence 9 Consignes de travail Étudiez le chapitre 11 de physique des «Notions fondamentales» : Physique : Dispersion de la lumière Travaillez les cours d application de physique. Travaillez les exercices

Plus en détail

Sommaire. I. Les objets qui composent le télescope : B. Les lentilles convergentes. C. Les miroirs paraboliques, la parabole.

Sommaire. I. Les objets qui composent le télescope : B. Les lentilles convergentes. C. Les miroirs paraboliques, la parabole. T.P.E. Le télescope de Newton Introduction. Sommaire I. Les objets qui composent le télescope : A. Les miroirs plans. B. Les lentilles convergentes. C. Les miroirs paraboliques, la parabole. II. Le télescope

Plus en détail

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR

TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR TP 05 : Spectre visible d une espèce colorée Spectres IR Ce TP s étale sur une séance de 2 heures (spectre visible), puis une séance d 1 heure (spectre infrarouge). Objectifs : - Identifier un colorant

Plus en détail

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL

Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Journée de l inspection 15 avril 2011 - Lycée F. BUISSON 18 avril 2011 - Lycée J. ALGOUD 21 avril 2011 - Lycée L. ARMAND Le programme de mathématiques Classes de première STI2D STL Déroulement de la journée

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Voiture T2M autonome. ARCHER Thomas JAUREGUI Ulyxe LEPROUST Amanda

Voiture T2M autonome. ARCHER Thomas JAUREGUI Ulyxe LEPROUST Amanda Voiture T2M autonome ARCHER Thomas JAUREGUI Ulyxe LEPROUST Amanda encadrés par Oriane AUBERT et Pascal ROGER Lycée Gaston Monnerville KOUROU Olympiades de Sciences de l Ingénieur 2015 Académie de Guyane

Plus en détail

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques

Caractérisation risation thermique photothermiques périodiques Journée «Contrôle non destructif par voie optique infrarouge : De nouvelles techniques et de nouvelles applications». Salon Mesurexpo, Paris-Expo, Porte de Versailles, Jeudi Caractérisation risation thermique

Plus en détail

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens.

Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Introduction à la physique du laser. 1ère partie : les caractéristiques des faisceaux gaussiens. Objectifs Connaître les caractéristiques de la structure gaussienne d un faisceau laser (waist, longueur

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

SIMULATION CFD ET COMPARAISON AVEC DONNÉES EXPÉRIMENTALES DU COEFFICIENT DE TRANSFERT CONVECTIF DE CHALEUR D UN ÉCOULEMENT LAMINAIRE AU-DESSUS DU BOIS

SIMULATION CFD ET COMPARAISON AVEC DONNÉES EXPÉRIMENTALES DU COEFFICIENT DE TRANSFERT CONVECTIF DE CHALEUR D UN ÉCOULEMENT LAMINAIRE AU-DESSUS DU BOIS VII ème Colloque Interuniversitaire Franco-Québécois sur la Thermique des Systèmes 23-25 mai 2005, Saint-Malo SIMULATION CFD ET COMPARAISON AVEC DONNÉES EXPÉRIMENTALES DU COEFFICIENT DE TRANSFERT CONVECTIF

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

TP fibre optique dopée erbium

TP fibre optique dopée erbium TP fibre optique dopée erbium Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : le faisceau du laser de pompe est puissant. Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des

Plus en détail

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384

Terminale S Sciences physiques CH12 Transferts d énergie entre systèmes macro page 366 et 384 Les microscopes classiques (optiques) permettent d'accéder à des dimensions très petites : on peut ainsi observer des êtres vivants dont la taille est de l'ordre de quelques dixièmes de micromètres. Mais

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta)

S. CALVEZ. Travail réalisé au laboratoire GTL-CNRS Telecom / LOPMD Doctorat commun avec le Georgia Institute of Technology (Atlanta) Laser à fibre pour les télécommunications multiplexées en longueur d onde : Etude de l accordabilité en longueur d onde et de la génération de trains d impulsions multi-longueurs d onde par voie électro-optique

Plus en détail