LA CAMÉRA THERMIQUE GUIDE PRATIQUE DE. pour les activités du bâtiment 4SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA CAMÉRA THERMIQUE GUIDE PRATIQUE DE. pour les activités du bâtiment 4SOMMAIRE"

Transcription

1 GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE pour les activités du bâtiment SOMMAIRE 1. DÉFINIR SA MISSION 2 2. CHOISIR SA CAMÉRA THERMIQUE 3 3. PROPOSER UNE INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE À SON CLIENT 5. ANTICIPER LES IMPACTS SUR SES ASSURANCES 5 5. VENDRE UNE INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE 6 6. LES RÉGLAGES AVANT L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE 6 7. LES PIÈGES À ÉVITER PENDANT L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE 6 8. MENER L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE / PRÉPARATION 8 9. MENER L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE / SUR LE TERRAIN GLOSSAIRE CONTACTS UTILES 11 GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 1

2 1. DÉFINIR SA MISSION UNE CAMÉRA POUR QUELLES ACTIVITÉS DU BÂTIMENT? Première question à se poser avant de se lancer dans la pratique d inspections avec la caméra thermique et d organiser au mieux son entreprise : dans quel cadre vais-je pratiquer la thermographie infrarouge et pour cibler quel marché? Tous les métiers du bâtiment sont concernés par l intégration de l outil thermique dans le cadre de multiples activités : ISOLATION THERMIQUE INTÉRIEURE & EXTÉRIEURE COUVERTURE / CHARPENTE MENUISERIES EXTÉRIEURES PLÂTRERIE PLOMBERIE / CHAUFFAGE ÉLECTRICITÉ Les applications dans les bâtiments neufs ou existants sont nombreuses. Dans le neuf, les usages seront différents selon le stade du chantier. Avant qu il soit possible de mettre en chauffe le bâtiment, les applications portent sur la recherche de fuites, sur des contrôles de structure... Ce n est qu en fin de chantier que les applications pour valider la performance thermique sont réalisables. À QUOI SERT UNE CAMÉRA THERMIQUE? Une caméra thermique est un outil de mesure qui remplit deux fonctions : adétecter et mettre en image des phénomènes invisibles à l oeil nu. amesurer des températures de surface à distance. Pour les professionnels du bâtiment, on distingue deux grands types de missions : CAS n 1 CONTRÔLE SIMPLIFIÉ D UN OUVRAGE (sans mesures de température) CAS n 2 RECHERCHE DE DÉFAUTS DE LA THERMIQUE DU BÂTIMENT INTÉRÊT DE L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE Sensibiliser le client à la performance thermique du bâti. Disposer d un argument supplémentaire pour déclencher une vente. Autocontrôles (avant / après travaux), contrôles de mise en oeuvre, constats ponctuels sur chantier. Analyse du comportement thermique d un ouvrage. Détection de dégradation des performances thermiques. EXEMPLES D APPLICATIONS TERRAIN Absence / présence d éléments intégrés à la paroi, malfaçons maçonnerie, détection de fuite, repérage de canalisations, qualité de pose de systèmes de fixation, recherche de causes d un dégat des eaux. Défaut d isolation, étanchéité à l air, étanchéité à l eau / condensation... PAGE 2 / GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE

3 2. CHOISIR SA CAMÉRA THERMIQUE LE SCHÉMA CI-DESSOUS RÉSUME LES QUESTIONS ESSENTIELLES À SE POSER POUR CHOISIR LA CAMÉRA ADAPTÉE À SON ACTIVITÉ : QUEL VOLUME D USAGE? VOTRE BESOIN POUR QUELLE APPLICATION? 1 QUELS TYPES DE BÂTIMENTS? 2 RÉDACTION D UN RAPPORT? 3 CONTRAINTE BUDGET VOTRE ÉQUIPEMENT QUELLE CAMÉRA POUR VOS CHANTIERS? MES CHANTIERS... IMPACT SUR LE CHOIX DE MA CAMÉRA «Je souhaite pouvoir expliciter à mon client les résultats de l inspection avec une caméra thermique...» L image visible (fonction appareil photographique) est une fonction clé pour situer les défauts sur le bâtiment et interpréter plus facilement les résultats pour son client. Le mode «fusion» qui consiste à pouvoir superposer l image visible et l image infrarouge peut être un plus vis-à-vis de son client. «Je souhaite n utiliser ma caméra que pour des inspections à l intérieur des bâtiments...» Pour des contrôles à courte distance, il peut être suffisant de travailler avec une faible définition du capteur (nombre de pixels) ; en contrepartie, la qualité de l image en souffrira. «Je vais utiliser ma caméra dans des zones exigües et sombres.» Les fonctions «lampe torche» et «objectifs orientables» sont indispensables pour ce type de situation. GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 3

4 2. CHOISIR SA CAMÉRA THERMIQUE QUELLE CAMÉRA POUR VOS CHANTIERS? MES CHANTIERS... IMPACT SUR LE CHOIX DE MA CAMÉRA «Je souhaite réaliser un diagnostic d un grand bâtiment... ou diagnostiquer une zone avec très peu de recul...» Il convient dans ce cas de choisir un objectif grand angle et / ou d opter pour une fonction panorama sur le logiciel (regroupement de plusieurs images pour présenter la globalité d un bâtiment). «Mon client me demande tout de suite des images infrarouges...» «Je souhaite fournir un rapport à mes clients...» Toutes les caméras génèrent des fichiers au format image. Attention, pour certaine caméras, il faut choisir entre l exploitation du thermogramme (avec les éléments de mesure de température intégrée à l image) ou la récupération sous forme d image figée mais lisible par le client (fichier jpeg ou autre). Toutes les caméras sont fournies avec un logiciel permettant la production de rapport et la retouche des images. Des fonctionnalités spécifiques selon le catégories de caméras facilitent la production des rapports : mise à disposition de modèles de rapports prédéfinis, personnalisation du rapport par l entreprise (logo), association automtatique des images visibles et infraouges... Le niveau de qualité des images dépendra également du nombre de pixels. Je compte utiliser ma caméra très fréquemment...» Pour plus d information, n hésitez pas à consulter le chargé de mission environnement de votre capeb départementale (voir contacts utiles page 11). Pour gagner du temps, et réduire les risques de perte d informations collectées pendant l inspection, des fonctionnalités spécifiques sont disponibles selon les catégories de caméras : commentaire vocal associé à l image, réalisation de croquis, annotations textes associés à l image, baterie interchangeable. Lorsque le professionnel est familiarisé avec l utilisation de la caméra thermique, l écran tactile est une fonction utile pour gagner du temps. On initialise le travail d analyse sur les images et sur le rapport directement sur site. Pour aller plus loin, certaines caméras proposent également l édition de rapports sur le site, transmissibles directement au client. PAGE / GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE

5 un + 3. PROPOSER UNE INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE À SON CLIENT Vis-à-vis de son client, l inspection avec caméra thermique est un service «en plus», intégré à son activité ou valorisé comme une véritable prestation à part entière. COMMENT VALORISER CETTE COMPÉTENCE SUPPLÉMENTAIRE AUPRÈS DE SES CLIENTS? AVEC QUELS ARGUMENTS? CAS n 1 CAS n 2 QUEL EST L OBJECTIF DE L ENTREPRISE? L inspection avec caméra thermique est un service associé intégré aux activités du professionnel. Dans ce scénario, le professionnel utilise l inspection par caméra thermique comme une compétence et un service différenciant pour vendre ses prestations de travaux. L inspection avec caméra thermique est un service valorisé en amont pour évaluer la situation du bien. Dans ce scénario, l enjeu est de convaincre le client de l intérêt de mener une investigation en amont du lancement des travaux. Le professionnel peut vendre ou pas la visite par caméra thermique. QUEL EST L INTÉRÊT POUR SON CLIENT? Faire appel à un professionnel de confiance. Etre certain de la qualité des travaux. Avoir la preuve des résultats et de la qualité du chantier. Disposer d une vision claire de la situation thermique de son bien. Faire les bons choix de travaux, de matériaux et de systèmes. Etre accompagné pour améliorer le comportement thermique de son bien QUELS POINTS FORTS VALORISER DANS LA COMMUNICATION DE SON ENTREPRISE? Contrôle intégré Qualité prouvée Professionnalisme Crédibilité renforcée Connaissance / Compétence en thermique du bâtiment. Capacité de définir les priorités pour gagner en efficacité énergétique.. ANTICIPER LES IMPACTS SUR LES ASSURANCES Le professionnel du bâtiment qui propose une inspection par caméra thermique à son client doit informer son assureur de ce nouveau périmètre d intervention pour sécuriser son entreprise. L inspection par caméra thermique implique d être assuré à plusieurs niveaux : Risque lié aux résultats de la visite au travers de sa Responsabilité Civile Professionnelle, ce sont les limites d intervention du professionnel et notamment la question de la remise d un rapport ou non qui influenceront l évaluation des risques par l assureur. Risque de dégradation de l ouvrage / du bâtiment lors de la réalisation de la visite dans le cadre de la Responsabilité Civile Exploitation. Risque de dommage sur la caméra elle-même, c est à dire couverture du matériel portable pour les risques de bris accidentel et le vol. GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 5

6 5. VENDRE UNE INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE Dans le cas de la vente d une inspection avec caméra thermique à son client, il est recommandé d avoir défini au préalable un devis type (mêmes indications sur le devis que pour la fourniture de prestations de travaux) et d avoir créé ou de compléter des Conditions Générales de Vente (CGV) récapitulant les modalités d intervention. Dans les CGV, on indiquera notamment : Les tarifs de la prestation (en priorité liés au temps passé) ; Les prix TTC des diférentes prestations forfaitaires proposées ; Les frais de déplacement, le cas échéant ; Le caractère payant ou gratuit du devis et, le cas échéant, le coût d établissement du devis ; Le cas échéant, toute autre condition de rémunération. Spécifiquement concernant l inspection par caméra thermique, il est recommandé de préciser dans les CGV les résultats fournis dans le cadre de la prestation (constat simple de la situation du bien sans recommandations, recommandations quant à la réalisation des travaux, fourniture d un rapport, fourniture de seules photographies commentées...). La limite de responsabilité du professionnel doit être suffisamment explicite vis-à-vis de son client. 6. RÉGLAGE AVANT L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE Même si l image infrarouge est indispensable, selon l objectif de la mission menée pour son client, la mesure de température précise n est pas toujours nécessaire. Néanmoins, le professionnel va toujours régler et afficher la valeur de température mesurée : Pour s assurer de ne pas faire d erreur grossière d interprétation, Pour afficher la qualité de sa démarche. La crédibilité vis-à-vis de ses clients et partenaires professionnels impose de maîtriser l action de réglage de sa caméra. Pour en savoir plus sur le réglage de la caméra thermique, consulter la FICHE MÉTHODOLOGIQUE RÉGLAGE DE LA CAMÉRA THERMIQUE. 7. LES PIÈGES À ÉVITER PENDANT L INSPECTION AVEC LA CAMÉRA THERMIQUE Quelques phénomènes peuvent faire varier l interprétation des résultats d une inspection par caméra thermique. Voici quelques exemples de points de vigilance à prendre en compte : Attention! FUITE / CHAUFFAGE : L eau circule facilement dans les parois et s accumule toujours dans les points bas. Une zone d eau stagnante peut être confondue avec l origine de la fuite. Il faut penser à rechercher les éventuels cheminements d écoulement. PAGE 6 / GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE

7 7. LES PIÈGES À ÉVITER PENDANT L INSPECTION AVEC LA CAMÉRA THERMIQUE «EFFETS DE COIN» : A l intérieur ou à l extérieur, les échanges de chaleur sont plus importants dans les angles et sur les arêtes vives (coin de mur, jonction vitrage / battant sur une huisserie). On risque alors de confondre ces «effets de coin» avec des anomalies thermiques. EFFET DE COIN : PAS DE PONT THERMIQUE SUR CETTE FENÊTRE DE TOIT VUE DE L INTÉRIEUR! LES RÉFLEXIONS DIRECTES : Certains matériaux se comportent comme des miroirs pour la caméra thermique. Il faut bien maîtriser l environnement de la cible pour ne pas confondre des réflexions directes avec des défauts d isolation. Exemple : Le vitrage de la fenêtre de toiture. LES PHÉNOMÈNES DE CONVECTION PARASITE : La caméra thermique infrarouge mesure des températures de surface. Des courants d airs chauds ou froids viennent fréquemment réchauffer ou refroidir la cible, ce qui parasite la mesure et fausse l interprétation du thermogramme. EXEMPLE CLASSIQUE DE CONVECTION AU-DESSUS D UN RADIATEUR MURAL. IL N Y A AUCUN DÉFAUT SUR LA FENÊTRE QUI EST JUSTE RÉCHAUFFÉE EN SURFACE. GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 7

8 7. LES PIÈGES À ÉVITER PENDANT L INSPECTION AVEC LA CAMÉRA THERMIQUE Au-delà des pièges liés à l utilisation de la caméra thermique, le professionnel est également vigilant aux pièges d interprétation liés aux phénomènes physiques observés sur le bâtiment. Face à ces risques, des investigations supplémentaires doivent être menées par le professionnel dans la plupart des cas. Pour une bonne maîtrise, des formations pratiques peuvent être proposées par votre CAPEB départementale. Pour plus d informations, n hésitez pas à consulter le service formation de votre CAPEB départementale. 8. MENER L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE (préparation) Au moment de la prise de rendez-vous avec son client, il est indispensable de bien l informer des modalités d organisation de l inspection par caméra thermique. Pour gagner du temps pendant le rendez-vous, il est recommandé de demander au client de préparer les plans du bien, s ils sont disponibles. Les conditions météorologiques ainsi que la nature de la prestation à réaliser sont à prendre en compte pour une visite efficace. En outre, le client doit être informé des mesures à prendre pour assurer une inspection avec caméra thermique dans les meilleures conditions : En période de chauffe, il est recommandé que le client mette en température son bâtiment pour obtenir un écart d au moins 8 C entre l air intérieur et l air extérieur. Il est préférable que le client éteigne ou diminue le régime de ses émetteurs de chaleur quelques heures avant l inspection avec caméra thermique. Pour être efficace sur le site, le professionnel prend soin de prévoir l ensemble du matériel nécessaire à la réalisation de l inspection : caméra thermique, thermo-hygromètre, boussole, lampe torche (si caméra non équipée), échelle, feuille de papier aluminium (nécessaire pour le réglage de la caméra). Pour en savoir plus sur le réglage de la caméra thermique, consulter la FICHE MÉTHODOLOGIQUE RÉGLAGE DE LA CAMÉRA THERMIQUE. PAGE 8 / GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE

9 9. MENER L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE (sur le terrain) ETAPE 1 : LANCEMENT DE L INTERVENTION AVEC LE CLIENT L entretien de début de mission avec son client est l occasion de valider l adéquation entre la demande initiale de celui-ci, le périmètre d intervention du professionnel et les réponses qui lui seront apportées par l inspection avec caméra thermique. Cet échange est également l occasion de repérer les équipements du bien (chauffage, climatisation...) de manière à pouvoir anticiper des interférences possibles sur l inspection avec caméra thermique. L enjeu de cette phase explicative nécessite de faire preuve de pédagogie : expliquer ce que l on voit, ce que l on ne voit pas, ce que je pourrai interpréter et les limites potentielles d interprétation. Il est fondamental d adopter une attitude très humble vis-à-vis des constats pouvant être réalisés pendant la visite. ETAPE 2 : INSPECTION SANS CAMÉRA En cas d absence de plans fournis par le client, la première inspection du bien sans caméra permet d établir le croquis qui permettra de positionner facilement les différentes prises de vue et d assurer des relevés plus rapidement exploitables. Cette première inspection s effectue de préférence avec le client, elle est l occasion de compléter l information de celui-ci sur les résultats attendus de la visite avec caméra thermique. Sont notés également lors de cette étape, les températures extérieures et intérieures, le niveau d humidité relative (condensation), le niveau d ensoleillement et la force du vent. Dans la majorité des cas, il est souhaitable de démarrer par l extérieur, tout en veillant à bien confirmer ce qui est repéré par l extérieur par la viste de l intérieur. Durée : environ 15 minutes pour mener les étapes 1 et 2. ETAPE 3 : INSPECTION AVEC CAMÉRA Cette seconde inspection du bien peut s effectuer sans le client pour gagner en efficacité ; cette organisation nécessite cependant de refaire un tour plus rapide avec le client, en fin de rendez-vous. On se focalise alors sur les principales anomalies repérées. Dans certains cas, le client attache une grande importance au fait de suivre le professionnel pendant toute la prestation. Durée : de 30 à 60 minutes pour une maison individuelle de 120m 2. ETAPE : CLÔTURE DE LA MISSION AVEC LE CLIENT Pour conclure la prestation sur la base des principales observations transmises en fin d inspection, le professionnel valide avec son client la suite de la démarche. Selon la nature de l intervention, il s agira de fixer un nouveau rendez-vous pour la remise d un rapport ou bien la fixation d une échéance pour la transmission d un rapport par courrier ou mail. Pour en savoir plus sur la visite terrain, consulter la FICHE MÉTHODOLOGIQUE RELEVÉ TERRAIN. GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 9

10 10. GLOSSAIRE PRINCIPE DE LA THERMOGRAPHIE Caméra thermique infrarouge (ou caméra thermique) Thermogramme Une caméra thermique infrarouge est un instrument qui mesure le rayonnement infrarouge thermique d un objet et de son environnement. Elle restitue un thermogramme (image en couleur) avec des températures de surface. C est le fichier de mesure en sortie de la caméra. Un thermogramme est une image en couleur avec une échelle de température où chaque point (pixel) correspond à une valeur de température. Rayonnement thermique infrarouge Chaleur rayonnée par la cible sous forme de rayonnement infrarouge. Ce rayonnnement est indépendant de la lumière visible. La caméra thermique infrarouge va mesurer cette chaleur pour ensuite calculer des températures de surface. RÉGLAGES DE LA CAMÉRA THERMIQUE Emissivité Température apparente réfléchie (TAR), aussi appelée «température réfléchie» ou «température d arrière-plan» L émissivité est la capacité d un matériau à transmettre sa chaleur sous forme de rayonnement thermique infrarouge. On la note E, sa valeur varie entre 0 et 1. Pour mesurer des températures avec la caméra thermique infrarouge, on favorise les cibles avec une émissivité forte. Une caméra thermique doit impérativement permettre de régler l émissivité sur le terrain. La TAR est la température de l environnement de la cible qui influence la température de surface mesurée. Une caméra thermique doit impérativement permettre de régler la TAR sur le terrain. DOCUMENTATION TECHNIQUE Résolution spatiale infrarouge Sensibilité thermique (ou résolution thermique) C est le nombre de détecteurs ou «pixels» de la caméra thermique. Plus la matrice de la caméra thermique comporte de détecteurs, plus l image est nette et détaillée. C est la capacité de la caméra thermique à détecter de faibles écarts de température. Plus la valeur de sensibilité thermique est faile, plus les images seront détaillées et précises. Fusion Mode d affichage où la caméra superpose sur le même fichier la photographie classique et le thermogramme. Attention, il existe plusieurs types de fusions : Picture in picture : intéressant pour situer le thermogramme sur la photographie visible. Mélange : peu utilisé par les professionnels. Fusion thermique totale : utilisé pour faire resortir uniquement le défaut détecté. Attention, les caméras ne permettent pas toutes de réaliser de la fusion totale. La fusion est attractive mais elle reste une option! Le professionnel l utilise de manière ponctuelle pour expliciter les défauts détectés à son client. PAGE 10 / GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE

11 11. CONTACTS UTILES CE GUIDE A ÉTÉ ÉLABORÉ DANS LE CADRE DU «PROJET THERMO CAPEB RHÔNE ALPES» RÉUNISSANT LES PARTENAIRES : (Centre Technique de la Thermographie Appliquée au Bâtiment) Tél / EQUIPE PATRIMOINE-ENVIRONNEMENT CAPEB RHÔNE-ALPES CHARGÉS DE MISSION ENVIRONNEMENT : ISÈRE, AIN : Arno Houllière, RHÔNE, LOIRE : Loïc Mercandalli, SAVOIE, HTE-SAVOIE : Anne Chevallier, DRÔME, ARDÈCHE : Loïc Gerin, COORDINATION : Gilbert Storti, Aurélie Amsellem, COMMUNICATION : JF Rivière, CAPEB RHÔNE-ALPES 59, rue de Saint-Cyr - CP LYON CEDEX Tél Fax : CETTE ACTION DU SERVICE PATRIMOINE & ENVIRONNEMENT DE LA CAPEB RHÔNE-ALPES EST SOUTENUE PAR GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 11

Contrôle thermographique Tarifs et prestations :

Contrôle thermographique Tarifs et prestations : 20 rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN technimursdeveloppement@gmail.com Tél : 02.54.98.50.15 Mr et Mme DUPONT 20 Rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN Contrôle thermographique Tarifs et prestations : Habitations

Plus en détail

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées INSTALLATIONS TECHNIQUES DANS LA MAISON Conduites d eau froide et d eau chaude Conduites de chauffage/ chauffage au sol Conduites d eaux usées Inspection de cavités Problèmes de condensation Moisissure

Plus en détail

Aquitaine Thermographie

Aquitaine Thermographie Recherches de fuites par thermographie infrarouge Aquitaine Thermographie La thermographie La thermographie est une technologie précise et efficace, un allié fiable dans le domaine du bâtiment, de la maintenance

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

une centrale ou organe de commande des détecteurs des dispositifs de signalisation d alarme (sirène, alarme lumineuse)

une centrale ou organe de commande des détecteurs des dispositifs de signalisation d alarme (sirène, alarme lumineuse) L ANTI-INTRUSION Comment assurer la sécurité des biens et des personnes? Définitions La détection intrusion a pour finalité principale la détection de personnes qui forcent ou tentent de forcer les protections

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment)

Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment) FORMATION TECHNICIEN EN DIAGNOSTICS IMMOBILIERS Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment) Tél : 06 01 744 2 33 http:/ /www.

Plus en détail

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER Cursus complet théorique et pratique Durée : 6 semaines, soit 30 jours de formation : 210 heures Nature de la formation : théorique et pratique Horaires : de 09h00-12h00 / 13h00-17h00

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Boulangers Pâtissiers Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts de l énergie

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet de l utilisation de l énergie solaire afin de produire de l eau chaude domestique,

Plus en détail

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts...

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... Le Chauffage Individuel en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... www.ale-lyon.org >> Quel est le meilleur système de chauffage chez moi? Il n y a pas de réponse unique, chaque logement et chaque

Plus en détail

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Étanchéitéàl air le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Les rencontres du Groupe PROTEC - CONFERENCE Qui sommes nous? Bureau de mesure et contrôle de la perméabilité à l air Formations en Infiltrométrie

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 N SIREN : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Phase 2: Analyse du besoin des entreprises Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Les plus fortes demandes en «Construction durable» Estimation

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Rue Knapen 11 100 SCHAERBEEK Superficie brute: 242 m² 1 Performance énergétique du bâtiment Très économe

Plus en détail

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert?

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? Cet article a pour objectif de rappeler les notions principales relatives à la Gestion Technique Centralisée. Mais qu entend on par

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 «Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 Septembre 2009 Introduction Le Greffe du tribunal de commerce de Paris a réalisé à la

Plus en détail

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre Coordination du lot transversal d étanchéité à l air : l ingénierie concourante Quelques astuces chantier : Chaque interface entre les lots ou interruption de la continuité d étanchéité, doivent être recueillis

Plus en détail

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Objectifs Performance thermique Pérennité du bâtiment Performance acoustique Protection incendie Santé Confort d été Confort ressenti

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment La certification énergétique de votre habitation se déroulera en 2 étapes : 1) la visite de votre habitation et le relevé de ses caractéristiques ;

Plus en détail

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé VOUS AVEZ UN PROJET DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 EDITION 2015 avec la mention RGE et le CITE Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé SOMMAIRE ECO PTZ P.2 CREDIT D IMPÔT

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE

LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE GUIDE PRATIQUE creditfoncier.fr LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE avec fourniture de plans Le Crédit Foncier vous présente le contrat de construction de maison individuelle Un contrat de

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

Observation de la prise en compte de l étanchéité à l air par les entreprises bourguignonnes

Observation de la prise en compte de l étanchéité à l air par les entreprises bourguignonnes Objectif et méthodologie La réglementation thermique 2012 impose aux bâtiments d être étanches à l air. La contribution des entreprises de bâtiment à cette étanchéité réside essentiellement dans une mise

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux Ce document présente : Date d édition : 1 septembre 2014 Les qualifications et certifications «RGE»

Plus en détail

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE Chauffage électrique et eau chaude sanitaire Sommaire Chauffage électrique VOUS SOUHAITEZ VENDRE LA SOLUTION ADAPTÉE Valoriser les radiateurs intelligents et

Plus en détail

DEMONSTRATION AMIENS

DEMONSTRATION AMIENS THERMOGRAPHIE INFRAROUGE DES INSTALLATIONS ELECTRIQUE SUIVANT LE DESCRIPTIF TECHNIQUE APSAD D19 DEMONSTRATION AMIENS Page 1 / 18 Rapport de contrôle Client : DEMONSTRATION Lieu d'intervention : AMIENS

Plus en détail

Guide d utilisation. First

Guide d utilisation. First Guide d utilisation First Bienvenue, Ce guide vous accompagnera dans la découverte et l utilisation de l interface TaHoma Avant de commencer Avant d utiliser TaHoma assurez-vous que : les branchements

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage»

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité des constructions. Il a été rédigé

Plus en détail

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE

CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ET EAU CHAUDE SANITAIRE Sommaire CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE VOUS SOUHAITEZ VENDRE LA SOLUTION ADAPTÉE Sélectionner et argumenter pour réussir

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE Guide d utilisation Partie VIII - Module DPE Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Définitions... 5 1.3 Applications... 6 1.3.1 Définition... 6 1.3.2 Index des types de DPE... 6 1.3.3

Plus en détail

Mode d emploi du kit de mesure

Mode d emploi du kit de mesure Conseil en maîtrise de l énergie et énergies renouvelables Mode d emploi du kit de mesure Présentation Dans le cadre du défi «Familles à Energie positive», ce kit est remis au capitaine de chaque équipe.

Plus en détail

Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules

Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules Re-Certification 2012 Programme complet > 8 modules Amiante : Formation répondant aux critères de compétence obligatoires dans le cadre de la certification (NF EN ISO 17024) D P E : Formation répondant

Plus en détail

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Suivi-animation du PIG Intervention auprès des artisans 10 décembre 2013 SOMMAIRE 1. Qui est URBANiS et quel est son rôle? 2. Qu est-ce qu un PIG? 3. Les types

Plus en détail

Annexe I b. Référentiel de certification

Annexe I b. Référentiel de certification Annexe I b Référentiel de certification Page 15 sur 45 CORRESPONDANCE ENTRE ACTIVITÉS ET COMPÉTENCES ACTIVITÉS ET TÂCHES A1. S ORGANISER, S INTEGRER à une EQUIPE A1-T1 Préparer son intervention et/ou la

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 PROGRAMME DE FORMATION Dans le cadre du PROJET PAThB2010 Practical Approach for Thermal Bridges 2010 AVEC

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas?

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas? Mise à jour mars 2006 CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES AVANT-PROPOS Le crédit d impôt en faveur des économies d énergie et du développement durable constitue une triple opportunité : Il offre à l utilisateur

Plus en détail

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013

LIVRET GESTES VERTS. GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG. JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 LIVRET GESTES VERTS GEMME CORIOLIS Saint-Martin d Hères Maître d ouvrage : INPG JUIN 2013 / Version 3 Diffusé le 08 juillet 2013 Adresse Postale CS 60013-38702 - La Tronche Cedex Siège Social / Rue de

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

Cafés, hôtels et restaurants Confort & gestion de l énergie

Cafés, hôtels et restaurants Confort & gestion de l énergie ** * Chauffage, climatisation, ECS, GTC Cafés, hôtels et restaurants Confort & gestion de l énergie économie créateur d energie, de solutions confort innovantes et simplicité d utilisation 1 / Cafés, hôtels

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl bien plus que la chaleur VITODATA VITOCOM Internet TeleControl Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet Viessmann S.A. Z.I. - B.P. 59-57380 Faulquemont Tél. : 03 87 29

Plus en détail

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité

Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Génie climatique Production de froid Installation - Réalisation Électricité Préambule Venir chez SE2M, c est vous faire profiter de notre expertise de plus de 10 ans d expérience dans l exercice de notre

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Concevoir et réaliser des systèmes constructifs ossature bois

Concevoir et réaliser des systèmes constructifs ossature bois Concevoir et réaliser des systèmes constructifs ossature bois Cette vous permettra d appréhender les principes fondamentaux du système constructif ossature bois selon les normes et DTU en vigueur. Elle

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 2014-09-3370 Valable jusqu au :... 29/09/2024 Type de bâtiment :... Habitation (parties privatives d immeuble collectif) Année de construction

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux Date d édition : Janvier 2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications«rge» classées par domaine

Plus en détail

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido. Principe de fonctionnement de la façade active Lucido K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.doc 0. Préambule Le présent document est élaboré dans le but

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 LA QUALITE 3/5 LA QUALITE 2/5 LA QUALITE 4/5 LA QUALITE 5/5

Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 LA QUALITE 3/5 LA QUALITE 2/5 LA QUALITE 4/5 LA QUALITE 5/5 Noël NOVELLI ; Université d Aix-Marseille; LIF et Département d Informatique Case 901 ; 163 avenue de Luminy 13 288 MARSEILLE cedex 9 Génie Logiciel LA QUALITE 1/5 La gestion de la qualité Enjeux de la

Plus en détail

Terminologie et définitions

Terminologie et définitions IV.70 OUVERTURES EXTÉRIEURES IV.701.1 IV.701 TERMINOLOGIE ET DÉFINITIONS RELATIVES AUX FENÊTRES ET PORTES EXTÉRIEURES IV.701.1 Terminologie et définitions extrémités inférieure et supérieure de la porte

Plus en détail

Une solution haut de gamme de gestion technique énergétique de vos bâtiments à un tarif raisonnable.

Une solution haut de gamme de gestion technique énergétique de vos bâtiments à un tarif raisonnable. Une solution haut de gamme de gestion technique énergétique de vos bâtiments à un tarif raisonnable. CADOÉ Technologie 04 74 37 55 53 contact@cadoe.net Gestion de tous les types de chauffage : Gaz, Fioul,

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

SYSTÈME DE DALLE ACTIVE ACTIV+ TEMPÉRISATION DE DALLE POUR CHAUFFER OU RAFRAÎCHIR LE CONFORT POUR LE TERTIAIRE

SYSTÈME DE DALLE ACTIVE ACTIV+ TEMPÉRISATION DE DALLE POUR CHAUFFER OU RAFRAÎCHIR LE CONFORT POUR LE TERTIAIRE TEMPÉRISATION DE DALLE POUR CHAUFFER OU RAFRAÎCHIR LE CONFORT POUR LE TERTIAIRE *Des solutions polymères à l infini www.rehau.fr Bâtiment Automobile Industrie Les bâtiments tertiaires possèdent des équipements

Plus en détail

produit La chaudière en fonte monobloc Chaudière basse température et à condensation Weishaupt Thermo Unit-G

produit La chaudière en fonte monobloc Chaudière basse température et à condensation Weishaupt Thermo Unit-G produit Information sur les chaudières fontes au sol La chaudière en fonte monobloc Chaudière basse température et à condensation Weishaupt Thermo Unit-G Weishaupt Thermo Unit G Le chauffage en toute simplicité

Plus en détail

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA

Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Le séchage en grange du foin à l énergie solaire PAR MICHEL CARRIER AGR. CLUB LAIT BIO VALACTA Séchage du foin en grange Séchage en grange Technique originaire des zones de montagnes Suisse Autriche Jura

Plus en détail

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21

ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 ACADÉMIE D ORLÉANS-TOURS NOTE D INFORMATION n 21 HYGIENE ET SÉCURITÉ JUIN 2001 Francis MINIER Inspecteur d Hygiène et de Sécurité Correspondant académique à la sécurité Tel : 02 38 79 46 64 Secrétariat

Plus en détail

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

Plus en détail

Et la ventilation créa l eau chaude

Et la ventilation créa l eau chaude VENTILATION DOUBLE EFFET VMC BBC + CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE Les P r o d u i t s 75 % D ÉCONOMIES SUR LA CONSOMMATION LIÉE À L EAU CHAUDE CHAUFFAGE DE L EAU JUSQU À 62 C AVEC LA POMPE À CHALEUR 10 %

Plus en détail

Travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants (2007-2009)

Travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants (2007-2009) Travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants (2007-2009) Marché de l entretien-amélioration des bâtiments en 2007 Commissariat général au développement durable - Service

Plus en détail

Chauffage individuel FICHE TECHNIQUE

Chauffage individuel FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Chauffage individuel 2 9 10 CONNAÎTRE > Chauffage central à eau > Chauffage par pièce > Autres systèmes REGARDER > Energies utilisées > Consommations > Inconforts ENTRETENIR > Contrat de

Plus en détail

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits PROTÉGEZ LA VIE E CEUX QUE VOUS AIMEZ mode d emploi 18 Z Z Z 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen Les numéros d urgence gratuits Cette brochure peut vous sauver la vie, ne la jetez pas,

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF

Simplifiez-vous la rénovation énergétique avec Énergies POSIT IF Simplifiez-vous la avec www.energiespositif.fr , les spécialistes de la et de son financement en Île-de-France 400 000 logements franciliens à rénover d ici à 2020, c est 18 % des copropriétés L énergie

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications «RGE» classées par domaine de travaux liés

Plus en détail

Sommaire. Références 138. 8 Le diagnostic gaz - Sommaire. Le diagnostic gaz - Sommaire

Sommaire. Références 138. 8 Le diagnostic gaz - Sommaire. Le diagnostic gaz - Sommaire Sommaire Chapitre 1. Qu est-ce qu une installation gaz? 10 Généralités 11 1.1 Comment ça marche? 12 1.2 Définitions 14 1.3 Les appareils 19 Chapitre 2. Les tuyauteries fixes 28 Généralités 29 2.1 Tuyauteries

Plus en détail

RAPPORT D INSPECTION

RAPPORT D INSPECTION RAPPORT D INSPECTION Pour la propriété située au : 2950-2954, rue Duhaime Le Plateau Mont-Royal (Montréal), QC Préparé pour : M. Jacques Normand Date de l inspection : jeudi 22 novembre, 2012 Inspecté

Plus en détail

Plan de modernisation des installations industrielles

Plan de modernisation des installations industrielles Plan de modernisation des installations industrielles 1 Sommaire 1 - Contexte - Introduction 2 - Réglementation 3 - Périmètre 4 - Guides techniques 5 - Synthèse : périmètre-actions 2 1 Contexte - Introduction

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement 34 Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 32 quai de Rouen 59 100 ROUBAIX Informations

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES

CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES CATALOGUE FORMATIONS CLIENTS 2012 SPÉCIAL ÉNERGIES RENOUVELABLES FORMATIONS 100% PRO TOUTE L ANNÉE. TROUVEZ VOTRE FORMATION QUALIFIANTE. -10% SUR CERTAINES FORMATIONS DU CATALOGUE. î à Cher client, Le

Plus en détail

Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION. Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété

Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION. Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété Audit 360 CONFORT, ENERGIE, SÉCURITÉ, VALORISATION Une solution pour y voir plus clair dans votre copropriété Socotec en quelques mots 3 valeurs d engagement + 5 métiers structurants + 7 aes stratégiques

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments

Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments Janvier 2015 Loi de finances pour 2015 Aides à la rénovation énergétique des bâtiments (CITE, TVA à taux réduit, Eco-PTZ) INTRODUCTION La loi de finances pour 2015 introduit un certain nombre de mesures

Plus en détail

FICHE INFORMATION. Le Comptage comptage individuel. Votre partenaire en économie d énergie

FICHE INFORMATION. Le Comptage comptage individuel. Votre partenaire en économie d énergie FICHE INFORMATION Le Comptage comptage individuel de du l eau chauffage Votre partenaire en économie d énergie Le répartiteur de frais de chauffage Le répartiteur est un appareil de mesure du chauffage

Plus en détail

Parc Valentine Vallée Verte

Parc Valentine Vallée Verte Le Bourbon 10.300 m² de bureaux neufs à louer Parc Valentine Vallée Verte un parc d affaires unique Au cœur d un parc d affaires unique Choisissez pour votre entreprise des bureaux dans un bâtiment historique

Plus en détail

LE RÉSULTAT DU CERTIFICAT PEB Pour le résidentiel

LE RÉSULTAT DU CERTIFICAT PEB Pour le résidentiel LE RÉSULTAT DU CERTIFICAT PEB Pour le résidentiel 1. A QUOI CORRESPOND LA LETTRE (A,B G) SUR MON CERTIFICAT PEB? La lettre correspond à une consommation théorique qui se base sur les caractéristiques propres

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

L art de trouver le logement de ses rêves

L art de trouver le logement de ses rêves L art de trouver le logement de ses rêves Introduction Etudes obligent, il n est pas toujours aisé de trouver un logement décent à prix réduit d autant plus que les villes étudiantes sont des villes où

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 72 rue de Rome 59 100 Roubaix Informations

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE RAPPORT N 448-2033LOC0707PE48 ETABLI EN UN EXEMPLAIRE ORIGINAL LE 26/10/2009 ET VALABLE DIX ANS DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Ce rapport comprend 5 pages et 3 pages en annexe, il ne peut être utilisé

Plus en détail

Choisir un professionnel compétent

Choisir un professionnel compétent L habitat Choisir un professionnel compétent COMPRENDRE Pour des bâtiments économes en énergie Édition : février 2015 sommaire glossaire introduction Faites appel à des professionnels compétents... 3 Des

Plus en détail

GUIDE DE PRISE EN MAIN Démarrage, installation (première utilisation) SOMMAIRE

GUIDE DE PRISE EN MAIN Démarrage, installation (première utilisation) SOMMAIRE GUIDE DE PRISE EN MAIN Démarrage, installation (première utilisation) Version du 28 janvier 2011 B.B.S. Slama service technique : 04.73.34.73.20 - Fax : 04.73.34.10.03 : sav@bbs-slama.com www.bbs-slama.com

Plus en détail