LA CAMÉRA THERMIQUE GUIDE PRATIQUE DE. pour les activités du bâtiment 4SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA CAMÉRA THERMIQUE GUIDE PRATIQUE DE. pour les activités du bâtiment 4SOMMAIRE"

Transcription

1 GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE pour les activités du bâtiment SOMMAIRE 1. DÉFINIR SA MISSION 2 2. CHOISIR SA CAMÉRA THERMIQUE 3 3. PROPOSER UNE INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE À SON CLIENT 5. ANTICIPER LES IMPACTS SUR SES ASSURANCES 5 5. VENDRE UNE INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE 6 6. LES RÉGLAGES AVANT L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE 6 7. LES PIÈGES À ÉVITER PENDANT L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE 6 8. MENER L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE / PRÉPARATION 8 9. MENER L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE / SUR LE TERRAIN GLOSSAIRE CONTACTS UTILES 11 GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 1

2 1. DÉFINIR SA MISSION UNE CAMÉRA POUR QUELLES ACTIVITÉS DU BÂTIMENT? Première question à se poser avant de se lancer dans la pratique d inspections avec la caméra thermique et d organiser au mieux son entreprise : dans quel cadre vais-je pratiquer la thermographie infrarouge et pour cibler quel marché? Tous les métiers du bâtiment sont concernés par l intégration de l outil thermique dans le cadre de multiples activités : ISOLATION THERMIQUE INTÉRIEURE & EXTÉRIEURE COUVERTURE / CHARPENTE MENUISERIES EXTÉRIEURES PLÂTRERIE PLOMBERIE / CHAUFFAGE ÉLECTRICITÉ Les applications dans les bâtiments neufs ou existants sont nombreuses. Dans le neuf, les usages seront différents selon le stade du chantier. Avant qu il soit possible de mettre en chauffe le bâtiment, les applications portent sur la recherche de fuites, sur des contrôles de structure... Ce n est qu en fin de chantier que les applications pour valider la performance thermique sont réalisables. À QUOI SERT UNE CAMÉRA THERMIQUE? Une caméra thermique est un outil de mesure qui remplit deux fonctions : adétecter et mettre en image des phénomènes invisibles à l oeil nu. amesurer des températures de surface à distance. Pour les professionnels du bâtiment, on distingue deux grands types de missions : CAS n 1 CONTRÔLE SIMPLIFIÉ D UN OUVRAGE (sans mesures de température) CAS n 2 RECHERCHE DE DÉFAUTS DE LA THERMIQUE DU BÂTIMENT INTÉRÊT DE L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE Sensibiliser le client à la performance thermique du bâti. Disposer d un argument supplémentaire pour déclencher une vente. Autocontrôles (avant / après travaux), contrôles de mise en oeuvre, constats ponctuels sur chantier. Analyse du comportement thermique d un ouvrage. Détection de dégradation des performances thermiques. EXEMPLES D APPLICATIONS TERRAIN Absence / présence d éléments intégrés à la paroi, malfaçons maçonnerie, détection de fuite, repérage de canalisations, qualité de pose de systèmes de fixation, recherche de causes d un dégat des eaux. Défaut d isolation, étanchéité à l air, étanchéité à l eau / condensation... PAGE 2 / GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE

3 2. CHOISIR SA CAMÉRA THERMIQUE LE SCHÉMA CI-DESSOUS RÉSUME LES QUESTIONS ESSENTIELLES À SE POSER POUR CHOISIR LA CAMÉRA ADAPTÉE À SON ACTIVITÉ : QUEL VOLUME D USAGE? VOTRE BESOIN POUR QUELLE APPLICATION? 1 QUELS TYPES DE BÂTIMENTS? 2 RÉDACTION D UN RAPPORT? 3 CONTRAINTE BUDGET VOTRE ÉQUIPEMENT QUELLE CAMÉRA POUR VOS CHANTIERS? MES CHANTIERS... IMPACT SUR LE CHOIX DE MA CAMÉRA «Je souhaite pouvoir expliciter à mon client les résultats de l inspection avec une caméra thermique...» L image visible (fonction appareil photographique) est une fonction clé pour situer les défauts sur le bâtiment et interpréter plus facilement les résultats pour son client. Le mode «fusion» qui consiste à pouvoir superposer l image visible et l image infrarouge peut être un plus vis-à-vis de son client. «Je souhaite n utiliser ma caméra que pour des inspections à l intérieur des bâtiments...» Pour des contrôles à courte distance, il peut être suffisant de travailler avec une faible définition du capteur (nombre de pixels) ; en contrepartie, la qualité de l image en souffrira. «Je vais utiliser ma caméra dans des zones exigües et sombres.» Les fonctions «lampe torche» et «objectifs orientables» sont indispensables pour ce type de situation. GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 3

4 2. CHOISIR SA CAMÉRA THERMIQUE QUELLE CAMÉRA POUR VOS CHANTIERS? MES CHANTIERS... IMPACT SUR LE CHOIX DE MA CAMÉRA «Je souhaite réaliser un diagnostic d un grand bâtiment... ou diagnostiquer une zone avec très peu de recul...» Il convient dans ce cas de choisir un objectif grand angle et / ou d opter pour une fonction panorama sur le logiciel (regroupement de plusieurs images pour présenter la globalité d un bâtiment). «Mon client me demande tout de suite des images infrarouges...» «Je souhaite fournir un rapport à mes clients...» Toutes les caméras génèrent des fichiers au format image. Attention, pour certaine caméras, il faut choisir entre l exploitation du thermogramme (avec les éléments de mesure de température intégrée à l image) ou la récupération sous forme d image figée mais lisible par le client (fichier jpeg ou autre). Toutes les caméras sont fournies avec un logiciel permettant la production de rapport et la retouche des images. Des fonctionnalités spécifiques selon le catégories de caméras facilitent la production des rapports : mise à disposition de modèles de rapports prédéfinis, personnalisation du rapport par l entreprise (logo), association automtatique des images visibles et infraouges... Le niveau de qualité des images dépendra également du nombre de pixels. Je compte utiliser ma caméra très fréquemment...» Pour plus d information, n hésitez pas à consulter le chargé de mission environnement de votre capeb départementale (voir contacts utiles page 11). Pour gagner du temps, et réduire les risques de perte d informations collectées pendant l inspection, des fonctionnalités spécifiques sont disponibles selon les catégories de caméras : commentaire vocal associé à l image, réalisation de croquis, annotations textes associés à l image, baterie interchangeable. Lorsque le professionnel est familiarisé avec l utilisation de la caméra thermique, l écran tactile est une fonction utile pour gagner du temps. On initialise le travail d analyse sur les images et sur le rapport directement sur site. Pour aller plus loin, certaines caméras proposent également l édition de rapports sur le site, transmissibles directement au client. PAGE / GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE

5 un + 3. PROPOSER UNE INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE À SON CLIENT Vis-à-vis de son client, l inspection avec caméra thermique est un service «en plus», intégré à son activité ou valorisé comme une véritable prestation à part entière. COMMENT VALORISER CETTE COMPÉTENCE SUPPLÉMENTAIRE AUPRÈS DE SES CLIENTS? AVEC QUELS ARGUMENTS? CAS n 1 CAS n 2 QUEL EST L OBJECTIF DE L ENTREPRISE? L inspection avec caméra thermique est un service associé intégré aux activités du professionnel. Dans ce scénario, le professionnel utilise l inspection par caméra thermique comme une compétence et un service différenciant pour vendre ses prestations de travaux. L inspection avec caméra thermique est un service valorisé en amont pour évaluer la situation du bien. Dans ce scénario, l enjeu est de convaincre le client de l intérêt de mener une investigation en amont du lancement des travaux. Le professionnel peut vendre ou pas la visite par caméra thermique. QUEL EST L INTÉRÊT POUR SON CLIENT? Faire appel à un professionnel de confiance. Etre certain de la qualité des travaux. Avoir la preuve des résultats et de la qualité du chantier. Disposer d une vision claire de la situation thermique de son bien. Faire les bons choix de travaux, de matériaux et de systèmes. Etre accompagné pour améliorer le comportement thermique de son bien QUELS POINTS FORTS VALORISER DANS LA COMMUNICATION DE SON ENTREPRISE? Contrôle intégré Qualité prouvée Professionnalisme Crédibilité renforcée Connaissance / Compétence en thermique du bâtiment. Capacité de définir les priorités pour gagner en efficacité énergétique.. ANTICIPER LES IMPACTS SUR LES ASSURANCES Le professionnel du bâtiment qui propose une inspection par caméra thermique à son client doit informer son assureur de ce nouveau périmètre d intervention pour sécuriser son entreprise. L inspection par caméra thermique implique d être assuré à plusieurs niveaux : Risque lié aux résultats de la visite au travers de sa Responsabilité Civile Professionnelle, ce sont les limites d intervention du professionnel et notamment la question de la remise d un rapport ou non qui influenceront l évaluation des risques par l assureur. Risque de dégradation de l ouvrage / du bâtiment lors de la réalisation de la visite dans le cadre de la Responsabilité Civile Exploitation. Risque de dommage sur la caméra elle-même, c est à dire couverture du matériel portable pour les risques de bris accidentel et le vol. GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 5

6 5. VENDRE UNE INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE Dans le cas de la vente d une inspection avec caméra thermique à son client, il est recommandé d avoir défini au préalable un devis type (mêmes indications sur le devis que pour la fourniture de prestations de travaux) et d avoir créé ou de compléter des Conditions Générales de Vente (CGV) récapitulant les modalités d intervention. Dans les CGV, on indiquera notamment : Les tarifs de la prestation (en priorité liés au temps passé) ; Les prix TTC des diférentes prestations forfaitaires proposées ; Les frais de déplacement, le cas échéant ; Le caractère payant ou gratuit du devis et, le cas échéant, le coût d établissement du devis ; Le cas échéant, toute autre condition de rémunération. Spécifiquement concernant l inspection par caméra thermique, il est recommandé de préciser dans les CGV les résultats fournis dans le cadre de la prestation (constat simple de la situation du bien sans recommandations, recommandations quant à la réalisation des travaux, fourniture d un rapport, fourniture de seules photographies commentées...). La limite de responsabilité du professionnel doit être suffisamment explicite vis-à-vis de son client. 6. RÉGLAGE AVANT L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE Même si l image infrarouge est indispensable, selon l objectif de la mission menée pour son client, la mesure de température précise n est pas toujours nécessaire. Néanmoins, le professionnel va toujours régler et afficher la valeur de température mesurée : Pour s assurer de ne pas faire d erreur grossière d interprétation, Pour afficher la qualité de sa démarche. La crédibilité vis-à-vis de ses clients et partenaires professionnels impose de maîtriser l action de réglage de sa caméra. Pour en savoir plus sur le réglage de la caméra thermique, consulter la FICHE MÉTHODOLOGIQUE RÉGLAGE DE LA CAMÉRA THERMIQUE. 7. LES PIÈGES À ÉVITER PENDANT L INSPECTION AVEC LA CAMÉRA THERMIQUE Quelques phénomènes peuvent faire varier l interprétation des résultats d une inspection par caméra thermique. Voici quelques exemples de points de vigilance à prendre en compte : Attention! FUITE / CHAUFFAGE : L eau circule facilement dans les parois et s accumule toujours dans les points bas. Une zone d eau stagnante peut être confondue avec l origine de la fuite. Il faut penser à rechercher les éventuels cheminements d écoulement. PAGE 6 / GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE

7 7. LES PIÈGES À ÉVITER PENDANT L INSPECTION AVEC LA CAMÉRA THERMIQUE «EFFETS DE COIN» : A l intérieur ou à l extérieur, les échanges de chaleur sont plus importants dans les angles et sur les arêtes vives (coin de mur, jonction vitrage / battant sur une huisserie). On risque alors de confondre ces «effets de coin» avec des anomalies thermiques. EFFET DE COIN : PAS DE PONT THERMIQUE SUR CETTE FENÊTRE DE TOIT VUE DE L INTÉRIEUR! LES RÉFLEXIONS DIRECTES : Certains matériaux se comportent comme des miroirs pour la caméra thermique. Il faut bien maîtriser l environnement de la cible pour ne pas confondre des réflexions directes avec des défauts d isolation. Exemple : Le vitrage de la fenêtre de toiture. LES PHÉNOMÈNES DE CONVECTION PARASITE : La caméra thermique infrarouge mesure des températures de surface. Des courants d airs chauds ou froids viennent fréquemment réchauffer ou refroidir la cible, ce qui parasite la mesure et fausse l interprétation du thermogramme. EXEMPLE CLASSIQUE DE CONVECTION AU-DESSUS D UN RADIATEUR MURAL. IL N Y A AUCUN DÉFAUT SUR LA FENÊTRE QUI EST JUSTE RÉCHAUFFÉE EN SURFACE. GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 7

8 7. LES PIÈGES À ÉVITER PENDANT L INSPECTION AVEC LA CAMÉRA THERMIQUE Au-delà des pièges liés à l utilisation de la caméra thermique, le professionnel est également vigilant aux pièges d interprétation liés aux phénomènes physiques observés sur le bâtiment. Face à ces risques, des investigations supplémentaires doivent être menées par le professionnel dans la plupart des cas. Pour une bonne maîtrise, des formations pratiques peuvent être proposées par votre CAPEB départementale. Pour plus d informations, n hésitez pas à consulter le service formation de votre CAPEB départementale. 8. MENER L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE (préparation) Au moment de la prise de rendez-vous avec son client, il est indispensable de bien l informer des modalités d organisation de l inspection par caméra thermique. Pour gagner du temps pendant le rendez-vous, il est recommandé de demander au client de préparer les plans du bien, s ils sont disponibles. Les conditions météorologiques ainsi que la nature de la prestation à réaliser sont à prendre en compte pour une visite efficace. En outre, le client doit être informé des mesures à prendre pour assurer une inspection avec caméra thermique dans les meilleures conditions : En période de chauffe, il est recommandé que le client mette en température son bâtiment pour obtenir un écart d au moins 8 C entre l air intérieur et l air extérieur. Il est préférable que le client éteigne ou diminue le régime de ses émetteurs de chaleur quelques heures avant l inspection avec caméra thermique. Pour être efficace sur le site, le professionnel prend soin de prévoir l ensemble du matériel nécessaire à la réalisation de l inspection : caméra thermique, thermo-hygromètre, boussole, lampe torche (si caméra non équipée), échelle, feuille de papier aluminium (nécessaire pour le réglage de la caméra). Pour en savoir plus sur le réglage de la caméra thermique, consulter la FICHE MÉTHODOLOGIQUE RÉGLAGE DE LA CAMÉRA THERMIQUE. PAGE 8 / GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE

9 9. MENER L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE (sur le terrain) ETAPE 1 : LANCEMENT DE L INTERVENTION AVEC LE CLIENT L entretien de début de mission avec son client est l occasion de valider l adéquation entre la demande initiale de celui-ci, le périmètre d intervention du professionnel et les réponses qui lui seront apportées par l inspection avec caméra thermique. Cet échange est également l occasion de repérer les équipements du bien (chauffage, climatisation...) de manière à pouvoir anticiper des interférences possibles sur l inspection avec caméra thermique. L enjeu de cette phase explicative nécessite de faire preuve de pédagogie : expliquer ce que l on voit, ce que l on ne voit pas, ce que je pourrai interpréter et les limites potentielles d interprétation. Il est fondamental d adopter une attitude très humble vis-à-vis des constats pouvant être réalisés pendant la visite. ETAPE 2 : INSPECTION SANS CAMÉRA En cas d absence de plans fournis par le client, la première inspection du bien sans caméra permet d établir le croquis qui permettra de positionner facilement les différentes prises de vue et d assurer des relevés plus rapidement exploitables. Cette première inspection s effectue de préférence avec le client, elle est l occasion de compléter l information de celui-ci sur les résultats attendus de la visite avec caméra thermique. Sont notés également lors de cette étape, les températures extérieures et intérieures, le niveau d humidité relative (condensation), le niveau d ensoleillement et la force du vent. Dans la majorité des cas, il est souhaitable de démarrer par l extérieur, tout en veillant à bien confirmer ce qui est repéré par l extérieur par la viste de l intérieur. Durée : environ 15 minutes pour mener les étapes 1 et 2. ETAPE 3 : INSPECTION AVEC CAMÉRA Cette seconde inspection du bien peut s effectuer sans le client pour gagner en efficacité ; cette organisation nécessite cependant de refaire un tour plus rapide avec le client, en fin de rendez-vous. On se focalise alors sur les principales anomalies repérées. Dans certains cas, le client attache une grande importance au fait de suivre le professionnel pendant toute la prestation. Durée : de 30 à 60 minutes pour une maison individuelle de 120m 2. ETAPE : CLÔTURE DE LA MISSION AVEC LE CLIENT Pour conclure la prestation sur la base des principales observations transmises en fin d inspection, le professionnel valide avec son client la suite de la démarche. Selon la nature de l intervention, il s agira de fixer un nouveau rendez-vous pour la remise d un rapport ou bien la fixation d une échéance pour la transmission d un rapport par courrier ou mail. Pour en savoir plus sur la visite terrain, consulter la FICHE MÉTHODOLOGIQUE RELEVÉ TERRAIN. GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 9

10 10. GLOSSAIRE PRINCIPE DE LA THERMOGRAPHIE Caméra thermique infrarouge (ou caméra thermique) Thermogramme Une caméra thermique infrarouge est un instrument qui mesure le rayonnement infrarouge thermique d un objet et de son environnement. Elle restitue un thermogramme (image en couleur) avec des températures de surface. C est le fichier de mesure en sortie de la caméra. Un thermogramme est une image en couleur avec une échelle de température où chaque point (pixel) correspond à une valeur de température. Rayonnement thermique infrarouge Chaleur rayonnée par la cible sous forme de rayonnement infrarouge. Ce rayonnnement est indépendant de la lumière visible. La caméra thermique infrarouge va mesurer cette chaleur pour ensuite calculer des températures de surface. RÉGLAGES DE LA CAMÉRA THERMIQUE Emissivité Température apparente réfléchie (TAR), aussi appelée «température réfléchie» ou «température d arrière-plan» L émissivité est la capacité d un matériau à transmettre sa chaleur sous forme de rayonnement thermique infrarouge. On la note E, sa valeur varie entre 0 et 1. Pour mesurer des températures avec la caméra thermique infrarouge, on favorise les cibles avec une émissivité forte. Une caméra thermique doit impérativement permettre de régler l émissivité sur le terrain. La TAR est la température de l environnement de la cible qui influence la température de surface mesurée. Une caméra thermique doit impérativement permettre de régler la TAR sur le terrain. DOCUMENTATION TECHNIQUE Résolution spatiale infrarouge Sensibilité thermique (ou résolution thermique) C est le nombre de détecteurs ou «pixels» de la caméra thermique. Plus la matrice de la caméra thermique comporte de détecteurs, plus l image est nette et détaillée. C est la capacité de la caméra thermique à détecter de faibles écarts de température. Plus la valeur de sensibilité thermique est faile, plus les images seront détaillées et précises. Fusion Mode d affichage où la caméra superpose sur le même fichier la photographie classique et le thermogramme. Attention, il existe plusieurs types de fusions : Picture in picture : intéressant pour situer le thermogramme sur la photographie visible. Mélange : peu utilisé par les professionnels. Fusion thermique totale : utilisé pour faire resortir uniquement le défaut détecté. Attention, les caméras ne permettent pas toutes de réaliser de la fusion totale. La fusion est attractive mais elle reste une option! Le professionnel l utilise de manière ponctuelle pour expliciter les défauts détectés à son client. PAGE 10 / GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE

11 11. CONTACTS UTILES CE GUIDE A ÉTÉ ÉLABORÉ DANS LE CADRE DU «PROJET THERMO CAPEB RHÔNE ALPES» RÉUNISSANT LES PARTENAIRES : (Centre Technique de la Thermographie Appliquée au Bâtiment) Tél / EQUIPE PATRIMOINE-ENVIRONNEMENT CAPEB RHÔNE-ALPES CHARGÉS DE MISSION ENVIRONNEMENT : ISÈRE, AIN : Arno Houllière, RHÔNE, LOIRE : Loïc Mercandalli, SAVOIE, HTE-SAVOIE : Anne Chevallier, DRÔME, ARDÈCHE : Loïc Gerin, COORDINATION : Gilbert Storti, Aurélie Amsellem, COMMUNICATION : JF Rivière, CAPEB RHÔNE-ALPES 59, rue de Saint-Cyr - CP LYON CEDEX Tél Fax : CETTE ACTION DU SERVICE PATRIMOINE & ENVIRONNEMENT DE LA CAPEB RHÔNE-ALPES EST SOUTENUE PAR GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 11

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

La thermographie infrarouge et le bâtiment

La thermographie infrarouge et le bâtiment Patrick ROBE En thermographie depuis 25 ans Certifié Niveau 3 ITC (standard ASNT) Collaborateur de l Université de Liège Laboratoire de thermodynamique Formateur certifié ITC pour Niveaux 1 & 2 Consultant

Plus en détail

Etude thermographique

Etude thermographique Etude thermographique DONNEUR D'ORDRE CONSTRUCTEUR adresse code postal - ville Téléphone ADRESSE DU BIEN Maison individuelle de Monsieur et Madame MODELE 2 rue Rabelais 86240 SMARVES Opérateur : Franck

Plus en détail

La Bretagne romantique

La Bretagne romantique La Bretagne romantique Energie Thermographie et diagnostic thermique en rénovation Tinténiac, le 25 octobre 2015 Gireg Le Bris Yvan Le Tennier Qu est ce que la thermographie? La thermographie est la technique

Plus en détail

1) Qu est-ce qu un EIE?

1) Qu est-ce qu un EIE? en ALSACE Caméra thermique et rénovation énergétique, quelle utilisation? Magali AMENTA, Conseillère Info Énergie Alter Alsace Energie Strasbourg Florent RICHARD, Conseiller Info Énergie Ville d'erstein

Plus en détail

THERMOGRAPHIE Nouvelles caméras thermiques testo 876 et testo 882 VOIR PLUS

THERMOGRAPHIE Nouvelles caméras thermiques testo 876 et testo 882 VOIR PLUS Information Presse Octobre 2010 THERMOGRAPHIE Nouvelles caméras thermiques testo 876 et testo 882 VOIR PLUS Les caméras thermiques scannent les équipements de production et les bâtiments afin de transformer

Plus en détail

Contrôle thermographique Tarifs et prestations :

Contrôle thermographique Tarifs et prestations : 20 rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN technimursdeveloppement@gmail.com Tél : 02.54.98.50.15 Mr et Mme DUPONT 20 Rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN Contrôle thermographique Tarifs et prestations : Habitations

Plus en détail

Aquitaine Thermographie

Aquitaine Thermographie Recherches de fuites par thermographie infrarouge Aquitaine Thermographie La thermographie La thermographie est une technologie précise et efficace, un allié fiable dans le domaine du bâtiment, de la maintenance

Plus en détail

- THERMOGRAPHIE AERIENNE

- THERMOGRAPHIE AERIENNE - THERMOGRAPHIE AERIENNE FOIRE AUX QUESTIONS SOMMAIRE 1. Généralités 1.1 Quand la thermographie aérienne a-t-elle été effectuée? 1.2 Quelles conditions doivent être réunies pour réaliser une thermographie

Plus en détail

L imagerie Thermique et Infrarouge

L imagerie Thermique et Infrarouge Garfa Naguib Hacherez Sofiane Kheribi Ayman L imagerie Thermique et Infrarouge (Matière et forme) Dans quels domaines l imagerie thermique a-t-elle un rôle à jouer? TPE session 2013/2014 1 Sommaire I)

Plus en détail

Nuit de la thermographie Syndicat mixte du Pays Sud Toulousain. Le 16 novembre 2012

Nuit de la thermographie Syndicat mixte du Pays Sud Toulousain. Le 16 novembre 2012 Nuit de la thermographie Syndicat mixte du Pays Sud Toulousain Le 16 novembre 2012 1 Le territoire : 1 200 km² 2 vallées principales 4 bassins de vie 7 intercommunalités 99 communes 92 000 habitants 2

Plus en détail

Rapport d inspection caméra thermique Relevé réalisé le 19/02/2014. Logement : Mr et Mme Chaux Chemin Le haut des clos 42260 Crémeaux

Rapport d inspection caméra thermique Relevé réalisé le 19/02/2014. Logement : Mr et Mme Chaux Chemin Le haut des clos 42260 Crémeaux Rapport d inspection caméra thermique Relevé réalisé le 19/02/2014 Logement : Mr et Mme Chaux Chemin Le haut des clos 42260 Crémeaux Sommaire 1 contenu du rapport d inspection p.3 2 Matériel utilisé pour

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX

CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX CARACTERISTIQUES THERMIQUES DES FENETRES ET DES FACADES-RIDEAUX Les fenêtres sont caractérisées par trois caractéristiques de base : U w : le coefficient de transmission thermique traduisant la capacité

Plus en détail

Programme d introduction à la thermographie 1 jour

Programme d introduction à la thermographie 1 jour Programme d introduction à la thermographie 1 jour Intitulé : Introduction à la thermographie infrarouge - 1J. Opérateurs de thermographie infrarouge débutant. 1 jour (de 9h00 17h00) PARIS - Lycée Jacquard

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 1 EMISSION THERMIQUE DE LA MATIERE 2 1.1 LE RAYONNEMENT ELECTROMAGNETIQUE 2 1.2 LES CORPS NOIRS 2 1.3 LES CORPS GRIS 3 2 APPLICATION A LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE 4 2.1 DISPOSITIF

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge Christophe Delmotte, ir Laboratoire Qualité de l Air et Ventilation CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction Définition 1 Le rayonnement électromagnétique

Plus en détail

Opération "Thermo-copro"

Opération Thermo-copro Opération "Thermo-copro" Bilan de la campagne 2010/2011 Opération réalisée en partenariat avec Et avec le concours financier de : Version 1 - Mai 2011 Rédacteur : Nicolas PICHOT Version 1 Juin 2011 Latere

Plus en détail

Comprendre pour mieux choisir.

Comprendre pour mieux choisir. Comprendre pour mieux choisir. Qu est-ce qu une réglementation thermique? Quels sont les avantages de faire construire un appartement RT2012? Qu est-ce que la réglementation thermique française? De tous

Plus en détail

Votre assistant en. maîtrise de l énergie

Votre assistant en. maîtrise de l énergie Votre assistant en maîtrise de l énergie Pour nous contacter Siège Social : 40 rue du Général de Gaulle - 53800 Renazé 02 43 06 38 55 Agence Laval : Bd de la Communication 53950 Louverné 02 43 49 81 52

Plus en détail

VISUALISATION ET MESURE THERMIQUE DES EXEMPLE

VISUALISATION ET MESURE THERMIQUE DES EXEMPLE RAPPORT DE THERMOGRAPHITTHERMOGRAPHIE AERIENNE VISUALISATION ET MESURE THERMIQUE DES EXEMPLE RAPPORT TYPE RECHERCHE DEPERDITIONS THERMIQUES A l attention de Monsieur Accompagnateur : M. Opérateur : M.

Plus en détail

Thermographie infrarouge Les caméras de thermographie infrarouge de terrain aux meilleurs prix

Thermographie infrarouge Les caméras de thermographie infrarouge de terrain aux meilleurs prix Thermographie infrarouge Les caméras de thermographie infrarouge de terrain aux meilleurs prix SYNERGYS TECHNOLOGIES - Quartier Plessier - 39 avenue du 8 e Régiment de Hussards BP 30109-68132 Altkirch

Plus en détail

Thermographie infra-rouge des bâtiments

Thermographie infra-rouge des bâtiments Espace Centre & Ouest Vosges Thermographie infra-rouge des bâtiments Pierre Pellégrini Conseiller énergie Avec les soutiens de : 1 Au programme Energies et bâtiments Principes de la thermique du bâtiment

Plus en détail

Construction durable

Construction durable Depuis 90 ans à votre service... Construction durable selon les normes pour habitations passives www.linden.be www.pamaflex.eu Bilan énergétique dans la maison classique 1. Pertes par les murs et les fenêtres

Plus en détail

THERMOGRAPHIE AÉRIENNE DU HAUT VAL-DE-MARNE. ------Réunions publiques. Septembre octobre 2012

THERMOGRAPHIE AÉRIENNE DU HAUT VAL-DE-MARNE. ------Réunions publiques. Septembre octobre 2012 THERMOGRAPHIE AÉRIENNE DU HAUT VAL-DE-MARNE ------Réunions publiques Septembre octobre 2012 LE BÂTIMENT, UN GROS CONSOMMATEUR D ÉNERGIE? Environ 25 % des émissions des gaz à effet de serre sont liées à

Plus en détail

LA RENOVATION DE MON HABITAT

LA RENOVATION DE MON HABITAT Économie Plus de confort Factures en baisse meilleure isolation Plus de chaleur LA RENOVATION DE MON HABITAT OU COMMENT GAGNER EN CONFORT ET EN ÉCONOMIES AVEC BÂTILAND POURQUOI JE DOIS RÉNOVER MON HABITAT?

Plus en détail

BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE OBSERVATIONS

BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE OBSERVATIONS ENSEIIGNEMENT TRANSVERSAL Page 1/7 Classe : Nom :.. Prénom :. Binôme :..... BILAN ENERGETIQUE D UN LOGEMENT Première approche Date :... CENTRE D INTERET CI 1. CONCEPTION, COMPETITIVITE ET CREATIVITE NOTE

Plus en détail

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées INSTALLATIONS TECHNIQUES DANS LA MAISON Conduites d eau froide et d eau chaude Conduites de chauffage/ chauffage au sol Conduites d eaux usées Inspection de cavités Problèmes de condensation Moisissure

Plus en détail

pour la mai^trise de l e nergie dans le ba^ti

pour la mai^trise de l e nergie dans le ba^ti LA THERMOGRAPHIE : pour la mai^trise de l e nergie dans le ba^ti Qu est-ce que la thermographie? La thermographie est une technique de cartographie des températures de surface des parois ou de tout autre

Plus en détail

Présentation STD / Thermographie / Infiltrometrie

Présentation STD / Thermographie / Infiltrometrie Présentation STD / Thermographie / Infiltrometrie MÉMOIRE TECHNIQUE COMBIOSOL Juillet 2011 Un bâtiment basse consommation d énergie ne se comporte pas comme les bâtiments traditionnels. Aussi, une modélisation

Plus en détail

Thermographie aérienne. 19 sept. 2013

Thermographie aérienne. 19 sept. 2013 Thermographie aérienne SAINT ORENS DE GAMEVILLE 19 sept. 2013 Les enjeux De tous les secteurs économiques, celui du bâtiment est le plus gros consommateur d énergie en France (42,5% de l énergie finale

Plus en détail

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich

Assurance qualité. Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques. Energie am grénge Beräich Assurance qualité Thermographies Test «Blower-Door» Calcul de ponts thermiques Energie am grénge Beräich GESTION DE L ENERGIE CONSEIL EN ENERGIE FORMATIONS C Analyse thermographique 3 Analyse thermographique

Plus en détail

Panorama des outils d analyse énergétique des bâtiments 22.5.2014

Panorama des outils d analyse énergétique des bâtiments 22.5.2014 Panorama des outils d analyse énergétique des bâtiments 22.5.2014 Manuel Bauer Estia SA Thèmes abordés Objectif du diagnostic énergétique Revue de quelques méthodes d analyse énergétique des bâtiments

Plus en détail

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire.

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Dans le cadre du Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Les animateurs adapteront leur message en fonction du public

Plus en détail

Printemps des sciences 2008. Faculté Polytechnique de Mons 11 mars 2008

Printemps des sciences 2008. Faculté Polytechnique de Mons 11 mars 2008 Printemps des sciences 2008 Faculté Polytechnique de Mons 11 mars 2008 Objectifs L objectif de cette petite démonstration est double : 1. Démontrer l importance d une bonne isolation thermique sur les

Plus en détail

La thermographie infrarouge

La thermographie infrarouge La thermographie infrarouge ou comment voir l invisible! vendredi 9 mars 2007 dès 11h45 et jusqu à 13h45 LUNCH-DEBAT 2007 o r g a n i s a t i o n partenaire principal p a r t e n a i r e s La thermographie

Plus en détail

Rapport d'expertise Thermographie infrarouge en bâtiment.

Rapport d'expertise Thermographie infrarouge en bâtiment. Rapport d'expertise Thermographie infrarouge en bâtiment. Expert Thermographe: Mme Sylvie Petit Préparé pour : : xxxxxxx xxxxxxx Adresse : xxx xxxxxxxxxx xxxxxxxxx xxx xxx Téléphone: xxx-xxx-xxxx extérieure

Plus en détail

Lesbasesde la therm ique

Lesbasesde la therm ique Lesbasesde la therm ique 22 Les enjeux Le confort des occupants en toute saison L hygiène et la santé (besoin en oxygène odeurs fumées) Pérennité du bâtiment (condensation, gel) Economie d énergie Préservation

Plus en détail

ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Mise en évidence du phénomène de déperdition thermique aux travers des parois

ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Mise en évidence du phénomène de déperdition thermique aux travers des parois DR1 Fiche chauffer bois Comment améliorer son habitat? ACTIVITE DECOUVRIR ET ANALYSER : Mise en évidence du phénomène de déperdition thermique aux travers des parois 1. Première activité : Mise en évidence

Plus en détail

«Grâce à BELFOR, la fuite a été. et le dégât des eaux évité» RECHERCHE DE FUITES NON DESTRUCTIVE. Antoine Maltais Informaticien

«Grâce à BELFOR, la fuite a été. et le dégât des eaux évité» RECHERCHE DE FUITES NON DESTRUCTIVE. Antoine Maltais Informaticien «Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée et le dégât des eaux évité» Antoine Maltais Informaticien RECHERCHE DE FUITES NON DESTRUCTIVE INSTALLATIONS TECHNIQUES DANS LA MAISON Conduites d

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les équipements solaires thermiques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

La thermographie appliquée à l enveloppe du bâtiment

La thermographie appliquée à l enveloppe du bâtiment La thermographie appliquée à l enveloppe du bâtiment La thermographie infrarouge (ir) Introduction Historique Domaines d application types d équipements Fonctionnement de la caméra ir Facteurs d erreurs

Plus en détail

Mesures de votre environnement

Mesures de votre environnement Mesures de votre environnement BILAN THERMIQUE ET REGLEMENTATION Contrôle réglementaire et efficacité énergétique Les économies d énergie faciles à mettre en oeuvre, sont multiples. En effet, éteindre

Plus en détail

MAISON XXX DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE

MAISON XXX DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE VENDÉE 85000 MAISON DÉMARCHE QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE Maître de l'ouvrage : EXPERTISE THERMOGRAPHIQUE (EXEMPLE) Architecte : ARKITEKTO - Atelier d'architecture & d'ecoexpertise Sylvain HOUPERT 02 41 41

Plus en détail

Etanchéité à l air Elément déterminant

Etanchéité à l air Elément déterminant Etanchéité à l air Elément déterminant Comment assurer la continuité lors de la pose de châssis Confédération Construction Bruxelles -Capitale 28 avril 2011 André BAIVIER ISOPROC le principe de l isolation

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

La thermographie : caméra de diagnostic thermique

La thermographie : caméra de diagnostic thermique Leader européen de la location de matériels, Loxam propose depuis plus de 40 ans de larges gammes de matériels pour répondre à tous types de travaux. Matériels de gros oeuvre ou outils de précision, engins

Plus en détail

Eco-prêt à taux zéro Précisions sur les travaux induits et exemples de dépenses finançables

Eco-prêt à taux zéro Précisions sur les travaux induits et exemples de dépenses finançables Eco-prêt à taux zéro Précisions sur les travaux induits et exemples de dépenses finançables Pour des conseils pratiques et gratuits sur la maîtrise de l énergie et les, un énergies renouvelables, contactez

Plus en détail

DU BATIMENT ECA N xxx. A xxxxxxxxxxxxxxxxx

DU BATIMENT ECA N xxx. A xxxxxxxxxxxxxxxxx DU BATIMENT ECA N xxx sis sur la parcelle n xxxxxxxx A xxxxxxxxxxxxxxxxx PROPRIETE DE xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx Etabli pour xxxxxxxxxxx Lucens, le 28 mars 2013/GS/sr 1. SOMMAIRE 2. GENERALITES INFORMATIONS

Plus en détail

Cours SIA 380/1, édition 2009

Cours SIA 380/1, édition 2009 Cours SIA 380/1, édition 2009 HES-SO Valais Pierre-André Seppey Novembre 2009 Aujourd hui Il y a quelques années La norme SIA 380/1, édition 2009 Les 6 chapitres de la norme: 0 Domaine d application 1

Plus en détail

Propriété d'anatherm - copie interdite

Propriété d'anatherm - copie interdite L Analyse par Thermographie, notre métier. Trois secteurs d activité : Consultance Analyses infrarouges, coaching, études de faisabilité, rédaction de procédures, Formations Formateurs sous licence ITC

Plus en détail

Rénovation des fenêtres

Rénovation des fenêtres Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Rénovation des fenêtres Le changement des fenêtres (ou vitrages), réduit les consommations de chauffage, fait diminuer l effet paroi froide et les condensations, améliore

Plus en détail

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach

La thermographie infrarouge. dans les conduits de précontrainte de la poutre du VIPP de Merlebach La thermographie infrarouge de la poutre du VIPP de Merlebach Page 2/19 Principes TIR et caméra Tout matériau émet des ondes électromagnétiques : il rayonne. Les ondes se caractérisent par leur énergie

Plus en détail

Diagnostic de Performance Énergétique sans mention

Diagnostic de Performance Énergétique sans mention Diagnostic de Performance Énergétique sans mention Formation Permettre l'accès à la certification et/ou la recertification du DPE sans mention pour réaliser des : DPE d'habitations individuelles et de

Plus en détail

LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil

LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil LA REHABILITATION ENERGETIQUE EN COPROPRIETE Par J. MICHET ENERA Conseil Aspects réglementaires : RT Eléments par éléments, RT Existant, Décret 2012-111 : Réalisation audit énergétique pour les grandes

Plus en détail

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont BBC RT2012 Passive Tenir compte de matériaux et procédés innovants Recherche de performance à anticiper en amont Obligations de résultats Eviter l apparition de nouveaux désordres Constat : aggravation

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

Formule Web 290 TTC. Etude THERMIQUE. Selon la méthode de calcul THCE

Formule Web 290 TTC. Etude THERMIQUE. Selon la méthode de calcul THCE Etude Thermique BBC Formule Web 290 TTC Etude THERMIQUE Selon la méthode de calcul THCE Réglementation Thermique 2005 (arrêté du 24 mai 2006) Calculs réalisés avec le moteur ThCE 2005 conçu par le CSTB.

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation

Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Formation Bâtiment Durable : Outils de diagnostic pour la rénovation Bruxelles Environnement ISOLATION DE L ENVELOPPE Gauthier KEUTGEN ICEDD asbl Objectif(s) de la présentation Attirer l attention sur

Plus en détail

DEMONSTRATION CONCRETE ET SANS APPEL

DEMONSTRATION CONCRETE ET SANS APPEL COMMENT ECONOMISER DE L ENERGIE, RETROUVER LE CONFORT ET REDUIRE LA FACTURE DE TRAVAU D AMELIORATION DE PERFORMANCES ENERGETIQUE Un investissement divisé par 4 Pour 100 % de satisfaction Le conseil en

Plus en détail

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc Bâtiment d une surface de 1030 m² créé dans l enceinte du lycée Jean ZAY. Ascenseur à créer Bandeau béton Elévation Façade Nord Bardage bois vertical Bardage cassette aluminium laqué RAL7016 Menuiseries

Plus en détail

Annexe. Rapport de Thermographie Infra Rouge. Maître d ouvrage : Mairie de Chonas l Amballan. Objet de l étude : Groupe scolaire.

Annexe. Rapport de Thermographie Infra Rouge. Maître d ouvrage : Mairie de Chonas l Amballan. Objet de l étude : Groupe scolaire. ERMEL Energie Ingénierie de la maîtrise de l énergie et des énergies renouvelables 3 avenue du général Leclerc 38200 Vienne Annexe Rapport de Thermographie Infra Rouge Maître d ouvrage : Mairie de Chonas

Plus en détail

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE

PROJET. berrand. - Page 1/10 - 87430 VERNEUIL SUR VIENNE. Commentaires divers : Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Logiciel référencé par la marque PROJET berrand 87430 VERNEUIL SUR VIENNE Date de l'étude : Commentaires divers : ARTISAN BERRAND SARL 24/02/2012 perso CLIENT Guy Berrand Thierry BERRAND 6, rue de prasmounier

Plus en détail

La RT 2012... 2. les labels énergétiques

La RT 2012... 2. les labels énergétiques 1.2.2. RT 2012 ChapitRe Règlementation thermique 1 - Réglementation et labels - Volet pratique La RT 2012... La Rt 2012, publiée au Journal Officiel le 27 octobre 2010, intègre les conclusions du Grenelle

Plus en détail

Choisir un vidéoprojecteur pour sa classe

Choisir un vidéoprojecteur pour sa classe Choisir un vidéoprojecteur pour sa classe Sommaire 1) Introduction 2) Les critères de choix 3) L usage que l on veut en faire 4) Le prix 5) Les caractéristiques détaillées a. L interactivité b. Longue

Plus en détail

testo 882 testo 875 testo 885 testo 890 testo 881 testo 876

testo 882 testo 875 testo 885 testo 890 testo 881 testo 876 Nous mesurons. Caméras thermiques pour la thermographie des bâtiments testo 875 testo 882 testo 881 testo 885 testo 890 testo 876 Thermographie des bâtiments Voir plus, tout simplement, sans contact Les

Plus en détail

Les différents appareils permettant de réaliser un test d étanchéité à l air en cours de chantier.

Les différents appareils permettant de réaliser un test d étanchéité à l air en cours de chantier. Les différents appareils permettant de réaliser un test d étanchéité à l air en cours de chantier. 2012 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille technique a été établie à partir de différents sites Internet

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E

F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E Charline Boyer 02 545 58 35 charline.boyer@confederationconstruction.be M O D U L E S G É N É R A U X I N I T I A T I O N S 1. E CO-

Plus en détail

Retour d expérience Bâtiments Basse Consommation : thermographie infrarouge

Retour d expérience Bâtiments Basse Consommation : thermographie infrarouge Retour d expérience Bâtiments Basse Consommation : thermographie infrarouge Intervenant : Bruno PUYFOULHOUX Service : DDT 23 Date : 6 novembre 2014 Introduction Dans l étude Retour d Expérience Bâtiments

Plus en détail

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion

isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion isoler de façon étanche au vent et à l air, et pourtant ouverte à la diffusion les règles de base pour isoler d une façon durable et efficace, Bois et Habitat Namur Mars 2011 André BAIVIER isoproc le principe

Plus en détail

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Objectifs de la présentation Connaître les origines de la perméabilité à l air et sa mécanique Identifier les enjeux de l étanchéité à l air

Plus en détail

Guide pratique. La thermographie à l usage des chauffagistes.

Guide pratique. La thermographie à l usage des chauffagistes. Guide pratique. La thermographie à l usage des chauffagistes. Augmentation du chiffre d affaires et réduction des coûts grâce à l utilisation de caméras thermiques. 1 Introduction. Dans l industrie, les

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Eco gestes au bureau

Eco gestes au bureau Eco gestes au bureau Un français passe environ 40 % de son temps quotidien au travail, trajets domicile travail compris Au travail réduire son impact sur l environnement, c est faire des gestes simples

Plus en détail

Avez-vous assez chaud?

Avez-vous assez chaud? Saint Gobain glass comfort Avez-vous assez chaud? Une couche métallique ultra fine et invisible et la présence de gaz isolant conservent la chaleur à l'intérieur. Moins de pertes de chaleur et par conséquent

Plus en détail

Série E NOUVEAU. Découvrez le monde de l'infrarouge

Série E NOUVEAU. Découvrez le monde de l'infrarouge Série E NOUVEAU Découvrez le monde de l'infrarouge E emples des bénéfices de l'imagerie thermique Une caméra infrarouge est un outil facile à utiliser. Vous allez découvrir que la thermographie offre de

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 APPLIQUABLE POUR LES PERMIS DE CONSTRUIRE DEPOSES A PARTIR DU 1 er JANVIER 2013. A compter du 1 er janvier 2013, seules les maisons répondant à la Réglementation Thermique

Plus en détail

LES ÉTAPES DE LA CONSTRUCTION

LES ÉTAPES DE LA CONSTRUCTION Maisons BATIDUR CONSTRUC TEUR DE MAISONS INDIVIDUELLES LES ÉTAPES DE LA CONSTRUCTION Maisons BATIDUR 17 rue Amédée Gordini 87280 LIMOGES 05 55 427 427 www.batidur.fr Construction les étapes La recherche

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Boulangers Pâtissiers Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts de l énergie

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

Commune de BRIGNOLES

Commune de BRIGNOLES Commune de BRIGNOLES RAPPORT DE DIAGNOSTIC D EVALUATION ENERGETIQUE Maison de village XXX ACDI Agence Centre-var Diagnostic Immobilier - S.A.R.L. au capital de 8 000 euros - R.C.S. de Brignoles n 50 4

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 6 décembre 2011 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une

Plus en détail

DEMONSTRATION AMIENS

DEMONSTRATION AMIENS THERMOGRAPHIE INFRAROUGE DES INSTALLATIONS ELECTRIQUE SUIVANT LE DESCRIPTIF TECHNIQUE APSAD D19 DEMONSTRATION AMIENS Page 1 / 18 Rapport de contrôle Client : DEMONSTRATION Lieu d'intervention : AMIENS

Plus en détail

L EVOLUTION DE L ISOLATION

L EVOLUTION DE L ISOLATION L EVOLUTION DE L ISOLATION FABRIQUÉ AU CANADA DEPUIS 1986 ICYNENE.BE, ICYNENE.EU, ICYNENE.COM MOUSSE D ISOLATION PROJETEE C EST VRAI la mousse d isolation projetée Icynene est un peu plus onéreuse que

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

Économies d énergie et énergies renouvelables. Comment gagner 15 %, 25 %, 40 % ou 50 % sur vos équipements? Les nouvelles dispositions pour 2006!

Économies d énergie et énergies renouvelables. Comment gagner 15 %, 25 %, 40 % ou 50 % sur vos équipements? Les nouvelles dispositions pour 2006! Économies d énergie et énergies renouvelables Comment gagner 15 %, 25 %, 40 % ou 50 % sur vos équipements? Le crédit d impôt? Il est fait pour moi! Illustrations : Claire Laffargue Les nouvelles dispositions

Plus en détail

Analyse complète des images thermiques.

Analyse complète des images thermiques. Analyse complète des images thermiques. testo IRSoft Un logiciel professionnelle performant. testo IRSoft Analyse, évaluation et documentation des images thermiques. La thermographie au plus haut niveau

Plus en détail

THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

THERMOGRAPHIE INFRAROUGE THERMOGRAPHIE INFRAROUGE RESIDENCE DU LAC JANVIER 2010 Adresse du site : Descriptif : Client : Votre contact : Résidence du Lac, allée du Clos Gagneur 93160 Noisy-le-Grand Copropriété de 304 lots Le conseil

Plus en détail

Le scanner. Un logiciel de scanne doit être installé pour dialoguer avec le scanner.

Le scanner. Un logiciel de scanne doit être installé pour dialoguer avec le scanner. Le scanner Un logiciel de scanne doit être installé pour dialoguer avec le scanner. Il est spécifique pour chaque marque de scanner mais l utilisation et les conseils de numérisation restent identiques

Plus en détail

LOCALISATION ET DETECTION DES FUITES DU BÂTI

LOCALISATION ET DETECTION DES FUITES DU BÂTI FORMATION CONTINUE : 70 heures LOCALISATION ET DETECTION DES FUITES DU BÂTI DÉTECTION DE FUITES OU D HUMIDITÉ LOCALISATION DES DÉPERDITIONS THERMIQUES RECHERCHE DE RÉSEAUX (EAU, ELECTRICITE, TELECOM )

Plus en détail

RENOVER SANS SE RUINER

RENOVER SANS SE RUINER Réglementation thermique 2012 RENOVER SANS SE RUINER Alban RAFFRAY, Directeur Département Energie SDEC Energie Jérémy BREDIN, Ingénieur Energie SDEC Energie Page 1 2 février 2011 RT 2012 Accompagnement

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Groupements d entreprises offre globale: retours d expériences

Groupements d entreprises offre globale: retours d expériences Groupements d entreprises offre globale: retours d expériences NORDBAT 2012 Qu est ce qu un groupement permanent d entreprises d offre globale? - Notion de groupement permanent Un certain nombre d entreprises

Plus en détail

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante!

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante! PRÉFET La rénovation thermique Rénover sa maison pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

SYNTHÈSE GLOBALE DE L INSPECTION

SYNTHÈSE GLOBALE DE L INSPECTION RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2013-058932 Lyon, le 23 octobre 2013 XXXXXXXX Monsieur le Chef de Base EDF - BCOT BP 127 84504 BOLLENE cedex Objet : Contrôle des installations

Plus en détail