LA CAMÉRA THERMIQUE GUIDE PRATIQUE DE. pour les activités du bâtiment 4SOMMAIRE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA CAMÉRA THERMIQUE GUIDE PRATIQUE DE. pour les activités du bâtiment 4SOMMAIRE"

Transcription

1 GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE pour les activités du bâtiment SOMMAIRE 1. DÉFINIR SA MISSION 2 2. CHOISIR SA CAMÉRA THERMIQUE 3 3. PROPOSER UNE INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE À SON CLIENT 5. ANTICIPER LES IMPACTS SUR SES ASSURANCES 5 5. VENDRE UNE INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE 6 6. LES RÉGLAGES AVANT L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE 6 7. LES PIÈGES À ÉVITER PENDANT L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE 6 8. MENER L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE / PRÉPARATION 8 9. MENER L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE / SUR LE TERRAIN GLOSSAIRE CONTACTS UTILES 11 GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 1

2 1. DÉFINIR SA MISSION UNE CAMÉRA POUR QUELLES ACTIVITÉS DU BÂTIMENT? Première question à se poser avant de se lancer dans la pratique d inspections avec la caméra thermique et d organiser au mieux son entreprise : dans quel cadre vais-je pratiquer la thermographie infrarouge et pour cibler quel marché? Tous les métiers du bâtiment sont concernés par l intégration de l outil thermique dans le cadre de multiples activités : ISOLATION THERMIQUE INTÉRIEURE & EXTÉRIEURE COUVERTURE / CHARPENTE MENUISERIES EXTÉRIEURES PLÂTRERIE PLOMBERIE / CHAUFFAGE ÉLECTRICITÉ Les applications dans les bâtiments neufs ou existants sont nombreuses. Dans le neuf, les usages seront différents selon le stade du chantier. Avant qu il soit possible de mettre en chauffe le bâtiment, les applications portent sur la recherche de fuites, sur des contrôles de structure... Ce n est qu en fin de chantier que les applications pour valider la performance thermique sont réalisables. À QUOI SERT UNE CAMÉRA THERMIQUE? Une caméra thermique est un outil de mesure qui remplit deux fonctions : adétecter et mettre en image des phénomènes invisibles à l oeil nu. amesurer des températures de surface à distance. Pour les professionnels du bâtiment, on distingue deux grands types de missions : CAS n 1 CONTRÔLE SIMPLIFIÉ D UN OUVRAGE (sans mesures de température) CAS n 2 RECHERCHE DE DÉFAUTS DE LA THERMIQUE DU BÂTIMENT INTÉRÊT DE L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE Sensibiliser le client à la performance thermique du bâti. Disposer d un argument supplémentaire pour déclencher une vente. Autocontrôles (avant / après travaux), contrôles de mise en oeuvre, constats ponctuels sur chantier. Analyse du comportement thermique d un ouvrage. Détection de dégradation des performances thermiques. EXEMPLES D APPLICATIONS TERRAIN Absence / présence d éléments intégrés à la paroi, malfaçons maçonnerie, détection de fuite, repérage de canalisations, qualité de pose de systèmes de fixation, recherche de causes d un dégat des eaux. Défaut d isolation, étanchéité à l air, étanchéité à l eau / condensation... PAGE 2 / GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE

3 2. CHOISIR SA CAMÉRA THERMIQUE LE SCHÉMA CI-DESSOUS RÉSUME LES QUESTIONS ESSENTIELLES À SE POSER POUR CHOISIR LA CAMÉRA ADAPTÉE À SON ACTIVITÉ : QUEL VOLUME D USAGE? VOTRE BESOIN POUR QUELLE APPLICATION? 1 QUELS TYPES DE BÂTIMENTS? 2 RÉDACTION D UN RAPPORT? 3 CONTRAINTE BUDGET VOTRE ÉQUIPEMENT QUELLE CAMÉRA POUR VOS CHANTIERS? MES CHANTIERS... IMPACT SUR LE CHOIX DE MA CAMÉRA «Je souhaite pouvoir expliciter à mon client les résultats de l inspection avec une caméra thermique...» L image visible (fonction appareil photographique) est une fonction clé pour situer les défauts sur le bâtiment et interpréter plus facilement les résultats pour son client. Le mode «fusion» qui consiste à pouvoir superposer l image visible et l image infrarouge peut être un plus vis-à-vis de son client. «Je souhaite n utiliser ma caméra que pour des inspections à l intérieur des bâtiments...» Pour des contrôles à courte distance, il peut être suffisant de travailler avec une faible définition du capteur (nombre de pixels) ; en contrepartie, la qualité de l image en souffrira. «Je vais utiliser ma caméra dans des zones exigües et sombres.» Les fonctions «lampe torche» et «objectifs orientables» sont indispensables pour ce type de situation. GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 3

4 2. CHOISIR SA CAMÉRA THERMIQUE QUELLE CAMÉRA POUR VOS CHANTIERS? MES CHANTIERS... IMPACT SUR LE CHOIX DE MA CAMÉRA «Je souhaite réaliser un diagnostic d un grand bâtiment... ou diagnostiquer une zone avec très peu de recul...» Il convient dans ce cas de choisir un objectif grand angle et / ou d opter pour une fonction panorama sur le logiciel (regroupement de plusieurs images pour présenter la globalité d un bâtiment). «Mon client me demande tout de suite des images infrarouges...» «Je souhaite fournir un rapport à mes clients...» Toutes les caméras génèrent des fichiers au format image. Attention, pour certaine caméras, il faut choisir entre l exploitation du thermogramme (avec les éléments de mesure de température intégrée à l image) ou la récupération sous forme d image figée mais lisible par le client (fichier jpeg ou autre). Toutes les caméras sont fournies avec un logiciel permettant la production de rapport et la retouche des images. Des fonctionnalités spécifiques selon le catégories de caméras facilitent la production des rapports : mise à disposition de modèles de rapports prédéfinis, personnalisation du rapport par l entreprise (logo), association automtatique des images visibles et infraouges... Le niveau de qualité des images dépendra également du nombre de pixels. Je compte utiliser ma caméra très fréquemment...» Pour plus d information, n hésitez pas à consulter le chargé de mission environnement de votre capeb départementale (voir contacts utiles page 11). Pour gagner du temps, et réduire les risques de perte d informations collectées pendant l inspection, des fonctionnalités spécifiques sont disponibles selon les catégories de caméras : commentaire vocal associé à l image, réalisation de croquis, annotations textes associés à l image, baterie interchangeable. Lorsque le professionnel est familiarisé avec l utilisation de la caméra thermique, l écran tactile est une fonction utile pour gagner du temps. On initialise le travail d analyse sur les images et sur le rapport directement sur site. Pour aller plus loin, certaines caméras proposent également l édition de rapports sur le site, transmissibles directement au client. PAGE / GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE

5 un + 3. PROPOSER UNE INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE À SON CLIENT Vis-à-vis de son client, l inspection avec caméra thermique est un service «en plus», intégré à son activité ou valorisé comme une véritable prestation à part entière. COMMENT VALORISER CETTE COMPÉTENCE SUPPLÉMENTAIRE AUPRÈS DE SES CLIENTS? AVEC QUELS ARGUMENTS? CAS n 1 CAS n 2 QUEL EST L OBJECTIF DE L ENTREPRISE? L inspection avec caméra thermique est un service associé intégré aux activités du professionnel. Dans ce scénario, le professionnel utilise l inspection par caméra thermique comme une compétence et un service différenciant pour vendre ses prestations de travaux. L inspection avec caméra thermique est un service valorisé en amont pour évaluer la situation du bien. Dans ce scénario, l enjeu est de convaincre le client de l intérêt de mener une investigation en amont du lancement des travaux. Le professionnel peut vendre ou pas la visite par caméra thermique. QUEL EST L INTÉRÊT POUR SON CLIENT? Faire appel à un professionnel de confiance. Etre certain de la qualité des travaux. Avoir la preuve des résultats et de la qualité du chantier. Disposer d une vision claire de la situation thermique de son bien. Faire les bons choix de travaux, de matériaux et de systèmes. Etre accompagné pour améliorer le comportement thermique de son bien QUELS POINTS FORTS VALORISER DANS LA COMMUNICATION DE SON ENTREPRISE? Contrôle intégré Qualité prouvée Professionnalisme Crédibilité renforcée Connaissance / Compétence en thermique du bâtiment. Capacité de définir les priorités pour gagner en efficacité énergétique.. ANTICIPER LES IMPACTS SUR LES ASSURANCES Le professionnel du bâtiment qui propose une inspection par caméra thermique à son client doit informer son assureur de ce nouveau périmètre d intervention pour sécuriser son entreprise. L inspection par caméra thermique implique d être assuré à plusieurs niveaux : Risque lié aux résultats de la visite au travers de sa Responsabilité Civile Professionnelle, ce sont les limites d intervention du professionnel et notamment la question de la remise d un rapport ou non qui influenceront l évaluation des risques par l assureur. Risque de dégradation de l ouvrage / du bâtiment lors de la réalisation de la visite dans le cadre de la Responsabilité Civile Exploitation. Risque de dommage sur la caméra elle-même, c est à dire couverture du matériel portable pour les risques de bris accidentel et le vol. GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 5

6 5. VENDRE UNE INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE Dans le cas de la vente d une inspection avec caméra thermique à son client, il est recommandé d avoir défini au préalable un devis type (mêmes indications sur le devis que pour la fourniture de prestations de travaux) et d avoir créé ou de compléter des Conditions Générales de Vente (CGV) récapitulant les modalités d intervention. Dans les CGV, on indiquera notamment : Les tarifs de la prestation (en priorité liés au temps passé) ; Les prix TTC des diférentes prestations forfaitaires proposées ; Les frais de déplacement, le cas échéant ; Le caractère payant ou gratuit du devis et, le cas échéant, le coût d établissement du devis ; Le cas échéant, toute autre condition de rémunération. Spécifiquement concernant l inspection par caméra thermique, il est recommandé de préciser dans les CGV les résultats fournis dans le cadre de la prestation (constat simple de la situation du bien sans recommandations, recommandations quant à la réalisation des travaux, fourniture d un rapport, fourniture de seules photographies commentées...). La limite de responsabilité du professionnel doit être suffisamment explicite vis-à-vis de son client. 6. RÉGLAGE AVANT L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE Même si l image infrarouge est indispensable, selon l objectif de la mission menée pour son client, la mesure de température précise n est pas toujours nécessaire. Néanmoins, le professionnel va toujours régler et afficher la valeur de température mesurée : Pour s assurer de ne pas faire d erreur grossière d interprétation, Pour afficher la qualité de sa démarche. La crédibilité vis-à-vis de ses clients et partenaires professionnels impose de maîtriser l action de réglage de sa caméra. Pour en savoir plus sur le réglage de la caméra thermique, consulter la FICHE MÉTHODOLOGIQUE RÉGLAGE DE LA CAMÉRA THERMIQUE. 7. LES PIÈGES À ÉVITER PENDANT L INSPECTION AVEC LA CAMÉRA THERMIQUE Quelques phénomènes peuvent faire varier l interprétation des résultats d une inspection par caméra thermique. Voici quelques exemples de points de vigilance à prendre en compte : Attention! FUITE / CHAUFFAGE : L eau circule facilement dans les parois et s accumule toujours dans les points bas. Une zone d eau stagnante peut être confondue avec l origine de la fuite. Il faut penser à rechercher les éventuels cheminements d écoulement. PAGE 6 / GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE

7 7. LES PIÈGES À ÉVITER PENDANT L INSPECTION AVEC LA CAMÉRA THERMIQUE «EFFETS DE COIN» : A l intérieur ou à l extérieur, les échanges de chaleur sont plus importants dans les angles et sur les arêtes vives (coin de mur, jonction vitrage / battant sur une huisserie). On risque alors de confondre ces «effets de coin» avec des anomalies thermiques. EFFET DE COIN : PAS DE PONT THERMIQUE SUR CETTE FENÊTRE DE TOIT VUE DE L INTÉRIEUR! LES RÉFLEXIONS DIRECTES : Certains matériaux se comportent comme des miroirs pour la caméra thermique. Il faut bien maîtriser l environnement de la cible pour ne pas confondre des réflexions directes avec des défauts d isolation. Exemple : Le vitrage de la fenêtre de toiture. LES PHÉNOMÈNES DE CONVECTION PARASITE : La caméra thermique infrarouge mesure des températures de surface. Des courants d airs chauds ou froids viennent fréquemment réchauffer ou refroidir la cible, ce qui parasite la mesure et fausse l interprétation du thermogramme. EXEMPLE CLASSIQUE DE CONVECTION AU-DESSUS D UN RADIATEUR MURAL. IL N Y A AUCUN DÉFAUT SUR LA FENÊTRE QUI EST JUSTE RÉCHAUFFÉE EN SURFACE. GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 7

8 7. LES PIÈGES À ÉVITER PENDANT L INSPECTION AVEC LA CAMÉRA THERMIQUE Au-delà des pièges liés à l utilisation de la caméra thermique, le professionnel est également vigilant aux pièges d interprétation liés aux phénomènes physiques observés sur le bâtiment. Face à ces risques, des investigations supplémentaires doivent être menées par le professionnel dans la plupart des cas. Pour une bonne maîtrise, des formations pratiques peuvent être proposées par votre CAPEB départementale. Pour plus d informations, n hésitez pas à consulter le service formation de votre CAPEB départementale. 8. MENER L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE (préparation) Au moment de la prise de rendez-vous avec son client, il est indispensable de bien l informer des modalités d organisation de l inspection par caméra thermique. Pour gagner du temps pendant le rendez-vous, il est recommandé de demander au client de préparer les plans du bien, s ils sont disponibles. Les conditions météorologiques ainsi que la nature de la prestation à réaliser sont à prendre en compte pour une visite efficace. En outre, le client doit être informé des mesures à prendre pour assurer une inspection avec caméra thermique dans les meilleures conditions : En période de chauffe, il est recommandé que le client mette en température son bâtiment pour obtenir un écart d au moins 8 C entre l air intérieur et l air extérieur. Il est préférable que le client éteigne ou diminue le régime de ses émetteurs de chaleur quelques heures avant l inspection avec caméra thermique. Pour être efficace sur le site, le professionnel prend soin de prévoir l ensemble du matériel nécessaire à la réalisation de l inspection : caméra thermique, thermo-hygromètre, boussole, lampe torche (si caméra non équipée), échelle, feuille de papier aluminium (nécessaire pour le réglage de la caméra). Pour en savoir plus sur le réglage de la caméra thermique, consulter la FICHE MÉTHODOLOGIQUE RÉGLAGE DE LA CAMÉRA THERMIQUE. PAGE 8 / GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE

9 9. MENER L INSPECTION AVEC CAMÉRA THERMIQUE (sur le terrain) ETAPE 1 : LANCEMENT DE L INTERVENTION AVEC LE CLIENT L entretien de début de mission avec son client est l occasion de valider l adéquation entre la demande initiale de celui-ci, le périmètre d intervention du professionnel et les réponses qui lui seront apportées par l inspection avec caméra thermique. Cet échange est également l occasion de repérer les équipements du bien (chauffage, climatisation...) de manière à pouvoir anticiper des interférences possibles sur l inspection avec caméra thermique. L enjeu de cette phase explicative nécessite de faire preuve de pédagogie : expliquer ce que l on voit, ce que l on ne voit pas, ce que je pourrai interpréter et les limites potentielles d interprétation. Il est fondamental d adopter une attitude très humble vis-à-vis des constats pouvant être réalisés pendant la visite. ETAPE 2 : INSPECTION SANS CAMÉRA En cas d absence de plans fournis par le client, la première inspection du bien sans caméra permet d établir le croquis qui permettra de positionner facilement les différentes prises de vue et d assurer des relevés plus rapidement exploitables. Cette première inspection s effectue de préférence avec le client, elle est l occasion de compléter l information de celui-ci sur les résultats attendus de la visite avec caméra thermique. Sont notés également lors de cette étape, les températures extérieures et intérieures, le niveau d humidité relative (condensation), le niveau d ensoleillement et la force du vent. Dans la majorité des cas, il est souhaitable de démarrer par l extérieur, tout en veillant à bien confirmer ce qui est repéré par l extérieur par la viste de l intérieur. Durée : environ 15 minutes pour mener les étapes 1 et 2. ETAPE 3 : INSPECTION AVEC CAMÉRA Cette seconde inspection du bien peut s effectuer sans le client pour gagner en efficacité ; cette organisation nécessite cependant de refaire un tour plus rapide avec le client, en fin de rendez-vous. On se focalise alors sur les principales anomalies repérées. Dans certains cas, le client attache une grande importance au fait de suivre le professionnel pendant toute la prestation. Durée : de 30 à 60 minutes pour une maison individuelle de 120m 2. ETAPE : CLÔTURE DE LA MISSION AVEC LE CLIENT Pour conclure la prestation sur la base des principales observations transmises en fin d inspection, le professionnel valide avec son client la suite de la démarche. Selon la nature de l intervention, il s agira de fixer un nouveau rendez-vous pour la remise d un rapport ou bien la fixation d une échéance pour la transmission d un rapport par courrier ou mail. Pour en savoir plus sur la visite terrain, consulter la FICHE MÉTHODOLOGIQUE RELEVÉ TERRAIN. GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 9

10 10. GLOSSAIRE PRINCIPE DE LA THERMOGRAPHIE Caméra thermique infrarouge (ou caméra thermique) Thermogramme Une caméra thermique infrarouge est un instrument qui mesure le rayonnement infrarouge thermique d un objet et de son environnement. Elle restitue un thermogramme (image en couleur) avec des températures de surface. C est le fichier de mesure en sortie de la caméra. Un thermogramme est une image en couleur avec une échelle de température où chaque point (pixel) correspond à une valeur de température. Rayonnement thermique infrarouge Chaleur rayonnée par la cible sous forme de rayonnement infrarouge. Ce rayonnnement est indépendant de la lumière visible. La caméra thermique infrarouge va mesurer cette chaleur pour ensuite calculer des températures de surface. RÉGLAGES DE LA CAMÉRA THERMIQUE Emissivité Température apparente réfléchie (TAR), aussi appelée «température réfléchie» ou «température d arrière-plan» L émissivité est la capacité d un matériau à transmettre sa chaleur sous forme de rayonnement thermique infrarouge. On la note E, sa valeur varie entre 0 et 1. Pour mesurer des températures avec la caméra thermique infrarouge, on favorise les cibles avec une émissivité forte. Une caméra thermique doit impérativement permettre de régler l émissivité sur le terrain. La TAR est la température de l environnement de la cible qui influence la température de surface mesurée. Une caméra thermique doit impérativement permettre de régler la TAR sur le terrain. DOCUMENTATION TECHNIQUE Résolution spatiale infrarouge Sensibilité thermique (ou résolution thermique) C est le nombre de détecteurs ou «pixels» de la caméra thermique. Plus la matrice de la caméra thermique comporte de détecteurs, plus l image est nette et détaillée. C est la capacité de la caméra thermique à détecter de faibles écarts de température. Plus la valeur de sensibilité thermique est faile, plus les images seront détaillées et précises. Fusion Mode d affichage où la caméra superpose sur le même fichier la photographie classique et le thermogramme. Attention, il existe plusieurs types de fusions : Picture in picture : intéressant pour situer le thermogramme sur la photographie visible. Mélange : peu utilisé par les professionnels. Fusion thermique totale : utilisé pour faire resortir uniquement le défaut détecté. Attention, les caméras ne permettent pas toutes de réaliser de la fusion totale. La fusion est attractive mais elle reste une option! Le professionnel l utilise de manière ponctuelle pour expliciter les défauts détectés à son client. PAGE 10 / GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE

11 11. CONTACTS UTILES CE GUIDE A ÉTÉ ÉLABORÉ DANS LE CADRE DU «PROJET THERMO CAPEB RHÔNE ALPES» RÉUNISSANT LES PARTENAIRES : (Centre Technique de la Thermographie Appliquée au Bâtiment) Tél / EQUIPE PATRIMOINE-ENVIRONNEMENT CAPEB RHÔNE-ALPES CHARGÉS DE MISSION ENVIRONNEMENT : ISÈRE, AIN : Arno Houllière, RHÔNE, LOIRE : Loïc Mercandalli, SAVOIE, HTE-SAVOIE : Anne Chevallier, DRÔME, ARDÈCHE : Loïc Gerin, COORDINATION : Gilbert Storti, Aurélie Amsellem, COMMUNICATION : JF Rivière, CAPEB RHÔNE-ALPES 59, rue de Saint-Cyr - CP LYON CEDEX Tél Fax : CETTE ACTION DU SERVICE PATRIMOINE & ENVIRONNEMENT DE LA CAPEB RHÔNE-ALPES EST SOUTENUE PAR GUIDE PRATIQUE DE LA CAMÉRA THERMIQUE / PAGE 11

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

Contrôle thermographique Tarifs et prestations :

Contrôle thermographique Tarifs et prestations : 20 rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN technimursdeveloppement@gmail.com Tél : 02.54.98.50.15 Mr et Mme DUPONT 20 Rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN Contrôle thermographique Tarifs et prestations : Habitations

Plus en détail

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées INSTALLATIONS TECHNIQUES DANS LA MAISON Conduites d eau froide et d eau chaude Conduites de chauffage/ chauffage au sol Conduites d eaux usées Inspection de cavités Problèmes de condensation Moisissure

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

Mesures de votre environnement

Mesures de votre environnement Mesures de votre environnement BILAN THERMIQUE ET REGLEMENTATION Contrôle réglementaire et efficacité énergétique Les économies d énergie faciles à mettre en oeuvre, sont multiples. En effet, éteindre

Plus en détail

Aquitaine Thermographie

Aquitaine Thermographie Recherches de fuites par thermographie infrarouge Aquitaine Thermographie La thermographie La thermographie est une technologie précise et efficace, un allié fiable dans le domaine du bâtiment, de la maintenance

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

Rapport d'expertise Thermographie infrarouge en bâtiment.

Rapport d'expertise Thermographie infrarouge en bâtiment. Rapport d'expertise Thermographie infrarouge en bâtiment. Expert Thermographe: Mme Sylvie Petit Préparé pour : : xxxxxxx xxxxxxx Adresse : xxx xxxxxxxxxx xxxxxxxxx xxx xxx Téléphone: xxx-xxx-xxxx extérieure

Plus en détail

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr Comment choisir un isolant pour les murs Avec16% des déperditions de chaleur qui passent par les murs l isolation des murs est la deuxième priorité en rénovation après l isolation de la toiture. Les caractéristiques

Plus en détail

Quelques infos pour commencer

Quelques infos pour commencer Le mode d emploi des appareils de mesure Quelques infos pour commencer Cette lettre d information est le mode d emploi des différents appareils de mesures mis à disposition dans le cadre du défi. Votre

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

une centrale ou organe de commande des détecteurs des dispositifs de signalisation d alarme (sirène, alarme lumineuse)

une centrale ou organe de commande des détecteurs des dispositifs de signalisation d alarme (sirène, alarme lumineuse) L ANTI-INTRUSION Comment assurer la sécurité des biens et des personnes? Définitions La détection intrusion a pour finalité principale la détection de personnes qui forcent ou tentent de forcer les protections

Plus en détail

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes).

2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D, E, F (voir pages suivantes). SUJET DE CONCOURS Sujet Exploitation d une documentation scientifique sur le thème de l énergie 2 e partie de la composante majeure (8 points) Les questions prennent appui sur six documents A, B, C, D,

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE

FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE FONDATION D ENTREPRISE LISEA CARBONE REGLEMENT D APPEL A PROJETS - 1 ère EDITION 2013 - «AMELIORATION DE LA PERFORMANCE ENERGETIQUE DU PATRIMOINE BATI» OUVERTURE DE L APPEL A PROJETS : 1 er juillet 2013

Plus en détail

Thermographie sur les vitrages

Thermographie sur les vitrages Thermographie sur les vitrages Par Martin Veillette, ing. 28 décembre 2011 J ai été mandaté par Solution Thermos pour faire des essais sur plusieurs types de vitrages : double, triple, faible émissivité

Plus en détail

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi fautil faire attention? Eléments de diagnostic Le contexte économique et écologique actuel rend l isolation des bâtiments en rénovation incontournable.

Plus en détail

Évaluation Client Date : 27 Décembre 2010 #1251 Jack Content

Évaluation Client Date : 27 Décembre 2010 #1251 Jack Content 1 Évaluation Client Date : 27 Décembre 2010 #1251 Jack Content Adresse Téléphone RAPPORT Inspection 742, Rue l heureux 418-777-7777 Québec, Qc XXX XXX dddthhtthermographiqu Thermographe Caméra Distance

Plus en détail

Rénovation des fenêtres

Rénovation des fenêtres Enjeux : (Energétique / patrimoniaux) Rénovation des fenêtres Le changement des fenêtres (ou vitrages), réduit les consommations de chauffage, fait diminuer l effet paroi froide et les condensations, améliore

Plus en détail

Elle est donc mise en œuvre pour assurer la protection des biens et des personnes face aux risques d intrusion et d agression.

Elle est donc mise en œuvre pour assurer la protection des biens et des personnes face aux risques d intrusion et d agression. L'ANTI-INTRUSION Comment assurer la sécurité des biens et des personnes? 1. DÉFINITIONS : La détection intrusion a pour finalité principale la détection de personnes qui forcent ou tentent de forcer les

Plus en détail

Isolation Thermique par l Extérieur

Isolation Thermique par l Extérieur Isolation Thermique par l Extérieur Protéger le présent, préserver l avenir Pourquoi isoler? Les origines des fuites s d un immeuble ou d une maison sont connues. Provenant d une isolation absente ou faible,

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Bouchers-Charcutiers Traiteurs Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante!

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante! PRÉFET La rénovation thermique Rénover sa maison pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES Diagnostic de performance énergétique Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.3.a bis) Bâtiment à usage principal de bureau, d'administration ou d'enseignement Valable jusqu au

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment)

Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment) FORMATION TECHNICIEN EN DIAGNOSTICS IMMOBILIERS Programme détaillé de la formation AVEC PRE REQUIS ( Bac+2 bâtiment ou 3ans d expérience dans les techniques du bâtiment) Tél : 06 01 744 2 33 http:/ /www.

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 14/IMO/0338 Valable jusqu au :... 15/10/2024 Type de bâtiment :... Habitation (en maison individuelle) Année de construction :.. Avant 1948 Surface habitable :... environ 124.57 m² Adresse :...

Plus en détail

LEXIQUE BATIMENT. Air neuf : Air extérieur introduit à l intérieur des logements par des dispositifs adaptés (fenêtres, entrées d air, ).

LEXIQUE BATIMENT. Air neuf : Air extérieur introduit à l intérieur des logements par des dispositifs adaptés (fenêtres, entrées d air, ). LEXIQUE BATIMENT ACERMI : Association pour la certification des matériaux isolants. La certification ACERMI garantit pour l isolant un niveau de qualité et permet de connaître ses caractéristiques, indispensables

Plus en détail

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique

DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER. Cursus complet théorique et pratique DIAGNOSTIQUEUR IMMOBILIER Cursus complet théorique et pratique Durée : 6 semaines, soit 30 jours de formation : 210 heures Nature de la formation : théorique et pratique Horaires : de 09h00-12h00 / 13h00-17h00

Plus en détail

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet

Pourquoi avoir choisi un ravalement isolant par l extérieur? Lancement de l avant projet Dossier Travaux d efficacité énergétique Projet d Isolation Thermique par l Extérieur (ITE) Ravalement Isolant maison individuelle (Le retour d expérience de Mr et Mme Parenti) 11 Date d emménagement au

Plus en détail

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE UN OUTIL DEVENU INCONTOURNABLE

LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE UN OUTIL DEVENU INCONTOURNABLE MISE EN ŒUVRE PATHOLOGIE LA THERMOGRAPHIE INFRAROUGE UN OUTIL DEVENU INCONTOURNABLE TEXTE : FRANCK GAUTHIER PHOTOS : FLIR, TESTO De plus en plus accessible et d apparence simple à utiliser, la caméra thermographique

Plus en détail

consommations d énergie

consommations d énergie Comprendre ses consommations d énergie pour mieux les gérer Boulangers Pâtissiers Consommations maîtrisées dans l Artisanat L épuisement des énergies fossiles entraine une augmentation des coûts de l énergie

Plus en détail

Le bien-être absolu du vitrage chauffant

Le bien-être absolu du vitrage chauffant UNE INNOVATION DOSSIER DE PRESSE AOÛT 2015 Le bien-être absolu du vitrage chauffant CalorGlass, le premier vitrage chauffant conçu par RIOU Glass, concilie confort, santé, performances énergétiques, domotique,

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre?

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Qu est-ce que la condensation? L air contient de la vapeur d eau en suspension. Des études spécialisées démontrent

Plus en détail

Les formations pour le bâtiment en Picardie

Les formations pour le bâtiment en Picardie 2nd semestre 2013 Les formations pour le bâtiment en Picardie ECONOMIE D ENERGIE NOUVELLES ENERGIES CONSTRUIRE DURABLEMENT DIRECTION D ENTREPRISE IFRB PICARDIE 33, Mail Albert 1er - CS 51 111-80011 AMIENS

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

L EVOLUTION DE L ISOLATION

L EVOLUTION DE L ISOLATION L EVOLUTION DE L ISOLATION FABRIQUÉ AU CANADA DEPUIS 1986 ICYNENE.BE, ICYNENE.EU, ICYNENE.COM MOUSSE D ISOLATION PROJETEE C EST VRAI la mousse d isolation projetée Icynene est un peu plus onéreuse que

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Clos du Cheval Blanc N : 3 Boîte : 31 CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : CP : 5590 Localité : Ciney Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 03/04/2008 Numéro de référence du permis : UCP3/2007/316 Construction : 2012 Version du protocole:

Plus en détail

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques

Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Une introduction aux chauffe-eau solaires domestiques Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet de l utilisation de l énergie solaire afin de produire de l eau chaude domestique,

Plus en détail

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR La garanties Dommage-Ouvrage qu est ce que c est? Vous êtes propriétaire d une maison que vous avez fait construire depuis moins de 10 ans. Un désordre lié à la construction apparaît. Vous avez souscrit

Plus en détail

Isolation... d une maison ancienne

Isolation... d une maison ancienne Photo F.Chevallereau Isolation...... d une maison ancienne comment s y prendre? L État : RT 2012? mais on est en 2014? Mes amis : Y a qu à mettre de la laine de verre! Mon voisin : Le polystyrène c est

Plus en détail

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts...

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... Le Chauffage Individuel en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... www.ale-lyon.org >> Quel est le meilleur système de chauffage chez moi? Il n y a pas de réponse unique, chaque logement et chaque

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Étanchéitéàl air le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Les rencontres du Groupe PROTEC - CONFERENCE Qui sommes nous? Bureau de mesure et contrôle de la perméabilité à l air Formations en Infiltrométrie

Plus en détail

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur

Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie. Année 2012. Ministère de l Intérieur Bilan des émissions de Gaz à effet de serre - des préfectures et des sous-préfectures de Basse-Normandie Année 2012 Ministère de l Intérieur 1 Sommaire Sommaire...2 Cadre général...3 1/ Description de

Plus en détail

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Rue Knapen 11 100 SCHAERBEEK Superficie brute: 242 m² 1 Performance énergétique du bâtiment Très économe

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 N SIREN : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie

ÉNERGIE-CHAUFFAGE. Référentiel. des supports de communication existants. énergie ÉNERGIE-CHAUFFAGE Référentiel des supports de communication existants énergie Le présent document recense l ensemble des outils de communication existants et disponibles, ainsi que les matériels disponibles

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : DPE01230-0002 Valable jusqu au : 27/12/2021 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : 2002 Surface habitable : 50 m² Numéro appartement

Plus en détail

Rénovation thermique. par l extérieur

Rénovation thermique. par l extérieur Rénovation thermique par l extérieur Enjeux des rénovations Secteur du Bâtiment : 1 er consommateur d énergie. Faire diminuer les consommations énergétiques des bâtiments en augmentant leur performance

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

SOLAIRE THERMIQUE. Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective

SOLAIRE THERMIQUE. Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective SOLAIRE THERMIQUE Production solaire d eau chaude sanitaire individuelle & collective OBJECTIFS - Connaître le principe de fonctionnement d'une installation individuel CESI - Maitriser le principe de fonctionnement

Plus en détail

Séminaire Rénovation des toitures plate

Séminaire Rénovation des toitures plate Séminaire Rénovation des toitures plate CCBC 5 décembre 2013 Rénovation et isolation des toitures plates en béton Stéphanie DEMEULEMEESTER FACILITATEUR BATIMENT DURABLE Spécialiste ENVIRONNEMENT 1. Introduction

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement

Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Phase 2: Analyse du besoin des entreprises Besoin et offre de formation dans les métiers du Bâtiment en lien avec le Grenelle de l Environnement Les plus fortes demandes en «Construction durable» Estimation

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert?

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? Cet article a pour objectif de rappeler les notions principales relatives à la Gestion Technique Centralisée. Mais qu entend on par

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson

Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Le tableau suivant représente les principaux symboles utilisés pour les appareils de chauffage, de cuisson Principaux symboles d appareils thermiques utilisés pour différents schémas Page 1/11 I) Les radiateurs

Plus en détail

Pour améliorer le classement énergétique de votre maison et réaliser la meilleure plus-value possible, pensez à la rénovation.

Pour améliorer le classement énergétique de votre maison et réaliser la meilleure plus-value possible, pensez à la rénovation. GUIDE PRATIQUE BIEN ISOLER SA MAISON que faire???? IDÉE reçue?? sommaire 1 Pourquoi isoler sa maison?................. 5 2 Les déperditions thermiques des parois........................................

Plus en détail

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009

«Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 «Photographie statistique» des entreprises parisiennes engagées dans le secteur de la construction en 2008 et 2009 Septembre 2009 Introduction Le Greffe du tribunal de commerce de Paris a réalisé à la

Plus en détail

somfy.fr TaHoma, Une nouvelle histoire entre Somfy, ma maison et moi

somfy.fr TaHoma, Une nouvelle histoire entre Somfy, ma maison et moi somfy.fr TaHoma, Une nouvelle histoire entre Somfy, ma maison et moi Avec TaHoma, entre ma maison et moi, c est une histoire de...... confort Je gère toute ma maison depuis un ordinateur ou un smartphone.

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre Coordination du lot transversal d étanchéité à l air : l ingénierie concourante Quelques astuces chantier : Chaque interface entre les lots ou interruption de la continuité d étanchéité, doivent être recueillis

Plus en détail

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Objectifs Performance thermique Pérennité du bâtiment Performance acoustique Protection incendie Santé Confort d été Confort ressenti

Plus en détail

Isolation grâce à l air immobile

Isolation grâce à l air immobile Principes / La structure idéale 44 La structure idéale Schutz im Winter Rücktrocknung im Sommer L efficacité de toutes les isolations thermiques repose sur les inclusions d air dans le matériau isolant

Plus en détail

INSPECTION D UN BÂTIMENT

INSPECTION D UN BÂTIMENT 1, Chemin Premier, Québec INSPECTION D UN BÂTIMENT NICOLAS DÉRY, TECHNOLOGUE SPÉCIALISTE EN BÂTIMENTS OBJET DE L INSPECTION Cette inspection visuelle en bâtiment a pour but de donner à M. Tremblay et Madame

Plus en détail

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment La certification énergétique de votre habitation se déroulera en 2 étapes : 1) la visite de votre habitation et le relevé de ses caractéristiques ;

Plus en détail

LE REGLAGE ET LA REGULATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE (CH 07)

LE REGLAGE ET LA REGULATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE (CH 07) LE REGLAGE ET LA REGULATION DES INSTALLATIONS DE CHAUFFAGE (CH 07) Comment régler son installation pour réduire de manière optimale sa consommation d énergie? 1. LE REGLAGE D UNE INSTALLATION DE CHAUFFAGE

Plus en détail

Réduire sa facture énergétique, panorama complet. Obligations réglementaires, aides, etc.

Réduire sa facture énergétique, panorama complet. Obligations réglementaires, aides, etc. Réduire sa facture énergétique, panorama complet Obligations réglementaires, aides, etc. VILLE DE SAINT-MANDE: LES ACTIONS EN DIRECTION DES COPROPRIETES CONSTAT: 80% du parc immobilier de Saint-Mandé est

Plus en détail

Isolation thermique : les enjeux de la mise en œuvre

Isolation thermique : les enjeux de la mise en œuvre Grenelle de l'environnement 9 juillet 2008 Isolation thermique : les enjeux de la mise en œuvre En 1974, année du premier choc pétrolier, la France mettait en place une réglementation thermique afin de

Plus en détail

Société d Expertise Conseil en Couverture, Etanchéité, Charpente-Structure et Façade. Bureau d études techniques spécialisé. www.secc-france.

Société d Expertise Conseil en Couverture, Etanchéité, Charpente-Structure et Façade. Bureau d études techniques spécialisé. www.secc-france. Société d Expertise Conseil en Couverture, Etanchéité, Charpente-Structure et Façade Bureau d études techniques spécialisé www.secc-france.com Présentation S.E.C.C., une équipe de spécialistes réactive

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé VOUS AVEZ UN PROJET DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 EDITION 2015 avec la mention RGE et le CITE Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé SOMMAIRE ECO PTZ P.2 CREDIT D IMPÔT

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Logiciel PEB Version 6.5.0

Logiciel PEB Version 6.5.0 (mai 2015) DIRECTION GÉNÉRALE OPÉRATIONNELLE DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE, DU LOGEMENT, DU PATRIMOINE ET DE L ÉNERGIE Département de l'énergie et du Bâtiment durable Direction du Bâtiment durable Chaussée

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

TVA à 5,5 % sur les travaux d'amélioration de la qualité énergétique

TVA à 5,5 % sur les travaux d'amélioration de la qualité énergétique Paris, le 4 mars 2014 TVA à 5,5 % sur les travaux d'amélioration de la qualité énergétique L administration fiscale a publié au BOFIP en date du 25 février 2014 ses commentaires sur la TVA à 5,5 % sur

Plus en détail

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes

Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Les Très Petites Entreprises du secteur Construction en Rhône-Alpes Un tissu d entreprises en mutation Edition 2012 Septembre 2012 1 SOMMAIRE I. Caractéristiques des Très Petites Entreprises du BTP en

Plus en détail

Les caractéristiques. Le vocabulaire. Les caractéristiques thermiques. La qualité de la paroi vitrée: 1/6

Les caractéristiques. Le vocabulaire. Les caractéristiques thermiques. La qualité de la paroi vitrée: 1/6 Isolation thermiques des parois vitrées Fiche réalisée par l AGEDEN Mise à jour NL : 18/09/2015 De par leur fonction d'ouverture et de transparence, les baies vitrées sont les parois les plus vulnérables

Plus en détail

TVA à 5.5% : PRÉCISIONS

TVA à 5.5% : PRÉCISIONS TVA à 5.5% : PRÉCISIONS L Administration vient de commenter l article 9 de la loi de finances pour 2014 qui abaisse le taux de TVA à 5,5 % pour les travaux d amélioration de la qualité énergétique portant

Plus en détail

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Thierry Gallauziaux - David Fedullo Isoler les combles Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Isoler les combles Sommaire... 6 Les échanges gazeux... 6 L étanchéité à l air... 10 L inertie thermique...

Plus en détail

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement

Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Critères d éligibilité techniques spécifiques à chaque équipement Chaudières à basse température, individuelles ou collectives Les chaudières basse température ne sont plus éligibles au dispositif du crédit

Plus en détail

LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE

LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE GUIDE PRATIQUE creditfoncier.fr LE CONTRAT DE CONSTRUCTION DE MAISON INDIVIDUELLE avec fourniture de plans Le Crédit Foncier vous présente le contrat de construction de maison individuelle Un contrat de

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

Le détecteur d ouverture est constitué de deux boîtiers. Lorsqu ils s écartent, l alarme se déclenche.

Le détecteur d ouverture est constitué de deux boîtiers. Lorsqu ils s écartent, l alarme se déclenche. DÉTECTEUR D OUVERTURE Principe Le détecteur d ouverture est constitué de deux boîtiers. Lorsqu ils s écartent, l alarme se déclenche. Vous êtes alerté par la sirène et par un message d alerte (Texto, mail,

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

ÎSOTECHNIQUES Le fabricant de l ÎSOSAC

ÎSOTECHNIQUES Le fabricant de l ÎSOSAC ÎSOTECHNIQUES Le fabricant de l ÎSOSAC Les habitants de ces maisons ont chaud l été et froid l hiver dans leurs combles Comment isoler ces combles? ÎSOTECHNIQUES Le fabricant de Un constat le marché de

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

AIDES A L AMÉLIORATION DE L HABITAT PRIVÉ

AIDES A L AMÉLIORATION DE L HABITAT PRIVÉ AIDES A L AMÉLIORATION DE L HABITAT PRIVÉ PLAN RÉNOVATION CONFORT EN BEAUVAISIS «Bien chez soi» Règlement des actions communautaires Période 2015-2016 La communauté d agglomération du Beauvaisis met en

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux Ce document présente : Date d édition : 1 septembre 2014 Les qualifications et certifications «RGE»

Plus en détail