UNE IMPERIEUSE NECESSITE CHALONS EN CHAMPAGNE 1 er juillet 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE IMPERIEUSE NECESSITE CHALONS EN CHAMPAGNE 1 er juillet 2011"

Transcription

1 ETANCHEITE A L AIR DANS LE BATIMENT UNE IMPERIEUSE NECESSITE CHALONS EN CHAMPAGNE 1 er juillet 2011 Ressources documentaires: bureaux d étude: WIGWAM, ALSATECH, EXPAIR 21, AFORDEX, ENERTECH

2 Contexte général 3 appels à projet lancés depuis 2006 sur les bâtiments basse énergie

3 APPEL A PROJET - AVANCEMENT Au total PROFIL PROJET SURFACE M2 3 APPELS A PROJET NOMBRE DE SURFACE EN M2 DONT PROJETS (SHON) NEUF DONT REHABILI TER COLLECTIVITES BAILLEUR SOCIAL OU PRIVE PARTICULIERS ENTREPRISES PRIVEES , ETABLISSEMENTS PUBLICS TOTAL GENERAL

4 Au total pour les 3 appels à projets APPEL A PROJET - AVANCEMENT PROFIL PROJET STANDARD 3 APPELS A PROJET NOMBRE DE BATIMENT LOGEMENT ET TERTIAIRE TOTAL BBC PASSIF POSITIF COLLECTIVITES BAILLEUR SOCIAL OU PRIVE PARTICULIERS ENTREPRISES PRIVEES ETABLISSEMENTS PUBLICS TOTAL GENERAL

5 APPEL A PROJET - AVANCEMENT Tous types de bâtiments: Maisons individuelles, logements collectifs, tertiaire public, tertiaire privé, bâtiment artisanal Nature des travaux Neuf, réhabilitation et mixte. Tous usages: Habitat, bureaux, enseignement, santé, artisanat, tourisme Tous types de procédés constructifs: Maçonnerie, béton, mono mur, bois, paille, chanvre

6 LE SUIVI DES PROJETS L AIDE TECHNIQUE: Une aide sur mesure sans équivalent en France. 6 bureaux d études sont mandatés par le Conseil régional et l ADEME pour aider les maîtres d ouvrage et les maîtres d œuvre à concevoir le projet: ENERTECH pour les questions d efficacité énergétique, WIGWAM pour les questions d étanchéité à l air, ALSATECH et EXPAIR 21 pour les tests d étanchéité à l air, CYCLECO pour les questions d énergie grise, CIE DUPAQUIER pour l instrumentation.

7 LE SUIVI DES PROJETS Des réunions de conception Une réunion technique avec chaque équipe tous les 1,5 mois pour faire le point sur l état d avancement 1h00 pour les maisons individuelles, 1h30 pour l habitat collectif et les bâtiments tertiaires

8 Des réunions de chantier LE SUIVI DES PROJETS Des contrôles

9 Les facteurs de réussite pour atteindre la basse et très basse consommation d énergie Pour construire ou rénover à basse et très basse consommation d énergie 9 règles indissociables 1. un habitat ouvert au soleil (bio climatisme) et compact 2. une isolation renforcée des parois, 3. une inertie adaptée 4. des fenêtres performantes, 5. le traitement des ponts thermiques, 6. une bonne étanchéité à l air(absence de fuites d air), 7. une ventilation performante, 8. le recours à des énergies renouvelables et/ou des systèmes de chauffage à haut rendement. 9. la réduction des apports internes.

10 Les facteurs de réussite pour atteindre la basse et très basse consommation d énergie Une mauvaise étanchéité à l air entraîne Une mauvaise étanchéité à l air entraîne dans les bâtiments jusqu à 40 % des déperditions énergétiques.

11 Isolation toit Isolation plancher Isolation façade R Umax cm isolant R Umax cm isolant Niveau RT kwh ep/m².an cm cm R -3 Umax 0.45 cm isolant Isolation intérieur: 10 cm Fenêtre (Uw max) 2.6 (double vitrage Ug =2 ) Ventilation Les facteurs de réussite pour atteindre la basse et très basse consommation d énergie Simple flux hygroréglable Niveau «basse énergie» 60 (neuf) et 80 (rénovation) kwh ep /m².an 7, cm 4, cm 4,3 0.3 Isolation extérieur:15 cm 1.4 (double vitrage à isolation renforcée Ug =1.1) Simple flux ou Double flux avec récupération de chaleur, rendement élevé Niveau «très basse énergie» < 15 kwh ep /m².an pour le chauffage 8 à cm 5 à cm 5 à Isolation extérieur 30 cm 1.1 (triple vitrage à isolation renforcé Ug =0.8) Double flux avec récupération de chaleur, rendement élevé Niveau Bâtiment autonome ou producteur d énergie >9 à 10 <0.1 >40 cm > 6 <0.15 >30 cm > 6 <0.15 Isolation extérieur >30 cm <1.1 (triple vitrage à isolation renforcé <Ug =0.8) Double flux avec récupération de chaleur, rendement élevé Etanchéité à l air Moyenne Bonne Renforcée Renforcée Energies renouvelables Préférables Recommandées Nécessaires Nécessaires Mesures complémentaires Isolation des canalisations chauffages et eau chaude. Réducteurs de débits sur douches et robinets, chasse d eau double capacité. Lampes à économies d énergie, prises avec interrupteur pour les appareils électriques (limitations des veilles) Sur isolation des canalisations chauffages et eau chaude. Réducteurs de débits sur douches et robinets, chasse d eau double capacité. Limitations de la puissance des appareils électriques (suppression des veilles). Comportement

12 L étanchéité à l air Une excellente étanchéité à l air de l enveloppe du bâtiment est une condition vitale pour une maison basse ou très basse consommation. Pourquoi étancher le bâtiment: -diminuer les consommations énergétiques, -assurer le confort d été, -améliorer le confort et la santé des habitats, - assurer la pérennité du bâtiment, - améliorer l acoustique, assurer la protection incendie. Sans une parfaite étanchéité, ni l isolation, ni la ventilation ne peuvent être réellement efficaces. Pour éviter les fuites, le principe est simple en théorie : il suffit de garantir une enveloppe hermétique parunemiseenœuvresoignée

13 Les fuites les plus communes 4 grandes catégories de points de faiblesses sont répertoriées. 1. Les liaisons façades et planchers : liaison mur/dalle sur terre plein, liaison mur dalle ou plancher en partie courante 2. Les menuiseries extérieures : les liaisons murs / fenêtres, les seuils de portes palières, et porte fenêtres, 3. Les équipements électriques : les gaines techniques, les interrupteurs sur paroi extérieure et intérieure; 4. Les trappes et les éléments traversant les parois : trappes d accès aux combles, trappe d accès aux gaines techniques

14 COMMENT S ASSURER DE LA BONNE ETANCHEITE A L AIR d UN BATIMENT? Pour l étanchéité à l air, le test Blowerdoor ou d étanchéité à l air Il permet de mesurer l étanchéité à l air des bâtiments. Un ventilateur réglable est calé de façon hermétique dans une ouverture du bâtiment et crée une différence de pression entre l intérieur du bâtiment et l extérieur, toutes les portes et fenêtres étant fermées. Selon la norme NBN EN 13829, on teste deux cas : en dépression (pour tracer de l intérieur les éventuelles fuites) et en surpression (traçage des fuites par fumée).

15 COMMENT S ASSURER DE LA BONNE ETANCHEITE A L AIR d UN BATIMENT? Deux tests possibles: Test recherche de fuites bâtiment hors d eau et hors d air, sans finition démarche qualité apporter les corrections nécessaires Test normalisé selon EN13829 bâtiment réceptionné validation BBC ou passif

16 COMMENT S ASSURER DE LA BONNE ETANCHEITE A L AIR d UN BATIMENT? Recherche des fuites : La main Poire ou stylo à fumée Diffuseur de fumée Anémomètre Thermographie

17 COMMENT S ASSURER DE LA BONNE ETANCHEITE A L AIR d UN BATIMENT? Perméabilité des murs Menuiseries et commande de volet roulant

18 Surface de fuite RT 2005 Équivalent feuille A4

19 Surface de fuite RT 2005 Équivalent feuille A4 Surface de fuite BBC ½ feuille A4

20 Surface de fuite RT 2005 Surface de fuite BBC ½ feuille A4 Surface de fuite - PASSIF

21 Équivalent feuille A4 Surface de fuite BBC ½ feuille A4 Surface de fuite - PASSIF

22 Les exigences en terme d étanchéité à l air Le résultat est exprimé en VOLUME par HEURE. Concrètement, si un bâtiment de 200 m3. nécessite d'envoyer 200 m3/heure (par le ventilateur) pour maintenir un gradient de pression de 50 Pascals, le résultat est de 1 volume/heure ; 300 m3/h, résultat : 1,5 volume/heure ; 400 m3/h : 2, etc... L'indice n50 est donc indiqué "vol/h" ou "h-1" suivant les documents. Pour une maison passive, l'objectif est de 0,6 vol/h. ou moins. En France, depuis la RT 2005 où cette notion apparait pour la première fois, le résultat est exprimé en I4 puis récemment en Q4, plus exactement en Q4 PA-Surf. En prenant en compte la surface des parois déperditives et en extrapolant la valeur mesurée sous un différentiel de pression de 4 Pascals. En cherchant à se démarquer de la valeur de la norme européenne, la réglementation entretient un "flou artistique" autour d'un thème qui demande clarté et simplicité pour être assimilé aisément. Cette décision est plus politique (donc polémique) que scientifique. Si le gradient de pression retenu de 4 contre 50 Pascals pourrait éventuellement se justifier, l'unité de mesure de mesure est foncièrement différent puisqu'il est exprimé en m3/h/m2, ce qui n'a plus rien à voir avec un n50 en vol/h. En conclusion, selon le premier document français traitant de l'étanchéité à l'air (CETE) le label allemand passiv hauss et le label suisse «Minergie-P» ont des exigences très élevées sur l étanchéité à l air : I m3/h/m2 à 4 Pa, soit 4 à 5 fois plus étanche que la référence RT 2005 en logement individuel.

23 Les exigences en terme d étanchéité à l air. Maison individuelle Logements collectifs Tertiaire Q4 en m3/h/m2 N50 en vol/h Q4 en m3/h/m2 N50 en vol/h Q4 en m3/h/m2 N50 en vol/h RT ,8 3,5 1,2 4,8 1,2 à 2,5 4,8 à 10 (pas de mesure) (v.réf.) (v.réf) (v.réf) Standard BBC (mesure exigée) 0,6 2, ,7 à 3 6,8 à 12 Standard passif (mesure exigée) 0,16 0,8 0,23 1 0,23 1

24 LE CONSTAT Les premiers retours des tests de perméabilité à l air réalisés dans le cadre des programmes bâtiments à basse consommation conduisent aux résultats suivants : la dimension de l étanchéité de l air pour les entreprises constitue pour la plupart une découverte, les prescriptions et les techniques nouvelles sont à quelques exceptions près, relativement peu prises en compte et mises en œuvre par les entreprises, dégradant de façon significative les résultats, à fortiori la réalisation d une séance de sensibilisation ou de formation au démarrage du chantier, entraine une amélioration des résultats et permet l atteinte des résultats demandées. Dans le même temps on observe une réactivité très forte des entreprises lorsqu un problème est mis en avant.

25 LE CONSTAT les faiblesses identifiées dans l enveloppe du bâtiment et l étanchéité sont relativement identiques quelques soient les bâtiments. Environ 30 points de faiblesses sont identifiés (jonctions des fenêtres, des plafonds et des planchers, débords de toits, réseau électricité et informatique...).

26 Des solutions existent avec des résultats probants. Des solutions existent avec des résultats probants. Elles nécessitent une approche nouvelle, globale et transversale qui concerne l ensemble des acteurs travaillant dans le bâtiment du maître d ouvrage, du maitre d œuvre, les professionnels chargé des travaux

27 L étanchéité à l air en 8 étapes. De la commande à la vie en oeuvre 1. Commande : exigence du maître d ouvrage + moyens 2. Conception: architecturale + détails «intégrés» 3. Planification technique: un système d étanchéité à l air, avec les produits spécifiques, 4. Appels d offres: DCE, CCTP, estimatif adéquat, 5. Construction:formation/gérer l interface + redescendre de l information, 6. Tests: ne pas culpabiliser, 7. Vie en œuvre:vérifier la pérennité du système, 8. Déconstruction :capacité à séparer et recycler les composants

28 8 étapes -1. Commande :exigence du maître d ouvrage + moyens Questions au maître d ouvrage Quel niveau d exigence? Réglementaire, BBC, ou passif voir plus f Quelle répartition des lots? Corps d état séparés Groupement d entreprise Equipe «Conception/Réalisation» Entreprise générale Qui est responsable de l étanchéité à l air? Conducteur de travaux, bureau de contrôle, création d un lot étanchéité à l air? Quel accompagnement sur les premiers chantiers? Qui réalisera le test?

29 8 étapes -1. Commande :exigence du maître d ouvrage + moyens VRD Terrassement Clos couvert Finitions Clos couvert Fluides Approche Nordaméricaine Entreprise générale Approche d Europe du Nord Macros-lots Maçon Charpenti er Couvreur Menuisier Etancheu r Plombier Electricie n Platrier Plaquiste Carreleur Peintre Approche «latine» Tous corps d état séparés

30 8 étapes -2. Conception:architecturale + détails «intégrés» Assurer la continuité de l étanchéité à l air

31 8 étapes -2. Conception:architecturale + détails «intégrés» Assurer la continuité de l étanchéité à l air + détails intégrés

32 8 étapes -2. Conception:architecturale + détails «intégrés» Assurer la continuité de l étanchéité à l air + détails intégrés

33 8 étapes -3. Planification Les matériaux technique: un système d étanchéité à l air, avec les produits spécifiques.. Utiliser les bons produits, Matériaux de construction considérés comme étanche à l air Béton banché (coulé sur place ou préfabriqué) Plaque de plâtre; contreplaqué, OSB, panneaux de fibre de bois dense Polystyrène (extrudé) Film polyéthylène, pare vapeur, frein vapeur, pare pluie, membranes bitumineuse Matériaux de construction considérés comme non étanché à l air Bloc maçonné (parpaing béton, mon mur, brique chaux/chanvre), ballots de paille Panneaux de bois bituminées, panneaux de fibres bois-ciment Polystyrène (expansé) Laine minérale, laine de bois, ouate cellulose Tableau synthétisant des données allemandes et canadiennes - WIGWAM

34 8 étapes -3. Planification technique: un système d étanchéité à l air, avec les produits spécifiques. Utiliser les bons produits, les produits spécifiques

35 8 étapes -3. Planification technique: un système d étanchéité à l air, avec les produits spécifiques. Utiliser les bons produits, les produits spécifiques

36 8 étapes -4. Appels d offres:dce, CCTP. Inscription dans le DCE, le CCTP: Des objectifs de résultats:. Niveau de performance énergétique,. Niveau d étanchéité à l air Des objectifs de moyens:. les bons produits, les bonnes marques (le scotch de base n est pas un bon produit),. formation à l étanchéité à l air,. test d étanchéité à l air

37 8 étapes -5. Construction:formation/gérer l interface + redescendre de l information. Sensibilisation des entreprises

38 Gérer l interface entreprises. Essai de structure d isolation thermique 1m 14 cm Fente dans freine-vapeur(étanchéité à l air) Conditions aux limites : tempér. intérieure +20 C tempér. extérieure-10 C Vent force 2 3(20Pa) Mesures : Institut für Bauphysik, Stuttgart Source : DBZ 12/89, page1639et suiv. 1m Sans fente : valeur U = 0,3 W/m 2 k Avec fente de 1 mm : valeur U = 1,44 W/m 2 k Facteur de détérioration4,8

39 Gérer l interface entreprises. Apport d humidité par convection (flux d air) Essai de structure d isolation thermique 1m Sans fente : 1m Avec fente de1 mm : 14 cm Freine vapeur à l intérieur valeur µ d = 30 m Fente dans freine-vapeur(étanchéité à l air) Conditions aux limites : tempér. intérieure +20 C tempér. extérieure-10 C vent force 2-3 (20 Pa) Mesures : Institut für Bauphysik, Stuttgart Source : DBZ 12/89, page1639et suiv. 0,5 g d eau/m² x 24h (diffusion) 800 g d eau/m² x 24h (convection) Facteur d augmentation de l humidité1600

40 8 étapes -6. Tests:ne pas culpabiliser, Suivi de chantier Autocontrôle

41 8 étapes -7. Vie en œuvre:vérifier la pérennité du système, Démarche qualité Différents contrôles possibles : Test d étanchéité aux 5 ans + thermographie Suivi des consommations et confort Surveillance des pathologies santé «Re-mise en service» (recomissionnement des installations techniques)

42 8 étapes -8. Déconstruction :capacité à séparer et recycler les composants

43 8 étapes -8. Déconstruction :capacité à séparer et recycler les composants Développer les procédés constructifs en conséquence Entre système traditionnel Et système industriel?

44 CREATION D UN OUTIL DE SENSIBILISATION DES PROFESSIONNELS DU BATIMENTS A L ETANCHEIT A L AIR UN FILM SUR L ETANCHEITE A L AIR DANS LE BATIMENT de 45 mn: -présentation de la situation actuelle, présentation de la situation future les raisons du nécessaire changement, -en phase conception: les règles de conduite à tenir (continuité de la barrière de l étanchéité à l air pour garantir une enveloppe hermétique, descriptif détaillé dans les plans et les pièces écrites.) -en phase chantier: les règles générales à respecter (garantie de résultats, transversalité et interdépendance des métiers ); les règles particulières (lot par lot) à respecter: les nouveaux matériels à utiliser, les gestes interdits, les nouveaux gestes à acquérir UN GUIDE D ACCOMPAGNEMENT PAPIER de 20 pages: Reprenant les éléments essentiels du film en les complétant de pistes permettant aux professionnels d aller plus loin: bibliographie, liste de fournisseurs de matériels, formations, site internet

45 Ressources documentaires: bureaux d étude WIGWAM, ALSATECH, EXPAIR 21, ENERTECH Dominique MARIE Conseil régional de Bourgogne Tél: Lionel COMBET ADEME BOURGOGNE Tél:

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Objectifs Performance thermique Pérennité du bâtiment Performance acoustique Protection incendie Santé Confort d été Confort ressenti

Plus en détail

Les 5 à 7 de l éco-construction

Les 5 à 7 de l éco-construction Les 5 à 7 de l éco-construction Retrouvez les conférences sur www.ifb42.com La RT2012 Le confort d été Performances des menuiseries extérieures Humidité et transfert de vapeur d eau dans les parois Les

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Étanchéitéàl air le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Les rencontres du Groupe PROTEC - CONFERENCE Qui sommes nous? Bureau de mesure et contrôle de la perméabilité à l air Formations en Infiltrométrie

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Fiche d opération Armapa -2011 cd2e- Page 1 Introduction L évolution du prix de l énergie encourage nos concitoyens à changer d exigences

Plus en détail

Synthèse du suivi de 7 projets de logements BBC

Synthèse du suivi de 7 projets de logements BBC Synthèse du suivi de 7 projets de logements BBC 2 marchés ont été passés : Avec WIGWAM pour : Tests étanchéité à l air Thermographies Vérification des matériaux mis en œuvre au niveau de l enveloppe Avec

Plus en détail

Concours Maison Econome Édition 2011. Présentation des projets lauréats

Concours Maison Econome Édition 2011. Présentation des projets lauréats Concours Maison Econome Édition 2011 Présentation des projets lauréats 3 catégories «particuliers» (3 vélos alloués) Construction : 5 candidats Rénovation : 4 candidats Prix spécial du jury Pas de candidat

Plus en détail

Evolution des exigences réglementaires de consommation énergétique des bâtiments neufs : une rupture opérée par le Grenelle Environnement

Evolution des exigences réglementaires de consommation énergétique des bâtiments neufs : une rupture opérée par le Grenelle Environnement SEMIN TECHNIC, étanchéité à l air ] Étanchéité à l air Les murs extérieurs, plancher, toiture, portes et fenêtres constituent l enveloppe d un bâtiment. C est elle qui sépare le milieu intérieur du milieu

Plus en détail

LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT

LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT LES ÉCONOMIES D ÉNERGIE DANS LE BÂTIMENT LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BATIMENTS EXISTANTS et l'innovation Limoges Ester Technopole lundi 13 février 2012 Appel à projets "innovation en éco-réhabilitation

Plus en détail

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air 1 Nouvelles exigences 2 Nouvelles exigences 50 KWh/an/m² BEPOS (Bat Energie positive) Bâtiment passif RT 2012 (ex niveau BBC) RT 2005 Moyenne

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux

Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux Bâtiments Matériaux Opérations Installations Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux B ÂTIMENTS L atelier d architecture Pascal Gontier a construit une maison passive à Issy-les-Moulineaux.

Plus en détail

Le passif et le bois. Etienne Vekemans, président La Maison Passive France. Contact : postmaster@lamaisonpassive.fr. La Maison Passive Service

Le passif et le bois. Etienne Vekemans, président La Maison Passive France. Contact : postmaster@lamaisonpassive.fr. La Maison Passive Service Le passif et le bois Etienne Vekemans, président La Maison Passive France La Maison Passive Service 1 Contact : postmaster@lamaisonpassive.fr Sommaire: le passif et le bois, un matériau et un concept faits

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS Michel Perrin Directeur opérationnel CNDB Un marché en pleine expansion Plus de 10 000 maisons et logements bois/an Une demande potentielle

Plus en détail

Nous répondons au Label BBC - Effinergie

Nous répondons au Label BBC - Effinergie Nous répondons au Label BBC - Effinergie Pour pouvoir obtenir le Label BBC Effinergie, l exigence principale est de ne pas dépasser une valeur de consommation de : 50 kwh d énergie primaire par m² de Surface

Plus en détail

Règlementation Thermique 2012

Règlementation Thermique 2012 Mme COSSET M. TREMELET M. OLAGNIER Règlementation Thermique 2012 Connaître ses limites pour mieux l appliquer RT 2012 : pour quels bâtiments? Application pratique difficile pour l instant! Cas des restructurations

Plus en détail

Performance Energétique du Bâtiment et RT2012

Performance Energétique du Bâtiment et RT2012 Performance Energétique du Bâtiment et RT2012 5 juin 2012 ORLEANS Opération réalisée avec le soutien financier de l Union Européenne, de l Etat et de la Région Centre : Programme La Règlementation Thermique

Plus en détail

Home Passive Home Séminaire Bâtiment Durable. Bruxelles Environnement. Quelle étanchéité à l air en rénovation? Daniel De Vroey. De VROEY s.p.r.l.

Home Passive Home Séminaire Bâtiment Durable. Bruxelles Environnement. Quelle étanchéité à l air en rénovation? Daniel De Vroey. De VROEY s.p.r.l. 1 Home Passive Home Séminaire Bâtiment Durable Bruxelles Environnement Quelle étanchéité à l air en rénovation? Daniel De Vroey De VROEY s.p.r.l. 1 Objectif(s) de la présentation Donner un sens à l étanchéité

Plus en détail

Les réglementations thermiques dans les existants. Jacques Faucher - DREAL Limousin

Les réglementations thermiques dans les existants. Jacques Faucher - DREAL Limousin Les réglementations thermiques dans les existants Jacques Faucher - DREAL Limousin 1 RÉGLEMENTER SENSIBILISER INCITER RT existants : les grands principes À quel moment de la vie d un bâtiment? À l occasion

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1

Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1 Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1 RT2012 et logement collectif 19 mars 2012 2 Demain : la RT 2012! 19 mars 2012 3 1 Le respect du Bbio Β Bio max Β

Plus en détail

Rapport d audit énergétique

Rapport d audit énergétique Rapport d audit énergétique Version du logiciel 2.0.0#124 Date d enregistrement : 26.07.2013 Date de modification : 29.07.2013 Certificat PEB d origine n : 1 Type de bâtiment : APPARTEMENT Type d audit

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance 1 Contexte et objectif Maitre d ouvrage : Résidences de l Orléanais Architecte : GA Architecture AMO passif : FIABITAT Concept > 5 maisons passives mitoyennes, 3 T4 + 2 T5 508 m² shab > Réalisation Orléans

Plus en détail

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre Coordination du lot transversal d étanchéité à l air : l ingénierie concourante Quelques astuces chantier : Chaque interface entre les lots ou interruption de la continuité d étanchéité, doivent être recueillis

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005

DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005 DOSSIER D ETUDE THERMIQUE REGLEMENTAIRE RT 2005 Projet de maison individuelle de Monsieur et Madame LORRAIN située à MONTLAUR 31450 Descriptif général L étude suivante a pour objet de présenter les calculs

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE

ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Rapport réalisé par ANALYSE DE LA QUALITE ENVIRONNEMENTALE DE LA REHABILITATION ET DE L EXTENSION D UNE MAISON DE VILLE Réhabilitation et extension de la maison Bailleul à Toulouse ville, Maison Bailleul

Plus en détail

L'étanchéitéàl'air, un défi collectif Focus technique : la formation

L'étanchéitéàl'air, un défi collectif Focus technique : la formation L'étanchéitéàl'air, un défi collectif Focus technique : la formation Le Pôle Bâtiments Basse Consommation Une initiative ancrée dans la stratégie locale et en lien avec le Pôle de Compétitivité Energivie

Plus en détail

pmp pmp Les principes d une maison passive

pmp pmp Les principes d une maison passive Les principes d une maison passive Le 29 novembre 2010 Energie & Habitat Namur Adeline Guerriat Plate-forme Maison Passive 1.Le standard passif 2. Aspect technique 3. Aspect financier 4. Aspect architectural

Plus en détail

Par Hélène Delorme, présidente de Maisons Paysannes de l Yonne

Par Hélène Delorme, présidente de Maisons Paysannes de l Yonne Par Hélène Delorme, présidente de Maisons Paysannes de l Yonne 1 L association des Maisons Paysannes de l Yonne : - délégation dans l Yonne de Maisons Paysannes de France - 200 adhérents - 8.000 adhérents

Plus en détail

Le BBC et son Label ZAC du Centre Ville Ilot Stalingrad Résidence Mosaïque Samedi 22 juin 2013 Le Label BBC - effinergie Pour les constructions neuves : c est concevoir et réaliser des bâtiments dont la

Plus en détail

Les différents appareils permettant de réaliser un test d étanchéité à l air en cours de chantier.

Les différents appareils permettant de réaliser un test d étanchéité à l air en cours de chantier. Les différents appareils permettant de réaliser un test d étanchéité à l air en cours de chantier. 2012 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille technique a été établie à partir de différents sites Internet

Plus en détail

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments

Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments Module 1 : Efficacité énergétique dans les bâtiments OBJECTIF : PUBLIC CONCERNÉ : Acquérir les méthodes de management des opérations HQE Maîtrise d Ouvrage, Assistants au Maître d Ouvrage, Architectes

Plus en détail

La rénovation rénovation globale performante. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

La rénovation rénovation globale performante. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr La rénovation rénovation globale performante Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr SOMMAIRE Les coûts 1. POURQUOI RENOVER? 1.1. Contexte et chiffres clés 1.2. Typologies et consommations

Plus en détail

Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012

Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012 24330 Saint Laurent-sur-Manoire, Dordogne web : www.odetec.fr Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012 Sources des illustrations : Réglementation thermique «Grenelle

Plus en détail

La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC

La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC 1 Le LABEL BBC «effinergie» en MI Passe par 2 obligations Choix constructif et technique Structure Isolation Ventilation Source de chauffage Production

Plus en détail

Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio)

Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio) Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio) Votre construction devra respecter au minimum les performances énoncées ci-dessous. En cas de non-respect de ces points Les sanctions pourront être civiles

Plus en détail

Challenge Construction Durable 2014. Réhabilitation du bâtiment C

Challenge Construction Durable 2014. Réhabilitation du bâtiment C Challenge Construction Durable 2014 Réhabilitation du bâtiment C Challenge Construction Durable 2014 1. Introduction 2. Analyse et proposition architecturale 3. Traitement de l enveloppe 4. Accessibilité

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Congrès Besançon 2015 Outils de mesure de la consommation du BATI ANCIEN Selon la consommation réelle mesurée (étude BATAN 2007) Logiciels thermiques

Plus en détail

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? Pour réduire les déperditions de chaleur Améliorer l efficacité énergétique Faire des économies d énergie Réduire les flux d air non maîtrisés Améliorer

Plus en détail

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Objectifs de la présentation Connaître les origines de la perméabilité à l air et sa mécanique Identifier les enjeux de l étanchéité à l air

Plus en détail

Présentation du concept

Présentation du concept Label THPE RT 2005 2 niveaux d isolation disponibles Maisons INOV en clos couvert avec garantie décennale Version B du 11 mail 2009 SOMMAIRE Présentation du concept... 3 Descriptif du clos couvert des

Plus en détail

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS

DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS DÉFINISSEZ VOS PRIORITÉS L'isolation est plus rentable que les équipements de production. Quel objectif? Les pertes de chaleur par le toit et les murs représentent la moitié des dépenses de chauffage.

Plus en détail

SOCOTEC. Points sensibles de la RT2012 et articulations avec la réglementation. Pour la maîtrise des risques et l amélioration des performances

SOCOTEC. Points sensibles de la RT2012 et articulations avec la réglementation. Pour la maîtrise des risques et l amélioration des performances SOCOTEC Points sensibles de la RT2012 et articulations avec la réglementation Pour la maîtrise des risques et l amélioration des performances David RETIERE / david.retiere@socotec.fr 31/05/2012 Sommaire

Plus en détail

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach

Construction d un bâtiment industriel/tertiaire plus un logement au standard passif à Schlierbach > Architecte / Bureau d'études Appel à projets bâtiments économes en énergie Cette fiche a été réalisée dans le cadre du deuxième appel à projets «bâtiments économes en énergie» lancé début 2009 par l

Plus en détail

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants. RT2012 concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.fr Sommaire RT2012, informations essentielles «On vient d où?» Visualisation bilan énergétique, rappels RT RT 2012 «C est

Plus en détail

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Jean-Louis CAPOU Président de Syneole 93 Rue Jean Jaurès 33500 Libourne

Plus en détail

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013 Les 2 Rencontres Nationales 25 & 26 juin 2013 Etanchéité à l air RT 2012 rappel Objectif de la RT 2012 Réduire les consommations d énergie et les émissions de gaz à effet de serre Cep < 50 kwh/m 2 /an

Plus en détail

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc Bâtiment d une surface de 1030 m² créé dans l enceinte du lycée Jean ZAY. Ascenseur à créer Bandeau béton Elévation Façade Nord Bardage bois vertical Bardage cassette aluminium laqué RAL7016 Menuiseries

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES MountEE - Efficacité énergétique et construction durable dans les communes européennes de montagne EIE/11/007/SI2.615937 BONNES PRATIQUES CONCERNANT LA CONSTRUCTION ET LA REHABILITATION DURABLE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur.

Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Une réhabilitation en maison passive? L enjeux de l isolation par l extérieur. Réduire par 10 les consommations de chauffage Bâtiments existants : besoins en chauffage de 180 à 300 kwh/m².an Objectif :

Plus en détail

Comment construire une maison en béton économiquement BBC?

Comment construire une maison en béton économiquement BBC? Comment construire une maison en béton économiquement BBC? Réalisation du second œuvre, des équipements et du test de perméabilité à l air (4/4) Réalisation du second œuvre Pose des menuiseries Menuiseries

Plus en détail

REHA > OP3 / CASERNE DOUANIERS / JEUMONT Requalification à haute performance énergétique de l habitat

REHA > OP3 / CASERNE DOUANIERS / JEUMONT Requalification à haute performance énergétique de l habitat REHA > OP3 / CASERNE DOUANIERS / JEUMONT Requalification à haute performance énergétique de l habitat PRESENTATION DU BATIMENT --- CONTEXTE DU MONTAGE DE L OPERATION ANRU / REHA PUCA JEUMONT 28/01/2013

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

Certifiée passive & BEPOS

Certifiée passive & BEPOS Texte et photos : Gwenola Doaré Maison individuelle en Alsace Certifiée passive & BEPOS expérimentale par son procédé constructif innovant, cette maison passive construite en Alsace à Dettwiller surprend

Plus en détail

Réponses techniques existantes, généralités

Réponses techniques existantes, généralités Réponses techniques existantes, généralités Les bâtiments existants peuvent être construits de manières très différentes. De ce fait, il n existe pas une unique manière de réhabiliter. Il faut agir en

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Jeudi de L ALEL. Enjeux. Jeudi de L ALE 1 er avril 2010 1

Jeudi de L ALEL. Enjeux. Jeudi de L ALE 1 er avril 2010 1 Jeudi de L ALEL L étanchéité à l air des bâtiments Enjeux Jeudi de L ALE 1 er avril 2010 1 Sommaire 1. Contexte Exigence de confort Crise énergétique Crise climatique Des bâtiments performants 2. Perméabilité

Plus en détail

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air

La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air Le point sur La mise en œuvre de l isolation thermique et l étanchéité à l air Bâtiment isolé thermiquement Bâtiment étanche à l air La chaleur est conservée Bâtiment avec ventilation efficace Objectif

Plus en détail

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 Journée Adhérents AIDELEC 18/11/2011 Présentée par : Caroline Dreumont BE thermique EN&CO Jean-Luc Bonnot - BE Fluides RUBIN VARREON 1 Plan de présentation Le bâtiment

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux 1 - Contexte et objectifs La règlementation thermique 2012 (RT 2012) [1] se met progressivement

Plus en détail

Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013

Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013 Isolation, se poser les bonnes questions dans le cadre d une rénovation 7.5.2013 Manuel Bauer Estia SA Thèmes abordés! Le diagnostic énergétique des anciens bâtiments! Exigences et solutions constructives

Plus en détail

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES

DURABLE DES BÂTIMENTS EN RHÔNE-ALPES MountEE - Efficacité énergétique et construction durable dans les communes européennes de montagne EIE/11/007/SI2.615937 BONNES PRATIQUES CONCERNANT LA CONSTRUCTION ET LA REHABILITATION DURABLE DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l éco-construction ---------------------------- 50 modules de formation

Plus en détail

Des modules pour vos idées

Des modules pour vos idées Des modules pour vos idées Autres informations Nouvelle construction Nouvelle Pensée Les personnes qui désirent construire et vivre autrement sont plus en plus nombreuses. Elles aspirent à des solides

Plus en détail

Formation. Logements BBC à ossature métallique

Formation. Logements BBC à ossature métallique Formation Logements BBC à ossature métallique Module 1 La RT2012 Comprendre les enjeux de la nouvelle réglementation thermique, identifier les principales exigences et acquérir des notions de thermique

Plus en détail

Institut de Formation à l ECO-construction

Institut de Formation à l ECO-construction Institut de Formation à l ECO-construction Objectif : CONSERVER L ÉNERGIE Principes d hiver Principes d été Axes d effort Sur les consommations Réduire les besoins de chauffage Chemin CONCRET La facture

Plus en détail

OBJECTIFS. Acquérir des compétences globales sur la performance acoustique des parois : choix des matériaux et mise en œuvre adaptés

OBJECTIFS. Acquérir des compétences globales sur la performance acoustique des parois : choix des matériaux et mise en œuvre adaptés 1. TRAITEMENT DE L ACOUSTIQUE DANS LE BÂTIMENT Acquérir des compétences globales sur la performance acoustique des parois : choix des matériaux et mise en œuvre adaptés Acoustique phénomène physique Définition

Plus en détail

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres

Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Les Certificats d économies d énergie Bâtiments et Collectivités locales Actions élémentaires Isolation des parois opaques, fenêtres Charbonnier Sylvie Opérations élémentaires Isolation Sommaire : Opérations

Plus en détail

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance

une maison économe Construire Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Construire une maison économe Réglementations thermiques : le bâti évolue vers une plus grande performance Les consommations d énergie par m 2 ont été divisées par 6 depuis 1974 : 1 re réglementation thermique

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES GUIDE POUR LA PRESCRIPTION DES ENTRÉES D AIR SUR MENUISERIES PVC DANS L HABITAT SYNDICAT NATIONAL DE LA MENUISERIE PVC COMPOSITES 7-9, rue la Pérouse - 75784 PARIS

Plus en détail

RETOUR D EXPERIENCE 2 Présentation d une réalisation de 21 logements collectifs en bois, labellisée PASSIVHAUS à Saint Doulchard (18)

RETOUR D EXPERIENCE 2 Présentation d une réalisation de 21 logements collectifs en bois, labellisée PASSIVHAUS à Saint Doulchard (18) 4èmes RENCONTRES BOIS CONSTRUCTION EN LIMOUSIN : le bois : une longueur d avance pour le bâtiment passif? RETOUR D EXPERIENCE 2 Présentation d une réalisation de 21 logements collectifs en bois, labellisée

Plus en détail

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer RT 2012 Bien comprendre pour mieux s y préparer RT2012 Préambule La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) vise, comme les précédentes RT, à limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs

Plus en détail

Comprendre pour mieux choisir.

Comprendre pour mieux choisir. Comprendre pour mieux choisir. Qu est-ce qu une réglementation thermique? Quels sont les avantages de faire construire un appartement RT2012? Qu est-ce que la réglementation thermique française? De tous

Plus en détail

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 RT 2012 et RT2020 : pourquoi utiliser le bois? Quelques rappels sur la RT2012 et le projet de RT2020. RT2012 et RT2020 :

Plus en détail

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies

- 2 - Protection solaire. des fenêtres et des baies - 2 - Protection solaire des fenêtres et des baies MDE Conseil & Concept Energie / Nov. 2004 44 Fiche n 201 : " Casquette " et brise-soleil PROTECTION SOLAIRE DE FENETRE (Aluminium laqué, bois, acier,

Plus en détail

LA CONCEPTION ARCHITECTURALE

LA CONCEPTION ARCHITECTURALE LA CONCEPTION ARCHITECTURALE Associer efficacement qualité architecturale performance énergétique logique économique respect du programme de l opération BECICE Bureau d études techniques L EQUILIBRE THERMIQUE

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

Construction d une maison Passive écologique. Le Stanco 22300 LANNION. Maitres d ouvrage : Gael et Gwen DUBOUAYS

Construction d une maison Passive écologique. Le Stanco 22300 LANNION. Maitres d ouvrage : Gael et Gwen DUBOUAYS Construction d une maison Passive écologique Le Stanco 22300 LANNION Maitres d ouvrage : Gael et Gwen DUBOUAYS Architecte : Atelier Rubin / tonquedec Constructeur : Tycoat construction / Plestin les grèves

Plus en détail

Votre assistant en. maîtrise de l énergie

Votre assistant en. maîtrise de l énergie Votre assistant en maîtrise de l énergie Pour nous contacter Siège Social : 40 rue du Général de Gaulle - 53800 Renazé 02 43 06 38 55 Agence Laval : Bd de la Communication 53950 Louverné 02 43 49 81 52

Plus en détail

La RT 2012... 2. les labels énergétiques

La RT 2012... 2. les labels énergétiques 1.2.2. RT 2012 ChapitRe Règlementation thermique 1 - Réglementation et labels - Volet pratique La RT 2012... La Rt 2012, publiée au Journal Officiel le 27 octobre 2010, intègre les conclusions du Grenelle

Plus en détail

Qu est ce qu un projet performant?

Qu est ce qu un projet performant? S2: Les clés de la performance Qu est ce qu un projet performant? Un projet avec beaucoup d énergies renouvelables Un projet très isolé Un projet dont le % de vitrage est d environ 1/6 de de surface habitable

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE

SOMMAIRE 1. LE CONTEXTE SOMMAIRE 4 1. LE CONTEXTE 1.1 Enjeux environnementaux 1.2 Cadre réglementaire 1.3 Réglementation thermique 2005 1.4 DPE «Etiquette énergie» 1.5 Loi Grenelle: L urgence écologique 1.6 Protéger l environnement

Plus en détail

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Troisième édition. Groupe Eyrolles, 2009, 2010, 2011, ISBN 978-2-212-13269-4

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Troisième édition. Groupe Eyrolles, 2009, 2010, 2011, ISBN 978-2-212-13269-4 Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION Troisième édition Groupe Eyrolles, 2009, 2010, 2011, ISBN 978-2-212-13269-4 Sommaire Sommaire Pourquoi isoler? La thermique dans l habitat

Plus en détail

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Pourquoi isoler? La thermique dans l habitat 14 Les performances thermiques des matériaux

Plus en détail

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Mercredi de l info du Mercredi 25 Mars 2009 «PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BATIMENT A BASSE CONSOMMATION D ENERGIE» Le point sur les réglementations,

Plus en détail

Etanchéité à l air Elément déterminant

Etanchéité à l air Elément déterminant Etanchéité à l air Elément déterminant Comment assurer la continuité lors de la pose de châssis Confédération Construction Bruxelles -Capitale 28 avril 2011 André BAIVIER ISOPROC le principe de l isolation

Plus en détail

La rénovation énergétique du parc social

La rénovation énergétique du parc social La rénovation énergétique du parc social Vers la transition énergétique La coopération entre les acteurs du logement et la DDT 1 Des objectifs renforcés du Grenelle de l environnement et de la stratégie

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Participez aussi au Prix National de la Construction Bois 2015 Inscrivez-vous directement sur : www.prixnational-boisconstruction.org Palmarès des constructions Bois de la Région

Plus en détail

Oze mai 2012. Le fonctionnement thermique d un bâtiment. Le coût d un bâtiment. RT 2012 / Passivhaus

Oze mai 2012. Le fonctionnement thermique d un bâtiment. Le coût d un bâtiment. RT 2012 / Passivhaus Le fonctionnement thermique d un bâtiment Le coût d un bâtiment RT 2012 / Passivhaus Le concept du Passivhaus La conception L outil de calculs Les contrôles Les mesures (garantir les consommations) La

Plus en détail