UNE IMPERIEUSE NECESSITE CHALONS EN CHAMPAGNE 1 er juillet 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UNE IMPERIEUSE NECESSITE CHALONS EN CHAMPAGNE 1 er juillet 2011"

Transcription

1 ETANCHEITE A L AIR DANS LE BATIMENT UNE IMPERIEUSE NECESSITE CHALONS EN CHAMPAGNE 1 er juillet 2011 Ressources documentaires: bureaux d étude: WIGWAM, ALSATECH, EXPAIR 21, AFORDEX, ENERTECH

2 Contexte général 3 appels à projet lancés depuis 2006 sur les bâtiments basse énergie

3 APPEL A PROJET - AVANCEMENT Au total PROFIL PROJET SURFACE M2 3 APPELS A PROJET NOMBRE DE SURFACE EN M2 DONT PROJETS (SHON) NEUF DONT REHABILI TER COLLECTIVITES BAILLEUR SOCIAL OU PRIVE PARTICULIERS ENTREPRISES PRIVEES , ETABLISSEMENTS PUBLICS TOTAL GENERAL

4 Au total pour les 3 appels à projets APPEL A PROJET - AVANCEMENT PROFIL PROJET STANDARD 3 APPELS A PROJET NOMBRE DE BATIMENT LOGEMENT ET TERTIAIRE TOTAL BBC PASSIF POSITIF COLLECTIVITES BAILLEUR SOCIAL OU PRIVE PARTICULIERS ENTREPRISES PRIVEES ETABLISSEMENTS PUBLICS TOTAL GENERAL

5 APPEL A PROJET - AVANCEMENT Tous types de bâtiments: Maisons individuelles, logements collectifs, tertiaire public, tertiaire privé, bâtiment artisanal Nature des travaux Neuf, réhabilitation et mixte. Tous usages: Habitat, bureaux, enseignement, santé, artisanat, tourisme Tous types de procédés constructifs: Maçonnerie, béton, mono mur, bois, paille, chanvre

6 LE SUIVI DES PROJETS L AIDE TECHNIQUE: Une aide sur mesure sans équivalent en France. 6 bureaux d études sont mandatés par le Conseil régional et l ADEME pour aider les maîtres d ouvrage et les maîtres d œuvre à concevoir le projet: ENERTECH pour les questions d efficacité énergétique, WIGWAM pour les questions d étanchéité à l air, ALSATECH et EXPAIR 21 pour les tests d étanchéité à l air, CYCLECO pour les questions d énergie grise, CIE DUPAQUIER pour l instrumentation.

7 LE SUIVI DES PROJETS Des réunions de conception Une réunion technique avec chaque équipe tous les 1,5 mois pour faire le point sur l état d avancement 1h00 pour les maisons individuelles, 1h30 pour l habitat collectif et les bâtiments tertiaires

8 Des réunions de chantier LE SUIVI DES PROJETS Des contrôles

9 Les facteurs de réussite pour atteindre la basse et très basse consommation d énergie Pour construire ou rénover à basse et très basse consommation d énergie 9 règles indissociables 1. un habitat ouvert au soleil (bio climatisme) et compact 2. une isolation renforcée des parois, 3. une inertie adaptée 4. des fenêtres performantes, 5. le traitement des ponts thermiques, 6. une bonne étanchéité à l air(absence de fuites d air), 7. une ventilation performante, 8. le recours à des énergies renouvelables et/ou des systèmes de chauffage à haut rendement. 9. la réduction des apports internes.

10 Les facteurs de réussite pour atteindre la basse et très basse consommation d énergie Une mauvaise étanchéité à l air entraîne Une mauvaise étanchéité à l air entraîne dans les bâtiments jusqu à 40 % des déperditions énergétiques.

11 Isolation toit Isolation plancher Isolation façade R Umax cm isolant R Umax cm isolant Niveau RT kwh ep/m².an cm cm R -3 Umax 0.45 cm isolant Isolation intérieur: 10 cm Fenêtre (Uw max) 2.6 (double vitrage Ug =2 ) Ventilation Les facteurs de réussite pour atteindre la basse et très basse consommation d énergie Simple flux hygroréglable Niveau «basse énergie» 60 (neuf) et 80 (rénovation) kwh ep /m².an 7, cm 4, cm 4,3 0.3 Isolation extérieur:15 cm 1.4 (double vitrage à isolation renforcée Ug =1.1) Simple flux ou Double flux avec récupération de chaleur, rendement élevé Niveau «très basse énergie» < 15 kwh ep /m².an pour le chauffage 8 à cm 5 à cm 5 à Isolation extérieur 30 cm 1.1 (triple vitrage à isolation renforcé Ug =0.8) Double flux avec récupération de chaleur, rendement élevé Niveau Bâtiment autonome ou producteur d énergie >9 à 10 <0.1 >40 cm > 6 <0.15 >30 cm > 6 <0.15 Isolation extérieur >30 cm <1.1 (triple vitrage à isolation renforcé <Ug =0.8) Double flux avec récupération de chaleur, rendement élevé Etanchéité à l air Moyenne Bonne Renforcée Renforcée Energies renouvelables Préférables Recommandées Nécessaires Nécessaires Mesures complémentaires Isolation des canalisations chauffages et eau chaude. Réducteurs de débits sur douches et robinets, chasse d eau double capacité. Lampes à économies d énergie, prises avec interrupteur pour les appareils électriques (limitations des veilles) Sur isolation des canalisations chauffages et eau chaude. Réducteurs de débits sur douches et robinets, chasse d eau double capacité. Limitations de la puissance des appareils électriques (suppression des veilles). Comportement

12 L étanchéité à l air Une excellente étanchéité à l air de l enveloppe du bâtiment est une condition vitale pour une maison basse ou très basse consommation. Pourquoi étancher le bâtiment: -diminuer les consommations énergétiques, -assurer le confort d été, -améliorer le confort et la santé des habitats, - assurer la pérennité du bâtiment, - améliorer l acoustique, assurer la protection incendie. Sans une parfaite étanchéité, ni l isolation, ni la ventilation ne peuvent être réellement efficaces. Pour éviter les fuites, le principe est simple en théorie : il suffit de garantir une enveloppe hermétique parunemiseenœuvresoignée

13 Les fuites les plus communes 4 grandes catégories de points de faiblesses sont répertoriées. 1. Les liaisons façades et planchers : liaison mur/dalle sur terre plein, liaison mur dalle ou plancher en partie courante 2. Les menuiseries extérieures : les liaisons murs / fenêtres, les seuils de portes palières, et porte fenêtres, 3. Les équipements électriques : les gaines techniques, les interrupteurs sur paroi extérieure et intérieure; 4. Les trappes et les éléments traversant les parois : trappes d accès aux combles, trappe d accès aux gaines techniques

14 COMMENT S ASSURER DE LA BONNE ETANCHEITE A L AIR d UN BATIMENT? Pour l étanchéité à l air, le test Blowerdoor ou d étanchéité à l air Il permet de mesurer l étanchéité à l air des bâtiments. Un ventilateur réglable est calé de façon hermétique dans une ouverture du bâtiment et crée une différence de pression entre l intérieur du bâtiment et l extérieur, toutes les portes et fenêtres étant fermées. Selon la norme NBN EN 13829, on teste deux cas : en dépression (pour tracer de l intérieur les éventuelles fuites) et en surpression (traçage des fuites par fumée).

15 COMMENT S ASSURER DE LA BONNE ETANCHEITE A L AIR d UN BATIMENT? Deux tests possibles: Test recherche de fuites bâtiment hors d eau et hors d air, sans finition démarche qualité apporter les corrections nécessaires Test normalisé selon EN13829 bâtiment réceptionné validation BBC ou passif

16 COMMENT S ASSURER DE LA BONNE ETANCHEITE A L AIR d UN BATIMENT? Recherche des fuites : La main Poire ou stylo à fumée Diffuseur de fumée Anémomètre Thermographie

17 COMMENT S ASSURER DE LA BONNE ETANCHEITE A L AIR d UN BATIMENT? Perméabilité des murs Menuiseries et commande de volet roulant

18 Surface de fuite RT 2005 Équivalent feuille A4

19 Surface de fuite RT 2005 Équivalent feuille A4 Surface de fuite BBC ½ feuille A4

20 Surface de fuite RT 2005 Surface de fuite BBC ½ feuille A4 Surface de fuite - PASSIF

21 Équivalent feuille A4 Surface de fuite BBC ½ feuille A4 Surface de fuite - PASSIF

22 Les exigences en terme d étanchéité à l air Le résultat est exprimé en VOLUME par HEURE. Concrètement, si un bâtiment de 200 m3. nécessite d'envoyer 200 m3/heure (par le ventilateur) pour maintenir un gradient de pression de 50 Pascals, le résultat est de 1 volume/heure ; 300 m3/h, résultat : 1,5 volume/heure ; 400 m3/h : 2, etc... L'indice n50 est donc indiqué "vol/h" ou "h-1" suivant les documents. Pour une maison passive, l'objectif est de 0,6 vol/h. ou moins. En France, depuis la RT 2005 où cette notion apparait pour la première fois, le résultat est exprimé en I4 puis récemment en Q4, plus exactement en Q4 PA-Surf. En prenant en compte la surface des parois déperditives et en extrapolant la valeur mesurée sous un différentiel de pression de 4 Pascals. En cherchant à se démarquer de la valeur de la norme européenne, la réglementation entretient un "flou artistique" autour d'un thème qui demande clarté et simplicité pour être assimilé aisément. Cette décision est plus politique (donc polémique) que scientifique. Si le gradient de pression retenu de 4 contre 50 Pascals pourrait éventuellement se justifier, l'unité de mesure de mesure est foncièrement différent puisqu'il est exprimé en m3/h/m2, ce qui n'a plus rien à voir avec un n50 en vol/h. En conclusion, selon le premier document français traitant de l'étanchéité à l'air (CETE) le label allemand passiv hauss et le label suisse «Minergie-P» ont des exigences très élevées sur l étanchéité à l air : I m3/h/m2 à 4 Pa, soit 4 à 5 fois plus étanche que la référence RT 2005 en logement individuel.

23 Les exigences en terme d étanchéité à l air. Maison individuelle Logements collectifs Tertiaire Q4 en m3/h/m2 N50 en vol/h Q4 en m3/h/m2 N50 en vol/h Q4 en m3/h/m2 N50 en vol/h RT ,8 3,5 1,2 4,8 1,2 à 2,5 4,8 à 10 (pas de mesure) (v.réf.) (v.réf) (v.réf) Standard BBC (mesure exigée) 0,6 2, ,7 à 3 6,8 à 12 Standard passif (mesure exigée) 0,16 0,8 0,23 1 0,23 1

24 LE CONSTAT Les premiers retours des tests de perméabilité à l air réalisés dans le cadre des programmes bâtiments à basse consommation conduisent aux résultats suivants : la dimension de l étanchéité de l air pour les entreprises constitue pour la plupart une découverte, les prescriptions et les techniques nouvelles sont à quelques exceptions près, relativement peu prises en compte et mises en œuvre par les entreprises, dégradant de façon significative les résultats, à fortiori la réalisation d une séance de sensibilisation ou de formation au démarrage du chantier, entraine une amélioration des résultats et permet l atteinte des résultats demandées. Dans le même temps on observe une réactivité très forte des entreprises lorsqu un problème est mis en avant.

25 LE CONSTAT les faiblesses identifiées dans l enveloppe du bâtiment et l étanchéité sont relativement identiques quelques soient les bâtiments. Environ 30 points de faiblesses sont identifiés (jonctions des fenêtres, des plafonds et des planchers, débords de toits, réseau électricité et informatique...).

26 Des solutions existent avec des résultats probants. Des solutions existent avec des résultats probants. Elles nécessitent une approche nouvelle, globale et transversale qui concerne l ensemble des acteurs travaillant dans le bâtiment du maître d ouvrage, du maitre d œuvre, les professionnels chargé des travaux

27 L étanchéité à l air en 8 étapes. De la commande à la vie en oeuvre 1. Commande : exigence du maître d ouvrage + moyens 2. Conception: architecturale + détails «intégrés» 3. Planification technique: un système d étanchéité à l air, avec les produits spécifiques, 4. Appels d offres: DCE, CCTP, estimatif adéquat, 5. Construction:formation/gérer l interface + redescendre de l information, 6. Tests: ne pas culpabiliser, 7. Vie en œuvre:vérifier la pérennité du système, 8. Déconstruction :capacité à séparer et recycler les composants

28 8 étapes -1. Commande :exigence du maître d ouvrage + moyens Questions au maître d ouvrage Quel niveau d exigence? Réglementaire, BBC, ou passif voir plus f Quelle répartition des lots? Corps d état séparés Groupement d entreprise Equipe «Conception/Réalisation» Entreprise générale Qui est responsable de l étanchéité à l air? Conducteur de travaux, bureau de contrôle, création d un lot étanchéité à l air? Quel accompagnement sur les premiers chantiers? Qui réalisera le test?

29 8 étapes -1. Commande :exigence du maître d ouvrage + moyens VRD Terrassement Clos couvert Finitions Clos couvert Fluides Approche Nordaméricaine Entreprise générale Approche d Europe du Nord Macros-lots Maçon Charpenti er Couvreur Menuisier Etancheu r Plombier Electricie n Platrier Plaquiste Carreleur Peintre Approche «latine» Tous corps d état séparés

30 8 étapes -2. Conception:architecturale + détails «intégrés» Assurer la continuité de l étanchéité à l air

31 8 étapes -2. Conception:architecturale + détails «intégrés» Assurer la continuité de l étanchéité à l air + détails intégrés

32 8 étapes -2. Conception:architecturale + détails «intégrés» Assurer la continuité de l étanchéité à l air + détails intégrés

33 8 étapes -3. Planification Les matériaux technique: un système d étanchéité à l air, avec les produits spécifiques.. Utiliser les bons produits, Matériaux de construction considérés comme étanche à l air Béton banché (coulé sur place ou préfabriqué) Plaque de plâtre; contreplaqué, OSB, panneaux de fibre de bois dense Polystyrène (extrudé) Film polyéthylène, pare vapeur, frein vapeur, pare pluie, membranes bitumineuse Matériaux de construction considérés comme non étanché à l air Bloc maçonné (parpaing béton, mon mur, brique chaux/chanvre), ballots de paille Panneaux de bois bituminées, panneaux de fibres bois-ciment Polystyrène (expansé) Laine minérale, laine de bois, ouate cellulose Tableau synthétisant des données allemandes et canadiennes - WIGWAM

34 8 étapes -3. Planification technique: un système d étanchéité à l air, avec les produits spécifiques. Utiliser les bons produits, les produits spécifiques

35 8 étapes -3. Planification technique: un système d étanchéité à l air, avec les produits spécifiques. Utiliser les bons produits, les produits spécifiques

36 8 étapes -4. Appels d offres:dce, CCTP. Inscription dans le DCE, le CCTP: Des objectifs de résultats:. Niveau de performance énergétique,. Niveau d étanchéité à l air Des objectifs de moyens:. les bons produits, les bonnes marques (le scotch de base n est pas un bon produit),. formation à l étanchéité à l air,. test d étanchéité à l air

37 8 étapes -5. Construction:formation/gérer l interface + redescendre de l information. Sensibilisation des entreprises

38 Gérer l interface entreprises. Essai de structure d isolation thermique 1m 14 cm Fente dans freine-vapeur(étanchéité à l air) Conditions aux limites : tempér. intérieure +20 C tempér. extérieure-10 C Vent force 2 3(20Pa) Mesures : Institut für Bauphysik, Stuttgart Source : DBZ 12/89, page1639et suiv. 1m Sans fente : valeur U = 0,3 W/m 2 k Avec fente de 1 mm : valeur U = 1,44 W/m 2 k Facteur de détérioration4,8

39 Gérer l interface entreprises. Apport d humidité par convection (flux d air) Essai de structure d isolation thermique 1m Sans fente : 1m Avec fente de1 mm : 14 cm Freine vapeur à l intérieur valeur µ d = 30 m Fente dans freine-vapeur(étanchéité à l air) Conditions aux limites : tempér. intérieure +20 C tempér. extérieure-10 C vent force 2-3 (20 Pa) Mesures : Institut für Bauphysik, Stuttgart Source : DBZ 12/89, page1639et suiv. 0,5 g d eau/m² x 24h (diffusion) 800 g d eau/m² x 24h (convection) Facteur d augmentation de l humidité1600

40 8 étapes -6. Tests:ne pas culpabiliser, Suivi de chantier Autocontrôle

41 8 étapes -7. Vie en œuvre:vérifier la pérennité du système, Démarche qualité Différents contrôles possibles : Test d étanchéité aux 5 ans + thermographie Suivi des consommations et confort Surveillance des pathologies santé «Re-mise en service» (recomissionnement des installations techniques)

42 8 étapes -8. Déconstruction :capacité à séparer et recycler les composants

43 8 étapes -8. Déconstruction :capacité à séparer et recycler les composants Développer les procédés constructifs en conséquence Entre système traditionnel Et système industriel?

44 CREATION D UN OUTIL DE SENSIBILISATION DES PROFESSIONNELS DU BATIMENTS A L ETANCHEIT A L AIR UN FILM SUR L ETANCHEITE A L AIR DANS LE BATIMENT de 45 mn: -présentation de la situation actuelle, présentation de la situation future les raisons du nécessaire changement, -en phase conception: les règles de conduite à tenir (continuité de la barrière de l étanchéité à l air pour garantir une enveloppe hermétique, descriptif détaillé dans les plans et les pièces écrites.) -en phase chantier: les règles générales à respecter (garantie de résultats, transversalité et interdépendance des métiers ); les règles particulières (lot par lot) à respecter: les nouveaux matériels à utiliser, les gestes interdits, les nouveaux gestes à acquérir UN GUIDE D ACCOMPAGNEMENT PAPIER de 20 pages: Reprenant les éléments essentiels du film en les complétant de pistes permettant aux professionnels d aller plus loin: bibliographie, liste de fournisseurs de matériels, formations, site internet

45 Ressources documentaires: bureaux d étude WIGWAM, ALSATECH, EXPAIR 21, ENERTECH Dominique MARIE Conseil régional de Bourgogne Tél: Lionel COMBET ADEME BOURGOGNE Tél:

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Objectifs Performance thermique Pérennité du bâtiment Performance acoustique Protection incendie Santé Confort d été Confort ressenti

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Étanchéitéàl air le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Les rencontres du Groupe PROTEC - CONFERENCE Qui sommes nous? Bureau de mesure et contrôle de la perméabilité à l air Formations en Infiltrométrie

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre Coordination du lot transversal d étanchéité à l air : l ingénierie concourante Quelques astuces chantier : Chaque interface entre les lots ou interruption de la continuité d étanchéité, doivent être recueillis

Plus en détail

Bâtiments économes en énergie

Bâtiments économes en énergie Bâtiments économes en énergie > Construction neuve et rénovation ECONOMIES D ÉNERGIE CONFORT ET QUALITÉ DE VIE DURABILITÉ DU BÂTI PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Les bâtiments économes en énergie ou «basse

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

Bureaux Surface nette : 1850 m²

Bureaux Surface nette : 1850 m² - Concours restreint, 3 participants - Rénovation de bureaux - Début 2007 - Maître de l Ouvrage: CREDIBE - Logement - Démarche environnementale Bureaux Surface nette : 1850 m² Concept architectural Fonction

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

La REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

La REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 La REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 La réglementation thermique en vigueur, la RT 2012, s applique à tous les projets de bâtiments neufs des secteurs résidentiels, dont le dépôt de demande de permis de construire

Plus en détail

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l éco-construction ---------------------------- 50 modules de formation

Plus en détail

L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme de béton de chanvre (fiches 1 à 4).

L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme de béton de chanvre (fiches 1 à 4). F5 FICHE TECHNIQUE MISE EN ŒUVRE DU CHANVRE EN VRAC PAR VOIE SECHE (sans liant) Groupement des producteurs de chanvre en Luberon L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme

Plus en détail

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Thierry Gallauziaux - David Fedullo Isoler les combles Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Isoler les combles Sommaire... 6 Les échanges gazeux... 6 L étanchéité à l air... 10 L inertie thermique...

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Assurer une bonne étanchéité à l air de l enveloppe dans les bâtiments neufs et en rénovation Aline Branders PLATE-FORME MAISON PASSIVE asbl

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN PLOMBIERS CHAUFFAGISTES Le monde change, votre métier aussi. Aujourd hui vos clients n ont qu un mot à la bouche : ECONOMIES D ENERGIE. Écoutez-les! Pour la performance environnementale et économique de

Plus en détail

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Jean-Louis CAPOU Président de Syneole 93 Rue Jean Jaurès 33500 Libourne

Plus en détail

REPORTAGE PHOTOGRAPHIQUE DE LA REALISATION D UN PROJET D HABITATION PASSIVE

REPORTAGE PHOTOGRAPHIQUE DE LA REALISATION D UN PROJET D HABITATION PASSIVE REPORTAGE PHOTOGRAPHIQUE DE LA REALISATION D UN PROJET D HABITATION PASSIVE Evolution et phases de la réalisation d une habitation en ossature bois et en écoconstruction. Qu est-ce qu une maison passive?

Plus en détail

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Pourquoi isoler? La thermique dans l habitat 14 Les performances thermiques des matériaux

Plus en détail

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE A- UNE CONCEPTION BIOCLIMATIQUE DU PROJET (Confort dans les espaces extérieurs et dans le bâtiment) Choix morphologique du bâtiment La conception du bâtiment de logements

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer

RT 2012. Bien comprendre pour mieux s y préparer RT 2012 Bien comprendre pour mieux s y préparer RT2012 Préambule La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) vise, comme les précédentes RT, à limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs

Plus en détail

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges

Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges Construction de 30 logements à structure bois «énergie positive» «Les Héliades» Z.U.S. de Saint Roch Saint-Dié-Des-Vosges SA LE TOIT VOSGIEN BP 31 88100 SAINT-DIE-DES-VOSGES / F. LAUSECKER ARCHITECTE /

Plus en détail

Audit architectural et énergétique de trois bâtiments anciens Ville de Grenoble. Sylvie Amselem- architecte du patrimoine

Audit architectural et énergétique de trois bâtiments anciens Ville de Grenoble. Sylvie Amselem- architecte du patrimoine Audit architectural et énergétique de trois bâtiments anciens Ville de Grenoble Etude en 3 phases : Relevés - calculs - préconisations PRESENTATION ARCHITECTURALE Choix de 3 immeubles: XV -XIX siècle Edifices

Plus en détail

La mise en œuvre BBC. Formation pour entreprises IBSE

La mise en œuvre BBC. Formation pour entreprises IBSE La mise en œuvre BBC Formation pour entreprises IBSE 2 Les labels Maison bioclimatique Maison conçue pour bénéficier de tous les avantages du climat et du terrain ainsi que de la végétation environnante.

Plus en détail

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE DOCUMENT COMPARATIF DES LABELS DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Mercredi de l info du Mercredi 25 Mars 2009 «PERFORMANCE ENERGETIQUE ET BATIMENT A BASSE CONSOMMATION D ENERGIE» Le point sur les réglementations,

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une ancienne grange du XVIII ème siècle Localisation : 49260

Plus en détail

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

Plus en détail

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr Comment choisir un isolant pour les murs Avec16% des déperditions de chaleur qui passent par les murs l isolation des murs est la deuxième priorité en rénovation après l isolation de la toiture. Les caractéristiques

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

Facteur 4. Développement durable. Samuel Courgey - Technicien référent, Formateur, Auteur Académie de la terre 23 Mai 2012

Facteur 4. Développement durable. Samuel Courgey - Technicien référent, Formateur, Auteur Académie de la terre 23 Mai 2012 Comment s y Eco-matériau Sur-isolation retrouver et?? après Énergies renouvelables Comment avoir un VMC double bâtiment flux performant?? Matériau «puits de carbone» Gaz à effets de serre Besoin de repères!

Plus en détail

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton

Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton Comment construire une maison BBC en béton? Construire une maison durable en béton 1 Maison BBC en béton : 2 grands principes, 5 règles d or Une conception pensée en amont Une conception «bioclimatique»

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

30/11/2011. une équipe intégrée ingénieurs I architecte I sociologue. des missions variées accompagnement I mesures I calculs

30/11/2011. une équipe intégrée ingénieurs I architecte I sociologue. des missions variées accompagnement I mesures I calculs une équipe intégrée ingénieurs I architecte I sociologue L Europe des bâtiments passifs : l enveloppe performante et étanche à l air au premier plan Colloque CEBQ 2012-Montréal Marika Frenette, architecte

Plus en détail

Plateforme Maison Passive a.s.b.l.

Plateforme Maison Passive a.s.b.l. Plateforme Maison Passive a.s.b.l. M a r n y D i P i e t r a n t o n i o, I r A r c h i t e c t e 1 L i s o l a t i o n o v e r v i e w... P o u r q u o i i s o l e r? - Diminuer sa facture énergétique

Plus en détail

Isolation Thermique par l Extérieur

Isolation Thermique par l Extérieur Isolation Thermique par l Extérieur Protéger le présent, préserver l avenir Pourquoi isoler? Les origines des fuites s d un immeuble ou d une maison sont connues. Provenant d une isolation absente ou faible,

Plus en détail

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines LES CAHIERS PRATIQUES Préambule La demande du client Ce document est réalisé sur la base d ateliers de travail rassemblant des entreprises

Plus en détail

Mesure de perméabilité à l air

Mesure de perméabilité à l air BBC Concept SARL au capital de 5000 144 impasse de Chartreuse 38430 SAINT JEAN DE MOIRANS 09 50 66 05 38 06 74 08 30 98 contact@bbc-concept.com www.bbc-concept.com Mesure de perméabilité à l air Rapport

Plus en détail

Stage «bien isoler son bâ0» (ou comment apporter une améliora0on thermique) organisé par

Stage «bien isoler son bâ0» (ou comment apporter une améliora0on thermique) organisé par Stage «bien isoler son bâ0» (ou comment apporter une améliora0on thermique) organisé par et Intervenant : Marc FERRY Conseil en rénova-on thermique et économie d énergie Les 09 et 10/11/2013 à Saint- Sauveur-

Plus en détail

Soumise à l effet du vent, à la différence

Soumise à l effet du vent, à la différence CVC N 871 NOV./DÉC. 2011 13 PROFESSION ÉTUDE Infiltrométrie Vers un résultat d étanchéité à l air des bâtiments La réglementation thermique 2012 impose un niveau élevé d étanchéité à l air des nouveaux

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

3 0La maison BBC, une réalité

3 0La maison BBC, une réalité 3 0La maison BBC, une réalité Dès le 1 er janvier 2013, la maison BBC sera la maison de référence. Innover pour le plus grand nombre Pour tous les futurs propriétaires de maisons individuelles neuves,

Plus en détail

BATIBOUW 2011 25 février 2011

BATIBOUW 2011 25 février 2011 Centre Scientifique et Technique de la Construction www.cstc.be BATIBOUW 2011 25 février 2011 Antoine Tilmans, ir Division Climat, Equipement et Performance Energétique CSTC - Centre Scientifique et Technique

Plus en détail

Les bâtiments en tuffeau. L amélioration thermique du bâti ancien

Les bâtiments en tuffeau. L amélioration thermique du bâti ancien Les bâtiments en tuffeau L amélioration thermique du bâti ancien Journée technique 9 octobre 2012 L amélioration thermique du bâti en tuffeau Connaître le bâtiment ancien Savoir diagnostiquer les désordres

Plus en détail

Rénovation thermique. par l extérieur

Rénovation thermique. par l extérieur Rénovation thermique par l extérieur Enjeux des rénovations Secteur du Bâtiment : 1 er consommateur d énergie. Faire diminuer les consommations énergétiques des bâtiments en augmentant leur performance

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

Isolation... d une maison ancienne

Isolation... d une maison ancienne Photo F.Chevallereau Isolation...... d une maison ancienne comment s y prendre? L État : RT 2012? mais on est en 2014? Mes amis : Y a qu à mettre de la laine de verre! Mon voisin : Le polystyrène c est

Plus en détail

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w Conseils techniques Pour bénéficier du «Micro crédit régional 0 % Energie verte en Poitou-Charentes», le programme impose l utilisation de matériaux répondant à des niveaux de performances minimales. Pour

Plus en détail

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat

PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat PROGRAMME LOCAL DE L HABITAT (PLH 2010-2015) OBSERVATOIRE : Amélioration de l Habitat «Comprendre et qualifier la situation et l évolution du marché dans toutes ses compoanah N 5 Septembre 2015 Observatoire

Plus en détail

Ecole Montessori d Avignon, (84)

Ecole Montessori d Avignon, (84) Commission d évaluation : Réalisation/Fonctionnement du 14 octobre 2014 V1 Ecole Montessori d Avignon, (84) 1 Ce projet contraint par l aspect économique (financement du projet par l association) permet

Plus en détail

13 maisons BBC à Saint-Brice (51), L Effort Rémois. 30 logements BBC à Joué les Tours (37), Val Touraine Habitat Public

13 maisons BBC à Saint-Brice (51), L Effort Rémois. 30 logements BBC à Joué les Tours (37), Val Touraine Habitat Public Maitrise d œuvre logement P.1... P.2... P.3... P.4... P.5... P.6... P.7... P.8... P.9... P.10... P.11... P.12... P.13... P.14... P.15... 13 maisons BBC à Saint-Brice (51), L Effort Rémois 30 logements

Plus en détail

ESPACES INFO ÉNERGIE BIEN ISOLER SON LOGEMENT

ESPACES INFO ÉNERGIE BIEN ISOLER SON LOGEMENT ESPACES INFO ÉNERGIE BIEN ISOLER SON LOGEMENT POURQUOI FAUT-IL BIEN ISOLER SON LOGEMENT? Aujourd hui, les dépenses énergétiques représentent entre et 0% du budget annuel des ménages. Le chauffage arrive

Plus en détail

La rénovation énergétique du parc social

La rénovation énergétique du parc social La rénovation énergétique du parc social Vers la transition énergétique La coopération entre les acteurs du logement et la DDT 1 Des objectifs renforcés du Grenelle de l environnement et de la stratégie

Plus en détail

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante!

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante! PRÉFET La rénovation thermique Rénover sa maison pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

Solutions durables et innovantes pour maisons bois

Solutions durables et innovantes pour maisons bois Concept Solutions durables et innovantes pour maisons bois Des solutions techniques et performantes pour l univers de la construction Construire plus naturellement, c est concevoir des maisons saines et

Plus en détail

«Règles de l Art Grenelle Environnement 2012»

«Règles de l Art Grenelle Environnement 2012» OPÉRATION N 231 FICHE OPÉRATION PROGRAMME D ACCOMPAGNEMENT DES PROFESSIONNELS «Règles de l Art Grenelle Environnement 2012» Ce programme est une application du Grenelle Environnement. Il vise à revoir

Plus en détail

Quelles fenêtres pour ma maison passive?

Quelles fenêtres pour ma maison passive? 1 1 Quelles fenêtres pour ma maison passive? 2 Préambule Fenêtres et bilan global ------------------------ 2 Le PHPP ---------------------------------------- 3 Des valeurs prouvées ---------------------------

Plus en détail

CARNET DE ROUTE... CARNET DE ROUTE...

CARNET DE ROUTE... CARNET DE ROUTE... CARNET DE ROUTE... VOYAGE D ÉTUDE - visites de projets architecturaux mercredi 24 juin 2009 organisé par la Communauté de Communes de Mens et le Conseil d Architecture, d Urbanisme et de l Environnement

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Rénovation éco-énergétique

Rénovation éco-énergétique Rénovation éco-énergétique bureaux Fondation Roi Baudouin Rue Brederode, 21 1000 Bruxelles 1 Optimisation bâtiment dans le respect de son caractère patrimonial Démarche citoyenne responsable 2 Certains

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

Les caractéristiques. Le vocabulaire. Les caractéristiques thermiques. La qualité de la paroi vitrée: 1/6

Les caractéristiques. Le vocabulaire. Les caractéristiques thermiques. La qualité de la paroi vitrée: 1/6 Isolation thermiques des parois vitrées Fiche réalisée par l AGEDEN Mise à jour NL : 18/09/2015 De par leur fonction d'ouverture et de transparence, les baies vitrées sont les parois les plus vulnérables

Plus en détail

Visuels de références

Visuels de références Visuels de références ENERCOBAT SARL Siège: 640 route du Martelet 74300 Châtillon sur Cluses 04 50 96 02 14 Centre Technique : 3 rue du pré Bénévix 74300 Cluses 04 50 34 79 48 / 06 33 33 44 49 www.enercobat.com

Plus en détail

Localisation : Mont de Type de bâtiment Bureaux Marsan rue Martin Luther King. Zone Site Bosquet Maître d'œuvre Marc Ballay

Localisation : Mont de Type de bâtiment Bureaux Marsan rue Martin Luther King. Zone Site Bosquet Maître d'œuvre Marc Ballay La maîtrise d ouvrage a souhaité ancrer le projet dans une démarche «d exemplarité reproductible» en termes de construction durable. En ce sens, la démarche de conduite de projet et les solutions retenues

Plus en détail

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats

Concours. 2011 Présentation des projets lauréats. ats Concours «Ma maison éco» 2011 Présentation des projets lauréats ats PROJETS Rénovations R 4 Projets retenus Famille THIL 37330 Marcilly sur Maulne Famille THIL Natures des parois: Murs extérieurs Nord

Plus en détail

Cure de Puy Sanières. Puy Sanières (05) HC-R - Phase Réalisation Niveau OR (86pts)

Cure de Puy Sanières. Puy Sanières (05) HC-R - Phase Réalisation Niveau OR (86pts) Mur mitoyen église - BA13 - ITE laine de verre (ép. 10cm) - Mur en pierre ép60cm Toit - BA13 - Laine de verre (ép. 24cm) - OSB+lame d air -Couverture en ardoise Mur MOB - OSB - Fibre de bois HD (ép. 12cm)

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE

Projet JCE. MAISON MITOYENNE - Mr et Mme Guiquel. 22 rue de la pommerais - SAINT JACQUES DE LA LANDE Ecole des Métiers de l Environnement Campus de Ker Lann Rennes 35170 BRUZ Tél. : 02.99.05.88.00./ Fax. : 02.99.05.88.09. http://www.ecole-eme.com Auteurs : BOTREL Yohann Section : DEPS EREE DESGRANGES

Plus en détail

Le Défi lancé par la Région Poitou-Charentes pour une «maison témoin à très basse consommation d'énergie à moins de 80.000»

Le Défi lancé par la Région Poitou-Charentes pour une «maison témoin à très basse consommation d'énergie à moins de 80.000» ANNEXE Le Défi lancé par la Région Poitou-Charentes pour une «maison témoin à très basse consommation d'énergie à moins de 80.000» Dans un contexte de vie plus chère et de régression du pouvoir d'achat

Plus en détail

Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne

Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne Avant rénovation La maison comporte un rez de chaussée et un étage sous combles (mansardé). Elle se compose d'une partie ancienne et d'une partie nouvelle

Plus en détail

ISOLER LE SOL AU-DESSUS DES ESPACES NON CHAUFFÉS

ISOLER LE SOL AU-DESSUS DES ESPACES NON CHAUFFÉS Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LE SOL AU-DESSUS

Plus en détail

Pour améliorer le classement énergétique de votre maison et réaliser la meilleure plus-value possible, pensez à la rénovation.

Pour améliorer le classement énergétique de votre maison et réaliser la meilleure plus-value possible, pensez à la rénovation. GUIDE PRATIQUE BIEN ISOLER SA MAISON que faire???? IDÉE reçue?? sommaire 1 Pourquoi isoler sa maison?................. 5 2 Les déperditions thermiques des parois........................................

Plus en détail

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé VOUS AVEZ UN PROJET DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 EDITION 2015 avec la mention RGE et le CITE Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé SOMMAIRE ECO PTZ P.2 CREDIT D IMPÔT

Plus en détail

Principe : de tous côtés, la meilleure isolation thermique.

Principe : de tous côtés, la meilleure isolation thermique. Principe : de tous côtés, la meilleure isolation thermique. Chaque élément de construction a un effet déterminant Qu il s agisse du toit, d un mur extérieur ou de la cave, une bonne qualité thermique des

Plus en détail

Chantier I.F.P.E.C. / Lille. Trophées de la Construction Bois 2009 CNDB Nord BAT Région Nord Pas de calais Picardie U.E.F.E.D.R.

Chantier I.F.P.E.C. / Lille. Trophées de la Construction Bois 2009 CNDB Nord BAT Région Nord Pas de calais Picardie U.E.F.E.D.R. Chantier I.F.P.E.C. / Lille Trophées de la Construction Bois 2009 CNDB Nord BAT Région Nord Pas de calais Picardie U.E.F.E.D.R. Présentation du Projet Extension d un bâtiment tertiaire existant sur 4 niveaux

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

N 5 SUPERSTRUCTURE. Enveloppe Seconde œuvre. Arezou MONSHIZADE MOBat

N 5 SUPERSTRUCTURE. Enveloppe Seconde œuvre. Arezou MONSHIZADE MOBat N 5 SUPERSTRUCTURE Enveloppe Seconde œuvre Arezou MONSHIZADE MOBat SUPERSTRUCTURE: Eléments constructifs SUPERSTRUCTURE Murs et baies Plancher Toiture Couverture +Seconde oeuvre INFRASTRUCTURE Sol Semelles

Plus en détail

Conception de 10 logements à Energie Positive: Retour d expérience projet «Les Aires»àPouzols(34) Maitre d Ouvrage FDI.

Conception de 10 logements à Energie Positive: Retour d expérience projet «Les Aires»àPouzols(34) Maitre d Ouvrage FDI. Conception de 10 logements à Energie Positive: Retour d expérience projet «Les Aires»àPouzols(34) Maitre d Ouvrage FDI Philippe Guigon 1 Qui sommes nous Un réseau d experts spécialisés en optimisation

Plus en détail

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT

ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT ANALYSE DE LA QUALITÉ ENVIRONNEMENTALE D UNE RÉHABILITATION DE BÂTIMENT Réhabilitation du bâtiment «Mendès France» à Auch 12 logements au standard «BBC Effinergie Rénovation» pour l OPH 32 Octobre 2011

Plus en détail

Séminaire Rénovation des toitures plate

Séminaire Rénovation des toitures plate Séminaire Rénovation des toitures plate CCBC 5 décembre 2013 Rénovation et isolation des toitures plates en béton Stéphanie DEMEULEMEESTER FACILITATEUR BATIMENT DURABLE Spécialiste ENVIRONNEMENT 1. Introduction

Plus en détail

Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT»

Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Deuxième partie LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE POUR LES BÂTIMENTS EXISTANTS «ÉLÉMENT PAR ÉLÉMENT» Arrêté du 3 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments

Plus en détail

LEXIQUE BATIMENT. Air neuf : Air extérieur introduit à l intérieur des logements par des dispositifs adaptés (fenêtres, entrées d air, ).

LEXIQUE BATIMENT. Air neuf : Air extérieur introduit à l intérieur des logements par des dispositifs adaptés (fenêtres, entrées d air, ). LEXIQUE BATIMENT ACERMI : Association pour la certification des matériaux isolants. La certification ACERMI garantit pour l isolant un niveau de qualité et permet de connaître ses caractéristiques, indispensables

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux Ce document présente : Date d édition : 1 septembre 2014 Les qualifications et certifications «RGE»

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Isolation et ventilation des combles

Isolation et ventilation des combles Fiche technique Isolation et ventilation des combles 2 5 7 8 9 Connaître Les combles : première source de déperdition de chaleur Les grandes familles d isolants thermiques Protéger l isolant de l eau Quelle

Plus en détail

LES ESSENTIELS DU N 6 BÂTIMENTS BOIS BASSE CONSOMMATION ET PASSIFS. Avril 2009

LES ESSENTIELS DU N 6 BÂTIMENTS BOIS BASSE CONSOMMATION ET PASSIFS. Avril 2009 LES ESSENTIELS DU Avril 2009 N 6 BÂTIMENTS BOIS BASSE CONSOMMATION ET PASSIFS ÉDITO Vivant, chaleureux, naturel, autant de qualificatifs associés au bois, matériau tendance qui revient en force sur le

Plus en détail

Appel à Projets 2013. Règlement. Efficacité énergétique dans les bâtiments rénovés. à basse consommation d énergie

Appel à Projets 2013. Règlement. Efficacité énergétique dans les bâtiments rénovés. à basse consommation d énergie Appel à Projets 2013 Efficacité énergétique dans les bâtiments rénovés à basse consommation d énergie Règlement Préalable : avant d envisager de candidater à cet appel à projets nous vous conseillons de

Plus en détail

Isolation et humidité dans les parois

Isolation et humidité dans les parois Isolation et humidité dans les parois Mise à jour 03 août 2015 (LS) Fiche réalisée par HESPUL Les matériaux de construction ont des comportements qui varient face à l'humidité. Lorsqu on entreprend des

Plus en détail