Les voyageurs québécois et ontariens dans la Caraïbe : analyse exploratoire de leurs motivations

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les voyageurs québécois et ontariens dans la Caraïbe : analyse exploratoire de leurs motivations"

Transcription

1 Les voyageurs québécois et ontariens dans la Caraïbe : analyse exploratoire de leurs motivations Bruno Sarrasin Professeur au département d études urbaines et touristiques de l ESG- UQAM Paul Arseneault Professeur au département d études urbaines et touristiques de l ESG- UQAM et titulaire de la Chaire de tourisme Transat Maryse Boivin Étudiante au doctorat en études urbaines de l ESG-UQAM Présenté dans le cadre du Symposium de la Chaire de tourisme Transat Les entreprises touristiques au cœur du développement économique - Symposium sur les mesures de performance et les contributions économiques du tourisme 24 septembre 2012

2 Introduction La Caraïbe a connu au cours des trois dernières décennies une croissance de son tourisme international. Selon l Organisation mondiale du tourisme, pour l année 2011, la Caraïbe a reçu 20,8 millions d arrivées internationales, soit 2,1% de toutes les arrivées mondiales (OMT, 2012). Si de multiples raisons peuvent générer l envie de voyager et attirer le touriste vers une destination, il apparaît important d explorer les déterminants motivationnels justifiant le choix de la Caraïbe comme destination vacances. Ainsi, l objectif principal de cette recherche est d identifier et mesurer les déterminants socioéconomiques qui conditionnent le séjour des Québécois et des Ontariens dans la Caraïbe et d en expliquer les similitudes et les différences. Par la réalisation d une enquête via un panel web auprès de 601 Québécois et de 602 Ontariens, les aspects culturels, économiques, psychosociologiques et environnementaux intervenant dans le choix d une destination ont été évalués. Cette démarche demeure exploratoire puisqu elle s appuie sur un échantillon non représentatif de la population de ces deux provinces du Canada. Mise en contexte L envie de voyager et le choix d une destination s insèrent dans un processus de décision reposant sur des fondements motivationnels. La motivation à voyager se définit comme l ensemble des besoins qui mènent une personne à participer à une activité touristique (Swanson et Horridge, 2006). Pour comprendre les déterminants du choix d une destination, une différence peut être établie entre les motivations internes, liées à l individu, et externes, liées à la destination. On peut aussi comprendre cette dichotomie dans une optique de fuiterecherche s exerçant comme deux forces motivationnelles au voyage (Iso-Ahola, 1980). La littérature en tourisme souligne l importance des éléments liés aux caractéristiques de la destination envisagée (dits «pull») et ceux liés à l individu (dits «push») comme facteurs influençant la motivation et le choix d une destination vacances (Yoon et Uysal, 2005). Les facteurs «pull» sont les forces extérieures suscitées par une destination, qui encouragent les touristes à visiter un certain endroit (Van der Merwe, Slabbert et Saayman, 2011). Ces facteurs sont principalement reliés à l'attractivité d'une destination et ses caractéristiques tangibles, comme les plages, l'hébergement, les installations de loisirs ainsi que les attraits culturels et historiques. En contrepartie, les facteurs «push» sont plutôt définis comme des forces internes et psychologiques qui génèrent le désir de voyager. Les facteurs push sont ancrés dans les désirs intangibles du voyageur, tels que la fuite, le repos, la détente, l aventure, la santé ou le prestige (Andreu, Bigné et Cooper, 2001 ; Van der Merwe, Slabbert et Saayman, 2011). À ce jour, on observe une prédominance des facteurs «push» pour orienter le choix d une destination voyage. De plus, les études montrent que les motivations au voyage peuvent varier d une personne à l autre, d un marché à l autre et d un processus de décision à l autre (Andreu et al., 2005 ; Kozak, 2002). Non seulement, les individus d un même pays voyageant à différentes destinations peuvent avoir différentes motivations, mais les gens provenant de différents pays visitant la même destination peuvent également avoir différentes motivations (Kozak, 2002). Ainsi, se pencher sur ces différences, précisément en termes de motivation, apparaît particulièrement pertinent. 2

3 Résultats Sur l ensemble de nos répondants, 2,3% ont déclaré qu un seul adulte faisait partie du voyage, plusieurs d entre eux étaient accompagnés d enfants. À l échelle du ménage cependant, près de 50% de l ensemble des répondants déclarent un revenu annuel (avant impôts) de plus de $ et près de 40% ont un revenu supérieur à $. Notre population de voyageurs dans la Caraïbe possède donc un revenu familial annuel nettement supérieur à la moyenne canadienne, qui est de $ par année (Statistique Canada, 2010). De plus, le nombre de répondants ontariens déclarant des revenus de plus de $ par année est 70% plus élevé que le nombre de répondants québécois dans cette catégorie. La Caraïbe étant composée d un grand nombre de destinations, le plus récent séjour réalisé par la population étudiée s est principalement concentré sur Cuba (30%), le Mexique (19%) Cancun et la péninsule du Yucatan et la République Dominicaine (15%). Un peu plus des 15% ont effectué une croisière leur donnant accès à plusieurs destinations. Le 21% restant est partagé par l ensemble des autres destinations parmi lesquelles seules la Jamaïque (5,6%) et les Bahamas (4,3%) méritent une mention. La dernière destination visitée par les répondants révèle des particularités selon l origine du voyageur. Par exemple, plus de deux fois plus de répondants québécois ont choisi Cuba comme dernière destination de vacances (41,76% contre 17,44%). Si le Mexique et la République Dominicaine offrent un attrait comparable, certaines destinations sont surtout fréquentées bien que marginalement par les Québécois (Martinique, Guadeloupe, Haïti) ou par les Ontariens (Barbade, Bahamas, Jamaïque, Dominique, Antigua-et- Barbuda). Par ailleurs, 30% des répondants n avaient effectué aucun voyage à l extérieur de la Caraïbe au cours des trois dernières années. Sans surprise, plus de 73% de la durée des séjours étaient d une semaine ou moins et 76% s inscrivaient dans un forfait tout inclus réalisé dans 60% des cas entre janvier et avril inclusivement. Notons à ce titre que 36% de tous nos répondants ont réalisé leur séjour en février ou en mars ; décembre et janvier ne représentent que 21% du total. La dépense moyenne par personne et par séjour varie en fonction de la durée et du type de forfait. Elle se situe globalement à 1 215$ par personne et par semaine, incluant les taxes. Les répondants québécois dépensent systématiquement plus que les Ontariens pour tous les types de forfaits pour lesquels nous avons des données. En forfait tout inclus, la somme des dépenses moyennes par personne est de 1 367$. Si les dépenses en excursions sont similaires (environ 100$) entre les répondants québécois et ontariens, les premiers dépensent 11% de plus (1 435$) que leurs voisins (1 289$) pour l ensemble de leur séjour. Les croisiéristes payent en moyenne 2 018$ par personne pour la totalité de leurs prestations. Le prix du forfait croisière étant comparable à celui d un forfait tout inclus, le coût de l avion (408$ en moyenne) doit y être ajouté, ce qui explique l écart de près de 50% avec le prix d un tout inclus. On constate à nouveau une différence significative (30%) entre le prix payé par les répondants québécois et celui payé par les Ontariens. Enfin, 8,37% des répondants ont réalisé un «séjour à la carte» au coût total moyen par personne de 1 500$. Nous n avons pas observé d écarts significatifs selon l origine des répondants pour ce type de séjours bien que, pris globalement, nous pouvons affirmer que les voyageurs québécois et ontariens de notre étude possèdent des caractéristiques socioéconomiques et des comportements de consommateur différents (destination, revenus et dépenses). 3

4 Bien que les déterminants mesurés soient généralement sélectionnés sur la base d une dichotomie «pull» et «push» ou «fuite» et «recherche», le nombre de facteurs ressortant des recherches empiriques varie toutefois d une étude à l autre. En nous basant sur ces recherches, tout en adaptant la mesure à notre contexte, nous avons établi une liste de 20 énoncés visant la mesure de quatre dimensions de la motivation à voyager. Les dimensions culturelles, économiques, psychosociologiques et environnementales intervenant dans le choix d une destination ont ainsi été évaluées auprès de la population ciblée. Si d emblée nous avions réduit nos variables motivationnelles à deux catégories fondées dans la théorie (push et pull), mesurées sous quatre thèmes, il appert de nos analyses statistiques que la vingtaine d indicateurs retenus offrent des résultats différents de ce qui était initialement attendu. Notre premier facteur pull, composé de six variables et expliquant 21% de la variance, offre des moyennes qui sont semblables pour les Québécois et les Ontariens. Ainsi, ce sont les caractéristiques liées à la salubrité, la qualité, le confort, la beauté de l environnement et des plages qui étaient principalement recherchés par nos répondants dans le cadre de leur dernière visite dans la Caraïbe. Ces considérations devraient avoir un impact sur la manière dont les destinations touristiques de la Caraïbe interpelleront les consommateurs québécois et ontariens, mais également sur les stratégies des tours-opérateurs canadiens. Il apparait évident que les caractéristiques de la destination à être vendue doivent demeurer à l avant-plan, et plus particulièrement les aspects de qualité et de salubrité des infrastructures, tout autant que la mise en valeur des composantes naturelles, principalement les paysages et la plage. L apparition d un nouveau facteur, expliquant 18% de la variance, n était pas initialement prévue. Rassemblant des variables reliées à la «découverte», ce facteur est composé des éléments que la dernière destination visitée offre en termes de lieux historiques ou culturels, d apprentissage ou encore de rencontres avec les résidents. Elle regroupe aussi trois variables intrinsèques révélatrices, liées à la volonté d entrer en contact avec d autres touristes, à bouger ou vivre des aventures ou encore accroître ses connaissances. Comparativement aux autres facteurs, il appert que la dimension de vacances favorisant la découverte est moins valorisée par nos répondants lorsqu ils ont fait le choix de leur dernier voyage vers la Caraïbe. Nous pouvons ainsi avancer que, malgré l apparition d une certaine forme de vacances plus actives et plus stimulantes intellectuellement, les voyages dans le Sud répondent à d autres impératifs, davantage liés à une forme de repos. Par ailleurs, notre étude indique que les variables push jouent néanmoins un rôle important dans le fait de choisir la Caraïbe comme destination vacances. Bien que le troisième facteur n explique que 10% de la variance, les résultats indiquent que les Ontariens et les Québécois ont des motivations dont les écarts sont statistiquement significatifs, à l exemption de la variable reliée à l évasion des préoccupations quotidiennes, qui est la plus forte pour les deux sousgroupes. D une part, les Québécois se caractérisent par une valeur plus forte accordée au repos, à la relaxation et globalement au «ne rien faire» lorsqu ils choisissent la Caraïbe comme lieu de vacances. Pour leur part, les Ontariens recherchent davantage à s offrir du luxe, à se divertir, à passer du temps en famille et à quitter les contraintes de l hiver canadien. Ainsi, les destinations caribéennes doivent, dans une logique marketing, promouvoir un message mettant en valeur le vécu et le ressenti qu offre leur pays ou région. Ainsi, les Ontariens seront davantage interpelés par une certaine forme de gratification et par les occasions de se retrouver en famille ou avec les proches alors que les Québécois le seront plutôt par la notion d évasion et de relaxation. 4

5 Le quatrième facteur, avec 8% de la variance expliquée, indique que la décision de visiter la Caraïbe demeure, en toile de fond, assujettie à des considérations de nature financières. On peut noter que les Ontariens présentent une plus grande sensibilité aux aubaines alors que les Québécois sont davantage préoccupés par le respect du budget vacances. Bien que les revenus des ménages qui s y rendent soient relativement élevés, il ressort que la recherche d un bon prix représente un critère de sélection, et ce, davantage pour les voyageurs ontariens. Ainsi, le caractère relativement «abordable» d un voyage dans le sud demeure un aspect fort valorisé par nos répondants. En effet, il est évident qu avec une dépense moyenne de 1 215$, taxes incluses, pour un voyage de sept jours incluant le transport aérien et terrestre, tous les repas et les activités, cette destination demeurera plus abordable qu un voyage offrant les mêmes services dans une grande ville nord-américaine dont le déplacement se ferait par avion. La Caraïbe compte donc sur un avantage concurrentiel d envergure en matière de coût global de l expérience offerte. Au niveau des comparaisons des motivations significativement différentes selon la dernière destination visitée, les résultats nous ont permis d identifier les motivations particulières des voyageurs selon la destination visitée lors du dernier voyage dans la Caraïbe. Pour la destination de Cuba, on peut retenir que certains déterminants reliés à la qualité des installations ont des résultats inférieurs que les autres destinations, mais son choix semble correspondre davantage au respect du budget. Pour les répondants dont le dernier voyage dans la Caraïbe était au Mexique, on observe que la présence de sites archéologiques d importance sort du lot, et qu elle est particulièrement choisie sur la base de la qualité. Finalement, les répondants dont le dernier voyage dans la Caraïbe était en République dominicaine, on observe que les variables de qualités des installations ressortent aussi positivement, contrairement aux variables de découvertes. Conclusion Ainsi, nos résultats semblent indiquer que le produit tout inclus dans le Sud présente encore une grande pertinence pour notre population étudiée. Par ailleurs, en raison du peu d importance accordée à la découverte, nous pouvons suggérer que le produit sud particulièrement dans sa déclinaison en tout inclus représente un produit indifférencié. Pour les trois principales destinations que sont Cuba, Cancun et la péninsule du Yucatan ainsi que la République dominicaine, nos répondants semblent juger ces trois destinations comme presque interchangeables, à l exception de quelques variables. Cela signifie que nos répondants sont davantage préoccupés de la qualité de l hôtel ou le centre de villégiature qu ils visiteront que par le pays retenu. Nous pourrions même faire l hypothèse que les gens qui choisissent le tout inclus ne cherchent pas à voyager à l étranger, mais à vive une expérience dans un lieu contrôlé et fermé, offrant confort et beaux paysages. Nos travaux ont permis de vérifier pour la première fois de manière empirique les caractéristiques motivationnelles de voyageurs canadiens visitant la Caraïbe et d en distinguer les différences selon la province d origine. Nos résultats donnent ainsi des indications que le tourisme vers la Caraïbe est conditionné par des variables de type «pull». Enfin, nous devons noter un apport d importance de nos travaux, puisque nous démontrons l intérêt, dans un contexte de marketing touristique, de dépasser le recours à de simples 5

6 sondages d opinion auprès des consommateurs potentiels une approche plus traditionnelle pour plutôt investiguer en profondeur les dimensions motivationnelles plus complexes, ces dernières offrant des indications plus raffinées des différentes «cordes sensibles» des répondants. En procédant ainsi, les entreprises québécoises et ontariennes qui commercialisent la Caraïbe pourraient découvrir des pistes de mise en marché plus riche et moins uniforme. Nous observons de ce fait que les campagnes publicitaires ainsi que les sites internet de ces entreprises sont souvent indifférenciés, et présentent de manière uniforme les destinations et les attributs que ces dernières peuvent offrir. Il s agit d une piste intéressante de développement du marketing touristique qui s offre ici suite à nos résultats. Bibliographie Andreu, Luisa, J. Enrique Bigné et Chris Cooper «Projected and Perceived Image of Spain as a Tourist Destination for British Travellers». Journal of Travel & Tourism Marketing. vol. 9, no 4, p Andreu, Luisa, Metin Kozak, Nilgun Avci et Nurten Cifter «Market Segmentation by Motivations to Travel». Journal of Travel & Tourism Marketing. vol. 19, no 1, p Kozak, Metin «Comparative analysis of tourist motivations by nationality and destinations». Tourism Management. vol. 23, no 3, p OMT (2012). Faits saillants OMT du tourisme, Édition Madrid, Espagne, Organisation mondiale du tourisme: 16 p Statistique Canada (2010). CANSIM, tableau Swanson, Kristen K., et Patricia E. Horridge «Travel motivations as souvenir purchase indicators». Tourism Management. vol. 27, no 4, p Van der Merwe, Petrus, Elmarie Slabbert et Melville Saayman «Travel motivations of tourists to selected marine destinations». International Journal of Tourism Research. vol. 13, no 5, p Yoon, Yooshik, et Muzaffer Uysal «An examination of the effects of motivation and satisfaction on destination loyalty: a structural model». Tourism Management. vol. 26, no 1, p

Comportement Web des touristes québécois

Comportement Web des touristes québécois Comportement Web des touristes québécois Faits saillants - Mai 2011 Sondage Ipsos Descarie Réseau de veille en tourisme En partenariat avec le ministère du Tourisme du Québec Le sondage concernant le comportement

Plus en détail

Examen de la Loi sur les parcs du Nouveau-Brunswick Réponse du public 2013

Examen de la Loi sur les parcs du Nouveau-Brunswick Réponse du public 2013 Examen de la Loi sur les parcs du Nouveau-Brunswick Réponse du public 2013 Rochers Hopewell Rocks Au départ, tous les parcs provinciaux ont été créés à l intention des gens de la province et d ailleurs,

Plus en détail

QUI FABRIQUE LES VOYAGES ET QUI LES VEND? Je découvre

QUI FABRIQUE LES VOYAGES ET QUI LES VEND? Je découvre QUI FABRIQUE LES VOYAGES ET QUI LES VEND? Je découvre 1) Comment achète-t-on un voyage sur une brochure? 1 TRANSPORT HEBERGEMENT / RESTAURATION EXCURSIONS / VISITES ACTIVITES DE LOISIRS LES PRESTATAIRES

Plus en détail

Le domaine point-ca est le meilleur choix pour toute entreprise canadienne qui veut établir une présence en ligne

Le domaine point-ca est le meilleur choix pour toute entreprise canadienne qui veut établir une présence en ligne 60 Secondes dans la vie de L ACEI, Rapport annuel 2008-2009 Le domaine point-ca est le meilleur choix pour toute entreprise canadienne qui veut établir une présence en ligne Plus de 1,2 millions de noms

Plus en détail

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB

MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB MODÈLE CROP DE CALIBRATION DES PANELS WEB 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 WWW.CROP.CA Le Protocole CROP de calibration des panels en ligne

Plus en détail

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES

CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES CANADIAN ALLIANCE OF STUDENT ASSOCIATIONS ALLIANCE CANADIENNE DES ASSOCIATIONS ÉTUDIANTES Document d information Le coût élevé des études retarde l accès des étudiants à l autonomie financière Compte tenu

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

KAR-G-1239 Conseiller Vacances Gourmet Inclusive P

KAR-G-1239 Conseiller Vacances Gourmet Inclusive P Centres de villégiature et spas romantiques, d une élégance décontractée, pour adultes seulement. Le choix idéal pour un goût classique du Mexique authentique. Centres de villégiature et spas magnifiquement

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS

FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS FOTO - L OMNIBUS MENSUEL DE CROP LE NOUVEAU CROP-EXPRESS 550, RUE SHERBROOKE OUEST MONTRÉAL (QUÉBEC) H3A 1B9 BUREAU 900 TOUR EST T 514 849-8086, POSTE 3064 Réflexions méthodologiques Depuis des années,

Plus en détail

Profils du QE. Profils du QEMD

Profils du QE. Profils du QEMD Profils du QE Servez-vous des riches études de marché de la CCT fondées sur les valeurs sociales pour mieux cibler votre clientèle, développer vos produits et mener vos activités de marketing. Les pages

Plus en détail

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca

Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF. www.ccrvc.ca Impact économique de l industrie canadienne du camping et analyse des tendances SOMMAIRE EXÉCUTIF Le camping est une belle occasion de passer du temps en famille, de créer de beaux souvenirs qui dureront

Plus en détail

ÉTUDE SUR LA TARIFICATION DES ATTRACTIONS TOURISTIQUES (2014)

ÉTUDE SUR LA TARIFICATION DES ATTRACTIONS TOURISTIQUES (2014) ÉTUDE SUR LA TARIFICATION DES ATTRACTIONS TOURISTIQUES (2014) P R A T I Q U E S T A R I F A I R E S D E S M E M B R E S D E L A S A T Q E T N I V E A U D A C C E P T A B I L I T É D E S P R I X C H E Z

Plus en détail

Bilan 2014 à la hausse et promotion de l été 2015

Bilan 2014 à la hausse et promotion de l été 2015 communiqué d i f f u s i o n i m m é d i a t e Bilan 2014 à la hausse et promotion de l été 2015 Québec, le 1 er juin 2015 Dans le cadre de son assemblée générale annuelle 2015 devant ses membres et l

Plus en détail

Le marché français. Fiche n 1 : Le Bassin Lyonnais. Données de cadrage. Observatoire d Aintourisme

Le marché français. Fiche n 1 : Le Bassin Lyonnais. Données de cadrage. Observatoire d Aintourisme LAin et ses principaux marchés touristiques Date : novembre 2010 Observatoire d Aintourisme Le marché français Fiche n 1 : Le Bassin Lyonnais Dans cette fiche marché, le Bassin Lyonnais correspond à la

Plus en détail

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire

Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Étude d impact IBM sur les états frontaliers - Sommaire Les États-Unis sont le marché touristique international le plus important pour le Canada et l Ontario. Par conséquent, on déploie des efforts importants

Plus en détail

QUIMBAYA TOURS, UNE AGENCE RECEPTIVE A DIMENSION INTERNATIONALE EN QUETE D UNE CLIENTELE NOUVELLE

QUIMBAYA TOURS, UNE AGENCE RECEPTIVE A DIMENSION INTERNATIONALE EN QUETE D UNE CLIENTELE NOUVELLE QUIMBAYA TOURS, UNE AGENCE RECEPTIVE A DIMENSION INTERNATIONALE EN QUETE D UNE CLIENTELE NOUVELLE Catarina Pascoal Equipe M Himali Patabendi 2013-2014 Sandrine Tan TABLE DES MATIERES I - Quimbaya Tours

Plus en détail

VOYAGES RÊVE > TARIFS DE PUBLICITÉ 2014 > PRINT & WEB. & hôtels de

VOYAGES RÊVE > TARIFS DE PUBLICITÉ 2014 > PRINT & WEB. & hôtels de AUDIENCE GLOBALE : + 24 % EN 2013! (SOURCE MLP) > TARIFS DE PUBLICITÉ 2014 > PRINT & WEB Informations & contact : VIP Médias Tél. +33 (0)4 42 23 22 45 voyagesdereve@vipmedias.com Voyages & Hôtels de Rêve

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

Nouveau guide des meilleures pratiques d'affaires en design d'expériences de tourisme d'aventure

Nouveau guide des meilleures pratiques d'affaires en design d'expériences de tourisme d'aventure + Nouveau guide des meilleures pratiques d'affaires en design d'expériences de tourisme d'aventure Maurice Couture GPS Tourisme Inc. Rachel L Abbé Destination Équitable SÉMINAIRE 2013 / 5 ET 6 NOVEMBRE

Plus en détail

Tourisme. Le secteur du tourisme. La saisonnalité dans le secteur. Quelques chiffres en lien avec l emploi saisonnier

Tourisme. Le secteur du tourisme. La saisonnalité dans le secteur. Quelques chiffres en lien avec l emploi saisonnier Le secteur du tourisme Le secteur du tourisme se subdivise en cinq grands sous-secteurs : la restauration, l hébergement, les loisirs et le divertissement, les services de voyage et le transport. Selon

Plus en détail

LES 14 TENDANCES TOURISTIQUES DE 2014 Gueuleton touristique Chaire de tourisme Transat de l ESG UQAM!

LES 14 TENDANCES TOURISTIQUES DE 2014 Gueuleton touristique Chaire de tourisme Transat de l ESG UQAM! LES 14 TENDANCES TOURISTIQUES DE 2014 Gueuleton touristique Chaire de tourisme Transat de l ESG UQAM! Pierre Bellerose, Tourisme Montréal Jean-Luc Boulin, MOPA Pierre Eloy, Agitateurs de Destinations Numériques

Plus en détail

Notre planète mobile : Canada

Notre planète mobile : Canada Notre planète mobile : Canada Mieux comprendre les utilisateurs de mobiles Mai 2012 1 Les téléphones intelligents constituent une plateforme par laquelle les annonceurs peuvent entrer en contact avec les

Plus en détail

CAHIER DU PARTICIPANT

CAHIER DU PARTICIPANT CAHIER DU PARTICIPANT Coordination des travaux : Pascale Daigle, Chaire de Tourisme de l UQAM Conception,recherche, rédaction : Pascale Daigle et Brigitte Maheu, Chaire de Tourisme de l UQAM Collaboration

Plus en détail

ETUDE MARKETING: LE PORTRAIT ROBOT DU TOURISTE DURABLE - Le Journal de l'ecotourisme Dimanche, 09 Mai 2010 22:15

ETUDE MARKETING: LE PORTRAIT ROBOT DU TOURISTE DURABLE - Le Journal de l'ecotourisme Dimanche, 09 Mai 2010 22:15 Avis aux agences de voyages, entre autres! Au cours de la 9ème conférence internationale marketing & marché, qui se tenait en janvier dernier en Italie, fut présentée une étude qualitative sur les attitudes

Plus en détail

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne

Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Les Français, les hôteliers et les sites de réservation d hébergement en ligne Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Politique Opinion Magalie Gérard, Directrice de clientèle

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

LES SECRETS DU SUCCÈS

LES SECRETS DU SUCCÈS Investir - Pour un Québec résolument moderne et innovateur Colloque organisé par le Conseil du patronat du Québec Montréal, le jeudi 11 novembre 2004 POINTS SAILLANTS DU COLLOQUE LES SECRETS DU SUCCÈS

Plus en détail

Améliorer la protection du consommateur dans l industrie du voyage

Améliorer la protection du consommateur dans l industrie du voyage Pour de meilleures conditions du marché Plan manitobain d amélioration de la protection du consommateur Améliorer la protection du consommateur dans l industrie du voyage Document de consultation publique

Plus en détail

Un réseau de communautés villageoises au patrimoine authentique situées dans des paysages remarquables.

Un réseau de communautés villageoises au patrimoine authentique situées dans des paysages remarquables. Proposition de protocole d entente de partenariat financier entre Le Mouvement Desjardins et l Association des plus beaux villages du Québec, corporation à but nonlucratif, fondée en 1998. Association

Plus en détail

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET

L utilisation des TIC par le personnel enseignant. Marie-José Roy FRÉQUENCE D UTILISATION ET INTERNET L utilisation des TIC par le personnel enseignant Marie-José Roy Depuis l apparition des micro-ordinateurs dans les années 1980, la tâche des enseignantes et enseignants s est vue modifiée à mesure que

Plus en détail

Services du Gouvernement en Ligne (GeL)

Services du Gouvernement en Ligne (GeL) Centre d Accueil et de Référence sociale et économique pour Immigrants Présente Services du Gouvernement en Ligne (GeL) Formations Cari St-Laurent Février 2011 TABLE DES MATIÈRES 1. But du guide de formation...

Plus en détail

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec

ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU En collaboration avec ilottery 2.0 DÉVELOPPER LE JEU L I V R E B L A N C En collaboration avec RÉSUMÉ 2 Ce livre blanc repose sur une étude commandée par Karma Gaming et réalisée par Gaming Insights Group. Les données viennent

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Le marché et la stratégie de marketing

Le marché et la stratégie de marketing CHAPITRE 03 MARKETING Guide de l enseignant Le marché et la stratégie de marketing Denis Pettigrew, D. Sc. gestion Professeur titulaire de marketing Université du Québec à Trois-Rivières PARTIE 1 OBJECTIFS

Plus en détail

RÉGIMES D ASSURANCE SALAIRE (RAS) MISE À JOUR DE 2012-2013

RÉGIMES D ASSURANCE SALAIRE (RAS) MISE À JOUR DE 2012-2013 RÉGIMES D ASSURANCE SALAIRE (RAS) MISE À JOUR DE 2012-2013 L Association canadienne de la paie (ACP) a collaboré avec l Agence du revenu du Canada (ARC) pour s assurer que toute l information associée

Plus en détail

DÉTAILS ET RÈGLEMENTS DE LA LOTO VOYAGE 2014

DÉTAILS ET RÈGLEMENTS DE LA LOTO VOYAGE 2014 DÉTAILS ET RÈGLEMENTS DE LA LOTO VOYAGE 2014 Admissibilité 1. Cette loterie est réservée prioritairement aux employés bénévoles, médecins ainsi que les contractuels opérant des dépendances CSSS Drummond

Plus en détail

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET

C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET C H A P I T R E 7.4 UTILISATION D INTERNET Dans une société de l information, l accès à un ordinateur et à une connexion Internet à faible coût apparaît de première importance pour toutes les couches de

Plus en détail

TOURISME... 3 FREQUENTATION TOURISTIQUE... 3 PREVISIONS... 8 CROISIERE... 9 TRANSPORTEURS INTERNATIONAUX... 10 TRANSPORTEURS DOMESTIQUES...

TOURISME... 3 FREQUENTATION TOURISTIQUE... 3 PREVISIONS... 8 CROISIERE... 9 TRANSPORTEURS INTERNATIONAUX... 10 TRANSPORTEURS DOMESTIQUES... TABLEAU DE BORD DU 4 ème TRIMESTRE 28 TOURISME... 3 FREQUENTATION TOURISTIQUE... 3 ACTIVITE DE L HOTELLERIE INTERNATIONALE... 6 PREVISIONS... 8 CROISIERE... 9 TRANSPORTEURS INTERNATIONAUX... 1 TRANSPORTEURS

Plus en détail

La clientèle canadienne en Champagne-Ardenne

La clientèle canadienne en Champagne-Ardenne Observatoire Régional du Tourisme de Champagne-Ardenne Fiche Clientèle La clientèle canadienne en Champagne-Ardenne La clientèle canadienne Données de cadrage Population : 34 300 083 habitants en 2011

Plus en détail

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT

1. LES OBJECTIFS PRIORITAIRES DE L EPRT Dernière mise à jour : 12 novembre 2013 ENTENTE DE PARTENARIAT RÉGIONAL EN TOURISME DE CHARLEVOIX 2013-2015 Catégorie FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS L EPRT de Charlevoix partenaire du développement touristique

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

PROCÉDURE POUR LES DÉPLACEMENTS

PROCÉDURE POUR LES DÉPLACEMENTS PROCÉDURE POUR LES DÉPLACEMENTS PRÉAMBULE La Fondation juge que les déplacements des membres de sa communauté sont nécessaires et souhaitables dans une optique de recherche, d apprentissage, de dissémination

Plus en détail

STRATÉGIE DE MARKETING TOURISTIQUE 2000-2005 TOURISME D AFFAIRES ET DE CONGRÈS

STRATÉGIE DE MARKETING TOURISTIQUE 2000-2005 TOURISME D AFFAIRES ET DE CONGRÈS STRATÉGIE DE MARKETING TOURISTIQUE 2000-2005 TOURISME D AFFAIRES ET DE CONGRÈS Coordination Michel Stewart, directeur général des régions et des produits touristiques Recherche, analyse et rédaction Diane

Plus en détail

TOUTE LES INFORMATIONS NÉCESSAIRES POUR REMPLIR LES QUESTIONNAIRES DE L'OMT

TOUTE LES INFORMATIONS NÉCESSAIRES POUR REMPLIR LES QUESTIONNAIRES DE L'OMT TOUTE LES INFORMATIONS NÉCESSAIRES POUR REMPLIR LES QUESTIONNAIRES DE L'OMT L'Organisation mondiale du tourisme est l'agence des Nations Unies responsable de la collecte des statistiques du tourisme, c'est

Plus en détail

Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques. Marketing - Tourisme

Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques. Marketing - Tourisme Comportements et attentes des internautes vis-à-vis des sites Internet touristiques Une enquête commandée par : L Ardesi Midi-Pyrénées La Caisse des Dépôts et Consignations La Direction du Tourisme Le

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web? Cette étude a été réalisée par Skooiz.com et Mastodonte Communication

Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web? Cette étude a été réalisée par Skooiz.com et Mastodonte Communication Comment les Québécois cherchent-ils sur le Web? Cette étude a été réalisée par Skooiz.com et Mastodonte Communication Introduction Il se dit beaucoup de choses sur les habitudes de recherche des internautes

Plus en détail

Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements

Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements Sondage 2010 des ACVM sur la retraite et les placements Réalisé pour les Autorités canadiennes en valeurs mobilières Résumé le 28 septembre 2010 www.ipsos.ca TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ... 1 Principales

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

2 0 1 2-2 0 1 5 E N T E N T E DE P A R T E N A R I A T R É G I O N A L EN T O U R I S M E

2 0 1 2-2 0 1 5 E N T E N T E DE P A R T E N A R I A T R É G I O N A L EN T O U R I S M E R É G I O N T O U R I S T I Q U E D E S Î L E S D E L A M A D E L E I N E E N T E N T E DE P A R T E N A R I A T R É G I O N A L EN T O U R I S M E 2 0 1 2-2 0 1 5 GUIDE DU PROMOTEUR TABLES DES MATIÈRES

Plus en détail

Laissez vos attentes s élever

Laissez vos attentes s élever Laissez vos attentes s élever Préparez-vous au décollage Apprêtez-vous à découvrir les possibilités inouïes que vous offre votre carte Visa Infinite British Airways RBC ses avantages supplémentaires qui

Plus en détail

Plan marketing Office de Tourisme Métabief-Malbuisson-Les Fourgs 2014-2017

Plan marketing Office de Tourisme Métabief-Malbuisson-Les Fourgs 2014-2017 Plan marketing Office de Tourisme Métabief-Malbuisson-Les Fourgs 2014-2017 Contexte L office de Tourisme du Mont d Or et des deux lacs est chargé de la promotion et de la communication du territoire de

Plus en détail

Bureau d assurance voyage inc.

Bureau d assurance voyage inc. Bureau d assurance voyage inc. Assurance voyage médicale 2014-2015 Plusieurs nouvelles prestations y compris une option sans franchise! Proposition en ligne disponible 24/7 Avez-vous pensé souscrire l

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier

Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier N o 63-238-X au catalogue. Bulletin de service Bureaux d agents, de courtiers en immeubles et d évaluateurs de biens immobiliersetdes autres activités liées à l immobilier 2012. Faits saillants Le revenu

Plus en détail

1 Voir les mesures non définies par les PCGR

1 Voir les mesures non définies par les PCGR Yellow Média inc. dévoile ses résultats pour le quatrième trimestre et l exercice 2010 D importants investissements en 2010 accélèrent la transformation de l entreprise Chiffre record pour les produits

Plus en détail

Étude de marché et etude des pratiques dans divers pay. Rapport sommaire à l intention du Comité de Transition de L industrie des Courses de Chevaux

Étude de marché et etude des pratiques dans divers pay. Rapport sommaire à l intention du Comité de Transition de L industrie des Courses de Chevaux Étude de marché et etude des pratiques dans divers pay Rapport sommaire à l intention du Comité de Transition de L industrie des Courses de Chevaux 11 Octobre 2013 INTRODUCTION À l été 2013, OLG a commandé

Plus en détail

LE DOUBLE MARCHÉ DE FAIT EN CORSE : DISCUSSION À PARTIR DU MARCHÉ FONCIER AGRICOLE. Sauveur GIANNONI* Caroline TAFANI**

LE DOUBLE MARCHÉ DE FAIT EN CORSE : DISCUSSION À PARTIR DU MARCHÉ FONCIER AGRICOLE. Sauveur GIANNONI* Caroline TAFANI** LE DOUBLE MARCHÉ DE FAIT EN CORSE : DISCUSSION À PARTIR DU MARCHÉ FONCIER AGRICOLE Sauveur GIANNONI* Caroline TAFANI** * Maître de Conférences en économie ** Maître de Conférences en géographie PLAN DE

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

CENTRE MEREDITH Sommaire de gestion du plan d affaires

CENTRE MEREDITH Sommaire de gestion du plan d affaires CENTRE MEREDITH Sommaire de gestion du plan d affaires Déposé à la session ordinaire du conseil municipal le lundi 2 février 2009 Plan d affaires du Centre Meredith Version 5.3.1 Le 27 janvier 2009 Table

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé

Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Néo-ruralité et embourgeoisement des campagnes québécoises : un regard nuancé Laurie Guimond Coordonnatrice de recherche, INRS Doctorante en géographie, U. d Ottawa Myriam Simard Professeure, INRS Atelier

Plus en détail

De l observatoire à l action

De l observatoire à l action De l observatoire à l action 13 MARS 2014 BEST WESTERN Soleil & Jardin Sanary sur Mer BEST WESTERN Soleil & Jardin Sanary sur Mer 40 chambres,180m2 de salles de conférence, Spa, 2 piscines, restauration

Plus en détail

Bilan de référencement

Bilan de référencement www.chateau-de-sully.com 355, avenue Georges-Claude Pôle d Activités d Aix-en-Provence CS 70383 13799 Aix-en-Provence Cedex 3 www.eliophot.com 1 TABLE DES MATIERES ETUDE DES MOTS CLES... 2 RAPPORT DE POSITIONNEMENT...

Plus en détail

La commandite. Comment créer des conditions gagnantes. 30 avril 2014

La commandite. Comment créer des conditions gagnantes. 30 avril 2014 La commandite Comment créer des conditions gagnantes 30 avril 2014 Qu est-ce que la commandite? Qu est-ce que la commandite? Une relation de partenariat dans laquelle le commanditaire investit pour accéder

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

PLUS HEUREUX. Le contrôle des germes contribue à la satisfaction des clients d'un hôtel

PLUS HEUREUX. Le contrôle des germes contribue à la satisfaction des clients d'un hôtel EN MEILLEURE SANTÉ PLUS HEUREUX Le contrôle des germes contribue à la satisfaction des clients d'un hôtel CHAPITRE 1 GERMES : Mauvais pour les personnes. Mauvais pour les affaires. 79 % des clients ayant

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE Les occasions et les restrictions du Canada face au transport mondial des marchandises Rapport du Comité sénatorial permanent des transports et des communications Juin

Plus en détail

Tous droits réservés

Tous droits réservés Tous droits réservés Dans le contexte actuel, l optimisation des revenus est devenue incontournable pour les acteurs touristiques. Cette rencontre avait pour objectifs : De familiariser les participants

Plus en détail

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires

Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Rapport final Étude sur les dépenses des étudiants universitaires Projet 13574-010 Décembre 2010 507, place d Armes, bureau 700 Montréal (Québec) H2Y 2W8 Téléphone : 514-982-2464 Télécopieur : 514-987-1960

Plus en détail

PLAN D AFFAIRES DU PROJET DE PARC REGIONAL DE PERCE

PLAN D AFFAIRES DU PROJET DE PARC REGIONAL DE PERCE ACTUALISATION DU CONCEPT DE PARC RÉCRÉOTOURISTIQUE À PERCÉ Rapport d étape préliminaire DU PROJET DE PARC REGIONAL DE PERCE Présenté à la Société de développement économique de Percé Février 2012 580,

Plus en détail

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires

À retenir... 1. Ce qu en disent les acteurs communautaires 1 Volet 4 : Ainé-e-s Table des matières À retenir... 1 Ce qu en disent les acteurs communautaires... 1 1. Un portrait des aîné e s du quartier... 2 1.1 Répartition des personnes âgées de 65 ans et plus...

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU RÉSUMÉ Une étude de Tristat Resources commandée par l Institut Broadbent démontre que la majorité des

Plus en détail

Derrière les grands titres à la une des journaux :

Derrière les grands titres à la une des journaux : Derrière les grands titres à la une des journaux : À qui le plafond plus élevé du céli profite-t-il vraiment? (Resumé) PAR Jonathan Rhys Kesselman* Juin 2015 * Jonathan Rhys Kesselman occupe la chaire

Plus en détail

Pour une stratégie de produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ

Pour une stratégie de produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ Pour une stratégie de produits dérivés : compte rendu de la recherche effectuée par la SMQ Katy Tari, Orange Kiwi Chargée de projet 1. Mise en contexte La Société des musées québécois (SMQ) s intéresse

Plus en détail

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale.

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. 1) Régime d imposition du gain en capital Régime d imposition

Plus en détail

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet

Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet. Evaluation comparative de sites Internet Offices de tourisme et bonnes pratiques Internet Evaluation comparative de sites Internet Quoi? Ce document est un résumé des résultats de l étude menée sur une quinzaine de sites Internet dans le domaine

Plus en détail

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse

La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs. Les revenus de l État sont à la baisse La fiscalité nous permet de nous offrir collectivement des services et une qualité de vie supérieurs En moyenne, chaque personne au Québec reçoit (de tous les paliers gouvernementaux) l équivalent de près

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon

JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année. STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA. Explo ra Sup. IFSI Rockefeller, Lyon JOLY Mélissandre, Mai 2012 Etudiante infirmière 3 ème année STAGE à L ETRANGER MONTREAL, CANADA Explo ra Sup IFSI Rockefeller, Lyon 1 Introduction J ai effectué un stage infirmier dans une maison de santé

Plus en détail

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS)

Enquête commandée par le Jeune Théâtre National Réalisée par l institut de sondages ISL Analyse réalisée en collaboration avec le CESTA (EHESS-CNRS) Analyse de l enquête sur le devenir professionnel des artistes issus des écoles supérieures d art dramatique signataires de la plateforme de l enseignement supérieur pour la formation du comédien Enquête

Plus en détail

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud

Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec. Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Une démarche d'accompagnement pour une autoévaluation réflexive Application dans la formation des professionnels de l expertise comptable au Québec Janie Bérubé, Annie Brisson et Patricia Michaud Université

Plus en détail

Fiches concept SEGMENTATION. 1ère Fiche : Enjeux et principes de la segmentation

Fiches concept SEGMENTATION. 1ère Fiche : Enjeux et principes de la segmentation Fiches concept SEGMENTATION 1ère Fiche : Enjeux et principes de la segmentation Un marché est un ensemble de consommateurs (ou de clients) potentiels d un produit tangible ou intangible. La plupart des

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

Sport de montagne et sports nature

Sport de montagne et sports nature Sport de montagne et sports nature Quelle maîtrise d ouvrage pour quel projet de territoire? Les acteurs et leurs stratégies L innovation dans les stations de montagne -Un enjeu d utilisation du territoire

Plus en détail

Cette année, Edmonton, la capital de l Alberta, sera l hôte du Chant Ouest et du Contact Ouest dans le cadre du Grand marché des arts.

Cette année, Edmonton, la capital de l Alberta, sera l hôte du Chant Ouest et du Contact Ouest dans le cadre du Grand marché des arts. Le Réseau des grands espaces et le Regroupement artistique francophone de l Alberta vous présentent le Chant Ouest et le Contact Ouest, deux événements culturels importants au développement et à la diffusion

Plus en détail

Informations Grand Public : +33 (0) 892 707 407 (0,34 /mn) www.nicetourisme.com - email : info@otcnice.com

Informations Grand Public : +33 (0) 892 707 407 (0,34 /mn) www.nicetourisme.com - email : info@otcnice.com Nice France A propos de l économie touristique Dossier de presse Coordonnées : Direction de la Communication Tél. +33 (0) 4 92 14 46 10 - Fax +33 (0) 4 92 14 46 19 email : communication@otcnice.com Convention

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE L ACTIVITÉ TOURISTIQUE DE L OISE

TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE L ACTIVITÉ TOURISTIQUE DE L OISE Oise Tourisme TABLEAU DE BORD DES INDICATEURS DE L ACTIVITÉ TOURISTIQUE DE L OISE Ce document présente les indicateurs de l économie touristique de l Oise. Edition mai 11 www. SOMMAIRE Rédaction : Oise

Plus en détail

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL RÈGLES FISCALES RELATIVES AUX AUTOMOBILES Pour 2014, les plafonds des déductions relatives aux frais d automobile et les taux servant au calcul de l avantage imposable pour les frais de fonctionnement

Plus en détail

100 $ économisez JUSQU À 900 $ RÉSERVEZ VOTRE PLACE AU SOLEIL AU PLUS TARD LE 30 SEPTEMBRE 2015.

100 $ économisez JUSQU À 900 $ RÉSERVEZ VOTRE PLACE AU SOLEIL AU PLUS TARD LE 30 SEPTEMBRE 2015. RÉSERVEZ VOTRE PLACE AU SOLEIL AU PLUS TARD LE 30 SEPTEMBRE 2015. EN RÉSERVANT UN FORFAIT DE LA COLLECTION GRAND LUXE OU DISTINCTION _ Notre Garantie baisse de prix _ Option Plus (valeur de 89 $), incluant

Plus en détail