Un outil d aide à la maîtrise des pertes dans les réseaux d eau potable : la modélisation dynamique de différentes composantes du débit de fuite

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un outil d aide à la maîtrise des pertes dans les réseaux d eau potable : la modélisation dynamique de différentes composantes du débit de fuite"

Transcription

1 Thèse présentée pour obtenir le grade de Docteur de l Université Louis Pasteur Strasbourg I Discipline : Sciences de l ingénieur Par Olivier Chesneau Un outil d aide à la maîtrise des pertes dans les réseaux d eau potable : la modélisation dynamique de différentes composantes du débit de fuite Soutenue publiquement le 27 novembre 26 à Strasbourg Membres du jury Directeur de thèse : Bernard Brémond, Directeur de Recherche, Cemagref Rapporteur interne : Robert Mosé, Professeur, ENGEES Rapporteur externe : Pascal Le Gauffre, Maître de Conférence, INSA de Lyon Rapporteur externe : Alain Mailhot, Professeur, INRS Québec Examinateur : Thierry Leviandier, Docteur, ENGEES Membre invité : Frédéric Blanchet, Direction Technique Veolia Eau

2

3 Remerciements Prix Bernard Brémond : Bernard Brémond himself, du sur-mesure, une phrase bien alambiquée pour remercier cet excellent orateur jamais à court de bonnes idées, fort agréable à côtoyer, phrase dont il ne pourra m ôter la paternité et qu il ne pourra cacher à la face du monde comme la plupart de celles qui s étaient malencontreusement glissées au sein de cette thèse, merci Bernard d avoir de votre œil avisé et en accord avec votre expérience simplifié ce texte, au point que même moi je l ai compris. Prix de la vista statistique et de l explosivité neuronale : Yves, un grand merci pour toutes les bonnes idées. Prix «oui elle/il est là, je vous la/le passe» des colocataires : Sandrine et Peng, entre Montauban et Chine, festival d accents! Prix Caméra Café : l ancienne équipe ORH, de sacrés personnages! Prix Sigmund Freud Thierry Roland des meilleurs multilogues : Gilou de Lacanou, Kiki, Ludo le Grand, Ludo le Petit, Sined, Vince, merci pour les enflammades. Prix Biba Rustica Midi Olympique des filles aux pieds nus : Anso, Béné, Grattou, Jeanne, Sandy, dites, vous me prêteriez vos sandales? Prix Goldeneye de la relecture éclairée : Cécé, merci d y avoir consacré du temps, bon vent au pays où il pleut tout le temps! Prix du remettage de pendule à l heure : la famille, vous êtes dans le vrai, tous. Faut pas s en faire, maintenant ça y est. Presque Et puis il y a des aides qui n ont pas de prix. C est injuste. C est sans doute celles qui valent le plus. Des aides de tous les jours, sur tous les plans. Des aides sans qui il n y aurait même pas de remerciements du tout. Des aides indispensables Merci Soizic. Il y a quelques années je t annonçais mon bac, t avais pas bien compris à l époque, et c était pas grave, je t annonce une thèse aujourd hui, comment t expliquer, je sais pas, y en a qui disent que tu pourrais être fière (Attendez voir C est quoi exactement ces remerciements? C est juste pour la thèse ou pour la vie en général? Non parce que si c est pour en général faut que je rajoute mes grands parents, magnifiques, pis aussi MunoMinique, parce que waouh, ce sont des gens rudement bien. Ah, c est que pour la thèse? Bon, tant pis alors, je le ferai pas.)

4

5 Table des matières Introduction générale 5 CHAPITRE. LA REDUCTION DES FUITES DANS LES RESEAUX D EAU POTABLE : UN DES ENJEUX DE LA GESTION PATRIMONIALE 9. Enjeux techniques du bon état patrimonial 22.. Notion de patrimoine dans les réseaux d eau potable : définition et spécificités Un bien commun à préserver Le réseau d eau potable parmi les réseaux techniques urbains Minimisation du nombre de casses Nature et facteurs principaux des casses Gêne aux usagers Réduction des pertes et des fuites Nature et origine des fuites Conséquences des fuites Amélioration de la qualité de l eau Conduites dégradées et temps de séjour Manifestations d une eau altérée : risque sanitaire, désagréments gustatifs et olfactifs, eaux rouges 3 2. Qualification de l état patrimonial d un réseau Connaître l état du patrimoine par l observation des défaillances Difficulté à définir l état technique global Difficulté à prendre en compte l influence de la gestion La mesure de performance comme outil d évaluation et de gestion Portée de la mesure de performance pour les réseaux d eau potable Critères pour élaborer un indicateur de performance Principaux indicateurs de performance techniques existant dans le domaine des casses, des fuites et de la qualité de l eau Limites associées à la mesure de performance Evolution de l etat patrimonial Gestion anticipée : planification des actions à partir des valeurs d indicateurs attendues Outils disponibles dans le domaine des casses : les modèles de prévision 5 4. Cas des fuites : une approche nouvelle pour lier patrimoine et gestion Appréhender les fuites dans les réseaux : estimation quantitative et réduction Sectorisation et débit de fuite Recherche de fuites, réhabilitation et renouvellement des conduites Limites et insuffisances de l existant Rendement et indices de pertes Méthodologie Lambert Objectifs de la thèse 64

6 CHAPITRE 2. PRESENTATION DES DONNEES DE L ETUDE : DESCRIPTION, VALIDITE, ANALYSE 65. Nature des données de l étude 68.. Données initialement souhaitées Données disponibles Chroniques de débits Chroniques de réparations Données patrimoniales et d exploitation Fiabilité des données Sources d erreur sur la mesure du débit et élimination des secteurs non conformes Incertitudes sur la bonne retranscription des données de réparations Approximations sur les données patrimoniales et d exploitation Avantage d exploiter des chroniques longues Choix des secteurs d étude à des fins de modélisation 8.5. Analyse visuelle des chroniques et politiques de gestion déduites en matière de recherche de fuites Recherche de fuites initiée par un événement ponctuel Recherche de fuites imposée par des contraintes extérieures Pertinence de la distinction entre réparations sur détection visuelle ou sur recherche de fuites dans l explication des débits observes Modèle de différence relative Formulation du modèle, fonctionnement et hypothèses associées Procédure de calcul Résultats Valeur des paramètres et restitution graphique Interprétation Conclusion 95 CHAPITRE 3. MODELES DYNAMIQUES BASES SUR UN TAUX D APPARITION DES FUITES 97. Objectifs.. Formuler nouvellement les fuites diffuses.2. Séparer les fuites diffuses et les fuites non repérées.3. Proposer un outil de réduction des fuites au travers de la gestion du patrimoine 2 2. Hypothèse sur le processus d apparition des fuites 3 3. Modèle d apparition des fuites Formulation Procédure de résolution Résultats 8

7 3.3.. Exemples de restitution graphique : améliorations par rapport au modèle de différence relative Etude de la valeur des paramètres du modèle d apparition 3.4. Extensions du modèle d apparition des fuites Distinction des réparations sur conduite ou sur branchement Ajout des fuites diffuses selon la formulation de Lambert Conclusion et limites du modèle d apparition des fuites 9 4. Modélisation dynamique des différentes catégories de fuites : le modèle trois états Processus de transformation des fuites Schématisation des processus d apparition et de transformation des fuites Mise en équations Ecriture du système différentiel Formulation de base du débit de fuite Formulation du débit de fuite avec distinction sur les organes hydrauliques réparés Résolution et estimation des paramètres Suppression de degrés de liberté pour les paramètres du modèle Calcul des paramètres α et q Bilan pour l estimation des paramètres et contraintes associées Résultats directs du modèle trois états Sensibilité à q Comment choisir q? Valeurs des paramètres Restitution graphique 6 5. Conclusion 68 CHAPITRE 4. APPLICATIONS DU MODELE TROIS ETATS A LA GESTION DES FUITES SUR UN RESEAU D EAU POTABLE 7. Evolution naturelle du débit de fuite et simulation de différentes intensités de recherche de fuites 74.. Scénarios de passivité du gestionnaire Nécessité de prévoir l évolution naturelle des débits de fuite Exemple d évolution du débit de fuite à différents horizons pour le Secteur Evolution prévisible du débit de fuite des secteurs de l étude Simulation d une intensité efficace de recherche de fuites (IERF) Définition et exemple de calcul Formulation de l IERF Modélisation de la recherche de fuites comme possible outil de gestion 85

8 2. Etude de l impact du renouvellement des conduites et des branchements sur le débit de fuite Mise en place pratique Répercussions du renouvellement sur l âge moyen du secteur Renouvellement et élimination des fuites Nouvelle formulation du débit de fuite et schéma bilan Scénarios de renouvellement Exemples Influence du pourcentage de linéaire renouvelé Influence de l âge moyen renouvelé Influence relative du linéaire et de l âge moyen des conduites renouvelées Une gestion optimale : recherche de fuites et renouvellement Conditions d application des scénarios Scénarios de gestion raisonnée pour les Secteurs 5 et Choix des secteurs et échéancier des objectifs Evolution du Secteur Evolution du Secteur Bilan 26 Conclusion et perspectives 25 Références bibliographiques 29

9 Liste des figures Figure. Action et rétroaction du patrimoine et de la gestion sur les désagréments du service de distribution Figure 2. Méthodologie envisagée pour la décomposition du débit de nuit Figure 3. Représentation graphique des différentes chroniques de débit... 7 Figure 4. Distribution temporelle spécifique des réparations sur détection visuelle ou sur recherche de fuites Figure 5. Principaux défauts des données de débit Figure 6. Précision défaillante de la mesure de débit Figure 7. Incertitude sur les données de réparations Figure 8. Evolution typique attendue pour le débit de fuite... 8 Figure 9. Campagnes de recherche de fuites dictées par les événements sur le secteur Figure. Campagnes de recherche de fuites préméditées Figure. Ecart possible entre les courbes mesurée et modélisée Figure 2. Valeurs de β en fonction de l âge moyen... 9 Figure 3. Valeurs de β en fonction du nombre de branchements Figure 4. Restitution graphique du modèle de différence relative à trois paramètres pour le Secteur Figure 5. Restitution graphique du modèle de différence relative à trois paramètres pour le Secteur Figure 6. Décomposition du débit de fuite et comparaison modèle trois états modèle formulé par Lambert et al. (999)... Figure 7. Restitution graphique du modèle d apparition des fuites pour le Secteur Figure 8. Restitution graphique du modèle d apparition des fuites pour le Secteur Figure 9. Restitution graphique du modèle d apparition des fuites pour le Secteur Figure 2. Valeurs de µ en fonction de l âge moyen du secteur pour le modèle d apparition des fuites... 2 Figure 2. Valeurs de Q en fonction de la densité de branchements pour le modèle u d apparition des fuites Figure 22. Processus d apparition et de transformation des fuites Figure 23. Représentation de la densité de probabilité d une distribution exponentielle de paramètre λ=, an Figure 24. Représentation graphique de la fonction de répartition d une distribution exponentielle de paramètre λ=, an Figure 25. Impact d éventuelles opérations de recherche de fuites avant t sur le système d équations simplifiées... 3 Figure 26. Variabilité de µ et d en fonction de q... 44

10 Figure 27. Variabilité de µ et d en fonction de q Figure 28. Représentation des débits modélisé et lié aux fuites diffuses pour q =,3m.h sur le Secteur Figure 29. Corrélation entre µ et l âge moyen du secteur pour le modèle trois états... 5 Figure 3. Corrélation entre intensité de réparations et valeur initiale du débit de fuite Figure 3. Corrélation entre la valeur initiale du débit de fuite et l âge moyen du secteur.. 52 Figure 32. Représentation du produit µ t en fonction de l âge moyen Figure 33. Corrélation entre d et N( t ) Figure 34. Corrélation entre d et N( t ) Figure 35. Corrélation entre N( t ) et µ Figure 36. Corrélation entre N( t ) et µ Figure 37. Corrélation entre q et d Figure 38. Représentation graphique du Secteur 2 pour le modèle trois états Figure 39. Représentation graphique du Secteur 9 pour le modèle trois états Figure 4. Représentation graphique du Secteur 8 pour le modèle trois états Figure 4. Représentation graphique du Secteur 3 pour le modèle trois états Figure 42. Représentation graphique du Secteur pour le modèle trois états Figure 43. Représentation graphique du Secteur 8 pour le modèle trois états Figure 44. Représentation graphique du Secteur pour le modèle trois états Figure 45. Représentation graphique du Secteur 6 pour le modèle trois états Figure 46. Evolution naturelle des fuites sur le Secteur 2 depuis la date de pose Figure 47. Evolution naturelle des fuites sur le Secteur depuis la date de pose Figure 48. Evolution naturelle du débit de fuite à ans pour le Secteur Figure 49. Evolution du classement de différents secteur au cours du temps, au regard du débit de fuite global Figure 5. Evolution naturelle du débit de fuite à dix ans pour le Secteur Figure 5. Evolution naturelle du débit de fuite à dix ans pour le Secteur Figure 52. Evolution naturelle du débit de fuite à dix ans pour le Secteur Figure 53. Simulation de différentes répartitions temporelles des opérations de recherche de fuites sur le Secteur Figure 54. Gestion de la recherche de fuites sur le Secteur Figure 55. Gestion de la recherche de fuites sur le Secteur Figure 56. Gestion de la recherche de fuites sur le Secteur Figure 57. Gestion de la recherche de fuites sur le Secteur Figure 58. Gestion de la recherche de fuites sur le Secteur Figure 59. Etapes de la mise en place du renouvellement au sein du modèle trois états : exemple du Secteur

11 Figure 6. Scénario de renouvellement appliqué au Secteur 2, % du linéaire, 6 ans d âge Figure 6. Scénarios de renouvellement unique ou en plusieurs épisodes appliqués au Secteur Figure 62. Relation entre gain réalisé par le renouvellement et âge moyen des conduites à t r Figure 63. Scénario de renouvellement appliqué au Secteur 9, 5 % du linéaire, âge moyen Figure 64. Scénario de renouvellement appliqué au Secteur 6, % du linéaire, 6 ans d âge Figure 65. Scénario de renouvellement appliqué au Secteur 8, % du linéaire, 6 ans d âge Figure 66. Scénario de renouvellement appliqué au Secteur 7, % du linéaire, 6 ans d âge Figure 67. Diminution du débit global en fonction du linéaire renouvelé, à âge moyen renouvelé constant : exemple du Secteur Figure 68. Pourcentage de gain sur le débit de fuite en fonction du pourcentage de linéaire renouvelé (Secteur, âge moyen des conduites renouvelées : 5 ans) Figure 69. Diminution du débit global en fonction de l âge moyen des conduites renouvelées, à linéaire renouvelé constant : exemple du Secteur Figure 7. Pourcentage de gain sur le débit de fuite en fonction de l âge moyen des conduites renouvelées (Secteur, % du linéaire renouvelé) Figure 7. Représentation graphique de la fonction y=x(-x) Figure 72. Représentation graphique des effets du scénario de gestion complet appliqué au Secteur Figure 73. Représentation graphique des effets du scénario de gestion complet appliqué au Secteur

12 Liste des tableaux Tableau. Balance de l eau selon la terminologie utilisée par l IWA (Alegre et al. 2) Tableau 2. Valeurs françaises de référence pour l indice linéaire de pertes (m.km.j ) Tableau 3. Valeurs portugaises de référence pour l indice linéaire de pertes (m.km.j )... 4 Tableau 4. Origines et types des fuites sur les réseaux d eau potable Tableau 5. Valeurs unitaires associées à chaque type de fuite Tableau 6. Pertes liées à chaque type de fuite, par mètre de colonne d eau (mce) Tableau 7. Double distinction des réparations : exemple du Secteur Tableau 8. Caractéristiques patrimoniales disponibles : exemple du Secteur Tableau 9. Caractéristiques patrimoniales des 8 secteurs sélectionnés... 8 Tableau. Valeurs des paramètres et gains pour le modèle de différence relative à trois paramètres Tableau. Valeurs des paramètres pour le modèle basé sur une théorie d apparition des fuites... 2 Tableau 2. Valeurs des paramètres pour le modèle d apparition des fuites avec rajout des fuites diffuses selon Lambert Tableau 3. Sensibilité des paramètres du modèle trois états à la valeur de q : exemple du Secteur Tableau 4. Calculs menant à un débit lié aux fuites diffuses supérieur au débit global 3 - modélisé (tous les débits sont en m.h.km - ) Tableau 5. Comparaison des débits liés aux fuites diffuses selon la formulation Lambert ou 3 - le modèle trois états (q =, m.h ) Tableau 6. Valeurs des paramètres du modèle trois états pour q =, m.h Tableau 7. Valeurs des paramètres du modèle trois états pour q =, m.h Tableau 8. Valeurs des paramètres du modèle trois états pour q =,5 m.h Tableau 9. Comparaison des valeurs des paramètres entre le modèle dit d apparition des fuites et le modèle trois états Tableau 2. Comparaison des valeurs des paramètres pour le modèle trois états avec ou sans distinction sur les organes réparés Tableau 2. Poids relatif (exprimé en pourcentage) des branchements et des conduites dans les différents composantes du débit modélisées pour le Secteur Tableau 22. Evolution du débit de fuite global à différents horizons et hiérarchisation (les débits sont exprimés en m.h.km ) Tableau 23. Evolution chiffrée du débit lié aux fuites diffuses à différents horizons et hiérarchisation (les débits sont exprimés en m.h.km ) Tableau 24. Pourcentage de gain sur le débit de fuite associé au pourcentage renouvelé (Secteur, âge moyen des conduites renouvelées : 5 ans) Tableau 25. Pourcentage de gain sur le débit de fuite associé à l âge moyen des conduites renouvelées (Secteur, % du linéaire renouvelé) Tableau 26. Objectifs et mise en place du scénario de gestion pour le Secteur Tableau 27. Objectifs et mise en place du scénario de gestion pour le Secteur Tableau 28. IERF appliquée et gains associés à cette recherche et au renouvellement pour le Secteur Tableau 29. IERF appliquée et gains associés à cette recherche et au renouvellement pour le Secteur

13 Sigles et abréviations AGHTM : Association Générale des Hygiénistes et Techniciens Municipaux ASTEE : Association Scientifique et Technique pour l Eau et l Environnement BABE : Bursts And Background Estimates CARE-W : Computer Aided REhabilitation of Water networks CARL : Current Annual Real Losses CCTG : Cahier des Clauses Techniques Générales DMA : District Metered Area FNDAE : Fonds National pour le Développement des Adductions d Eau IERF : Intensité Efficace de Recherche de Fuites ILI : Infrastructure Leakage Index IP : Indicateur de Performance InVS : Institut de Veille Sanitaire IWA : International Water Association IWSA : International Water Services Association NHPP : Non-Homogeneous Poisson Process Ofwat : Office of Water Services OIEAU : Office International de l EAU OMS : Organisation Mondiale de la Santé PEHD : Polyéthylène Haute Densité PVC : Polychlorure de vinyle SAGE : Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux SMEGREG : Syndicat Mixte d Etudes pour la Gestion de la Ressource en Eau du département de la Gironde SPDE : Syndicat professionnel des entreprises de service d eau et d assainissement UARL : Unavoidable Annual Real Losses UD : Unité de Distribution

14

15 Introduction générale Le cheminement de l eau potable jusqu au robinet se fait dans des réseaux enterrés hors du regard du consommateur. La plupart du temps, on ne les observe que lors d opérations de réparation ou de remplacement conduisant à l ouverture de la chaussée, liée à de nombreux désagréments. Les épisodes de casses, faisant apparaître une source d eau anormale visible au niveau du sol, manifestent également la présence de conduites souterraines. Ainsi, l étendue des réseaux est bien souvent insoupçonnée. En France, le linéaire de canalisations dédiées à la distribution d eau potable atteint 85 km. Il s élève à plus de 3 km pour les réseaux anglais et gallois. En ajoutant maintenant que la valeur à neuf des réseaux est supérieure à euros par habitant en France, il apparaît clairement que le réseau, au même titre que l eau qu il transporte, est un bien extrêmement précieux. La conscience des enjeux financiers que représente la bonne gestion des réseaux motive l attention particulière qui leur est portée. Les problématiques liées aux réseaux d eau potable ont évolué au fil du temps. Les premiers réseaux sous pression sont apparus au milieu du XIX ème siècle. Dans un premier temps, les efforts se sont portés sur le raccordement du plus grand nombre possible de personnes à l eau courante, essentiellement dans les villes. Durant les années 96-97, le développement des réseaux en zone rurale était toujours considérable : on estime pour la France à environ 45 % du total le linéaire de conduites posé à cette époque. Actuellement, sur notre territoire, 99 % de la population est desservie et la distribution de l eau au plus grand nombre, qui était un enjeu majeur il y a quelques décennies, ne l est plus. La qualité de l eau distribuée a ensuite focalisé les attentions. Les paramètres de potabilité se sont diversifiés dans le cadre du renforcement des contraintes sur l hygiène alimentaire. La transformation des pratiques agricoles, marquée par un accroissement de l usage des nitrates ou des pesticides, a créé de nouvelles sources de contamination : le traitement de l eau a dû être adapté. En France, le niveau de service atteint au terme d un siècle et demi d existence des réseaux est tout à fait performant : chaque usager peut disposer en quantité d une eau de bonne qualité. La tâche actuelle des acteurs du domaine de l eau est au minimum de maintenir cette performance, voire de l améliorer encore. La problématique actuelle est donc de lutter contre la dégradation des réseaux liée au vieillissement des conduites, pour certaines en place depuis plus d un siècle et dont les durées de vie ne sont pas infinies. Les manifestations de cette 5

16 détérioration sont diverses : casses, fuites, eaux rouges Parallèlement à cette préoccupation qui s inscrit dans la durée, une problématique nouvelle est liée à la disponibilité de la ressource. Déjà ancien dans certaines zones arides du globe comme le Moyen Orient, ce problème est maintenant présent sous nos latitudes. En Gironde, la surexploitation des nappes profondes a conduit à mettre en place une réglementation stricte des pompages, encadrée par le SAGE Nappes Profondes. L objectif poursuivi pour cette étude vise à minimiser les manifestations et les effets de la dégradation des réseaux dans le domaine des fuites. Il est adapté à la réalité actuelle des réseaux mais contribue également à la préservation de la ressource. Il s inscrit ainsi dans un cadre plus large de développement durable. L ampleur des fuites sur un réseau est largement relayée par les médias et donne souvent une mauvaise image de la gestion de la distribution de l eau. Les quantités des pertes sont souvent comparées à des volumes connus, comme par exemple des piscines ou des lacs, et marquent fortement l opinion publique. Ainsi, l Ofwat 2 en Angleterre a accordé en 24 à la compagnie Thames Water, un volume quotidien de pertes de 844 millions de litres, soit l équivalent de 344 piscines olympiques. Le sujet est d autant plus sensible qu une part sans cesse croissante de la population, en France mais aussi en Angleterre, est soumise à des restrictions d eau. Il existe donc une réelle pression extérieure pour réduire ces fuites. Paradoxalement, malgré des pertes s élevant fréquemment à plus de 3 % de la quantité d eau prélevée dans le milieu naturel, le système fonctionne correctement. La fuite n est pas un événement de nature à interrompre le service. Il est toujours possible d en remettre l élimination à plus tard. On voit ici la nécessité d une politique volontariste dans le domaine, volonté souvent traduite contractuellement. Une prise de conscience a cependant vu le jour au sujet des fuites et diverses actions commencent à se mettre en place pour les réduire efficacement. La gestion des fuites est un problème complexe car elle traite de phénomènes encore assez mal connus dans leurs origines. Deux questions sont notamment au cœur des enjeux évoqués. A qui attribuer les responsabilités d un réseau très fuyard : le patrimoine, le gestionnaire? Quels moyens mettre en œuvre pour réduire efficacement les fuites? Notre objectif est de proposer un outil visant à établir un diagnostic sur la nature des fuites dans un réseau afin de SAGE : Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux 2 Ofwat : Office of Water services, autorité de régulation des services d eau pour les réseaux anglais et gallois 6

17 proposer les meilleures solutions pour les réduire. L amélioration de l état des réseaux ainsi que la préservation de la ressource sont des effets bénéfiques associés escomptés. Au chapitre, nous évoquons de manière générale, en nous appuyant sur une étude bibliographique, les défaillances des réseaux d eau potable et les mesures de performance qui permettent d en rendre compte. Nous abordons également l utilisation de modèles prédictifs dans le domaine des casses et formulons les objectifs de la thèse dont, notamment, la possibilité de construire de tels modèles pour les fuites. Le chapitre 2 est consacré à la présentation des données de l étude : chroniques de débit de fuite et de réparations. Leur fiabilité et leur nécessaire sélection sont également détaillées. Une analyse de l intérêt de considérer ou non par la suite certaines d entre elles est menée par le biais d une première modélisation. La présentation du modèle dit «trois états» de décomposition et de reconstitution des débits de fuite est effectuée au chapitre 3. On s y attarde sur les hypothèses relatives à sa construction, particulièrement la transposition aux fuites d un modèle d apparition de casses basé sur un processus de Yule et le passage des fuites à travers différents états au cours de leur existence. Les résultats directs du modèle, à savoir la valeur des paramètres ainsi que les restitutions graphiques des chroniques, sont inclus dans cette partie. Le dernier chapitre, le chapitre 4, montre l étendue des applications possibles du modèle trois états. Différents scénarios de gestion mêlant recherche de fuites et/ou renouvellement des conduites sont implémentés. Ils proposent différentes options de gestion en fonction des caractéristiques du débit de fuite et d objectifs à atteindre. Ces simulations à des horizons différents indiquent l intensité et la nature des travaux à mener. 7

18

19 CHAPITRE. LA REDUCTION DES FUITES DANS LES RESEAUX D EAU POTABLE : UN DES ENJEUX DE LA GESTION PATRIMONIALE

20

21 Etat patrimonial et gestion des fuites Préambule Les investissements financiers ayant servi à mettre en place le linéaire de conduites des réseaux de distribution d eau potable sont à l image de celui-ci, extrêmement importants. Ils ont été réalisés en grande partie il y a quelques décennies et il convient donc à présent de gérer au mieux ce patrimoine. La ligne directrice et le but de la gestion patrimoniale ont été très clairement définis par l OIEAU (Berland et al. 25) dans un rapport pour le compte du SPDE 2. Ils s expriment comme suit : «la politique de gestion du patrimoine contribue à atteindre, dans le respect des principes du développement durable, le niveau de performance du service d eau voulu par la collectivité». L Ofwat (26), dans la page d accueil de son site Internet, présente également sa vision du service de l eau au travers de laquelle transparaît sa conception de la gestion patrimoniale : «our vision is for a water industry that delivers a world class-service, representing best value to customers now and in the future». La différence entre les deux approches se situe dans la place donnée à l usager, au centre des préoccupations selon les préconisations de l Ofwat, alors qu en France la collectivité a plus de liberté pour orienter ses choix selon des critères qu elle définit. Cependant, nous voyons clairement, dans ces deux approches des services d eau, la vision commune qui consiste à faire du futur une préoccupation majeure de toute action. Dans un premier temps, après avoir défini et qualifié le patrimoine pour les réseaux d eau potable, nous évoquerons les effets néfastes liés à la dégradation de celui-ci. Nous étudierons dans un second temps l intérêt de la mesure de performance pour la gestion patrimoniale. Enfin, nous aborderons plus en détails les fuites, sujet au cœur de l étude : nous traiterons de l existant et des points particuliers où les pratiques peuvent être améliorées, ce qui nous conduira à énoncer les objectifs de la thèse. OIEAU : Office International de l Eau 2 SPDE : Syndicat professionnel des entreprises de service d eau et d assainissement 2

22 Chapitre. ENJEUX TECHNIQUES DU BON ETAT PATRIMONIAL Les problématiques liées au service de distribution d eau potable sont vastes. Nous nous intéressons ici à la partie réseau et nous limitons à certains aspects techniques que nous répartissons en trois catégories : les casses et interruptions de service liées, les fuites et la qualité de l eau. Nous mettons en avant l impact du patrimoine dans ces domaines et définissons auparavant le terme de patrimoine... Notion de patrimoine dans les réseaux d eau potable : définition et spécificités... Un bien commun à préserver Quelle légitimité avons nous à parler de patrimoine lorsque nous évoquons le caractère physique et matériel des réseaux? La définition du dictionnaire Le Trésor de la Langue Française Informatisé (ATILF 26), pour le sens premier du terme, est la suivante : «ensemble des biens hérités des ascendants ou réunis et conservés pour être transmis aux descendants». Ce terme s emploie dans des domaines aussi variés que la finance, la culture ou bien encore l environnement. Il est indissociable des notions de transmission et de valeur. Le patrimoine nous est légué, nous en faisons usage, puis le transmettons aux générations suivantes. Ce bien évolue entre deux générations en fonction de l usage que nous en faisons et du temps qui passe. Trois modalités de transfert peuvent être distinguées lorsqu il s agit de patrimoine : dégradation, préservation ou accumulation/amélioration. Un usage non raisonné et sans considération pour le futur conduit nécessairement à une dégradation du patrimoine. Ainsi, la définition que l on attribue généralement au mot patrimoine s applique également aux réseaux d eau potable. L utilisation de ce terme, le plus juste et le plus approprié pour décrire la structure physique des réseaux, permet d exprimer la nécessaire solidarité entre générations. Plus précisément, un lien est implicitement formulé entre les conduites ou les autres équipements du réseau et une contrainte de pérennité à long terme associée à la gestion pratiquée. Pour sa valeur, sa longévité, son altération naturelle avec le temps et sa transmission intergénérations, le réseau d eau potable s apparente à un patrimoine. Nous parlerons donc par la suite de gestion patrimoniale. 22

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

MERLIN GESTION PATRIMONIALE. Groupe GESTION PATRIMONIALE. Définition d un programme de renouvellement

MERLIN GESTION PATRIMONIALE. Groupe GESTION PATRIMONIALE. Définition d un programme de renouvellement Groupe MERLIN Une tradition d innovations au service des hommes GESTION PATRIMONIALE GESTION PATRIMONIALE Définition d un programme de renouvellement Indépendance - Expériences - Expertises - Proximité

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

CASSES : Logiciel de prévision des casses des réseaux r d alimentation en eau potable

CASSES : Logiciel de prévision des casses des réseaux r d alimentation en eau potable CASSES : Logiciel de prévision des casses des réseaux r d alimentation en eau potable Eddy RENAUD Rencontre Technique ASCOMADE Besançon le 26 mai 2011 Le Cemagref - Sciences et technologies pour l environnement

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE

DISTRIBUTION D EAU POTABLE Département du LOT SYNDICAT D ADDUCTION D EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT DE SARRAZAC CRESSENSAC S/Préfecture de GOURDON Mairie de SARRAZAC 466OO DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL PRIX QUALITE TRANSPARENCE

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL Prix Qualité Transparence 2010 1 Le présent rapport a pour objet de Présenter les différents éléments techniques et financiers relatif au prix et à la qualité

Plus en détail

Valeurs de référence de l indice linéaire de pertes des réseaux d alimentation en eau potable

Valeurs de référence de l indice linéaire de pertes des réseaux d alimentation en eau potable Valeurs de référence de l indice linéaire de pertes des réseaux d alimentation en eau potable Application dans le contexte du SAGE Nappes Profondes de Gironde Septembre 2009 Eddy Renaud Groupement de Bordeaux

Plus en détail

Les outils de la gestion patrimoniale Le logiciel «Casses»

Les outils de la gestion patrimoniale Le logiciel «Casses» Les outils de la gestion patrimoniale des réseaux r d eau. d Le logiciel «Casses» Eddy RENAUD Périgueux le 3 septembre 2008 L équipe «Réseaux» du Cemagref CEMAGREF Groupement de Bordeaux Unité «Réseaux,

Plus en détail

Contexte général. Contenu de la mission d expertise

Contexte général. Contenu de la mission d expertise Cahier des charges type à l usage des établissements sociaux et médico-sociaux, pour la réalisation d un audit hydraulique des installations de distribution d ECS Contexte général Il est prévu au sein

Plus en détail

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Au sens des fiches de définition des indicateurs de performance : 1. Parties prenantes Autorité organisatrice

Plus en détail

Journée «Eau et Assainissement

Journée «Eau et Assainissement Journée «Eau et Assainissement Enjeux et qualité de l eau sur le territoire du SAGE ATG Véronique GONZALEZ 23/01/2014 2 Agence Régionale de Santé Bretagne Origine des ARS : créées par l article 118 de

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR COMMUNE DE LA VALLA EN GIER Le Bourg 42131 La Valla-en-Gier DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR Rapport de Phase III Juin 2012 ICA ENVIRONNEMENT 6 Rue Emile Noirot - 42300

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z REGIE DES EAUX DE VENELLES ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 410 Z Service de l Eau Potable Année 2007 RAPPORT

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 La SEVESC assure les services de l eau et de l assainissement de collectivités des départements

Plus en détail

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres OPTIMISATION DU RESEAU D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE Ville de Thouars Deux Sèvres La Régie R de l Eaul Crée e fin 2001 ( reprise en Régie R suite à fin d un d contrat d affermage d ) Petite structure

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 REGIE DES EAUX DE VENELLES Service de l Eau Potable Année 2006 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU Etabli par Max

Plus en détail

Les outils contractuels de régulation du rapport qualité-prix des services d eau et d assainissement.

Les outils contractuels de régulation du rapport qualité-prix des services d eau et d assainissement. Les outils contractuels de régulation du rapport qualité-prix des services d eau et d assainissement. Florence Bonnet 1, consultante à Service Public 2000, en thèse au Centre de Gestion Scientifique de

Plus en détail

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012

VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 VILLE DE FIGEAC SERVICE MUNICIPAL DE L EAU ET DE L ASSAINISSEMENT RAPPORT SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE SUR L EXERCICE 2012 ETABLI EN APPLICATION : - DE LA LOI DU 2 FEVRIER 1995 RELATIVE AU RENFORCEMENT

Plus en détail

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents?

Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Quelles pistes pour rendre vos réseaux plus intelligents? Maeve de France (Direction Technique, chef de projet métier SIG) Simon Le Grand (Direction Technique régionale IDF, service SIG/gestion patrimoniale)

Plus en détail

eau service Optimiser les performances des réseaux d eau potable Les cahiers p. 2 quel cadre réglementaire? une réglementation en pleine évolution

eau service Optimiser les performances des réseaux d eau potable Les cahiers p. 2 quel cadre réglementaire? une réglementation en pleine évolution Les cahiers supplément technique du magazine eau service N 11 / NOvembre 2010 eau service Optimiser les performances des réseaux d eau potable p. 2 quel cadre réglementaire? une réglementation en pleine

Plus en détail

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Programme Rencontre Technique ASCOMADE Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Présentation du logiciel de modélisation EPANET 1 Présentation du Logiciel Rôle

Plus en détail

LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX

LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX SMART WATER NETWORKS LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX Les défis posés au gestionnaire du système d assainissement La sécurité des biens et des personnes Anticiper et limiter les risques de débordements

Plus en détail

Jean-Claude Chazelon. Les eaux pluviales

Jean-Claude Chazelon. Les eaux pluviales Jean-Claude Chazelon Les eaux pluviales Ce cahier technique a été réalisé avec le concours de : l'agence de l'eau Adour-Garonne l'agence de l'eau Loire-Bretagne Et avec le soutien de Limoges Métropole

Plus en détail

Délégation du Service Public de l Eau Potable

Délégation du Service Public de l Eau Potable DEPARTEMENT DU RHONE Délégation du Service Public de l Eau Potable Dossier de Consultation des Entreprises Pièce n 2 Mémoire Explicatif 1 PRESENTATION DU SERVICE 1.1 Les ressources 1.1.1 Origine de l eau

Plus en détail

Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp

Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp SYPIM Syndicat du Pilotage et de la Mesure de la performance énergétique Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp Fédération des Services

Plus en détail

5. Matériaux en contact avec l eau

5. Matériaux en contact avec l eau Monitoring de la qualité Microbiologique de l eau potable dans les réseaux de distributions Intérêt de l utilisation d un kit de mesure rapide de la flore totale UTLISATIONS 1. Surveillance de Réseau mixte

Plus en détail

Eau potable EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT

Eau potable EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT C 1 EPANOUISSEMENT DE CHACUN DANS UN CADRE DE VIE SATISFAISANT L alimentation en eau potable n'apparaît pas comme un problème majeur au niveau de la ville. Les réseaux d alimentation sont récents et l

Plus en détail

Prescriptions Techniques

Prescriptions Techniques Prescriptions Techniques Application du décret n 2004-555 du 15 juin 2004 relatif aux prescriptions techniques applicables aux Canalisations et Raccordements des installations de transport, de distribution

Plus en détail

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00 Date d ouverture de l appel à projet : 1er octobre 2015 Date limite d envoi des dossiers de candidatures : 31 janvier 2016 Pour toutes questions : Délégation du bassin Atlantique-Dordogne Unité territoriale

Plus en détail

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur

Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur Union sociale pour l habitat - ADEME AMORCE HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Cahier des charges pour le diagnostic d un réseau de chaleur CONTRAT N T266 01 887 HABITAT ET TERRITOIRES CONSEIL Affaire suivie

Plus en détail

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation.

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation. chemise 20/02/07 16:49 Page 1 VEOLINK Votre contact : tout au long de votre projet VEOLINK Com VEOLINK Tech VEOLINK Advanced Control VEOLINK Star VEOLINK Data Base VEOLINK Maintenance VEOLINK Pro VEOLINK

Plus en détail

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT Le Plomb dans l eau De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelle est son origine? Responsabilités Quels sont les effets néfastes du plomb dans l eau sur la santé? Comment les détecter?

Plus en détail

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision.

Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Matériaux 2014 Méthode de monitoring de la corrosion localisée par la technique d émission acoustique : information, diagnostic et aide à la décision. Alain PROUST, Jean Claude LENAIN, Thierry FAURE -

Plus en détail

Au Conseil général de la commune des Ponts-de-Martel

Au Conseil général de la commune des Ponts-de-Martel Commune des Ponts-de-Martel le 8 avril 2014 Au Conseil général de la commune des Ponts-de-Martel Rapport à l appui d une demande de crédit de fr. 435 192.- permettant le changement des conduites d eau

Plus en détail

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU

LES EAUX : LOIS, NORMES ET DTU Roger Cadiergues MémoCad ns02.a LES EAUX : LOIS, RéGLEMENTS, NORMES ET DTU SOMMAIRE ns02.1. Les cadres réglementaires et normatifs ns02.2. Lois et règlements fondamentaux ns02.3. Equipements sanitaires

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

LE HAVRE. Lotissement des Hauts de Bléville. Désignation des travaux : Réseaux Assainissement Eaux Usées et Eaux Pluviales. Réseau Eau Potable

LE HAVRE. Lotissement des Hauts de Bléville. Désignation des travaux : Réseaux Assainissement Eaux Usées et Eaux Pluviales. Réseau Eau Potable LE HAVRE Lotissement des Hauts de Bléville Désignation des travaux : Réseaux Assainissement Eaux Usées et Eaux Pluviales Réseau Eau Potable Gestion des réseaux avant remise définitive à la CODAH CONVENTION

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

L eau à l intérieur des bâtiments: aspects règlementaires

L eau à l intérieur des bâtiments: aspects règlementaires L eau à l intérieur des bâtiments: aspects règlementaires 01 La règlementation concernant la qualité des eaux destinées à la consommation humaine s applique sans restriction aux installations d eau à l

Plus en détail

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z

ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z REGIE DES EAUX DE VENELLES ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL Rue Félix CHABAUD 13770 VENELLES N SIRET : 493 587 471 00019 Code APE : 3600 Z Service de l Eau Potable Année 2013 Elaboré

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE Eau France Le 17 mars 2015 À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE SUEZ environnement s engage pour gérer durablement la ressource Préserver la ressource en eau représente pour SUEZ environnement plus qu

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE VOYAGE DE PRESSE NANTES. Mercredi 23 juin 2010

DOSSIER DE PRESSE VOYAGE DE PRESSE NANTES. Mercredi 23 juin 2010 DOSSIER DE PRESSE VOYAGE DE PRESSE NANTES Mercredi 23 juin 2010 La régie de l eau de Nantes Métropole gère tous ses équipements techniques et son usine de Traitement d eau avec le logiciel GMAO CARL Master.

Plus en détail

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire Revue des Energies Renouvelables SIENR 12 Ghardaïa (2012) 23 28 Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire H. Ammar 1*, M.T. Bouziane 2 et Y. Bakelli 1 1 Unité de Recherche

Plus en détail

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC

LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC LES ORIENTATIONS DU 10 ème PROGRAMME D INTERVENTION DE L AGENCE DE L EAU RMC Accroître les soutiens aux projets de territoire Budget total du 10 e programme : 3 653 M dont 3561 M pour le bassin Rhône Méditerranée,

Plus en détail

Traitement de l eau par flux dynamique

Traitement de l eau par flux dynamique GmbH Traitement de l eau par flux dynamique afin de réduire les impuretés microbiologiques afin d empêcher l apparition de nouveaux germes dans les eaux de consommation et de process et Nouveau avec certificat

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

Photo : Michel JAMONEAU. Schéma directeur et étude diagnostique d'assainissement des eaux. Principes et points de vigilance

Photo : Michel JAMONEAU. Schéma directeur et étude diagnostique d'assainissement des eaux. Principes et points de vigilance Photo : Michel JAMONEAU Schéma directeur et étude diagnostique d'assainissement des eaux Principes et points de vigilance schéma directeur et étude diagnostique d assainissement des eaux usées SCHéMA DIRECTEUR

Plus en détail

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION Trois constats généraux sont encore prépondérants dans bon nombre d organisations actuelles : Un fonctionnement avec une planification a priori et des constats a posteriori.

Plus en détail

2.1 Tarifs... 6 2.2 Délibérations... 7 2.3 Facture d eau type pour une consommation de 120 m³... 7 2.4 Recettes d exploitation...

2.1 Tarifs... 6 2.2 Délibérations... 7 2.3 Facture d eau type pour une consommation de 120 m³... 7 2.4 Recettes d exploitation... Exercice 2012 Rapport annuel sur le Prix et la Qualité du Service Public de l Eau potable Eau du robinet : source de minéraux Des contrôles pour une eau sûre L exigence de qualité Syndicat des Eaux de

Plus en détail

Plan de modernisation des installations industrielles

Plan de modernisation des installations industrielles Plan de modernisation des installations industrielles 1 Sommaire 1 - Contexte - Introduction 2 - Réglementation 3 - Périmètre 4 - Guides techniques 5 - Synthèse : périmètre-actions 2 1 Contexte - Introduction

Plus en détail

Entretien périodique des installations d assainissement non collectif sur le territoire de la Communauté de Communes du Perche-Gouet

Entretien périodique des installations d assainissement non collectif sur le territoire de la Communauté de Communes du Perche-Gouet COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PERCHE-GOUET 3 RUE DU PROFESSEUR FELIX LEJARS 28160 UNVERRE TELEPHONE : 02 37 97 30 57 FAX : 02 37 97 32 68 E-MAIL : cdc.perchegouet@wanadoo.fr CAHIER DES CHARGES Entretien périodique

Plus en détail

Distribution d électricité et réseaux souterrains

Distribution d électricité et réseaux souterrains Distribution d électricité et réseaux souterrains Cabos 09-2 - 3 octobre 2009 Maceió, Alagoas, Brésil Les réseaux de distribution : un enjeu essentiel Les réseaux de distribution constituent une infrastructure

Plus en détail

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale.

Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Analyse des erreurs de mesure lors d une opération de soudage ; Définition d une instrumentation optimale. Morgan DAL 1, Philippe LE MASSON 1, Michel DUMONS 1, Didier LAWRJANIEC 2 1 LIMATB, Université

Plus en détail

Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1. Départementale d' Assistance

Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1. Départementale d' Assistance Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1 Régie Départementale d' Assistance Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page

Plus en détail

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes.

On retrouve généralement les réseaux séparatifs dans les petites et moyennes agglomérations ou dans les extension des villes. Préambule et domaine d'application Le présent document a été créé dans le but pour permettre le dimensionnement des installations de plomberie sanitaire. C'est un document de synthèse, Il reprend partiellement

Plus en détail

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso)

Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) Olivier DELATTRE Conseiller en Hygiène Alimentaire Laboratoire LAREBRON (Carso) PLAN 1) Le point sur la réglementation en matière de prélèvements et d analyses alimentaires 2) Comment déterminer la durée

Plus en détail

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste

Présentations GTF. Point de vue d un utilisateur final. Durée de vie des ouvrages : Approche Prédictive, PerformantielLE et probabiliste Présentations GTF Présenté par : Georges NAHAS Organismes : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN) Paris 26 mai 2009 Introduction Le vieillissement des ouvrages de génie civil et plus

Plus en détail

LOGICIEL GSP 1 ESTIMATION DES COUTS D EXPLOITATION DES SERVICES D EAU POTABLE METHODOLOGIE ET REFERENCES

LOGICIEL GSP 1 ESTIMATION DES COUTS D EXPLOITATION DES SERVICES D EAU POTABLE METHODOLOGIE ET REFERENCES ECOLE NATIONALE DU GENIE DE L'EAU ET DE L'ENVIRONNEMENT DE STRASBOURG LOGICIEL GSP 1 ESTIMATION DES COUTS D EPLOITATION DES SERVICES D EAU POTABLE METHODOLOGIE ET REFERENCES 1 Diadème Ingénierie et Ministère

Plus en détail

Une APPROCHE DE LA VILLE INTELLIGENTE

Une APPROCHE DE LA VILLE INTELLIGENTE Programme Smart Cities Projet Ville de Demain Une APPROCHE DE LA VILLE INTELLIGENTE Pour le grand CASABLANCA Enjeux, actions & opportunités Casablanca, le 23 Septembre 2014 CASABLANCA, SMART CITY 1. Enjeux

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX

FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FTE FOSSE SEPTIQUE TOUTES EAUX FICHE 1 DOMAINE D'APPLICATION Conseillé 0-200 EH 50 Observé 0-200 EH 50 VOLET TECHNIQUE 1 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT 1.1 PRINCIPE La fosse septique toutes eaux permet un

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux

Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux Auscultation, diagnostic et surveillance des sols, structures et réseaux Des ingénieurs spécialisés enrichissant depuis plus de 15 ans une expérience unique du Géoradar et des techniques non destructives.

Plus en détail

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION

SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION UNIVERSITE ABOUBEKR BELKAID FACULTE DES SCIENCES DE L INGENIEUR DEPARTEMENT DE GENIE CIVIL SCIENCE DES MATERIAUX DE CONSTRUCTION Responsable: Dr. GHOMARI Fouad COMPORTEMENT AU FEU DU BETON. Le feu est

Plus en détail

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER ANNEXE COMPETENCES A LA CARTE DE LA BRANCHE EAU PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER 2010 Page 1 /14 26/02/2010 OPTION MAINTENANCE

Plus en détail

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage

LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES. drainage. Micro Drainage LOGICIEL DE MODÉLISATION INTEGRÉE 1D/2D POUR LA GESTION DES EAUX PLUVIALES ET DES EAUX USÉES drainage Micro Drainage QUELS SONT LES DOMAINES D APPLICATION DE XPSWMM? Gestion des eaux pluviales: Modélisation

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

Minimisation de coût de l énergie de pompage Cas du Canal haut service des Doukkala. Pr. A. Oulhaj 1, A. Aboussaleh 1

Minimisation de coût de l énergie de pompage Cas du Canal haut service des Doukkala. Pr. A. Oulhaj 1, A. Aboussaleh 1 Résumé La hausse continue du coût de l'énergie et la rareté de l'eau rendent plus complexe la gestion de l'eau dans les périmètres irrigués. Ainsi au cours des deux dernières décennies, le prix de l'énergie

Plus en détail

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social

DÉMARCHE HACCP RESTAURATION. Guide pour l analyse des dangers. Restauration commerciale Restauration collective à caractère social DÉMARCHE HACCP EN RESTAURATION Guide pour l analyse des dangers Restauration commerciale Restauration collective à caractère social Ce livre a obtenu un prix dans la catégorie ouvrages professionnels -

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos... Remerciements... CHAPITRE 1 LA COMPTABILITÉ DE MANAGEMENT... 1

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos... Remerciements... CHAPITRE 1 LA COMPTABILITÉ DE MANAGEMENT... 1 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos........................................................... Remerciements......................................................... V VII CHAPITRE 1 LA COMPTABILITÉ DE MANAGEMENT................

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Pour citer cet article : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- THÈSES (RÉSUMÉS) Armand Colin Revue d'économie Régionale & Urbaine 2006/4 - octobre pages 661 à 664 ISSN 0180-7307 Article disponible en ligne à l'adresse: http://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2006-4-page-661.htm

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

L impact des normes communautaires sur les collectivités locales : l exemple des services d intérêt général

L impact des normes communautaires sur les collectivités locales : l exemple des services d intérêt général L impact des normes communautaires sur les collectivités locales : l exemple des services d intérêt général Trois ateliers pays sur deux secteurs en cours de libéralisation à l échelle européenne : le

Plus en détail

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 N de saisine : 480718-170856752 / YM Date de la saisine : 11 juin 2008 Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 Consommateur: Mme H. Fournisseur(s)

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Olivier CORREC Mél : olivier.correc@cstb.fr Contexte des réseaux d eau sanitaire Exigences générales : o Sécuriser la consommation

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les futurs clients éligibles. 25 septembre 2002

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les futurs clients éligibles. 25 septembre 2002 Paris, le 17 octobre 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les futurs clients éligibles 25 septembre 2002 *** I La fourniture d électricité... 2 Les clients éligibles peuvent-ils acheter leur électricité

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant proposition d approbation du lancement du déploiement généralisé du système de comptage évolué de GrDF Participaient

Plus en détail

CRITERES DE JUGEMENT DU BON ENTRETIEN DES RESEAUX D ASSAINISSEMENT

CRITERES DE JUGEMENT DU BON ENTRETIEN DES RESEAUX D ASSAINISSEMENT CRITERES DE JUGEMENT DU BON ENTRETIEN DES RESEAUX D ASSAINISSEMENT Le point au 6 septembre 2010 Le contrat de délégation du service public de l assainissement indique un taux de colmatage, ou une débitance,

Plus en détail

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 SOMMAIRE Contexte de la mission confiée à ARTELIA Synthèse des audits Satisfaction usagers Implantation Mise en œuvre des capteurs et cuves Circuits

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est :

Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : 1 Bienvenue à Recycl eau, Le réseau d assainissement de Ressons le Long c est : POSTE DE REFOULEMENT RESEAU D ASSAINISSEMENT - 6150 mètres de tuyau gravitaire en grès - 1600 mètres de tuyau de refoulement

Plus en détail

TNDB Gestion des réseaux d infrastructures. Tables des matières :

TNDB Gestion des réseaux d infrastructures. Tables des matières : Page 1/18 Tables des matières : 1 Préambule...2 2 Vue générale...3 3 Gestion de réseau...4 4 Calcul Siflow et DACHCZ...6 5 Mesures des charges...9 6 Analyse topologique Rapport d état...11 7 Analyse topologique

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE

POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE POLLUTEC LYON 3 Décembre 2004 M. LECA gérard GCEE COMMENT REHABILITER UN CHATEAU D EAU? INTRODUCTION Historique de la construction: Construits entre 1920 et 1980, mais depuis 1950 pour 70% du parc actuel.

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction Guide de conception de projets GC-3.2.4 Fabrication et distribution de l'air comprimé et de l'eau réfrigérée (11/2007)

Plus en détail

Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP

Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP Département du Finistère Commune de Saint-Thois Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP CAHIER DES CHARGES 1 CONTEXTE La commune de Saint Thois exploite son service d eau potable en régie. Le

Plus en détail

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014

AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 AVALOIRS DE TOIT À DÉBIT CONTRÔLÉ (ATDC) ASPE Québec - 11 mars 2014 Contenu de la présentation Une conséquence du développement urbain La charge hydraulique provenant d une pluie La gestion des eaux pluviales

Plus en détail

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire

Sommaire. Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire Sommaire 1. Généralités 7 2. Réseaux d alimentation d eau dans les bâtiments 8 2.1 Généralités 8 2.2 Dimensionnement du réseau d alimentation - Méthode générale 8 2.2.1 Principes généraux 8 2.2.2 Données

Plus en détail

DOSSIER : DECLARATION ET CONTROLE DES INSTALLATIONS PRIVATIVES DE PRELEVEMENT, RECUPERATION ET UTILISATION D EAU

DOSSIER : DECLARATION ET CONTROLE DES INSTALLATIONS PRIVATIVES DE PRELEVEMENT, RECUPERATION ET UTILISATION D EAU DOSSIER : DECLARATION ET CONTROLE DES INSTALLATIONS PRIVATIVES DE PRELEVEMENT, RECUPERATION ET UTILISATION D EAU Le décret n 2008-652 du 2 juillet 2008 précise le dispositif prévu par la loi sur l eau

Plus en détail

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation

La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation La récupération de l'eau de pluie et l'usage dans l'habitation Présenté par l'ars de Poitou-Charentes UFC Que Choisir le 17 février 2011 L évolution de la société et la volonté d assurer un haut niveau

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses

Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses Tribune Paris, le 19 janvier 2015 Continent africain / Evaluation de préjudice Les économistes apportent des réponses à 360 degrés lors des procédures litigieuses Par Gildas de Muizon (Directeur associé)

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de

Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif NEBEF 1): synthèse des propositions de Expérimentation sur la valorisation des effacements de consommation sur les marchés de l'énergie (dispositif "NEBEF 1"): synthèse des propositions de RTE 16 octobre 2013 Expérimentation sur la valorisation

Plus en détail

La Détection Géoréférencée des réseaux enterrés ou «Géodétection» Loriane ROUSSEL, Toposcan

La Détection Géoréférencée des réseaux enterrés ou «Géodétection» Loriane ROUSSEL, Toposcan La Détection Géoréférencée des réseaux enterrés ou «Géodétection» Loriane ROUSSEL, Toposcan - Généralités Deux spécialités se distinguent : - La détection pour les Investigations Complémentaires - La valorisation

Plus en détail

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Délégation territoriale du Val-d Oise Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Maîtriser la température de l eau chaude sanitaire L exploitant d un réseau d eau

Plus en détail