Un outil d aide à la maîtrise des pertes dans les réseaux d eau potable : la modélisation dynamique de différentes composantes du débit de fuite

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Un outil d aide à la maîtrise des pertes dans les réseaux d eau potable : la modélisation dynamique de différentes composantes du débit de fuite"

Transcription

1 Thèse présentée pour obtenir le grade de Docteur de l Université Louis Pasteur Strasbourg I Discipline : Sciences de l ingénieur Par Olivier Chesneau Un outil d aide à la maîtrise des pertes dans les réseaux d eau potable : la modélisation dynamique de différentes composantes du débit de fuite Soutenue publiquement le 27 novembre 26 à Strasbourg Membres du jury Directeur de thèse : Bernard Brémond, Directeur de Recherche, Cemagref Rapporteur interne : Robert Mosé, Professeur, ENGEES Rapporteur externe : Pascal Le Gauffre, Maître de Conférence, INSA de Lyon Rapporteur externe : Alain Mailhot, Professeur, INRS Québec Examinateur : Thierry Leviandier, Docteur, ENGEES Membre invité : Frédéric Blanchet, Direction Technique Veolia Eau

2

3 Remerciements Prix Bernard Brémond : Bernard Brémond himself, du sur-mesure, une phrase bien alambiquée pour remercier cet excellent orateur jamais à court de bonnes idées, fort agréable à côtoyer, phrase dont il ne pourra m ôter la paternité et qu il ne pourra cacher à la face du monde comme la plupart de celles qui s étaient malencontreusement glissées au sein de cette thèse, merci Bernard d avoir de votre œil avisé et en accord avec votre expérience simplifié ce texte, au point que même moi je l ai compris. Prix de la vista statistique et de l explosivité neuronale : Yves, un grand merci pour toutes les bonnes idées. Prix «oui elle/il est là, je vous la/le passe» des colocataires : Sandrine et Peng, entre Montauban et Chine, festival d accents! Prix Caméra Café : l ancienne équipe ORH, de sacrés personnages! Prix Sigmund Freud Thierry Roland des meilleurs multilogues : Gilou de Lacanou, Kiki, Ludo le Grand, Ludo le Petit, Sined, Vince, merci pour les enflammades. Prix Biba Rustica Midi Olympique des filles aux pieds nus : Anso, Béné, Grattou, Jeanne, Sandy, dites, vous me prêteriez vos sandales? Prix Goldeneye de la relecture éclairée : Cécé, merci d y avoir consacré du temps, bon vent au pays où il pleut tout le temps! Prix du remettage de pendule à l heure : la famille, vous êtes dans le vrai, tous. Faut pas s en faire, maintenant ça y est. Presque Et puis il y a des aides qui n ont pas de prix. C est injuste. C est sans doute celles qui valent le plus. Des aides de tous les jours, sur tous les plans. Des aides sans qui il n y aurait même pas de remerciements du tout. Des aides indispensables Merci Soizic. Il y a quelques années je t annonçais mon bac, t avais pas bien compris à l époque, et c était pas grave, je t annonce une thèse aujourd hui, comment t expliquer, je sais pas, y en a qui disent que tu pourrais être fière (Attendez voir C est quoi exactement ces remerciements? C est juste pour la thèse ou pour la vie en général? Non parce que si c est pour en général faut que je rajoute mes grands parents, magnifiques, pis aussi MunoMinique, parce que waouh, ce sont des gens rudement bien. Ah, c est que pour la thèse? Bon, tant pis alors, je le ferai pas.)

4

5 Table des matières Introduction générale 5 CHAPITRE. LA REDUCTION DES FUITES DANS LES RESEAUX D EAU POTABLE : UN DES ENJEUX DE LA GESTION PATRIMONIALE 9. Enjeux techniques du bon état patrimonial 22.. Notion de patrimoine dans les réseaux d eau potable : définition et spécificités Un bien commun à préserver Le réseau d eau potable parmi les réseaux techniques urbains Minimisation du nombre de casses Nature et facteurs principaux des casses Gêne aux usagers Réduction des pertes et des fuites Nature et origine des fuites Conséquences des fuites Amélioration de la qualité de l eau Conduites dégradées et temps de séjour Manifestations d une eau altérée : risque sanitaire, désagréments gustatifs et olfactifs, eaux rouges 3 2. Qualification de l état patrimonial d un réseau Connaître l état du patrimoine par l observation des défaillances Difficulté à définir l état technique global Difficulté à prendre en compte l influence de la gestion La mesure de performance comme outil d évaluation et de gestion Portée de la mesure de performance pour les réseaux d eau potable Critères pour élaborer un indicateur de performance Principaux indicateurs de performance techniques existant dans le domaine des casses, des fuites et de la qualité de l eau Limites associées à la mesure de performance Evolution de l etat patrimonial Gestion anticipée : planification des actions à partir des valeurs d indicateurs attendues Outils disponibles dans le domaine des casses : les modèles de prévision 5 4. Cas des fuites : une approche nouvelle pour lier patrimoine et gestion Appréhender les fuites dans les réseaux : estimation quantitative et réduction Sectorisation et débit de fuite Recherche de fuites, réhabilitation et renouvellement des conduites Limites et insuffisances de l existant Rendement et indices de pertes Méthodologie Lambert Objectifs de la thèse 64

6 CHAPITRE 2. PRESENTATION DES DONNEES DE L ETUDE : DESCRIPTION, VALIDITE, ANALYSE 65. Nature des données de l étude 68.. Données initialement souhaitées Données disponibles Chroniques de débits Chroniques de réparations Données patrimoniales et d exploitation Fiabilité des données Sources d erreur sur la mesure du débit et élimination des secteurs non conformes Incertitudes sur la bonne retranscription des données de réparations Approximations sur les données patrimoniales et d exploitation Avantage d exploiter des chroniques longues Choix des secteurs d étude à des fins de modélisation 8.5. Analyse visuelle des chroniques et politiques de gestion déduites en matière de recherche de fuites Recherche de fuites initiée par un événement ponctuel Recherche de fuites imposée par des contraintes extérieures Pertinence de la distinction entre réparations sur détection visuelle ou sur recherche de fuites dans l explication des débits observes Modèle de différence relative Formulation du modèle, fonctionnement et hypothèses associées Procédure de calcul Résultats Valeur des paramètres et restitution graphique Interprétation Conclusion 95 CHAPITRE 3. MODELES DYNAMIQUES BASES SUR UN TAUX D APPARITION DES FUITES 97. Objectifs.. Formuler nouvellement les fuites diffuses.2. Séparer les fuites diffuses et les fuites non repérées.3. Proposer un outil de réduction des fuites au travers de la gestion du patrimoine 2 2. Hypothèse sur le processus d apparition des fuites 3 3. Modèle d apparition des fuites Formulation Procédure de résolution Résultats 8

7 3.3.. Exemples de restitution graphique : améliorations par rapport au modèle de différence relative Etude de la valeur des paramètres du modèle d apparition 3.4. Extensions du modèle d apparition des fuites Distinction des réparations sur conduite ou sur branchement Ajout des fuites diffuses selon la formulation de Lambert Conclusion et limites du modèle d apparition des fuites 9 4. Modélisation dynamique des différentes catégories de fuites : le modèle trois états Processus de transformation des fuites Schématisation des processus d apparition et de transformation des fuites Mise en équations Ecriture du système différentiel Formulation de base du débit de fuite Formulation du débit de fuite avec distinction sur les organes hydrauliques réparés Résolution et estimation des paramètres Suppression de degrés de liberté pour les paramètres du modèle Calcul des paramètres α et q Bilan pour l estimation des paramètres et contraintes associées Résultats directs du modèle trois états Sensibilité à q Comment choisir q? Valeurs des paramètres Restitution graphique 6 5. Conclusion 68 CHAPITRE 4. APPLICATIONS DU MODELE TROIS ETATS A LA GESTION DES FUITES SUR UN RESEAU D EAU POTABLE 7. Evolution naturelle du débit de fuite et simulation de différentes intensités de recherche de fuites 74.. Scénarios de passivité du gestionnaire Nécessité de prévoir l évolution naturelle des débits de fuite Exemple d évolution du débit de fuite à différents horizons pour le Secteur Evolution prévisible du débit de fuite des secteurs de l étude Simulation d une intensité efficace de recherche de fuites (IERF) Définition et exemple de calcul Formulation de l IERF Modélisation de la recherche de fuites comme possible outil de gestion 85

8 2. Etude de l impact du renouvellement des conduites et des branchements sur le débit de fuite Mise en place pratique Répercussions du renouvellement sur l âge moyen du secteur Renouvellement et élimination des fuites Nouvelle formulation du débit de fuite et schéma bilan Scénarios de renouvellement Exemples Influence du pourcentage de linéaire renouvelé Influence de l âge moyen renouvelé Influence relative du linéaire et de l âge moyen des conduites renouvelées Une gestion optimale : recherche de fuites et renouvellement Conditions d application des scénarios Scénarios de gestion raisonnée pour les Secteurs 5 et Choix des secteurs et échéancier des objectifs Evolution du Secteur Evolution du Secteur Bilan 26 Conclusion et perspectives 25 Références bibliographiques 29

9 Liste des figures Figure. Action et rétroaction du patrimoine et de la gestion sur les désagréments du service de distribution Figure 2. Méthodologie envisagée pour la décomposition du débit de nuit Figure 3. Représentation graphique des différentes chroniques de débit... 7 Figure 4. Distribution temporelle spécifique des réparations sur détection visuelle ou sur recherche de fuites Figure 5. Principaux défauts des données de débit Figure 6. Précision défaillante de la mesure de débit Figure 7. Incertitude sur les données de réparations Figure 8. Evolution typique attendue pour le débit de fuite... 8 Figure 9. Campagnes de recherche de fuites dictées par les événements sur le secteur Figure. Campagnes de recherche de fuites préméditées Figure. Ecart possible entre les courbes mesurée et modélisée Figure 2. Valeurs de β en fonction de l âge moyen... 9 Figure 3. Valeurs de β en fonction du nombre de branchements Figure 4. Restitution graphique du modèle de différence relative à trois paramètres pour le Secteur Figure 5. Restitution graphique du modèle de différence relative à trois paramètres pour le Secteur Figure 6. Décomposition du débit de fuite et comparaison modèle trois états modèle formulé par Lambert et al. (999)... Figure 7. Restitution graphique du modèle d apparition des fuites pour le Secteur Figure 8. Restitution graphique du modèle d apparition des fuites pour le Secteur Figure 9. Restitution graphique du modèle d apparition des fuites pour le Secteur Figure 2. Valeurs de µ en fonction de l âge moyen du secteur pour le modèle d apparition des fuites... 2 Figure 2. Valeurs de Q en fonction de la densité de branchements pour le modèle u d apparition des fuites Figure 22. Processus d apparition et de transformation des fuites Figure 23. Représentation de la densité de probabilité d une distribution exponentielle de paramètre λ=, an Figure 24. Représentation graphique de la fonction de répartition d une distribution exponentielle de paramètre λ=, an Figure 25. Impact d éventuelles opérations de recherche de fuites avant t sur le système d équations simplifiées... 3 Figure 26. Variabilité de µ et d en fonction de q... 44

10 Figure 27. Variabilité de µ et d en fonction de q Figure 28. Représentation des débits modélisé et lié aux fuites diffuses pour q =,3m.h sur le Secteur Figure 29. Corrélation entre µ et l âge moyen du secteur pour le modèle trois états... 5 Figure 3. Corrélation entre intensité de réparations et valeur initiale du débit de fuite Figure 3. Corrélation entre la valeur initiale du débit de fuite et l âge moyen du secteur.. 52 Figure 32. Représentation du produit µ t en fonction de l âge moyen Figure 33. Corrélation entre d et N( t ) Figure 34. Corrélation entre d et N( t ) Figure 35. Corrélation entre N( t ) et µ Figure 36. Corrélation entre N( t ) et µ Figure 37. Corrélation entre q et d Figure 38. Représentation graphique du Secteur 2 pour le modèle trois états Figure 39. Représentation graphique du Secteur 9 pour le modèle trois états Figure 4. Représentation graphique du Secteur 8 pour le modèle trois états Figure 4. Représentation graphique du Secteur 3 pour le modèle trois états Figure 42. Représentation graphique du Secteur pour le modèle trois états Figure 43. Représentation graphique du Secteur 8 pour le modèle trois états Figure 44. Représentation graphique du Secteur pour le modèle trois états Figure 45. Représentation graphique du Secteur 6 pour le modèle trois états Figure 46. Evolution naturelle des fuites sur le Secteur 2 depuis la date de pose Figure 47. Evolution naturelle des fuites sur le Secteur depuis la date de pose Figure 48. Evolution naturelle du débit de fuite à ans pour le Secteur Figure 49. Evolution du classement de différents secteur au cours du temps, au regard du débit de fuite global Figure 5. Evolution naturelle du débit de fuite à dix ans pour le Secteur Figure 5. Evolution naturelle du débit de fuite à dix ans pour le Secteur Figure 52. Evolution naturelle du débit de fuite à dix ans pour le Secteur Figure 53. Simulation de différentes répartitions temporelles des opérations de recherche de fuites sur le Secteur Figure 54. Gestion de la recherche de fuites sur le Secteur Figure 55. Gestion de la recherche de fuites sur le Secteur Figure 56. Gestion de la recherche de fuites sur le Secteur Figure 57. Gestion de la recherche de fuites sur le Secteur Figure 58. Gestion de la recherche de fuites sur le Secteur Figure 59. Etapes de la mise en place du renouvellement au sein du modèle trois états : exemple du Secteur

11 Figure 6. Scénario de renouvellement appliqué au Secteur 2, % du linéaire, 6 ans d âge Figure 6. Scénarios de renouvellement unique ou en plusieurs épisodes appliqués au Secteur Figure 62. Relation entre gain réalisé par le renouvellement et âge moyen des conduites à t r Figure 63. Scénario de renouvellement appliqué au Secteur 9, 5 % du linéaire, âge moyen Figure 64. Scénario de renouvellement appliqué au Secteur 6, % du linéaire, 6 ans d âge Figure 65. Scénario de renouvellement appliqué au Secteur 8, % du linéaire, 6 ans d âge Figure 66. Scénario de renouvellement appliqué au Secteur 7, % du linéaire, 6 ans d âge Figure 67. Diminution du débit global en fonction du linéaire renouvelé, à âge moyen renouvelé constant : exemple du Secteur Figure 68. Pourcentage de gain sur le débit de fuite en fonction du pourcentage de linéaire renouvelé (Secteur, âge moyen des conduites renouvelées : 5 ans) Figure 69. Diminution du débit global en fonction de l âge moyen des conduites renouvelées, à linéaire renouvelé constant : exemple du Secteur Figure 7. Pourcentage de gain sur le débit de fuite en fonction de l âge moyen des conduites renouvelées (Secteur, % du linéaire renouvelé) Figure 7. Représentation graphique de la fonction y=x(-x) Figure 72. Représentation graphique des effets du scénario de gestion complet appliqué au Secteur Figure 73. Représentation graphique des effets du scénario de gestion complet appliqué au Secteur

12 Liste des tableaux Tableau. Balance de l eau selon la terminologie utilisée par l IWA (Alegre et al. 2) Tableau 2. Valeurs françaises de référence pour l indice linéaire de pertes (m.km.j ) Tableau 3. Valeurs portugaises de référence pour l indice linéaire de pertes (m.km.j )... 4 Tableau 4. Origines et types des fuites sur les réseaux d eau potable Tableau 5. Valeurs unitaires associées à chaque type de fuite Tableau 6. Pertes liées à chaque type de fuite, par mètre de colonne d eau (mce) Tableau 7. Double distinction des réparations : exemple du Secteur Tableau 8. Caractéristiques patrimoniales disponibles : exemple du Secteur Tableau 9. Caractéristiques patrimoniales des 8 secteurs sélectionnés... 8 Tableau. Valeurs des paramètres et gains pour le modèle de différence relative à trois paramètres Tableau. Valeurs des paramètres pour le modèle basé sur une théorie d apparition des fuites... 2 Tableau 2. Valeurs des paramètres pour le modèle d apparition des fuites avec rajout des fuites diffuses selon Lambert Tableau 3. Sensibilité des paramètres du modèle trois états à la valeur de q : exemple du Secteur Tableau 4. Calculs menant à un débit lié aux fuites diffuses supérieur au débit global 3 - modélisé (tous les débits sont en m.h.km - ) Tableau 5. Comparaison des débits liés aux fuites diffuses selon la formulation Lambert ou 3 - le modèle trois états (q =, m.h ) Tableau 6. Valeurs des paramètres du modèle trois états pour q =, m.h Tableau 7. Valeurs des paramètres du modèle trois états pour q =, m.h Tableau 8. Valeurs des paramètres du modèle trois états pour q =,5 m.h Tableau 9. Comparaison des valeurs des paramètres entre le modèle dit d apparition des fuites et le modèle trois états Tableau 2. Comparaison des valeurs des paramètres pour le modèle trois états avec ou sans distinction sur les organes réparés Tableau 2. Poids relatif (exprimé en pourcentage) des branchements et des conduites dans les différents composantes du débit modélisées pour le Secteur Tableau 22. Evolution du débit de fuite global à différents horizons et hiérarchisation (les débits sont exprimés en m.h.km ) Tableau 23. Evolution chiffrée du débit lié aux fuites diffuses à différents horizons et hiérarchisation (les débits sont exprimés en m.h.km ) Tableau 24. Pourcentage de gain sur le débit de fuite associé au pourcentage renouvelé (Secteur, âge moyen des conduites renouvelées : 5 ans) Tableau 25. Pourcentage de gain sur le débit de fuite associé à l âge moyen des conduites renouvelées (Secteur, % du linéaire renouvelé) Tableau 26. Objectifs et mise en place du scénario de gestion pour le Secteur Tableau 27. Objectifs et mise en place du scénario de gestion pour le Secteur Tableau 28. IERF appliquée et gains associés à cette recherche et au renouvellement pour le Secteur Tableau 29. IERF appliquée et gains associés à cette recherche et au renouvellement pour le Secteur

13 Sigles et abréviations AGHTM : Association Générale des Hygiénistes et Techniciens Municipaux ASTEE : Association Scientifique et Technique pour l Eau et l Environnement BABE : Bursts And Background Estimates CARE-W : Computer Aided REhabilitation of Water networks CARL : Current Annual Real Losses CCTG : Cahier des Clauses Techniques Générales DMA : District Metered Area FNDAE : Fonds National pour le Développement des Adductions d Eau IERF : Intensité Efficace de Recherche de Fuites ILI : Infrastructure Leakage Index IP : Indicateur de Performance InVS : Institut de Veille Sanitaire IWA : International Water Association IWSA : International Water Services Association NHPP : Non-Homogeneous Poisson Process Ofwat : Office of Water Services OIEAU : Office International de l EAU OMS : Organisation Mondiale de la Santé PEHD : Polyéthylène Haute Densité PVC : Polychlorure de vinyle SAGE : Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux SMEGREG : Syndicat Mixte d Etudes pour la Gestion de la Ressource en Eau du département de la Gironde SPDE : Syndicat professionnel des entreprises de service d eau et d assainissement UARL : Unavoidable Annual Real Losses UD : Unité de Distribution

14

15 Introduction générale Le cheminement de l eau potable jusqu au robinet se fait dans des réseaux enterrés hors du regard du consommateur. La plupart du temps, on ne les observe que lors d opérations de réparation ou de remplacement conduisant à l ouverture de la chaussée, liée à de nombreux désagréments. Les épisodes de casses, faisant apparaître une source d eau anormale visible au niveau du sol, manifestent également la présence de conduites souterraines. Ainsi, l étendue des réseaux est bien souvent insoupçonnée. En France, le linéaire de canalisations dédiées à la distribution d eau potable atteint 85 km. Il s élève à plus de 3 km pour les réseaux anglais et gallois. En ajoutant maintenant que la valeur à neuf des réseaux est supérieure à euros par habitant en France, il apparaît clairement que le réseau, au même titre que l eau qu il transporte, est un bien extrêmement précieux. La conscience des enjeux financiers que représente la bonne gestion des réseaux motive l attention particulière qui leur est portée. Les problématiques liées aux réseaux d eau potable ont évolué au fil du temps. Les premiers réseaux sous pression sont apparus au milieu du XIX ème siècle. Dans un premier temps, les efforts se sont portés sur le raccordement du plus grand nombre possible de personnes à l eau courante, essentiellement dans les villes. Durant les années 96-97, le développement des réseaux en zone rurale était toujours considérable : on estime pour la France à environ 45 % du total le linéaire de conduites posé à cette époque. Actuellement, sur notre territoire, 99 % de la population est desservie et la distribution de l eau au plus grand nombre, qui était un enjeu majeur il y a quelques décennies, ne l est plus. La qualité de l eau distribuée a ensuite focalisé les attentions. Les paramètres de potabilité se sont diversifiés dans le cadre du renforcement des contraintes sur l hygiène alimentaire. La transformation des pratiques agricoles, marquée par un accroissement de l usage des nitrates ou des pesticides, a créé de nouvelles sources de contamination : le traitement de l eau a dû être adapté. En France, le niveau de service atteint au terme d un siècle et demi d existence des réseaux est tout à fait performant : chaque usager peut disposer en quantité d une eau de bonne qualité. La tâche actuelle des acteurs du domaine de l eau est au minimum de maintenir cette performance, voire de l améliorer encore. La problématique actuelle est donc de lutter contre la dégradation des réseaux liée au vieillissement des conduites, pour certaines en place depuis plus d un siècle et dont les durées de vie ne sont pas infinies. Les manifestations de cette 5

16 détérioration sont diverses : casses, fuites, eaux rouges Parallèlement à cette préoccupation qui s inscrit dans la durée, une problématique nouvelle est liée à la disponibilité de la ressource. Déjà ancien dans certaines zones arides du globe comme le Moyen Orient, ce problème est maintenant présent sous nos latitudes. En Gironde, la surexploitation des nappes profondes a conduit à mettre en place une réglementation stricte des pompages, encadrée par le SAGE Nappes Profondes. L objectif poursuivi pour cette étude vise à minimiser les manifestations et les effets de la dégradation des réseaux dans le domaine des fuites. Il est adapté à la réalité actuelle des réseaux mais contribue également à la préservation de la ressource. Il s inscrit ainsi dans un cadre plus large de développement durable. L ampleur des fuites sur un réseau est largement relayée par les médias et donne souvent une mauvaise image de la gestion de la distribution de l eau. Les quantités des pertes sont souvent comparées à des volumes connus, comme par exemple des piscines ou des lacs, et marquent fortement l opinion publique. Ainsi, l Ofwat 2 en Angleterre a accordé en 24 à la compagnie Thames Water, un volume quotidien de pertes de 844 millions de litres, soit l équivalent de 344 piscines olympiques. Le sujet est d autant plus sensible qu une part sans cesse croissante de la population, en France mais aussi en Angleterre, est soumise à des restrictions d eau. Il existe donc une réelle pression extérieure pour réduire ces fuites. Paradoxalement, malgré des pertes s élevant fréquemment à plus de 3 % de la quantité d eau prélevée dans le milieu naturel, le système fonctionne correctement. La fuite n est pas un événement de nature à interrompre le service. Il est toujours possible d en remettre l élimination à plus tard. On voit ici la nécessité d une politique volontariste dans le domaine, volonté souvent traduite contractuellement. Une prise de conscience a cependant vu le jour au sujet des fuites et diverses actions commencent à se mettre en place pour les réduire efficacement. La gestion des fuites est un problème complexe car elle traite de phénomènes encore assez mal connus dans leurs origines. Deux questions sont notamment au cœur des enjeux évoqués. A qui attribuer les responsabilités d un réseau très fuyard : le patrimoine, le gestionnaire? Quels moyens mettre en œuvre pour réduire efficacement les fuites? Notre objectif est de proposer un outil visant à établir un diagnostic sur la nature des fuites dans un réseau afin de SAGE : Schéma d Aménagement et de Gestion des Eaux 2 Ofwat : Office of Water services, autorité de régulation des services d eau pour les réseaux anglais et gallois 6

17 proposer les meilleures solutions pour les réduire. L amélioration de l état des réseaux ainsi que la préservation de la ressource sont des effets bénéfiques associés escomptés. Au chapitre, nous évoquons de manière générale, en nous appuyant sur une étude bibliographique, les défaillances des réseaux d eau potable et les mesures de performance qui permettent d en rendre compte. Nous abordons également l utilisation de modèles prédictifs dans le domaine des casses et formulons les objectifs de la thèse dont, notamment, la possibilité de construire de tels modèles pour les fuites. Le chapitre 2 est consacré à la présentation des données de l étude : chroniques de débit de fuite et de réparations. Leur fiabilité et leur nécessaire sélection sont également détaillées. Une analyse de l intérêt de considérer ou non par la suite certaines d entre elles est menée par le biais d une première modélisation. La présentation du modèle dit «trois états» de décomposition et de reconstitution des débits de fuite est effectuée au chapitre 3. On s y attarde sur les hypothèses relatives à sa construction, particulièrement la transposition aux fuites d un modèle d apparition de casses basé sur un processus de Yule et le passage des fuites à travers différents états au cours de leur existence. Les résultats directs du modèle, à savoir la valeur des paramètres ainsi que les restitutions graphiques des chroniques, sont inclus dans cette partie. Le dernier chapitre, le chapitre 4, montre l étendue des applications possibles du modèle trois états. Différents scénarios de gestion mêlant recherche de fuites et/ou renouvellement des conduites sont implémentés. Ils proposent différentes options de gestion en fonction des caractéristiques du débit de fuite et d objectifs à atteindre. Ces simulations à des horizons différents indiquent l intensité et la nature des travaux à mener. 7

18

19 CHAPITRE. LA REDUCTION DES FUITES DANS LES RESEAUX D EAU POTABLE : UN DES ENJEUX DE LA GESTION PATRIMONIALE

20

21 Etat patrimonial et gestion des fuites Préambule Les investissements financiers ayant servi à mettre en place le linéaire de conduites des réseaux de distribution d eau potable sont à l image de celui-ci, extrêmement importants. Ils ont été réalisés en grande partie il y a quelques décennies et il convient donc à présent de gérer au mieux ce patrimoine. La ligne directrice et le but de la gestion patrimoniale ont été très clairement définis par l OIEAU (Berland et al. 25) dans un rapport pour le compte du SPDE 2. Ils s expriment comme suit : «la politique de gestion du patrimoine contribue à atteindre, dans le respect des principes du développement durable, le niveau de performance du service d eau voulu par la collectivité». L Ofwat (26), dans la page d accueil de son site Internet, présente également sa vision du service de l eau au travers de laquelle transparaît sa conception de la gestion patrimoniale : «our vision is for a water industry that delivers a world class-service, representing best value to customers now and in the future». La différence entre les deux approches se situe dans la place donnée à l usager, au centre des préoccupations selon les préconisations de l Ofwat, alors qu en France la collectivité a plus de liberté pour orienter ses choix selon des critères qu elle définit. Cependant, nous voyons clairement, dans ces deux approches des services d eau, la vision commune qui consiste à faire du futur une préoccupation majeure de toute action. Dans un premier temps, après avoir défini et qualifié le patrimoine pour les réseaux d eau potable, nous évoquerons les effets néfastes liés à la dégradation de celui-ci. Nous étudierons dans un second temps l intérêt de la mesure de performance pour la gestion patrimoniale. Enfin, nous aborderons plus en détails les fuites, sujet au cœur de l étude : nous traiterons de l existant et des points particuliers où les pratiques peuvent être améliorées, ce qui nous conduira à énoncer les objectifs de la thèse. OIEAU : Office International de l Eau 2 SPDE : Syndicat professionnel des entreprises de service d eau et d assainissement 2

22 Chapitre. ENJEUX TECHNIQUES DU BON ETAT PATRIMONIAL Les problématiques liées au service de distribution d eau potable sont vastes. Nous nous intéressons ici à la partie réseau et nous limitons à certains aspects techniques que nous répartissons en trois catégories : les casses et interruptions de service liées, les fuites et la qualité de l eau. Nous mettons en avant l impact du patrimoine dans ces domaines et définissons auparavant le terme de patrimoine... Notion de patrimoine dans les réseaux d eau potable : définition et spécificités... Un bien commun à préserver Quelle légitimité avons nous à parler de patrimoine lorsque nous évoquons le caractère physique et matériel des réseaux? La définition du dictionnaire Le Trésor de la Langue Française Informatisé (ATILF 26), pour le sens premier du terme, est la suivante : «ensemble des biens hérités des ascendants ou réunis et conservés pour être transmis aux descendants». Ce terme s emploie dans des domaines aussi variés que la finance, la culture ou bien encore l environnement. Il est indissociable des notions de transmission et de valeur. Le patrimoine nous est légué, nous en faisons usage, puis le transmettons aux générations suivantes. Ce bien évolue entre deux générations en fonction de l usage que nous en faisons et du temps qui passe. Trois modalités de transfert peuvent être distinguées lorsqu il s agit de patrimoine : dégradation, préservation ou accumulation/amélioration. Un usage non raisonné et sans considération pour le futur conduit nécessairement à une dégradation du patrimoine. Ainsi, la définition que l on attribue généralement au mot patrimoine s applique également aux réseaux d eau potable. L utilisation de ce terme, le plus juste et le plus approprié pour décrire la structure physique des réseaux, permet d exprimer la nécessaire solidarité entre générations. Plus précisément, un lien est implicitement formulé entre les conduites ou les autres équipements du réseau et une contrainte de pérennité à long terme associée à la gestion pratiquée. Pour sa valeur, sa longévité, son altération naturelle avec le temps et sa transmission intergénérations, le réseau d eau potable s apparente à un patrimoine. Nous parlerons donc par la suite de gestion patrimoniale. 22

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Adour-Garonne Bassin Adour-Garonne : 116 000 km² (21% du territoire national métropolitain) Population concernée : 7 millions d habitants Les grands axes du programme

Plus en détail

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts

Assainissement de ponts rôle. dans la conservation des ponts Assainissement de ponts rôle des inspections et des interventions dans la conservation des ponts Cet exposé a pour objectif de rappeler, dans un moment de débat accru sur la durabilité et la pérennité

Plus en détail

Service de distribution de l eau à Rennes. Stratégie de renouvellement du réseau

Service de distribution de l eau à Rennes. Stratégie de renouvellement du réseau Service de distribution de l eau à Rennes Stratégie de renouvellement du réseau David Clausse Syndicat Mixte de Production d eau potable du Bassin Rennais Rencontres de l'eau en Loire Bretagne Gestion

Plus en détail

GUIDE D'AIDE A L ÉTABLISSEMENT D'UN DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DES RÉSEAUX D'EAU POTABLE

GUIDE D'AIDE A L ÉTABLISSEMENT D'UN DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DES RÉSEAUX D'EAU POTABLE GUIDE D'AIDE A L ÉTABLISSEMENT D'UN DESCRIPTIF DÉTAILLÉ DES RÉSEAUX D'EAU POTABLE Groupe de travail : Gestion patrimoniale Evènement : Web conférence Date : novembre 2014 www.astee.org Les maitres d œuvre

Plus en détail

> Les engagements. des entreprises

> Les engagements. des entreprises Charte du Syndicat professionnel des entreprises de services d eau et d assainissement pour la gestion du patrimoine Les engagements des entreprises Sommaire 1 Les signataires de la Charte 2 Les enjeux

Plus en détail

Amélioration de la gestion de la distribution d eau potable

Amélioration de la gestion de la distribution d eau potable Amélioration de la gestion de la distribution d eau potable Melle Karima SEBBAGH Ingénieur Chef de Projet Direction de Distribution Amélioration de la Gestion de la Distribution d Eau Potable 1/21 Sommaire

Plus en détail

La gestion patrimoniale du système d alimentation en eau potable

La gestion patrimoniale du système d alimentation en eau potable La gestion patrimoniale du système d alimentation en eau potable présenté par Sébastien Coudert, G2C environnement G2C environnement Ingénierie et conseil aux collectivités Vision systémique et complémentaire

Plus en détail

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante

Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Programme Rencontre Technique ASCOMADE Télégestion et logiciels, des auxiliaires pour une gestion patrimoniale performante Présentation du logiciel de modélisation EPANET 1 Présentation du Logiciel Rôle

Plus en détail

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable

Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Maîtrise des pertes en eau sur le réseau d eau potable Pour la gestion durable de l eau La réduction des volumes de pertes en eau sur le réseau représente, pour le sevice de l eau, un enjeu majeur qui

Plus en détail

GESTION PATRIMONIALE POLLUTEC 2014 F.S.T.T. réseaux d AEP MERLIN. Gestion patrimoniale des. France Sans Tranchée Technologies.

GESTION PATRIMONIALE POLLUTEC 2014 F.S.T.T. réseaux d AEP MERLIN. Gestion patrimoniale des. France Sans Tranchée Technologies. Groupe MERLIN Une tradition d innovations au service des hommes POLLUTEC 2014 GESTION PATRIMONIALE F.S.T.T. France Sans Tranchée Technologies Gestion patrimoniale des réseaux d AEP Indépendance - Expériences

Plus en détail

Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l

Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l Réseau International des Centres de formations aux métiers de l Eau Assemblée Constitutive du Réseau Paris 19-21 novembre 2008 Expérience de l Algérienne des Eaux en matière de formation ZAIER Hocine Sommaire

Plus en détail

Programme d économies d eau 2009-2012

Programme d économies d eau 2009-2012 Programme d économies d eau 2009-2012 Ville de Rennes L eau potable sur le bassin rennais Le Syndicat Mixte de Production d eau potable du Bassin Rennais (SMPBR) a les compétences suivantes : Production

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

La Régie en 10 Questions

La Régie en 10 Questions La Régie en 10 Questions l eau d aujourd hui d 1 Le choix de la gestion directe. Pourquoi? Une dynamique engagée Municipaliser la gestion de l eau s inscrit dans une volonté affirmée de redonner un sens

Plus en détail

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne

10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne 10 ème programme 2013-2018 Agence de l eau Loire-Bretagne Bassin Loire-Bretagne : 155 000 km² (28% du territoire national métropolitain) Population concernée : 12,4 millions d habitants Les grands axes

Plus en détail

Aquis. Gestion de réseaux hydrauliques

Aquis. Gestion de réseaux hydrauliques Aquis Gestion de réseaux hydrauliques 80% de votre capital est investi dans le réseau de distribution Aquis vous donne un contrôle total 2 Un avenir plein de défis Sans informations en temps réel relatives

Plus en détail

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00

Unité territoriale Dordogne 94, rue du Grand Prat - 19600 Saint-Pantaléon-de-Larche Tél : 05 55 88 02 00 Date d ouverture de l appel à projet : 1er octobre 2015 Date limite d envoi des dossiers de candidatures : 31 janvier 2016 Pour toutes questions : Délégation du bassin Atlantique-Dordogne Unité territoriale

Plus en détail

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes

1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] Avantages & principes 1 METHODOLOGIE BIM [BUILDING INFORMATION MODELING] 1.1 Avantages & principes 1.2 Process de fonctionnement BIM ESQUISSE CONCEPTION EVALUATION CONSTRUCTION GESTIONS Acquisition de données Intégration logiciel

Plus en détail

LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX

LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX SMART WATER NETWORKS LA GESTION DES EVENEMENTS PLUVIEUX Les défis posés au gestionnaire du système d assainissement La sécurité des biens et des personnes Anticiper et limiter les risques de débordements

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Le polyéthylène : un matériau de choix pour les réseaux d adduction d eau

Le polyéthylène : un matériau de choix pour les réseaux d adduction d eau Le polyéthylène : un matériau de choix pour les réseaux d adduction d eau L eau : source de vie L eau est au centre des préoccupations de notre nouveau millénaire. La raréfaction des sources d eau potable

Plus en détail

MUNICIPALES 2014 BILAN EAU ET ASSAINISSEMENT

MUNICIPALES 2014 BILAN EAU ET ASSAINISSEMENT MUNICIPALES 2014 BILAN EAU ET ASSAINISSEMENT Dénonciation du contrat de l eau : Le groupe des Verts a dénoncé à l époque les excès de profits réalisés par la Lyonnaise des eaux, et avait demandé d intégrer

Plus en détail

STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE

STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE STATION DE PRODUCTION D EAU POTABLE DE LA BOISSONNADE L usine de la Boissonnade assure la production d eau potable pour la Ville de Rodez. Créée dès 1938, elle a par la suite connu plusieurs modernisations

Plus en détail

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002)

D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) L'approche processus D après FD X50-176 Management des processus (2005) AC X50-178 Management des processus, Bonnes pratiques et retours d expérience (2002) Diaporama : Marie-Hélène Gentil (Maître de Conférences,

Plus en détail

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER 1. INTRODUCTION Les maîtres d ouvrage ou propriétaires de patrimoine immobilier qui s engagent dans la construction ou la rénovation d installations climatiques veulent avoir la certitude d obtenir le

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale

Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Chapitre E : Allégations environnementales dans la communication commerciale Le présent chapitre doit être lu en conjonction avec les Dispositions générales sur les pratiques de publicité et de communication

Plus en détail

ANR - Villes Durables Programme de recherche «Eau et 3E»

ANR - Villes Durables Programme de recherche «Eau et 3E» ANR - Villes Durables Programme de recherche «Eau et 3E» Synthèse et analyse sur la gestion patrimoniale des services d eau des grandes agglomérations Intervenants : Guillem Canneva (AgroParisTech), Guillaume

Plus en détail

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits

2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits 2.0 Interprétation des cotes d évaluation des risques relatifs aux produits L interprétation des cotes attribuées dans le cadre des évaluations des risques relatifs aux produits décrite plus loin repose

Plus en détail

La gestion patrimoniale des réseaux d'alimentation en eau potable

La gestion patrimoniale des réseaux d'alimentation en eau potable La gestion patrimoniale des réseaux d'alimentation en eau potable Jean-Christophe de MASSIAC G2C environnement Cernons le problème Journée technique La dégradation du patrimoine des réseaux d eau potable,

Plus en détail

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz

Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz Fiche technique Réseaux de plomberie de l immeuble : eau, gaz 2 5 6 7 Connaître Réseau d eau froide Réseau d eau chaude Réseau de gaz Regarder Réseau d eau Entretenir & améliorer Contrat d'entretien Remplacement

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres

OPTIMISATION D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE. Ville de Thouars. Deux Sèvres OPTIMISATION DU RESEAU D ADDUCTION DDUCTION D EAU POTABLE Ville de Thouars Deux Sèvres La Régie R de l Eaul Crée e fin 2001 ( reprise en Régie R suite à fin d un d contrat d affermage d ) Petite structure

Plus en détail

Journée «Eau et Assainissement

Journée «Eau et Assainissement Journée «Eau et Assainissement Enjeux et qualité de l eau sur le territoire du SAGE ATG Véronique GONZALEZ 23/01/2014 2 Agence Régionale de Santé Bretagne Origine des ARS : créées par l article 118 de

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL Prix Qualité Transparence 2010 1 Le présent rapport a pour objet de Présenter les différents éléments techniques et financiers relatif au prix et à la qualité

Plus en détail

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE

PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE DE L ETAT CHIMIQUE DIRECTION GENERALE DES RESSOURCES NATURELLES ET DE L ENVIRONNEMENT DIVISION DE L EAU Direction des Eaux souterraines Directive-Cadre de l eau PRINCIPES ET METHODOLOGIE DE CONCEPTION DU RESEAU DE SURVEILLANCE

Plus en détail

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL

RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL RAPPORT D'OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LA GESTION DU SYNDICAT INTERCOMMUNAL D ALIMENTATION EN EAU ET D ASSAINISSEMENT DE CRIQUETOT-L ESNEVAL I - PROCEDURE L examen de la gestion du syndicat intercommunal

Plus en détail

Guide de sélection d une solution de planification

Guide de sélection d une solution de planification Guide de sélection d une solution de planification Liste des points essentiels que votre prochaine solution de planification doit couvrir Une publication de PlanningForce Table des matières 1. Ressources

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale :

PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : PRISE EN COMPTE DE L ENVIRONNEMENT AU SEIN DU CONSEIL REGIONAL D AQUITAINE ET DISPOSITIF D ECO-CONDITIONNALITE DES AIDES I Présentation générale : 1 -la politique sectorielle 2 - les applications au sein

Plus en détail

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS Distribution MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS METTRE LES RUPTURES SOUS CONTRÔLE Introduction Tout distributeur veut que tous les produits soient bien présents dans ses rayons.

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Le programme-cadre de développement des SADA

Le programme-cadre de développement des SADA 4 Le programme-cadre de développement SADA L étude de cas ne saurait être complète sans présenter une méthode d élaboration programmes de développement SADA. Les sections suivantes montrent les étapes

Plus en détail

Notions de puissance et bâtiment durable

Notions de puissance et bâtiment durable Notions de puissance et bâtiment durable La gestion de la puissance électrique La notion de puissance en physique représente une quantité d énergie par unité de temps. La puissance électrique se mesure

Plus en détail

Québec, le 6 novembre 2012

Québec, le 6 novembre 2012 Québec, le 6 novembre 2012 1 L'aquaresponsabilité municipale Une approche intégrée Englobe toutes les actions réalisées par une ville Pour garantir : la gestion responsable de la ressource eau sur son

Plus en détail

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau

Communication en Conseil des Ministres. Plan de gestion de la rareté de l eau Communication en Conseil des Ministres Plan de gestion de la rareté de l eau Bilan de l année 2005 De septembre 2004 à septembre 2005, la France a connu une sécheresse s étendant sur un large croissant

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION

PROGRAMMES DE GESTION RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION DIRECTION GÉNÉRALE DU CYCLE PREPARATOIRE & DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE Direction de la Pédagogie & des Normes du cycle préparatoire et de l'enseignement

Plus en détail

Entretien préventif du forage de la Mance

Entretien préventif du forage de la Mance Entretien préventif du forage de la Mance Localisation du forage de la Mance. Le forage de la Mance est exploité depuis 1994 (date d exécution du 09/03/1994 au 19/04/1994). Cet ouvrage présente les caractéristiques

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Distribution d électricité et réseaux souterrains

Distribution d électricité et réseaux souterrains Distribution d électricité et réseaux souterrains Cabos 09-2 - 3 octobre 2009 Maceió, Alagoas, Brésil Les réseaux de distribution : un enjeu essentiel Les réseaux de distribution constituent une infrastructure

Plus en détail

Produits de service Atlas Copco

Produits de service Atlas Copco Produits de service Atlas Copco Audits de centrales et réseaux d air comprimé AIRScan TM ECONOMIES D ENERGIE AIRScan une approche globale de la performance énergétique L air comprimé est une énergie vitale

Plus en détail

Les outils de la gestion patrimoniale Le logiciel «Casses»

Les outils de la gestion patrimoniale Le logiciel «Casses» Les outils de la gestion patrimoniale des réseaux r d eau. d Le logiciel «Casses» Eddy RENAUD Périgueux le 3 septembre 2008 L équipe «Réseaux» du Cemagref CEMAGREF Groupement de Bordeaux Unité «Réseaux,

Plus en détail

Cours et applications

Cours et applications MANAGEMENT SUP Cours et applications 3 e édition Farouk Hémici Mira Bounab Dunod, Paris, 2012 ISBN 978-2-10-058279-2 Table des matières Introduction 1 1 Les techniques de prévision : ajustements linéaires

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée

Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée Séminaire Eau et sécurité alimentaire en Méditerranée Les approches développées par VEOLIA, opérateur privé, pour une gestion durable des ressources en eau. Rappel Contexte réglementaire France Malgré

Plus en détail

Domaines clés d expertise

Domaines clés d expertise Domaines clés d expertise Évaluation de l'impact sur l'environnement Évaluation de site Échantillonnage environnemental et travail analytique Durabilité Communications et gestion des liaisons avec des

Plus en détail

OPÉRATION TRANSPARENCE. Les réseaux dʼeau potable et dʼassainissement en danger

OPÉRATION TRANSPARENCE. Les réseaux dʼeau potable et dʼassainissement en danger OPÉRATION TRANSPARENCE Les réseaux dʼeau potable et dʼassainissement en danger Dossier de presse 4 juillet 2013 Le réseau d eau français en danger Un risque sanitaire Coût : 4,5 milliards d euros par an

Plus en détail

performance des réseaux d eau

performance des réseaux d eau Les avancées technologiques dans la gestion de la performance des réseaux d eau Forum Eco-cités de la Méditerranée 11 et 12 Octobre 2011, Marseille Christian Laplaud Christian Laplaud Président-fondateur

Plus en détail

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire Revue des Energies Renouvelables SIENR 12 Ghardaïa (2012) 23 28 Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire H. Ammar 1*, M.T. Bouziane 2 et Y. Bakelli 1 1 Unité de Recherche

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

MAINTENANCE ET ENTRETIEN DES RÉSEAUX D EAU POTABLE ET EAUX USÉES

MAINTENANCE ET ENTRETIEN DES RÉSEAUX D EAU POTABLE ET EAUX USÉES MAINTENANCE ET ENTRETIEN DES RÉSEAUX D EAU POTABLE ET EAUX USÉES Grup Heracles MAINTENANCE ET ENTRETIEN DES RÉSEAUX D EAU POTABLE ET EAUX USÉES INDEX 1.- PRÉSENTATION... 7 1.1 _ Histoire... 8 1.2 _ Mission,

Plus en détail

Le développement urbain

Le développement urbain Le développement urbain CARACTÉRISER LE DÉVELOPPEMENT URBAIN Les multiples approches convergent pour montrer sous divers angles (l interprétation orthophotographique, satellitaire, données cadastrales,

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013

DOSSIER THÉMATIQUE LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION. octobre 2013 DOSSIER THÉMATIQUE crédit photo : Prod. Numérik - Fotolia octobre 2013 LE COÛT GLOBAL DANS LA CONSTRUCTION Pour un investissement à longue durée de vie comme un bâtiment, l approche en coût global est

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention ouvrages gaz Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification Le CQP est en lien

Plus en détail

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES NATURE DES OPERATIONS - Infrastructures liées à la protection de la ressource, au traitement et à la distribution de l eau potable. BENEFICIAIRES Communes

Plus en détail

Qui doit payer? Déclinaison des principes généraux aux services d eau potable et d assainissement

Qui doit payer? Déclinaison des principes généraux aux services d eau potable et d assainissement 24 juin 2014 Qui doit payer? Déclinaison des principes généraux aux services d eau potable et d assainissement Le financement des services publics en Amérique Latine Maurice Bernard Mais pourquoi payer?

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont BBC RT2012 Passive Tenir compte de matériaux et procédés innovants Recherche de performance à anticiper en amont Obligations de résultats Eviter l apparition de nouveaux désordres Constat : aggravation

Plus en détail

«Appropriation de la norme EN9100 par les entreprises et pistes d amélioration»

«Appropriation de la norme EN9100 par les entreprises et pistes d amélioration» Conférence sur la certification EN 9100 «Appropriation de la norme EN9100 par les entreprises et pistes d amélioration» 16/12/2014 Christelle REBILLET Chef de Produit - AFNOR Certification Programme Contexte

Plus en détail

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc

Ascenseur à créer. Enduit ciment blanc. Bandeau béton. Enduit ciment blanc. Plaquette de terre-cuite identique à l existant. Enduit ciment blanc Bâtiment d une surface de 1030 m² créé dans l enceinte du lycée Jean ZAY. Ascenseur à créer Bandeau béton Elévation Façade Nord Bardage bois vertical Bardage cassette aluminium laqué RAL7016 Menuiseries

Plus en détail

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION Trois constats généraux sont encore prépondérants dans bon nombre d organisations actuelles : Un fonctionnement avec une planification a priori et des constats a posteriori.

Plus en détail

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices

Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices 1 Rareté de la ressource, étiages sévères / Crues soudaines parfois dévastatrices Les constats sont les suivants : Une eau globalement abondante à l échelle de la Région mais très inégalement répartie

Plus en détail

DÉCENTRALISATION DE L EAU CHAUDE SANITAIRE AU CERN? S. Deleval. Résumé

DÉCENTRALISATION DE L EAU CHAUDE SANITAIRE AU CERN? S. Deleval. Résumé DÉCENTRALISATION DE L EAU CHAUDE SANITAIRE AU CERN? S. Deleval Résumé Les réseaux de distribution de fluides au travers du site du CERN datent dans certains cas, du début du laboratoire et sont toujours

Plus en détail

Présentation des solutions mises en œuvre pour la gestion de l'eau en Ile-de-France

Présentation des solutions mises en œuvre pour la gestion de l'eau en Ile-de-France Présentation des solutions mises en œuvre pour la gestion de l'eau en Ile-de-France programme de renouvellement Journée SIG Eau Sommaire Le Contexte Présentation générale du SEDIF Le SIG au SEDIF Renouvellement

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE»

PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» PROJET D ANIMATIONS SCIENTIFIQUES «PREVENTION ET GESTION DES RISQUES LIÉS A L EAU ET AUX ALIMENTS POUR LA SANTE HUMAINE» A l attention des professeurs de SVT, Physique- Chimie et Histoire Géographie. Ecocène

Plus en détail

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires)

SERVICES RELATIFS A L EXPLOITATION DE RESEAUX DE TELECOMMUNICATIONS (Terrestres et satellitaires) PROBLEMATIQUE - L APPROCHE JADE Telecom L exploitation de réseaux de télécommunications implique pour les entreprises la prise en compte de différents points importants : La mise en place de personnel

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Systèmes fixes de lutte contre l incendie : Position actuelle du CETU et travaux futurs

Systèmes fixes de lutte contre l incendie : Position actuelle du CETU et travaux futurs Présentation des nouveaux résultats du thème de recherche Sauvegarde des personnes en cas d incendie 13 novembre 2007 Systèmes fixes de lutte contre l incendie : Position actuelle du CETU et travaux futurs

Plus en détail

Guide de gestion des actifs en immobilisations

Guide de gestion des actifs en immobilisations Guide de gestion des actifs en immobilisations Claude Bruxelle, ing., Ph.D. CLAUDE BRUXELLE CONSULTANT Plan de la présentation Introduction Mise en contexte Démarche de gestion des actifs en immobilisations

Plus en détail

206 DM14. Haiut-Saint-Maurice 6211-03-038

206 DM14. Haiut-Saint-Maurice 6211-03-038 206 DM14 Projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard et des Rapides-des-Cœurs Haiut-Saint-Maurice 6211-03-038 Impact potentiel du projet d aménagements hydroélectriques de la Chute-Allard

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

Territoire de l étude

Territoire de l étude Note de présentation - Novembre 2011 Etat d avancement de l étude Fonctionnement hydraulique du complexe «Etangs Palavasiens Etang d Ingril Etang de l Or» en période de crue et de tempête marine Contexte

Plus en détail

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Au sens des fiches de définition des indicateurs de performance : 1. Parties prenantes Autorité organisatrice

Plus en détail

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

Amélioration du rendement du réseau d eau potable de la Ville de Fès

Amélioration du rendement du réseau d eau potable de la Ville de Fès Amélioration du rendement du réseau d eau potable de la Ville de Fès Najib Lahlou- Mimi Directeur Général NRW reduction in urban water utilities Center for Mediteranean Integration Marseille January 22-23,

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Service Eau et Assainissement

Service Eau et Assainissement Service Eau et Assainissement Sommaire Description du service d'eau potable 3-4 Une eau d'origine variée 5 Le stockage de l'eau 6 La qualité de l'eau 7 Le réseau de distribution 8 Le profil de la consommation

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES (Projet de C.C.T.P.) Étude de Faisabilité Choix Énergétique SOMMAIRE TITRE I - CONTEXTE GÉNÉRAL DU MARCHE... 3

Plus en détail

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes

Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Le lycée des Eaux-Claires de Grenoble - Crédit photo : Juan Robert Consommation de fluides des lycées publics de la Région Rhône-Alpes Synthèse - Année 2012 266 lycées 236 sites 193 000 élèves 4,3 millions

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire

PROGRAMMES DE GESTION 3 ème année & 4 ème année de l Enseignement secondaire RÉPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION & DE LA FORMATION DIRECTION GÉNÉRALE DES PROGRAMMES & DE LA FORMATION CONTINUE Direction des Programmes & des Manuels Scolaires PROGRAMMES DE GESTION 3 ème

Plus en détail

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS

LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS Une collaboration entre homme et machine LIVRE BLANC LES SOLUTIONS MES HUMAINES METTENT EN AVANT LES INDIVIDUS 2 A PROPOS Les hommes

Plus en détail

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004)

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à destination des fournisseurs QSL (Contrat

Plus en détail

Le service de L eau potable à CARHAIX PLOUGUER

Le service de L eau potable à CARHAIX PLOUGUER Le service de L eau potable à CARHAIX PLOUGUER Achat, distribution d eau potable, gestion clientele Note pour une mission d assistance à maîtrise d ouvrage pour l étude des modes de gestion du service

Plus en détail