Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42"

Transcription

1 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

2 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air doit impérativement être associée à une bonne ventilation, pour une bonne qualité de l air intérieur Une bonne étanchéité à l air vise à : Limiter les flux d air incontrôlés Maîtriser les flux d air contrôlés (ventilation)

3 Ventilation et qualité de l air intérieur Source CETE de Lyon Mauvaise étanchéité = mauvaise répartition de la ventilation = air chargé en poussières, moisissures au travers des parois

4 Performance des isolants Mauvaise étanchéité = Convection dans l isolant = Fortes déperditions Bonne étanchéité = utilisation optimale de l isolant 1m 14 cm 1m Sans fente : U = 0,3 W/m 2 k Avec fente de 1 mm : U = 1,44 W/m 2 k Déperditions x 4,8

5 Influence sur les consommations d énergie 12 Passiv Haus RT2012 RT [kwh/(an.m²)] 6 Conso Nancy Conso Nice ,2 0,4 0,6 0,8 1 1,2 1,4 Perméabilitéà l'air [m 3 /(m².h)]

6 Confort thermique et acoustique Défauts d étanchéité = ponts phoniques = courants d air froid Source CETE Lyon

7 Conservation du bâti Source CETE Lyon Défaut d étanchéité à l air : = air chaud et humide traverse l isolant (convection) et se refroidit = condensation de l humidité dans la partie froide de la paroi = corrosion, développement de moisissures, attaque des matériaux putrescibles, etc.

8 Dégâts au bâtiment Photos Energie Positive

9 Calcul de l indicateur n 50 Débit de fuite sous 50 pascals n 50 = Débit de fuite sous 50 pascals / Volume du bâtiment n 50 = taux de renouvellement d air sous 50 pascals en vol/h (ou 1/h)

10 Calcul de l indicateur Q4Pasurf Débit de fuite sous 4 pascals Q4Pa-surf = Débit de fuite sous 4 pascals / surface déperditive du bâtiment, hors plancher bas (A tbat ). En m 3 /h/m 2

11 Les exigences réglementaires RT 2012 (mesure ou démarche qualité) Q4Pa-surf (m 3 /h/m²) Maisonsindividuelles ou accolées Habitat collectif Valeur à respecter 0,6 1,0 Bâtiment passif : RT 2020 (mesure) n < 0,6 soit environ Q4Pa-surf < 0,15/0,20 pour une maison individuelle «moyenne»

12 Surface équivalente de fuite 16cm de diamètre Ce disque a une surface d environ 211 cm2 Q4Pa-surf = 0,6 Soit la valeur exigée pour la RT2012 Ceci correspond à la surface équivalente de fuite pour une maison individuelle ayant un Q4Pa-surf =0,6 m3/h/m², de 110 m² de surface habitable, de 2,5 m de hauteur sous plafond.

13 Surface équivalente de fuite 4,2cm de diamètre Ce disque a une surface d environ 56 cm2 Q4Pa-surf environ 0,16 Soit la valeur plafond pour une maison passive (RT2020)

14 Comment obtenir une bonne étanchéité à l air? Une démarche qui s étend à toutes les phases du projet : Programmation Conception Prescription Mise en œuvre Suivi, contrôle et autocontrôle Réception

15 Dans la phase programmation Bien définir les exigences visées en matière d étanchéité à l air RT2012/BBC? Q4Pa-surf < 0,6 m 3 /h/m² en maison individuelle Q4Pa-surf < 1,0 m 3 /h/m² en logement collectif Et en tertiaire? passif? = > n 50 < 0,6 vol/h pour tous les bâtiments Prévoir une enveloppe budgétaire «étanchéité à l air» cohérente avec les exigences

16 En conception, définir la ligne continue étanche

17 La couche étanche en partie courante La couche étanche peut-être composée de : Membranes pare-vapeur/frein-vapeur Panneaux de contreventement intérieur (ossature bois) Enduit minéral continu, non fissuré Dalles et murs en béton banché La couche étanche ne peut pas être composée : du parement intérieur type plaque de plâtre car elle n est pas continue : Boitiers électriques Percements divers (pendant et après le chantier) de blocs maçonnés non enduits : blocs béton, briques. Seul l enduit assure la couche étanche à l air

18 Une couche étanche à l air aux limites parfois complexes Exemple de la cage d ascenseur, qui va du soussol au combles non chauffés, et qui traverse le volume chauffé avec trappe au sommet

19 En conception, des pistes à privilégier. De bons réflexes qui simplifient très fortement les phases chantiers, et qui garantissent de bons résultats aux test : Eviter au maximum les traversées de la couche étanche à l air : Mettre le tableau électrique à l intérieur du volume étanche Minimiser le nombre d éléments structurels qui traversent la couche étanche.

20 En conception, définir les détails de la couche étanche à l air Voir «Carnets Mininfil étanchéité à l air» : Carnet 0 : Généralités Carnet 1 : Structure ossature bois Carnet 2 : Structure lourde / Isolation intérieure Carnet 3 : Structure lourde / Isolation extérieure Carnet 4 : Structure lourde / Isolation répartie Disponibles gratuitement en téléchargement sur le site du CETE de Lyon :

21

22 Et la prescription? Quelques pistes Prévoir une démarche structurée sur l ensemble du projet : Mise en place d une formation en début de chantier avec tous les corps d état, avec présence obligatoire des chefs d équipes et des compagnons Accompagnement des entreprises pendant la phase chantier (lors des réunions de chantier) 1 ou 2 tests intermédiaires (hors d eau, hors d air) payés par le maître d ouvrage, avec recherche des fuites (et identification des entreprises qui doivent «réparer») Réparation à la charge des entreprises, puis tests complémentaires (si besoin) payées par elles, jusqu à atteinte de l objectif Test final (mesureur autorisé) => Lot étanchéité à l air (différents tests, mais aussi formation et accompagnement du chantier )

23 Et la prescription? Quelques pistes Règle d attribution des marchés : place importante au mémoire technique (60 points /100 par exemple), avec «sous critère» sur la prise en compte de l étanchéité à l air. Réponses possibles des entreprises : Attestation de suivi de formation des chefs d équipe et compagnons sur étanchéité à l air Equipement de matériel d autocontrôle Références sur chantiers avec atteinte des objectifs Résumé de la façon dont l entreprise propose de traiter les points singuliers de son lot. Pour chaque lot, rappel en introduction des objectifs visés en terme d étanchéité à l air, des moyens mis en œuvre, des tests à réaliser

24 Les points à définir en détail Liaisons façades et planchers Menuiseries extérieures Equipements électriques Trappes et les éléments traversant les parois Source CETE

25 Au plein des murs

26

27 Planchers intermédiaires

28 Jonction mur dalle

29 Jonction panneau avec mur enduit

30 Anticiper pour se simplifier le travail Pare-vapeur en attente

31 Menuiseries extérieures Plusieurs types de pose (feuillure, tunnel, applique avec ITE, applique avec ITI) 3 «barrières» : À l eau (extérieur) Aux calories : isolant dans le «jeu» entre dormant et structure (mousse expansive, isolant fibreux ) A l air Pour l étanchéité à l air et dans tous les cas : assurer la continuité entre le dormant de la menuiserie et la couche étanche à l air de la structure

32 Menuiseries extérieures

33 Menuiseries extérieures

34 Electricité.

35 Electricité.

36 Conduits, tuyaux

37 Conduits de cheminée

38 Eléments traversants

39 Ce qu il faut éviter

40 Ce qu il faut éviter

41 Ce qu il faut éviter

42 Ce qu il faut éviter

43 Ce qu il faut éviter

44 Ce qu il faut éviter

45 Ce qu il faut éviter

46 Ce qu il faut éviter

47 Etanchéité à l air : la filière bois s est préparée à la RT2012 Mise en place d une action régionale «Etanchéité à l air» via FIBRA et les interprofessions départementales Dispositif qui visait à inciter les acteurs de la construction à réaliser un test intermédiaire de chantier bois dont la performance énergétique est le niveau BBC au moins. Test financé à hauteur de 60% par la région Rhône alpes

48 Etanchéité à l air : la filière bois s est préparée à la RT tests réalisés (MI, bureaux, logements collectifs, bâtiments publics ), soit 5700 m² 76% des tests conformes aux exigences BBC Principaux défaut repérés : Menuiseries 21% Eléments traversant les parois et/ou les sols 18% Liaisons périphériques (parois, plancher, plafond) 17% Liaisons parois/ouvrants 15%

49 Merci de votre attention

Les 5 à 7 de l éco-construction

Les 5 à 7 de l éco-construction Les 5 à 7 de l éco-construction Retrouvez les conférences sur www.ifb42.com La RT2012 Le confort d été Performances des menuiseries extérieures Humidité et transfert de vapeur d eau dans les parois Les

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Objectifs Performance thermique Pérennité du bâtiment Performance acoustique Protection incendie Santé Confort d été Confort ressenti

Plus en détail

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre

Avec SAMSE et ses partenaires. Cetii. Les valeurs à connaitre Coordination du lot transversal d étanchéité à l air : l ingénierie concourante Quelques astuces chantier : Chaque interface entre les lots ou interruption de la continuité d étanchéité, doivent être recueillis

Plus en détail

Étanchéité à l'air, Ventilation, et Qualité de l air intérieur. COTITA Centre-Est, 22 novembre 2011

Étanchéité à l'air, Ventilation, et Qualité de l air intérieur. COTITA Centre-Est, 22 novembre 2011 Étanchéité à l'air, Ventilation, et Qualité de l air intérieur COTITA Centre-Est, 22 novembre 2011 Sommaire Myriam Olivier, CETE de Lyon Pourquoi réduire la perméabilité à l'air des bâtiments? La réglementation

Plus en détail

Règlementation Thermique 2012

Règlementation Thermique 2012 Mme COSSET M. TREMELET M. OLAGNIER Règlementation Thermique 2012 Connaître ses limites pour mieux l appliquer RT 2012 : pour quels bâtiments? Application pratique difficile pour l instant! Cas des restructurations

Plus en détail

MONO AIR, enduit d étanchéité à l air Simple et efficace

MONO AIR, enduit d étanchéité à l air Simple et efficace 121107_MONO_AIR_COUV_4COUV_PIX.ai 1 08/11/12 15:40 C M J CM MJ CJ CMJ Parexlanko est la marque commerciale de ParexGroup S.A. www.parexlanko.com PAREXGROUP S.A. - Département Façades 19 place de la résistance

Plus en détail

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Étanchéitéàl air le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Les rencontres du Groupe PROTEC - CONFERENCE Qui sommes nous? Bureau de mesure et contrôle de la perméabilité à l air Formations en Infiltrométrie

Plus en détail

Conception bioclimatique et efficacité énergétique L enveloppe passive et active

Conception bioclimatique et efficacité énergétique L enveloppe passive et active Conception bioclimatique et efficacité énergétique L enveloppe passive et active 20/03/2012 Olivier Servant Saint-Gobain Habitat France Directeur des marchés Les lois Grenelle pour les Bâtiments Neufs

Plus en détail

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Thierry Gallauziaux - David Fedullo Isoler les combles Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Isoler les combles Sommaire... 6 Les échanges gazeux... 6 L étanchéité à l air... 10 L inertie thermique...

Plus en détail

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013

Les 2 Rencontres Nationales. 25 & 26 juin 2013 Les 2 Rencontres Nationales 25 & 26 juin 2013 Etanchéité à l air RT 2012 rappel Objectif de la RT 2012 Réduire les consommations d énergie et les émissions de gaz à effet de serre Cep < 50 kwh/m 2 /an

Plus en détail

POSE OU CHANGEMENT D UNE PORTE D ENTRÉE

POSE OU CHANGEMENT D UNE PORTE D ENTRÉE 1 POSE OU CHANGEMENT D UNE PORTE D ENTRÉE L installation d une porte étanche ne doit pas perturber le renouvellement de l air. Dans de rares cas (ex : petits volumes, autres ouvrants trop petits), la forte

Plus en détail

Les performances minimales à respecter Conséquences sur les solutions Conséquences pour les professions. LIMOGES ESTER TECHNOPOLE LE 15 septembre 2011

Les performances minimales à respecter Conséquences sur les solutions Conséquences pour les professions. LIMOGES ESTER TECHNOPOLE LE 15 septembre 2011 Les performances minimales à respecter Conséquences sur les solutions Conséquences pour les professions Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la Fédération Française du Bâtiment LIMOGES

Plus en détail

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS

OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS OSSATURE BOIS ET EFFICACITE ENERGETIQUE LES NOUVELLES SOLUTIONS Michel Perrin Directeur opérationnel CNDB Un marché en pleine expansion Plus de 10 000 maisons et logements bois/an Une demande potentielle

Plus en détail

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur

Isolation thermique. est à 20 C, tandis qu à l extérieur Isolation UN PEU DE THÉORIE L isolation de la maison a deux fonctions : réduire les dépenses de chauffage et accroître le confort de la maison. Pour savoir quoi et comment isoler, quelques notions théoriques

Plus en détail

Comment construire une maison en béton économiquement BBC?

Comment construire une maison en béton économiquement BBC? Comment construire une maison en béton économiquement BBC? Réalisation du second œuvre, des équipements et du test de perméabilité à l air (4/4) Réalisation du second œuvre Pose des menuiseries Menuiseries

Plus en détail

Evolution des exigences réglementaires de consommation énergétique des bâtiments neufs : une rupture opérée par le Grenelle Environnement

Evolution des exigences réglementaires de consommation énergétique des bâtiments neufs : une rupture opérée par le Grenelle Environnement SEMIN TECHNIC, étanchéité à l air ] Étanchéité à l air Les murs extérieurs, plancher, toiture, portes et fenêtres constituent l enveloppe d un bâtiment. C est elle qui sépare le milieu intérieur du milieu

Plus en détail

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance

Démarche passive - Illot bossuet. Principaux indicateurs de performance 1 Contexte et objectif Maitre d ouvrage : Résidences de l Orléanais Architecte : GA Architecture AMO passif : FIABITAT Concept > 5 maisons passives mitoyennes, 3 T4 + 2 T5 508 m² shab > Réalisation Orléans

Plus en détail

La REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

La REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 La REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 La réglementation thermique en vigueur, la RT 2012, s applique à tous les projets de bâtiments neufs des secteurs résidentiels, dont le dépôt de demande de permis de construire

Plus en détail

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? Pour réduire les déperditions de chaleur Améliorer l efficacité énergétique Faire des économies d énergie Réduire les flux d air non maîtrisés Améliorer

Plus en détail

Rénovation d une maison individuelle

Rénovation d une maison individuelle Rénovation d une maison individuelle typique ardéchoise au niveau basse conso (Mal)heureusement la technique ne peut pas tout résoudre Nos consommations d énergie dépendent des moyens techniques que l

Plus en détail

ZOOM SUR LA GAMME D étanchéite à L AIR LA PLUS complète DU MARCHé

ZOOM SUR LA GAMME D étanchéite à L AIR LA PLUS complète DU MARCHé ZOOM SUR LA GAMME D étanchéite à L AIR LA PLUS complète DU MARCHé Pionnier sur le marché de l étanchéité à l air, ISOVER développe depuis une dizaine d années des systèmes sous Avis Technique qui se composent

Plus en détail

Aéroblue, l étanchéité à l air entre dans une nouvelle ère.

Aéroblue, l étanchéité à l air entre dans une nouvelle ère. > Direction Régionale Paris-Nord-Normandie Z.I. Le Meux - 3, rue du Tourteret - 60880 Le Meux Téléphone : 03 44 41 70 71 - Fax : 01 46 25 48 37 Dépt. : 02, 18, 27, 28, 45, 59, 60, 62, 75, 76, 77, 78, 80,

Plus en détail

Jeudi de L ALEL. Enjeux. Jeudi de L ALE 1 er avril 2010 1

Jeudi de L ALEL. Enjeux. Jeudi de L ALE 1 er avril 2010 1 Jeudi de L ALEL L étanchéité à l air des bâtiments Enjeux Jeudi de L ALE 1 er avril 2010 1 Sommaire 1. Contexte Exigence de confort Crise énergétique Crise climatique Des bâtiments performants 2. Perméabilité

Plus en détail

La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC

La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC La Perméabilité à l air ou comment aller vers le BBC 1 Le LABEL BBC «effinergie» en MI Passe par 2 obligations Choix constructif et technique Structure Isolation Ventilation Source de chauffage Production

Plus en détail

Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS

Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS Sensibilisation «Perméabilité à l air» Thierry MARTIN - Directeur Sud - NRJ-DIAGS Qui sommes nous? Un spécialiste du diagnostic post construction Diagnostic Performance Energétique Obligatoire pour toutes

Plus en détail

LES RENCONTRES DE l ARCAD Comment réussir l étanchéité à l air d un bâtiment? Valérie LEPRINCE CETE de Lyon Le 01/07/2011 à Chalon en Champagne

LES RENCONTRES DE l ARCAD Comment réussir l étanchéité à l air d un bâtiment? Valérie LEPRINCE CETE de Lyon Le 01/07/2011 à Chalon en Champagne LES RENCONTRES DE l ARCAD Comment réussir l étanchéité à l air d un bâtiment? Valérie LEPRINCE CETE de Lyon Le 01/07/2011 à Chalon en Champagne Sommaire Contexte énergétique et réglementaire Définition

Plus en détail

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air

Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air Sensibilisation Qualité de la mise en œuvre et étanchéité à l air 1 Nouvelles exigences 2 Nouvelles exigences 50 KWh/an/m² BEPOS (Bat Energie positive) Bâtiment passif RT 2012 (ex niveau BBC) RT 2005 Moyenne

Plus en détail

L étanchéité à l air de nos bâtiments

L étanchéité à l air de nos bâtiments L étanchéité à l air de nos bâtiments Par Jean-Claude Tremsal - Objectif Zéro Energie www.maisonbbc.dupont.com Introduction Quand on parle bâtiment, on pense confort et facture énergétique. Le maître d

Plus en détail

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Jean-Louis CAPOU Président de Syneole 93 Rue Jean Jaurès 33500 Libourne

Plus en détail

Votre logement présente des fuites thermiques? DÉCOUVREZ COMMENT RÉPARER SIMPLEMENT LES DÉFAUTS D ISOLATION THERMIQUE DE VOTRE HABITAT!

Votre logement présente des fuites thermiques? DÉCOUVREZ COMMENT RÉPARER SIMPLEMENT LES DÉFAUTS D ISOLATION THERMIQUE DE VOTRE HABITAT! Votre logement présente des fuites thermiques? DÉCOUVREZ COMMENT RÉPARER SIMPLEMENT LES DÉFAUTS D ISOLATION THERMIQUE DE VOTRE HABITAT! MC03503-FR Découvrez comment réparer simplement les défauts d isolation

Plus en détail

Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012

Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012 24330 Saint Laurent-sur-Manoire, Dordogne web : www.odetec.fr Plate-forme de formation des métiers du bâtiment SARLAT LA CANEDA 19 décembre 2012 Sources des illustrations : Réglementation thermique «Grenelle

Plus en détail

Les règles de l isolation

Les règles de l isolation 3 Les règles de l isolation Étape 1 : assurer une excellente isolation thermique des parois vitrées et opaques. En plus de jouer un rôle de barrière contre les déperditions thermiques, l isolation des

Plus en détail

Etanchéité à l air Elément déterminant

Etanchéité à l air Elément déterminant Etanchéité à l air Elément déterminant Comment assurer la continuité lors de la pose de châssis Confédération Construction Bruxelles -Capitale 28 avril 2011 André BAIVIER ISOPROC le principe de l isolation

Plus en détail

Exigences Nouveautés par rapport à la RT2005 Conséquences sur les solutions Conséquences pour les entreprises

Exigences Nouveautés par rapport à la RT2005 Conséquences sur les solutions Conséquences pour les entreprises Exigences Nouveautés par rapport à la RT2005 Conséquences sur les solutions Conséquences pour les entreprises Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la FFB Contexte réglementaire actuel

Plus en détail

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite

Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Energie et bâtiments (11) L étanchéité à l air suite Dans le numéro précédent, nous avons approfondi la problématique de l étanchéité à l air en parcourant les raisons pour lesquelles il était tout aussi

Plus en détail

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A

ENSAIT. Réhabilitation du bâtiment A ENSAIT Réhabilitation du bâtiment A 1 Préambule Dans le cadre de la réhabilitation du bâtiment A, l ENSAIT a souhaité suivre une démarche HQE, avec des objectifs BBC, qui conditionnait une demande de subvention

Plus en détail

Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio)

Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio) Fiche de synthèse Étude thermique RT 2012 (Bbio) Votre construction devra respecter au minimum les performances énoncées ci-dessous. En cas de non-respect de ces points Les sanctions pourront être civiles

Plus en détail

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Cadre réglementaire Rappel : délai d application

Plus en détail

SYSTEME CONSTRUCTIF BOIS-BETON POUR CONFORMITE «DURABLE» AVEC LA RT 2012

SYSTEME CONSTRUCTIF BOIS-BETON POUR CONFORMITE «DURABLE» AVEC LA RT 2012 SYSTEME CONSTRUCTIF BOIS-BETON POUR CONFORMITE «DURABLE» AVEC LA RT 2012 Note information «BBC Système» «BBC Système» est un système constructif bois-béton breveté ( dépôt INPI 12/50382) pour les immeubles

Plus en détail

Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1

Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1 Logements collectifs en Béton : Simplifiez-vous la construction durable. 19 mars 2012 1 RT2012 et logement collectif 19 mars 2012 2 Demain : la RT 2012! 19 mars 2012 3 1 Le respect du Bbio Β Bio max Β

Plus en détail

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves

Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation thermique performante d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Afin d améliorer le confort thermique de leur maison d après-guerre, un couple

Plus en détail

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE

LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE LE BATIMENT PASSIF 20 C TOUTE L ANNEE SANS INSTALLATION DE CHAUFFAGE Didier ROSPIDE - Sandra RIPEAU 15/03/12 Présentation Bâtiments passifs CCI Plan de la conférence Présentation du concept Passif Le 1ère

Plus en détail

La RT 2012... 2. les labels énergétiques

La RT 2012... 2. les labels énergétiques 1.2.2. RT 2012 ChapitRe Règlementation thermique 1 - Réglementation et labels - Volet pratique La RT 2012... La Rt 2012, publiée au Journal Officiel le 27 octobre 2010, intègre les conclusions du Grenelle

Plus en détail

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien

RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien RESTAURATION ENERGETIQUES et environnement du bâti ancien Congrès Besançon 2015 Outils de mesure de la consommation du BATI ANCIEN Selon la consommation réelle mesurée (étude BATAN 2007) Logiciels thermiques

Plus en détail

Parois à ossature bois et transferts de vapeur

Parois à ossature bois et transferts de vapeur Parois à ossature bois et transferts de vapeur Julien Lamoulie 28 novembre 2013 Un peu de physique L air a une capacité limitée à retenir la vapeur d eau la capacité maximale décroît considérablement à

Plus en détail

UNE IMPERIEUSE NECESSITE CHALONS EN CHAMPAGNE 1 er juillet 2011

UNE IMPERIEUSE NECESSITE CHALONS EN CHAMPAGNE 1 er juillet 2011 ETANCHEITE A L AIR DANS LE BATIMENT UNE IMPERIEUSE NECESSITE CHALONS EN CHAMPAGNE 1 er juillet 2011 Ressources documentaires: bureaux d étude: WIGWAM, ALSATECH, EXPAIR 21, AFORDEX, ENERTECH Contexte général

Plus en détail

Maison à ossature bois BBC Effinergie à Issy-les-Moulineaux

Maison à ossature bois BBC Effinergie à Issy-les-Moulineaux Bâtiments Matériaux Opérations Installations Maison à ossature bois BBC Effinergie à Issy-les-Moulineaux B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, tout en limitant ses impacts

Plus en détail

Réhabilitation : les solutions bois en maisons individuelles. Agathe COQUILLION Prescripteur Bois Midi- Pyrénées

Réhabilitation : les solutions bois en maisons individuelles. Agathe COQUILLION Prescripteur Bois Midi- Pyrénées Réhabilitation : les solutions bois en maisons individuelles Agathe COQUILLION Prescripteur Bois Midi- Pyrénées MIDI-PYRÉNÉES BOIS Propriétaires et gestionnaires de forêt Forêt et gestion forestière Exploitants

Plus en détail

Les secrets d une bonne étanchéité à l air

Les secrets d une bonne étanchéité à l air Les secrets d une bonne étanchéité à l air 18/03/2014 Cycle énergie CCW-CSTC 18/03/2014 - Page 1 Partie 1: Généralités - Qu est-ce que l étanchéité à l air? - Intérêts à rendre un bâtiment étanche à l

Plus en détail

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines LES CAHIERS PRATIQUES Préambule La demande du client Ce document est réalisé sur la base d ateliers de travail rassemblant des entreprises

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 6 décembre 2011 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville

Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville Bâtiments Matériaux Opérations Installations Construction d une maison individuelle basse consommation à Chaville B ÂTIMENTS Soucieux de réaliser une habitation thermiquement performante, des propriétaires

Plus en détail

Home Passive Home Séminaire Bâtiment Durable. Bruxelles Environnement. Quelle étanchéité à l air en rénovation? Daniel De Vroey. De VROEY s.p.r.l.

Home Passive Home Séminaire Bâtiment Durable. Bruxelles Environnement. Quelle étanchéité à l air en rénovation? Daniel De Vroey. De VROEY s.p.r.l. 1 Home Passive Home Séminaire Bâtiment Durable Bruxelles Environnement Quelle étanchéité à l air en rénovation? Daniel De Vroey De VROEY s.p.r.l. 1 Objectif(s) de la présentation Donner un sens à l étanchéité

Plus en détail

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves

Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Rénovation énergétique d une maison individuelle à Vanves B ÂTIMENTS Une maison en briques des années 1920 à Vanves avec un petit jardin. Un cadre idéal, si

Plus en détail

NOTE TECHNIQUE STRUCTURE

NOTE TECHNIQUE STRUCTURE SYSTEME CONSTRUCTIF BBC-System NOTE TECHNIQUE STRUCTURE QUALITE DE L ENVELOPPE ET RT 2012 1 «JARDIN DE JULES» VILLEURBANNE - ARCHITECTE DETRY-LEVY / ARBOR ET SENS MAITRE D OUVRAGE RHONE SAONE HABITAT 2

Plus en détail

Rapport d audit énergétique

Rapport d audit énergétique Rapport d audit énergétique Version du logiciel 2.0.0#124 Date d enregistrement : 26.07.2013 Date de modification : 29.07.2013 Certificat PEB d origine n : 1 Type de bâtiment : APPARTEMENT Type d audit

Plus en détail

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION Groupe Eyrolles, 2009, ISBN 978-2-212-12404-0 Pourquoi isoler? La thermique dans l habitat 14 Les performances thermiques des matériaux

Plus en détail

Étanchéité à l air. Sessions d information pratiques Général niveau 2. Introduction. Comment construire étanche

Étanchéité à l air. Sessions d information pratiques Général niveau 2. Introduction. Comment construire étanche Étanchéité à l air Sessions d information pratiques Général niveau 2 Laurent Lassoie CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 2012 Introduction Comment construire étanche 2012 Etanchéité

Plus en détail

NOUVEAU GUIDE ISOLATION. Sortie : Octobre 2011

NOUVEAU GUIDE ISOLATION. Sortie : Octobre 2011 NOUVEAU GUIDE ISOLATION Sortie : Octobre 2011 CONTEXTE DU GUIDE La Règlementation Thermique 2012 Applicable dés 2011: Pour les bâtiments publics, janvier 2013 pour tous les bâtiments de logement. Une obligation

Plus en détail

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert

Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Chambéry, le 07 avril 2011 Sandrine Charrier / Romuald Jobert Objectifs de la présentation Connaître les origines de la perméabilité à l air et sa mécanique Identifier les enjeux de l étanchéité à l air

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ISOLANT BATICHANVRE

FICHE TECHNIQUE ISOLANT BATICHANVRE FICHE TECHNIQUE ISOLANT BATICHANVRE Description Produit d isolation thermique pour mur et toiture à base de chanvre à 43% en poids, de fibres de jute à 42% et de 15% de polyester thermofusible. Les fibres

Plus en détail

RT 2012 RT 2012. Réglementation thermique. structure en acier. Réglementation thermique. et bâtiments à

RT 2012 RT 2012. Réglementation thermique. structure en acier. Réglementation thermique. et bâtiments à Réglementation thermique RT 0 et bâtiments à structure en acier Réglementation thermique Textes, dates de mise en application et attestations Textes de référence : Décret n 00-69 du 6 octobre 00 relatif

Plus en détail

Rénovation thermique. par l extérieur

Rénovation thermique. par l extérieur Rénovation thermique par l extérieur Enjeux des rénovations Secteur du Bâtiment : 1 er consommateur d énergie. Faire diminuer les consommations énergétiques des bâtiments en augmentant leur performance

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Troisième édition. Groupe Eyrolles, 2009, 2010, 2011, ISBN 978-2-212-13269-4

Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION. Troisième édition. Groupe Eyrolles, 2009, 2010, 2011, ISBN 978-2-212-13269-4 Thierry Gallauziaux et David Fedullo LE GRAND LIVRE DE L ISOLATION Troisième édition Groupe Eyrolles, 2009, 2010, 2011, ISBN 978-2-212-13269-4 Sommaire Sommaire Pourquoi isoler? La thermique dans l habitat

Plus en détail

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l éco-construction ---------------------------- 50 modules de formation

Plus en détail

ISOLER LE SOL AU-DESSUS DES ESPACES NON CHAUFFÉS

ISOLER LE SOL AU-DESSUS DES ESPACES NON CHAUFFÉS Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LE SOL AU-DESSUS

Plus en détail

Exigences Nouveautés par rapport à la RT2005 Conséquences sur les solutions Conséquences pour les entreprises

Exigences Nouveautés par rapport à la RT2005 Conséquences sur les solutions Conséquences pour les entreprises Exigences Nouveautés par rapport à la RT2005 Conséquences sur les solutions Conséquences pour les entreprises Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la FFB Contexte réglementaire actuel

Plus en détail

La rénovation rénovation globale performante. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

La rénovation rénovation globale performante. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr La rénovation rénovation globale performante Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr SOMMAIRE Les coûts 1. POURQUOI RENOVER? 1.1. Contexte et chiffres clés 1.2. Typologies et consommations

Plus en détail

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie?

Rénovation des bâtiments communaux. Comment mobiliser son gisement d économie? Contruire Basse Consommation : on y va? Rénovation des bâtiments communaux Comment mobiliser son gisement d économie? ASDER le 20 mars 2012 Retours d expériences le 14 mars 2012 Côte Rousse : Rénovation

Plus en détail

BLOCS LA SOLUTION SIMPLE, RAPIDE ET ÉCONOMIQUE POUR CONSTRUIRE RT2012, HPE ET THPE! Développé et distribué par MATÉRIAUX

BLOCS LA SOLUTION SIMPLE, RAPIDE ET ÉCONOMIQUE POUR CONSTRUIRE RT2012, HPE ET THPE! Développé et distribué par MATÉRIAUX BLOCS ISOLANTS COFFRANTS LA SOLUTION SIMPLE, RAPIDE ET ÉCONOMIQUE POUR CONSTRUIRE RT2012, HPE ET THPE! Développé et distribué par MATÉRIAUX LA FORMULE GAGNANTE POUR UN BÂTI DURABLE ET PERFORMANT SYSTÈME

Plus en détail

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants. RT2012 concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.fr Sommaire RT2012, informations essentielles «On vient d où?» Visualisation bilan énergétique, rappels RT RT 2012 «C est

Plus en détail

Formation Référentiel régional QEB rénovation

Formation Référentiel régional QEB rénovation Formation Référentiel régional QEB rénovation Avril 2013 Présentation: Yves Doligez BET ADRET Jean-Baptiste Fleurent architecte Formation Référentiel QEB Rénovation Première journée Introduction Présentation

Plus en détail

>I En savoir plus I Thermique

>I En savoir plus I Thermique g Un peu d histoire n Choc pétrolier en 1973 Prise de conscience de notre totale dépendance au pétrole Nécessité de maîtrise de la consommation énergétique dans le secteur du bâtiment n Protocole de Kyoto

Plus en détail

Les ponts thermiques dans la construction bois

Les ponts thermiques dans la construction bois Les ponts thermiques dans la construction bois Enjeux, impacts, solutions et perspectives Stéphanie DECKER Responsable du pôle Efficacité Energétique 14 décembre 2011, Congrès et Salon National du Bâtiment

Plus en détail

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie

Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Rénovation d une maison individuelle en basse consommation d énergie Fiche d opération Armapa -2011 cd2e- Page 1 Introduction L évolution du prix de l énergie encourage nos concitoyens à changer d exigences

Plus en détail

09 8008 5008 2013@anais-expertises.fr 2014@anais-expertises.fr www.anais-expertises.fr

09 8008 5008 2013@anais-expertises.fr 2014@anais-expertises.fr www.anais-expertises.fr CONTROLE ET EXPERTISE 2013@anais-expertises.fr 2014@anais-expertises.fr www.anais-expertises.fr INFILTROMETRIE RT 2012 & LABEL EFFINERGIE+ Édité sur papier recyclé avec garantie d archivage d un siècle!

Plus en détail

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux

Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux Essais d étanchéité à l air sur parois maçonnées enduites Influence du remplissage ou non des joints verticaux 1 - Contexte et objectifs La règlementation thermique 2012 (RT 2012) [1] se met progressivement

Plus en détail

THERMOGRAPHIE INFRAROUGE

THERMOGRAPHIE INFRAROUGE THERMOGRAPHIE INFRAROUGE RESIDENCE DU LAC JANVIER 2010 Adresse du site : Descriptif : Client : Votre contact : Résidence du Lac, allée du Clos Gagneur 93160 Noisy-le-Grand Copropriété de 304 lots Le conseil

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

Synthèse du suivi de 7 projets de logements BBC

Synthèse du suivi de 7 projets de logements BBC Synthèse du suivi de 7 projets de logements BBC 2 marchés ont été passés : Avec WIGWAM pour : Tests étanchéité à l air Thermographies Vérification des matériaux mis en œuvre au niveau de l enveloppe Avec

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Assurer une bonne étanchéité à l air de l enveloppe dans les bâtiments neufs et en rénovation Aline Branders PLATE-FORME MAISON PASSIVE asbl

Plus en détail

La paroi est plus performante quand ELLE est doublée d un pare-vapeur. Caractéristiques techniques et recommandations de mise en œuvre.

La paroi est plus performante quand ELLE est doublée d un pare-vapeur. Caractéristiques techniques et recommandations de mise en œuvre. La paroi est plus performante quand ELLE est doublée d un pare-vapeur Pare-Vapeur ACTIS Caractéristiques techniques et recommandations de mise en œuvre TOITURES Murs Plafonds 2 généralités Les défauts

Plus en détail

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres

Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Enveloppe du bâtiment Isolation et fenêtres Francine Wegmueller 30 mai 2012 Table des matières Du dossier de mise à l enquête au chantier Exemples Coefficients U Ponts thermiques Pare-vapeur Etanchéité

Plus en détail

bio bric, la solution constructive RT 2012 pour la maison individuelle

bio bric, la solution constructive RT 2012 pour la maison individuelle bio bric, la solution constructive RT 2012 pour la maison individuelle Réalisation «Constructions de l Erdre» (44) www.bouyer-leroux.com une marque bouyer leroux Bouyer Leroux, tradition et innovation

Plus en détail

La thermique dans le bâtiment

La thermique dans le bâtiment La thermique dans le bâtiment I] Les modes de propagation de la chaleur : La conduction : La transmission de chaleur par conduction se fait à travers un ou plusieurs éléments en contact direct. Le flux

Plus en détail

Formation. Logements BBC à ossature métallique

Formation. Logements BBC à ossature métallique Formation Logements BBC à ossature métallique Module 1 La RT2012 Comprendre les enjeux de la nouvelle réglementation thermique, identifier les principales exigences et acquérir des notions de thermique

Plus en détail

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL

AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Montreuil, le 10 mars 2014 AUDIT ÉNERGÉTIQUE RÉSIDENCE DES ORMES À MONTREUIL Réunion Intermédiaire Florent LOUSSOUARN DES TEXTES RÉGLEMENTAIRES Bâtiments avant 1974 1 er choc pétrolier RT 74 Décret affichage

Plus en détail

Etanchéité à l air, fondamentale mais souvent négligé

Etanchéité à l air, fondamentale mais souvent négligé Isoler pour demain Une bonne isolation: plus qu une question d épaisseur! Historique 2001: Paul Eykens lance isoproc: 2004: Croissance annuelle avec doublement du chiffre d affaires Etanchéité à l air,

Plus en détail

Isolation Thermique par l Extérieur

Isolation Thermique par l Extérieur Isolation Thermique par l Extérieur Protéger le présent, préserver l avenir Pourquoi isoler? Les origines des fuites s d un immeuble ou d une maison sont connues. Provenant d une isolation absente ou faible,

Plus en détail

Étanchéité à l air de l extérieur des murs maçonnés

Étanchéité à l air de l extérieur des murs maçonnés Étanchéité à l air de l extérieur des murs maçonnés André Baivier, ISOPROC Présentation de deux projets Transformation d une maison existante datant du début des années 90 SPRL CREA Bureau d architectes

Plus en détail

Qu est ce qu un projet performant?

Qu est ce qu un projet performant? S2: Les clés de la performance Qu est ce qu un projet performant? Un projet avec beaucoup d énergies renouvelables Un projet très isolé Un projet dont le % de vitrage est d environ 1/6 de de surface habitable

Plus en détail

Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux

Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux Bâtiments Matériaux Opérations Installations Maison passive et à énergie positive à Issy-les-Moulineaux B ÂTIMENTS L atelier d architecture Pascal Gontier a construit une maison passive à Issy-les-Moulineaux.

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION PAR L INTERIEUR : LES TOITS Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail