Profit-objectif ou profit-contrainte? Sous-titre : Vers la création d entreprises à profit tempéré (EPT)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Profit-objectif ou profit-contrainte? Sous-titre : Vers la création d entreprises à profit tempéré (EPT)"

Transcription

1 Profit-objectif ou profit-contrainte? Sous-titre : Vers la création d entreprises à profit tempéré (EPT) Les crises que connaît le capitalisme tendent à le discréditer mais les autres systèmes économiques n ont pas permis d atteindre le niveau de bien-être de nos sociétés occidentales. La question est de savoir s il est possible, tout en restant dans le même cadre du capitalisme libéral, d accroître la stabilité du système financier et de réduire les effets de l emprise sans cesse croissante des marchés financiers sur la gestion des entreprises. Il faut peut-être pour ce faire creuser des sillons inexplorés et réfléchir en évitant les écueils de la naïveté et de l angélisme mais en sortant des schémas traditionnels de pensée. Que cette réflexion soit considérée comme une tentative d en rassembler d autres et de faire évoluer le modèle! Le bénéfice : élément essentiel de l entreprise Personne n oserait remettre en cause le fait que le bénéfice soit un des paramètres majeurs de l entreprise. Au contraire, il y a 20 ans, certains reprochaient aux entreprises assises sur des plus-values latentes destinées à servir de coussin en cas de retournement de conjoncture- de négliger l intérêt de l actionnaire en n attachant pas suffisamment d importance au bénéfice de l année. La philosophie de gestion s est progressivement transformée au cours des deux dernières décennies au profit de l objectif de maximisation du bénéfice à court terme. Après les graves crises financières que l on a connues, nombreux sont ceux qui s interrogent maintenant sur la légitimité de cet objectif. L objectif de profit était, à l époque, de par la sagesse de ces dirigeants, soumis à des impératifs de mesure et de responsabilité qui bridaient les velléités de comportement excessif. Cette focalisation excessive sur le profit à court terme trouve son origine dans de nombreux facteurs : - L homme ayant tendance à faire dépendre son degré de satisfaction salarial non du niveau absolu de sa rémunération mais de la comparaison entre son salaire et celui de son voisin, il a eu le souci d aligner sa rémunération sur celui de ses pairs qui gagne le plus. Ce phénomène a provoqué une croissance vertigineuse des salaires des hauts dirigeants sur les 20 dernières années. Or, qui dit haut salaire, dit forte motivation à le justifier par des objectifs bénéficiaires (trop)ambitieux. - Le «benchmarking» affecte également la méthode d établissement des objectifs de rentabilité pour l entreprise. Si les concurrents prétendent vouloir atteindre un rendement de 20% sur les fonds propres, il est d autant plus malvenu de se donner un objectif modéré que les rémunérations des responsables laissent entrevoir une créativité suffisamment élevée pour, au bas mot, faire jeu égal à la concurrence. Si chaque intervenant souhaite se placer, sur le plan de tel indicateur, dans le premier 1

2 quartile du «peer group», un dangereux processus de fuite en avant se déclenche, chacun augmentant ses objectifs de sorte que le niveau du premier quartile monte également, suscitant ainsi une réadaptation sans fin des objectifs de chaque entreprise. Et cela sans se demander si les entreprises du premier quartile respectent bien les contraintes en matière éthique ou de risque raisonnable Il est important de pouvoir analyser ses résultats dans l absolu sans devoir toujours céder aux sirènes de la comparabilité. - Une focalisation croissante s est faite sur les aspects quantitatifs de la gestion en omettant souvent le qualitatif. Le règne des KPI «(«key performance indicators»), fort utiles quand on en fait un usage raisonnable, et leur intégration dans le calcul des rémunérations ont fait prédominer le «what» ( le chiffre) alors que le «how» ( la façon de l atteindre) perdait de sa relevance. La grille d évaluation ne devrait pas donner au profit de l année un poids excessif mais inclure des objectifs tels que la satisfaction des clients, celle des employés - Un autre élément a également joué : auparavant, les fluctuations erratiques du cours de bourse ne gênaient absolument pas l actionnaire qui accompagnait l entreprise sur le long terme. Les fonds de placement et sicav ont toutefois remplacé les myriades d actionnaires individuels. Dans le souci commercial de présenter de meilleures performances que les concurrents, ces fonds ont mis l accent sur les résultats à court terme, prêts à vendre les actions d entreprises qui déçoivent en publiant des chiffres inférieurs aux attentes du marché. Il en est résulté une attention accrue des gestionnaires d entreprises sur l évolution du cours de l action et partant sur les bénéfices de l année, voir du trimestre. Ces éléments ont progressivement détourné de nombreux décideurs d une sagesse responsable pour les concentrer sur le seul objectif de profit à court terme et cela, avec un certain nombre d effets pervers : a) d abord, un amoindrissement de la sensibilité au risque : la pression bénéficiaire est tellement forte qu on a tendance à minimiser la dimension du risque. Celui-ci paraît souvent lointain et, en l absence d une estimation correcte, toujours difficile, du niveau adéquat de sa rémunération, on a tendance à privilégier le placement le plus rentable. b) ensuite, une gestion du personnel qui peut perdre de son humanité. Efficacité et efficience doivent régir une organisation mais lorsque la prise en compte de la sensibilité humaine se réduit, on se prive du meilleur allié pour asseoir la durabilité de l entreprise. c) enfin, un comportement à l égard de la clientèle qui peut être moins inspiré par le souci de la servir que par la nécessité d atteindre un objectif commercial. Comme la plupart des facteurs indiqués plus haut sont encore d actualité et susceptibles de continuer à exercer une influence défavorable sur la stabilité des systèmes financiers ainsi que sur la crédibilité des institutions, il importe de chercher des pistes concrètes d amélioration. Que penser de l objectif de maximisation du profit? La liberté d entreprendre doit être encouragée si l on souhaite promouvoir le dynamisme économique d un pays. Cette liberté inclut le droit de fixer ses objectifs de rentabilité. Ce 2

3 droit perd toutefois de son caractère absolu dans 3 hypothèses : lorsque le destin de l entreprise est étroitement lié à l intérêt général de sorte que sa disparition pourrait entraîner des remous sociaux importants et que l Etat doive intervenir dans le sauvetage ( les banques par exemple), lorsqu elle offre des services de première nécessité (eau,gaz )dans une situation de quasi-monopole, ou encore lorsque la recherche de maximisation du profit à court terme peut conduire à des conflits d intérêt impliquant un danger pour la communauté. Va-t-on confier la décision en matière de contrôles dans une centrale nucléaire à un manager dont le bonus est lié à la rentabilité de l usine? Vers la création d «entreprises à profit tempéré» : les EPT Pourrait-on concilier le souci de préserver l intérêt général, d une part, et la liberté de l entrepreneur, d autre part? Y aurait-il une voie intermédiaire qui permettrait à l entrepreneur, sans y être forcé, de rester raisonnablement modéré dans ses objectifs de rentabilité? Tout acte humain est subordonné à un objectif qui le fonde et le motive. Il en est ainsi pour les agissements individuels mais aussi pour les entreprises. Il importe de connaître cette finalité ultime poursuivie par la haute direction d une entreprise. Il peut s agir d une simple maximisation du bénéfice à court terme. C est la philosophie du profit-objectif. Mais il se peut que la vision du chef d entreprise soit plus large et s apparente à une recherche de création de valeur pour l ensemble de ses partenaires (actionnaires, employés, clients, fournisseurs, communauté), avec toutefois pour contrainte l obtention d une rentabilité raisonnable apte à maintenir l intérêt de l actionnaire. C est le profit-contrainte. Le succès de l entreprise sur longue période sera essentiellement tributaire de la maîtrise des risques, de la satisfaction de la clientèle, du degré d engagement des collaborateurs dans leur travail et du niveau de cohésion au sein de la société. Ces facteurs sont particulièrement favorisés dans les entreprises ayant opté pour la philosophie du profit-contrainte. Ceci montre la convergence entre l intérêt de l actionnaire à long terme et la poursuite de la valeur pour l ensemble des «stakeholders». Il n y a donc guère de dichotomie entre une vision sociétale et actionnariale à long terme de l entreprise. La sauvegarde de la liberté d entreprendre nous incite à maintenir la liberté de choix entre ces deux visions du profit mais il nous semble important que l entreprise se positionne clairement dans une de ces deux catégories («purpose positioning» ou «purpositioning»). Nous pourrions formaliser le choix opéré par l entreprise et envisager la création d un nouveau type d entreprises pour celles qui le souhaitent : les entreprises à profit tempéré (EPT) qui s engageraient, sur un cycle économique, à dériver une rentabilité moyenne des fonds propres n excédant pas le niveau du taux d intérêt obligataire à 10 ans majoré d une prime de risque raisonnable. Nous pourrions établir celle-ci à 5%, ce qui correspond à une à deux fois la prime de risque annuelle que présentent historiquement les actions par rapport aux obligations. Lors de sa création, l entrepreneur déclarerait son intention de se positionner dans le cadre des entreprises qui privilégient l intérêt de l actionnaire ou de celles qui, soucieuses de servir l ensemble des stakeholders, ont fait le choix de modérer leur bénéfice et d apparaître ainsi parmi les EPT. Les entreprises existantes pourraient une fois dans leur existence, opter pour cette catégorie des EPT. 3

4 Ces EPT bénéficieraient d un certain nombre d avantages qui pourraient prendre des formes générales ( par exemple, une réduction de l impôt des sociétés) ou spécifiques au secteur auquel elles appartiennent. Rendre une telle réduction fiscale effective impliquera peut-être une modification de la structure de l impôt des sociétés : l entreprise qui ne paie pas d impôt ne sera guère incitée à vouloir profiter d une «réduction». La politique de l entreprise en matière de «finalité ultime» et donc son appartenance ou non au groupe des EPT intéressera sans nul doute ses clients.le déposant pourra orienter ses dépôts dans les différentes institutions financières en fonction de l intérêt qu il éprouvera pour l approche déclarée par son banquier ; les investisseurs dits «éthiques» pourront acheter les actions d EPT par préférence à d autres. Vu la réduction du risque qu engendrera pour l entreprise l abandon de l objectif de maximisation du bénéfice, la prime suggérée de 5% devrait être suffisante pour maintenir l attrait de l entreprise pour l actionnaire à long terme. L instauration des EPT devrait être soutenue par des mesures d accompagnement visant à encourager la détention à long terme d actions d entreprises. Il devrait en résulter un rapprochement entre la valeur boursière et le montant des fonds propres par action, la justification d un écart important entre les deux résidant dans la perspective d un ROE significativement supérieur au taux sans risque majoré d une prime de risque raisonnable. Spécificités du secteur bancaire L incitation à opter pour le profit-contrainte pourrait, dans le domaine bancaire, prendre deux formes : 1) le système de la garantie des dépôts Actuellement, les dépôts en banques sont garantis jusqu à un montant de euros, quelle que soit la banque choisie. Ceci conduit à des effets pervers car lorsqu une banque distribue un taux d intérêt supérieur à celui du marché, le supplément de rendement est pour le déposant alors que l éventuel supplément de risque est pour l Etat. Un tel système ne favorise guère un comportement responsable puisqu il conduit à la chasse du meilleur taux offert sans la moindre réflexion sur la capacité de l établissement à respecter ses engagements. Par ailleurs, l existence d une telle garantie des dépôts est également susceptible d augmenter l appétit du risque dans l entreprise en favorisant la combinaison tant décriée de la privatisation des gains et de la socialisation des pertes. On peut imaginer instaurer une franchise de 10% en sorte que seuls 90% du nominal des dépôts seraient protégés, 10% restant en risque. Cette franchise de 10% serait d application pour tous les établissements financiers, n appartenant pas à la catégorie des EPT. Du fait de la présomption d un moindre risque attaché aux activités de ces EPT, aucune franchise ne serait imposée aux dépôts de ceux-ci. L existence d une franchise présente des côtés positifs : restaurer l équilibre entre risque et return pour le déposant, supprimer l aléa moral qui déresponsabilise le client dans son choix 4

5 et renforcer la vigilance de l institution financière dans sa gestion dans la mesure où elle serait davantage exposée au risque de liquidité. Le côté négatif est justement d augmenter ce risque de liquidité : cela pourrait accroître les mouvements de panique des déposants. Si on souhaite maintenir la situation actuelle d absence de franchise, on peut imaginer une cotisation au système de garantie des dépôts qui serait moins élevée pour les EPT 2) une fiscalité différenciée Certains souhaiteraient réduire le taux d impôts des sociétés. On pourrait imaginer un traitement fiscal différencié suivant la catégorie à laquelle l entreprise se déclare appartenir. Les entreprises adeptes du profit-objectif resteraient soumises au taux standard d impôt des sociétés alors que les EPT bénéficieraient d une réduction de taux de l impôt. Concrètement, on pourrait imaginer le fonctionnement décrit à l annexe ci-après. Conclusion L entreprise a perdu de sa légitimité et de sa crédibilité. Il est de temps de réconcilier contraintes économiques et besoins sociétaux. La jeune génération est particulièrement demanderesse de changements. Seules une modification profonde des mentalités et une intervention des autorités sont de nature à réintroduire la stabilité du système financier. Deux objectifs contradictoires apparaissent : le principe de sauvegarde de la liberté de l entrepreneur avec son corollaire de choisir librement ses objectifs de gestion et de performance et la prise en compte de l intérêt général. Nous suggérons de demander à chaque entreprise de se positionner par rapport à sa finalité ultime, c est-à-dire de préciser clairement son objectif final, soit de maximiser son bénéfice à court terme (optique de profit-objectif), soit de considérer le profit comme une contrainte à respecter dans le cadre d un objectif plus large de service à l ensemble des stakeholders et de vision à long terme pour l actionnaire (optique de profit-contrainte).une nouvelle catégorie d entreprises, les entreprises à profit tempéré (EPT), serait créée pour ce dernier type de sociétés. Ces EPT recevraient un traitement différencié de façon à encourager l entrepreneur à opter pour cette nouvelle philosophie. En raisonnant dans le cadre plus limité des institutions financières, nous avons identifié deux traitements qui pourraient s appliquer aux deux catégories ainsi décrites : un taux d impôt plus favorable et un système de garantie des dépôts plus attractif. Philippe Dembour 5

6 Annexe : exemple de fonctionnement d une fiscalité différenciée pour les EPT Le principe est simple : les entreprises adeptes du profit-objectif resteraient soumises au taux standard d impôt des sociétés alors que les EPT bénéficieraient d une réduction de taux de l impôt. Voici comment ce système pourrait être concrètement mis en œuvre.. Au début de chaque exercice, on se référerait au taux des obligations d Etat à 10 ans (Risk Free rate ou RF). Ce taux majoré de 5% serait considéré comme un taux limite (RF+5%) pour l année. Chaque année, l entreprise paierait son impôt au taux réduit sur la partie de son bénéfice correspondant à un ROE (return on equity) de RF+5%. En d autres termes, soit l entreprise dégage un ROE inférieur au taux limite et l impôt au taux réduit s applique au bénéfice ; soit, elle dégage un ROE supérieur au taux limite et dans ce cas, on distingue deux parties dans le bénéfice : la première d un montant égal aux fonds propres multiplié par le taux limite- pour laquelle l impôt se calcule comme dit précédemment et la seconde pour la partie du bénéfice qui excède- qui recevra un traitement particulier expliqué ci-après. L entreprise de type EPT ne peut être obligée à dégager chaque année un profit dans les limites qu elle s est proposé de suivre. Les cycles conjoncturels peuvent provoquer d importantes fluctuations. D où l importance de ne vérifier cet engagement que sur une période de 5 ans. Chaque année, il sera fait une comparaison entre la somme des bénéfices effectifs dégagés au cours des 5 dernières années et la somme des bénéfices théoriques sur la même période obtenus en multipliant chaque année le montant des fonds propres par le taux limite de l année. La différence entre les deux montants, divisée par 5 car elle porte sur 5 ans, serait soumise à une cotisation spéciale correspondant au taux standard d impôt majoré d un supplément. Lorsqu une année, le ROE dépasse le taux limite, un acompte sur impôts sera versé au fisc d un montant correspondant au taux standard sur la partie du bénéfice non taxée au taux réduit. Cet acompte sera imputé sur la cotisation calculée de la façon décrite ci-avant. La réduction et le supplément de taux d impôt seraient calibrés de façon qu une entreprise qui s est volontairement classée dans la catégorie des EPT paie le même impôt qu une entreprise taxée au taux standard dans l hypothèse où, sur un cycle de 5 ans, le ROE dépasse le taux limite de 2%. (1). Ceci afin d éviter que des entreprises ne se déclarent dans la catégorie des EPT dans le seul but de bénéficier d un avantage fiscal. Dans l hypothèse de la soumission à cette cotisation spéciale, il serait loisible à cette entreprise de participer à des projets sociétaux ( mécénat social, culturel, aide au développement ) dont un certain pourcentage du coût pourrait être pris en compte pour ramener son bénéfice dans les limites déclarées. 6

7 Si un tel dépassement du taux limite devait être constaté sur 3 périodes successives ( chaque période étant le résultat d une observation sur 5 ans), l établissement financier perdrait le bénéfice de l absence de franchise pour les nouveaux dépôts. Une réflexion sur les normes comptables s impose à ce stade-ci. Le bénéfice pris en compte pour le calcul du ROE devrait se baser sur l activité économique de l entreprise et exclure les effets des variations de cours du marché sur les actifs détenus dans une perspective de long terme. (1) On peut montrer que pour un taux sans risque à 5% et pour un taux standard d impôt de 35 %, les taux respectifs de réduction et d accroissement d impôts doivent se situer à 7 % et 35% pour un traitement fiscal identique pour les deux catégories d entreprise ( profit-objectif et profit-contrainte) dans l hypothèse d un ROE excédant le taux limite de 2%. 7

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Normes comptables et bien commun

Normes comptables et bien commun Journée d études «Crise Financière et IFRS" 23 novembre 2009, Wavre Normes comptables et bien commun Philippe Dembour 1 Journée d études «Crise Financière et IFRS» Règlement du Parlement européen du 19

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE

COUR DES COMPTES SÉCURITÉ SOCIALE COUR DES COMPTES LA SÉCURITÉ SOCIALE SEPTEMBRE 2007 137 Chapitre VI L assiette des prélèvements sociaux finançant le régime général 144 COUR DES COMPTES social de l épargne salariale et s est substitué

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage

2014/2015 : Rétrospective et perspectives. Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage 2014/2015 : Rétrospective et perspectives Epargne mobilière pour comptes Epargne 3 et de libre passage Rétrospective 2014 L annonce, l année dernière, par la Réserve fédérale américaine (Fed) de réduire

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte.

annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. annexe aux conditions générales revenus garantis - gamme patrimoine contrat d assurance sur la vie individuel libellé en unités de compte. Architas (SA) EUROPEAN EQUITY FUND Présentation succincte Dénomination

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction

Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise. Introduction Shadow Manager Simulateur de gestion globale d entreprise Introduction Le logiciel de simulation d entreprise Shadow Manager représente le nec plus ultra des outils pédagogiques de simulation de gestion

Plus en détail

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses

Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Nouveaux taux d intérêt garantis pour les plans de pension souscrits par une entreprise Questions & Réponses Employee Benefits Institute 1. Quels seront les nouveaux taux d intérêt garantis par AXA Belgium

Plus en détail

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE?

LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? LE RÉGIME DE LA MICRO-ENTREPRISE : COMMENT ÇA MARCHE? CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR En pratique, le régime de la micro-entreprise est un régime fiscal simplifié pouvant s appliquer à tous les exploitants individuels,

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

CHAPITRE 1. Le contrôle de gestion : support du pilotage stratégique dans la banque 1.1 CONTRÔLE DE GESTION ET CRÉATION DE VALEUR

CHAPITRE 1. Le contrôle de gestion : support du pilotage stratégique dans la banque 1.1 CONTRÔLE DE GESTION ET CRÉATION DE VALEUR CHAPITRE 1 Le contrôle de gestion : support du pilotage stratégique dans la banque 1.1 CONTRÔLE DE GESTION ET CRÉATION DE VALEUR L émergence d une fonction contrôle de gestion au sein des entreprises est

Plus en détail

A l attention des porteurs de parts français du fonds commun de placement «EasyETF Stoxx Europe 600»

A l attention des porteurs de parts français du fonds commun de placement «EasyETF Stoxx Europe 600» Paris, le 8 août 2013 A l attention des porteurs de parts français du fonds commun de placement «EasyETF Stoxx Europe 600» Madame, Monsieur, Vous êtes détenteurs de parts du fonds commun de placement (FCP)

Plus en détail

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social

OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR. portant sur 365.600 actions 1000mercis. en vue de la réduction de son capital social OFFRE CONTRACTUELLE DE RACHAT D ACTIONS PAR portant sur 365.600 actions 1000mercis en vue de la réduction de son capital social Prix de l offre : 25 par action 1000mercis Durée de l offre : du 16 avril

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements

LES FONDS D INVESTISSEMENT. La façon la plus accessible de diversifier vos placements LES FONDS D INVESTISSEMENT La façon la plus accessible de diversifier vos placements Gestion professionnelle, diversification et liquidité De plus en plus de gens prennent conscience de la différence entre

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite

Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Présentation de la CREPUQ au Comité d experts sur l avenir des régimes complémentaires de retraite Le 2 février 2012 CREPUQ PRÉSENTATION DE LA CREPUQ AU COMITÉ D EXPERTS SUR L AVENIR DES RÉGIMES COMPLÉMENTAIRES

Plus en détail

N 2010 / 034 14/10/2010. Origine : DIRRCA Pôle Réglementation Retraite

N 2010 / 034 14/10/2010. Origine : DIRRCA Pôle Réglementation Retraite N 2010 / 034 14/10/2010 Origine : DIRRCA Pôle Réglementation Retraite Contact : Laurent Périé laurent.perie@le-rsi.fr A : Mesdames et Messieurs les Directeurs des caisses RSI Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

SPP, ou plan d achat d actions

SPP, ou plan d achat d actions SPP, ou plan d achat d actions destiné aux salariés permanents du groupe Randstad France Au sein du Groupe Randstad, nous avons la conviction que notre personnel est notre atout le plus précieux. C est

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés*

Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Les effets des regroupements dans le secteur bancaire sur l allocation du capital de risque et la liquidité des marchés* Chris D Souza et Alexandra Lai Jusqu à récemment, la réglementation en vigueur au

Plus en détail

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale Fiche pratique : La fiscalité des associations A retenir : l association loi 1901 est par nature non lucrative. Cependant, dans la mesure où beaucoup d associations développent des activités économiques,

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Efficience de l actif de l entreprise

Efficience de l actif de l entreprise Solutions d assurance-vie Efficience de l actif de l entreprise Gérer. Profiter. Préserver. Une solution intelligente pour les professionnels : l assurance-vie permanente, un actif unique pouvant offrir

Plus en détail

2.2. Les impôts et taxes PARTIE 2

2.2. Les impôts et taxes PARTIE 2 2.2 Les impôts et taxes PARTIE 2 L avis de l expert-comptable La plupart des taxes sont dues à partir d un certain seuil d effectif (avec une période de franchise totale de 3 ans puis partielle : formation

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT

Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT Chapitre II: VARIATIONS DU BILAN NOTION DE RESULTAT I. MOUVEMENTS COMPTABLES Nous avons vu que le Bilan représente la photographie de la situation de l entreprise à une date donnée : chaque opération nouvelle

Plus en détail

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES

LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES R E P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E mercredi 14 février 2007 LES DERNIERES DONNEES DISPONIBLES EN MATIERE D ISF ET DE DELOCALISATIONS FISCALES Communication de M. Philippe Marini, rapporteur général

Plus en détail

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI)

LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) LE RETOUR SUR INVESTISSEMENT (ROI) de La Gestion des Talents L impact de la Gestion des Talents sur l entreprise 23 % 4,6 % d augmentation d augmentation du chiffre d affaires par employé de la capitalisation

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Un outil pour les entreprises en réseau

Un outil pour les entreprises en réseau STRATEGIE COMMERCIALE : LA «MONTGOLFIERE», UN OUTIL D ANALYSE DE LA PERFORMANCE COMMERCIALE DES ENTREPRISES EN RESEAU Executive summary La stratégie commerciale mise en place par les points de vente des

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document sont à titre informatif. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Reverse Convertibles

Reverse Convertibles Reverse Convertibles Le prospectus d émission du titre de créance complexe a été approuvé par la Bafin, régulateur Allemand, en date du 24 Novembre 2010. Ce document à caractère promotionnel est établi

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds d actions canadiennes Fonds de croissance de dividendes TD Fonds de valeurs sûres canadiennes TD Fonds d actions canadiennes TD Fonds d actions canadiennes optimal TD

Plus en détail

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015

Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle. Édition janvier 2015 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance professionnelle Édition janvier 2015 2 Règlement de placement de la Fondation collective Perspectiva pour la prévoyance

Plus en détail

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS *****

POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS ***** POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Références Règlementaires : Code Monétaire et Financier article L 533-10 Règlement Général de l AMF Livre III articles 313-18 à 313-24 *****

Plus en détail

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi?

La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? La comptabilité de gestion : Fiche pourquoi? 1 Définition Selon le plan comptable général, la comptabilité de gestion fait apparaître deux aspects : Connaître les coûts et les résultats par produit. Agir

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-1008 du 4 septembre 2014 relatif aux contrats comportant des engagements donnant lieu à constitution

Plus en détail

Aspects fiscaux des placements en société

Aspects fiscaux des placements en société Aspects fiscaux des placements en société Sommaire 1. Généralités 2. Exploiter d abord l épargne fiscale 2.1. L engagement individuel de pension via une assurance externe (EIP) 2.2. Une pension libre complémentaire

Plus en détail

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites

Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation Avis n 2003-07 du 24 juin 2003 Relatif aux règles comptables applicables au Fonds de réserve des retraites Sommaire 1 - Présentation du Fonds de

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Fiche info financière assurance-vie pour la branche 23 TwinStar Tomorrow 1

Fiche info financière assurance-vie pour la branche 23 TwinStar Tomorrow 1 Fiche info financière assurance-vie pour la branche 23 TwinStar Tomorrow 1 TYPE D ASSURANCE VIE TwinStar Tomorrow est un produit d assurance-vie (branche 23) d AXA Belgium, auquel sont liés différents

Plus en détail

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

Conseil national de la comptabilité - Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003

Conseil national de la comptabilité - Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Note de présentation - Avis n 2003-C du Comité d urgence du 11 juin 2003 Relatif aux conséquences comptables résultant de l application du nouveau régime fiscal introduit

Plus en détail

Quelques éléments sur les forces et les faiblesses des contrats d assurance-vie en euros pour les épargnants en 2013

Quelques éléments sur les forces et les faiblesses des contrats d assurance-vie en euros pour les épargnants en 2013 Prim Act Quelques éléments sur les forces et les faiblesses des contrats d assurance-vie en euros pour les épargnants en 2013-17 juin 2013 - Guillaume LEROY Présentation réalisée le 17 juin 2013 www.primact.fr

Plus en détail

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés

Glossaire. Activité principale. Branche. Chiffre d affaires hors taxes (CA) Consommations intermédiaires. Effectifs salariés Glossaire Activité principale L activité principale exercée (APE) est déterminée en fonction de la ventilation des différentes activités de l unité légale. C est la ventilation du chiffre d affaires dans

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

3 ) Les limites de la création monétaire

3 ) Les limites de la création monétaire 3 ) Les limites de la création monétaire Si un banquier n a besoin que de son stylo pour créer de la monnaie, on peut se demander ce qui empêche une création infinie de monnaie. En fait, la création monétaire

Plus en détail

4 - L affectation du résultat des sociétés

4 - L affectation du résultat des sociétés Les écritures liées à la vie d une société 3.2 4 - L affectation du résultat des sociétés Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

La rémunération des dirigeants

La rémunération des dirigeants La rémunération des dirigeants Enjeux La fixation de la rémunération des dirigeants est plus que jamais un sujet majeur pour le conseil, en raison de son fort impact sur l action des dirigeants mais aussi

Plus en détail

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise.

Ce type de gestion est plus spécifiquement adapté aux financements liés aux investissements réalisés par l entreprise. Chapitre 1 L ANALYSE FINANCIÈRE DÉFINITION L analyse financière à terme regroupe l ensemble des techniques destinées à étudier la gestion à terme de l entreprise pour prévoir, et pallier les besoins de

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social?

La Note. Mars 2015. Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? 1 Sociale S La Note Sociale Mars 2015 Le CICE : quels enseignements en termes de réalité économique et de dialogue social? L objectif de cette note est de faire le point sur le CICE, notamment à partir

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

TerzaFondsPlan. Pour une prévoyance plus rentable

TerzaFondsPlan. Pour une prévoyance plus rentable TerzaFondsPlan Pour une prévoyance plus rentable La prévoyance individuelle gagne en importance En Suisse, la prévoyance repose sur le principe des trois piliers: prévoyance étatique, professionnelle et

Plus en détail

PARTICIPATION INTERESSEMENT PEE PERCO

PARTICIPATION INTERESSEMENT PEE PERCO Ingénierie Sociale Sommaire 1. Ingénierie Sociale 2. Qu est-ce que l épargne salariale? PARTICIPATION INTERESSEMENT PEE PERCO Les fonds solidaires La Gestion ISR 3. Les Indemnités de Fin de Carrière (IFC)

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1995

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1995 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1995 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont légèrement détendus au cours de l année 1995. Dans un contexte de vive concurrence entre établissements

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant»

Livre Blanc Oracle Juin 2009. Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Livre Blanc Oracle Juin 2009 Gérer avec succès les risques des contrats pour établir une relation «gagnant-gagnant» Préambule Ce livre blanc met en avant certains risques impliqués dans les travaux liés

Plus en détail

Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction :

Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction : Licenciements économiques et marchés financiers. Introduction : «Que notre économie soit florissante et nos entreprises prospères ou que la conjoncture flirte avec la récession, les plans sociaux et les

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale.

Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. Voici la plus récente édition de notre bulletin fiscal. Nous vous proposerons des idées de planification et un suivi de l actualité fiscale. 1) Nouveau régime d imposition des dividendes Désignation tardive

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite

Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Norme comptable internationale 26 Comptabilité et rapports financiers des régimes de retraite Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée aux états financiers présentés par les régimes

Plus en détail

HAPPY LIFE AXA BELGIUM S.A. 1

HAPPY LIFE AXA BELGIUM S.A. 1 HAPPY LIFE AXA BELGIUM S.A. 1 TYPE D ASSURANCE-VIE Happy life AXA Belgium S.A., ci-après happy life, est une assurance vie de la branche 23 d AXA Belgium qui offre certaines garanties (une rente périodique

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices

Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices Rémunération des Professionnels du Capital Investissement Lignes Directrices 1. Contexte Les travaux du groupe de travail de place constitué au début de l année 2009 à la demande des pouvoirs publics ont

Plus en détail

ETOILE SELECT 1. Votre sécurité nous tient à cœur. Baloise Group. Type d assurance-vie

ETOILE SELECT 1. Votre sécurité nous tient à cœur. Baloise Group. Type d assurance-vie ETOILE SELECT 1 Type d assurance-vie Garanties Les primes investies dans la partie de police Compte Etoile ont un rendement garanti (Branche 21). Pour les primes investies dans la partie de police Fonds

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel

Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel Obligations Le crédit investment grade : les opportunités d investissement dans le contexte de marché actuel AUTEUR : LAETITIA TALAVERA-DAUSSE Tout au long de l année en Europe, plusieurs événements ont

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

OTC ASSET MANAGEMENT

OTC ASSET MANAGEMENT OTC ASSET MANAGEMENT Notre FCPI: OTC ENTREPRISES 4 4 e FCPI de sa génération, OTC ENTREPRISES 4 sera géré selon les principes de gestion historiques d OTC Asset Management : une stratégie diversifiée et

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

La rémunération de l équipe commerciale

La rémunération de l équipe commerciale La rémunération de l équipe commerciale I. Introduction Le manager va avoir la mission de gérer l activité, et donc de veiller aux conséquences financières de son activité. Un des principaux coûts est

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

LALUX-Staff Protect. Fidélisez et motivez vos effectifs!

LALUX-Staff Protect. Fidélisez et motivez vos effectifs! Fidélisez et motivez vos effectifs! La protection idéale de vos salariés - en cas de mise à la retraite, - en cas de décès, - en cas d invalidité, le tout dans un cadre souple et fiscalement attractif

Plus en détail

Note à l attention du CCE de l UES EIFFAGE ENERGIE sur la création du FCPE Eiffage Actionnariat Relais 2014

Note à l attention du CCE de l UES EIFFAGE ENERGIE sur la création du FCPE Eiffage Actionnariat Relais 2014 Note à l attention du CCE de l UES EIFFAGE ENERGIE sur la création du FCPE Eiffage Actionnariat Relais 2014 Vous nous avez demandé de vous aider dans l examen d une nouvelle évolution du dispositif de

Plus en détail

www.leguidedupatrimoine.com

www.leguidedupatrimoine.com Pour vivre pleinement votre retraite, prenez les devants ASSOCIATION D ÉPARGNE VIAGÈRE LA TONTINE Votre assurance sur l avenir La retraite, une nouvelle vie! La retraite, c est une nouvelle étape dans

Plus en détail

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES

RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 1 RENDRE NOS ENTREPRISES PLUS ATTRACTIVES 2 Plan Introduction : Attractivité qu est-ce? Pourquoi être attractif? Peut-on être attractif en France? Comment être attractif : Les leviers? Positionnement :

Plus en détail

Présentation des Résultats 2006

Présentation des Résultats 2006 Présentation des Résultats 2006 Réunion SFAF du 28 mars 2007 Une année 2006 brillante en terme de résultats Aubay a encore sur performé son marché sur tous les indicateurs : Un CA de 120,8 M en croissance

Plus en détail

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS

GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS GÉDIA AUDIT & SURVEILLANCE DES COÛTS D ENTRÉE DES ARTICLES FABRIQUÉS 1. Pourquoi il est indispensable de surveiller les coûts d entrées des articles fabriqués 1.1. La règle de base de valorisation du stock

Plus en détail

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous.

Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie. Assemblée annuelle Le 5 mai 2011. Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Michael Bell Chef des finances Financière Manuvie Assemblée annuelle Le 5 mai 2011 Merci, Madame la présidente. Bonjour à tous. Je suis heureux de pouvoir m adresser à vous à l occasion de cette assemblée

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

12.1. Le cumul emploi-retraite

12.1. Le cumul emploi-retraite 12.1. Le cumul emploi-retraite Le cumul emploi-retraite est un dispositif qui permet de cumuler le bénéfice d une pension avec la perception de revenus d activité. Dans un premier temps soumis à certaines

Plus en détail

Culture familiale et ouverture sur le monde

Culture familiale et ouverture sur le monde > Culture familiale et ouverture sur le monde Il est dans notre culture d entreprendre, d investir dans de nouveaux projets, de croître internationalement. Location automobile à court terme CHIFFRES CLÉS

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Juillet 2014 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les «frais de gestion» des mutuelles représentent

Plus en détail