Au début des indépendances, les pays d'afrique au sud du Sahara voyaient

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Au début des indépendances, les pays d'afrique au sud du Sahara voyaient"

Transcription

1 Eviter la fuite des cerveaux en Afrique subsaharienne: rôle des institutins sus-réginales de frmatin et de recherche Yalacé Y. Kabret Ecle Inter-Etats des Sciences et Médecine Vétérinaires Dakar Avec Afrlgy Au début des indépendances, les pays d'afrique au sud du Sahara vyaient leur avenir avec ptimisme. Ils misèrent sur le dévelppement rapide pur " sans tarder" venir à but de l'ignrance, de la pauvreté, de la maladie et de l'insécurité alimentaire. Cette tendance tablait sur la crissance cntinue de l'écnmie mndiale dnt il semblait que l'afrique subsaharienne devait bénéficier de façn priritaire (Banque Mndiale, 1995). La cmmunauté des bailleurs de fnds partageant ce sentiment, n'a pas manqué de furnir l'aide nécessaire. Dans cette dynamique de mdernisatin de l'administratin, des sciences et technlgie, de nmbreux pays africains ne pssédant pas d'institutins de frmatins et de recherche, nt envyé leurs étudiants se perfectinner dans les universités et centres de recherche des pays du Nrd afin d'accélérer la frmatin des ressurces humaines. Mais plusieurs d'entre eux nt chisi d'y rester une fis leur frmatin terminée. Le même phénmène tuche les prfessinnels qui, n'étant pas parvenus à se réintégrer ttalement dans leur pays d'rigine, décident de returner dans celui ù ils nt fait leurs études (Guadilla, 1996). Seln l'unesco, plus de africains titulaires d'un diplôme de 3 ème cycle universitaire vivraient en dehrs du cntinent et bursiers africains venus faire leurs études dans les pays de l'unin Eurpéenne n'nt pas regagné leurs pays d'rigine. La Banque Mndiale estime dans sn rapprt de 1995, que l'afrique a perdu un tiers de ses cadres entre 1960 et 1987, partis vers les pays

2 industrialisés et que universitaires et cadres de directin quittent encre le cntinent chaque année (Banque Mndiale, 1995 ; Kriks, 1997). Les études de Carringtn W.J. et Detragiache E. (1999) sulignent que les immigrants africains vers les Etats-Unis snt principalement des diplômés de l'enseignement supérieur. Le phénmène de "fuite de cerveaux" n'est pas nuveau et remnte aux années 1950 (Carringtn et Detragiache, 1999), à l'épque du départ massif des scientifiques et ingénieurs britanniques vers les Etats-Unis. Depuis, il est réservé aux migratins scientifiques du Sud vers le Nrd et plus récemment, à celles des scientifiques de l'est vers l'eurpe et les Etats-Unis. La migratin est favrisée par la plitique de séductin que mène les pays dévelppés vis-à-vis de ceux qu'ils nt frmés (bien suvent aux frais de leurs pays d'rigine). Avec évidence, il existe une crrélatin étrite entre le lieu de frmatin et les flux migratires des intellectuels. Afin de cntribuer au dévelppement humain dans le cntexte natinal u susréginal et à la réductin de la rétentin des diplômés par les pays du Nrd, de nmbreux pays d'afrique se snt engagés dans un prcessus de créatin (parfis de revitalisatin) des universités, des institutins réginales de frmatin prfessinnelle, et des centres natinaux et réginaux de recherches. Ces institutins snt ptentiellement les plus cmpétentes des pays d'afrique subsaharienne (i) pur mener des recherches qui enrichissent le savir par des cnnaissances nuvelles u qui acquièrent et adaptent les savirs aux cnditins lcales, (ii) pur favriser l'assimilatin et l'utilisatin des cnnaissances qui renfrcent les myens humains et (iii) pur s'investir dans les nuvelles technlgies qui prduisent des biens et des services. Malgré sn expansin quantitative, l'enseignement supérieur africain reste l'un des mins dévelppés au mnde. Cependant, il a cntribué à la frmatin de cadres pur la fnctin publique, pur les entreprises privées et pur l'enseignement. La crissance rapide des effectifs et la crise écnmique des années 1980, nt entraîné l'enseignement supérieur dans une crise prfnde et cmplexe qui a eu pur cnséquences la dégradatin des infrastructures et des équipements, la baisse sensible de la qualité de la frmatin et de la recherche, l'aggravatin du chômage des diplômés, la curse aux diplômes acquis à l'étranger et surtut la fuite des cerveaux favrisée par les cnditins internes déplrables (dégradatin des cnditins écnmiques et sciales, mauvaise guvernance, etc.) (De Carvalh, 1995 ; UNESCO, 1998c ; Assciatin des Universites Africaines, 1999). Face aux défis engendrés par la crise des universités africaines, et l'incapacité des pays africains de cncurrencer ceux du Nrd pur attirer et cnserver les cerveaux, les guvernements africains devrnt entreprendre une plitique plus vigureuse pur dévelpper des structures dynamiques de frmatin et de recherche, pur favriser l'insertin psitive des cadres frmés et pur encurager les cmpétences. Sinn la fuite des cerveaux hrs des pays africains risque de

3 s'accrître dans un avenir très prche en raisn de la mndialisatin des écnmies qui va de pair avec l'évlutin rapide des cnnaissances et des technlgies (Guadilla, 1996). La 4 e éditin d'afristech 99 tenue à Dakar (Mbdj, 1999), traitant du sujet, a fait plusieurs prpsitins : la cnciliatin de la science et de la technlgie avec le dévelppement (à l'exemple des pays d'asie), la créatin de centre d'excellence (frmatin de 3 e cycle) ù sernt mis en cmmun les ressurces humaines, matérielles et financières, la transfrmatin des fuites de cerveau en gain de cerveaux par des échanges péridiques inter-universitaires d'enseignantschercheurs et par l'enracinement des chercheurs dans les labratires natinaux qui devrnt être crrectement équipés. Seln sn Excellence Mr Abdu DIOUF, Président de la République du Sénégal, les guvernements nt un rôle à juer dans la créatin et la cnslidatin des capacités scientifiques et technlgiques natinales, en mettant en place "une plitique vigureuse de la Science, qui fasse tute sa place à la cpératin réginale et internatinale, un préalable nécessaire pur arrêter la fuite des cerveaux dnt l'afrique est victime". Pur que cette cpératin sit plus judicieuse, Mr Cheikh Mdib Diarra (1999) disait que "les pays devraient mettre en cmmun leurs maigres myens pur créer des institutins sus-réginales de frmatin et de recherche afin de cntribuer à la lutte cntre la fuite des cerveaux africains". Les institutins sus-réginales d'enseignement supérieur cnstitueraient alrs un dispsitif clé dans le plan stratégique de lutte cntre la fuite des cerveaux et de l'utilisatin des cerveaux là ù ils snt. C'est purqui, le rôle de dévelppement des capacités en santé et prductin animales que jue l'ecle Inter-Etats des sciences et Médecine vétérinaires (EISMV) de Dakar sera pris en exemple, avant d'analyser les facteurs qui peuvent influencer l'exde des cmpétence et les perspectives pur le renversement de la tendance. I- Dévelppement des capacités à l'ecle Inter-Etats Des Sciences Et Médecine Vétérinaires (EISMV) de Dakar L'Ecle Inter-Etats des Sciences et médecine Vétérinaires (EISMV) de Dakar (Sénégal) est un établissement d'enseignement supérieur, de recherche, et de frmatin prfessinnelle, créé en 1968 par 13 états africains francphnes au sud du Sahara. Elle a fnctinné d'abrd cmme Institut de l'université de Dakar de , avant de prendre sn autnmie cmplète en Dès lrs, les états membres nt décidé d'en faire une institutin sus-réginale et de prendre ttalement en charge sn fnctinnement. L'EISMV est alrs devenue un util de cpératin et d'intégratin sus-réginale et internatinale. Sa missin première et principale est (i) de mettre à la dispsitin des pays africains des Dcteurs vétérinaires entièrement frmés avec et dans les réalités de

4 leurs régins, (ii) d'appuyer et de stimuler la recherche qui permet de résudre les prblèmes dans la filières de l'élevage au niveau des états. De 1968 au 31 décembre 2 000, l'eismv a frmé 738 dcteurs vétérinaires dnt 52 filles (tableau I). Les effectifs d'étudiants nt cnnus une fluctuatin au curs des années avec une baisse entre 1993 à 1998 à cause de l'arrêt du recrutement dans les fnctins publiques des états. Les prgrammes de recherche nt également évlué pur s'engager dans le prcessus de dévelppement durable de l'élevage : améliratin de la santé et des prductins animales, gestin pastrale dans le cadre de la lutte cntre la désertificatin. Tableau I : Dcteurs vétérinaires frmés de 1968 à la fin de l'an 2000 par pays AFRIQUE DE L'OUEST 537 Bénin 59 (8 filles) Burkina 71 (4 filles) Côte D'Ivire 17 (2 filles) Mauritanie 07 Niger 69 (2 filles) Sénégal 238 (29 filles) Tg 76 (2 filles) AFRIQUE CENTRALE 192 Camerun 83 (1 fille) Rép.Centrafrique 17 (1 fille) Cng 16 Gabn 09 Rwanda 39 (1 fille) Tchad 28 AUTRES 9 Djibuti 01 France 03 (1 fille) Ethipie 02 Madagascar 01 (fille) Rép. Démcratique du Cng 1 Burundi 1 TOTAL 738 (52 filles) Surce : Rapprt Cnseil d'etablissement EISMV, 2001

5 Mais, à l'instar des autres institutins de l'enseignement supérieur des pays africains, l'évlutin de l'eismv, au début des années 1990, a été caractérisée par une frte réductin des ressurces financières qui ne suffisent plus pur répndre aux exigences engendrées par le fnctinnement de l'établissement et par l'augmentatin brutale des effectifs. Plusieurs pays membres accumulent des arriérés de frais de sclarité qui s'élèvent au 10 juin 2001 à 1,745 milliards de Francs CFA (EISMV, 2001). Peut-n frmer des cadres gratuitement u à crédit? Pur faire face à ces défis, l'eismv a entrepris depuis 1994, de définir de nuvelles rientatins, de revir le prfil du dcteur vétérinaire frmé à travers une prfessinnalisatin accrue de l'enseignement, une diversificatin de la frmatin, et un suivi de l'insertin des diplômés de manière à être en phase avec la nuvelle dnne de l'empli et du cntexte sci-écnmique difficile. Cette réfrme est cntenue dans le prjet d'établissement né à la suite de l'audit internatinal de Le Prjet a pur bjectif principal de faire de l'ecle un pôle réginal de cmpétences pur la frmatin et la recherche en médecine vétérinaire et en prductins animales trpicales. Le plan stratégique est articulé autur de la pertinence et la qualité de l'enseignement, le financement et la cpératin. Avec la décisin prise en 1995 (EISMV, 1995), l'eismv s'est vue cnfiée, en cmplémentarité de sn mandat premier, qui est la frmatin initiale des dcteurs vétérinaires, de nuvelles missins, à savir : la frmatin cntinue et les recyclages des cadres, des agents et des rganisatins prfessinnelles de l'élevage; la frmatin pst-universitaire avec la créatin d'un 3 ème cycle en prductin animale qui a uvert ses prtes en avec 16 cadres africains et qui est cnsidéré par la Cnférence des recteurs des Universités francphnes d'afrique et de l'océan Indien (CRUFAOCI) cmme un centre d'excellence ; l'ingénierie et l'expertise, à travers la créatin d'un Bureau d'etudes pur permettre à l'eismv de mettre ses cmpétences au service des Etats et des Organisatins Prfessinnelles d'eleveurs (OPE), aux enseignants de pratiquer des activités cncrètes de terrain pur une meilleure qualité de l'enseignement et une harmnisatin du cntenu des prgrammes de frmatins avec les prblèmes réels africains, aux stagiaires diplômés de l'eismv de dispser d'un cadre pératinnel de pratique prfessinnelle; l'observatire des Métiers de l'elevage (OME) qui permet à l'ecle d'avir un système de réseautage avec les diplômés vétérinaires srtis de l'eismv, avec les Organisatins prfessinnelles d'eleveurs (OPE), les bailleurs de fnds, destiné à mesurer l'évlutin des qualificatins, à favriser l'insertin prfessinnelle des diplômés et à gérer des infrmatins sur le dévelppement des filières de prductins animales dans le but - de prendre en cmpte la relatin frmatin-qualificatinempli - de créer un répertire sur les vétérinaires africains spécialisés et

6 d'avir les dnnées statistiques sur l'évlutin du taux d'insertin des diplômés vétérinaires dans les états membres (meilleures intégratin des diplômés) afin de dévelpper des échanges de cmpétences - de recueillir des dnnées statistiques sur l'évlutin du cheptel de manière à élabrer les indicateurs de prductin et de santé - de prmuvir les rganisatins Prfessinnelle d'eleveurs pur renfrcer leur capacités. A cet effet, l'eismv a cntribué à la créatin à Nuakchtt en 1999, de l'unin Inter- Africaines des rganisatins prfessinnels d'eleveur dnt le siège prvisire est installé à l'eismv; la recherche-dévelppement autur de prjets fédérateurs axés sur les préccupatins des états membres en matière de médecine vétérinaire et de dévelppement durable des prductins animales. Dans la mise en euvre de tutes ces activités, l'ecle a dévelppé un imprtant réseau de cpératin internatinale et de partenariat avec les chercheurs des institutins du Nrd (France, Belgique, Italie, Canada), celles du Sud (Tunisie, Marc, Burkina Fas, Bénin...), les rganisatins réginales et sus-réginales (CEDEAO, CILSS, UEMOA) et les partenaires au dévelppement cnfrmément à la décisin numér 3 du Cnseil d'administratin (CA) de 1995 (EISMV, 1995), pur pallier sa faible masse critique quantitative et qualitative dans certains dmaines de l'enseignement et de la recherche. Cette cllabratin étrite permet à l'eismv d'utiliser les cmpétences africaines présentes en Afrique u dans les pays du Nrd pur srtir de l'islement scientifique et pur dévelpper sa capacité scientifique et technique. Par ailleurs, l'eismv anime plusieurs fis par an (2 à 3 fis) des rencntres, ateliers et séminaires réunissant des experts africains et étrangers u des prducteurs sur des thèmes liés à la santé, à la prductin animale u à l'rganisatin des prfessinnels de l'élevage. Elle a également bénéficié du financement de partenaires imprtants cmme la France. Elle s'est dtée d'un cadre et de structures dnt le fnctinnement est régi par des textes qui nt été adptés par le Cnseil d'administratin de l'institutin Parmi ces myens mis en place, citns : les instances de l'eismv représentées par le Cnseil d'administratin, le Cnseil d'etablissement, le Cnseil du crps enseignant et d'autres rganes tels que le Cnseil scientifique, le cnseil pédaggique, le cnseil de discipline, le cmité de cncertatin pur ne citer que ceux là l'rganisatin administrative et pédaggique allégée qui cmprte un directeur assisté de 3 crdnnateurs, de deux chefs de départements d'enseignements (Département santé Publique et Envirnnement, Département sciences bilgiques et prductins animales) et d'un département d'appui (département de cmmunicatin); l'équipement et le renfrcement des capacités fnctinnelles des labratires;

7 la créatin d'une cmmissin interne de frmatin, de suivi et d'évaluatin pédaggique des enseignants dnt la prmtin se fait dans le cadre du Cnseil Africain et Malgache de l'enseignement (CAMES); la créatin d'un Bureau d'etudes destiné à la réalisatin des prestatins de services pur garantir les apprts pédaggiques indispensables à la prfessinnalisatin de la frmatin; le dévelppement d'un partenariat et d'une cpératin inter-universitaire avec certaines institutins du Nrd, ntamment en France, en Belgique, en Italie, au Canada, mais aussi avec des institutins du Sud particulièrement avec la Tunisie, le Marc, le Burkina Fas, le Mali, le Bénin, etc. dans le but d'utiliser les cmpétences africaines u d'ailleurs et aussi de srtir l'écle de l'islement scientifique et technique; le dévelppement d'une cllabratin étrite avec les partenaires au dévelppement, les institutins internatinales et les rganisatins réginales et sus-réginales africaines tels que la Cmmunauté Ecnmique Des Etats d'afrique de l'ouest (CEDEAO), le Cmité Permanent Inter-Etats de Lutte cntre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS), l'unin Ecnmique et Mnétaire Ouest Africaine (UEMOA) et l'oua, cnfrmément à la décisin numér 3 du CA de 1995; l'améliratin des ressurces financières prvenant des cntributins de slidarité des états membres, des frais de sclarités et d'inscriptin des étudiants, des fnds spéciaux et des fnds de recherches, des ressurces prpres générées par le fnctinnement des labratires, la frmatin cntinue et pst-universitaires et les expertises. Au résultat, le prcessus en curs à l'eismv de Dakar, veut (1)- créer au sein de l'établissement une paix sciale, et avec l'extérieur un raynnement de cnfiance quant à la capacité de l'institutin à dnner une frmatin de qualité et à mener des expertises u des actins de recherches pertinentes pur le dévelppement des ressurces animales, pur la lutte cntre la désertificatin, pur la lutte cntre la pauvreté rurale et pur la sécurité alimentaire (2)- frmer dans le cntexte lcal et sus-réginal des dcteurs vétérinaires cmpétents qui repartent dans leur pays d'rigine pur renfrcer les capacités des institutins natinales (3)- utiliser les cmpétences extérieures à travers un réseau d'échange inter-universitaire (maillage électrnique et missins de curte durée) avec les institutins du Nrd pur l'enseignement et la recherche dans le cadre de la frmatin des frmateurs et étudiants (4)- établir une bases de dnnées des cmpétences de vétérinaires diplômés de l'eismv installés dans les pays membres u ailleurs pur un réseautage permettant de frmuler des plitiques de dévelppement de l'élevage (5)- faciliter l'insertin des diplômés dans le mnde du travail et tenter de les maintenir là ù ils snt pur le renfrcement des capacités de dévelppement des Etats. En 1996, les résultats analysés à partir d'une enquête réalisée au Sénégal et au Bénin mntrent que les vétérinaires nt tus un empli 3 ans après l'btentin de leur diplôme et seulement 0,6% nt migré à l'étranger (EISMV, 1997) (6)- créer des pprtunités de frmatins spécialisées pur les prfessinnels.

8 Au ttal, l'eismv bénéficie d'une expérience dans les prgrammes de dévelppement des capacités cncernant la prductin et santé animales et dans les prgrammes d'insertin et de rétentin des diplômés au niveau des pays. Tutefis, cette situatin financière encurageante reste cependant très fragile et ne purra se cnslider de manière durable que si les Etats assument leur respnsabilité en investissant dans la frmatin de leurs cadres vétérinaires : leur seul devir étant de s'acquitter de leur cntributin de slidarité et des frais de sclarité de leurs étudiants respectifs. Cmme aime le dire le Directeur de ntre Ecle, aucune frmatin n'est gratuite (Kabret, 2001). II- Les facteurs d'influence dans la stratégie de L'EISMV Le prcessus en curs à l'eismv, caractérisé par la rénvatin du cntenu et la réfrme de la méthde d'enseignement, la frmatin de diplômés "nn chômeurs", l'appui aux structures u rganisatins spécialisées dans les pays membres pur la rétentin des cerveaux, se veut le renfrcement de l'intégratin réginale, l'améliratin de la pertinence et de la qualité de l'éducatin, celui de la frmatin et recherche pur préparer les cmpétences africaines à nn seulement résister à l'influence de la mndialisatin, mais à cntribuer au dévelppement de l'afrique marginalisée écnmiquement (Kabret, 2001). Cependant, pur garantir l'expérience en curs, qui se veut être un prgramme d'insertin, de rétentin des cadres supérieurs africains et d'inversin de la tendance à la migratin des cerveaux africains, les états membres devraient d'un côté assurer la respnsabilité du financement des institutins et la mise à leur dispsitin de myens matériels et humains, et de l'autre ffrir aux diplômés des situatins qui répndent aux aspiratins prfndes de ceux qui nt acquis un haut niveau de qualificatin. Le retur des diplômés u des prfessinnels dans leurs pays, dit être encuragé et facilité par la mise en place d'un cadre de travail prpice à l'épanuissement humain et de prcédures bureaucratiques assuplies. Par ailleurs, il ne faut favriser l'envi des étudiants u prfessinnels à l'étranger que seulement dans les dmaines priritaires dnt la filière de frmatin n'existe pas en Afrique et ù les Etats suhaitent avir des cmpétences qui renfrcent les institutins, plutôt que de faciliter le perfectinnement d'individus qui faute d'attaches prfessinnelles risqueraient de ne pas revenir (Guadilla, 1996). Un des facteurs les plus sérieux incitant les étudiants et les prfessinnels à quitter leurs pays d'rigine réside dans la mauvaise qualité et la "pauvreté" des institutins d'éducatin supérieure et des universités sur le cntinent. De multiples prblèmes (Assciatin des Universites Africaines, 1999 ; Banque Mndiale, 1999 ; UNESCO 1998a), du reste cmplexes, minent le système éducatif africain au niveau natinal u sus-réginal d'une part et cnstituent une entrave au retur des cadres d'autre part: ce snt : - (i) le nivellement des mdèles écnmique, plitique, scial et culturel des pays en dévelppement sur des exemples et des tendances qui émanent des pays industrialisés - (ii) le préjugé favrable de

9 cmpétence et de prestige de faire appel et de payer à prix frt des experts u des assistants techniques étrangers, généralement des pays du Nrd pur des fnctins dans un envirnnement de travail africain - (iii) la mauvaise perfrmance des écnmies natinales, les plitiques natinales déficientes, les systèmes éducatifs et structures hiérarchiques inadaptées aux réalités lcales, l'ingérence plitique dans les travaux des universités et des institutins, l'inertie bureaucratique et l'incapacité de l'écnmie natinale à répndre aux aspiratins de ceux qui nt acquis un haut niveau de qualificatin et leur ffrir des situatins d'empli en cnséquence (Guadilla, 1996) - (iv) les cnflits et pays en guerre - (v) le nn respect de l'indépendance des enseignants-chercheurs - (vi) le mandarinat qui renfrce l'empli précaire - (vii) les situatins cnflictuelles et le lbbying dans les institutins - (vii) le renfrcement de la hiérarchie en situatin de mnple étuffant tute cncurrence. Enfin, seln Pierre Adjété (Adjété, 1997) d'afrique Tribune, pur éviter la fuite des intellectuels de haut niveau vers d'autres hrizns plus attractif, il est surtut questin de la recnnaissance des cmpétences africaines et de leur rémunératin à leur juste valeur. Cette situatin met les pays du Nrd en bien meilleure psture que les pays africains pur attirer et cnserver les intellectuels hautement qualifiés. Des études récentes prévient que les pays dévelppés vnt avir besin d'un nmbre crissant de prfessinnels (envirn deux fis plus que n'en purrnt prduire leurs systèmes éducatifs). Il est par cnséquent urgent que les pays d'afrique entreprennent des refrmes tendant à dnner plus de respnsabilité aux africains dans la définitin de leur besin de dévelppement, au renfrcement des institutins universitaires natinales et réginales (UNESCO 1998a). III- Les pérpectives africaines pur le renversement de la tendance à l'exde des cmpétences La cntinuité du phénmène des fuites des cerveaux africains met en péril l'avenir du cntinent et accentue encre les disparités de niveau de dévelppement entre l'afrique et le reste du mnde. En dépit d'une assistance technique au dévelppement, l'afrique cntinue de suffrir d'un manque de ressurces humaines qualifiées. Les plitiques d'ajustement structurel prpsées par les institutins de Brettn Wds et les prgrammes de frmatin du capital humain entrepris par les états africains nt dnné des résultats lin d'être éclatants. Les tendances mntrent que, l'afrique ne cmpte que 0.36% des scientifiques du mnde et sa prductin scientifique mndiale a été de 0.3% en 1990 (ONU, 1999 ; Thalif Deen, 1999), pendant que l'amérique du Nrd en furnit 38.4%, les dépenses dans le secteur de la Recherche-Dévelppement représentent envirn 0,3% du PIB cmparées à l'amérique du nrd qui en dépense 2,5% de sn PIB (UNESCO, 1998b), la part des dépenses publiques cnsacrée à l'educatin est en baisse dans plusieurs pays cmme au Camerun passant de 16% à 10.25% entre 1985 et 1995, au Burkina de 17.5% à 13% de 1990 à 1995 (UNESCO, 1997), les effectifs sclaires, particulièrement ceux dans l'enseignement Supérieur, nt été multipliés par près de huit et les élèves snt devenus de plus en plus exigeants

10 (Banque Mndiale, 1999), le taux de crissance de l'empli fficiel est en chute libre passant de 2.8 % dans les années 1980 à 1% au curs des années 1990, l'indice de la pauvreté s'est accru de 4 à 10 pints de purcentage seln les pays (Mkandawire et Slud, 1999). De plus, la dette extérieure de l'afrique Subsaharienne a plus que dublé pur atteindre aujurd'hui plus de 200 milliards de dllars U.S sit 120% du PIB et 234% des recettes d'exprtatin, Afrique du Sud exclue, la crissance démgraphique de l'rdre de 2,9% prend le dessus sur la crissance de la prductin (Mkandawire et Slud, 1999 ; PNUD, 1999). Cependant, une analyse rapide des grandes tendances du dévelppement en ce début du 3 e millénaire, dnne l'espir que l'afrique sera marquée par plus de démcratie avec une bnne guvernance, par la mndialisatin des écnmies et du dévelppement des nuvelles technlgies, par l'utilisatin du savir pur le dévelppement grâce à des plitiques favrisant l'acquisitin, l'assimilatin et la transmissin des cnnaissances (Banque Mndiale, 1999). Au delà des mtifs, des vlntés s'expriment uvertement au niveau des guvernements africains pur renverser la tendance du déplacement des intellectuels. Le Sénégal qui veut prmuvir la Science dans la cpératin pur le dévelppement a initié la créatin d'un Technple ù purrnt se criser enseignants, chercheurs, banquiers et industriels. L'Académie des Sciences du Tiers Mnde apprte sa cntributin à la lutte cntre la fuite des cerveaux africains en mettant à la dispsitin des scientifiques des pays en dévelppement des myens matériels adéquats et en favrisant les échanges et la cllabratin entre chercheurs et entre les institutins de recherches. La stratégie à mettre en euvre pur éviter la fuite des cmpétences africaines, favriser leur retur u les utiliser dans leur lieu de migratin impse une cnjugaisn d'effrt entre les guvernements, les bailleurs de fnds, les institutins internatinales, réginales et sus-réginales en charge de la migratin et du dévelppement des cmpétences et des capacités. Les actins cncrètes cnsisternt à : Dnner la pririté aux études dctrales et pst-dctrales à travers la créatin de centre d'excellence ù sernt mis à cntributin les cadres et prfessinnels installés à l'étranger; Créer un répertire des cadres supérieurs en migratin à l'étranger; Favriser les échanges et la cllabratin entre prfessinnels spécialisés restés aux pays et ceux en migratin à l'étranger grâce à la créatin d'un système de réseautage utilisant les nuvelles technlgies de l'infrmatin et cmmunicatin (NTIC). L'Ecle Inter-Etats des Sciences et Médecine vétérinaires (EISMV) est un Centre d'excellence sus-réginal en prductin et santé animales. Elle bénéficie d'une expérience dans les activités de dévelppement des ressurces humaines, dans les

11 activités d'échange avec des persnnes ressurces des universités et institutins de recherche du Nrd et d'afrique, et dans l'établissement d'une base de dnnées des cmpétences pur la filière prductin et santé animales. Elle purra valablement cntribuer au niveau réginal Afrique de l'ouest et du Centre, à la mise en euvre d'un prgramme de dévelppement des capacités et de rétentin des cmpétences u de l'utilisatin et la valrisatin de celles, ntamment dans le dmaine du dévelppement rural qui vivent à l'étranger. Cnclusin L'Afrique est arrivée à une charnière ù elle dit faire des chix cruciaux afin de prendre la respnsabilité de sn dévelppement dans un mnde de plus en plus intercnnecté et désrmais sumis à une cmpétitin écnmique, plitique et technlgique sans merci. La fuite des cerveaux n'est qu'un symptôme d'une maladie beaucup plus grave qui affecte le cntinent ; le mal dévelppement. L'Afrique en vulant cpier le système éducatif du Nrd a accentué les défauts. Il est par cnséquent nécessaire de recentrer la plitique de frmatin et de recherche sur les capacités lcales et les besins réels. Les faibles myens de l'afrique militent en faveur du regrupement en pôle d'excellence sus-réginale dnt les capacités devrnt être renfrcées pur qu'il cntribue à "fixer" dans leur pays, les intellectuels de haut niveau en favrisant des échanges et des cllabratins. L'EISMV de Dakar se veut être un exemple à travers sn prgramme de dévelppement des cmpétences, de dévelppement des capacités d'insertin et de rétentin de ses diplômés dans la filière élevage. Bibligraphie Adjété, P. (1997). "Cerveaux". Afrique Tribune. vl.3- n.63. Assciatin des Universites Africaines. (1999). "L'Enseignement supérieur en Afrique : une stratégie pur l'avenir" Lettre d'infrmatin de l'adea. 11 (1),1-3. Banque mndiale. (1995). Rapprt sur le dévelppement dans le mnde 1995 : Le mnde du travail dans une écnmie sans frntières. Washingtn. Banque Mndiale. (1999). Rapprt sur le dévelppement : le savir au service du dévelppement. Paris : éditins ESKA. Carringtn, W.J. et Detragiache, E. (1999) "Quelle est l'ampleur de l'exde des cerveaux?" Finances & Dévelppement. (juin), Deen, Thalif. (1999) "Develpment-Africa : Best and Brigntest Head West". Wrld News/IPS 10 février; 1999.

12 De Carvalh, N. (1995). "Quelques réflexins sur la cpératin en Afrique subsaharienne". Le Currier Acp-Ue. n. 154, (nvembre-décembre), Diarra, Ch. M. (1999). "Les Cerveaux africains expatriés : un investissement stratégique". Le Sleil (lundi 29 nvembre) Ecle Inter-Etats des Sciences et Médecine Vétérinaires - EISMV. ( (2001). Rapprt du Cnseil d'etablissement. Dakar (12-13 juin 2001). EISMV. (1997). Prblématique de viabilité de l'eismv de dakar. Séminaire de valrisatin des ressurces humaines de l'eismv, Saly Prdudal, (Sénégal). (mars) EISMV. (1995). Rapprt du Cnseil d'administratin. Dakar. Guadilla, C.G. (1996) "L'exde des cerveaux : un phénmène Sud-Nrd aux prprtins alarmantes". Le Currier de l'unesco (ctbre). Kabret, Y.Y. (2001) Mndialisatin et frmatin des cadres en Afrique. Discurs de 4 ème Rentrée slennelle de l'eismv. Dakar, Kriks, Antnia. (1997). "Afrikanische Akademiker in der Dauerkrise" E+Z Entwicklung und Zusammenarbeit n.9, septembre, [http://www.dse.de/zeitschr/ez997-3.htm] Mbdj, I. (1999). "4 e Editin AFRISTECH" Le Sleil n (Mardi 23 nvembre). Mkandawire, Th et Slud, Ch. C. (1999) Ntre Cntinent, ntre avenir: perspectives africaines sur l'ajustement structurel. CODESRIA/CRDI, Dakar, ONU. (1999). Cmmuniqué de presse SG/SM/6891, DEV/2200 SAG/21 du 03/02/99. Prgramme des Natins Unies pur le dévelppement - PNUD. (1999). Frum sur la Guvernance: cadre cnceptuel. [http://www.pnud.mr/guvernance/index.html]. UNESCO. (1997). Bureau Reginal pur L'Educatin en Afrique. Rapprt sur l'état de l'éducatin en Afrique. Dakar : BREDA. UNESCO. (1998a). Bureau Reginal pur L'Educatin en Afrique. Enseignement supérieur en Afrique : réalisatins, défis et perspectives. Dakar : BREDA.

13 UNESCO. (1998b). Rapprt mndial sur la science Editins UNESCO. [http://up.unesc.rg/bkdetails.asp?id=2511] UNESCO. (1998c). "L'Enseignement supérieur pur une nuvelle Afrique : la visin des étudiants Frum des Assciatins d'etudiants en Afrique sur l'enseignement Supérieur au 20ème siècle Accra (23-25 mars 1998). Yalacé KABORET est prfesseur, dcteur vétérinaire et agrégé de pathlgie. Il est chef du service de pathlgie médicale, anatmie pathlgie et cliniques ambulantes, et chef du département cmmunicatin de l'ecle Inter-Etats des Sciences et Médecine Vétérinaires (EISMV) de Dakar. Il est enseignant de pathlgie vétérinaire à l'eismv de Dakar et enseignant visiteur de pathlgie trpicale à l'institut Vétérinaire trpical (IVT) de l'université de Liège. Ses activités de recherche-dévelppement antérieures cncernent l'épidémilgie et l'analyse des facteurs étilgiques des maladies des animaux d'élevage (ruminants dmestiques, vlailles ). Ses activités en curs prtent sur l'améliratin des capacités de cmmunicatin et d'infrmatin des cmmunautés pastrales pur une utilisatin raisnnée des ressurces pastrales dispnibles. Mettant sn expertise à la dispsitin des Etats et des Organisatins natinales u sus-réginales, il a beaucup vyagé en Afrique et il a participé à de nmbreuses Cnférences et ateliers sus-réginaux u réginaux. Au nmbre de ses articles, n relèvera: "Impact des maladies animales sur la cmpétitivité du bétail en Afrique de l'ouest" Rapprt atelier, Abidjan du sept. 2001; "Mndialisatin et frmatin des cadres en Afrique" Discurs de rentrée slennelle, EISMV, févier 2001; "Gestin ratinnelle des espaces pastraux et dévelppement des cultures furragères en Afrique" Prceeding in Wrkshp n "A netwrk fr the prmtin f ratinal use f rangelangs and the develpment f fdder crps in the cntext f reginal actin prgramme t cmbat desertificatin in Africa." Addis-Ababa (Ethipia), 4-7 Aût

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education

MINISTERE DE L EDUCATION. Institut National des Sciences de l Education 1 MINISTERE DE L EDUCATION Institut Natinal des Sciences de l Educatin Prjet de cpératin relatif au dévelppement des stratégies visant à réduire le taux d échecs et d abandns dans l enseignement de base

Plus en détail

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse

Fiche programme Bureau Aquitaine Europe. Le programme Jeunesse en action 2007 2013. Jeunesse Fiche prgramme Bureau Aquitaine Eurpe Le prgramme Jeunesse en actin 2007 2013 Jeunesse Le prgramme eurpéen Jeunesse en Actin sutient des prjets à but nn lucratif à l intentin de jeunes âgés de 15 à 28

Plus en détail

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR. Pr Bertrand MBATCHI, SG/CAMES

CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR. Pr Bertrand MBATCHI, SG/CAMES CONSEIL AFRICAIN ET MALGACHE POUR L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Pr Bertrand MBATCHI, SG/CAMES Cnférence internatinale DAAD/CAMES/UNESCO, Dakar (Sénégal) 13-15 nvembre 2014 Smmaire I. A prps du CAMES II. Elabratin

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif

CAHIER DES CHARGES Consultation expert en investissement participatif CAHIER DES CHARGES Cnsultatin expert en investissement participatif Date de publicatin : 06/04/2014 Date de reprt des candidatures : 10/01/2014 à 13h00 Le présent cahier des charges a pur bjet une missin

Plus en détail

Fiche de projet pour les institutions publiques

Fiche de projet pour les institutions publiques Fiche de prjet pur les institutins publiques Infrmatins pratiques Nm de l institutin publique ayant intrduit le prjet: SPF Technlgie de l'infrmatin et de la Cmmunicatin (Fedict). Nm du prjet : egv Mnitr

Plus en détail

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste

Programme Eau, Climat et Développement pour l'afrique. Termes de référence pour le recrutement d un Expert Socio/agro-économiste Prgramme Eau, Climat et Dévelppement pur l'afrique Termes de référence pur le recrutement d un Expert Sci/agr-écnmiste Dans le cadre de l élabratin de l étude sur l intégratin des impacts du changement

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Ressources Humaines FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES Fnctin : Chef de Divisin Ressurces Humaines Versin : FONCTION : CHEF DE DIVISION RESSOURCES HUMAINES DÉPARTEMENT : Département Ressurces DIVISION : Divisin Ressurces Humaines SERVICE : / RESPONSABLE HIÉRARCHIQUE

Plus en détail

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale

Chap 10 : L évaluation et la valorisation du potentiel de l équipe commerciale Chap 10 : L évaluatin et la valrisatin du ptentiel de l équipe cmmerciale I. L évaluatin du ptentiel de l équipe A. Les enjeux de l évaluatin Les enjeux : Pur l évaluateur : Faire le bilan de l année :

Plus en détail

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES

B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES B.T.S. MANAGEMENT DES UNITÉS COMMERCIALES A) CHAMP D'ACTIVITÉ Le titulaire du BTS Management des unités cmmerciales a pur perspective de prendre la respnsabilité de tut u partie d'une unité cmmerciale

Plus en détail

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel

Terrain de jeu Analogie au sport professionnel Terrain de jeu Analgie au sprt prfessinnel USO : US Oynnax Rugby : management dans le sprt Le 9 décembre 2009, Olivier Nier, entraîneur de l USO, Pr D2 de rugby, réalisait dans le cadre d une cnférence

Plus en détail

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer

Maison pour l Autonomie et l Intégration des malades d Alzheimer Maisn pur l Autnmie et l Intégratin des malades d Alzheimer «L enjeu est de mettre fin au désarri des familles qui ne savent à qui s adresser et qui snt perdues dans de nmbreux dispsitifs mal articulés

Plus en détail

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES

OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES INTERREG ----- OUTILS DE FINANCEMENT CITOYENS POUR LES PROJETS DE DEVELOPPEMENT TERRITORIAL ----- Dépôt début Mars 2013 Validatin Sept 2013 DECEMBRE 2012 1 LE CONTEXTE GENERAL Les entreprises de l Ecnmie

Plus en détail

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes:

Pour répondre au besoin de sécurité juridique et de prévisibilité, la Loi type devrait traiter des questions suivantes: Descriptin de la prpsitin du Canada cncernant l élabratin d une Li type sur les règles de cmpétence et de cnflits de lis en matière de cntrats de cnsmmatin dans le cadre de la CIDIP-VII Dans le cadre de

Plus en détail

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB)

Charte de l Association Suisse de Portage des Bébés (ASPB) Charte de l Assciatin Suisse de Prtage des Bébés (ASPB) 1. Rôle et missin L ASPB est une assciatin à but nn lucratif et indépendante de tutes marques,qui suhaite prmuvir un prtage respectueux du dévelppement

Plus en détail

Chap I : Economie d'entreprises

Chap I : Economie d'entreprises Chap I : Ecnmie d'entreprises Au sens large, le terme entreprise s'utilise pur des prjets uniques mais d'apparence risquée u difficile (par exemple, un grand vyage u une recherche scientifique), car il

Plus en détail

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes :

Coefficient 4. L ACRC est validé par le contrôle des compétences suivantes : BTS MUC CCF Finalités et bjectifs E5 ANALYSE ET CONDUITE DE LA RELATION COMMERCIALE Cefficient 4 Cette épreuve permet d évaluer les aptitudes du candidat à prendre en respnsabilité des activités curantes

Plus en détail

Intitulé Ingénieur diplômé de l Ecole Centrale de Lille, spécialité Génie Industriel et Entrepreneurial (Ingénieur Manager Entrepreneur)

Intitulé Ingénieur diplômé de l Ecole Centrale de Lille, spécialité Génie Industriel et Entrepreneurial (Ingénieur Manager Entrepreneur) Répertire Natinal des Certificatins Prfessinnelles Résumé descriptif de la certificatin Intitulé Ingénieur diplômé de l Ecle Centrale de Lille, spécialité Génie Industriel et Entrepreneurial (Ingénieur

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

VERSION au 09 01 2014. Projet du CNOSF pour le sport français. Une ambition : «Passer d une nation de sportifs à une nation sportive»

VERSION au 09 01 2014. Projet du CNOSF pour le sport français. Une ambition : «Passer d une nation de sportifs à une nation sportive» VERSION au 09 01 2014 Prjet du CNOSF pur le sprt français Une ambitin : «Passer d une natin de sprtifs à une natin sprtive» Une clé : «Rénver le mdèle sprtif français» Faire du sprt un élément central

Plus en détail

ALL Arts, Lettres, Langues. Information Communication Culture

ALL Arts, Lettres, Langues. Information Communication Culture Niveau : MASTER année Dmaine : Mentin : ALL Arts, Lettres, Langues Infrmatin Cmmunicatin Culture M2 Spécialité : Master 2 Recherche, «Cmmunicatin et médiatins» 120 ES Vlume hraire étudiant : 100 h 38 h

Plus en détail

Réunion sur les enjeux agricoles et alimentaires en Afrique de l Ouest :

Réunion sur les enjeux agricoles et alimentaires en Afrique de l Ouest : Initiative cnjinte de la Présidence française de l UE et de la Cmmissin de la CEDEAO Réunin sur les enjeux agricles et alimentaires en Afrique de l Ouest : La plitique agricle réginale de l Afrique de

Plus en détail

Qualité et équité de l éducation biculturelle du département de Puno Pérou

Qualité et équité de l éducation biculturelle du département de Puno Pérou Qualité et équité de l éducatin biculturelle du département de Pun Péru 1. Lcalisatin Le prjet se dérule dans les villes de Pun et Azangar, sur les rives du lac Titicaca, dans le département de Pun, au

Plus en détail

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL

ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 1 ANADEF CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL Charte des grupes de travail 2 CHARTE DES GROUPES DE TRAVAIL SOMMAIRE PREAMBULE OBJET DES GROUPES DE TRAVAIL CREATION ET DISSOLUTION

Plus en détail

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC

IDENTIFICATION DU POSTE. N de l emploi : Contractuel. Intitulé du poste : Chargé de mission FC DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES 34, Avenue Carnt - B.P. 185-63006 CLERMONT-FERRAND CEDEX 1 FICHE DE POSTE IDENTIFICATION DU POSTE N de l empli : Cntractuel Intitulé du pste : Chargé de missin FC FILIERE

Plus en détail

1 er Concours Créateurs/jeunes entreprises. Dossier de Presse. Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire

1 er Concours Créateurs/jeunes entreprises. Dossier de Presse. Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire 1 er Cncurs Créateurs/jeunes entreprises Dssier de Presse A l ccasin du premier anniversaire de la Pépinière d entreprises de Cœur d Estuaire, la Cmmunauté de

Plus en détail

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU

LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU LA GESTION DES RISQUES DANS LE RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX Présenté dans le cadre du prgramme QUEOPS-I du département d administratin de la santé de l Université de Mntréal Dcument préparé

Plus en détail

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0

PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 PLATEFORME GREETERCITY.COM 2.0 FICHE TECHNIQUE DECEMBRE 2010. LE CONTEXTE Les utils de cmmunicatin et de gestin dévelppés par les rganisatins de greeters de par le mnde snt assez cmparables : Chaque rganisatin

Plus en détail

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016

Recommandations de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain au gouvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Recmmandatins de la Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain au guvernement du Canada en vue du budget fédéral 2016 Juillet 2015 1 Préambule La Chambre de cmmerce du Mntréal métrplitain (la Chambre) cmpte

Plus en détail

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique?

ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service informatique ou service technique? ORGANISATION POUR LA MISE EN PLACE D UN SIG Exemple de la ville de Nanterre Service infrmatique u service technique? Lrs de la mise en place d un système d infrmatin gégraphique, une questin se pse suvent

Plus en détail

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1

DSP compétences professionnelles région NPC Groupe de travail n 1 DSP cmpétences prfessinnelles régin NPC Grupe de travail n 1 Identificatin des mdalités de mise en œuvre pératinnelle par les pérateurs futurs délégataires Questin : Eléments de répnse Exemples : 2 Faciliter

Plus en détail

ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER

ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER Sessin Interentreprises «Cnstruire et négcier l accrd d entreprise Frmatin & GPEC» - suite Réfrme FPC 5 mars ANIMATION D UNE SESSION DE FORMATION INTER «METTRE EN PLACE UN ACCORD D'ENTREPRISE FORMATION/COMPETENCES»

Plus en détail

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE

Parc urs. Séminaire d accueil (0,5 jour) Gestion des organisations. Management et communication. Gestion de production. Amélioration continue QSE MANAGER INTERMEDIAIRE GESTION DE PROJET GESTION DES ORGANISATIONS RH ET DROIT SOCIAL QSE MANAGEMENT ET COMMUNICATION AMELIORATION CONTINUE GESTION DE PRODUCTION Séminaire d accueil (0,5 jur) Gestin des

Plus en détail

I - P R E A M B U L E

I - P R E A M B U L E I - P R E A M B U L E La SIDI a achevé, fin 2008, la mise en œuvre de sn plan triennal 2006/2008, dans le cadre duquel elle s était fixée cmme prirités de cibler le mnde rural, en particulier sur le cntinent

Plus en détail

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 :

Démarche d'observation de la société de l'information en région Provence Alpes Côte d'azur. Atelier thématique n 1 : Observatire Réginal de la sciété de l infrmatin Démarche d'bservatin de la sciété de l'infrmatin en régin Prvence Alpes Côte d'azur Atelier thématique n 1 : Les PME de la Régin Prvence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS.

PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS. 13 juin 2012 Register f Interest Representatives: 78787381113-69 PREVENTION DE L UTILISATION DU SYSTEME FINANCIER AUX FINS DU BLANCHIMENT DE CAPITAUX ET DU FINANCEMENT DU TERRORISME REPONSE DE BNP PARIBAS

Plus en détail

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES

- 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES. Outils de gestion prévisionnelle, d'analyse financière et du contrôle de gestion. TABLE DES MATIERES - 07 - LE TABLEAU DE BORD REMONTEE DES COMPTES Objectif(s) : Pré requis : Mdalités : Présentatin du tableau de brd, Principes de la remntée des cmptes. Outils de gestin prévisinnelle, d'analyse financière

Plus en détail

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique

L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des organismes de formation assurant la formation préparatoire à l habilitation électrique L HABILITATION EN ELECTRICITE Encadrement des rganismes de frmatin assurant la frmatin préparatire à l habilitatin électrique Le présent dcument a été rédigé par une cmmissin inter-ctr et appruvé par les

Plus en détail

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE

CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE Décembre 2014 1 SOMMAIRE CE QU IL FAUT RETENIR DE HITECHPROS LE MARCHE UNE OPPORTUNITE POUR LES ACTEURS DU SECTEUR UN OBSERVATEUR PRIVILEGIE DU MARCHE UNE DEMARCHE STRATEGIQUE INSCRITE DANS LA DUREE LE

Plus en détail

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement

Plans d action et contrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Plans d actin et cntrôles supplémentaires engagés depuis le début de l'année 2008 dans la banque de financement et d investissement Dès la décuverte de la fraude en janvier 2008, Sciété Générale a immédiatement

Plus en détail

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS

Consultation : Soutien à la réalisation du plan de communication du Pôle PASS Cnsultatin : Sutien à la réalisatin du plan de cmmunicatin du Pôle PASS Page 1 1 > INTRODUCTION 1.1 > PRESENTATION DES ACTEURS Le Pôle de cmpétitivité Parfums Arômes Senteurs Saveurs (PASS) représente

Plus en détail

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS

POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS POLITIQUE DE SELECTION ET D EVALUATION DES BROKERS Date de créatin : 1 er nvembre 2007 Date de dernière mise à jur : 19 nvembre 2012 Services Impliqués : Départements gestin, Directin générale, DCCI Objet

Plus en détail

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION

CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION CHAPITRE III: L'ENSEIGNEMENT ET LA RECHERCHE SECTION 3.4: LES SERVICES DE SUPPORT AUX ACTIVITÉS D ENSEIGNEMENT ET DE RECHERCHE/CRÉATION SOUS-SECTION 3.4.4: LES SERVICES INFORMATIQUES POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement»

Réforme de la politique de la ville «quartiers, engageons le changement» Réfrme de la plitique de la ville «quartiers, engagens le changement» Prpsitins pur une plitique glbale et ambitieuse de slidarité territriale - Janvier 2013 - Page 1 Analyse cntextuelle C est dans les

Plus en détail

EURLEX : ETAT DES LIEUX et AMELIORATIONS PREVUES

EURLEX : ETAT DES LIEUX et AMELIORATIONS PREVUES C:\DOCUMENTS AND SETTINGS\FUSIL\DESKTOP\EURLEX.DOC EURLEX : ETAT DES LIEUX et AMELIORATIONS PREVUES Bases existantes 1. N-Lex expérimental: N-Lex est une interface cmmune en vue de la cnsultatin de sites

Plus en détail

Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale

Bourse Étienne-Beauclair Banque Nationale La Burse Étienne-Beauclair Banque Natinale Burse d' excellence destinée aux persnnes ayant une déficience visuelle pur la réalisatin de prjets nvateurs 15 000 $ Dépsez vs candidatures entre Le 15 décembre

Plus en détail

DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION :

DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION : PROJET DE GESTION LOCATIVE de bureaux a usage prfessinnel DE LA MAISON DE L ENTREPRISE DIRECTION DES PROJETS ET DE L ACCOMPAGNEMENT AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES JuiLLET 2015 TITRE DE L ACTION : «EXPLOITATION

Plus en détail

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale

Sociétés Non Financières - taux endettement - % PIB, valeur nominale T1 1999 T4 1999 T3 2000 T2 2001 T1 2002 T4 2002 T3 2003 T2 2004 T1 2005 T4 2005 T3 2006 T2 2007 T1 2008 T4 2008 T3 2009 T2 2010 T1 2011 T4 2011 T3 2012 T2 2013 Accmpagner le muvement de désintermédiatin

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Directin des cmmunicatins Mise à jur : 15 mai 2014 Entrée en vigueur : 13 janvier 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN CONTEXTE... 3 2. CHAMPS D APPLICATION... 3 3. FONDEMENTS

Plus en détail

"TSPM" «TENSTEP PROJECT MANAGER» ( * ) ACADEMIE TENSTEP USA GEORGIA FORMATEUR : Pr. Rodolfo CASABONNE D.G TENSTEP FRANCE

TSPM «TENSTEP PROJECT MANAGER» ( * ) ACADEMIE TENSTEP USA GEORGIA FORMATEUR : Pr. Rodolfo CASABONNE D.G TENSTEP FRANCE & ORGANISENT DU 29 NOVEMBRE AU 3 DECEMBRE 2010 UNE FORMATION EN GESTION DE PROJET ET UNE CERTIFICATION INTERNATIONALE : "TSPM" «TENSTEP PROJECT MANAGER» ( * ) ACADEMIE TENSTEP USA GEORGIA FORMATEUR : Pr.

Plus en détail

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires)

Le dispositif de qualification OPQIBI pour les audits énergétiques (réglementaires) Le dispsitif de qualificatin OPQIBI pur les audits énergétiques (réglementaires) (01/12/14) 1. Rappel du cntexte réglementaire Depuis le 1 er juillet 2014, cnfrmément à la Li n 2013-619 du 16 juillet 2013

Plus en détail

SIXIÈME FORUM MONDIAL SUR LA RÉGULATION DE L'ÉNERGIE (WFER VI) 25-27 Mai 2015 à Istanbul, Turquie. El Hadj Ibrahima THIAM Président de l ARREC

SIXIÈME FORUM MONDIAL SUR LA RÉGULATION DE L'ÉNERGIE (WFER VI) 25-27 Mai 2015 à Istanbul, Turquie. El Hadj Ibrahima THIAM Président de l ARREC ACCÈS UNIVERSEL À L ÉNERGIE EN AFRIQUE DE L OUEST : Rôle de la cpératin réglementaire El Hadj Ibrahima THIAM Président de l ARREC MAI 2015 1 La CEDEAO Cmmunauté Ecnmique Des Etats de l Afrique de l Ouest

Plus en détail

Diagnostic et enjeux de la formation initiale des enseignants: le point de vue des acteurs

Diagnostic et enjeux de la formation initiale des enseignants: le point de vue des acteurs QuickTime et un décmpresseur snt requis pur visinner cette image. Diagnstic et enjeux de la frmatin initiale des enseignants: le pint de vue des acteurs 1 Plan de la présentatin 1 - Objectifs et méthde

Plus en détail

DIPLOME NATIONAL de MASTER

DIPLOME NATIONAL de MASTER DIPLOME NATIONAL de MASTER En c-habilitatin entre : Université Paris Ouest-Nanterre La Défense Université Paris-Sud Université Pierre et Marie Curie Université Paris-Dauphine Ecle Plytechnique Supélec

Plus en détail

Obligations des employeurs par seuils d effectifs de l entreprise. Toutes entreprises confondues

Obligations des employeurs par seuils d effectifs de l entreprise. Toutes entreprises confondues Obligatins des emplyeurs par seuils d effectifs de l entreprise Tutes entreprises cnfndues Affichages bligatires Déclaratin et cmmunicatin à caractère péridique : Déclaratins et cmmunicatins à caractère

Plus en détail

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique

A toutes les Directrices et à tous les Directeurs des établissements scolaires de l enseignement secondaire et secondaire technique SERVICE INFORMATIQUE Luxemburg, le 20 ctbre 2010 Référence: SI/DW/101020 A tutes les Directrices et à tus les Directeurs des établissements sclaires de l enseignement secndaire et secndaire technique Cncerne:

Plus en détail

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées

INC Retraite 6 mai 2015. Actualités des Missions Réseau Déléguées INC Retraite 6 mai 2015 Actualités des Missins Réseau Déléguées Enjeux: Les missins réseau déléguées : un nuveau levier pur ptimiser Amélirer la maîtrise des acticités Maintenir la cntinuité de service,

Plus en détail

Cadre d intervention des aides versées aux employeurs d apprentis : Création d une aide au recrutement à compter du 1 er juillet 2014

Cadre d intervention des aides versées aux employeurs d apprentis : Création d une aide au recrutement à compter du 1 er juillet 2014 Cadre d interventin des aides versées aux emplyeurs d apprentis : Créatin d une aide au recrutement à cmpter du 1 er juillet 2014 Adpté par délibératin 15.03.21.19 du 20.03.2015 et abrgeant les délibératins

Plus en détail

Dossier de Presse. 1 ier guide Interactif pour créateurs et entrepreneurs

Dossier de Presse. 1 ier guide Interactif pour créateurs et entrepreneurs Dssier de Presse 1 ier guide Interactif pur créateurs et entrepreneurs «Une applicatin innvante accmpagnée par les leaders du marché» www.e-parcurs.fr (Micrsft, Gan Assurances, Cegid, Accr Services France,

Plus en détail

Contrat de gestion du FOREM

Contrat de gestion du FOREM Cntrat de gestin du FOREM 2011-2016 TABLE DES MATIÈRES Identificatin des Parties... 5 Préambule... 5 TITRE I Dispsitins générales... 7 Article 1. Définitins... 7 Article 2. Objet du Cntrat... 10 Article

Plus en détail

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES

FICHE DE POSTE Fonction : Chef de Division Contrôle des opérations Financières FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES Fnctin : Chef de Divisin Cntrôle des pératins Financières Versin : 3 Nvembre 2014 FONCTION : CHEF DE DIVISION CONTRÔLE DES OPÉRATIONS FINANCIÈRES DÉPARTEMENT : Département Opérateurs DIVISION : Divisin

Plus en détail

POLITIQUE DE REMUNERATION

POLITIQUE DE REMUNERATION ASSET MANAGEMENT POLITIQUE DE REMUNERATION (UCITS ET AIF) INTRODUCTION En applicatin avec les textes suivants : En tant que sciété de gestin de fnds UCITS Règlement CSSF 10-4 prtant transpsitin de la directive

Plus en détail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail

Lutter contre la précarité sur le marché du travail Sécurisatin de l empli Dcument de travail pur la 2 ème séance de négciatin du 12 ctbre Lutter cntre la précarité sur le marché du travail Il existe déjà beaucup de flexibilité en France, et à côté des

Plus en détail

Sommaire RESUME... 3 SYNTHESE... 4 INTRODUCTION... 7 1. LA PROBLEMATIQUE ET LES FINALITES DU DOCUMENT... 9

Sommaire RESUME... 3 SYNTHESE... 4 INTRODUCTION... 7 1. LA PROBLEMATIQUE ET LES FINALITES DU DOCUMENT... 9 2013 Infirmière clinicienne spécialisée : éléments de cadrage pur les missins, la frmatin et l empli [Tapez le cntenu encadré. Un encadré est un supplément autnme dans le dcument principal. Il est suvent

Plus en détail

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise

S investir dans une franchise : le guide de la Banque Scotia pour le choix d une franchise Le franchisage et la Banque Sctia S investir dans une franchise : le guide de la Banque Sctia pur le chix d une franchise Cnsciente de l imprtante cntributin des entreprises franchisées à la vie écnmique,

Plus en détail

Termes de références Projet de recherche sur le français dans l espace arabofrancophone

Termes de références Projet de recherche sur le français dans l espace arabofrancophone Termes de références Prjet de recherche sur le français dans l espace arabfrancphne L'Organisatin internatinale de la Francphnie (OIF) et l'agence universitaire de la Francphnie (AUF) lancent un appel

Plus en détail

PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP»

PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP» Département de la frmatin et de la sécurité Service de l'enseignement Departement für Bildung und Sicherheit Dienststelle für Unterrichtswesen PROCEDURE POUR UN BESOIN DE SANTE PARTICULIER «PBSP» 2 Table

Plus en détail

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX

CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX CHARTE DE QUALITE DE LA PROFESSION DE PRESTATAIRE DE DISPOSITIFS MEDICAUX PREAMBULE La présente charte a pur bjectif d'expser les principes essentiels devant dicter la cnduite prfessinnelle des furnisseurs

Plus en détail

à la section préparatoire aux épreuves de sélection de la formation conduisant au Diplôme d Etat D INFIRMIER 2015/2016

à la section préparatoire aux épreuves de sélection de la formation conduisant au Diplôme d Etat D INFIRMIER 2015/2016 NOTICE D'INSCRIPTION à la sectin préparatire aux épreuves de sélectin de la frmatin cnduisant au Diplôme d Etat D INFIRMIER 2015/2016 INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS Centre Hspitalier «La Palmsa»

Plus en détail

Gestion de la rémunération et de la masse salariale

Gestion de la rémunération et de la masse salariale Chapitre 1 - COMPRENDRE LE MARCHÉ Gestin de la rémunératin et de la masse salariale Cpyright 2009 CXP. 1 All rights reserved. Reprductin r distributin f this dcument, in any frm, is expressly prhibited

Plus en détail

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014

Questionnaire aux Scop de la communication préalablement au Congrès des 10 et 11 avril 2014 Questinnaire aux Scp de la cmmunicatin préalablement au Cngrès des 10 et 11 avril 2014 Le 5 nvembre 2013, la fédératin des Scp de la cmmunicatin a demandé par curriel aux cpératives adhérentes de remplir

Plus en détail

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8

Association Savoirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Charte éditriale & éthique de Savirs solidaires en Santé à l usage des persnnes cntribuant à la platefrme interactive et cllabrative de l assciatin Assciatin Savirs solidaires en Santé Page 1 sur 8 Persnnes

Plus en détail

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE

-------oooooo------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE POUR LES PROPOSITIONS DE CHAQUE VILLE PROJET DE GESTION ECOLOGIQUEMENT RATIONNELLE DES DECHETS MUNICIPAUX ET DANGEREUX POUR REDUIRE LES EMISSIONS DE POLLUANTS ORGANIQUES PERSISTANTS NON INTENTIONNELS -------------- CADRE DES TERMES DE REFERENCE

Plus en détail

MISSIONS COMMERCIALES

MISSIONS COMMERCIALES DEVELOPPEMENT ET OBJECTIFS MISSIONS COMMERCIALES Prcédure et bjectifs Le but d'une missin cmmerciale est de distribuer et prmuvir les prduits u services d'une entreprise. Les démarches à suivre snt les

Plus en détail

DIPLÔME D ÉTUDES COLLÉGIALES (DEC) Pour obtenir un diplôme d études collégiales, vous devez avoir satisfait aux trois conditions suivantes :

DIPLÔME D ÉTUDES COLLÉGIALES (DEC) Pour obtenir un diplôme d études collégiales, vous devez avoir satisfait aux trois conditions suivantes : CAHIER DE PROGRAMME TECHNOLOGIE DE RADIODIAGNOSTIC (142.A0) DIPLÔME D ÉTUDES COLLÉGIALES (DEC) Pur btenir un diplôme d études cllégiales, vus devez avir satisfait aux tris cnditins suivantes : 1. Avir

Plus en détail

LA FONCTION ET SON CONTEXTE

LA FONCTION ET SON CONTEXTE Prfil de fnctin : Analyste-prgrammeur LA FONCTION ET SON CONTEXTE Intitulé de la fnctin Analyste-prgrammeur Grade : analyste-prgrammeur Rang : 100/4i Département auquel se rattache la fnctin : Dévelppement

Plus en détail

MASTERS LABELLISES PARISTECH FONDS D AIDES AUX ÉTUDIANTS PARISTECHT

MASTERS LABELLISES PARISTECH FONDS D AIDES AUX ÉTUDIANTS PARISTECHT MASTERS LABELLISES PARISTECH FONDS D AIDES AUX ÉTUDIANTS PARISTECHT P T 0 LA FONDATION PARISTECH Une fndatin dédiée à l enseignement supérieur et à la recherche Créée le 10 avril 2010 pur cntribuer au

Plus en détail

Fiche action N 7 : Le logement des personnes défavorisées

Fiche action N 7 : Le logement des personnes défavorisées Prgramme lcal de l habitat de la Cmmunauté de Cmmunes des Pays de Rhône et Ouvèze Fiche actin N 7 : Le lgement des persnnes défavrisées ENJEUX - Fluidifier les parcurs résidentiels des persnnes défavrisées

Plus en détail

- culture - tourisme - sport - actions sociales

- culture - tourisme - sport - actions sociales NOTICE de demande de subventin - culture - turisme - sprt - actins sciales Le dssier de demande de subventin a été créé dans le but d harmniser les subventins accrdées par la COMPA (Cmmunauté de Cmmunes

Plus en détail

Document 10. Leadership du 21e siècle dans le Scoutisme

Document 10. Leadership du 21e siècle dans le Scoutisme Dcument 10 Leadership du 21e siècle dans le Scutisme Table des matières LEADERSHIP DU 21 e SIECLE DANS LE SCOUTISME 1 Résumé des activités du triennat 1 Dcument de réflexin (descriptin cmplète en page

Plus en détail

Données macroéconomiques. Brève description du Burundi.

Données macroéconomiques. Brève description du Burundi. 1 Brève descriptin du Burundi. Le Burundi est situé dans la régin des Grands Lacs dans la zne intertrpicale entre l équateur et le trpique du capricrne.il est limité par la Tanzanie au sud et à l est,

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

CAHIER DES CHARGES I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX CAHIER DES CHARGES OBJET : PRESTATION DE CONSEIL EN ASSISTANCE A MAITRISE D OUVRAGE DANS LE CADRE DE LA RECONFIGURATION DE LA PHARMACIE A USAGE INTERIEUR DE L HOPITAL FOCH I. ELEMENTS DE CONTEXTE GENERAUX

Plus en détail

Le coworking - Présentation générale L exemple du Transfo. Séminaire Innovation collaborative IAE Jeudi 25 septembre 2014 14h00

Le coworking - Présentation générale L exemple du Transfo. Séminaire Innovation collaborative IAE Jeudi 25 septembre 2014 14h00 Le cwrking - Présentatin générale L exemple du Transf Séminaire Innvatin cllabrative IAE Jeudi 25 septembre 2014 14h00 Le cwrking vecteur d innvatin et de dévelppement durable Histrique les rigines l ampleur

Plus en détail

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte

Evaluation d impact: Passer des promesses à l acte Evaluatin d impact: Passer des prmesses à l acte Fnds Natinal pur la Prmtin de la Jeunesse (FNPJ) au Senegal Le cas des Tut Petits Credits (TPC) Cheikh Diaw, Aminata Diuf, Drew Gardiner, Antine Legrand,

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN POUR LA PHASE 1

GUIDE D ENTRETIEN POUR LA PHASE 1 GUIDE D ENTRETIEN POUR LA PHASE 1 DE DESCRIPTION DE L EXISTANT Avant-prps : Le terme «infrastructure» cuvre les vlets suivants : 1. Vlet applicatif, bases de dnnées, plates-frmes infrmatiques 2. Vlets

Plus en détail

Enquête Sectorielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE

Enquête Sectorielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE Enquête Sectrielle 2010 ANALYSE DU PRET INDIVIDUEL ET DE L ENDETTEMENT CROISE Janvier 2011 SOMMAIRE SYNTHESE... 3 METHODOLOGIE... 4 A. SITUATION DU SECTEUR DE LA MICROFINANCE A L INTERNATIONAL... 5 B.

Plus en détail

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1-

Direction de l apprentissage électronique et des technologies Ministère de l Éducation. Modifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION DES TÂCHES DE L ENSEIGNANT-COLLABORATEUR DANS LES COURS EN LIGNE Directin de l apprentissage électrnique et des technlgies Ministère de l Éducatin Mdifié le 16 décembre 2008-1- DESCRIPTION

Plus en détail

RENOUVELLEMENT DU BUREAU D'ÉCOLO J APPEL À CANDIDATURES

RENOUVELLEMENT DU BUREAU D'ÉCOLO J APPEL À CANDIDATURES RENOUVELLEMENT DU BUREAU D'ÉCOLO J APPEL À CANDIDATURES Le Kern et une partie des membres du bureau d écl j arrivent à la fin de leur mandat de 2 ans. Nus smmes dnc à la recherche d une nuvelle équipe,

Plus en détail

Règlement de gestion d'alérion. Texte adopté par la résolution CE-98-235 du Comité exécutif du 26 mai 1998

Règlement de gestion d'alérion. Texte adopté par la résolution CE-98-235 du Comité exécutif du 26 mai 1998 Règlement de gestin d'alérin Texte adpté par la réslutin CE-98-235 du Cmité exécutif du 26 mai 1998 1. PRÉAMBULE En 1994, l'université Laval, par l'entremise du prjet AMI (Aménagement des myens infrmatiques),

Plus en détail

ÉCONOMIE SOCIALE ET POLITIQUES PUBLIQUES : LE CAS DU QUÉBEC

ÉCONOMIE SOCIALE ET POLITIQUES PUBLIQUES : LE CAS DU QUÉBEC ÉCONOMIE SOCIALE ET POLITIQUES PUBLIQUES : LE CAS DU QUÉBEC Marguerite Mendell, Université Cncrdia Nancy Neamtan, Chantier de l écnmie sciale Intrductin Au Québec, au curs de la dernière décennie, le muvement

Plus en détail

10 bonnes raisons de rater son tournant Digital. Convictions Ailancy et synthèse de la rencontre Ailancy avec les Digital Transformers Juillet 2014

10 bonnes raisons de rater son tournant Digital. Convictions Ailancy et synthèse de la rencontre Ailancy avec les Digital Transformers Juillet 2014 1 Cnvictins Ailancy et synthèse de la rencntre Ailancy avec les Digital Transfrmers Juillet 2014 SYNTHESE DES ECHANGES DE LA RENCONTRE AILANCY SUR LE DIGITAL Pur réussir sa transfrmatin Digitale... 2 Il

Plus en détail

Plan stratégique pour la gestion des ressources humaines

Plan stratégique pour la gestion des ressources humaines Plan stratégique pur la gestin des ressurces humaines 2007-2008 à 2009-2010 Message du cmmissaire La gestin des ressurces humaines revêt de plus en plus d imprtance à la lumière des changements bservés

Plus en détail

Développement Durable et Énergies Renouvelables

Développement Durable et Énergies Renouvelables Dévelppement Durable et Énergies Renuvelables Vus êtes artisan, cmmerçant, prfessin libérale, rganisme de lgements sciaux, cllectivité lcale, assciatin, entreprise, agriculteur, prpriétaire de lcaux prfessinnels

Plus en détail

La direction de l Évaluation, études et prospectives

La direction de l Évaluation, études et prospectives Inspectin générale Directeur général adjint : Denis IMHOFF Adjintes : Agnès BACHELOT-JOURNET, directrice de l audit interne et Dcteur Claude DUCOS-MIERAL, directrice Évaluatins, études et prspectives Adresse

Plus en détail

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente

PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Toulois et chargée de mission en économie et gestion option vente PREPARATION DE VOTRE PFMP Réalisé et testé par Laurence Martin, enseignante au LP du Tulis et chargée de missin en écnmie et gestin ptin vente Sus le piltage de Christine Françis IEN Définir PFMP :.. Vus

Plus en détail

Locallife Leader de l édition d annuaires locaux en ligne, Présent en France depuis octobre 2008

Locallife Leader de l édition d annuaires locaux en ligne, Présent en France depuis octobre 2008 Paris, Nvembre 2008 Lcallife Leader de l éditin d annuaires lcaux en ligne, Présent en France depuis ctbre 2008 Dssier de Presse Lcallife en bref La recherche d infrmatins lcales et le référencement naturel

Plus en détail

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE

CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE CONVENTION DEPARTEMENTALE POUR LA LUTTE CONTRE LE TRAVAIL ILLEGAL DANS LE SECTEUR DU BATIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS DU DEPARTEMENT DE L ARDÈCHE Le Préfet de l Ardèche, Le Prcureur de la République près

Plus en détail

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES

Appel à projets régional. «100 rénovations de logements basse énergie 2009 2010» MODALITES 1/ Cntexte et bjectif Appel à prjets réginal «100 rénvatins de lgements basse énergie 2009 2010» MODALITES En matière de lgement, le gisement d écnmies d énergies étant principalement dans l habitat existant,

Plus en détail

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES"

RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES COOPÉRATIVES CITOYENNES RÈGLEMENT DE PARTICIPATION DES BOURSES "COOPÉRATIVES CITOYENNES" L'Agence pur l'entreprise et l'innvatin (AEI) met en œuvre un nuveau dispsitif de sutien aux prjets de cpératives cityennes. Dès septembre

Plus en détail