Sommaire. Je vous souhaite plein succès dans votre travail ainsi qu un agréable début de printemps! Avec mes salutations les meilleures

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. Je vous souhaite plein succès dans votre travail ainsi qu un agréable début de printemps! Avec mes salutations les meilleures"

Transcription

1 Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports Base logistique de l armée BLA Affaires sanitaires / Pharmacie de l armée N 1/2013 Mai 2013 Infos Pharm A Sommaire Editorial 1 Hôpital militaire de Nottwil, hébergement de requérants d asile 2 Rapport de statut pour le projet rav/évac mat san 5 Cours de base mat san 6 Editorial Le présent numéro de «Infos Pharm A» montre une fois de plus la diversité des tâches qui incombent à la Pharmacie de l armée. Vous y trouverez des nouveautés intéressantes en matière de logistique du matériel sanitaire. Mieux vaut allumer une petite lumière Que de maudire l obscurité. Confucius Dans les articles suivants ainsi que dans les prochains numéros de «Infos Pharm A», nous continuerons à vous informer au sujet des nouveautés dans la classe de ravitaillement VIII (matériel sanitaire). En outre, nous sommes en tout temps à votre disposition pour répondre à vos questions. Je vous souhaite plein succès dans votre travail ainsi qu un agréable début de printemps! Avec mes salutations les meilleures Dr. pharm. Heinz Moll Pharmacien en chef de l armée BASE LOGISTIQUE DE l ARMEE Page 1/6 Affaires sanitaires

2 Hôpital militaire de Nottwil, hébergement de requérants d asile Depuis le 17 janvier 2013, des requérants d asile sont hébergés dans l hôpital militaire de Nottwil. Les locaux peuvent admettre 186 requérants au maximum. Cette utilisation est limitée à 6 mois par contrat. Les quatre organisations suivantes sont actives sur place : L Office fédéral des migrations (OFM) fonctionne comme organe de coordination pour les mesures d intégration de la Confédération, des cantons et des communes. Au niveau fédéral, c est lui qui est responsable des naturalisations. La société ABS Betreuungsservice AG est une entreprise de services spécialisée dans le domaine social. Les requérants d asile sont suivis et assistés par des accompagnateurs de migrations. Securitas SA est une société suisse de surveillance qui veille à la sécurité des personnes hébergées. Elle assure une présence 24 h sur 24 pendant toute la durée de l exploitation du centre. La BLA, Affaires sanitaires, Pharmacie de l armée, est responsable de la mise à disposition, de l exploitation et de la maintenance de l infrastructure technique. Il a été nécessaire de procéder à diverses adaptations pour que l occupation du site soit possible conformément à l arrêté fédéral du 2 mars Installations extérieures Le secteur situé entre la route, les places de parc et la rampe a été clôturé ; ensuite, des conteneurs habitables ont été installés pour la loge de l entreprise de sécurité ainsi que pour tenir lieu de local de séjour et de locaux de réflexion pour les requérants d asile. Les conteneurs ont été équipés de raccordements pour l électricité et de lignes de communication. Un éclairage extérieur a été installé en fonction des critères requis. Fig. 1: Conteurs externes d habitation Installations de sécurité Le concept de protection contre les incendies a bénéficié d une attention particulière. Il englobe toutes les mesures architectoniques et techniques nécessaires pour assurer la sécurité des personnes hebergées : - espaces coupe-feu; - itinéraires de fuite; - éclairage de sécurité; - signalisation des itinéraires de fuite. Les itinéraires de fuite ont été définis de manière exemplaire jusqu à leur arrivée à l extérieur conformément aux directives de la Gebäudeversicherung Luzern. 13 nouvelles portes à un ou deux battants ont été montées conformément au concept de protection contre les incendies. Les travaux les plus importants concernaient l installation de ventilation. 25 clapets supplémentaires de protection d incendie ont été montés, tandis que l installation d évacuation des gaz toxiques dans les deux cages d escalier était massivement renforcée. Les travaux effectués dans l installation de ventilation ont nécessité une adaptation des installations électriques et, notamment, de la gestion technique du bâtiment. L installation de protection contre les incendies a été élargie par l intégration des éléments supplémentaires. BASE LOGISTIQUE DE L ARMEE Page 2/6

3 Fig. 2: Poste de contrôle Domotique Des humidificateurs de vapeur électriques ont été aménagés pour assurer, en hiver, un taux minimum d humidité de l air de 35%.La réactivation de l installation de déshumidification a nécessité l aspiration du remplissage d azote ainsi que la mise sous vide avec un agent réfrigérant, y compris la mise en service. L installation d adoucissement de l eau a été révisée et remise en service. Installations d exploitation Les machines à laver, séchoirs et centrifugeuses, de même que la machine à laver la vaisselle, cuisinière d hôtel et chambres froides ont été mis en service ; les monte-charges ont été adaptés aux conditions requises. Fig. 3: Buanderie Test intégral de l installation Les installations techniques ont toutes été testées avant la remise du bâtiment aux responsables de l hébergement des requérants. Des exercices ont été faits sur la base de différents scénarios. Une attention toute particulière a été accordée aux installations de sécurité et à la transmission de l alarme à la CA de Thoune et aux pompiers. L accompagnement de ces meures architectoniques et techniques était certes une chose intéressante, mais elle nous a demandé beaucoup de temps. Ce temps a été consacré à l inventaire de l installation et des locaux, à la remise du bâtiment à l Office fédéral des migrations, mais aussi à la préparation de divers papiers d intervention, sans oublier les instructions au personnel de Securitas et à la société ABS. Autres tâches actuelles Il ne faut pas sous-estimer non plus la phase d exploitation proprement dite, la responsabilité de l exploitation et la maintenance de l infrastructure technique. On s est ainsi rendu compte quil faut qu un collaborateur reste sur place deux à trois jours par semaine. Il y a de multiples tâches à accomplir, qui ressemblent à celles qui suivent une occupation des lieux par la troupe. Il y a toujours des réparations à faire, dues entre autres aux constatations suivantes : Tuyaux d écoulement bouchés ; Centrifugeuses surchargées ; Filtres souillés ; Eclairages de secours et cabines téléphoniques endommagés ; Stores défectueux à la cuisine et au kiosque. Armoires, parois en matériau léger, éclairages et socles endommagés ; etc. Nous assurons 7 jours sur 7 et 24 h sur 24 le service de permanence et l intervention nécessaire en cas de problèmes techniques. Mandats périodiques Contrôle de la dureté de l eau à des fins techniques ; valeur nominale : 8fHO ; Contrôle des ions de cuivre et d argent dans le système d approvisionnement en eau chaude ; rinçage du système à titre de prévention contre les légionelles ; contrôle de fonction de l installation Sprinkler ; Contrôle du niveau de la fosse à matières fécales et du fonctionnement des pompes à matières fécales ; Test de fonctionnement des groupes électrogènes de secours, y compris le raccordement au réseau ; Maintenance du reste de l infrastructure technique médicale selon la planification ; Enregistrement des mandats effectués ; Discussions avec les autres organisations actives sur place afin de garantir le bon fonctionnement de l installation. BASE LOGISTIQUE DE L ARMEE Page 3/6

4 Bilan Il est important pour toutes les parties concernées que les problèmes rencontrés soient résolus en temps utile et dans les règles de l art. La bonne collaboration entre les organisations impliquées est une chose réjouissante. Nous allons donc continuer ensemble à organiser et gérer l exploitation du centre de manière optimale. Pharm A, produits et technique médicales Chef de la maintenance de l infrastructure médico-technique BASE LOGISTIQUE DE L ARMEE Page 4/6

5 Rapport de statut pour le projet rav/évac mat san Le projet «Optimisation de la distribution et de la restitution du matériel sanitaire» vise les objectifs suivants : améliorer la fourniture des prestations logistiques de la Pharmacie de l armée et optimiser les processus internes, réaliser des prestations plus efficaces et répondant aux besoins de nos clients, afin d accroître l efficacité dans l ensemble du processus logistique. Marche à suivre : Dans une première étape, l équipe de projet a mis au point un plan de mesures contenant une liste de 96 points faibles. Cette liste constitue le «Document de base» en fonction duquel sont définies toutes les étapes de travail suivantes. Les points faibles ont également été évalués en fonction de leur importance. Le but recherché était, dans un premier temps, de corriger immédiatement les points faibles de «très haute» importance et de prendre des mesures à court terme. A moyen et à long terme, des solutions seront mises au point. Elles doivent être perceptibles pour vous comme client, et se traduire aussi par une amélioration et une optimisation de nos processus internes. Liste des mesures dont vous pouvez déjà bénéficier comme client : - Nouveau système de fixation des délais de livraison => Réduction des livraisons partielles - Articles CLA provenant d un seul lieu d expédition => Envoi comme «livraison complète» -Résidus mentionnés sur le bulletin de livraison =>Information des clients au sujet des articles manquants -Publication régulière de «Infos Pharm A» =>=>Information des clients à propos de sujets actuels -Les données à disposition sont analysées régulièrement et corrigées si nécessaire (y compris mise à jour de la banque de données articles) - Les formulaires de commande sont adaptés régulièrement et mis à disposition sur notre site Prochaines étapes : Les mesures visant des améliorations à moyen et à long terme seront mises au point, appliquées et enseignées au cours des prochaines semaines et mois. Cela nécessite également des décisions de principe, qui doivent être prises en haut lieu. Ces décisions ont des conséquences capitales pour l ensemble du projet : -Interface du système PSN/PSA =>Système commun, interface (UBüB), remise de matériel à la troupe directement depuis la Pharm A -Introduction de l identification du matériel/code barre BLA =>tester les possibilités -Concept d exploitation et d utilisation Pharm A =>Optimisation du nombre de places dans le domaine «Logistique», futur emplacement de la fabrication/du rétablissement dans le domaine «Produits et technique médicale», détermination des besoins en places dans le domaine «produits médicaux et technique pharmaceutique» A part cela, les plus importants défis qui nous attendent sont la disposition/planification des assortiments ainsi que les attributions de matériel dans le système APM-Kerda. Une amélioration surviendra uniquement si nous travaillons tous ensemble à la recherche de solutions. Conclusion Comme chef de projet, je suis heureux et reconnaissant de pouvoir compter sur une équipe efficace et expérimentée. Les premiers pas ont été faits dans la bonne direction. Il reste toutefois, nous en sommes conscients, toute une série d obstacles à surmonter. Je suis cependant convaincu qu en joignant nos efforts, nous y arriverons. Je saisis cette occasion pour adresser mes chaleureux remerciements aux membres de mon équipe de projet pour leur collaboration et leur soutien. Je suis également reconnaissant pour toutes les suggestions et idées venant de toutes les personnes concernées. A l avenir également, c est avec plaisir que nous en prendrons connaissance. Pharm A, Logistique Rempl chef Achats/Gestion de la clientèle Chef de projet rav/évac mat san BASE LOGISTIQUE DE L ARMEE Page 5/6

6 Cours de base mat san Des places sont encore libres pour les «Cours de base mat san» (Z ), offre de formation de la BLA, page 126, pour collaborateurs CLA, en date du et du les inscriptions doivent être faites avec le lien suivant : e/personal/personalentwicklung/kursangebote.par sys downloadlist downloadfile.tmp/ 85027dausbildungsangebotlba2013.pdf Pharm A, produits médicaux et technique médicale BASE LOGISTIQUE DE L ARMEE Page 6/6

CPI 14 Mesures de protection incendie pour hébergements de requérants d asile

CPI 14 Mesures de protection incendie pour hébergements de requérants d asile CPI 14 Mesures de protection incendie pour hébergements de requérants d asile Commentaire de protection incendie de l Assurance immobilière Berne (AIB) Édition 09/2012 Contenu 1 Champ d application...

Plus en détail

Bâtiment Hébergement. Etat des lieux. Facade est

Bâtiment Hébergement. Etat des lieux. Facade est Bâtiment Hébergement Etat des lieux Facade est Etienne Cendron 15/10/2014 Facade nord Facade ouest Facade sud 2 Il s agit d un bâtiment d un seul niveau en murs maçonnés, à charpente métallique et couverture

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Notice obligatoire en application de l Art. R 123-24 du Code de la Construction et de l Habitation pour les demandes de Permis de Construire dans les Etablissements Recevant

Plus en détail

OCF / KAF 01.06.2011

OCF / KAF 01.06.2011 01.06.2011 Détecteurs Lampe témoin Centrale, tableau de rappel Feu flash Signal acoustique Dispositif manuel de déclanchement Arrêt du signal acoustique et activation de la 2ème temporisation Détection

Plus en détail

LABEL ECO TOILETTE V1-10/05/10 LABEL ECO TOILETTE --------------

LABEL ECO TOILETTE V1-10/05/10 LABEL ECO TOILETTE -------------- LABEL ECO TOILETTE -------------- LABEL DE SERVICE DELIVRE PAR LE SYNDICAT NATIONAL DES PROFESSIONNELS DU SANITAIRE MOBILE -------------- Afin de permettre aux utilisateurs de toilettes mobiles de s assurer

Plus en détail

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle 1 Conformément à l article 3a en association avec l article 6 de la loi sur le travail et à l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail, l employeur (canton) est tenu d adopter des mesures appropriées

Plus en détail

Liste de contrôle CFST Maintenance des installations aérauliques (installations PNE)

Liste de contrôle CFST Maintenance des installations aérauliques (installations PNE) Sécurité et protection de la santé au travail Liste de contrôle CFST Maintenance des installations aérauliques (installations PNE) Vous êtes vous-assuré que vos installations aérauliques ne puissent pas

Plus en détail

Sécurité incendie dans les garages et parkings couverts. Prévention incendie

Sécurité incendie dans les garages et parkings couverts. Prévention incendie Sécurité incendie dans les garages et parkings couverts Prévention incendie Risques d incendie dans les garages et parkings couverts Lorsque le feu prend dans des garages, il provoque souvent des dégâts

Plus en détail

Le contenu de cette publication est disponible en suivant le lien suivant : http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/index.php?

Le contenu de cette publication est disponible en suivant le lien suivant : http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/index.php? Le contenu de cette publication est disponible en suivant le lien suivant : http://www.securitepublique.gouv.qc.ca/index.php?id=470 AGISSEZ IMMÉDIATEMENT Protégez vos biens Selon les circonstances, protégez

Plus en détail

ITVI 2012. Instructions techniques concernant la ventilation des abris dotés d une isolation thermique

ITVI 2012. Instructions techniques concernant la ventilation des abris dotés d une isolation thermique Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Office fédéral de la protection de la population OFPP Infrastructure ITVI 2012 Instructions techniques concernant

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE

NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE MODELE N 2 Document disponible sur http://www.auvergne.pref.gouv.fr/protection_civile/etablissements _recevant_public/sec_incendie_erp/procedure.php NOTICE TECHNIQUE DE SECURITE Etablissement Recevant

Plus en détail

Conception de bâtiments d habitation adaptés aux personnes âgées Aide-mémoire

Conception de bâtiments d habitation adaptés aux personnes âgées Aide-mémoire Octobre 2009 Conception de bâtiments d habitation adaptés aux personnes âgées Aide-mémoire L intégration de personnes âgées ou souffrant d un handicap est une tâche importante de notre société. Les personnes

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

1. INTRODUCTION... P. 2

1. INTRODUCTION... P. 2 1. INTRODUCTION... P. 2 1.1. Préface... p. 2 1.2. Remerciements... p. 5 1.3. Impressum... p. 6 1.4. Les origines du guide... p. 7 1.5. Les objectifs du guide d exploitation des patinoires... p. 8 1.6.

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP Mairie de BRAILLANS 9 rue de la mairie 25640 BRAILLANS 03 81 57 93 30 Email : mairie.braillans@orange.fr MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

DESCRIPTIF TECHNIQUE APPARTEMENTS

DESCRIPTIF TECHNIQUE APPARTEMENTS DESCRIPTIF TECHNIQUE APPARTEMENTS CONSTRUCTION D'UN IMMEUBLE EN PPE A SAULES BÂTIMENT B - UNITE C LIEU : Saules PARCELLE : article 1709 Ch. de la Grève 3a 2025 Chez-le-Bart Tél. 032 846 45 95 Fax 032 846

Plus en détail

Conception de bâtiments d habitation adaptés aux personnes âgées Aide-mémoire

Conception de bâtiments d habitation adaptés aux personnes âgées Aide-mémoire Juillet 2013 Conception de bâtiments d habitation adaptés aux personnes âgées Aide-mémoire L intégration des personnes âgées ou souffrant d un handicap est une tâche importante de notre société. Les personnes

Plus en détail

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la base

Plus en détail

Production d énergie solaire en région alpine

Production d énergie solaire en région alpine Village de vacances Reka Blatten- Belalp Production d énergie solaire en région alpine Après dix-huit mois de travaux, la Caisse suisse de voyage (Reka) inaugurera en décembre 2014 le village de vacances

Plus en détail

REGLEMENT DE MISE A DISPOSITION ET DE LOCATION DES INFRASTRUCTURES ET LOCAUX COMMUNAUX DE LAMPERTHEIM.

REGLEMENT DE MISE A DISPOSITION ET DE LOCATION DES INFRASTRUCTURES ET LOCAUX COMMUNAUX DE LAMPERTHEIM. REPUBLIQUE FRANCAISE DEPARTEMENT DU BAS-RHIN COMMUNE DE LAMPERTHEIM REGLEMENT DE MISE A DISPOSITION ET DE LOCATION DES INFRASTRUCTURES ET LOCAUX COMMUNAUX DE LAMPERTHEIM. REGLEMENT DE LOCATION DE LOCAUX

Plus en détail

Bâtiments existants faisant l objet d une transformation, de travaux d entretien ou de réparation QC

Bâtiments existants faisant l objet d une transformation, de travaux d entretien ou de réparation QC Partie 10 Bâtiments existants faisant l objet d une transformation, de travaux d entretien ou de réparation QC Section 10.1. Objet et définitions 10.1.1. Généralités 10.1.1.1. Objet 1) L objet de la présente

Plus en détail

Individuels - équipement de protection auditive adaptée et en bon état

Individuels - équipement de protection auditive adaptée et en bon état AMBIANCES : BRUIT Source de bruit du type : - matériels, machines, outils - signaux sonores - conversation - Exposition à des amplitudes sonores trop importantes - intégration à la conception des locaux

Plus en détail

NPI 8 Installations techniques de protection incendie réceptions et contrôles

NPI 8 Installations techniques de protection incendie réceptions et contrôles NPI 8 Installations techniques de protection incendie réceptions et contrôles Notice explicative de protection incendie de l Assurance immobilière Berne (AIB) Édition 09/2012 1 Champ d application 1 Les

Plus en détail

Pénurie d électricité? RESA répond à vos questions

Pénurie d électricité? RESA répond à vos questions Pénurie d électricité? RESA répond à vos questions Questions et réponses relatives à la pénurie d électricité 1. DÉFINITIONS PÉNURIE D ÉLECTRICITÉ Une pénurie d électricité intervient quand la production

Plus en détail

COMMUNE D AVENCHES. Règlement communal. du service des eaux

COMMUNE D AVENCHES. Règlement communal. du service des eaux COMMUNE D AVENCHES Règlement communal du service des eaux 1967 1 Art. 1 La distribution de l eau dans la Commune d Avenches est régie par les dispositions du présent règlement et par la loi du 30 novembre

Plus en détail

30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS

30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS 4 th EUROPEAN CONFERENCE ON HEALTHCARE ENGINEERING 51 è JOURNEES D ETUDES ET DE FORMATION IFH 30 MAI 1 er JUIN 2011 PARIS Peut-on externaliser la maintenance des bâtiments et infrastructures techniques

Plus en détail

Code des coûts de construction

Code des coûts de construction Code des coûts de construction Code des coûts de construction complété pour la branche électrique USIE 01.14 / CRB 12 Impressum Editeur Union Suisse des Installateurs-Electriciens USIE Limmatstrasse 63

Plus en détail

Directives pour les mesures de prévention contre des dommages naturels

Directives pour les mesures de prévention contre des dommages naturels Directives pour les mesures de prévention contre des dommages naturels Assuré et rassuré. Dangers gravitationnels Directives pour votre sécurité Dans le cadre du traitement de dommages naturels, l AIB

Plus en détail

du personnel ayant reçu une formation sanitaire. Les locaux destinés à l infirmerie doivent être facilement accessibles avec des brancards.

du personnel ayant reçu une formation sanitaire. Les locaux destinés à l infirmerie doivent être facilement accessibles avec des brancards. Article 36 Premiers secours 1 Les moyens nécessaires pour les premiers secours doivent être disponibles en permanence, compte tenu des dangers résultant de l exploitation, de l importance et de l emplacement

Plus en détail

Liste de contrôle d hivernage:

Liste de contrôle d hivernage: Liste de contrôle d hivernage: 1. Vider les casiers de denrées périssables. Enlevez également les cannettes ou es bouteilles contenant des liquides qui peuvent geler. 2. Nettoyer le réfrigérateur, la glacière

Plus en détail

L air contient toujours une certaine quantité d eau, sous forme de vapeur. Cela détermine

L air contient toujours une certaine quantité d eau, sous forme de vapeur. Cela détermine Quelques notions d humidité L air contient toujours une certaine quantité d eau, sous forme de vapeur. Cela détermine le degré d humidité d une pièce. La capacité de l air de contenir de la vapeur d eau

Plus en détail

Quelques notions d humidité

Quelques notions d humidité Quelques notions d humidité L air contient toujours une certaine quantité d eau sous forme de vapeur qui détermine le degré d humidité d une pièce. La capacité de l air de contenir de la vapeur d eau est

Plus en détail

LSC Lift Smoke Control. Une efficacité énergétique optimisée pour le désenfumage naturel et l aération dans les cages d ascenseur

LSC Lift Smoke Control. Une efficacité énergétique optimisée pour le désenfumage naturel et l aération dans les cages d ascenseur LSC Lift Smoke Control Une efficacité énergétique optimisée pour le désenfumage naturel et l aération dans les cages d ascenseur Empêcher les déperditions de chaleur Comment optimiser l efficacité énergétique

Plus en détail

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Qu est-ce que la condensation? Techniques de prévention Résistance à la condensation Ombrage Rideaux et stores Bouches de chaleur et appareils

Plus en détail

Appel à propositions n PTD/10/001. Annexe 4 Cahier des charges

Appel à propositions n PTD/10/001. Annexe 4 Cahier des charges Appel à propositions n PTD/10/001 Annexe 4 Cahier des charges I. Chauffage 1. Chaufferie centrale Bâtiment AB Installation Directives d entretien Fréquence Remarques 3 brûleurs* 3 chaudières*, d une puissance

Plus en détail

PRÉFECTURE DES YVELINES

PRÉFECTURE DES YVELINES PRÉFECTURE DES YVELINES COMMISSION CONSULTATIVE DÉPARTEMENTALE DE LA PROTECTION CIVILE DE LA SÉCURITÉ ET DE L ACCESSIBILITÉ NOTICES DEVANT ÊTRE TRANSMISES À L APPUI D UNE DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE

Plus en détail

CHAUFFE-EAU INSTANTANÉ ÉLECTRIQUE

CHAUFFE-EAU INSTANTANÉ ÉLECTRIQUE CHAUFFE-EAU INSTANTANÉ ÉLECTRIQUE EPS - 3,5 EPS - 4,4 EPS - 5,5R Lire et suivre attentivement les instructions d installation et d utilisation afin d assurer un fonctionnement et une durée de vie optimales

Plus en détail

Information: protection incendie dans les installations de tri et de conditionnement de déchets

Information: protection incendie dans les installations de tri et de conditionnement de déchets Information: protection incendie dans les installations de tri et de conditionnement de déchets Table des matières 1. Introduction... 3 1.1. Pourquoi une protection incendie?... 3 1.2. Où trouver des directives

Plus en détail

Minergie dans la cuisine

Minergie dans la cuisine Minergie dans la cuisine MINERGIE dans la cuisine: ce qui est important MINERGIE améliore la qualité de la vie tout en diminuant la consommation d énergie. Quelle influence cela a-t-il sur l équipement

Plus en détail

Hottes NOUVEAU label Fours label MODIFIÉ. Tout sur les labels énergie pour appareils culinaires

Hottes NOUVEAU label Fours label MODIFIÉ. Tout sur les labels énergie pour appareils culinaires Hottes NOUVEU label Fours label MODIFIÉ Tout sur les labels énergie pour appareils culinaires Table des matières 4-5 Label énergie pour hottes 6-7 Labels énergie pour fours électriques et au gaz 8-9 Label

Plus en détail

VÉRIFICATION DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE

VÉRIFICATION DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE Numéro 2 Aon Parizeau Inc. LA PROTECTION INCENDIE Guide pratique à l intention des universités VÉRIFICATION DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE Dans ce bulletin Préambule Entretien des systèmes de gicleurs

Plus en détail

REFERENTIEL PEDAGOGIQUE

REFERENTIEL PEDAGOGIQUE Public 12 stagiaires maximum Durée totale indicative 67 heures Hors examen et temps de déplacement Pré requis Respect des dispositions de l article 4 1 de l arrêté du 02 Mai 2005 dont par exemple : Soit

Plus en détail

Garantie de l'état de fonctionnement des asservissements incendie (AI)

Garantie de l'état de fonctionnement des asservissements incendie (AI) Vereinigung Kantonaler Feuerversicherungen Association des établissements cantonaux d assurance incendie Associazione degli istituti cantonali di assicurazione antincendio NOTE EXPLICATIVE DE PROTECTION

Plus en détail

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION

GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION GUIDE BÂTIMENTS D HABITATION sécurité incendie Réglementation et mise en sécurité incendie des bâtiments d habitation > Bâtiments d habitation > Parcs de stationnement > s - foyers Sécurité incendie dans

Plus en détail

www.blaupunkt.com Enjoy it. Kit Système d alarme sans fil SA 2700

www.blaupunkt.com Enjoy it. Kit Système d alarme sans fil SA 2700 www.blaupunkt.com Enjoy it. Kit Système d alarme sans fil SA 2700 Complètement sans fil Installation DIY (Do It Yourself = Faites-le vous-même ) Application mobile Communications 3G Grande simplicité,

Plus en détail

PSS utilisé en tant que centre de prise en charge, adaptation de l infrastructure

PSS utilisé en tant que centre de prise en charge, adaptation de l infrastructure OFFI CE FÉDÉRAL DE LA PROTECTION CIVILE Eclairage, à actionner depuis l intérieur Grille avec cadenas Conteneurs à ordures, supplémentaires Téléphone ou interphone Inscriptions (pictogrammes) Interdit

Plus en détail

Charte Graphique. Collection de symboles utilisés par le Service Départemental d Incendie et de Secours

Charte Graphique. Collection de symboles utilisés par le Service Départemental d Incendie et de Secours Service Départemental d Incendie et de Secours de l Ariège Charte Graphique Collection de symboles utilisés par le Service Départemental d Incendie et de Secours Ce document a pour objectif de dresser

Plus en détail

LE CONFORT DES PERSONNES

LE CONFORT DES PERSONNES QU EST-CE QU UN SYSTÈME D AIR SPÉCIALISÉ LE PROCESSUS ET LES BESOINS DU CLIENT Qu il s agisse de tissage, de tricot ou de touffetage, l ingénieur d air doit bien comprendre le processus. Il faut déterminer

Plus en détail

DETECTEUR DE FUMEE AUTONOME Serie NB-728

DETECTEUR DE FUMEE AUTONOME Serie NB-728 DETECTEUR DE FUMEE AUTONOME Serie NB-728 Manuel d utilisation 1. Sommaire. 1. Sommaire.... 1 2. Introduction.... 2 3. Ou installer un détecteur de fumée... 2 4. Ou installer un détecteur dans les caravanes

Plus en détail

Module carnet de bord

Module carnet de bord La réglementation climatisation PEB Contenu technique à l attention des organismes de formation Module carnet de bord Pour professionnels de la climatisation : contrôleurs, technicien climatisation PEB

Plus en détail

Directive Aération des cages d ascenseur

Directive Aération des cages d ascenseur Directive Aération des cages d ascenseur 1 OBJET DE CETTE DIRECTIVE Les installations d ascenseurs dans des immeubles chauffés provoquent souvent des pertes thermiques supplémentaires du fait de lacunes

Plus en détail

Sécurité incendie dans la restauration et l hôtellerie

Sécurité incendie dans la restauration et l hôtellerie Sécurité incendie dans la restauration et l hôtellerie Sécurité comprise Pour les restaurateurs et les hôteliers, choyer les clients est une tâche exigeante qui demande une attention de tous les instants.

Plus en détail

Les nouveaux intranets continuent d évoluer

Les nouveaux intranets continuent d évoluer Volume 5 Numéro 1 Été 2012 Contribution de FacilicorpNB pour rétablir les services à Perth Andover (p.3) Le projet régional Kronos de Vitalité à l étape de l implantation (p.4) La migration vers Microsoft

Plus en détail

Registres et documents

Registres et documents Registres et documents présentés en détail sur le site wwwguillard-publicationscom Sécurité incendie R-SI 2E : Registre de sécurité incendie pour : - établissements recevant du public (ERP) de type L,

Plus en détail

Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Edition janvier 2010

Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Edition janvier 2010 Aide à l'application EN-5 Refroidissement, humidification et déshumidification Contenu et but Cette aide à l application traite de la procédure à suivre et des exigences à respecter pour la conception,

Plus en détail

800 m² QUI SOMMES-NOUS? clients. atelier robotique. collaborateurs. flotte de. véhicules

800 m² QUI SOMMES-NOUS? clients. atelier robotique. collaborateurs. flotte de. véhicules QUI SOMMES-NOUS? 18 collaborateurs 250 clients Des hommes et des femmes présents à toutes les étapes de la chaîne, du raccordement haute tension au branchement en courant faible, nous vous apportons une

Plus en détail

Recommandation n o 22 pour l application des dispositions légales relatives aux systèmes de récupération des vapeurs dans les stations essence

Recommandation n o 22 pour l application des dispositions légales relatives aux systèmes de récupération des vapeurs dans les stations essence Cercl Air Schweizerische Gesellschaft der Lufthygiene-Fachleute Société suisse des responsables de l hygiène de l air Società svizzera dei responsabili della protezione dell aria Swiss society of air protection

Plus en détail

DESCRIPTIF DES FORMATIONS PROTECTION CIVILE 1. FORMATION DE BASE 2. FORMATION DES CADRES 3. FORMATION COMPLEMENTAIRE 4.

DESCRIPTIF DES FORMATIONS PROTECTION CIVILE 1. FORMATION DE BASE 2. FORMATION DES CADRES 3. FORMATION COMPLEMENTAIRE 4. REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE C 2.5 Département de la sécurité et de l'économie Office cantonal de la protection de la population et des affaires militaires Centre d instruction feu et protection civile

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ERP A joindre à la demande de permis de construire, déclaration de travaux ou d aménagement Cette notice n est pas exhaustive ; tous renseignements complémentaires doivent

Plus en détail

Calendrier d entretien pour la maison

Calendrier d entretien pour la maison CF 47 Un entretien régulier, voilà le secret Inspecter régulièrement sa maison et en faire un bon entretien, c est tout ce qu il faut pour protéger votre investissement. Peu importe que vous fassiez quelques

Plus en détail

Les économies d énergie avec Synco

Les économies d énergie avec Synco Les économies d énergie avec Synco Conseils et astuces pour l utilisateur final *Des réponses pour les infrastructures Answers for infrastructure*. 1 2 Sommaire Situation actuelle et potentiels d économie...

Plus en détail

Galilée4 2 + 2000 m 2 de surface à louer adaptées à vos besoins dans le plus grand technopôle de Suisse. www.galilee-2sa.ch

Galilée4 2 + 2000 m 2 de surface à louer adaptées à vos besoins dans le plus grand technopôle de Suisse. www.galilee-2sa.ch Galilée4 2 + 2000 m 2 de surface à louer adaptées à vos besoins dans le plus grand technopôle de Suisse. www.galilee-2sa.ch ACCUEIL Bienvenue sur le site d Y-Parc, le plus grand parc scientifique et technologique

Plus en détail

Concept de protection d incendie ligne diamètrale (DML)

Concept de protection d incendie ligne diamètrale (DML) Concept de protection d incendie ligne diamètrale (DML) Une rétrospective sur les 10 dernières années Journée Professionelle SSPS, le 13 novembre 2014 23.11.2014 Table des matières 1. Aperçu bref sur les

Plus en détail

Comportement en cas d incendie. Prévention incendie

Comportement en cas d incendie. Prévention incendie Comportement en cas d incendie Prévention incendie Au feu, que faire? Un incendie peut éclater n importe où et n importe quand. Il est donc important de rapidement localiser et mémoriser les emplacements

Plus en détail

DESCRIPTIF DES TRAVAUX

DESCRIPTIF DES TRAVAUX DESCRIPTIF DES TRAVAUX MAISON BASSE ENERGIE 27-02-2012 I. Gros-oeuvre fermé I.1. Gros-oeuvre Terrassement, fondations, maçonnerie, plancher et seuils Citerne eau de pluie de 6000 litres I.2. Ossature Ossature

Plus en détail

Solution pour une gestion efficace

Solution pour une gestion efficace Solution pour une gestion efficace Nous allons plus loin que l injection! Les pièces techniques moulées par injection sont des solutions individuelles répondant à vos exigences spéciales. Elles sont destinées

Plus en détail

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3.

Le pétitionnaire pourra remplir une notice par établissement isolé les uns des autres au sens de l article GN 3. NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE Pour tous les ERP du 1er groupe et les ERP du 2ème groupe (5ème catégorie) Avec locaux à sommeil. (Arrêté du 25/06/1980 modifié Arrêté du 22/06/1990 modifié) La présente

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Franke Coffee Systems Evolution: Technologie et compétences au service du café.

Franke Coffee Systems Evolution: Technologie et compétences au service du café. Franke Coffee Systems Evolution: Technologie et compétences au service du café. The art of excellent coffeemaking Evolution: Prête à tout pour répondre à vos exigences. L Evolution ne craint pas les défis...

Plus en détail

COMMENT ECONOMISER DE

COMMENT ECONOMISER DE COMMENT ECONOMISER DE L ENERGIE EN CUISINE CE QUE LES RESTAURATEURS DOIVENT SAVOIR RESTAURATEURS : Les astuces pour consommer moins d énergie Depuis plusieurs dizaines d années, le monde a pris conscience

Plus en détail

S.S.I.A.P 1 Module complémentaire Agent de sécurité incendie

S.S.I.A.P 1 Module complémentaire Agent de sécurité incendie S.S.I.A.P 1 Module complémentaire Agent de sécurité incendie Public : Homme du rang des sapeurs-pompiers professionnels ou volontaires, des pompiers militaires de l armée de terre, des pompiers militaires

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UNE INSTALLATION DE CLIMATISATION CENTRALISEE 1. Introduction Une installation de climatisation centralisée est constituée d un ensemble de matériels ayant les fonctions suivantes

Plus en détail

Instructions concernant la planification de l'alarme

Instructions concernant la planification de l'alarme Département fédéral de la défense, de la protection de la population et des sports DDPS Office fédéral de la protection de la population OFPP Instructions concernant la planification de l'alarme du 0 octobre

Plus en détail

www.ofpa-formation.fr FORMATION RESERVEE AUX POMPIERS VOLONTAIRES ACTIFS OU NON

www.ofpa-formation.fr FORMATION RESERVEE AUX POMPIERS VOLONTAIRES ACTIFS OU NON ORGANISME DE FORMATION PROFESSIONNELLE DE L ARTOIS Siège social : 382, Boulevard Poincaré 24, rue d'iéna 62400 BETHUNE 59000 LILLE 03 21 65 27 70 03 20 54 29 17 Fax : 03 21 56 97 52 Fax 03 20 40 13 56

Plus en détail

DESCRIPTIF TECHNIQUE LOT 1-2-3-4-5-6-7

DESCRIPTIF TECHNIQUE LOT 1-2-3-4-5-6-7 PPE LE «PRIVILLEGE» CONSTRUCTION D UN IMMEUBLE DE 6 APPARTEMENTS D'UNE SURFACE COMMERCIALE AVENUE DE RUCHONNET 36 COMMUNE DE LAUSANNE DESCRIPTIF TECHNIQUE LOT 1-2-3-4-5-6-7 1 N.B. : Documents de référence

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS)

1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) 1.2.4 Détecteur multiponctuel ou Détecteur de Fumée Haute Sensibilité (DFHS) La sensibilité de ce système est 10 fois supérieure à celle des détecteurs ponctuels. Surface couverte par détecteur Page 1

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

LE PVC. Introduction : Vous venez de vous laver les mains dans le lavabo ou bien, vous venez de laver votre assiette dans l évier de la cuisine.

LE PVC. Introduction : Vous venez de vous laver les mains dans le lavabo ou bien, vous venez de laver votre assiette dans l évier de la cuisine. LE PVC Introduction : Vous venez de vous laver les mains dans le lavabo ou bien, vous venez de laver votre assiette dans l évier de la cuisine. Que devient l eau que vous venez d utiliser? L eau usée s

Plus en détail

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER?

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Page : 1/5 QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Avant d envisager l aménagement ou la construction d un local ou d une armoire de stockage des produits, il faut se poser plusieurs questions : - L existant

Plus en détail

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique PSDC99 NSEC99 CPGaa CPGEaa CPGELaa CPGEOaa HCaa HCCHaa CPG1aa CPGE1aa CPGEL1aa CPGEO1aa HC0aa HCCH0aa CPG2aa CPGE2aa CPGEL2aa CPGEO2aa HC1aa

Plus en détail

REGISTRE DE SECURITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

REGISTRE DE SECURITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC REGISTRE DE SECURITE DES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC NOM DE LA COLLECTIVITE : RAPPEL REGLEMENTAIRE Article R123-51 du Code de la Construction et de l Habitation Dans les établissements soumis aux

Plus en détail

Ventilation domestique

Ventilation domestique Ventilation domestique HomeVent La récupération de la chaleur et de l humidité pour un climat de bien-être. Confortable, efficace, flexible. HomeVent. Vue d ensemble des avantages. Le système de ventilation

Plus en détail

L électricité et le gaz naturel. En toute sécurité. Energy in motion

L électricité et le gaz naturel. En toute sécurité. Energy in motion L électricité et le gaz naturel En toute sécurité Energy in motion Vérifiez la sécurité de vos installations L électricité et le gaz naturel nous rendent bien des services et sont précieux pour notre confort

Plus en détail

Agent de sécurité incendie module complémentaires REF : SSIAP 1 module

Agent de sécurité incendie module complémentaires REF : SSIAP 1 module Agent de sécurité incendie module complémentaires REF : SSIAP 1 module Public 12 stagiaires maximum Durée totale indicative 43 heures 30 minutes horstemps de déplacement Pré requis Respect des dispositions

Plus en détail

Présentation du centre (CEP) de Vallorbe

Présentation du centre (CEP) de Vallorbe Présentation du centre (CEP) de Vallorbe Introduction Le centre d enregistrement et de procédure de Vallorbe fait partie d une structure de 5 centres fédéraux, dont 1 centre de transit, répartis en Suisse

Plus en détail

FOURNITURE DE GAZ MEDICAUX

FOURNITURE DE GAZ MEDICAUX CENTRE HOSPITALIER CENTRE HOSPITALIER de MENDE Direction des Services Economiques APPEL D OFFRE DE FOURNITURE ET DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES FOURNITURE DE GAZ MEDICAUX 1 CAHIER

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D AUTORISATION

QUESTIONNAIRE PARTICULIER POUR DEMANDE D AUTORISATION Domaine de la prévention Etablissement cantonal d assurance et de prévention Place de la Gare 4, Case postale, 2002 Neuchâtel Tél. 032 889 62 22 www.ecap-ne.ch Fax 032 889 62 33 ecap@ne.ch QUESTIONNAIRE

Plus en détail

POURQUOI NOUS CHOISIR?

POURQUOI NOUS CHOISIR? AWITECH est spécialisée dans l étude, la conception et la réalisation clé en main d installations de traitement d air industriel, dans les disciplines suivantes : Dépoussiérage Industriel, Nettoyage Centralisé

Plus en détail

PLANS DE MAINTENANCE DU COMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15

PLANS DE MAINTENANCE DU COMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15 PLANS DE MAINTENANE DU OMPRESSEUR D AIR INGERSOLL-RAND SSR ML 15 Sami Bellalah 29 1- Présentation de la machine : Pour générer l air comprimé on fait appel à des compresseurs qui portent l air à la pression

Plus en détail

Institut de sécurité

Institut de sécurité Institut de sécurité Thèmes Situation, problèmes Bases légales Groupe de travail Solution du problème pour les nouvelles constructions et celles existantes Note explicative Exemple pratique Déroulement

Plus en détail

R È G L E M E N T N O 2012 0708-231 Règlement relatif aux détecteur de fumée de la municipalité de Grand-Remous

R È G L E M E N T N O 2012 0708-231 Règlement relatif aux détecteur de fumée de la municipalité de Grand-Remous R È G L E M E N T N O 2012 0708-231 Règlement relatif aux détecteur de fumée de la municipalité de Grand-Remous ATTENDU que depuis la commercialisation de l avertisseur de fumée en 1980, le nombre de décès

Plus en détail

www.vac-location.com Location de Véhicules Autonomes de Cantonnement Solutions Base Vie Clés en Main pour Chantiers

www.vac-location.com Location de Véhicules Autonomes de Cantonnement Solutions Base Vie Clés en Main pour Chantiers www.vac-location.com Location de Véhicules Autonomes de Cantonnement Solutions Base Vie Clés en Main pour Chantiers CONTEXTE Application plus stricte des dispositions réglementaires relatives à l accueil

Plus en détail

Ballons d eau chaude électriques à circuit fermé Z.., AQ.., IND/IDE.., ID.., HR-N/HR-T.., STA.., HB..

Ballons d eau chaude électriques à circuit fermé Z.., AQ.., IND/IDE.., ID.., HR-N/HR-T.., STA.., HB.. Ballons d eau chaude électriques à circuit fermé Z.., AQ.., IND/IDE.., ID.., HR-N/HR-T.., STA.., HB.. Les ballons d eau chaude électriques à circuit fermé HAJDU sont créés pour fournir de l eau chaude

Plus en détail

URGENCE Recommandations en cas d urgence

URGENCE Recommandations en cas d urgence URGENCE Recommandations en cas d urgence EC 5609 144 Accident Malaise déterminer l ampleur et la gravité combien de personnes sont impliquées AGIR PREMIERS SECOURS Identifier les dangers pour soi-même

Plus en détail

GSA/RP/04/13 "SERVICE DE GESTION DES INSTALLATIONS DU GSMC" Appel d Offres Restreint. Phase 1 : Candidatures. Annexe I-01 au Cahier des Charges

GSA/RP/04/13 SERVICE DE GESTION DES INSTALLATIONS DU GSMC Appel d Offres Restreint. Phase 1 : Candidatures. Annexe I-01 au Cahier des Charges GSA/RP/04/13 "SERVICE DE GESTION DES INSTALLATIONS DU GSMC" Appel d Offres Restreint Phase 1 : Candidatures Annexe I-01 au Cahier des Charges Caractéristiques Techniques Ref: GSA/RP/04/13-1 Rev 1 Date:

Plus en détail