Etude de l influence d actions correctives susceptibles d améliorer le rendement du réseau d eau potable de Las Palmas

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude de l influence d actions correctives susceptibles d améliorer le rendement du réseau d eau potable de Las Palmas"

Transcription

1 Etude de l influence d actions correctives susceptibles d améliorer le rendement du réseau d eau potable de Las Palmas Sancho Comes Gabriel Date : du 06/04 au 06/07/2007 1

2 Ayuntamiento de Las Palmas de Gran Canaria 2

3 SOMMAIRE Sommaire 3 Informations Confidentielles 4 Remerciements 5 Introduction 6 I. Présentation d EMALSA 7 A. Problèmatique de l eau en Gran Canaria 7 B. Présentation d EMALSA 7 C. Présentation de SAUR 12 II. Travaux réalisés dans l entreprise 13 Sujet: Etude de l'influence d'actions correctives succeptibles d'améliorer le réseau d'eau potable de Las Palmas A. Connaissance des actions menées sur le réseau 1. Recherche de fuites La télé lecture Changement de compteurs 20 B. Etude de l'influence de ces différentes actions 1. Recherche d informations Mise en forme des informations Analyse des resultats Conclusions 34 C. Différentes taches effectuées dans l entreprise 1. Realisation de schémas électriques Mesures de pompes Réunions Qualité 38 III. Impressions personneles 39 A. Problèmes et difficultés rencontrées 39 B. Enseignement et points positifs 39 C. Langue et pays d accueil 39 3

4 Informations Confidentielles Dans ce rapport figure certaines informations confidentielles, EMALSA demande à l IUT de Montpellier département Mesures Physiques de ne pas reproduire ou publier ce dossier ainsi que ses annexes. 4

5 Remerciements En premier lieux je voudrais remercier mon tuteur Mr Guy FOURNIER, ainsi que Mr Gérard THIERRY Directeur Général d EMALSA sans qui je n aurais pas pu réaliser mon stage dans l entreprise EMALSA à Las Palmas de Gran Canaria. Je les remercie pour le temps qu ils m ont consacré afin de me faire connaître au mieux l entreprise. Ils m ont permis de m impliquer totalement dans la vie de l entreprise et d en connaître toutes les spécificités. Par la même occasion je voudrais également remercier les ingénieurs avec qui j'ai travaillé à savoir Francisco José SANCHEZ ORTEGA, Benito VIERA ARMAS, Ramiro MARTEL CABALLERO, Cruz LOPEZ. Malgré leur travail ils ont pris le temps de m écouter et de m aider, d être toujours disponible afin de répondre à mes questions. Je souhaiterais aussi remercier toutes les personnes avec qui j ai travaillé sur le terrain et en particulier Juan Manuel SANCHEZ et Felipe GARCIA. Ils m ont permis de travailler avec eux dans la recherche de fuites et la maintenance des appareils de télé lecture. J ai beaucoup appris sur le plan technique à leurs cotés. Pour finir je voudrais remercier toutes les personnes avec qui j ais été en contact dans l entreprise, en particulier Ezequiel MORALES HERNANDEZ, Juan Carlos MAYOR, Daniel PEREZ ARGUELLO, Juan Ramon TREJO et Jeronimo MOLINA AMERICA. 5

6 Introduction L eau est une des ressources essentielles à la vie. La gestion du cycle de l eau sur une île est un problème compliqué d autant plus quand le climat ne se prête pas aux précipitations. En tenant compte des ressources naturelles, l eau est en quantité insuffisante pour pouvoir être exploitée et distribuée aux habitants. La population sédentaire de l île ( habitants) dépend donc, pour ce qui concerne son ravitaillement en eau potable, de la capacité à produire de l eau potable à partir de l eau de mer. La société EMALSA (Empresa Mixta de Agua de Las Palmas) se charge de la production d eau potable à partir de l eau de mer en utilisant le procédé d Osmose Inverse, puis cette eau potable est transportée jusqu'à la ville de Las Palmas pour être ensuite distribuée grâce aux réseaux de transport d eau potable et de distribution. La distribution d eau constitue pour la société EMALSA une des branches principales de son activité : il faut qu EMALSA garantisse contractuellement la qualité et la disponibilité de l eau potable tous les jours. EMALSA se heurte toutefois à des problèmes de vétusté du réseau de transport d eau potable. En effet héritage de la colonisation anglaise, le réseau de transport est en mauvais état. Du fait de la qualité agressive de l eau, des oxydes de fer peuvent se former dans les canalisations. Ces dépôts peuvent diminuer le débit et provoquer même des obstructions et surtout entraînent une dégradation de la qualité de l eau (odeurs, coloration, ). Afin de remédier à ces problèmes, le département d exploitation d EMALSA veille à la mise en place de nouvelles canalisations, assure une maintenance soutenue du réseau de transport et travaille également sur le plan de la recherche de fuites. Le rendement d un réseau d eau se définit par la quantité d eau qui rentre dans ce réseau par rapport à la quantité distribuée aux clients. Il est caractéristique du réseau et permet de donner une bonne idée de l état de celui-ci. Un rendement important signifie pour l entreprise une réduction des dépenses de maintenance ainsi qu une réelle efficacité des actions menées sur le réseau. EMALSA consomme beaucoup d énergie. Face à l augmentation des coûts de l énergie et à la privatisation de ce secteur, l entreprise a mis en place différents projets afin de diminuer la consommation générale de l entreprise en matière d énergie et d utiliser des énergies renouvelables (panneaux solaires, éoliennes, ). EMALSA est une entreprise récente qui se tourne vers le futur. Sous la tutelle de SAUR, elle a décidé de se moderniser en utilisant la télé lecture. C est donc dans ce contexte qu EMALSA m a confié le projet d étude de l influence d actions correctives susceptibles d améliorer le rendement du réseau d eau potable de Las Palmas. J ai également participé à élaborations de certains processus de qualité ainsi qu à différentes missions ponctuelles notamment en matière de mesures et de recherche de fuites. Tout ceci au sein du département d exploitation sous la tutelle de Mr Guy Fournier. 6

7 Présentation de l entreprise A) Le Problème de l eau aux Canaries L archipel des Canaries se situe dans l Océan Atlantique à 1050kms de la Péninsule Ibérique et à 115kms du continent africain. Il est constitué de 7 îles : Tenerife, Gran Canaria, Lanzarote, Fuerteventura, La Gomera, El Hierro et La Palma. L eau est une ressource rare dans les îles Canaries où la situation géographique, la configuration volcanique et les caractéristiques climatiques se traduisent par de faibles précipitations. EMALSA doit répondre chaque jour à une demande en eau de m3 ce qui représente 22 millions de m3 par an environ. Jusqu en 1970, l eau desservie à la population provenait de galeries souterraines creusées dans la montagne par les anglais au début du siècle. Dans les années 70, le développement économique et démographique a obligé EMALSA à se tourner vers une autre ressource l eau de mer. Une usine de dessalement par évaporation puis par osmose inverse fut construite en périphérie de la ville. Une partie de l eau distribuée provient des puits souterrains de 300m de profondeurs ainsi que de réservoirs souterrains appartenant à EMALSA ou à des propriétaires privés. Les réserves en eau de ces réservoirs et de ces puits permettraient de couvrir 4 jours d approvisionnement. B) Présentation D EMALSA EMALSA (Empresa Mixta de Aguas de Las Palmas S.A) a vu le jour le 13 juillet De 1946 à 1993, le service de l eau était municipal sur l île de Gran Canaria. En 1993, EMALSA passe d un statut d entreprise municipale à celui d une entreprise «mixte» dont le capital est partagé entre la mairie de Las Palmas (34%), la SAUR (33%) et SACYR (33%). La SAUR est une société française spécialisée dans le traitement, la distribution et la production d eau et SACYR est l une des grandes entreprises espagnoles de construction de bâtiments. La répartition des postes entre les associés est alternée au sein de l entreprise, le conseil d administration d EMALSA étant présidé par Mr le Maire de Las Palmas Jeronimo Salavedra. AYUNTA MIENTO 34% Capital d'emalsa SACYR 33% EMALSA gère le cycle intégral de l eau des villes de Las Palmas et de Santa Brigida sur l île Gran Canaria, soit près de habitants desservis. Las Palmas est la capitale des Canaries Orientales et se situe 8m au dessus du niveau de la mer occupant une superficie de km². Santa Brigida est une localité frontalière. SAUR 33% Au total, EMALSA dessert une population de personnes (environ abonnés). 7

8 Données générales D EMALSA Population Espagnole : Population Iles Canaries : Population Isla Gran Canaria : Population desservie par EMALSA : _ 50,05% de la population de L Ile de Gran Canaria _ 20,62% de la population des Iles Canaries _ 0,92% de la population espagnole Capital Social : euros Chiffre d affaire net : euros Chiffre d affaire vente d eau : euros Personnel : 350 employés Capacité de production : m3/jour Distribution annuelle : m3 Nombre de reservoirs - Las Palmas 55 - Santa Brigida 10 Longueur du réseau de Las Palmas : 1 251kms Longueur du réseau de Santa Brigida : 100kms Bureaux d EMALSA 8

9 Production En ce qui concerne la production, il existe 3 sites différents : Las Palmas I, Las Palmas II et Las Palmas III. Planta Dual MSF Las Palmas I Las Palmas I est une centrale thermique composée de 2 étages (chaudière à vapeur et turbogénérateur) et de 4 unités d évaporation. Cette usine est actuellement arrêtée pour cause de maintenance. _ Production d eau : m3 _ Production d énergie : kWh _ Consommation: kWh Planta Dual MSF Las Palmas II _ Production d eau: _ Consommation: _ Consommation de vapeur : m kWh kg/h Planta de desalación de Osmosis Inversa Las Palmas III _ Production d eau: m3 _ Consommation: 5,5 kwh/m3 _ Récupération d énergie: 1,8 kwh/m3 _ Conversion (eau potable/eau de mer) _ Type de Membranes : Polyamide (en spirales) 9

10 Exploitation Le réseau de transport principal de l eau distribuée aux clients est constituée de 200kms de grandes canalisations, d un diamètre de 250 à 800mm, de 15 stations de pompages et 65 réservoirs. L ensemble est supervisé par des débitmètres électromagnétiques ou des débitmètres à ultrasons. Le réseau de distribution secondaire comprend lui 1000kms de canalisations d un diamètre de 20 à 200mm qui se répartissent dans 118 secteurs chacun équipé d une unité de contrôle spécifique (compteurs, débitmètres, ) supervisé à distance par une équipe de télé gestion. Cette surveillance du réseau permet entre autre de vérifier instantanément la quantité d eau dans une canalisation donnée et de pouvoir ainsi agir rapidement en cas de problème. Ce système de contrôle est un système d information géographique (G.I.S) qui permet de créer, d actualiser et de gérer une base de données. Il permet aussi d assister la télé gestion des opérations. Ce système est construit à partir : - De prévisions annuelles - Du suivi mensuel des prévisions et de la consommation - Des contrôles journaliers du réseau - Du contrôle des secteurs - De l orientation des équipes de recherche de fuites - Du suivi des opérations d actualisation et de cartographie Le département de distribution compte 140 personnes. Chaque année, plus de 5500 fuites et casses sont réparées dans un délai de 24h à 48h. Pour veiller au bon ravitaillement de la ville en eau, le service d exploitation d EMALSA dispose de : - 5 réservoirs d une capacité supérieure a m3 - Plus de 60 réservoirs d une capacité de m3-5 stations d impulsions d eau - Plus de 80 véhicules de tout types - Un système de télégestion - Un laboratoire - Un Service Qualité Le département d exploitation d EMALSA se trouve au lieu dit Las Brujas situé en périphérie de la ville de Las Palmas, il est ainsi plus facile pour les équipes d intervention de se rendre sur site. 10

11 Guy Fournier EMALSA - Dirección Explotación Organización actual de los puestos de trabajo Director Explotación Daniel Perez Jefe Distribución Benito Viera Resp. Red Transporte y Mantenimiento Alberto Socorro Orlando Talavera Subcapataz Red de Transporte Fontaneros y turnos Red de Transp Encargado Mant.Electrico Mantenimiento electrico Amadeo Torres Fernando López Encargado Mant.Mecanico Mantenimiento mecanico Tecnicó Distrib. Ciudad Felipe Talavera Rámon Tejera Juan Carlos Rodriguez Juan Guerra Encargados Ciudad Fontaneria Ciudad Tecnicó Distrib. Extrarradio Encargados Extrarradio Fontaneria Extrarradio Nicolas Perez Daniel Suarez Jefe de almacén y compras Almacen y compras de agua Tecnicó de Seguridad Juan Manuel Godoy Administrativos Tecnicó de Santa Brigida Captaciones Jeronimo Brito Subcapataz Santa Brigida Santa Brigida y Captaciones Ezequiel Morales Jefe planificación y control Francisco Sanchez Resp busqueda de fugas y sectorización Francisco Martin Encargado Mant.eletronico Alejo Lorenzo Subcapataz Mant.Electronico Cruz Lopez Telemando Busqueda de Fugas y Sectorización Octavio Tejera Subcapataz Busq.Fugas y Sectorización Resp. AMIGO Ayudante Juan Carlos Mayor Resp.GIS y Informatica Delineación Lucia Aleman Eusebio Brito Maria Luisa Santana Res.Obras Subcapataz Obras Jefa laboratorio y Calidad del agua Asunción Ayudante Laboratorio Subcapataz Control de calidad Laboratorio y toma de Página 1 Director Ingenieros Nivel 12 Ingenieros o tecnicós Nivel 11 Ingenieros o tecnicós Nivel 10 Tecnicós Nivel 9 Encargados Nivel 8 Subcapataces Nivel 7 Otros Niveles 6 11

12 C) Présentation de Saur Le groupe Saur est un des 3 leaders de la sous-traitance des services de l eau pour les collectivités locales en France. C est également un des grands groupes de référence dans la construction et la réalisation d ouvrages liés au traitement de l eau. Depuis sa création en 1933, le groupe SAUR a connu un fort développement en passant du statut d opérateur local dans la gestion des contrats à un statut de protagoniste national dans le traitement de l eau. Le groupe SAUR s est autant développé en France qu au niveau international, en augmentant sa base de donnée clients hors de ses frontières mais également au delà des collectivités locales en traitant avec des clients industriels. Avec collaborateurs, le groupe SAUR traite en France près de 5300 contrats et plus de 1000 contrats de traitement de déchets, ce qui équivaut respectivement à 5,5 millions de consommateurs et près de 5 millions d habitants. 12

13 Travaux réalisés dans l entreprise Sujet : Etude de l influence d actions correctives succeptibles d améliorer le rendement du réseau d eau potable de Las Palmas Objectif : Définir puis mesurer l influence d actions correctives menées par le personnel d EMALSA durant les années sur le rendement du réseau de distribution d eau potable et orienter les actions les plus favorables Il s agit dans un premier temps de définir et d étudier les différentes actions correctives menées, puis d en analyser les résultats et les conséquences mesurables sur le rendement afin d en tirer les conclusions adéquates. Ces conclusions permettront de dire laquelle ou lesquelles de ces actions s avèrent les plus efficaces dans l amélioration du rendement du réseau. En plus de ce sujet principal, j ai aussi pu apprendre le fonctionnement de différents services, j ai également participé à des réunions qualité ayant pour objet la mise en place de processus qualité. Je me suis rendu sur le terrain pour aider sur certains chantiers ou pour superviser la recherche de fuites et la maintenance des appareils de télé lecture. 13

14 Définition des actions correctives Après état des lieux et analyse des données, les principales actions correctives mises en place depuis 2005 par EMALSA sont : La recherche de fuites La télé lecture Le changement de compteurs A) Etude des actions menées sur le réseau 1. La recherche de fuites Depuis de nombreuses années, la politique de l entreprise EMALSA est d améliorer le rendement de la distribution de l eau potable dans la ville de Las Palmas et de ses alentours. Pour améliorer ce rendement, de nombreuses actions sont menées et notamment le développement de la recherche de fuites (appelé : FUGAS) Ce département au sein du centre d exploitation de Las Brujas se compose de 6 équipes de 2 personnes se relayant durant la journée pour rechercher les fuites dans les canalisations du réseau de distribution de l eau. Cette recherche peut s effectuer de deux façons différentes : Mesures de Terrains Préventives L équipe se rend sur un secteur déterminé ou la consommation d eau est élevée afin de le contrôler, c'est-à-dire «d écouter» les rues composant ce secteur afin de voir si elle peut détecter une fuite. Dans ce cas, la recherche de fuite est assez difficile car le secteur peut être plus ou moins grand et comporter plus ou moins de rues. L écoute est réalisée par des appareils décrits plus loin. Afin de mener au mieux son travail, l équipe doit faire preuve d une grande capacité d observation afin de remarquer certains détails pouvant laisser croire une fuite (ex : flaque d eau, trottoir affaissés, infiltrations, plaques de mousse ) Des manœuvres de vannes, d ouverture et de fermeture de canalisations sont aussi programmées pour vérifier les débits. Réclamation Client Après avoir reçu une note de la part du Telemando l équipe se rend chez les particuliers ou sur le lieu ou a été signalé une fuite par un tiers afin de trouver la fuite en question Cette méthode est plus directe : l équipe sait où elle doit se rendre et écoute une portion de canalisation bien déterminée afin de trouver la fuite. Dans les deux cas l équipe de recherche de fuite est munie d un véhicule spécifique et de divers appareils d écoute : 14

15 Appareil de détection de fuites Véhicule de l équipe Le plus utilisé est celui représenté sur la photo de gauche, il se compose d une paire d écouteurs, d un appareil à ultrasons et d un trépied. Le principe de cet appareil à ultrasons est basé sur le fait que dans une canalisation donnée l eau a un écoulement laminaire qui produit un son caractéristique. Toute modification de cet écoulement induit un son différent à cet endroit qui est enregistré. L appareil est constitué d un boîtier et d un capteur de son. L appareil est paramétré avant toute utilisation : diamètre de la canalisation, type de matériaux constitutifs ; le bruit ambiant peut également être atténué. Une fois ces paramètres de fonctionnement saisis, l utilisateur suit le trajet de la canalisation en posant le trépied le long de celle-ci afin de noter toute variation sonore, ce qui signifierait une fuite. La marge d erreur est faible : l appareil est renvoyé en usine pour sa maintenance tout les an. Le trépied Exemples d utilisation Afin d être le plus précis possible, une fois le bruit de la fuite détecté, l utilisateur cherche le point ou le bruit est le plus fort, c est l endroit ou la fuite à le plus de chance de se trouver. Cependant, pour ne pas passer à coté de la fuite, l équipe marque une zone de 50cms environ en partant du point ou le bruit est le plus fort et de chaque coté de ce centre. Une fois la fuite repérée par l équipe, elle procède au marquage de celle-ci afin de signaliser son emplacement à l équipe des travaux qui effectuera la réparation. 15

16 Exemple de marquage Les fuites peuvent se situer partout le long de la canalisation, mais souvent celles-ci se situent près des «acometidas» (valves de fermetures/ouverture). C est pourquoi lors de la recherche de fuite ces valves sont systématiquement contrôlées. Les vieilles «acometidas» sont en fonte, pour éviter toute fermeture ou ouverture non voulue de ces valves ainsi que les vols pour revente, EMALSA les remplace par de nouvelles munies de clefs empêchant leur ouverture. Acometidas Vieille Acometidas Neuve Un autre appareil peut être utilisé, il s agit du corrélateur. Le principe de cet appareil est basé sur le fait que l écoulement de l eau produit des ondes spécifiques mesurables et enregistrables d un point à un autre du réseau. Toute modification (donc fuites ou obstruction) de cet écoulement à un endroit donné induit aussi une modification de ces ondes également mesurable. L appareil est constitué de deux balises et d un boîtier enregistreur. L utilisation est simple : une balise A se place à un endroit de la canalisation, une balise B à un autre endroit. L utilisateur saisi les paramètres de fonctionnement (type et diamètre de la canalisation, distance entre les 2 balises, ). Une fois la mesure réalisée, l appareil affiche la distance par rapport à la balise A ou B de la fuite. La marge d erreur est très faible. 16

17 2. La télé lecture Cependant l équipe de recherche de fuites ne se limite pas qu à la recherche des fuites, elle intervient également dans la maintenance des appareils de télé lecture. La lecture des données des secteurs se fait désormais grâce à des appareils de télé lecture et non plus par des lecteurs qui allaient tout les 15 jours de compteur en compteur pour relever les valeurs. Cette méthode apporte une vision réelle plus concrète de la consommation en eau. Elle permet ainsi un suivi approfondi de tous les secteurs et la détection plus rapide des différents problèmes qui peuvent survenir sur les compteurs ou sur les différents secteurs. En effet, dans le cas ou par exemple le compteur ne fonctionne plus, il ne faut plus attendre 15 jours que le lecteur passe pour constater que le compteur ne fonctionne plus, grâce à la télé lecture si suite à un appel, les données présentent un changement suspect, une personne est envoyée sur place afin de vérifier le bon fonctionnement du compteur. Le suivi étant amélioré, le rendement l est aussi car le volume d eau distribué est ainsi contrôlé à tout moment tout comme le volume d eau consommé et ce dans chaque secteur. Le principe de la télé lecture repose sur l envoi des données de consommation par simple appel téléphonique. L appareil (appelé CELLBOX du nom de son constructeur) est muni d une carte SIM, d une antenne et d un système de lecture du compteur. Exemples de CELLBOX Les CELLBOX sont installés sur les compteurs d entrée des secteurs ainsi qu à des endroits clefs (ex : hôpital, grands consommateurs, certains particuliers, ). Ils permettent un contrôle permanent et une couverture assez étendue et précise du réseau. Le CELLBOX est configuré à l aide d un ordinateur portable (paramètres configurés : le type de compteur, le débit, le diamètre de canalisation, l heure d appel ). Par la suite, chaque appareil appelle un centre de télé gestion à une heure précise et toutes les informations sont contenues dans cet appel. 17

18 Exemples de programmation des CELLBOX L avantage de ce système réside dans le fait que l on peut programmer l appareil pour qu il effectue une mesure à un moment précis. La lecture du compteur est donc mise à jour très régulièrement (en général une lecture tout les 4 jours) et permet un suivi plus précis du réseau de distribution toujours dans l optique d améliorer le rendement. Cependant, les CELLBOX peuvent tomber en panne. Le plus souvent la panne est due à un mauvais positionnement de l antenne (donc un problème de couverture réseau) ou à un mauvais fonctionnement du système de lecture du compteur. Système de lecture du compteur Antenne Selon la panne, l équipe change donc le système de lecture du compteur où change le CELLBOX. Lors d un changement de CELLBOX il faut reprogrammer le nouvel appareil avec les données de l ancien appareil et effectuer un appel test au centre de télé gestion. L appareil défectueux est réparé à l atelier de Las Brujas. L équipe est aussi amenée à installer de nouveaux appareils de télé lecture car le réseau se développe quotidiennement et il faut pouvoir en garder le contrôle. (voir Exemple de mise en place d un CELLBOX) Tous les appels émis par les CELLBOX sont centralisés au centre de télé gestion «El Telemando». 18

19 Le Telemando est composé d une équipe de quatre personnes qui analysent en permanence le réseau sur des écrans de contrôle. En cas de problèmes, il peut à distance contrôler le réseau en ouvrant ou fermant certaines canalisations. Il centralise également les «notas» (demandes d interventions pour une fuite) ainsi que les rapports des équipes de fuites sur les différentes interventions de la journée. Il joue le rôle d aiguilleur afin de faciliter le travail des équipes de recherches de fuites et des équipes d interventions. Exemple d appel d un CELLBOX pour un contrôle (Ecran vu par le Telemando) 19

20 3. Changement de compteurs Par obligation contractuelle, EMALSA s investie dans le changement des compteurs. Chaque compteur est calibré et étalonné par les fournisseurs (Pont à Mousson, Saint Gobain) Les compteurs changés sont souvent des compteurs de gros clients (grands consommateurs) mais petit à petit les compteurs particuliers sont aussi changés. Ces changements de compteurs apportent une meilleure lecture de la consommation de chaque secteur. En effet, plus récents et plus précis, les nouveaux compteurs permettent une lecture au dixième de mètre cube avec une faible marge d erreur. Les nouveaux compteurs sont aussi plus résistants et leur durée de vie est aussi plus grande. Photos de compteurs 20

21 B) Etude de l influence de ces différentes actions 1. Recherche d informations Après avoir étudié les différentes actions menées par EMALSA depuis l année 2005, j ai commencé à réunir des informations relatives à l amélioration du rendement du réseau de transport : recherche de fuites, changement de compteur, télé lecture et changement de canalisations. Chaque entreprise a une manière de classer ses données différente. En ce qui concerne EMALSA, les informations sont stockées par bimestre. Je suis dans un premier temps rentré en contact avec les différents services de l entreprise afin de pouvoir récolter toutes les informations nécessaires à la réalisation de mon sujet de stage. Certaines données n étaient pas présentées sous forme bimestrielle mais sous forme mensuelle ou hebdomadaire. Plusieurs tableaux Excel ont ainsi été réalisés afin de pouvoir organiser toutes les informations. Cependant, je n ai pas pu recueillir toutes les informations de 2005 car les systèmes de télé lecture n étaient pas présents partout. Malgré cela j ai établi des tableaux récapitulatifs assez complets. Il m a fallu également un certains temps pour prendre connaissance du réseau et des différents secteurs que je devrais étudier. Depuis 2004, EMALSA a adopté une nouvelle méthode de division de la ville : la sectorisation. Petit à petit la ville de Las Palmas et de Santa Brigida est divisée en secteurs afin d améliorer le rendement des équipes de travail. Actuellement, le réseau de transport se divise en 118 secteurs tous contrôlés par le Telemando et les équipements de télé lecture. Cette sectorisation permet d apporter une meilleure lecture du réseau et de le contrôler au mieux car toutes les données d entrée et de sortie du secteur sont connues. Seul point négatif, certains secteurs communiquent entre eux, c'est-à-dire que par exemple si un secteur manque d eau pour une raison X, de l eau du secteur frontalier sera envoyée à ce secteur entraînant ainsi une erreur de lecture qu il est parfois impossible d expliquer. 21

22 2. Mise en forme des informations Une fois les informations recueillies (nombre de fuites, de casses, de changement de compteurs, de changement de canalisations, de «Promedios», de mètre cube distribués et consommés), je les aie classées par année pour avoir une meilleure lecture et un accès plus facile, car les données de départ étaient sous forme «brute», c est à dire que toutes les années et les secteurs étaient mélangés. Puis je les aie classés par bimestre de façon à pouvoir comparer chaque bimestre de chaque année et avoir ainsi des résultats cohérents. J ai commencé par réaliser des tableaux permettant de quantifier les «Promedios» (moyenne consommée par un utilisateur), les «Reales» (quantité d eau réelle consommée par les clients) et les «Minimos» (minimas consommés). J ai retranscris sous forme graphique ces résultats par année, par bimestre et par Zone. Par ailleurs, ces graphiques et ces données ont permis à l ingénieur avec qui je travaillais d organiser une réunion sur l utilité des changements de compteurs sur une zone donnée. J avais ainsi à disposition les valeurs par zone et par secteur, ce qui rendu ensuite ma tâche plus simple une fois les secteurs à étudier choisis. Reales por Bimestre y por Zonas Reales Bimeste 1 Reales Bimeste 2 Reales Bimeste 3 Reales Bimeste 4 Reales Bimeste 5 Reales Bimeste Reales Zonas Exemple de schéma récapitulatif pour les «Reales Année 2005» Le travail de mise en forme des données fut assez long car il y avait beaucoup de données à traiter. Après avoir compilé toutes les informations, une réunion avec l ingénieur, mon tuteur de stage et l équipe de recherche de fuites a permis de déterminer les secteurs que j allais étudier. Le choix des secteurs fut délicat car je voulais étudier des secteurs ayant des caractéristiques différentes les uns des autres pour pouvoir traiter plusieurs cas différents et ainsi avoir des conclusions complémentaires en fonction du secteur choisi. 22

23 J ai passé suite à cette réunion une semaine sur le terrain avec l équipe de recherche de fuite pour essayer de selectionner les secteurs adéquats. Au cours de cette semaine j ai parcouru les 118 secteurs du réseau de transport, selectionnant au fur et à mesure les plus interessants. L idéal aurait été pour l entreprise que je réalise mon étude sur l ensemble des secteurs, cependant par manque de temps j ai du me limiter à 10 secteurs soit environ 10% du réseau. Le choix des secteurs fut donc assez varié, en effet, j ai été amené à étudier des secteurs ou les habitations sont récentes, un autre ou la majorité des bâtiments sont des immeubles, un secteur regroupant le quartier le plus ancien de la ville de Las Palmas, un secteur «commercial», un secteur ou l activité est plus importante la nuit Ce choix éclectique m a ainsi permis de traiter des cas assez différents et variés, donnant ainsi un relief supplementaire à mon étude. Une fois les secteurs choisis, j ai eu une seconde réunion avec mon tuteur de stage afin de savoir sous quelle forme j allais exploiter mes résultats. Nous nous sommes interrogés sur la façon la plus simple et la plus précise de présenter ces résultats ainsi que les différentes données. Nous avons donc mis au point un tableau récapitulatif pour chaque secteur présentant l ensemble des informations nécessaires. Tableau type pour chaque secteur étudié Une fois cette méthodologie choisie, j ai pu commencer l analyse de tous les tableaux. 23

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER

Fiche de lecture de PFE Guillaume HEMMERTER 1. INTRODUCTION Les maîtres d ouvrage ou propriétaires de patrimoine immobilier qui s engagent dans la construction ou la rénovation d installations climatiques veulent avoir la certitude d obtenir le

Plus en détail

Plus De Cartouches 2013/2014

Plus De Cartouches 2013/2014 Plus De Cartouches 2013/2014 Page 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ET PRESENTATION...3 MISSIONS...4 LE CONTEXTE DES MISSIONS...4 LES OBJECTIFS...4 LES CONTRAINTES...5 REALISATIONS...6 CHOIX EFFECTUÉS...6 RÉSULTATS...10

Plus en détail

Amélioration du rendement du réseau d eau potable de la Ville de Fès

Amélioration du rendement du réseau d eau potable de la Ville de Fès Amélioration du rendement du réseau d eau potable de la Ville de Fès Najib Lahlou- Mimi Directeur Général NRW reduction in urban water utilities Center for Mediteranean Integration Marseille January 22-23,

Plus en détail

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel

Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014. Stage de formation au recrutement et au placement de personnel IPAG Business School Rapport de stage de gestion 2 ème année de formation 06 Janvier 14 Mars 2014 LALLEMAND Thibault Groupe : 2S81 Stage de formation au recrutement et au placement de personnel Adecco

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture

Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse. réalisée pour l Office fédéral de la culture Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la culture OFC Enquête sur l importance du patrimoine en Suisse réalisée pour l Office fédéral de la culture Juillet 2014 Table des matières 1.

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE»

IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» IA54 Compte-rendu «STATIONNEMENT AUTOMATIQUE DE VEHICULE» Henri Payno - Cyril Bailly 1/12/2011 SOMMAIRE 1. Introduction... 3 2. Contraintes... 3 3. Architecture globale... 4 4. Interface... 5 A. Scène

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations BTS Comptabilité et Gestion des Organisations Recueil de témoignages de titulaires d un bac STG ou professionnel de comptabilité 12 rue Dessaignes 41016 BLOIS CEDEX bts-dessaignes.org Téléphone : 02 54

Plus en détail

Service de distribution de l eau à Rennes. Stratégie de renouvellement du réseau

Service de distribution de l eau à Rennes. Stratégie de renouvellement du réseau Service de distribution de l eau à Rennes Stratégie de renouvellement du réseau David Clausse Syndicat Mixte de Production d eau potable du Bassin Rennais Rencontres de l'eau en Loire Bretagne Gestion

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU Entre Le propriétaire (nom et adresse) de l immeuble situé composé de logements et autre. désigné dans la présente convention par «le

Plus en détail

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident?

Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Comment calculer les contributions de chaque mois à la mortalité annuelle par accident? Le débat sur les conséquences de l affaiblissement du permis à points par un amendement à la LOPPSI2, qui double

Plus en détail

Rapport d étude de couverture

Rapport d étude de couverture Rapport d étude de couverture Conseil Général de la Somme Conseil Général de la Somme 43 rue de la République 80026 Amiens 24/07/2007 Page 1 sur 64 Sommaire : 1. CONDITIONS D ETUDES :... 3 1.1. Les objectifs

Plus en détail

Le panneau solaire assure cette conversion d énergie grâce à de nombreuses cellules photovoltaïques étant montées en série ainsi qu en dérivation.

Le panneau solaire assure cette conversion d énergie grâce à de nombreuses cellules photovoltaïques étant montées en série ainsi qu en dérivation. Introduction : La voiture solaire est un thème qui s inscrit dans une problématique et un contexte qui sont devenus récurrents ces dernières années, celle du développement durable. C est une voiture qui

Plus en détail

Les Compteurs d Eau Chaude : Décision, Calcul du coût d un m3. et Economies.

Les Compteurs d Eau Chaude : Décision, Calcul du coût d un m3. et Economies. Les Compteurs d Eau Chaude : Décision, Calcul du coût d un m3 et Economies. Le coût de l Eau Chaude Sanitaire (ECS) est de plus en plus élevé, ceci pour trois raisons : la consommation d eau chaude augmente

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES GRATUITS ET INNOVANTS POUR OPTIMISER CONSOMMATIONS ET FACTURES D EAU

DOSSIER DE PRESSE UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES GRATUITS ET INNOVANTS POUR OPTIMISER CONSOMMATIONS ET FACTURES D EAU DOSSIER DE PRESSE UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES GRATUITS ET INNOVANTS POUR OPTIMISER CONSOMMATIONS ET FACTURES D EAU DOSSIER DE PRESSE - LANCEMENT NOUVELLE GAMME DE SERVICES NOVEO 1/11 Paris, le 5 octobre

Plus en détail

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre?

Les pourcentages. A) Tout d abord, quelques notions de base à maîtriser. 1- Comment calculer le pourcentage d un nombre? Les pourcentages Cette séance est dédiée à l étude des pourcentages. Bien comprendre cette séance s avère être un passage obligé si vous souhaitez aborder de manière sereine les séances concernant les

Plus en détail

RAPPORT PROJET PROFESSIONNEL. Outil de Prévision de l Eau Facturée

RAPPORT PROJET PROFESSIONNEL. Outil de Prévision de l Eau Facturée RAPPORT PROJET PROFESSIONNEL Outil de Prévision de l Eau Facturée Présenté par Ugo BOESSO et Emilie DELIAT 07 Philippe AUDRA.,... Tuteur académique Hugo BOURGEOIS, Lyonnaise des Eaux... Tuteur professionnel

Plus en détail

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude.

Chapitre 3 : Mesure et Incertitude. Chapitre 3 : Mesure et ncertitude. Le scientifique qui étudie un phénomène naturel se doit de faire des mesures. Cependant, lors du traitement de ses résultats ce pose à lui la question de la précision

Plus en détail

VANDENBROUCKE Jimmy. RAPPORT DE STAGE Découverte de l entreprise CELTIC LEVAGE

VANDENBROUCKE Jimmy. RAPPORT DE STAGE Découverte de l entreprise CELTIC LEVAGE VANDENBROUCKE Jimmy TC1C RAPPORT DE STAGE Découverte de l entreprise CELTIC LEVAGE CELTIC LEVAGE Manutention Transfert Stockage int / ext - Transport 03 21 45 04 28 03 21 45 22 68 PRESENTATION Celtic levage

Plus en détail

RAPRE : U 51 Réalisation d une activité professionnelle en relation avec une entreprise

RAPRE : U 51 Réalisation d une activité professionnelle en relation avec une entreprise SIVAKUMAR Sajeen Etudiant en Brevet de Technicien Supérieur Assistance Technique d Ingénieur RAPRE : U 51 Réalisation d une activité professionnelle en relation avec une entreprise 1 SOMMAIRE Remerciement

Plus en détail

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :...

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :... Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 Méthodologie...3 L opération de prospection...3 Cible :... 3 Objectifs :... 4 Fichier client :... 5 Information nécessaire pour mieux vendre :...6 Les techniques

Plus en détail

DÉCENTRALISATION DE L EAU CHAUDE SANITAIRE AU CERN? S. Deleval. Résumé

DÉCENTRALISATION DE L EAU CHAUDE SANITAIRE AU CERN? S. Deleval. Résumé DÉCENTRALISATION DE L EAU CHAUDE SANITAIRE AU CERN? S. Deleval Résumé Les réseaux de distribution de fluides au travers du site du CERN datent dans certains cas, du début du laboratoire et sont toujours

Plus en détail

Rapport de stage. Académie de Versailles. Stage effectué chez Tui France. 32, rue Jacques Ibert. 92300, Levallois Perret

Rapport de stage. Académie de Versailles. Stage effectué chez Tui France. 32, rue Jacques Ibert. 92300, Levallois Perret Rapport de stage ANTONIO John Ervin Lycée Montalembert BTS SIO2 Option SISR Académie de Versailles Stage effectué chez Tui France 32, rue Jacques Ibert 92300, Levallois Perret Du 17 Novembre au 20 Décembre

Plus en détail

ROBOT INSPECTEUR DE CABLES

ROBOT INSPECTEUR DE CABLES Barra Jérémy TS1 SSI ROBOT INSPECTEUR DE CABLES En ce début d année de terminale S Si, nous ont été présentés différentes idées de projets que l on pourrait réaliser pour notre projet personnel encadré.

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

Récupération de l eau de pluie

Récupération de l eau de pluie Récupération de l eau de pluie La station récupère les eaux de pluie. Acte citoyen en France, mesure obligatoire en Belgique, la récupération des eaux de pluie est une alternative très intéressante pour

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

Étude de Cas Client LINPAC Packaging poursuit sa stratégie de gains de performance avec Shopfloor- Online, le MES de Lighthouse Systems

Étude de Cas Client LINPAC Packaging poursuit sa stratégie de gains de performance avec Shopfloor- Online, le MES de Lighthouse Systems Étude de Cas Client LINPAC Packaging poursuit sa stratégie de gains de performance avec Shopfloor- Online, le MES de Lighthouse Systems Gains de productivité et réduction des coûts assurent le retour sur

Plus en détail

Amélioration de la performance et de l efficacité

Amélioration de la performance et de l efficacité Amélioration de la performance et de l efficacité Aperçu des activités menées en 2012 Amélioration de l outil de communication d informations sur la performance et perfectionnement des indicateurs clefs

Plus en détail

Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière?

Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière? Téléphonie mobile et itinérance Les offres actuelles des opérateurs sont-elles adaptées à notre région frontalière? Dans le secteur de la téléphonie mobile, les frontières européennes ne sont pas encore

Plus en détail

Énergies renouvelables

Énergies renouvelables REFERENCES : 7 QUALEADER 92, Rue René Coty 85000 La Roche sur Yon Tél. : 02 51 47 96 98 Fax : 02 51 47 71 26 Email : jean-philippe.leger@qualeader.com Effectif : 7 salariés Activité : Audit, Conseil, Formation,

Plus en détail

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique?

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique? INTERVIEW DE THIERRY CLEMENT Thierry CLEMENT (82) est l auteur du «Guide complet de l analyse technique pour la gestion de vos portefeuilles boursiers», publié aux Editions MAXIMA et parrainé par la revue

Plus en détail

Aquis. Gestion de réseaux hydrauliques

Aquis. Gestion de réseaux hydrauliques Aquis Gestion de réseaux hydrauliques 80% de votre capital est investi dans le réseau de distribution Aquis vous donne un contrôle total 2 Un avenir plein de défis Sans informations en temps réel relatives

Plus en détail

BG Ingénieurs Conseil, Genève

BG Ingénieurs Conseil, Genève BG Ingénieurs Conseil, Genève Diego Salamon, employeur Sur mandat de l AI, Cadschool nous a demandé si nous serions prêts à accueillir un stagiaire pendant trois mois. Nous connaissions cet institut de

Plus en détail

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE

GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE GÉNIE CLIMATIQUE ET ENERGÉTIQUE FICHE DE LECTURE MISE EN PLACE D UNE METHODOLOGIE D AUDIT ENERGETIQUE Projet de Fin d Etudes réalisé à Apave Liban Par Corentin Demolder Encadré par Bassam Habre Tuteur

Plus en détail

Avril - Mai -Juin Projet de programmation PHASE DE CODAGE. IUT DE VANNES - Juan Joal. CADIC Julien - PINSARD Antoine

Avril - Mai -Juin Projet de programmation PHASE DE CODAGE. IUT DE VANNES - Juan Joal. CADIC Julien - PINSARD Antoine 2012 Avril - Mai -Juin Projet de programmation PHASE DE CODAGE IUT DE VANNES - Juan Joal CADIC Julien - PINSARD Antoine Structure pédagogique PROJET AP5 Plus que quelques lignes à coder et nous aurons

Plus en détail

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon

Yvon CAVELIER. Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants. A l Assaut du ZE-Couillon Yvon CAVELIER Méthode n 31 du Club des Turfistes Gagnants A l Assaut du ZE-Couillon Réservé aux membres du Club Des Turfistes Gagnants Copyright 2010 - Page 1 Table des Matières I - CE QUI A CHANGE DANS

Plus en détail

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES

Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263 FONTENAY-AUX-ROSES RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION D'ORLÉANS CODEP-OLS-2014-033015 Orléans, le 16 juillet 2014 Monsieur le Directeur du Centre d Etudes Commissariat à l Energie Atomique et aux énergies alternatives BP 6 92263

Plus en détail

Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012

Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012 Rapport de stage à l INAMI, services des soins de santé, 6-17 février 2012 Par Thierry GAHUNGU, Etudiant en master 2, politique et gestion des systèmes de santé Sous la supervision de Mr Thomas Rousseau,

Plus en détail

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL

3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3. FORMATION EN MILIEU PROFESSIONNEL INTERNATIONAL 3.1. CONCEPT La formation professionnelle doit être envisagée comme un moyen de fournir aux étudiants les connaissances théoriques et pratiques requises

Plus en détail

VIALAR Yoann. Année scolaire 2012-2013. Rapport d activités

VIALAR Yoann. Année scolaire 2012-2013. Rapport d activités VIALAR Yoann Année scolaire 2012-2013 Rapport d activités 1 Sommaire 1. Présentation de l entreprise a. Description b. Les activités 2. Les activités dans l entreprise a. Présentation de l activité c.

Plus en détail

Apprendre la dichotomie avec Colobot

Apprendre la dichotomie avec Colobot Apprendre la dichotomie avec Colobot CHABALIER Nicolas MONCEL Arnaud Année Universitaire 2014 2015 1 Apprendre la dichotomie avec Colobot Présenté par CHABALIER Nicolas et MONCEL Arnaud Tuteur : Jacques

Plus en détail

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel

L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL. Les grandes masses du bilan fonctionnel L ANALYSE DU BILAN FONCTIONNEL Le bilan comptable renseigne sur l état du patrimoine de l entreprise. Il peut être défini comme étant la «photographie comptable de l entreprise à une date donnée». Le bilan

Plus en détail

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch

Pour en savoir plus sur le projet initial : www.qualicarte.ch Le projet QualiCarte a été initié par la Conférence suisse de la formation professionnelle en collaboration avec des organisations suisses du monde du travail, et plus particulièrement l Union suisse des

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

OUTIL CIRCULATEUR DE CHAUFFAGE : les bonnes pratiques SIG-éco21/immobilier

OUTIL CIRCULATEUR DE CHAUFFAGE : les bonnes pratiques SIG-éco21/immobilier Au bureau: 1. Demander à la régie ou au propriétaire: a) le numéro du compte de contrat (compris entre 200'000'000 et 200'999'999) b) le numéro du compteur électrique desservant la chaufferie (compris

Plus en détail

Rapport de stage IFMSA à l étranger BERGEN, NORVEGE Juillet 2013

Rapport de stage IFMSA à l étranger BERGEN, NORVEGE Juillet 2013 Rapport de stage IFMSA à l étranger BERGEN, NORVEGE Juillet 2013 Service de Gynécologie-Obstétrique Haukeland universitetssjukehus DFGSM3, Université de ROUEN Année 2012-2013 Accueil d une étudiante Croate

Plus en détail

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU

ARCHITECTURE ET DECORATION RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU DU 14 AU 18 DECEMBRE 2009 THOMAS MASSONNEAU RAPPORT DE STAGE - CLASSE DE 3E ARCHITECTURE ET DECORATION Collège Sainte-Marie des Ursulines 34, avenue de la Colonne 31500 TOULOUSE Tél. 05 34 25 28 61 Fax.

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement ---

La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- La prise en compte de l accessibilité par les services de la voirie et du stationnement --- Le stationnement PMR Etat des lieux et prise en compte des évolutions réglementaires à Lille Métropole M. Courbot

Plus en détail

Programme d économies d eau 2009-2012

Programme d économies d eau 2009-2012 Programme d économies d eau 2009-2012 Ville de Rennes L eau potable sur le bassin rennais Le Syndicat Mixte de Production d eau potable du Bassin Rennais (SMPBR) a les compétences suivantes : Production

Plus en détail

SOMMAIRE. REVILLON CHOCOLATIER Le Coteau (42) Analyse comparative production Chaufferie Vapeur

SOMMAIRE. REVILLON CHOCOLATIER Le Coteau (42) Analyse comparative production Chaufferie Vapeur SOMMAIRE 11... IINSSTALLATIIONSS ACTUELLESS... 2 22... PERFORMANCESS ACTUELLESS... 11 22...11. Ennrreeggi iisst trreemeennt tss... 11 22...22. Reennddeemeennt tss eet t vvaal lleeuurrss ccaarraacct téérri

Plus en détail

La sécurité électrique: prévenir les pannes pour éviter les réparations inutiles

La sécurité électrique: prévenir les pannes pour éviter les réparations inutiles técnicos La sécurité électrique: prévenir les pannes pour éviter les réparations inutiles // Il y a 50 ans personne ne pouvait prévoir l extension et l intensification que prendrait la production avicole

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

Étude sur les «Pratiques énergétiques des PME»

Étude sur les «Pratiques énergétiques des PME» Étude sur les «Pratiques énergétiques des PME» 1. Données sur l entreprise a) Pays : FRANCE b) Nombre d employés : 0 9 10 49 50-99 100-249 250 c) Chiffre d affaires annuel en millions d EUROS : < 2 2-5

Plus en détail

LA télégestion L o u t i l p o u r l e con t rô l e et l a g e s t i on à d i s ta n ce de v o s i n s ta l l at i on s

LA télégestion L o u t i l p o u r l e con t rô l e et l a g e s t i on à d i s ta n ce de v o s i n s ta l l at i on s LA TÉLÉGESTION L o u t i l p o u r l e c o n t r ô l e e t l a g e s t i o n à d i s t a n c e de vos installations La télégestion : VOS BESOINS Sécurité des installations Etre alerté à tout moment d un

Plus en détail

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009

Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Classification et accords de salaires pour les salariés des entreprises du paysage CCN du 10 octobre 2008 étendue le 25 mars 2009 Les entreprises du paysage de la CNATP ont 6 mois après la date d extension

Plus en détail

22.05.2014 / 4.1. Conduite d eaux claires au chemin de Vertmont (voir plan page 4.3)

22.05.2014 / 4.1. Conduite d eaux claires au chemin de Vertmont (voir plan page 4.3) 22.05.2014 / 4.1 4. Crédit de CHF 77'000 pour l'assainissement et le remplacement d un collecteur d eaux claires dans les secteurs du Chemin de Vertmont et des berges du Merdasson aux Clouds Arrêté 1273

Plus en détail

Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme?

Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme? Pouvons-nous citer votre nom et celui de votre entreprise sur le site ou désirez-vous rester anonyme? Je m appelle Julie Remfort et je travaille au Ministère des Finances à Paris. Quel métier faites-vous

Plus en détail

CollègeLouiseWeiss. Du 15 au 20 décembre 2014. STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL ANNEE SCOLAIRE 2014 2015

CollègeLouiseWeiss. Du 15 au 20 décembre 2014. STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL ANNEE SCOLAIRE 2014 2015 CollègeLouiseWeiss STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Du 15 au 20 décembre 2014. ANNEE SCOLAIRE 2014 2015 20, rue du Bois clair 91620 Nozay 01.69.80.84.42. 01.69.80.76.92. 1 Ce document vous est fourni pour

Plus en détail

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012

Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Rapport d inspection Test de fluorescéine 2012 Remis aux membres du Conseil Municipalité d Entrelacs Rédigé par Geneviève Gagnon Octobre 2012. Mise en contexte La municipalité a entrepris, en 2008, des

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes à haut rendement équipées de moteurs à aimant permanent ou de «moteurs EC» (Electronic Commutation) sont jusqu à 3x plus efficientes

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Bureau Etude. Conception d un monte charge. Godart Maxime, Niclot Pierre- Marc

Bureau Etude. Conception d un monte charge. Godart Maxime, Niclot Pierre- Marc Bureau Etude Conception d un monte charge Godart Maxime, Niclot Pierre- Marc Sommaire : Table des matières I) Objet... 3 II) Présentation générale de l organisme... 3 2.1 Présentation générale de l organisme...

Plus en détail

MADA. Municipalité Amie Des Aînés De Tadoussac

MADA. Municipalité Amie Des Aînés De Tadoussac MADA Municipalité Amie Des Aînés De Tadoussac MADA 2013 Introduction Suite au succès et à l importance d une politique familiale, la municipalité de Tadoussac désire maintenant améliorer la qualité de

Plus en détail

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES

ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES ALIMENTATION EN EAU POTABLE DES COMMUNES RURALES NATURE DES OPERATIONS - Infrastructures liées à la protection de la ressource, au traitement et à la distribution de l eau potable. BENEFICIAIRES Communes

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE

RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE RAPPORT DU PRESIDENT SUR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL ET LE CONTROLE INTERNE Mesdames, Messieurs les actionnaires, En application des dispositions de l article L. 225-37, alinéa 6, du Code de commerce,

Plus en détail

LA GESTION D ASTREINTE White Paper

LA GESTION D ASTREINTE White Paper LA GESTION D ASTREINTE White Paper GENERALITES SUR LA GESTION D ASTREINTE :... 2 POURQUOI METTRE EN PLACE UNE GESTION D ASTREINTE AUTOMATISEE?... 2 LA TRANSMISSION DE L INFORMATION, LE NERF DE LA GESTION

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Fiche eau potable. Synthèse :

Fiche eau potable. Synthèse : Synthèse : Fiche eau potable La forêt du Rousset dont une partie pourrait accueillir le projet de Center-Parcs n est actuellement pas desservie en eau potable. La commune du Rousset adhère au SIE de l

Plus en détail

INAUGURATION DE L ACCUEIL CLIENTÈLE D ORANGE

INAUGURATION DE L ACCUEIL CLIENTÈLE D ORANGE ACCUEIL CLIENTÈLE «L EAU DE MA VILLE» DOSSIER DE PRESSE 24 NOVEMBRE 2014 INAUGURATION DE L ACCUEIL CLIENTÈLE D ORANGE «L EAU DE MA VILLE» CONTACT PRESSE LYONNAISE DES EAUX PROVENCE SDEI Yaëlle BEGNATBORDE

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco

Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco UNIVERSITE PIERRE MENDES FRANCE Rapport de fin de séjour Bourse Explora Sup Stage à San Francisco Du 2 mai au 8 juillet. 2 P a g e a) Vie pratique : Logement : A San Francisco, je logeais dans une résidence

Plus en détail

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS

MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS Distribution MAXIMISER LA DISPONIBILITÉ DES PRODUITS DANS LES MAGASINS METTRE LES RUPTURES SOUS CONTRÔLE Introduction Tout distributeur veut que tous les produits soient bien présents dans ses rayons.

Plus en détail

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic

Mieux gérer le personnel. 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Mieux gérer le personnel 6 manières d optimiser le personnel et la rentabilité grâce aux données de trafic Améliorer la gestion du personnel et obtenir des résultats financiers en contrôlant le trafic

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 20 20 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du././20.. au././20.. Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom et adresse

Plus en détail

Aide au dimensionnement Pompes de circulation

Aide au dimensionnement Pompes de circulation Aide au dimensionnement Pompes de circulation 1 Généralités Les pompes de circulation des sociétés membres d Europump portent le label volontaire «Energy», qui utilise le classement de A à G déjà bien

Plus en détail

La réglementation des congés payés

La réglementation des congés payés Ressources pour les enseignants et les formateurs en français du tourisme Activité pour la classe : CFTH Crédit : Marie-José BACHMANN Les congés payés des salariés Cette fiche contient : un texte informatif

Plus en détail

Présentation de m2ocity

Présentation de m2ocity Présentation de m2ocity Télérelevé ouvert et interopérable : solutions et usages innovants pour la ville durable Septembre 2012 Le télérelevé des compteurs et capteurs intelligents peut aider à apporter

Plus en détail

HERVIEU Valentin ODDON Agathe LU Jigang. SI28 - Projet intéractif. Initiation à la langue chinoise

HERVIEU Valentin ODDON Agathe LU Jigang. SI28 - Projet intéractif. Initiation à la langue chinoise HERVIEU Valentin ODDON Agathe LU Jigang SI28 - Projet intéractif Initiation à la langue chinoise 1 Introduction En tant que groupe franco-chinois et étudiants en génie informatique, nous avons décidé d

Plus en détail

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis.

Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. Publication EMSE00-BR371A-FR-E Avril 2006 Copyright 2006 Rockwell Automation, Inc. Tous droits réservés. Imprimé aux Etats-Unis. EXPERTISE EN GESTION DE PROJET VOUS POUVEZ COMPTER SUR DES SERVICES DE GESTION

Plus en détail

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE

GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE Institut National des Sciences Appliquées de Strasbourg GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE FICHE DE LECTURE ETUDE DE SOLUTIONS DE RENOVATION DE BATIMENTS TRADITIONNELS EN ECOSSE Par MARIE JONNARD Tutrice

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013

REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013 REGIE MUNICIPALE DU SERVICE DES EAUX DE LA COMMUNE DE PAULHAN RAPPORT 2013 La Commune de Paulhan exploite en régie directe le service des eaux, dont le siège social est situé dans les locaux administratifs

Plus en détail

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE

ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE 1 Introduction ESPACE MULTIMEDIA DU CANTON DE ROCHESERVIERE Atelier «pour approfondir» Sauvegarder ses données à domicile ou sur Internet Qui n a jamais perdu des photos ou documents suite à une panne

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

FICHE DE FONCTION «RELEVEUR DE COMPTEURS»

FICHE DE FONCTION «RELEVEUR DE COMPTEURS» FICHE DE FONCTION «RELEVEUR DE COMPTEURS» d'agence Territoriale Clientèle des relevés technique Releveurs Les chargés de clientèle Les techniciens. L ensemble des acteurs des agences territoriales. Relations

Plus en détail

5.1 Responsabilités du Centre de traitement des demandes de localisation

5.1 Responsabilités du Centre de traitement des demandes de localisation 5 CARTOGRAPHIE 5.1 Responsabilités du Centre de traitement des demandes de localisation Le Centre de traitement des demandes de localisation exploite un système d information utilisant des bases de données

Plus en détail

Manuel qualité. Société AMO GOURDEL l usinage numérique Mécanique générale de précision

Manuel qualité. Société AMO GOURDEL l usinage numérique Mécanique générale de précision Manuel qualité Société AMO GOURDEL l usinage numérique Mécanique générale de précision Création : Oct. 2012 Atelier Mécanique de l Ouest GOURDEL Z.A La verdure 85170 Belleville sur Vie Tél : 02 51 41 08

Plus en détail

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001-

Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Forum QHSE - QUALITE Atelier thématique QUA1 -Présentation de la norme ISO 9001- Laurent GUINAUDY OC2 Consultants Atelier ISO 9001 1 Présentation du Cabinet OC2 Consultants Cabinet créé en 1996 Zone d

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

Changement dans les achats de solutions informatiques

Changement dans les achats de solutions informatiques Changement dans les achats de solutions informatiques Ce que cela signifie pour l informatique et les Directions Métiers Mai 2014 Le nouvel acheteur de technologies et la nouvelle mentalité d achat Un

Plus en détail