Etude de l influence d actions correctives susceptibles d améliorer le rendement du réseau d eau potable de Las Palmas

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude de l influence d actions correctives susceptibles d améliorer le rendement du réseau d eau potable de Las Palmas"

Transcription

1 Etude de l influence d actions correctives susceptibles d améliorer le rendement du réseau d eau potable de Las Palmas Sancho Comes Gabriel Date : du 06/04 au 06/07/2007 1

2 Ayuntamiento de Las Palmas de Gran Canaria 2

3 SOMMAIRE Sommaire 3 Informations Confidentielles 4 Remerciements 5 Introduction 6 I. Présentation d EMALSA 7 A. Problèmatique de l eau en Gran Canaria 7 B. Présentation d EMALSA 7 C. Présentation de SAUR 12 II. Travaux réalisés dans l entreprise 13 Sujet: Etude de l'influence d'actions correctives succeptibles d'améliorer le réseau d'eau potable de Las Palmas A. Connaissance des actions menées sur le réseau 1. Recherche de fuites La télé lecture Changement de compteurs 20 B. Etude de l'influence de ces différentes actions 1. Recherche d informations Mise en forme des informations Analyse des resultats Conclusions 34 C. Différentes taches effectuées dans l entreprise 1. Realisation de schémas électriques Mesures de pompes Réunions Qualité 38 III. Impressions personneles 39 A. Problèmes et difficultés rencontrées 39 B. Enseignement et points positifs 39 C. Langue et pays d accueil 39 3

4 Informations Confidentielles Dans ce rapport figure certaines informations confidentielles, EMALSA demande à l IUT de Montpellier département Mesures Physiques de ne pas reproduire ou publier ce dossier ainsi que ses annexes. 4

5 Remerciements En premier lieux je voudrais remercier mon tuteur Mr Guy FOURNIER, ainsi que Mr Gérard THIERRY Directeur Général d EMALSA sans qui je n aurais pas pu réaliser mon stage dans l entreprise EMALSA à Las Palmas de Gran Canaria. Je les remercie pour le temps qu ils m ont consacré afin de me faire connaître au mieux l entreprise. Ils m ont permis de m impliquer totalement dans la vie de l entreprise et d en connaître toutes les spécificités. Par la même occasion je voudrais également remercier les ingénieurs avec qui j'ai travaillé à savoir Francisco José SANCHEZ ORTEGA, Benito VIERA ARMAS, Ramiro MARTEL CABALLERO, Cruz LOPEZ. Malgré leur travail ils ont pris le temps de m écouter et de m aider, d être toujours disponible afin de répondre à mes questions. Je souhaiterais aussi remercier toutes les personnes avec qui j ai travaillé sur le terrain et en particulier Juan Manuel SANCHEZ et Felipe GARCIA. Ils m ont permis de travailler avec eux dans la recherche de fuites et la maintenance des appareils de télé lecture. J ai beaucoup appris sur le plan technique à leurs cotés. Pour finir je voudrais remercier toutes les personnes avec qui j ais été en contact dans l entreprise, en particulier Ezequiel MORALES HERNANDEZ, Juan Carlos MAYOR, Daniel PEREZ ARGUELLO, Juan Ramon TREJO et Jeronimo MOLINA AMERICA. 5

6 Introduction L eau est une des ressources essentielles à la vie. La gestion du cycle de l eau sur une île est un problème compliqué d autant plus quand le climat ne se prête pas aux précipitations. En tenant compte des ressources naturelles, l eau est en quantité insuffisante pour pouvoir être exploitée et distribuée aux habitants. La population sédentaire de l île ( habitants) dépend donc, pour ce qui concerne son ravitaillement en eau potable, de la capacité à produire de l eau potable à partir de l eau de mer. La société EMALSA (Empresa Mixta de Agua de Las Palmas) se charge de la production d eau potable à partir de l eau de mer en utilisant le procédé d Osmose Inverse, puis cette eau potable est transportée jusqu'à la ville de Las Palmas pour être ensuite distribuée grâce aux réseaux de transport d eau potable et de distribution. La distribution d eau constitue pour la société EMALSA une des branches principales de son activité : il faut qu EMALSA garantisse contractuellement la qualité et la disponibilité de l eau potable tous les jours. EMALSA se heurte toutefois à des problèmes de vétusté du réseau de transport d eau potable. En effet héritage de la colonisation anglaise, le réseau de transport est en mauvais état. Du fait de la qualité agressive de l eau, des oxydes de fer peuvent se former dans les canalisations. Ces dépôts peuvent diminuer le débit et provoquer même des obstructions et surtout entraînent une dégradation de la qualité de l eau (odeurs, coloration, ). Afin de remédier à ces problèmes, le département d exploitation d EMALSA veille à la mise en place de nouvelles canalisations, assure une maintenance soutenue du réseau de transport et travaille également sur le plan de la recherche de fuites. Le rendement d un réseau d eau se définit par la quantité d eau qui rentre dans ce réseau par rapport à la quantité distribuée aux clients. Il est caractéristique du réseau et permet de donner une bonne idée de l état de celui-ci. Un rendement important signifie pour l entreprise une réduction des dépenses de maintenance ainsi qu une réelle efficacité des actions menées sur le réseau. EMALSA consomme beaucoup d énergie. Face à l augmentation des coûts de l énergie et à la privatisation de ce secteur, l entreprise a mis en place différents projets afin de diminuer la consommation générale de l entreprise en matière d énergie et d utiliser des énergies renouvelables (panneaux solaires, éoliennes, ). EMALSA est une entreprise récente qui se tourne vers le futur. Sous la tutelle de SAUR, elle a décidé de se moderniser en utilisant la télé lecture. C est donc dans ce contexte qu EMALSA m a confié le projet d étude de l influence d actions correctives susceptibles d améliorer le rendement du réseau d eau potable de Las Palmas. J ai également participé à élaborations de certains processus de qualité ainsi qu à différentes missions ponctuelles notamment en matière de mesures et de recherche de fuites. Tout ceci au sein du département d exploitation sous la tutelle de Mr Guy Fournier. 6

7 Présentation de l entreprise A) Le Problème de l eau aux Canaries L archipel des Canaries se situe dans l Océan Atlantique à 1050kms de la Péninsule Ibérique et à 115kms du continent africain. Il est constitué de 7 îles : Tenerife, Gran Canaria, Lanzarote, Fuerteventura, La Gomera, El Hierro et La Palma. L eau est une ressource rare dans les îles Canaries où la situation géographique, la configuration volcanique et les caractéristiques climatiques se traduisent par de faibles précipitations. EMALSA doit répondre chaque jour à une demande en eau de m3 ce qui représente 22 millions de m3 par an environ. Jusqu en 1970, l eau desservie à la population provenait de galeries souterraines creusées dans la montagne par les anglais au début du siècle. Dans les années 70, le développement économique et démographique a obligé EMALSA à se tourner vers une autre ressource l eau de mer. Une usine de dessalement par évaporation puis par osmose inverse fut construite en périphérie de la ville. Une partie de l eau distribuée provient des puits souterrains de 300m de profondeurs ainsi que de réservoirs souterrains appartenant à EMALSA ou à des propriétaires privés. Les réserves en eau de ces réservoirs et de ces puits permettraient de couvrir 4 jours d approvisionnement. B) Présentation D EMALSA EMALSA (Empresa Mixta de Aguas de Las Palmas S.A) a vu le jour le 13 juillet De 1946 à 1993, le service de l eau était municipal sur l île de Gran Canaria. En 1993, EMALSA passe d un statut d entreprise municipale à celui d une entreprise «mixte» dont le capital est partagé entre la mairie de Las Palmas (34%), la SAUR (33%) et SACYR (33%). La SAUR est une société française spécialisée dans le traitement, la distribution et la production d eau et SACYR est l une des grandes entreprises espagnoles de construction de bâtiments. La répartition des postes entre les associés est alternée au sein de l entreprise, le conseil d administration d EMALSA étant présidé par Mr le Maire de Las Palmas Jeronimo Salavedra. AYUNTA MIENTO 34% Capital d'emalsa SACYR 33% EMALSA gère le cycle intégral de l eau des villes de Las Palmas et de Santa Brigida sur l île Gran Canaria, soit près de habitants desservis. Las Palmas est la capitale des Canaries Orientales et se situe 8m au dessus du niveau de la mer occupant une superficie de km². Santa Brigida est une localité frontalière. SAUR 33% Au total, EMALSA dessert une population de personnes (environ abonnés). 7

8 Données générales D EMALSA Population Espagnole : Population Iles Canaries : Population Isla Gran Canaria : Population desservie par EMALSA : _ 50,05% de la population de L Ile de Gran Canaria _ 20,62% de la population des Iles Canaries _ 0,92% de la population espagnole Capital Social : euros Chiffre d affaire net : euros Chiffre d affaire vente d eau : euros Personnel : 350 employés Capacité de production : m3/jour Distribution annuelle : m3 Nombre de reservoirs - Las Palmas 55 - Santa Brigida 10 Longueur du réseau de Las Palmas : 1 251kms Longueur du réseau de Santa Brigida : 100kms Bureaux d EMALSA 8

9 Production En ce qui concerne la production, il existe 3 sites différents : Las Palmas I, Las Palmas II et Las Palmas III. Planta Dual MSF Las Palmas I Las Palmas I est une centrale thermique composée de 2 étages (chaudière à vapeur et turbogénérateur) et de 4 unités d évaporation. Cette usine est actuellement arrêtée pour cause de maintenance. _ Production d eau : m3 _ Production d énergie : kWh _ Consommation: kWh Planta Dual MSF Las Palmas II _ Production d eau: _ Consommation: _ Consommation de vapeur : m kWh kg/h Planta de desalación de Osmosis Inversa Las Palmas III _ Production d eau: m3 _ Consommation: 5,5 kwh/m3 _ Récupération d énergie: 1,8 kwh/m3 _ Conversion (eau potable/eau de mer) _ Type de Membranes : Polyamide (en spirales) 9

10 Exploitation Le réseau de transport principal de l eau distribuée aux clients est constituée de 200kms de grandes canalisations, d un diamètre de 250 à 800mm, de 15 stations de pompages et 65 réservoirs. L ensemble est supervisé par des débitmètres électromagnétiques ou des débitmètres à ultrasons. Le réseau de distribution secondaire comprend lui 1000kms de canalisations d un diamètre de 20 à 200mm qui se répartissent dans 118 secteurs chacun équipé d une unité de contrôle spécifique (compteurs, débitmètres, ) supervisé à distance par une équipe de télé gestion. Cette surveillance du réseau permet entre autre de vérifier instantanément la quantité d eau dans une canalisation donnée et de pouvoir ainsi agir rapidement en cas de problème. Ce système de contrôle est un système d information géographique (G.I.S) qui permet de créer, d actualiser et de gérer une base de données. Il permet aussi d assister la télé gestion des opérations. Ce système est construit à partir : - De prévisions annuelles - Du suivi mensuel des prévisions et de la consommation - Des contrôles journaliers du réseau - Du contrôle des secteurs - De l orientation des équipes de recherche de fuites - Du suivi des opérations d actualisation et de cartographie Le département de distribution compte 140 personnes. Chaque année, plus de 5500 fuites et casses sont réparées dans un délai de 24h à 48h. Pour veiller au bon ravitaillement de la ville en eau, le service d exploitation d EMALSA dispose de : - 5 réservoirs d une capacité supérieure a m3 - Plus de 60 réservoirs d une capacité de m3-5 stations d impulsions d eau - Plus de 80 véhicules de tout types - Un système de télégestion - Un laboratoire - Un Service Qualité Le département d exploitation d EMALSA se trouve au lieu dit Las Brujas situé en périphérie de la ville de Las Palmas, il est ainsi plus facile pour les équipes d intervention de se rendre sur site. 10

11 Guy Fournier EMALSA - Dirección Explotación Organización actual de los puestos de trabajo Director Explotación Daniel Perez Jefe Distribución Benito Viera Resp. Red Transporte y Mantenimiento Alberto Socorro Orlando Talavera Subcapataz Red de Transporte Fontaneros y turnos Red de Transp Encargado Mant.Electrico Mantenimiento electrico Amadeo Torres Fernando López Encargado Mant.Mecanico Mantenimiento mecanico Tecnicó Distrib. Ciudad Felipe Talavera Rámon Tejera Juan Carlos Rodriguez Juan Guerra Encargados Ciudad Fontaneria Ciudad Tecnicó Distrib. Extrarradio Encargados Extrarradio Fontaneria Extrarradio Nicolas Perez Daniel Suarez Jefe de almacén y compras Almacen y compras de agua Tecnicó de Seguridad Juan Manuel Godoy Administrativos Tecnicó de Santa Brigida Captaciones Jeronimo Brito Subcapataz Santa Brigida Santa Brigida y Captaciones Ezequiel Morales Jefe planificación y control Francisco Sanchez Resp busqueda de fugas y sectorización Francisco Martin Encargado Mant.eletronico Alejo Lorenzo Subcapataz Mant.Electronico Cruz Lopez Telemando Busqueda de Fugas y Sectorización Octavio Tejera Subcapataz Busq.Fugas y Sectorización Resp. AMIGO Ayudante Juan Carlos Mayor Resp.GIS y Informatica Delineación Lucia Aleman Eusebio Brito Maria Luisa Santana Res.Obras Subcapataz Obras Jefa laboratorio y Calidad del agua Asunción Ayudante Laboratorio Subcapataz Control de calidad Laboratorio y toma de Página 1 Director Ingenieros Nivel 12 Ingenieros o tecnicós Nivel 11 Ingenieros o tecnicós Nivel 10 Tecnicós Nivel 9 Encargados Nivel 8 Subcapataces Nivel 7 Otros Niveles 6 11

12 C) Présentation de Saur Le groupe Saur est un des 3 leaders de la sous-traitance des services de l eau pour les collectivités locales en France. C est également un des grands groupes de référence dans la construction et la réalisation d ouvrages liés au traitement de l eau. Depuis sa création en 1933, le groupe SAUR a connu un fort développement en passant du statut d opérateur local dans la gestion des contrats à un statut de protagoniste national dans le traitement de l eau. Le groupe SAUR s est autant développé en France qu au niveau international, en augmentant sa base de donnée clients hors de ses frontières mais également au delà des collectivités locales en traitant avec des clients industriels. Avec collaborateurs, le groupe SAUR traite en France près de 5300 contrats et plus de 1000 contrats de traitement de déchets, ce qui équivaut respectivement à 5,5 millions de consommateurs et près de 5 millions d habitants. 12

13 Travaux réalisés dans l entreprise Sujet : Etude de l influence d actions correctives succeptibles d améliorer le rendement du réseau d eau potable de Las Palmas Objectif : Définir puis mesurer l influence d actions correctives menées par le personnel d EMALSA durant les années sur le rendement du réseau de distribution d eau potable et orienter les actions les plus favorables Il s agit dans un premier temps de définir et d étudier les différentes actions correctives menées, puis d en analyser les résultats et les conséquences mesurables sur le rendement afin d en tirer les conclusions adéquates. Ces conclusions permettront de dire laquelle ou lesquelles de ces actions s avèrent les plus efficaces dans l amélioration du rendement du réseau. En plus de ce sujet principal, j ai aussi pu apprendre le fonctionnement de différents services, j ai également participé à des réunions qualité ayant pour objet la mise en place de processus qualité. Je me suis rendu sur le terrain pour aider sur certains chantiers ou pour superviser la recherche de fuites et la maintenance des appareils de télé lecture. 13

14 Définition des actions correctives Après état des lieux et analyse des données, les principales actions correctives mises en place depuis 2005 par EMALSA sont : La recherche de fuites La télé lecture Le changement de compteurs A) Etude des actions menées sur le réseau 1. La recherche de fuites Depuis de nombreuses années, la politique de l entreprise EMALSA est d améliorer le rendement de la distribution de l eau potable dans la ville de Las Palmas et de ses alentours. Pour améliorer ce rendement, de nombreuses actions sont menées et notamment le développement de la recherche de fuites (appelé : FUGAS) Ce département au sein du centre d exploitation de Las Brujas se compose de 6 équipes de 2 personnes se relayant durant la journée pour rechercher les fuites dans les canalisations du réseau de distribution de l eau. Cette recherche peut s effectuer de deux façons différentes : Mesures de Terrains Préventives L équipe se rend sur un secteur déterminé ou la consommation d eau est élevée afin de le contrôler, c'est-à-dire «d écouter» les rues composant ce secteur afin de voir si elle peut détecter une fuite. Dans ce cas, la recherche de fuite est assez difficile car le secteur peut être plus ou moins grand et comporter plus ou moins de rues. L écoute est réalisée par des appareils décrits plus loin. Afin de mener au mieux son travail, l équipe doit faire preuve d une grande capacité d observation afin de remarquer certains détails pouvant laisser croire une fuite (ex : flaque d eau, trottoir affaissés, infiltrations, plaques de mousse ) Des manœuvres de vannes, d ouverture et de fermeture de canalisations sont aussi programmées pour vérifier les débits. Réclamation Client Après avoir reçu une note de la part du Telemando l équipe se rend chez les particuliers ou sur le lieu ou a été signalé une fuite par un tiers afin de trouver la fuite en question Cette méthode est plus directe : l équipe sait où elle doit se rendre et écoute une portion de canalisation bien déterminée afin de trouver la fuite. Dans les deux cas l équipe de recherche de fuite est munie d un véhicule spécifique et de divers appareils d écoute : 14

15 Appareil de détection de fuites Véhicule de l équipe Le plus utilisé est celui représenté sur la photo de gauche, il se compose d une paire d écouteurs, d un appareil à ultrasons et d un trépied. Le principe de cet appareil à ultrasons est basé sur le fait que dans une canalisation donnée l eau a un écoulement laminaire qui produit un son caractéristique. Toute modification de cet écoulement induit un son différent à cet endroit qui est enregistré. L appareil est constitué d un boîtier et d un capteur de son. L appareil est paramétré avant toute utilisation : diamètre de la canalisation, type de matériaux constitutifs ; le bruit ambiant peut également être atténué. Une fois ces paramètres de fonctionnement saisis, l utilisateur suit le trajet de la canalisation en posant le trépied le long de celle-ci afin de noter toute variation sonore, ce qui signifierait une fuite. La marge d erreur est faible : l appareil est renvoyé en usine pour sa maintenance tout les an. Le trépied Exemples d utilisation Afin d être le plus précis possible, une fois le bruit de la fuite détecté, l utilisateur cherche le point ou le bruit est le plus fort, c est l endroit ou la fuite à le plus de chance de se trouver. Cependant, pour ne pas passer à coté de la fuite, l équipe marque une zone de 50cms environ en partant du point ou le bruit est le plus fort et de chaque coté de ce centre. Une fois la fuite repérée par l équipe, elle procède au marquage de celle-ci afin de signaliser son emplacement à l équipe des travaux qui effectuera la réparation. 15

16 Exemple de marquage Les fuites peuvent se situer partout le long de la canalisation, mais souvent celles-ci se situent près des «acometidas» (valves de fermetures/ouverture). C est pourquoi lors de la recherche de fuite ces valves sont systématiquement contrôlées. Les vieilles «acometidas» sont en fonte, pour éviter toute fermeture ou ouverture non voulue de ces valves ainsi que les vols pour revente, EMALSA les remplace par de nouvelles munies de clefs empêchant leur ouverture. Acometidas Vieille Acometidas Neuve Un autre appareil peut être utilisé, il s agit du corrélateur. Le principe de cet appareil est basé sur le fait que l écoulement de l eau produit des ondes spécifiques mesurables et enregistrables d un point à un autre du réseau. Toute modification (donc fuites ou obstruction) de cet écoulement à un endroit donné induit aussi une modification de ces ondes également mesurable. L appareil est constitué de deux balises et d un boîtier enregistreur. L utilisation est simple : une balise A se place à un endroit de la canalisation, une balise B à un autre endroit. L utilisateur saisi les paramètres de fonctionnement (type et diamètre de la canalisation, distance entre les 2 balises, ). Une fois la mesure réalisée, l appareil affiche la distance par rapport à la balise A ou B de la fuite. La marge d erreur est très faible. 16

17 2. La télé lecture Cependant l équipe de recherche de fuites ne se limite pas qu à la recherche des fuites, elle intervient également dans la maintenance des appareils de télé lecture. La lecture des données des secteurs se fait désormais grâce à des appareils de télé lecture et non plus par des lecteurs qui allaient tout les 15 jours de compteur en compteur pour relever les valeurs. Cette méthode apporte une vision réelle plus concrète de la consommation en eau. Elle permet ainsi un suivi approfondi de tous les secteurs et la détection plus rapide des différents problèmes qui peuvent survenir sur les compteurs ou sur les différents secteurs. En effet, dans le cas ou par exemple le compteur ne fonctionne plus, il ne faut plus attendre 15 jours que le lecteur passe pour constater que le compteur ne fonctionne plus, grâce à la télé lecture si suite à un appel, les données présentent un changement suspect, une personne est envoyée sur place afin de vérifier le bon fonctionnement du compteur. Le suivi étant amélioré, le rendement l est aussi car le volume d eau distribué est ainsi contrôlé à tout moment tout comme le volume d eau consommé et ce dans chaque secteur. Le principe de la télé lecture repose sur l envoi des données de consommation par simple appel téléphonique. L appareil (appelé CELLBOX du nom de son constructeur) est muni d une carte SIM, d une antenne et d un système de lecture du compteur. Exemples de CELLBOX Les CELLBOX sont installés sur les compteurs d entrée des secteurs ainsi qu à des endroits clefs (ex : hôpital, grands consommateurs, certains particuliers, ). Ils permettent un contrôle permanent et une couverture assez étendue et précise du réseau. Le CELLBOX est configuré à l aide d un ordinateur portable (paramètres configurés : le type de compteur, le débit, le diamètre de canalisation, l heure d appel ). Par la suite, chaque appareil appelle un centre de télé gestion à une heure précise et toutes les informations sont contenues dans cet appel. 17

18 Exemples de programmation des CELLBOX L avantage de ce système réside dans le fait que l on peut programmer l appareil pour qu il effectue une mesure à un moment précis. La lecture du compteur est donc mise à jour très régulièrement (en général une lecture tout les 4 jours) et permet un suivi plus précis du réseau de distribution toujours dans l optique d améliorer le rendement. Cependant, les CELLBOX peuvent tomber en panne. Le plus souvent la panne est due à un mauvais positionnement de l antenne (donc un problème de couverture réseau) ou à un mauvais fonctionnement du système de lecture du compteur. Système de lecture du compteur Antenne Selon la panne, l équipe change donc le système de lecture du compteur où change le CELLBOX. Lors d un changement de CELLBOX il faut reprogrammer le nouvel appareil avec les données de l ancien appareil et effectuer un appel test au centre de télé gestion. L appareil défectueux est réparé à l atelier de Las Brujas. L équipe est aussi amenée à installer de nouveaux appareils de télé lecture car le réseau se développe quotidiennement et il faut pouvoir en garder le contrôle. (voir Exemple de mise en place d un CELLBOX) Tous les appels émis par les CELLBOX sont centralisés au centre de télé gestion «El Telemando». 18

19 Le Telemando est composé d une équipe de quatre personnes qui analysent en permanence le réseau sur des écrans de contrôle. En cas de problèmes, il peut à distance contrôler le réseau en ouvrant ou fermant certaines canalisations. Il centralise également les «notas» (demandes d interventions pour une fuite) ainsi que les rapports des équipes de fuites sur les différentes interventions de la journée. Il joue le rôle d aiguilleur afin de faciliter le travail des équipes de recherches de fuites et des équipes d interventions. Exemple d appel d un CELLBOX pour un contrôle (Ecran vu par le Telemando) 19

20 3. Changement de compteurs Par obligation contractuelle, EMALSA s investie dans le changement des compteurs. Chaque compteur est calibré et étalonné par les fournisseurs (Pont à Mousson, Saint Gobain) Les compteurs changés sont souvent des compteurs de gros clients (grands consommateurs) mais petit à petit les compteurs particuliers sont aussi changés. Ces changements de compteurs apportent une meilleure lecture de la consommation de chaque secteur. En effet, plus récents et plus précis, les nouveaux compteurs permettent une lecture au dixième de mètre cube avec une faible marge d erreur. Les nouveaux compteurs sont aussi plus résistants et leur durée de vie est aussi plus grande. Photos de compteurs 20

21 B) Etude de l influence de ces différentes actions 1. Recherche d informations Après avoir étudié les différentes actions menées par EMALSA depuis l année 2005, j ai commencé à réunir des informations relatives à l amélioration du rendement du réseau de transport : recherche de fuites, changement de compteur, télé lecture et changement de canalisations. Chaque entreprise a une manière de classer ses données différente. En ce qui concerne EMALSA, les informations sont stockées par bimestre. Je suis dans un premier temps rentré en contact avec les différents services de l entreprise afin de pouvoir récolter toutes les informations nécessaires à la réalisation de mon sujet de stage. Certaines données n étaient pas présentées sous forme bimestrielle mais sous forme mensuelle ou hebdomadaire. Plusieurs tableaux Excel ont ainsi été réalisés afin de pouvoir organiser toutes les informations. Cependant, je n ai pas pu recueillir toutes les informations de 2005 car les systèmes de télé lecture n étaient pas présents partout. Malgré cela j ai établi des tableaux récapitulatifs assez complets. Il m a fallu également un certains temps pour prendre connaissance du réseau et des différents secteurs que je devrais étudier. Depuis 2004, EMALSA a adopté une nouvelle méthode de division de la ville : la sectorisation. Petit à petit la ville de Las Palmas et de Santa Brigida est divisée en secteurs afin d améliorer le rendement des équipes de travail. Actuellement, le réseau de transport se divise en 118 secteurs tous contrôlés par le Telemando et les équipements de télé lecture. Cette sectorisation permet d apporter une meilleure lecture du réseau et de le contrôler au mieux car toutes les données d entrée et de sortie du secteur sont connues. Seul point négatif, certains secteurs communiquent entre eux, c'est-à-dire que par exemple si un secteur manque d eau pour une raison X, de l eau du secteur frontalier sera envoyée à ce secteur entraînant ainsi une erreur de lecture qu il est parfois impossible d expliquer. 21

22 2. Mise en forme des informations Une fois les informations recueillies (nombre de fuites, de casses, de changement de compteurs, de changement de canalisations, de «Promedios», de mètre cube distribués et consommés), je les aie classées par année pour avoir une meilleure lecture et un accès plus facile, car les données de départ étaient sous forme «brute», c est à dire que toutes les années et les secteurs étaient mélangés. Puis je les aie classés par bimestre de façon à pouvoir comparer chaque bimestre de chaque année et avoir ainsi des résultats cohérents. J ai commencé par réaliser des tableaux permettant de quantifier les «Promedios» (moyenne consommée par un utilisateur), les «Reales» (quantité d eau réelle consommée par les clients) et les «Minimos» (minimas consommés). J ai retranscris sous forme graphique ces résultats par année, par bimestre et par Zone. Par ailleurs, ces graphiques et ces données ont permis à l ingénieur avec qui je travaillais d organiser une réunion sur l utilité des changements de compteurs sur une zone donnée. J avais ainsi à disposition les valeurs par zone et par secteur, ce qui rendu ensuite ma tâche plus simple une fois les secteurs à étudier choisis. Reales por Bimestre y por Zonas Reales Bimeste 1 Reales Bimeste 2 Reales Bimeste 3 Reales Bimeste 4 Reales Bimeste 5 Reales Bimeste Reales Zonas Exemple de schéma récapitulatif pour les «Reales Année 2005» Le travail de mise en forme des données fut assez long car il y avait beaucoup de données à traiter. Après avoir compilé toutes les informations, une réunion avec l ingénieur, mon tuteur de stage et l équipe de recherche de fuites a permis de déterminer les secteurs que j allais étudier. Le choix des secteurs fut délicat car je voulais étudier des secteurs ayant des caractéristiques différentes les uns des autres pour pouvoir traiter plusieurs cas différents et ainsi avoir des conclusions complémentaires en fonction du secteur choisi. 22

23 J ai passé suite à cette réunion une semaine sur le terrain avec l équipe de recherche de fuite pour essayer de selectionner les secteurs adéquats. Au cours de cette semaine j ai parcouru les 118 secteurs du réseau de transport, selectionnant au fur et à mesure les plus interessants. L idéal aurait été pour l entreprise que je réalise mon étude sur l ensemble des secteurs, cependant par manque de temps j ai du me limiter à 10 secteurs soit environ 10% du réseau. Le choix des secteurs fut donc assez varié, en effet, j ai été amené à étudier des secteurs ou les habitations sont récentes, un autre ou la majorité des bâtiments sont des immeubles, un secteur regroupant le quartier le plus ancien de la ville de Las Palmas, un secteur «commercial», un secteur ou l activité est plus importante la nuit Ce choix éclectique m a ainsi permis de traiter des cas assez différents et variés, donnant ainsi un relief supplementaire à mon étude. Une fois les secteurs choisis, j ai eu une seconde réunion avec mon tuteur de stage afin de savoir sous quelle forme j allais exploiter mes résultats. Nous nous sommes interrogés sur la façon la plus simple et la plus précise de présenter ces résultats ainsi que les différentes données. Nous avons donc mis au point un tableau récapitulatif pour chaque secteur présentant l ensemble des informations nécessaires. Tableau type pour chaque secteur étudié Une fois cette méthodologie choisie, j ai pu commencer l analyse de tous les tableaux. 23

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes

2. Les indicateurs de performance traduisant les pertes La lutte contre les pertes du réseau d eau potable Le point au 1 er juin 2010 1. La lutte contre les pertes, en enjeu d actualité Le thème des pertes des réseaux d eau potable est un sujet d actualité.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES GRATUITS ET INNOVANTS POUR OPTIMISER CONSOMMATIONS ET FACTURES D EAU

DOSSIER DE PRESSE UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES GRATUITS ET INNOVANTS POUR OPTIMISER CONSOMMATIONS ET FACTURES D EAU DOSSIER DE PRESSE UNE NOUVELLE GAMME DE SERVICES GRATUITS ET INNOVANTS POUR OPTIMISER CONSOMMATIONS ET FACTURES D EAU DOSSIER DE PRESSE - LANCEMENT NOUVELLE GAMME DE SERVICES NOVEO 1/11 Paris, le 5 octobre

Plus en détail

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit

3. Artefacts permettant la mesure indirecte du débit P-14V1 MÉTHODE DE MESURE DU DÉBIT D UN EFFLUENT INDUSTRIEL EN CANALISATIONS OUVERTES OU NON EN CHARGE 1. Domaine d application Cette méthode réglemente la mesure du débit d un effluent industriel en canalisations

Plus en détail

Extraits d un carnet de route de mon voyage en Patagonie

Extraits d un carnet de route de mon voyage en Patagonie Manifestations-loisirs / Carnet de route Patagonie / extraits Page 1 / 7 Contenu : Patagonie ARGENTINE Glacier Perito Moreno / El Chalten Fitz Roy et Corre Torre Rédaction : Alain Krummenacher / entrepreneur

Plus en détail

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004

Comptes rendus d Activités Techniques et Financières du Service de l Eau Potable Année 2004 Service de l Eau Potable Année 2004 1 Ville de VENELLES Comptes rendus d activités Techniques et financières du Service de l Eau Potable Destinataire : Monsieur le Maire de la commune de VENELLES (13770)

Plus en détail

Equipement d un forage d eau potable

Equipement d un forage d eau potable Equipement d un d eau potable Mise en situation La Société des Sources de Soultzmatt est une Société d Economie Mixte (SEM) dont l activité est l extraction et l embouteillage d eau de source en vue de

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Explo RA Sup. Ecole polytechnique de Montréal CANADA

Rapport de fin de séjour Explo RA Sup. Ecole polytechnique de Montréal CANADA ASTIER Marine Université Jean Monnet Saint -Etienne Rapport de fin de séjour Explo RA Sup Ecole polytechnique de Montréal CANADA 2010-2011 L opportunité m a été offerte de pouvoir effectuer mon stage de

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

>> >> >> Innovens. La condensation à la pointe de l innovation

>> >> >> Innovens. La condensation à la pointe de l innovation C h a u d i è r e m u r a l e g a z c o n d e n s a t i o n Innovens ADVANCE La condensation à la pointe de l innovation >> >> >> > Ecologie et économies d énergie Nouvelle

Plus en détail

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE

À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE Eau France Le 17 mars 2015 À LA RENCONTRE D UN CHERCHEUR DE FUITE SUEZ environnement s engage pour gérer durablement la ressource Préserver la ressource en eau représente pour SUEZ environnement plus qu

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2008, isbn : 978-2-212-12279-4

Groupe Eyrolles, 2008, isbn : 978-2-212-12279-4 Groupe Eyrolles, 2008, isbn : 978-2-212-12279-4 Réalisation n 4 par Yves Guern 18 m 2 de capteurs plans Ballon tampon de 1 500 l pour chauffage par radiateurs Eau chaude sanitaire séparée de 600 l Capteurs

Plus en détail

Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP

Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP Département du Finistère Commune de Saint-Thois Marché pour la Recherche de fuites sur réseau AEP CAHIER DES CHARGES 1 CONTEXTE La commune de Saint Thois exploite son service d eau potable en régie. Le

Plus en détail

GAMME SOFREL LS/LT. Data loggers GSM/GPRS

GAMME SOFREL LS/LT. Data loggers GSM/GPRS GAMME SOFREL LS/LT Data loggers GSM/GPRS Les data loggers SOFREL LS et LT communiquent par liaison GSM ou GPRS. Ils ont été spécialement conçus pour le suivi à distance des petites installations des réseaux

Plus en détail

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction Guide de conception de projets GC-3.2.4 Fabrication et distribution de l'air comprimé et de l'eau réfrigérée (11/2007)

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE

DISTRIBUTION D EAU POTABLE Département du LOT SYNDICAT D ADDUCTION D EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT DE SARRAZAC CRESSENSAC S/Préfecture de GOURDON Mairie de SARRAZAC 466OO DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL PRIX QUALITE TRANSPARENCE

Plus en détail

Au Conseil général de la commune des Ponts-de-Martel

Au Conseil général de la commune des Ponts-de-Martel Commune des Ponts-de-Martel le 8 avril 2014 Au Conseil général de la commune des Ponts-de-Martel Rapport à l appui d une demande de crédit de fr. 435 192.- permettant le changement des conduites d eau

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DES SERVICES DE L EAU ET L ASSAINISSEMENT AU TITRE DE L ANNEE 2010 La SEVESC assure les services de l eau et de l assainissement de collectivités des départements

Plus en détail

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ

702 012 956 RCS Nanterre TVA FR 03 702 012 956 Certifiée ISO 9001 par l AFAQ MCC et incertitude 10 mars 2015 Par Christophe Béesau et Christian Leliepvre Avec Altran, Solar Impulse s attaque au défi du tour du monde à l énergie solaire. Depuis 2010, Solar Impulse vole à l énergie

Plus en détail

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance

Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Glossaire : définitions des termes utilisés dans les fiches sur les indicateurs de performance Au sens des fiches de définition des indicateurs de performance : 1. Parties prenantes Autorité organisatrice

Plus en détail

GLEIZE ENERGIE SERVICE

GLEIZE ENERGIE SERVICE GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 1 sur 17 #/ -#0/.1# 2 1# 11 - " 1 GLEIZE ENERGIE SERVICE -1 " " #/ / &3 %$". 1! "#$$ %" & "# '%# () *+, -". GLEIZE ENERGIE SERVICE Page 2 sur 17 SOMMAIRE 1. Introduction - Rappel...

Plus en détail

Un réseau d évacuation d eaux pluviales conventionnel est

Un réseau d évacuation d eaux pluviales conventionnel est {Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document téléchargeable ne satisfait pas à toutes les exigences du standard du Gouvernement du Québec SGQRI 008-02, car il s'adresse à des personnes faisant partie

Plus en détail

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort.

accumulation. Un procédé indispensable pour des besoins en eau chaude importants, avec un bon niveau de confort. A B C Accélérateur Egalement appelé pompe de circulation ou circulateur, l accélérateur assure la circulation de l eau de chauffage entre la chaudière et les pièces à chauffer. Les installations très anciennes

Plus en détail

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe

Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe «Société Électrique de l Our» Une onzième machine pour 200 mégawatts supplémentaires de courant de pointe Pour un meilleur équilibre entre production d électricité et pointes de consommation Afin d'augmenter

Plus en détail

Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp

Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp SYPIM Syndicat du Pilotage et de la Mesure de la performance énergétique Les éléments essentiels d un plan de mesure et vérification (pmv) de la performance énergétique selon l ipmvp Fédération des Services

Plus en détail

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl

VITODATA VITOCOM. bien plus que la chaleur. Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet. Internet TeleControl bien plus que la chaleur VITODATA VITOCOM Internet TeleControl Télésurveillance et télégestion d installations de chauffage par Internet Viessmann S.A. Z.I. - B.P. 59-57380 Faulquemont Tél. : 03 87 29

Plus en détail

Mode d emploi du kit de mesure

Mode d emploi du kit de mesure Conseil en maîtrise de l énergie et énergies renouvelables Mode d emploi du kit de mesure Présentation Dans le cadre du défi «Familles à Energie positive», ce kit est remis au capitaine de chaque équipe.

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Montage d une pompe solaire à la ferme ZOB d Antsirabé Financement : Touraine-Madagascar. Réalisation : Francis et Maryse MENANTEAU Sept.

Montage d une pompe solaire à la ferme ZOB d Antsirabé Financement : Touraine-Madagascar. Réalisation : Francis et Maryse MENANTEAU Sept. Montage d une pompe solaire à la ferme ZOB d Antsirabé Financement : Touraine-Madagascar. Réalisation : Francis et Maryse MENANTEAU Sept. 2014 Le 5 septembre 2014, comme convenu, Bernadet, responsable

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

Projets de référence Vanne annulaire VAG RIKO

Projets de référence Vanne annulaire VAG RIKO Projets de référence Vanne annulaire VAG RIKO Distribution d eau Industrie Centrales hydrauliques / barrages Stations d épuration Edition 1 / 09-2010 Robinet-vannes et Système BAIO plus Vannes murales

Plus en détail

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs.

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Niveaux : quatrième, troisième, seconde et première S. Matériel : 2 capteurs piézométriques, Logiciel

Plus en détail

Demande d autorisation d installation d un dispositif D assainissement non collectif Neuf ou réhabilitation.

Demande d autorisation d installation d un dispositif D assainissement non collectif Neuf ou réhabilitation. Cadre réservé à la mairie du lieu du projet La présente demande a été reçue à la mairie Le Cachet de la mairie Demande d autorisation d installation d un dispositif D assainissement non collectif Neuf

Plus en détail

COMPRESSEURS DENTAIRES

COMPRESSEURS DENTAIRES FRANCE COMPRESSEURS DENTAIRES TECHNOLOGIE SILENCIEUSE MGF NOS SERVICES, NOS ENGAGEMENTS - Les pièces détachées sont disponibles sur stock dans notre site localisé en Saône-et-Loire. Envoi express en h

Plus en détail

CONSTRUCTION D UN NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT, D UN SITE DE TRAITEMEMENT DES EAUX USÉE

CONSTRUCTION D UN NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT, D UN SITE DE TRAITEMEMENT DES EAUX USÉE Projet N 105576.001 104858.002 Municipalité de Saint-Alphonse-Rodriguez CONSTRUCTION D UN NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT, D UN SITE DE TRAITEMEMENT DES EAUX USÉE ET RÉFECTION DES RUES DU VILLAGE (2014-2015)

Plus en détail

DISTRIBUTION D EAU POTABLE RAPPORT ANNUEL Prix Qualité Transparence 2010 1 Le présent rapport a pour objet de Présenter les différents éléments techniques et financiers relatif au prix et à la qualité

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE VOYAGE DE PRESSE NANTES. Mercredi 23 juin 2010

DOSSIER DE PRESSE VOYAGE DE PRESSE NANTES. Mercredi 23 juin 2010 DOSSIER DE PRESSE VOYAGE DE PRESSE NANTES Mercredi 23 juin 2010 La régie de l eau de Nantes Métropole gère tous ses équipements techniques et son usine de Traitement d eau avec le logiciel GMAO CARL Master.

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire

Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire Revue des Energies Renouvelables SIENR 12 Ghardaïa (2012) 23 28 Influence de la variation de débit sur les performances d une pompe solaire H. Ammar 1*, M.T. Bouziane 2 et Y. Bakelli 1 1 Unité de Recherche

Plus en détail

Mode d emploi. régulateur différentiel pour des systèmes solaires thermiques

Mode d emploi. régulateur différentiel pour des systèmes solaires thermiques Mode d emploi régulateur différentiel pour des systèmes solaires thermiques 1 Conseils de sécurité 2 2 Principe de foncionnement 2 3 Affichage et commandes d operation 3 4 Préréglages 4 5 Réglage des paraètres

Plus en détail

MASTER IASIG. Les Egouts. Réseau d'assainissement. Année 2005 2006

MASTER IASIG. Les Egouts. Réseau d'assainissement. Année 2005 2006 MASTER IASIG 1 Les Egouts Réseau d'assainissement Année 2005 2006 2 Sommaire Introduction I- Les différents systèmes d'assainissement II- Les composants des réseaux III- Gestion et Entretien Conclusion

Plus en détail

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000.

I LA PROFESSION. - Le nombre d entreprises de couverture est d environ 10 000, le nombre de salariés employés est d environ 30 000. Réferentiel des activités professionnelles INTRODUCTION I LA PROFESSION La couverture et les techniques du toit consistent à assurer l étanchéité des toitures (mettre hors d eau les différentes formes

Plus en détail

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014

Synthèse des audits EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 EDF / ARTELIA sur les CESI (2006 / 2013) 17 avril 2014 SOMMAIRE Contexte de la mission confiée à ARTELIA Synthèse des audits Satisfaction usagers Implantation Mise en œuvre des capteurs et cuves Circuits

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Chaînes de mesure pour le cycle de l eau

Chaînes de mesure pour le cycle de l eau EAU POTABLE EAUX DE SURFACE EAUX SOUTERRAINES ASSAINISSEMENT Chaînes de mesure pour le cycle de l eau www.hydreka.com Débitmètres jusqu'à 10 ans HydrINS 2 Mini Afficheur SMS - GPRS avec Enregistreur intégré

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Génie Industriel et Maintenance

Génie Industriel et Maintenance Visite du département Génie Industriel et Maintenance Pour qu aucun de ces systèmes ne tombe en panne. Plan de la visite 1 2 3 4 6 5 1 er Etage 7 8 Rez-de-chaussée 1 Laboratoire de recherche Rôles : L

Plus en détail

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau GUIDE PRATIQUE Individualisation de votre contrat de fourniture d eau Édition 2015 1 1 - L ESSENTIEL Vous souhaitez réaliser une demande d individualisation SOMMAIRE Bienvenue chez Eau de Paris! 1 L essentiel

Plus en détail

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi

Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi Version 4.7 Simulation d Entreprise «Artemis» Monia Amami Franck Brulhart Raymond Gambini Pierre-Xavier Meschi p. 1 1. Objectifs et Contexte Général L objectif de la simulation d entreprise «Artemis» est

Plus en détail

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs

Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs Le chauffe-eau à pompe à chaleur: fiche technique à l intention des installateurs 1. Bases 1.1. Fonctionnement du chauffe-eau à pompe à chaleur (CEPAC) Comme son nom l indique, un chauffe-eau pompe à chaleur

Plus en détail

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur.

Elle ne crée aucune exigence supplémentaire par rapport aux exigences en vigueur. Ministère de l Economie, des Finances et de l Industrie Secrétariat d Etat à l Industrie Direction de l action régionale et de la petite et moyenne industrie ----------------------------------------- Sous-direction

Plus en détail

Que sont les sources d énergie renouvelable?

Que sont les sources d énergie renouvelable? Que sont les sources d énergie renouvelable? Comme leur nom l indique, il s agit de sources qui se renouvellent et ne s épuiseront donc jamais à l échelle du temps humain! Les sources non renouvelables

Plus en détail

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable

boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable boilers pompe à chaleur L eau chaude ne vous aura jamais paru aussi agréable 1 boilers pompe à chaleur Midea est au niveau mondial un des plus important producteur de pompe à chaleur et de climatiseur

Plus en détail

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER ANNEXE COMPETENCES A LA CARTE DE LA BRANCHE EAU PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER 2010 Page 1 /14 26/02/2010 OPTION MAINTENANCE

Plus en détail

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR

DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR COMMUNE DE LA VALLA EN GIER Le Bourg 42131 La Valla-en-Gier DIAGNOSTIC DU RESEAU D ALIMENTATION EN EAU POTABLE SCHEMA DIRECTEUR Rapport de Phase III Juin 2012 ICA ENVIRONNEMENT 6 Rue Emile Noirot - 42300

Plus en détail

INSTALLATION Mesures. Volume conduites Conduites de gaz Gaz liquéfié Eau potable Eau usée Programme Vérification régulateur. Options OK Type gaz

INSTALLATION Mesures. Volume conduites Conduites de gaz Gaz liquéfié Eau potable Eau usée Programme Vérification régulateur. Options OK Type gaz INSTALLATION Mesures Volume conduites Conduites de gaz Gaz liquéfié Eau potable Eau usée Programme Vérification régulateur Options OK Type gaz Pression d eau et gaz: la référence. testo 324. Pour tous

Plus en détail

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001

Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 FICHE OPÉRATION INDUSTRIE Camfil Saint-Martin-Longueau, une démarche d efficacité énergétique pour la certification ISO 50 001 CAS PRATIQUE Activité : produits et service dans le domaine de la filtration

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

Les différents éléments d un CESI

Les différents éléments d un CESI Les différents éléments d un CESI 1. Capteur Solaires 1.1. Introduction Un capteur solaire thermique est un dispositif qui transforme le rayonnement solaire en énergie thermique. Les caractéristiques générales

Plus en détail

R A P P O R T. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Bref historique

R A P P O R T. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Bref historique Commune de Peseux Conseil communal R A P P O R T du Conseil communal au Conseil général relatif à une demande de crédit de CHF 1'910'000.- pour la rénovation des conduites d'eau, de gaz, d'électricité,

Plus en détail

L efficience énergétique...

L efficience énergétique... ......Une technique intelligente de régulation au service Edgar Mayer Product Manager CentraLine c/o Honeywell GmbH 02 I 2009 Grâce aux techniques de régulation intelligentes d aujourd hui, il est possible

Plus en détail

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire

Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Critères MPE de l UE pour la robinetterie sanitaire Les marchés publics écologiques (MPE) constituent un instrument non contraignant. Le présent document récapitule les critères MPE de l UE mis au point

Plus en détail

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz

Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz Office fédéral de l énergie Dimensionnement des chaudières à mazout et à gaz 1 1 Introduction Correctement dimensionnée et dotée d une puissan-ce calorifique adaptée, l installation de chauffage fonctionne

Plus en détail

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE

GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE Distributeur exclusif de GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE INTRODUCTION...2 GENERALITES SUR LA MESURE DE TEMPERATURE...2 La température...2 Unités de mesure de température...3 Echelle de température...3

Plus en détail

GAINE IMPREGNEE SPECIFICATIONS DE MISE EN OEUVRE

GAINE IMPREGNEE SPECIFICATIONS DE MISE EN OEUVRE 1/5 STOCKAGE ET MANUTENTION Le transport et le stockage des gaines doivent être réalisés à 10 C afin de respecter la chaîne du froid. A cette température, nous garantissons une durée de vie de 4 semaines

Plus en détail

Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets

Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets Techniques de maintenance des réseaux de collecte, de stockage et d'évacuation des eaux et des déchets CURAGE HYDRODYNAMIQUE DES CANALISATIONS Objectif :donner le principe de cette technique donner le

Plus en détail

Comprendre et améliorer son débit internet

Comprendre et améliorer son débit internet Comprendre et améliorer son débit internet Lorraine Pour une entreprise, accéder à Internet est devenu vital. Les débits et réseaux accessibles s avèrent néanmoins très variables d un territoire à l autre.

Plus en détail

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation.

11/2006 - Photos : VWS - Photothèque VE. www.veoliaeaust.com Consulter nos experts : info@veoliawater.com. ISO 14001 de votre exploitation. chemise 20/02/07 16:49 Page 1 VEOLINK Votre contact : tout au long de votre projet VEOLINK Com VEOLINK Tech VEOLINK Advanced Control VEOLINK Star VEOLINK Data Base VEOLINK Maintenance VEOLINK Pro VEOLINK

Plus en détail

LA TÉLÉGESTION. Produits de télégestion et de sectorisation

LA TÉLÉGESTION. Produits de télégestion et de sectorisation Gamme LA TÉLÉGESTION SOFREL Produits de télégestion et de sectorisation LACROIX Sofrel propose une gamme de produits de télégestion et de sectorisation extrêmement complète afin de s adapter aisément à

Plus en détail

CLAPET ÉQUILIBREUR DE PRESSION

CLAPET ÉQUILIBREUR DE PRESSION CLAPET ÉQUILIBREUR DE PRESSION NOUVELLE GÉNÉRATION BÂTIMENT SANITAIRE ENVIRONNEMENT SOLUTIONS SANITAIRE Le sanitaire, spécialité historique de Nicoll, a fait de la marque la référence dans le monde de

Plus en détail

Guide d intégration du gaz naturel

Guide d intégration du gaz naturel Guide d intégration du gaz naturel À UN ÂTIMENT Février 1 gazmetro.com Un représentant dédié pour mieux vous guider Une intégration optimale du poste de mesurage exige une réflexion à l amorce de votre

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Contacts Presse SICASIL : Sylvie Joffre sylvie.joffre@sicasil.com 06 85 20 22 20

DOSSIER DE PRESSE. Contacts Presse SICASIL : Sylvie Joffre sylvie.joffre@sicasil.com 06 85 20 22 20 Contacts Presse SICASIL : Sylvie Joffre sylvie.joffre@sicasil.com 06 85 20 22 20 LYONNAISE DES EAUX : Pierre Tré-Hardy pierre.trehardy@lyonnaise-des-eaux.fr 06 74 83 43 23 DOSSIER DE PRESSE SUITE DOSSIER

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien

Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien Tous droits réservés Design Spirale Communication visuelle Que faire en cas: > d un événement pouvant survenir dans votre environnement quotidien > d un événement majeur Alerte à la bombe Violentes intempéries

Plus en détail

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP

LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP LES CONTRATS D ENTRETIEN ET D EXPLOITATION DE CHAUFFAGE J-M R. D-BTP 2006 1 Généralités Terminologie Les solutions pour le client Les marchés La prestation L évaluation des postes Les entreprises Durée

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE Sciences et Technologies de l Industrie et du Développement Durable ENSEIGNEMENTS TECHNOLOGIQUES TRANSVERSAUX Coefficient 8 Durée 4 heures Aucun document autorisé Calculatrice

Plus en détail

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert?

La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? La Gestion Technique Centralisée. Qu est ce que c est? A quoi ça sert? Cet article a pour objectif de rappeler les notions principales relatives à la Gestion Technique Centralisée. Mais qu entend on par

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau

Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau Rapport annuel de monitoring automatisé de la qualité de l eau 2009 La rivière Sainte Croix au barrage de Forest City Figure 1 : Rivière Sainte Croix, à la hauteur de la station de monitoring durant l

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

Systèmes de stockage simples à installer et économiques

Systèmes de stockage simples à installer et économiques Systèmes de stockage simples à installer et économiques Parallèlement à l accroissement et à l ampleur des événements pluviométriques, l accélération et l augmentation des débits de pointe accentuent de

Plus en détail

Délégation du Service Public de l Eau Potable

Délégation du Service Public de l Eau Potable DEPARTEMENT DU RHONE Délégation du Service Public de l Eau Potable Dossier de Consultation des Entreprises Pièce n 2 Mémoire Explicatif 1 PRESENTATION DU SERVICE 1.1 Les ressources 1.1.1 Origine de l eau

Plus en détail

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique

Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Le stockage de l énergie : le point faible de la filière énergétique Christian Ngo Résumé Stocker de l'énergie (électricité ou chaleur) pour l'utiliser quand on en a besoin est une nécessité. Le stockage

Plus en détail

Rapport de Stage Christopher Chedeau 2 au 26 Juin 2009

Rapport de Stage Christopher Chedeau 2 au 26 Juin 2009 Rapport de Stage Christopher Chedeau 2 au 26 Juin 2009 «Web. De l intégration de pages statiques HTML à un CMS, à la dynamisation d un site grâce au Javascript et l utilisation de nouvelles technologies

Plus en détail

Département CRM ÉTUDE DE MARCHÉ

Département CRM ÉTUDE DE MARCHÉ Département CRM ÉTUDE DE MARCHÉ QUI SOMMES-NOUS? CUSTOMER RELATIONSHIP MANAGEMENT (CRM) Ensemble de mesures prises pour optimiser la relation et la fidélisation client dans le but d augmenter son chiffre

Plus en détail

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE

I.1. OBJECTIF DE L ETUDE I.2. CHAMP DE L'ETUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ETUDE Il

Plus en détail

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE

Synthèse OBJECTIF DE L ÉTUDE "Bilan énergétique et des émissions de gaz à effet de serre tout au long du cycle de vie du gaz naturel et du mazout comme combustible pour le chauffage domestique" Synthèse I.1. OBJECTIF DE L ÉTUDE Il

Plus en détail

Dispositifs de lutte contre les coulées de boue

Dispositifs de lutte contre les coulées de boue Dispositifs de lutte contre les coulées de boue Cahier spécial des charges «Placement de fascines» Document de référence à l attention des Administrations communales en vue de l attribution d un marché

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

FideloConso. à votre écoute! 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita

FideloConso. à votre écoute! 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) Tout savoir sur l offre DolceVita. GDF SUEZ DolceVita GDF SUEZ DolceVita à votre écoute! Contactez votre conseiller FideloConso 09 69 32 70 00 (appel non surtaxé depuis un poste fixe) du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 15 Vous avez des questions? Adressez-nous

Plus en détail

Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1. Départementale d' Assistance

Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1. Départementale d' Assistance Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page n 1 Régie Départementale d' Assistance Commune de La Chapelle d Abondance Bilan hydraulique du réseau d eau potable. Page

Plus en détail

Filiale à 48 % de Véolia et

Filiale à 48 % de Véolia et La Société des Eaux de Marseille gère l approvisionnement en eau potable de l agglomération phocéenne et de nombreuses communes du département des Bouches-du-Rhône. Si le SIG y est utilisé pour localiser

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1

RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 REGIE DES EAUX DE VENELLES Service de l Eau Potable Année 2006 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU 1 RAPPORT ANNUEL SUR LE PRIX ET LA QUALITE DU SERVICE DE L EAU Etabli par Max

Plus en détail

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable Chauffe-eau thermodynamique pour le résidentiel Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable MAISONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER YUTAMPO u Idéal pour l eau chaude sanitaire Meilleur chauffe-eau

Plus en détail

Chaudière à gaz à condensation UltraGas

Chaudière à gaz à condensation UltraGas Chaudière à gaz à condensation UltraGas Une technique de condensation au gaz avec l alufer breveté D une grande efficacité, combustion propre et facile à entretenir. 1 UltraGas (15-2000D) Vos avantages

Plus en détail

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE

LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE Page 1 / 6 LA MESURE DE PRESSION PRINCIPE DE BASE 1) Qu est-ce qu un sensor de pression? Tout type de sensor est composé de 2 éléments distincts : Un corps d épreuve soumit au Paramètre Physique φ à mesurer

Plus en détail

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU

CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU CONVENTION TYPE D INDIVIDUALISATION DES CONTRATS DE FOURNITURE D EAU Entre Le propriétaire (nom et adresse) de l immeuble situé composé de logements et autre. désigné dans la présente convention par «le

Plus en détail