**** **** 2. Présentation du Cadre d Intervention Sectoriel (CIS)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "**** **** 2. Présentation du Cadre d Intervention Sectoriel (CIS)"

Transcription

1 RXC/REL/ Michèle Pernet mai 2012 DIALOGUE AVEC LA SOCIETE CIVILE REUNION DU 8 JUIN 2012 **** PRESENTATION DU CADRE D INTERVENTION SECTORIEL «ENERGIE » **** SYNTHESE DES ECHANGES 1. Introduction Persuadée que les expériences croisées des responsables de la politique publique d aide au développement, des parlementaires, des acteurs non gouvernementaux, des entreprises, des fondations, des chercheurs, des représentants syndicaux et des collectivités territoriales, permettent de mieux appréhender ce qui est fait par chacun, d ouvrir des perspectives et d enrichir les réflexions, l AFD a initié, en 2009, des rencontres d information et de dialogue sur ses stratégies sectorielles et transversales avec ces différentes composantes de la société civile. Dans ce cadre, la stratégie énergie du groupe AFD ou cadre d intervention sectoriel énergie , a fait l objet d une présentation et d échanges sur les objectifs qu elle poursuit et les défis qu elle soulève, notamment pour sa mise en œuvre, le 8 juin 2012, avant sa présentation au Conseil d administration, en présence des invités suivants : Philippe Masset (ADEME) ; Charles Hullot (ADETEF) ; Philippe Renaudat (Alstom); François Pasquier, Anaïs Delbosc (CDC Climat); Jean Pierre Dutertre (CIAN); Olivier Rietjens (Dalkia); Shanti Bobin (DGT Fininter 2); Edouard Dahome (EDF); Matthieu Tiberghien (Goodplanet); Anjali Shanker (IED) ; Hitoshi Shoji (JICA) ; Philippe-Max Martinet, Delphine Clerc Toure (MAEE) ;Gwenolé Le Roux (MEDDE) ; Martin Buchsenschutz (Nodalis) ; Remi Deveaux (Schneider Electric) ; Arnaud Chaperon (Total) ; Jochen Krimphoff, Anne Chetaille (WWF) ; Edgar Blaunstein.(consultant indépendant). 2. Présentation du Cadre d Intervention Sectoriel (CIS) Le secteur de l'énergie est une thématique transversale qui intervient dans un grand nombre de secteurs déterminants pour le développement : la ville ; les transports ; l'industrie ; l eau ; la communication ; et même la santé ou l'éducation et ce secteur est associé à plusieurs problématiques ; la croissance urbaine, la croissance de population, la distribution de services de base au plus grand nombre, et le développement des régions. 1

2 Bilan du CIS énergie Nous avons assisté durant ces cinq dernières années à une accélération et à des mutations dans le secteur de l'énergie. Le premier moteur de ce changement est clairement la hausse du prix du baril. La période couverte par le CIS précédent ( ),a enregistré une hausse continue des prix du baril constante et de fortes fluctuations. Nous avons aujourd hui un baril de pétrole à plus de 100 $. Cette tendance à la hausse et à la fluctuation devrait très vraisemblablement se poursuivre, et ainsi maintenir l'actualité de l'énergie au premier plan dans les préoccupations. Cette volatilité des prix de l'énergie est très perturbante pour les économies aussi bien au Nord qu'au Sud, et nécessite des réponses adaptées. Un autre élément à prendre en compte est le développement du gaz ces dernières années, avec en particulier une décorrélation des prix du gaz et des prix du pétrole. L AIE parle ainsi de la décennie du gaz. Le troisième élément qui a également pris de l'ampleur depuis cinq ans est le développement technologique et économique des énergies renouvelables. Citons aussi les réseaux, les réseaux intelligents étant en train de bouleverser l'architecture dessystèmes électriques, ainsi que la manière de les concevoir et de les gérer. Ceci impacte bien évidemment le nord, mais également de plus en plus les pays émergents, voire des pays du Sud, aussi bien à l avalde la distribution avec les compteurs intelligents qu à l'amont, dans la conception des systèmes de contrôle-commande de ces réseaux. Les industriels sont également très actifs sur cette révolution. Le dernier enjeu important souvent cité, mais plus difficile à mettre en œuvre, est celui de l'efficacité énergétique. L'énergie que nous ne consommons pas est en effet toujours la plus économique et la moins polluante. Le précédent CIS établi fin 2007 s appuyait sur trois piliersl énergie sobre qui recoupe l efficacité énergétique, les énergies renouvelables et les énergies peu émissives en CO2, l'énergie sécurisée qui consiste à renforcer et à étendre les systèmes de production d'énergie, et l'énergie accessible qui est quant à elle essentiellement un problème d'électrification ruraleou périurbaine, et de combustible pour les ménages et les populations les plus précaires. En termes d'engagement, l AFD est passée en 2007 d un volume de l'ordre du demi-milliard, à environ 2 milliards par an aujourd'hui. La proportion des engagements énergétiques dans les activités du groupe est passée de 10 à 15 % au départ, à environ un tiers des engagements aujourd'hui. Au total près de 7,5 milliards ont été mobilisés depuis 2007 sur ce thème. Géographiquement, la majorité des engagements se situe en Asie, compte tenu du poids démographique, et de la taille des investissements énergétiques, toutefois les engagements en Afrique subsaharienne et en Méditerranée représentent 40% du total. Sur ces 3 dernières années, l'énergie sobre est le principal secteur d engagement, en particulier l'efficacité énergétique et l'énergie renouvelable. L analyse par outils financiers montre que les engagements sont majoritairement des prêts, avec une majorité de concours souverains (3,5 milliards, soit environ 50 %) et 2,6 milliards pour des prêts non souverains. Les subventions s'élèvent quant à elles à 90 millions. Deux types d outil ont montré leur intérêt : la ligne de crédit dédiée à l'efficacité énergétique et aux énergie renouvelables,, qui permet de mobiliser des projets plus petits que l AFD aurait du mal à traiter en direct ; l aide budgétaire énergieclimat, qui s'inscrit dans des prêts budgétaires aux États, pour développer des politiques énergieclimat, qui ont été initialisées en particulier en premier ayant été mobilisé en Indonésie en cofinancement avec l'aide japonaise. Egalement mises en place dans d'autres pays, comme le Mexique et le Vietnam, elles permettent à travers une matrice climat-énergie de développer à la fois une politique et des échanges à haut niveau sur ce thème de l'énergie et du climat. L AFD cherche en outre à mettre en place autour de ces opérations des indicateurs quantifiables, que l'on appelle des indicateurs agrégeables. Cinq d'entre eux ont été retenus pour cette thématique de l'énergie : le nombre de personnes raccordées au réseau de distribution d électricité, ou accédant à l électrification; le nombre de personnes dont la qualité de service d électricité est sensiblement améliorée ; la puissance énergétique renouvelable ou récupérée financée ; l'énergie effectivement économisée et la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Un certain nombre de chiffres sontsignificatifs, comme 2,4 GW de capacité de production renouvelable ou 2 millions de personnes qui accèdent à l'énergie dans les différents pays. 2

3 CIS énergie Pour ce nouveau CIS, on a maintenu les trois axes précédents qui restent structurants pour l'activité et le thème de l'énergie. Le premier axe de ce CIS consiste ainsi à renforcer et sécuriser les systèmes énergétiques (forte demande des pays africains).le deuxième axe consiste à décarboner la production d'énergie, et à renforcer l'efficacité énergétique dans les différents secteurs de l économie. Le troisième axe est de développer l'accès, et réduire le fossé qui se crée entre des zones rurales et périurbaines mal desservies, et des zones urbaines qui consomment de plus en plus. Parallèlement à cela, une composante d'appui transversal concernea le développement de politiques énergétiques, et le renforcement des capacités sur ces différents axes. - Axe 3 : Renforcer et sécuriser les systèmes énergétiques La première priorité est : l hydro-électricité, qui est l'énergie aujourd'hui pratiquement la meilleur marché. C'est en effet l'une des rares sources d'électricité à moins de cinq centimes d'euros. Elle est très peu valorisée (moins de 10 % du potentiel exploité en Afrique). Le premier axe va concerner la réhabilitation des barrages. Certains ont plus de 50 ans et une expertise est nécessaire pour les travaux de maintenance et de réhabilitation de ces barrages alors que certains alimentent jusqu à 50 % de la demande électrique du pays. Le deuxième axe est la réalisation de nouveauxouvrages, avec plusieurs à l'étude et le développement du potentiel hydroélectrique de pays tels que le Cameroun oula Guinée. La deuxième priorité porte sur les réseaux électriques, marqué par un sous-investissement chronique dans beaucoup de pays africains, et de pays en développement ou émergents, ce qui produit un goulot d'étranglement. Il y a donc une forte demande pour réhabiliter, étendre, et renforcer ces réseaux. Les interconnexions régionales, souvent liées aux grands ouvrages de production électrique, sont des investissements régionaux structurants sur lesquelles les bailleurs de fonds internationaux ont une certaine valeur ajoutée. Des programmes de réseaux intelligents sont demandés par les pays émergents en particulier en Amérique latine. Troisième priorité : le gaz naturel. Il redevient d'actualité, et beaucoup de pays souhaitent le développer. Cette thématique est centrale notamment dans certains pays d Afrique ayant des réserves de gaz comme, le Mozambique, le Ghana, ou la Tanzanie. Les pays sont demandeurs d'appui politique pour développer ces ressources. Sachant que cette énergie fossile est émettrice de gaz à effet de serre, les interventions de l Agence dans ce sous secteur se feront dans le respect du mandat climat de l AFD. La dernière priorité de cet axe est : la production indépendante d'électricité, qui répond aujourd'hui à une forte demande du fait de la difficulté de plusieurs sociétés d'électricité à emprunter, et des contraintes qui pèsent sur les Etats. Nous travaillons avec une approche Groupe, AFD et/ou Proparco. Nous essayerons de faire du sur mesure, en particulier sur les projets d'énergie renouvelable et les cycles combinés gaz. Axe1 : Prioriser les énergies renouvelables et l efficacité énergétique Les énergies renouvelables ont aujourd'hui de véritables avantages économiques, parce que ce sont des ressources locales et qu elles permettent de diversifier le mix énergétique et ainsi améliorer le bilan carbone du secteur. Il y a deux types d'énergies renouvelables, celles qui sont déjà matures et déjà compétitives compte tenu des prix à la hausse des énergies conventionnelles, et d'autres plus émergentes, en particulier le solaire. Pour ces derniers, l AFD peut proposer des outils à maturité longue et à taux compétitif. Les projets d'efficacité énergétique sont en général d'une taille plus petite, et sont plus diffus. L idée est donc de travailler à travers des banques ou des instituts spécialisés permettant de démultiplier les projets dans les différents secteurs d'application. Le premier est celui de l'industrie, avec en particulier des lignes de crédits sur l efficacité énergétique dans des PME en Turquie et en Inde.. Le bâtiment est un secteur sur lequel très peu de projets ont été lancés, alors qu'il consomme souvent de 30 à 40 % de l'électricité consommée. Travailler sur la ville sobre est aussi une ambition de ce CIS. La ville consomme beaucoup d'énergie et le budget énergie est souvent important dans les dépenses d'une ville. 3

4 La difficulté est de trouver au niveau de la Ville une maîtrise d'ouvrage organisée capable de porter ces projets. Il convient ainsi d'aider nos partenaires à structurer les projets. Axe 2 : Développer l'accès à l'énergie Nous voulons rester très proactifs sur le secteur d'électrification rurale car peu d'etats ont des programmes structurés à long terme en particulier dans les pays africains. L'idée est donc d'essayer de renforcer les politiques dans ce domaine, et de travailler avec nos partenaires de l'europe pour développer ce volet. L'une des difficultés ou contraintes vient de l'absence de subventions ou de crédits très concessionnels sur ce secteur qui est très consommateur de subventions. Le deuxième sous-secteur, sur lequel nous avons plus de mal à intervenir en tant que banque de développement, est le sous-secteur des combustibles domestiques. Le bois est la principale source d'énergie en Afrique, et dans beaucoup de PMA et de pays du Sud, il est cependant pratiquement ignoré de toutes les politiques énergétiques et de tous les bailleurs. Enfin pour la production de bioénergies paysannes, nous avons pour objectif la création de valeurs et la production de revenus additionnels pour les exploitants ruraux. Axes transversaux d accompagnement. Nous avons actuellement une forte demande des pays africains pour un soutien à l établissement de politiques énergétiques durables. Nous essayons d y répondre en partenariat avec les autres bailleurs Banque Mondiale, KFW et BEI. L Agence est sollicitée par ailleurs par certains pays émergents pour un appui sur des thèmes de politiques énergétiques plus novateurs comme l'efficacité énergétique et les réseaux intelligents. Beaucoup de pays avec lesquels nous travaillons souhaitent savoir quelle est l expérience française, comment nous l'avons mise en place au niveau institutionnel, et comment les grands opérateurs l'ont développée. L'idée est donc d'essayer de créer, à travers les investissements, et en accompagnement d'investissements, des appuis sur ces secteurs. Le renforcement des acteurs et plus particulièrement l appui aux opérateurs du secteur est un axe important pour le redressement du secteur électrique. Nous développons actuellement un programme de formation professionnelle (exemple du projet avec l UPDEA de valorisation et de mutualisation des centres de formation des sociétés électriques africaines). Ces trois axes ainsi que l axe transversal répondent à de fortes demandes mais il faut souligner les contraintes de mise en œuvre. Il s'agit premièrement de la situation extrêmement dégradée de beaucoup d'opérateurs électriques dans les pays du Sud, et en particulier en Afrique. Cela bloque en fait toute possibilité d'investissement, et donc de prêt pour l AFD. Une deuxième contrainte macroéconomique rencontrée concerne les Etats en limite d'endettement, ou en impossibilité d'endettement. Cela peut également bloquer toute intervention en prêt souverain. Ces contraintes limitent le périmètre d interventions de l AFD. Un autre élément est la durée de montage de projets et notamment les projets de grande hydro-électricité. Il faut souvent prévoir 5 à 10 ans entre l'idée du projet à sa réalisation, d autant plus que ces projets sont complexes et qu ils nécessitent des cofinancements avec d autres bailleurs et ainsi nécessairement une coordination plus longue à mettre en place. Il faut tenir compte aussi dans ce secteur de la raréfaction des subventions. Or les subventions ou la bonification sont nécessaires pour certains projets du secteur tels que : les projets d accès, les projets novateurs et les projets qui sont peu rentables, ou à rentabilité plus différée. Les objectifs du CIS. -Il faut maintenir un volume important, soit un volume d engagements supérieur à 1,5 milliard d euros par an sur les deux axes : énergie durable et énergie sécurisée. -Concernant l'énergie accessible, l objectif n est pas en volume mais en nombre de projets. L'objectif est d'être présent sur ce secteur avec un nombre régulier de projets dans la durée. -Le CIS s'inscrira en cohérence avec les objectifs et la politique climat du Groupe. Plus de 50 % des engagements devront être favorables au climat, et avoir une action positive sur celui-ci 4

5 - un volet d assistance technique sera être développé pour accompagner les investissements. Ces objectifs sont être déclinés en fonction des géographies car l énergie ne peut pas se traiter de la même façon au Tchad, en Chine et au Mexique. Sur l'afrique subsaharienne qui est une priorité pour l AFD, et pour laquelle il y a une très forte demande d'investissement, il faut renforcer la production ainsi que les réseaux, pour répondre à une demande et à un besoin d'investissements chronique ; développer l'hydroélectricité régionale ; appuyer les sociétés d'électricité dans des situations difficiles et qui se mobilisent pour leur redressement ; et soutenir la mise en place de politiques énergétiques durables. Sur les pays méditerranéens, le premier élément est celui des énergies renouvelables, ces pays disposant d'un formidable potentiel, avec notamment le plan solaire méditerranéen sur lequel l AFD a été active. C est un programme structurant pour le nord et le sud de la Méditerranée. Les réseaux et les interconnexions restent également un besoin de ces sociétés. Un troisième aspect sur lequel nous travaillerons particulièrement est le gaz. Sur les pays d'asie et d'amérique latine. Ce sont des pays qui connaissent une forte croissance. L'idée est d'être sur la croissance verte et d accompagner ces pays dans les domaines d excellence de l expertise française. Sur l outre-mer, nous accompagnons aujourd'hui les collectivités locales et les régions, ainsi que les départements, dans les efforts de maîtrise de l'énergie et de valorisation des énergies renouvelables, en ligne avec les objectifs du Grenelle de l Environnement Un des nouveaux objectifs de ce cadre d intervention est de développer les partenariats, il faut souligner que l'élément nouveau de ces cinq dernières années est le renforcement de nos coopérations avec les partenaires européens, avec une place de plus en plus importante des outils de financement avec la commission européenne. Il faudra continuer à rechercher des synergies avec la Banque mondiale qui reste incontournable en particulier sur les grands projets de barrage et à développer les alliances avec les banques régionales et banques nationales ou régionales du Sud. Il faut souligner que plusieurs partenariats ont été initialisés avec des acteurs français (ADEME, CIRAD, CEA), et ils doivent être renforcés. La production de connaissances est également un volet sur lequel l AFD souhaite continuer à être actif. En dehors des études à vocation opérationnelle sur le gaz, sur l'hydroélectricité, sur la réhabilitation, nous participons au programme RECP (Renewable Energy Cooperation Program) afin de permettre de mieux identifier les perspectives de projets dans les différentes filières d'énergies renouvelables (solaire, solaire photovoltaïque, solaire à concentration, éolien, petite hydroélectricité, biomasse). Nous participons également au programme ESMAP de la Banque mondiale, une réflexion qui associe également plusieurs bailleurs sur les politiques énergétiques, en particulier les politiques d'énergies durables. 3. Synthèse des débats Un débat s est engagé : Autour du choix de financement des projets Un intervenant s interroge sur la politique de l AFD concernant des demandes de projets fortement émetteur de CO2 en particulier les centrales à charbon. L AFD précise que, le débat sur les secteurs dits très polluants est un débat européen, de pays en développement, mais pas forcément un débat dans les pays où nous intervenons. Ces pays sont ainsi en droit de nous présenter des projets très polluants. Nous devons quant à nous avoir des arguments recevables pour leur dire que nous préféronsfinancer d autres types de projets plus durables. Plutôt que d'afficher des refus, nous préférons afficher des règles et des objectifs en termes de soutenabilité. 5

6 De plus l AFD s est dotée d une stratégie Climat et nous avons nos règles de classification des impacts environnementaux et sociaux, qui sont assez strictes. Ainsi nous refusons souvent dès l'amont d'étudier ou d'envisager d'aborder tel ou tel programme. Comment faire le rapport entre les besoins d'investissement et l'endettement? Plusieurs questions ont porté sur la difficulté de financer des grands projets en particulier hydrauliques dans des pays ayant un endettement historique. Quels sont les outils qui seront mis en place pour réconcilier investissements et endettement? L AFD reconnait que la première contrainte selon les natures de pays est le niveau d'endettement potentiel compte tenu des règles du FMI. De plus l AFD est soumise à la réglementation bancaire française, ce qui suppose qu'en souverain l AFD ne peut pas investir dans un État plus de 25 % de son capital. Dans le cas des grands barrages hydroélectriques, il s'agit effectivement de montants d'investissements qui sont au-delà de ce que les pays d'afrique subsaharienne peuvent supporter. Une solution est de structurer le dossier avec la participation du secteur privé, et une société privée qui peut porter elle-même un prêt De façon générale, dans les petits pays au sud du Sahara le plafond grand risque n est pas atteint. Les niveaux d'endettement semblent permettre pour le moment de répondre à ces États sous réserve que les établissements publics soient bien gérés. Le grand problème au sud du Sahara est la qualité des sociétés d'électricité, qui connaissent pour la plupart de fortes difficultés financières. Cela pose de vraies problèmes pour pouvoir intervenir dans le secteur électrique. Nous souhaitons enfin travailler de plus en plus avec de grands opérateurs énergéticiens, et trouver des montages qui permettent, en contrepartie du rachat d'une électricité bon marché par des compagnies d'électricité, de mobiliser des opérateurs qui viennent en renforcement ou en substitution d'opérateurs publics défaillants. Autour de la taille des projets Les limites et les difficultés des très grands barrages hydroélectriques étant connus. Un intervenant propose que la priorité soit des ouvrages de taille moyenne, de 5 à 50 MW, qui sont plus faciles à boucler financièrement, voire même aussi avec un partenariat privé? L AFD reconnait que lorsqu'il y a un potentiel de petite et moyenne hydroélectricité non loin du réseau, c est économiquement et financièrement intéressant. L AFD a lancé une étude pour essayer de définir davantage la gamme, les types d'acteurs, les types d'investisseurs. Mais tous les pays d'afrique subsaharienne n'ont pas de potentiel hydroélectrique. Les ouvrages régionaux permettent à travers les interconnexions d'alimenter en hydroélectricité les pays qui n'ont pas ce potentiel. Autour de la bioelectricité Quelles sont les priorités de l AFD? L AFD reconnait que c est un secteur à forte valeur ajoutée dans les pays du sud, où il est cependant très sous-développé. Il y est beaucoup question de solaire, mais très peu de bioélectricité. Une étude a été lancée en association avec les agro-industries en Afrique de l'ouest et au Kenya, pour savoir s'il n'y a pas des opportunités de projets, en particulier de cogénération. Cependant afin d avoir des références, il faudrait qu'il y ait plus de développement dans le Nord. Les énergies renouvelables sont cependant moins développées dans la bioélectricité, et les références sont moins nombreuses Les gazogènes sont typiquement une idée qui pourrait repartir, mais il n'y a pas d'aide à la recherche. Autour des nouveaux acteurs : Quelle est la position de l AFD? 6

7 L AFD développe depuis plusieurs années ces relations avec les banques de développement bilatérales, régionales et multilatérales. Nous avons par exemple récemment signé un accord de partenariat avec la Banque islamique de développement. L objectif principal est bien le cofinancement. Globalement, le niveau d'activité de tous les bailleurs de fonds et de l AFD en cofinancement connaît une croissance. Le pourcentage en cofinancement ne cesse de croître, et représente une part de plus en plus importante de nos financements dans le secteur des infrastructures. Avec les bailleurs européens KfW et BEI, le cofinancement se fait dans le cadre d une reconnaissance mutuelle des procédures. Ainsi, dans le cadre d un cofinancement avec ces bailleurs européens, il y en a un qui est leader, et qui étudie le dossier pour les autres bailleurs. C'est-à-dire que nous reconnaissons mutuellement les procédures de celui qui porte le dossier. Cela permet d harmoniser les interventions des bailleurs et de renforcer notre visibilité. Dans les grands projets d infrastructure, il faut y aller à plusieurs, la recherche de cofinancements est donc systématique, et fait maintenant partie des pratiques d'intervention de l AFD. Autour des mécanismes innovants du style paiement pour services écosystémiques : Que fait l AFD? L AFD défend la valeur en capital des ressources naturelles, et l'approche par l'analyse de valeur économique de ces sujets, sachant que cette intégration dans les analyses économiques présentée, ne se fait ni à la Banque mondiale ni aucune institution financière. Mais c est un travail difficile, fait avec de grands universitaires. Les bénéficiaires ne sont pas forcément d'accord sur cette approche, il faut convaincre le politique décideur de la commune concernée, ou le ministère des Finances. Cette méthode s'applique donc au cas par cas sur quelques projets. Par exemple l'aménagement d'un programme en République dominicaine, sur une zone touristique où les bénéficiaires ont en fait payé une taxe pour la protection du bassin versant amont. Un autre exemple peux être mentionné au Cameroun non pas pour la construction du barrage, mais pour ce qui est essentiellement les aménagements et les compensations environnementales, il y a une expérience originale, dans la mesure où l'équivalent de la surface qui va être noyée par la réserve, une redevance va en fait être perçue auprès du producteur d'électricité, qui servira à financer la création et l'exploitation d'une zone de conservation de forêt d une taille et de caractéristiques similaires à celle qui va être perdue dans le projet. Ce sont des expérimentations, mais nous essayons d y répondre aujourd'hui de manière un peu ad hoc et parfois artisanale. Autour des enseignements tirés de la collaboration avec les partenaires européens? L'approche avec l Union Européenne est une approche construite sur 5 à 10 ans d'échanges. Au départ le 9 e FED ne permettait pas d'envisager des approches en délégation ou en cofinancement,. Il a fallu rendre complémentaires les outils financiers des diverses institutions, le 10 e FED l a rendu possible. L Union européenne, peut affecter et confier ses ressources à d'autres gestionnaires différents de ceux choisis par appel d'offres par l'union européenne. C'est une énorme évolution. Une fois cette phase passée, il y a eu ensuite une phase de reconnaissance des procédures des institutions souhaitant travailler avec Union européenne. Il fallait donc démontrer que ces procédures étaient compatibles avec la réglementation européenne. En partant ensuite d'outils communs, l'idée est venue de rechercher une coopération avec les structures de l'union européenne pays par pays, ou région par région. Cela a concerné d'abord des approches publiques, puis des approches de secteur privé. Des facilités de mixage de prêt et des dons ont été créées permettant de développer des cofinancement et de renforcer la coordination entre bailleurs européens et la CE.. L'élément fort de tout cela est que politiquement, l'union européenne (CE et Etats membres) représente finalement entre 57 et 60 % de l'aide au développement internationale, selon la façon 7

8 d'estimer les chiffres, mais n'est cependant pas reconnue comme telle parce que totalement éclatée. Il s'agit donc bien d'un objectif d'effet de masse pour reconnaître le pouvoir que cela représente, et peser sur es idées, les montages et les approches. Depuis la mise en place de ces facilités européennes, les cofinancements sont surtout concentrés avec les bailleurs européens dans le cadre de ces facilités. La mise en place de ces facilités de mixage prêtdon a ainsi permis d'avoir une offre et une visibilité européennes. Les projets d'infrastructures sont en outre nécessairement des projets de gros montants. L AFD partage avec les autres bailleurs européens le montant d'investissement, de même que les risques. Nous avons de plus une position européenne conjointe, c'est-à-dire une visibilité européenne bien forte. Nous sommes tous les deux gagnants, car nous avons quant à nous accès à la subvention qui nous manque pour permettre soit de bonifier le prêt, donc d'avoir des conditions plus douces, soit d'apporter les subventions en accompagnement du prêt, donc de l'assistance technique sous forme de subventions. La commission européenne s'intéresse beaucoup à ces outils de mixage prêt-don, car cela leur permet de réaliser un effet de levier important. Cela permet donc de démultiplier l'action de la commission européenne à travers les prêts qui viennent en accompagnement des subventions. Proparco précise qu il y a deux grands types d'initiative, dont une première assez ancienne au sein des EDFI (European Development Finance Institutions), qui vise à mutualiser les ressources, et à créer des véhicules communs qui pouvaient être mobilisés par l'une de ces institutions, et qui peut permettre d'accroître les financements disponibles pour un projet à l'aide d'une procédure extrêmement simple. Un deuxième type d'initiative avec la commission a commencé depuis un ou deux ans. Il y avait en effet peut-être un peu de résistance à utiliser des subventions pour accompagner des IPP, des projets privés. Il peut s'agir de couvrir par exemple le surcoût lié à l'énergie solaire, ou le surcoût lié à la connexion au réseau pour des projets un peu enclavés. Il s'agit donc de la possibilité de mobiliser des subventions européennes par ces EDFI privées, afin de venir compléter les projets avec un certain nombre de règles. Enfin, au sein des bailleurs européens, mais également avec la SFI, il y a aussi toute une procédure de reconnaissance mutuelle des procédures, ce qui permet par exemple aujourd'hui à Proparco de négocier 150 millions de dollars pour le compte de cinq institutions européennes que le client ne voit pas, mais qui se reposent sur Proparco pour mener à bien la négociation. Il s'agit peut-être de l'outil le plus puissant, s'agissant souvent de projets d'un très gros montant, et qui compte tenu des spécificités, ne peuvent pas être traités comme le font les banques commerciales habituelles. L'idée est donc d'essayer de renforcer la coordination. Plusieurs intervenants ont mis en exergue que: Le développement de l'accès à l énergie en Indonésie et en Inde n est pas spécifiée dans les axes prioritaires de ces pays. Dans les pays émergents nous travaillons avec un mandat qui s'appelle Croissance verte et solidaire. Il a été approuvé par le comité interministériel de coopération internationale et de développement en juin Il définit une liste de pays d'intervention, et ce critère Vert et solidaire, sur lequel nous avons une note de doctrine partagée avec ces ministères, met en avant de manière notoire les notions se rapportant aux grandes villes, donc à la croissance de population et à l'urbanisation, aux problématiques d'infrastructures associées, de même qu'aux critères sociaux associés. Nous avons donc été amenés à décrire et à décliner ce que l'on appelle les cadres d'interventions régionaux. Celui de l'asie est très centré sur l'aspect Climat. Nos volumes financiers étant relativement modestes nous sommes incapables de répondre à toutes les questions.. 4. Conclusion 8

9 Les participants ont remercié l AFD pour la qualité du document proposé et pour cette stratégie. Tous ont reconnu que ce document de perspective d interventions dans le secteur de l énergie était assez structurant. Sachant que le secteur de l'énergie est un secteur qui est en train de prendre une place incontournable sur tous les continents, et auprès de tous les décideurs politiques du monde. Il est associé à un grand nombre de données, que ce soit la croissance urbaine, la croissance de population, la distribution au plus grand nombre, et le développement des régions. Tous ces thèmes parlent de l'énergie. Le précédant CIS Énergie devait être actualisé, car ce qui a été écrit en 2008 n'est plus forcément à la mesure de ce qui est demandé actuellement. Certaines priorités ont été telles parce que l AFD ne peut pas tout faire, et parce que c'est son rôle d'orienter ou de proposer des orientations au pays dans lesquels elle intervient. 9

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013 La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie Journée PEXE 20 novembre 2013 MEUR 3 axes Stratégie et Activités sur l Energie de l AFD (2007-2011) Energie sobre (renouvelable, efficace et économe

Plus en détail

Plan Solaire Méditerranéen : Le financement de projets novateurs

Plan Solaire Méditerranéen : Le financement de projets novateurs Conférence sur le plan solaire méditerranéen Paris, 22 novembre 2008 Plan Solaire Méditerranéen : Le financement de projets novateurs Etienne VIARD Directeur Département Méditerranée et Moyen Orient AFD,

Plus en détail

Energies renouvelables et développement durable

Energies renouvelables et développement durable Energies renouvelables et développement durable Christian de Gromard AFD/TED, Transport et Energie Durable «Les Energies Renouvelables au service de l humanité» 40 ème anniversaire du congrès international

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national.

Ainsi, les TEPOS représentent la deuxième phase de cet appel à projets national. - 1 - APPEL A PROJETS TEPOS QU EST-CE QU UN TERRITOIRE A ÉNERGIE POSITIVE? Contexte L énergie, nécessaire à tous les domaines et besoins de la vie quotidienne, devient, du fait de sa raréfaction, de plus

Plus en détail

Le mécanisme de Changement climatique. développement propre (MDP) du protocole de Kyoto

Le mécanisme de Changement climatique. développement propre (MDP) du protocole de Kyoto Le mécanisme de Changement climatique développement propre (MDP) du protocole de Kyoto Quelles opportunités offrent le MDP? Quels instruments français d appui? Franck Jésus, Conseiller Environnement, DGTPE

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PLAN I. PRESENTATION 1. Réseau Carbone 2. Alliance Climat II. PARTENAIRES 1. Mairie du District

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS

Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Énergie, technologie et politique climatique : les perspectives mondiales à l horizon 2030 MESSAGES CLÉS Le scénario de référence L'étude WETO (World energy, technology and climate policy outlook) présente

Plus en détail

22 juin 2011. L AFD en Outre-mer en 2010

22 juin 2011. L AFD en Outre-mer en 2010 22 juin 2011 L AFD en Outre-mer en 2010 Qui sommes-nous? Un EPIC, sous tutelle des ministères : des Affaires Etrangères et Européennes de l Economie, des Finances et de l Industrie de l Intérieur, de l

Plus en détail

Communiqué 21 octobre 2009

Communiqué 21 octobre 2009 Communiqué 21 octobre 2009 Les surcoûts du programme d électricité éolienne et photovoltaïque doivent être compensés par une politique industrielle ambitieuse. La France a consommé en 2008 environ 485

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement 2 ème Forum de l Energie de Rabat **** Intervention du Dr Abdelkader Amara Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Rabat, le 25 février 2015 Messieurs les Ministres, Monsieur le

Plus en détail

CADRE D INTERVENTION SECTORIEL «ENERGIE» 2012 2016

CADRE D INTERVENTION SECTORIEL «ENERGIE» 2012 2016 CADRE D INTERVENTION SECTORIEL «ENERGIE» 2012 2016 Octobre 2012 (i) TABLE DES MATIERES 0. RESUME EXECUTIF IV 1. UN POSITIONNEMENT RENOUVELE DANS UN CONTEXTE ENERGETIQUE EN MUTATION 1 2. LE BILAN DES ACTIVITES

Plus en détail

CTF/TFC.15/3 19 avril 2015. Réunion du comité du CTF Washington Mardi 12 mai 2015. Point 3 de l'ordre du jour

CTF/TFC.15/3 19 avril 2015. Réunion du comité du CTF Washington Mardi 12 mai 2015. Point 3 de l'ordre du jour Réunion du comité du CTF Washington Mardi 12 mai 2015 CTF/TFC.15/3 19 avril 2015 Point 3 de l'ordre du jour RAPPORT D'ACTIVITÉ SEMESTRIEL DU CTF (RÉSUMÉ) DÉCISION PROPOSÉE Ayant examiné le Rapport d'activité

Plus en détail

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE

Ce qui est fondamental, c est la volonté politique pour y arriver. CONTEXTE CONTEXTE Cette année, la lutte aux changements climatiques pourrait connaître un tournant majeur. La Conférence de Paris en décembre présente une occasion aux leaders politiques et aux chefs d entreprises

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE

POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE POUR UNE BANQUE MEDITERRANEENNE DE DEVELOPPEMENT 11 mai 2011 - Paris Constats Les besoins en investissements des pays du bassin méditerranéen sont considérables tant en matière d infrastructures que de

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

César Kapseu, Noël Djongyang, George Elambo Nkeng, Maturin Petsoko, Daniel Ayuk Mbi Egbe ENERGIES RENOUVELABLES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

César Kapseu, Noël Djongyang, George Elambo Nkeng, Maturin Petsoko, Daniel Ayuk Mbi Egbe ENERGIES RENOUVELABLES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE César Kapseu, Noël Djongyang, George Elambo Nkeng, Maturin Petsoko, Daniel Ayuk Mbi Egbe ENERGIES RENOUVELABLES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Préface de Jacques Famé Ndongo Postface de Samuel Domngang L'rf'armattan

Plus en détail

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine LIU Liya, Directrice de bureau à la NDRC (Commission nationale du

Plus en détail

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE

[R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE [R]ÉVOLUTION ÉNERGÉTIQUE Perspectives énergétiques pour un monde plus durable Synthèse du rapport 2015 image : Gemasolar, tour solaire de 15 MW, Espagne. CONTEXTE Cette année, la lutte contre les changements

Plus en détail

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique

1- Mobiliser la société autour des thèmes de la sobriété et de l efficacité énergétique Cahier d acteur de l Assemblée des départements de France Débat national transition énergétique 2013 L Assemblée des départements de France souscrit au débat national transition énergétique voulu par le

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6

Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement A l occasion de la Cérémonie de lancement du Cluster Solaire Casablanca Lundi 21 avril 2014 0/6 Monsieur

Plus en détail

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010

Fiche projet La révision du projet d aménagement d une station touristique future Version du 26 novembre 2010 République Tunisienne Ministère de l Environnement et du Développement Durable Coopération Technique Allemande Elaboration de la stratégie nationale d adaptation au changement climatique du secteur touristique

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

et un vecteur important de partenariat. C est le cas dans près de 80 pays dans lesquels l AFD opère pour le compte de l Etat

et un vecteur important de partenariat. C est le cas dans près de 80 pays dans lesquels l AFD opère pour le compte de l Etat 1 Messieurs les membres du gouvernement, Monsieur le gouverneur de la banque centrale, Honorables invités, chers amis. L Agence Française de Développement est l opérateur pivot de la politique française

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 --

Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Sommet IRENA sur les énergies renouvelables en milieu insulaire -- Malte, 6 et 7 septembre 2012 -- Discours de Michel Vandepoorter, Ambassadeur de France à Malte Mesdames et messieurs, La question du financement

Plus en détail

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005

Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance. juin 2005 Le rôle catalyseur des bailleurs de fonds en microfinance juin 2005 Ce document a fait l objet d une présentation de Jacques Attali, Président de PlaNet Finance, pendant la conférence Internationale de

Plus en détail

Un objectif majeur : la réduction des gaz à effet de serre. Cinq scénarios envisagés 1

Un objectif majeur : la réduction des gaz à effet de serre. Cinq scénarios envisagés 1 FEUILLE DE ROUTE CEE POUR L ENERGIE 2050 PRESENTATION Un objectif majeur : la réduction des gaz à effet de serre L'Union Européenne s'est fixé comme objectif d'ici à 2050 de réduire les émissions de gaz

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

Facilité de financement des collectivités territoriales françaises (FICOL)

Facilité de financement des collectivités territoriales françaises (FICOL) Facilité de financement des collectivités territoriales françaises (FICOL) janvier 2015 Appel à idées FICOL TERMES DE REFERENCE 2015 L Agence Française de Développement (AFD) expérimente depuis 2014 une

Plus en détail

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE

ENERGIE - EAU EN AFRIQUE FORUM RHONE-ALPES / AFRIQUE 6 ème Edition «La maîtrise de l Eau et de l Energie constitue le préalable de tout développement économique et social durable» ENERGIE - EAU EN AFRIQUE Financements -Technologies-

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée

La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée DEFIS ET OPPORTUNITES DE LA MICROASSURANCE AU SENEGAL La Micro Assurance, la stratégie de réduction de la pauvreté et la stratégie de croissance accélérée Présenté par Mme Aida Djigo Wane AMSA Assurances

Plus en détail

Projet de cogénération de Bécancour

Projet de cogénération de Bécancour Projet de cogénération de Bécancour Mémoire présenté dans le cadre des audiences du Bureau d audiences publiques en environnement (BAPE) sur le projet de cogénération de Bécancour par TransCanada Energy

Plus en détail

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET

ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE. Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET ANNEXE N 1 A LA CONVENTION N 1337C0444 ANNEXE TECHNIQUE Pour l ADEME, le suivi de l opération sera assuré par M. Samy GUYET 1) Contexte Constatant les difficultés rencontrées par les collectivités pour

Plus en détail

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

Conférence Régionale de l Energie

Conférence Régionale de l Energie Conférence Régionale de l Energie 19/11/2014 En Guyane, la Transition Energétique est en marche GENERG- Groupement des Entreprises en Energies Renouvelables et Efficacité Energétique de Guyane www.generg.fr

Plus en détail

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040

Notre avenir énergétique. Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Notre avenir énergétique Plan de la Nouvelle-Écosse en matière d électricité 2015-2040 Résumé Contexte La Nouvelle-Écosse

Plus en détail

SREP/SC.13/3 19 avril 2015. Réunion du Sous-comité du SREP Washington Mercredi 13 mai 2015. Point 3 de l'ordre du jour

SREP/SC.13/3 19 avril 2015. Réunion du Sous-comité du SREP Washington Mercredi 13 mai 2015. Point 3 de l'ordre du jour Réunion du Sous-comité du SREP Washington Mercredi 13 mai 2015 SREP/SC.13/3 19 avril 2015 Point 3 de l'ordre du jour RAPPORT D'ACTIVITÉ SEMESTRIEL DU SREP (RÉSUMÉ) DÉCISION PROPOSÉE Ayant examiné le Rapport

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES DANS LA TRANSITION VERS L ÉCONOMIE VERTE

ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES DANS LA TRANSITION VERS L ÉCONOMIE VERTE ACCOMPAGNER LES ENTREPRISES DANS LA TRANSITION VERS L ÉCONOMIE VERTE La transition écologique et énergétique est une nécessité pour les entreprises. Le réchauffement climatique affectera toutes les entreprises

Plus en détail

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE?

Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Fiche d'information 1 POURQUOI UN PLAN D'INVESTISSEMENT POUR L'UE? Depuis la crise financière et économique mondiale, l'ue pâtit de faibles niveaux d investissement. Des efforts collectifs et coordonnés

Plus en détail

La mobilisation des ressources à l AFD

La mobilisation des ressources à l AFD 13/11/2013 La mobilisation des ressources à l AFD Soumana ALOU HAROUNA Sommaire 1 ) L AFD en quelques mots p. 4-5 Rôle Missions Champs géographique 2 ) L activité de l AFD... p. 7-9 Les niveaux d engagements

Plus en détail

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire)

Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Note de synthèse complémentaire (à partir des apports de l atelier du Caire) Serge Allou, Gwénaëlle Corre Juillet 2010 A la suite des trois ateliers d échange successivement tenus à Hanoï, Abidjan et Addis

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements

La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Lundi 24 juin 2013 La Région met en œuvre un prêt bonifié pour la rénovation énergétique des logements Service de Presse 04 67 22 81 31 /// 04 67 22 80 47 presse-region@cr-languedocroussillon.fr Convaincue

Plus en détail

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS

Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Séminaire Technique International «Le développement rural en Méditerranée» 4-5 février 2014, Alger RECOMMANDATIONS Le séminaire technique international sur «Le développement rural en Méditerranée», organisé

Plus en détail

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux La question technique est fortement présente lorsqu'il s'agit par exemple d'assurer le transport d'une production aléatoire, tout en permettant une garantie d'approvisionnement aux consommateurs. Ainsi

Plus en détail

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface

Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B. Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface C O F A C E 9 novembre 2000 Avec la Solution @rating : L Afrique sur la route du commerce B2B Par Jérôme Cazes Directeur Général du Groupe Coface Le commerce interentreprise s est considérablement développé

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique

L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique L engagement de Schneider Electric dans l efficacité énergétique Initi@tive 2007 - Nice Building a New Electric World I. Le Développement Durable : l'affaire de tous II. L'Efficacité Energétique : défis

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE

TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE Recrutement d un expert en communication institutionnelle Page 1 TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN EXPERT EN COMMUNICATION INSTITUTIONNELLE 1. CADRE GENERAL DU PROGRAMME Le Programme d Appui au Commerce

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous»

Un nouveau cadre de suivi des progrès vers la réalisation de l objectif d «Une énergie durable pour tous» Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Public Disclosure Authorized Résumé E n déclarant 2012 «Année internationale de l énergie durable pour tous», l Assemblée

Plus en détail

Salon de la création d entreprises

Salon de la création d entreprises Salon de la création d entreprises Tunis 17 octobre 2008 «Comment mettre l innovation au cœur de l entreprise» soutient l innovation et la croissance des PME oseo.fr 2 OSEO Soutient l innovation et la

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI)

TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) TERMES DE REFERENCE Consolidation du programme régional Risques Naturels de la Commission de l Océan Indien (COI) 1) Contexte général La phase I du projet Risques Naturels (RN-COI) a été financée par l

Plus en détail

Très forte progression des concours en prêts et aides (+29%) et en fonds propres (+37%)

Très forte progression des concours en prêts et aides (+29%) et en fonds propres (+37%) COMMUNIQUE DE PRESSE 12 MARS 2015 BPIFRANCE BILAN 2014 FORTE CROISSANCE DE L ACTVITE : 14 MD DE FINANCEMENTS AU TOTAL VS 11 MD EN 2013 RENFORCEMENT DU FINANCEMENT DE L INNOVATION, DE LA TEE ET DE L EXPORT

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en

Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en Relancer l investissement en France, un impératif pour la croissance. Les perspectives économiques des différents analystes prévoient une faible croissance du PIB en 2015 surement inférieur à 1%. Ce n

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale

EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale EFFICACITE ENERGETIQUE DES IAA 3 actions pour accélérer la compétitivité énergétique de la filière régionale L ENERGIE : UN FACTEUR DE COMPETITIVITE MAJEUR POUR LES IAA L agroalimentaire représente 15%

Plus en détail

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement

Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS. Agence Française de Développement Benjamin Petit pour l'afd RÉ S UL T ATS Agence Française de Développement Face aux défis communs, s engager vers de nouveaux modèles de développement Dans un monde de plus en plus interdépendant, les défis,

Plus en détail

CAPITAL INVESTISSEMENT

CAPITAL INVESTISSEMENT Groupe Caisse de Dépôt et de Gestion CAPITAL INVESTISSEMENT FINANCEMENT DE PROJETS DE CREATION D ENTREPRISE AU MAROC Paris 23 mai 2006 Amine Benhalima Le Groupe Caisse de Dépôt et de Gestion, une institution

Plus en détail

Qu est-ce que la Banque européenne d investissement?

Qu est-ce que la Banque européenne d investissement? Qu est-ce que la Banque européenne d investissement? Légende: Dépliant expliquant le rôle de la BEI, ses missions, son activité, son fonctionnement. Source: Banque européenne d investissement, Qu est-ce

Plus en détail

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009

Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 Résumé du Président de la deuxième Assemblée générale de la CARD Tokyo, 4 juin 2009 La deuxième Assemblée générale de la «Coalition pour le développement du riz en Afrique» (CARD) s est tenue à Tokyo du

Plus en détail

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO NOTE CONCEPTUELLE FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO 1 INTRODUCTION Le Centre pour les Energies Renouvelables et l'efficacité Energétique de la CEDEAO (CEREEC) a lancé en 2013 un programme phare

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E

P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E P L AT E - F O R M E C O O P É R AT I O N E T T O U R I S M E R E S P O N S A B L E www.cooperation-tourisme.org Un outil au service du développement territorial Échanger, partager et construire des partenariats

Plus en détail

La Banque européenne d investissement en bref

La Banque européenne d investissement en bref La Banque européenne d investissement en bref En tant que banque de l Union européenne (UE), la Banque européenne d investissement (BEI) apporte ses financements et son savoir-faire à l appui de projets

Plus en détail

Dii Le réseau d entreprises pour l électricité des deserts Faciliter la création de marchés du solaire et de l éolien en Europe, en Afrique du Nord

Dii Le réseau d entreprises pour l électricité des deserts Faciliter la création de marchés du solaire et de l éolien en Europe, en Afrique du Nord Dii Le réseau d entreprises pour l électricité des deserts Faciliter la création de marchés du solaire et de l éolien en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient Dii Le réseau d entreprises pour l

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue

RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Paris, le 05/03/2015 RESULTATS 2014 Swiss Life France enregistre une bonne progression de son résultat associée à une croissance soutenue Swiss Life France annonce une progression de son résultat opérationnel

Plus en détail

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012

De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte. Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 De la croissance destructrice de l environnement à l économie verte Samir ALLAL Tunis-Mai 2012 Plan de l'exposé 1. La question de l économie verte ne peut être traitée indépendamment des relations Nord/Sud,

Plus en détail

ACCOMPAGNER LA TRANSITION ENERGETIQUE

ACCOMPAGNER LA TRANSITION ENERGETIQUE Conséquence d une consommation d énergie croissante et d une augmentation des coûts, la facture énergétique de la France s est élevée à 2,4 % du PIB en 2011, contre 1 % en 1990. L enjeu de la transition

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

Ce guide se veut évolutif et dynamique. Actualisé mensuellement, il recueillera les appels à projets qui Il est votre outil et notre lien.

Ce guide se veut évolutif et dynamique. Actualisé mensuellement, il recueillera les appels à projets qui Il est votre outil et notre lien. Mesdames et Messieurs, Le P total) afin de relever le défi de la compétitivité et de faire émerger un nouveau modèle de croissance, en finançant des projets innovants et exemplaires, rigoureusement sélectionnés.

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 INVESTISSEMENT TERRITORIAL INTÉGRÉ POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période 2014-2020

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes

De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes De nouveaux défis pour les agricultures méditerranéennes El Dahr H. in Abis S. (coord.), Blanc P. (coord.), Lerin F. (coord.), Mezouaghi M. (coord.). Perspectives des politiques agricoles en Afrique du

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION

Programmes Opérationnels Européens 2014-2020 FICHE ACTION Page 1 Axe Objectif thématique (art. 9 Règ. général et Règ. FEDER) Objectif Spécifique Priorité d'investissement (art. 5 Règ. FEDER) Intitulé de l'action 3- Améliorer la compétitivité des entreprises OT

Plus en détail

La place du charbon dans le mix électrique

La place du charbon dans le mix électrique La place du charbon dans le mix électrique Présentation au colloque 7 février 2008 Gérard Mestrallet, PDG de SUEZ «Les nouveaux débouchés du charbon : quels risques pour le changement climatique?» Outline

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

L efficacité énergétique et le développement durable dans la construction en Chine

L efficacité énergétique et le développement durable dans la construction en Chine Conception : E. Riche / Odyssée (+33 1 46 65 05 08) - Crédits photo : E. Riche, ADEME / FFEM - Coordination éditoriale : F. Clément, ADEME - 3 000 copies - Imprimé sur papier sans bois, sans chlore et

Plus en détail

Les partenaires du programme

Les partenaires du programme Les partenaires du programme En Chine Conférence de clôture du premier programme au Ministère français de l Écologie et du Développement Durable, le 17 juin 2004. Le Ministère de la Construction et 4 de

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé

Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Cabinet du ministre Communiqué de presse BUDGET 2013-2014 COMMUNIQUÉ N 2 BUDGET 2013-2014 Un gouvernement qui agit en misant sur l investissement privé Québec, le 20 novembre 2012 «Pour accélérer la croissance

Plus en détail

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015

LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL AU SUJET DU CHANGEMENT CLIMATIQUE 2015 ATTENTION : AVANT DE SIGNER LA LETTRE, MERCI DE BIEN VOULOIR LA LIRE JUSQU A LA FIN ET DE CLIQUER SUR LE LIEN ASSOCIE. FORUM D ACTION DES ENTREPRISES POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE LETTRE OUVERTE AU BRÉSIL

Plus en détail