juin 2015 Service Diététique de l AP-HP TENON

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "juin 2015 Service Diététique de l AP-HP TENON"

Transcription

1 juin 2015 Service Diététique de l AP-HP TENON

2 Comment Aider le Patient à Cicatriser? Comme les personnes âgées malades; Les SEP; Les SLA; JUIN

3 La prise en charge de la dénutrition dans le but de PRÉVENIR les escarres, présente de nombreux points communs avec celle qui est effectuée dans le cadre du TRAITEMENT des escarres. En prévention : La prise en charge de la dénutrition va diminuer le risque d apparition des escarres; En cas d escarres constituée : La correction de la dénutrition est indispensable pour permettre la cicatrisation; JUIN

4 LIEN ENTRE DENUTRITION ET ESCARRE PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE JUIN

5 Définition de la DENUTRITION C est un état pathologique qui résulte d un DÉFICIT persistant des apports nutritionnels par rapport aux besoins de l organisme. Cette carence peut avoir 1 ou 2 origines : Une réduction des apports alimentaires spontanés (exogène) ; Un hyper métabolisme qui augmente les besoins nutritionnels (endogène); Les patients âgés ont des facteurs de risque de retard de cicatrisation : Immobilisation, pathologies musculaires ; Les carences protéino-énergétiques altèrent toutes les phase de cicatrisation. JUIN

6 le «Cercle Vicieux» La dénutrition altère le processus de cicatrisation, de l escarre en privant l organisme des apports énergétiques, protidiques vitaminiques et en oligo-éléments nécessaires. L escarre génère une augmentation des besoins nutritionnels (+10% à 20 %) à cause des processus inflammatoires et cicatriciels engendrés. JUIN

7 Le Dépistage de la dénutrition (critères de l HAS) Perte de poids (5 à 10% en 1 mois, 10 à 15 % en 6 mois) IMC (Indice de Masse Corporel) < 21 kg/m² (ou < 18 kg/m²) Dosages biologiques (égal au taux de protéines dans le sang) : Dénutrition Albumine Pré-albumine Normal T < 35 g/l T < 0,22g/L Sévère T < 30 g/l T < 0,14g/L Profonde T < 25 g/l T < 0,10g/L A interpréter en fonction d un éventuel syndrome inflammatoire associé ( valeur albumine et pré-albumine car synthèse des protéines de l inflammation : CRP, orosomucoïde) ou de l état d hydratation. JUIN

8 Evaluation de l appétit et des prise alimentaires (auprès du patient, de la famille, des aides à domicile) Pourquoi une personne malade ne mange t elle pas suffisamment? Nombreuses pathologies; Nombreux médicaments; Altération de l état bucco-dentaire (mastication, douleurs ) Altération du goût, de la sensation de soif; Troubles de déglutition, troubles du transit Pertes d autonomie (courses, préparation des repas ) Régimes alimentaires restrictifs; Causes psychologiques, troubles cognitifs, croyances JUIN

9 Dépistage rapide de la dénutrition Attention, un patient en surcharge pondérale peut être démuni; Attention, un patient non dénutri peut le devenir. JUIN

10 Objectifs de la prise en charge de la DENUTRITION Un apport énergétique de 30 à 40 kcal/kg/jour; Un apport protidique de 1,2 à 1,5 g/kg/jour; (synthèse protéique) ATTEINDRE Un apport glucidique important permettant de fournir l énergie nécessaire au métabolisme des protéines apportées (50 à 60 % de la ration énergétique) Un apport hydrique : 1,5 L / Jour. JUIN

11 EN PRÉSENCE D ESCARRE (S) Objectifs nutritionnels précédents + apports en nutriments et micronutriments spécifiques ci après : ARGININE (acide aminé) : favorise la synthèse du collagène, régulation de l immunité; ZINC : favorise la synthèse du collagène, la prolifération cellulaire, action anti-oxydante (10 à 25 mg/jour) Vitamine C : favorise la synthèse du collagène, lutte contre les infection, action anti-radicaux libres (500 mg/jour) Vitamine E : favorise la synthèse du collagène, action anti-oxydante, intégrité des membranes cellulaires, régulation de l immunité (10 à 270 mg/jour) mais aucune étude n a mis en évidence le bénéfice de la supplémentation de tel ou tel nutriment sur la cicatrisation en l absence de carence. JUIN

12 EN PRÉSENCE D ESCARRE (S) Objectifs nutritionnels précédents + apports en nutriments et micronutriments spécifiques ci après: Alpha-Cetoglutarate d Ornithine (aco) : Acide aminé, précurseur de la glutamine et de l arginine. Effets positifs sur la cicatrisation en chirurgie réparatrice et chez le brûlé. (CETORNAN, poudre pour solution buvable) Favorise la cicatrisation des escarres Aide à corriger la dénutrition par hyper catabolisme Mais doit toujours être associé à une complémentation hyper-énergétique et hyper protidique. JUIN

13 EN PRATIQUE L évaluation nutritionnelle permet de déterminer le delta entre les apports spontanés du patient et ses besoins théoriques : Privilégier la nutrition orale +++ Prise en charge nutritionnelle entérale : exclusive ou en complément de l alimentation orale, si cette dernière est très insuffisante et après évaluation en équipe de la balance risque/bénéfice; Prise en charge nutritionnelle parentérale : uniquement si le tube digestif n est pas fonctionnel. JUIN

14 EN PRATIQUE D abord faire en sorte que le patient mange : Adapter la texture des repas aux capacités de mastication et/ou de déglutition du patient; Adapter les repas servis aux Goûts et aux Habitudes alimentaires; Eviter les régimes restrictifs (sans sel, sucre, fibre ), avec l accord du médecin, car anorexigènes ( parfois suivis depuis de nombreuses années). Si un régime est justifié, on le réévalue régulièrement. JUIN

15 MOYENS À DISPOSITION : Compléments nutritionnels oraux (CN0) CNO hyper énergétiques hyper protidiques de textures et de goûts différents : Boissons ou crèmes, jus de fruits potages, biscuits nature/ aromatisé A consommer en collation, en plus des repas (et non à la place des repas); A consommer frais de préférence. Certains peuvent être servis chauds (Delical neutre, Fresubin 2kcal, cappuccino ) 1 à 2 unités / jour (fonction des besoins du patient). Au-delà, la complémentation, peut avoir un effet contraire en diminuant la prise alimentaire totale. Présenter les CNO comme un traitement de la dénutrition et de la cicatrisation JUIN

16 MOYENS À DISPOSITION : Compléments nutritionnels spécifiques (CN0) CUBITAN, Nutricia/CLINUTREN REPAIR, NESTLE) 250 kcal / bouteille de 200 ml; 20 g de protéines; 3 g d arginine; 9 mg de zinc; 250 mg de vitamine C; 38 mg de vitamine E; 1 à 2 bouteilles de 200 ml par jour en plus des repas; Si les apports caloriques spontanés (= sanscn0) atteignent 1400 à 1500 kcal / jour. JUIN

17 MOYENS À DISPOSITION : Comparaison avec d autres (CN0) FRESUBIN 2 kcal) 400 kcal; 20 g de protéines; 3,2 mg de zinc; 37,6 mg de vitamine C; 7,3 mg de vitamine E; FORTIMEL CREME 200 kcal; 12,50 g de protéines; 2,4 mg de zinc; 20 mg de vitamine C; 3,3 mg de vitamine E; JUIN

18 MOYENS À DISPOSITION : Supplémentation avec des aliments traditionnels Lait en poudre dans purées, potages, café au lait, chocolat chaud, bouillies Fromage Fondu crème de gruyère dans purées et potages Pas d augmentation du volume du repas; 1 sachet de lait en poudre ou 2 cdg = 5 g de protéines. Produits laitiers supplémentaires (portion de fromage, laitages); Desserts lactés (crème dessert, semoule au lait ); Beurre : pour l apport calorique. JUIN

19 L ÉQUIPE SOIGNANTE : UN RÔLE IMPORTANT Distribution quotidienne des suppléments ; Stimuler la prise des suppléments; Vérifier la bonne observance de la prise des suppléments Aide technique lors des repas si besoin JUIN

20 PRISE EN CHARGE DIÉTÉTIQUE : PATIENT PORTEUR D UNE PLAIE CHRONIQUE 1) Calcul des ingestat à l arrivée car Les besoins nutritifs sont augmentés 2 ) L idéal : 1 à 1,2 kcal / kg et 35 à 40 kcal / kg 3 ) Enrichir l alimentation : Alimentation hyper énergétique, hyper protidique avec liquides enrichis et / ou crèmes enrichies, pot enrichi 4 ) Type d alimentation : Si pas de problème d alimentation Petit déjeuner : Lait + café ou chocolat 1 laitage Pain / biscottes à volonté Beurre, confiture Déjeuner ou Diner : + ou - entrée VPO : 1 à 2 parts; Légumes ou /et féculent; Fromage ou laitage : 1 à 2 parts; Dessert Pain Si Enrichir alimentation : Liquides enrichies à volonté, crème enrichie en collation Si Pb de texture : Alimentation hachée, moulinée ou lisse mais toujours hyper énergétique et hyper protidique JUIN

21 Merci de votre attention Questions - Réponses JUIN

Enrichissement de l alimentation

Enrichissement de l alimentation Dénutrition et Cancer Quelles propositions? Pour quels patients? Enrichissement de l alimentation Vannes 19 octobre 2010 Maryline LE GARREC Françoise LE GOURRIEREC Diététiciennes Arbre décisionnel Risque

Plus en détail

Rôle de la diététicienne en oncogériatrie

Rôle de la diététicienne en oncogériatrie 19 septembre 2015 St-Martin aux Chartrains Rôle de la diététicienne en oncogériatrie LECLER Aline Diététicienne Sommaire Objectifs de la consultation diététique La dénutrition Cas cliniques Objectifs de

Plus en détail

LE RÔLE DE L ALIMENTATION DANS LES SOINS DE PLAIE

LE RÔLE DE L ALIMENTATION DANS LES SOINS DE PLAIE LE RÔLE DE L ALIMENTATION DANS LES SOINS DE PLAIE Asuncion Ballarin - Coordinatrice Alimentation Artificielle Hôpital Erasme Colette Gillet - Référente de liaison en nutrition clinique A.S.B.L. Hôpitaux

Plus en détail

Nutrition et pied diabétique infecté

Nutrition et pied diabétique infecté Nutrition et pied diabétique infecté 13 DÉCEMBRE 2013 DR AMANDINE BEHAGUE MÉDECIN NUTRITIONNISTE DR CHRISTINE LEMAIRE SERVICE DE DIABÉTOLOGIE - ENDOCRINOLOGIE- MALADIES DE LA NUTRITION CENTRE HOSPITALIER

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. Nutrition en oncogériatrie - Valérie Royer-Garabige / Betty Peignelin

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. Nutrition en oncogériatrie - Valérie Royer-Garabige / Betty Peignelin Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie Plan Spécificités liées à la gériatrie Initiation de la PEC diététique Bilan diététique Plan de soin diététique Intérêt de la PEC diététique Cas

Plus en détail

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé

Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Impact nutritionnel sur la prise en charge du cancer du sujet âgé Bruno BLOT Diététicien CHR Orléans Powerpoint Templates Page 1 Sommaire Dénutrition : facteur pronostique Prévalence de la dénutrition

Plus en détail

Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030.

Les sujets âgés ( dont l âge est supérieur à 65 ans ) représente une population en pleine expansion : 20% en l an 2000, environ 33% en 2030. «AUTONOMIE : QUELLE NUTRITION?» Introduction : L alimentation permet de couvrir nos différents besoins qualitatifs et quantitatifs en nutriments, mais aussi de développer des liens sociaux et affectifs.

Plus en détail

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée

La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée La prise en charge nutritionnelle à domicile ou en institution des patients présentant une maladie d Alzheimer ou apparentée Par Eva MILESI Diététicienne DE Janvier 2011 Pourquoi cette prise en charge

Plus en détail

ALIMENTATION ET POLYARTHRITE

ALIMENTATION ET POLYARTHRITE ALIMENTATION ET POLYARTHRITE ALIMENTATION NORMALE EQUILIBREE 5 fruits et légumes par jour minimum Pain, céréales, pomme de terre et légumes secs à chaque repas et selon l appétit 3 produits laitiers par

Plus en détail

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé

Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Item 61 : Troubles nutritionnels chez le sujet âgé Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Généralités... 3 II Diagnostic

Plus en détail

Les produits diététiques de complémentation orale AC HUSSON, DIÉTÉTICIENNE

Les produits diététiques de complémentation orale AC HUSSON, DIÉTÉTICIENNE Les produits diététiques de complémentation orale AC HUSSON, DIÉTÉTICIENNE Définition Ils font partie de la classe des ADDFMS Article L5137-1 Ils sont soumis à prescription médicale car ils répondent à

Plus en détail

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon Marie Lancrenon Marie-Noelle Lombarte Diététiciennes CHU de Besançon Une volonté affichée

Plus en détail

Nutrition et Cancer. Marie LANCRENON Diétététicienne CHU Besançon Vendredi 29 mars 2013

Nutrition et Cancer. Marie LANCRENON Diétététicienne CHU Besançon Vendredi 29 mars 2013 Nutrition et Cancer Marie LANCRENON Diétététicienne CHU Besançon Vendredi 29 mars 2013 DÉNUTRITION ET CANCER Connaître Prévenir Diagnostiquer Traiter Amélioration la qualité de vie Amélioration de la survie

Plus en détail

NUTRITION ET ALIMENTATION

NUTRITION ET ALIMENTATION NUTRITION ET ALIMENTATION I- DÉFINITIONS Nutrition : c est l ensemble des processus d absorption et d utilisation des aliments, indispensable à l organisme pour assurer son entretien et ses besoins en

Plus en détail

NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER

NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER LE 30 JUIN 2017, CORALIE MAHE-REMEUR DIÉTÉTICIENNE- HÔPITAL SUD RENNES NUTRITION DE L ENFANT ET CANCER Les besoins nutritionnels des enfants de 0 à 18 ans Les besoins spécifiques

Plus en détail

Les justes décisions en fin de vie pour L ALIMENTATION et L HYDRATATION

Les justes décisions en fin de vie pour L ALIMENTATION et L HYDRATATION Les justes décisions en fin de vie pour L ALIMENTATION et L HYDRATATION Dominique Delafond, Diététicienne Centre hospitalier de la côte basque Ingrid Lescarret, Gériatre Centre hospitalier de la côte basque

Plus en détail

Escarres. Livret Prévention

Escarres. Livret Prévention Escarres Livret Prévention Sommaire Définition................................ 3 Nutrition, hydratation : Conseils.............. 4 Prévention............................... 5 Nutrition.................................

Plus en détail

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire?

L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? L alimentation peut-elle aider à préserver la mémoire? Pr JC Desport Réseau LINUT / ARS du Limousin Isle Unité de nutrition et Centre de l Obésité Sévère CHU Limoges INSERM UMR 1094 Faculté de Médecine

Plus en détail

Item 56 : Prévention nutritionnelle de l'ostéoporose

Item 56 : Prévention nutritionnelle de l'ostéoporose Item 56 : Prévention nutritionnelle de l'ostéoporose Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...2 SPECIFIQUE :...2 I Rappels physiologiques...

Plus en détail

Apports en macro et micro nutriments en nutrition artificielle. Blandine de Singly, interne DES 04 avril 2009

Apports en macro et micro nutriments en nutrition artificielle. Blandine de Singly, interne DES 04 avril 2009 Apports en macro et micro nutriments en nutrition artificielle Blandine de Singly, interne DES 04 avril 2009 Définitions Macronutriments Micronutriments Protides Glucides Lipides Vitamines Minéraux Apports

Plus en détail

L ALIMENTATION DU PATIENT DIABÉTIQUE

L ALIMENTATION DU PATIENT DIABÉTIQUE L ALIMENTATION DU PATIENT DIABÉTIQUE Comment? *Diminution des graisses *Contrôle des sucres et féculents *Au moins 3 repas par jour *Faire un vrai petit-déjeuner *Augmenter l'activité physique! Dans quels

Plus en détail

Partie 3 : Nutrition et AVC. Médecin-Nutritionniste du ROLAND Dr GAHIER

Partie 3 : Nutrition et AVC. Médecin-Nutritionniste du ROLAND Dr GAHIER Partie 3 : Nutrition et AVC Médecin-Nutritionniste du ROLAND Dr GAHIER Plan La dénutrition : définition, dépistage et complications Causes de la dénutrition chez le patient post AVC Déficit Moteur : troubles

Plus en détail

A G E N C E FRANÇAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE

A G E N C E FRANÇAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE A G E N C E FRANÇAISE DE SECURITE SANITAIRE DES PRODUITS DE SANTE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 4 avril 2001 9 mai 2001 PERIKABIVEN 900 kcal, émulsion pour perfusion 1440 ml (885

Plus en détail

Les conséquences de la dénutrition. - Sur les grandes fonctions - Conséquences économiques - Conséquences globales

Les conséquences de la dénutrition. - Sur les grandes fonctions - Conséquences économiques - Conséquences globales Les conséquences de la dénutrition - Sur les grandes fonctions - Conséquences économiques - Conséquences globales poids = 28 kg ; taille = 1,45 m ; P/T 2 = 13,3 kg/m 2 ; Les conséquences de la dénutrition

Plus en détail

L alimentation à texture modifiée. Colloque Gestion des risques en EHPAD : La dénutrition 30 septembre 2011

L alimentation à texture modifiée. Colloque Gestion des risques en EHPAD : La dénutrition 30 septembre 2011 L alimentation à texture modifiée Colloque Gestion des risques en EHPAD : La dénutrition 30 septembre 2011 Constat concernant l alimentation proposée aux personnes âgées dénutries Peu appétissante Répétitive

Plus en détail

Dénutrition et Cancer

Dénutrition et Cancer Dénutrition et Cancer Quelles propositions? Pour quels patients? Mardi 18 juin 2013 Vannes DEFINITION Difficultés alimentaires responsables d une perte de poids de 10% Ou de 5% en un mois Ou de 2% en une

Plus en détail

produits sucrés produits gras oeufs fruits et légumes féculents, céréales, pain boissons

produits sucrés produits gras oeufs fruits et légumes féculents, céréales, pain boissons SCIENCES : Hygiène et santé : l alimentation, le sport, le sommeil Pour être en bonne santé, il faut avoir une alimentation équilibrée, pratiquer un sport régulièrement et dormir un temps suffisant. 1

Plus en détail

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE

DENUTRITION: DU DEPISTAGE A LA PRISE EN CHARGE Eliminer toute source d inconfort (douleurs, besoins impérieux ) Prévoir un temps suffisant pour le repas: 45 mn environ en évitant toute sollicitation intempestive è gain de 25% des apports alimentaires

Plus en détail

EQUILIBRE ACIDO BASIQUE ET IMPORTANCE DE L INDEX GLYCEMIQUE

EQUILIBRE ACIDO BASIQUE ET IMPORTANCE DE L INDEX GLYCEMIQUE CONFERENCE DU DOCTEUR CAMINADE, PHARMACIEN CONSEIL EQUILIBRE ACIDO BASIQUE ET IMPORTANCE DE L INDEX GLYCEMIQUE 1/ LES ENJEUX : veiller à la bonne santé, éviter les maladies cardio-vasculaires, l obésité

Plus en détail

DIABETE ET ALIMENTATION. IFSI St Joseph Croix-Rouge Promotion 2008-2011

DIABETE ET ALIMENTATION. IFSI St Joseph Croix-Rouge Promotion 2008-2011 DIABETE ET ALIMENTATION 1 INTRODUCTION Le contrôle et la surveillance de l alimentation sont essentiels pour une personne diabétique. En effet, la surveillance de l alimentation permet d éviter des variations

Plus en détail

RESEAU GERONTOLOGIQUE PICARDIE MARITIME SAINT VALERY SUR SOMME

RESEAU GERONTOLOGIQUE PICARDIE MARITIME SAINT VALERY SUR SOMME RESEAU GERONTOLOGIQUE BAIE DE SOMME - PICARDIE MARITIME SAINT VALERY SUR SOMME Equipe coordinatrice actuelle 1 Animatrice coordinatrice TP IDE ( Mme Bianchi Catherine ) 1 Secrétaire TP, salariée du réseau

Plus en détail

SPORT & ALIMENTATION

SPORT & ALIMENTATION SPORT & ALIMENTATION Forum Sport Santé Environnement Petite-Ile Mai 2013 Dr Ombeline BLANC Experun Performance Reproduction interdite sans autorisation www.experun.net Alimentation lors de la préparation

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 8 Décembre 2009 CONCLUSIONS

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 8 Décembre 2009 CONCLUSIONS COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 8 Décembre 2009 CONCLUSIONS CLINUTREN REPAIR, aliment diététique destiné à des fins médicales

Plus en détail

DÉNUTRITION ET ENRICHISSEMENT : CONTEXTE, PRINCIPE ET MISE EN ŒUVRE. Virginie Pouyet Responsable gamme dénutrition, Nutrisens

DÉNUTRITION ET ENRICHISSEMENT : CONTEXTE, PRINCIPE ET MISE EN ŒUVRE. Virginie Pouyet Responsable gamme dénutrition, Nutrisens AFDN-EST, Strasbourg, 15 juin 2017 Actualités autour des protéines DÉNUTRITION ET ENRICHISSEMENT : CONTEXTE, PRINCIPE ET MISE EN ŒUVRE Virginie Pouyet Responsable gamme dénutrition, Nutrisens vpouyet@nutrisens.fr

Plus en détail

36 % à 80% des patients atteints de

36 % à 80% des patients atteints de Nutrition et Cancer au quotidien Réseau onco Vannes 18 octobre 2012 Objectif : Éviter la dénutrition 36 % à 80% des patients atteints de cancer sont dénutris. 5 à 25 % de décès dus à la dénutrition et

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES. B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DES CANCERS BRONCHIQUES B. Bailleau diététicienne 31 mai 2012 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE Dans le plan cancer 2003-2007 la mesure 42 prévoit le développement des soins

Plus en détail

Le rôle du diététicien. Conseils et suivi pour une alimentation «aidante»

Le rôle du diététicien. Conseils et suivi pour une alimentation «aidante» Le rôle du diététicien Conseils et suivi pour une alimentation «aidante» Virginie DUBOIS Diététicienne-nutritionniste (Paris) Observations et Rôles du diététicien Interrogations et remarques de patients

Plus en détail

Les grandes règles de l alimentation chez le sportif

Les grandes règles de l alimentation chez le sportif Les grandes règles de l alimentation chez le sportif Pourquoi un équilibre alimentaire? Pour apporter tous les nutriments, les vitamines et les minéraux à l organisme Pour être en bonne santé Pour une

Plus en détail

Avantages et désavantages d une alimentation végétarienne pour la santé

Avantages et désavantages d une alimentation végétarienne pour la santé Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Protection des consommateurs Recommandations Date: Mai 2007 Avantages et désavantages d une alimentation

Plus en détail

ALIMENTATION DU JEUNE JOUEUR DE TENNIS

ALIMENTATION DU JEUNE JOUEUR DE TENNIS ALIMENTATION DU JEUNE JOUEUR DE TENNIS LES ENFANTS QUI FONT DU SPORT ET SONT EN PÉRIODE DE CROISSANCE ONT-ILS DES BESOINS NUTRITIONNELS PARTICULIERS? Croissance + Sport = Besoins énergétiques Besoins en

Plus en détail

ET SI ON PASSAIT A TABLE

ET SI ON PASSAIT A TABLE FICHE PEDAGOGIQUE ALIMENTATION PEROS ET SI ON PASSAIT A TABLE Public concerné Patient laryngectomisé autorisé à reprendre une alimentation par la bouche +/- aidant Prérequis Atelier communication et/ou

Plus en détail

Proposées par. Crème biscuitée et délice de dattes. Crème persane

Proposées par. Crème biscuitée et délice de dattes. Crème persane Proposées par Crème biscuitée et délice de dattes Crème persane Mousse à la cannelle sur lit de pommes Mousse au chocolat à la noix de coco Mousse au citron Riz au lait au chocolat Riz au lait aux abricots

Plus en détail

Les Glucides. Session 4

Les Glucides. Session 4 Les Glucides Session 4 Challenge de la semaine Faisons le point sur notre semaine 2 Répartition de l énergie Dans le cadre d'un programme de contrôle de poids, il est recommandé d'augmenter la proportion

Plus en détail

PREVENTION PRIMAIRE DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES: L HTA. CONSEILS HYGIENO-DIETETIQUES IDES Blandine SORO 09-03-2016

PREVENTION PRIMAIRE DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES: L HTA. CONSEILS HYGIENO-DIETETIQUES IDES Blandine SORO 09-03-2016 PREVENTION PRIMAIRE DES MALADIES CARDIOVASCULAIRES: L HTA CONSEILS HYGIENO-DIETETIQUES IDES Blandine SORO 09-03-2016 PLAN MESURES HYGIENO-DIETETIQUES Le sport L alimentation Tabac et alcool ELEMENTS DE

Plus en détail

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé. Juin 2007

Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé. Juin 2007 Stratégie de prise en charge en matière de dénutrition protéino énergétique chez le sujet âgé Juin 2007 Prévalence de la dénutrition chez les personnes âgées A domicile : 4-10 % En institution : 15-38

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle du cancer colo-rectal. Dr Maria NACHURY Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU Besançon

Prise en charge nutritionnelle du cancer colo-rectal. Dr Maria NACHURY Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU Besançon Prise en charge nutritionnelle du cancer colo-rectal Dr Maria NACHURY Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU Besançon La dénutrition au cours du cancer L incidence de la dénutrition oscille entre

Plus en détail

ANNEXE 4 : Populations en métropole, fréquences de services des aliments

ANNEXE 4 : Populations en métropole, fréquences de services des aliments ANNEXE 4 : Populations en métropole, fréquences de services des aliments Annexe 4.1 : Populations en métropole, fréquences de services des aliments pour les nourrissons et jeunes enfants en établissement

Plus en détail

L alimentation de mon enfant, de sa naissance à 3 ans

L alimentation de mon enfant, de sa naissance à 3 ans L alimentation de mon enfant, de sa naissance à 3 ans Cette brochure concerne l enfant né à terme avec un poids de naissance normal, en bonne santé. www.programme-malin.com Pourquoi mon enfant a-t-il besoin

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse

Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer. Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Prise en charge nutritionnelle d un patient atteint de maladie d Alzheimer Anne Ghisolfi-Marque Emmanuelle Combe Pôle de gérontologieg CHU Toulouse Première rencontre Mme A. 75 ans bénéficie b pour la

Plus en détail

Compote de pommes enrichie. Fruits au sirop

Compote de pommes enrichie. Fruits au sirop Pour augmenter l apport calorique, certaines préparations culinaires peuvent être enrichies grâce à plusieurs astuces. Cela vous permettra, avec un volume réduit, de consommer les différents nutriments

Plus en détail

Fruits et légumes : atout santé Les familles d aliments (ce que l on mange)

Fruits et légumes : atout santé Les familles d aliments (ce que l on mange) Le contenu de cette animation est construit à partir de l intervention De Myriam Antonelli, Diététicienne à Evreux, chargée des affaires scolaires. Fruits et légumes : atout santé Les familles d aliments

Plus en détail

JE CONNAIS MA LEçON SI :

JE CONNAIS MA LEçON SI : Prénom : Date : Evaluation - Les aliments Connaissances et capacités évaluées A AR ECA Connaître les 7 groupes alimentaires. Connaître le rôle de chaque groupe dans l organisme. Savoir ce que signifie

Plus en détail

Alimentation 2 4 Ans. Dr Decline

Alimentation 2 4 Ans. Dr Decline Alimentation 2 4 Ans Dr Decline 14/12/2016 Répartition des repas chez l'enfant de 1 à 3 ans Répartition de la Valeur Energétique 30% 15% 408 Kcal 204 Kcal 340 Kcal 408 Kcal 25% 30% Petit Déjeuner Déjeuner

Plus en détail

Restauration Scolaire

Restauration Scolaire Le guide de la Restauration Scolaire La qualité de l alimentation joue un rôle essentiel dans le développement, la santé, et plus largement le bien-être de nos enfants. Outre l équilibre des menus et le

Plus en détail

Notions De Base En Nutrition. Dr Decline

Notions De Base En Nutrition. Dr Decline Notions De Base En Nutrition Dr Decline 14/12/2016 Composition Du Repas Répartitions Lipides : 25 à 30 % Glucides : 50 à 55 % Protides : 25 a 30 % Répartition des principaux Nutriments Lipides Glucides

Plus en détail

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité.

NUTRITION ET VIH. La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. NUTRITION ET VIH La prise en charge diététique doit être précoce c est-à-dire dès la séropositivité. L équipe médicale et soignante doit prendre en compte l intérêt de la nutrition avant toute perte de

Plus en détail

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique»

Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» Compte rendu de la conférence «La nutrition, la clé pour mieux vieillir Savoir conjuguer alimentation et exercice physique» I. L impact du vieillissement physique sur la nutrition A. Les effets du vieillissement

Plus en détail

1.4.4 Les vitamines. Maryline Héritier, février 2016, ASSC 1

1.4.4 Les vitamines. Maryline Héritier, février 2016, ASSC 1 1.4.4 Les vitamines Maryline Héritier, février 2016, Que savez-vous? VITAMINE Vita = vie Objectifs Définir vitamine Connaître ses besoins nutritionnels en vitamines Identifier les vitamines dans les aliments

Plus en détail

Vincent MORVAN, BEES 2 Roller skating Louis MORVAN, Ostéopathe D.O.

Vincent MORVAN, BEES 2 Roller skating Louis MORVAN, Ostéopathe D.O. Vincent MORVAN, BEES 2 Roller skating Louis MORVAN, Ostéopathe D.O. L ALIMENTATION DU SPORTIF Les groupes alimentaires La digestion Planification des repas L ALIMENTATION DU SPORTIF Les groupes alimentaires

Plus en détail

Pourquoi le pur levain?

Pourquoi le pur levain? Pourquoi le pur levain? Ce sont les enveloppes des graines qui renferment l essentiel des nutriments, or pour que les minéraux du pain (calcium et magnésium entre autres) soient assimilables il faut neutraliser

Plus en détail

Méthodes d étude des besoins en protéines et en acides aminés

Méthodes d étude des besoins en protéines et en acides aminés Méthodes d étude des besoins en protéines et en acides aminés Philippe Patureau Mirand Unité Nutrition et Métabolisme Protéique Inra et CRNH de Clermont-Ferrand Nature des besoins protéiques Méthodes d

Plus en détail

MODULE 7 SANTÉ ET ENVIRONNEMENT MALADIES TRANSMISSIBLES. Évaluer l état nutritionnel d un adulte sain et d un adulte malade.

MODULE 7 SANTÉ ET ENVIRONNEMENT MALADIES TRANSMISSIBLES. Évaluer l état nutritionnel d un adulte sain et d un adulte malade. MODULE 7 SANTÉ ET ENVIRONNEMENT MALADIES TRANSMISSIBLES N 110 Besoins nutritionnels et apports alimentaires de l adulte. Évaluation de l état nutritionnel. Dénutrition. Exposer les besoins nutritionnels

Plus en détail

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE. Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon

IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE. Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon IMPORTANCE DE LA NUTRITION EN CANCEROLOGIE Dr Maria Nachury Service de Gastroentérologie et Nutrition CHU de Besançon Une volonté affichée des pouvoirs publics Prévalence de la dénutrition en cancérologie

Plus en détail

Prise en charge diététique des facteurs de risque de la maladie Cardiovasculaire. Centre d éducation Cardio-vasculaire EDUCOEUR DINARD

Prise en charge diététique des facteurs de risque de la maladie Cardiovasculaire. Centre d éducation Cardio-vasculaire EDUCOEUR DINARD Prise en charge diététique des facteurs de risque de la maladie Cardiovasculaire Centre d éducation Cardio-vasculaire EDUCOEUR DINARD Diététique et facteurs de risque Les 4 règles d or de la prévention

Plus en détail

ALIMENTATION EQUILIBRÉE. - IFSI Étudiants 1ère année

ALIMENTATION EQUILIBRÉE. - IFSI Étudiants 1ère année ALIMENTATION EQUILIBRÉE - IFSI Étudiants 1ère année 1 Rôle de l IDE Extrait du référentiel d activités: Observation et recueil de données cliniques Mesure des paramètres corporels Recueil de données portant

Plus en détail

Nutrition et Personnes Agées

Nutrition et Personnes Agées FMC Haguenau 19 mai 2016 Nutrition et Personnes Agées Alain PRADIGNAC Unité de Nutrition Thérapeutique Médecine Interne et Nutrition Pôle MIRNED Hôpitaux Universitaires de Strasbourg NUTRITION ET PERSONNES

Plus en détail

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 27 juin 2007

COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 27 juin 2007 COMMISSION D EVALUATION DES PRODUITS ET PRESTATIONS AVIS DE LA COMMISSION 27 juin 2007 Sous réserve de l avis favorable de l Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA) CONCLUSIONS Nom

Plus en détail

Diversification alimentaire des 6-9 mois

Diversification alimentaire des 6-9 mois Diversification alimentaire des Tout d abord, le bébé doit consommer 500 ml de lait maternel ou 2 e âge au minimum par jour, soit deux biberons. Il est important de ne pas passer trop vite au lait de vache,

Plus en détail

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE OBÉSITE. Blaine Stiger - FOTOLIA DES REPONSES CLAIRES

LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE OBÉSITE. Blaine Stiger - FOTOLIA DES REPONSES CLAIRES LIGUE CARDIOLOGIQUE BELGE OBÉSITE Blaine Stiger - FOTOLIA DES REPONSES CLAIRES Risque Cardiovasculaire global Certains comportements de notre vie de tous les jours augmentent notre probabilité de faire

Plus en détail

L ALIMENTATION DE L ENFANT ET ADOLESCENT SPORTIF. le 29/03/08 WIECZOREK Valérie 1

L ALIMENTATION DE L ENFANT ET ADOLESCENT SPORTIF. le 29/03/08 WIECZOREK Valérie 1 L ALIMENTATION DE L ENFANT ET ADOLESCENT SPORTIF le 29/03/08 WIECZOREK Valérie 1 PLAN LES NUTRIMENTS MACRONUTRIMENTS MICRONUTRIMENTS HYDRATATION LA JOURNEE ALIMENTAIRE DU JEUNE SPORTIF DEPISTAGE DES TCA

Plus en détail

Le Pique-nique. - Matières grasses (beurre, huile ) : entrent dans la composition du pique-nique sous la forme d assaisonnement.

Le Pique-nique. - Matières grasses (beurre, huile ) : entrent dans la composition du pique-nique sous la forme d assaisonnement. Le Pique-nique Le pique nique est un moment convivial. Comme les autres repas, il doit respecter un équilibre alimentaire. Pour cela, il se compose des 7 groupes d aliments : - Pains, céréales, pommes

Plus en détail

Nutrition et soins palliatifs

Nutrition et soins palliatifs Nutrition et soins palliatifs Marjolaine Mailhot, diététiste Hôtel-Dieu du CHUM Renée Dugas, médecin chirurgien Soins palliatifs Hôpital Notre-Dame du CHUM Problèmes buccaux Xérostomie, mucosite, odynophagie

Plus en détail

Nutrition et Ostéoporose

Nutrition et Ostéoporose Objectifs Nutrition et Ostéoporose Que faut-il savoir? Savoir conseiller une alimentation adéquate pour prévenir l ostéoporose Identifier les patients à risque Intégrer à une consultation au cabinet une

Plus en détail

CHIRURGIE BARIATRIQUE -

CHIRURGIE BARIATRIQUE - CHIRURGIE BARIATRIQUE - CARENCES NUTRITIONNELLES ET VITAMINIQUES FMCDINAN 15 Juin 2016 1 CARENCES - CHIR. BARIATRIQUE Carences nutritionnelles fréquentes Dépendent : - du type de chirurgie (restrictive

Plus en détail

DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance. Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS

DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance. Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS DENUTRITION : Dépistage, prise en charge et surveillance Dr Michaël WILLERY Clinique La Victoire Pôle gériatrie Lille Métropole RAMSAYGDS EPIDEMIOLOGIE Dénutrition protéino-énergétique: 2 à 4% des SA entre

Plus en détail

Prise en charge diététique et support nutritionnel au cours des carcinoses péritonéales

Prise en charge diététique et support nutritionnel au cours des carcinoses péritonéales Prise en charge diététique et support nutritionnel au cours des carcinoses péritonéales Pascale ROUX Responsable du service diététique CLB et IHOP Unité de nutrition-disspo 1 Quelle alimentation orale?

Plus en détail

LES REGIMES DE BASE LES CONSEILS HYGIENODIETETIQUES DE BASE. Le régime sans résidus Le régime d épargne digestive ou allégé

LES REGIMES DE BASE LES CONSEILS HYGIENODIETETIQUES DE BASE. Le régime sans résidus Le régime d épargne digestive ou allégé DIETETIQUE DES PATHOLOGIES DIGESTIVES Diététicienne : Mme Delphine SCHAEFFER LES CONSEILS HYGIENODIETETIQUES DE BASE LES REGIMES DE BASE Le régime sans résidus Le régime d épargne digestive ou allégé 1

Plus en détail

Bioénergétique II. Rations alimentaires. Introduction. Lebilan énergétique. Perte de poids

Bioénergétique II. Rations alimentaires. Introduction. Lebilan énergétique. Perte de poids Bioénergétique II Rations alimentaires Introduction Lebilan énergétique protides Prise de poids Perte de poids ADS 10% Lipides Glucides Activité physique Métabolisme de base 15-20% 70-75% Apports Dépenses

Plus en détail

Place de la nutrition dans la prévention et le traitement des plaies

Place de la nutrition dans la prévention et le traitement des plaies Place de la nutrition dans la prévention et le traitement des plaies Dans tous les cas, s il n y a pas d amélioration au delà de 5-6 jours, il est préférable de consulter le médecin traitant à domicile

Plus en détail

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE

LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE LA LETTRE D INFORMATION DES CLIENTS D HERBALIFE 59 HERBANEWS SOMMAIRE Le calcium Rôles et besoin en calcium dans notre organisme Les recommandations et les sources alimentaires de calcium Les alternatives

Plus en détail

TRAITEMENT DIETETIQUE DU DIABETE SUCRE. Prof. Ag. THOT O Amani Sroboua

TRAITEMENT DIETETIQUE DU DIABETE SUCRE. Prof. Ag. THOT O Amani Sroboua TRAITEMENT DIETETIQUE DU DIABETE SUCRE Prof. Ag. THOT O Amani Sroboua I. INTRODUCTION (1) L OMS définit le diabète sucré comme étant un état d hyperglycémie chronique en rapport avec des facteurs, les

Plus en détail

Une saine alimentation dans son assiette!

Une saine alimentation dans son assiette! Une saine alimentation dans son assiette! Pour grandir en forme et en santé, ton assiette doit être composée d aliments des 4 groupes alimentaires et en quantité suffisante. Pour débuter la journée du

Plus en détail

LINUT 2009 CSAN du CRRF André Lalande, NOTH.

LINUT 2009 CSAN du CRRF André Lalande, NOTH. EDUCATION THERAPEUTIQUE DU PATIENT A LA NUTRITION ET A L ACTIVITE PHYSIQUE AU CRRF ANDRE LALANDE HISTORIQUE Constat d un besoin réel pour les patients du CRRF + Recommandations nationales = Idée de créer

Plus en détail

INTERCLAN BRETAGNE ENRICHISSEMENT

INTERCLAN BRETAGNE ENRICHISSEMENT INTERCLAN BRETAGNE GROUPE DE TRAVAIL ENRICHISSEMENT 1 QU EST CE QU ENRICHIR? L enrichissement a pour objectifs : De pallier aux carences d une alimentation insuffisante pour couvrir les besoins protéinoénergétiques

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE LA DENUTRITION EN AMBULATOIRE. Dr LAGRANGE Xavier

PRISE EN CHARGE DE LA DENUTRITION EN AMBULATOIRE. Dr LAGRANGE Xavier PRISE EN CHARGE DE LA DENUTRITION EN AMBULATOIRE Dr LAGRANGE Xavier Samedi 16 janvier 2015 QCM 1 L IMC du sujet non dénutri entre 18 et 65 ans se situe entre A B C D E 15,5 et 22 16,5 et 23 17,5 et 24

Plus en détail

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie.

Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. Prise en charge nutritionnelle du sujet âgé en oncologie. V.Garabige Unité de diététique. Plan I- Evaluation nutritionnelle du sujet âgé en oncologie : moyens et résultats. II - Particularités métaboliques

Plus en détail

LE REGIME SANS RESIDUS OBJECTIFS PRINCIPES LES REGIMES DE BASE. Un RESIDU est une fraction non digérée de l alimentation qui parvient jusqu au côlon

LE REGIME SANS RESIDUS OBJECTIFS PRINCIPES LES REGIMES DE BASE. Un RESIDU est une fraction non digérée de l alimentation qui parvient jusqu au côlon LE REGIME SANS RESIDUS DIETETIQUE DES PATHOLOGIES DIGESTIVES Diététicienne : Mme Delphine SCHAEFFER Un RESIDU est une fraction non digérée de l alimentation qui parvient jusqu au côlon OBJECTIFS LES CONSEILS

Plus en détail

Syndrome métabolique après chimiothérapie

Syndrome métabolique après chimiothérapie Syndrome métabolique après chimiothérapie Bruno Raynard Unité Transversale de Diététique et de Nutrition Département des soins de support Gustave Roussy Cancer Campus Grand Paris bruno.raynard@gustaveroussy.fr

Plus en détail

Bouillies. Boissons chaudes. Veloutés. Crèmes. Smoothies

Bouillies. Boissons chaudes. Veloutés. Crèmes. Smoothies Nutrition Bouillies. Boissons chaudes. Veloutés.. Smoothies Nutrition La gamme complète de produits de nutrition Abena est destinée aux personnes âgées et dénutries et vise à leur apporter un complément

Plus en détail

Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud

Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud Docteur Max HAÏNE Service Universitaire de Médecine Gériatrique Centre hospitalier Lyon Sud Il existe une corrélation entre IMC et survenue d escarre : HyunS. & al., Am J CritCare, 2014 (n = 2632) Un apport

Plus en détail

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée

Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée Les troubles du comportement alimentaire et le risque de dénutrition dans la maladie d Alzheimer ou apparentée 1 Une recommandation L alimentation est un soin de base. Elle doit être une priorité absolue

Plus en détail

2. DOMAINE D APPLICATION ET PERSONNES CONCERNEES Les cadres de santé, les médecins, les infirmiers, les aides soignants, les rééducateurs.

2. DOMAINE D APPLICATION ET PERSONNES CONCERNEES Les cadres de santé, les médecins, les infirmiers, les aides soignants, les rééducateurs. Page : 1 sur 9 Date de création du document : Novembre 2010 Version rédigée par : Groupe de travail ELAN Aout 2013 Version validée par : Dr C.Szekely Présidente CLAN HUPNVS Aout 2013 N.Gatineau-Sailliant,

Plus en détail

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013

Maladies cardiovasculaires. mercredi 17 avril 2013 Maladies cardiovasculaires? Maladies cardiovasculaires et équilibre alimentaire Plan : Facteurs de risque Objectifs nutritionnels du PNNS en lien avec les MCV Contenu de la prévention nutritionnelle Hypertension

Plus en détail

ANÉMIE ET FRAGILITÉ CHEZ

ANÉMIE ET FRAGILITÉ CHEZ Rédigé par le Docteur AL Couderc (Nice) ANÉMIE ET FRAGILITÉ CHEZ LA PERSONNE ÂGÉE D après la communication orale de J. Belmin (Ivry-sur-Seine) 4 ème Monaco Age Oncologie - 21-22 mars 2013 2 D après la

Plus en détail

Prise en charge de la dénutrition du patient hospitalisé: L expérience de l Oncologie Médicale (De la théorie à la pratique)

Prise en charge de la dénutrition du patient hospitalisé: L expérience de l Oncologie Médicale (De la théorie à la pratique) Prise en charge de la dénutrition du patient hospitalisé: L expérience de l Oncologie Médicale (De la théorie à la pratique) Dr P.GUILLET Oncologue médical,castelluccio, Ajaccio Pourquoi, comment la dénutrition?

Plus en détail

L eau : la seule boisson indispensable

L eau : la seule boisson indispensable L eau : la seule boisson indispensable Pourquoi faut-il boire de l eau? EAU = CONSTITUANT N 1 DU CORPS Pourquoi faut-il boire de l eau? EAU = CONSTITUANT N 1 DU CORPS Nourrisson : 75 % Adulte : 60 % Adulte

Plus en détail

BLOCS À LÉCHER DE SEL ET DE MINÉRAUX EN LIBRE-SERVICE

BLOCS À LÉCHER DE SEL ET DE MINÉRAUX EN LIBRE-SERVICE BLOCS À LÉCHER DE SEL ET DE MINÉRAUX EN LIBRE-SERVICE Les rations et les compléments alimentaires n assurent pas toujours un apport en sel et en minéraux, car les besoins varient selon animal. Une carence

Plus en détail

-> Point de repère : Le programme national nutrition santé (PNNS) recommande de consommer 5 fruits et légumes par jour.

-> Point de repère : Le programme national nutrition santé (PNNS) recommande de consommer 5 fruits et légumes par jour. I OUI! Riz, pâtes, pommes de terre, pain, légumes secs, les féculents sont la base de notre alimentation et sont nécessaires à chaque repas, en quantités adaptées à l âge et de l appétit de chacun des

Plus en détail

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DE LA PERSONNE AGEE A DOMICILE. Société Gérontologique de l Est 18 novembre 2010

PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DE LA PERSONNE AGEE A DOMICILE. Société Gérontologique de l Est 18 novembre 2010 PRISE EN CHARGE NUTRITIONNELLE DE LA PERSONNE AGEE A DOMICILE Société Gérontologique de l Est 18 novembre 2010 Fréquence de la dénutrition à domicile Probablement sous estimée Véritable problème de santé

Plus en détail

Les produits spécifiques pour sportifs Pertinence de leur utilisation?

Les produits spécifiques pour sportifs Pertinence de leur utilisation? Les produits spécifiques pour sportifs Pertinence de leur utilisation? RRMES Vevey 3 mars 2016 Ressort Sport d élite - Nutrition du Sport L alimentation du sportif Gammes, offre, marché ENORME! 2 Patrouille

Plus en détail