Mémoire de Traduction Economique. L Entreprise

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mémoire de Traduction Economique. L Entreprise"

Transcription

1 AZORIT Luis Mémoire de Traduction Economique L Entreprise Année : 2009/2010 Master Traduction Institutionnelle - Université d Alicante Du 31 Mai 2010 au 01 Juin 2010 Jury composé de : - Dr Catalina Iliescu - Diego Carrasco - Spécialiste du thème traité dans le mémoire Coordinatrices du Practicum: Catalina Iliescu et Aída Martínez-Gómez 1

2 SOMMAIRE I) Introduction II) Définition de la traduction 1) La traduction automatique (TA) III) Les différents types d équivalence dans la traduction 1) Équivalence linguistique 2) Équivalence paradigmatique 3) Équivalence stylistique 4) Équivalence sémantique 5) Équivalence formelle 6) Équivalence référentielle IV) Analyse textuelle 1) Cohésion / Cohérence 2) L élaboration de la cohérence en traduction 3) Cohésion V) Le texte économique 1) La traduction économique: Définition / Caractéristiques VI) Les langues et les cultures impliquées dans l'analyse 1) Analyse socioculturelle des pratiques commerciales en France et en Espagne 2) Analyse contrastive de l Entreprise en France et en Espagne a) La Société à Responsabilité Limitée (SL) b) La Société Anonyme (SA) c) Macro finance et micro finance 2

3 VII) Recherche documentaire 1) Réalisation d un corpus de textes économiques parallèles 2) Les moteurs de recherche (Google, Yahoo, etc ) VIII) Résolution des problèmes de traduction 1) Compréhension / Traduction 2) Simplification 3) Traduction des adjectifs par des substantifs 4) La réorganisation du texte source 5) Problèmes liés à la polysémie de certains termes 6) Les faux amis 7) Anisomorphismes linguistiques 8 ) L adaptation IX) Conclusion X) Glossaire économique Espagnol / Français 1) Texte EF 2) Texte EF XI) Bibliographie 3

4 I) Introduction La traduction, comme activité de la pensée humaine, assure une certaine liaison entre différents modes de communication, une espèce de lien dialogique entre deux (des) langues, deux (des) moyens d'expressions, deux (des) imaginaires, voire deux (des) cultures souvent dissemblables. Les activités traductrices d'une langue vers une autre, d'une culture vers une autre, font apparaître plusieurs problèmes ; lesquels demandent à être élucidés et circonscrits. La traduction n'est pas exclusivement le passage d'une langue à une autre, mais le rapprochement de deux cultures, voire de plusieurs. Un rapprochement qui n'exclut évidemment pas la notion d'écart que provoquent les interférences linguistiques et culturelles inhérentes à l activité traduisante. Chercher les équivalents et les correspondants est certes un moyen qui garantit un transfert quelconque d'une langue à une autre, mais tenir compte uniquement de ces deux faits conduirait à anéantir toute dimension interlinguistique et, partant, interculturelle porteuse de significations nouvelles. Les différentes connotations qu'induisent les divergences socioculturelles entre communautés linguistiques, sont à prendre en considération pour la réussite (ou non) de la traduction. Ainsi, grâce à la traduction, la migration des idées et des cultures devient plus aisée. Par son biais, la charge culturelle de la langue source se superpose à celle de la langue cible. Participant de la mise en contact d'au moins deux langues, la traduction opère, sinon dans l'empire du plurilinguisme, du moins dans le royaume du bilinguisme. On doit en méditer les effets, ne serait-ce que parce qu'ils réveillent, en écharpe, un mythe enfoui, celui de Babel. Mais hélas, les traductions, comme les femmes, pour être parfaites, doivent être à la fois fidèles et belles. 4

5 II) Définition de la traduction La traduction est l opération qui consiste en un transfert d un texte exprimé dans une langue de départ(l1) en un texte réexprimé vers une langue cible (L2) sans toutefois que ne soit affecté le sens sémantique général. Traduire, c est énoncer dans une autre langue ce qui a été énoncé dans une langue source, tout en tenant compte d'un certain nombre de contraintes (contexte, grammaire, équivalences sémantiques, stylistiques, etc.), afin de le rendre compréhensible pour des personnes ne connaissant pas la langue source et n'ayant pas la même culture ou le même bagage de connaissances. Pour être à même de traduire, le traducteur possède plus que des compétences linguistiques car il ne suffit pas de maîtriser la langue source. En effet, il est nécessaire de maîtriser la langue cible, qui est généralement la langue maternelle. 1) La traduction automatique (TA) La traduction automatique est l un des objectifs historiques de l intelligence artificielle et du traitement automatique des langues (TAL). Le problème a l avantage de s énoncer très simplement : produire un texte dans une langue cible qui soit la traduction (au sens courant, humain) d un texte source donné. La portée applicative de la tâche est également facile à comprendre. Malheureusement, en l absence d une définition opérationnelle ou algorithmique de la traduction, la conception des systèmes de traduction automatique (TA) reste une tâche ardue. Devant les imperfections des traductions produites actuellement par ces systèmes, l importance d une évaluation quantitative de leur qualité apparaît clairement. A l heure actuelle, bien qu elle puisse constituer une aide pour le traducteur dans certains cas, cette technologie ne peut lui substituer car incapable de reproduire les effets de style et certains mécanisme de la langue. Pour illustrer cette explication, prenons un extrait du texte EF et voyons ce que donne sa traduction par le traducteur de Google : «Según el Decreto 20/1997, del 11 de febrero del Gobierno Valenciano, tienen consideración de agencias de viajes las personas físicas o jurídicas que, en posesión del título-licencia correspondiente, se dedican profesional y comercialmente al ejercicio de actividades de 5

6 mediación y/u organización de servicios turísticos, pudiendo utilizar medios propios en la prestación de los mismos. Dicho Decreto aprueba el reglamento de Agencias de Viajes de la Comunidad Valenciana, regulando toda la actividad para la comunidad. En el apartado 7.2. Normas sectoriales de aplicación puedes encontrar toda la legislación que afecta a la actividad.» Traduction de Google : «Selon le décret 20/1997, du 11 Février le gouvernement de Valence, envisagent de personnes Agents de Voyage physique ou morale, en possession d'éléments de preuve sous licence, professionnelles et d'affaires voué à la poursuite de la médiation et / ou de l'organisation des services de Voyage, peut utiliser ses propres ressources, en leur proposant. Le présent décret qui approuve le règlement des Agents de Voyage de Valence, de régulation toutes les activités pour la communauté. Dans le paragraphe 7.2. la mise en œuvre des règles sectorielles, vous trouverez toute la législation affectant l'activité.» Nous voyons clairement à travers cet exemple les limites de cette technologie. III) Les différents types d équivalence dans la traduction Le traducteur, médiateur de la communication interlinguistique et interculturelle, se doit de rechercher une équivalence qui rend le texte d arrivée fonctionnel dans la culture réceptrice. Nida, quant à lui, propose que «la traduction consiste à produire dans la langue d arrivée l équivalent naturel le plus proche du message de la langue de départ, d abord quant à la signification, puis quant au style». Une de ces idées est la notion de symétrie qui existe dans la valeur des éléments des différentes langues. Selon ce postulat, l équivalence existerait à condition qu elle ait la même valeur que l original. Cependant, le fait que chaque langue organise son espace sémantique de façon différente nie, théoriquement, toute possibilité de valeur égale entre les éléments des différentes langues. 6

7 1) Équivalence linguistique On appelle ainsi le type d équivalence qui présente une homogénéité sur le plan linguistique entre le texte original et sa traduction. L équivalence linguistique, aussi appelée équivalence formelle, est celle qui est obtenue en faisant une traduction mot à mot. 2) Équivalence paradigmatique Ce type d équivalence se caractérise par l imposition d une certaine correspondance, sur le plan grammatical, entre la traduction et le texte original. Il s agit d éléments grammaticaux pouvant être substituables sans que le sens de l énoncé ne soit modifié. En français en espagnol, par exemple, le temps verbal des lois est généralement le présent de l indicatif. Ce temps peut être substitué par un autre si les usages et coutumes du système juridique de la culture réceptrice l exigent. L équivalence paradigmatique désigne des rapports dits verticaux, par opposition aux rapports syntagmatiques, plutôt qualifiés de rapports horizontaux. En général, le traducteur obtient cette équivalence par le biais de la transposition. 3) Équivalence stylistique L équivalence stylistique se rapporte à une relation fonctionnelle entre les éléments stylistiques du texte de départ et du texte d arrivée en vue de l obtention d une identité expressive ou affective entre l original et sa traduction, sans modifier le sens de l énoncé. Le style donné à la traduction peut varier selon que le texte traduit soit un texte littéraire ou un texte pragmatique. En traduction juridique par exemple, le style du texte d arrivée doit être conforme aux usages du système juridique de la culture réceptrice. 4) Équivalence sémantique On parle d équivalence sémantique lorsque l original et sa traduction ont le même contenu sémantique ou sémiotique (le signifié). L équivalence sémantique se place sur le plan des mots et non du paragraphe ou du texte dans son ensemble. Elle suppose que le terme de 7

8 départ et son équivalent en langue d arrivée partagent un champ sémantique identique. Dans ces cas, la traduction littérale s avère un procédé de traduction approprié. 5) Équivalence formelle Connue aussi sous le nom d'équivalence textuelle, équivalence syntagmatique ou encore équivalence structurelle, l équivalence formelle est employée pour reproduire le plus littéralement possible le contenu et la forme du texte de départ de façon à ce que les récepteurs de la traduction reçoivent le même message, dans son contenu comme dans sa forme. Elle permet de s identifier le plus fidèlement possible à la personne ou à l objet dont il est question dans le texte de départ, afin de comprendre le mieux possible ses traits culturels : ses coutumes, sa façon de penser, ses moyens d expression, etc. L équivalence formelle n est nulle autre que la traduction littérale. La traduction par équivalence formelle a comme caractéristique d être une traduction orientée vers le texte de départ. En fait, c est ce dernier qui sert de référence dans l établissement des normes de fidélité. La traduction glosée est le parfait exemple d une traduction rendue par équivalence formelle. 6) Équivalence référentielle Dans ce type d équivalence, il s agit de veiller à ce que l original et sa traduction traitent du même sujet et se rapportent aux mêmes réalités. «Sociedad Limitada Unipersonal» «Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée» 8

9 IV) Analyse textuelle Les activités langagières du monde de l économie, de par leurs différences linguistiques et les relations qui s établissent entre elles, ainsi que sur la circulation des savoirs reflètent une réalité complexe et variée. Sous l angle de l analyse pragmatique du discours, on étudie les différentes formes d articulation possibles entre l activité économique et les pratiques communicationnelles. La langue économique en tant que telle n existe pas, mais il existe des façons de parler et d écrire dans des situations professionnelles, qui relèvent du domaine économique, et il existe des façons de parler et d écrire à propos des faits économiques. L étude des variétés intralinguistiques présentes dans le discours économique doit être complétée par l analyse des différences textuelles et pragmatiques selon des méthodes proposées par la linguistique contrastive. 1) Cohésion / Cohérence Afin d'étudier les rapports entre les concepts de cohésion et de cohérence, il est nécessaire de replacer le texte dans son contexte discursif. Nous pouvons définir le discours comme étant une unité plus large que le texte. La cohérence apparaît dans le travail du traducteur, surtout quand il traite de textes référentiels. Le traducteur recherche une adéquation des référents aux niveaux sémantique, thématique et pragmatique. Dans le cadre de la traduction spécialisée les spécialistes du domaine dans les deux communautés linguistiques mises en contact par la traduction, partagent l'ensemble des référents conceptuels. Le texte spécialisé n est jamais œuvre originale, d où l importance pour le traducteur de partager les référents cognitifs liés au domaine. La cohérence est toujours définie par les éléments qui sont mis en rapport et donc l'adéquation ou la convergence en un tout unifié. 2) L élaboration de la cohérence en traduction La cohérence relève de construits cognitifs. Dans le cadre des théories de la réception du texte, de la psycholinguistique et de la linguistique du texte, la cohérence est toujours définie par l'interaction entre le travail inférentiel du lecteur et certaines caractéristiques du 9

10 texte tels qu elles se manifestent lors de la traduction. Le processus de construction de la cohérence s'arrime sur les référents cognitifs du traducteur. Plus les référents cognitifs du traducteur se rapprochent de ceux du scripteur, plus la cohérence manifestée dans le texte traduit devient compatible avec la cohérence du texte de départ, cohérence qui, à son tour, pourra contribuer, parmi d'autres éléments, à la compréhension du destinataire de la traduction. Inversement, si les référents cognitifs du traducteur n'intègrent pas les référents cognitifs du scripteur, par ignorance de certains concepts, réalités ou termes, alors le traducteur utilisera des référents de substitution qui risqueront de lui faire construire une autre cohérence, éventuellement incompatible avec celle du texte de départ. Dans ce cas, il est possible que le traducteur élabore un texte susceptible de dénaturer le sens du texte original et d'en fausser l'interprétation. 3) Cohésion Tout ce qui concerne la cohésion d'un texte reste relativement objectif et quantifiable. Il devient en quelque sorte l'objet statique d'une analyse formelle. Plan de la signifiance (système de règles linguistiques formelles) Texte <-----> phrase <-----> morphème Plan de la signification (ensemble de normes sociales concrètes) Discours <-----> énoncé <-----> mot L'analyse de la cohésion reste ainsi une analyse purement linguistique. Il s'agit du fonctionnement interne du texte qui ne fait pas intervenir les facteurs relevant de la situation d'énonciation ou d'ordre pragmatique. Si l'analyse de la cohésion d'un texte donné ne se délimite pas facilement, c'est justement parce que les deux concepts, cohésion et cohérence, restent largement interdépendants. Un texte qui est très cohésif, qui possède une structure interne où les liens de cohésion sont facilement repérables, fournit au lecteur des outils précieux pour faciliter l'interprétation. La cohésion n'est pas cependant une fin en soi. Tout professeur sait intuitivement que la quantité des corrections ayant trait à la surface textuelle n'est pas forcément en proportion directe avec la qualité ou l'efficacité du texte en tant qu'ensemble. La présence des marques de cohésion n'est pas suffisante pour qu'un texte soit 10

11 perçu comme cohérent. La cohésion textuelle n'est que l'un des éléments, qui peut contribuer à l'interprétation de la cohérence. V) Le texte économique 1) La traduction économique: Définition / Caractéristiques La langue de spécialité économique est un domaine particulier constitué de sousdomaines. Une analyse permet d observer qu elle est constituée d un lexique économique intégré dans une phraséologie typique pour chacun des sous-domaines qui la composent. Ainsi peut-on considérer le domaine économique divisé en deux parties et étudier les différents aspects de spécialité micro et macro-économique, financière, etc La langue économique et financière est à la fois «une langue vivante», dotée d'une personnalité à part entière, et une langue très technique. Cependant, les textes économiques regorgent de termes techniques, qui en rendent la lecture très délicate pour le profane. En effet, si les journalistes économiques, qui s'adressent au plus grand nombre, ont une obligation de vulgarisation, ils ne peuvent faire état des derniers développements de l'économie sans avoir recours à une terminologie spécialisée et souvent opaque pour les non-initiés. Un réel effort de communication a été consenti pour permettre au grand public de mieux comprendre les termes les plus courants de la langue économique. Le lecteur de textes économiques est donc moins démuni qu'hier mais il lui restera difficile d'en saisir toutes les subtilités s'il ne bénéficie pas d'une connaissance approfondie du domaine. La langue économique et financière, parce qu'elle rend compte d'une réalité en constante évolution, est par ailleurs génératrice de nombreux néologismes. La langue économique est également celle utilisée dans les rapports annuels des entreprises et des établissements de crédit, les rapports des sociétés de notation, les études économiques, les rapports et communiqués des différentes banques centrales, les documents émis par les banques d'affaires, etc. Les rédacteurs de ces documents, qui ne sont pour leur part tenus à aucune obligation de vulgarisation, privilégient un style plus académique, plus détaché. 11

12 Les textes économiques et financiers regorgent de termes directement empruntés à l'anglais désormais entrés dans l'usage. Un exemple, dans le texte EF serait «SIC (Standard Industrial Classification)», car ce genre de norme est universelle et donc en anglais afin d être comprise de tous. Il faut en fait sans doute chercher un peu plus loin pour comprendre cet état de fait. Tout d'abord, il faut avoir conscience du rythme souvent frénétique avec lequel l'économie évolue, et qui explique en grande partie le pragmatisme dont ses acteurs font preuve lorsqu'il s'agit de communiquer. VI) Les langues et les cultures impliquées dans l'analyse 1) Analyse socioculturelle des pratiques commerciales en France et en Espagne L'Espagne reste une société conservatrice, à forte cohésion mais à faible mobilité sociale, dans laquelle l'émotivité s'exprime librement. La société française subit, elle, des influences réformatrices qui commencent à permettre davantage de mobilité sociale mais minent sa cohésion, tandis que l'émotivité est de plus en plus bridée. La seule différence brutale entre les deux cultures s'observe sur le mode de communication, toujours implicite en Espagne mais définitivement explicite en France. L impact de la culture sur la communication est majeur. Il peut avoir des conséquences que son non respect dans le cadre de la coopération interculturelle. En effet, il existe de nombreuses différences culturelles entre la France et l Espagne. Le tutoiement est quasi immédiat, ce qui entraine des rapports plus directs avec son interlocuteur. Il y a une plus grande proximité et des échanges plus informels. La culture façonne la langue, alors même que la culture se construit pour une bonne part sur le socle de la langue. Si nous prenons pour exemple le texte EF, étant un guide d activités patronales, il est possible de dénoter de nombreuses occurrences du tutoiement, vecteur de proximité entre auteur et récepteur : 12

13 «Por consiguiente, el objetivo de la presente Guía es el de proporcionar información relevante para facilitarte el análisis sobre la viabilidad de tu idea y la propia elaboración de tu Plan de Empresa.» Bien entendu, le français est bien plus formel car le tutoiement revêt une connotation de proximité entre les personnes alors que le vouvoiement est employé pour des situations où l on ne connaît pas la personne à qui l on s adresse et / ou dans un cadre professionnel. C est pourquoi, il me semble qu il est nécessaire d adapter et traduire par : «Par conséquent, l'objectif du présent Guide est de fournir une information significative pour faciliter l'analyse de la viabilité de votre idée ainsi que l'élaboration de votre Plan d'entreprise.» Traduire, c'est donc transmettre aussi bien une langue qu'une culture qui doivent être comprises par le lecteur. Car si aucune langue n'est le calque d'une autre, chaque culture connaît ses propres influences. Il va sans dire que certaines régions ont leur propre langue et pratiques commerciales. Il est donc nécessaire d adopter des comportements différents selon la région d implantation et de se montrer à l écoute des différents acteurs. 2) Analyse contrastive de l Entreprise en France et en Espagne Les divergences économiques, quelles qu elles soient, et dans notre cas dans le cadre de l entreprise, doivent ensuite être introduites dans la langue cible. Le traducteur a la tâche de les transposer par une terminologie précise de la langue. a) La Société à Responsabilité Limitée (SL) La distinction que l on connaît en France entre la SA et la SARL n est pas transposable en Espagne où la SRL n a ni les avantages ni les inconvénients que l on prête traditionnellement à la SRL de droit français. En Espagne, une SRL peut offrir un cadre approprié à des investissements importants et c est de loin la forme sociale la plus utilisée. De plus, la SRL peut être unipersonnelle et crée avec de simples apports en nature, même modestes (d un montant au moins égal à Ptas), en guise de capital, ce qui explique que cette forme sociale est beaucoup plus répandue en Espagne qu en France. 13

14 La SRL est constituée par l acte de constitution au Registre du Commerce du siège social. La publication d une annonce légale dans le BORME rend la constitution de la SRL opposable aux tiers. Le formalisme de la constitution d une SRL rend la procédure plus longue et plus coûteuse que celle d une SARL française. Outre le droit d enregistrement de 1% sur le montant du capital social et les honoraires d un conseil (avocat ou «asesor»), il faut prévoir en général un budget global de frais de constitution (publicité légale, demande d information, déclaration et «gestor») et d honoraires de notaires d environ à Ptas. Ce montant peut être plus important en fonction du capital social. Les délais de constitution varient en général entre deux semaines et un mois ; ils peuvent être réduits à deux semaines avec l assistance d un conseil. b) La Société Anonyme (SA) Le régime juridique de la SA de droit espagnol, modifié par la loi 19/1989, est voisin de celui de la SA française. Son fonctionnement est très proche de celui de la SRL, mais plus formaliste. La SA espagnole se différencie principalement de la SRL par le montant de son capital social et son mode de libération, ainsi que par son caractère plus ouvert quant aux transferts d action aux tiers. En tout état de cause, le choix d une SA pour s implanter en Espagne représente un gage de crédibilité certain vis-à-vis des banques et des partenaires commerciaux. La création d une SA requiert un montant important pour constituer le capital social. Il doit être au moins égal à 10 Ms Ptas, ce qui est sensiblement plus important que le capital social minimum d une SA française ( FF). La loi prévoit toutefois la possibilité de ne libérer que 25% du montant du capital social la première année; le capital social devant être totalement libérée dans un délai de 5 ans à compter de la date de constitution. La SA est constituée et acquiert la personnalité morale lors de son immatriculation. La société est immatriculée après incorporation de son acte de constitution au Registre du Commerce du siège social. La publication d une annonce légale dans le BORME rend la constitution de la SA opposable aux tiers. Le délai nécessaire à la réalisation de l ensemble des formalités de constitution varie généralement de deux semaines à un mois. Comme pour la SRL, outre le droit d enregistrement de 1% sur le montant du capital social et les honoraires d un conseil, il faut prévoir en général un budget global de frais de 14

15 constitution (publicité légale, demande d information, déclaration et «gestor») et d honoraires de notaire d environ à Ptas. Les frais peuvent être plus importants selon le montant du capital social. c) Macro finance et micro finance En macro finance, on se place en effet du point de vue des pouvoirs publics, dont le souci n'est plus tant de réglementer de façon pointilleuse l'activité des entreprises et des marchés, que de l'encadrer, de l'orienter, de la moraliser, de ne pas la laisser totalement se déconnecter du reste de la société et de savoir l'analyser et la mesurer. En micro finance, en revanche, on se place du point de vue des entreprises, comme dans notre cas, et des marchés. Ce sont alors les considérations d'efficacité et de résultats qui dominent la logique des textes à traduire. Pour autant, la diversité n'en est pas moins grande : états financiers et rapports annuels de sociétés cotées, rapports d'audit, rapports sur le développement durable ou sur les relations sociales au sein des entreprises, communication interne et externe des sociétés, analyses boursières du point de vue des émetteurs ou au contraire des investisseurs, rapports de fonds communs de placement ou de SICAV, articles de la presse spécialisée, montage d'opérations de fusion ou d'acquisition ou encore d'introductions en bourse, préparation d'émissions obligataires, couverture des risques, etc.. Dans un cas comme dans l'autre, la traduction financière recouvre des réalités des plus diverses et le traducteur «financier» ne peut se contenter de sa science économique et financière. Il doit s'intéresser à tout, être à l'affût de l'actualité, doit connaître un minimum de terminologie et de phraséologie scientifique ou technique et être à même d'entrer dans la logique de ces textes. Les données culturelles et les éléments linguistiques propres sont étroitement imbriqués dans la production et l'interprétation de tout texte. Un texte de spécialité tel qu'un article économique est solidement ancré dans une réalité technique et culturelle spécifique. Il véhicule un savoir propre au champ en question et son élaboration linguistique ne peut que refléter cette spécificité, car si nous admettons que l'usage d'une langue est primordialement une activité sociale, il s'ensuit que le discours scientifique comme tout autre acte de communication reste fortement déterminé par les pratiques sociales et culturelles qui l'engendrent et au même temps le contraignent. Vue sous cet angle la notion de 15

16 genre est par essence quelque chose de culturel. Comme tout document écrit, le texte de spécialité est conçu pour être lu. Le lecteur potentiel aura des attentes différentes selon le genre de texte en question, qui vont l'influencer dans son interprétation. VII) Recherche documentaire 1) Réalisation d un corpus de textes économiques parallèles L utilisation d un corpus bilingue sert dans les travaux terminologiques, et plus particulièrement pour repérer des éléments définitoires de textes spécialisés. Un corpus peut également servir à relever des marqueurs linguistiques peut-être autrement difficilement repérables, signes de la présence d éléments définitoires l un repéré dans les textes-source et l autre dans les textes-cible afin d établir comment chacun de ces marqueurs est rendu dans l autre langue. La considération d un corpus équivalent dans les deux langues révèle l existence d éléments terminologiques figés et met en évidence les diverses options périphrastiques entre lesquelles s effectuent les choix traductologiques. 2) Les moteurs de recherche (Google, Yahoo, etc ) Les moteurs de recherche sont des outils permettant de répertorier certaines pages web sur internet. Leur utilisation est un moyen rapide et efficace de vérifier l'existence, la pertinence et la notoriété de certains faits ou certaines informations. Cependant, les résultats fournis lors de ces recherches doivent être interprétés avec précaution. Les moteurs de recherches peuvent être utilisés dans différents buts. Tout d abord, ils peuvent nous renseigner sur la popularité d un terme et ainsi d'évaluer le nombre d'occurrences (brutes ou pertinentes) sur le net. Les moteurs de recherche permettent également de vérifier son utilisation et ainsi d'identifier le ou les contextes dans lesquels un terme est utilisé et enfin la notoriété de ce dernier et confirmer si un terme ou une notion est répandu ou si le terme est tout simplement utilisé. 16

17 VIII) Résolution des problèmes de traduction 1) Compréhension / Traduction Avant de pouvoir traduire un texte, il faut d'abord le comprendre. La compréhension d'un texte, fait intervenir des connaissances aussi bien linguistiques qu'extralinguistiques. Dans le cas du traducteur de textes économiques, comme dans celui de tout traducteur professionnel, les connaissances linguistiques sont théoriquement acquises avant même l'entrée dans la profession. Pour ce qui est du bagage extralinguistique (connaissance du sujet, etc.), le traducteur économique bénéficie d'un atout particulièrement appréciable grâce aux nouveaux moyens de communication, comme Internet, pour la recherche de termes ou d expressions relatives à la traduction. 2) Simplification Il est souvent impératif de comprendre ce dont il s'agit pour pouvoir simplifier le texte original et obtenir une traduction logique, idiomatique et fluide à la lecture. Il est en effet à constater que dans de nombreux cas, une trop grande correspondance avec le texte source peut donner lieu à une traduction lourde et artificielle. On pourra donc, à partir de cette constatation, envisager la traduction suivante, qui éclaircit le propos de départ : 3) Traduction les adjectifs par des substantifs L'une des techniques les plus employées par les traducteurs de textes économiques et financiers consiste à traduire les adjectifs présents dans le texte-source par des substantifs. Cette technique, largement employée dans l'ensemble des domaines de traduction, s'avère en effet très souvent indispensable pour rendre le texte traduit plus équilibré et plus naturel. Cette technique de traduction présente de multiples avantages non seulement quand le texte source comporte une succession d'adjectifs, mais également lorsque l'on est en présence d'une forme comparative. 17

18 4) La réorganisation du texte source Si l'espagnol privilégie généralement les phrases courtes, il ne faut pas hésiter, dans la traduction, à réorganiser le texte et à réunir des phrases au départ indépendantes, surtout si le texte original comporte des répétitions qui nuisent au style. Une autre technique qu'il est possible d'envisager dans le cadre de la réorganisation du texte source est celle de l'inversion. Dans certains cas, il est en effet souhaitable, pour des raisons de style notamment, de modifier, dans la traduction, la place qu'occupent certains éléments dans la phrase de départ. Plusieurs raisons peuvent motiver le recours à cette technique : a) la phrase originale se prête mal à une traduction linéaire compte tenu de sa construction 5) Problèmes liés à la polysémie de certains termes Lors de la traduction du texte le traducteur peut se voir confronté à des problèmes de polysémie. En effet, dans le texte EF on rencontre le terme «trámites (de constitución)», qui peut avoir un double sens, celui de «formalité» ou de «démarche». Les deux traductions seraient possibles et envisageables, or c est l usage qui décide dans ce cas de comment traduire. A travers la recherche sur Internet, dans des textes parallèles mon choix s est porté sur «formalité de constitution (de l entreprise)». 6) Les faux amis Les faux amis sont des mots appartenant à deux langues différentes, qui ont entre eux une grande similitude de forme mais dont les significations sont différentes. Lorsqu'ils ont certaines acceptions en commun, ce sont des faux-amis partiels. Les faux-amis partiels ont dans certain cas un sens équivalent et dans d'autres un sens différent. Ainsi, dans le texte EF, le mot «competencia» revêt le sens de «concurrence» «Análisis de la demanda y análisis de la competencia» tandis que dans le 18

19 texte EF, ce même terme signifie «compétence» «Su competencia se extiende». 7) Anisomorphismes linguistiques Un anisomorphisme linguistique est une asymétrie dans la langue cible, c'est-à-dire qu un terme et / ou une réalité existant dans une langue ne trouve pas d équivalent direct dans sa traduction et ne peut donc être traduit par la simple traduction littérale. Exemple d anisomorphisme linguistique : «Sociedad Limitada Unipersonal» «Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée» «Oficiales de primera y segunda» «Ouvriers qualifiés et spécialisés» 8 ) L adaptation L adaptation, est étroitement liée à la métalinguistique telle que Vinay et Darbelnet la définissent. Nous arrivons là, disent-ils, à la limite extrême de la traduction (ibid. : 52). En prenant l exemple des allusions figées par des facteurs socioculturels, Vinay et Darbelnet affirment : «ces allusions portant sur des faits très particuliers, intimement liés à la vie d une nation, il faut renoncer à toute traduction et chercher simplement à faire comprendre au lecteur de quoi il s agit». Prenons pour cela l exemple de «Los suministros (luz, teléfono...)» qu il me semble nécessaire d adapter en français «Les Abonnements et communications téléphoniques (électricité, téléphone.)». En outre, cela correspond à une catégorie existante dans les frais déductibles des entreprises. 19

20 IX) Conclusion Comment traduire? Pour répondre à cette question, plusieurs champs de recherche, à la fois différents et complémentaires, peuvent être convoqués. De même, de nouvelles approches peuvent-elles être adoptées et apporter un autre éclairage à ce sujet qui peut sembler récurrent. Ainsi, alors que pendant longtemps la plupart des réflexions théoriques sur la traduction ont porté sur le texte source et sur le texte cible, la traduction apparaît aujourd hui comme un processus et lieu de l «entre-deux», c est-à-dire à la fois comme un élément-clé pour la mise à jour conceptuelle et idéologique de certaines identités et, aussi, et cela rend compte de l importance de cette pratique commune et singulière, comme un élément-clé pour leur réalisation via le langage. Parce que ce qui est en jeu aujourd hui, ce sont les constructions identitaires et la réflexion sur le rôle du traducteur va, elle aussi, au-delà de la dichotomie entre texte source et texte cible. Ainsi, si le processus de traduction, au-delà des rapports de force entre langues et cultures, demeure un processus de création exigeant des compétences linguistiques, parce que la traduction joue un rôle majeur dans les constructions identitaires. Elle exige aussi de la part du traducteur une conscience de la responsabilité de ce rôle ainsi que l élaboration et la mise en pratique d une éthique. Cette exigence est d autant plus vive aujourd hui que l activité de traduction s est professionnalisée entraînant des contraintes notamment de temps qui s accentuent. Il importe donc que tout traducteur, y compris de textes économiques, tienne compte des enjeux de ce qu il traduit. A chaque traducteur d être créatif en fonction d une éthique qu il aura su formuler auparavant, conscient de la responsabilité qui incombe à son rôle, d autant que la traduction, par essence interdisciplinaire, peut à son tour ouvrir de nouvelles pistes ou réflexions dans des domaines autres que celui de la traduction. 20

Table des matières. ISBN 978-2-7535-2089-9 Presses universitaires de Rennes, 2012, www.pur-editions.fr. «Traductologie pour LEA», Thomas Lenzen

Table des matières. ISBN 978-2-7535-2089-9 Presses universitaires de Rennes, 2012, www.pur-editions.fr. «Traductologie pour LEA», Thomas Lenzen Avant-propos... 9 Chapitre 1 La discipline traductologique ; son importance pour la filière LEA... 11 Réflexions sur la traduction avant la constitution d une discipline traductologique... 11 Les apports

Plus en détail

de données >> Méthodologies qualitatives

de données >> Méthodologies qualitatives FR Collecte de données >> Méthodologies qualitatives 1 collecte de données >> méthodologies qualitatives page 13 1. L observation page 45 2. l entretien individuel page 73 3. le focus group page 107 4.

Plus en détail

Master européen en traduction spécialisée. Syllabus - USAL

Master européen en traduction spécialisée. Syllabus - USAL Master européen en traduction spécialisée Syllabus - USAL L Université de Salamanque propose une spécialisation en Traduction éditoriale et technique au cours du premier semestre TRADUCTION EDITORIALE

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Traduction spécialisée humanistico-littéraire (allemand- catalan/espagnol) I

Traduction spécialisée humanistico-littéraire (allemand- catalan/espagnol) I Traduction spécialisée humanistico-littéraire (français- catalan/espagnol) I 4 heures par semaine troisième année - deuxième trimestre (janvier-mars) Traduction spécialisée humanistico-littéraire (anglais-

Plus en détail

BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE

BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE BORS EDIT TRADUCTION EN CLASSE DE LANGUE Bien qu elle ait été bannie pendant longtemps de la pédagogie des langues, la traduction est cependant une activité que nous pratiquons tous naturellement. On traduit

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Activité langagière en situation de RÉCEPTION (1) la mise en œuvre et à l'adaptation de

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise

Master 2 T2M. Instructions pour la rédaction des notes d entreprise Master 2 T2M Instructions pour la rédaction des notes d entreprise I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et

Plus en détail

MASTERS d'interpretation Maquettes et contenu des enseignements

MASTERS d'interpretation Maquettes et contenu des enseignements MASTERS d'interpretation Maquettes et contenu des enseignements OBJECTIFS Esprit de synthèse et d analyse, excellente maîtrise de sa langue maternelle et parfaite connaissance de ses langues de travail.

Plus en détail

CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE

CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE CHANGEMENT DE METHODES COMPTABLES : CIRCONSTRANCES JUSTIFICATIVES ET MODES DE TRAITEMENT COMPTABLE I - DE LA CONVENTION DE LA PERMANENCE DES METHODES La convention de la permanence des méthodes exige que

Plus en détail

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants

Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants Communiqué concernant l ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet 2015 relatifs aux obligations comptables des commerçants L ordonnance n 2015-900 et le décret n 2015-903 du 23 juillet

Plus en détail

L INSCRIPTION DES BIAIS SOCIO-COGNITIFS DANS LA LANGUE

L INSCRIPTION DES BIAIS SOCIO-COGNITIFS DANS LA LANGUE L INSCRIPTION DES BIAIS SOCIO-COGNITIFS DANS LA LANGUE Ouvrage rédigé sous la direction de Pierre-Yves Raccah, CNRS L Harmattan, collection Sémantique Les recherches sur lesquelles les textes présentés

Plus en détail

Norme de qualité. Catégorie 2 : Services de traduction du français à l anglais

Norme de qualité. Catégorie 2 : Services de traduction du français à l anglais Norme de qualité Catégorie 2 : Services de traduction du français à l anglais Définitions aux fins de la norme de qualité Les expressions et mots suivants, utilisés dans le cadre de la norme de qualité,

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel

PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel B.O. 1995 n 11 du 15 juin 1995 Programme de français Baccalauréat Professionnel PROGRAMME DE FRANCAIS Baccalauréat professionnel Arrêté du 9 mai 1995 - B.O. n 11 du 15 juin 1995 PRÉAMBULE : FINALITÉS ET

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Bachelier en communication

Bachelier en communication Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Bachelier en communication Catégorie Sociale HELHa Tournai 2 16-20 rue de l'écorcherie 7500 TOURNAI Tél : +32 (0) 69 89 05 06 Fax

Plus en détail

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES

COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES SCIENCES SOCIALES HUMANITES GENERALES ET TECHNOLOGIQUES Ministère de la Communauté française COMPETENCES TERMINALES ET SAVOIRS REQUIS EN SCIENCES ECONOMIQUES ET SCIENCES SOCIALES 2000 TABLE DES MATIÈRES Sciences économiques Compétences Objets pour l'enseignement

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e

I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e I n t r o d u c t i o n Les étapes de la recherche à l a r e c h e r c h e Les objectifs pédagogiques Savoir délimiter les trois phases distinctes de la recherche Savoir identifier, pour chacune des trois

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES

ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES ORGANISATION DU CCF EN BTS ELECTROTECHNIQUE INSPECTION GENERALE DE LETTRES 1. TEXTE DE REFERENCE Bulletin officiel du 17 février 2005 définissant les deux formes de validation (l épreuve ponctuelle et

Plus en détail

Plan d études 2015-2016 du Baccalauréat (Ba) en communication multilingue

Plan d études 2015-2016 du Baccalauréat (Ba) en communication multilingue Plan d études 2015-2016 du Baccalauréat (Ba) en communication multilingue Répartition des crédits obligatoires en BA et progression des modules Modules de l enseignement Crédits 1. Langue A 20 2. Langues

Plus en détail

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A

LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A 5 juillet 2010 Service Juridique LOI N 2010-658 DU 15 JUIN 2010 RELATIVE A L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITEE (E.I.R.L.) (J.O. du 16 juin) Présentée comme une réforme fondamentale pour

Plus en détail

Entreprises et ménages

Entreprises et ménages Entreprises et ménages Producteurs et consommateurs Les agents économiques sont classés dans les comptes nationaux en fonction de leur rôle dans le processus de création, de répartition et de destruction

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION DROIT

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE

CONNAISSANCES DE GESTION DE BASE MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION CONNAISSANCES

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

Cours de langue vivante : objectifs linguistiques

Cours de langue vivante : objectifs linguistiques I.E.P. TOULOUSE Cours de langue vivante : objectifs linguistiques ANGLAIS 1A, 2A, 4A & 5A E. DI PAOLANTONIO 01/11/2015 Cadre européen commun de référence pour les langues - grille d'autoévaluation - «Le

Plus en détail

1.2. Les documents comptables usuels PARTIE 1. La tenue d une comptabilité régulière et sincère est une obligation légale.

1.2. Les documents comptables usuels PARTIE 1. La tenue d une comptabilité régulière et sincère est une obligation légale. 1.2 Les documents comptables usuels PARTIE 1 La tenue d une comptabilité régulière et sincère est une obligation légale. Une entreprise est une construction bâtie sur des piliers (fonctions) : commercial,

Plus en détail

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable

PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION. CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation. Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable PRINCIPES DE LA CONSOLIDATION CHAPITRE 4 : Méthodes de consolidation David Carassus Maître de conférences en Sciences de Gestion Diplômé d expertise comptable SOMMAIRE CHAPITRE I Les fondements de la consolidation

Plus en détail

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg

Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg Le mécanisme de la titrisation au Grand-duché de Luxembourg La titrisation d actifs est un mécanisme en pleine expansion au Luxembourg, qui consiste à convertir des actifs difficilement commercialisables

Plus en détail

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3

RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 RÉGIME JURIDIQUE DU CRÉDIT À LA CLIENTÈLE TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 INTRODUCTION... 3 2.00 UTILITÉ D UNE POLITIQUE DE CRÉDIT... 3 3.00 ÉVALUATION DU RISQUE... 3 3.01 Demande d ouverture de crédit...

Plus en détail

Support de présentation

Support de présentation UNIVERSITÉ D ÉTÉ 20 AOÛT 2010 LOUVAIN-LA-NEUVE Atelier N 1 Une bonne maitrise de la langue, un enjeu du fondamental? Support de présentation utilisé par Christine CAFFIEAUX COMMENT FAIRE UNE BONNE ÉCOLE?

Plus en détail

Le parcours «langues étrangères appliquées»

Le parcours «langues étrangères appliquées» Le parcours «langues étrangères appliquées» Assises universitaires de français Kévin Bacquet Université d État de la région de Moscou Les langues étrangères dans l enseignement supérieur en 3 options :

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

Norme de qualité. Catégorie 3 : Services de traduction juridique (de l anglais au français ou du français à l anglais)

Norme de qualité. Catégorie 3 : Services de traduction juridique (de l anglais au français ou du français à l anglais) R Norme de qualité Catégorie 3 : Services de traduction juridique (de l anglais au français ou du français à l anglais) Définitions aux fins de la norme de qualité Les expressions et mots suivants, utilisés

Plus en détail

Atelier sur la traduction juridique

Atelier sur la traduction juridique Atelier sur la traduction juridique à l intention des membres de l Association des traducteurs et interprètes de l Ontario (troisième partie) Toronto, 18 janvier 2014 Ottawa, 25 janvier 2014 Louis Beaudoin,

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

SYLLABUS ISIT. OPTION 1 : Traduction 1. Module 1 : Traduction. Traduction spécialisée vers A. Nombre de crédits. Objectifs généraux :

SYLLABUS ISIT. OPTION 1 : Traduction 1. Module 1 : Traduction. Traduction spécialisée vers A. Nombre de crédits. Objectifs généraux : Traduction spécialisée vers A Module 1 : Traduction 5 ECTS généraux : Acquérir la méthodologie de la traduction de textes techniques dans divers domaines de spécialité : recherche documentaire, élaboration

Plus en détail

JOUR 1 - MATIN Première approche de l'architecture métier

JOUR 1 - MATIN Première approche de l'architecture métier Version du 0/0/202 JOUR - MATIN Première approche de l'architecture métier Présentation de la formation exceptionnelle Connaître le cadre de la formation Le contexte : la méthode publique Praxeme, l'initiative,

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Les opérations de restructuration transfrontalière 1/7

Les opérations de restructuration transfrontalière 1/7 Les opérations de restructuration transfrontalière Note de Synthèse réalisée par le réseau Enterprise Europe Network de la CCI de Lyon dans le cadre de la réunion du club JEVI organisée le 31 janvier 2013

Plus en détail

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit

BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit BANK AL-MAGHRIB Le Gouverneur DN 48/G/2007 Rabat, le 31 août 2007 Directive relative au dispositif de gestion du risque de concentration du crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib; vu la loi ns 34-03 relative

Plus en détail

Enquêtes Juriforum Bonnes pratiques. Comment bien travailler avec son traducteur?

Enquêtes Juriforum Bonnes pratiques. Comment bien travailler avec son traducteur? Enquêtes Juriforum Bonnes pratiques Comment bien travailler avec son traducteur? Comment choisir son traducteur? Comment procèdent les avocats et les juristes? Quelques précautions s imposent tant au niveau

Plus en détail

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE

deno DATA ENGINEERING AND OPERATIONAL WISDOM PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Que la stratégie soit belle est un fait, mais n oubliez pas de regarder le résultat. Winston Churchill PERFORMANCE DES FLUX D INFORMATIONS, VALEUR DES SAVOIR-FAIRE Conseil en Organisation, stratégie opérationnelle

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

SYLLABUS ISIT. OPTION 2 : Traduction 2. Module 1 : Traduction. Traduction générale vers A. Nombre de crédits

SYLLABUS ISIT. OPTION 2 : Traduction 2. Module 1 : Traduction. Traduction générale vers A. Nombre de crédits Traduction générale vers A Module 1 : Traduction 5 ECTS généraux : Acquérir la méthodologie et les techniques de la traduction Approfondir la connaissance de la langue source. spécifiques : Parfaire la

Plus en détail

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation S implanter au Maroc : Quelle forme juridique choisir? Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation juridique. Ces choix ont des conséquences sur les plans juridique,

Plus en détail

Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire

Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire Mise en place des AI en Classe de première ST2S FAQ complémentaire Textes de référence concernant les AI : Présentation des Activités Interdisciplinaires (Arrêté du 28 décembre 2011, en lien avec les programmes

Plus en détail

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL I LES OBJECTIFS DE LA FORMATION 1. Objectifs généraux La licence d histoire est un enseignement généraliste et théorique fondé sur la recherche, qui peut faire place à des

Plus en détail

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) :

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) : Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 5-96 sur la société en nom collectif, la société en commandite simple, la société en commandite par actions, la société à responsabilité

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

CÉLÉBRATION DU 12 ANNIVERSAIRE DE SA CRÉATION CARTHAGÈNE 2003-2015

CÉLÉBRATION DU 12 ANNIVERSAIRE DE SA CRÉATION CARTHAGÈNE 2003-2015 II COLLOQUE SUR L INTERDISCIPLINARITÉ DANS LA FORMATION DU PROFESSEUR DE LANGUES ÉTRANGÈRES (CIFLEX) 19-21 mars 2015 PROGRAMME DE LICENCE EN LANGUES MODERNES, OPTIONS ANGLAIS ET FRANÇAIS CÉLÉBRATION DU

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action?

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action? CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Communiqué du Conseil national de la comptabilité du 21 décembre 2004 relative aux Plans d épargne entreprise (PEE) Sommaire 1- Qualification de l instrument de capital

Plus en détail

les outils de la gestion de projet

les outils de la gestion de projet les outils de la gestion de projet Sommaire Objectifs de la gestion de projet Les étapes du projet Les outils de gestion de projets Paramétrage de l outil PROJET : «ensemble des actions à entreprendre

Plus en détail

Analyse financière détaillée

Analyse financière détaillée Analyse financière détaillée L analyse financière détaillée réintègre le cadre comptable de la comptabilité générale. En particulier les hypothèses introduites dans l analyse sommaire sont levées. Cela

Plus en détail

51 Idées pour créer son entreprise

51 Idées pour créer son entreprise Écrit et réalisé par William Le Rolland 51 Idées pour créer son entreprise Première impression : janvier 2011 Dernière édition le : 7 mars 2013 Ce même livre a été créé pour le format ebook et livre papier

Plus en détail

Taxes à la consommation

Taxes à la consommation Revenu Québec 3800, rue de Marly Québec (Québec) G1X 4A5 Page : 1de 7 Loi(s) : Loi sur la taxe de vente du Québec (RLRQ, c. T-0.1), articles 199, 201, 202, 203, 206, 206.1 1,211, 212, 386 et 457.1 Loi

Plus en détail

PARTIE 1 : L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION LORSQU IL N Y A QU UN SEUL APPORTEUR DE CAPITAUX

PARTIE 1 : L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION LORSQU IL N Y A QU UN SEUL APPORTEUR DE CAPITAUX CHAPITRE 11 L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION ET LA FORME JURIDIQUE DE L ENTREPRISE Selon la forme juridique choisie, le ou les créateurs d entreprise ont plus ou moins de pouvoir de décision. L exercice

Plus en détail

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici.

Puisse, cette caisse à outils, vous apporter autant d efficacité qu elle en a apporté à ceux avec qui, et pour qui, nous les avons rassemblés ici. Introduction Cet ouvrage a été conçu à partir de sollicitations exprimées par des managers de terrain soucieux de donner une dimension plus opérationnelle à leur management au quotidien. Il rassemble des

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Norme relative aux Modalités d Application des Articles 2 et 3 de l Arrêté du 28 février 2003 portant Homologation du Barème des Honoraires des Experts Comptables

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Introduction. Présentation du droit des sociétés

Introduction. Présentation du droit des sociétés Introduction Présentation du droit des sociétés 8 Introduction 1. Distinction entre la société et l entreprise individuelle Avant d aborder le droit des sociétés, il convient auparavant de prendre conscience

Plus en détail

Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com

Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com Illustration de couverture : Denis Tangney Jr - istock.com Dunod, Paris, 2014 ISBN 978-2-10-071039-3 Table des matières Avant-propos................................................................ IX Chapitre

Plus en détail

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE

ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE ARGUMENTAIRE JURIDIQUE EN FAVEUR DU STATUT DE LA MUTUELLE EUROPEENNE Sommaire du document 1. OBSERVATIONS GENERALES 1.1. Le SME est indispensable, les instruments juridiques actuels étant insuffisants.

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

Master 1 T2M. Instructions pour la rédaction des notes de stage

Master 1 T2M. Instructions pour la rédaction des notes de stage Master 1 T2M Instructions pour la rédaction des notes de stage I Dispositions générales Selon le pays où vous êtes en stage, un enseignant de la langue concernée sera chargé de suivre votre stage et la

Plus en détail

Licence Gestion des ressources humaines

Licence Gestion des ressources humaines Licence Gestion des ressources humaines Objectif de la formation : La licence en Gestion des Ressources Humaines a pour objectif de former des collaborateurs en gestion des ressources humaines assurant

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO

PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO PLAN DE GESTION CENTRE HISTORIQUE DE PORTO LE BESOIN D UN PLAN DE GESTION Le patrimoine culturel et naturel fait partie des biens inestimables et irremplaçables non seulement de chaque pays mais de toute

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs :

Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : 2. Qu est-ce qu un projet commun? Avant de parler de projet commun, il est important de rappeler ce qu est un projet à travers quelques indicateurs : le projet a un début et une fin et se structure en

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par

RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES. adoptée par RECOMMANDATION COMMUNE CONCERNANT LES LICENCES DE MARQUES adoptée par l Assemblée de l Union de Paris pour la protection de la propriété industrielle et l Assemblée générale de l Organisation Mondiale

Plus en détail

EXPERTISE COMPTABLE. Libérer. Développer. de la Gestion Quotidienne, la Stratégie d Entreprise.

EXPERTISE COMPTABLE. Libérer. Développer. de la Gestion Quotidienne, la Stratégie d Entreprise. EXPERTISE EXPERTISE COMPTABLE Libérer de la Gestion Quotidienne, Développer la Stratégie d Entreprise. De l'audit au conseil et à la mise en place de missions d'expertise comptable, S&A vous apporte une

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées.

Elle peut également animer, gérer, administrer et représenter d autres structures de spectacles similaires ou apparentées. Association loi 1901- Statuts type avec objet plus large ARTICLE 1 : CONSTITUTION Création Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901,

Plus en détail

DOSSIER STAGE EN ENTREPRISE CLASSE DE TROISIEME Année scolaire 2012 / 2013

DOSSIER STAGE EN ENTREPRISE CLASSE DE TROISIEME Année scolaire 2012 / 2013 DOSSIER STAGE EN ENTREPRISE CLASSE DE TROISIEME Année scolaire 2012 / 2013 1. Consignes relatives au bon déroulement de votre stage en entreprise : Vous devez adhérer au fonctionnement de l'entreprise

Plus en détail

Canevas concernant la formation individualisée encadrée

Canevas concernant la formation individualisée encadrée Canevas concernant la A Description générale La formation individualisée se déroule en deux temps dans le même groupe. Une période d observation (3 séances) est suivie d une période de co-animation (6

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Chargé d affaires PA 4700 PERSONNEL CONCERNÉ

Chargé d affaires PA 4700 PERSONNEL CONCERNÉ Chargé d affaires PERSONNEL CONCERNÉ Conducteur de travaux, Chargé d'affaires ayant moins de 5 années d'expérience dans la fonction et toute personne amenée à devenir Chargé d affaires. Mise à niveau du

Plus en détail

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE

FIT EUROPE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE CODE DE PRATIQUE PROFESSIONNELLE Considérant le rôle majeur que jouent les traducteurs et les interprètes dans la facilitation et la promotion de la communication et de la compréhension internationales,

Plus en détail

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE

Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1, 2, 4 et 33-36 du projet de consultation pour la LAHE Loi fédérale sur l aide aux hautes écoles et la coordination dans le domaine suisse des hautes écoles (LAHE) Proposition de la CRUS et de la KFH pour la discussion sur les articles 1,, 4 et 33-36 du projet

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail