L'ÉCHEC DU LIVRE ÉLECTRONIQUE CYBOOK: UNE INNOVATION EN MAL DE TRADUCTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'ÉCHEC DU LIVRE ÉLECTRONIQUE CYBOOK: UNE INNOVATION EN MAL DE TRADUCTION"

Transcription

1 Centre de recherche sur les médiations, Université Paul Verlaine, Metz L'ÉCHEC DU LIVRE ÉLECTRONIQUE CYBOOK: UNE INNOVATION EN MAL DE TRADUCTION Cytale est une entreprise française, née en 1998, qui s'éteint quatre ans plus tard. Son innovation consiste en une tablette électronique dédiée à la lecture, baptisée Cybook, reliée à une bibliothèque de romans numérisés à destination exclusive de cet artefact. Des romans français contemporains, quelques magazines et une collection de classiques composent cette bibliothèque. Le projet de Cytale n'est pas de nous inviter à lire autrement, mais plutôt à lire plus, de rendre plus aisé l'accès à la lecture. En dépit de ses possibles techniques, le Cybook ne visait nullement à redéfinir les canons de l'écriture romanesque, les standards multicentenaires de présentation du texte sur la page, ou les conventions de lecture. Au contraire, Cytale va s'appliquer, avec un soin dont la méticulosité dépasse quelquefois la mesure, à les respecter. En somme, cette innovation donne à lire à tous ceux qui manquent de lecture, c'est-à-dire ceux qui, pour des raisons pratiques ou culturelles, n'ont pas un accès commode au livre : les grands lecteurs boulimiques de lecture, les expatriés, les seniors, mais surtout les malvoyants, auxquels le système d'agrandissement de caractère du Cybook donne un accès unique à la Httérature française contemporaine, et enfin les bibliothèques, relais idéaux d'une telle innovation au sein d'un plus large public. Notre propos est d'employer ici l'outil que propose la sociologie de la traduction, notamment définie en France par Madeleine Akrich, Michel Callón et Bruno Latour, pour comprendre d'une part comment Cytale, par son livre électronique, a tenté de retraduire l'objet livre alors que son usage est pourtant l'un des plus solidement ancrés au sein de notre société, et identifier d'autre part, les intérêts de mondes séparés - éditeurs, malvoyants, bibliothécaires - que Cytale a souhaité rassembler en un réseau afin de justifier son existence. Si la performance technique ou la pénétration de marchés sont des caractéristiques essentielles HERMÈS 45,

2 de l'innovation, ces deux éléments peuvent être vus comme la conséquence de liens tissés entre des partenaires intéressés chacun par la même innovation, en l'occurrence le livre électronique. C'est dans le délicat équilibre des compromis passés avec chacun des partenaires pour les intéresser à l'innovation qu'il faut chercher les raisons de l'échec de Cytale à mener à bien la mutation de l'industrie culturelle du livre. Les acteurs qui constituent le réseau de Cytale Le projet de Cytale a été conçu par trois business angels réputés et qui n'en sont pas à leur coup d'essai : Marc Vasseur, directeur général de l'un des leaders mondiaux de la génomique ; Jacques Lewiner, directeur de l'espci, inventeur fécond et initiateur de nombreuses start-ups ; enfin et surtout Jacques Attali, écrivain et économiste, conseiller spécial de François Mitterrand et fondateur de projets qui mettent à profit les nouvelles technologies dans les domaines de la culture et de la microfinance. L'entreprise bénéficie ainsi de l'important réseau que Jacques Attali a su tisser dans le monde économique et culturel : Erik Orsenna en est l'exemple le plus visible, car il accepte de mettre en jeu son image d'académicien pour devenir l'ambassadeur de Cytale. Par ailleurs, de prestigieux capitaux-risqueurs se penchent au-dessus du berceau de la start-up. Enfin, même si aucun éditeur ne participe directement au financement de Cytale, la société réunit autour d'elle, à la stupéfaction de maints observateurs, les principaux fleurons de l'édition française. La construction de l'objet: l'histoire cahotante, les dérives successives d'une innovation Cytale choisit de limiter les fonctions de sa tablette en la dédiant à un seul usage bien particulier, celui de la lecture de romans, contre l'avis d'une partie du conseil, qui souhaite en faire une tablette multifonctions, notamment ouverte au monde professionnel. Les conditions selon lesquelles se sont scellés des accords avec les maisons d'édition françaises permettent d'apporter un éclairage à cette question. Michel Callón (1986) rappelle l'étymologie du verbe «intéresser»: se placer entre {inter-esse en latin), s'interposer. La stratégie de légitimation de Cytale auprès des éditeurs l'amène d'abord à desserrer les liens que d'autres entités concurrentes (Microsoft et Gemstar, par le biais de la maison d'édition en ligne 00 h 00) s'efforcent d'établir avec eux. Le dispositif d'intéressement de Cytale se construit en opposition aux solutions tierces présentées comme dangereuses pour l'éditeur. Dans cette manche qu'elle remportera, Cytale part désavantagée car moins au fait des us et réseaux d'un monde que connaît en revanche très bien 00 h 00, maison d'édition en ligne que dirige l'ancien PDG de Flammarion, Jean-Pierre Arbon. Mais Cytale se crée une position originale, et surtout non concurrentielle. Guidée par ce même souci de ne pas nuire aux 184 HERMÈS 45, 2006

3 Léchée du livre électronique Cybook éditeurs et à leur réseau de distribution, c'est-à-dire essentiellement aux libraires, Cytale n'usera jamais de comparaisons qualitatives en faveur de la tablette électronique par rapport au livre. Malgré l'évidente fragilité de la jeune start-up et l'éventualité du rachat complet ou partiel de son activité par l'un des deux pôles éditoriaux, Hachette ou Vivendi, les éditeurs acceptent de confier leurs titres à Cytale, qui en assure la diffusion sur son propre réseau sécurisé. Cet accord, qui est une première, est soumis à un certain nombre de réserves. Cytale interdit à ses dients d'accéder au fichier littéraire autrement qu'en le lisant sur la tablette, et elle interdit d'y lire autre chose qu'un roman de la bibliothèque numérique constituée avec les éditeurs partenaires. C'est une garantie de sécurité pour les éditeurs, et une garantie de revenus pour Cytale. D'elle-même, elle s'interdit d'être éditrice, évitant de reproduire certains précédents américains que redoutent également les maisons d'édition. Ainsi, la clarté avec laquelle Cytale définit et sélectionne les sources d'où proviennent les contenus annule la méfiance liée à la qualité très fluctuante des textes que l'on trouve alors en numérique, comme le soulignent alors Roger Chartier (2001) et Umberto Eco 1. Enfin et surtout, elle ferme la tablette d'un point de vue logiciel et matériel, empêchant, malgré l'existence de trois ports de communication, tout échange avec un autre dispositif électronique. Dispositif totalement autonome, le Cybook constitue alors la solution de distribution de contenus la plus inviolable. L'impossible transgression Malléabilité impossible de l'œuvre que le numérique rendrait possible, malléabilité impossible de la machine qui empêche toute transgression de l'usage canonique sont deux conséquences de la solution choisie, alors même que le succès d'une innovation peut se trouver dans les pratiques non prévues par les concepteurs, et que le dispositif pourrait toutefois encourager ou permettre, selon Jacques Perriault (1989) ou Norbert Alter (2000). Pour reprendre les termes de ce dernier, le Cybook a tout d'une «invention dogmatique». À l'inverse, le «ipod» d'apple autorise une évolution «lente» des logiques de consommation : il permet d'abord de faire perdurer les pratiques illégales avec lesquelles l'usager est familier, en l'accompagnant progressivement vers le modèle légal qu'apple préconise. En 2000, les exigences de l'édition littéraire sont différentes, sans doute à la suite du processus d'autolégitimation qu'avait initié Cytale auprès d'eux. Car Cytale n'a pas hésité à se servir de la peur du piratage, que tout autre dispositif, moins scrupuleux que la solution qu'elle promettait, aurait engendré. Devenue indispensable aux yeux des éditeurs, cette solution n'a pu, par la suite, être renégociée et assouplie en vue d'une utilisation plus aisée du Cybook en bibliothèques, ainsi que le notent Claire Bélisle et Christian Ducharme dans le rapport d'expérimentation de 2002 (Bélisle, 2002a et 2002b). Or, les bibliothèques se révèlent des clients intéressants et capables de faire connaître cette innovation auprès des populations que cible Cytale. Mais, pour reprendre les termes de l'école de la traduction, Cytale n'a pas su s'ériger en porte-parole représentatif à la fois des éditeurs et des bibliothécaires pour construire une solution commune qui, d'une part, aurait reçu l'aval de chaque «allié» mobilisé et qui, d'autre part, aurait sans doute garanti à Cytale sa survie. Le dispositif d'intéressement patiemment HERMÈS 45,

4 élaboré avec les éditeurs n'est pas adapté au fonctionnement des bibliothèques, et la proposition nouvelle qui vise à intégrer leurs intérêts risque de desceller les premières alliances, mouvement qui serait alors fatal à Cytale. Un modèle fragile, que Cytale souhaite faire évoluer Les bibliothécaires, «mobilisés» par le Cybook, souhaitent l'adapter à leur économie en brisant le lien établi entre un livre numérique acheté et la tablette sur laquelle il est censé être lu : une telle contrainte technique nuit au service de prêt, c'est-à-dire à la diffusion des œuvres. Comme l'illustrent Claire Bélisle et Christian Ducharme, dans le cas d'un usager qui désire lire une œuvre achetée avec une tablette qui est actuellement en prêt, la bibliothèque ne pourra pas satisfaire cette demande, même si l'œuvre n'a pas été chargée sur la tablette déjà prêtée (Bélisle, Ducharme, 2003). Ces nouveaux acteurs vont donc, par leur voix, tenter de proposer le mode de diffusion des œuvres auquel Cytale songe, c'est-à-dire selon une logique d'accès : la circulation du fichier ou du livre numérique n'a plus d'importance, elle n'est plus contrôlée, c'est son accès qui doit être désormais régulé. Les bibliothécaires proposent alors le système d'une licence de diffusion, autorisant par exemple dix lectures, simultanées ou non, sur des tablettes différentes, d'une même œuvre. Mais Cytale ne peut proposer cette nouvelle traduction sans remettre en cause une partie de la traduction sur laquelle il y avait eu précédemment accord. C'est contre la volonté de remettre en cause une première traduction du dispositif, encore à ses débuts, que les éditeurs s'érigent, criant à la trahison que constituerait cette nouvelle traduction. L'échec de la solution tentée avec les bibliothèques met en lumière un désaccord profond entre deux logiques de distribution de l'œuvre: la propriété ou l'accès. Et l'on ne peut comprendre l'aventure de Cytale si on ne met pas en évidence sa tentative, pour assurer sa survie, de traduire des intérêts parfois opposés, mettant ainsi en cause la pertinence de son projet auprès de ses premiers alliés. La recréation de la rareté Car dans le monde numérique, la démultiplication à l'infini d'un fichier pose le problème de la valeur marchande d'une œuvre. Or, ce qui peut faire sa valeur, c'est sa rareté. Par le truchement de son système, Cytale réintroduit une notion de rareté liée au livre, et toute faille dans ce système, ou dans l'imaginaire lié à ce système, est malvenue. Mais ce dernier prive le lecteur de quelques libertés auxquelles ll était habitué : un roman ne se parcourt plus par feuilletage avant l'achat, position difficile à tenir face à deux éditeurs 2 qui, à l'inverse, proposent l'intégralité du texte de leurs auteurs en libre consultation sur Internet. De 186 HERMÈS 43, 2006

5 Uéchec du livre électronique Cybook même, Cytale interdit l'échange d'oeuvres entre deux possesseurs d'un Cybook, contrairement au projet initial et à ce que promettait Jacques Attali au cours du 20 e Salon du livre, en mars Dans le cadre de l'accord négocié avec les éditeurs, Cytale a néanmoins la possibilité de proposer à ses lecteurs des œuvres numérisées et formatées par des tiers, et qui ont adopté une solution de diffusion semblable à la sienne. Une entente avec l'américain Gemstar constituait le seul exemple et le seul espoir de proposer, rapidement, un vaste catalogue de littérature anglophone contemporaine. Cette opportunité d'accès à d'autres ressources livresques ne se matérialisera pas, le revirement stratégique brutal de Gemstar annulant les annonces régulières de son arrivée sur le marché français. Dans l'attente, jamais satisfaite, d'une concurrence, le modèle commercial de Cytale est alors un «tout» à prendre ou à laisser, incluant des œuvres numérisées et formatées à destination d'une tablette électronique capable de les présenter aux yeux du lecteur. Cytale reste seul fournisseur d'œuvres littéraires numérisées à destination de livres électroniques, et surtout Cytale demeure la seule entreprise qui incarne le livre électronique sur le marché français : l'absence de concurrence inspire au public beaucoup d'hésitation face à une solution qui apparaît trop fermée et engendre trop d'inerties. Un acte de foi La commercialisation de cette solution, dont le passage par le circuit Fnac reste emblématique, est un échec. L'innovation est un acte de foi, souligne Norbert Alter dans l'innovation ordinaire, et c'est un domaine où aucune étude d'aucun ordre, si rationnelle qu'elle fût, n'aurait pu donner une indication précise sur l'acceptation du produit par le marché. Le succès d'un nouveau produit, tel le Cybook, n'est que très faiblement prévisible. L'engouement général autour d'une invention nouvelle contribue à expliquer le choix initial d'un marché grand public, mais ü n'est pas facile de se focaliser ensuite sur le monde du handicap. Cytale est tour à tour la «star», la «vedette», la «reine» ou le «fleuron» qui prépare le livre à entrer dans une nouvelle ère. Président de la République et Premier ministre se déplacent pour célébrer l'objet au cours d'un Salon du livre emblématique d'une époque, l'an 2000, contribuant à asseoir la légitimité du produit. Les Américains ne sont pas les seuls à afficher leur optimisme dans ce secteur : en France, Havas appelait les livres «p-books», pour paper books, en opposition à ce qui devenait le nouveau standard, le «e-book». Mais les enthousiasmes qu'avait suscités le livre électronique se muèrent moins d'un an plus tard en scepticisme, puis en rejet. La violence de cette cassure est un élément important qui contribue à mettre en lumière l'échec de Cytale. La carte «grand public» est une arme à double tranchant: elle permet d'intégrer au capital de l'entreprise de nouveaux actionnaires, venus défendre ce choix, mais elle crée une série de questions, que ne se posent pas nécessairement les malvoyants, et auxquelles Cytale doit donner une réponse. Nombre de titres, coût de la tablette, objet porteur d'une tendance en conflit avec le livre-papier qui, lui, revendique une âme face à l'objet technique, froid et inerte : voici quelques thèmes que Cytale doit traiter face à un HERMÈS 45,

6 public qui a le choix entre une tablette et son rival, le livre. Le Cybook est-il «compatible culturellement»? Vu les performances fonctionnelles qu'il offre et l'économie de moyens qu'il permet, certains considèrent le livre-papier comme un summum technologique absolu, vraisemblablement indépassable. La tablette, elle, n'a pas d'épaisseur et elle réduit aux seules dimensions de l'in-octavo les divers formats des ouvrages. Le livre électronique fait perdre la notion d'espace et de livre classé dans une bibliothèque qui, elle-même, suivant l'endroit où elle se trouve, peut avoir un sens. Le livre-papier recèle en lui des valeurs affectives et sociales qui dépassent le seul intérêt porté au contenu. Il existe entre un livre et son lecteur une relation particulière et complexe, où interviennent la qualité du papier, son odeur, les caractéristiques de la couverture, de la typographie. Ce sont des aspects qui ont une valeur d'analyse uniquement parce que Cytale, sans renier ses cibles «logiques», a nourri un dessein grand public. Et ce n'est qu'à la lueur de cette analyse que l'on peut comprendre les jugements sévères de la presse sur une solution considérée comme «un joujou dispendieux». Bâtir la légitimité de la lecture électronique Le premier semestre 2000 voit se dérouler un combat singulier, par le biais de tribunes médiatiques interposées, entre les preux défenseurs du livre-papier qui crient au sacrilège et à la duperie, et quelques plumes ferventes qui ont hâte de s'affranchir des contraintes jugées rédhibitoires du vieux codex. Cytale entre seule dans un débat, qui consiste à savoir si l'écran ne fait pas précisément «écran» au roman. Cytale va jusqu'à refuser, pour sa communication promotionnelle, des propositions de slogans tels que «Cybook, vous n'aviez jamais lu comme cela», car il s'agit d'afficher sa complémentarité, et non sa différence. Il s'agit de rester humble et non de prétendre proposer mieux, de clamer une filiation avec le livre et non de proposer une expérience différente. Cytale choisit de ne pas capitaliser sur le pouvoir distinguant de son objet. Utiliser l'électronique pour parvenir à séduire les amoureux de la lecture qui, bien souvent, ne sont pas des amoureux de la technique (alchimie rare qu'a réussi à produire Cytale en son sein) peut sembler une gageure, surtout en Mais des équipes de recherche scientifique viennent aider Cytale à bâtir la légitimité de la lecture électronique. L'enquête «Contrats de lecture» que coordonne Claire Bélisle officialise les premiers rapports d'usage entre l'objet livre électronique et l'usager en France. Elle indique notamment que la tablette de lecture dédiée, qui prend en compte l'ergonomie visuelle et le confort du lecteur, fait disparaître l'incompatibilité entre le plaisir de lire et l'écran. Le Cybook est alors en train de devenir un objet social à travers l'appropriation de l'usager, malheureusement trop tard dans la courte histoire de l'entreprise. 188 HERMÈS 45, 2006

7 Léchée du livre électronique Cybook L'évolution des mondes qui s'agrègent autour du Cybook Grands lecteurs, hommes d'affaires nomades, férus de nouvelles technologies, distributeurs prestigieux en harmonie avec ces segments de marché, éditeurs renommés : c'est le monde qui s'était créé autour du Cybook au moment de sa première commercialisation. Cytale a souhaité faire évoluer les composantes de ce monde : sans renoncer aux membres qui le composaient déjà, elle a tenté d'en intégrer d'autres. Son monde devient celui du handicap où son invention permet une médiation réussie entre éditeurs et malvoyants. Cytale comprend mieux alors quels sont les publics auprès desquels l'accès à la littérature par voie numérique est une nécessité. D'abord une innovation portée par les scientifiques pour une certaine «élite», le Cybook vise ensuite à corriger une inégalité face à la lecture. Cytale se trouve face à un marché certes plus captif mais plus anonyme, plus difficile à atteindre. Cytale est également agitée à cette époque par des conflits : certains de ses membres n'acceptent pas que la solution négociée dans un premier temps soit rediscutée pour être en adéquation avec les usages qu'en attendent certains nouveaux arrivants, dont les bibliothécaires, et dont la fonction se serait progressivement déportée du métier d'acquéreur à celui de négociateur de contrats d'accès, pour citer Pierre Le Loarer (2002) 3. Elle s'oppose au refus des éditeurs, auprès desquels la peur du piratage que leur a en partie inspirée Cytale a fonctionné si bien que l'espoir d'une économie basée exclusivement sur l'accès s'évanouit. Enfin il manque certains constituants «naturels» à ce monde: à l'exception d'erik Orsenna, employé par Cytale pour défendre la cause du livre électronique, les écrivains en sont les grands absents. Conclusion : une proposition de lecture en quête de son modèle C'est auprès du grand public que Cytale a le mieux défendu son «contrat de lecture». Mais c'est au service de niches (malvoyants et bibliothèques) que Cytale a travaillé avec le plus de constance. Et c'est en évoquant ces derniers publics qu'après la mort de la société, les responsables de Cytale ont souhaité justifier leur projet. De ce point de vue, et en dépit des efforts remarquables produits par Cytale pour s'approcher le plus possible des conventions de lecture, on peut affirmer aujourd'hui que le Cybook ne constituait sans doute pas la tablette de lecture idéale pour des cibles «grand public» qui, précisément à la différence des malvoyants, pouvaient avoir le choix. Et dans ce cas, le livre, notamment le livre de poche, s'est révélé un concurrent avec qui l'électronique n'a pas eu les armes suffisantes pour rivaliser, du point de vue du lecteur, en termes de performance fonctionnelle, d'économie de moyens et de prix. Anticipation imprudente de marchés, manque d'unité au sein du conseil d'administration, lectures différentes de l'innovation proposée : Cytale est une erreur humaine, compréhensible, mais l'histoire du Cybook n'est pas celle d'une invention qui aurait porté en elle les gènes de sa mort. Un projet innovant est fait de tâtonnements, et un projet contemporain similaire buterait sans doute sur des problèmes HERMÈS 45,

8 identiques à ceux que connut Cytale cinq ans auparavant. L'erreur d'appréciation liée aux cibles n'explique pas seule la mort prématurée d'une entreprise qui, victime d'une panne des marchés financiers entre 2000 et 2002, n'a pas pu se donner le temps d'insuffler de la vie à ses dispositifs ou, pour reprendre la formule de Bruno Latour (1992), de lui «ajouter de l'existence continûment, pour qu'ils prennent corps, qu'ils imposent leur cohérence grandissante à ceux qui les discutent ou qui s'y opposent». Cytale a voulu d'abord traduire les intérêts des éditeurs français, dont «l'enrôlement» fut un préalable indispensable au développement d'une solution de diffusion numérique des œuvres littéraires. Ce fut cette conviction forte qui permit à Cytale de gagner une légitimité auprès d'eux en s'affichant comme un partenaire proche, respectueux de leurs intérêts. Mais il lui fut impossible de négocier un nouvel équilibre entre bibliothécaires, éditeurs, libraires et consommateurs malvoyants par le biais de son innovation. L'histoire de Cytale, c'est ainsi l'échec d'alliances insuffisamment bien scellées. Se fourvoyant d'abord dans un dessein «grand public», Cytale avait ensuite tenté de créer sa place dans une nouvelle économie qu'elle avait largement suscitée, proposant à juste titre un outil de médiation culturelle inédite entre des mondes différents, et parfois opposés. Elle aurait pu se rendre indispensable auprès de tous ces acteurs, mais n'en a pas eu le temps, et s'est trouvée dans l'obligation de proposer, pour sa propre survie, des dispositifs d'intéressement qui sont entrés en conflit les uns avec les autres. NOTES 1. Interview d'umberto Eco par Gloria ORIGGI, Paris, Bibliothèque publique d'information, Centre Pompidou, Les Éditions de l'éclat en France, les Éditions Luc Pire en Belgique. 3. Patrick Bazin (2005), directeur de la bibliothèque de Lyon, partage cette même idée. Pour lui, «l'avenir des bibliothèques sera moins de jouer le rôle de sanctuaire de documents physiques que celui de passerelle, de médiateur de l'information». RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ALTER, Ν., ^Innovation ordinaire, PUF, BAZIN, P., «Après l'ordre du livre», Medium n 4, Éd. Babylone, BÉLISLE, C, Contrats de lecture. Rapport sur une expérimentation de prêt de livres électroniques en bibliothèques : dimensions technico-économiques et socio-cognitives, Lyon, 2002a. BÉLISLE, C, Colloque "Les défis de la publication sur le Web: hyperlectures, cybertextes et méta-éditions", Lyon, 2002b. BÉLISLE, C, DUCHARME, C, «Contrats de lecture. Une expérience de prêt de livres électroniques en bibliothèque», Bulletin des Bibliothèques de France, t. 48, n 3, Paris, 2003, p HERMÈS 45, 2006

9 Léchée du livre électronique Cybook CALLÓN, M., «Éléments pour une sociologie de la traduction : la domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins-pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc», L'Année sociologique, CHARTIER, R., Lecteurs et lectures à l'âge de la textualité électronique, Paris, Bibliothèque publique d'information, LATOUR, Β., Aramis ou l'amour des techniques, Paris, La Découverte, LE LOARER, P., «L'édition électronique: rôles des médiateurs et nouveaux rapports au savoir», in 70 e CONGRÈS DE L'ACFAS, Publications et lectures numériques: problématiques et enjeux, IEP Grenoble, 14 mai PERRIAULT, J., La Logique de l'usage, Paris, Flammarion, HERMÈS 45,

Une proposition de mutation des pratiques de lecture mise en échec : le Cybook de Cytale, 1998-2002

Une proposition de mutation des pratiques de lecture mise en échec : le Cybook de Cytale, 1998-2002 Une proposition de mutation des pratiques de lecture mise en échec : le Cybook de Cytale, 1998-2002 Dominique Nauroy Université Paul Verlaine, France Introduction En 1998, la société Cytale, fondée par

Plus en détail

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1

Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Le droit d auteur dans un environnement numérique : les positions de l IFLA et de l UNESCO 1 Das Urheberrecht in einer digitalen Umwelt: die Positionen der IFLA und der UNESCO Jean-Philippe Accart Information

Plus en détail

Inviter au plus vite tous les acteurs de la création, de l'édition, de la diffusion et de la lecture à des «États généraux du livre et de la lecture».

Inviter au plus vite tous les acteurs de la création, de l'édition, de la diffusion et de la lecture à des «États généraux du livre et de la lecture». Eléments pour une politique en faveur du livre et de la lecture Par Aurélie Filippetti, députée de Moselle, responsable du pôle Culture, audiovisuel, médias dans l équipe de campagne de François Hollande.

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Focus : Des bibliothèques dans l'économie du livre (droit de prêt, copie privée, acquisitions papier et numérique) au prêt de livres numériques

Focus : Des bibliothèques dans l'économie du livre (droit de prêt, copie privée, acquisitions papier et numérique) au prêt de livres numériques Focus : Des bibliothèques dans l'économie du livre (droit de prêt, copie privée, acquisitions papier et numérique) au prêt de livres numériques Limoges, 1 décembre 2014 Les bibliothèques dans l économie

Plus en détail

Publication. Aperçu rapide Ce que vous apporte Microsoft Project 2013

Publication. Aperçu rapide Ce que vous apporte Microsoft Project 2013 Aperçu rapide Ce que vous apporte Microsoft Project 2013 Avec la nouvelle version 2013, Microsoft achève l'intégration complète de MS Project à SharePoint Server et met une nouvelle infrastructure à disposition.

Plus en détail

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

E-book, aspects techniques

E-book, aspects techniques E-book, aspects techniques Supports, formats Etat des lieux Guillaume HATT Ecole nationale des chartes Groupe de veille ebooks Couperin E-book, aspects techniques Plan Définitions, rapide historique Supports

Plus en détail

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique

Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Faut-il reculer l âge de la retraite? Entretien avec Jean-Paul Betbéze : chef économiste et directeur des études économiques du Crédit agricole, est membre du Conseil d'analyse économique Entretien avec

Plus en détail

Table des matières Introduction... 2

Table des matières Introduction... 2 Table des matières Introduction... 2 Chapitre 1... 3 Les noms de domaines... 3 Chapitre 2... 6 Administrer un domaine... 6 Réserver le nom de domaine... 6 Renouveler le nom de domaine... 6 Définir les

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS

UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS UNION INTERNATIONALE DES TELECOMMUNICATIONS BUREAU DE DEVELOPPEMENT DES TELECOMMUNICATIONS CONFÉRENCE MONDIALE DE DÉVELOPPEMENT DES TÉLÉCOMMUNICATIONS (CMDT-98) La Valette, Malte, 23 mars - 1 avril 1998

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN BÂTIMENT PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL Numéro de dossier 120514B ENTRE : Nicole Leblanc Léo Ferré 4545 rue des Sitelles, Montréal, Qc, T.P.S. # : 145111191 T.V.Q. #

Plus en détail

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data!

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Pierre Jouniaux http://www.safety line.fr CV : Pierre Jouniaux, ingénieur aéronautique, pilote

Plus en détail

CONSTRUIRE UN PROJET DANS LE SECTEUR CULTUREL

CONSTRUIRE UN PROJET DANS LE SECTEUR CULTUREL CONSTRUIRE UN PROJET DANS LE SECTEUR CULTUREL Public : les responsables associatifs, salariés ou non, qui souhaitent insérer dans ce secteur professionnel un projet (action culturelle, festival ). 2 modules

Plus en détail

L évolution du CDI à l ère du numérique GPS Centre Alsace Année 2012/2013 Bilan

L évolution du CDI à l ère du numérique GPS Centre Alsace Année 2012/2013 Bilan L évolution du CDI à l ère du numérique GPS Centre Alsace Année 2012/2013 Bilan Objectifs Notre problématique de départ était : «L évolution du CDI à l ère du numérique : quelle place accorder au fonds

Plus en détail

RP2 LIVRES NUMÉRIQUES ET ACCÈS AU SAVOIR ET À LA CONNAISSANCE

RP2 LIVRES NUMÉRIQUES ET ACCÈS AU SAVOIR ET À LA CONNAISSANCE RP2 LIVRES NUMÉRIQUES ET ACCÈS AU SAVOIR ET À LA CONNAISSANCE Organisateur COMMUNAUTÉ D AGGLOMÉRATION D ALES Coordinateur et animateur, Directeur de la médiathèque Alphonse Daudet Cet atelier interactif

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES CONCERNANT LE SERVICE INTERNET DANS LA BIBLIOTHEQUE

DISPOSITIONS GENERALES CONCERNANT LE SERVICE INTERNET DANS LA BIBLIOTHEQUE DISPOSITIONS GENERALES CONCERNANT LE SERVICE INTERNET DANS LA BIBLIOTHEQUE Art. 1 Objectifs du service 1.1 Le Sistema Bibliotecario Consortile A. Panizzi reconnaît l'importance d'internet afin d'accomplir

Plus en détail

Copyrigth Fasoft 2001-2003

Copyrigth Fasoft 2001-2003 Roger ROSEC Copyrigth Fasoft 2001-2003 CHAPITRE 1 - VBA ET SON ENVIRONNEMENT 5 VBA et son environnement Dans ce chapitre 1.1 - Programmer AutoCAD 1.1.1 Le VBA 1.1.2 - Comparaison VBA et Visual Basic 1.1.3

Plus en détail

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot

Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Octroi de crédit : la minimisation des risques de défaillance n'a pas le dernier mot Aucun prêteur, c'est entendu, n'octroie de crédit à une personne qu'il ne considérerait pas comme potentiellement solvable.

Plus en détail

Avis sur les Partenariats public/privé (PPP)

Avis sur les Partenariats public/privé (PPP) Avis sur les Partenariats public/privé (PPP) Document réalisé par : François Fecteau Attaché politique Sous la supervision de : David Galarneau Vice-président aux affaires externes 10 juin 2009 1-La modernisation

Plus en détail

SYNTHESE DU PRET LISEUSE ETE/AUTOMNE 2012

SYNTHESE DU PRET LISEUSE ETE/AUTOMNE 2012 SYNTHESE DU PRET LISEUSE ETE/AUTOMNE 2012 RETOUR DES QUESTIONNAIRES EN PREAMBULE L AGE DES expérimentateurs A 47.62 % ils ont entre 40 et 59 ans, 33.33 % entre 60 et 74 ans. PREMIERE EXPERIENCE DE LECTURE

Plus en détail

RCS NANTES 350 807 947 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION

RCS NANTES 350 807 947 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D'ADMINISTRATION EUROFINS SCIENTIFIC Société Anonyme Européenne au capital de 1.388.167,60 Siège social : Site de la Géraudière - Rue Pierre Adolphe Bobierre 44300 NANTES RCS NANTES 350 807 947 RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL

Plus en détail

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents?

Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Normes de rédaction : Comment faire référence aux documents? Renato Scariati et Cristina Del Biaggio Département de géographie Université de Genève Version : 02 février 2010 Normes de rédaction 1 Table

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

FormatChecker for Adobe FrameMaker

FormatChecker for Adobe FrameMaker FormatChecker for Adobe FrameMaker 2006 STAR AG Tous droits réservés. Toute utilisation du texte ou des images, y compris par extraits, sans l'autorisation préalable de STAR AG est formellement interdite.

Plus en détail

DataTraveler 410. Manuel d'utilisation de SecureTraveler

DataTraveler 410. Manuel d'utilisation de SecureTraveler Manuel d'utilisation de SecureTraveler SecureTraveler est l'utilitaire de configuration DataTraveler permettant aux utilisateurs en entreprise et aux utilisateurs privés d'établir des zones publiques et

Plus en détail

Fiche de l'awt Cadre juridique des relations interentreprises

Fiche de l'awt Cadre juridique des relations interentreprises Fiche de l'awt Cadre juridique des relations interentreprises Du point de vue juridique, les stratégies e-business inter-entreprises (B2B) s'organisent en un ensemble de contrats tenant lieu de loi entre

Plus en détail

Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) Section vaudoise

Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) Section vaudoise Fédération suisse des aveugles et malvoyants (FSA) Section vaudoise Chapitre 1: Dispositions générales Art. 1. Forme juridique et siège 1. La section vaudoise, membre de la Fédération suisse des aveugles

Plus en détail

La responsabilité civile et l'entreprise

La responsabilité civile et l'entreprise La responsabilité civile et l'entreprise Dans la présente rubrique, nous poursuivons notre étude de la responsabilité civile, cette fois-ci du point de vue d'un commerce ou d'une entreprise. Les questions

Plus en détail

Sites pour la vie autonome et évolutions des politiques du handicap

Sites pour la vie autonome et évolutions des politiques du handicap Sites pour la vie autonome et évolutions des politiques du handicap Jean-Pierre BOURELY, Chef du bureau de la vie autonome des personnes handicapées (DGAS) Vie autonome des personnes âgées et des personnes

Plus en détail

2.1.4. L'équilibre général des échanges

2.1.4. L'équilibre général des échanges 2.1.4. L'équilibre général des échanges La prise en compte des offres et des demandes de l'ensemble des pays participants au commerce mondial permet la détermination des prix mondiaux. L'existence d'un

Plus en détail

VILLE DE FREDERICTON

VILLE DE FREDERICTON JANVIER 2015 RAPPORT D ENQUÊTE VILLE DE FREDERICTON TRANSMIS : AU PREMIER MINISTRE AU DIRECTEUR GÉNÉRAL DE LA VILLE À LA PLAIGNANTE DANS L AFFAIRE DE LA LOI SUR LES LANGUES OFFICIELLES DU NOUVEAU-BRUNSWICK,

Plus en détail

Zanzan Films. Producteur de versions sous-titrées pour sourds et malentendants. et de versions audio-décrites pour non et malvoyants

Zanzan Films. Producteur de versions sous-titrées pour sourds et malentendants. et de versions audio-décrites pour non et malvoyants Zanzan Films Producteur de versions sous-titrées pour sourds et malentendants et de versions audio-décrites pour non et malvoyants A quoi bon accéder à une salle de cinéma si on ne peut ni voir ou ni entendre

Plus en détail

METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE

METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE 1 METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE Architectures Numériques d'informations. Usages, Contenus et Technologies. Paris, 2 juillet 2010 L emprunteur se fait rare 2 Evolution

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Robert Gagnon

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Robert Gagnon Compte rendu Ouvrage recensé : The Master Spirit of the Age Canadian Engineers and the Politics of Professionalism. 1887-1922, J. Rodney Millard, Toronto, University of Toronto Press, 1988. Pp 229. par

Plus en détail

CODE DES USAGES POUR LA TRADUCTION D'UNE ŒUVRE DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE

CODE DES USAGES POUR LA TRADUCTION D'UNE ŒUVRE DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE CODE DES USAGES POUR LA TRADUCTION D'UNE ŒUVRE DE LITTÉRATURE GÉNÉRALE Entre : LA SOCIÉTÉ DES GENS DE LETTRES DE FRANCE, représentée par son Président, Monsieur Paul FOURNEL, L'ASSOCIATION DES TRADUCTEURS

Plus en détail

Observatoire des ressources numériques adaptées

Observatoire des ressources numériques adaptées Observatoire des ressources numériques adaptées INS HEA 58-60 avenue des Landes 92150 Suresnes orna@inshea.fr TITRE DE LA FICHE Utiliser un espace de stockage en ligne avec des élèves en situation de handicap.

Plus en détail

La valeur actuelle d'un élément de parc informatique

La valeur actuelle d'un élément de parc informatique La valeur actuelle d'un élément de parc informatique Propriétés Intitulé long Intitulé court Formation concernée Matière Présentation Notions du programme Description Exonet sur la gestion financière d'un

Plus en détail

La Matmut, un assureur innovant et compétitif

La Matmut, un assureur innovant et compétitif La Matmut, un assureur innovant et compétitif La conception de notre métier d'assureur est d'accompagner au mieux nos assurés à chaque étape de leur vie. Cela nous conduit à rechercher en permanence des

Plus en détail

Les origines du projet

Les origines du projet La Bibliothèque numérique pour le Handicap (BnH) Entretien avec Alain Patez, bibliothécaire et chargé de mission sur le projet BnH. La BnH (http://bnh.numilog.com) est une bibliothèque qui propose à distance,

Plus en détail

Médiation traduction. De la matière aux langages. 1/ Au fait, les Arts plastiques, qu est-ce que c est? 2/ Pourquoi traduire une œuvre?

Médiation traduction. De la matière aux langages. 1/ Au fait, les Arts plastiques, qu est-ce que c est? 2/ Pourquoi traduire une œuvre? 1/ Au fait, les Arts plastiques, qu est-ce que c est? Médiation traduction De la matière aux langages 2/ Pourquoi traduire une œuvre? 3/ La rencontre avec une œuvre : une «enquête» en 3 étapes 4/ Et maintenant

Plus en détail

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux?

COMITÉ : ECO SOC. ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? COMITÉ : ECO SOC ISSUE : Jusqu'où la société peut-elle accepter le remboursement des traitements médicaux coûteux? Membres de l Etat Major : Hira Yassine ; Cantor Brian François Hollande : «Nous pouvons

Plus en détail

BOOM FM MONTÉRÉGIE CONCOURS «5 sens de l amour» RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION

BOOM FM MONTÉRÉGIE CONCOURS «5 sens de l amour» RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION BOOM FM MONTÉRÉGIE CONCOURS «5 sens de l amour» RÈGLEMENTS DE PARTICIPATION 1. Le concours «5 sens de l amour» (ci-après le «concours») est organisé par Astral Media Radio inc. (ci-après les «Organisateurs

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

BULLETIN DE FISCALITÉ. Janvier 2012

BULLETIN DE FISCALITÉ. Janvier 2012 BULLETIN DE FISCALITÉ Janvier 2012 INDEXATION DES MONTANTS DE 2012 DIVIDENDES DÉTERMINÉS : MODIFICATIONS EN 2012 AVANTAGES AUX EMPLOYÉS ET AUX ACTIONNAIRES : MODIFICATIONS DES RÈGLES PRÊTS AUX ACTIONNAIRES

Plus en détail

Licence professionnelle Bibliothécaire

Licence professionnelle Bibliothécaire Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Bibliothécaire Université Bordeaux Montaigne Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION

RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION RÉALISER UNE CAMPAGNE DE SENSIBILISATION Dernière révision du document : juillet 2012 Voici en 4 étapes clé quelques conseils à respecter afin de réaliser une campagne de sensibilisation efficace en matière

Plus en détail

Etape 2 Diagnostic stratégique. Facteurs clés de succès (FCS) Profil de l'entreprise

Etape 2 Diagnostic stratégique. Facteurs clés de succès (FCS) Profil de l'entreprise 1. INTRODUCTION Chapitre 2 : LE DIAGNOSTIC STRATEGIQUE D UNE ACTIVITE Une fois la segmentation stratégique conduite et les segments identifiés, la démarche de l analyse stratégique passe à sa deuxième

Plus en détail

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre

INTRODUCTION. 1. L innovation permet de renforcer la compétitivité de l entreprise et influe sur les stratégies mises en oeuvre INTRODUCTION Il y a 20 ans, toute l attention de l entreprise se portait sur la diminution des coûts et la maîtrise des filières de production autour des produits standardisés. Dans les années 1990, le

Plus en détail

18 mars 2011 Nobody s Unpredictable

18 mars 2011 Nobody s Unpredictable Notoriété et usage du Livre Numérique 18 mars 2011 Nobody s Unpredictable Objectifs Mesurer la notoriété du Livre Numérique au sein de la population française Mesurer sa lecture, décrire le profil des

Plus en détail

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE

LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE LE CONTROLE DE GESTION DANS L'ASSURANCE : UNE REHABILITATION VITALE EN TUNISIE Par Nabila EL HEDDA, Elyès JOUINI et Denis CHEMILLIER-GENDREAU "Le marché tunisien de l'assurance va connaître, dans les années

Plus en détail

PROTECTION DES SIGNES DISTINCTIFS D'UNE ENTREPRISE

PROTECTION DES SIGNES DISTINCTIFS D'UNE ENTREPRISE PROTECTION DES SIGNES DISTINCTIFS D'UNE ENTREPRISE 17/11/2011 L'entreprise peut être désignée par un ensemble de signes distinctifs. Une entreprise individuelle est identifiable par son nom commercial,

Plus en détail

Service public et bien commun

Service public et bien commun Service public et bien commun Notes pour l'allocution prononcée par Monsieur Pierre Lucier, président de l'université du Québec, lors de la Collation des grades de I'École nationale d'administration pub1

Plus en détail

DESCRIPTION DU PROGRAMME PLATO

DESCRIPTION DU PROGRAMME PLATO Opération PLATO Programme 2008-2009 Un tremplin pour les PME / PMI Dossiier «ENTREPRISE» 1 DESCRIPTION DU PROGRAMME PLATO 1- DESCRIPTION DU PROGRAMME PLATO L'origine de PLATO PLATO est un programme de

Plus en détail

Démarrer avec la Toutou Linux

Démarrer avec la Toutou Linux Démarrer avec la Toutou Linux 1.Comment démarrer sur le CD de Toutou Linux? Pour pouvoir démarrer avec le CD Toutou Linux, suivez les étapes suivantes : Allumer votre ordinateur. Ne cherchez pas à insérer

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

POLITIQUE DOCUMENTAIRE DE LA BIBLIOTHÈQUE DU LYCÉE-COLLÈGE DES CREUSETS

POLITIQUE DOCUMENTAIRE DE LA BIBLIOTHÈQUE DU LYCÉE-COLLÈGE DES CREUSETS POLITIQUE DOCUMENTAIRE DE LA BIBLIOTHÈQUE DU LYCÉE-COLLÈGE DES CREUSETS La bibliothèque du Lycée-Collège des Creusets, dans sa fonction de bibliothèque scolaire, vise le développement d'une offre documentaire

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

Faites-vous «pré-approuvé»

Faites-vous «pré-approuvé» Faites-vous «pré-approuvé» Être pré-approuvé veut dire que votre banque ou institution financière est déjà prête à vous endosser jusqu'à une limite déterminé par vos revenus et vos dépenses. Il y a de

Plus en détail

Quel management dans un collectif de travail en télétravail?

Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Le passage au télétravail s accompagne de transformations importantes en termes d organisation et de pratiques. Comment faire évoluer le management

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTE

PROMOTION DE LA SANTE PROMOTION DE LA SANTE Charte d'ottawa La première Conférence internationale pour la promotion de la santé, réunie à Ottawa, a adopté le 21 novembre 1986 la présente "Charte" en vue de contribuer à la réalisation

Plus en détail

CODE PROFESSIONNEL. déontologie

CODE PROFESSIONNEL. déontologie déontologie Code de déontologie des professionnels du marketing direct vis-à-vis de la protection des données à caractère personnel 1 Code de déontologie des professionnels du marketing direct vis-à-vis

Plus en détail

Sommaire. 37, rue d Amsterdam 75008 Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

Sommaire. 37, rue d Amsterdam 75008 Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Vendre sur internet Contexte de formation 2 Objectifs de formation 3 Programme

Plus en détail

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Cour Pénale Internationale International Criminal Court Instruction administrative ICC/AI/2007/004 Date : 19/06/2007 CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Le Greffier, aux fins d'établir des groupes d'accès

Plus en détail

DÉCLARATION DES RISQUES

DÉCLARATION DES RISQUES DÉCLARATION DES RISQUES Tenant compte du fait que CM Marketing Associates Ltd accepte de conclure, à la base de gré à gré ( OTC ) des contrats financiers pour différences ( CFD ) et contrats de change

Plus en détail

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013

Comité sectoriel du Registre national. Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 1/9 Comité sectoriel du Registre national Avis RN n 01/2013 du 11 décembre 2013 Objet : demande d'avis relatif au projet d'arrêté royal autorisant la Banque Nationale de Belgique et les établissements

Plus en détail

Les relations entre le Conseil constitutionnel et les juridictions françaises et européennes

Les relations entre le Conseil constitutionnel et les juridictions françaises et européennes Les relations entre le Conseil constitutionnel et les juridictions françaises et européennes (exposé présenté lors de la visite au Conseil constitutionnel, en juillet 1998, de représentants de la Cour

Plus en détail

STORNOWAY DIAMOND CORPORATION POLITIQUE DE COMMUNICATION DE L'INFORMATION DE LA SOCIÉTÉ

STORNOWAY DIAMOND CORPORATION POLITIQUE DE COMMUNICATION DE L'INFORMATION DE LA SOCIÉTÉ CONFIDENTIEL STORNOWAY DIAMOND CORPORATION POLITIQUE DE COMMUNICATION DE L'INFORMATION DE LA SOCIÉTÉ BUT La présente politique de communication de l'information de la Société (la «politique») a pour but

Plus en détail

Les sites Internet professionnels de France

Les sites Internet professionnels de France The LEADER in e-mail database - www.email-brokers.com Les sites Internet professionnels de France INTERNET ET SON RÔLE DANS LE MARCHÉ ÉCONOMIQUE FRANÇAIS PARIS DECEMBRE 2011 0... 0...... ::>1... e>,...

Plus en détail

Myfox, la maison connectée pour tous.

Myfox, la maison connectée pour tous. Dossier de presse 2013 Myfox, la maison connectée pour tous. Sommaire : Genèse de l entreprise de l idée à la réalité P3 Une entreprise à l ADN singulier faciliter le quotidien P4 L innovation comme credo

Plus en détail

Les mises à disposition de personnels ou de matériels

Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les associations sont souvent confrontées à des besoins précis et ponctuels en matériel ou en personnel. Or, l'achat, la location ou l'embauche s'avèrent

Plus en détail

Présentation du logiciel

Présentation du logiciel Présentation du logiciel Soft Design CFY Christian Fleury Chemin des Grands Prés 2 1532 Fétigny 079 630 47 68 info@cfy.ch www.cfy.ch Le logiciel Ergo Gestion permet le suivi de tous les aspects déterminants

Plus en détail

Open data : les données libérées doivent-elles être gratuites?

Open data : les données libérées doivent-elles être gratuites? Open data : les données libérées doivent-elles être gratuites? Partie juridique Table des matières I)La loi du 17 juillet 1978 : Titre 1er relatif à la liberté d accès aux documents administratifs et à

Plus en détail

CONDITIONS ET CARACTÉRISTIQUES DE L OPTION A CHACUN SON IMAGE Édition juin 2014

CONDITIONS ET CARACTÉRISTIQUES DE L OPTION A CHACUN SON IMAGE Édition juin 2014 L'Option A chacun son image permet au Porteur de personnaliser sa carte bancaire en choisissant le visuel qu'il souhaite voir apparaître sur le support, selon les modalités ci-après indiquées. Les présentes

Plus en détail

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles

NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL. Dernières analyses jurisprudentielles NON-RESIDENTS : PRECISIONS SUR LA NOTION DE DOMICILE FISCAL Dernières analyses jurisprudentielles NEWSLETTER 14 259 du 3 FEVRIER 2015 ANALYSE PAR JACQUES DUHEM ET PASCAL JULIEN SAINT AMAND* *Notaire à

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition.

Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Rapport Reda, tableau comparatif Le tableau comparatif suivant reprend les principaux articles concernant le monde de l édition. Alors que Julia Reda appelait à une harmonisation hâtive et à un élargissement

Plus en détail

À propos de votre liseuse... 5

À propos de votre liseuse... 5 Kobo Touch guide d'utilisation Table Des Matières À propos de votre liseuse... 5 Anatomie de votre liseuse... 5 Charger votre liseuse... 6 Utiliser l écran tactile... 8 Connecter la liseuse à votre ordinateur...

Plus en détail

Un modèle de contrat

Un modèle de contrat Un modèle de contrat Ce contrat, inspiré d un contrat effectivement proposé par une maison d édition, respecte l essentiel des principes énoncés dans le code des usages de 1993. Il intègre les propositions

Plus en détail

Le test s'est déroulé en trois étapes successives

Le test s'est déroulé en trois étapes successives TEST SUR LES BASES BIBLIOGRAPHIQUES Rapport* du bureau Marcel van Dijk L'étude qui suit présente les résultats du test quantitatif et qualitatif de 5 bases bibliographiques disponibles en France : BNOPALE

Plus en détail

A.-M. Cubat PMB - Import de notices à partir d un tableur Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-notices

A.-M. Cubat PMB - Import de notices à partir d un tableur Page 1 Source : http://amcubat.be/docpmb/import-de-notices A.-M. Cubat PMB - Import de notices à partir d un tableur Page 1 Comme beaucoup de personnes, j'ai voulu récupérer les notices de mon ancien logiciel de gestion de bibliothèque. Vu qu'il ne prévoyait pas

Plus en détail

LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS

LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS Annuaire Ouvrage publié en principe chaque année ou selon une périodicité proche de l'année, qui donne une liste de noms de personnes ou d'organismes

Plus en détail

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Développer, Optimiser, Maintenir la Performance de lhomme et de lentreprise PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Le «Risque Social» doit être pris en charge comme nimporte quel autre type

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992

N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 N 518 SÉNAT QUATRIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1991-1992 Rattache pour ordre au procès-verbal de la séance du 8 juillet 1992. Enregistre a la Présidence du Senat le 28 septembre 1992. PROPOSITION DE LOI

Plus en détail

METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE

METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE METTRE LE NUMÉRIQUE AU SERVICE D UN NOUVEAU MODÈLE DE BIBLIOTHÈQUE Bibliothèque Publique Centrale pour la Région de Bruxelles-Capitale Les journées du livre numérique. Bruxelles, 4 octobre 2010 L emprunteur

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Août 2000. LE PARTENAIRE TELECOMS DES ENTREPRISES page 2

DOSSIER DE PRESSE. Août 2000. LE PARTENAIRE TELECOMS DES ENTREPRISES page 2 DOSSIER DE PRESSE Août 2000 LE PARTENAIRE TELECOMS DES ENTREPRISES page 2 UNE IDEE ORIGINALE ALLIANT LE «SUR-MESURE» page 4 ET LA «REMUNERATION AU RESULTAT» UNE ACTION EN TROIS ETAPES page 6 DEUX ENTREPRENEURS

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

La dématérialisation de l organisation du travail et des procédures : l exemple de la Cour de cassation

La dématérialisation de l organisation du travail et des procédures : l exemple de la Cour de cassation 1 La dématérialisation de l organisation du travail et des procédures : l exemple de la Cour de cassation Par Jean-Michel Sommer 1 et Michel Azoula 2 Jusqu au début des années 2000, la Cour de cassation

Plus en détail

PRET DE LISEUSES EN BIBLIOTHEQUE Les principaux enseignements de l expérimentation

PRET DE LISEUSES EN BIBLIOTHEQUE Les principaux enseignements de l expérimentation PRET DE LISEUSES EN BIBLIOTHEQUE Les principaux enseignements de l expérimentation CARACTERISTIQUES DU PROJET DE PRET DE LISEUSES Les partenaires : la BDY, bibliothèques des Yvelines, le MOTif, observatoire

Plus en détail

TRADUCTION EXTÉRIEURE NON RÉVISÉE

TRADUCTION EXTÉRIEURE NON RÉVISÉE ARTICLE 29 Groupe de travail sur la protection des données TRADUCTION EXTÉRIEURE NON RÉVISÉE 11601/FR WP 90 Avis 5/2004 portant sur les communications de prospection directe non sollicitées selon l'article

Plus en détail

MAGNATGALLO : le cabinet nouveau est arrivé

MAGNATGALLO : le cabinet nouveau est arrivé Dossier de presse MAGNATGALLO : le cabinet nouveau est arrivé Un nouveau cabinet comptable de poids vient de voir le jour dans le Quart Sud-Est de la France : MAGNATGALLO. Officiellement créé depuis le

Plus en détail

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com

37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com 37, rue d Amsterdam 75008 - Paris Tél. : 01 42 26 07 54 Fax : 01 42 26 09 88 http://www.lca-performances.com Programme de formation Prospection commerciale Contexte de formation 2 Objectifs de formation

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel :

CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL ET : SPÉCIMEN. Téléphone : No du membre. Courriel : CONVENTION DE SERVICE D'INSPECTION D'UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL 1. PARTIES ENTRE : Représenté par : 2. OBJET DU CONTRAT Les services de L'INSPECTEUR sont retenus par l'acheteur (LE CLIENT)

Plus en détail

client. ECOUTE, SIMPLICITE, SERVICE... Pour ELCIA, l'accompagnement est la clé de la satisfaction ELCIA, le savoir-faire et l'écoute

client. ECOUTE, SIMPLICITE, SERVICE... Pour ELCIA, l'accompagnement est la clé de la satisfaction ELCIA, le savoir-faire et l'écoute Communiqué de presse Octobre 2007 ECOUTE, SIMPLICITE, SERVICE... Pour, l'accompagnement est la clé de la satisfaction client. «Gagner du temps, être plus réactif» «Hyper convivialité et souplesse d utilisation»

Plus en détail

Qu'est ce que le KM? M. Prax a d'abord défini le KM par la négative. Le KM n'est pas :

Qu'est ce que le KM? M. Prax a d'abord défini le KM par la négative. Le KM n'est pas : Compte-rendu : «Les enjeux des TIC : le Knowledge Management» Conférence du 3 ème millénaire, Salon Initiatives du jeudi 18 octobre 2001 Orateur : Jean-Yves Prax, Directeur de POLIA CONSULTING Face à un

Plus en détail