La traduction automatique des articles de l anglais au français

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La traduction automatique des articles de l anglais au français"

Transcription

1 Université de Gand Faculté de Philosophie et Lettres Année universitaire La traduction automatique des articles de l anglais au français Lissa Catthoor Mémoire de master présenté en vue de l obtention du diplôme de Master en linguistique et littérature Directrice de recherche : Prof. Dr. Marleen Van Peteghem

2

3 Mes remerciements sont adressés à tous ceux qui ont contribué à l accomplissement de ce mémoire de master. De façon générale, je tiens à remercier les professeurs de linguistique française que j ai rencontrés au cours des années à l Université de Gand, qui ont suscité mon intérêt pour la linguistique et qui m ont inspirée à écrire mon mémoire dans ce domaine. Avant tout, je souhaite exprimer ma gratitude à Prof. Dr. Marleen Van Peteghem. En tant que directrice de recherche, elle m a guidée dans mon travail et m a donné des conseils essentiels, tant sur la langue que sur le contenu. Son enthousiasme m a toujours encouragée à faire le maximum lors de la réalisation de ce mémoire. Sur une note personnelle, j exprime mes remerciements à mes parents et à mon frère, pour leur patience et pour leur soutien permanent. Je veux également remercier Randy, Shana, Marieke et Julie pour leur encouragement et pour leur confiance en moi.

4 Table des matières LISTE DES ABRÉVIATIONS... 6 INTRODUCTION LA TA : UNE PRATIQUE MULTIDIMENSIONNELLE Introduction à la TA Les quatre types de traduction Les différentes facettes de la TA Évaluation de la TA Avantages et fonctions de la TA Problèmes liés à la TA Typologie des systèmes de TA Plusieurs possibilités de classification Architectures L approche directe L approche à base de règles L approche basée sur le corpus LES LOGICIELS DE TA Google Traduction SYSTRAN et SYSTRANet LA TA ET L ABSENCE D ARTICLE L absence d article en anglais L absence d article avec les noms communs L absence d article avec les noms propres Étude de corpus LA TA ET L ARTICLE La détermination nominale L article et la référence spécifique ou générique L article défini... 53

5 Les noms communs La référence spécifique La référence générique Les noms propres L article indéfini La référence spécifique La référence générique ÉTUDE DE CORPUS Méthodologie Rappel des questions de recherche La constitution du corpus L interprétation des résultats Résultats L article dans des phrases isolées Les types d emploi des articles défini et indéfini L article et les opérations de détermination L article dans un texte Les articles défini et indéfini L absence d article CONCLUSION BIBLIOGRAPHIE ANNEXE 1...i ANNEXE 2... ii ANNEXE 3... iii

6 Liste des abréviations BNC FAHQ(M)T SN TA TAAH TAO TH THAM British National Corpus fully automated high quality (machine) translation syntagme nominal traduction automatique traduction automatique assistée par l homme traduction assistée par ordinateur traduction humaine traduction humaine assistée par la machine 6

7 Introduction L automatisation de la traduction frappe depuis longtemps l imagination de l homme. De nos jours, la traduction automatique (TA) est devenue une réalité indispensable dans la société de l information à laquelle nous appartenons. Néanmoins, même si d importants progrès ont déjà été réalisés dans ce domaine, les résultats de la TA sont encore loin d être parfaits. Cette étude examinera un aspect particulier de la traduction à l aide de programmes informatiques, à savoir la TA des articles défini, indéfini et zéro de l anglais vers le français. Dans notre mémoire de bachelor (Catthoor 2012), nous avons étudié la TA de l absence d article de l anglais au français dans des phrases isolées. Nous avons distingué différents types d emploi de l article zéro afin d obtenir des résultats pour chacun de ces types. Comme nous le verrons dans ce qui suit, ce mémoire de master vise à approfondir davantage le sujet de la TA de l article. La présente étude poursuit trois objectifs principaux. Nous tenterons en premier lieu de présenter quelques informations générales par rapport à la pratique de la TA et d expliquer le fonctionnement des différents types de logiciels. En deuxième lieu, similairement à la démarche adoptée dans notre mémoire de bachelor (Catthoor 2012), nous étudierons les contextes dans lesquels les articles défini et indéfini de l anglais peuvent apparaître, en fournissant en même temps une comparaison avec le français. Les articles défini, indéfini et zéro de l anglais seront également examinés sous l angle des opérations de détermination du groupe nominal. En troisième lieu, au moyen d une étude de corpus, nous espérons fournir une réponse aux questions de recherche présentées dans le paragraphe suivant. Par la voie d une étude de corpus, nous essaierons d examiner dans quelle mesure les logiciels de TA parviennent à traduire correctement les articles de l anglais vers le français, tout en déterminant les contextes les plus problématiques. Nous prévoyons que les résultats seront meilleurs lorsque les deux langues ne diffèrent pas dans leur emploi de l article, ayant donc recours au même type d article. De plus, nous tenterons de déterminer si les trois logiciels utilisés pour la traduction du corpus, à savoir Google 7

8 Traduction, SYSTRAN et SYSTRANet, manifestent des différences dans les résultats de la TA. Le corpus se compose de quatre parties distinctes. Premièrement, nous avons cherché 50 phrases isolées comportant un article défini ou indéfini, dans le but d adopter la même démarche que dans notre mémoire de bachelor (Catthoor 2012). Deuxièmement, nous avons rassemblé un total de 56 phrases isolées pour étudier la problématique de l article en relation avec les principales opérations de détermination. Finalement, comme nous n avons pas voulu limiter cette étude à la TA de phrases isolées, deux extraits de textes différents ont été inclus dans le corpus. Le premier est un article de presse de 625 mots qui provient du site web du Parlement européen, alors que le second est un texte littéraire de 624 mots qui est issu du roman The Great Gatsby de F. Scott Fitzgerald. Dans les deux extraits de textes, nous avons relevé toutes les occurrences des articles défini, indéfini et zéro. Chacune des parties du corpus a été traduite par les logiciels mentionnés ci-dessus. Dans les deux premiers chapitres, nous fournirons des informations concernant la pratique de la TA et les trois logiciels utilisés pour cette étude. Ensuite, le troisième chapitre rappellera la démarche et les résultats de notre mémoire de bachelor (Catthoor 2012). Dans le quatrième chapitre, nous traiterons les opérations de détermination du groupe nominal tout comme les types d emploi des articles défini et indéfini. Enfin, le dernier chapitre présentera les résultats de l analyse du corpus. 8

9 1. La TA : une pratique multidimensionnelle Dans le présent chapitre, nous traiterons les aspects les plus importants de la traduction automatique en général. Tout d abord, nous fournirons une introduction portant sur les différentes facettes de la TA et les quatre types de traduction qui peuvent être distingués. Nous présenterons ensuite les avantages tout comme les inconvénients allant de pair avec la pratique de la TA, avant de passer à une typologie des approches possibles. Enfin, nous nous pencherons sur les logiciels de TA qui sont d intérêt pour notre étude, à savoir Google Traduction, SYSTRAN et SYSTRANet Introduction à la TA Les quatre types de traduction De façon générale, le terme de traduction automatique s applique à la traduction d une langue naturelle à une autre à l aide de programmes informatiques, et s oppose donc à la traduction dite humaine (Hutchins et Somers 1992). Cette classification se complique pourtant : d après le degré d automatisation, Hutchins et Somers (1992) distinguent quatre types de traduction, qui s insèrent dans un continuum linéaire (cf. figure 1) Figure 1 : types de traduction Source : Hutchins et Somers (1992) dans Quah (2006) : 7 9

10 dont la TA et la traduction humaine constituent les extrémités. Le centre est formé par la traduction automatique assistée par l homme (TAAH) et la traduction humaine assistée par la machine (THAM), qui peuvent être regroupés sous le terme de traduction assistée par ordinateur (TAO). Dans ce qui suit, nous examinerons de plus près les concepts introduits ici, en nous appuyant sur les ouvrages de Quah (2006) et de Hutchins et Somers (1992). Comme décrit par Quah (2006), les débuts de la recherche sur la TA se caractérisaient par l espérance optimiste de développer des systèmes automatisés capables de générer des traductions de grande qualité sans aucune intervention humaine. En 1952, Yehoshua Bar-Hillel a introduit le terme de FAHQT (fully automated high quality translation) pour renvoyer à cet idéal, qui est selon lui irréalisable parce que fondamentalement impossible (Bar-Hillel 1960/2003 dans Quah 2006). De nos jours, l impossibilité de la FAHQT est généralement acceptée : une traduction est soit de grande qualité, soit générée de façon complètement automatisée, mais la combinaison des deux n est pas réalisable. Par conséquent, l idéal de la FAHQT a été remplacé par la simple TA, traduction automatique, qui se situe entre la FAHQT et la traduction automatique assistée par l homme sur le continuum mentionné ci-dessus. La TA a donc comme objectif de générer automatiquement des traductions, sans prétention de grande qualité. Jusqu à présent, les savants et les chercheurs ne se sont pas à l unisson sur la définition exacte de la TA en ce qui concerne le degré d intervention humaine (Archer 2002 dans Quah 2006). En ce qui concerne la TAAH et la THAM, Quah (2006) nous avertit que la limite entre ces deux concepts est parfois difficile à marquer. D un point de vue théorique, la TAAH implique que la machine a un rôle plus grand tandis que la THAM met l accent sur l homme, mais d un point de vue pratique les choses peuvent s embrouiller. Dans le cas de la TAAH, le système informatique est le traducteur principal, sans exclure un certain degré d intervention humaine. L assistance de l homme est possible à trois moments différents : avant, après ou pendant la génération de la traduction. Pour référer à la participation humaine dans le stade de la préparation du texte ou dans le stade de la production du texte, les termes de pré-édition et de post-édition sont utilisés. La pré-édition consiste à contrôler le texte source afin de découvrir à l avance des éléments qui pourraient poser problème au logiciel de TA. Le traducteur humain 10

11 intervient alors dans le processus de traduction en modifiant les difficultés prévisibles. Hutchins et Somers (1992) signalent entre autres des actions telles que le marquage des catégories grammaticales d homographes, l indication de phrases subordonnées et de structures coordonnées, l identification de noms propres et la substitution de mots inconnus. De façon plus extrême, la pré-édition peut même impliquer la reformulation complète du texte source à l aide d une «langue contrôlée» (Hutchins et Somers 1992). Cette approche vise à réduire la complexité et l ambiguïté du texte en le transformant en des constructions et des mots qui ne sont pas problématiques pour le système de TA. Pour ce qui est de la post-édition, Hutchins et Somers (1992) constatent que le traducteur humain contribue à la génération de la traduction en corrigeant la sortie du logiciel afin d atteindre un certain niveau prédéterminé. Ainsi, la correction sera minimale quand le texte est destiné à quelqu un qui est déjà familier avec le sujet en question, et qui n en a besoin que pour des raisons d information. En revanche, le texte sera corrigé de façon plus approfondie pour la publication ou une distribution plus répandue. L intervention humaine est également possible pendant la génération même de la traduction. Le système de TA s arrête alors pendant le processus de traduction, et incite l utilisateur à fournir des informations supplémentaires pour résoudre des problèmes d ambiguïté ou de mots inconnus. De tels logiciels peuvent être classifiés comme des systèmes interactifs. Le troisième type de traduction, la THAM, implique un rôle nettement plus grand pour le traducteur humain. Dans cette approche, l homme se sert d un ou de plusieurs programmes informatiques qui l assistent dans une partie du processus de traduction (Sager 1994 dans Quah 2006). Parmi les outils utilisés du traducteur humain, Quah (2006) liste des glossaires, des dictionnaires et des correcteurs électroniques, ainsi que des bases de données terminologiques. De plus, l homme peut recourir à une «mémoire» de traduction, qui consiste en des collections de textes sources accompagnés de leurs traductions. Concernant la traduction humaine, Quah (2006) constate qu actuellement bon nombre de traducteurs professionnels emploient un outil de TA quelconque, de sorte que la limite entre la THAM et la TH tend à s estomper. Archer (2002 dans Quah 2006) remarque même que les traducteurs d aujourd hui doivent non seulement avoir des 11

12 connaissances professionnelles et linguistiques, mais également être habiles avec la technologie moderne. Pourtant, malgré le fait que le service de traduction peut être largement amélioré par la technologie moderne, celle-ci est encore souvent victime d une certaine résistance. Quah (2006) avance que cette attitude pourrait notamment s expliquer par la méconnaissance ou même par le désintérêt pour de tels outils informatiques. En outre, les traducteurs professionnels souffrent souvent d un manque d information, puisqu ils sont encore ignorants concernant le progrès énorme qu a connu la technologie de la TA (Haynes 1998 dans Quah 2006). À cela s ajoute que beaucoup de traducteurs redoutent l impact qu aura la TA sur leur profession, ce qui se traduit également dans un sentiment de réticence (Yuste Rodrigo 2001 dans Quah 2006) Les différentes facettes de la TA Loin d être une pratique isolée, la traduction automatique est une entreprise interdisciplinaire regroupant plusieurs domaines apparentés. En effet, la TA doit beaucoup à des sciences telles que la linguistique, notamment computationnelle, la lexicographie, la traductologie, l ingénierie du langage, les sciences informatiques et l intelligence artificielle (Hutchins et Somers 1992 et Whitelock et Kilby 1995 dans Quah 2006). D après Nirenburg et Wilks (2000), le traitement automatique des langues comporte en outre plusieurs dimensions. Premièrement, la TA peut être vue comme une véritable entreprise scientifique. Ayant comme principe sous-jacent la modélisation informatique de la mémoire, des connaissances et des processus de pensée, la TA touche entre autres à certains secteurs des neurosciences, de l intelligence artificielle, de la psychologie, de la philosophie et de la linguistique. Deuxièmement, Nirenburg et Wilks (2000) envisagent la traduction automatique comme un défi technologique pour les informaticiens ainsi que pour les linguistes. Évidemment, les concepteurs et les ingénieurs des logiciels ont la tâche difficile de construire des systèmes informatiques complexes et à grande échelle. Il en est de même pour les linguistes computationnels, qui doivent encoder les connaissances grammaticales et lexicales qu ils ont des langues en question dans une forme susceptible d être traitée par des programmes informatiques. Finalement, la troisième dimension de la TA identifiée par Nirenburg et Wilks (2000) 12

13 est celle de la nécessite économique. Comme la communication internationale ne cesse de s intensifier, la demande de traductions plus rapides et moins chères est toujours forte. C est pourquoi le développement de la TA est toujours soutenue par les gouvernements d une part, et par l industrie, le commerce et les agences internationales d autre part Évaluation de la TA Avantages et fonctions de la TA La question primordiale maintenant est de savoir pourquoi il serait utile d avoir recours à des programmes informatiques pour la traduction. Hutchins (2003) nous fournit une réponse à cette question en donnant six raisons convaincantes. La première raison, qui est probablement la plus importante, est qu il y a actuellement une trop forte demande de traductions. Sans l aide de la TA, les traducteurs humains ne peuvent pas satisfaire au besoin puisqu il y a simplement trop de textes à traduire. Deuxièmement, bon nombre des commandes comportent des textes techniques peu stimulants. En effet, la plupart des traductions à faire ne concernent pas des textes littéraires ayant un statut culturel important, mais des documents scientifiques, des transactions commerciales, des textes de loi, des documents administratifs et des manuels d instruction (Hutchins et Somers 1992). Comme les traducteurs humains tendent à mépriser de tels travaux fastidieux et répétitifs, ils font facilement appel à la machine pour de l aide. Une troisième raison mentionnée par Hutchins (2003) est que la TA traite la terminologie de façon uniforme, tandis que l homme a tendance à éviter la répétition et à chercher de la variété. Cela est surtout important pour les grandes entreprises, qui souhaitent avant tout avoir de l uniformité dans leurs traductions techniques. Quatrièmement, la TA permet de traduire des textes immédiatement, de sorte que les clients ont un accès plus direct aux traductions dont ils ont besoin. Le cinquième argument en faveur de la TA est qu il n est pas toujours nécessaire d obtenir des traductions de grande qualité faites par l homme. Il y a effectivement plusieurs situations qui permettent des traductions produites par des programmes informatiques et qui sont donc de qualité médiocre (cf. infra). Finalement, Hutchins (2003) avance que les entreprises cherchent toujours à 13

14 réduire les frais de traduction, ce qui est possible par l utilisation de la TA, éventuellement en combinaison avec d autres outils de traduction. Pour toute évaluation des avantages de la traduction automatique, il faut tenir compte du fait que la traduction peut avoir plusieurs emplois différents. Suivant Hutchins (2003), nous distinguons quatre fonctions principales de la TA, à savoir la diffusion, l assimilation, l échange et l accès à des bases de données. La fonction de diffusion, s appliquant principalement aux besoins d organisations et d entreprises, consiste à générer des traductions de qualité supérieure, susceptibles d être diffusées en tant que telles (mais sans que l objectif soit forcément la publication). Comme le texte généré par le logiciel de TA ne satisfait pas à cette exigence, les services de traducteurs humains professionnels sont indispensables. La machine produit donc une sorte d ébauche de la traduction, qui doit être révisée par un post-éditeur humain (Quah 2006). La deuxième fonction distinguée par Hutchins (2003) est celle de l assimilation d informations. Dans cette optique, la post-édition n est pas obligatoire puisqu il n est pas nécessaire d obtenir une traduction «publiable» ou de grande qualité. Le but principal est simplement de transmettre le contenu essentiel du texte, de sorte que le destinataire puisse décider pour lui-même quelles informations sont importantes. Un traducteur humain peut encore post-éditer la section pertinente, mais ceci n est pas toujours le cas (Quah 2006). Bon nombre de systèmes de TA ne sont utiles que dans la fonction d assimilation, comme la qualité du texte cible qu ils génèrent n est pas acceptable pour la publication. Cette approche vise à produire des traductions rudimentaires à plus grande vitesse et à moindre coût (Quah 2006). La troisième fonction assignée à la TA, celle de l échange, consiste à rendre possible la communication interlinguale entre des individus, par exemple dans le courrier électronique. Les traducteurs humains ne sont généralement pas capables de fournir ce type de traduction instantanée à grande échelle (Quah 2006). De nouveau, la qualité du texte cible est subordonnée à l objectif de transmettre le contenu essentiel du message. Finalement, l accès à des bases de données est la quatrième fonction identifiée par Hutchins (2003). La traduction automatique facilite l accès aux informations de bases de données rédigées en langue étrangère. De nos jours, cette approche s applique surtout à l emploi d outils de traduction pour accéder à des pages web. La diffusion et 14

15 l assimilation ont toujours été les fonctions prédominantes, dès l origine de la TA. Pourtant, les emplois plus récents, à savoir l échange et l accès à des bases de données, ont gagné en importance avec l évolution énorme de l Internet, et ces fonctions se développent rapidement. Compte tenu de ce qui précède, nous dirons avec Hutchins (2003) qu il est essentiel de garder à l esprit que la traduction n est pas un objectif en soi, mais plutôt un moyen de faciliter les échanges interlinguistiques. Conséquemment, le caractère pratique et l utilité de la TA sont largement plus importants que l aspiration à la qualité parfaite Problèmes liés à la TA Néanmoins, les réussites de la TA se voient souvent éclipsées par deux facteurs (Hutchins et Somers 1992). Premièrement, même si la TA a démontré sa valeur dans le traitement des textes techniques, le fait qu il est impossible de traduire des textes littéraires est très décevant. La littérature est fortement dépendante de la culture spécifique dans laquelle elle s insère, et pour cette raison elle dépasse les compétences de la TA (Hutchins 2003). Secondement, la qualité douteuse du texte cible continue à jeter des doutes sur le mérite de la traduction automatique. Cependant, comme nous venons de l expliquer ci-dessus, la TA produit des textes de qualité acceptable dans toutes ses fonctions sauf celle de la diffusion. Nous procéderons maintenant à un aperçu des difficultés qui peuvent se présenter lors de la traduction automatique d un texte. Hutchins et Somers (1992) nous informent que les obstacles principaux de la TA ne sont pas de nature computationnelle mais de nature linguistique. Ce n est donc pas la création de programmes informatiques, mais plutôt l incorporation d informations grammaticales et lexicales dans ces programmes qui pose problème. Hutchins et Somers (1992) distinguent cinq catégories essentielles de problèmes qui peuvent se produire pendant la génération de la traduction et qui doivent donc être pris en considération lors de la création du système de TA. En premier lieu, le traitement de la morphologie inflectionnelle, dérivationnelle et compositionnelle requiert de l attention. L analyse morphologique en soi ne pose généralement pas problème pour la TA, parce qu elle aide à simplifier des difficultés plus complexes liées à l analyse sémantique, lexicale et syntaxique. Ainsi, en indiquant 15

16 les régularités morphologiques, le nombre d entrées lexicales d un système de TA peut être réduit. Il y a toutefois deux choses qui rendent l analyse morphologique problématique : d une part, la difficulté de traiter les formes irrégulières, et d autre part, le grand nombre de paradigmes inflectionnels possibles. Si le logiciel doit tenir compte de ces éléments, ses composantes seront nécessairement très complexes et l analyse prendra beaucoup de temps. Deuxièmement, Hutchins et Somers (1992) identifient le problème de l ambiguïté lexicale, qui surgit quand un seul mot peut être interprété de deux (ou de plusieurs) façons différentes. Trois types d ambiguïtés lexicales peuvent être distingués, à savoir l ambiguïté catégorielle, l ambiguïté sémantique et l ambiguïté de transfert. L ambiguïté catégorielle se produit lorsqu un mot peut appartenir à plusieurs catégories syntaxiques d après le contexte dans lequel il s insère. En anglais, par exemple, il est possible d analyser le mot light comme un adjectif, un substantif ou un verbe. Quand un mot a deux ou plusieurs sens possibles, nous parlons d une ambiguïté sémantique. À cette catégorie appartiennent les homographes (des mots ayant la même orthographe mais un sens différent), les homophones (des mots ayant la même prononciation mais un sens différent) et les polysèmes (des mots ayant plusieurs sens différents mais apparentés). Les homophones ne sont pas d importance pour la TA puisque celle-ci s applique principalement à des textes écrits. L ambiguïté de transfert est d un autre type que les deux autres ambiguïtés lexicales, parce qu elle n est pas monolingue et n affecte pas uniquement le stade de l analyse du texte source. De telles ambiguïtés se produisent quand un mot de la langue source peut correspondre à plusieurs mots (ou expressions) différents dans la langue cible. Le mot n est donc pas ambigu dans la langue source, mais l est uniquement du point de vue d une autre langue. Il y a plusieurs possibilités pour résoudre l ambiguïté lexicale. Quelques exemples sont l analyse morphologique, l analyse du contexte syntaxique, et la considération d informations contextuelles et de connaissances réelles. Une autre approche possible est de formuler des traits sémantiques accompagnés de restrictions de sélection, qui indiquent quels traits sont compatibles avec quelles constructions syntaxiques. Le troisième problème abordé par Hutchins et Somers (1992) concerne l ambiguïté structurelle, qui est liée à la structure syntaxique et la représentation d une phrase. Ce type d ambiguïté se produit lorsque la structure sous-jacente d une phrase peut être 16

17 analysée de plusieurs façons différentes. Hutchins et Somers (1992) distinguent entre les ambiguïtés structurelles réelles d une part, pour lesquelles l homme peut discerner plusieurs interprétations différentes, et les ambiguïtés structurelles accidentelles d autre part, qui posent problème pour le système de TA mais pas forcément pour l homme parce que celui-ci est capable de tenir compte du contexte. Pour sélectionner l interprétation correcte d une phrase, diverses approches peuvent être adoptées, dont les trois les plus importantes sont l analyse d informations contextuelles, l usage de connaissances réelles et l analyse d informations linguistiques. Les connaissances linguistiques aident à désambiguïser des phrases en fournissant des informations sur les mots et la façon dont ils se combinent entre eux. Les ambiguïtés qui persistent après les stratégies précédentes peuvent éventuellement être résolues à l aide de quelques approches moins courantes. Ainsi, il est possible de simplement faire sélecter par le système l interprétation la plus plausible. Ce choix pourrait être basé sur la comparaison des probabilités relatives des structures. En outre, dans le cas de systèmes interactifs, qui impliquent l intervention humaine dans le processus de traduction, l homme peut être demandé de sélectionner l interprétation qui lui semble la plus probable. La dernière possibilité mentionnée par Hutchins et Somers (1992 : 94) est celle du «tour gratuit», ce qui réfère à une ambiguïté qui peut être maintenue dans la langue cible et qui ne doit donc pas être résolue. La quatrième difficulté liée à la TA provient de la présence de références pronominales, donc d anaphores et de cataphores. Afin d aboutir à une traduction acceptable, il est de grande importance d identifier correctement l antécédent de l élément anaphorique ou cataphorique. Finalement, le dernier problème identifié par Hutchins et Somers (1992) est l ambiguïté possible de la portée de quantificateurs comme tout, chaque et quelques. Les ambiguïtés dues à des références pronominales et à des quantificateurs peuvent généralement être résolues à l aide des approches déjà mentionnées pour les ambiguïtés des types lexicale et structurelle. Par ailleurs, Hutchins et Somers (1992) signalent que bon nombre d autres problèmes linguistiques, que nous ne traiterons pas ici, peuvent encore s ajouter aux cinq catégories principales qui précèdent. 17

18 1.3. Typologie des systèmes de TA Plusieurs possibilités de classification Les systèmes de traduction automatique peuvent être classifiés de différentes manières. Une première classification que nous examinerons ici concerne le type d utilisation. Hutchins (2000 dans Quah 2006) distingue entre les systèmes basiques, les systèmes standard et les systèmes avancés, qui ont tous quelques caractéristiques concrètes. D abord, un système basique a généralement moins de entrées dans son dictionnaire principal. À cela s ajoute que la possibilité d expansion de ses dictionnaires est limitée. De tels systèmes peuvent uniquement traduire des phrases simples et ne sont appropriés que pour l usage domestique. Puis, les systèmes standard se caractérisent par le fait que le dictionnaire le plus important comporte plus de entrées. Les dictionnaires peuvent d ailleurs être enrichis par de nouvelles entrées, et le programme ne se limite pas à la traduction de phrases simples. Un système standard convient pour l emploi domestique mais également pour l emploi professionnel autonome. Les systèmes avancés, finalement, comprennent plus de entrées dans leur dictionnaire le plus petit. En plus, il est possible d enrichir les dictionnaires et de traduire plus que des phrases simples. De tels systèmes sont appropriés pour l usage professionnel et peuvent s insérer dans des installations interconnectées. La puissance d un système de TA dépend donc largement de l ampleur des dictionnaires et de la capacité d analyse syntaxique (Quah 2006). Néanmoins, Hutchins (2000 dans Quah 2006) nous avertit que les caractéristiques évoquées ci-dessus ne conviennent pas nécessairement pour tous les systèmes commerciaux. C est pourquoi Hutchins, Hartmann et Ito (2004) ont créé une classification alternative pour le type d utilisation (cf. figure 2). Figure 2 : Classification d après le type d utilisation Source : Hutchins, Hartmann et Ito (2004) dans Quah (2006) : 10 18

19 Le premier type de système de TA convient pour l emploi à la maison par des utilisateurs qui ont très peu de compétences en matière de traduction. Les systèmes en ligne sont spécifiquement créés pour traduire des documents électroniques qui proviennent de pages web. Les systèmes du troisième type sont produits pour l utilisation par des traducteurs professionnels, et le dernier type est destiné à l emploi par de grandes entreprises et par des organisations (Quah 2006). Une autre distinction importante, qui concerne le nombre de langues impliquées, est celle entre les systèmes multilingues et les systèmes bilingues. Hutchins et Somers (1992) nous apprennent qu un système bilingue est conçu pour traduire entre deux langues, tandis qu un système multilingue fournit des traductions pour plusieurs langues. Parmi les systèmes bilingues, les auteurs distinguent en outre entre les systèmes unidirectionnels d une part, qui traduisent uniquement d une langue donnée à une autre, et les systèmes bidirectionnels d autre part, qui peuvent traduire dans les deux directions. Hutchins et Somers (1992) ajoutent encore une autre distinction, à savoir la différence entre les systèmes réversibles et les systèmes irréversibles. Un système bilingue est réversible quand le procédé d analyse d une langue donnée peut simplement être renversé pour avoir également le procédé de génération de cette langue. Dans le cas d un système bilingue anglais-français, par exemple, la traduction de l anglais au français nécessite une analyse de l anglais (et une génération du français), tandis que la traduction du français en anglais implique (une analyse du français et) une génération de l anglais. Ce système sera uniquement réversible quand le procédé de l analyse de l anglais est une sorte d image inversée du procédé de sa génération. Il existe pourtant très peu de systèmes véritablement réversibles. La plupart des systèmes bilingues se composent de deux systèmes unidirectionnels, ce qui implique que les procédés d analyse et de génération d une langue sont créés indépendamment. Concernant les systèmes multilingues, Hutchins et Somers (1992) avancent qu un système n est véritablement multilingue que quand les composantes d analyse et de génération d une langue ne changent pas d après l autre langue impliquée dans la traduction. Dans le cas d un système multilingue comprenant l anglais, le français et le néerlandais, par exemple, le procédé d analyse du français pour la traduction en anglais devrait être identique à celui pour la traduction en néerlandais. Néanmoins, beaucoup de systèmes «multilingues» ont des composantes indépendantes et ne satisfont donc pas à cette exigence. Cela était par exemple le cas pour les premières versions de SYSTRAN, 19

20 qui ressemblaient plutôt à une combinaison de systèmes bilingues unidirectionnels. Les versions plus récentes de SYSTRAN connaissent une uniformité plus grande et se rapprochent donc davantage d un système multilingue. Hutchins et Somers (1992) ajoutent toutefois qu un système véritablement multilingue devrait partager autant d éléments que possible : non seulement les composantes d analyse et de génération, mais également l emploi du logiciel et l approche linguistique devraient être uniformes. Les systèmes de TA peuvent également être classifiés d après le degré d interaction humaine dans le processus de traduction. À cet égard, Hutchins et Somers (1992) opposent les systèmes autonomes aux systèmes interactifs. L approche autonome implique que les traductions sont traitées par lots et qu il n y a aucune interaction possible avec un opérateur, utilisateur, traducteur ou éditeur humain pendant la traduction. L approche interactive, par contre, va de pair avec une participation directe de l utilisateur. Plus concrètement, il s agit de systèmes de TA qui s arrêtent pendant le processus de traduction pour demander des informations supplémentaires à l homme. Hutchins et Somers (1992) donnent plusieurs exemples des types de questions qui se posent souvent dans un système interactif. Ainsi, le programme peut solliciter certaines informations linguistiques ou demander la confirmation de l une de ses décisions. Un système interactif peut également présenter plusieurs traductions alternatives et faire sélecter par l utilisateur celle qui lui plaît le mieux. Dans le cas d une ambiguïté lexicale ou syntaxique, il est possible pour le système de demander plus d informations sur le contexte ou même de faire choisir par l homme l interprétation qui lui semble correcte. En plus, une telle approche constitue une solution pour les problèmes de transfert : quand la langue cible a des distinctions qui ne sont pas faites dans la langue source, l utilisateur doit simplement sélectionner l expression appropriée. Le système interactif peut en outre augmenter la qualité du texte cible en invoquant l aide de l homme pour des questions stylistiques. La possibilité d intervention humaine pendant le processus de traduction a donc clairement maints avantages. Pourtant, Hutchins et Somers (1992) constatent que les systèmes interactifs entraînent également deux inconvénients importants. Premièrement, le nombre d interventions nécessaires est souvent si élevé que la traduction automatique peut prendre plus de temps que la traduction humaine du texte. Secondement, l utilisateur n apprécie généralement pas que les mêmes éléments lexicaux nécessitent 20

LES LANGUES EN DANGER : UN DÉFI POUR LES TECHNOLOGIES DE LA LANGUE

LES LANGUES EN DANGER : UN DÉFI POUR LES TECHNOLOGIES DE LA LANGUE 2 LES LANGUES EN DANGER : UN DÉFI POUR LES TECHNOLOGIES DE LA LANGUE Nous vivons une révolution numérique qui a un impact fort sur la communication et la société. Les développements récents des technologies

Plus en détail

SYSTRAN 7 Guide de démarrage

SYSTRAN 7 Guide de démarrage 1 SYSTRAN 7 Guide de démarrage Réf : DSK-7-QSG-HO-FR Bienvenue SYSTRAN 7 Guide de démarrage Félicitations! Nous vous remercions d avoir choisi SYSTRAN V7 la version la plus récente et la plus puissante

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

Traduction spécialisée humanistico-littéraire (allemand- catalan/espagnol) I

Traduction spécialisée humanistico-littéraire (allemand- catalan/espagnol) I Traduction spécialisée humanistico-littéraire (français- catalan/espagnol) I 4 heures par semaine troisième année - deuxième trimestre (janvier-mars) Traduction spécialisée humanistico-littéraire (anglais-

Plus en détail

GLOSSAIRE DES TERMES DE TRADUCTIQUE. Marie-Claude L'Homme

GLOSSAIRE DES TERMES DE TRADUCTIQUE. Marie-Claude L'Homme GLOSSAIRE DES TERMES DE TRADUCTIQUE Marie-Claude L'Homme aide à la correction Angl. proofreading aid Tout logiciel conçu pour repérer des erreurs contenues dans un texte. aide à la traduction Angl. translation

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

SYSTRAN V6 Guide de démarrage

SYSTRAN V6 Guide de démarrage SYSTRAN V6 Guide de démarrage Réf : S67-QSG-FR Bienvenue Félicitations! Nous vous remercions d avoir choisi SYSTRAN V6 la version la plus récente et la plus puissante du leader mondial des logiciels de

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

@promt Expert 8.0. Description abrégée. Avantages. PROMT Translation Software

@promt Expert 8.0. Description abrégée. Avantages. PROMT Translation Software @promt Expert 8.0 Description abrégée Conçu pour les utilisateurs experts et les agences de traduction, @promt Expert 8.0 offre toutes les caractéristiques de @promt Professional avec en plus : Intégration

Plus en détail

@promt Professional 8.0

@promt Professional 8.0 @promt Professional 8.0 Description abrégée Le logiciel de traduction idéal pour répondre aux besoins quotidiens d une entreprise : Traduction de courriers électroniques, de pages Internet et de documents.

Plus en détail

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits

Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Comment répondre aux questions d un examen en droit qui sont basées sur des faits Types de questions d examen Un examen en droit peut comporter plusieurs types de questions : à réponse courte, à développement,

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

L évolution de l automatisation.

L évolution de l automatisation. Gestion automatisée de la qualité Livre blanc Octobre 2009 L évolution de l automatisation. Etude de l évolution de l automatisation dans la gestion de la qualité des logiciels Page 2 Sommaire 2 Introduction

Plus en détail

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P)

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme := Master Domaine : Arts, Lettres, Langues Mention : LITTERATURE, PHILOLOGIE, LINGUISTIQUE Spécialité : LANGUE ET INFORMATIQUE

Plus en détail

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français

Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français Badreddine Hamma To cite this version: Badreddine Hamma. Compte-rendu de Hamma B., La préposition en français. Revue française de linguistique appliquée,

Plus en détail

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème contenus DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème Prendre en compte niveau des élèves motivation des élèves besoins

Plus en détail

La standardisation dans les actes législatifs de l Union européenne et les bases de terminologie

La standardisation dans les actes législatifs de l Union européenne et les bases de terminologie La standardisation dans les actes législatifs de l Union européenne et les bases de terminologie Pascale Berteloot Les travaux de terminologie ont débuté dans chacune des institutions de l UE de façon

Plus en détail

Modélisation des données

Modélisation des données Modélisation des données Le modèle Entité/Association Le MCD ou modèle Entité/Association est un modèle chargé de représenter sous forme graphique les informations manipulées par le système (l entreprise)

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Évaluation et implémentation des langages

Évaluation et implémentation des langages Évaluation et implémentation des langages Les langages de programmation et le processus de programmation Critères de conception et d évaluation des langages de programmation Les fondations de l implémentation

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 5 Choisir ses sources documentaires 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 5 Choisir ses sources documentaires Avertissement Dans la présente leçon, on se préoccupe du choix adéquat

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

ENSEIGNER À DISTANCE DANS UN MASTER MEEF 1

ENSEIGNER À DISTANCE DANS UN MASTER MEEF 1 Recherches n 60, Outils, 2014-1 ENSEIGNER À DISTANCE DANS UN MASTER MEEF 1 Nathalie Denizot Université de Cergy-Pontoise, ÉMA (ÉA 4507) À la rentrée 2010, l ex-iufm (désormais Espé 2 ) de l Université

Plus en détail

LE BYOD, VOS COLLABORATEURS MOBILES ET VOUS

LE BYOD, VOS COLLABORATEURS MOBILES ET VOUS LE BYOD, VOS COLLABORATEURS MOBILES ET VOUS Par Jason Frye, Direction Technologique, BMC Software By Joe Smith, BMC Software Que vous le vouliez ou non, la plupart de vos employés utilisent des smartphones,

Plus en détail

Chapitre 1 Qu est-ce qu une expression régulière?

Chapitre 1 Qu est-ce qu une expression régulière? Chapitre 1 Qu est-ce qu une expression régulière? Les ordinateurs n ont pas du tout la même conception des textes que nous : pour nous, un texte est un ensemble d idées couchées sur papier. Nous nous en

Plus en détail

Comment un ERP intuitif stimule la productivité, améliore le retour sur investissement et renforce la collaboration

Comment un ERP intuitif stimule la productivité, améliore le retour sur investissement et renforce la collaboration Comment un ERP intuitif stimule la productivité, améliore le retour sur investissement et renforce la collaboration 1 Sage ERP X3 - Intuitivité Sommaire 1. Introduction 3 2. ERP classiques : des fonctionnalités

Plus en détail

Application COBOL sur le Web

Application COBOL sur le Web Application COBOL sur le Web Roger Engel Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09116-8 2000 Avant-propos En informatique, nous vivons actuellement des temps fort captivants, caractérisés par de profonds bouleversements,

Plus en détail

Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement. Étude de la Commission de la fonction publique du Canada

Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement. Étude de la Commission de la fonction publique du Canada Déclin des groupes visés par l équité en matière d emploi lors du recrutement Étude de la Commission de la fonction publique du Canada Octobre 2009 Commission de la fonction publique du Canada 300, avenue

Plus en détail

Master européen en traduction spécialisée. Syllabus - USAL

Master européen en traduction spécialisée. Syllabus - USAL Master européen en traduction spécialisée Syllabus - USAL L Université de Salamanque propose une spécialisation en Traduction éditoriale et technique au cours du premier semestre TRADUCTION EDITORIALE

Plus en détail

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS?

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? Les offres de Cloud public se sont multipliées et le Cloud privé se généralise. Désormais, toute la question est de savoir

Plus en détail

Concevoir des applications Web avec UML

Concevoir des applications Web avec UML Concevoir des applications Web avec UML Jim Conallen Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09172-9 2000 1 Introduction Objectifs du livre Le sujet de ce livre est le développement des applications web. Ce n est

Plus en détail

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Découvrir les stratégies ayant fait leurs preuves et les meilleures pratiques Points clés : Planifier

Plus en détail

MARQUEUR, UN LOGICIEL DE MARQUAGE SEMI-AUTOMATIQUE DE TEXTES

MARQUEUR, UN LOGICIEL DE MARQUAGE SEMI-AUTOMATIQUE DE TEXTES MARQUEUR, UN LOGICIEL DE MARQUAGE SEMI-AUTOMATIQUE DE TEXTES 1 Abdelkrim Mokhtari Département de Langue et de Littérature Françaises Université Ibn Tofail Faculté des Lettres et des Sciences Humaines Kénitra,

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP)

Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP) Rapport du Jury du Concours 2010 Épreuve Pratique d Algorithmique et de Programmation (EPAP) Loris Marchal, Guillaume Melquion, Frédéric Tronel 21 juin 2011 Remarques générales à propos de l épreuve Organisation

Plus en détail

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES NOUVELLES COMPÉTENCES POUR LE DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES Le quotidien du responsable informatique d une entreprise s apparente à un combat de tous les instants. Le département informatique

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3054 Convention collective nationale IDCC : 925. DISTRIBUTION ET COMMERCE

Plus en détail

Saisir les idées dans la phrase

Saisir les idées dans la phrase Leçon LA LECTURE 5 Enrichissement du sens par la subordination 1 EFFICACE Saisir les idées dans la phrase Leçon 5 Enrichissement du sens par la subordination Avertissement La présente leçon illustre comment

Plus en détail

Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques

Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques F MM/LD/WG/13/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 1 ER SEPTEMBRE 2015 Groupe de travail sur le développement juridique du système de Madrid concernant l enregistrement international des marques Treizième session

Plus en détail

Traduction automatique et traduction assistée par ordinateur

Traduction automatique et traduction assistée par ordinateur Traduction automatique et traduction assistée par ordinateur FRANCE TELECOM R&D - DMI/GRI Equipe Traitement Automatique des Langues Naturelles 2, avenue Pierre Marzin - 22307 Lannion France Tél: (33)(0)2.96.05.29.83

Plus en détail

LIVRE BLANC Décembre 2014

LIVRE BLANC Décembre 2014 PARSING MATCHING EQUALITY SEARCH LIVRE BLANC Décembre 2014 Introduction L analyse des tendances du marché de l emploi correspond à l évidence à une nécessité, surtout en période de tension comme depuis

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Colloque International, Liège - 22, 23 et 24 octobre 2014 La professionnalisation

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

Analyse et modélisation de tâches

Analyse et modélisation de tâches Analyse et modélisation de tâches 1. Introduction La conception de logiciel interactif (ou conception d'interface homme-machine [IHM], ou conception d'interface) est l'activité qui vise à définir le fonctionnement

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

L évolution vers la virtualisation

L évolution vers la virtualisation L évolution vers la virtualisation Dépassez vos attentes en matière de solutions TI. L évolution vers la virtualisation En 2009, la majorité des entreprises québécoises ne s interrogent plus sur la pertinence

Plus en détail

GOUVERNANCE DES IDENTITES ET DES ACCES ORIENTEE METIER : IMPORTANCE DE CETTE NOUVELLE APPROCHE

GOUVERNANCE DES IDENTITES ET DES ACCES ORIENTEE METIER : IMPORTANCE DE CETTE NOUVELLE APPROCHE GOUVERNANCE DES IDENTITES ET DES ACCES ORIENTEE METIER : IMPORTANCE DE CETTE NOUVELLE APPROCHE RÉSUMÉ Depuis des années, les responsables de la sécurité de l information et les responsables opérationnels

Plus en détail

Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie

Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie Saïd GUERRAB Analyse dialectométrique des parlers berbères de Kabylie Résumé de la thèse (pour affichage) Il est difficile de parler du berbère sans parler de la variation. Il y a d abord une variation

Plus en détail

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite

Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Les avantages d une gestion de portefeuille cœur-satellite Table des matières 1 Cœur-satellite : une méthode de placement efficace 3 Avantages d une gestion indicielle pour le cœur du portefeuille 6 La

Plus en détail

Le modèle standard, SPE (1/8)

Le modèle standard, SPE (1/8) Le modèle standard, SPE (1/8) Rappel : notion de grammaire mentale modulaire Les composants de la grammaire : module phonologique, sémantique syntaxique Syntaxe première : elle orchestre la relation mentale

Plus en détail

En route vers le succès avec une solution de BI intuitive destinée aux entreprises de taille moyenne

En route vers le succès avec une solution de BI intuitive destinée aux entreprises de taille moyenne Présentation du produit SAP s SAP pour les PME SAP BusinessObjects Business Intelligence, édition Edge Objectifs En route vers le succès avec une solution de BI intuitive destinée aux entreprises de taille

Plus en détail

1 - Présentation générale

1 - Présentation générale Prise en main SOMMAIRE 1- Présentation générale....................................................... 3 2- La Correction.................................................................... 5 3- Les Dictionnaires..............................................................

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés)

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) INTRODUCTION Historique 1. Le 6 octobre 1989, le Conseil de l IRE a approuvé une recommandation de révision

Plus en détail

Manuel de l Utilisateur. Suite de Traduction IdiomaX

Manuel de l Utilisateur. Suite de Traduction IdiomaX Manuel de l Utilisateur Suite de Traduction IdiomaX L information contenue dans ce manuel peut être modifiée, sans avoir pour autant à communiquer ces changements au préalable. La distribution de ce produit

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE MONTHEY. pour le travail de maturité spécialisée, Édition 2014-2015

GUIDE METHODOLOGIQUE ÉCOLE DE CULTURE GÉNÉRALE MONTHEY. pour le travail de maturité spécialisée, Édition 2014-2015 Département de la formation et de la sécurité Service de l enseignement ECCG Monthey Departement für Bildung und Sicherheit Dienststelle für Unterrichtswesen HFMS Monthey GUIDE METHODOLOGIQUE pour le travail

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre

Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Consignes pour les travaux d actualité Premier quadrimestre Principes de base Durant le premier semestre, vous serez amenés à remettre un travail effectué en groupe. Le but de celui-ci est de s intéresser

Plus en détail

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes

Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Protection des renseignements personnels, publicité ciblée et médias sociaux : Ampleur du problème : certaines observations déconcertantes Avner Levin * * Professeur agrégé et directeur, Privacy and Cyber

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale

Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale LIVRE BLANC Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale Mai 2010 Garantir une meilleure prestation de services et une expérience utilisateur optimale CA Service

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants

Stratégies gagnantes pour les prestataires de services : le cloud computing vu par les dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Dossier à l attention des dirigeants Centres d évaluation de la technologie inc. Le cloud computing : vue d ensemble Les sociétés de services du monde entier travaillent dans un environnement en pleine

Plus en détail

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu

IBM Cognos TM1. Fiche Produit. Aperçu Fiche Produit IBM Cognos TM1 Aperçu Cycles de planification raccourcis de 75 % et reporting ramené à quelques minutes au lieu de plusieurs jours Solution entièrement prise en charge et gérée par le département

Plus en détail

Structuration des décisions de jurisprudence basée sur une ontologie juridique en langue arabe

Structuration des décisions de jurisprudence basée sur une ontologie juridique en langue arabe Structuration des décisions de jurisprudence basée sur une ontologie juridique en langue arabe Karima Dhouib, Sylvie Després Faiez Gargouri ISET - Sfax Tunisie, BP : 88A Elbustan ; Sfax karima.dhouib@isets.rnu.tn,

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand :

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand : TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de subvention à la découverte du CRSNG Narration : Pour obtenir des fonds de recherche dans un milieu concurrentiel, vous devez présenter vos idées

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Les transactions étendues et quelques Frameworks qui les supportent.

Les transactions étendues et quelques Frameworks qui les supportent. Les transactions étendues et quelques Frameworks qui les supportent. Christophe Ponsen cponsen@info.fundp.ac.be Institut d Informatique, Université de Namur Résumé Les transactions étendues posent de nombreux

Plus en détail

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques

Comprendre un texte fictionnel au cycle 3 : quelques remarques Contribution aux travaux des groupes d élaboration des projets de programmes C 2, C3 et C4 Anne Leclaire-Halté, Professeure d université, Université de Lorraine/ESPÉ Comprendre un texte fictionnel au cycle

Plus en détail

UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS. MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION

UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS. MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION GFM 296 UNIVERSITE LA SAGESSE FACULTÉ DE GESTION ET DE FINANCE MBA OPTION MIS MIAGe METHODES INFORMATIQUES APPLIQUEES A LA GESTION SPECIALITE SYSTEMES D'INFORMATION DES ENTREPRISES GUIDE POUR LA REDACTION

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Aide : publication de décisions VS

Aide : publication de décisions VS Aide : publication de décisions VS Table des Matières Introduction... 2 Recherche (Recherche dans le texte intégral)... 2 Filtres... 3 Collection d arrêts... 4 Date de la décision et date de publication...

Plus en détail

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace

WHITEPAPER. Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace Quatre indices pour identifier une intégration ERP inefficace 1 Table of Contents 3 Manque de centralisation 4 Manque de données en temps réel 6 Implémentations fastidieuses et manquant de souplesse 7

Plus en détail

fiche D AUTOCORRECTION Frimousse, une petite chienne qu'on a adoptée le mois dernier, est intelligente et docile.

fiche D AUTOCORRECTION Frimousse, une petite chienne qu'on a adoptée le mois dernier, est intelligente et docile. fiche D AUTOCORRECTION 3.4 Les accords sont corrects dans chaque groupe du nom. On met souvent sur le dos de l inattention les erreurs d orthographe grammaticale. Bien accorder les mots exige de l observation

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations

La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La gestion des données de référence ou comment exploiter toutes vos informations La tour de Babel numérique La gestion des données de référence (appelée MDM pour Master Data Management) se veut la réponse

Plus en détail

Analyse et conception de systèmes d information

Analyse et conception de systèmes d information Analyse et conception de systèmes d information Présentation réalisée par P.-A. Sunier Professeur à la HE-Arc de Neuchâtel http://lgl.isnetne.ch Juin 2005 [SJB-02] Chapitre 3 1 Références Ce document a

Plus en détail

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs!

CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE. Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! CONSEILS POUR LA REDACTION DU RAPPORT DE RECHERCHE Information importante : Ces conseils ne sont pas exhaustifs! Conseils généraux : Entre 25 et 60 pages (hormis références, annexes, résumé) Format d un

Plus en détail

ANALYSE DES DONNÉES TEXTUELLES

ANALYSE DES DONNÉES TEXTUELLES Université Paris Dauphine Ecole Doctorale de Gestion M. Gettler Summa, C. Pardoux ANALYSE DES DONNÉES TEXTUELLES Traitement automatique des questions ouvertes Question ouverte Souhaitez-vous ajouter des

Plus en détail

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS)

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) Département fédéral des affaires étrangères DFAE Direction des ressources DR Personnel DFAE Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) L ensemble des données figurant dans ce questionnaire sont soumises

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation Compte rendu de la formation «Expertise de vos pratiques en Méthode Naturelle de la Lecture et de l Ecriture (MNLE)» Animée par Sybille Grandamy Le 10 mars 2015 BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 9 participant(e)s

Plus en détail

Introduction à la méthodologie de la recherche

Introduction à la méthodologie de la recherche MASTER DE RECHERCHE Relations Économiques Internationales 2006-2007 Introduction à la méthodologie de la recherche geraldine.kutas@sciences-po.org Les Etapes de la Recherche Les étapes de la démarche Etape

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail