LE PLURILINGUISME DANS LA SOCIETE DE L INFORMATION SYNTHESE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE PLURILINGUISME DANS LA SOCIETE DE L INFORMATION SYNTHESE"

Transcription

1 LE PLURILINGUISME DANS LA SOCIETE DE L INFORMATION SYNTHESE COLLOQUE INTERNATIONAL organisé par la Commission nationale française pour l UNESCO en coopération avec l UNESCO et l Agence intergouvernementale de la Francophonie et avec le soutien du Ministère des Affaires étrangères et du Ministère de la Culture et de la Communication 9 et 10 mars 2001 Paris, UNESCO

2 PRESENTATION DU COLLOQUE Les outils électroniques de communication occupent désormais une place essentielle dans la circulation de l information et dans l accès au savoir. Ils permettent sans aucun doute le dialogue de personnes de cultures fort diverses. Ils représentent aussi, grâce à Internet, l accès à un savoir toujours plus riche dans un nombre quasiment infini de domaines. Ces multiples interconnexions ne sont cependant pas sans poser un certain nombre de problèmes. La barrière langagière et les risques de prédominance d une seule langue de communication représentent ainsi un des défis majeurs pour le développement des réseaux électroniques. L Unesco est consciente que l extension de l usage des nouveaux moyens de communication aux pays en voie de développement est le principal enjeu de l évolution de la société de l information dans les décennies à venir. C est ainsi que de nombreuses initiatives ont été lancées par l Organisation. La plus emblématique est sans aucun doute le programme «Initiative dont un des principaux objectifs est de promouvoir l usage du multilinguisme sur Internet. De même, le programme entend soutenir toutes les actions visant à faire entrer dans le cyberespace le plus grand nombre d informations culturelles, à éviter toute ségrégation linguistique ou encore à protéger les langues minoritaires. C est dans ce contexte que la Commission française pour l Unesco a mis sur pied un colloque intitulé " Le plurilinguisme dans la société de l information". Cette manifestation entendait faire le point sur les différents problèmes que rencontrera le plurilinguisme pour se développer sur les réseaux dans les temps à venir. Tout d abord, la traduction et l interopérabilité plurilingue sur Internet sont des impératifs techniques qui conditionneront l avenir du plurilinguisme sur les réseaux électroniques. En effet, sans évaluation précise des moyens actuels en matière d outils de traduction et sans réflexion prospective sur leurs nécessaires évolutions tout débat sur leur utilisation sera improductif. Cependant, on ne saurait se limiter à d uniques considérations techniques. Ainsi, sans développement de l usage de langues plus nombreuses parmi les utilisateurs d Internet, le développement voulu du pluralisme linguistique sur Internet risque fort de rester lettre morte. Ce sont là les politiques éducatives et la formation continue dans le domaine de l apprentissage linguistique qui sont en question. Le débat n est en effet pas uniquement technique et informatique, mais le plurilinguisme ne deviendra réalité sur Internet que si ses utilisateurs se meuvent avec aisance d une langue à l autre. Enfin, le plurilinguisme est garant de diversité, mais il ne pourra exister que par l exercice de la coopération internationale en ce domaine. Là encore, les enjeux sont nombreux et ils concernent tout aussi bien la diffusion des logiciels produits par les pays en développement, encore largement confidentiels, qu une véritable coopération économique sur les termes d un échange équitable en matière de commerce électronique. 2

3 Plusieurs perspectives se dessinent : - dans le domaine technique, il est nécessaire de définir les mécanismes d interopérabilité plurilingue à mettre en place. Il s agit là d un large champ qui englobe tout aussi bien les techniques de l accès plurilingue à des sources d information que le développement desannuaires plurilingues. - dans le domaine éducatif, il convient de s interroger sur la stratégie d apprentissage des langues que chaque pays doit développer au sein de ses programmes éducatifs. - en ce qui concerne la coopération internationale, ce sont les normes juridiques dont la définition doit être trouvée dans les domaines de l interconnexion notamment. Il faudra alors veiller à insérer ces normes dans des accords de dimension internationale. Tels sont les principaux thèmes, ayant vocation à s intégrer dans la réflexion que mène l Unesco, depuis plusieurs années, sur le thème du plurilinguisme, qui ont été explorés au cours de ces deux journées. Les interventions des participants sont disponibles sur le site internet de la Commission française de l UNESCO à l adresse suivante : Les actes du colloque ont été publiés et sont disponibles sur demande. 3

4 RAPPORT L internet devient-il plurilingue ou multilingue? Les interventions au cours de ce colloque ont permis tout d abord de reformuler la question du plurilinguisme sur les réseaux : en effet, l irruption du plurilinguisme sur l internet a été constatée par tous les intervenants, s appuyant sur les résultats de différentes enquêtes (Global Reach, Funredes, etc.). Les langues se sont multipliées, les craintes d un monolinguisme de l internet ont cédé devant son extension à un grand nombre de communautés linguistiques, même si nous sommes loin d une représentation équitable des langues. Le constat effectué lors de ces travaux indique en effet que pour l heure les réseaux trahissent un déséquilibre flagrant entre le poids démographique des communautés linguistiques (en termes de nombre de locuteurs) et le poids de la présence de ces langues sur les réseaux. Des tableaux statistiques éloquents ont été présentés. Il est clair que le taux d équipement informatique et les disparités de l accès à l internet entre les différentes régions du globe sont largement responsables de ce déséquilibre. Un effort doit être consenti sur les infrastructures et sur les transferts de technologies et de savoir faire (Nord-Sud et Sud-Sud) afin de compenser ce déséquilibre par la création de contenus dans un grand nombre de langues. La réflexion sur les usages, doit replacer les utilisateurs au centre des initiatives ; motiver les utilisateurs est un moyen de les aider à produire des contenus dans les langues minoritaires ou quasi-absentes des réseaux. En formant des utilisateurs, on forme des producteurs de contenus dans les différentes langues. I/ Les nécessités techniques pour l interopérabilité et la présence des langues Une question primordiale est celle de l interopérabilité : comment faire communiquer les langues entre elles, éviter la création de mondes de connaissances et de contenus multiples et étanches, sans possibilité de communication entre eux. Une distinction a été proposée au cours de ces travaux entre plurilinguisme (la présence d une grande quantité de langues sur les réseaux, rendue possible par l évolution des techniques et des normes) et multilinguisme (qui serait la possibilité d échanger des contenus d une langue à l autre, de construire des passerelles entre les langues pour assurer la communication et l intercompréhension). Au vu des débats et des exposés, cette distinction paraît opérationnelle et la tâche des prochaines années sera d éviter la création de niches linguistiques et culturelles isolées. Dans cette perspective, certains acteurs semblent incontournables : l Unesco, les acteurs historiques de la régulation de l internet -IETF, W3C, ICANN- et les États. La question des standards a été jugée cruciale par plusieurs intervenants, et il n y a rien d étonnant à cela, puisque l internet est avant tout une question de standards et de normes. L exemple indien a montré combien la question des jeux de caractères et d écritures pouvait être décisive - avant même, hélas, de s interroger sur l efficacité des systèmes de traduction. La description des efforts de normalisation et d harmonisation des jeux de caractères menés par le Japon et des autres pays asiatiques l a également prouvé. L expansion des réseaux sur les continents et sous-continents en développement se heurte à cette double difficulté : des points d accès à la toile en nombre limité et l existence d un grand nombre de langues vernaculaires qui sont souvent connues des seules populations locales. Une question se pose alors : faut-il tenter d adapter ces langues à Internet? Internet ne deviendra dans ces pays un outil usuel que si un travail approfondi est effectué sur ces langues et pour ces langues. 4

5 Il est d abord nécessaire d effectuer un classement de ces idiomes, pour déterminer quelles sont les langues transnationales susceptibles de devenir des langages véhiculaires, utilisables sur la toile par un nombre d utilisateurs relativement important. Il faudra alors certainement envisager un travail de modernisation et d adaptation de ces langues aux nouveaux outils technologiques : la codification des orthographes et la standardisation des écritures sont des tâches incontournables. Il sera également nécessaire d enrichir la terminologie de ces langues, pour doter des cultures anciennes de voies d accès immédiates aux nouvelles technologies. Mais il ne pourra être uniquement question de tenter de donner à ces langues un format adapté aux exigences des nouvelles technologies de l information. Il faut également envisager la création d outils de traitement informatique des langues autres que ceux qui existent actuellement et qui sont avant tout des logiciels créés dans les pays développés à destination des idiomes de ces pays. Les standards les plus récents et les plus accueillants à la diversité linguistique (Unicode, ISO ) ne suffiront pas cependant à résoudre tous les problèmes de communication : les obstacles risquent de se déplacer vers d autres niveaux de la chaîne technologique et des appareils, par exemple au niveau des claviers. La présentation des aspects techniques a ouvert de nombreuses pistes qui peuvent avoir valeur de propositions : - les moteurs de recherche multilingues, ainsi que les moteurs de traduction automatique sont une des clés du plurilinguisme : c est là un point d accord illustré aussi bien par l exemple indien - diversité linguistique et culturelle phénoménale- que par l analyse des rapports entre langues de grande diffusion et langues de diffusion plus faible. - une stratégie pour garantir l existence des langues de faible diffusion dans la société de l information consisterait à produire systématiquement des liens entre les langues de grande diffusion et les langues de diffusion plus faible : il faut pour cela multiplier les dictionnaires bilingues et les ontologies (systèmes de descripteurs) multilingues prenant en compte les langues de faible diffusion, pour lesquelles les ressources linguistiques (les corpus numérisés par exemple) sont encore très rares. - des bases de données en ligne, des portails pour la traduction accessibles gratuitement -ou à des coûts forfaitaires- pourraient offrir une solution adaptée à la logique des réseaux fondée sur une mutualisation des ressources. Différentes approches méthodologiques ont été également énumérées sur le plan technique : - les systèmes de traduction automatique fondés sur les interlangues et les langues pivot (par exemple le projet UNL) - les bibliothèques de corpus très spécifiques, faciles à développer dans différentes langues (consortium C-Star) - essayer de proposer des modèles communs de description et de représentation des langues : grammaire, métalangage, lexique, afin de simplifier le travail de développement informatique des outils -améliorer encore la diffusion des bonnes pratiques (au moyen des agences et réseaux francophones, des recommandations de l Unesco, etc.) II/ L enjeu éducatif et humain Si les exposés ont manifesté une expertise technique de très haut niveau, ils n ont pas pour autant manqué de mentionner le rôle du sujet humain dans plusieurs de ses dimensions : - le sujet parlant reste l expert par excellence du sens et son intervention est requise dès lors qu il s agit de faire fonctionner ou d améliorer les outils de traduction : lui seul peut en définitive lever les ambiguïtés du message ; 5

6 - à une autre échelle, l enjeu culturel de la mondialisation ne doit pas être sous-estimé : qu il s agisse de l adaptation (ou de la résistance) des individus et des populations aux performances de la technologie, ou encore de la rencontre via les technologies de l information entre les cultures : cette rencontre peut prendre la forme d une invasion (colonisation des esprits par un modèle dominant) ou d une confrontation résultant d un manque de préparation ou d une incompréhension. Il y a là une série de conséquences à tirer pour la formation aux technologies (et à l aide de celles-ci) sur lesquelles les interventions consacrées aux enjeux éducatifs et culturels n ont pas manqué de mettre l accent : - il faut ainsi éduquer les élèves aux nouveaux médias, afin d en faire un instrument de formation et d aider à la construction de la connaissance. La formule de Hume a été rappelée, selon laquelle «la connaissance est une certitude qui naît d une comparaison d idées». On peut se demander dans quelle mesure le système éducatif a suffisamment pris en compte par le passé cette formation particulière à l analyse et à la compréhension des nouveaux médias, bien avant l apparition de l internet. En tout état de cause, il convient d y consacrer un important effort. - dans cette mesure, les TIC sont de nature à motiver les élèves à l apprentissage et au commerce des langues et leur intégration précoce dans l apprentissage est un moyen de renforcer l habitude du plurilinguisme. - plus largement, la question posée est de réussir à concilier le temps court des évolutions techniques avec le temps -nécessairement long- des apprentissages. Il y a là peut être une des origines de la crise ressentie en bien des endroits du système éducatif et de la profession enseignante. Ces questions méritaient d être posées à l heure où l éducation devient un marché lucratif, créé et donc gouverné selon les règles des grandes universités (souvent privées) et des opérateurs privés, qui risque rapidement d affaiblir, voire de marginaliser le secteur public de l éducation en le dépossédant d une partie de ses missions. Le monde des réseaux n échappe pas aux contraintes qui pèsent sur le monde réel et les orateurs n ont pas cédé à cette tentation intellectuelle : ainsi la rentabilité économique supposée de certaines langues conditionne lourdement les choix d apprentissage opérés par les élèves, c est-à-dire en fait par leurs familles ; de même la fracture numérique n est-elle qu un paravent qui dissimule mal une fracture économique et sociale préexistante : le problème du développement de l internet dans les pays en développement est indissociable de celui du développement global de ces nations. 6

7 III/ La nécessité d une volonté et d une action politiques L ensemble de ces problèmes, mais aussi l évocation des solutions qui pourraient être envisagées, plaident en faveur d une action de grande envergure de la puissance publique. A ce titre, si le rôle de l État est évident au niveau national, il faut souligner la nécessité de discussions interétatiques et de promulgation de normes internationales à l échelle planétaire. Le rôle du forum de concertation qu est l Unesco apparaît ici de manière évidente. Quel est alors le devoir de la puissance publique? Avant tout celui de créer un espace public numérique équitable. On a en effet facilement tendance à penser que l expansion de l internet est synonyme d ouverture et de liberté. Elle est, bien au contraire, porteuse d un risque d enfermement des citoyens. Les grands distributeurs commerciaux de logiciels d accès à l internet et autres systèmes de portail ont évidemment tout intérêt à s assurer de la non-interopérabilité des systèmes, à favoriser une économie de capture du consommateur. Cette volonté va à l encontre de toute tentative de promouvoir la diversité culturelle et le plurilinguisme sur l internet. Le devoir de la puissance publique est alors de promouvoir des normes techniques et juridiques d ouverture. Différentes solutions sont envisageables. Il faut d abord assurer la diffusion la plus large possible des standards ouverts. La logique de fonctionnement de l internet est une logique de réseau et de coopération, qui privilégie la périphérie par rapport au centre, puisque chaque ordinateur peut devenir un serveur dont les fichiers sont consultables par tout internaute. Là encore, il n est pas question de se prononcer sur la gratuité des logiciels, mais d affirmer la nécessité de permettre au plus grand nombre possible d utilisateurs d accéder à leur code-source. La poursuite de ces objectifs se heurte à des obstacles économiques et politiques. Le mode de fonctionnement de l internet a ainsi créé un véritable marché des technologies linguistiques. En effet, l usage de la langue sur la toile n est plus immédiat, il dépend de l utilisation de logiciels. Or, leur nombre ne cesse d augmenter, avec leur perfectionnement et leur adaptation à des domaines de plus en plus spécialisés (commerce, éducation). L apparition des technologies vocales ne fera certainement que renforcer cette tendance. Une observation succincte permet de constater que quelques entreprises détiennent ces technologies et qu elles ont le pouvoir de faire payer aux utilisateurs l usage de leur propre langue dans le domaine numérique. La possibilité qu ont ces quelques firmes en situation de monopole de promouvoir ou non les nouveautés technologiques et la nécessité à laquelle sont confrontés les utilisateurs de renouveler périodiquement leur équipement informatique font de ces données économiques un véritable enjeu de pouvoir et de décision. Il faut également s interroger sur la question des contenus. Ainsi, la communication et les échanges entre individus semblent prendre une place prépondérante aux dépens de l objet textuel figé. Le renouvellement de la réflexion sur la notion et la fonction du droit d auteur s impose dans ces conditions. Enfin, peut-être faudrait-il modifier le format des logiciels, pour privilégier l utilisation de petits programmes modulaires adaptables aux différentes spécificités linguistiques. L importance de l existence et du respect de normes juridiques dans le domaine du cyberespace est indéniable. Tout d abord parce qu il est essentiel qu existent des serveurs culturels publics que les intérêts économiques ne domineraient pas et qui assureraient l existence d une diversité culturelle et linguistique minimale. Le rôle de la puissance publique est également de demeurer constamment vigilante face aux évolutions techniques et aux difficultés qu elles posent. Ainsi, la question des droits d auteur nécessite certainement une réponse différente suivant les pays et les sous-continents considérés. Alors que la gratuité est envisageable dans les pays ayant largement accès à l internet, elle est problématique dans des pays où le marché des logiciels et produits liés au réseau des réseaux est encore balbutiant. Il faut alors prendre garde de ne pas mettre en danger la viabilité financière des agents économiques concernés. 7

8 Cette tâche de la puissance publique n est pas indispensable uniquement au niveau national. Elle doit également être au cœur des efforts concertés des États pour assurer un développement équitable de l internet sur l ensemble du globe. Une action volontariste sera certainement nécessaire pour éviter le pillage des ressources numériques des pays les plus démunis lorsque ceux-ci produiront des logiciels destinés à permettre l utilisation de l internet. Ici encore, la nécessité d accords multilatéraux est évidente. Certaines démarches concertées sont d ores et déjà envisageables : favoriser le développement des programmes de recherche dans les organismes publics et s assurer de l implication, en leur sein, de spécialistes originaires des pays en développement. Mais d autres voies sont certainement à explorer. Conclusion : la nécessaire vigilance des pouvoirs publics Il faut enfin souligner quelques paradoxes et contradictions de l usage des nouvelles technologies de l information. Comme il est de règle lors de l apparition d une technique et d un média nouveau, le partage est difficile à faire entre les effets négatifs, accentuant les déséquilibres, et les effets positifs, porteurs de remèdes. Les exposés et les débats ont aussi signalé ces contradictions : - il a été relevé par exemple, que l accès réputé «démocratique» aux TIC a dans les faits donné encore davantage de pouvoir à ceux qui l avaient déjà - certains États autoritaires ne manquent pas de porter leurs efforts sur les moyens de surveiller et censurer les propos émis sur les sites : il y a là aussi un danger qu il faut prendre en compte - enfin, si l internet peut s appréhender comme une machine à détruire les cultures, il n en est pas moins un média dans lequel le contenu est peu structuré, particulièrement adapté à la communication de point à point, plus proche en cela du téléphone que d un média tel que la télévision. Il permet la mise à disposition et le partage de contenus (images, son, courrier) à un coût très faible. Il s avère efficace et rentable pour la création de supports à faible diffusion destinés à des communautés minoritaires ; on pourrait également citer les exemples de langues qui rassemblent sur l internet des communautés dispersées à travers le monde. Nous ne pouvons clore cet exposé sans insister encore sur le rôle incontournable des pouvoirs publics. Alors que la technologie ne cesse d évoluer et qu il est bien difficile de prédire son futur, les États doivent promouvoir des normes progressives, susceptibles d ajustements périodiques. C est par leur seul contrôle sur l univers en mouvement des réseaux électroniques que celui-ci peut devenir un espace intellectuel équitable et véritablement mondial. 8

9 ANNEXE : PROGRAMME DU COLLOQUE VENDREDI 9 MARS 08h30 09h00 Accueil et inscription des participants Ouverture M. Koïchiro MATSUURA, Directeur général de l Unesco. Mme Vigdis FINNBOGADOTTIR, ancienne Présidente de la République d Islande, Ambassadrice de bonne volonté de l Unesco pour les langues. M. Roger DEHAYBE, Administrateur général de l Agence intergouvernementale de la francophonie M. Jean FAVIER, Membre de l Institut, Président de la Commission française pour l Unesco. 10h00 L ENJEU DE L USAGE PLURILINGUE DES RESEAUX ELECTRONIQUES Président : M. André LARQUIÉ, ancien Président de Radio France Internationale, Président du Comité communication de la Commission française pour l Unesco. A- Les défis de la traduction. Thème 1 : quelles sont les conditions de la mise en place des outils de traduction adéquats? M. Narayana MURTHY, Maître de conférences à l Université de Hyderabad (Inde). M. Philippe RENAUT, Responsable du projet HARMONIC (annuaire multilingue) de l Association Française pour le Nommage d Internet en Coopération (France). Thème 2 : capacités et perspectives de l interrogation multilingue Mme Maria Teresa CABRE, Directrice de l Institut Universitaire de Linguistique appliquée de l Université Pompeu Fabra de Barcelone (Espagne). M. Nabil ALI, Directeur de la Compagnie de l Ingénierie du Langage du Caire (Egypte). 9

10 B- Vers des réseaux plurilingues. Thème 1 : la compatibilité plurilingue. Mme Maria Ines BASTOS, Membre de l unité de coordination du Programme pour la Société de l Information du Ministère de la Science et de la Technologie (Brésil). Mme Svetlana TER-MINASOVA, Professeur à l Université d Etat de Moscou (Russie). Thème 2 : situation et perspectives de l interrogation plurilingue. M. Taik Sup AUH, Professeur au Département des Communications de Masse de l Université de Corée (Corée). M. Denis CUNNINGHAM, Président de la Fédération Internationale des Professeurs des Langues Vivantes (Australie). 15h00 LES ENJEUX EDUCATIFS ET CULTURELS Président : M. Marcel DIKI-KIDIRI, Institut Universitaire de Linguistique Appliquée de l Université Pompeu Fabra de Barcelone (Espagne). A- L apprentissage des langues et l usage des réseaux. Thème 1 : l éducation dès l enfance et l apprentissage scolaire. M. Omkar N. KOUL, Professeur à l Institut Central Indien des Langues de Mysore (Inde). M. Raymond RENARD, Directeur du Centre international de Phonétique appliquée de Mons (Belgique). Thème 2 : la formation continue. M. José SILVIO, Coordinateur du Programme IESALC/ UNESCO à Caracas (Vénézuela). M. Paul DELANY, Professeur à l Université Simon Fraser de Burnaby (Canada). B- La diversification culturelle sur les réseaux. Thème 1 : la stratégie de l utilisation des fonds culturels multilingues. M. Kiyoshi HARA, Professeur à l Université Joshibi d Asamizodai (Japon). 10

11 M. Daniel PIMIENTA, Directeur de la Fundacion Redes y Desarollo (République Dominicaine). Thème 2 : la promotion de la diversité culturelle. M. André DANZIN, ancien Directeur de l Institut national de recherche en informatique et en automatique, Président du Forum international des sciences humaines (France). M. Sveinn EINARSSON, Secrétaire général de la Commission islandaise pour l Unesco (Islande). SAMEDI 10 MARS 9h00 LES ENJEUX JURIDIQUES ET GEOPOLITIQUES Président : M. Omkar N. KOUL, Professeur à l Institut Central Indien des Langues de Mysore (Inde). A- La coopération internationale en question. Thème 1 : la situation des pays en voie de développement. M. Marcel DIKI-KIDIRI, Institut Universitaire de Linguistique Appliquée de l Université Pompeu Fabra de Barcelone (Espagne). M. Jean-Claude GUEDON, Professeur au département de littérature comparée de l Université de Montréal (Canada). Thème 2 : les problèmes de compatibilité technique et de coopération économique. M. Tatsuo KOBAYASHI, Membre du Unicode Technical Committee, Chef de la délégation japonaise au sein du Woking group for Han Characters (Japon). M. José Antonio MILLAN, Fondateur du Centre Virtuel Cervantes, journaliste de la section multimédia de El Païs (Espagne). B- Peut-on définir des normes juridiques? Thème 1 : la régulation par les pouvoirs publics et la production de normes multilatérales équitables. M. Rainer KUHLEN, Professeur à l Institut de Bibliologie de l Université Humboldt de Berlin (Allemagne). 11

12 M. Pierre OUDART, Conseiller technique pour le multimédia et les nouveaux services de communication au Cabinet de la ministre de la culture et de la communication (France). Thème 2 : la question des instruments juridiques et des droits de propriété intellectuelle. Mme Anita SOBOLEVA, Directeur du Programme juridique de l Open Society Institute de Moscou (Russie). M. Andràs SZINGER, Département juridique du Bureau hongrois pour la protection du droit d auteur de Budapest (Hongrie). 12h00 Séance de clôture Rapport général M. Daniel MALBERT, Chargé de mission pour la société de l information à la Délégation générale à la langue française (Ministère de la Culture et de la Communication). M. Jean-Gabriel MASTRANGELO, Chargé de mission pour la communication, Commission française pour l Unesco. Conclusions M. Philippe QUÉAU, Directeur de la Division de l Information et de l Informatique de l Unesco. M. Jean-Pierre BOYER, Secrétaire général de la Commission française pour l Unesco. 12

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur la base du rapport de la Deuxième Commission (A/65/433)] Nations Unies A/RES/65/141 Assemblée générale Distr. générale 2 février 2011 Soixante-cinquième session Point 17 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport de

Plus en détail

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3

Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Synthèse Rédiger une note de synthèse sur un texte ou un dossier de caractère administratif. Le dossier complet figure en Annexe 3 Copie notée : 15/20 Objet : Le patrimoine numérique : enjeux et perspectives

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche

Appendice N Modèle de plan de travail de recherche 1 Appendice N Modèle de plan de travail de recherche Par Yannick Queau La théorie des régimes face aux difficultés de la coopération internationale : le cas du régime sur la biodiversité (titre provisoire)

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015

JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE. Thème de la journée de consultation : Loyauté dans l environnement numérique Junior ESSEC 09/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 2ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Loyauté entre acteurs économiques Thème de la journée de consultation : Loyauté

Plus en détail

Service des ressources informatiques. Cybersavoir 2.0. Éthique et TIC : Réflexion sur la sécurité dans le Cyberespace

Service des ressources informatiques. Cybersavoir 2.0. Éthique et TIC : Réflexion sur la sécurité dans le Cyberespace Service des ressources informatiques Cybersavoir 2.0 Éthique et TIC : Réflexion sur la sécurité dans le Cyberespace Dernière révision : 23 juin 2010 Responsabilité du Projet Cybersavoir2.0 : Robert Gendron,

Plus en détail

Détermination des Priorités Thématiques du Forum sur la Gouvernance de l Internet Contribution du Caucus des Droits de l Homme 31 mars 2006

Détermination des Priorités Thématiques du Forum sur la Gouvernance de l Internet Contribution du Caucus des Droits de l Homme 31 mars 2006 Introduction Détermination des Priorités Thématiques du Forum sur la Gouvernance de l Internet Contribution du Caucus des Droits de l Homme 31 mars 2006 Le Caucus des droits de l homme (Caucus DDH), formé

Plus en détail

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME?

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? Contrat n FR/06/B/P/PP-152512 QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? REUNION DU PARTENARIAT FRANÇAIS : CCCA-BTP, MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, CREDIJ Paris, le 22 janvier 2008 de 10 h à

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne

Avis du CCRE. Sur le plan d action européen 2011-2015 pour l administration en ligne COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II

STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II STRATÉGIE DES LANGUES POUR LE DEGRÉ SECONDAIRE II Stratégie de la CDIP du 24 octobre 2013 pour la coordination à l échelle nationale de l enseignement des langues étrangères dans le degré secondaire II

Plus en détail

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche

INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES. Politique de recherche INSTITUT CANADIEN DE RECHERCHE SUR LES MINORITÉS LINGUISTIQUES/ CANADIAN INSTITUTE FOR RESEARCH ON LINGUISTIC MINORITIES Politique de recherche Janvier 2004 Institut canadien de recherche sur les minorités

Plus en détail

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques

Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques Préambule Les pratiques culturelles des Français connaissent depuis plusieurs années déjà de profondes mutations 1.

Plus en détail

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de

Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de Allocution de Monsieur Emmanuel V. ADJOVI, Représentant de la l Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) à l occasion de l atelier de formation avancée sur les noms de domaines Advanced Registry

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

ITALIE INSTITUT FRANÇAIS D ITALIE

ITALIE INSTITUT FRANÇAIS D ITALIE CAVILAM Alliance française Centre d Approches Vivantes des Langues et des Médias 1 Avenue des Célestins BP2678 03206 Vichy Cedex France Tél. : 33 (0)4 70 30 83 83 Fax : 33 (0)4 70 30 83 84 Email : info@cavilam.com

Plus en détail

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE

CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE La Conférence Internationale: L assurance agricole, un instrument pour la gestion des risques, qui a eu lieu à Madrid les 15, 16 et 17 Novembre 2006, a constitué un forum de

Plus en détail

Mesures pour améliorer l efficacité de l enseignement de l allemand. 1) Propositions concernant les contenus d enseignement :

Mesures pour améliorer l efficacité de l enseignement de l allemand. 1) Propositions concernant les contenus d enseignement : Inspection générale d allemand Mesures pour améliorer l efficacité de l enseignement de l allemand. Les décisions prises lors du Conseil des ministres franco-allemand de Berlin d octobre 2004 offrent de

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE DU SEMINAIRE-ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME INTRANET PARLEMENTAIRE : FONCTIONNEMENT ET AVANTAGES

RAPPORT DE SYNTHESE DU SEMINAIRE-ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME INTRANET PARLEMENTAIRE : FONCTIONNEMENT ET AVANTAGES RAPPORT DE SYNTHESE DU SEMINAIRE-ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME INTRANET PARLEMENTAIRE : FONCTIONNEMENT ET AVANTAGES Ouagadougou, LES 21 ET 22 NOVEMBRE 2013 novembre 2013 Les jeudi 21 et vendredi 22

Plus en détail

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Bruxelles, le 6 mars 2015 Représentant 10 000 traducteurs littéraires

Plus en détail

L Internet est pour tout le monde. Le multilinguisme et Internet. Document d information

L Internet est pour tout le monde. Le multilinguisme et Internet. Document d information L Internet est pour tout le monde Le multilinguisme et Internet Document d information Le multilinguisme et Internet Vue d ensemble Même si Internet n est plus unilingue, une proportion relativement peu

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Apprendre pour le travail, la citoyenneté et la durabilité DÉCENNIE DES NATIONS UNIES POUR L ÉDUCATION EN VUE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE Suggestions à l UNESCO pour la planification d actions en matière

Plus en détail

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013

Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 E/CN/16/2013/CRP.2 Distr: 30 mai 2013 Commission pour le développement de la Science et de la Technologie Seizième session Genève, du 3 au 7 juin 2013 Le secrétariat de la Commission pour le développement

Plus en détail

Introduction. Monsieur, Madame

Introduction. Monsieur, Madame Étude portant sur l application de la Convention de l UNESCO de 2005 sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles à l ère du numérique Monsieur, Madame Introduction Dans

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Déclaration présentée au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes

Déclaration présentée au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes Déclaration présentée au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes au sujet de l accord de partenariat économique global (APEG) Canada-Inde Ailish Campbell, vice-présidente,

Plus en détail

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire

Stratégie de prospection. et de développement. des marchés hors Québec. 2009 sommaire Stratégie de prospection et de développement des marchés hors Québec 2009 sommaire 2013 1 Rédaction Direction du développement des marchés et de l exportation Transformation Alimentaire Québec Ministère

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

ANNEXE IV - RÉGLEMENT D EXAMEN. U. 1 3 écrite 4 h CCF 3 situations d évaluatio n. 2h + 20 min* orale. 3 situations d évaluatio n

ANNEXE IV - RÉGLEMENT D EXAMEN. U. 1 3 écrite 4 h CCF 3 situations d évaluatio n. 2h + 20 min* orale. 3 situations d évaluatio n BTS Management des unités commerciales ANNEXE IV - RÉGLEMENT D EXAMEN Voie scolaire dans un établissement public ou privé sous contrat, CFA ou section d apprentissage habilité. Formation professionnelle

Plus en détail

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI)

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI) SMSI Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le SMSI Accra 2005 Union Africaine Commission économique pour l Afrique Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société

Plus en détail

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : CONTACT. Quelle gestion de l eau potable pour une ville durable et responsable? MERCREDI 20 FEVRIER

12 EME SEMINAIRE EAU. Avec la participation de : CONTACT. Quelle gestion de l eau potable pour une ville durable et responsable? MERCREDI 20 FEVRIER Avec la participation de : 12 EME SEMINAIRE EAU Les 18, 19 et 20 Février 2013 Polytech Montpellier, Amphithéâtre Serge Peytavin La gestion de l eau pour une ville durable LUNDI 18 FEVRIER MARDI 19 FEVRIER

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

Congrès AGRH 2013. Conférences sur le thème de la connaissance praticable. Nature du document

Congrès AGRH 2013. Conférences sur le thème de la connaissance praticable. Nature du document Congrès AGRH 2013 Conférences sur le thème de la connaissance praticable Nature du document Paris, le 28 novembre 2013 Document3/fmr Congrès AGRH 2013 Catherine VOYNNET FOURBOUL Directrice Master Executive

Plus en détail

Premiers résultats du sondage du Labo ESS 30 mars 2010

Premiers résultats du sondage du Labo ESS 30 mars 2010 Premiers résultats du sondage du Labo ESS 30 mars 2010 Mise en ligne début novembre au moment du lancement du site Internet du Labo ESS, le sondage sur l identité et l avenir de l ESS a connu un vif succès.

Plus en détail

Charte du Portail de l information publique environnementale

Charte du Portail de l information publique environnementale Charte du Portail de l information publique environnementale http://www.toutsurlenvironnement.fr Entre : L État, représenté par le ministre chargé de l environnement Dénommé ci-après «Maître d ouvrage»

Plus en détail

Huitième session. Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous

Huitième session. Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous IFAP-2014/COUNCIL.VIII/Inf.10 Paris, le 27 mars 2014 Original anglais Distribution limitée Huitième session Conseil intergouvernemental du Programme Information pour tous 19-20 mai 2014 Maison de l UNESCO,

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

PRESENTATION DU SITE WEB www.ivoirebiomedicale.com Site web d information Biomédicale en Côte d Ivoire

PRESENTATION DU SITE WEB www.ivoirebiomedicale.com Site web d information Biomédicale en Côte d Ivoire Ingénierie Biomédicale Ingénierie Electronique Formation Edition PRESENTATION DU SITE WEB www.ivoirebiomedicale.com Site web d information Biomédicale site web: www.ivoirebiomedicale.com Une production

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

Présentation du site web du Ministère de la Santé : www.beninsante.bj

Présentation du site web du Ministère de la Santé : www.beninsante.bj Présentation du site web du Ministère de la Santé : www.beninsante.bj Eunice PEDRO FANOU Chef Service Informatique Juillet 2012 1 Plan Contexte Quels types d informations Où en sommes nous? Difficultés

Plus en détail

La distribution et le marketing numériques

La distribution et le marketing numériques La distribution et le marketing numériques E-commerce : un développement solide L e-commerce transforme la manière avec laquelle les clients ont accès et achètent leurs produits. Avec, en point d orgue,

Plus en détail

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE

GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE GESTION ET ADMINISTRATION DE LA JUSTICE EN TUNISIE INTRODUCTION : L institution judiciaire en Tunisie a réalisé, au cours des vingt dernières années, un effort de modernisation sans précédent. Cette modernisation

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES

1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES ATTESTATION D'ÉTUDES COLLÉGIALES DÉVELOPPEMENT ET GESTION D ENTREPRISES COLLECTIVES (JWW.0M) Résumé du programme d études 1. BUTS DU PROGRAMME ET INTENTIONS ÉDUCATIVES LOCALES 1.1 INTRODUCTION Les entreprises

Plus en détail

LE TRAVAIL COLLABORATIF

LE TRAVAIL COLLABORATIF LE TRAVAIL COLLABORATIF I. Le développement du travail collaboratif Le travail collaboratif, entendu comme situation de travail et de communication de groupe impliquant coopération et coordination, est

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE PROMOUVOIR L ACCESSIBILITÉ DE L INFORMATION POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE L accès à l information est un droit fondamental de tout apprenant, présentant ou non un handicap et/ou un besoin

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

LES REFERENTIELS DES METIERS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AU BENIN

LES REFERENTIELS DES METIERS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONTINUE AU BENIN Atelier pour l Afrique Subsaharienne FORMATION DE MASSE EN MILIEU RURAL, ÉLÉMENT DE RÉFLEXION POUR LA DÉFINITION D UNE POLITIQUE NATIONALE Ouagadougou, Burkina Faso 30 mai au 3 juin 2005 LES REFERENTIELS

Plus en détail

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014

DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 DU PACTE CIVIQUE JUILLET 2012 DECEMBRE 2014 comportement des personnes, des organisations et des institutions et politiques publiques, changements qui sont devenus indispensable pour faire face à la crise

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL

CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL E NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Distr.: LIMITEE E/ECA/DISD/CODI.3/24 3 avril 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Troisième réunion du Comité de l'information

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

Le parcours «langues étrangères appliquées»

Le parcours «langues étrangères appliquées» Le parcours «langues étrangères appliquées» Assises universitaires de français Kévin Bacquet Université d État de la région de Moscou Les langues étrangères dans l enseignement supérieur en 3 options :

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/INF/10 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 18 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LES POLITIQUES

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS?

LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? LE MONDE DE LA GRANDE DISTRIBUTION ET LE REVE, ENFIN REALITE, DE LA VISION 360 DE SES CLIENTS? Soutenance 3 décembre 2012 Auteur : Isabelle Maloizel Directeur de thèse : Monsieur Michel Bellanger Responsable

Plus en détail

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises

Méthode d intervention du PPAB en appui aux OP béninoises Méthode d intervention du en appui aux OP béninoises Illustration par quelques expériences en cours Déroulement de la séance 1 Présentation succincte du et de son mode d intervention; 2 Illustration des

Plus en détail

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)?

Pourquoi une stratégie nationale? Rôle et importance de la statistique. Pourquoi une stratégie nationale (suite et fin)? Stratégie nationale de de la Stratégie de de la de la République de Guinée Equatoriale. 2003-2008 Séminaire de présentation de la Stratégie de de la de la Guinée Equatoriale. Malabo, 25 janvier 2005 Présentation

Plus en détail

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris

«Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie. Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris «Dire et écrire» pour réaliser une composition en travail collaboratif en géographie Agnès Dullin, lycée J. Racine 20 rue du Rocher, 75008 Paris OBJECTIFS 1- Niveau et insertion dans la programmation 2-

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion d'actifs financiers back et middle offices de l Université Paris Ouest Nanterre La Défense Vague D 2014-2018

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives

LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE. Etat des lieux et perspectives LES INTERMEDIAIRES de l ASSURANCE Etat des lieux et perspectives Contexte de l étude Plus de 30 000 courtiers et agents généraux en France sont au cœur des transformations en cours dans le secteur de l

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS

PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS PLAN D ACTION AXÉ SUR LES RÉSULTATS concernant l application de l article 41 de la Loi sur les langues officielles 2009-2012 TABLE DES MATIÈRES Glossaire... 1 Renseignements généraux... 2 Résumé des résultats

Plus en détail

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie

1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie 1 ère Conférence des Ministres de l Économie et des Finances de la Francophonie (Monaco, 14 et 15 avril 1999) Déclaration de Monaco 1. Lors du 7 ème Sommet des Chefs d Etat et de Gouvernement des pays

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010

Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Compte Rendu 8 ème Colloque FINE Europe à Lisbonne Octobre 2010 Rapporteur : A Santucci qui représentait FINE Belgique de par son mandat au sein de FINE Belgique «Relations Internationales» a eu un rôle

Plus en détail

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux

La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux La détection automatique de l opinion : contraintes et enjeux Frédéric Marcoul Responsable R&D de Spotter fmarcoul@spotter.com Ana Athayde Président Directeur Général de Spotter aathayde@spotter.com RÉSUMÉ

Plus en détail

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie.

Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Vers un cadre européen des qualifications 1 (EQF) pour un apprentissage tout au long de la vie. Eléments de réflexion pour répondre à la consultation de la Commission européenne 1. Remarque préliminaire

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail