NAV CANADA POLITIQUE DE COMMUNICATION DE L INFORMATION DE LA SOCIÉTÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NAV CANADA POLITIQUE DE COMMUNICATION DE L INFORMATION DE LA SOCIÉTÉ"

Transcription

1 Approuvée par le Conseil d administration NAV CANADA POLITIQUE DE COMMUNICATION DE L INFORMATION DE LA SOCIÉTÉ

2 - 2 - Approuvée par le Conseil d administration TABLE DES MATIÈRES Introduction...3 Définitions...3 Objectif et portée...4 Détermination de l importance...5 Communication d information importante...5 Comité des communications...6 Porte-parole désignés...9 Examen du Comité de la vérification et des finances de certains documents information...10 Comité de communication de l information...10 Communiqués de presse...11 Présentations et réunions avec des tiers...12 Périodes de silence...13 Maintien de la confidentialité...13 Prévisions, information prospective et mises à jour...16 Contacts avec des investisseurs, des agences d évaluation du crédit, des analystes et d autres personnes...17 Examen et diffusion des rapports d analystes...18 Dossier de communication de l information...19 Communications électroniques...19 Échange d information dans Internet...20 Rumeurs sur le marché...21 Diffusion de l information durant une offre publique ou en prévision d une offre publique...21 Communications et application de la politique...21 Conclusion...22 Annexe A Mandat du Comité de communication de l information...23

3 - 3 - Approuvée par le Conseil d administration NAV CANADA Politique de communication de l information de la Société INTRODUCTION Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières recommandent que les sociétés ouvertes adoptent des politiques écrites en matière de communication de l information. De telles politiques donnent aux sociétés un processus pour la communication de l information et permettent aux dirigeants, aux administrateurs et aux employés de comprendre les exigences juridiques. De plus, ces politiques visent à faire en sorte que l information importante au sujet d une société ouverte est communiquée en temps opportun, est informative et reçoit une large diffusion, conformément aux exigences de la loi et de la réglementation. Ces exigences visent à promouvoir l intégrité et l efficience des marchés financiers. Même si les titres de créance cotés sont moins assujettis aux fluctuations du marché que les titres de participation, NAV CANADA (ci-après désignée à l occasion par la «Société») a officialisé ses procédures de communication de l information dans une politique écrite conforme aux pratiques exemplaires de régie interne et de la diffuser adéquatement. NAV CANADA détient des obligations et des billets à moyen terme qui sont négociés sur les marchés publics, ce qui en fait un «émetteur assujetti» (ou société ouverte) devant se conformer aux règles prescrites par les Autorités canadiennes en valeurs mobilières. Selon l une de ces règles, nous devons avoir une politique de communication de l information et nous devons nous assurer que les membres de notre Conseil d administration, nos gestionnaires et nos employés comprennent leurs rôles et leurs responsabilités quant à cette communication. DÉFINITIONS Les renseignements «confidentiels» s entendent de toute forme de renseignements ou de connaissances qui ont été élaborés, obtenus ou qui sont contrôlés par NAV CANADA, et qui ne doivent pas être divulgués au public. Il pourrait notamment s agir de plans d affaires, de données personnelles sur des employés, de renseignements sur des clients ou des fournisseurs, d affaires juridiques ou de données techniques de la Société. L information «importante» s entend des renseignements qui, s ils sont divulgués à l extérieur de l entreprise, pourraient influer grandement sur la valeur marchande des titres de créance (obligations) de l entreprise qui sont négociés sur le marché public, ou être considérés comme étant importants par les investisseurs pour déterminer s ils doivent acheter, vendre ou négocier ces titres de créance. Il pourrait notamment s agir de résultats financiers annuels et trimestriels,

4 - 4 - Approuvée par le Conseil d administration de plans d affaires, de plans de restructuration de la Société, de négociations avec les syndicats, de changements de gestion importants, de la recherche et de la mise au point d une nouvelle technologie ou de l information confidentielle fournie par des tiers. Aux fins de la présente politique, «NAV CANADA» comprend les sociétés affiliées et les régimes de retraite de NAV CANADA. OBJECTIF ET PORTÉE Les principaux objectifs de la présente politique sont les suivants : 1. faire en sorte que les communications au public investisseur à propos de NAV CANADA sont: a) en temps opportun, exactes, cohérentes et informatives; b) conformes à toutes les exigences de la loi et de la réglementation applicables; c) largement diffusées; 2. empêcher la communication d information confidentielle ou importante au sujet de NAV CANADA, de ses sociétés affiliées ou de certains autres organismes tels que nos clients ou partenaires, sauf si cette information a été en même temps communiquée au public et largement diffusée. 3. sensibiliser les gestionnaires et les employés aux exigences et aux pratiques à respecter concernant la communication de l information de la Société. La présente politique est conforme au contexte général et à l orientation énoncés dans le Code de conduite de NAV CANADA, où il y en fait mention. Tous les employés de la Société doivent prendre attentivement connaissance de son contenu et veiller étroitement à s y conformer. Le non-respect des lois et de la réglementation sur les valeurs mobilières rend la Société, ses administrateurs, ses cadres et toute personne coupable d une violation passible d une sanction légale. La présente politique désigne les porte-parole autorisés de NAV CANADA et traite de la communication de l information contenue dans des documents déposés auprès des Autorités canadiennes en valeurs mobilières (c est-à-dire les états financiers, les rapports de gestion, la notice annuelle, les déclarations de changements importants, les prospectus) et les déclarations écrites faites dans nos rapports annuels, plans d affaires, communications sur les redevances des clients et communiqués de presse. Elle s applique aussi aux présentations et représentations de la direction ainsi qu aux déclarations faites verbalement à l occasion de conférences sectorielles et dans le cadre d échanges avec les organismes gouvernementaux, de réunions et de conversations téléphoniques avec des agences d évaluation du crédit, des analystes, des investisseurs et des établissements de crédit, d entrevues avec des représentants des médias ainsi que de discours, de conférences de presse et de conférences téléphoniques. Sa portée s étend également à l information électronique diffusée par l entremise des technologies Web ou mobiles (comme notre site Web, les courriels, Twitter,

5 - 5 - Approuvée par le Conseil d administration etc.). Pour de plus amples renseignements sur les communications Web ou mobiles, consulter la Politique sur les médias sociaux de la Société. La présente politique s adresse à l ensemble des administrateurs, des dirigeants, des gestionnaires et des employés de la Société. Chacun d entre nous a le devoir d informer un membre du Comité exécutif de gestion (CEG) ou du Comité des (voir ci-après) de toute circonstance ou de tout événement qui pourraient être considérée comme une «information importante» (voir ci-après) au sens où l entend la présente politique. DÉTERMINATION DE L IMPORTANCE Le Comité des communications (voir ci-après) a la responsabilité de déterminer si un fait ou une information est important et s il doit être communiqué, ou de suggérer son niveau d importance au Comité de la vérification et des finances. Ce faisant, le Comité exerce son jugement quant à savoir si un fait ou un événement donné correspond à la définition d «important» dans le contexte des exigences des lois sur les valeurs mobilières, de facteurs qui pourraient raisonnablement être perçus comme ayant une incidence sur le marché des titres cotés de la Société, ainsi que sur les affaires et les activités de la Société. COMMUNICATION D INFORMATION IMPORTANTE La Société est tenue de communiquer immédiatement toute information importante, y compris tout changement important à ses affaires en diffusant un communiqué de presse et en le déposant auprès des autorités des valeurs mobilières. Lorsqu un changement important a lieu, la Société doit également déposer une déclaration de changements importants auprès des autorités en valeurs mobilières dès que possible, et au plus tard dix jours après que le changement est survenu. Aux fins de la présente politique, les expressions «information importante» (définie précédemment) et «changement important» désignent toute information se rapportant aux activités et aux affaires de la Société qui entraîne ou est raisonnablement susceptible d entraîner un changement important du prix courant ou de la valeur marchande des valeurs mobilières de NAV CANADA ou qui sont raisonnablement susceptibles d avoir une influence importante sur les décisions d investissement d un investisseur raisonnable. L information prospective est toujours hautement délicate et son importance doit être évaluée attentivement lorsqu elle est communiquée par la Société. À titre de principe directeur, s il existe un doute à savoir si une information est importante ou non, la Société la considérera comme importante et la communiquera au public. Conformément à l exigence de communication en temps opportun de toute information importante en vertu des lois sur les valeurs mobilières, la Société se guidera sur les principes suivants : 1. L information importante sera communiquée au public immédiatement au moyen d un communiqué de presse.

6 - 6 - Approuvée par le Conseil d administration 2. Si le Comité des communications estime que la communication d une information nuirait indûment aux intérêts de NAV CANADA, l information sera tenue confidentielle jusqu à ce que le Comité des communications décide qu il est approprié de la communiquer au public. Le Comité des communications informera sans délai le Conseil d administration de la nature de cette information et un contrôle de cette information interne sera mis en place. Si l information constitue un changement important en vertu des lois sur les valeurs mobilières, le Comité des communications doit déposer un rapport confidentiel sur un changement important conformément aux exigences des lois sur les valeurs mobilières. 3. La communication doit comprendre toute l information qui, si elle était omise, rendrait trompeur le reste de la communication (une communication partielle peut être trompeuse). 4. L information importante défavorable doit être communiquée aussi rapidement et intégralement que l information favorable. 5. Il ne doit pas y avoir de communication sélective. Sauf dans le «cours normal des activités» (consulter le paragraphe «Maintien de la confidentialité» ci-dessous) lorsque le destinataire est lié par une obligation expresse de confidentialité, l information importante non communiquée au public ne doit pas être communiquée à des personnes choisies (par exemple, dans une entrevue avec un analyste, dans le cadre d une conférence sectorielle, au cours d une conversation téléphonique avec un investisseur ou un représentant d une partie intéressée). La communication sélective d information importante pourrait entraîner des pénalités légales pour la Société. Si une communication sélective d information non intentionnelle a lieu, le Comité des communications prendra immédiatement les mesures nécessaires pour faire en sorte que la Société remplisse ses obligations légales. 6. La communication devrait être la même pour l ensemble des destinataires, y compris pour les investisseurs, les médias, le public et les employés. 7. Les communications doivent être corrigées immédiatement s il est découvert ultérieurement qu une communication contenait une omission ou une erreur importante au moment où elle a été diffusée. COMITÉ DES COMMUNICATIONS Le Conseil d administration a mis sur pied un comité des communications de l'entreprise (ci-après le «Comité des communications») responsable de satisfaire aux exigences réglementaires en matière de communication d information et chargé de superviser les communications de l entreprise et les pratiques de communication de l information de NAV CANADA. Ce Comité est formé du président et chef de la direction, du vice-président directeur, Finances, et chef de la direction financière, et du vice-président directeur, Administration, et avocat en chef. Le Comité des communications assume plusieurs responsabilités, notamment les suivantes, dont certaines sont parfois déléguées au Comité de communication de l information :

7 - 7 - Approuvée par le Conseil d administration 1. se tenir informé et comprendre les règles et les lignes directrices régissant la communication de l information, y compris les nouveaux développements et les changements à venir à ce sujet; 2. veiller à l élaboration, à la mise en œuvre ainsi qu à la révision, s il y a lieu, de contrôles et de procédures adéquats de communication de l information, et s assurer que la Société s y conforme; 3. mettre sur pied un comité de communication de l information (voir ci-après) pour le seconder dans ses fonctions; 4. surveiller l efficacité de la présente politique de communication de l information de l entreprise et la conformité à cette politique et s assurer que les documents de communication officiels comme notre notice annuelle, nos prospectus, nos rapports de gestion, nos états financiers, nos communiqués de presse et nos autres documents de communication sont exacts et renferment toute l information exigée et que l information diffusée par NAV CANADA dans des documents de communication périodique est conforme à celle apparaissant dans nos rapports annuels, communications sur les redevances, plans d affaires et autres documents publics; 5. examiner et autoriser la communication de l information (par moyen électronique, oral et écrit, y compris les communiqués de presse et les documents d information importants) avant de la diffuser au public ou de la déposer auprès des autorités; 6. surveiller le site Web de la Société ainsi que d autres comptes de la Société dans les médias sociaux (Twitter, LinkedIn, Facebook, etc.); 7. s assurer que le personnel de la Société est informé des grandes questions se rapportant à la communication de l information et de cette politique et que les porte-parole de la Société se tiennent au courant des nouveaux développements quant aux exigences en matière de valeurs mobilières concernant la communication de l information de l entreprise; 8. établir, à partir d une évaluation de l importance relative d une information, s il y a lieu de communiquer l information au public et déterminer le meilleur moment pour communiquer au public l information importante.

8 - 8 - Approuvée par le Conseil d administration Nous avons un Comité des communications responsable de surveiller nos communications d entreprise ainsi que nos pratiques en matière de communication. Ce Comité comporte trois membres : le président et chef de la direction (PCD) le vice-président directeur, Finances, et chef de la direction financière (CDF) le vice-président directeur, Administration, et avocat en chef Il est crucial que le Comité des communications soit mis à jour et tenu au courant de tous les développements importants et en instance concernant les affaires de la Société afin qu il puisse évaluer la nécessité de communiquer les informations au public. En cas de doute, le Comité des communications déterminera l importance de l information en consultant au besoin d autres conseillers, y compris des conseillers juridiques indépendants et des vérificateurs externes. Le Comité des communications se réunira au besoin et consignera dans un registre ses décisions concernant l importance d une information et la date où elles ont été prises. Il est essentiel que le Comité des communications soit bien au courant de tout développement important et à venir pour qu il puisse évaluer le besoin et le meilleur moment pour communiquer l information au public. S il est jugé qu une information doit rester confidentielle, le Comité déterminera comment la confidentialité de l information en question sera contrôlée. S il y a lieu, le Comité des communications examinera la présente politique de communication de l information chaque année et la mettra à jour au besoin pour s assurer qu elle est conforme aux changements apportés aux exigences réglementaires. Tous les trois mois, le Comité des communications fera rapport au Comité de la vérification et des finances et au Conseil d administration sur les questions qui relèvent de cette politique.

9 - 9 - Approuvée par le Conseil d administration PORTE-PAROLE DÉSIGNÉS Très peu de personnes ont l autorisation de parler au nom de la Société avec les analystes d investissements, les investisseurs et les médias. À titre de gestionnaire ou d employé de la Société, vous devriez savoir qui sont les porte-parole désignés. Si vous recevez une demande de la part d un analyste d investissements ou d un investisseur, envoyez les au : PCD CDF qui sont des porte-parole officiels de la Société en ce qui a trait aux communications avec les analystes et les investisseurs. Le directeur, Communications, affaires publiques et services de traduction (ou son délégué), est le porte-parole officiel pour les médias et toutes les demandes de ceux-ci devraient lui être acheminées. Le président du Conseil d administration, conjointement avec le président et chef de la direction (PCD), est responsable des interactions avec le public concernant les affaires de NAV CANADA. Cependant, en ce qui a trait à la communication de l information importante assujettie à la présente politique, hormis les cas où le président du Conseil d administration s exprime au nom du Conseil d administration, la Société a désigné les porte-parole suivants. Le président et chef de la direction et le chef de la direction financière sont les porte-parole officiels désignés de NAV CANADA pour les communications avec les analystes et la communauté financière. Le directeur, Communications, affaires publiques et services de traduction, est le porte-parole officiel de la Société auprès des médias. Les communications avec les organismes de réglementation des valeurs mobilières et les agences d évaluation du crédit seront confiées uniquement au chef de la direction, au chef de la direction financière et au viceprésident directeur, Administration, et avocat en chef, lesquels pourront être assistés par des conseillers juridiques indépendants ou des vérificateurs externes, selon ce qu ils détermineront compte tenu des circonstances. Les porte-parole autorisés peuvent désigner comme relève d autres personnes de NAV CANADA pour représenter la Société ou pour répondre à des questions précises. Toutes les questions provenant d agences d évaluation du crédit, d analystes, de la communauté financière et des médias doivent être renvoyées à un porte-parole autorisé. Le fait de compter un nombre limité de porte-parole autorisés a pour but de réduire les risques suivants : a) empêcher la communication d information non autorisée; b) prévenir le manque de cohérence dans les déclarations de différentes personnes de la Société; c) éviter les déclarations non conformes à l information de l entreprise communiquée au public. Les personnes qui ne sont pas des porte-parole autorisés ne doivent en aucune circonstance répondre à des questions de la communauté financière, des médias ou d autres, sauf si un porte-

10 Approuvée par le Conseil d administration parole autorisé leur demande expressément de le faire, étant donné que toute déclaration faite par un employé non autorisé peut être perçue comme une déclaration faite au nom de la Société. EXAMEN DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION ET DES FINANCES DE CERTAINS DOCUMENTS D INFORMATION Le Comité de la vérification et des finances examinera les documents d information suivants avant que la Société ne les communique au public : a) les états financiers annuels et trimestriels de la Société, les rapports de gestion et les communiqués de presse s y rapportant; b) les communiqués de presse et les rapports subséquents qui peuvent avoir une incidence importante sur les états financiers et les rapports de gestion en question; c) l ensemble des prospectus, des annonces de changements importants de nature financière, la notice annuelle et d autres documents d information similaires. COMITÉ DE COMMUNICATION DE L INFORMATION Le Comité des communications (voir plus haut) a mis sur pied un Comité de communication de l information afin de l aider à examiner divers types de documents de communication de la Société. Le Comité de communication de l information a aussi élaboré les procédures et les mesures de contrôle des communications sous la supervision du Comité des communications. Le mandat du Comité de communication de l information est joint à la présente politique sous l Annexe «A». Ce comité se réunit au besoin. Les membres du Comité sont : la contrôleure de l entreprise la directrice, Placement des fonds de pension le directeur, Vérification interne (membre non votant) le directeur, Communications, affaires publiques et services de traduction la directrice, Services généraux Le Comité des communications est responsable de la mise sur pied et de la supervision d un comité de communication de l information (ci-après le «Comité de communication de l information») composé de membres de la direction nommés par le Comité des communications. Le Comité des communications a approuvé le mandat du Comité de communication de l information (joint à la présente politique sous l Annexe «A»), énonçant le rôle, la composition et les fonctions de ce comité. Le Comité de communication de l information aura entre autres les fonctions suivantes : a) élaboration des contrôles et des procédures appliqués à la communication de l information de la Société; b) examen de divers documents d information de l entreprise, y compris les rapports dont le dépôt est exigé, les communiqués de presse, les présentations, avant leur diffusion et (ou)

11 Approuvée par le Conseil d administration présentation au Comité de la vérification et des finances ou au Conseil d administration aux fins d approbation; c) direction et supervision de l évaluation annuelle de la conception et de l efficacité des contrôles et des procédures de la Société au chapitre de la communication de l information; d) autres responsabilités déléguées de temps en temps par le Comité des communications. COMMUNIQUÉS DE PRESSE Lorsque le Comité des communications détermine qu un nouveau développement concernant NAV CANADA est important et doit être communiqué au public, il veillera à autoriser la diffusion d un communiqué de presse. Les résultats financiers annuels et intermédiaires (rapports de gestion, états financiers et notes afférentes) doivent être publiés aussitôt qu ils sont approuvés par le Conseil d administration. Tous les communiqués de presse, y compris la communication d information importante, seront diffusés par le service des Communications de NAV CANADA. La marche à suivre en vue de la préparation et de la diffusion d un communiqué de presse est la suivante : 1. Le service des Communications rédigera l ébauche du communiqué de presse de concert avec les personnes et les services versés sur la question. 2. Le service des Communications aura pour fonction précise de s assurer que le contenu du communiqué est clair et livre avec efficacité au public le message voulu et le sens de l information, et de veiller à ce que le communiqué, dans sa forme et son style, soit convivial aux médias, et conforme aux normes et pratiques de communications générales courantes. 3. Le service des Finances aura pour fonction précise d examiner et d avaliser l ensemble des données financières incluses dans les communiqués de presse et de s assurer que la communication de ces données est conforme aux faits et aux normes et directives comptables reconnues. 4. L ébauche du communiqué de presse sera examinée par le Comité des communications afin de s assurer qu il est conforme aux exigences et lois sur les valeurs mobilières. 5. Le Comité de la vérification et des finances, le président du Comité de la vérification et des finances ou le président du Conseil d administration, selon le cas, approuvera tous les communiqués de presse renfermant de l information financière importante. 6. Les communiqués de presse seront diffusés par une agence de transmission approuvée qui assure une diffusion nationale simultanée et seront transmis à tous les organismes de réglementation concernés, aux principaux fils de presse financiers et aux médias financiers nationaux. Une fois qu ils auront été diffusés par une agence de transmission approuvée, le

12 Approuvée par le Conseil d administration directeur, Communications, affaires publiques et services de traduction, ou son délégué, pourrait étendre leur diffusion par l entremise des médias sociaux. 7. Les communiqués de presse seront également affichés dans le site Web de la Société dès la confirmation de leur diffusion aux fils de presse. La page des communiqués de presse du site Web comportera un avis prévenant le lecteur que l information était exacte au moment où elle a été affichée, mais qu elle peut être remplacée par des communiqués subséquents. PRÉSENTATIONS ET RÉUNIONS AVEC DES TIERS Avant de faire des présentations à des tiers, y compris avant de publier de la documentation à distribuer, il est important de déterminer si le contenu de ces présentations, documents à distribuer et notes d allocution renferme une information importante qui pourrait être communiquée inopportunément ou sélectivement. Le gestionnaire ou le membre du CEG qui assistera à la réunion et (ou) fera la présentation doit remettre les documents de la présentation à l avance au directeur, Communications, affaires publiques et services de traduction, qui veillera à en coordonner l examen, de même que de la documentation à distribuer et des notes d allocution par les membres des services financiers, juridiques et des communications siégeant au Comité de communication de l information afin qu ils en vérifient l exactitude et l uniformité par rapport à d autres informations importantes communiquées au public. Le directeur, Communications, affaires publiques et services de traduction, déterminera s il y a lieu de consulter le Comité des communications. Le directeur, Communications, affaires publiques et services de traduction, confirmera au gestionnaire ou au membre du CEG si le contenu de la présentation ou les commentaires sont acceptables compte tenu de l information communiquée. Si de l information confidentielle ou importante est communiquée verbalement par mégarde, vous devriez en informer immédiatement un membre du Comité des communications. Si vous présentez un exposé au sujet de la Société ou des affaires de la Société à l extérieur de cette dernière, vous devriez savoir que le contenu de votre présentation doit être examiné par le Comité de communication de l information (voir ci-dessus). Envoyez votre ébauche de présentation par courriel à «Disclosure» dans la liste d adresses globale. Votre présentation sera examinée par le directeur, Communications, affaires publiques et services de traduction (John Morris), la contrôleure de l entreprise (Nancy Fletcher), et la directrice, Services généraux (Rosemarie D'Amico). Veuillez si possible prévoir une semaine pour l examen de votre présentation même si le délai est habituellement plus court. L examen de votre présentation assurera que les messages transmis à l extérieur de la Société sont uniformes et que les informations confidentielles ne sont pas communiquées par mégarde.

13 Approuvée par le Conseil d administration PÉRIODES DE SILENCE Afin de prévenir la communication sélective d information ou la perception ou l apparence d une communication sélective d information, la Société doit observer une période de silence entre la fin du trimestre et la publication de ses résultats financiers trimestriels (ou annuels), période durant laquelle elle s abstiendra de tout commentaire sur les activités ou les résultats du trimestre. Durant une période de silence, la Société ne tiendra aucune réunion ou aucun entretien téléphonique avec les investisseurs, les analystes ou les agences d évaluation du crédit, mais répondra aux demandes d information sur des faits déjà accessibles au public et de nature non importante. Advenant des invitations à participer à des réunions ou à des conférences sur les investissements convoquées par des tiers durant une période de silence, le Comité des communications déterminera, au cas par cas, s il est utile d accepter ces invitations. Lorsque de telles invitations sont acceptées, une grande vigilance sera exercée pour éviter la communication sélective d information importante non encore rendue publique. MAINTIEN DE LA CONFIDENTIALITÉ Il est illégal pour quiconque d acheter ou de vendre des valeurs mobilières de toute société ouverte lorsqu il détient de l information importante sur cette société qui n a pas été communiquée au public. De plus, sauf dans le cours normal des activités (voir ci-après) lorsque le destinataire est lié par une obligation expresse de confidentialité, il est illégal pour quiconque de communiquer à une autre personne de l information importante non publique. Par conséquent, il est interdit aux initiés et aux employés qui détiennent de l information confidentielle ou importante sur la Société, ses sociétés affiliées, ses clients ou des contreparties dans des négociations de transactions importantes de transiger des valeurs mobilières de NAV CANADA ou d une contrepartie avant que cette information ne soit intégralement communiquée et qu une période raisonnable ne se soit écoulée pour permettre une large diffusion de l information.

14 Approuvée par le Conseil d administration Comment savoir si l information est confidentielle? Si vous avez des doutes, consultez votre gestionnaire. Les informations au sujet de la Société qui ne sont pas connues du public devraient être considérées confidentielles. Les renseignements confidentiels s entendent de toute forme de renseignements ou de connaissance qui ont été élaborés, obtenus ou qui sont contrôlés par NAV CANADA, et que celle-ci ne souhaite pas divulguer au public. Il pourrait notamment s agir de dossiers financiers, de plans d affaires, de données personnelles des employés, de renseignements sur des clients ou des fournisseurs, d affaires juridiques et de données techniques. Les membres de notre Conseil d administration, les gestionnaires et les employés sont dans l obligation de ne pas utiliser ou communiquer de l information confidentielle sur les clients, les contreparties en négociation avec la Société et d autres intervenants de NAV CANADA qui n est pas connue du public. La communication ou l utilisation de telles informations aux fins d investissement ou de «conseils» à l intention d autres personnes est strictement interdite. Pour éviter la communication sélective d information importante par mégarde, il est important de protéger l information confidentielle. Il est interdit à toute personne en possession d information confidentielle de communiquer cette information à quiconque, sauf si elle est tenue de le faire dans le cours normal des activités. L information confidentielle comprend non seulement des informations au sujet de NAV CANADA, mais aussi des informations sur ses sociétés affiliées, ses clients, les contreparties en négociation avec la Société et d autres intervenants du système de navigation aérienne auxquelles les employés ont accès dans le cadre de leur emploi au sein de NAV CANADA, et qui ne doivent pas être divulguées au public. «Cours normal des activités» : Rares sont les circonstances où la communication d information importante est requise dans le cours normal des activités. Dans chacun de ces cas, un membre du Comité des communications devra être consulté au préalable. L information obtenue par le personnel dans le cadre de ses fonctions ne doit pas servir à des fins d investissements ni à des conseils destinés à d autres personnes. Il faut s efforcer de limiter l accès à l information confidentielle seulement aux personnes qui ont besoin de la connaître, et ces personnes doivent être prévenues que cette information doit être gardée confidentielle.

15 Approuvée par le Conseil d administration Les parties externes en possession de renseignements importants sur la Société inconnus du public devraient être prévenues qu elles ne doivent pas communiquer cette information à quiconque, et qu elles ne peuvent pas transiger de valeurs mobilières de NAV CANADA avant que ces renseignements ne soient communiqués au public. Lorsqu il y a lieu, il est possible de demander à ces parties externes de signer un accord de confidentialité. Afin de prévenir la communication à des fins abusives ou par mégarde d information importante, les procédures suivantes doivent être suivies en tout temps : 1. les documents et fichiers qui renferment des renseignements confidentiels doivent être conservés dans un endroit sûr, et leur accès limité aux personnes qui doivent être mises au courant de cette information dans le courant de leurs activités; 2. les sujets confidentiels ne doivent pas être abordés dans des lieux où les propos échangés risquent d être entendus, par exemple dans des ascenseurs, des corridors, des restaurants, à bord d avions ou de taxis; 3. les documents confidentiels ne doivent pas être lus ou montrés dans des lieux publics et ne doivent pas être mis au rebut à des endroits où d autres personnes pourraient se les approprier; 4. toute personne en possession de renseignements confidentiels doit veiller au maintien de cette confidentialité en dehors de son lieu de travail et sur son lieu de travail; 5. la transmission d information par télécopieur, téléphone, courrier ou directement d un ordinateur à un autre ne doit avoir lieu que s il y a des raisons de croire que la transmission de l information et la réception de l information peuvent avoir lieu dans des conditions sécurisées; 6. la photocopie de documents confidentiels doit être évitée et, après la tenue de réunions, les documents renfermant des renseignements confidentiels doivent être enlevés des salles de conférences et lieux de réunion et les copies en trop des documents confidentiels, déchiquetées; 7. lorsque de l information confidentielle importante doit être communiquée, il est important de limiter l information communiquée au strict nécessaire compte tenu des circonstances. Les communications par courrier électronique laissent une trace physique sur leur passage et peuvent faire l objet de tentatives de décryptage par des personnes non autorisées. Une grande vigilance doit être exercée chaque fois que des renseignements confidentiels ou importants sont transmis par Internet. Autant que possible, il est conseillé d éviter le courrier électronique pour transmettre de l information confidentielle importante.

16 Approuvée par le Conseil d administration Conseils pour la prévention de communication d information confidentielle par mégarde : Protéger l information confidentielle et limiter l accès aux personnes qui doivent absolument connaître ces renseignements. Ne pas discuter des affaires confidentielles de la Société dans des endroits publics. Faire preuve de prudence au moment de transmettre de l information confidentielle par Internet. Éviter autant que possible d utiliser des courriels non sécurisés ou non cryptés pour envoyer de l information confidentielle. Ne pas laisser de renseignements confidentiels dans les salles de réunion et les aires de travail. PRÉVISIONS, INFORMATION PROSPECTIVE ET MISES À JOUR L information concernant les perspectives financières à court terme de NAV CANADA est de nature très délicate, à la fois pour la Société et pour les autres sociétés de l industrie de l aviation. Cette information peut comprendre des questions délicates relatives à la main-d œuvre, les prévisions de la circulation aérienne et les estimations de coûts préparées par la Société en vue d établir les redevances pour les services de navigation aérienne. Elle vise aussi toute prévision relative aux autres recettes à court terme, aux coûts ou à la circulation aérienne. Une information de ce type doit être traitée par tous, y compris par les personnes qui génèrent ces prévisions, comme hautement confidentielle. La communication de l information à l extérieur ne doit être faite qu avec l autorisation d un membre du Comité des communications conformément aux procédures décrites dans la présente politique. Plus particulièrement, il faut prendre bien soin d éviter de communiquer des prévisions, des prédictions, des estimations ou d autres informations financières prospectives qui n ont pas été communiquées antérieurement, dans le cadre de conférences sectorielles, de réunions ou par tout autre moyen qui ne donne pas au grand public l accès à la même information en même temps. Nous devons nous assurer de disposer de fondements raisonnables avant de faire des déclarations prospectives et devons inclure dans ces déclarations des avertissements sur les risques et faire preuve de circonspection. Toute déclaration prospective (qu elle soit écrite ou verbale), doit renfermer les éléments suivants : a) une déclaration indiquant que l information est de nature prospective; b) les facteurs susceptibles de faire varier de façon importante les résultats réels par rapport à l information de nature prospective; c) une description des facteurs ou hypothèses à la base de la déclaration prospective; d) une mise à jour ou une comparaison par rapport à une information de nature prospective communiquée antérieurement.

17 Approuvée par le Conseil d administration La communication complète et claire de ces éléments réduit grandement le risque que des déclarations prospectives prenant appui sur des fondements raisonnables n induisent en erreur. L information communiquée peut comprendre divers résultats raisonnablement possibles, une analyse de sensibilité, et d autres renseignements qualitatifs qui aident à expliquer les risques connexes. Les mises en garde servies par la Société doivent être formelles et adaptées en fonction des prévisions ou des opinions précises diffusées. Cette information doit également faire état des risques et les quantifier. Au moment de communiquer l information, nous devons indiquer si nous avons l intention d actualiser l information en question. Des expressions comme «la Société surveille de près la situation» seront considérées comme une intention de faire des mises à jour si nous apprenons que le résultat sera substantiellement supérieur ou inférieur à la prévision originale. Lorsque nous n avons pas l intention de diffuser une prévision ou une estimation actualisées, cela doit être clairement indiqué au moment de communiquer la prévision ou l estimation. Néanmoins, le Comité des communications surveillera les facteurs qui ont une incidence sur la prévision pour s assurer que, si les résultats réels devaient s écarter de façon importante de la prévision (dans le sens positif ou négatif), cet écart sera communiqué adéquatement et conformément aux exigences des lois sur les valeurs mobilières. CONTACTS AVEC DES INVESTISSEURS, DES AGENCES D ÉVALUATION DU CRÉDIT, DES ANALYSTES ET D AUTRES PERSONNES Il est interdit de communiquer de l information importante non publique dans des réunions individuelles ou de groupe (sauf dans le cours normal des activités à des personnes liées par une obligation de confidentialité), puisque cela ne constitue pas une communication d information importante adéquate. Par exemple, la communication d information à des investisseurs, des analystes ou dans le cadre de conférences, n entre pas dans le cours normal des activités. De plus, le fait que le destinataire puisse être lié par une entente de confidentialité ne légitime pas la communication de l information. Si nous avons l intention de communiquer de l information importante au cours d une réunion avec un analyste ou une partie intéressée ou à l occasion d une conférence de presse ou d une conférence téléphonique, l annonce sera précédée d un communiqué de presse. Les conférences téléphoniques et les réunions avec des agences d évaluation du crédit, des analystes et des investisseurs sont un élément important du programme de relations avec les investisseurs de NAV CANADA. Le chef de la direction financière ou d autres représentants autorisés rencontreront des agences d évaluation du crédit, des analystes et des investisseurs au besoin et se mettront en rapport avec les investisseurs, analystes et agences d évaluation du crédit ou répondront à leurs appels sans délai, de façon uniforme et exacte, conformément à la présente politique. En prévision des questions anticipées, les porte-parole de la Société se réuniront avant de tels appels et réunions et, s il y a lieu, arrêteront par écrit à l avance leurs déclarations et réponses scénarisées et les feront revoir par des personnes indiquées au sein de la Société. Cette

18 Approuvée par le Conseil d administration scénarisation aidera à déterminer toute information importante de l entreprise qu il pourrait avoir lieu de communiquer au public par communiqué de presse. Durant de tels appels et réunions, la Société a pour politique de communiquer uniquement de l information non importante et de l information déjà disponible au public. Les données significatives, et en particulier l information financière ayant trait à la circulation aérienne, aux revenus et aux coûts, ainsi que les prévisions financières, ne doivent pas être communiquées de façon sélective aux investisseurs et aux autres professionnels en valeurs mobilières, mais plutôt à l ensemble du marché. Les porte-parole doivent prendre des notes durant les conférences téléphoniques, les conférences sectorielles et les conversations téléphoniques avec les agences d évaluation du crédit, les analystes et les investisseurs et, dans la mesure du possible, au moins deux représentants de NAV CANADA doivent être présents à toutes les réunions et conférences. Après ces réunions et conférences, un compte rendu permettra de constater s il y a eu communication sélective d information importante inconnue du public, et la Société devra immédiatement communiquer cette information au moyen d un communiqué de presse. La présente politique ne vise pas à interdire à quiconque de prendre la parole dans le cadre de conférences ni à s adresser à des parties de l extérieur lorsque ces échanges servent l entreprise à des fins légitimes. Cela dit, au moment de prendre la parole, nous devons nous assurer que l information de l entreprise divulguée est conforme avec la présente politique et en cas de doute nous devons nous adresser au directeur, Communications, affaires publiques et services de traduction, afin de s informer de la pertinence de fournir certains renseignements. Nous devons sans tarder informer un membre du Comité des communications de la nature et du contenu d échanges non intentionnels et non prévus qui sont survenus. Le Comité prendra immédiatement des mesures pour s assurer que la Société se conforme à ses obligations légales. EXAMEN ET DIFFUSION DES RAPPORTS D ANALYSTES La Société risque fort de contrevenir à l interdiction d exploiter une information privilégiée en vertu des lois sur les valeurs mobilières si elle confirme un rapport d analyste ou émet des conseils en ce sens. Elle risque également de communiquer de l information non financière importante de façon sélective au moment de commenter le rapport d un analyste. Par conséquent, si nous décidons d examiner ou de commenter les rapports d un analyste, ces commentaires se limiteront à relever l information factuelle connue du public qui peut avoir une incidence sur le modèle de l analyste ou à signaler les inexactitudes ou omissions factuelles dans l information connue du public concernant la Société. La Société ne confirmera ni ne tentera d'influencer l'opinion ou les conclusions d'un analyste et ne laissera pas sous-entendre qu'elle est d'accord avec le modèle financier ou les estimations financières communiquées par l'analyste. Afin d'éviter de donner l'impression d'entériner le rapport ou le modèle communiqué par l'analyste, la Société joindra une note de dégagement de

19 Approuvée par le Conseil d administration responsabilité aux commentaires écrits précisant que seule l'exactitude des faits contenus dans le rapport a été vérifiée. Les rapports d analystes appartiennent au cabinet auquel est rattaché l analyste. La diffusion ou des mentions de ces rapports, l inclusion de renvois à ces rapports, peuvent être perçus comme la confirmation par la Société de ces rapports. C est pourquoi, nous nous abstiendrons de fournir de quelque façon que ce soit des rapports d analystes à des personnes de l extérieur de la Société ou, en général, aux employés de la Société, y compris de les afficher dans notre site Web ou d y inclure des hyperliens menant à ces rapports. Ces restrictions ne s appliquent pas cependant aux rapports des agences d évaluation du crédit. DOSSIER DE COMMUNICATION DE L INFORMATION Le groupe Communications doit tenir un dossier de cinq ans contenant tous les communiqués de presse. Le vice-président directeur, Finances, et chef de la direction financière, doit tenir un dossier de cinq ans contenant les rapports des analystes et des agences d évaluation du crédit, les notes de comptes rendus, les notes des réunions et des conversations téléphoniques, des conférences avec des analystes, des agences d évaluation du crédit, et des investisseurs (dont les dossiers doivent être examinés par le contrôleur de l entreprise pour déterminer si une communication sélective d information non intentionnelle a eu lieu). Le directeur, Communications, affaires publiques et services de traduction, doit tenir un dossier de cinq ans contenant les présentations données pendant les conférences sectorielles ainsi que les articles de journaux. Tous les documents de communication périodique (p. ex., rapports de gestion, notice annuelle, états financiers) sont déposés et disponibles à l adresse Les états financiers, les rapports de gestion, la notice annuelle et les communiqués financiers sont également déposés dans le site Web de la Société. COMMUNICATIONS ÉLECTRONIQUES L utilisation de communications Web ou électroniques est assujettie aux mêmes règles, lignes directrices et pratiques que celles énoncées dans la présente politique pour d'autres modes de communication de l'information de la Société. Le simple fait d afficher de l information sur le site Web de la Société n est pas suffisant pour remplir l exigence de communication au public dans le cas de l information importante non publique. La communication d information importante dans le site Web (par exemple les révisions des redevances) sera précédée par la diffusion d un communiqué de presse. En vertu de cette politique, les porte-parole autorisés sont également responsables des communications électroniques de NAV CANADA. Le Comité des communications est responsable de superviser la section des relations avec les investisseurs dans notre site Web. Le directeur, Communications, affaires publiques et services de traduction, et la directrice, Services généraux, sont responsables de l actualisation de la section des relations avec les investisseurs dans notre site Web, d effectuer le suivi de l ensemble de l information sur l entreprise affichée

20 Approuvée par le Conseil d administration dans notre site Web et de s assurer qu elle est exacte, complète, à jour et conforme aux lois sur les valeurs mobilières. Le matériel sur les relations avec les investisseurs (y compris les états financiers, les rapports de gestion et la notice annuelle) doit être placé dans une section distincte du site Web et comporter un avis informant le lecteur que l information était exacte au moment où elle a été affichée, mais qu elle peut avoir été remplacée par des communications subséquentes. La date de préparation doit figurer sur toutes les données affichées dans le site Web, y compris les textes et le matériel audiovisuel. Tout changement important dans les informations doit être immédiatement mis à jour, après la diffusion d un communiqué de presse. Le directeur, Communications, affaires publiques et services de traduction, doit tenir un registre indiquant la date à laquelle l information importante est affichée dans la section des relations avec les investisseurs de notre site Web ou en est supprimée. L information importante sur l entreprise affichée dans le site Web doit être conservée pendant deux ans. L information désuète sera archivée sur le site Web afin que les lecteurs continuent d avoir accès aux renseignements qui pourraient avoir une valeur historique ou autre sans toutefois être actuels. ÉCHANGE D INFORMATION DANS INTERNET Pour s assurer qu aucune information confidentielle ou importante soit communiquée par mégarde, il est interdit aux employés d initier une activité de communication électronique, ou d y participer, qui porte sur de l information confidentielle ou importante de NAV CANADA. Cette interdiction s applique à, sans toutefois s y limiter, tous les médias sociaux (p. ex., Facebook), les blogues Web (p. ex., Blogger, Wordpress), les microblogues (p. ex., Twitter), les wikis (p. ex., Wikipédia, answers.com), les messages textes et instantanés (p. ex., MSN), les forums de discussion et de clavardage (p. ex., avweb.com, avcanada.ca), les sites de petites annonces (p. ex., Kijiji, Craigslist), les sites de partage de vidéos et de photos (p. ex., YouTube, Flickr), ou toute autre application «Web 2.0» qui facilite l échange d information. Ces interdictions visent à exonérer la Société de toute responsabilité qui pourrait découler des efforts bien intentionnés, mais sporadiques, déployés par certains afin de mettre fin à des rumeurs ou de se porter à la défense de la Société. Chacun doit rapporter toute discussion ayant trait à la Société contenant de l information confidentielle ou importante trouvée dans Internet à un membre du CEG, du Comité des communications ou du Comité de communication de l'information. Ainsi qu en fait état la Politique sur les médias sociaux et la Politique d utilisation acceptable : communications électroniques de NAV CANADA, il est important de faire preuve de vigilance et de jugement au moment d utiliser Internet et le courrier électronique. L utilisation d Internet et du courrier électronique est assujettie aux mêmes règles, lignes directrices et pratiques de communication de l information que celles énoncées dans la présente politique pour d autres modes de communication de l information de la Société. Au moment d utiliser le courrier électronique, chacun doit être particulièrement attentif afin de s assurer que l information

Politique de divulgation MISE EN SITUATION

Politique de divulgation MISE EN SITUATION MISE EN SITUATION Pour une entreprise telle que 5N Plus inc. (la «Société»), l information constitue un des éléments d actif les plus importants. La Société se doit donc de mettre en place toutes les mesures

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉ

POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉ POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉS APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 25 AVRIL 2013 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 2 MAI 2013 - 2 - POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions courantes des documents sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE POUR LES PERSONNES SOUMISES À DES RESTRICTIONS

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE L INFORMATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION DE L INFORMATION POLITIQUE DE COMMUNICATION DE L INFORMATION 1. RAISON D ÊTRE ET DOMAINE D APPLICATION En sa qualité d «émetteur assujetti» au titre des lois provinciales du Canada sur les valeurs mobilières, Aimia Inc.

Plus en détail

TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION

TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION A. Objet général TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION Adoptée le 27 octobre 2009 (dernière mise à jour le 6 novembre 2013) L adoption de la présente

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES OPÉRATIONS D INITIÉS

POLITIQUE SUR LES OPÉRATIONS D INITIÉS Page : 1 de 7 POLITIQUE SUR LES OPÉRATIONS D INITIÉS Page : 2 de 7 Table des matières 1. OBJET... 3 2. DÉFINITIONS... 3 3. OPÉRATIONS PAR UN INITIÉ SUR LES TITRES DE LA SOCIÉTÉ INTERDITES EN TOUT TEMPS...

Plus en détail

Politique relative aux transactions d initiés

Politique relative aux transactions d initiés Politique relative aux transactions d initiés FÉVRIER 2014 Table des matières 1. Introduction... 2 2. Restrictions visant les transactions d initiés... 2 a) Restrictions visant les transactions d initiés...

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Introduction 35 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET Appels publics à l épargne et placements privés 37 Fusions et acquisitions 41 Par Ian Michael et Benjamin Silver INTRODUCTION Financement d entreprises et fusions

Plus en détail

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE

RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE RÈGLES du COMITÉ D AUDIT (le «comité») du CONSEIL D ADMINISTRATION de YELLOW MÉDIA LIMITÉE AUTORITÉ La responsabilité principale de la communication de l information financière et des contrôles et procédures

Plus en détail

STORNOWAY DIAMOND CORPORATION POLITIQUE DE COMMUNICATION DE L'INFORMATION DE LA SOCIÉTÉ

STORNOWAY DIAMOND CORPORATION POLITIQUE DE COMMUNICATION DE L'INFORMATION DE LA SOCIÉTÉ CONFIDENTIEL STORNOWAY DIAMOND CORPORATION POLITIQUE DE COMMUNICATION DE L'INFORMATION DE LA SOCIÉTÉ BUT La présente politique de communication de l'information de la Société (la «politique») a pour but

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2015-03-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT PARTIE I. STRUCTURE DU COMITÉ 1.

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS ET DE PÉRIODES D INTERDICTION TOTALE DES OPÉRATIONS GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS ET DE PÉRIODES D INTERDICTION TOTALE DES OPÉRATIONS GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS ET DE PÉRIODES D INTERDICTION TOTALE DES OPÉRATIONS GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. LE 21 AVRIL 2015 POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS ET DE PÉRIODES

Plus en détail

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE

VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE VALENER INC. (la «Société») POLITIQUE RELATIVE À LA NÉGOCIATION RESTREINTE Politique approuvée par le Conseil d administration le 29 septembre 2010 1. ÉNONCÉ DE POLITIQUE La législation en valeurs mobilières

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Norbord inc. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE (le «Code»)

Norbord inc. CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE (le «Code») CODE DE CONDUITE PROFESSIONNELLE (le «Code») RÉSUMÉ DU CODE En tant qu employé, lorsque vous agissez au nom de la Société, vous êtes tenu de respecter ce qui suit : Page Observation de la loi Vous conformer

Plus en détail

AUCUN LIEN DE DÉPENDANCE AVEC LES FOURNISSEURS

AUCUN LIEN DE DÉPENDANCE AVEC LES FOURNISSEURS V L es conflits d intérêts Il y a «conflit d intérêts» lorsque vos intérêts personnels nuisent de quelque façon que soit aux intérêts de la Société. Une situation peut être conflictuelle lorsque vous prenez

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités assurer

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE INTRODUCTION Les Lignes directrices sur la gouvernance d entreprise encadrent les responsabilités du Conseil d administration et de la direction afin

Plus en détail

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération;

COMITÉ D AUDIT. minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; COMITÉ D AUDIT 1. Composition et quorum minimum de cinq administrateurs nommés par le Conseil, dont obligatoirement le président du Comité des RH et de la rémunération; seuls des administrateurs indépendants,

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

Politique Utilisation des actifs informationnels

Politique Utilisation des actifs informationnels Politique Utilisation des actifs informationnels Direction des technologies de l information Adopté le 15 octobre 2007 Révisé le 2 juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS... 3 2. DÉFINITIONS... 3

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION ET DE GESTION DES RISQUES MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de vérification (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

Instruction complémentaire 31-501IC Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes

Instruction complémentaire 31-501IC Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes Instruction complémentaire 31-501IC Obligations et dispenses d inscription et sujets connexes PARTIE 1 INTRODUCTION ET DÉFINITIONS 1. Introduction 2. Définitions 3. Interprétation PARTIE 2 OBLIGATIONS

Plus en détail

7.7 Négociation pendant le déroulement de certaines opérations sur titres

7.7 Négociation pendant le déroulement de certaines opérations sur titres Règles universelles d intégrité du marché Règles et Politiques 7.7 Négociation pendant le déroulement de certaines opérations sur titres (1) Interdictions - Sauf selon ce qui est autorisé, un courtier

Plus en détail

L usage du genre masculin inclut le genre féminin; il n est utilisé que pour alléger le texte.

L usage du genre masculin inclut le genre féminin; il n est utilisé que pour alléger le texte. COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 43 POLITIQUE PORTANT SUR L UTILISATION ET LE DÉVELOPPEMENT DES MÉDIAS SOCIAUX Adoptée le 23 avril 2014 CA-13-193-1612 L usage

Plus en détail

POLITIQUE DE DIVULGATION DE L INFORMATION

POLITIQUE DE DIVULGATION DE L INFORMATION Page : 1 de 22 POLITIQUE DE DIVULGATION DE L INFORMATION Auteur : Signature Directrice principale aux relations avec les investisseurs et aux communications externes de la Société Jennifer McCaughey Approuvée

Plus en détail

Ligne directrice n o 3 le mai 2004

Ligne directrice n o 3 le mai 2004 Ligne directrice n o 3 le mai 2004 Lignes directrices pour les régimes de capitalisation Le 28 mai 2004, le Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier a publié la version finale

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS INTRODUCTION Chez Produits forestiers Résolu Inc. («Résolu»), nous attachons beaucoup d importance à nos relations avec nos clients, nos fournisseurs,

Plus en détail

Rapport de suivi relatif à l examen de l utilisation des cartes d achat 2005-2006

Rapport de suivi relatif à l examen de l utilisation des cartes d achat 2005-2006 Rapport de suivi relatif à l examen de l utilisation des cartes d achat 2005-2006 Commission canadienne des grains Service de la vérification et de l évaluation Rapport final Mai 2011 Commission canadienne

Plus en détail

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS

GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS GROUPE HNZ INC. POLITIQUE EN MATIÈRE D OPÉRATIONS D INITIÉS La présente politique fournit des lignes directrices aux administrateurs, aux dirigeants, aux employés et aux consultants de Groupe HNZ Inc.

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 7 mai 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 7 mai 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Page 1 MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil à superviser les contrôles financiers et l information

Plus en détail

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Le membre ou

Plus en détail

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des

protection consommateurs commerce électronique Principes régissant la dans le Le cadre canadien des Principes régissant la protection consommateurs des dans le commerce électronique Le cadre canadien Groupe de travail sur la consommation et le commerce électronique Principes régissant la protection

Plus en détail

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE

PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE PRODUITS FORESTIERS RÉSOLU INC. RÈGLES DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION/ DES CANDIDATURES ET DE LA GOUVERNANCE En vigueur en date du 1er avril 2014 1. Objet Le comité des ressources

Plus en détail

COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE

COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE Mis à jour le 13 janvier 2012 COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE Mandat Le Comité des placements est un comité permanent du conseil d administration de l Association Royale de Golf du Canada (active

Plus en détail

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Veuillez passer en revue les conditions ci-après régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale (les «conditions»). Vous devez les

Plus en détail

Accord d Hébergement Web Mutualisé

Accord d Hébergement Web Mutualisé Les Conditions qui suivent s appliquent aux services d hébergement Web mutualisé et aux services associés de Radiant achetés sur le site Web de Radiant ou sur les sites d autres partenaires. D autres services

Plus en détail

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 4 mars 2011 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT Le Comité de vérification (le «Comité») du Conseil d'administration (le «Conseil») de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (la «Société») a pour mandat

Plus en détail

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation

Norme canadienne 23-101 Règles de négociation Norme canadienne 23-101 Règles de négociation PARTIE 1 DÉFINITION ET INTERPRÉTATION 1.1 Définition 1.2 Interprétation PARTIE 2 LE CHAMP D APPLICATION DE LA RÈGLE 2.1 Le champ d application de la règle

Plus en détail

VALENER INC. («Valener» ou la «Société») POLITIQUE DE RÉGIE D ENTREPRISE

VALENER INC. («Valener» ou la «Société») POLITIQUE DE RÉGIE D ENTREPRISE VALENER INC. («Valener» ou la «Société») POLITIQUE DE RÉGIE D ENTREPRISE (Politique approuvée par le Conseil d administration le 18 novembre 2010) 1. PRÉAMBULE En vertu de la Loi canadienne sur les sociétés

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs

Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs Présentation aux investisseurs Mars 008 Bernard Dorval Chef de groupe, Services bancaires aux entreprises et assurance, et coprésident, TD Canada Trust Mise en garde à l égard des énoncés prospectifs De

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

CIRCULAIRE N o 61-1 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT

CIRCULAIRE N o 61-1 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT Banque de la République d Haïti CIRCULAIRE N o 61-1 AUX BANQUES COMMERCIALES AUX BANQUES D ÉPARGNE ET DE LOGEMENT Les banques et leurs vérificateurs indépendants doivent respecter les dispositions suivantes

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Directive sur l utilisation de l Internet, du réseau et des ordinateurs par les élèves

Directive sur l utilisation de l Internet, du réseau et des ordinateurs par les élèves Directive sur l utilisation de l Internet, Département responsable: Services éducatifs En vigueur le: 1 er janvier 2003 Référence: Approuvée par: Directeur général Amendée le 4 septembre 2007: L un des

Plus en détail

Brookfield Renewable Energy Partners L.P. POLITIQUE ANTI-POTS-DE-VIN ET ANTI-CORRUPTION

Brookfield Renewable Energy Partners L.P. POLITIQUE ANTI-POTS-DE-VIN ET ANTI-CORRUPTION Brookfield Renewable Energy Partners L.P. POLITIQUE ANTI-POTS-DE-VIN ET ANTI-CORRUPTION TABLE DES MATIÈRES APPLICATION DE LA POLITIQUE 1 ENGAGEMENT CONTRE LES POTS-DE-VIN ET LA CORRUPTION 1 INTERDICTION

Plus en détail

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières

Billets de cession interne pour les sociétés d assurance-vie. Saines pratiques commerciales et financières Ligne directrice Objet : Catégorie : pour les sociétés d assurance-vie Saines pratiques commerciales et financières N o : E-12 Date : juin 2000 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice

Plus en détail

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Veuillez passer en revue les conditions ci-après régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale (les «conditions»). Vous devez les

Plus en détail

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS

I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT RÔLES ET RESPONSABILITÉS I. ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT 1. Le but premier de Golf Canada en ce qui concerne son portefeuille de placement (le «Portefeuille») est d aider Golf Canada à atteindre ses objectifs tels qu énoncés

Plus en détail

Modalités d utilisation du site Web

Modalités d utilisation du site Web Modalités d utilisation du site Web VOUS ÊTES PRIÉ DE LIRE ATTENTIVEMENT LES PRÉSENTES MODALITÉS D UTILISATION (LES «MODALITÉS») AVANT D UTILISER LE SITE WEB DE LA BANQUE ROGERS (LE «SITE»). EN UTILISANT

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC.

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE STINGRAY DIGITAL INC. GÉNÉRALITÉS 1. OBJET ET RESPONSABILITÉ DU CONSEIL En approuvant le présent

Plus en détail

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC

RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC RÉGIME COMPLÉMENTAIRE DE RETRAITE DES EMPLOYÉS DES OFFICES MUNICIPAUX D HABITATION DU QUÉBEC POLITIQUE DE PLACEMENT RELATIVE AUX ACTIFS DU RÉGIME DE RETRAITE Février 1998 Mise à jour : Revue en septembre

Plus en détail

RÈGLEMENT PORTANT SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT PORTANT SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT PORTANT SUR LA GESTION FINANCIÈRE PRÉAMBULE Le présent règlement précise les règles de gestion budgétaire et financière du Collège ainsi que les pouvoirs et les

Plus en détail

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL))

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Ligne directrice Objet : Catégorie : (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Saines pratiques commerciales et financières N o : E-13 Date : Novembre 2014 I. Objet et portée de

Plus en détail

Alerte audit et certification

Alerte audit et certification Alerte audit et certification AUDIT DES COMPTES D UN CANDIDAT À UNE ÉLECTION FÉDÉRALE AOÛT 2015 Modèle de lettre de mission d audit, modèle de lettre d acceptation et modèle de rapport de l auditeur indépendant

Plus en détail

DEMANDE D AUTORISATION D ÉMETTRE DES ACTIONS À TITRE DE PLACEMENTS ADMISSIBLES

DEMANDE D AUTORISATION D ÉMETTRE DES ACTIONS À TITRE DE PLACEMENTS ADMISSIBLES Révision sept 2015 Loi de l impôt sur le revenu Page 1 de 8 DEMANDE D AUTORISATION D ÉMETTRE DES ACTIONS À TITRE DE PLACEMENTS ADMISSIBLES REMARQUE : SI LA PRÉSENTE DEMANDE EST APPROUVÉE, L AUTORISATION

Plus en détail

Politique sur la protection des renseignements personnels

Politique sur la protection des renseignements personnels Page : 1 de 9 Émis : 2014-09-22 Note : Les textes modifiés d une politique existante sont identifiés par un trait vertical dans la marge de gauche. A. PRÉAMBULE La Charte des droits et libertés de la personne

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 29 mai 2013 CHARTE DU COMITÉ D AUDIT ET DE RÉVISION DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil d administration à s acquitter des responsabilités

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Politiques et procédures

Politiques et procédures Approuvée par : Conseil d administration Page 1 de 6 Politique en cas d atteinte à la vie privée NOTE: Il s'agit d'une politique conjointe du Groupe de travail des agents de la protection de la vie privée.

Plus en détail

ENTENTE DE REVENDEUR AUTORISÉ GRIFFIN

ENTENTE DE REVENDEUR AUTORISÉ GRIFFIN ENTENTE DE REVENDEUR AUTORISÉ GRIFFIN Griffin Technology, Inc. («Griffin») comprend que le requérant (ou «revendeur») a conclu, ou a l intention de conclure une entente («entente de distributeur autorisé»)

Plus en détail

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT COMMANDITÉ DE BROOKFIELD RENEWABLE ENERGY PARTNERS L.P. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Février 2015 Un comité du conseil d administration (le «conseil») du commandité (le «commandité») de Brookfield Renewable

Plus en détail

RÉGLEMENTATION DES MEMBRES. avis

RÉGLEMENTATION DES MEMBRES. avis RÉGLEMENTATION DES MEMBRES avis Personne-ressource : L. Boyce : (416) 943-6903 - lboyce@ida.ca RM0281 Le 12 avril 2004 À l ATTENTION DE : Personnes désignées responsables Chefs des finances Destinataire(s)

Plus en détail

Rapport de vérification final. Vérification des prestations de soins dentaires

Rapport de vérification final. Vérification des prestations de soins dentaires Health Canada Santé Canada Rapport de vérification final Vérification des prestations de soins dentaires Mai 2009 Table des matières Sommaire... iii Introduction... 1 Contexte... 1 Prestations de soins

Plus en détail

POLITIQUE D UTILISATION DES OUTILS ET SERVICES DU WEB 2.0 À LA VILLE DE QUÉBEC

POLITIQUE D UTILISATION DES OUTILS ET SERVICES DU WEB 2.0 À LA VILLE DE QUÉBEC POLITIQUE D UTILISATION DES OUTILS ET SERVICES DU WEB 2.0 À LA VILLE DE QUÉBEC Service des communications Service des technologies de l information et des télécommunications Mai 2014 POLITIQUE D UTILISATION

Plus en détail

SAC AU SOL POLITIQUE SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

SAC AU SOL POLITIQUE SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS SAC AU SOL POLITIQUE SUR LA PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS L entreprise Sac au sol inc. («Sac au sol») reconnaît l importance de la protection et de la sensibilité des renseignements personnels.

Plus en détail

Nouvelles règles canadiennes sur la commercialisation des placements au moyen d un prospectus

Nouvelles règles canadiennes sur la commercialisation des placements au moyen d un prospectus Nouvelles règles canadiennes sur la commercialisation des placements au moyen d un prospectus Le 30 mai 2013, les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (ACVM) ont publié la version définitive des

Plus en détail

DSOP - Canada Service Providers FR 07/10 1/5

DSOP - Canada Service Providers FR 07/10 1/5 Lignes directrices opérationnelles sur la sécurité des données d American Express à l intention des fournisseurs de services canadiens* Chef de file en protection des consommateurs, American Express s

Plus en détail

TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS MANDAT CONSTITUTION COMPOSITION

TENUE ET CONVOCATION DE RÉUNIONS MANDAT CONSTITUTION COMPOSITION BANQUE NATIONALE DU CANADA COMITÉ DE GESTION DES RISQUES Le comité de gestion des risques (le «Comité») est établi par le conseil d administration (le «Conseil») de la Banque Nationale du Canada (la «Banque»).

Plus en détail

Normes d'indépendance Règle 204 du Code de déontologie harmonisé. Avril 2011

Normes d'indépendance Règle 204 du Code de déontologie harmonisé. Avril 2011 Normes d'indépendance Règle 204 du Code de déontologie harmonisé Avril 2011 Chapitre 204 du Code de déontologie harmonisé pour les comptables agréés du Canada approuvé le 4 avril 2011 par le Comité sur

Plus en détail

Lignes directrices visant l examen, la surveillance et la conservation des publicités, de la documentation commerciale et de la correspondance

Lignes directrices visant l examen, la surveillance et la conservation des publicités, de la documentation commerciale et de la correspondance Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Opérations Recherche Personne-ressource

Plus en détail

Contrat d'organisateur d'événements indépendant.

Contrat d'organisateur d'événements indépendant. Contrat d'organisateur d'événements indépendant. Ce contrat ne peut être rempli que par le nouvel organisateur d'événements indépendant. 1. L adhésion à ce Contrat entre l organisateur d événements indépendant

Plus en détail

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée

Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Lignes directrices financières pour l obtention d un permis d exploitation d un foyer de soins de longue durée Direction de l amélioration de la performance et de la conformité Ministère de la Santé et

Plus en détail

Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma

Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma Service des ressources humaines 15 février 2010 Résolution : 078-04-2010 TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE... 1 BUT DE LA POLITIQUE... 1 OBJECTIFS... 1

Plus en détail

Objet : Lignes directrices sur la gouvernance des régimes de retraite et questionnaire d autoévaluation de l ACOR

Objet : Lignes directrices sur la gouvernance des régimes de retraite et questionnaire d autoévaluation de l ACOR Le 25 octobre 2004 Objet : Lignes directrices sur la gouvernance des régimes de retraite et questionnaire d autoévaluation de l ACOR Madame, Monsieur, Au nom de l Association canadienne des organismes

Plus en détail

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE Banque du Canada MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA 1. Par les présentes, le ministre des Finances donne avis que

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION MÉDIAS SOCIAUX

POLITIQUE DE COMMUNICATION MÉDIAS SOCIAUX POLITIQUE DE COMMUNICATION MÉDIAS SOCIAUX RÉDIGÉ PAR LA DIVISION DES COMMUNICATIONS DE LA VILLE DE THETFORD MINES La présente politique de communication s adresse à toute personne qui désire utiliser ou

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE RECOMMANDATIONS PROPOSÉES (Ce guide doit être utilisé avec le Programme de vérification des syndics) **Ce n est pas nécessaire de le retourner au Bureau national**

Plus en détail

Politique réglementaire de radiodiffusion CRTC 2014-473

Politique réglementaire de radiodiffusion CRTC 2014-473 Politique réglementaire de radiodiffusion CRTC 2014-473 Version PDF Référence au processus : 2014-79 Ottawa, le 12 septembre 2014 Modifications à divers règlements Obligations de non-divulgation et de

Plus en détail

CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE ENCADRANT L UTILISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX

CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE ENCADRANT L UTILISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE ENCADRANT L UTILISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX Service émetteur : Direction des ressources humaines Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Dernière

Plus en détail

NOTE DE MISE EN ŒUVRE

NOTE DE MISE EN ŒUVRE NOTE DE MISE EN ŒUVRE Objet : Gouvernance et surveillance d'entreprise dans les institutions appliquant l'approche NI Catégorie : Fonds propres N o A-1 Date : Janvier 2006 I. Introduction Le présent document

Plus en détail

MD Marque déposée d Interac Inc. Utilisée sous licence.

MD Marque déposée d Interac Inc. Utilisée sous licence. Conditions Veuillez lire la présente convention attentivement avant d utiliser les Services bancaires par Internet. Elle renferme des exclusions et des limitations de responsabilité de même que d autres

Plus en détail

Groupe WSP Global Inc. (la «Société») RÈGLES DU COMITÉ D AUDIT

Groupe WSP Global Inc. (la «Société») RÈGLES DU COMITÉ D AUDIT Groupe WSP Global Inc. (la «Société») RÈGLES DU COMITÉ D AUDIT I. RÔLE Le rôle du comité d audit de la Société (le «comité d audit») consiste à aider le conseil d administration (le «conseil») à surveiller

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

Gestion de la dette PRATIQUE RECOMMANDÉE PAR LA GFOA UTILISATION D UN SITE WEB À DES FINS DE DIVULGATION (MAI 2003) Contexte

Gestion de la dette PRATIQUE RECOMMANDÉE PAR LA GFOA UTILISATION D UN SITE WEB À DES FINS DE DIVULGATION (MAI 2003) Contexte Gestion de la dette PRATIQUE RECOMMANDÉE PAR LA GFOA UTILISATION D UN SITE WEB À DES FINS DE DIVULGATION (MAI 2003) Contexte La technologie a des répercussions importantes sur la façon dont les renseignements

Plus en détail

Projet de modification de la définition d'«ordre dispensé de la mention à découvert»

Projet de modification de la définition d'«ordre dispensé de la mention à découvert» Avis sur les règles Appel à commentaires RUIM Date limite pour les commentaires: le 14 septembre 2015 Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Haute direction Institutions Pupitre

Plus en détail

des tiers, de leurs agents financiers et de leurs vérificateurs

des tiers, de leurs agents financiers et de leurs vérificateurs Manuel sur la publicité électorale des tiers, de leurs agents financiers et de leurs vérificateurs EC 20227 Juillet 2015 Cette page blanche a été laissée intentionnellement. Table des matières À PROPOS

Plus en détail