Trans-codage et forme : un processus de traduction

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Trans-codage et forme : un processus de traduction"

Transcription

1 3. Les pratiques artistiques du transcodage 133 Trans-codage et forme : un processus de traduction Bernhard Rüdiger Artiste et enseignant à l École nationale supérieure des beaux-arts de Lyon Manhattan Walk (After Piet Mondrian), Financial District (World Trade Center), 10 avril 2001, 17h10. Enregistrement acoustique sur papier photographique monté sur rouleaux en PVC cm Collection particulière Cologne

2 Les pratiques artistiques du transcodage Trans-codage et forme : un processus de traduction Bernhard Rüdiger 135 Dans le contexte de cette rencontre autour de l image et de la notion de code, je voudrais vous proposer de suivre certaines des problématiques que je me suis posées dans mon travail et insister sur le fait que le changement de régime des images ne peut se réduire à une évolution technique. Il s agit de dire que la réception de l image ne s est pas modifiée du seul fait de ses nouveaux modes d encodage. Je soutiendrai la thèse que ces transformations technologiques et la formidable diffusion de l image numérique actuellement vont de pair avec un changement de paradigme quant à l appréhension du visible. Pour essayer d esquisser une telle approche, je vais m appuyer sur mon expérience de plasticien. Au moment de faire, les idées ne sont jamais très claires. Justement parce qu on travaille, on est au cœur d une modification qu on tente de préciser tant bien que mal. Ce n est que bien plus tard, une fois que l objet est sorti de l atelier et qu un autre travail et une nouvelle problématique viennent occuper le terrain, que l on peut commencer à nommer correctement les choses. C est pour cette raison que je vais vous proposer de suivre l évolution qui s est engagée entre un ensemble de travaux du début des années 90 et un autre, une décennie plus tard, au début des années Dans mon travail de plasticien l activité pédagogique et ce qu on appelle aujourd hui la recherche en art jouent un rôle essentiel. Il est pourtant important de préciser que mon approche théoricienne reste intimement liée à mon activité principale de plasticien. Depuis toujours il s agit d une exigence première des artistes leur permettant la mise en place d une pensée qui structure les œuvres et les actions futures. En 1991 le Musée Pecci de Prato consacre une première exposition à la jeune génération d artistes italiens sortis vers la moitié des année 80. Je suis donc invité avec deux artistes du groupe avec qui j avais à l époque constitué une revue et une galerie autonome, Lo Spazio di Via Lazzaro Palazzi, à participer à cette exposition. Le Musée, construit dans les années 80, sans fenêtres et constitué d une suite de 10 cubes de 12 mètres sur 12 et 6 mètres de hauteur, ne pouvait se parcourir que dans un sens. Arrivé dans la dixième salle, il fallait faire marche arrière et parcourir à nouveau les dix salles pour revenir vers la seule sortie. J ai demandé à investir cette dernière salle. La période de préparation de cette exposition avait été accompagnée pendant plusieurs mois par le son de tambours qui annonçaient l imminente entrée en guerre de l Amérique de Bush-père après l invasion du petit émirat pétrolier du Koweït par l Irak. L exposition débutait en janvier 1991 et lors du montage, je suivais avec horreur les images techniciennes et lisses de cette bataille aérienne qu on avait baptisée «Tempête du désert». Ce sentiment d horreur me venait aussi de tout ce que ces images ne montraient pas, mais que mon inconscient continuait à essayer de reconstruire dans les cauchemars qui habitaient mes nuits. Depuis le mois d août, j élaborais avec une inquiétude croissante tous les non dits que la censure occidentale diffusait par ces exercices de bourrage de crâne qu étaient devenues les informations. Il m était devenu impossible de combler la distance entre les images et les informations du jour et celles, inconscientes, produites pendant la nuit. C est qu au fond de moi-même je n arrivais plus à concilier mon travail fortement axé à l époque sur des problématiques de perception, avec l immanence du réel catastrophique que ce début de guerre annonçait. Mon travail de l époque s est construit à partir de la constatation qu il existe une différence importante entre l espace qu on occupe réellement dans le monde et celui qu on perçoit quand on se projette dans ce monde. J avais compris que l espace ne peut en aucun cas être un concept général car il est définitivement lié à ce que chacun y porte comme projection imaginaire de son propre corps agissant. Il s agit d une question liée à la physis, c est-à-dire à l expérience concrète du monde en désaccord constant avec l image que nous avons de nous-mêmes et de nos actions.

3 Les pratiques artistiques du transcodage Trans-codage et forme : un processus de traduction Bernhard Rüdiger 137 Une fois dans le musée, j ai pensé immédiatement que nos œuvres enfermées dans ce lieu sans fenêtres donneraient une bonne image de cet occident clos sur son propre bonheur et aveugle quant aux conséquences de ses actions dans le monde. J avais décidé d exposer les œuvres qui avaient été les points de départ de ma recherche plastique. Elles ont été réalisées entre la fin de 1986 et le début L entrée de la salle était occupée par l œuvre, Peep Show, qui s était agrandie à cette occasion. Il s agissait d une cabine aux parois en aggloméré, doublées à l intérieur d une plaque de plexiglas qui réfléchissait légèrement le corps de la personne qui entrait. La cabine était composée de 4 parois aux largeurs différentes, ficelées, permettant le passage d une seule personne à la fois, elles mesuraient 210 cm de hauteur. L enfermement du corps du spectateur dans cet espace semi réfléchissant éveillait l attention de tous les sens et aiguisait l ouïe au point de capter le moindre bruit, projetant ainsi notre perception au-delà de l espace clos. Passé ce labyrinthe de cabines qui laissaient découvrir quelques œuvres liées à l expérience physique de la trace du corps, l espace central était occupé par Cube, une œuvre qui elle aussi avait changé de format pour cette exposition. Elle fut présentée dans d autres contextes, inclinée contre un mur, d une façon telle que le regard du spectateur pouvait atteindre le fond de ce cube creux de 500 kg de plomb depuis l entrée de l espace d exposition. La projection visuelle produisait un déplacement de ce que le spectateur éprouvait de son propre corps en prise avec la masse de métal. J ai présenté à Prato cette pièce au centre de l espace directement posé au sol. Le spectateur était appelé à s approcher pour se pencher sur le Cube comme au-dessus d un puit. À cette occasion, le plomb était revêtu d une résistance en tissu de fibre de verre blanche qu on utilise pour chauffer les fûts de pétrole ou d huile. En s approchant du Cube le spectateur sentait tout de suite l émanation du plomb réchauffé qui lui donnait l impression d étouffement et de danger. La situation spécifique du Musée et l atmosphère que cette nouvelle guerre avait produite m ont amené à créer une œuvre in situ. L architecte de ce Musée Pecci avait dû revoir ses plans en cours de réalisation. Il avait bêtement oublié de prévoir l accès pour les œuvres dans les salles situées à l étage. Il avait donc modifié le dernier mur de la dixième salle pour qu il puisse être ouvert du sol au plafond et permettre la traction de caisses à l étage avec un bras mécanique loué à chaque montage d exposition. Si les défauts architecturaux de ce musée ont entre temps été corrigés, il reste une construction typique des années 80. White Cube était devenu à cette époque l expression parfaite de cette nouvelle société de consommation qui, après la génération d artistes qui avaient fait de leurs sorties dans la réalité physique et politique du monde l essence de leur travail, Vue de l'installation au Musée Pecci de Prato en Au centre : Cube, Plomb et résistances électriques cm. Au fond : Peep Show, Aggloméré et plexiglas. Hauteur 210 cm. Cube : Collection Centro per l'arte contemporanea Luigi Pecci, Prato ; Peep Show : Collection Sergio Casoli, Milan. Photo Roberto Marossi, Milan

4 Les pratiques artistiques du transcodage Trans-codage et forme : un processus de traduction Bernhard Rüdiger 139 s enfermaient à nouveau dans des lieux où se retrouvaient les amateurs d art, les artistes et leurs marchands. J ai donc pris la décision d ouvrir le Musée sur le monde extérieur en plaçant une vitre de 3 mètres de largeur et de 6 mètres de hauteur devant cette ouverture qui donnait sur la banlieue de Prato. Ce Grand verre garde de son aïeul duchampien la relation essentielle qui s établit entre l arrière-plan de l œuvre, le monde tel qu il est au moment de la visite du spectateur, et le premier plan. Le Grand Verre de Prato n accueille aucun dessin, il n y a pas d œuvre sur ce plan transparent. Il n y a donc rien à reconnaître qui proposerait une différence entre la surface de l œuvre et l arrière-plan historique devant lequel il se dresse. Entre l espace de perception du spectateur, sa structure physiologique qui élabore les informations et développe les sensations, et la surface transparente du verre qui fonctionne comme une délimitation, tout se passe comme s il n y avait pas de solution de continuité. L absence de tout dessin sur le Grand verre lui assigne le rôle fonctionnel d une paire de lunettes; on regarde à travers, on ne regarde pas la surface. S il n y a rien qui est désigné comme étant à regarder, le spectateur doit décider de ce qu il y a à voir, mais aussi et c est une opération bien plus complexe s il y a seulement quelque chose à voir. Goethe note dans son journal après la traversée en mer de Naples à Palerme le 3 avril 1787, «Si on ne s est jamais vu cerné par la mer toute autour de nous, on ne peut pas se faire une idée du monde et de sa propre relation au monde» Cette question occupait à l époque une place centrale dans mon travail. Ce n est plus dans l œuvre qu il y a quelque chose à regarder, mais c est à travers elle que je peux faire l expérience réelle du monde. Après tous ces artistes, qui depuis l après-guerre étaient partis dans le monde pour faire ce que Fontana avait décrit dans son Manifesto Blanco de 1946 avec les mots : «mettre fin au problème de la forme en art pour épouser toutes les formes et les intégrer à un espace total où l art ne décrit plus le monde mais le fait être par les ondes lumineuses, sonores et par les matériaux», je ne pouvais plus penser l œuvre dans les termes de la représentation. Ce présupposé de l après-guerre nous place face au problème d une forme qui n est plus à reconnaître, il ne s agit plus d attribuer un objet à un signe, il s agit au contraire de l identifier. C est-à-dire de faire l opération complexe de sortir une forme d un ensemble indistinct qui se présente à nos yeux. Il s agit donc de cerner la forme en tant que telle et de lui attribuer une fonction par rapport à tout ce que nous percevons du monde. Face au Grand verre qui permet au regard de parcourir la banlieue de Prato, le spectateur se doit de savoir s il y a un objet à saisir, à isoler pour pouvoir commencer à construire du sens. Sans cette première opération d identification, il ne peut en aucun cas ordonner toutes les informations que ses sens lui transmettent. Grand verre, Verre de 600 sur 300 cm Collection Centro per l'arte contemporanea Luigi Pecci, Prato

5 Les pratiques artistiques du transcodage Trans-codage et forme : un processus de traduction Bernhard Rüdiger 141 La situation précise de cette exposition m a obligé à réorienter mes réflexions sur la perception et la fonction de l œuvre. Il fallait intégrer à l expérimentation subjective du spectateur, l urgence politique et donc concrète qui résultait de l annonce de ce nouveau conflit mondial. Le problème complexe de la relation entre un fait déterminé de nature historique et l indétermination individuelle de ce qu on perçoit du monde a profondément remis en question mon travail. L odeur chaude du plomb qui s évapore, le froid qui venait du Grand Verre en ce mois de janvier, et surtout le centre vide de la salle d exposition occupé par le corps du spectateur étaient des indices sur mon état d âme et sur les préoccupations qui nous habitaient tous. Il ne s agit pourtant que de traces qui permettaient à une personne attentive de capter l atmosphère qui se dégageait des œuvres et d en déduire que le moment historique jouait un rôle essentiel dans l installation. Je n étais pas satisfait de cette situation, même si je sentais avec certitude que jamais je n aurais voulu que l objet politique passe au premier plan et devienne une annonce ou un manifeste de ce qu il faut penser de la situation géopolitique. Beaucoup de mes collègues ont choisi cette voie pendant les années 90. À l inverse, il m était clair que le sens de l œuvre devait rester indéterminé. Garder la complexité de l œuvre basée sur les contradictions auxquelles s expose tout regard subjectif était un choix volontaire. Dans le catalogue de cette exposition, j avais publié cette phrase : «Nous avons des réponses en main, mais nous avons aussi un sérieux problème : une culture humaniste requiert de l attention et du soin de la part de celui qui regarde et écoute. Nos lamentations ont fini par enterrer jusqu à la dernière fourmi. Tous aux aguets, l art a des solutions schizophréniques et sages.» Il me semblait de plus en plus clair qu on était devant une nouvelle problématique dans la façon d aborder la perception et la réception d un individu et que celle-ci impliquait une instance éthique. Le spectateur doit choisir de ce qu il voit ou ne voit pas. D un autre côté je sentais bien qu il s agissait d une situation schizophrène. Décider éthiquement de ce qu il faut voir et se confronter à l immanence de la réalité historique du monde dans lequel on évolue ne pouvait se faire qu en passant par une rupture, par une tension qu il fallait élaborer et mettre en forme. Dans mon travail entre 1990 et 2000 j ai poursuivi principalement deux directions. Je me suis intéressé d un côté à développer cet espace indistinct qui s ouvrait derrière le Grand verre faisant de l horizon de l œuvre un objet du travail. De l autre côté, j ai essayé d inclure dans la forme même de mes travaux la cassure essentielle entre l espace culturel et physique qu occupe le spectateur et la démesure à laquelle il se confronte quand l œuvre devient un vecteur du regard individuel. Dans mes expositions, je donnais de plus en plus d importance à l horizon devant lequel je plaçais mes œuvres. Mes projets mettaient en tension des formes sculpturales au centre de l espace et des œuvres qui se plaçaient comme des fenêtres sur les murs du fond du lieu d exposition. J étais désormais conscient que l horizon faisait partie intégrante de l œuvre, il en était le point de fuite, ce lieu où le regard du spectateur s arrête pour revenir sur l objet, sur le contexte et donc sur le sens d une œuvre. Il m a semblé de plus en plus important d empêcher le spectateur de croire que la ligne de fuite de l arrière plan de l œuvre est une évidence donnée par le lieu de l exposition, comme cela était le cas des murs blancs du White Cube où on était appelé à exposer. J ai développé une série de projets d images produites avec des appareils photographiques comme les quatre séries des Quatre cauchemars ou les images de Manresa. Ces œuvres étaient des ouvertures qui se situaient derrière les sculptures au centre de l espace. Aucune fenêtre d une galerie d art ou d un musée ne devait plus être vue comme une chose naturelle, un accident qui ne fait pas partie de ce qu un artiste élabore dans son travail. L horizon à partir duquel une œuvre est visible ne devait plus se donner comme un espace neutre, un lieu aveugle, dépourvu de toute stratification temporelle et mnémonique.

6 Les pratiques artistiques du transcodage Trans-codage et forme : un processus de traduction Bernhard Rüdiger 143 Les machines célibataires aux formes disproportionnées qui se situaient au centre de l espace d exposition se basaient sur une abstraction, dans le sens où elles obéissaient à des règles internes. Les œuvres de cette époque ne tenaient plus compte de la taille du spectateur et de son point de vue, elles suivaient une logique propre. Dans les deux Autoportraits en accumulateur célibataire, présentés en 1999 à la Galerie de Noisyle-Sec, un tréteau en matière plastique maintenait en hauteur et isolait des formes en cuivre. Tous les éléments métalliques sur son sommet traversés par des tubes, étaient tenus par des câbles métalliques de 2000 m de longueur, enroulés autour de l œuvre comme un câble autour d un moteur magnétique. Tout choix formel, de taille, de forme, des matériaux, des structures portantes, étaient la conséquence d une première décision. Il servait cette règle interne et faisait de l œuvre une machine célibataire. Le spectateur ne se trouvait plus dans un espace vide qui était la prolongation de ses sens. Il était devant un objet qui déclarait clairement son altérité. Il ne pouvait pas recourir à d autres images et à d autres formes connues pour amorcer une lecture. Chaque caractère de l œuvre le conduisait vers un élément qui ne le concernait pas et qui restait donc fragmentaire, car sans lien possible. J ai été invité en Israël au printemps 2000 pour conduire un séminaire à l école de beaux-arts Bézalel à Jérusalem. Ce voyage en zone de conflit allait réactualiser mes réflexions autour de la condition historique à laquelle se confrontait l artiste contemporain et me pousser à faire le point sur ce que j avais produit depuis ce moment déclencheur dix ans auparavant. Confronté cette fois-ci à un paysage qui résulte directement de multiples conflits ouverts et souterrains, je me rends compte de mon incapacité à faire des photos en Palestine et en Israël. Je n étais pas capable de traiter la photo autrement que comme quelque chose qui était déjà un cliché de la mauvaise photo de reportage ou de vacances. Pendant ce séjour, j ai habité en face d une vallée surpeuplée, dont les premières maisons étaient toutes en ruine, et en contrebas desquelles se trouvaient des baraquements avec une densité extrême. La vallée en contrebas conduisait directement au mur des lamentations, au socle donc du Temple juif et de la Mosquée de Al-Aqsa. À l heure de la prière, toute la vallée en face résonnait de chants amplifiés, une superposition de chants provoquée par la densité extraordinaire des mosquées dans ce lieu proche de l esplanade du temple où Mohamed voit en rêve s ouvrir le ciel. La différence entre l expérience visuelle et celle du ressenti sonore m a fait prendre conscience de la complexité historique du lieu. La stratification d événements contradictoires, de visions de vies inconciliables et de ressentis incompatibles, donnait à cette agressivité acoustique et religieuse dirigée vers Jérusalem un caractère de tension inédit. À partir de ces éléments, j ai commencé à développer un projet qui consistait à déplacer un certain nombre d éléments constitutifs de la photographie. Il s agissait d intervenir sur le processus de travail, en faisant un pas de côté. J ai pris la décision de substituer le rayon lumineux entrant dans l appareil photo par une onde sonore tout en gardant le processus de révélation photographique. Les sons enregistrés sur bande magnétique par un microphone, une fois traduits numériquement en points lumineux, devaient êtres imprimés sur un papier photosensible comme un négatif photographique. Rentré à Paris, j ai commencé à organiser le projet pour repartir en Israël et en Palestine et enregistrer un parcours sonore à la limite entre les territoires. L idée était celle de faire un travail de documentation, en enregistrant ce qui m entourait à l aide de deux micros pour avoir une profondeur stéréographique de l espace que je traversais. Il était important pour moi de consigner ce matériau sonore sur un papier photo et de respecter la valeur documentaire de ce matériel. Je voulais aussi garder une dimension spatiale de cette image et créer de très grands rouleaux photographiques qui mesurent au final environ 2 mètres de hauteur, sur 10 mètres de longueur. Le pas de côté

7 Les pratiques artistiques du transcodage Trans-codage et forme : un processus de traduction Bernhard Rüdiger 145 que je m imposais dans le processus de travail allait révéler une image fidèle et pourtant difficile à décoder. Pendant la mise en place de ce projet, beaucoup de choses ont changé en Israël et le début de la deuxième Intifada, le 28 septembre 2000, a rendu difficile et je dirais aussi inappropriée la mise en œuvre de ce projet dans une condition de conflit ouvert. Après avoir attendu vainement la fin de cette escalade de violence -qui a finalement duré au moins jusqu en j ai pris la décision en avril 2001 de changer de point de chute pour le projet. J ai décidé de me rendre dans une ville où se concentre le pouvoir financier. Je me suis rendu à New York, en me disant que si le conflit se manifestait par une escalade de violence à la frontière du monde occidental, il était certainement aussi le produit de son Histoire complexe et qu il existait aussi dans son centre, notamment grâce à l activité économique et politique qui participe à organiser et structurer le conflit. J ai donc vécu deux mois à New York en quadrillant à pied Manhattan à la recherche de sons de cette guerre qui se passe de l autre coté de l océan. Le choix du premier rouleau photographique réalisé et exposé, montre l enregistrement documentaire d un lieu au premier abord anodin, mais qui se révèle être au croisement d événements historiques décisifs. Cette pièce Manhattan Walk (After Piet Mondrian) Financial District (World Trade Center) 10 avril 2001, 17h10, montre 2 minutes environ des sons captés en bas du World Trade Center à l heure de la sortie des employés. Le choix de réaliser les deux minutes de captation autour des tours jumelles s est imposé tout naturellement après le 11 septembre pendant la période d élaboration qui a suivi l enregistrement et qui était dédiée à résoudre toutes les questions techniques de transposition photographique. Pour la première présentation à la Galerie Krings-Ernst de Cologne en 2002, deux rouleaux étaient présentés en même temps que l œuvre Trompette N 7 (Petrolio). Il s agissait d une sculpture en bois qui dominait le spectateur de plus d un mètre. «Les tuyaux d orgue ( ) traversaient l espace à l horizontal, ils dirigeaient vers le visiteur la gueule bâillante et sombre de leur ouverture, et leur envoyaient directement à la face leur vibration rauque et pénétrante. ( ) Les visiteurs ne prennaient pas tout de suite conscience que c était leurs propres pas et leurs propres voix qui provoquaient ce vrombissement et ébranlaient le corps et les murs.» Dans les salles silencieuses de la galerie, les visiteurs bruyants provoquaient le déclenchement du moteur à vent qui faisait résonner les tuyaux d orgue et donnaient à entendre un accord inquiétant dont la note plus basse restait en déca de notre sensibilité auditive. Installation in Locus desertus, Château des adhémars, Montélimar 2006 sur le mur : Manhattan Walk (After Piet Mondrian), (légende p. 130). À droite : Trompette N 7 (Petrolio), Flûtes d'orgue, bois, aluminium, moteur à vent, microphone cm Collection particulière Cologne. Photo André Morin, Paris

8 Les pratiques artistiques du transcodage Trans-codage et forme : un processus de traduction Bernhard Rüdiger 147 Il est évident que j avais conçu l exposition à partir de l idée de tension. D un côté il y a l horizon historique enregistré sur les rouleaux du Manhattan Walk (After Piet Mondrian) ce passage de deux minutes où les employés du World Trade Center ont laissé la trace de leur activité quotidienne. De l autre côté, la grande sculpture Trompette N 7 (Petrolio) réveille l attention du spectateur comme si quelque chose devait être rappelé à la conscience. Pour la première fois, j avais l impression d avoir trouvé une nouvelle forme capable de tenir ensemble ces deux questions essentielles à mon travail, la perception subjective du spectateur et la question historique. Il me semble que le choix du transcodage est essentiel pour comprendre comment fonctionne cette alliance d éléments inconciliables. Le transcodage d une matière sonore vers une image numérique s est construit avec un logiciel d analyse de fréquences. Ce logiciel Amadeus permet d analyser les fréquences qui composent un son, de nettoyer les bruitages qui rendent une voix peu claire ou un son harmonique impur. Ce qui nous intéresse ici est le fait d avoir traduit en points lumineux les bruits qui avaient été captés avec deux microphones. Le spectateur se rend immédiatement compte que ces points lumineux répondent à une règle interne. Après avoir lu le cartel de l œuvre, il peut aussi savoir qu il y a eu une captation du réel le 10 avril 2001 au Financial District de New York et que celle-ci a été transposée. Il s agit donc d un document, même si et cela me semble important ici- il n est pas immédiatement lisible. Un spectateur qui ne serait pas spécialisé dans ce type de logiciel ne reconnaitrait pas la représentation d un son. L abstraction et le code inconnu du Manhattan Walk (After Piet Mondrian) ne donnaient pas une image fugitive du réel, comme le ferait le fantôme d une photo, mais demandaient au spectateur de le nourrir, de le travailler pour arriver à le toucher. La transposition n est donc pas ici un simple problème de traduction comme si on passait du Dollar à l Euro par exemple. Il ne s agit pas non plus d une traduction littéraire qui nécessite un passeur, quelqu un qui sache transposer le sentiment d une culture à une autre et trouver le code juste dans une langue largement partagée et qui permet ce passage immédiat. Il s agit d un transcodage machinique, une traduction qui répond à un code interne que le spectateur n est pas censé connaître. Mais là aussi nous touchons à une question sensible du problème du transcodage. L utilisation qui en est faite ici ne présuppose pas d interface. Dit en d autres termes, on ne permet pas au spectateur d effectuer un geste naturel ou de reconnaître des éléments connus. Le code n est pas habillé comme l est un vecteur dynamique d un jeu vidéo selon une image familière qui permet au joueur de projeter dans le mouvement d une manette quelque chose qui à l écran ressemble à un mouvement de la main. Ici le code est simplement transposé et aucune interface ne vient situer ce qu il donne à voir. Vu sous cet angle, le problème du transcodage prend une toute autre direction. Il est donné comme une chose brute qui ne semble pas garder aux yeux du spectateur une mémoire de l objet de départ. La photographie sonore des rues de Manhattan n est pas ici donnée à voir sous une autre forme. Le code occulte par sa traduction le lien au réel qui l a généré. Il ne s agit pas d une variation infinie due à la multiplication de possibilités techniques, il s agit au contraire d un déplacement qui occulte la source. Celle-ci est donnée par une information complémentaire contenue dans le cartel de l œuvre. L éloignement du réel que le code met en évidence, loin d être gratuit, s adresse à quelqu un qui se trouve dans la nécessité d opérer un montage entre l information du cartel, le code abstrait de l image et l expérience subjective du réel qui le lie au lieu et au contexte évoqué. Derrière l apparente similitude avec le monde connu que des interfaces en tout genre nous proposent, la question du transcodage pose le problème du montage, c est-à-dire un moyen de tenir ensemble la source et sa traduction. Depuis la naissance de la Musique concrète en 1948 la question de la fragmentation du son et de sa source, l usage du sampling et de la répétition ont commencé à poser ce type de problématique. À

9 Les pratiques artistiques du transcodage Trans-codage et forme : un processus de traduction Bernhard Rüdiger 149 partir de ce moment là «l objet sonore» est susceptible d être analysé, disséqué, transformé. C est ici la matrice essentielle de tout travail d encodage. Je voudrais donc concentrer mon attention sur cette source essentielle du numérique moderne et voir ce qu elle implique dans la pensée contemporaine. La dislocation et la réorganisation selon une logique nouvelle d éléments enregistrés sur bande magnétique sont les structures essentielles de la Musique concrète. Bien que captés dans le monde réel avec des outils qui rendent les sons tout à fait reconnaissables, la pratique de la coupe, de la répétition, mais aussi le simple changement de l ordre, de la réduction ou de l accélération de la vitesse de la bande magnétique, rendent les sons non reconnaissables. Le code existe et donne un nouvel ordre à tout ce matériel sonore, mais celui qui écoute n arrive pas à se faire une image de ce qu il entend, il ne peut pas recourir à d autres formes connues pour amorcer une lecture. Il s agit ici d un caractère important dans les productions avant-gardistes de l après-guerre. Dans les arts plastiques aussi on assiste à la naissance d une production de formes basées sur l idée du fragment. Chaque caractère de l œuvre conduit le spectateur vers un élément qui ne le concerne pas et qui ne participe pas à reconstruire une image organique qui le place dans un lieu du monde. La forme fragmentaire semble exclure toute possibilité d un point de vue subjectif, basé sur ce que nous connaissons du monde et de nous-mêmes. Aucune contemplation n est possible si rien ne se recompose dans une unité de vision. L œuvre ébranle la sensibilité du spectateur. Elle fragmente, elle sépare. Les règles absurdes qui donnent aux formes artistiques de l après-guerre leur raison d être, comme c est le cas pour les œuvres des artistes Fluxus, faisant par exemple de la destruction d un piano un concert, ressemblent fortement aux règles d un transcodage élémentaire qui ne pose pas le problème d une interface, d une adaptation du code aux habitudes de nos sens et de nos corps. Ces artistes pratiquent un encodage brut des éléments prélevés dans le monde concret et aucun ordre familier, aucune forme connue ne vient rassurer le spectateur. Tout est à réinventer pour lui, il doit suivre une logique que lui semble absurde pour découvrir un ordre qu il n avait jamais supposé. La place que ces nouvelles formes artistiques occupent dans l aprèsguerre nous oblige à créer un lien entre les inventions artistiques, leur fascination pour tout ce qui est machinique et les événements catastrophiques. L Europe et une partie importante de l Asie ont été réduites en cendres. Des millions de vies ont été détruites dans des conditions qui défient toute intelligence sensible. La destruction massive inaugurée par les machines de guerre de plus en plus efficaces et terribles dans les tranchées en 1914 ne semble plus trouver de fin. Il est facile d imaginer un lien immédiat entre un monde détruit composé désormais de fragments disloqués qui ont perdu toute relation organique et les formes de l art Fluxus par exemple. Il reviendrait à dire que l art des survivants ressemble beaucoup aux paysages désolés de leur environnement direct. Il y a certainement une relation immédiate entre l expérience de la catastrophe et les formes inventées, il reste pourtant difficile de réduire le nouveau langage artistique à une simple forme de reproduction. La question de l encodage, de la traduction de l invention de nouvelles règles inorganiques et donc absurdes par rapport à ce que le spectateur connaît du monde, me semblent montrer sous une tout autre lumière ces formes avant-gardistes. Le travail de recherche, co-dirigé par Giovanni Careri, avec un groupe de jeunes chercheurs au sein du groupe ACTH m a permis des avancées intéressantes dans ce domaine. Travaillant sur la notion de temps suspendu, j ai développé une approche spécifique à la notion de forme fragmentée grâce aux réflexions de Walter Benjamin sur la condition de la vie moderne dans la Ville Lumière et plus précisément son développement du concept

10 Les pratiques artistiques du transcodage Trans-codage et forme : un processus de traduction Bernhard Rüdiger 151 de «Chocerlebnis», que je me permets de traduire par l expression le vécu par le choc ou l expérience par le choc, dans le texte Sur certains motifs chez Baudelaire. Le complexe développement des notions de temps historiques à travers lesquels Benjamin lie la perception du temps et de l histoire à un changement radical du fonctionnement de l expérience chez l homme moderne me permet d avancer l hypothèse que les stratégies d encodage, de traduction et fragmentation ne sont pas une reproduction mimétique du monde chaotique de l époque. Il s agit plutôt d un nouveau langage qui développe chez l homme moderne les instances de la conscience pour surmonter et remettre à distance une sensibilité trop éprouvée. Benjamin s appuie sur les travaux de Freud, qui travaille entre 1919 et 1920, juste après la Grande Guerre, sur le trouble obsessionnel et compulsif de la répétition. Il propose l idée que le quand une personne subit un choc, elle active la conscience pour empêcher ses sens et couper toute activité mémorielle. Une personne en état de choc peut tout oublier de ce que lui arrive pour privilégier l attention et la conscience. Le champ de la mémoire et celui de la conscience appartiennent à deux structures distinctes, ces deux domaines s excluent l un l autre. Il n y aurait plus la possibilité de construire une mémoire et donc une expérience à partir du moment où la conscience entre en jeu. Freud veut comprendre comment et pourquoi la conscience s active. Benjamin résume les résultats de ce questionnement en soulignant le fait que la conscience a un rôle de protecteur pour la sensibilité de l être. La conscience serait donc le mécanisme qui s active à ce moment critique d intense sollicitation en bloquant l enregistrement des événements et par conséquent la constitution de la mémoire. Les nouvelles formes d art ne font plus appel à la mémoire, aux mille et un souvenirs et sensations que nous avons accumulés depuis notre enfance, mais privilégient des formes fragmentées qui mettent notre conscience en éveil. Dans son journal clinique, Sandor Ferenczi reconnaît dans la note du 21 septembre 1930 la fonction positive de la fragmentation du sujet dans la condition du traumatisme. Il voit dans l acte de séparer un mécanisme qui pousse à la guérison. Séparer pour diminuer la souffrance, mais aussi pour se défaire d une vision subjective. Dans la note précédente, celle du 10 août, il développe l idée que la fragmentation pousse à sortir de soi. Le sujet traumatisé peut ainsi s élever et produire un nouveau type de regard que Ferenczi appelle topique. Les observations de Ferenczi, même si contemporaines de Benjamin, sont restées largement inconnues avant leur publication dans les années 80. Benjamin avait mis en évidence comment la condition du trauma produit une nouvelle conscience temporelle. Toute sphère sensible semble s éteindre pour construire un hors de soi temporel. Le sujet abandonne le lien de continuité sensible qui le rattache au monde et se situe dans un ailleurs qui ignore désormais les raisons qui ont bloqué le temps à un moment précis de son existence. À la suite d observations cliniques, Ferenczi souligne la sortie de l être de lui-même. La fragmentation laisse les éléments enregistrés par la sensibilité dans une condition d indétermination. Le sujet ne peut plus les recomposer dans une unité subjective. Il se produit alors, selon Ferenczi, une sortie de la perception hors du sujet. Tout se passe comme s il pouvait flotter hors de lui-même pour observer le monde à partir d une autre unité recomposée, différente du point de vue subjectif qui maintient habituellement notre corps dans une relation de continuité physique et psychique avec le monde. En passant par cette voie psychanalytique et ces observations riches et complexes que Benjamin développe sur le temps de l histoire et les formes artistiques, je peux donner une toute autre place aux inventions plastiques de l après-guerre qui ont privilégié et fortement développé toute ces techniques machiniques. Encoder, traduire, fragmenter sont des procédés qui font appel à la conscience. L idée de Ferenczi d une sortie de l être de soimême pour assumer un point de vue autre, topique et non subjectif, nous donne la possibilité de penser que le fait de ne pas comprendre le lien entre les fragments captés et remontés dans une œuvre de Musique concrète est

11 Les pratiques artistiques du transcodage Trans-codage et forme : un processus de traduction Bernhard Rüdiger 153 une forme nouvelle. La pièce de 4 33 min de silence de John Cage est une œuvre emblématique de ce travail de transcodage brut, tels qu il a été inventé dans les années 50. Il pousse celui qui écoute à produire un point de vue qui le place hors de soi, à un endroit où il observe le monde et les objets fragmentaires, mais aussi soi-même en train d essayer de trouver la clef qui lui permet de comprendre l ordre nouveau et donner un sens logique à ce qui semble absurde et chaotique. Selon cette perspective, nous, spectateurs du contemporain, nous sommes maintenant seuls avec notre conscience qui fait obstacle à notre mémoire et à notre expérience. Il ne va plus de soi que face à une œuvre, on puisse participer à la construction d une image qui canalise nos sensations et donne sens à ce qu on voit. Comme pour les rouleaux du Manhattan Walk (After Piet Mondrian), l œuvre, cet objet radicalement identique à soi, cette machinerie qui ne travaille que selon son propre code nous oblige à décider s il y a un sens à ce qu on voit ou s il n y en a pas. Le spectateur contemporain doit avant tout déterminer sa position face à l étendue des possibles. Il se doit de fournir un travail lui permettant de reconstruire un lien pour tenir ensemble les éléments radicalement séparés. Il s agit d un travail toujours en devenir, une oscillation constante entre ce que l on connaît du monde et ce qui est incontestablement caché derrière les possibilités infinies de traductions qui s offrent au spectateur. réel que cette image cache dans son encodage. Il est hors de soi, hors du temps dans un moment de suspension où il arrive à tenir ensemble des temporalités inconciliables, des éléments disparates du monde politique et réel qui se déroulent hors de son champ sensible. Le travail de traduction et d encodage est avant tout l invention d une nouvelle forme de conscience qui passe par l expérience esthétique. Jamais dans les cultures occidentales l esthétique a occupé une place aussi importante. L art contemporain né de la catastrophe des années 40 est un art de la conscience comme disait Barnett Newman en J ajouterais aussi qu il s agit d un art de la démesure, car chaque individu est responsable dans l art actuel, il doit décider, il doit assumer pour un bref moment un point de vue qui n est que le sien propre. Nous assistons aujourd hui à une nouvelle évolution où une grande partie de ces inventions ont été détournées par une industrie du temps libre qui occulte et cache derrière des interfaces à la fantaisie paresseuse la portée révolutionnaire des outils numériques. Avec Manhattan Walk (After Piet Mondrian), j ai eu l impression pour la première fois de pouvoir amener le spectateur à faire le travail difficile de décider de ce qu il voit. Le spectateur n est pas seulement perdu dans ce paysage et il n est certainement pas absorbé comme devant un paysage des Flandres au XVIII e siècle. Devant ce travail abstrait, il s observe à partir d un autre point de vue topique, non subjectif. Il se regarde en train d essayer de comprendre l image, occupé à la tache de traduire le code. Il s observe et juge de sa position, de son lien au

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM. Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN. LARDEUX Solenn

Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM. Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN. LARDEUX Solenn Dossier Réalisation Artistique Personnelle ESKEMM Réalisé le 23 Avril 2009 à PolN LARDEUX Solenn Créer un projet ayant pour intitulé «réalisation artistique personnelle» laisse une très grande liberté.

Plus en détail

Quality Street Nicolas Chardon

Quality Street Nicolas Chardon La vitrine frac île-de-france, le plateau, paris Quality Street Nicolas Chardon 14.10 22.11.15 Entretien entre Nicolas Chardon et Gilles Baume Gilles Baume : Pour la vitrine, tu proposes un projet contextuel,

Plus en détail

Berkeley Center for new media

Berkeley Center for new media Berkeley Center for new media Greg Niemeyer : Comme nous le savons, le monde visuel consiste en une réflexion de la lumière qui est constituée elle même de molécules. La lumière se diffuse par ondes dont

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Accueillir, faire connaissance

Accueillir, faire connaissance Formation/action de l Institut Catholique de Paris Recension de méthodes et techniques d animation Accueillir, faire connaissance 1. Constitution du groupe 1.1 Jeu «Aveugle et son guide» Des binômes constitués

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule

ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART. Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement. Préambule ESPACE DE RENCONTRE AVEC L OEUVRE D ART Cahier des charges relatif à l aménagement et au fonctionnement Préambule Le rectorat de l académie de Lille et la direction régionale des affaires culturelles du

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Gilberto Güiza Rojas

Gilberto Güiza Rojas La représentation du travail et le (jeu de) rôle du travailleur Gilberto Güiza Rojas Présentation de portfolio artistique Le quotidien comme succession de fragments liés par le tissu de l individu Ma

Plus en détail

La ville. Pièces de terre cuite, estampage de dix modules différents répétés une dizaine de fois, 2010-2011

La ville. Pièces de terre cuite, estampage de dix modules différents répétés une dizaine de fois, 2010-2011 Perception? Perception? Mon travail se base sur la déformation de la perception visuelle qui m est propre : celle de ma forte myopie. De cette myopie (-7,50 à gauche ; -5,75 à droite), plus un peu d astigmatisme

Plus en détail

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition promotion 52-2012 Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition I N S A de Lyon Tristan Delizy Introduction Présentation du projet Ce PPH s intéresse à la scénographie de musée (mettre en espace

Plus en détail

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne?

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Le bain flottant est un espace libre de toute stimulation et contrainte au corps et à l esprit. À l intérieur, il n y a que vous sans les distractions

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4

E-LECLERC LEVALUATION DU SITE WEB. A. Evaluation «subjective» du site web. 1. Choix du site web. 2. Présentation le site A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 LEVALUATION DU SITE WEB E-LECLERC A P I 0 8 1 1 / 0 3 / 2 0 1 4 A. Evaluation «subjective» du site web 1. Choix du site web J ai choisi de réaliser l évaluation «subjective» sur le site web : www.e-leclerc.com,

Plus en détail

Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo

Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo Démarche Démarche globale Identifier et qualifier Les composants plastiques de la vidéo Les impressions et les sensations subjectives Coordonner les deux types d informations

Plus en détail

Français Arts visuels. «La chambre de Van Gogh et la lettre à Théo»

Français Arts visuels. «La chambre de Van Gogh et la lettre à Théo» Français Arts visuels «La chambre de Van Gogh et la lettre à Théo» Paul Arène Aix-en-Provence Classe de Yannick Magnier MS / GS DELFINO Amélie D INNOCENZO Mylène DI MINO Marion 1 LE PROJET Nous avons travaillé

Plus en détail

Soirée le 20 décembre à Lille Grand Palais

Soirée le 20 décembre à Lille Grand Palais Soirée le 20 décembre à Lille Grand Palais SOMMAIRE La scénographie page 3 Concept général Concept secondaire Les espaces page 4 Le parcours La signalétique L installation page 5 Les supports et matériaux

Plus en détail

Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son

Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son Recherche sur les collisions à une dimension : la relation entre la masse et le son Recherche Le but de cette expérience est de faire une recherche sur la relation entre la masse et le son produit dans

Plus en détail

Jean-Michel Porret. Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence

Jean-Michel Porret. Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence Déconstruction et reconstruction du narcissisme à l adolescence 1. Remarques introductives 1.1. Il est indéniable que, depuis Freud, des progrès ont été accomplis dans la compréhension du narcissisme de

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

aurélie gravelat sélection de travaux 2009-2014

aurélie gravelat sélection de travaux 2009-2014 aurélie gravelat sélection de travaux 2009-2014 dessiner Mes dessins ne montrent presque rien. Je cherche à éliminer les tracés, à ne réduire le sujet, ou le dessin, qu à un essentiel. Une, quelques lignes,

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Eléments de programmation d une séquence sur la pratique de la photographie

Eléments de programmation d une séquence sur la pratique de la photographie «Quoi qu elle donne à voir et quelle que soit sa manière, une photo est toujours invisible : ce n est pas elle qu on voit» Roland Barthes «Photographier me permet de me souvenir, de fouiller dans ma mémoire,

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Étude de Cas Client LINPAC Packaging poursuit sa stratégie de gains de performance avec Shopfloor- Online, le MES de Lighthouse Systems

Étude de Cas Client LINPAC Packaging poursuit sa stratégie de gains de performance avec Shopfloor- Online, le MES de Lighthouse Systems Étude de Cas Client LINPAC Packaging poursuit sa stratégie de gains de performance avec Shopfloor- Online, le MES de Lighthouse Systems Gains de productivité et réduction des coûts assurent le retour sur

Plus en détail

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique?

Qu est ce qui vous a amené à vous intéresser à cette technique? INTERVIEW DE THIERRY CLEMENT Thierry CLEMENT (82) est l auteur du «Guide complet de l analyse technique pour la gestion de vos portefeuilles boursiers», publié aux Editions MAXIMA et parrainé par la revue

Plus en détail

Joel HORTEGAT- Les Auberges de Jeunesse 1. MEDIACOACH Les plans cadrage. Lecture de l image et pratique de l image

Joel HORTEGAT- Les Auberges de Jeunesse 1. MEDIACOACH Les plans cadrage. Lecture de l image et pratique de l image Joel HORTEGAT- Les Auberges de Jeunesse 1 MEDIACOACH Les plans cadrage Lecture de l image et pratique de l image Introduction Amateur de cinéma, ayant participé moi-même à des tournages, téléspectateur

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 À l aube de ce printemps tellement attendu, les indicateurs économiques surveillés par Workopolis semblent pointer vers une hausse graduelle de l emploi

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

Anne-Marie Pansart. Emotions

Anne-Marie Pansart. Emotions Emotions 17 janvier 1948, artiste plasticienne allie les techniques du dessin, de la peinture et de la photo pour faire transparaître la beauté de la lumière avec passion. Lors de ses études de médecine

Plus en détail

Entretien avec Guy-André Lagesse

Entretien avec Guy-André Lagesse Entretien avec Guy-André Lagesse Propos recueillis et mis en forme par Sébastien Gazeau d après l entretien du 16 octobre 2014. L aspect général des ZAC a-t-il changé au fil des années? La Zone d anniversaire

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

DES CLICS ET DES CLASSES DANS L HERAULT (Écoles) Du portrait. à la photo de classe

DES CLICS ET DES CLASSES DANS L HERAULT (Écoles) Du portrait. à la photo de classe DES CLICS ET DES CLASSES DANS L HERAULT (Écoles) Du portrait à la photo de classe !"!#!$ % && '!(% & ) *(+,!-. &/ &$ '!!!!!0! ( (1!'+ '!!!!'2!*!3 *,! ' *! 4!!! 5 5,! 0!,! ' 4'0,!!!*,!0!! '!5! " # "$ %%

Plus en détail

I- COMMENT L HOMME RESSENT LA DOULEUR?

I- COMMENT L HOMME RESSENT LA DOULEUR? LA DOULEUR DANS LA MEDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE Miancheng ZHU Professeur de médecine traditionnelle chinoise, faculté de médecine, université Paris 13, Bobigny Aujourd hui, 21 janvier 2004, est le

Plus en détail

Gabriel Delmas SYNTONES. essai sur le dessin

Gabriel Delmas SYNTONES. essai sur le dessin Gabriel Delmas SYNTONES essai sur le dessin Syntones - Essai de Gabriel Delmas Version française et anglaise copyright Gabriel Delmas 2010. English and French version are copyright Gabriel Delmas 2010.

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Le premier hiver de Max

Le premier hiver de Max Une histoire sur la prématurité Le premier hiver de Max Sylvie Louis Illustrations de Romi Caron Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Louis, Sylvie Le premier hiver de Max

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE «et en plus, il faut faire un tableau.» Alberto Giacometti Ecrire sur la peinture pourrait signifier écrire «par-dessus», recouvrir des signes arbitraires de l écriture

Plus en détail

Christoph Künne. Traitement RAW. Traduction et adaptation Danielle Lafarge. Groupe Eyrolles, 2006, ISBN 2-212-11910-0

Christoph Künne. Traitement RAW. Traduction et adaptation Danielle Lafarge. Groupe Eyrolles, 2006, ISBN 2-212-11910-0 Christoph Künne Traitement RAW Traduction et adaptation Danielle Lafarge Groupe Eyrolles, 2006, ISBN 2-212-11910-0 Nombreux sont ceux qui, comme moi, ont grandi à l époque de la photographie argentique

Plus en détail

Gérard Garouste, éloge du questionnement

Gérard Garouste, éloge du questionnement Peinture Entretien avec Philippe Piguet Gérard Garouste, éloge du questionnement Face à la critique radicale de l acte de peindre, reprendre la peinture à l origine. La confronter aux Maîtres du passé

Plus en détail

Je ne veux pas, je ne peux pas collaborer.

Je ne veux pas, je ne peux pas collaborer. 1 Nos carnets de note ne nous appartiennent plus. Non qu'ils appartiennent à d'autres : ils forment la substance des machines et la matrice du Réseau. Nous n'en sommes pas pour autant dépossédés, nous

Plus en détail

L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France)

L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France) L éclipse de Soleil du 20 mars 2015 comme on la verra en région lyonnaise (et dans le reste de la France) Pierre Thomas, ENS Lyon Observatoire de Lyon 384 000 km Voici les orbites de la Terre et de la

Plus en détail

Les illusions d optiques

Les illusions d optiques Les illusions d optiques Informations et illusions tirées du site : http://ophtasurf.free.fr/illusion.htm La plupart des illusions classiques dites «optico-géométriques» ont été découvertes dans les années

Plus en détail

Témoignage de Jean-Pierre Bénisti

Témoignage de Jean-Pierre Bénisti L HOMME Bénisti Témoignage de Jean-Pierre Bénisti Parler de son père n est pas aisé; je vais cependant tenter de le faire. Je voudrais d abord saluer le père que Louis Bénisti a été, lui qui n a pas eu

Plus en détail

Expérimentation Pédagogique

Expérimentation Pédagogique Expérimentation Pédagogique L'UTILISATION DE TABLETTES EN RÉSOLUTION DE PROBLÈMES POUR DÉVELOPPER LE PLAISIR DE CHERCHER Circonscription de Lunéville Ecole primaire d'hériménil Expérimentation tablette

Plus en détail

L ANIMALITÉ ET LA SORCELLERIE

L ANIMALITÉ ET LA SORCELLERIE PLAISIRS, DÉPLAISIRS, LE BESTIAIRE AMOUREUX D ANNETTE MESSAGER L ANIMALITÉ ET LA SORCELLERIE Scénario et réalisation : Heinz Peter Schwerfel Coproduction : Centre Pompidou, WDR Artcore Film, Centre Pompidou,

Plus en détail

Présentation ED portable le 10 septembre 2014

Présentation ED portable le 10 septembre 2014 1 Présentation ED portable le 10 septembre 2014 Je vais m appuyer sur une séquence pour le cycle d orientation qui entre dans les thèmes de géographie du PER au 10 ème degré «De la production à la consommation

Plus en détail

GREGORY MARKOVIC Dessins

GREGORY MARKOVIC Dessins Dossier de presse GREGORY MARKOVIC Dessins Exposition du 5 février au 28 mars 2010 Vernissage le 4 février à partir de 18h30 La Galerie Particulière 16 rue du Perche 75003 Paris +33.(0)1.48.74.28.40 www.lagalerieparticuliere.com

Plus en détail

ateliers de création plastique catalogue Karine WITTIG

ateliers de création plastique catalogue Karine WITTIG ateliers de création plastique catalogue Karine WITTIG Karine WITTIG Artiste plasticienne www.pluri-l.com Ateliers créatifs proposés Ateliers créatifs par tranche d âge Animations évènementielles Animation

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

La concordance des temps à l indicatif

La concordance des temps à l indicatif LA DES TEMPS À L INDICATIF LA CONCORDANCE POSTÉRIORITÉ DES TEMPS 1 La concordance des temps à l indicatif La concordance des temps à l indicatif La postériorité Comme nous l avons déjà vu, lorsque l événement

Plus en détail

LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER

LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER Gilles Roux LE GUIDE DU MAUVAIS MANAGER Pourquoi tant de chefs sont-ils nuls? Mon Petit Éditeur en collaboration avec les Éditions Majarogi Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :

Plus en détail

Initiation à la photographie sous marine

Initiation à la photographie sous marine Initiation à la photographie sous marine 1. Présentation de l appareil photo 2. La photo sous marine (1/2) 3. La photo sous marine (2/2) 4. Traitement numérique Présentation de l appareil photo 1. Les

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1.3 - Attitudes et comportements des consommateurs Franck Lehuédé (CREDOC) «Depuis une soixantaine d années, le CREDOC observe les comportements

Plus en détail

Le patinage artistique à l école

Le patinage artistique à l école Le patinage artistique à l école Serge Laget C.P.C. Lyon VII - juin 2000 - avec la participation des éducateurs sportifs de la Ville de Lyon des C.P.C. du groupe Ville de Lyon Présentation du dossier :

Plus en détail

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3

Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 Atelier «Avec les documents pédagogiques» FORMATION ECOLE ET CINEMA CYCLES 2 ET 3 L objectif de cet atelier de pratique est de travailler avec les documents pédagogiques (affiche, carteélève) qui favorisent

Plus en détail

Résidence Ateliers Programme de recherche «Les Inclassables» Un regard numérique sur Montréal. Avant Projet

Résidence Ateliers Programme de recherche «Les Inclassables» Un regard numérique sur Montréal. Avant Projet Résidence Ateliers Programme de recherche «Les Inclassables» Un regard numérique sur Montréal Avant Projet - Projet un regard numérique sur la ville - Œuvre interactive multimédia Le projet est la réalisation

Plus en détail

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool.

Conduire en étant fatigué est beaucoup moins dangereux que conduire sous l influence d alcool. Dossier : fatigue Introduction S endormir au volant peut être fatal. Pourtant, de nombreux conducteurs continuent à conduire alors qu ils se sentent fatigués. Ils pensent pouvoir chasser le sommeil qui

Plus en détail

Paris à travers le temps

Paris à travers le temps Paris à travers le temps Paris à travers le temps Page 1 sur 1 Sommaire Introduction I. Synopsis II. Cahier des charges III. Scénario IV. Story board Conclusion Paris à travers le temps Page 2 sur 2 Introduction

Plus en détail

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts.

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. I - Avec des œuvres originales : Quelques attitudes permettant de diversifier

Plus en détail

B = (R 2 + (x x c ) 2 )

B = (R 2 + (x x c ) 2 ) PHYSQ 126: Champ magnétique induit 1 CHAMP MAGNÉTIQUE INDUIT 1 But Cette expérience 1 a pour but d étudier le champ magnétique créé par un courant électrique, tel que décrit par la loi de Biot-Savart 2.

Plus en détail

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent

Bilan du sondage pour les trousses de l Avent Bilan du sondage pour les trousses de l Avent PRÉPARATOIRE 1. Très satisfaisant (1) Satisfaisant (2) Amélioration 1a 9 3 0 1b 7 5 0 1c 7 5 0 1d 9 2 0 - Bravo! Une excellente trousse pour Maternelle-Jardin.

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

William Pezet monsieurpixel@gmail.com

William Pezet monsieurpixel@gmail.com Du grain à moudre est un projet d installation multimédia qui utilise le moulin à café à la fois comme interface interactive mais aussi comme base imaginaire pour son propos William Pezet monsieurpixel@gmail.com

Plus en détail

PASCALE KAPARIS ENTRETIEN AVEC SYLVAIN MASSCHELIER

PASCALE KAPARIS ENTRETIEN AVEC SYLVAIN MASSCHELIER PASCALE KAPARIS ENTRETIEN AVEC SYLVAIN MASSCHELIER LILLE, TRI POSTAL, JANVIER 2008 SM : IL Y A CE PLAN DANS LE FILM ET CE ZOOM SUR UNE PHOTO EN NOIR ET BLANC, UN PORTRAIT DE JEUNE FEMME, ET EN LE REGARDANT

Plus en détail

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité

- - - + + + Exemples. 1 J ai des convictions fermes que je ne modifie qu après mûre réflexion Confiance en soi/ identité Documentation C Autoévaluation des compétences sociales et personnelles Vous avez rempli le justificatif des prestations fournies pour l année relatif à votre travail concernant la prise en charge de votre

Plus en détail

frac franche-comté / galerie d art contemporain de besançon, exposition, maxime vernier «float number», du 19 septembre au 24 octobre 2008

frac franche-comté / galerie d art contemporain de besançon, exposition, maxime vernier «float number», du 19 septembre au 24 octobre 2008 frac franche-comté / galerie d art contemporain de besançon, exposition, maxime vernier «float number», du 19 septembre au 24 octobre 2008 frac franche-comté +33 (0)3 81 61 55 18 / frac@franche-comte.fr

Plus en détail

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo»

Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» Premier bilan des groupes «marionnettes» et «montage vidéo» L hôpital de jour pour adolescents de l ASM13 accueille pour des soins de longue durée des patients ayant tous présenté des troubles psychiques

Plus en détail

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique

Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique Questionnaire pour connaître ton profil de perception sensorielle Visuelle / Auditive / Kinesthésique BUT : Découvrir ton profil préférentiel «Visuel / Auditif / Kinesthésique» et tu trouveras des trucs

Plus en détail

GRAVURE - TISSAGE VANNERIE - ENTRELACS FICHE PROFESSEUR DE MATHEMATIQUES NIVEAUX DÉROULEMENT DE LA SÉQUENCE ET DESCRIPTION DE LA DÉMARCHE

GRAVURE - TISSAGE VANNERIE - ENTRELACS FICHE PROFESSEUR DE MATHEMATIQUES NIVEAUX DÉROULEMENT DE LA SÉQUENCE ET DESCRIPTION DE LA DÉMARCHE FICHE PROFESSEUR DE MATHEMATIQUES NIVEAUX Classe de CM2-6 ème DÉROULEMENT DE LA SÉQUENCE ET DESCRIPTION DE LA DÉMARCHE Cette séquence peut s organiser autour de trois séances en mathématiques 1 ère séance

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. YOGA EN LIGNE : GET YOGi popularise le yoga et cherche à le rendre accessible à tous!

DOSSIER DE PRESSE. YOGA EN LIGNE : GET YOGi popularise le yoga et cherche à le rendre accessible à tous! DOSSIER DE PRESSE YOGA EN LIGNE : GET YOGi popularise le yoga et cherche à le rendre accessible à tous! 1 er juin : ouverture des pré-inscriptions www.getyogi.fr contact presse Anna, chargée des relations

Plus en détail

Synopsis «Cent Jours»

Synopsis «Cent Jours» Synopsis «Cent Jours» Résumé Cette œuvre est un fidèle reflet de la réalité, puisqu il peut s assimiler à un journal intime, un polaroïd de ma réflexion de femme de 33 ans, mariée et enceinte de son troisième

Plus en détail

Le ciel et la Terre : lumière et ombres.

Le ciel et la Terre : lumière et ombres. Fiche De Préparation Séance Discipline : SCIENCES / Le ciel et la Terre : lumière et ombres. Niveau : Cycle 3 / CM1. Séance 1 Durée : 1h. Pour l enseignant : OBJECTIFS Prise de représentations sur la lumière

Plus en détail

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures

FRANÇAIS Langage oral. Lecture - écriture. Vocabulaire. Grammaire. Orthographe. MATHÉMATIQUES Nombres et calcul. Géométrie. Grandeurs et mesures FRANÇAIS Langage oral Demander des explications. Écouter et comprendre les textes lus par l enseignant. Restituer les principales idées d un texte lu par l enseignant. Dire un texte court appris par cœur,

Plus en détail

L ABRIS Réalisation et performance. Festival Les grands chemins en Minervois 2014 Site du moulin de Félines-Minervois (Hérault)

L ABRIS Réalisation et performance. Festival Les grands chemins en Minervois 2014 Site du moulin de Félines-Minervois (Hérault) SANDRA BIGNON Par mes réalisations éphémères, actions, rites, j habite les lieux, traversant les espaces qui m environnent, y laissant une trace. J y puise ma matière. A travers l histoire, l archéologie

Plus en détail

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales

Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales www.jeanclaudegaudin.net Juillet 2006 Le financement de l enseignement privé par les collectivités territoriales Une polémique a récemment surgi à propos du financement de l enseignement privé par les

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Ecole maternelle les Ramières, PS/MS Classe de Mme Nicolas

Ecole maternelle les Ramières, PS/MS Classe de Mme Nicolas Défi sciences, ville de SORGUES Ecole maternelle les Ramières, PS/MS Classe de Mme Nicolas «Fabriquer un vase pouvant contenir des fleurs et de l eau» Démarche de l enseignante, point de départ pour annoncer

Plus en détail

ROBOT INSPECTEUR DE CABLES

ROBOT INSPECTEUR DE CABLES Barra Jérémy TS1 SSI ROBOT INSPECTEUR DE CABLES En ce début d année de terminale S Si, nous ont été présentés différentes idées de projets que l on pourrait réaliser pour notre projet personnel encadré.

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art. Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007)

Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art. Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007) Concours Supélec 2009 Sciences et Technologies dans l Art Le 30 Décembre 2009 Alain MADY-FETHERSTONE (2007) France HUREAUX (2007) [LE JEU DES 7 ERREURS QUANTIQUES] Introduction à la physique quantique

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges M u s é e d u V i e u x N î m e s Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges Contact Charlotte Caragliu, Chargée de projet pour les collèges, les lycées et les écoles supérieures Isaline Portal, Responsable

Plus en détail