Supercondensateurs électrochimiques : des matériaux aux dispositifs.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Supercondensateurs électrochimiques : des matériaux aux dispositifs."

Transcription

1 Supercondensateurs lectrochimiques : des matriaux aux dispositifs. Olivier Crosnier Laboratoire de Gnie G des Matriaux et Procds s Associs Ecole polytechnique de l universitl universit de Nantes Journes Scientifiques de l Universitl Universit de Nantes / GRIM3, Juin 2009

2 Introduction Qu est est-ce qu un un supercondensateur? Principes Matriaux utiliss et ractions aux lectrodes Vers de nouveaux matriaux Conclusions

3 Densit de puissance (W/kg) Besoin de stockage de l nergie : batteries Forte densit d nergie mais faible puissance Accumulateurs Densit d nergie (Wh/kg)

4 Densit de puissance (W/kg) Condensateurs Dilectriques Stockage en puissance (très rapide): condensateurs dilectriques Densit d nergie (Wh/kg) Maxwell Technology

5 Des supercapacits s pour quoi faire? Densit de puissance (W/kg) Condensateurs Dilectriques Pourquoi a-t-on a besoin de systèmes intermdiaires? Accumulateurs Densit d nergie (Wh/kg)

6 Quelques applications : Pics de puissance : Mdical (dfibrillateurs, rayons X, ) Soudage (par points, par rsistance, ) Dmarrage de moteurs de vhicules par temps froid Rcupration de l nergie de freinage des vhicules, grues portuaires, Électronique, transport, militaire, aronautique (ouverture urgence portes A380), spatial, Supercondensateur : Système à forte puissance et densit d nergie

7 Caractristiques ristiques des supercapacits s : les matriaux actuels Matriaux d lectrode : RuO 2, IrO 2 polymères conducteurs, carbones activs cycles max Electrolytes : sels anhydres, solvant actonitrile ou acide sulfurique concentr Solution N(et) + 4 BF - 4 CH 3 CN B.E. Conway, Electrochemical Supercapacitors, Kluwer Academic / Plenum Publishers, «Ultracapacitors : why,, how and where is the technology»,, A. Burke, J. Power Sources 91 (2000)

8 Les matriaux idaux : Matriaux d lectrodes peu coûteux Disponibilit des matières premières Simplicit des synthèses Durabilit Grand nombre de cycles (>10 5!!!) Bonne stabilit chimique Non toxicit Matriaux cologiques et recyclables Électrolytes aqueux «neutres»

9 Deux types de supercondensateurs : EDLC (electrochemical double layer capacitor) : stockage des charges principalement «capacitif» Ex: carbones activs Pseudo-capacit: stockage faradique de surface (ou proche surface) Ex: RuO 2, polymères conducteurs et plus rcemment MnO 2

10 Principe de fonctionnement : Capacit lectrochimique de Double Couche Ex: Carbone source 2 lectrodes + lectrolyte Accumulation d ions dans double couche lectrochimique (Helmholtz + couche diffuse) paisseur de la double couche < 1 nm Chaque surface est quivalente à un condensateur p + p + p + p + p + p + p + Raction de surface ngative positive Électrolyte

11 Mcanisme de stockage des charges : Pseudo-capacit capacit Ex: MnO 2 0,75 0,50 0,25 I (A.g -1 ) 0,00-0,25-0,50-0,75 0,0 0,2 0,4 0,6 0,8 1,0 E vs. Ag/AgCl (V) Changement du degr d oxydation du Mn en surface (ou proche surface) In situ Mn K-edge X-ray absorption spectroscopic studies of anodically deposited manganese oxide with relevance to supercapacitor applications, J.-K. Chang, Ming-Tsung Lee, Wen-Ta Tsai, Journal of Power Sources 166 (2007)

12 Limitations des densits s d d nergie et de puissance Energie (max.) E = 1/2 C V 0 ² (J) Puissance (max.) P = V 0 ² / (4R) (W) Supercapacit: système de puissance mais densit d nergie demande V 0 : limite par Capacit : - lectrolyte (fenêtre lectrochimique) - collecteur de courant (corrosion) - oxydation du carbone activ - matriaux d lectrodes Rsistance (ESR) : - principalement R electrolyte

13 Avantages : Exemple de MnO 2 Comportement pseudo-capacitif valeurs de capacit intressantes Electrodes composites ( F/g), couches minces (jusqu à 600 F/g) Utilisation d lectrolytes aqueux «neutres» Na 2 SO 4, NaCl, K 2 SO 4, KCl, Coût attractif de MnO 2 Nombreux polymorphes (structure cristalline) Inconvnient : fenêtre de potentiel troite (1V) Ex : structure 2D δ-mno 2 (birnessite)

14 Fenêtre de potentiel max: 1V Inconvnient: MnO 2 / MnO 2 Utilisation de chaque lectrode sur 0.5V!!! Faible densit d nergie Besoin d augmenter la fenêtre de potentiel CHARGE DECHARGE Potentiel (V vs. Ag/Ag + ) Potentiel (V vs. Ag/Ag + )

15 Utilisation de carbones activs Avantages : Carbone activ de grande surface spcifique (> 1000 m 2 /g) Carbonisation de charbon, bois, coques de noix de coco, polyacrylonitrile, puis activation à C sous H 2 ou N 2 (ou traitement hydrothermique à la vapeur, ) Importance de la rpartition de porosit en fonction du prcurseur et du traitement thermique Inconvnients : Électrolyte toxique (actonitrile), limitation en temprature (70 C max) Fonctionnement en milieu aqueux: fenêtre de potentiel troite (1,2V) et capacit limite (100 F/g)

16 Système hybride C/MnO Supercondensateur hybride 2 carbone/mno 2 dans lectrolyte aqueux 1,5 1,0 0,5 Carbone MnO 2 0,0004 0,0002 2,5 2,0 I (A/g) 0,0-0,5 0,0000-0,0002 I (A) E cell (V) 1,5 1,0 (b) 0.45 A/g (c) 0.55 A/g -1,0-0,0004 0,5 (a) 0.53 A/g -1,5-1,5-1,0-0,5 0,0 0,5 1,0 1,5 E vs Ag/AgCl (V) 0, time (s) Fonctionnement de chaque lectrode sur 1V et complmentarit Potentiel du supercondensateur hybride : 2V!

17 Bonne cyclabilit T. Brousse, P. L. Taberna, O. Crosnier, R. Dugas, P. Guillemet, Y. Scudeller, Y. Zhou, F. Favier, D. Blanger, P. Simon, J. Power Sources, 173, 633 (2007).

18 Association en parallèle de 50 cellules lmentaires: ralisation de prototypes Collaboration CIRIMAT (Toulouse)

19 Supercapacit hybride : carbone/mno F Rsistance/(mΩ) Nombre de cycles Tension de cellule/(v) 2 1,5 1 0,5 0 6, , , , , , Temps/(min) Module N 2 (50 lectrodes) C-MnO2 Masse : 0,460 kg 0-2 V:2 A C = 620 F Module N 2 (50 lectrodes) C-MnO2 Masse : 0,460 kg 0-2 V:2 A C = 620 F

20 Etudes en cours (projet ANR ABHYS) Carbones adapts s au milieu aqueux neutre (porosit) Electrolytes modifis s pour travailler à basse temprature (-20( 20 C) MnO 2 : augmentation des capacits s (structure, microstructure), diminution de la rsistance r (dopage, substitution, composites)

21 Conclusions et perspectives Supercapacits : moyen de stockage de l nergie Suparcapacits hybrides Utilisation d autres oxydes (Fe 3 O 4, PbO 2, ) Diffrents concepts = diffrentes applications C/MnO 2 : Performances intressantes des supercapacits hybrides carbone/ MnO 2 fonctionnant en milieu aqueux neutre Perspectives intressantes en recherche fondamentale (comportement thermique) et applique Validation industrielle

22 Remerciements Oxydes pour supercaps : Mathieu Toupin, Thibaud Delahaye, Thomas Cottineau Thierry Brousse, Romain Dugas, Ren Marchand, Laurence Athouël, François Moser, Hugo Mosqueda Dominique Guyomard, Emilie Machefaux Modlisation et mesures thermiques : Philippe Guillemet, Yves Scudeller, Yann Dandeville Systèmes hybrides : Patrice Simon, Barbara Daffos, Pierre-Louis Taberna (CIRIMAT) Frdric Favier, Jean-Louis Pascal, Ouassim Ghodbane (LAMMI) Daniel Blanger (UQAM) Financement : Programme ABHYS (Stock-E) ANR pôle de comptitivit vhicule haut de gamme Projet biennum France-qubec (MRI/MAE) Dominique Sotteau/Michel-Louis Pasquier (Consulat de France à Montral)

23 Merci de votre attention

SUPERCONDENSATEURS : Patrice SIMON. Chaire Développement durable Environnement, Énergie et Société. Chaire annuelle Année académique 2010-2011

SUPERCONDENSATEURS : Patrice SIMON. Chaire Développement durable Environnement, Énergie et Société. Chaire annuelle Année académique 2010-2011 Chaire Développement durable Environnement, Énergie et Société Chaire annuelle Année académique 2010-2011 SUPERCONDENSATEURS : Principes et Evolutions Patrice SIMON Université Paul Sabatier CIRIMAT UMR

Plus en détail

CH-1728 Rossens, Suisse

CH-1728 Rossens, Suisse Utilisation des supercondensateurs pour les stockage de l énergie embarquée : applications transport H. Gualous*, R. Gallay**, A. Berthon* * Laboratoire L2ES, UFC-UTBM-INRETS Bat F, UTBM, rue Thiery-Mieg

Plus en détail

Les Rencontres Scientifiques Colas

Les Rencontres Scientifiques Colas Les Rencontres Scientifiques Colas «L avenir du véhicule électrique» 2 juin 2009 avec Yves CHABRE Docteur ès-sciences Consultant pour véhicules électriques et Pierre MIDROUILLET Directeur Général de PVI

Plus en détail

TS Physique L automobile du futur Electricité

TS Physique L automobile du futur Electricité P a g e 1 TS Physique Electricité Exercice résolu Enoncé Le moteur thermique, étant très certainement appelé à disparaître, les constructeurs automobiles recourront probablement au «tout électrique» ou

Plus en détail

Les batteries électriques pour les camions et bus électriques Etat de l'art, perspectives et interrogations

Les batteries électriques pour les camions et bus électriques Etat de l'art, perspectives et interrogations Les batteries électriques pour les camions et bus électriques Etat de l'art, perspectives et interrogations L Ion Rallye 2012 : Camions et Bus électriques - Le transport branché Lyon 30/11/2012 Serge PELISSIER

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2011 PHYSIQUE-CHIMIE Série S DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 h 30 COEFFICIENT : 8 L usage d une calculatrice EST autorisé Ce sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Ce

Plus en détail

SIMULATION D UN SUPERCONDENSATEUR A L ECHELLE ATOMIQUE

SIMULATION D UN SUPERCONDENSATEUR A L ECHELLE ATOMIQUE Université de la Méditerranée Aix-Marseille II Faculté des Sciences de Luminy 163 Avenue de Luminy 13288 MARSEILLE Cedex 9 CINaM Centre Interdisciplinaire de Nanoscience de Marseille THESE DE DOCTORAT

Plus en détail

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI Collaboration entre le CEA (Commissariat à l Énergie Atomique), l INES (Institut National de l Énergie Solaire) et Toyota, bénéficiant du soutien de l ADEME

Plus en détail

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Département des Sciences et Génie des Matériaux Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Cours et exercices G. BARRAL B. LE GORREC C. MONTELLA (UJF) (IUT 1) (ISTG) GRENOBLE 2003 SOMMAIRE

Plus en détail

INNOV ECO. "Les nouveaux challenges du stockage d'énergie" Jeudi 11 juin 2015, Paris

INNOV ECO. Les nouveaux challenges du stockage d'énergie Jeudi 11 juin 2015, Paris INNOV ECO "Les nouveaux challenges du stockage d'énergie" Jeudi 11 juin 2015, Paris Le stockage, c est l anticipation d un besoin. Ce n est pas le propre des humains Le stockage de l énergie est très ancien

Plus en détail

stockage électrique, le besoin de lisser la production et la nécessité de modifier les réseaux de transport de l électricité, d où le développement

stockage électrique, le besoin de lisser la production et la nécessité de modifier les réseaux de transport de l électricité, d où le développement Stockage de l électricité : élément clé pour le déploiement des énergies renouvelables et du véhicule électrique Marion Perrin Marion Perrin est directrice de laboratoire à l Institut national de l énergie

Plus en détail

CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES I CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES. II PUISSANCE ET ÉNERGIE

CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES I CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES. II PUISSANCE ET ÉNERGIE CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES I CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES. II PUISSANCE ET ÉNERGIE I Chaine énergétique a- Les différentes formes d énergie L énergie se mesure en Joules, elle peut prendre différentes formes : chimique,

Plus en détail

FIOLAX. SCHOTT Instruments Solutions. Les solutions tampon dans les ampoules uniques à deux pointes offrent une haute sureté et précision.

FIOLAX. SCHOTT Instruments Solutions. Les solutions tampon dans les ampoules uniques à deux pointes offrent une haute sureté et précision. SCHOTT Instruments Solutions Les solutions tampon dans les ampoules uniques à deux pointes offrent une haute sureté et précision. L exactitude de la mesure de ph dépend de l exactitude de l étalonnage.

Plus en détail

BATTERIES D ACCUMULATEURS POUR VÉHICULES ÉLECTRIQUES

BATTERIES D ACCUMULATEURS POUR VÉHICULES ÉLECTRIQUES BATTERIES D ACCUMULATEURS POUR VÉHICULES ÉLECTRIQUES Professeur Christian GLAIZE Université Montpellier 2 (UM2) Institut d'électronique du Sud (IES) Groupe Énergie et Matériaux (GEM) E-mail : glaize@univ-montp2.fr

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Préparations avant peinture. Solutions sans CrVI. Michel JANNIER (expert)

Préparations avant peinture. Solutions sans CrVI. Michel JANNIER (expert) Les rendez-vous technologiques «Les traitements de surface des alliages légers» Préparations avant peinture. Solutions sans CrVI. Michel JANNIER (expert) 1 Préparation avant peinture Les traitements avant

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

Université de Technologie de Belfort-Montbéliard École doctorale SPIM «Sciences pour l ingénieur et microtechniques» THÈSE.

Université de Technologie de Belfort-Montbéliard École doctorale SPIM «Sciences pour l ingénieur et microtechniques» THÈSE. Université de Technologie de Belfort-Montbéliard École doctorale SPIM «Sciences pour l ingénieur et microtechniques» THÈSE Présentée à L Université de Technologie de Belfort-Montbéliard en vue de l obtention

Plus en détail

Télédiagnostic de stockeurs d énergie & «energy harvesting»

Télédiagnostic de stockeurs d énergie & «energy harvesting» Télédiagnostic de stockeurs d énergie & «energy harvesting» Plan Intro société & activités Télédiagnostic «énergie embarqué» «Energy harvesting & apps»» Récupération d énergie solaire» Récupération d énergie

Plus en détail

STOCKER L ÉNERGIE, LIBÉRER LES IDÉES

STOCKER L ÉNERGIE, LIBÉRER LES IDÉES LE RS2E EST UN RÉSEAU LEADER DE LA RECHERCHE SUR LES BATTERIES ET SUPERCONDENSATEURS. COORDONNÉS PAR LE PR. JEAN-MARIE TARASCON ET LE PR. PATRICE SIMON, 14 INDUSTRIELS, 17 LABORATOIRES CNRS/UNIVERSITÉS

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?

Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture? Thème 2 La sécurité Chap 1: Toujours plus vite... Introduction: Comment déterminer la vitesse d une voiture?! Il faut deux informations Le temps écoulé La distance parcourue Vitesse= distance temps > Activité

Plus en détail

Ecologie Economie d Energie

Ecologie Economie d Energie 2010 Ecologie Economie d Energie BELLEGARDE Sommaire I PROJET : 1. Répartition des tâches 3 2. Planification...3 3. Activités pédagogiques..4 4. Aspect développement durable..4 II Dossier technique : 1.

Plus en détail

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur?

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? Pour ce module, sont proposés et présentés des phases de recherche documentaire, de

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE

FICHE DE DONNEES DE SECURITE PAGE 1/7 DATE DE MISE A JOUR : 16/11/2011 1/ - IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Identification du produit : Gaines, films, housses, et/ou sacs transparents et colorés en polyéthylène. Famille

Plus en détail

Principe de fonctionnement des batteries au lithium

Principe de fonctionnement des batteries au lithium Principe de fonctionnement des batteries au lithium Université de Pau et des pays de l Adour Institut des Sciences Analytiques et de Physicochimie pour l Environnement et les Matériaux 22 juin 2011 1 /

Plus en détail

Maquette de train alimenté par biberonnage : un outil d'enseignement et de recherche pluridisciplinaire P. Barrade et A. Rufer

Maquette de train alimenté par biberonnage : un outil d'enseignement et de recherche pluridisciplinaire P. Barrade et A. Rufer J3eA, Journal sur l enseignement des sciences et technologies de l information et des systèmes, Volume 4, Hors-Série 2, 5 (2005) DOI : http://dx.doi.org/10.1051/bib-j3ea:2005705 EDP Sciences, 2005 Maquette

Plus en détail

Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC)

Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC) Faculté Polytechnique Élaboration et caractérisation de cellules photovoltaïques de troisième génération à colorant (DSSC) Prof. André DECROLY Dr Abdoul Fatah KANTA andre.decroly@umons.ac.be Service de

Plus en détail

Adhésif structural pour le collage de renforts

Adhésif structural pour le collage de renforts Notice Produit Edition 18/07/2014 Numéro 3022 Version N 2014-253 N identification : 020206040010000001 Adhésif structural pour le collage de renforts Description est une colle structurale thixotrope à

Plus en détail

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010

Energie photovoltaïque. Filière Physique des Composants Nanostructurés. PHELMA Septembre 2010 Energie photovoltaïque Filière Physique des Composants Nanostructurés PHELMA Septembre 2010 Anne Kaminski 1, Mathieu Monville 2 1 INP Grenoble - INSA Lyon 2 Solarforce 1 PLAN DU COURS 1- Panorama de l

Plus en détail

Photovoltaique pour la strategie d énergie 2050. Christoph Ellert Association de physicien du Valais 16. Nov. 2013

Photovoltaique pour la strategie d énergie 2050. Christoph Ellert Association de physicien du Valais 16. Nov. 2013 Photovoltaique pour la strategie d énergie 2050 Christoph Ellert Association de physicien du Valais 16. Nov. 2013 Contenu 1. Vue d ensemble Energie Suisse: production, consommation, totale& électrique

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

Rencontre des savoirs. L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable?

Rencontre des savoirs. L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable? Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement et des réseaux Rencontre des savoirs Bron 14 mai 2013 L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable?

Plus en détail

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3

SOMMAIRE : Sommaire page 1. Introduction page 2. L'énergie solaire page 2. Le panneaux solaires thermiques page 3 SOMMAIRE : Sommaire page 1 Introduction page 2 L'énergie solaire page 2 Le panneaux solaires thermiques page 3 Les panneaux solaires photovoltaïques page 4 Glossaire page 5 Conclusion page 7 Bibliographie

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

Batteries. Choix judicieux, résultats performants

Batteries. Choix judicieux, résultats performants Batteries Choix judicieux, résultats performants Batteries pour tous les défi s, besoins et budgets Sans danger - pas de dégazement Sans entretien Facile à installer Puissance constante Mastervolt vous

Plus en détail

ENSCR INAUGURATION DU POLE D INGENIERIE CHIMIQUE VENDREDI 27 JUIN 2014

ENSCR INAUGURATION DU POLE D INGENIERIE CHIMIQUE VENDREDI 27 JUIN 2014 INAUGURATION DU POLE D INGENIERIE CHIMIQUE VENDREDI 27 JUIN 2014 DOSSIER DE Le Pôle d Ingénierie Chimique La construction du Pôle d Ingénierie Chimique (PIC) de l Ecole Nationale Supérieure de Chimie de

Plus en détail

Carrefour technique. 27 septembre 2012. DES Sécurité Routière Responsabilité Sociale de l Entreprise. Congrès National Sapeurs Pompiers Amiens 2012

Carrefour technique. 27 septembre 2012. DES Sécurité Routière Responsabilité Sociale de l Entreprise. Congrès National Sapeurs Pompiers Amiens 2012 Carrefour technique 27 septembre 2012 LA SÉCURITÉ DU VÉHICULE ÉLECTRIQUE : UNE APPROCHE INTÉGRÉE Jean Yves LE COZ Expert Leader Sécurité Routière - Renault Professeur associé aux Arts et Métiers ParisTech

Plus en détail

Qu est-ce que l acier inoxydable? Fe Cr > 10,5% C < 1,2%

Qu est-ce que l acier inoxydable? Fe Cr > 10,5% C < 1,2% Cr > 10,5% C < 1,2% Qu est-ce que l acier inoxydable? Alliage de fer comportant 10,5 % de chrome et 1,2 % de carbone nécessaires pour garantir la formation d une couche de surface auto-régénérante (couche

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Les machines électriques Électricité 2 Électrotechnique Christophe Palermo IUT de Montpellier Département Mesures Physiques & Institut d Electronique du Sud Université Montpellier 2 e-mail : Christophe.Palermo@univ-montp2.fr

Plus en détail

Welcome. to the creative dimension. 10 ans GARANTIE

Welcome. to the creative dimension. 10 ans GARANTIE Welcome to the creative dimension GARANTIE 10 ans à la rencontre de DEUX UNIVERS S appuyant sur le savoir-faire de la société SAUNIER-PLUMAZ, spécialiste des traitements décoratifs de surface depuis plus

Plus en détail

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR

SOLUTIONS TECHNOLOGIQUES D AVENIR CPTF et CSC CYCLES COMBINES A GAZ (CCG) COGÉNÉRATION DÉVELOPPEMENT DES RENOUVELABLES SOLUTIONS DE STOCKAGE CPTF ET CSC Le parc thermique est un outil essentiel pour ajuster l offre et la demande, indispensable

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : 1 Formation Bâtiment Durable : ENERGIE PASSIF/BASSE ENERGIE Bruxelles Environnement ISOLATION : INTRODUCTION THEORIQUE Marny DI PIETRANTONIO Plate-forme Maison Passive asbl Objectif(s) de la présentation

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL : scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS

AVERTISSEMENT. Contact SCD INPL : scdinpl@inpl-nancy.fr LIENS AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Les recherches du CEA sur les batteries pour véhicules électriques 14 septembre 2010

Les recherches du CEA sur les batteries pour véhicules électriques 14 septembre 2010 Les recherches du CEA sur les batteries pour véhicules électriques 14 septembre 2010 CONTACTS PRESSE : CEA / Service Information-Media Tuline LAESER Tél. : 01 64 50 20 97 - tuline.laeser@cea.fr Stéphane

Plus en détail

Le projet HBS. LETI/DSIS Jean-Jacques Chaillout jean-jacques.chaillout@cea.fr. CEA. All rights reserved

Le projet HBS. LETI/DSIS Jean-Jacques Chaillout jean-jacques.chaillout@cea.fr. CEA. All rights reserved Le projet HBS LETI/DSIS Jean-Jacques Chaillout jean-jacques.chaillout@cea.fr Les buts du projet HBS En 2010 : 8.3 milliards, 1.3 millions d implantations par an, forte croissance dans pays émergents Réduire

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes

Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des portes FACULTE DES SCIENCES DE BASE SERVICE SECURITE ET SANTE AU TRAVAIL EPFL SB-SST Bât CH Station nº 6 CH-1015 Lausanne Site web : http://sb-sst.epfl.ch/ Utilisation des symboles de dangers sur les fiches des

Plus en détail

ABattReLife. Automotive Battery Recycling and 2nd Life

ABattReLife. Automotive Battery Recycling and 2nd Life ABattReLife Automotive Battery Recycling and 2nd Life Sophie RICHET, PSA Peugeot Citroën 15 Avril 2015 1 Consortium Paris, 15 janvier 2014 2 Objectifdu projet L objectif du projet ABattReLife est d étudier

Plus en détail

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces

Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Communiqué de presse Dübendorf,St. Gall, Thun, le 22 août 2013 Deux-en-un : le NanoChemiscope 3D Un extraordinaire instrument d analyse des surfaces Le NanoChemiscope 3D est une merveille issue des plus

Plus en détail

Pré-dimensionnement par simulations dynamiques d un réacteur de stockage thermochimique assurant l autonomie d un système solaire combiné.

Pré-dimensionnement par simulations dynamiques d un réacteur de stockage thermochimique assurant l autonomie d un système solaire combiné. Pré-dimensionnement par simulations dynamiques d un réacteur de stockage thermochimique assurant l autonomie d un système solaire combiné. Samuel HENNAUT 1*, Sébastien THOMAS 1, Philippe ANDRE 1, Emilie

Plus en détail

Qu'est-ce qu'une batterie Li-Ion? 26 juin 2013 Page 1

Qu'est-ce qu'une batterie Li-Ion? 26 juin 2013 Page 1 Commercialisée pour la première fois par Sony Energitech en 1991, la batterie lithium-ion occupe aujourd'hui une place prédominante sur le marché de l'électronique portable. Ses principaux avantages sont

Plus en détail

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve

Hémomixer Etude des sollicitations du corps d épreuve Hmomixer Etude des sollicitations du corps d preuve TP 2 heures Noms : Prnoms : Classe : Date : Note : /20 Objectifs A l issue de la sance vous devez être en mesure : - de dire de quelle nature est la

Plus en détail

Véhicule Electrique Electrique 1/5

Véhicule Electrique Electrique 1/5 Véhicule Electrique Electrique 1/5 I Limite de l étude ElectricPowered Vehicle 1 2 3 4 Electrique 2/5 II Principe de fonctionnement Batteries Haute Tension Régulateur Variateur Convertisseur Onduleur Moteur

Plus en détail

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I

L École nationale des pompiers du Québec. Dans le cadre de son programme de formation Pompier I L École nationale des pompiers du Québec Dans le cadre de son programme de formation Pompier I QUATRIÈME ÉDITION MANUEL DE LUTTE CONTRE L INCENDIE EXPOSÉ DU PROGRAMME D ÉTUDES POMPIER 1 SUJET 4 Énergie

Plus en détail

Solutions pour le calibrage et l entretien Gamme complète d accessoires indispensables

Solutions pour le calibrage et l entretien Gamme complète d accessoires indispensables Solutions laboratoires Solutions pour les laboratoires Tampons ph Étalons de conductivité Solutions de mesure redox et O 2 dissous Solutions de mesure ISE Solutions de maintenance Solutions pour le calibrage

Plus en détail

LES GENERATEURS ELECTROCHIMIQUES Energie, Puissance et Technologie

LES GENERATEURS ELECTROCHIMIQUES Energie, Puissance et Technologie EPREUVE COMMUNE DE TIPE 2006 partie D 5 TITRE : LES GENERATEURS ELECTROCHIMIQUES Energie, Puissance et Technologie 10 Temps de préparation : 2 h 15 Temps de présentation devant le jury : 10 minutes Entretien

Plus en détail

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE

THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE THEME 2. LE SPORT CHAP 1. MESURER LA MATIERE: LA MOLE 1. RAPPEL: L ATOME CONSTITUANT DE LA MATIERE Toute la matière de l univers, toute substance, vivante ou inerte, est constituée à partir de particules

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES

CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES CAHIER DES CHARGES : ENLEVEMENT ET ELIMINATION DE DECHETS INDUSTRIELS SPECIAUX SUR LE SITE DE L INRA DE JOUY-EN-JOSAS ET DOMAINES RATTACHES DECEMBRE 2006 1. OBJET DE LA PRESTATION L activité du centre

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES

Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION ... ... FICHES SIGNALÉTIQUES Décret n 92-158 du 20 février 1992 Travaux effectués dans la collectivité par une entreprise extérieure OPÉRATION Lieu de l intervention :... Service, local, secteur ou atelier :... Nature de l opération

Plus en détail

Batteries Lithium-ion et stockage des énergies renouvelables

Batteries Lithium-ion et stockage des énergies renouvelables Batteries Lithium-ion et stockage des énergies renouvelables De la maison autonome en énergie à la transition énergétique François Barsacq francois.barsacq@easylibatteries.com Tous droits réservés easyli

Plus en détail

Séminaire «Stockage d énergie : état de l art, problématiques»

Séminaire «Stockage d énergie : état de l art, problématiques» Billet d étonnement Séminaire «Stockage d énergie : état de l art, problématiques» Réalisé par Claire EA, avec la participation de Louis GRIVOT- BRUNHES Le 14/04/2014 SOMMAIRE Introduction 3 Programme

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

Politique régionale pour le développement de l enseignement supérieur et de la recherche. Allocations de recherche doctorale (ARED) Fiche projet 2015

Politique régionale pour le développement de l enseignement supérieur et de la recherche. Allocations de recherche doctorale (ARED) Fiche projet 2015 - Date de la demande : 17/03/2015 1- Identification du projet (en langue française) - Acronyme du projet (8 caractères maximum) : ElVeBaLi - Intitulé du projet (en langue française) : Electrolytes à base

Plus en détail

Fonctionnalisation de surfaces de carbone nanostructuré et son effet sur la réponse électrochimique

Fonctionnalisation de surfaces de carbone nanostructuré et son effet sur la réponse électrochimique Fonctionnalisation de surfaces de carbone nanostructuré et son effet sur la réponse électrochimique Méthodes d analyses chimiques et microbiologiques dites alternatives ou rapides : Biocapteurs Utilisation

Plus en détail

1) Démarche d enseignement élaborée pour le style d apprentissage «intuitif réflexif»

1) Démarche d enseignement élaborée pour le style d apprentissage «intuitif réflexif» C. Schémas de démarches adaptées aux différents styles d apprentissage Application à la découverte des piles en chimie René CAHAY, Maryse HONOREZ, Brigitte MONFORT, François REMY, Jean THERER Objectif

Plus en détail

Ecole d été des spectroscopies d électrons.

Ecole d été des spectroscopies d électrons. Lundi 08 juin 2015 16h00 16h30 Principe et fondements de la technique - Les interactions photon-matière, l émission des photoélectrons - l analyse chimique par XPS Jean-Charles DUPIN Appareillage et instrumentation

Plus en détail

Électricité et électronique

Électricité et électronique Électricité et électronique CHAPITRE 1 Fondements des systèmes électriques 1 Fondements d électricité 1 Mouvement d électrons 2 Terminologie de l électricité 3 Terminologie de circuits 4 Sources d alimentation

Plus en détail

Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation

Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation GmbH & Co. KG Régulation SAS Fiche technique 907020 Page 1/7 Capteurs d humidité (capacitif) et capteurs de température pour application en climatisation Pour la mesure de l humidité relative de l air

Plus en détail

Module Physico-chimie

Module Physico-chimie Université Paris XII-Val de Marne ENPC Université Paris 7 Module Physico-chimie chimie Chap. 2.4. Équilibres de complexation D. Thévenot & B. Aumont thevenot@cereve.enpc.fr aumont@lisa.univ-paris12.fr

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs

Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Plate forme de modélisation en vue de la prédiction de la durée de vie des bétons vis-à-vis de la pénétration d agents agressifs Phase d'initiation de la corrosion vis-à-vis de la - pénétration d'agents

Plus en détail

Bus hybrides Scania : un concept novateur qui améliore le rendement de 25 %

Bus hybrides Scania : un concept novateur qui améliore le rendement de 25 % PRESS info P09601FR / Per-Erik Nordström Mai 2009 Bus hybrides Scania : un concept novateur qui améliore le rendement de 25 % Scania lance un vaste programme d essais en service réel d une chaîne cinématique

Plus en détail

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage

LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage LABORATOIRES DE CHIMIE Techniques de dosage Un dosage (ou titrage) a pour but de déterminer la concentration molaire d une espèce (molécule ou ion) en solution (généralement aqueuse). Un réactif de concentration

Plus en détail

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3

MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 MODÉLISATION ET DÉVELOPPEMENT D UN CODE DE CALCUL POUR LA SIMULATION DE CONVERTISSEURS SO 2 /SO 3 Belkacem Abdous, Lhachmi Kamar, Omari Lhoussaine Direction de Recherche et Développement, OCP S.A. SOMMAIRE

Plus en détail

La Plateforme GALA. Un projet régional structurant. avec le pôle Cancer-Bio-Santé pour la recherche et l'innovation en galénique CPER 2007-2013

La Plateforme GALA. Un projet régional structurant. avec le pôle Cancer-Bio-Santé pour la recherche et l'innovation en galénique CPER 2007-2013 La Plateforme GALA Un projet régional structurant CPER 2007-2013 avec le pôle Cancer-Bio-Santé pour la recherche et l'innovation en galénique Labellisé en avril 2009 Plateforme GALA : quel rôle? Principe

Plus en détail

Date du dépôt Financement : Lot 2: Sujet avec demande de financement institutionnel en cours

Date du dépôt Financement : Lot 2: Sujet avec demande de financement institutionnel en cours Date du dépôt : 3/25/2015 9:58:24 AM Financement : Lot 2: Sujet avec demande de financement institutionnel en cours Date limite de candidature : Conditions restrictives de candidature : Un co-financement

Plus en détail

Conseils pour le choix d un chariot de manutention et pour son utilisation

Conseils pour le choix d un chariot de manutention et pour son utilisation Conseils pour le choix d un chariot de manutention et pour son utilisation SOMMAIRE 1- LES CHARIOTS ELECTRIQUES - Principaux types de chariots et leur domaine d application - Les principaux composants

Plus en détail

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE

CORRIGE. CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE Thème : L eau CHAP 04-ACT PB/DOC Electrolyse de l eau 1/12 Domaine : Eau et énergie CORRIGE 1. ALIMENTATION ELECTRIQUE D'UNE NAVETTE SPATIALE 2.1. Enoncé L'alimentation électrique d'une navette spatiale

Plus en détail

Traitement d air humide

Traitement d air humide Nos priorités en location Traitement d air humide Sélection du matériel Performants et fiables pour l industrie, le tertiaire et les particuliers, HDAS vous propose une large gamme de déshydrateurs et

Plus en détail

PRODUCTION D HYDROGÈNE PAR ÉLECTROLYSE DE L EAU

PRODUCTION D HYDROGÈNE PAR ÉLECTROLYSE DE L EAU Mémento de l Hydrogène FICHE 3.2.1 PRODUCTION D HYDROGÈNE PAR ÉLECTROLYSE DE L EAU Sommaire 1 Introduction 2 - Quelques rappels sur l électrolyse 3 - Les technologies en concurrence 4 - L hydrogène par

Plus en détail

PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE

PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE XXXX H02 PRODUCTION, CONVERSION OU DISTRIBUTION DE L ÉNERGIE ÉLECTRIQUE XXXX APPAREILS POUR LA TRANSFORMATION DE COURANT ALTERNATIF EN COURANT ALTERNATIF, DE COURANT ALTERNATIF EN COURANT CONTINU OU VICE

Plus en détail

Véhicules électriques

Véhicules électriques Véhicules électriques Marc Béranger Véhicules électriques Marc Béranger 15 juin 2012 1 Plan de la présentation Histoire de l automobile Puissance et énergie Stockage d énergie Moteur électrique Vehicle-to-grid

Plus en détail

Le cabriolet 100% électrique 200 KM D AUTONOMIE

Le cabriolet 100% électrique 200 KM D AUTONOMIE Le cabriolet 100% électrique 200 KM D AUTONOMIE LA NOUVELLE VOITURE CABRIOLET 100% ÉLECTRIQUE UN NOUVEAU SENTIMENT DE LIBERTÉ Derrière son design résolument innovant, la Bluesummer s adapte à toutes les

Plus en détail

TP Ecriture invisible

TP Ecriture invisible TP Ecriture invisible Une feuille blanche soigneusement pliée a été retrouvée dans l agenda de la victime, Mr Boidest. On se propose de vérifier qu elle ne contient pas de message caché. Principe : Tester

Plus en détail

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES

PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES PROJET TOSA INFORMATIONS GÉNÉRALES 1 LE BUS DU FUTUR EST SUISSE Grande première suisse et même mondiale, TOSA est un bus articulé à batterie rechargeable pour la desserte des villes. L'énergie de propulsion

Plus en détail

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements

Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements Utilisation historique de nanomatériaux en pneus et possibilités de nouveaux développements 7 juin 2012 Francis Peters Bien qu il n y ait pas de nano particules dans les usines qui produisent les mélanges

Plus en détail

Metrohm. ph-mètre 780 ph-/ionomètre 781. Un nouveau concept qui fait référence. Analyse des ions

Metrohm. ph-mètre 780 ph-/ionomètre 781. Un nouveau concept qui fait référence. Analyse des ions Metrohm Analyse des ions ph-mètre 780 ph-/ionomètre 781 Un nouveau concept qui fait référence Des fonctions multiples faciles à utiliser Le ph-mètre 780 et le ph-/ionomètre 781 associent la qualité Metrohm

Plus en détail

véhicule hybride (première

véhicule hybride (première La motorisation d un véhicule hybride (première HERVÉ DISCOURS [1] La cherté et la raréfaction du pétrole ainsi que la sensibilisation du public à l impact de son exploitation sur l environnement conduisent

Plus en détail

Une introduction à ECOSE Technology

Une introduction à ECOSE Technology Une introduction à ECOSE Technology Qu est-ce que une nouvelle technologie révolutionnaire de liant organique qui est à la fois naturelle et sans formaldéhyde. Elle peut être utilisée pour fabriquer de

Plus en détail

Chaleur solaire et stockage thermique haute température. Une solution durable, bas coût, écologique et performante. 27 mars 2014

Chaleur solaire et stockage thermique haute température. Une solution durable, bas coût, écologique et performante. 27 mars 2014 Chaleur solaire et stockage thermique haute température Une solution durable, bas coût, écologique et performante 27 mars 2014 Présentation de la société Société d Ingénierie/R&D avec le statut de Jeune

Plus en détail

2105-2110 mm 1695 mm. 990 mm Porte-à-faux avant. Modèle de cabine / équipage Small, simple / 3. Codage 46804211 46804311 46804511

2105-2110 mm 1695 mm. 990 mm Porte-à-faux avant. Modèle de cabine / équipage Small, simple / 3. Codage 46804211 46804311 46804511 CANTER 3S13 2105-2110 mm 1695 mm 990 mm Porte-à-faux avant 3500 3995 4985 Longueur max. de carrosserie** 2500 2800 3400 Empattement 4635 4985 5785 Longueur hors tout Masses/dimensions Modèle 3S13 Modèle

Plus en détail

>> Compacte et légère >> Installation rapide et simple >> Maintenance aisée. << project.dedietrich-thermique.fr >> Le Confort Durable PMC-X

>> Compacte et légère >> Installation rapide et simple >> Maintenance aisée. << project.dedietrich-thermique.fr >> Le Confort Durable PMC-X SOLAIRE BOIS POMPES À CHALEUR CONDENSATION FIOUL/GAZ PMC-X CHAUDIÈRE MURALE GAZ À CONDENSATION MICRO-ACCUMULÉE PROJECT L essentiel de la condensation >> Compacte et légère >> Installation rapide et simple

Plus en détail

Manuel d'utilisation de la maquette VEHICULE ELECTRIQUE A ENERGIE SOLAIRE. (Modèle avec stockage de l'énergie électrique)

Manuel d'utilisation de la maquette VEHICULE ELECTRIQUE A ENERGIE SOLAIRE. (Modèle avec stockage de l'énergie électrique) Manuel d'utilisation de la maquette VEHICULE ELECTRIQUE A ENERGIE SOLAIRE (Modèle avec stockage de l'énergie électrique) Enseignement collège et lycée Article Code Véhicule électrique à énergie solaire

Plus en détail