Supercondensateurs électrochimiques : des matériaux aux dispositifs.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Supercondensateurs électrochimiques : des matériaux aux dispositifs."

Transcription

1 Supercondensateurs lectrochimiques : des matriaux aux dispositifs. Olivier Crosnier Laboratoire de Gnie G des Matriaux et Procds s Associs Ecole polytechnique de l universitl universit de Nantes Journes Scientifiques de l Universitl Universit de Nantes / GRIM3, Juin 2009

2 Introduction Qu est est-ce qu un un supercondensateur? Principes Matriaux utiliss et ractions aux lectrodes Vers de nouveaux matriaux Conclusions

3 Densit de puissance (W/kg) Besoin de stockage de l nergie : batteries Forte densit d nergie mais faible puissance Accumulateurs Densit d nergie (Wh/kg)

4 Densit de puissance (W/kg) Condensateurs Dilectriques Stockage en puissance (très rapide): condensateurs dilectriques Densit d nergie (Wh/kg) Maxwell Technology

5 Des supercapacits s pour quoi faire? Densit de puissance (W/kg) Condensateurs Dilectriques Pourquoi a-t-on a besoin de systèmes intermdiaires? Accumulateurs Densit d nergie (Wh/kg)

6 Quelques applications : Pics de puissance : Mdical (dfibrillateurs, rayons X, ) Soudage (par points, par rsistance, ) Dmarrage de moteurs de vhicules par temps froid Rcupration de l nergie de freinage des vhicules, grues portuaires, Électronique, transport, militaire, aronautique (ouverture urgence portes A380), spatial, Supercondensateur : Système à forte puissance et densit d nergie

7 Caractristiques ristiques des supercapacits s : les matriaux actuels Matriaux d lectrode : RuO 2, IrO 2 polymères conducteurs, carbones activs cycles max Electrolytes : sels anhydres, solvant actonitrile ou acide sulfurique concentr Solution N(et) + 4 BF - 4 CH 3 CN B.E. Conway, Electrochemical Supercapacitors, Kluwer Academic / Plenum Publishers, «Ultracapacitors : why,, how and where is the technology»,, A. Burke, J. Power Sources 91 (2000)

8 Les matriaux idaux : Matriaux d lectrodes peu coûteux Disponibilit des matières premières Simplicit des synthèses Durabilit Grand nombre de cycles (>10 5!!!) Bonne stabilit chimique Non toxicit Matriaux cologiques et recyclables Électrolytes aqueux «neutres»

9 Deux types de supercondensateurs : EDLC (electrochemical double layer capacitor) : stockage des charges principalement «capacitif» Ex: carbones activs Pseudo-capacit: stockage faradique de surface (ou proche surface) Ex: RuO 2, polymères conducteurs et plus rcemment MnO 2

10 Principe de fonctionnement : Capacit lectrochimique de Double Couche Ex: Carbone source 2 lectrodes + lectrolyte Accumulation d ions dans double couche lectrochimique (Helmholtz + couche diffuse) paisseur de la double couche < 1 nm Chaque surface est quivalente à un condensateur p + p + p + p + p + p + p + Raction de surface ngative positive Électrolyte

11 Mcanisme de stockage des charges : Pseudo-capacit capacit Ex: MnO 2 0,75 0,50 0,25 I (A.g -1 ) 0,00-0,25-0,50-0,75 0,0 0,2 0,4 0,6 0,8 1,0 E vs. Ag/AgCl (V) Changement du degr d oxydation du Mn en surface (ou proche surface) In situ Mn K-edge X-ray absorption spectroscopic studies of anodically deposited manganese oxide with relevance to supercapacitor applications, J.-K. Chang, Ming-Tsung Lee, Wen-Ta Tsai, Journal of Power Sources 166 (2007)

12 Limitations des densits s d d nergie et de puissance Energie (max.) E = 1/2 C V 0 ² (J) Puissance (max.) P = V 0 ² / (4R) (W) Supercapacit: système de puissance mais densit d nergie demande V 0 : limite par Capacit : - lectrolyte (fenêtre lectrochimique) - collecteur de courant (corrosion) - oxydation du carbone activ - matriaux d lectrodes Rsistance (ESR) : - principalement R electrolyte

13 Avantages : Exemple de MnO 2 Comportement pseudo-capacitif valeurs de capacit intressantes Electrodes composites ( F/g), couches minces (jusqu à 600 F/g) Utilisation d lectrolytes aqueux «neutres» Na 2 SO 4, NaCl, K 2 SO 4, KCl, Coût attractif de MnO 2 Nombreux polymorphes (structure cristalline) Inconvnient : fenêtre de potentiel troite (1V) Ex : structure 2D δ-mno 2 (birnessite)

14 Fenêtre de potentiel max: 1V Inconvnient: MnO 2 / MnO 2 Utilisation de chaque lectrode sur 0.5V!!! Faible densit d nergie Besoin d augmenter la fenêtre de potentiel CHARGE DECHARGE Potentiel (V vs. Ag/Ag + ) Potentiel (V vs. Ag/Ag + )

15 Utilisation de carbones activs Avantages : Carbone activ de grande surface spcifique (> 1000 m 2 /g) Carbonisation de charbon, bois, coques de noix de coco, polyacrylonitrile, puis activation à C sous H 2 ou N 2 (ou traitement hydrothermique à la vapeur, ) Importance de la rpartition de porosit en fonction du prcurseur et du traitement thermique Inconvnients : Électrolyte toxique (actonitrile), limitation en temprature (70 C max) Fonctionnement en milieu aqueux: fenêtre de potentiel troite (1,2V) et capacit limite (100 F/g)

16 Système hybride C/MnO Supercondensateur hybride 2 carbone/mno 2 dans lectrolyte aqueux 1,5 1,0 0,5 Carbone MnO 2 0,0004 0,0002 2,5 2,0 I (A/g) 0,0-0,5 0,0000-0,0002 I (A) E cell (V) 1,5 1,0 (b) 0.45 A/g (c) 0.55 A/g -1,0-0,0004 0,5 (a) 0.53 A/g -1,5-1,5-1,0-0,5 0,0 0,5 1,0 1,5 E vs Ag/AgCl (V) 0, time (s) Fonctionnement de chaque lectrode sur 1V et complmentarit Potentiel du supercondensateur hybride : 2V!

17 Bonne cyclabilit T. Brousse, P. L. Taberna, O. Crosnier, R. Dugas, P. Guillemet, Y. Scudeller, Y. Zhou, F. Favier, D. Blanger, P. Simon, J. Power Sources, 173, 633 (2007).

18 Association en parallèle de 50 cellules lmentaires: ralisation de prototypes Collaboration CIRIMAT (Toulouse)

19 Supercapacit hybride : carbone/mno F Rsistance/(mΩ) Nombre de cycles Tension de cellule/(v) 2 1,5 1 0,5 0 6, , , , , , Temps/(min) Module N 2 (50 lectrodes) C-MnO2 Masse : 0,460 kg 0-2 V:2 A C = 620 F Module N 2 (50 lectrodes) C-MnO2 Masse : 0,460 kg 0-2 V:2 A C = 620 F

20 Etudes en cours (projet ANR ABHYS) Carbones adapts s au milieu aqueux neutre (porosit) Electrolytes modifis s pour travailler à basse temprature (-20( 20 C) MnO 2 : augmentation des capacits s (structure, microstructure), diminution de la rsistance r (dopage, substitution, composites)

21 Conclusions et perspectives Supercapacits : moyen de stockage de l nergie Suparcapacits hybrides Utilisation d autres oxydes (Fe 3 O 4, PbO 2, ) Diffrents concepts = diffrentes applications C/MnO 2 : Performances intressantes des supercapacits hybrides carbone/ MnO 2 fonctionnant en milieu aqueux neutre Perspectives intressantes en recherche fondamentale (comportement thermique) et applique Validation industrielle

22 Remerciements Oxydes pour supercaps : Mathieu Toupin, Thibaud Delahaye, Thomas Cottineau Thierry Brousse, Romain Dugas, Ren Marchand, Laurence Athouël, François Moser, Hugo Mosqueda Dominique Guyomard, Emilie Machefaux Modlisation et mesures thermiques : Philippe Guillemet, Yves Scudeller, Yann Dandeville Systèmes hybrides : Patrice Simon, Barbara Daffos, Pierre-Louis Taberna (CIRIMAT) Frdric Favier, Jean-Louis Pascal, Ouassim Ghodbane (LAMMI) Daniel Blanger (UQAM) Financement : Programme ABHYS (Stock-E) ANR pôle de comptitivit vhicule haut de gamme Projet biennum France-qubec (MRI/MAE) Dominique Sotteau/Michel-Louis Pasquier (Consulat de France à Montral)

23 Merci de votre attention

SUPERCONDENSATEURS : Patrice SIMON. Chaire Développement durable Environnement, Énergie et Société. Chaire annuelle Année académique 2010-2011

SUPERCONDENSATEURS : Patrice SIMON. Chaire Développement durable Environnement, Énergie et Société. Chaire annuelle Année académique 2010-2011 Chaire Développement durable Environnement, Énergie et Société Chaire annuelle Année académique 2010-2011 SUPERCONDENSATEURS : Principes et Evolutions Patrice SIMON Université Paul Sabatier CIRIMAT UMR

Plus en détail

CH-1728 Rossens, Suisse

CH-1728 Rossens, Suisse Utilisation des supercondensateurs pour les stockage de l énergie embarquée : applications transport H. Gualous*, R. Gallay**, A. Berthon* * Laboratoire L2ES, UFC-UTBM-INRETS Bat F, UTBM, rue Thiery-Mieg

Plus en détail

Supercondensateurs pour l'électronique de puissance

Supercondensateurs pour l'électronique de puissance Supercondensateurs pour l'électronique de puissance Grandes densités d'énergie et de puissance grâce aux nouveaux matériaux Les supercondensateurs sont des composants de stockage de charges électriques

Plus en détail

Les supercondensateurs. Pascal VENET

Les supercondensateurs. Pascal VENET Les supercondensateurs Pascal VENET 1 PLAN Présentation des supercondensateurs Applications des supercondensateurs Rappel sur les condensateurs Les différentes familles de supercondensateurs Supercondensateurs

Plus en détail

ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS

ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS 30/11/009 ELECTROCHIMIE ET SES APPLICATIONS PILES AU LITHIUM M. OLIVIER marjorie.olivier@fpms.ac.be INTRODUCTION. Lithium = le potentiel le plus négatif et la plus forte capacité massique des matériaux

Plus en détail

Systèmes de stockage à supercondensateurs

Systèmes de stockage à supercondensateurs Systèmes de stockage à supercondensateurs Philippe Barrade Laboratoire d Electronique Industrielle Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne EPFL-STI-IEL-LEI Station 11 CH-1015 Lausanne +41 21 693 2651

Plus en détail

Les Rencontres Scientifiques Colas

Les Rencontres Scientifiques Colas Les Rencontres Scientifiques Colas «L avenir du véhicule électrique» 2 juin 2009 avec Yves CHABRE Docteur ès-sciences Consultant pour véhicules électriques et Pierre MIDROUILLET Directeur Général de PVI

Plus en détail

Batteries pour le stockage de l énergie. Anne de Guibert SAFT

Batteries pour le stockage de l énergie. Anne de Guibert SAFT Batteries pour le stockage de l énergie Anne de Guibert SAFT Contexte global du stockage Les besoins de notre société pour un monde «plus vert» (moins de CO 2 ) autant que le renchérissement prévisible

Plus en détail

Le stockage de l énergie électrique par supercondensateurs : du composant au système

Le stockage de l énergie électrique par supercondensateurs : du composant au système Le stockage de l énergie électrique par supercondensateurs : du composant au système Tutoriales Ecole Doctorale EEA de Lyon Pascal VENET pascal.venet@univ-lyon1.fr 1 PLAN Présentation des supercondensateurs

Plus en détail

TS Physique L automobile du futur Electricité

TS Physique L automobile du futur Electricité P a g e 1 TS Physique Electricité Exercice résolu Enoncé Le moteur thermique, étant très certainement appelé à disparaître, les constructeurs automobiles recourront probablement au «tout électrique» ou

Plus en détail

Utilisation des supercondensateurs et des batteries pour le stockage de l énergie embarquée pour véhicule électrique

Utilisation des supercondensateurs et des batteries pour le stockage de l énergie embarquée pour véhicule électrique Utilisation des supercondensateurs et des batteries pour le stockage de l énergie embarquée pour véhicule électrique Moez HADJ KACEM #1, Souhir TOUNSI *2, Rfik NEJI #3 #University of Sfax Laboratory of

Plus en détail

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net

document proposé sur le site «Sciences Physiques en BTS» : http://nicole.cortial.net BT 23 Dans ce sujet, on étudiera un éhicule électrique selon différents aspects : énergie apportée, conertisseur statique, motorisation, capteur de itesse des roues et conditionnement de cette information.

Plus en détail

EXERCICE I. Altitude en mètre

EXERCICE I. Altitude en mètre EXERCICE I L exercice I est composé de 4 problèmes indépendants. La disparition des ampoules à incandescence s explique par le très mauvais rendement de cette technologie (de l ordre de 5 %). Ces ampoules

Plus en détail

THÈSE L UNIVERSITÉ BORDEAUX I DOCTEUR

THÈSE L UNIVERSITÉ BORDEAUX I DOCTEUR N d ordre : 4828 THÈSE Présentée à L UNIVERSITÉ BORDEAUX I ECOLE DOCTORALE DES SCIENCES PHYSIQUES ET DE L INGÉNIEUR Par Ramzi CHAARI Pour obtenir le grade de DOCTEUR SPÉCIALITÉ : Électronique ******************************

Plus en détail

Evolutions des batteries : applications et perspectives

Evolutions des batteries : applications et perspectives Stockage d énergie électrique : quels nouveaux concepts? pour quelles applications? Evolutions des batteries : applications et perspectives Anne de GUIBERT Directeur de la recherche anne.de-guibert@saft.alcatel.fr

Plus en détail

Les batteries électriques pour les camions et bus électriques Etat de l'art, perspectives et interrogations

Les batteries électriques pour les camions et bus électriques Etat de l'art, perspectives et interrogations Les batteries électriques pour les camions et bus électriques Etat de l'art, perspectives et interrogations L Ion Rallye 2012 : Camions et Bus électriques - Le transport branché Lyon 30/11/2012 Serge PELISSIER

Plus en détail

Matériaux Stratégiques, Quelles Alternatives. «Solutions Technologiques» Cas des Accumulateurs

Matériaux Stratégiques, Quelles Alternatives. «Solutions Technologiques» Cas des Accumulateurs Matériaux Stratégiques, Quelles Alternatives «Solutions Technologiques» Cas des Accumulateurs Développements au CEA-LITEN 4 marchés principaux adressés CEA-LITEN 900 p. 400 brevets (+160 in 2010) Automobile

Plus en détail

IV Etudes de cas C Véhicules du futur. Jacques Gangloff

IV Etudes de cas C Véhicules du futur. Jacques Gangloff IV Etudes de cas C Véhicules du futur Jacques Gangloff C.1 Introduction (1) Modèle énergétique tout électrique : - Production : photovoltaïque, éolien - Consommation : Sédentaire : besoins domestiques,

Plus en détail

LA PILE À COMBUSTIBLE ET LA COGÉNÉRATION

LA PILE À COMBUSTIBLE ET LA COGÉNÉRATION LA PILE À COMBUSTIBLE ET LA COGÉNÉRATION Thierry PRIEM Salon de la méthanisation en Lorraine CEA 10 AVRIL 2012 PAGE 1 14 OCTOBRE 2014 MÉTHANISATION ET COGÉNÉRATION PAGE 2 LE PRINCIPE DE LA COGÉNÉRATION

Plus en détail

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012 Cours d électricité Dipôles simples en régime alternatif Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année: 2011-2012 Plan du

Plus en détail

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique

Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006. Partie A : Introduction à la chimie inorganique Examen en chimie générale II (CHICO 1160B), septembre 2006 Partie A : Introduction à la chimie inorganique Svp, veuillez utiliser ces feuilles d examen pour répondre aux questions. Vous pouvez employer

Plus en détail

Ancrage de l innovation en Région Plateforme AlHyance Nouvelles Technologies pour l Energie. PREDAT 1 juin 2012

Ancrage de l innovation en Région Plateforme AlHyance Nouvelles Technologies pour l Energie. PREDAT 1 juin 2012 Ancrage de l innovation en Région Plateforme AlHyance Nouvelles Technologies pour l Energie PREDAT 1 juin 2012 Axes stratégiques du CEA : Positionnement d AlHyance 3 segments l hydrogène (Production, Stockage,

Plus en détail

Outils et lois de l électrocinétique

Outils et lois de l électrocinétique TOYOTA PRIUS (Source : Centrale Supélec 2005) Objectifs de l étude : Expliquer pourquoi les véhicules électriques ont des difficultés à se développer.. Déterminer les résistances des circuits de mise en

Plus en détail

Transfert d énergie : piles et accumulateurs

Transfert d énergie : piles et accumulateurs Chapitre 11 Transfert d énergie : piles et accumulateurs Découvrir Activité documentaire n 1 Quelles énergies pour les véhicules électriques de demain? 1. Un véhicule hybride utilise deux sources d énergie

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

La batterie et son principe de fonctionnement

La batterie et son principe de fonctionnement La batterie et son principe de fonctionnement Une batterie est constituée de plomb (électrode négative), oxyde de plomb (électrode positive) et acide sulfurique (électrolyte), comme indiqué sur la figure

Plus en détail

2. Comment recharger un accumulateur? Capacités Connaissances Exemples d activités. Savoir que : un accumulateur se recharge à l aide d un courant

2. Comment recharger un accumulateur? Capacités Connaissances Exemples d activités. Savoir que : un accumulateur se recharge à l aide d un courant 5 Programme du chapitre 1. Quelle est la différence entre une pile et un accumulateur? Pourquoi éteindre ses phares quand le moteur est arrêté? Capacités Connaissances Exemples d activités Réaliser une

Plus en détail

CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES I CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES. II PUISSANCE ET ÉNERGIE

CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES I CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES. II PUISSANCE ET ÉNERGIE CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES I CHAÎNES ÉNERGÉTIQUES. II PUISSANCE ET ÉNERGIE I Chaine énergétique a- Les différentes formes d énergie L énergie se mesure en Joules, elle peut prendre différentes formes : chimique,

Plus en détail

Architecture optimale des systèmes de stockage d'énergie complexes

Architecture optimale des systèmes de stockage d'énergie complexes RTE 7 Mai 2015 Architecture optimale des systèmes de stockage d'énergie complexes Orateurs Ali Sari, Christophe Savard, Pascal Venet 1 Thématique interdisciplinaire Objectifs scientifiques de la priorité

Plus en détail

Batteries lithium-ion pour véhicules hybrides (VEH) et électriques (VE)

Batteries lithium-ion pour véhicules hybrides (VEH) et électriques (VE) C 2 maîtrisé Carburants diversifiés Véhicules économes Raffinage propre Réserves prolongées Batteries lithium-ion pour véhicules hybrides (VEH) et électriques (VE) Recherche de nouveaux électrolytes Dane

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL- SPCL Épreuve de physique chimie Corrigé Session de juin 2014 Antilles Guyane. 30/06/2014 http://www.udppc.asso.

Baccalauréat STI2D et STL- SPCL Épreuve de physique chimie Corrigé Session de juin 2014 Antilles Guyane. 30/06/2014 http://www.udppc.asso. Baccalauréat STI2D et STL- SPCL Épreuve de physique chimie Corrigé Session de juin 2014 Antilles Guyane 30/06/2014 http://www.udppc.asso.fr PARTIE A : BESOINS EN ÉNERGIE ÉLECTRIQUE ET SOLUTION DU MOTEUR

Plus en détail

Systèmes modulaires de stockage d énergie. PowerModule 40Ah et 110Ah. BMS Externe

Systèmes modulaires de stockage d énergie. PowerModule 40Ah et 110Ah. BMS Externe Systèmes modulaires de stockage d énergie PowerModule 40h et 110h BMS Externe Septembre 2013 V1.3 Présentation générale La gamme PowerModule répond aux besoins de forte puissance pour le stockage énergétique.

Plus en détail

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC

MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE LA MICROSTRUCTURE APPLICATION AUX PILES SOFC Société Française de Thermique 22/01/2010 Design de matériaux à propriétés radiatives fonctionnalisées : de l angström au millimètre MISE EN FORME DE REVÊTEMENTS CERAMIQUES PAR VOIE SOL-GEL, CONTRÔLE DE

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL BACCALAURÉAT GÉNÉRAL SESSION 2011 PHYSIQUE-CHIMIE Série S DURÉE DE L ÉPREUVE : 3 h 30 COEFFICIENT : 8 L usage d une calculatrice EST autorisé Ce sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Ce

Plus en détail

TD 1 CALCULS D ENERGIE

TD 1 CALCULS D ENERGIE TD 1 CALCULS D ENERGIE Exercice n 1 On désire élever la température d un chauffe-eau de 200 litres de 8 C à 70 C. On rappelle que la capacité thermique massique de l eau est de 1cal/ C/g. 1-1 Quelle est

Plus en détail

INNOV ECO. "Les nouveaux challenges du stockage d'énergie" Jeudi 11 juin 2015, Paris

INNOV ECO. Les nouveaux challenges du stockage d'énergie Jeudi 11 juin 2015, Paris INNOV ECO "Les nouveaux challenges du stockage d'énergie" Jeudi 11 juin 2015, Paris Le stockage, c est l anticipation d un besoin. Ce n est pas le propre des humains Le stockage de l énergie est très ancien

Plus en détail

Rébus : Question : Quel est le principe de fonctionnement d une pile à combustible? Question : On dit que l hydrogène est un énergétique.

Rébus : Question : Quel est le principe de fonctionnement d une pile à combustible? Question : On dit que l hydrogène est un énergétique. ompléter la définition. Un accumulateur c est : Une pile électrique rechargeable, qui accumule de l énergie... sous forme... pour la restituer sous forme de... On dit que l hydrogène est un énergétique.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Cartouches d impression, Transfert Thermique Armor dévoile une nouvelle activité : Les films collecteurs de courant pour batteries

DOSSIER DE PRESSE. Cartouches d impression, Transfert Thermique Armor dévoile une nouvelle activité : Les films collecteurs de courant pour batteries Cartouches d impression, Transfert Thermique Armor dévoile une nouvelle activité : Les films collecteurs de courant pour batteries DOSSIER DE PRESSE Mélanie Alexandre (Giotto) Tél. + 33 (0)1 48 74 18 62

Plus en détail

EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES ACIDES AMINES

EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES ACIDES AMINES EVALUATION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE DES ACIDES AMINES METHODES CHROMATOGRAPHIQUES. METHODES ELECTROPHORETIQUES. DOSAGES SPECIFIQUES. CHROMATOGRAPHIE SUR PAPIER. CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE. CHROMATOGRAPHIE

Plus en détail

PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN

PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN PROTOCOLE OLYMPIADES Février 2007 - ACADEMIE DE CAEN Afin de pallier la raréfaction donc la hausse du coût des combustibles d origine fossile, le gouvernement et le secteur automobile se sont lancés depuis

Plus en détail

Étude du vieillissement calendaire des supercondensateurs et impact des ondulations de courant haute fréquence

Étude du vieillissement calendaire des supercondensateurs et impact des ondulations de courant haute fréquence Étude du vieillissement calendaire des supercondensateurs et impact des ondulations de courant haute fréquence Ronan Louis German To cite this version: Ronan Louis German. Étude du vieillissement calendaire

Plus en détail

Conçu pour l utilisation maritime

Conçu pour l utilisation maritime Conçu pour l utilisation maritime Un matériau performant au service de la navigation La performance est essentielle, dans les chantiers navals comme à bord des navires. Le client exige un niveau élevé

Plus en détail

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI

UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI UN COUPLAGE HABITAT/TRANSPORT AU BANC D ESSAI Collaboration entre le CEA (Commissariat à l Énergie Atomique), l INES (Institut National de l Énergie Solaire) et Toyota, bénéficiant du soutien de l ADEME

Plus en détail

ANALYSE MULTICRITERES DES SYSTEMES D ALIMENTATION TRAMWAY

ANALYSE MULTICRITERES DES SYSTEMES D ALIMENTATION TRAMWAY ANALYSE MULTICRITERES DES SYSTEMES D ALIMENTATION TRAMWAY Indice Date Description Rédacteur Vérificateur Approbateur A 30/11/2011 Première émission F.CAMUS V. BAUMONT A. GENDREAU Phase Emetteur Discipline

Plus en détail

La chimie atmosphérique

La chimie atmosphérique La chimie atmosphérique Régions et caractéristiques de l atmosphère Multitude de composés chimiques sont présents dans la troposphère La composition de l air de la troposphère Les gaz O 2, N 2, Ar gaz

Plus en détail

transports terrestres

transports terrestres Les Batteries pour les transports terrestres Etat de l art et perspectives Laboratoire Transports et Environnement Serge PELISSIER Chargé de recherche La batterie est le maillon faible du transport électrique

Plus en détail

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques

Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Département des Sciences et Génie des Matériaux Notions élémentaires sur les cellules électrochimiques Cours et exercices G. BARRAL B. LE GORREC C. MONTELLA (UJF) (IUT 1) (ISTG) GRENOBLE 2003 SOMMAIRE

Plus en détail

CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges

CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges CADISCOM CAractérisation Dynamique des pièges aux Interfaces diélectriques/semi- Conducteurs Organiques. Application aux polymères obtenus par Métathèse. Kamal LMIMOUNI IEMN UMR CNRS 8520 Journées Nationales

Plus en détail

Leonardo NASCIMENTO. Gestion énergétique optimisée et impact environnemental de la technologie

Leonardo NASCIMENTO. Gestion énergétique optimisée et impact environnemental de la technologie Leonardo NASCIMENTO Gestion énergétique optimisée et impact environnemental de la technologie Sommaire Cible marché et raison d être de la technologie Vue du système Modes d opération Rendement du groupe

Plus en détail

Enjeux de l électrification des transports urbains Colloque sur l électrification des transports au Québec Mai 2010

Enjeux de l électrification des transports urbains Colloque sur l électrification des transports au Québec Mai 2010 Enjeux de l électrification des transports urbains Colloque sur l électrification des transports au Québec Jacques Drouin, ing. Spécialiste principal Gestion des produits Réseaux de transport urbain Enjeux

Plus en détail

Baccalauréat STI2D et STL spécialité SPCL Épreuve de physique chimie Proposition de correction Session de juin 2015 Antilles Guyane

Baccalauréat STI2D et STL spécialité SPCL Épreuve de physique chimie Proposition de correction Session de juin 2015 Antilles Guyane Baccalauréat STI2D et STL spécialité SPCL Épreuve de physique chimie Proposition de correction Session de juin 2015 Antilles Guyane 16/10/2015 www.udppc.asso.fr Si vous repérez une erreur, merci d envoyer

Plus en détail

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87

LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES. christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface. Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 LA CORROSION : FORMES ET EXEMPLES christophe.holterbach@cetim-cermat.fr Corrosion et Traitement de surface Tél: 03-89-32-72-20 Fax:03-89-59-97-87 PRINCIPAL MODE DE DEGRADATION DANS LE MONDE devant les

Plus en détail

Réactions d oxydoréduction

Réactions d oxydoréduction Réactions d oxydoréduction Ce document a pour objectif de présenter de manière synthétique quelques bases concernant les réactions d oxydoréduction et leurs principales applications que sont les piles

Plus en détail

Streamline. Chaudière gaz à condensation murale. 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash. MHG Mieux, tout simplement.

Streamline. Chaudière gaz à condensation murale. 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash. MHG Mieux, tout simplement. Streamline Chaudière gaz à condensation murale 16 H / 25 H 16/24 S 25/32 S 25/32 Flash MHG Mieux, tout simplement. Streamline Streamline : technique et rendement au meilleur prix Avec la série Streamline,

Plus en détail

SIMULATION D UN SUPERCONDENSATEUR A L ECHELLE ATOMIQUE

SIMULATION D UN SUPERCONDENSATEUR A L ECHELLE ATOMIQUE Université de la Méditerranée Aix-Marseille II Faculté des Sciences de Luminy 163 Avenue de Luminy 13288 MARSEILLE Cedex 9 CINaM Centre Interdisciplinaire de Nanoscience de Marseille THESE DE DOCTORAT

Plus en détail

DRA-10-111085-07180A. Approche de la maîtrise des risques spécifiques. Données de base sur les différentes technologies de stockage d énergie

DRA-10-111085-07180A. Approche de la maîtrise des risques spécifiques. Données de base sur les différentes technologies de stockage d énergie RAPPORT D ÉTUDE 16/06/2010 DRA-10-111085-07180A Approche de la maîtrise des risques spécifiques de la filière véhicules électriques : Données de base sur les différentes technologies de stockage d énergie

Plus en détail

Optimisation énergétique des implants actifs

Optimisation énergétique des implants actifs Optimisation énergétique des implants actifs Nov 2012 1 1 Table des matières Historique des sources d énergie Contraintes et solutions globales Courbe de décharge Synthèse des technologies de piles et

Plus en détail

La motorisation électrique dans l'aviation de loisir

La motorisation électrique dans l'aviation de loisir La motorisation électrique dans l'aviation de loisir Retour d'expérience pour le secteur nautique par Anne Lavrand Société ELECTRAVIA Journée technique - Jeudi 5 février 2009 Nautisme & Prospective "Quels

Plus en détail

stockage électrique, le besoin de lisser la production et la nécessité de modifier les réseaux de transport de l électricité, d où le développement

stockage électrique, le besoin de lisser la production et la nécessité de modifier les réseaux de transport de l électricité, d où le développement Stockage de l électricité : élément clé pour le déploiement des énergies renouvelables et du véhicule électrique Marion Perrin Marion Perrin est directrice de laboratoire à l Institut national de l énergie

Plus en détail

SOLAIRE PV ET SYSTEMES HYBRIDES parcours ingénieurs et techniciens

SOLAIRE PV ET SYSTEMES HYBRIDES parcours ingénieurs et techniciens Atouts de la formation Formation complète regroupant les 4 thématiques suivantes : l électricité, les systèmes photovoltaïques, les groupes électrogènes et le couplage Formation entièrement à distance

Plus en détail

CREATION DU 1 ER RESEAU NATIONAL DE RECHERCHE ET TECHNOLOGIE SUR LES BATTERIES

CREATION DU 1 ER RESEAU NATIONAL DE RECHERCHE ET TECHNOLOGIE SUR LES BATTERIES CREATION DU 1 ER RESEAU NATIONAL DE RECHERCHE ET TECHNOLOGIE SUR LES BATTERIES Vendredi 2 juillet 2010 CREATION D UN RESEAU DE RECHERCHE ET TECHNOLOGIE SUR LES BATTERIES LES ACTEURS DE LA RECHERCHE PUBLIQUE

Plus en détail

On peut constater qu en un siècle les performances des véhicules électriques ont fortement augmenté

On peut constater qu en un siècle les performances des véhicules électriques ont fortement augmenté ACTIVITE 1 : PRESENTATION DU SCOOTER MP3 A l aide du document de présentation du scooter, répondez aux questions suivantes : PREMIERE PARTIE : APPROCHE HISTORIQUE En vous aidant du document ressource «NOTIONS

Plus en détail

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples.

1 ère partie : tous CAP sauf hôtellerie et alimentation CHIMIE ETRE CAPABLE DE. PROGRAMME - Atomes : structure, étude de quelques exemples. Référentiel CAP Sciences Physiques Page 1/9 SCIENCES PHYSIQUES CERTIFICATS D APTITUDES PROFESSIONNELLES Le référentiel de sciences donne pour les différentes parties du programme de formation la liste

Plus en détail

Chimie du solide et de l énergie

Chimie du solide et de l énergie COMMUNIQUÉ Janvier 2014 RenforcerlarechercheenChimiedanslesdomainesdel énergieetdel environnement Jean MarieTARASCONestnommétitulairedelanouvellechaire Chimiedusolideetdel énergie Leçoninaugurale,lejeudi23janvierà18h00

Plus en détail

FIOLAX. SCHOTT Instruments Solutions. Les solutions tampon dans les ampoules uniques à deux pointes offrent une haute sureté et précision.

FIOLAX. SCHOTT Instruments Solutions. Les solutions tampon dans les ampoules uniques à deux pointes offrent une haute sureté et précision. SCHOTT Instruments Solutions Les solutions tampon dans les ampoules uniques à deux pointes offrent une haute sureté et précision. L exactitude de la mesure de ph dépend de l exactitude de l étalonnage.

Plus en détail

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS

CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS CHAPITRE 2 LES COMPOSÉS CHIMIQUES ET LES LIAISONS 2.1 - La formation de liaisons ioniques et covalentes 2.2 - Les noms et les formules des composés ioniques et moléculaires 2.3 - Une comparaison des propriétés

Plus en détail

Préparations avant peinture. Solutions sans CrVI. Michel JANNIER (expert)

Préparations avant peinture. Solutions sans CrVI. Michel JANNIER (expert) Les rendez-vous technologiques «Les traitements de surface des alliages légers» Préparations avant peinture. Solutions sans CrVI. Michel JANNIER (expert) 1 Préparation avant peinture Les traitements avant

Plus en détail

Le stockage d énergie pour un métro automatique Eric CHATTOT 12 mars 2009 Journée Club EEA Systèmes électriques pour véhicules du futur

Le stockage d énergie pour un métro automatique Eric CHATTOT 12 mars 2009 Journée Club EEA Systèmes électriques pour véhicules du futur Le stockage d énergie pour un métro automatique Eric CHATTOT 12 mars 2009 Journée Club EEA Systèmes électriques pour véhicules du futur 1 Les trois Secteurs de Siemens Industrie Industrie Mobility Industry

Plus en détail

Piles et accumulateurs. Denis Guérin STI2D Eiffel DIJON

Piles et accumulateurs. Denis Guérin STI2D Eiffel DIJON Piles et accumulateurs électrique histoire 1799, 1 er pile : Volta Alessandro empilement d éléments composés successivement d une lame de zinc, d une lame de feutre imbibée d eau vinaigrée et d une lame

Plus en détail

Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique.

Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique. FICHE 14 Stratégie de synthèse et sélectivité en chimie organique. I. Stratégie à employer lors d une synthèse On veut synthétiser un composé au laboratoire. On doit donc imaginer les différentes étapes

Plus en détail

Rôle de la préparation de surface

Rôle de la préparation de surface Rôle de la préparation de surface Le but de la préparation de surface de l acier est de la rendre compatible avec l opération d émaillage Elimination des résidus contaminants présents à la surface de la

Plus en détail

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.

Au menu aujourd hui. Les éléments chimiques et l eau. http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2. La chimie de la vie Au menu aujourd hui Les éléments chimiques et l eau http://eau.tourdumonde.free.fr/image%20partie%20pedagogique/molecule%20etat%20de%20l'eau2.jpg Au menu aujourd hui Les éléments chimiques

Plus en détail

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES

NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES CHAPITRE 1 NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1 suite Chapitre 1 : NOTIONS FONDAMENTALES SUR LES ENERGIES 1.1 Généralités 1.2 L'énergie dans le monde 1.2.1 Qu'est-ce que l'énergie? 1.2.2 Aperçu sur

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DU RACK BATTERIE

DIMENSIONNEMENT DU RACK BATTERIE Partie C DIMENSIONNEMENT DU RACK BATTERIE Calcul de l énergie embarquée dans le rack batterie Choix de la technologie de batterie Etude économique Ce dossier est constitué de : - 7 pages numérotées de

Plus en détail

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette.

Sulfate SO 4. Potassium K + b) Indiquer pour chacune des eaux minérales la masse de son résidu à sec, indiquée sur son étiquette. 2 nde : Sciences et laboratoires (SL) Activité : Etude qualitative d une eau minérale Objectif : Comparer les résultats expérimentaux observés avec les valeurs données sur les étiquettes de quelques eaux

Plus en détail

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE

LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE LE MEB : UN OUTIL D INVESTIGATION ORIGINAL POUR LE DIAMANT DE SYNTHÈSE 6 ème journées CAZAC Colin Delfaure 21 MAI 2015 CEA 21 MAI 2015 PAGE 1 LABORATOIRE CAPTEURS DIAMANT MAÎTRISE DE LA SYNTHESE DU DIAMANT

Plus en détail

Bonnes pratiques pour la mesure du ph

Bonnes pratiques pour la mesure du ph Bonnes pratiques pour la mesure du ph ph rappel ph Est la valeur mesurée qui indique le degré d'acidité dans une solution acqueuse. Acide est amer désagréable (presque) inmangeable/imbuvable Coca Cola

Plus en détail

PowerBrick 40Ah et 110Ah. BMS Interne

PowerBrick 40Ah et 110Ah. BMS Interne PowerBrick 40Ah et 110Ah BMS Interne Septembre 2013 V1.3 Présentation générale La gamme PowerBrick a été conçue pour les applications de moyenne puissance nécessitant un faible encombrement et une densité

Plus en détail

1. Le problème énergétique et l énergie solaire 1.1 Le problème en quelques chiffres 1.2 L énergie solaire 2. Physique d une cellule PV 2.

1. Le problème énergétique et l énergie solaire 1.1 Le problème en quelques chiffres 1.2 L énergie solaire 2. Physique d une cellule PV 2. 1. Le problème énergétique et l énergie solaire 1.1 Le problème en quelques chiffres 1.2 L énergie solaire 2. Physique d une cellule PV 2.1 Jonction PN, courbe I-V 2.2 Limite d efficacité 3. Technologies

Plus en détail

LES A'CROCs DE L'INFO le photovoltaique

LES A'CROCs DE L'INFO le photovoltaique LES A'CROCs DE L'INFO le photovoltaique Pourquoi utiliser du Silicium? Le silicium est abondant sur terre. Il représente environ 25 % en masse de l écorce terrestre, ce qui permet de le considérer comme

Plus en détail

La valeur ph, Le potentiel rédox 15.02 La conductivité électrique 15.03 L oxygène dissout 15.03

La valeur ph, Le potentiel rédox 15.02 La conductivité électrique 15.03 L oxygène dissout 15.03 Sommaire La valeur ph, Le potentiel rédox 15.02 La conductivité électrique 15.03 L oxygène dissout 15.03 Chaîne de mesure de ph monoélectrode 15.04 Electrode ph à piquer 15.05 Chaîne de mesure redox monoélectrode

Plus en détail

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = =

la matièr cuivre (II) Donner la 2) Déterminer et Cu 2+ + Correction : ions chlorure. 1) Chlorure de cuivre neutralité CuCl 2. = = 1) Chlorure de cuivre Le chlorure de cuivre (II) est un composé ionique constitué d'ions chlorure Cl - et d'ions cuivre (II) Cu 2+. Donner la formule statistique de ce composé. Écrire l'équation de sa

Plus en détail

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur?

T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? T4 Pourquoi éteindre les phares d une voiture quand le moteur est arrêté? Comment fabriquer une pile? un accumulateur? Pour ce module, sont proposés et présentés des phases de recherche documentaire, de

Plus en détail

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15

Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 SEPOLBE Effet de la composition chimique de la solution interstitielle d un béton jeune sur la passivation d un acier doux C15 S. CHAKRI, I. FRATEUR, E. SUTTER, B. TRIBOLLET, V. VIVIER CNRS, UMR 8235,

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Dossier de presse LabEx SOLSTICE

Dossier de presse LabEx SOLSTICE Dossier de presse LabEx SOLSTICE Le Centre de Recherche RAPSODEE de l Ecole des Mines d Albi partie prenante du Laboratoire d'excellence "SOLSTICE» (SOLaire : Science, Technologie, Innovation pour la Conversion

Plus en détail

BATTERIES D ACCUMULATEURS POUR VÉHICULES ÉLECTRIQUES

BATTERIES D ACCUMULATEURS POUR VÉHICULES ÉLECTRIQUES BATTERIES D ACCUMULATEURS POUR VÉHICULES ÉLECTRIQUES Professeur Christian GLAIZE Université Montpellier 2 (UM2) Institut d'électronique du Sud (IES) Groupe Énergie et Matériaux (GEM) E-mail : glaize@univ-montp2.fr

Plus en détail

Quelles filières technologiques pour le succès du solaire en France?

Quelles filières technologiques pour le succès du solaire en France? Quelles filières technologiques pour le succès du solaire en France? Philippe Malbranche Responsable Programmes CEA-INES Tél : 33 4 79 44 45 46 Mél : philippe.malbranche @ cea.fr www.ines-solaire.com 1

Plus en détail

Petit calcul pour stocker l énergie en soulevant une grosse masse, par exemple des pierres ou du sable, suspendus à un câble couplé à un treuil.

Petit calcul pour stocker l énergie en soulevant une grosse masse, par exemple des pierres ou du sable, suspendus à un câble couplé à un treuil. André Rosselet (membre du comité) - Mars 2011 Petit calcul pour stocker l énergie en soulevant une grosse masse, par exemple des pierres ou du sable, suspendus à un câble couplé à un treuil. La journée,

Plus en détail

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle

Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Énergie électrique mise en jeu dans un dipôle Exercice106 Une pile de torche de f.é.m. E = 4,5 V de résistance interne r = 1,5 Ω alimente une ampoule dont le filament a une résistance R = 4 Ω dans les

Plus en détail

Rencontre des savoirs. L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable?

Rencontre des savoirs. L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable? Institut français des sciences et technologies des transports, de l aménagement et des réseaux Rencontre des savoirs Bron 14 mai 2013 L énergie électrique est-elle bien adaptée à une mobilité durable?

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

LES APPLICATIONS TRANSPORTS : PROLONGATEURS D'AUTONOMIE

LES APPLICATIONS TRANSPORTS : PROLONGATEURS D'AUTONOMIE LES APPLICATIONS TRANSPORTS : PROLONGATEURS D'AUTONOMIE ASPROM 2012/03/27 P. 1 COMPLEXITÉS D INTÉGRATION D UN SYSTÈME HYDROGÈNE Type de Véhicule Complexité d intégration Véhicule Hybride Série Très facile,

Plus en détail

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE

BACCALAURÉAT GÉNÉRAL PHYSIQUE-CHIMIE BAALAURÉAT GÉNÉRAL SESSIN 2015 PYSIQUE-IMIE Série S Durée de l épreuve : 3 heures 30 oefficient : 8 L usage de la calculatrice est autorisé e sujet ne nécessite pas de feuille de papier millimétré Le sujet

Plus en détail

Ecologie Economie d Energie

Ecologie Economie d Energie 2010 Ecologie Economie d Energie BELLEGARDE Sommaire I PROJET : 1. Répartition des tâches 3 2. Planification...3 3. Activités pédagogiques..4 4. Aspect développement durable..4 II Dossier technique : 1.

Plus en détail

Batteries. Choix judicieux, résultats performants

Batteries. Choix judicieux, résultats performants Batteries Choix judicieux, résultats performants Batteries pour tous les défi s, besoins et budgets Sans danger - pas de dégazement Sans entretien Facile à installer Puissance constante Mastervolt vous

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base nationale des sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté,

Plus en détail

EPREUVE PRATIQUE QUESTIONS-REPONSES

EPREUVE PRATIQUE QUESTIONS-REPONSES Epreuve Régionale des Olympiades de la chimie 00 Académie de Nantes (Lycée Clemenceau, Nantes) EPREUVE PRATIQUE QUESTIONS-REPONSES Durée de l épreuve : h NOM : PRENOM : ELEVE EN CLASSE DE TERMINALE : DU

Plus en détail

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP

PLASMA / SOLAIRE / NANO. Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP PLASMA / SOLAIRE / NANO Françoise MASSINES PROMES - CNRS LIA STEP Notre laboratoire : PROMES Procédés Matériaux Energie Solaire Unité propre du CNRS, laboratoire de l INSIS (Institut des Sciences de l

Plus en détail

Chimie Troisième - Chapitre 2 : Conduction des liquides Chapitre 2 : Conduction des liquides

Chimie Troisième - Chapitre 2 : Conduction des liquides Chapitre 2 : Conduction des liquides Chapitre 2 : Conduction des liquides Massy Solution conductrices 16 p 60 : Vrai ou faux? Répondre aux affirmations suivantes par vrai ou faux et corriger les affirmations fausses.. 1. Toutes les solutions

Plus en détail