Canaàâ. I+ Pêches. SB 336.S3!924 Ex. 1. Fisheries and Oceans. et Océans

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "-------------Canaàâ. I+ Pêches. SB 336.S3!924 Ex. 1. Fisheries and Oceans. et Océans"

Transcription

1 I+ Pêches et Océans Fisheries and Oceans DFO IÏl~l1l~ij~[1i111~1~~11ï11~i1lll1[iièque , RAPPORT D'ETUDE Direction des services économiques et de développement Région du Québec SB 336.S3!924 Ex Canaàâ

2 /6~/65 ÉVALUATION ÉCONCJo1IQUE DE LA TECHNIQUE DE BARATTAGE SOUS VIDE OU POISSON DE FOND s\\ t3b.53 [f!j</ [ r+. I Division des services économiques MINISTËRE DES PÊCHES ET DES OCÉANS Région du Québec - A 0 a T 1986

3 T A B L E D E S M A T I È R E S INTRODUCTION TECHNIQUES DE PRODUCTION À L'ÉTUDE 1.1 Saumurage en bacs Barattage sous vide.... MÉTHODOLOGIE D'ÉVALUATION DE L'IMPACT ÉCONOMIQUE RESULTATS Construction d'une nouvelle usine Modification de procédé dans une usine existante CONCLUSION LISTE DES TABLEAUX ET ANNEXE 1. Évaluation sommaire des coûts de 1 'étape de salage Nouvelle usine - Légèrement salé 2. Évaluation sommaire des coûts de 1 'étape de salage - Nouvelle usine - Fortement salé 3. Évaluation sommaire des coûts de 1 'étape de salage - Usine existante - Légèrement salé 4. Évaluation sommaire des coûts de 1 'étape de salage - Usine existante - Fortement salé ANNEXE 1 Détail des calculs et hypothèses de travail

4 I N T R 0 D U C T I 0 N La Division du développement technologique et des infrastructures a adressé une demande d'analyse à la Division des services économiques relativement à un projet lié au secteur de la transformation du poisson de fond. La requête consistait en une évaluation sommaire del 'impact d'un changement de technique à l'étape du salage lors de la production de poisson de fond salé-séché. La Division du développement technologique et des infrastructures parraine présentement un projet d'un coût de $ portant sur le développement d'une nouvelle technique mécanisée qui permettrait de gagner un temps appréciable lors de l'étape du salage. Le projet en est actuellement à une étape expérimentale, c'est pourquoi nous avons dû utiliser les données préliminaires pour effectuer les divers calculs de rentabilité. Nous avons donc inclus divers scénarios tenant compte des valeurs probables des paramètres d'expérimentation.

5 Page 1 1. TECHNIQUES DE PRODUCTION À L'ÉTUDE 1.1 Saumurage en bacs La technique du saumurage en bacs consiste à placer alternativement dans un bac une couche de poisson tranché (principalement la morue) et une couche de sel, jusqu'à ce que le bac soit rempli d'environ 1500 livres de poisson. Le poisson repose alors dans sa propre saumure pour une période de 3 à 5 jours (produit légèrement salé) ou une vingtaine de jours (produit fortement salé). Cette opération nécessite les espaces suivants: 1. une salle de salage pour coucher et saler le poisson dans les bacs. De plus, les bacs. sont transvidés dans cette salle à la fin de l'étape du salage. 2. une salle d'entreposage pour la période de saumurage du poisson 1.2 Barattage sous vide Le barattage sous vide consiste à placer le poisson tranché et le sel dans une cuve rotative en acier inoxydable où on provoque un vide à intervalles réguliers. Cette dernière technique permet de produi~e le mime résultat que le saumurage par bacs dans un délai b~aucoup plus court (de 9 à 18 heures pour le légèrement salé, et environ 3 jours pour le fortement salé). Cette diminution du temps nécessaire pour l'étape du saumurage provient de l'action du vide qui ouvre les chairs du poisson, permettant d'atteindre plus rapidement le niveau de saumurage désiré. Contrairement à la technique du saumurage par bacs, le procédé de barattage sous vide ne requiert qu'une seule salle.

6 Page 2 2. M~THODOLOGIE D'ÉVALUATION DE L'IMPACT ÉCONOMIQUE l. 1: l_~ L'analyse de rentabilité qui est utilisée 'dans ce rapport s'intéresse uniquement aux variations entraînées par un changement de technique de traitement à l'étape du salage. Cette partie de l'analyse de nature purement monétaire, donc quantitative, ne prend pas en considération les questions de nature qualitative tels 1 'amélioration de la qualité du produit fini, 1 'enrichissement des tâches des ouvriers d'usines, etc. L'analyse est divisée en deux grandes sections soit l'impact sur les opérations d'un producteur de salé-séché déjà établi et ne prévoyant aucune expansion de ses activités, et le cas. de la construction ou un d'un agrandissement majeur dans une usine existante. ~ analyse est ensuite ventilée par type de production (légèrement salé, fortement salé), ce qui nous permettra de tirer des conclusions sur chacune des quatre possibilités. des analyses décrites ci-dessus. Les tableaux 1 à 4 présentent les résultats La technique utilisée varie selon que 1 'on étudie un changement aux procédures existantes d'une usine ou 1 'établissement de nouveaux espaces de travail. L'évaluation relative à l'étape de salage dans une nouvelle usine s'intéressera à tous les intrants nécessaires pour cette étape. utilisant des valeurs actuelles obtenues de diverses sources. Une évaluation des coûts sera faite en Les biens capitaux (barattes, bâtiments et bacs) seront amortis de façon linéaire en utilisant les durées de vies utiles suivantes: Bâtiments: Barattes: Bacs: 20 ans 3 ans 3 ans Il peut paraitre surprenant d'utiliser une durée de vie utile de trois ans seulement pour les barattes et les bacs. Cette solution permet de s'ajuster aux critères d'analyses utilisés par les institutions financières lors d'études de crédit à l'investissement industriel et, par le fait même, est mieux connue des entrepreneurs de l'industrie de 1 a pêche. Toutefois, cette technique ne permet pas d'obtenir les coûts de production réels pour la période à l'étude si la vie utile réelle de la machinerie est différente del 'hypothèse utilisée (3 ans). y aurait alors surévaluation des coûts de production unitaire au cours des trois premières années et une nette sous-évaluation de ces coûts au cours des années subséquentes. Il

7 _J Page 3 De plus, chaque dépense reliée à ces biens sera financiée entièrement durant une période équivalente à la durée de vie utile de la catégorie de bien. Les coûts présentés dans les tableaux 1 et 2 présentent la dépense partielle occasionnée pour produire livres de poisson éviscéré avec tête. Il va sans dire que les variables relatives aux coûts non directement associés à l'étape du salage ne sont pas inclus puisqu 1 ils ne varieront pas avec le changement de technique (c'est-à-dire le prix de livres de morue sera le même pour la technique de barattage sous vide ou de saumurage par bacs). Le détail des calculs relatifs aux tableaux 1 et 2 se retrouve à l'annexe 1. La comparai son relative à un changement de technique de production pour une usine pleinement équipée est faite sur la base des opérations financières requises pour s'adapter à la technique du barattage sous vide. L'information est présentée ici en termes de variation des coûts annuels de production. Il est important de noter ici qu'aucune évaluation n'est effectuée au niveau de la valeur inhérente d'un espace de plancher qui devient libre à la suite d'un changement de technique de transformation puisque cet espace est la propriété du producteur qui devrait pouvoir juger si 1 1 accroissement du coût. de production peut se j usti fier par 1 e gain d'espace disponible. On retrouvera le détail des calculs des tableaux 3 et 4 à 1 1 annexe 1. Nous avons de pl u.s inclus une provision pour la ma chi neri e et 1 es bacs afin de tenir compte des bris, pertes et autres imprévus. Nous n'avons pas utilisé de taux fixes puisque le nombre de machines utilisées est relativement peu élevé. Il s 1 agissait al ors d 1 ajouter une baratte au total nécessaire pour la production du légèrement salé _et trois barattes dans le cas du fortement salé. Une hypothèse importante a été uti 1 i sée dans 1 e ca 1 cul de rentabilité de la technique du barattage sous vide, soit le coût d'achat de la machinerie qui correspond au coût que devra défrayer 1 1 entrepreneur pour 1 adi te machinerie. Nous avons utilisé une approche ne tenant pas compte des subventions possibles afin 11 d'obtenir l 1évaluation la plus conservatrice qui soit. Le terme subvention" englobe ici aussi bien les subventions directes que les crédits d'impôts et autres avantages fiscaux que pourraient utiliser un transformateur. De plus, la Division

8 Page 4 des services économiques tient à rappeler que la politique fédérale en matière d'investissement public dans le secteur secondaire de l'industrie ne favorise pas 1 1 accroissement des capacités de transformation. Toutefois, chaque demande de subvention est traitée individuellement et en fonction de la situation particulière du demandeur. 3. RÉSULTATS 3.1 Construction d'une nouvelle usine Les résultats présentés aux tableaux 1 et 2 associés à cette approche démontrent qu'au niveau de l'étape du salage, un changement de technique de production pourrait être envisagé à deux conditions: 1. que le paramètre définitif temps de barattage soit le plus court possible, c'est-à-dire que l'on puisse utiliser chaque baratte le plus souvent possible; 2. que 1 a proportion de 1 a production associée au 1 égèrement salé soit 1 e plus importante possible. Il en ressort en effet qu'il serait nettement plus avantageux d'utiliser 1 a technique de saumurage par bacs si 1 1 on désire orienter sa production de salé-séché vers le fortement salé. Il est aussi important de noter que 1 1 écart qui existe entre 1 a technique du saumurage et du barattage dans 1 a production de légèrement salé représente, sur une base annuelle, des sommes importantes ( $ [9 heures], $ [12 heures] et $ [18 heures]). À cela, il faudrait ajouter les coûts d'entretien et d'énergie que nous n'avons pas calculés dans le tableau 1. L'écart important qui existe entre le coût journalier associé à la production de légèrement salé et de fortement sa 1 é provient de 1 1 augmentation importante des actifs qu 1 il faut mobiliser pour le processus beaucoup plus long du fortement salé. La réalité est cependant différente puisque, à 1 1 heure ac tue 11 e, 1 es producteurs uti 1 i - sent également la technique du salage en arrime lorsqu'ils manquent d'espace pour traiter de grands volumes de poisson.

9 Page Modification de procédé dans une usine existante Dans ce cas, il s'agissait de faire un transfert d'actifs de façon à pouvoir obtenir la même capacité de production avec la technique de barattage sous vide. Toutefois, le gain d'espace de plancher réalisé par l'introduction, de la technique du barattage sous vide n'est pas crédité monétairement mais demeure un avantage que les producteurs devront eux-mêmes évaluer. Le résultat que 1 1 on retrouve au tableau 3 nous démontre qu 1 il existe un écart important entre 1 a situation de statu quo et 1 e remplacement par 1 a technique de barattage sous vide. Le gain réalisé au niveau des intrants et de la vente de bacs ne peuvent contrebalancer l'investissement initial à réaliser pour acquérir les barattes si bien qu'il existe un écart de $ [9 heures], $ [12 heures] et $ [18 heures] au niveau des coûts,,d'opération annuels de l'étape salage de la production de légèrement salé pour les trois premières années. aucun coût de machinerie après trois an~, Il est important de noter qu'il n'y aura plus ce qui fait que si les barattes durent plus de trois ans, le coût associé à la machinerie serait surévalué dans 1 'évaluation présentée. Le tableau 4 nous démontre que l'introduction du barattage sous vide dans une usine ne produisant que du produit fortement salé augmenterait les coûts de production annuel de $ pour une production journalière de livres. Le barattage sous vide nécessiterait pas moins de 24 barattes de 6000 litres chacune pour produire livres de poisson fortement salé, soit un investissement initial de plus de 1,7 millions de dollars mis à part le financement associé. Cette sonme n'étant réparti que sur une période de trois ans, alors on se retrouve avec un coût annuel de machinerie de $.

10 Page 6 C 0 N C L U S I 0 N Il est possible de dégager quelques conclusions préliminaires suite aux calculs effectués sur les données préliminaires relatives au projet de barattage sous vide du poisson de fond que 1 1 on retrouve aux tableaux 1 à 4. Premièrement, parmi les deux techniques à l 1étude, c'est la méthode du saumurage par bacs qui demeure la moins dispendieuse. Deuxièmement, 1 1 écart des coûts de production entre 1 es deux techniques varie positivement avec la période nécessaire pour le barattage. C'est ainsi que l'écart des coûts de production est peu important dans le cas d'une production de légèrement salé alors que cet écart est très important dans le cas de la production du produit fortement salé. Troisièmement, la présente étude a été réalisée en fixant plusieurs paramètres qui pourraient avoir une influence importante sur le niveau de rentabilité du projet: 1. Durée de vie des barattes La valeur minimale utilisée ici est en accord avec les principes d 1 analyses de crédit industriel. Cette méthode tend à surévaluer les coûts associés à 1 'option du barattage sous vide. 2. Prix des barattes.,j La valeur utilisée dans le texte est le prix reçu d'une firme de Montréal pour un modèle fabriqué en France. Il semble qu'il serait possible de construire, au Québec, un modèle similaire adapté pour le besoin particulier du barattage sous vide du poisson de fond, ce qui permettrait de réduire le coût unitaire de la machine. Une diminution du prix de la baratte permettrait de réduire 1 'écart de coût de production qui existe entre les deux techniques et, éventuellement, de rendre la technique du barattage plus rentable.

11 Page 7 3. Temps de barattage Tel qu' indiqué au deuxième point, la variation du temps de barattage a un effet direct sur le niveau de rentabilité de la technique du barattage. Une réduction du temps de barattage réduira le nombre de machines nécessaires, ce qui diminuera 1 'investissement que devra supporter 1 'entrepreneur. 4. Subventions et avantages fiscaux Cette analyse n'a pas tenu compte des avantages fiscaux et subventions qu'une firme pourrait tirer d'un investissement dans un projet comme celui du barattage sous vide du poisson de fond. D'autre part, le côté amélioration de la qualité du produit a été complètement mis de côté puisqu'il n'était pas possible d'obtenir l'information à ce sujet. Toutefois, il s'agit là d'un facteur important qui pourrait décider du choix d'une technique par rapport à l'autre en supposant que les coûts de production ne présentent qu'un léger écart.

12 J ~.. L J T A B L E A U 1 PRODUCTION DE LÉGrREMENT SALÉ - NOUVELLE USINE ÉVALUATION SOMMAIRE DES C00TS DE L'ÉTAPE DU SALAGE J ==================================================~========================================================================= COMPOSANTE DE COOT TECHNIQUE DES BACS TECHNIQUE DU BARATTAGE SOUS VIDE 9 HEURES 12 HEURES 18 HEURES... Nombre de bacs nécessaires 120 Espace nécessaire 3240 pi2 630 pi2 790 pi2 945 pi2 Sel 244 $ 195 $ 195 $ 195 $ Main-d'oeuvre 145 $ 145 $ 145 $ 145 $ Bacs 73,62 $ Électricité - négligeable négl i geab le négl i ge~bl e Nombre de barattes Coût des machines/jour - 736,19 $ 920,23 $ 1 104,28 $ Coût d'entretien - négligeable négligeable négligeable Coût du bâtiment dans le cas 446,52 $ 86,82 $ 108,87 $ 130,23 $ d'une nouvelle usine 909,14 $ 968,01 $ 1 174,10 $ 1 379,51 $ ==================================--=========================================================================================

13 l T A B L E A U 2 1 1,J J j " ' J PRODUCTION DE FORTEMENT SALÉ - NOUVELLE USINE!VALUATION SOMMAIRE DES COÜTS DE L 1 rtape DU SALAGE ============================================================================================================================ COMPOSANTE DE COOT TECHNIQUE DES BACS TECHNIQUE DU BARATTAGE SOUS VIDE 3 JOURS... Nombre de bacs nécessaires 504 Espace nécessaire pi pi2 Sel 976. $ 854 $ Main-d'oeuvre 145 $ 145 $ Bacs 386,50 $ Él ectri ci té - minime Nombre de barattes - 24 Coût des machines/jour ,10 $ Coût d'entretien - minime Coût du bâtiment dans le cas 1 433,27 $ 520,21 $ d'une nouvell~ usine 2 940,77 $ 5 936,31 $ =============== ==========================================================================----

14 L, L J 1 J T A B L E A U 3 l'.j d J PRODUCTION DE LÉGÈREMENT SALÉ - USINE EXISTANTE ÉVALUATION SOMMAIRE DES C00TS DE L'rTAPE DU SALAGE ============================================================================================================================ COMPOSANTE DE COÛT HYPOTHÈSE 1 (Statu quo) 9 HEURES HYPOTHÈSE II (Barattage sous vide) 12 HEURES 18 HEURES..... ~ ~ (A) Achat de bacs par année 50 X 560 $ = $ Financement $ $ (B) variation des intrants - (7350 $) (7350 $} (7350 $) (sel, main-d'oeuvre) (C) Vente des bacs $ $ $ (D) Coût de la machinerie $ $ $ (E) Coût net de la machinerie ( D-C) $ $ $ (F} Financement nécessaire $ $ $ (G) Coût total par année ([E+F] X 33 %) $ $ $ (H) Nombre de pieds carrés récupérés pi pi pi2 (!) Impact total (A+B+G) $' $ $ $ ============================================================================================================================

15 L L L, T A B L E A U ; 4 PRODUCTION DE FORTEMENT SALÉ - USINE EXISTANTE ÉVALUATION SOMMAIRE DES C00TS DE L'rTAPE DU SALAGE u ' ============================================================================================================================ COMPOSANTE DE COOT HYPOTHÈSE 1 HYPOTHÈSE Il. (Barattage sous vide) (Statu quo) 21 HEURES... (A) Achat de bacs par année $ Financement $ $ (B) variation des intrants - ( $) (sel, main-d'oeuvre) (C) Vente des bacs $ (D) Coût de la machinerie $ (E) Coût net de la machinerie (D-C) $ (F) Financement nécessaire $ (G) Coût total par année ([E+F] X 10 %) $ (H) Nombre de pieds carrés récupérés pi2 (I) Impact total (A+B+G) $ $ ============================================================================================================================

16 Hypothèse 1 Hypothèse 2 Hypothèse 3 Hypothèse 4 Données de base tontenance d'un bac: Sel utilisé: A N N E X E livres de production par jour Main-d'oeuvre nécessaire pour le procédé du barattage: 1 préparateur de saumure, 1 coucheur La charge de poisson que peut traiter une baratte croit en proportion directe du volume de la machine. Il n'y a donc qu'à faire une règle de 3. L'utilisation du plus gros modèle de la machine pourrait affecter négativement la qualité du produit fini en raison de la charge trop élevée que devrait supporter le poisson entrainé au fond de la baratte. Coût d'un bac: 560 $ Coût du sel: Dimensions d'un bac: Nombre d'employés affectés à la production: Salaire horaire moyen: Temps de saumurage: Énergie requise: Sel requis: Capacité de traitement: Coût de la machine: ~aumura g~.e_ar E_ac 1500 livres de poisson 10 % (légèrement salé) 40 % (fortement salé) 6,10 $/40 kg 1 saleur, 1 coucheur 7,25 $/heure 3 à 5 jours (légèrement salé) 21 jours (fortement salé) ~arattage ~ous_ v..:!_ de 11, 5 kw 8 % (légèrement salé) 35 % (fortement salé) 160 livres pour 200 litres 2000 litres: 4000 litres: 6000 litres: i tres : litres: $ $ $ $ $

17 _-=i Facteur de conversion: Durée de vie utile d'un bac: 7 ans Dimension d'un bac: Coût d'un pied carré d'une usine: 5 mois d'opération à 30 jours/mois: Autres données de base Morue éviscérée à ronde: 1,2 Morue tranchée à ronde: 1,7 Morue tranchée à éviscérée: 1,7 ~ 1,2 = 1,42 3' X 6' X 28" Environ 180 $ 150 jours d'opération

18 coot DE LIVRES DE PRODUCTION JOURNALIÈRE (Technique des bacs) PRODUCTION DE FORTEMENT SALÉ 1. Nombre de bacs nécessaires livres H.O.G. f 1,42 (f.conv.) = livres de poisson tranché livres/jour f 1500 livres/bac = 23,5 bacs/jour Durée moyenne de 1 opération de salage: Environ 21 jours (24 bacs/jour X 21 jours = 504 bacs) 2. Espaces nécessaires Salle d 1 entreposage Règle de 3 à partir du calcul effectué pour le salé-séché 2240 pi2/120 bacs = 18,66 pi2/bac 9,38 pi2/bac X 504 bacs = 9400 pi2 Salle de salage (24 bacs X 28 pi2/bac) pi2 ~ 1000 pi2 3. Intrants nécessaires Sel: 40 % du poids du poisson = X 0,40 = kg X 6,10 $/40 kg = 976 $ Mai n-d 1 oeuvre: Un saleur et un coucheur 10 heures/jour X 2 pers./jour X 7,25 $/heure= 145 $ Bacs: 150 jours d 1 opération/an X 7 ans d 1 utilis.= 1050 jours d 1 util jours d 1 utilis. f 21 jours/utilis.= 50 jours Coût d 1 un bac par utilisation= 805,21 $/50 = 16,10 $ 24 bacs X 16,10/bac = 386,50 $ 4. Espace nécessaire pi2 X 180 $/pi2 = $ Plus financement (10 % sur 20 ans) [Amortissement sur 20 ans, 150 jours d 1 utilisation dans 1 année] ( $ ,43 $) f 20 ans f 150 jours util./an = 1 433,27 $

19 coot DE LIVRES DE PRODUCTION JOURNALIÈRE (Barattage sous vide) PRODUCTION DE FORTEMENT SALÉ 1. Nombre de barattes nécessaires livres H.O.G. + 1,42 (f.conv.) = livres/jour de poisson tranché livres/jour livres/baratte= 6,42 barattes/jour 7 bar./jour X 3 jours/traitement= 21 bar./traitement + 3 bar.(imprévues) ' Intrants nécessaires Sel: 35 % du poids du poisson = livres X 0,35 = , kg X 6,10 $/40 kg = 854 $ Mai n -d 1 oeu vre : un saleur et un coucheur 10 h/jour X 2 pers./jour X 7,25 $/h/pers. = 145,00 $ 3. Espace nécessaire Voir la section sur le légèrement salé pour obtenir la surface nécessaire pour une baratte (14,65 m2) 24 barattes X 14,65 m2 = 351,6 m2 351,6 m2 X 10,76 pi2 = 3783,22 pi2 (soit environ 3785 pi2) mr- 4. Coût des barattes Amortissement: 3 ans Coût unitaire: $ Financement: 10 % sur 3 ans 24 X $ = $ ,87 $ = ,87 $ ,87 $ + 3 ans jours/an= 4417,10 $

20 5. Coût de l'espace nécessaire Hypothèse: Financement: Amortissement: Utilisation de la bâtisse: 3785 pi2 X 180 $/pi2 = 180 $ du pi2 Total 10 % sur 20 ans 20 ans 150 jours/année $ ,95 $ = ,95 $ ,95 $ f 20 ans f 150 jours/an = 520,21 $ _j

21 COÛT DE LIVRES DE PRODUCTION JOURNALIÈRE (Technique des bacs) PRODUCTION DE LÉGÈREMENT SALÉ 1. Nombre de bacs nécessaires livres H.O.G. + 1,42 (f.conv.) = livres/jour de poisson. tranché livres/jour livres/bac= 23,5 bacs/jour Durée moyenne de 1 'opération salage = Environ 4 jours 24 bacs/jour X 4 jours = 96 bacs Bacs tampons pour la rotation = 24 bacs Total: = 120 bacs 2. Espaces nécessaires Salle d'entreposage Dimensions extérieures d'un bac: Espacement entre les bacs: Volume d'un bac: 3 1 X 6 1 X 48 " 1 1 X X 7 1 = 28 p;2 Les bacs sont empilés à deux niveaux en hauteur Corridor de 14' sur la longueur de la salle 120 bacs X 28 pi2/bac + 2 = 1680 pi pi pieds corridor (40 X 14) = = 2240 pi2 Salle de salage (24 bacs X 28 p;2/bac) pi pi2 3. Intrants nécessaires Sel: 10 % du poids du poisson = livres X 0,1 = 3530 kg 1600 kg X 6,10 $/40 kg = 244 $ Main-d'oeuvre: un saleur et un coucheur 10 h/jour X 2 pers./jour X 7,25 $/h/pers. = 145,00 $ Bacs: 150 jours d'opération/an X 7 ans d'utilis. = 1050 jours d'utilisation 1050 jours d'utilis. + 4 jours d'util. = 262,5 jours d'util. Coût d'un bac Achat Financement 560 $ + 245,21 $ = Total 805,21 $ Coût d'un bac par utilisation= 805,21 $/bac = 3,07 $ util. 262,50 $/ut1l. ~ 24 bacs X 3,07 $ util./bac = 73,62 $

22 4. Espace nécessaire Données de base du financement: Taux: Durée: Amortissement: Utilisation: 3240 pi2 X 180 $/pi2: Financement: Coût total: 10 % 20 ans Linéaire 20 ans 150 jours par année ,00 $ ,51 $ ,51 $ ,51 $. 20 ans f 150 jours util./an = 446,52 $

23 COÛT DE LIVRES DE PRODUCTION JOURNALIÈRE 1. Nombre de machines nécessaires (Technique de barattage sous vide) PRODUCTION DE LÉGrREMENT SALr livres H.O.G. t 1,42 (f.conv.) = livres/jour de poisson tranché a) Hypothèse 9 heures pour l'opération: 24 h/jour t 9 h/opér. = 2,oo opérations/jour livres t 2,66 opérations = livres/opération livres/opération t 5500 livres/baratte = 2,4 baratte/opération 3 barattes de 6000 litres nécessaires + 1 baratte (imprévue) = 4 bar. b) Hypothèse 12 heures pour l'opération: 24 h/jour t 12 h/opér. = 2 opérations/jour livres t 2 opérations = livres/opération livres/opér. t 5500 livres/baratte= 3,21 baratte/opération 4 barattes de 6000 litres nécessaires + 1 baratte (imprévue) = 5 bar. c) Hypothèse 18 heures pour l'opération: 24 h/jour t 18 h/opér. = 1, J! opération/jour livres/jour t l,j! opér./jour = livres/opération livre/opér livres/baratte = 4,81 barattes/opération 5 barattes de 6000 litres nécessaires+ 1 baratte (imprévue) = 6 bar. 2. Intrants nécessaires Sel: 8 % du poids du poisson = livres X 0,08 = 2825 livres 1281,4 kg X 6,10 $/40 kg = 195,41 $ Main-d'oeuvre: Un saleur et un coucheur 10 h/jour X 2 personnes/jour X 7,25 $/h/personne = 145 $ Électricité: Négligeable

24 3. Espace nécessaire Hypothèse 9 heures pour 1 'opération: Dimensions d'une baratte: Espacement: Nb de barattes 4 Espace m2 4 X 14,65 m2 = 58,60 m2 3,765 m long. X 2,075 m larg. 4,765 m long. X 3,075 m larg. = 14,65 m2 Espace pi m2 2 X pi2 = 630 pi2 ' ' JiiL" X 14,65 m2 = 73,25 m2 6 X 14,65 m2 = 87,90 m2 73,25 m2x 10,76 pi2 = 790 pi2 ~ 87,90 m2 X 10,76 pi2 = 945 pi2 JiiL" 4. Coûts des barattes Amortissement: 3 ans Coût unitaire: $ Financement: Total 10 % sur 3 ans Nb de Coût à Financement barattes l'achat Total Par jour utilisation ( ~ 450) $ , 68 $ $ ,60 $ $ ,52 $ ,68 $ ,60 $ ,50 $ 736,19 $ $ 1 104, 28 $ 5. Coût de l'espace nécessaire Hypothèse: Financement: Amortissement: Utilisation de la bâtisse: 180 $ du pi2 Total 10 % sur 20 ans 20 ans 150 jours/année Nb de barattes Espace Coût espace Financement Total Par jour uti 1 i sation (~3,000) pi2 630X180$=113,400 $ ,70 $ ,70 $ 86,82 $ pi2 790X180$= $ ,75 $ ,75 $ 108,87 $ pi2 945X180$= $ ,56 $ ,56 $ 130,23 $

25 ÉVALUATION DE L'IMPACT D'UN CHANGEMENT DE TECHNOLOGIE A L'ÉTAPE OU SALAGE POUR UNE USINE EXISTANTE 1. On ne tient pas compte du coût du bâtiment pui squ 1 il est déjà en pl ace. On tiendra cependant compte de l'espace disponible suite à un changement de technologie comme opportunité pour une autre utilisation. 2. La valeur moyenne des bacs usagés a été évaluée à la moitié du coût actuel d'un nouveau bac. 3. Le stock de bacs a été évalué comme étant 1 e nombre de bacs nécessaire pour produire constamment au niveau de livres par jour. Nous avons ajouté à cela un 25 % supplémentaire pour couvrir les bris, pertes, etc. 4. La dépense annuelle en achats de bacs sert à remplacer les unités ayant terminé leur vie utile. Ce taux de remplacement est de 1/7 du stock initial si on prend 1 'hypothèse que les achats se sont faits progressivement et de façon constante. 5. Le coût total pour 1 1 année correspond à 1 1 achat de bacs dans 1 e cas du maintien de la technique actuelle. 6. La va ri ati on des intrants correspond à 1 a différence que 1 1 on observe dans le taux de sel nécessaire pour chacune des deux techniques. 7. Le financement nécessaire s'applique au coût net d'acquisition des barattes, soit le coût de la machinerie moins la somme associée à la vente des bacs. 8. Le coût total pour l'année correspond à 10 % du coût net de la machinerie et du financement associés. 9. L 1 impact total correspond à 1 1 achat annuel de bacs, 1 a variation par rapport au statu quo concernant les intrants ainsi que le coût total des acquisitions. 10. Cette évaluation ne considère pas la réduction possible du coût d'acquisition d'une baratte. La machine destinée spécifiquement au salage du poisson serait possiblement moins sophistiquée que celle déjà en utilisation dans les salaisons.

26 L I S T E D E S P U B L I C A T I 0 N S Division des services.économiques PÊCHES ET OCÉANS CANADA - Région du Québec Pêches Océans Canada, Direction régionale du Québec, Direction des politiques et du développement.- Répertoire des programmes d'aide gouvernementale à 1 'industrie de la pêche au Québec.- Juillet pages (épuisée) Pêches Océans Canada, Direction des politiques et du développement industriel. Processus d'évaluation et de prise de décision pour l 1attribution des permis de peche pour 1 es bateaux de 45' et pl us.- Document de travail.- Juin pages (non disponible Pêches et Océans Canada, Direction des politiques et du développement.- Répertoire des programmes d'aide gouvernementale à 1 'industrie de la pêche~ Quebec.- Décembre pages (epuisée) Pêches et Océans, Direction des services économiques et de déeloppement.- Répertoire des programmes. d 1 ai de gouvernementale destinés à 1 1 industrie des peches maritimes du Quebec - ISBN Decembre pages Fisheries and Oceans, Economies Services and Development Branch.- Guide to Government assistance programs for the Quebec marine fi shing i ndustry ISBN ô pages Pêches et Océans, Direction des services économiques et de développement en collaboration avec le Groupe d'étude des ressources maritimes (GERMA) de 1 'Université du Québec à Rimouski.- Simulation comptable du pêcheur côtier pages (épuisée) Pêches et Océans, Direction des services économiques et de développement en collaboration avec le Groupe d'étude des ressources maritimes (GERMA) de 1 'Université du Québec à Rimouski.- Simulation comptable du pêcheur hauturier pages.- (épuisee Fisheries and Oceans, Economies Services and Development Branch in collaboration with the Groupe d'étude des ressources maritimes (GERMA) of the University of Québec at Rimouski.- Fisherman's accounting exercise pages (épuisée) Pêches et Océans, Direction des services économiques et de développement en collaboration avec le Groupe d'étude des ressources maritimes (GERMA) de 1 'Université du Québec à Rimouski.- Le registre comptable du pêcheur pages Fisheries and Oceans, Economies Services and Development Branch in collaboration with the Groupe d'étude des ressources maritimes (GERMA) of the University of Québec at Rimouski.- Fisherman' s accounting register pages

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES CONTRATS D'APPROVISIONNEMENT EN ÉLECTRICITÉ D'UN AN ET MOINS INTRODUCTION Hydro-Québec, dans ses activités de distribution d'électricité («Distributeur»),

Plus en détail

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE

- 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE - 01 - GESTION DES INVESTISSEMENTS RENTABILITE ECONOMIQUE Objectif(s) : o Choix des investissements et rentabilité économique : Capacité d'autofinancement prévisionnelle ; Flux nets de trésorerie ; Evaluations.

Plus en détail

DEMANDE DE RÉDUCTION DE LA RETENUE D IMPÔT

DEMANDE DE RÉDUCTION DE LA RETENUE D IMPÔT TP-1016 2001-02 DEMANDE DE RÉDUCTION DE LA RETENUE D IMPÔT Ce formulaire s adresse à tout particulier qui demande au ministère du Revenu d autoriser son employeur (ou le payeur) à réduire sa retenue d

Plus en détail

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec

LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT. Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec LA SURVEILLANCE ET LE SUIVI DE L'ENVIRONNEMENT Pierre Guimont Conseiller en environnement Unité Environnement Division Équipement, Hydro-Québec Introduction L'un des principes directeurs de la politique

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

Faites-vous «pré-approuvé»

Faites-vous «pré-approuvé» Faites-vous «pré-approuvé» Être pré-approuvé veut dire que votre banque ou institution financière est déjà prête à vous endosser jusqu'à une limite déterminé par vos revenus et vos dépenses. Il y a de

Plus en détail

Gestion de projet - calculs des coûts

Gestion de projet - calculs des coûts Gestion de projet - calculs des coûts GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table des

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES

RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES RÉSOLUTION DE SYSTÈMES À DEUX INCONNUES Sommaire 1 Méthodes de résolution... 3 1.1. Méthode de Substitution... 3 1.2. Méthode des combinaisons linéaires... 6 La rubrique d'aide qui suit s'attardera aux

Plus en détail

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES - 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Relation Besoin en Fonds de Roulement (B.F.R.) et Chiffre d'affaires (C.A.), Eléments variables

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010

Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 13 août 2010 Rapport intermédiaire de la Banque nationale suisse au 30 juin 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

Annexe B : Exemples. Avis de vente aux enchères liées Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (GES)

Annexe B : Exemples. Avis de vente aux enchères liées Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (GES) Annexe B : Exemples Avis de vente aux enchères liées Système de plafonnement et d échange de droits d émission de gaz à effet de serre (GES) Ce document fournit des exemples sur la façon de déterminer

Plus en détail

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006

DÉCISIONS DES QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 DES DÉCISIONS QUI COMPTENT RENSEIGNEMENTS ADDITIONNELS AU RAPPORT ANNUEL 2006 Renseignements additionnels au Rapport annuel 2006 I. Tableaux des rendements 1 Rapport des vérificateurs... 1 2 Notes générales...

Plus en détail

SCARM Direction de l approvisionnement Ville de Montréal Mars 2013

SCARM Direction de l approvisionnement Ville de Montréal Mars 2013 SCARM Direction de l approvisionnement Ville de Montréal Mars 2013 Table des matières Politique d approvisionnement... 5 Politique de gestion contractuelle... 6 Des biens et des services... 7 Fichier

Plus en détail

Unité E Budgets et placements

Unité E Budgets et placements Unité E Budgets et placements Exercice 1 : Établissement d'un budget Prépare un modèle de feuille de calcul pour le budget en te fondant sur le formulaire de budget mensuel illustré à l'annexe E-1. Utilise

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers Accompagnés du rapport des vérificateurs Certification Fiscalité Services-conseils

Plus en détail

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES

LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES LE CONTRÔLE INTERNE GUIDE DE PROCÉDURES Direction du développement des entreprises Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications : janvier 1995 Réédité

Plus en détail

Guide de l'utilisateur NaviPlan : Calculatrices (Volume II sur VI)

Guide de l'utilisateur NaviPlan : Calculatrices (Volume II sur VI) Guide de l'utilisateur NaviPlan : Calculatrices (Volume II sur VI) Version canadienne - NaviPlan v15.0 Droits d'auteur et droits de marques de commerce Droit d'auteur 2013-2014 Advicent LP et ses filiales

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec

Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec Caisse de retraite du Régime de retraite du personnel des CPE et des garderies privées conventionnées du Québec États financiers du premier exercice de neuf mois Accompagnés du rapport des vérificateurs

Plus en détail

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1

NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 NCECF EN UN COUP D OEIL Chapitre 3465 Impôts sur les bénéfices méthode des impôts futurs1 December 2014 CHAMP D'APPLICATION Ne s'applique pas à : La comptabilisation des crédits d'impôt à l'investissement

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

Exercice 2.23. J ai mon voyage inc. Problèmes et solutions

Exercice 2.23. J ai mon voyage inc. Problèmes et solutions Date : Août 2004 Exercice 2.23 J ai mon voyage inc. La société J'ai mon voyage inc., une agence de voyages, a été fondée le 1 er juillet 20-0 par Madame Dodo Michel. Le 20 juin 20-3, le comptable de l'entreprise

Plus en détail

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux

L'INTÉRÊT COMPOSÉ. 2.1 Généralités. 2.2 Taux L'INTÉRÊT COMPOSÉ 2.1 Généralités Un capital est placé à intérêts composés lorsque les produits pendant la période sont ajoutés au capital pour constituer un nouveau capital qui, à son tour, portera intérêt.

Plus en détail

POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE CAPITAL FINANCIÈRE AGRICOLE INC. FILIALE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC

POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE CAPITAL FINANCIÈRE AGRICOLE INC. FILIALE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC POLITIQUE D'INVESTISSEMENT DE CAPITAL FINANCIÈRE AGRICOLE INC. FILIALE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC 10 avril 2014 2 MISSION La Financière agricole du Québec a constitué une filiale d investissement,

Plus en détail

3.11 Instauration d un crédit d impôt remboursable pour l acquisition ou la location d un véhicule neuf écoénergétique

3.11 Instauration d un crédit d impôt remboursable pour l acquisition ou la location d un véhicule neuf écoénergétique 3.11 Instauration d un crédit d impôt remboursable pour l acquisition ou la location d un véhicule neuf écoénergétique Ce crédit vise tous les particuliers (personnes physiques) et non pas seulement ceux

Plus en détail

BULLETIN DE FISCALITÉ. Janvier 2015

BULLETIN DE FISCALITÉ. Janvier 2015 Formation en fiscalité BULLETIN DE FISCALITÉ Janvier 2015 LES FRAIS DE DÉMÉNAGEMENT L'IMPOSITION DES FIDUCIES AU PROFIT DU CONJOINT ET AUTRES FIDUCIES SEMBLABLES L'EXONÉRATION DES GAINS EN CAPITAL LES

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES

PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES PRIX DE VENTE À L EXPORTATION GESTION ET STRATÉGIES Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Jacques Villeneuve, c.a. Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Bureau de représentation 1

Bureau de représentation 1 Bureau de représentation 1 Vous souhaitez créer une structure juridique en Chine sans apport de capital? Vous recherchez à coordonner en Chine les activités de votre société mère? Vous voulez faire la

Plus en détail

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU

LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU LE GRAND ÉCART L INÉGALITÉ DE LA REDISTRIBUTION DES BÉNÉFICES PROVENANT DU FRACTIONNEMENT DU REVENU RÉSUMÉ Une étude de Tristat Resources commandée par l Institut Broadbent démontre que la majorité des

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 132/4 - Marchés à terme en marchandises A. Principes 1. En application de l'article 69, 1 er, 1 er alinéa de l'arrêté royal du 30 janvier 2001 portant exécution

Plus en détail

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ

PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ PROCÉDURE D'APPEL D'OFFRES ET D'OCTROI POUR LES ACHATS D'ÉLECTRICITÉ INTRODUCTION Hydro-Québec, dans ses activités de distribution d'électricité («Distributeur»), doit conclure des contrats d'approvisionnement

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA États des résultats prospectifs de BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA Pour les exercices se terminant le 31 mars 2014 et le 31 mars 2015 État des résultats prospectifs (non audité) (en milliers de dollars)

Plus en détail

Driving Down Costs* - Stockage grande densité

Driving Down Costs* - Stockage grande densité * Réduire les coûts Driving Down Costs* - Stockage grande densité www.toyota-forklifts.fr stronger together* Réduire les coûts de stockage grande densité La gestion optimale de l'espace de stockage constitue

Plus en détail

Pour information seulement

Pour information seulement Association canadienne du personnel administratif universitaire (ACPAU) Information financière des universités et collèges 2013-2014 Nom de l'université (ou collège) Adresse du préparateur Rue Ville Province

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008

RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 RAPPORT ANNUEL DE LA DIRECTION SUR LES RENDEMENTS DU FONDS MONÉTAIRE FMOQ AU 31 DÉCEMBRE 2008 Le présent Rapport annuel de la direction contient les faits saillants financiers, mais non les États financiers

Plus en détail

CERN/cc/697 Original: anglais 9 mars 1967

CERN/cc/697 Original: anglais 9 mars 1967 CERN/cc/697 Original: anglais 9 mars 1967 ORGANISATION EUROPEENNE POUR LA RECHERCHE NUCLEAIRE EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH COMITE DU CONSEIL Cinquantemeuviéme réunion Genéve - 17 mars 1967

Plus en détail

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.)

Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) Régime de retraite patronal-syndical (Québec) de l'association internationale des machinistes (A.I.M.) 2002 Pourquoi la planification de la retraite est-elle importante? Peu importe vos projets pour la

Plus en détail

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN

LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN LE PROBLEME DU PLUS COURT CHEMIN Dans cette leçon nous définissons le modèle de plus court chemin, présentons des exemples d'application et proposons un algorithme de résolution dans le cas où les longueurs

Plus en détail

Rapport d'évaluation CCMC 12835-R IGLOO Wall Insulation

Rapport d'évaluation CCMC 12835-R IGLOO Wall Insulation CONSTRUCTION Rapport d'évaluation CCMC 12835-R IGLOO Wall Insulation RÉPERTOIRE Révision Jamais Réévaluation Non : NORMATIF : 07 21 23.06 Publication en de l'évaluation : 1997-12-08 Réévaluation cours

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

Chapitre 5 : les immobilisations

Chapitre 5 : les immobilisations Chapitre 5 : les immobilisations Définition des immobilisations Nous avons vu que l'entreprise achète des marchandises pour les revendre et des matières premières pour les consommer dans son processus

Plus en détail

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.)

- 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) - 06 - TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE DE L'ORDRE DES EXPERTS COMPTABLES (O.E.C.) Objectif(s) : Pré-requis : o Evaluation de la variation de trésorerie : activité, investissement, financement. o Connaitre

Plus en détail

Dernière mise à jour : septembre 2014

Dernière mise à jour : septembre 2014 Crédit d impôt remboursable pour l édition de livres TABLE DES MATIÈRES Société admissible....... 1 Société exclu... 2 Maison d édition reconnue.. 2 Ouvrages admissibles...... 2 Ouvrages exclus. 3 Auteur

Plus en détail

Rachat de l année de vos 24 ans dans le Régime de rentes du Mouvement Desjardins (RRMD)

Rachat de l année de vos 24 ans dans le Régime de rentes du Mouvement Desjardins (RRMD) Novembre 2005 Rachat de l année de vos 24 ans dans le Régime de rentes du Mouvement Desjardins (RRMD) (Mise à jour du Communiqué de 1998) À qui s'adresse le rachat? Le rachat ne s'adresse pas à tous les

Plus en détail

RÉPONSES D'HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 2 DE L'UMQ

RÉPONSES D'HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 2 DE L'UMQ RÉPONSES D'HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 2 DE L'UMQ Page 1 de 7 1. Références : (i) Notes sténographiques du 30 mars 2012, page 56, lignes 8 à 15; (ii) Notes sténographiques

Plus en détail

Directeurs, Directeurs adjoints et conseillers en sécurité financière. DSF assouplit ses exigences pour les produits SOLO

Directeurs, Directeurs adjoints et conseillers en sécurité financière. DSF assouplit ses exigences pour les produits SOLO DESTINATAIRE(S) : COPIE (S) À : OBJET : Directeurs, Directeurs adjoints et conseillers en sécurité financière Coordonnatrices à l'administration DSF assouplit ses exigences pour les produits SOLO EXPÉDITEUR

Plus en détail

Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012

Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012 Gilles Cadotte agr. Colloque Agri Énergie Shawinigan 25 octobre 2012 Le chauffage à la biomasse, une question d économie? Chaque entreprise possède des caractéristiques qui lui sont propres. De fait, le

Plus en détail

Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie

Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie Investissement dans la construction de nouveaux bâtiments résidentiels (travaux mis en place) Méthodologie Division de l investissement et du stock de capital Méthodologie L'investissement dans la construction

Plus en détail

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Eléments utilisés: Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Notice explicative sur la ventilation de la facture EDF annuelle entre les différents postes de consommation à répartir

Plus en détail

La ligne de partage : les stratégies de fractionnement du revenu peuvent réduire les impôts de votre famille

La ligne de partage : les stratégies de fractionnement du revenu peuvent réduire les impôts de votre famille mars 2015 La ligne de partage : les stratégies de fractionnement du revenu peuvent réduire les impôts de votre famille Jamie Golombek Le nouveau crédit Baisse d'impôt pour les familles, qui représente

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCES POUR LA RÉDACTION DE PLAN D AFFAIRES

CADRE DE RÉFÉRENCES POUR LA RÉDACTION DE PLAN D AFFAIRES CADRE DE RÉFÉRENCES POUR LA RÉDACTION DE PLAN D AFFAIRES Préambule Le cadre de références pour la rédaction de plan d'affaires est un document de travail qui a pour but de vous guider dans la rédaction

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 8 septembre 2007 3 ième trimestre (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie

Plus en détail

Synthèse d'études de migration vers LibreOffice vs MS Office STARXPERT MAI 2013 AUTEUR

Synthèse d'études de migration vers LibreOffice vs MS Office STARXPERT MAI 2013 AUTEUR Synthèse d'études de migration vers LibreOffice vs MS Office AUTEUR STARXPERT MAI 2013 STARXPERT - Siège social : 100, rue des Fougères 69009 Lyon SAS au capital de 40 000 - Siret : 449 436 732 00035 -

Plus en détail

Politique et règlements. l utilisation d espaces et de locaux à l UQO

Politique et règlements. l utilisation d espaces et de locaux à l UQO SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Politique et règlements concernant l utilisation d espaces et de locaux à l UQO Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s) Conseil

Plus en détail

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles?

Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Abordabilité : les propriétés au Québec sont-elles vraiment devenues inaccessibles? Pour plusieurs, la hausse spectaculaire du prix des propriétés au Québec depuis quelques années (le prix moyen d une

Plus en détail

TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement)

TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement) Ce document est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement) MARS 2015 TOUT-EN-UN... 3 REMISE

Plus en détail

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition

Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition 09-0749 1 WHO/EMP/MAR/2009.3 Utilisation des médicaments au niveau des soins primaires dans les pays en développement et en transition Synthèse des résultats des études publiées entre 1990 et 2006 Organisation

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Note technique accompagnant l

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Note technique accompagnant l COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Note technique accompagnant l Avis CNC 2013/14 - Traitement comptable des impôts différés sur des plus-values réalisées bénéficiant du régime de la taxation différée et

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

1) utilisés principalement dans une entreprise exploitée activement principalement au Canada, et/ou

1) utilisés principalement dans une entreprise exploitée activement principalement au Canada, et/ou Juillet 2013 L'EXONÉRATION DES GAINS EN CAPITAL En vertu de la Loi de l'impôt sur le revenu (LIR), tout particulier résidant au Canada profite d'une exonération cumulative des gains en capital de 750 000

Plus en détail

Portefeuille équilibré Assomption Vie

Portefeuille équilibré Assomption Vie Aperçu du Fonds Fonds d'investissement Assomption Vie Assomption Compagnie Mutuelle d'assurance-vie Portefeuille équilibré Assomption Vie Bref aperçu au 31 décembre 2012 Date de disponibilité du fonds

Plus en détail

Deuxi&me Forum Halieumétrique, Nantes, 1995 Session III : Modélisation et représentation des connaissances

Deuxi&me Forum Halieumétrique, Nantes, 1995 Session III : Modélisation et représentation des connaissances Deuxi&me Forum Halieumétrique, Nantes, 1995 Session III : Modélisation et représentation des connaissances UNE ILLUSTRATION DU PROBLEME DE TRADUCTION DES GAINS DE PRODUCTIVITE EN GAINS DE RENTABILITE DANS

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23

NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 NORME COMPTABLE RELATIVE AUX OPERATIONS EN DEVISES DANS LES ETABLISSEMENTS BANCAIRES NC 23 OBJECTIF 01 - La Norme Comptable Tunisienne NC 15 relative aux opérations en monnaies étrangères définit les règles

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME

COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME COURS GESTION FINANCIERE SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS ET PLACEMENTS A COURT TERME SEANCE 4 CHOIX DU NIVEAU DU FONDS DE ROULEMENT PLANS DE TRESORERIE FINANCEMENTS

Plus en détail

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC

ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC ÉTUDE D IMPACTS ÉCONOMIQUES ET FISCAUX SUR LES EFFETS D UN PARC DE VOITURES ÉLECTRIQUES AU QUÉBEC Le 27 mars 2015 La voiture électrique au Québec Une solution durable et rentable pour réduire la pollution

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques

CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques CHAPITRE VIII : Les circuits avec résistances ohmiques VIII. 1 Ce chapitre porte sur les courants et les différences de potentiel dans les circuits. VIII.1 : Les résistances en série et en parallèle On

Plus en détail

LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE

LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE LA RÉGULARISATION DES CHARGES EN FIN D EXERCICE À la fin de l'exercice financier, il faut examiner tous les comptes de la balance de vérification afin de déterminer lesquels nécessitent un ajustement.

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT SUR L ADMISSION, LA SÉLECTION, L INSCRIPTION ET LA RÉUSSITE SCOLAIRE DES ÉTUDIANTS (R 11) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RÈGLEMENT SUR L ADMISSION, LA SÉLECTION,

Plus en détail

Annexe de la fiche technique HP Datacenter Care - Flexible Capacity Service

Annexe de la fiche technique HP Datacenter Care - Flexible Capacity Service Fiche technique Annexe de la fiche technique HP Datacenter Care - Flexible Capacity Service Spécifications Formule de base Formule de tarification progressive : Formule premium Flexible Capacity Service

Plus en détail

D.E.S.C.F - UV 1 - Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés. Corrigé - Cas IG/IP/MEE

D.E.S.C.F - UV 1 - Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés. Corrigé - Cas IG/IP/MEE D.E.S.C.F UV 1 Module 8 Cas IG/IP/MEE Corrigé D.E.S.C.F UV 1 Module 8 Consolidation dans les groupes de sociétés Corrigé Cas IG/IP/MEE HYPOTHESE N 1 : FILIALE EN INTEGRATION GLOBALE 6 étapes sont à distinguer

Plus en détail

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL

PÉRIODE DE PRESCRIPTION PROLONGÉE DE TROIS ANNÉES AU FÉDÉRAL RÈGLES FISCALES RELATIVES AUX AUTOMOBILES Pour 2014, les plafonds des déductions relatives aux frais d automobile et les taux servant au calcul de l avantage imposable pour les frais de fonctionnement

Plus en détail

Répartition des coûts du compte de pass-on par catégorie de consommateurs

Répartition des coûts du compte de pass-on par catégorie de consommateurs Répartition des coûts du compte de pass-on par catégorie de consommateurs Coûts et caractéristiques de la consommation Plan de travail 1. Retour sur le suivi de la rencontre du 17 mai 1.1 Illustration

Plus en détail

c. Traitement des dépenses ultérieures et des coûts de démantèlement

c. Traitement des dépenses ultérieures et des coûts de démantèlement LES IMMOBILISATIONS ET LEURS COMPOSANTS 1. La valorisation des actifs immobilisés La valorisation des actifs immobilisés se fait à partir des règles juridiques énoncées par le code de commerce et le Plan

Plus en détail

Un réseau d évacuation d eaux pluviales conventionnel est

Un réseau d évacuation d eaux pluviales conventionnel est {Avis au lecteur sur l accessibilité : Ce document téléchargeable ne satisfait pas à toutes les exigences du standard du Gouvernement du Québec SGQRI 008-02, car il s'adresse à des personnes faisant partie

Plus en détail

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts

Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts Recueil des formulaires et des instructions à l'intention des institutions de dépôts RELEVÉ DES MODIFICATIONS Risque de taux d'intérêt et de concordance des échéances Numéro de la modification Date d établissement

Plus en détail

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels

COMMISSION DES NORMES COMPTABLES. Avis CNC 138/5 Logiciels COMMISSION DES NORMES COMPTABLES Avis CNC 138/5 Logiciels Introduction La Commission a consacré une étude approfondie au traitement comptable de la création ou de l acquisition d un logiciel par une entreprise,

Plus en détail

FONDATION QUÉBÉCOISE POUR LE PROGRÈS DE LA MÉDECINE INTERNE

FONDATION QUÉBÉCOISE POUR LE PROGRÈS DE LA MÉDECINE INTERNE FONDATION QUÉBÉCOISE POUR LE PROGRÈS DE LA MÉDECINE INTERNE ÉTATS FINANCIERS 2 RAPPORT DE L'AUDITEUR INDÉPENDANT À l'attention des membres de Fondation Québécoise pour le progrès de la médecine interne

Plus en détail

SOUS-SECTION 2 PRINCIPAUX FRAIS PROFESSIONNELS DES SALARIÉS [DB 5F2542]

SOUS-SECTION 2 PRINCIPAUX FRAIS PROFESSIONNELS DES SALARIÉS [DB 5F2542] SOUS-SECTION 2 PRINCIPAUX FRAIS PROFESSIONNELS DES SALARIÉS Références du document 5F2542 Date du document 10/02/99 Annotations 2 Dépenses non déductibles. Lié au BOI 5F-12-02 49Les frais occasionnés par

Plus en détail

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA)

ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) ANALYSE CRITIQUE ET MODIFICATIONS PROPOSÉES AU RÉGIME ENREGISTRÉ D'ÉPARGNE RETRAITE (REÉR) ET AU RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ (RPA) Gino Lambert, M.Sc, Sciences comptables (Chercheur à la Chaire d'études socio-économiques)

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques

ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE. 2ème Bac Sciences Economiques Economie Générale et Statistique ECONOMIE GENERALE ET STATISTIQUE 2ème Bac Sciences Economiques Première partie: Les concepts économiques de base 3- Les agrégats de la comptabilité nationale 27/10/2014

Plus en détail

PROGRAMME D'ASSURANCE COMPLET

PROGRAMME D'ASSURANCE COMPLET PROGRAMME D'ASSURANCE COMPLET Un programme d'assurance collective réalisé exclusivement à l'intention des membres canadiens de l'iabc* Souscrit par : AXA Compagnie d'assurance du Canada Ligne téléphonique

Plus en détail

1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE

1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE CONFERENCE DERBI 1,2,3 SOLEIL EN AVANT PREMIERE 1er SYSTEME SOLAIRE COMBINE La climatisation Le chauffage L eau chaude sanitaire HISTORIQUE Fin 2003 : Lancement du projet Début 2005 : 1er prototype opérationnel

Plus en détail

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers Bilan 3 État des résultats 4 État de l'évolution de l actif net 6 État des flux de

Plus en détail

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013

Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers au 30 septembre 2013 Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Coopérative de Câblodistribution Bellarmin États financiers Rapport de mission d'examen 2 États financiers Résultats 3 Réserve 4 Flux de trésorerie

Plus en détail

Becca Distribution Inc

Becca Distribution Inc Becca Distribution Inc 12-31-2008-12-31-2009 Becca Distribution Inc - Becca_2008.opt Page 3 Mesures clés du rendement de l'entreprise Seuil de rentabilité Valeur cible % Rentabilité % Rentabilité = 0 Période

Plus en détail

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC

Faits et statistiques. Les assurances de personnes au QUÉBEC Faits et statistiques Les assurances de personnes au QUÉBEC Édition 2008 Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Canadian Life and Health Insurance Association Inc. Les assurances

Plus en détail

Immobilisations corporelles Mise en œuvre du chapitre 3150 Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick. Octobre 2010

Immobilisations corporelles Mise en œuvre du chapitre 3150 Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick. Octobre 2010 Immobilisations corporelles Mise en œuvre du chapitre 3150 Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick Octobre 2010 Title / Titre Examen du modèle d'inventaire Examen du guide Identification des biens Coûts

Plus en détail

Dans cette définition, il y a trois notions clés: documents, requête, pertinence.

Dans cette définition, il y a trois notions clés: documents, requête, pertinence. Introduction à la RI 1. Définition Un système de recherche d'information (RI) est un système qui permet de retrouver les documents pertinents à une requête d'utilisateur, à partir d'une base de documents

Plus en détail

GUIDE POUR L'ELABORATION DES PROPOSITIONS DE PROJET

GUIDE POUR L'ELABORATION DES PROPOSITIONS DE PROJET GUIDE POUR L'ELABORATION DES PROPOSITIONS DE PROJET INTRODUCTION L'objectif principal de SHELTER-AFRIQUE est la promotion de l'habitat en Afrique. Dans le but d'atteindre cet objectif, la Société travaille

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

BULLETIN DE FISCALITÉ. Mai 2015

BULLETIN DE FISCALITÉ. Mai 2015 BULLETIN DE FISCALITÉ Mai 2015 OPTIONS D'ACHAT D'ACTIONS ACCORDÉES À DES EMPLOYÉS GAINS ET PERTES DE CHANGE CRÉDITS D'IMPÔT POUR AIDANTS FAMILIAUX ET PERSONNES À CHARGE AYANT UNE DÉFICIENCE LE VERSEMENT

Plus en détail