LE POINT TOX. N 7 - Juillet Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion L ÉVOLUTION TEMPORELLE DU NOMBRE D INTOXICATIONS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE POINT TOX. N 7 - Juillet 2013. Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion L ÉVOLUTION TEMPORELLE DU NOMBRE D INTOXICATIONS"

Transcription

1 LE POINT TOX Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion N - Juillet 213 Dans ce bulletin d information, nous vous présentons l évolution temporelle du nombre d intoxications à la Réunion recensées par le réseau entre le 1er janvier et le 5 mai 213. Ensuite nous avons souhaité faire un point sur les tentatives de suicide par intoxication recensées par le réseau entre 211 et 212. Enfin, les intoxications par antidiabétiques étant relativement nombreuses à la Réunion, nous vous présentons des cas cliniques d intoxications à la Metformine. Sommaire Activité du réseau (p.1) Epidémiologie des tentatives de suicides par intoxication (p.2) Cas cliniques: intoxications à la Metformine (p.4) Définition de cas (p.) L ÉVOLUTION TEMPORELLE DU NOMBRE D INTOXICATIONS Du 1er janvier au 5 mai 213, 6 signaux ont été recensés par le réseau, 48 affaires liées à une intoxication ont été traitées par le SAMU 94, et 1 certificat de décès mentionnant une notion d intoxication a été enregistré (cf. tableau 1). Figure 1 : Evolution temporelle du nombre hebdomadaire d appels au SAMU 94 pour intoxication, 1er janvier au 5 mai 213, la Réunion. Tableau 1 : Nombre de dossiers liés à une intoxication selon différentes sources de données, 1er janvier au 5 mai 213, la Réunion. Source de données Réunion Affaires d intoxications traitées par le SAMU Cas d exposition enregistrés par le réseau 6 Nombre de décès enregistrés avec une notion d intoxication Nombre de cas investigués par les référents Dont Plausible Dont Exclu Dont Ne Se Prononce pas La surveillance des appels au SAMU94 n a relevé aucun évènement sanitaire particulier pendant l année 213. Globalement le nombre d appels hebdomadaire au SAMU94 pour intoxication est moins élevé que ceux observés sur les 5 dernières années (cf. figure 1). Du 1er janvier au 5 mai 213, 34% des cas investigués ont été classés plausibles (141/413), 65 % exclus (26/413) et pour 1% des cas les référents ne se sont pas prononcés (5/413). 22 % des cas plausibles sont survenus de manière accidentelle (31/141), 4 % font suite à une intoxication volontaire (14/141) et pour 4% des cas les circonstances d'exposition ne sont pas précisées (6/141). Pour une même intoxication, plusieurs produits peuvent être mis en cause notamment pour les intoxications volontaires. Pour 6 % des intoxications les produits mis en cause concernent un ou plusieurs médicaments (95/141), pour 13% des piqûres d animaux (19/141), pour 8 % des plantes ou des produits domestiques (11/141) et pour 5% des produits phytosanitaires (/141). Pour 2 % des intoxications, l alcool était associé à un autre produit Les intoxications médicamenteuses sont pour une grande partie poly-médicamenteuses. Pour 19 intoxications médicamenteuses, les médicaments concernés agissaient sur le système digestif et métabolisme, pour cas sur le système cardiovasculaire et pour 14 cas sur le système musculo-squelettique. Dans la majorité des intoxications médicamenteuses (6/95) les médicaments agissaient sur le système nerveux (cf. tableau 2). Tableau 2: Répartition par classe ATC des intoxications médicamenteuses, 1er janvier au 5 mai 213 la Réunion. Circonstances Accidents Volontaires indéterminées Total Système digestif et métabolisme Dont les médicaments utilisés en cas de diabète Système cardiovasculaire Système musculosquelettique Système nerveux Dont les analgésiques Dont les antiépileptiques Dont les psycholeptiques Dont les psychoanaleptiques Système respiratoire Autres Systèmes Point Tox / N / Juillet 213 page 1

2 N - Juillet 213 LES TENTATIVES DE SUICIDE PAR INTOXICATION Introduction Le passage à l acte suicidaire constitue un véritable problème de santé publique auquel les politiques publiques tentent d apporter des réponses. Au plan national, un programme d actions contre le suicide ( ) a été mis en place. Il prévoit notamment une mesure relative à l amélioration des données et au suivi des tentatives de suicide. A la Réunion, on enregistre en moyenne une centaine de suicides par an et 9 séjours hospitaliers en lien avec une tentative de suicide chaque année. Le principal mode de tentative de suicide étant les intoxications médicamenteuses. Données générales du réseau En , le réseau a recueilli 2563 cas de tentative de suicide par intoxication (TSI). Sur les 2 années de surveillance on observe une diminution des TSI sur le 1er semestre pour ensuite se stabiliser jusqu à la fin de l année (cf. Figure 2). Le nombre moyen hebdomadaire de TSI est un peu plus élevé en 212 (26) qu en 211 (23). Selon la définition de cas retenue par le réseau (cf. page 5), 1346 expositions ont été classées plausibles par les référents, pour 112 expositions ils n ont pas pu se prononcer et 115 expositions ont été exclues (cf. tableau 3). Ce qui signifie que pour plus Tableau 3: Classification des tentatives de suicide, , la Réunion Total Plausible Exclu Ne se prononce pas Total d une tentative de suicide par intoxication sur 2 (52,5%), le patient a présenté des signes cliniques ou biologiques en lien avec l exposition au toxique. Au total, 159 tentatives de suicide par intoxication (12% des TSI) ont été classées comme graves selon la définition de cas de la page 5. Par ailleurs, le réseau a enregistré 2 suicides par intoxication en 211 et 5 en 212. Près de la moitié des TSI a été pris en charge au Centre Hospitalier Universitaire Sud (CHU-GHSR), plus du tiers au CHU-Nord Félix Guyon (CHU-FG), 16% au Centre Hospitalier Gabriel Martin et 13% au Groupe Hospitalier Est Réunion. Même s il existe des différences de pratiques entre chacun des référents du réseau, la proportion des cas plausibles parmi les tentatives de suicide par intoxication varie très peu selon les établissements (cf. figure 3). Figure 2: Evolution hebdomadaire des tentatives de suicide par intoxication, , la Réunion Nombre de cas plausibles Nombre d'exposition d expositions 4 Moy. mobile sur pér. (Nombre d'exposition) Moyenne mobile sur jours du nombre d expositions Point Tox / N / Juillet 213 page 2

3 N - Juillet 213 Figure 3: Répartition et classification des tentatives de suicide par intoxication selon le centre hospitalier de prise en charge, , la Réunion. Souvent plusieurs produits sont impliqués lors d une tentative de suicide par intoxication. Pour 89% d entre-elles, des médicaments sont utilisés par les patients, pour 5,4% des produits domestiques, pour 4,1% des produits phytosanitaires et dans 26% l alcool était en association à ces produits (cf. tableau 4). De manière générale, la nature des produits mis en cause ne modifie pas la classification des intoxications puisqu en moyenne 1 tentative de suicide sur 2 a été classée plausible par les référents. Cependant la gravité de l intoxication dépend de la nature du produit puisque 31,6% des tentatives de suicide par intoxication impliquant un produit phytosanitaire ont été classées comme grave, 19% de celles impliquant une plante et 1,3% de celles impliquant un médicament. Figure 4: Répartition des tentatives de suicide par intoxication selon le sexe et la tranche d âge, , la Réunion. 6 Description des personnes Les tentatives de suicide par intoxication ont concerné davantage les femmes que les hommes avec un sexe ratio H/F de,4. L âge moyen des personnes faisant une TSI est de 34, ans et 2/3 des patients ont entre 2 et 5 ans. Cependant, les femmes concernées sont plus jeunes que les hommes puisqu elles sont âgées en moyenne de 33,9 ans contre 36,5 ans pour les hommes. Par ailleurs, les TSI peuvent concerner de jeunes enfants, le plus jeune patient était âgé de 12,4 ans en 211 et de 11,4 ans en 212 (cf. figure 4) Femmes 2 Homme 1 Bibliographie 1 Suicides et tentatives de suicide à la Réunion, ORS Réunion, Tableau de bord, décembre 212 Tableau 4: Répartition des produits mis en cause dans les tentatives de suicide par intoxication, , la Réunion. Produits mis en cause Nombre de tentatives de suicide par intoxications % des tentatives de suicide par intoxications % des intoxications (cas plausibles) % des intoxications graves Médicaments ,8 52,9 1,3 Produits domestiques 138 5,4 59,4 14,6 Plantes 34 1,3 61,8 19, Produits phytosanitaires 14 4,1 54,8 31,6 Divers (Autre+gaz) 33 1,3 66, 31,8 Alcool en association 66 26, 53,1 11,6 Point Tox / N / Juillet 213 page 3

4 N - Juillet 213 ETUDES DE CAS Intoxications à la Metformine A.Bourdé, SAMU94 CHU site Félix Guyon, Saint- Denis, La Réunion Mme M.M, âgée de 46 ans, diabétique non insulino dépendante, absorbe une quantité non précisée de Metformine lors d un conflit avec son compagnon. A sa prise en charge aux urgences du CHU de Saint-Denis, elle est calme, le glascow est à 15, l examen clinique normal en dehors d une polypnée à 22. L ECG montre une tachycardie sinusale, sans déviation axiale ni trouble de la repolarisation. Le tableau biologique est dominée par une acidose lactique, avec,24 de ph et des lactates à 2 mml. La fonction rénale est normale. La patiente est transférée en réanimation. Mr B.D, âgé de 53 ans, est admis dans le même service après une prise en charge pré-hospitalière par le SMUR pour une TS polymédicamenteuses associant 1 comprimés de Metformine associés à du Sulfarlem, Depakote, Solian, Effexor. L haleine est énolique. Le patient est somnolent avec un glascow à 12. Il est eupnéique, l examen clinique est normal. Il existe une acidose métabolique compensée avec un ph à,36, des bicarbonates à 4, des lactates à 8,2 mml. L ECG est normal, en dehors d une tachycardie sinusale. Devant une majoration de l acidose avec des lactates à 13,2 mml, ce patient aux lourds antécédents de TS est aussi transféré en réanimation où il bénéficie d une épuration extra rénale. L absorption de la Metformine a lieu principalement au niveau de l iléon et le pic de concentration plasmatique survient entre une à deux heures de la prise orale. La durée d action est de 5h. La biodisponibilité par voie orale est de 5%. La molécule circule à l état libre, elle est éliminée par voie rénale sous forme inchangée. Le surdosage en Metformine peut être responsable d une acidose lactique de mécanisme encore mal connu, avec trou anionique augmenté. Les biguanides diminuent la phosphorylation oxydative mitochondriale à l origine de l hyperlactacidémie. L instauration de cet acidose montrerait une élévation des rapports lactates/pyruvate et hytroxybuyrates/acéto acétate. Le tableau initial peut évoluer vers une insuffisance rénale aiguë et un syndrome de défaillance multiviscérale avec des troubles digestifs avec nausées, vomissements, diarrhées, des troubles neurologiques centraux, des troubles respiratoires avec polypnée et HTAP, des troubles cardiovasculaires avec tachycardie et hypotension. Le traitement est double, toxicodynamique et toxicocinétique. Il fait appel à une alcalination intra veineuse massive avec cathécolamines et ventilation artificielle si nécessaire. S il n est pas établi qu elle améliore le pronostic fonctionnel, l épuration extra rénale est indiquée car elle permet l élimination des lactates et la possibilité de perfusion de bicarbonates en plus grande quantité, sans risque d œdème pulmonaire. La capacité de l hémodialyse à épurer la Metformine reste cependant à démontrer. L acidose lactate induise par les biguanides est un incident rare (,3 cas pour mille patients et par an). Le taux de décès est cependant important d autant plus que le patient est âgé ou présente une infection sous jacente grave. La prescription des biguanides est contre indiquée en cas d insuffisance rénale même minime, en cas d insuffisance hépatique et insuffisance cardiaque, en cas d alcoolisme chronique. Ils doivent être arrêtés 48h avant une intervention chirurgicale et avant toute injection de produits de contrastes. Bien utilisés, ils ne sont cependant pas plus à risques que les autres classes d anti diabétiques. Bibliographie 1: C. Bismuth, F. Baud, F. Conso, et collaborateurs: Toxicologie clinique, Médecine sciences Flammarion, 5ème édition,2, : V. Danel, P. Barriot, J. Hanna: Intoxication aigue en réanimation, Arnette, 2ème édition, : R. Bédry, F. Baud, B. Mégarbane: Iatrogénie et toxicologie en urgence, Arnette, 2-29 Point Tox / N / Juillet 213 page 4

5 Point Tox N - Juillet 213 Après investigation des données extraites de la base des passages aux Urgences ou des hospitalisations, les cas ont été classés selon les définitions suivantes: Cas plausible : patient ayant été exposé à un toxique identifié et dont les signes cliniques et/ou paracliniques sont reliés à cette exposition Cas exclu : patient ayant été exposé à un toxique et qui ne présente aucun signe clinique/paracliniques OU patient n ayant été exposé à aucun toxique OU patient ayant été exposé à un toxique identifié mais dont les signes cliniques/ paracliniques ne peuvent pas être reliés à cette exposition Cas «ne se prononce pas» : manque d éléments cliniques, paracliniques ou sur l exposition pour se prononcer. Cas grave : tout cas plausible dont l exposition a entrainé une hospitalisation avec un niveau 3 du PSS (poison severity score), une mise en jeu du pronostic vital immédiat, une incapacité fonctionnelle permanente ou temporaire, une invalidité, une anomalie ou une malformation congénitale ou un décès. Cas non grave : tout autre cas plausible. Cas avec intérêt toxicologique: cas grave ou avec un caractère rare OU inhabituel, OU ayant nécessité une prise en charge spécifique comme l administration d un antidote. Définition de cas d intoxication Codes d extraction utilisés par le réseau Pour les appels au Samu 94 H82 J68.3 T3.2 T38.3 T39. T39.1 T39.9 T4.1 T4.2 T4.3 T4.5 T4.6 T4. T4.9 T42. T42.3 T42.4 T42.5 T42. T43. T43.2 T43.3 T43.4 T43.9 T44. T44.1 T44.2 T44.5 T44. T45. T45.5 T46. T46.1 T46.5 T46.9 T48.6 T49.3 T5.9 T51. T51.1 T52. T52.3 T52.9 T53.2 T54. T54.9 T56. T5. T5.3 T58 T59.4 T59.9 T6 T6. T6.1 T6.2 T6.3 T6.4 T6.8 T6.9 T62. T63. T65.9 X48 X48. X48.1 X48.2 X48.3 X48.4 X48.5 X48.6 X48. X48.8 X49 X49.9 X64.9 X68 X68.1 X68.2 X68.3 X68.4 X68.5 X68.6 X68. X68.8 X68.9 X69.9 X.9 Y16.9 Y18 Y18. Y18.1 Y18.2 Y18.3 Y18.4 Y18.5 Y18.6 Y18. Y18.8 Y18.9 Pour les passages aux Urgences et les hospitalisations F11 F12 F13 F14 F15 F16 F1 F18 F19 P93 T36 T3 T38 T39 T4 T5 T52 T53 T54 T55 T56 T5 T58 T59 T6 T61 T62 T63 T64 T65 T96 X4 X6 Y1 Y351 Y352 Contact Réseau de toxicovigilance de la Réunion Samu 94 CHU site Félix Guyon Route de Bellepierre 945 Saint Denis Cedex Tél : Fax : Responsable et coordonateur du réseau: Mme Agnès Cadivel Remerciements A l ensemble des services qui participent à ce réseau: les médecins urgentistes, le personnel des services porte, le personnel de la régulation médicale du SAMU94, l ensemble des CAP-TV Notamment Dr Michel Borher Dr Pierre-Jean Marianne Dit Cassou Pr Xavier Combes Dr Albert Montbrun Dr Olivier Fels Dr Katia Mougin-Damour Dr Yves Jacques-Antoine Dr Francois Simonnet Directeur de publication : Mr L. Bien (Directeur du CHU Félix Guyon) Rédacteur en chef : Dr A. Bourde (CHU-SAMU Réunion) Comité de rédaction : Dr F. Abinader (CHGM) - Dr A. Bourde (CHU- SAMU94) - Mme A. Cadivel (CHU-SAMU94) - Mr L. Filleul (Cire OI) - Dr H. Flodrops (CHU site GHSR) - Dr N. Hamdani (CHU site GHSR) - Dr L. Balu (CHU site Félix Guyon) - Mr J-L. Solet (Cire OI) - Dr A. Vague (CHU site GHSR) - Dr M. Weber (GHER) Page - 5

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D.711-9-1 1 (Décret

Plus en détail

LE POINT TOX. Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion. Tableau 1 : Activité du réseau de toxicovigilance, 2013, la Réunion.

LE POINT TOX. Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion. Tableau 1 : Activité du réseau de toxicovigilance, 2013, la Réunion. LE POINT TOX Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion Dans ce bulletin d information, nous vous présentons l évolution temporelle des intoxications à la Réunion recensées par le réseau en 201.

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE CHEFIRAT B. Les intoxications aiguës constituent un réel problème de santé publique dont l impact reste encore à évaluer. Le nombre total

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Surveillance des cas graves de grippe hospitalisés en réanimation en Bourgogne et Franche-Comté, 2014-2015

Surveillance des cas graves de grippe hospitalisés en réanimation en Bourgogne et Franche-Comté, 2014-2015 CELLULE DE L INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE EN REGIONS BOURGOGNE ET FRANCHE-COMTE Bulletin de veille sanitaire N 2015-4/ Cas graves de grippe novembre 2015 Surveillance des cas graves de grippe hospitalisés

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Grippe A(H1N1) 2009 : ituation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Dr. Loïc Josseran Institut de veille sanitaire, aint-maurice Journée d information des professionnels de l urgence, 30

Plus en détail

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Juin 2010 P. GOSSELIN Normes des gaz du sang SIGNE VARIATIONS NORMALES INTERPRÉTATION phsanguin 7,35 7,45 < 7,35 (acidose) > 7, 45 (alcalose) phurinaire

Plus en détail

Analyse des bulletins statistiques d interruption volontaire de grossesse de La Réunion, année 2012

Analyse des bulletins statistiques d interruption volontaire de grossesse de La Réunion, année 2012 Rapport Rapport Analyse des bulletins statistiques d interruption volontaire de grossesse de La Réunion, année 2012 Juillet 2013 Sommaire Glossaire 3 Introduction 4 Objectifs 6 Matériel et méthode 7 Résultats

Plus en détail

«FOUDROYÉS EN FRANCE»

«FOUDROYÉS EN FRANCE» 1 «FOUDROYÉS EN FRANCE» Fiche médicale individuelle et confidentielle à remplir par un médecin Enquête 2012 A renvoyer au : Professeur Christian VIRENQUE SAMU 31 Hôpital PURPAN TSA 40031 31059 TOULOUSE

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

Malaises du nourrisson

Malaises du nourrisson Malaises du nourrisson Journées des urgences pédiatriques du Sud Ouest 26 et 27 novembre 2010 Delphine Lamireau Réanimation pédiatrique Bordeaux Motif fréquent - de sortie pédiatrique SMUR - de consultation

Plus en détail

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes الجمهورية التونسية République Tunisienne Ministère de la Santé Publique Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes Mise en place d un système de surveillance des pathologies et des décès

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation UNIVERSITÉ de Limoges DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation I - INTITULÉ DU DIPLÔME DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE INTERREGIONAL : SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION II -

Plus en détail

Surveillance intoxications au CO Lorraine

Surveillance intoxications au CO Lorraine Surveillance intoxications au CO Lorraine Colmu 7/12/21 Cire Est S.Raguet La surveillance des intoxications au CO Surveillance épidémiologique France métropolitaine, depuis 25, pilotée par l InVS Double

Plus en détail

Toxicologie des Ethers de glycols

Toxicologie des Ethers de glycols Toxicologie des Ethers de glycols 1. Propriétés physicochimiques : cosolvants eauhuile : solubilité à la fois dans l eau et dans les solvants organiques liquides incolores, modérément volatils, à odeur

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE SFR - CIRTACI OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE Version téléchargeable sur le site web : www.sfrnet.org Rubrique : Groupe de travail, CIRTACI Nous vous suggérons de disposer ce document

Plus en détail

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI)

Vitalipid Novum Adult contient par ml dl-α-tocoférol (vitamine E) 0,91 mg (1 UI) ergocalciférol (vitamine D) 0,50 µg (20 UI) 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT Vitalipid Novum Adult, solution à diluer pour perfusion Vitalipid Novum Infant, solution à diluer pour perfusion 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Vitalipid Novum

Plus en détail

Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité

Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité Régulation des transferts inter-hospitaliers et périnatalité Gilles BAGOU anesthésiste réanimateur urgentiste SAMU-69, CHU-Lyon Gilles BAGOU - SAMU-69 - Lyon 1 déclaration de conflits d intérêt mon intervention

Plus en détail

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans

Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans SITUATION 10 Dermohypodermite non nécrosante (érysipèle) chez un patient de plus de 70 ans Centre hospitalier universitaire d Angers, service de maladies infectieuses Objectifs institutionnels Uniformiser

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle Vasculaire Service de Réanimation médicale et Unité de Surveillance Continue

Hôpital de la Cavale Blanche Pôle Vasculaire Service de Réanimation médicale et Unité de Surveillance Continue Hôpital de la Cavale Blanche Pôle Vasculaire Service de Réanimation médicale et Unité de Surveillance Continue Service de Réanimation Médicale Madame, Monsieur, L un de vos proches est hospitalisé dans

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES?

CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? CARDIOPATHIES ET VOYAGES AERIENS QUELS RISQUES? Pr Jean Pierre GOURBAT clinique de Chatillon Mise à jour février 2013 Santé et voyages aériens Certaines affections peuvent se décompenser lors d un vol

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

Présentation du DESC de Médecine d Urgence Années universitaires 2015-2017

Présentation du DESC de Médecine d Urgence Années universitaires 2015-2017 Juillet 2015 Présentation du DESC de Médecine d Urgence Années universitaires 2015-2017 Professeur Pierre CARLI Coordonnateur inter régional Paris Ile-de-France Faculté de Médecine Descartes SAMU de Paris,

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 Plan Généralités Effets de l alcool sur la santé Autres effets Rôle du médecin

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 01 avril 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 01 avril 2009 ABSTRAL 100 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code CIP : 391 042 9 B/30 Code CIP : 391 043 5 ABSTRAL 200 microgrammes, comprimé sublingual B/10 Code

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007

Mobilisation des connaissances en «réanimation urgences transfusion» Janvier 2007 Mobilisation des connaissances 1- Quand est devenue la Réanimation une spécialité à part entière? Selon quel texte réglementaire 2- Donnez la définition d une unité de réanimation 3- Quel est l effectif

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

ACIDE BORIQUE. Analyse des cas d'intoxication rapportés aux CAPTV entre 2000 et 2007

ACIDE BORIQUE. Analyse des cas d'intoxication rapportés aux CAPTV entre 2000 et 2007 COMITE DE COORDINATION DE TOXICOVIGILANCE Président : Dr Robert GARNIER (CAP Paris) ; Vice-président : Dr Philippe SAVIUC (CTV Grenoble) Secrétariat scientifique : Amandine COCHET (InVS), CAP Angers, CAP

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Cas clinique. Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD

Cas clinique. Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD François VIDAL Cas clinique Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD Dyslipidémie HTA traitée Gonarthrose bilatérale invalidante Capsulite

Plus en détail

PROGRAMME SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE DES ATELIERS ET FORMATIONS DE L ANNÉE 2014. INSCRIPTIONS : www.srlf.org RENSEIGNEMENTS :

PROGRAMME SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE DES ATELIERS ET FORMATIONS DE L ANNÉE 2014. INSCRIPTIONS : www.srlf.org RENSEIGNEMENTS : SOCIÉTÉ DE RÉANIMATION DE LANGUE FRANÇAISE PROGRAMME DES ATELIERS ET FORMATIONS DE L ANNÉE 2014 Organisme de formation agréé FMC N Agrément : 117 527 938 75 N SIRET : 323 814 657 00041 INSCRIPTIONS : www.srlf.org

Plus en détail

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences

Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences 52 e congrès national d anesthésie et de réanimation. Infirmiers. Infirmier(e)s d urgence 2010 Sfar. Tous droits réservés. Les principes thérapeutiques du choc septique aux urgences F. Fays, P. Hausfater

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

L'empoisennement par le Monoxyde de Carbone

L'empoisennement par le Monoxyde de Carbone L'empoisennement par le Monoxyde de Carbone Qu' est que le Monoxyde de Carbone (CO): Le monoxyde de carbone est un des oxydes du carbone. C'est une molécule composée d'un atome de carbone et d'un atome

Plus en détail

Le panorama de la santé en France

Le panorama de la santé en France 1 Le panorama de la santé en France PACES - UE 7 Santé publique cours n 5 Dr Virginie Migeot 16 février 2010 Panorama épidémiologique? 2 Caractériser l état de santé grâce à des indicateurs de santé standardisés

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Clairance de la créatinine basse

Clairance de la créatinine basse Clairance de la créatinine basse Conduite à tenir 17 Janvier 2015 XII ème Rencontre des Amicales de Paris Dr. X. Belenfant Réseau de Néphrologie en Ile de France Service de néphrologie CH Montreuil Clairance

Plus en détail

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES

INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES INTERET PRATIQUE DU MDRD AU CHU DE RENNES QU EST-CE QUE LE MDRD? Il s agit d une formule permettant d estimer le débit de filtration glomérulaire et donc la fonction rénale La formule est la suivante :

Plus en détail

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA

Note d Information. Certificat Médical. de non contre-indication à la pratique de l Aïkido. Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Note d Information Certificat Médical de non contre-indication à la pratique de l Aïkido Etablie par la Commission Médicale Nationale de la FFAAA Chère pratiquante, Cher pratiquant, Pour obtenir votre

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

AFFECTIONS AYANT UNE INCIDENCE SUR LES MODALITES D IMAGERIE R. VASSEUR J.THIEBOT 2008

AFFECTIONS AYANT UNE INCIDENCE SUR LES MODALITES D IMAGERIE R. VASSEUR J.THIEBOT 2008 AFFECTIONS AYANT UNE INCIDENCE SUR LES MODALITES D IMAGERIE R. VASSEUR J.THIEBOT 2008 1 - Diabète : risque rénalr : - néphropathie diabétique - traitement médicamenteux m associé (biguanides) risque d

Plus en détail

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014

UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS COPACAMU 2014 UTILISATION DES C.C.P DANS LES HEMORRAGIES SOUS AVK ET SOUS NACO : RECOMMANDATIONS DE L HAS SYMPOSIUM CSL BEHRING COPACAMU 2014 PROFESSEUR François BERTRAND CHU DE NICE CHRONOLOGIE DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 399, du 18 août 2015 Synthèse : Objectifs Sommaire

Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 399, du 18 août 2015 Synthèse : Objectifs Sommaire Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 399, du 18 août 2015 Synthèse : L activité globale des associations est en hausse de 5% chez les adultes et stable chez les

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Santé» CSSS/11/ DÉLIBÉRATION N 11/66 DU 20 SEPTEMBRE 2011 RELATIVE AU TRAITEMENT DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL RELATIVES À LA SANTÉ PAR

Plus en détail

La radiographie de thorax est normale ainsi que l échographie rénale.

La radiographie de thorax est normale ainsi que l échographie rénale. Dossier 1 Monsieur B., 72 ans, est hospitalisé en urgence pour confusion mentale. Ses antécédents sont marqués par un infarctus du myocarde antérieur étendu en avril 1998, un œdème aigu du poumon en mai

Plus en détail

Grippe. Bilan de la saison 2014-2015 22/05/2015

Grippe. Bilan de la saison 2014-2015 22/05/2015 28 3 32 34 36 38 4 42 44 46 48 5 52 2 4 6 8 1 12 14 Taux d'incidence pour 1 habitants Grippe Bilan de la saison 214-215 22/5/215 L Institut de veille sanitaire, dans le cadre de ses missions de surveillance,

Plus en détail

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014

Intérêt. Intérêt. Réalisation. Réalisation. Echographie de l Aorte Abdominale. Sessions Echographie 3 au 6 Février 2014 Séminaire Echographie du patient aigu UNIVERSITE MONTPELLIER I / UNIVERSITE DE LA MEDITERRANEE / UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS FACULTES DE MEDECINE DE MONTPELLIER NÎMES/ MARSEILLE / NICE ANNEE UNIVERSITAIRE

Plus en détail

Intoxication par les barbituriques

Intoxication par les barbituriques Intoxication par les barbituriques GH. Jalal, S. Achour, N. Rhalem, R. Soulaymani 1. Cas clinique : L unité d information toxicologique du Centre Anti Poison du Maroc a été contactée par une clinique privée

Plus en détail

Produits et prestations remboursés (LPPR) : Principaux constats observés par le RSI en 2009

Produits et prestations remboursés (LPPR) : Principaux constats observés par le RSI en 2009 N 5 juin 2011 Produits et prestations remboursés (LPPR) : Principaux constats observés par le RSI en 2009 Les prestations de la Liste des Produits et Prestations remboursables représentent un pan essentiel

Plus en détail

Chapitre 1 : Equilibre Acido-Basique. Professeur Patrick LEVY

Chapitre 1 : Equilibre Acido-Basique. Professeur Patrick LEVY UE MPSfO - Physiologie Chapitre 1 : Equilibre Acido-Basique Professeur Patrick LEVY Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Généralités (I) L équilibre

Plus en détail

Organisation de la veille sanitaire et de l alerte en région Midi-Pyrénées

Organisation de la veille sanitaire et de l alerte en région Midi-Pyrénées Organisation de la veille sanitaire et de l alerte en région Midi-Pyrénées Valérie Schwoebel 1, Pascal Fabre 2, 1 Cellule de l InVS en région Midi-Pyrénées 2 ARS Midi-Pyrénées - Service de Prévention et

Plus en détail

Le don de moelle osseuse :

Le don de moelle osseuse : DON DE MOELLE OSSEUSE Le don de moelle osseuse : se décider aujourd hui, s engager pour longtemps LA MOELLE OSSEUSE ET SA GREFFE La moelle osseuse C est le tissu mou dans le centre du corps des os qui

Plus en détail

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA Dominique Combarnous (CSS) Dr Alain Lepape, Réanimation Nord Centre Hospitalier Lyon Sud JLPR 2006 Introduction - Notion

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

QUESTIONS? Colloque de Gériatrie 2014 «Le Parcours» De la MRS à l Hôpital LES URGENCES

QUESTIONS? Colloque de Gériatrie 2014 «Le Parcours» De la MRS à l Hôpital LES URGENCES Colloque de Gériatrie 2014 «Le Parcours» De la MRS à l Hôpital LES URGENCES QUESTIONS? Dr Frédéric FEYE Chef de Service Urgences/SMUR CHU DINANT-GODINNE, site Dinant CAS CLINIQUES Cas n 1 Patiente de 84

Plus en détail

Bulletin de veille sanitaire octobre 2012

Bulletin de veille sanitaire octobre 2012 CELLULE DE L INVS EN RÉGION BRETAGNE Bulletin de veille sanitaire octobre 01 Les intoxications au monoxyde de carbone survenues en Bretagne en 011 Page 1 Introduction Page Matériel et méthode Le système

Plus en détail

Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 2003-2004

Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 2003-2004 OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ ET DU SOCIAL BRUXELLES OBSERVATORIUM VOOR GEZONDHEID EN WELZIJN BRUSSEL Statistiques de mortalité en Région de Bruxelles-Capitale 23-24 2 8 Commission communautaire commune 2 COLOPHON

Plus en détail

Nom du produit : Chem Cool 50% Version: 6 Date d entrée en vigueur : 20 juin 2014 Fournisseur/ Fabricant :

Nom du produit : Chem Cool 50% Version: 6 Date d entrée en vigueur : 20 juin 2014 Fournisseur/ Fabricant : Section 1. Identification du produit chimique et de la société Fiche signalétique Nom du produit : Chem Cool 50% Version: 6 Date d entrée en vigueur : 20 juin 2014 Fournisseur/ Fabricant : Chemfax Products

Plus en détail

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire

«L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire «L allergie à l iode» n existe pas! E Bresson Infirmerie Protestante Lyon Caluire L ALLERGIE à L IODE N EXISTE PAS Confusion de trois phénomènes: Allergie aux fruits de mer (protéine de crustacés) Allergie

Plus en détail

CENTRE D INFORMATION SUR LES MÉDICAMENTSM. Cours Francophone Inter pays de Pharmacovigilance

CENTRE D INFORMATION SUR LES MÉDICAMENTSM. Cours Francophone Inter pays de Pharmacovigilance CENTRE ANTI POISON CENTRE DE PHARMACOVIGILANCE CENTRE D INFORMATION D SUR LES MÉDICAMENTSM Cours Francophone Inter pays de Pharmacovigilance Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc Dr. N. Rhalem,

Plus en détail

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Maladie de Rendu-Osler

LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Maladie de Rendu-Osler LISTE DES ACTES ET PRESTATIONS AFFECTION DE LONGUE DURÉE Maladie de Rendu-Osler Octobre 2009 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé 2 avenue du Stade de France - F

Plus en détail

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009

PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 PROTOCOLE DE SIGNALEMENT ET D INVESTIGATION DES CLUSTERS DE GRIPPE A (H1N1) 2009 VERSION DU 23 JUILLET 2009 1 Sommaire 1. INTRODUCTION... 3 2. OBJECTIFS... 4 3. METHODE... 5 3.1. DEFINITIONS DE CAS GROUPES...

Plus en détail

La santé de la mère et de l enfant. Chiffres clés 2013. en Dordogne

La santé de la mère et de l enfant. Chiffres clés 2013. en Dordogne La santé de la mère et de l enfant Chiffres clés 2013 en Dordogne Direction Départementale de la Solidarité et de la Prévention Pôle PMI - Actions de Santé Ces données épidémiologiques sont présentées

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Sport et altitude. Altitude Température ( C) 0 15 1000 8,5 2000 5 3000-4,5 4000-10,9 9000-43,4

Sport et altitude. Altitude Température ( C) 0 15 1000 8,5 2000 5 3000-4,5 4000-10,9 9000-43,4 Sport et altitude Effet de l altitude sur l environnement Everest: 8848 m La pression atmosphérique au niveau de la mer est de 760 mm/hg Les valeurs de pression atmosphérique varient selon les conditions

Plus en détail

La prescription médicale La pharmacovigilance

La prescription médicale La pharmacovigilance La prescription médicale La Elisabeth Eccher M D Dziubich DU 2008 PLAN La prescription médicalem Réglementation de la prescription médicalem Réglementation infirmière re vis à vis de la prescription L

Plus en détail

Surveillance sanitaire en Rhône-Alpes

Surveillance sanitaire en Rhône-Alpes C E L L U L E DE L I N S T I T U T DE V E I L L E S A N I T A I R E EN R É G I O N ( C I R E ) R H O N E - A L P E S Surveillance sanitaire en Rhône-Alpes Point de situation n 215/3 du 12 février 215 Page

Plus en détail

Les addictions chez les jeunes à La Réunion Etat des lieux des données

Les addictions chez les jeunes à La Réunion Etat des lieux des données Les addictions chez les jeunes à La Réunion Etat des lieux des données DAT 974 - Axe 1 - Mission Observation COSU du 03/12/2012 Monique RICQUEBOURG Observatoire Régional de la Santé (ORS) 1 Plan de la

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101

CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 CARDIOLOGIE & GAZ ARTÉRIEL 101 D interpréter un gaz artériel/veineux; Connaître les éléments qui font varier un gaz artériel/veineux; Connaître les interventions de bases qui visent à corriger les déséquilibres

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Compte rendu PRI EMS OI 2014

Compte rendu PRI EMS OI 2014 Compte rendu PRI EMS OI 2014 Rédacteur(s) : MLC/LL/MA/JBV Objet : Lieu : ½ Journée de formation continue Le Nautile - La Saline les Bains Accueil L ouverture de cette journée a été faite par la responsable

Plus en détail

Bilan des intoxications au monoxyde de carbone survenues en Auvergne en 2014

Bilan des intoxications au monoxyde de carbone survenues en Auvergne en 2014 CELLULE DE L InVS EN REGION AUVERGNE Bulletin de veille sanitaire N 28 Octobre 20 Auvergne Bilan des intoxications au monoxyde de carbone survenues en Auvergne en 204 Source : www.rbq.gouv.qc.ca Page -

Plus en détail

SYNCOPE PRISE EN CHARGE ACTUELLE QUI HOSPITALISER??

SYNCOPE PRISE EN CHARGE ACTUELLE QUI HOSPITALISER?? SYNCOPE PRISE EN CHARGE ACTUELLE QUI HOSPITALISER?? Dr Mathieu LEMERCIER OCTOBRE 2013 EPIDEMIOLOGIE LA SYNCOPE AFFECTE 3.5% POPULATION GENERALE RECIDIVE DANS 30% CAS 1 A 6% DES ADMISSIONS AUX URGENCES

Plus en détail

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble.

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. 1 Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. Une expérience de gestion intégrée de la qualité et des risques sanitaires. P François, MR Mallaret, J Shum, V Danel. PFrancois@chu-grenoble.fr

Plus en détail

Rôle du foie dans l équilibre acido-basique. S. Coz DESC réanimation médicale Agen Décembre 2007

Rôle du foie dans l équilibre acido-basique. S. Coz DESC réanimation médicale Agen Décembre 2007 Rôle du foie dans l équilibre acido-basique S. Coz DESC réanimation médicale Agen Décembre 2007 Quelques rappels ph = log (1/[H+ ]) Métabolisme aérobie Oxydation des lipides et hydrates de carbone CO2

Plus en détail

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ

DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ MESURE DE LA FORCE, DU TRAVAIL ET DE LA PUISSANCE MUSCULAIRE, PAR DYNAMOMÈTRE INFORMATISÉ ET MOTORISÉ Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP003 Classement CCAM : 15.01.05 code : PEQP001 NOVEMBRE 2006 Service

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

PH SERVICES PREVOYANCE

PH SERVICES PREVOYANCE Generali Vie, Société Anonyme au capital de 299 197 104 euros Entreprise régie par le Code des assurances - 602 062 481 RCS Paris Siège social : 11 boulevard Haussmann - 75009 Paris Generali Iard, Société

Plus en détail

Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice

Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice DIPLOME UNIVERSITAIRE DE SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION Faculté de Médecine - Nice Sophia Antipolis - UFR de Médecine Centre Hospitalier Universitaire de Nice Comité pédagogique : Pr C Ichai, Dr JC Orban,

Plus en détail

COCAÏNE crack ou free base

COCAÏNE crack ou free base COCAÏNE crack ou free base QU EST-CE QUE C EST? C La cocaïne est une substance psychoactive d'origine végétale, extraite des feuilles de cocaïer. C Une fois transformée par un procédé chimique, elle devient

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 avril 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 27 avril 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 27 avril 2011 JEXT 150 microgrammes, solution injectable en stylo pré-rempli - B/1 stylo pré-rempli de 0,15 ml de solution (CIP : 498 549-3) JEXT 300 microgrammes, solution

Plus en détail

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009

Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France. Décembre 2008 Février 2009 Épidémie d infections cutanées à virus cowpox en France Décembre 2008 Février 2009 Journées Nationales d Infectiologie Lyon 10-11-12 juin 2009 Alerte et contexte : signalement et premières investigations

Plus en détail

Diplôme Universitaire L IDE l IADE au SMUR et en SAUV

Diplôme Universitaire L IDE l IADE au SMUR et en SAUV Diplôme Universitaire L IDE l IADE au SMUR et en SAUV Responsables: - Pr Nathalie NATHAN-DENIZOT, service Anesthésie Réanimation, CHU Dupuytren Limoges et Faculté de médecine, 2 avenue Martin Luther King

Plus en détail

Prise en charge de l embolie pulmonaire

Prise en charge de l embolie pulmonaire Prise en charge de l embolie pulmonaire Dr Serge Motte Liège 06.12.14 - Laack TA et Goyal DG, Emerg Med Clin N Am 2004; 961-983 2 PLAN Diagnostic Prise en charge: Phase aiguë: analyse de gravité Choix

Plus en détail

ANNEXE l RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE l RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE l RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT ATARAX 100 mg, comprimé pelliculé sécable 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNÉES CLINIQUES

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail