LE POINT TOX. N 7 - Juillet Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion L ÉVOLUTION TEMPORELLE DU NOMBRE D INTOXICATIONS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE POINT TOX. N 7 - Juillet 2013. Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion L ÉVOLUTION TEMPORELLE DU NOMBRE D INTOXICATIONS"

Transcription

1 LE POINT TOX Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion N - Juillet 213 Dans ce bulletin d information, nous vous présentons l évolution temporelle du nombre d intoxications à la Réunion recensées par le réseau entre le 1er janvier et le 5 mai 213. Ensuite nous avons souhaité faire un point sur les tentatives de suicide par intoxication recensées par le réseau entre 211 et 212. Enfin, les intoxications par antidiabétiques étant relativement nombreuses à la Réunion, nous vous présentons des cas cliniques d intoxications à la Metformine. Sommaire Activité du réseau (p.1) Epidémiologie des tentatives de suicides par intoxication (p.2) Cas cliniques: intoxications à la Metformine (p.4) Définition de cas (p.) L ÉVOLUTION TEMPORELLE DU NOMBRE D INTOXICATIONS Du 1er janvier au 5 mai 213, 6 signaux ont été recensés par le réseau, 48 affaires liées à une intoxication ont été traitées par le SAMU 94, et 1 certificat de décès mentionnant une notion d intoxication a été enregistré (cf. tableau 1). Figure 1 : Evolution temporelle du nombre hebdomadaire d appels au SAMU 94 pour intoxication, 1er janvier au 5 mai 213, la Réunion. Tableau 1 : Nombre de dossiers liés à une intoxication selon différentes sources de données, 1er janvier au 5 mai 213, la Réunion. Source de données Réunion Affaires d intoxications traitées par le SAMU Cas d exposition enregistrés par le réseau 6 Nombre de décès enregistrés avec une notion d intoxication Nombre de cas investigués par les référents Dont Plausible Dont Exclu Dont Ne Se Prononce pas La surveillance des appels au SAMU94 n a relevé aucun évènement sanitaire particulier pendant l année 213. Globalement le nombre d appels hebdomadaire au SAMU94 pour intoxication est moins élevé que ceux observés sur les 5 dernières années (cf. figure 1). Du 1er janvier au 5 mai 213, 34% des cas investigués ont été classés plausibles (141/413), 65 % exclus (26/413) et pour 1% des cas les référents ne se sont pas prononcés (5/413). 22 % des cas plausibles sont survenus de manière accidentelle (31/141), 4 % font suite à une intoxication volontaire (14/141) et pour 4% des cas les circonstances d'exposition ne sont pas précisées (6/141). Pour une même intoxication, plusieurs produits peuvent être mis en cause notamment pour les intoxications volontaires. Pour 6 % des intoxications les produits mis en cause concernent un ou plusieurs médicaments (95/141), pour 13% des piqûres d animaux (19/141), pour 8 % des plantes ou des produits domestiques (11/141) et pour 5% des produits phytosanitaires (/141). Pour 2 % des intoxications, l alcool était associé à un autre produit Les intoxications médicamenteuses sont pour une grande partie poly-médicamenteuses. Pour 19 intoxications médicamenteuses, les médicaments concernés agissaient sur le système digestif et métabolisme, pour cas sur le système cardiovasculaire et pour 14 cas sur le système musculo-squelettique. Dans la majorité des intoxications médicamenteuses (6/95) les médicaments agissaient sur le système nerveux (cf. tableau 2). Tableau 2: Répartition par classe ATC des intoxications médicamenteuses, 1er janvier au 5 mai 213 la Réunion. Circonstances Accidents Volontaires indéterminées Total Système digestif et métabolisme Dont les médicaments utilisés en cas de diabète Système cardiovasculaire Système musculosquelettique Système nerveux Dont les analgésiques Dont les antiépileptiques Dont les psycholeptiques Dont les psychoanaleptiques Système respiratoire Autres Systèmes Point Tox / N / Juillet 213 page 1

2 N - Juillet 213 LES TENTATIVES DE SUICIDE PAR INTOXICATION Introduction Le passage à l acte suicidaire constitue un véritable problème de santé publique auquel les politiques publiques tentent d apporter des réponses. Au plan national, un programme d actions contre le suicide ( ) a été mis en place. Il prévoit notamment une mesure relative à l amélioration des données et au suivi des tentatives de suicide. A la Réunion, on enregistre en moyenne une centaine de suicides par an et 9 séjours hospitaliers en lien avec une tentative de suicide chaque année. Le principal mode de tentative de suicide étant les intoxications médicamenteuses. Données générales du réseau En , le réseau a recueilli 2563 cas de tentative de suicide par intoxication (TSI). Sur les 2 années de surveillance on observe une diminution des TSI sur le 1er semestre pour ensuite se stabiliser jusqu à la fin de l année (cf. Figure 2). Le nombre moyen hebdomadaire de TSI est un peu plus élevé en 212 (26) qu en 211 (23). Selon la définition de cas retenue par le réseau (cf. page 5), 1346 expositions ont été classées plausibles par les référents, pour 112 expositions ils n ont pas pu se prononcer et 115 expositions ont été exclues (cf. tableau 3). Ce qui signifie que pour plus Tableau 3: Classification des tentatives de suicide, , la Réunion Total Plausible Exclu Ne se prononce pas Total d une tentative de suicide par intoxication sur 2 (52,5%), le patient a présenté des signes cliniques ou biologiques en lien avec l exposition au toxique. Au total, 159 tentatives de suicide par intoxication (12% des TSI) ont été classées comme graves selon la définition de cas de la page 5. Par ailleurs, le réseau a enregistré 2 suicides par intoxication en 211 et 5 en 212. Près de la moitié des TSI a été pris en charge au Centre Hospitalier Universitaire Sud (CHU-GHSR), plus du tiers au CHU-Nord Félix Guyon (CHU-FG), 16% au Centre Hospitalier Gabriel Martin et 13% au Groupe Hospitalier Est Réunion. Même s il existe des différences de pratiques entre chacun des référents du réseau, la proportion des cas plausibles parmi les tentatives de suicide par intoxication varie très peu selon les établissements (cf. figure 3). Figure 2: Evolution hebdomadaire des tentatives de suicide par intoxication, , la Réunion Nombre de cas plausibles Nombre d'exposition d expositions 4 Moy. mobile sur pér. (Nombre d'exposition) Moyenne mobile sur jours du nombre d expositions Point Tox / N / Juillet 213 page 2

3 N - Juillet 213 Figure 3: Répartition et classification des tentatives de suicide par intoxication selon le centre hospitalier de prise en charge, , la Réunion. Souvent plusieurs produits sont impliqués lors d une tentative de suicide par intoxication. Pour 89% d entre-elles, des médicaments sont utilisés par les patients, pour 5,4% des produits domestiques, pour 4,1% des produits phytosanitaires et dans 26% l alcool était en association à ces produits (cf. tableau 4). De manière générale, la nature des produits mis en cause ne modifie pas la classification des intoxications puisqu en moyenne 1 tentative de suicide sur 2 a été classée plausible par les référents. Cependant la gravité de l intoxication dépend de la nature du produit puisque 31,6% des tentatives de suicide par intoxication impliquant un produit phytosanitaire ont été classées comme grave, 19% de celles impliquant une plante et 1,3% de celles impliquant un médicament. Figure 4: Répartition des tentatives de suicide par intoxication selon le sexe et la tranche d âge, , la Réunion. 6 Description des personnes Les tentatives de suicide par intoxication ont concerné davantage les femmes que les hommes avec un sexe ratio H/F de,4. L âge moyen des personnes faisant une TSI est de 34, ans et 2/3 des patients ont entre 2 et 5 ans. Cependant, les femmes concernées sont plus jeunes que les hommes puisqu elles sont âgées en moyenne de 33,9 ans contre 36,5 ans pour les hommes. Par ailleurs, les TSI peuvent concerner de jeunes enfants, le plus jeune patient était âgé de 12,4 ans en 211 et de 11,4 ans en 212 (cf. figure 4) Femmes 2 Homme 1 Bibliographie 1 Suicides et tentatives de suicide à la Réunion, ORS Réunion, Tableau de bord, décembre 212 Tableau 4: Répartition des produits mis en cause dans les tentatives de suicide par intoxication, , la Réunion. Produits mis en cause Nombre de tentatives de suicide par intoxications % des tentatives de suicide par intoxications % des intoxications (cas plausibles) % des intoxications graves Médicaments ,8 52,9 1,3 Produits domestiques 138 5,4 59,4 14,6 Plantes 34 1,3 61,8 19, Produits phytosanitaires 14 4,1 54,8 31,6 Divers (Autre+gaz) 33 1,3 66, 31,8 Alcool en association 66 26, 53,1 11,6 Point Tox / N / Juillet 213 page 3

4 N - Juillet 213 ETUDES DE CAS Intoxications à la Metformine A.Bourdé, SAMU94 CHU site Félix Guyon, Saint- Denis, La Réunion Mme M.M, âgée de 46 ans, diabétique non insulino dépendante, absorbe une quantité non précisée de Metformine lors d un conflit avec son compagnon. A sa prise en charge aux urgences du CHU de Saint-Denis, elle est calme, le glascow est à 15, l examen clinique normal en dehors d une polypnée à 22. L ECG montre une tachycardie sinusale, sans déviation axiale ni trouble de la repolarisation. Le tableau biologique est dominée par une acidose lactique, avec,24 de ph et des lactates à 2 mml. La fonction rénale est normale. La patiente est transférée en réanimation. Mr B.D, âgé de 53 ans, est admis dans le même service après une prise en charge pré-hospitalière par le SMUR pour une TS polymédicamenteuses associant 1 comprimés de Metformine associés à du Sulfarlem, Depakote, Solian, Effexor. L haleine est énolique. Le patient est somnolent avec un glascow à 12. Il est eupnéique, l examen clinique est normal. Il existe une acidose métabolique compensée avec un ph à,36, des bicarbonates à 4, des lactates à 8,2 mml. L ECG est normal, en dehors d une tachycardie sinusale. Devant une majoration de l acidose avec des lactates à 13,2 mml, ce patient aux lourds antécédents de TS est aussi transféré en réanimation où il bénéficie d une épuration extra rénale. L absorption de la Metformine a lieu principalement au niveau de l iléon et le pic de concentration plasmatique survient entre une à deux heures de la prise orale. La durée d action est de 5h. La biodisponibilité par voie orale est de 5%. La molécule circule à l état libre, elle est éliminée par voie rénale sous forme inchangée. Le surdosage en Metformine peut être responsable d une acidose lactique de mécanisme encore mal connu, avec trou anionique augmenté. Les biguanides diminuent la phosphorylation oxydative mitochondriale à l origine de l hyperlactacidémie. L instauration de cet acidose montrerait une élévation des rapports lactates/pyruvate et hytroxybuyrates/acéto acétate. Le tableau initial peut évoluer vers une insuffisance rénale aiguë et un syndrome de défaillance multiviscérale avec des troubles digestifs avec nausées, vomissements, diarrhées, des troubles neurologiques centraux, des troubles respiratoires avec polypnée et HTAP, des troubles cardiovasculaires avec tachycardie et hypotension. Le traitement est double, toxicodynamique et toxicocinétique. Il fait appel à une alcalination intra veineuse massive avec cathécolamines et ventilation artificielle si nécessaire. S il n est pas établi qu elle améliore le pronostic fonctionnel, l épuration extra rénale est indiquée car elle permet l élimination des lactates et la possibilité de perfusion de bicarbonates en plus grande quantité, sans risque d œdème pulmonaire. La capacité de l hémodialyse à épurer la Metformine reste cependant à démontrer. L acidose lactate induise par les biguanides est un incident rare (,3 cas pour mille patients et par an). Le taux de décès est cependant important d autant plus que le patient est âgé ou présente une infection sous jacente grave. La prescription des biguanides est contre indiquée en cas d insuffisance rénale même minime, en cas d insuffisance hépatique et insuffisance cardiaque, en cas d alcoolisme chronique. Ils doivent être arrêtés 48h avant une intervention chirurgicale et avant toute injection de produits de contrastes. Bien utilisés, ils ne sont cependant pas plus à risques que les autres classes d anti diabétiques. Bibliographie 1: C. Bismuth, F. Baud, F. Conso, et collaborateurs: Toxicologie clinique, Médecine sciences Flammarion, 5ème édition,2, : V. Danel, P. Barriot, J. Hanna: Intoxication aigue en réanimation, Arnette, 2ème édition, : R. Bédry, F. Baud, B. Mégarbane: Iatrogénie et toxicologie en urgence, Arnette, 2-29 Point Tox / N / Juillet 213 page 4

5 Point Tox N - Juillet 213 Après investigation des données extraites de la base des passages aux Urgences ou des hospitalisations, les cas ont été classés selon les définitions suivantes: Cas plausible : patient ayant été exposé à un toxique identifié et dont les signes cliniques et/ou paracliniques sont reliés à cette exposition Cas exclu : patient ayant été exposé à un toxique et qui ne présente aucun signe clinique/paracliniques OU patient n ayant été exposé à aucun toxique OU patient ayant été exposé à un toxique identifié mais dont les signes cliniques/ paracliniques ne peuvent pas être reliés à cette exposition Cas «ne se prononce pas» : manque d éléments cliniques, paracliniques ou sur l exposition pour se prononcer. Cas grave : tout cas plausible dont l exposition a entrainé une hospitalisation avec un niveau 3 du PSS (poison severity score), une mise en jeu du pronostic vital immédiat, une incapacité fonctionnelle permanente ou temporaire, une invalidité, une anomalie ou une malformation congénitale ou un décès. Cas non grave : tout autre cas plausible. Cas avec intérêt toxicologique: cas grave ou avec un caractère rare OU inhabituel, OU ayant nécessité une prise en charge spécifique comme l administration d un antidote. Définition de cas d intoxication Codes d extraction utilisés par le réseau Pour les appels au Samu 94 H82 J68.3 T3.2 T38.3 T39. T39.1 T39.9 T4.1 T4.2 T4.3 T4.5 T4.6 T4. T4.9 T42. T42.3 T42.4 T42.5 T42. T43. T43.2 T43.3 T43.4 T43.9 T44. T44.1 T44.2 T44.5 T44. T45. T45.5 T46. T46.1 T46.5 T46.9 T48.6 T49.3 T5.9 T51. T51.1 T52. T52.3 T52.9 T53.2 T54. T54.9 T56. T5. T5.3 T58 T59.4 T59.9 T6 T6. T6.1 T6.2 T6.3 T6.4 T6.8 T6.9 T62. T63. T65.9 X48 X48. X48.1 X48.2 X48.3 X48.4 X48.5 X48.6 X48. X48.8 X49 X49.9 X64.9 X68 X68.1 X68.2 X68.3 X68.4 X68.5 X68.6 X68. X68.8 X68.9 X69.9 X.9 Y16.9 Y18 Y18. Y18.1 Y18.2 Y18.3 Y18.4 Y18.5 Y18.6 Y18. Y18.8 Y18.9 Pour les passages aux Urgences et les hospitalisations F11 F12 F13 F14 F15 F16 F1 F18 F19 P93 T36 T3 T38 T39 T4 T5 T52 T53 T54 T55 T56 T5 T58 T59 T6 T61 T62 T63 T64 T65 T96 X4 X6 Y1 Y351 Y352 Contact Réseau de toxicovigilance de la Réunion Samu 94 CHU site Félix Guyon Route de Bellepierre 945 Saint Denis Cedex Tél : Fax : Responsable et coordonateur du réseau: Mme Agnès Cadivel Remerciements A l ensemble des services qui participent à ce réseau: les médecins urgentistes, le personnel des services porte, le personnel de la régulation médicale du SAMU94, l ensemble des CAP-TV Notamment Dr Michel Borher Dr Pierre-Jean Marianne Dit Cassou Pr Xavier Combes Dr Albert Montbrun Dr Olivier Fels Dr Katia Mougin-Damour Dr Yves Jacques-Antoine Dr Francois Simonnet Directeur de publication : Mr L. Bien (Directeur du CHU Félix Guyon) Rédacteur en chef : Dr A. Bourde (CHU-SAMU Réunion) Comité de rédaction : Dr F. Abinader (CHGM) - Dr A. Bourde (CHU- SAMU94) - Mme A. Cadivel (CHU-SAMU94) - Mr L. Filleul (Cire OI) - Dr H. Flodrops (CHU site GHSR) - Dr N. Hamdani (CHU site GHSR) - Dr L. Balu (CHU site Félix Guyon) - Mr J-L. Solet (Cire OI) - Dr A. Vague (CHU site GHSR) - Dr M. Weber (GHER) Page - 5

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D.711-9-1 1 (Décret

Plus en détail

LE POINT TOX. Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion

LE POINT TOX. Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion LE POINT TOX Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion N 14 - octobre 15 Dans ce bulletin d information, nous présentons le bilan de l activité du réseau sur les 9 premiers mois de l année 15

Plus en détail

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique

C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique C.A.T. devant des troubles de la conscience chez le diabétique Dr P. ASSOUAKON SAMU EPU les jeudis du samu 27 Mai 2004 1 PLAN Introduction Généralités Régulation et prise en charge SMUR Prise en charge

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

LE POINT TOX. Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion. Tableau 1 : Activité du réseau de toxicovigilance, 2013, la Réunion.

LE POINT TOX. Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion. Tableau 1 : Activité du réseau de toxicovigilance, 2013, la Réunion. LE POINT TOX Bulletin du réseau de toxicovigilance de La Réunion Dans ce bulletin d information, nous vous présentons l évolution temporelle des intoxications à la Réunion recensées par le réseau en 201.

Plus en détail

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt

UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Rodriguez Maeva CH Angoulême. Aucun conflit d intérêt UN PEU? BEAUCOUP? PASSIONEMENT? A LA FOLIE? PAS DU TOUT? Aucun conflit d intérêt Rodriguez Maeva CH Angoulême Mr B 31 ans Antécédents : AVP en 2014 dans un contexte d alcoolisation : plaies hépatique et

Plus en détail

«FOUDROYÉS EN FRANCE»

«FOUDROYÉS EN FRANCE» 1 «FOUDROYÉS EN FRANCE» Fiche médicale individuelle et confidentielle à remplir par un médecin Enquête 2012 A renvoyer au : Professeur Christian VIRENQUE SAMU 31 Hôpital PURPAN TSA 40031 31059 TOULOUSE

Plus en détail

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance

Grippe A(H1N1) 2009 : Situation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Grippe A(H1N1) 2009 : ituation épidémiologique en France Evolutions de surveillance Dr. Loïc Josseran Institut de veille sanitaire, aint-maurice Journée d information des professionnels de l urgence, 30

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Surveillance intoxications au CO Lorraine

Surveillance intoxications au CO Lorraine Surveillance intoxications au CO Lorraine Colmu 7/12/21 Cire Est S.Raguet La surveillance des intoxications au CO Surveillance épidémiologique France métropolitaine, depuis 25, pilotée par l InVS Double

Plus en détail

!"# $% "&'!"# $% &( )"%&*%+&,,%&,)$

!# $% &'!# $% &( )%&*%+&,,%&,)$ !"# $% "&'!"# $% &( )"%&*%+&,,%&,)$ Lutte contre les intoxications par le CO est apparue comme 1. Un des objectifs de la loi de santé publique (n 2004-806 du 9 août 2004) objectif n 23 Habitat (JO n 185

Plus en détail

Insuffisance rénale aigue

Insuffisance rénale aigue Insuffisance rénale aigue Définitions : - Insuffisance rénale (IR): atteinte de la fonction d épuration du rein s accompagnant de perturbations cliniques et biologiques caractéristiques - Caractérisée

Plus en détail

Analyse des bulletins statistiques d interruption volontaire de grossesse de La Réunion, année 2012

Analyse des bulletins statistiques d interruption volontaire de grossesse de La Réunion, année 2012 Rapport Rapport Analyse des bulletins statistiques d interruption volontaire de grossesse de La Réunion, année 2012 Juillet 2013 Sommaire Glossaire 3 Introduction 4 Objectifs 6 Matériel et méthode 7 Résultats

Plus en détail

Les systèmes de surveillance de la grippe en France. URM S 707 - Inserm UPMC www.sentiweb.fr

Les systèmes de surveillance de la grippe en France. URM S 707 - Inserm UPMC www.sentiweb.fr Les systèmes de surveillance de la grippe en France URM S 707 - Inserm UPMC www.sentiweb.fr Sommaire Pourquoi surveiller la grippe Les systèmes existants Un travail en commun Morbi-mortalité 10 000 années

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 1 Urgences Urgences 154 Urgences C. Melon, D. Van Pee Situation de rupture brutale d équilibre - physique - mental - social Données statistiques - 15% des gens admis

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

Sommaire. Prologue. Préfaces

Sommaire. Prologue. Préfaces Sommaire Prologue Préfaces I. Prendre en charge les urgences cardiovasculaires 1. Principes de gestion de l'urgence cardiologique par le professionnel de santé au travail Rôle du professionnel de santé

Plus en détail

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA

IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA IMPACT DU DOSSIER DE SOINS INFORMATISE SUR LE COUT ET LA QUALITE DES SOINS EN REA Dominique Combarnous (CSS) Dr Alain Lepape, Réanimation Nord Centre Hospitalier Lyon Sud JLPR 2006 Introduction - Notion

Plus en détail

Les addictions chez les jeunes à La Réunion Etat des lieux des données

Les addictions chez les jeunes à La Réunion Etat des lieux des données Les addictions chez les jeunes à La Réunion Etat des lieux des données DAT 974 - Axe 1 - Mission Observation COSU du 03/12/2012 Monique RICQUEBOURG Observatoire Régional de la Santé (ORS) 1 Plan de la

Plus en détail

Surveillance des cas graves de grippe hospitalisés en réanimation en Bourgogne et Franche-Comté, 2014-2015

Surveillance des cas graves de grippe hospitalisés en réanimation en Bourgogne et Franche-Comté, 2014-2015 CELLULE DE L INSTITUT DE VEILLE SANITAIRE EN REGIONS BOURGOGNE ET FRANCHE-COMTE Bulletin de veille sanitaire N 2015-4/ Cas graves de grippe novembre 2015 Surveillance des cas graves de grippe hospitalisés

Plus en détail

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne

CardioRanceance. Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne CardioRanceance Réseau de santé cardio-vasculaire du secteur sanitaire n 6 de Bretagne PROTOCOLE RESEAU : CONDUITE A TENIR DEVANT LA DECOUVERTE D UNE FIBRILLATION ATRIALE RECENTE Auteurs : Dr Hamonic,

Plus en détail

Identification et évaluation de signaux faibles en Toxicovigilance

Identification et évaluation de signaux faibles en Toxicovigilance Identification et évaluation de signaux faibles en Toxicovigilance 3 ème Congrès National de Santé et Environnement, SFSE, 5-6 décembre 2012 VIRIOT Delphine 1, SINNO-TELLIER Sandra 1, MANEL Jacques 2 1

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne

Dossier de presse. AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Dossier de presse AVC Une priorité nationale Des avancées en Bourgogne Contact presse Lauranne Cournault 03 80 41 99 94 lauranne.cournault@ars.sante.fr 1 COMMUNIQUE DE SYNTHESE La télémédecine au service

Plus en détail

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation

DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation UNIVERSITÉ de Limoges DIPLÔME INTERUNIVERSITAIRE interrégional : Soins Infirmiers en Réanimation I - INTITULÉ DU DIPLÔME DIPLOME INTER-UNIVERSITAIRE INTERREGIONAL : SOINS INFIRMIERS EN REANIMATION II -

Plus en détail

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT -

Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude MECCORT - Version n 4 du 07/03/2011 Efficacité de la corticothérapie systémique dans les formes graves de la maladie d emboles de cholestérol (MEC) - Etude - Protocole n 10 137 01 PROTOCOLE DE RECHERCHE BIOMEDICALE

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE PRODUIT JANUMET. 50 mg/500 mg, 50 mg/850 mg et 50 mg/1 000 mg JANUMET XR. 50 mg/500 mg, 50 mg/1 000 mg et 100 mg/1 000 mg

MONOGRAPHIE DE PRODUIT JANUMET. 50 mg/500 mg, 50 mg/850 mg et 50 mg/1 000 mg JANUMET XR. 50 mg/500 mg, 50 mg/1 000 mg et 100 mg/1 000 mg MONOGRAPHIE DE PRODUIT JANUMET comprimés de sitagliptine et de chlorhydrate de metformine (sous forme de phosphate de sitagliptine monohydraté et de chlorhydrate de metformine) 50 mg/500 mg, 50 mg/850

Plus en détail

Instruction interministérielle

Instruction interministérielle Paris, le 14 Août 2007 La directrice des Archives de France du ministère de la Culture et de la Communication à Mesdames et Messieurs les préfets Archives départementales La directrice de l hospitalisation

Plus en détail

3. Analyse exploratoire

3. Analyse exploratoire Bilan de l étude de faisabilité «prévention des traumatismes d origine accidentelle» Mouloud Haddak, INRETS-UMRESTTE 1 / Handicap International 1. Préambule Il faut d abord souligner que cette étude de

Plus en détail

Solutés de perfusion. IFSI Saint-Antoine. Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt

Solutés de perfusion. IFSI Saint-Antoine. Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt Solutés de perfusion IFSI Saint-Antoine Carole Beaumanoir-de Prémont Lauriane Goldwirt Troubles hydro-électrolytiques Déséquilibres acido-basiques États de choc Véhicules pour apports de médicaments Nutrition

Plus en détail

LE PROJET DE SOINS EN EHPAD LES OUTILS

LE PROJET DE SOINS EN EHPAD LES OUTILS LE PROJET DE SOINS EN EHPAD LES OUTILS SES BUTS : LE DOSSIER D ADMISSION - Apprécier l adéquation de l état de santé, de l autonomie du futur résident avec les possibilités d accueil de l EHPAD à un moment

Plus en détail

Evaluation des risques liés à l utilisation d alcool à brûler

Evaluation des risques liés à l utilisation d alcool à brûler COMITE DE COORDINATION DE TOXICOVIGILANCE Président : Dr Robert GARNIER (CAP Paris) ; Viceprésident : Dr Philippe SAVIUC (CTV Grenoble) Secrétariat : Amandine COCHET (InVS) CAP Angers, CAP Bordeaux, CTV

Plus en détail

Grippe. Bilan de la saison 2014-2015 22/05/2015

Grippe. Bilan de la saison 2014-2015 22/05/2015 28 3 32 34 36 38 4 42 44 46 48 5 52 2 4 6 8 1 12 14 Taux d'incidence pour 1 habitants Grippe Bilan de la saison 214-215 22/5/215 L Institut de veille sanitaire, dans le cadre de ses missions de surveillance,

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1er février 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1er février 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 4 novembre 2005 (JO du 3 octobre 2007) GABITRIL 5 mg, comprimé pelliculé

Plus en détail

L ARS OI renforce les mesures et appelle à la vigilance

L ARS OI renforce les mesures et appelle à la vigilance DOSSIER DE PRESSE 28 février 2014 Circulation de la dengue à Mayotte : L ARS OI renforce les mesures et appelle à la vigilance Contact Presse : Huguette YONG-FONG - Tél : 02 62 93 94 93 - Port : 06 92

Plus en détail

http://doc.intranet.sante.gouv.fr/textoffi/circulair/pages07/07_322t.htm

http://doc.intranet.sante.gouv.fr/textoffi/circulair/pages07/07_322t.htm Page 1 sur 5 Ministère de la santé, de la jeunesse et des sports Ministère de la culture et de la communication Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Sous-direction de la qualité

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 399, du 18 août 2015 Synthèse : Objectifs Sommaire

Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 399, du 18 août 2015 Synthèse : Objectifs Sommaire Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 399, du 18 août 2015 Synthèse : L activité globale des associations est en hausse de 5% chez les adultes et stable chez les

Plus en détail

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique

Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Les gaz du sang ou l analyse de l état acido-basique Juin 2010 P. GOSSELIN Normes des gaz du sang SIGNE VARIATIONS NORMALES INTERPRÉTATION phsanguin 7,35 7,45 < 7,35 (acidose) > 7, 45 (alcalose) phurinaire

Plus en détail

Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC. Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest

Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC. Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest Extrait du Guide d aide à la codification du BAAC Document réalisé par l ONISR et le SETRA Avec la collaboration du CETE du Sud-Ouest Décembre 2012 Définition de l accident corporel de la circulation routière

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 septembre 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 septembre 2006 CORDARONE 150 mg/3 ml, solution injectable en ampoule (IV) B/6 (CIP 319 997 6) Laboratoires SANOFI AVENTIS amiodarone Liste I. Médicament réservé à

Plus en détail

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES»

INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» INSUFFISANCE CARDIAQUE «AU FIL DES ANNEES» v On ne guérit pas ( en général ) d une insuffisance cardiaque, mais on peut la stabiliser longtemps, très longtemps à condition v Le patient insuffisant cardiaque

Plus en détail

TOXICITE DES FUMEES D INCENDIE. Pr Frédérique GRIMALDI Laboratoire de Toxicologie Aix-Marseille Université

TOXICITE DES FUMEES D INCENDIE. Pr Frédérique GRIMALDI Laboratoire de Toxicologie Aix-Marseille Université TOXICITE DES FUMEES D INCENDIE Pr Frédérique GRIMALDI Laboratoire de Toxicologie Aix-Marseille Université Ecole thématique du CNRS sur la Science des Incendies et ses Applications Porticcio, 30/05 04/06

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE

LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE Centre de Coordination Régional d Hématologie du Limousin LIVRET D INFORMATION SUR LA CHIMIOTHERAPIE ORALE Document d information pour les patients La chimiothérapie orale La chimiothérapie orale est un

Plus en détail

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE CHEFIRAT B. Les intoxications aiguës constituent un réel problème de santé publique dont l impact reste encore à évaluer. Le nombre total

Plus en détail

Compte rendu PRI EMS OI 2014

Compte rendu PRI EMS OI 2014 Compte rendu PRI EMS OI 2014 Rédacteur(s) : MLC/LL/MA/JBV Objet : Lieu : ½ Journée de formation continue Le Nautile - La Saline les Bains Accueil L ouverture de cette journée a été faite par la responsable

Plus en détail

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble.

Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. 1 Le Département de Veille Sanitaire du CHU de Grenoble. Une expérience de gestion intégrée de la qualité et des risques sanitaires. P François, MR Mallaret, J Shum, V Danel. PFrancois@chu-grenoble.fr

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

DOSSIER ADMINISTRATIF

DOSSIER ADMINISTRATIF DOSSIER ADMINISTRATIF (à faire remplir par le patient et à retourner accompagné des renseignements médicaux au Centre d Addictologie d Arzeliers Route d Arzeliers 05300 LARAGNE ) Nom : Prénom : Nom de

Plus en détail

SYNDROME D APNEE DU SOMMEIL ET CONDUITE DE VEHICULES MOTORISES

SYNDROME D APNEE DU SOMMEIL ET CONDUITE DE VEHICULES MOTORISES SYNDROME D APNEE DU SOMMEIL ET CONDUITE DE VEHICULES MOTORISES Votre syndrome d'apnée du sommeil peut provoquer une somnolence et une baisse de votre vigilance dans la journée. Sans une prise en charge

Plus en détail

Cas clinique. Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD

Cas clinique. Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD François VIDAL Cas clinique Patiente de 54 ans, origine tunisienne Diabète de type 2 diagnostiqué en 2002 devant un syndrome cardinal ATCD Dyslipidémie HTA traitée Gonarthrose bilatérale invalidante Capsulite

Plus en détail

:: Phénylcétonurie PROBLEMATIQUES EN URGENCE RECOMMANDATIONS EN URGENCE ORIENTATION PRECAUTIONS MEDICAMENTEUSES (INTERACTIONS POSSIBLES,

:: Phénylcétonurie PROBLEMATIQUES EN URGENCE RECOMMANDATIONS EN URGENCE ORIENTATION PRECAUTIONS MEDICAMENTEUSES (INTERACTIONS POSSIBLES, :: Synonymes : PCU Définition : La phénylcétonurie (PCU) est une maladie génétique liée à un déficit en phénylalanine hydroxylase (PAH) qui permet la transformation de la phénylalanine (Phe) en tyrosine

Plus en détail

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants

La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants La protection du personnel soignant: Contacts cytostatiques - Rayonnements ionisants Dr. Lechevin Véronique Médecin du travail Dépt Surveillance médicale S.C.P.P. ULB - Erasme - Bordet A. Introduction

Plus en détail

Produits et prestations remboursés (LPPR) : Principaux constats observés par le RSI en 2009

Produits et prestations remboursés (LPPR) : Principaux constats observés par le RSI en 2009 N 5 juin 2011 Produits et prestations remboursés (LPPR) : Principaux constats observés par le RSI en 2009 Les prestations de la Liste des Produits et Prestations remboursables représentent un pan essentiel

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE SFR - CIRTACI OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE Version téléchargeable sur le site web : www.sfrnet.org Rubrique : Groupe de travail, CIRTACI Nous vous suggérons de disposer ce document

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes

الجمهورية التونسية. République Tunisienne. Ministère de la Santé Publique. Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes الجمهورية التونسية République Tunisienne Ministère de la Santé Publique Observatoire National des Maladies Nouvelles et Emergentes Mise en place d un système de surveillance des pathologies et des décès

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 20 juillet 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 20 juillet 2005 1 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 767-8 3 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 768-4 12 flacon(s) en verre de 0,5 ml : 557 769-0 6 flacon(s) en verre

Plus en détail

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV)

Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Risques liés à l explantation des DMIA de cardiologie : données bibliographiques (références bibliographiques disponibles en Annexe IV) Les points importants de la littérature sur les risques liés à l

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE

OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE SFR - CIRTACI OBSERVATOIRE DES REACTIONS AUX PRODUITS DE CONTRASTE Version téléchargeable sur le site web : www.sfrnet.org Rubrique : Groupe de travail CIRTACI Nous vous suggérons de disposer ce document

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant Dossier 1 N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte Complications : Diagnostiquer un diabète chez l enfant et l adulte. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise

Plus en détail

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers La iatrogénie médicamenteuse Définition (OMS, 1969) «Toute réponse néfaste et non recherchée à un médicament survenant à des doses utilisées chez l homme à des fins de prophylaxie, de diagnostic et de

Plus en détail

Transports sanitaires

Transports sanitaires Observatoire régional de la santé des Pays de la Loire Juillet 2015 www.santepaysdelaloire.com La santé observée dans les Pays de la Loire Transports sanitaires L'essentiel En 2014, 5,6 millions de patients

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT (MAJ 06/05) 1/5 RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT DENOMINATION MINOXIDIL COOPER 2 pour cent, solution pour application cutanée en flacon COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Minoxidil... 1,2 g

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

ph et équilibre acido-basique

ph et équilibre acido-basique Origine des ions H + ph et équilibre acido-basique Acides volatils Acides fixes CO 2d : seul acide volatil, peut s échapper de l organisme, partiellement dissocié. pk = 6.1, ~20 000 mmol/l Ne peut pas

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

MALAKOFF MÉDÉRic AssistAnce

MALAKOFF MÉDÉRic AssistAnce VOTRE ASSISTANCE SANTÉ À DOMICILE MALAKOFF MÉDÉRic AssistAnce Avec Malakoff Médéric Prévoyance et Malakoff Médéric Mutuelle, bénéficiez de nouveaux services gratuits 24h/24 et 7j/7 grâce à votre n d identification

Plus en détail

Gestion des relations et collaborations dans le secteur équin

Gestion des relations et collaborations dans le secteur équin Gestion des relations et collaborations dans le secteur équin Introduction Cette charte de partenariat s inscrit dans le cadre plus large de la démarche initiée depuis 2002 et déjà formalisée pour la gestion

Plus en détail

SURVEILLANCE DE LA MALADIE DE L YME. Région Limousin. Bulletin d'information n 1 Période de surveillance du 1 er avril au 30 septembre 2004

SURVEILLANCE DE LA MALADIE DE L YME. Région Limousin. Bulletin d'information n 1 Période de surveillance du 1 er avril au 30 septembre 2004 SURVEILLANCE DE LA MALADIE DE L YME Région Limousin Bulletin d'information n Période de surveillance du er avril au 30 septembre 004 avril à septembre 004 L'équipe de la Cire Centre-Ouest vous remercie

Plus en détail

Présentation du DESC de Médecine d Urgence Années universitaires 2015-2017

Présentation du DESC de Médecine d Urgence Années universitaires 2015-2017 Juillet 2015 Présentation du DESC de Médecine d Urgence Années universitaires 2015-2017 Professeur Pierre CARLI Coordonnateur inter régional Paris Ile-de-France Faculté de Médecine Descartes SAMU de Paris,

Plus en détail

Meloxidolor 20 mg/ml solution injectable pour bovins, porcins et chevaux

Meloxidolor 20 mg/ml solution injectable pour bovins, porcins et chevaux 1. DÉNOMINATION DU MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE Meloxidolor 20 mg/ml solution injectable pour bovins, porcins et chevaux 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Un ml contient: Principe actif: Méloxicam 20

Plus en détail

Evaluation DES pratiques

Evaluation DES pratiques Evaluation DES pratiques ProfessionnellES : Arrêt Cardiaque Vincent Piriou Service d Anesthésie Réanimation, Centre Hospitalier Lyon Sud, 69495 Pierre- Bénite Cedex. E.Mail : vincent.piriou@chu-lyon.fr

Plus en détail

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014

{ Introduction. Proposition GIHP 05/12/2014 Etude descriptive des accidents hémorragiques sous Nouveaux Anticoagulants Oraux au Service d Accueil des Urgences du CHU de Besançon entre janvier 2012 et janvier 2014 { Dr Claire KANY SAMU Besançon KEPKA

Plus en détail

SATURNISME PROFESSIONNEL : A PROPOS D'UN FOYER D'INTOXICATION COLLECTIVE.

SATURNISME PROFESSIONNEL : A PROPOS D'UN FOYER D'INTOXICATION COLLECTIVE. SATURNISME PROFESSIONNEL : A PROPOS D'UN FOYER D'INTOXICATION COLLECTIVE. Mathieu KERGRESSE - Patrick HARRY - Sandrine ROUSSEAU Françoise BRACONNIER - Catherine MOREL INTRODUCTION : L'intoxication au plomb

Plus en détail

Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile

Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile Retour sur les actions Assurance Maladie auprès des structures d Hospitalisation à Domicile Dr Nathalie VERIN - Direction régionale du Service Médical Journée Interrégionale de l HAD du 15 octobre 2014

Plus en détail

Pourquoi des patients vus par l IOA n attendent pas l avis médical? COPACAMU 2014 Dr Gilormini Sonia, Dr Attia Floriane, Dr Bertrand Benoit

Pourquoi des patients vus par l IOA n attendent pas l avis médical? COPACAMU 2014 Dr Gilormini Sonia, Dr Attia Floriane, Dr Bertrand Benoit Centre Hospitalier de Martigues Pourquoi des patients vus par l IOA n attendent pas l avis médical? COPACAMU 2014 Dr Gilormini Sonia, Dr Attia Floriane, Dr Bertrand Benoit Les patients dits «Non-Vus» Enregistrés

Plus en détail

Malaises du nourrisson

Malaises du nourrisson Malaises du nourrisson Journées des urgences pédiatriques du Sud Ouest 26 et 27 novembre 2010 Delphine Lamireau Réanimation pédiatrique Bordeaux Motif fréquent - de sortie pédiatrique SMUR - de consultation

Plus en détail

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE

MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Votre assistance santé à domicile MALAKOFF MÉDÉRIC ASSISTANCE Avec Malakoff Médéric Prévoyance et MUT2M, bénéficiez de nouveaux services gratuits 24h/24 et 7j/7 grâce à votre n d identification 753734

Plus en détail

"BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005

BANDELETTES POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005 "BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE Rapport d enquête Décembre 2005 Afssaps, décembre 2005 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE 4 MÉTHODOLOGIE 5 Information des établissements 5 Recueil de données

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE COMMUNIQUE DE PRESSE Le Centre hospitalier de Valence se classe parmi les meilleurs hôpitaux et cliniques de France selon le Palmarès 2014 du Point. Infarctus du myocarde = 20ème/635 hôpitaux AVC = 28ème/788

Plus en détail

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo

Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques. Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo Interprétation des désordres acide-base à l ECN Questions sur 9 situations cliniques Pr Charles-Hugo Marquette Dr Céline Sanfiorenzo EXERCICE 1 : Un enfant de 10 ans est amené par ses parents aux urgences

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes

Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes Risque d AES par piqûre Quelle réalité en EHPAD? Nadine KHOUIDER, Pascal FASCIA ARLIN Rhône-Alpes ARLIN Rhône-Alpes Relais de proximité du CCLIN Sud-Est ARLIN Rhône-Alpes Missions définies par Arrêté en

Plus en détail

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE

COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE N de version: 01 Date d'application : 27/03/2008 Réf.: CMUB-027 Pagination : 1 de 6 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 27 Rédacteurs Dr JM YEGUYAIAN (SAMU 21), Dr DIDIER HONNART (SRAU

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

Toxicologie des Ethers de glycols

Toxicologie des Ethers de glycols Toxicologie des Ethers de glycols 1. Propriétés physicochimiques : cosolvants eauhuile : solubilité à la fois dans l eau et dans les solvants organiques liquides incolores, modérément volatils, à odeur

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INTOXICATIONS ETHYLIQUES AIGUES AU SERVICE DES URGENCES Site d ETAMPES

PRISE EN CHARGE DES INTOXICATIONS ETHYLIQUES AIGUES AU SERVICE DES URGENCES Site d ETAMPES PRISE EN CHARGE DES INTOXICATIONS ETHYLIQUES AIGUES AU SERVICE DES URGENCES Site d ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 116 Version n 2 Créé le 01-09-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITION Organiser

Plus en détail

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE

VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE DOSSIER DE PRESSE SOMMAIRE INAUGURATION DE L'HÔPITAL DE JOUR EN NEURO-ONCOLOGIE, SCLÉROSE EN PLAQUES ET DOULEUR CHRONIQUE ET DU CENTRE D ÉVALUATION ET DU TRAITEMENT DE LA DOULEUR VENDREDI 26 AVRIL 2013 HÔPITAL DE LA TIMONE MARSEILLE

Plus en détail

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT

PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Centre Hospitalier de Dreux PÔLE ANP PROFIL DE POSTE IDE 0,5 ETP REANIMATION et SURVEILLANCE CONTINUE / 0,5 ETP PMOT Version n Nombre de pages : 7 Diffusée le :16/12/2015 Appliquée le : Rédigée par : Mme

Plus en détail

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL

LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL LA SURDITÉ PROFESSIONNELLE À LAVAL Novembre 2006 Collecte, analyse des données et rédaction Nicaise Dovonou, agent de recherche en santé au travail, Direction de santé publique, Agence de la santé et des

Plus en détail

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation

Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Outil d aide à la décision pour l admission des patients en soins de suite et de réadaptation Juillet 2013 Contexte d utilisation Objet de la prise en charge Autre objet de prise en charge Un projet et

Plus en détail

«PREMIERS RÉPONDANTS» GUIDE DE L ÉTUDIANT

«PREMIERS RÉPONDANTS» GUIDE DE L ÉTUDIANT «PREMIERS RÉPONDANTS» GUIDE DE L ÉTUDIANT Direction des services préhospitaliers d urgence Ministère de la Santé et des Services sociaux Janvier 2007 AVIS : Cette publication a été produite pour être utilisée

Plus en détail

Rôle du foie dans l équilibre acido-basique. S. Coz DESC réanimation médicale Agen Décembre 2007

Rôle du foie dans l équilibre acido-basique. S. Coz DESC réanimation médicale Agen Décembre 2007 Rôle du foie dans l équilibre acido-basique S. Coz DESC réanimation médicale Agen Décembre 2007 Quelques rappels ph = log (1/[H+ ]) Métabolisme aérobie Oxydation des lipides et hydrates de carbone CO2

Plus en détail