Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM)"

Transcription

1 Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM) Cahier des charges du Groupe de Travail sur le Plaidoyer pour la lutte contre le paludisme (MAWG) Révision basée sur l examen du cadre de responsabilisation et de la comparaison croisée entre les cahiers des charges et les meilleures pratiques d autres organisations Révisé en novembre 2013 Adopté en janvier 2014 après la tenue du 25ème Conseil d administration

2 Sommaire I. Objet / justification... 3 II. Fonctions du Groupe de Travail... 3 III. Rôles et responsabilités... 4 a) Membres... 4 b) Président / Co-président... 5 c) Secrétariat... 6 d) Axes de travail... 6 IV. Procédures de travail... 7 a) Plan de travail annuel et financement... 7 b) Réunions... 7 c) Conduite des débats... 8 d) Compte-rendu... 8 V. Rapports et évaluation de la performance... 8 VI. Dissolution des Groupes de travail

3 I. Objet / justification Le Conseil d'administration du Partenariat RBM a identifié le Plaidoyer comme une des responsabilités et des fonctions essentielles du Partenariat. En janvier 2005, le Conseil d'administration du RBM a demandé la création d'un Groupe d'action pour le plaidoyer afin de développer un cadre conceptuel pour celui-ci dans le but de guider les efforts de la communauté antipaludique mondiale. En 2007, le résultat final a été la création du Groupe de travail sur les plaidoyers de lutte contre le paludisme (MAWG). Le MAWG s'efforce d'aligner les différentes interventions de plaidoyer des partenaires afin de respecter les priorités stratégiques du Partenariat, en identifiant les opportunités et les approches stratégiques ; il facilite la production et la diffusion d outils de plaidoyer et d informations rigoureuses ; et il plaide pour une augmentation des ressources allouées à la lutte contre le paludisme. Depuis 2007, la situation mondiale du paludisme a considérablement évolué, notamment grâce à un afflux de nouvelles organisations partenaires, une augmentation des ressources et le lancement du Plan d action mondial contre le paludisme (GMAP). Le MAWG a adapté son plan de travail en fonction de cette évolution et a contribué aux réussites de la communauté antipaludique. Aujourd'hui, à l'approche de la conclusion du cadre conceptuel des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) en 2015 et à mesure que se dessinent les Objectifs de Développement Durable (SDG), le Partenariat prépare un nouveau GMAP II afin d'orienter les efforts des partenaires. Le MAWG a pris des mesures en 2011 et 2012 pour prendre en compte les recommandations formulées par le Sous-comité de mobilisation des ressources. En juin 2013, afin d'aider le Partenariat à poursuivre son formidable soutien mondial en faveur des efforts de lutte contre le paludisme et d'élimination de la maladie, qui ont été réalisés dans le but d'atteindre, voire de dépasser les OMD, le MAWG et d'autres mécanismes clé du Partenariat ont organisé une réunion qui avait pour thème «le positionnement de la question du paludisme dans le programme global de développement». Alors que la plateforme de plaidoyer doit constamment s'adapter pour refléter la Stratégie technique mondiale (GTS) et le GMAP II, il a été admis, à un haut niveau décisionnel, que le Partenariat devait équilibrer le message sur la lutte contre le paludisme et l'élimination de la maladie, et faire clairement le lien entre paludisme et développement économique, afin de faire appel, dans cet environnement en constante évolution, aux dirigeants appartenant aux différents secteurs du développement. Par conséquent, le MAWG a pris des mesures pour reconfigurer ses axes de travail afin de mieux répondre aux besoins de plaidoyer des pays endémiques, à mesure qu'augmente le besoin de financements nationaux des programmes de lutte contre le paludisme, tout en continuant à délivrer des messages unifiés pour que les partenaires s'engagent sur des questions essentielles, dont la mobilisation des ressources, l'engagement intersectoriel et l'impact du paludisme, les OMD et la transition vers les SDG pour le Partenariat qui réagit face à la transition imminente des OMD vers les SDG et au besoin d'un meilleur alignement des messages dans le domaine de la santé mondiale en générale. II. Fonctions du Groupe de Travail Réunir : le MAWG réunit un groupe de partenaires dont les objectifs de plaidoyer se chevauchent et les priorités se complètent. Si nécessaire, le MAWG crée des axes de travail pour 3

4 mobiliser et mettre en place des activités de plaidoyer et garantir une participation maximum des partenaires. Coordonner : en rassemblant les Partenaires, le MAWG leur fournit un cadre pour coordonner leurs efforts et leurs messages, autour d opportunités de plaidoyer mondiales, régionales et nationales qui ont été hiérarchisées, et garantit une certaine pertinence dans un contexte mondial où la situation du paludisme subit de perpétuels changements. o Le MAWG constitue une plateforme pour le développement et la mise à jour de messages prioritaires unifiés sur la question du paludisme. Faciliter la communication : en rassemblant les Partenaires, le MAWG offre un cadre favorable à la communication et à l apprentissage mutuel. Fonctions principales : o Partage les informations, de manière transparente, via le «listserv» (outil qui gère les listes de diffusion) du MAWG, les téléconférences régulières et les réunions. o Sert de ressource et prodigue des conseils pour les activités de plaidoyer afin de répondre à de nouveaux besoins et à des requêtes spécifiques du Conseil d Administration, du Comité Exécutif et du Directeur exécutif. (par exemple, mettre en contact des partenaires pertinents, donner un avis sur les stratégies et les matériaux relatifs aux activités de plaidoyer, être membre de comités spécifiques ou d'équipes spéciales au sein du Partenariat). o Facilite le renforcement des capacités au niveau national pour améliorer le plaidoyer. o Travaille avec d'autres mécanismes, identifie et promeut les principales opportunités de plaidoyer. III. Rôles et responsabilités a) Membres Les membres du MAWG appartiennent à un certain nombre d institutions dont les intérêts et les activités sont liés à la lutte contre le paludisme et à l'élimination de la maladie, à la politique associée à cette lutte, et à la mise en œuvre de cette lutte, avec des représentants des principales institutions partenaires du RBM et des groupes de plaidoyer qui portent un intérêt certain pour le plaidoyer de lutte contre le paludisme et ont de l expérience dans ce domaine. Il peut y avoir deux types de membres au sein du MAWG : (1) les Membres permanents et (2) les Observateurs. Le MAWG est une assemblée de Partenaires RBM volontaires ; à ce titre, l adhésion est ouverte à tous les partenaires institutionnels qui seraient intéressés, à condition qu ils remplissent les critères pour un des deux types de statut. Membres permanents Les membres permanents représentent leur institution. Chaque partenaire institutionnel qui serait intéressé peut devenir un membre permanent du MAWG s il ou elle répond aux critères suivants : Affiliation à une organisation qui participe, soit à des plaidoyers de lutte contre le paludisme et en faveur de son élimination, soit à la protection de la santé maternelle et des enfants au niveau international, ou encore qui met en place des politiques de lutte contre le paludisme et/ou des activités dans des pays endémiques Niveau approprié d expérience et de crédibilité Maîtrise des activités de plaidoyer démontrée et volonté de participer au Groupe de travail Capacité à financer sa propre participation/présence aux réunions du MAWG, sauf s il bénéficie du soutien financier du Secrétariat du Partenariat RBM ou d un autre partenaire RBM 4

5 Le groupe de membres permanents doit idéalement répondre aux critères suivants : Une répartition géographique équilibrée Une représentation équilibrée des différents groupes d intérêts Une représentation des principales organisations et institutions qui ont un rapport avec les fonctions du MAWG Les co-présidents autorisent l adhésion des partenaires institutionnels qui souhaitent devenir membres permanents et qui remplissent ces critères. Les présidents du MAWG peuvent prendre l initiative de rentrer en contact avec des individus ou des organisations et les encourager à adhérer au MAWG afin d'atteindre la composition idéale. Les rôles et responsabilités des membres permanents incluent : Assister en personne à au moins une réunion du MAWG par an Participer à au moins quatre téléconférences du MAWG ou d un axe de travail par an Participer activement à la mise en œuvre du plan de travail du MAWG à travers un ou plusieurs axes de travail correspondants Cette fonction est à titre bénévole, les membres ne sont pas rémunérés Les membres permanents conservent leur statut jusqu'à ce qu'ils ou elles : démissionnent deviennent incapables d'assumer les responsabilités établies et définies ci-dessus et d'assurer les tâches convenues Observateurs Les individus et les organisations qui sont intéressés, mais qui ne peuvent s engager de la même façon qu un membre permanent, peuvent participer aux réunions du MAWG en qualité d observateur et participer autant que possible, si le président juge leur présence appropriée. Les observateurs n ont pas le droit de voter (voir ci-dessous). b) Président / Co-président Procédure d élection : Deux co-présidents sont élus par les membres du MAWG avant la réunion semestrielle du Conseil d'administration du RBM. Les (co-) présidents sont élus pour une période de deux ans renouvelable. La procédure d élection se doit d être transparente et ouverte à tous les membres permanents du MAWG, avec un vote par membre permanent. Seuls les membres qui participent en personne peuvent voter. Le Secrétariat lancera un appel à nominations/candidatures sous forme d'une notification qui sera envoyée un mois avant les élections. Chaque membre permanent a le droit de nominer une personne ou de se porter lui-même candidat. Deux semaines avant les élections, le Secrétariat vérifiera auprès des personnes désignées que celles-ci sont intéressées et qu elles sont prêtes à se porter candidates. Avant la validation des (co-) présidents par le Conseil, le Secrétariat doit obtenir de leur employeur l assurance formelle qu il accepte les trajets et la charge de travail supplémentaires afférents au rôle de président d un Groupe de travail du Partenariat RBM. 5

6 Les élections se déroulent à bulletin secret et peuvent avoir lieu, soit au cours d'une des réunions du MAWG, soit par vote électronique. Les décisions seront prises à la majorité simple. L élection des (co-) présidents est validée par le Conseil d'administration du Partenariat RBM lors de la réunion semestrielle du Conseil. Leurs rôles et leurs responsabilités incluent : Préparer et présider les appels et les réunions du MAWG (y compris définir l'ordre du jour et valider le lieu) Préparer le plan de travail et le budget annuels, en collaboration avec le Secrétariat RBM (voir cidessous) Examiner les comptes-rendus de réunions Approuver les demandes d adhésion Modifier le cahier des charges, si besoin est Être en communication avec le Conseil d'administration du Partenariat RBM, d autres mécanismes du RBM et le Secrétariat, pour le compte du MAWG c) Secrétariat Le MAWG est aidé par le personnel du Secrétariat RBM, qui agit en qualité de Secrétariat du MAWG. Les fonctions et les responsabilités du Secrétariat incluent : Coordonner et organiser les réunions du MAWG en collaboration avec le (co-) président Mettre à disposition des installations pour les réunions (salles, installations de téléconférences, etc.) pour le MAWG et ses axes de travail, en portant une attention particulière à la participation des partenaires du sud Préparer et diffuser l ordre du jour et les documents de référence, selon les instructions données par les présidents Préparer et diffuser les comptes-rendus de réunions et d'appels Assurer la maintenance du site Internet du Plaidoyer pour la lutte contre le paludisme de RBM, du Calendrier des activités mondiales de plaidoyer, du «listserv» du MAWG, et mettre en ligne les comptes-rendus des réunions et les rapports de progrès Prendre en charge le coût du trajet pour les partisans du sud pour qu ils puissent participer aux réunions et aux activités du MAWG, en accord avec le budget annuel approuvé qui leur est alloué pour cette dépense D autres fonctions de soutien, selon les besoins d) Axes de travail Des axes de travail peuvent être créés pour travailler dans certains domaines spécifiques du plan de travail du MAWG. Les responsabilités seront définies le cas échéant. 6

7 IV. Procédures de travail a) Plan de travail annuel et financement Planification : Le Secrétariat RBM soutient le développement du plan de travail annuel et l établissement du budget annuel afin de garantir une cohérence entre les Groupes de travail. Les plans de travail annuels doivent définir des objectifs SMART : o S - spécifiques o M - mesurables o A - atteignables o R - réalistes o T - temporels Aidé par les (co-) présidents, le MAWG doit développer un plan de travail biennal, et présenter un budget si cela est pertinent, en prenant comme guide le plan de mise en œuvre stratégique du GMAP commandé par le Conseil d'administration du Partenariat RBM. On fait la distinction entre la première et la seconde année du plan de travail et du budget éventuel. La première année, le plan de travail ainsi que le budget doivent correspondre aux fonds établis lors de la réunion semestrielle du Conseil et sont établis pour les 12 mois suivants une fois l accord du Conseil reçu. La seconde année, le plan de travail et le budget éventuel sont donnés à titre indicatif ; ils sont basés sur des projections de financement et révisés après la première année. Les plans de travail et les budgets biennaux sont approuvés en novembre par le Conseil d'administration et sont mis en œuvre ultérieurement par le MAWG. Préparation : Si un budget est nécessaire, les plans d action doivent correspondre aux différents postes budgétaires afin d associer clairement les activités du plan de travail aux ressources monétaires. Si un budget est nécessaire, les plans de travail annuels doivent également spécifier toute ressource financière additionnelle collectée, et assigner clairement cette ressource à des tâches spécifiques. Les dépendances entre les plans d'action doivent être mises en exergue et un ordre de priorité entre les activités doit être établi. Les plans de travail soulignent les interactions nécessaires avec les autres organismes du Partenariat RBM (ex : autres Groupes de travail, réseaux sous-régionaux et partenaires individuels). Le plan de travail, et le budget, le cas échéant, doivent être prêts 40 jours avant la réunion du Conseil d'administration de fin d année, afin que le Secrétariat RBM puisse établir un Plan de travail du Partenariat qui sera révisé par le Comité Exécutif. Le Comité Exécutif peut suggérer des modifications au plan de travail si la situation financière l exige, ou pour mieux refléter les priorités du Partenariat RBM. Mobilisation des ressources : La mobilisation des ressources pour les activités du Groupes de travail relève de la responsabilité de ces derniers. b) Réunions Les réunions des Groupes de travail sont en libre accès, et les observateurs sont les bienvenus, quel que soit leur groupe d intérêt. Le MAWG essaie d inclure des membres de chaque groupe d'intérêts 7

8 du Partenariat RBM. Selon les objectifs d'une réunion particulière ou d'un sujet dont il faut discuter, un consultant extérieur ou un expert peut être invité à titre temporaire. Convocation aux réunions Réunions ordinaires : le président du MAWG convoque les réunions du MAWG, avec le soutien du Secrétariat du MAWG, conformément au programme de travail, et suite à une consultation informelle avec le Secrétariat RBM ainsi que d autres membres du MAWG sur le caractère approprié des dates de réunions proposées. Réunions ad hoc : les réunions sur les questions qui nécessitent un examen urgent par le MAWG seront organisées sur une base ad hoc, si le Conseil du Partenariat ou le Secrétariat les convoque. Types de réunions Dans le but de réduire à la fois le temps passé et les coûts liés aux réunions, le MAWG complètera, si nécessaire, les réunions en face-à-face comme celles tenues dans les locaux d un Partenaire hôte, par des réunions virtuelles (par exemple, téléconférences et visioconférences) du MAWG dans sa globalité ou de ses axes de travail en fonction des besoins. Fréquence des réunions Réunions ordinaires : le MAWG se réunit une fois par semestre et organise une téléconférence tous les deux mois. Un certain nombre de réunions ordinaires sont organisées et tenues sur le site d un partenaire. Réunions ad hoc : ces réunions seront organisées comme indiqué plus haut (cf. Convocation aux réunions). c) Conduite des débats Le quorum du MAWG pour adopter des recommandations est de 80 % des membres permanents. Les observateurs ne sont pas habilités à voter. d) Compte-rendu Le Secrétariat du MAWG rédigera une ébauche de compte-rendu des réunions du MAWG, y compris celles des axes de travail. Le président, et d autres membres choisis selon la thématique de la réunion réviseront ces comptes-rendus dans les deux semaines qui suivent cette réunion. Les (co-) présidents du MAWG transmettront au Secrétariat RBM et au Comité Exécutif les comptes-rendus de la réunion au plus tard deux semaines après celle-ci. V. Rapports et évaluation de la performance Le MAWG prépare des rapports de progrès pour le Directeur exécutif (ou le Comité de la performance désigné) ainsi que des rapports semestriels préalablement à chaque réunion du Conseil d'administration. À chaque réunion du Conseil d'administration, le Comité Exécutif doit sélectionner deux Groupes de travail chargés de présenter un rapport au Conseil et d engager une discussion interactive avec les membres du Conseil sur les problèmes et défis rencontrés, les progrès réalisés jusque là et les futurs objectifs et plans de travail. 8

9 VI. Dissolution des Groupes de travail Les cahiers des charges du MAWG seront évalués par le Conseil tous les deux ans. Le processus d'évaluation se basera sur des critères de performance précis. En d autres termes, le MAWG sera évalué en fonction de sa capacité à accomplir les activités et à atteindre les objectifs et les cibles définis dans les plans de travail annuels. Si la majorité des objectifs ne peut pas être atteinte au cours des deux années du plan de travail et que la participation des membres est faible, si la mission du MAWG a été remplie, ou encore si le Conseil estime que cette mission n est plus utile au nouveau Plan de travail du Partenariat, le Conseil peut alors décider de dissoudre le MAWG. 9

Cahier des charges du Groupe de travail sur la gestion des achats et des approvisionnements (GT PSM)

Cahier des charges du Groupe de travail sur la gestion des achats et des approvisionnements (GT PSM) Partenariat Faire reculer le paludisme (RBM) Cahier des charges du Groupe de travail sur la gestion des achats et des approvisionnements (GT PSM) Révision du cahier des charges basée sur: (1) les amendements

Plus en détail

Vingt-troisième réunion du Conseil d administration Dakar, Sénégal, 6 et 7 décembre 2012. Décisions adoptées

Vingt-troisième réunion du Conseil d administration Dakar, Sénégal, 6 et 7 décembre 2012. Décisions adoptées Décisions adoptées 1 Adoption de l ordre du jour Décision RBM/BOM.23/DP.1 L ordre du jour pour la vingt-troisième réunion du Conseil d administration est validé. Le Conseil décide d'ajouter une présentation

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS

CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS CHARTE DU COMITÉ DE GOUVERNANCE, NOMINATIONS ET RÉMUNÉRATIONS 2 MISSION ET PRINCIPALES RESPONSABILITÉS Le comité de gouvernance, (le «Comité») assiste le Conseil d administration (le «Conseil») de Corporation

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Union africaine Union africaine E/ECA/COE/34/2 Commission économique pour l Afrique Comité d experts Trente-quatrième réunion Union africaine Comité d experts

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège

PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION. Article premier Raison sociale et type d association. Article 2 - Siège STATUTS DE LA SOCIETE INTERNATIONALE E D D ANNOTATION ASSOCIATION DE DROIT SUISSE A BUT NON LUCRATIF Etat au 9 Décembre 2008; Révisé le 10 Septembre 2014 PARTIE I : RAISON, SIEGE ET BUTS DE L ASSOCIATION

Plus en détail

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR

Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR Association METROPOLIS Association française Loi 1901 RÈGLEMENT INTÉRIEUR 20 mai 2015 Ce règlement intérieur complète et précise certains articles des statuts de l association modifiés et approuvés le

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION

CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION CHARTE DU PARTENARIAT MONDIAL POUR L ÉDUCATION Dernière mise à jour : novembre 2013 (Décision BOD/2013/11-02) éducation de qualité pour tous les enfants page 1 de 15 Chartre du PME PRÉAMBULE 1.1 Le Partenariat

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

MANUEL DU CONSEIL D ADMINISTRATION. 22 Janvier 2010

MANUEL DU CONSEIL D ADMINISTRATION. 22 Janvier 2010 MANUEL DU CONSEIL D ADMINISTRATION 22 Janvier 2010 TABLE DES MATIÈRES Introduction 3 Fonctions du Conseil d administration 4 Représentation des membres du Conseil d administration 5 Président et Vice-Présidents

Plus en détail

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur)

Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) Proposition de Mode de Fonctionnement et Règles de Procédure (Statuts 2011 en vigueur) MODE DE FONCTIONNEMENT 1. Participation au Conseil mondial: Les délégués des associations membres Le bureau et les

Plus en détail

Statuts Association Ethno-médias Suisse

Statuts Association Ethno-médias Suisse Statuts Association Ethno-médias Suisse (Version à l intention de l assemblée constituante du 1 ier nov. 2012) 0. MISSION Une bonne information et une participation sociale authentique des migrants et

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

ABTOF - REGLES QUI REGISSENT L ASSOCIATION

ABTOF - REGLES QUI REGISSENT L ASSOCIATION ABTOF - REGLES QUI REGISSENT L ASSOCIATION "L ABTOF travaille au nom des professionnels du tourisme programmant la France. Le but essentiel de l association est de conseiller et d influencer les actions

Plus en détail

Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM)

Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM) Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM) Approuvé par le Conseil d'administration à sa deuxième session ordinaire, le 15 novembre 2011 Objet 1. Le Comité d audit joue un rôle d expert-conseil

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d administration le 29 octobre 2013 CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité d évaluation des risques est chargé d aider le Conseil d administration

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Office de réglementation des maisons de retraite. Conseil consultatif des parties prenantes Mandat

Office de réglementation des maisons de retraite. Conseil consultatif des parties prenantes Mandat Conseil consultatif des parties prenantes Mandat Autorité : L (ORMR) est établi en tant que personne morale sans capital-actions en vertu de la Loi de 2010 sur les maisons de retraite. Le mandat de l ORMR

Plus en détail

En vigueur à partir du 06 Février 2010

En vigueur à partir du 06 Février 2010 INTERNATIONALER MUSIKBUND CONFÉDÉRATION INTERNATIONALE DES SOCIÉTÉS MUSICALES INTERNATIONAL CONFEDERATION OF MUSIC SOCIETIES RÈGLEMENT (RE) COMITÉ DE DIRECTION DOMAINES TECHNIQUES REVISEURS AUX COMPTES

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 : ADMISSION DES MEMBRES ARTICLE 2 : DEMISSION-RADIATION

REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 : ADMISSION DES MEMBRES ARTICLE 2 : DEMISSION-RADIATION COCuMONT Mémoire et Patrimoine REGLEMENT INTERIEUR ARTICLE 1 : ADMISSION DES MEMBRES 1.1. Membres actifs : Les membres actifs sont admis lors du paiement de la cotisation annuelle. Ils bénéficient de tous

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI REGLEMENT INTERIEUR Document GEN REF 02 Révision 04- juin 2012 SOMMAIRE ARTICLE 1 - OBJET... 3 ARTICLE 2 MEMBRES DE L ASSOCIATION... 3 ARTICLE 3 - ASSEMBLEE GENERALE... 3 ARTICLE 4 - ADMINISTRATEURS...

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE, DES RESSOURCES HUMAINES, DES MISES EN CANDIDATURE ET NOMINATIONS ET DE LA RÉMUNÉRATION de GEORGE WESTON LIMITÉE TABLE DES MATIÈRES 1. RESPONSABILITÉS DU

Plus en détail

Statuts de la Swiss Design Association

Statuts de la Swiss Design Association Statuts de la Swiss Design Association 1. Nom, siège, but 1.1 Nom La Swiss Design Association est une association au sens de l Art. 60 ff du Code civil suisse. 1.2 Siège Le siège de l association se trouve

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES Objet Le comité de gouvernance et de ressources humaines du conseil d administration est établi par la Société d évaluation foncière des municipalités

Plus en détail

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS

COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS COMITÉ DE PARTICIPATION DES ENSEIGNANTS En vertu de la clause 4-1.01 de l entente locale, la Commission scolaire (ci-après la «Commission») reconnaît officiellement que les enseignantes et les enseignants

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Politique sur le Gouvernement d'entreprise

Politique sur le Gouvernement d'entreprise Politique sur le Gouvernement d'entreprise Révisé par le Conseil d'administration le 23 mars 2011 Le Conseil d'administration d'esso Société Anonyme Française (ci-après "ESSO" ou "la Société") a adopté

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES 1. Constitution MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES Est constitué un comité du conseil d administration appelé comité des ressources humaines. (art. 13.3) 2. Composition Le comité est composé des

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

Statuts Association Pro Senectute Genève

Statuts Association Pro Senectute Genève . Statuts Association Pro Senectute Genève Préambule Le présent document, les termes employés pour désigner des personnes sont pris au sens générique ; ils ont à la fois valeur d un féminin et d un masculin.

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies

*1418975* FCCC/CP/2014/6. Convention-cadre sur les changements climatiques. Nations Unies Nations Unies Convention-cadre sur les changements climatiques Distr. générale 21 octobre 2014 Français Original: anglais FCCC/CP/2014/6 Conférence des Parties Vingtième session Lima, 1 er -12 décembre

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Statuts de l association médiation culturelle en Suisse

Statuts de l association médiation culturelle en Suisse Assemblée constitutive de l association Médiation culturelle en Suisse, le 31 août 2012 Proposition pour le point 2 de l ordre du jour Statuts de l association médiation culturelle en Suisse I. Nom, siège,

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1

REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1 REGLEMENT DU CAUCUS DES FEMMES PARLEMENTAIRES DE CÔTE D IVOIRE 1 DECLARATION Nous, femmes parlementaires de Côte d Ivoire, Conscientes de notre rôle de représentantes des femmes et des hommes ivoiriens,

Plus en détail

3.3 Charte du comité des ressources humaines

3.3 Charte du comité des ressources humaines 3.3 Charte du comité des ressources humaines AVIS IMPORTANT Le chapitre 1 intitulé Rêve, mission, vision et valeurs, des Textes fondamentaux du Groupe CGI inc. énonce les principes fondamentaux de la présente

Plus en détail

STATUTS DE THE FRENCH-AMERICAN SCHOOL OF NEW YORK PARENT TEACHER ASSOCIATION (Association des parents d élèves et enseignants de FASNY)

STATUTS DE THE FRENCH-AMERICAN SCHOOL OF NEW YORK PARENT TEACHER ASSOCIATION (Association des parents d élèves et enseignants de FASNY) STATUTS DE THE FRENCH-AMERICAN SCHOOL OF NEW YORK PARENT TEACHER ASSOCIATION (Association des parents d élèves et enseignants de FASNY) ARTICLE I - DENOMINATION La dénomination de l ássociation est FASNY-PAT

Plus en détail

Statuts I. BUT ET SIEGE II. SOCIETAIRES

Statuts I. BUT ET SIEGE II. SOCIETAIRES Case postale 7141 tél. 031 / 323 53 36 3001 Berne fax 031 / 322 37 46 www.svri.ch Statuts I. BUT ET SIEGE Art. 1 But L "Association suisse pour le développement de l informatique juridique" vise à promouvoir,

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE CULTUREL SUBAQUATIQUE 5 MSP UCH/15/5.MSP/INF4.3 REV 15 janvier 2015 Original : anglais Distribution limitée ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE CONVENTION SUR LA PROTECTION DU PATRIMOINE

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Statuts. Association suisse des consultations parents-enfants (ASCPE) du 30 juin 2014

Statuts. Association suisse des consultations parents-enfants (ASCPE) du 30 juin 2014 Association suisse des consultations parents-enfants (ASCPE) Statuts du 30 juin 204 c/o mcw Wuhrmattstrasse 28 4800 Zofingue 062 5 20 info@sf-mvb.ch www.sf-mvb.ch Sommaire I. Dénomination, siège et but

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille

REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille REGLEMENT INTERIEUR De l Orchestre Universitaire de Lille Conformément à l article 14 de ses statuts, le «Orchestre Universitaire de Lille» arrête son Règlement Intérieur d association. ARTICLE 14 - Règlement

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT 1. Constitution Le comité d audit (le «comité») est constitué par le conseil d administration de la Banque afin d appuyer le conseil dans l exercice de ses fonctions en matière

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

AMICALE DU TERRE-NEUVE DE GENEVE ET BASSIN LEMANIQUE

AMICALE DU TERRE-NEUVE DE GENEVE ET BASSIN LEMANIQUE AMICALE DU TERRE-NEUVE DE GENEVE ET BASSIN LEMANIQUE S T A T U T S 5 pages, 27 articles 1/ Définitions générales Art. 1: Nom et siège L Amicale du Terre-Neuve de Genève et Bassin Lémanique, ci-après nommée

Plus en détail

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.

Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009. Organisation des Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.21 Directive Soutien à la formation militaire et de police préalable au déploiement

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE

REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE REGLEMENT INTERIEUR DU FONDS FRANCAIS POUR L ALIMENTATION ET LA SANTE Le présent règlement intérieur a pour objectif de fixer les modalités d organisation et de fonctionnement du fonds français pour l

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2015-03-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ D AUDIT PARTIE I. STRUCTURE DU COMITÉ 1.

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU COMITÉ DE RISQUE ET DE VÉRIFICATION

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU COMITÉ DE RISQUE ET DE VÉRIFICATION CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU COMITÉ DE RISQUE ET DE VÉRIFICATION 1. Généralités Le conseil d administration de la société (le «conseil») a formé un

Plus en détail

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS

ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS ASSOCIATION DES MEDIATEURS DES PAYS MEMBRES DE L UEMOA (AMP-UEMOA) STATUTS PREAMBULE Les Médiateurs des pays membres de l UEMOA, conformément à la recommandation de leur première réunion tenue à Ouagadougou

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

Status de la Société Suisse de la Médecine Aéronautique ( SSAVmed )

Status de la Société Suisse de la Médecine Aéronautique ( SSAVmed ) Status de la Société Suisse de la Médecine Aéronautique ( SSAVmed ) Table des matières, articles 1. Nom, siège 2. But 3. Adhésion 4. Démission 5. Exclusion 6. Devoirs des membres 7. Cotisation 8. Autres

Plus en détail

Statuts de l association Médiation Culturelle Suisse

Statuts de l association Médiation Culturelle Suisse Statuts de l association Médiation Culturelle Suisse I. Nom, siège, but, financement Art. 1 Nom et siège 1 Sous le nom Médiation Culturelle Suisse, nommée ci-après l association, est constituée une association

Plus en détail

2.3 Le conseil exécutif se compose de 10 membres élus et d un membre d office. Les membres élus occupent les postes suivants :

2.3 Le conseil exécutif se compose de 10 membres élus et d un membre d office. Les membres élus occupent les postes suivants : Règlements de la section locale du Bureau de la traduction (Adoptés le 15 août 2012) 1 RÔLE ET COMPOSITION DE LA SECTION LOCALE 1.1 La section locale Bureau de la traduction réunit tous les employés du

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes

Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes Q UA L I T É FI E F C AC ITÉ B N SA I L I T É O Le choix ouvre sur un monde de possibilités RES P Le système d accréditation de l IPPF Le respect de nos valeurs et de nos principes L engagement de l IPPF

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION AIRSOFT CONTACT

STATUTS DE L ASSOCIATION AIRSOFT CONTACT STATUTS DE L ASSOCIATION AIRSOFT CONTACT CONSTITUTION Article 1 er Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts

Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Association Catalogue Ouvert du Cinéma Statuts Le 1 janvier 2013, il est fondé entre les adhérents par les présents statuts une association, régie par la Loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août

Plus en détail

Budgétisation et gestion financière

Budgétisation et gestion financière Budgétisation et gestion financière PRATIQUE RECOMMANDÉE DE LA GFOA Planification financière à long terme (2009) (BUDGET) Contexte. La planification financière à long terme combine les prévisions financières

Plus en détail

MODALITÉS D APPLICATION DE LA «POLITIQUE RELATIVE À LA RECONNAISSANCE

MODALITÉS D APPLICATION DE LA «POLITIQUE RELATIVE À LA RECONNAISSANCE MODALITÉS D APPLICATION DE LA «POLITIQUE RELATIVE À LA RECONNAISSANCE D UN GROUPE DE RECHERCHE» DOCUMENT RECOMMANDÉ À LA COMMISSION DE LA RECHERCHE DU 24 NOVEMBRE 2004 ADOPTÉ AU CONSEIL ACADÉMIQUE DU 13

Plus en détail

ASSOCIATION SUISSE POUR LES DROITS DE LA FEMME. Statuts 2010. I. Généralités

ASSOCIATION SUISSE POUR LES DROITS DE LA FEMME. Statuts 2010. I. Généralités ASSOCIATION SUISSE POUR LES DROITS DE LA FEMME Statuts 2010 Nom et raison sociale Art. 1 Caractère Art. 2 I. Généralités L Association suisse pour les droits de la femme (ci-après appelée Association)

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public

Conseil d administration Genève, novembre 2006 PFA POUR DÉCISION. Les normes comptables internationales pour le secteur public BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.297/PFA/6 297 e session Conseil d administration Genève, novembre 2006 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION SIXIÈME QUESTION À

Plus en détail

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL)

BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) BCE INC. CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION (Y COMPRIS LA DESCRIPTION DES FONCTIONS DU PRÉSIDENT DU CONSEIL) Conseil d administration I. Mandat Le conseil d administration (le «conseil») de BCE Inc. (la

Plus en détail

Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR

Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR 1 Comité de Coordination de Lutte contre l infection due au Virus de l Immunodéficience Humaine REGLEMENT INTÉRIEUR Vu le décret n 2005-1421 du 15 novembre 2005 relat if à la coordination de lutte contre

Plus en détail

GÉOTHERMIE.CH Société suisse pour la géothermie

GÉOTHERMIE.CH Société suisse pour la géothermie Statuts de l'association GÉOTHERMIE.CH Société suisse pour la géothermie (ci-après «l'association») (Association de droit privé) Article 1 Dénomination, siège Sous l appellation GÉOTHERMIE.CH (Société

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du Comité de gestion du risque 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du Comité de gestion du risque 1 1 1. OBJECTIF (1) La principale fonction du Comité de gestion du risque est d aider le conseil d administration à s acquitter de ses responsabilités visant à définir l intérêt de la Banque CIBC à l égard

Plus en détail

Cahier des charges et procédure de nomination des Chefs de départements médicaux

Cahier des charges et procédure de nomination des Chefs de départements médicaux Cahier des charges et procédure de nomination des Chefs de départements médicaux Identification de la fonction Titre de la fonction : Rapporte au : Chef de département Directeur médical Critères d éligibilité

Plus en détail

Règlement intérieur. Sommaire

Règlement intérieur. Sommaire Règlement intérieur Sommaire Règlement intérieur... 1 TITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 2 1. Objet du règlement intérieur... 2 2. Procédure de modification du règlement intérieur de l association...

Plus en détail

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE)

COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) COMMISSION LOCALE DE L EAU (CLE) DU SAGE DE LA DOLLER - * REGLES DE FONCTIONNEMENT * - ADOPTE PAR LA CLE LE JOUR MOIS ANNEE MODIFIEE LE Remarque préliminaire : le décret d application de la Loi sur l Eau

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION SUB-SESSION

STATUTS DE L ASSOCIATION SUB-SESSION STATUTS DE L ASSOCIATION SUB-SESSION Etat au 5 février 2013 I. GENERALITES Définition Article 1 1. L Association Sub-Session est une association au sens des articles 60 et suivants du Code Civil Suisse.

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvée par le Conseil d administration le 28 août 2012 CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité est chargé d aider le Conseil à s acquitter de ses responsabilités

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE

POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE 15 MAI 2012 Document 212021 POLITIQUE SUR LE PROCESSUS OFFICIEL D ADOPTION DE NORMES DE PRATIQUE A. INTRODUCTION Le présent document énonce le processus et les critères définis par le Conseil des normes

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉGIE D ENTREPRISE

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉGIE D ENTREPRISE MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉGIE D ENTREPRISE 1. Constitution Le comité des ressources humaines et de régie d entreprise (le «comité») est un comité créé par le conseil d administration

Plus en détail

Règlement intérieur (4 février 2008) (I) Membres adhérents et membres observateurs. nomme un représentant en charge:

Règlement intérieur (4 février 2008) (I) Membres adhérents et membres observateurs. nomme un représentant en charge: Union International de Biophysique Pure et Appliquée Règlement intérieur (4 février 2008) (I) Membres adhérents et membres observateurs Chaque membre adhérent et chaque membre observateur de l Union nomme

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT Le Comité de vérification (le «Comité») du Conseil d'administration (le «Conseil») de la Société canadienne d'hypothèques et de logement (la «Société») a pour mandat

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail