Chartes éthiques et code de bonne conduite en matière de délinquance économique et financière: au-delà ou en deçà du droit?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Chartes éthiques et code de bonne conduite en matière de délinquance économique et financière: au-delà ou en deçà du droit?"

Transcription

1 Séminaire de travail: Les activités des sociétés transnationales et la nécessité de leur encadrement juridique Céligny, Genève, 4-5 mai Edition: CETIM/AAJ Chartes éthiques et code de bonne conduite en matière de délinquance économique et financière: au-delà ou en deçà du droit? par Pierre Lascoumes Directeur de recherche au CNRS, Groupe d analyse des politiques publiques (GAPP/UPR 268), Paris, France. En particulier en matière économique, toute régulation et toute transformation des cadres d action légitimes ne peuvent être réalisés indépendamment des acteurs privés. La mode actuelle des principes de «corporate governance» dans les entreprises s accompagne le plus souvent de la réalisation d un code de "bonnes pratiques" au sein de l'entreprise concernée. Les raisonnements libéraux vont plus loin en considérant que l essentiel des normes applicables aux acteurs économiques devrait reposer sur des régulations élaborées par des entreprises ou des organismes professionnels. Chaque sous-système social étant créateur de son ordre, c est à ce niveau qu il conviendrait d agir principalement. Et la puissance publique devrait laisser agir en n intervenant, éventuellement, qu en fin de processus pour valider et étendre ces régulations privées. I - La réflexion normative contemporaine a dépassé ce clivage simpliste entre régulations publiques et privées pour s attacher aux articulations et aux effets réciproques des différentes formes régulatrices, internes, collectives et publiques. Cependant l observation des pratiques montre que plus l acteur économique concerné est doté de puissance financière et sociale, plus sa capacité à maîtriser les règlent qui le concernent est importante 1. Ce premier niveau normatif est fondamental. Et un des principaux indicateurs du pouvoir social est certainement la capacité de l acteur à s auto-normer, c est à dire sa capacité à choisir, ou à négocier son propre cadre d action afin de réduire au maximum les incertitudes. Les stratégies internes de toutes les grandes sociétés transnationales illustrent parfaitement ce mouvement autonormatif. Mais les acteurs économiques ne sont pas atomisés. Plus que les autres acteurs sociaux, ils opèrent dans des réseaux, sur des marchés et au sein de secteurs professionnels bien structurés. Le deuxième niveau de régulation se situe dans ce qui était autrefois les «communautés de marchands» assurant l entraide autant que la discipline professionnelle. Ce sont aujourd hui les syndicats et associations professionnelles qui remplissent ce rôle. Depuis les premières compagnies de marchands, les «guildes» et «hanses» du Moyen-Age, les organisations professionnelles économiques ont compris que la meilleure défense normative était l attaque. Et que plus elles prendraient d initiative dans la régulation de leurs pratiques professionnelles, moins elles auraient à subir des contraintes qu elles n auraient pas choisi ou du moins amplement maîtrisé. D où la réalisation de codes de conduite modèles destinés à être repris et adaptés par les membres. 1 - Cette dynamique est particulièrement flagrante en matière fiscale et de concurrence. 1

2 II- Mais les régulations professionnelles n évoluent pas selon des lois spontanées, elles trouvent souvent leurs sources dans des situations de tensions particulières ou de crise. Le scandale Loockheed au début des années 70 a servi de révélateur à l importance des activités de corruption pour la conquête de marchés étrangers. Mais ces pratiques moralement réprouvées n étaient pas, alors, juridiquement sanctionnables dans le pays dont relevait l entreprise et seulement dans le pays où se réalisait l acte corrompu. Il est certain que le versement de 7 Millions de $ au parti conservateur japonais, n aurait pas suscité un tel débat public, si la contribution d une entreprise US au réarmement japonais n avait pas été contraire avec la politique étrangère US de l époque. L enquête parlementaire qui suivit cette affaire élargit le problème. Elle montra la fréquence de ces pratiques chez les grands exportateurs, Boeing reconnut le versement de 70M$ entre 70 et 76 pour la vente de ces avions. L industrie de l armement fut également mise en cause pour corruption, mais aussi pour les relations de connivence entretenues avec des fonctionnaires du Pentagone. La loi de 1977, «the Foreign Corrupt Practices Act» (FCPA) est la résultante directe de cette affaire politique. Deux mouvements se sont conjuguès depuis pour favoriser la multiplication des «codes de bonnes pratiques». - Tout d abord, un certain nombre de grandes entreprises US (et la plupart des transnationales) voulurent asseoir l image publique de leur société sur la probité. L engagement, des dirigeants, des cadres et parfois de tout le personnel, à respecter un ensemble de principes juridiques et moraux fut utilisé à la fois comme un système de management interne et comme un important outil de communication extérieur vers les consommateurs et les actionnaires. IBM a été par exemple la première grande entreprise à forger son image publique sur un certain rigorisme moral. D autres entreprises dont les activités avaient été critiquées, en particulier dans les pays en développement, comme United Fruit et Nestlé firent de grands actes de résipiscence publique, en proclamant, à l occasion de l adoption de «code de conduite» leur abandon du mal et leur entrée dans le bien. Les organisations patronales ont créé le «Business Conduct Guideliness Committee» qui regroupe les représentants des 200 principales entreprises US. Son rôle est d aider à la réalisation de guide de conduite et à centraliser l information en la matière. Cette mobilisation interne aux grandes entreprises fut renforcée par celle de différents organismes. Le premier à réagir fut l OCDE qui en 1976 promulga un code intitulé «Principes directeurs à l intention des entreprises multinationales» qui fixe des principes directeurs dans différents domaines (concurrence, politique sociale, fiscalité) et prohibe une série de comportements (paiements illicites, discrimination commerciale, ententes, refus d information). Le BIT puis l ONU fixèrent également des principes de référence. A l action de ces grands organismes s ajoute celle d organismes plus techniques en particulier les experts comptables. Entre 1978 et 1980 leur organisation nationale «American Institute of Certified Public Accountants» AICPA développa des standards de contrôle qui obligeaient les entreprises à faire apparaître explicitement les montants versés pour l achat de marchés ou pour la constitution de réserves à l étranger. La commission de contrôle des marchés boursiers (Security Exchange Commission) se positionna dans le même sens. D autres organismes professionnels en matière de comptabilité et de conseil financier agirent dans le même sens. 2

3 Ainsi fut mise en place une «commission nationale de révélation des versements frauduleux» (National Commission on fraudulent financial reporting) connue sous le nom de Treadway Commission. Elle recense les situations comptables problématiques, conseille les professionnels de l expertise comptable, incite au renforcement des contrôles internes aux entreprises et réalise des enquêtes sur la mise en œuvre de ses recommandations. Le mouvement s est étendu à tout le monde anglo-saxon. En Grande Bretagne des démarches du même type ont eu lieu. Le rapport Cadbury publié en 1992 propose un modèle de code définissant un ensemble de bonnes pratiques de "corporate governance" et qui fait une série de recommandations sur les conditions de sa mise en œuvre. Enfin, cette dynamique a également essaimé plus loin, vers des acteurs qui n avaient pas d intérêt aussi direct au développement de cette auto-surveillance. Un des exemples les plus récents que j ai trouvé est le Code de conduite réalisé par la FIDIC (fédération internationale des ingénieurs conseils) qui concerne entreprises dans le monde. Désireux d agir dans le sens d une moralisation des appels d offre internationaux et des conditions de passation des marchés publics en particulier dans les PED, ils ont réalisé en 1996 une charte devant inciter ces professionnels à des comportements intègres. La FIDIC a également pour cible la Banque Mondiale et exerce des pressions pour une meilleure transparence financière des prêts et de leurs usages. Enfin, des ONG comme Transparency International 2 qui mise sur l information des professionnels pour réduire les pratiques frauduleuses des entreprises et des Etats dans les échanges internationaux, plaide aussi pour la réalisation «d îlots d intégrité» qui passe par la réalisation de «code de conduite». L importance de ce mouvement international vient confirmer le poids de la «coutume commerciale» et le rôle décisif des très grandes entreprises et des organismes professionnels dans l élaboration des normes de régulation. Outre la question des effets de ces codes, une autre question se pose: dans quelle mesure ces codes sont-ils en relation avec les réglementations publiques? En sont-ils une simple traduction ou vont-ils au-delà et en sont-ils aussi une anticipation? III Pour répondre à ces questions il faut examiner le contenu de ces activités d autorégulation professionnelle et les problèmes posés par leur mise en œuvre. Les résultats de travaux encore peu nombreux permettent cependant de tracer quelques jalons pour la réflexion. En particulier deux études réalisées à près de vingt ans d intervalle ( ) permettent d avoir un regard rétrospectif sur les éventuelles évolutions. Sous différents angles ces travaux conduisent à s interroger sur la portée normative de ces documents. Une étude US publiée en 1982 fait l analyse de 250 Codes 3 : - la démarche apparaît autant une action de pure communication, qu une initiative à visée normative: 41% des documents ne constituent pas à proprement parler des codes de conduite professionnelle (lettres, brochure de présentation de l entreprise, extraits de rapport d activité, discours de dirigeants) ; les 59% exploitables émanent des «major companies», des leaders des grands secteurs industriels et financiers. Les dix principales banques US y figurent. - Les objectifs principaux affichés sont surtout la préservation de l image de marque de l entreprise (64%), puis le respect de l autorité interne (50%), enfin la prise en compte des erreurs passées et l amélioration des prises de décision (45%). Le respect des réglementations en vigueur ne figure que dans le tiers des cas. 2 - Créée en 1993 par des anciens de la Banque mondiale. 3 - D.R Cressey, C.A. Moore, Corporation codes of ethical conduct, NY, PMM Foundation 1980; D.R Cressey, «Self regulation in the control of white collar crime», Revue internationale de pénal, 1982, I, pp

4 - Les normes portent en interne sur la loyauté réciproque de l entreprise et des salariés, sur le respect des procédures et sur les obligations de révéler les pratiques anormales. - En externe les normes portent sur la sincérité des relations avec les autorités administratives (la question de la corruption n était pas à l époque systématiquement évoquée). Des principes du même type existent pour les relations avec les fournisseurs et les consommateurs. - Enfin, les trois quarts de ces codes s attachent à définir des règles de sanction pour la violation des clauses. Mais ils sont tous beaucoup plus précis dans la désignation des autorités de contrôle internes et dans les procédures de leur saisine que dans la définition des sanctions encourues. Ceux qui ont analysé ces codes relèvent de façon générale l imprécision des normes de conduite qui se ramènent souvent à des déclarations d intention, dont la sanction demeure très floue. L étude menée vingt ans plus tard par K. Gordon et M. Miyake dans le cadre de l OCDE ne débouche pas sur des conclusions radicalement différentes 4. Son objectif est l analyse du traitement de la corruption dans les marchés internationaux par l intermédiaire des codes de conduite. Ces auteurs ont rassemblé 246 codes dont 118 proviennent de grandes entreprises agissant au plan international (le reste du corpus est formé de modèles de code élaborés par des organisations professionnelles ou des ONG). Ils soulignent les points suivants: - les codes réalisés par les entreprises s inscrivent dans leur politique interne de mobilisation du personnel, de renforcement de leur système de gestion, et de communication. Les dispositions portent par ordre décroissant sur des questions: de relations sociales internes à l entreprise, de relations avec les consommateurs et sous-traitants, d environnement, de probité. - Le contenu des dispositions paraît avoir un contenu normatif faible : les comportements prohibés sont définis de façon vague, on parle de «tromperie des consommateurs», «d atteintes à l environnement», de «pots de vin» ou de «corruption sous toutes ses formes». Les références aux formulations juridiques existantes et même aux possibilités de sanction civile ou pénale pour ces comportements, restent très minoritaire. De même le contenu précis des engagements de l entreprise et de ses salariés demeure le plus souvent évasif. D où une frontière incertaine entre les pratiques considérées comme acceptables et celles qui sont réprouvées. Le plus souvent ces textes renvoient aux attitudes morales de chaque acteur: un commercial peut accepter un «cadeau dont la valeur n est pas excessive» ou bien en effectuer si cela «n apparaît pas comme une incitation à conclure un marché»; ou bien il y a référence aux normes pratiques professionnelles, les gratifications snt acceptables si elles sont «conformes à la norme en matière commerciale». - Les dispositifs de mise en œuvre concrets sont en général très peu développés de telle sorte que les codes ont le plus souvent une valeur proclamatoire sans qu il soit possible de comprendre ou de prévoir les modalités d application qu ils suscitent. Sur 118 codes d entreprises 55 (47%) seulement traitent explicitement des modalités de suivi. Ceux ci prennent la forme de procédures spécifiques (traçabilité des décisions, déclaration des situations de conflits d intérêt) et de programmes de contrôle de conformité. Enfin la quasitotalité des documents sont muets sur les sanctions encourues par le salarié récalcitrant. On 4 - K. Gordon, M. Miyake, «Deciphering Codes of Corporate Conduct: a review of their contents», OCDE 1999; «Le traitement de la corruption dans les codes de conduite d entreprise», OCDE, Affairisme, la fin du système, 2000, pp

5 peut au mieux en déduire que ce sont alors les pouvoirs de sanction disciplinaire habituels qui s appliquent, mais ce silence contribue à affaiblir encore le caractère normatif de tels documents. Tout ceci conduit à s interroger sur le sens donné par une entreprise à une telle démarche et sur l utilité qu elle lui attribue. Une enquête menée en 1992, par un des groupes de travail de la Treadway Commission, le COSO a livré un bilan très réservé sur le degré de réalisation des recommandations contenues dans ces documents. Une de leurs conclusions les plus intéressantes concerne le caractère réactif de l attitude de beaucoup d entreprises. Au-delà de leurs déclarations publiques, la plupart ne semblent vouloir renforcer leurs normes internes que sous la pression d une situation de crise, en particulier lorsqu elles sont prises en faute ou se heurtent à des problèmes internes graves. L'auto-régulation constitue davantage une réponse qu'une démarche d'anticipation. Même IBM qui se targuait de procédures scrupuleuses découvrit à l occasion des audits imposés en 1993 par l arrivée d une nouvelle équipe dirigeante des pratiques déviantes voire illicites: A l issue des audits effectués, IBM s est rendu compte de l évolution défavorable de la situation et a provoqué une forte prise de conscience Des actions spectaculaires ont eu pour effet de créer le choc psychologique permettant de repartir sur de bonnes bases. Audelà de la langue de bois institutionnelle on mesure l importance des écarts constatés entre le code de conduite interne (un des plus anciens) et l état des pratiques dans certaines succursales. Les effets à attendre de ces pratiques d auto-régulation demeurent à ce jour faibles dans la mesure où leur dimension d action de communication interne et externe prédomine, et en raison de l imprécision du contenu normatif des engagements. Il n y a donc pas concurrence avec les réglementations publiques, ni possibilité de substituer les premières aux secondes. On ne peut même pas en attendre un rôle d apprentissage par une transcription précise dans l univers de l entreprise de l état des règles publiques. Les libéraux promoteurs de ces Codes de bonne pratique ont donc beaucoup de chemin à accomplir pour donner une crédibilité à ces démarches. Et ceci d autant plus que les possibilités de sanction juridique de ces engagements volontaires reste très problématique comme l ont montré quelques situations contentieuses 5. Mais jusqu'où peut aller la formalisation des normes dans les codes de bonne pratique? La précision ne finit-elle pas par poser de nouveaux problèmes? En 1991 aux USA une directive en matière de jugement (Sentencing Guidelines) donna un statut particulier aux codes de conduite et aux programmes internes de mise en conformité avec les lois fédérales. En cas de poursuites, l existence d un programme effectif interne de normalisation, constitue un prérequis incontournable pour négocier une atténuation de la peine encourue. L effet incitatif fut immédiat, en particulier pour les pratiques comptables, en matière d hygiène et sécurité du personnel et vis à vis de l environnement. Mais une situation complexe et inattendue fut ainsi créée. En effet, l auto-surveillance, surtout si elle est bien menée, peut conduire à la découverte de pratiques problématiques, voire sanctionnables qui engagent la responsabilité civile ou pénale de l entreprise. Une controverse est en cours afin de déterminer dans quelle mesure les informations révélées par les systèmes 5 - K. Blanpain, The badger case and the OCDE guidelines for multinational entreprises, Ed. Kluwer, Amsterdam, 1977; V. Wester-Ousse, «le droit pénal face aux codes de bonne conduite», Rev. Sc. Criminelle, 2, avril-juin, 2000, pp

6 de régulation internes sont ou non susceptibles d être juridiquement utilisées contre elle par des actionnaires, des concurrents ou des agences de contrôle public. On le voit les systèmes d auto-régulation ne sont pas une panacée et sont susceptibles de générer des problèmes complexes. Ils peuvent cependant avoir une portée utile en tant que relais des réglementations publiques en diffusant leur contenu et en les opérationnalisant de façon précise selon les contraintes spécifiques aux différents domaines d activité. Pierre Lascoumes, directeur de recherche CEVIPOF-CNRS, avril

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM SOMMAIRE I. OBJET DE LA CHARTE ETHIQUE GROUPE... 1 II. DROITS FONDAMENTAUX... 1 1. Respect des conventions internationales... 1 2. Discrimination et harcèlement...

Plus en détail

Conscient de ces enjeux vitaux pour l entreprise, Vae Solis Corporate met tout en œuvre pour agir en conformité avec les plus hautes normes éthiques.

Conscient de ces enjeux vitaux pour l entreprise, Vae Solis Corporate met tout en œuvre pour agir en conformité avec les plus hautes normes éthiques. Charte éthique et anti-corruption 1. Préface d Arnaud Dupui-Castérès, président et fondateur de Vae Solis Corporate «L'intégrité est une condition essentielle dans la conduite des affaires et soutient

Plus en détail

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Lors de ses vœux aux corps constitués le 20 janvier dernier, le Président de la République a annoncé l élaboration

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE ACHATS

CHARTE ETHIQUE ACHATS Page : 1/5 CHARTE ETHIQUE ACHATS LES ENJEUX Les conflits d intérêts sont aujourd hui un thème essentiel du débat de société. Il convient de garantir l intégrité des achats et la saine concurrence entre

Plus en détail

Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel

Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel Secrétariat permanent de la Plateforme 7 mai 2014 Martin Boekstiegel Traduction non officielle du texte diffusé fin avril 2014 par le Conseil du Développement Durable (Allemagne) dans le cadre de la consultation

Plus en détail

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Crawford & Compagnie et toutes ses filiales à travers le monde sont soumises à certaines

Plus en détail

Service juridique (Bureau chargé des questions d éthique et de déontologie) Expert de domaine :

Service juridique (Bureau chargé des questions d éthique et de déontologie) Expert de domaine : Fonction/ Service : Service juridique (Bureau chargé des questions d éthique et de déontologie) Expert de domaine : Laurel Burke, Associées du dir. juridique. Conformité, laurel.burke@regalbeloit.com Première

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail

Corruption et ententes : quels risques encourus au regard des règlementations applicables? Pierre-François Wéry, Partner PwC Luxembourg

Corruption et ententes : quels risques encourus au regard des règlementations applicables? Pierre-François Wéry, Partner PwC Luxembourg Corruption et ententes : quels risques encourus au regard des règlementations applicables? Pierre-François Wéry, Partner PwC Luxembourg Agenda Définitions Contexte juridique lié à la corruption Contexte

Plus en détail

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE VIE L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

Code de Conduite des Fournisseurs de Microsoft

Code de Conduite des Fournisseurs de Microsoft Code de Conduite des Fournisseurs de Microsoft Microsoft aspire à être davantage qu une bonne entreprise elle souhaite être une grande entreprise. Pour atteindre cet objectif, nous nous sommes fixé pour

Plus en détail

ASPEN PHARMACARE HOLDINGS LIMITED ET SES FILIALES («Aspen», «le Groupe», «nous» ou «notre») CODE DE CONDUITE D ASPEN

ASPEN PHARMACARE HOLDINGS LIMITED ET SES FILIALES («Aspen», «le Groupe», «nous» ou «notre») CODE DE CONDUITE D ASPEN ASPEN PHARMACARE HOLDINGS LIMITED ET SES FILIALES («Aspen», «le Groupe», «nous» ou «notre») CODE DE CONDUITE D ASPEN La réputation et la crédibilité d Aspen reposent sur son engagement total à exercer

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE

CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE CHAPITRE 1 : LA PROFESSION COMPTABLE I. Organisation de la profession comptable Profession comptable Comptable s salariés Comptable s libéraux Comptable s publics A. Comptables salariés 1. La profession

Plus en détail

GROUPE BRACCO CODE ETHIQUE

GROUPE BRACCO CODE ETHIQUE GROUPE BRACCO CODE ETHIQUE Conscients de la manière dont de notre présence et nos activités influencent le bien-être économique et social de la communauté dont nous faisons partie, nous sommes, en tant

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

N'imprimez ce document que si nécessaire. Protégez l'environnement. Principes de Conduite ÉTHIQUE. des affaires. SPIE, l ambition partagée

N'imprimez ce document que si nécessaire. Protégez l'environnement. Principes de Conduite ÉTHIQUE. des affaires. SPIE, l ambition partagée Protégez l'environnement. N'imprimez ce document que si nécessaire Principes de Conduite ÉTHIQUE des affaires SPIE, l ambition partagée Les ENGAGEMENTS de SPIE LES 10 PRINCIPES DIRECTEURS COMPORTEMENT

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

Quel contrôle de gestion pour les ONG 1?

Quel contrôle de gestion pour les ONG 1? Quel contrôle de gestion pour les ONG 1? (Rémi Bachelet et Nathalie Claret) Dans le cadre de l atelier portant sur les nouveaux champs du contrôle de gestion, une réflexion sur la place de ce dernier dans

Plus en détail

PREVENIR LA CORRUPTION

PREVENIR LA CORRUPTION PREVENIR LA CORRUPTION APPLICATION DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION TUNIS SEPTEMBRE 2012 Dr. JEAN PIERRE BUEB EXPERT INTERNATIONAL 1 - QUELLE CORRUPTION? Bien préciser de quoi l

Plus en détail

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX Politique Groupe Keolis - Mai 2015 - Document à usage interne et externe RE Rappels des principes fondamentaux posés par le GUIDE ETHIQUE DE CONDUITE DES AFFAIRES

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

CODE DE DEONTOLOGIE INDICATION SUR LES PAIEMENTS INCORRECTS ET LA CORRUPTION

CODE DE DEONTOLOGIE INDICATION SUR LES PAIEMENTS INCORRECTS ET LA CORRUPTION CODE DE DEONTOLOGIE INDICATION SUR LES PAIEMENTS INCORRECTS ET LA CORRUPTION MAGNA INTERNATIONAL INC. INDICATIONS SUR LES PAIEMENTS INCORRECTS ET LA CORRUPTION Magna interdit la corruption et les paiements

Plus en détail

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION Philippe Montigny, Président, ETHIC Intelligence EIFR Paris, le 3 juillet 2013 1 Le monde a changé La responsabilité d une entreprise peut être engagée

Plus en détail

Rapport d audit interne

Rapport d audit interne Exercice social clos au 31/12/2004 Rapport d audit interne du Président du Conseil d administration de la Compagnie Financière de Deauville en application de l article 117 de la loi n 2003-706 du 1 er

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 UE 1 Médiation et communication dans les organisations 40h CM, 20h TD - 6 ECTS, coefficient 2 Session

Plus en détail

CHARTE É THIQUE GROUPAMA

CHARTE É THIQUE GROUPAMA CHARTE É THIQUE GROUPAMA 2 Message du directeur général Fidèle à son engagement de satisfaire ses sociétaires et ses clients en leur apportant le meilleur service au meilleur coût, Groupama a développé

Plus en détail

Formation anti-corruption destinée aux partenaires Microsoft

Formation anti-corruption destinée aux partenaires Microsoft Formation anti-corruption destinée aux partenaires Microsoft 1 Version française Bienvenue Bienvenue Bienvenue dans la Formation anti-corruption destinée aux partenaires Microsoft. Ce cours est destiné

Plus en détail

Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue

Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue Les présentes sont la traduction d un document en langue anglaise réalisée uniquement pour votre convenance. Le texte de l original en langue anglaise régira à tous égards vos droits et obligations. L

Plus en détail

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR INTRODUCTION A la suite de grands scandales financiers qui ont ébranlés le monde des affaires, les instances législatives et réglementaires des Etats Unis ont remis

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE

SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE SPECIALISATIONS DU MASTER GRANDE ECOLE Finance, Contrôle des Organisations Cette spécialisation se fonde sur la nécessité de prendre des décisions et/ou d organiser les différents processus au cœur de

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Contenu Contexte................................................................ 101 Examen du contrat........................................................

Plus en détail

Guide de Conduite Éthique des Affaires

Guide de Conduite Éthique des Affaires Guide de Conduite Éthique des Affaires Guide sur les Cadeaux et Marques d Hospitalité Suppléments spécifiques à la France inclus www.thalesgroup.com 2 Sommaire Savoir...3 Comprendre...5 Utiliser...6 Faire

Plus en détail

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION I. OBJET La corruption est interdite par le droit de presque tous les pays et territoires de la planète. Danaher Corporation («Danaher»)

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

Conférence de Presse. Mission d information sur les conditions de transfert des joueurs professionnels de football et le rôle des agents sportifs

Conférence de Presse. Mission d information sur les conditions de transfert des joueurs professionnels de football et le rôle des agents sportifs RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION des AFFAIRES CULTURELLES, FAMILIALES et SOCIALES Paris, le 20 février 2007 Conférence de Presse Mission d information sur les conditions de transfert des joueurs professionnels

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

La définition du droit du travail

La définition du droit du travail La définition du droit du travail Fiche 1 Objectifs Identifier l objet du droit du travail et les situations pour lesquelles le droit du travail doit s appliquer. Prérequis Introduction au droit. Mots-clefs

Plus en détail

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension

Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension Université ParisDauphine Démarche Prospective Métier Pub/Com : Enquête en extension L Observatoire des Métiers de la Publicité a confié à Luc Boyer et Aline Scouarnec, dans le cadre d une étude prospective,

Plus en détail

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers Ingo Fender (+41 61) 280 9458 ingo.fender@bis.org Michael S. Gibson (+1 202) 452 2495 michael.s.gibson@frb.gov Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

COMMENTARY. Les Risques Liés à la Corruption dans les Opérations de Fusions-Acquisitions

COMMENTARY. Les Risques Liés à la Corruption dans les Opérations de Fusions-Acquisitions Juillet 2012 JONES DAY COMMENTARY Les Risques Liés à la Corruption dans les Opérations de Fusions-Acquisitions Quels sont les principaux risques liés à la corruption encourus par les sociétés envisageant

Plus en détail

Norme PCI Septembre 2008. La norme PCI : transformer une contrainte en opportunité

Norme PCI Septembre 2008. La norme PCI : transformer une contrainte en opportunité Norme PCI Septembre 2008 La norme PCI : transformer une contrainte en opportunité Page 2 Sommaire 2 Synthèse 2 Une autre vision des exigences PCI 4 Corréler la conformité PCI avec votre stratégie globale

Plus en détail

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO Avril 2014 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 INTEGRITE DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES 4 DROITS DE L HOMME - DROITS FONDAMENTAUX AU TRAVAIL 5 Elimination de toute forme de travail

Plus en détail

L AUDIT DE L ETHIQUE DES AFFAIRES,

L AUDIT DE L ETHIQUE DES AFFAIRES, L AUDIT DE L ETHIQUE DES AFFAIRES, CROISEMENT DE L AUDIT SOCIAL ET DU CONTROLE INTERNE Michel JORAS CIRCEE Centre de recherche de l esce Enseignant chercheur à l Ecole Supérieure du Commerce Extérieur

Plus en détail

CODE DE CONDUITE. maintaining sensitiveness to and respect for the diverse social and cultural

CODE DE CONDUITE. maintaining sensitiveness to and respect for the diverse social and cultural ethical AND LAWFUL conduct in all countries where SGL Group operates while maintaining sensitiveness to and respect for the diverse social and cultural settings Loyalty to SGL Group fair polite and respectful

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES 3 AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances ont souscrit à l égard de leurs nombreux interlocuteurs:

Plus en détail

3.2. Rapport du Président du Conseil d administration

3.2. Rapport du Président du Conseil d administration 3. RAPPORT DE GESTION, ÉTATS FINANCIERS ET INFORMATIONS FINANCIÈRES COMPLÉMENTAIRES 3.2. Rapport du Président du Conseil d administration (article L.225-37 du Code de commerce) 3.2.1. RAPPORT DU PRÉSIDENT

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Cybersurveillance: quelle sécurité Internet en interne et en externe pour l entreprise? 23/03/2012

Cybersurveillance: quelle sécurité Internet en interne et en externe pour l entreprise? 23/03/2012 Cybersurveillance: quelle sécurité Internet en interne et en externe pour l entreprise? 1 INTRODUCTION La sécurité informatique: quelques chiffres Internet a crée 700.000 emplois sur les 15 dernières années

Plus en détail

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles.

Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Contributions françaises à la problématique internationale de la protection sociale des travailleurs informels et de leurs familles. Un groupe de travail se réunit sous la Présidence de Pierre BURBAN au

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage Organisation de la formation Ce document a pour objet de présenter le contenu des cours des deux années du Master Audit Contrôle Finance d entreprise

Plus en détail

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales

L autorité dans l entreprise et les fictions managériales Collège des Bernardins, Séminaire sur l autorité Département Sociétés humaines et responsabilités éducatives Séance du 15 Mai 2012 Intervenant et compte rendu : Malik Bozzo-Rey L autorité dans l entreprise

Plus en détail

Chapitre 3 Le modèle genevois d organisation du travail de maturité

Chapitre 3 Le modèle genevois d organisation du travail de maturité République et Canton de Genève Département de l'instruction publique Enseignement secondaire II postobligatoire TRAVAIL DE MATURITÉ : BASES RÉGLEMENTAIRES ET DÉROULEMENT DU TRAVAIL Résumé du rapport On

Plus en détail

CORRUPTION DANS LES TRANSACTIONS COMMERCIALES INTERNATIONALES

CORRUPTION DANS LES TRANSACTIONS COMMERCIALES INTERNATIONALES Page 1 sur 7 CORRUPTION DANS LES TRANSACTIONS COMMERCIALES INTERNATIONALES CORRUPTION DANS LES TRANSACTIONS COMMERCIALES INTERNATIONALES ET COMMISSIONS Longtemps la lutte conte la corruption au plan international

Plus en détail

«La prison est la seule solution pour préserver la société.»

«La prison est la seule solution pour préserver la société.» «La prison est la seule solution pour préserver la société.» Nous n enfermons rien d autre en prison qu une partie de nous-mêmes, comme d autres abandonnent sur le bord de la route leurs souvenirs encombrants

Plus en détail

Historiquement, la loi n 65-557 du

Historiquement, la loi n 65-557 du 04RL861-p472 25/06/08 10:03 Page 472 La dispense d ouverture d un compte bancaire séparé : tribulations RL>215 POUR POUVOIR APPRÉCIER LA PORTÉE DES OBLIGATIONS QUI PÈSENT AUJOURD HUI SUR LE SYNDIC, CONCERNANT

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub

Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub Chapitre 6 Les aspects juridiques de l'e-pub A. Publicité : généralités................................................... 149 B. Définition large de la publicité...........................................

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Le premier bilan de la médiation bancaire

Le premier bilan de la médiation bancaire Depuis plusieurs années, certains établissements avaient désigné, de leur propre initiative, des médiateurs pour régler les différends avec leur clientèle. La médiation bancaire, qui a été généralisée

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2015-1090 du 28 août 2015 fixant les règles constituant le code de déontologie applicable à certaines personnes exerçant

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

POLITIQUE CONTRE LA SUBORNATION ET LA CORRUPTION

POLITIQUE CONTRE LA SUBORNATION ET LA CORRUPTION Titre : Politique contre la subornation et la corruption de UL Numéro du Document : 00-LE-P0030 Version 2.0 Page 1 de 6 POLITIQUE CONTRE LA SUBORNATION ET LA CORRUPTION Titre : Politique contre la subornation

Plus en détail

ANNEXE 1 ARRÊTÉ N 2014-168 LE BUREAU,

ANNEXE 1 ARRÊTÉ N 2014-168 LE BUREAU, ANNEXE 1 SÉNAT ARRÊTÉ N 2014-168 LE BUREAU, - Vu l article 4 quater de l ordonnance n 58-1100 du 17 novembre 1958 relative au fonctionnement des assemblées parlementaires, - Vu la lettre du Président du

Plus en détail

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement

LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement BOÎTE À OUTILS GRH EN PME DOSSIER N 2 LE SCHÉMA DIRECTEUR DES RESSOURCES HUMAINES Adapter la GRH aux projets de développement de votre entreprise et à l évolution de son environnement Financée par le Conseil

Plus en détail

Exercice 2005. Mesdames, Messieurs,

Exercice 2005. Mesdames, Messieurs, SQLI Société anonyme à Directoire et Conseil de surveillance Au capital social de 1.332.339,15Euros Siège social : Immeuble Le Pressenssé 268, avenue du Président Wilson 93200 La Plaine Saint-Denis RCS

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg

LES DROITS CULTURELS. Déclaration de Fribourg LES DROITS CULTURELS Déclaration de Fribourg Les droits culturels, Déclaration de Fribourg, page 2 considérants 1 principes fondamentaux 2 définitions justifications principes et définitions 3 identité

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

DROIT DE LA CONCURRENCE

DROIT DE LA CONCURRENCE DROIT DE LA CONCURRENCE DE L INTERET POUR UNE ENTREPRISE D ADOPTER UN PROGRAMME DE Sarah TEMPLE-BOYER & Laure MAROLLEAU Avril 2012 Le 10 février 2012, l Autorité française de la concurrence («ADLC») a

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION

LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION LE DOCUMENT UNIQUE DE DELEGATION 1 Document Unique de Délégation Un document qui permet de définir les responsabilités : civiles - pénales Des dirigeants pleinement conscients de leur périmètre de responsabilité,

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Lignes directrices sur la lutte contre la corruption. Octobre 2014. Agence japonaise de coopération internationale (JICA)

Lignes directrices sur la lutte contre la corruption. Octobre 2014. Agence japonaise de coopération internationale (JICA) Lignes directrices sur la lutte contre la corruption Octobre 2014 Agence japonaise de coopération internationale (JICA) 1 Table des matières I Introduction II Objet et principes généraux III Définition

Plus en détail

LESPORT ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER

LESPORT ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER CNOSF/DPPI 1 ÊTRE VIGILANT POUR PRÉSERVER LESPORT LES PARIS SPORTIFS SUR INTERNET PEUVENT SERVIR DE SUPPORT AUX ORGANISATIONS CRIMINELLES POUR LE BLANCHIMENT D ARGENT. Le blanchiment consiste à injecter

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

CHARTE des RELATIONS. entre. les PARTENAIRES. La BANQUE ALIMENTAIRE. BEARN et SOULE

CHARTE des RELATIONS. entre. les PARTENAIRES. La BANQUE ALIMENTAIRE. BEARN et SOULE CHARTE des RELATIONS entre les PARTENAIRES de La BANQUE ALIMENTAIRE en BEARN et SOULE 2 PRÉAMBULE La présente CHARTE vise à définir les relations entre les partenaires sur la base de principes partagés

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE

CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS CHARTE DE DÉONTOLOGIE CODE DE CONDUITE DES AGENTS IMMOBILIERS ET CHARTE DE DÉONTOLOGIE 26 AVENUE VICTOR HUGO 75116 PARIS Tél.: 01-53-64-91-91 Fax.: 01-53-64-91-92 www.snpi.com PRÉAMBULE Le SNPI, organisme professionnel national

Plus en détail

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international.

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international. Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international Réflexions Hans Corell Ancien Secrétaire général adjoint aux affaires

Plus en détail

LE RAFP. Un investisseur de long terme,

LE RAFP. Un investisseur de long terme, LE RAFP Un investisseur de long terme, SOMMAIRE 04_ L investissement socialement responsable 06_ Une politique ISR au cœur du développement du Régime 08_ Une politique d investissement de long terme 09_

Plus en détail

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international 1 LES ENJEUX DE LA FONCTION R.H. Environnement : La mondialisation L accélération des changements L incontournable performance Le

Plus en détail

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES CODE DE CONDUITE LE PRÉSENT CODE DE CONDUITE EST FONDÉ SUR LES VALEURS DE GMI- DISTRIBUTION. IL A POUR OBJET DE GARANTIR QUE L ENSEMBLE DES EMPLOYÉS, DES GESTIONNAIRES ET DES DIRIGEANTS DE GMI-DISTRIBUTION

Plus en détail

IBM Software Business Analytics. IBM Cognos FSR Automatisation du processus de reporting interne

IBM Software Business Analytics. IBM Cognos FSR Automatisation du processus de reporting interne IBM Software Business Analytics IBM Cognos FSR Automatisation du processus de reporting interne 2 IBM Cognos - FSR Automatisation des processus de reporting interne IBM Cognos Financial Statement Reporting

Plus en détail

Présentation de la lutte contre la corruption. Un guide de formation pour les entreprises qui font affaire avec Abbott

Présentation de la lutte contre la corruption. Un guide de formation pour les entreprises qui font affaire avec Abbott Présentation de la lutte contre la corruption Un guide de formation pour les entreprises qui font affaire avec Objet s attache à mener ses activités de façon éthique et en conformité avec la Loi et la

Plus en détail

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude:

La création d une agence autonome présenterait les avantages et inconvénients suivants, recensés à travers l étude: RÉSUMÉ Contexte de l étude Le 4 septembre 2003, le Parlement européen a adopté une résolution contenant des recommandations à la Commission sur les langues européennes régionales et moins répandues les

Plus en détail