Éthique des Affaires. Responsabilisation Minerais du Conflit. Droits de l'homme Environnement Physique Environnement Social.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Éthique des Affaires. Responsabilisation Minerais du Conflit. Droits de l'homme Environnement Physique Environnement Social."

Transcription

1 EXTRACTIVE SERVICE DES RESSOURCES Responsabilisation Minerais du Conflit Éthique des Affaires Bonne Gouvernance Droits de l'homme Environnement Physique Environnement Social FORDFOUNDATION

2 Ethiques Des Affaires Ethiques Des Affaires: Defis Et Opportunites Dans Les Secteurs Mineraux, Petroliers Et Gaziers En Afrique De L'ouest Centre Africain pour la Transformation Economique (ACET) Introduction Le développement durable en Afrique est de plus en plus lié à la capacité du continent à concurrencer sur les marchés mondiaux, à développer ses ressources internes, et à promouvoir la croissance de ses entreprises locales qui créent de la richesse, des emplois, et des opportunités économiques. Etant donné que l'extraction et le traitement des ressources naturelles sont le moteur de ce processus dans de nombreux pays, l'éthique des affaires est devenue un facteur important de la concrétisation des ambitions africaines pour le développement durable, surtout en ce qui concerne la passation des marchés de financement de projets et l'accès aux marchés mondiaux. Définitions L'éthique des affaires concerne les règles morales et normatives qui encadrent les façons de faire les affaires. Ces règles portent principalement sur la gouvernance interne des entreprises, leur réactivité aux préoccupations sociétales plus générales, leurs engagements vis-à-vis des employés, et leur volonté de contribuer équitablement aux sociétés et communautés d'accueil. Ceci dit,, bien que les gouvernements soient responsables de la création d'un cadre juridique qui encourage les entreprises éthiques, l'exploitation éthique n'est pas toujours synonyme de fonctionnement légal. En effet les entreprises cherchent souvent des échappatoires qui leur permettent d'éviter les responsabilités éthiques sans crainte de sanction légale. Parmi les incidences de cette envergure on peut citer la délocalisation et l'évasion fiscales, la transparence limitée, et la corruption. L'éthique des affaires au ème siècle met l'accent premièrement sur la corruption, la fiscalité, la transparence en matière des revenus, et les flux financiers illicites qui sont l'objectif principal de ce document. Mise en contexte de l'éthique des affaires Historiquement l'éthique des affaires étaient motivée par des impératifs plutôt moraux que purement commerciaux. Récemment, toutefois, il est devenu outil potentiel pour certaines entreprises d'obtenir un avantage concurrentiel sur les autres. Pour une raison, l'éthique est devenue plus importante pour les consommateurs qui parfois punissent les marques associées à un comportement contraire à l'éthique et à récompenser d'autres pour un comportement éthique. L'éthique des affaires a également été amenée à jouer un rôle plus important pour les entreprises qui cherchent un avantage concurrentiel en garantissant l'accès durable à l'approvisionnement en matières premières. Et enfin, les normes de l'éthique des affaires sont devenus un facteur important dans la détermination de la capacité des entreprises à obtenir des capitaux soit par le système bancaire, auprès des institutions financières internationales comme la Banque Mondiale, les émissions obligataires, soit par le commerce d'actions cotées en bourse. Défis de l'ethique D'Entreprise au Secteur Extractif de la CEDEAO Les activités extractives multinationales ont été étroitement associées aux échecs économiques et parfois politiques des pays riches en ressources naturelles en Afrique au cours de la seconde moitié du 0e siècle. Mais les normes éthiques au secteur extractif se sont considérablement améliorés au cours de la dernière décennie. Subornation et Corruption Une gouvernance efficace varie énormément entre et au sein des Etats membres de la CEDEAO. Toutefois, la corruption reste omniprésente. Tandis que le Ghana, le Libéria, et le Burkina Faso sont nettement moins corrompus que les autres membres de la CEDEAO, Transparency International a classé le Cap-Vert de ne pas avoir un «problème de corruption grave».la Côte d'ivoire, le Nigeria, la Guinée et la Guinée-Bissau en revanche sont classés comme ayant une corruption endémique, dont les niveaux de corruption sont comparables à ceux des "États en déroute et défaillants» comme le Soudan et la Somalie. Les niveaux de corruption dans les Etats de la CEDEAO correspondent à peu près à la robustesse des systèmes et institutions de gouvernance interne, qui sont généralement à un niveau bas. Ainsi, les entreprises qui cherchent à opérer selon des normes éthiques élevés risquent de se trouver dans une situation désavantageuse par rapport à d'autres qui sont prêts à agir sans contraintes similaires. Étant donné que les entreprises opèrent dans des environnements créés, policés, et gérés par les gouvernements, les efforts du secteur privé pour lutter contre la corruption sont finalement soumis à la détermination des gouvernements à faire de même. Les gouvernements, en d'autres mots, donnent le ton de l'éthique des affaires. L'échec relatif des gouvernements à lutter contre la corruption dans plusieurs pays de la CEDEAO est l'une des raisons pour le développement de la législation transnationale agressive par des pays comme les Etats- Unis et le Royaume-Uni en vue de lutter contre la corruption ainsi que la genèse des programmes tels que l'initiative de Transparence des Industries Extractives et la Charte des Ressources Naturelles discuté cidessous.

3 Ethiques Des Affaires Sécurité, Conflit, et Ethique des Affaires Les situations de sécurité variables à travers la CEDEAO posent des défis considérables à l'éthique des affaires. Bien que différents mécanismes existent pour contrôler l'exploitation et le commerce des ressources naturelles dans les zones de conflit, il n'en demeure pas moins que cette exploitation est là. La réglementation de l'état est généralement inversement proportionnelle au risque de sécurité. Par exemple, les mines d'or au Mali, en Côte d'ivoire, dans certaines régions du Nigeria, au Sénégal, au Ghana et en Guinée sont très peu réglementées, ce qui entraîne une perte importante de revenus à leurs gouvernements respectifs, et sont occasions manquées pour utiliser ces ressources en faveur du développement durable. En outre, l'instabilité continue, les intérêts des entreprises et des organisations qui profitent du commerce non réglementé se pérennisent, et les revenus générés sont réinvestis dans le maintien du statu quo. Secteur Minier Artisanal et à Petite Echelle (ASM) Le secteur ASM est en grande partie non réglementé et par conséquent sert de zone de reproduction pour les entreprises opposées à l'éthique et les flux financiers illicites. La CEDEAO abrite environ millions de mineurs artisanaux, principalement dans les secteurs de l'or et de diamants. L'ampleur de ces opérations est difficile à établir compte tenu de l'absence de réglementation. Mais les observateurs s'accordent pour dire que les valeurs sont importantes. Ceci aussi s'ajoute considérablement au besoin d'investissement public à grande échelle dans le secteur en vue de la formalisation puisque la valeur d'un secteur ASM efficace et organisé qui pourrait contribuer à la fisc par l'impôt et les redevances facilement l'emportera sur les coûts de l'intervention efficace en vue de la réglementation. Tout aussi important, la formalisation du secteur serait également susceptible de réaliser l'amélioration des conditions de travail et de revenu pour ceux qui travaillent au front de taille stimulant ainsi la croissance économique secondaire d'une manière plus durable et réduisant considérablement les sorties nettes de revenus. Flux Financiers Illicites (IFF) Selon le rapport de la Banque Africaine de Développement depuis plus de 0 ans ( ), l'afrique a perdu près d', milliard de dollars en valeur par la fuite illicite des capitaux. La plupart de ces fuites de capitaux sont de nature illégale et étaient dues à la corruption, aux pots de vin, à la fraude fiscale, et à d ' a u t r e s a c t i v i t é s c o m m e r c i a l e s i l l i c i t e s transfrontalières. L'Afrique Occidentale et Centrale ont dépassé les autres régions dans son échelle des flux illicites à 9 milliards de dollars (7%), suivies par l'afrique du Nord (5,6 milliards de dollars US, ou %) et l'afrique du Sud (70 milliards de dollars ou 7%). Ces flux financiers illicites peuvent prendre une grande variété de formes, et dans le contexte de l'industrie extractive de la CEDEAO, les niveaux de risque en termes de corruption, d'exploitation illégale et de fraude fiscale varient à travers les différents domaines de l'industrie extractive. Ces risques sont résumés dans les tableaux cidessous. SECTEUR Pétrole Risques IFF dans les différents segments du Secteur Extractif de la CEDEAO NIVEAU DE RISQUE Corruption Élevé, en raison de la confidentialité et la concentration de la prise de décision et du suivi Exploitation Illégale Elevé, en raison de comptage, siphonnement et ravitaillement biaisés Evasion Fiscale Moyen, en raison de l'homogéneité des prix internationaux selon la qualité du pétrole Gaz Exploitation Minière Industriellel Exploitation Minière Artisanale Moyen, en raison d'options de marché restreintes Elevé, en raison de la confidentialité et la concentration de la prise de décision et du suivi Moyen pour Corruption grave, mais élevé pour corruption à la sauvette, en raison du flux diffus de Faible,puisque le vol de gaz s'avère difficile,sauf au centre de transit avant les marchés hubs Faible, sauf aux niveaux de calibrage et de broyage de minérai Elevé, en raison d'accès gisements et de suivi difficiles. aux Elevé, puisque les prix de gaz varient considérablement en raison de la des marchés fragmentés. Elevé à cause de mauvaise évaluation des transferts. Elevé, du fait de la contrebande Ibid.

4 Ethiques Des Affaires Évitement et Evasion Fiscaux L'Africa Progress Panel estime que la perte fiscale coûte à l'afrique subsaharienne 6 milliards de dollars par an. Compte tenu de l'importance du secteur de l'extraction en tant que contributeur au chiffre d'affaires et de par sa nature de forte intensité de capital, il est la principale source de la perte de fiscalité dans l'espace CEDEAO. L'Africa Progress Panel soutient que l'ampleur du problème est telle que si ces recettes sont capturées, l'afrique dans son ensemble serait en mesure de répondre à tous les objectifs clés du millénaire pour le développement. Bien que les chiffres tels que ceux produits par le Panel soient de nature spéculative, il est clair que le problème est à grande échelle et en outre, que de nombreuses banques occidentales et non-occidentales et entreprises de conseil sont au moins partiellement complices en facilitant les sorties de revenus au moyen de l'offre des paradis fiscaux ou par la prestation de services de conseil à cette fin. Ethique des Affaires et Normes de Gouvernance Les normes de gouvernance peuvent prendre les formes de standards normatifs (mais non-statutaires locaux ou internationaux, normes statutaires opérant au niveau national, et normes de gouvernance interne au sein des entreprises individuelles (qui à leur tour reflètent généralement des contextes externes). Comme indiqué dans la section, la gouvernance nationale est essentielle à la création d'un environnement propice à l'éthique des affaires, et au sein de la CEDEAO ceux-ci sont généralement faibles. Etant donné ces faiblesses, il ya eu un certain nombre de grandes initiatives internationales visant à améliorer les normes de gouvernance dans les pays en tenant les gouvernements plus responsables envers leurs citoyens, en limitant les possibilités pour les fonctionnaires d'abuser de leur poste, et en sanctionnant les entreprises qui opèrent contrairement à l'éthique. Les normes d'éthique d'affaires ont considérablement évolué depuis la fin de la guerre froide à mesure que les entreprises multinationales accroissent considérablement leur influence mondiale et ce avec leurs impacts sociaux et économiques. Une série d'initiatives visant à prévenir les comportements contraires à l'éthique de la part des entreprises ont été mises au point. Il s'agit notamment d'initiatives internationales de grande envergure visant à maintenir des normes éthiques, des initiatives régionales et nationales de gouvernance et réglementaires, des protocoles volontaires qui ont gagné en légitimité, et le développement des statuts spécifiques au pays -comme la Loi-Anti Corruption du Royaume-Uni- qui ont une portée internationale. Parmi ces normes et initiatives sont les suivantes: Ÿ Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE) Ÿ Directives OCDE, y compris les Directives OCDE pour les Entreprises Multinationales, Principes OCDE pour la Gouvernance d'entreprise et Principes pour Renforcer l'intégrité dans les Marchés publics Ÿ Chambre de Commerce Internationale (CCI) Règles de Conduite et Recommandations pour la Lutte contre l'extorsion et la Corruption Ÿ Forum Economique Mondial-Initiative de Partenariat Contre la Corruption (PACI) Ÿ Initiative de la Banque Mondiale pour le Recouvrement des Avoirs Volés (StAR). Ÿ Convention des Nations Unies contre la Corruption Ÿ Convention de l'ua sur la Prévention et la Lutte contre la Corruption Ÿ Le Protocole de la CEDEAO sur la Lutte contre la Corruption de la Communauté Economique des États de l'afrique de l'ouest Ÿ Principes de Transparency International (TI) pour Contrer la Corruption Ÿ La Loi sur la corruption (UK) Ÿ Foreign Corrupt Practices Act (États- Unis) Ÿ Le Dodd-Frank Act-section 50 (USA) Gouvernance d'entreprise La plupart des multinationales de grande envergure ont maintenant mis en place des systèmes internes rigoureux de gouvernance sur l'éthique des affaires. Ces systèmes, principalement mis en place en raison de la menace de sanction juridique et des exigences des investisseurs, se concentrent notamment sur les flux financiers illicites et la corruption, étant donné la sanction légale potentielle à laquelle sont exposés les hauts dirigeants et administrateurs non exécutifs dans certaines juridictions. Quoi qu'il en soit, il existe un degré trop élevé de variance entre les normes éthiques des différentes entreprises. De petites sociétés, même celles qui sont soumises à la réglementation boursière, sont souvent assez petites pour éviter le même genre d'examen critique auquel les grandes entreprises opérant sur les marchés émergents sont soumises. Africa Progress Panel Report 0 See for example Action Aid's recent report on Barclays Bank

5 Ethiques Des Affaires Conclusions et Recommandations Les avantages généraux de garantir des normes élevés d'éthique des affaires à travers le secteur de l'extraction de la CEDEAO sont clairs. Réduire les flux financiers illicites contribuera énormément aux ressources de l'état et, en conséquence la capacité des États membres à déployer des capitaux supplémentaires à des initiatives plus générales de développement dirigées par l'état. De même il soutiendra le développement du secteur privé en créant un environnement opérationnel plus transparent et à faible risque, plus propice à attirer le genre d'investissement étranger direct à long terme susceptible de faire le plus grand impact. Gouvernance Le plus grand obstacle à ce que les questions d'éthique des affaires ne nuisent au développement durable est une corruption endémique aux niveaux national et régional au sein de la CEDEAO. Alors qu'une gouvernance d'entreprise saine et des initiatives internationales peuvent avoir une incidence sur tout ceci, le succès potentiel de ces initiatives est finalement subordonné à la détermination des gouvernements de la CEDEAO à prendre les mesures nécessaires pour éradiquer la corruption. À cette fin, il est recommandé que le Protocole de la CEDEAO sur la Lutte contre la Corruption de la Communauté économique des États de l'afrique de l'ouest soit ratifié sans plus tarder et qu'un calendrier précis pour sa mise en œuvre complète soit élaboré et adopté. Approches Régionales Etant donné que des soucis d'éthique des affaires se manifestent principalement par des flux financiers illicites, il est clair qu'une approche régionale coordonnée est nécessaire. Les systèmes de réglementation doivent être harmonisés et le maintien de l'ordre transnational et les systèmes de réglementation doivent être développés. Le WAUTI fournit une infrastructure pour cela, et le processus peut facilement être piloté par la CEDEAO. La coopération internationale doit cependant aller audelà de la CEDEAO et aux paradis fiscaux comme l'île Maurice. Imposition Prévenir l'évasion fiscale est presqu' impossible. Toutefois, des mesures concertées peuvent être prises pour rendre ceci plus difficile à exécuter. Dans le cadre de la CEDEAO une approche harmonisée de la politique fiscale aidera énormément à réaliser ceci, comme le ferait un processus de révision de la politique dynamique visant à réprimer la délocalisation. Comme la majorité de la délocalisation de l'ua passe par l'ile Maurice, c'est une bonne occasion pour la CEDEAO comme entité de négocier un accord fiscal avec l'île Maurice par l'ua, tout comme le Kenya a fait avec un certain succès. En outre, il ya l'option d'élaborer des protocoles spécifiques visant à prévenir la délocalisation dans le cadre de la licence pour le processus de fonctionnement des extractives et d'autres industries d'intérêt national. De même, il existe des possibilités de réglementer davantage le rôle des banques et d'autres institutions impliquées dans le financement et le traitement des revenus du secteur extractif. Transparence des Revenus La transparence des revenus est un outil important pour aider à tenir les gouvernements responsables devant leurs citoyens. Bien qu'il y ait une pression croissante des organisations internationales et multinationales exposées au risque de réputation et juridique, la vraie transparence en fin de compte dépend de la volonté des gouvernements à faire et à respecter ses engagements à cet égard. Gouvernance d'entreprise Bien que les sociétés aient fait des progrès considérables vers le développement des structures de gouvernance interne pour traiter l'éthique des affaires, les gouvernements peuvent jouer un rôle beaucoup plus proactif. La CEDEAO a la possibilité de s'appuyer sur le cadre de gouvernance interne développé par le rapport du Roi en Afrique du Sud et d'exiger sa mise en œuvre dans la région. Exploitation Minière Artisanale et à Petite Echelle La formalisation de ce secteur offre une formidable opportunité pour remédier aux violations des droits en cours, générer des revenus pour l'état, et aider le développement local durable. Le coût serait minime par rapport à la valeur potentielle que ce processus pourrait générer. La nature du secteur ASM est telle qu'elle bénéficierait d'une approche à l'échelle régionale menée par la Commission de la CEDEAO.

Les Flux Financiers Illicites et la Question des Transferts nets de Ressources en Provenance de l Afrique, 1980-2009

Les Flux Financiers Illicites et la Question des Transferts nets de Ressources en Provenance de l Afrique, 1980-2009 Les Flux Financiers Illicites et la Question des Transferts nets de Ressources en Provenance de l Afrique, 1980-2009 Rapport Conjoint Banque Africaine de Développement ET Global Financial Integrity Mai

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

Conscient de ces enjeux vitaux pour l entreprise, Vae Solis Corporate met tout en œuvre pour agir en conformité avec les plus hautes normes éthiques.

Conscient de ces enjeux vitaux pour l entreprise, Vae Solis Corporate met tout en œuvre pour agir en conformité avec les plus hautes normes éthiques. Charte éthique et anti-corruption 1. Préface d Arnaud Dupui-Castérès, président et fondateur de Vae Solis Corporate «L'intégrité est une condition essentielle dans la conduite des affaires et soutient

Plus en détail

INCITATIONS FISCALES EN AFRIQUE DE L'OUEST

INCITATIONS FISCALES EN AFRIQUE DE L'OUEST 4 INCITATIONS FISCALES EN AFRIQUE DE L'OUEST Cette partie du rapport procède à une brève analyse d'une autre opportunité manquée d'accroître la base fiscale dans l'espace CEDEAO : les avantages fiscaux.

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 Pour le recrutement d un Consultant International

Plus en détail

LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES

LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES François Ossama Prix RFI NET AFRIQUE 2006 du Meilleur site Internet Africain Chef de la Cellule Informatique du MINDUH Président du Réseau

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

CODE DE CONDUITE À L'ADRESSE DU FOURNISSEUR

CODE DE CONDUITE À L'ADRESSE DU FOURNISSEUR CODE DE CONDUITE À L'ADRESSE DU FOURNISSEUR Weatherford s'est forgé la réputation d'une entreprise exigeant que chacune de ses transactions commerciales se fasse dans le respect des pratiques d'éthique

Plus en détail

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée

Principes de liberté d'expression et de respect de la vie privée L'Initiative mondiale des réseaux Protéger et faire progresser la liberté d'expression et le respect de la vie privée dans les technologies de l information et de la communication Principes de liberté

Plus en détail

Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc

Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc Commission juridique et fiscale Harmonisation fiscale dans les pays de la Zone Franc Réunion du 3 février 2010 au Cabinet CMS Bureau Francis Lefebvre CEMAC = 40,11 millions habitants UEMOA = 92,087 millions

Plus en détail

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé

Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne. Résumé Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Résumé 1 Rapport 2012 de l Observatoire de la téléphonie mobile en Afrique subsaharienne Au cours de la dernière décennie,

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT. accompagnant la COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 4.10.2012 SWD(2012) 291 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L ANALYSE D IMPACT accompagnant la proposition de règlement du Parlement européen

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION I. OBJET La corruption est interdite par le droit de presque tous les pays et territoires de la planète. Danaher Corporation («Danaher»)

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par B.O. Oramah Vice président (développement commercial et financement de projet d'entreprise) Banque Africaine d'import-export Présenté au séminaire 2014

Plus en détail

Les économies de l Afrique de l Ouest : un portrait statistique

Les économies de l Afrique de l Ouest : un portrait statistique Les économies de l Afrique de l Ouest : un portrait statistique Ce bref portrait statistique porte sur l Afrique de l Ouest, région qui regroupe ici les quinze pays membres de la CEDEAO (Communauté Economique

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.12.2011 SEC(2011) 1611 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT Accompagnant le document Proposition de règlement du Parlement

Plus en détail

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Programme des Nations Unies pour le développement LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Les élections

Plus en détail

Développer les échanges dans les services bancaires et d assurance au sein de la Zone monétaire de l Afrique de l Ouest

Développer les échanges dans les services bancaires et d assurance au sein de la Zone monétaire de l Afrique de l Ouest Développer les échanges dans les services bancaires et d assurance au sein de la Zone monétaire de l Afrique de l Ouest Afrique Notes de politique commerciale Note 24 Thilasoni Benjamin Musuku, Patrick

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

L'Afrique peut-elle devenir le nouvel atelier du monde à l'horizon 2050? Quelques conditions préalables

L'Afrique peut-elle devenir le nouvel atelier du monde à l'horizon 2050? Quelques conditions préalables La partie de l'image avec l'id de relation rid2 n'a pas été trouvé dans le fichier. L'Afrique peut-elle devenir le nouvel atelier du monde à l'horizon 2050? Quelques conditions préalables Contribution

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO COMMUNIQUE DE PRESSE PRESS RELEASE "Ebola constitue une menace pour toutes les entreprises: il nous faut donc soutenir la lutte contre le virus Ebola" N 241/2014 Abuja, le 12 Decembre 2014 OUVERTURE A

Plus en détail

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015

Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Déclaration des Parlementaires africains sur les Objectifs du Millénaire pour le développement et l'ordre du jour du développement post 2015 Les parlementaires africains Reconnaissant que les parlements

Plus en détail

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises

NOVEMBRE 2013. Dossier de presse. Société Générale, 1 er réseau de banque universelle. en Afrique au service des Entreprises NOVEMBRE 2013 Dossier de presse Société Générale, COMMUNIQUÉ DE PRESSE Casablanca, le 21 novembre 2013 Présent dans 16 pays africains, le groupe Société Générale présente un positionnement unique, qui

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Service Consolidation de la Paix (S3.1) Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Introduction Pour exécuter et renforcer la politique étrangère,

Plus en détail

Le PROGRAMME ENVIRONEMENT D INTERPOL

Le PROGRAMME ENVIRONEMENT D INTERPOL Le PROGRAMME ENVIRONEMENT D INTERPOL INTERPOL Organisation International de Police Criminelle crée en 1923 siège a Lyon ( France).190 pays membres, 6 BR( Bureau Régional), 1 Bureau de liaison a Bangkok

Plus en détail

Questionnaire Entreprises et droits humains

Questionnaire Entreprises et droits humains Membres du Avec & Asset Management Questionnaire Entreprises et droits humains 1 2 Présentation des organisations Le CCFD-Terre Solidaire est la première association française de développement. Elle a

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs?

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Me Pierre MARLY Avocat CMS Bureau Francis Lefebvre E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com 1 - Le cadre

Plus en détail

Vers un durcissement des conditions d application de la Directive mère-filiale?

Vers un durcissement des conditions d application de la Directive mère-filiale? Vers un durcissement des conditions d application de la Directive mère-filiale? La commission européenne a publié le 25 novembre 2013 une proposition de modification de la directive n 2011/96/UE, autrement

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Avis de consultation

Avis de consultation Avis de consultation Introduction Conformément aux traités de l UE, les décisions relatives à la politique commerciale sont prises au niveau de l UE. Les représentants des gouvernements des États membres

Plus en détail

Corruption et ententes : quels risques encourus au regard des règlementations applicables? Pierre-François Wéry, Partner PwC Luxembourg

Corruption et ententes : quels risques encourus au regard des règlementations applicables? Pierre-François Wéry, Partner PwC Luxembourg Corruption et ententes : quels risques encourus au regard des règlementations applicables? Pierre-François Wéry, Partner PwC Luxembourg Agenda Définitions Contexte juridique lié à la corruption Contexte

Plus en détail

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO Avril 2014 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 INTEGRITE DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES 4 DROITS DE L HOMME - DROITS FONDAMENTAUX AU TRAVAIL 5 Elimination de toute forme de travail

Plus en détail

Le capital-investissement en Afrique

Le capital-investissement en Afrique Neuvième Forum pour le développement de l'afrique Le capital-investissement en Afrique Document de travail Neuvième Forum pour le développement de l'afrique Des finan cements innovants pour l a transformation

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM SOMMAIRE I. OBJET DE LA CHARTE ETHIQUE GROUPE... 1 II. DROITS FONDAMENTAUX... 1 1. Respect des conventions internationales... 1 2. Discrimination et harcèlement...

Plus en détail

pays tributaires des exportations de minéraux

pays tributaires des exportations de minéraux La viabilité de la politique budgétaire dans les pays tributaires des exportations de minéraux Kirk Hamilton Groupe de recherche sur l économie du développement Banque mondiale Séminaire de haut niveau

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT

UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT UNE MEILLEURE CROISSANCE, UN MEILLEUR CLIMAT The New Climate Economy Report EXECUTIVE SUMMARY La Commission Mondiale sur l Économie et le Climat a été établie pour déterminer s il est possible de parvenir

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Cette traduction est fournie par souci de commodité uniquement en cas de conflit, la version anglaise prévaut.

Cette traduction est fournie par souci de commodité uniquement en cas de conflit, la version anglaise prévaut. Cette traduction est fournie par souci de commodité uniquement en cas de conflit, la version anglaise prévaut. Code de conduite des fournisseurs de TUI PLC Group Directives à l'intention des fournisseurs

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Action pour des "centres d'excellence" de dimension européenne

Action pour des centres d'excellence de dimension européenne Action pour des "centres d'excellence" de dimension européenne I - Qu'entend-on par centres d'excellence en RDT? Il s'agit d'une notion intuitive difficile à définir... Dans quasiment tous les domaines

Plus en détail

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève ***

Intervention de M. Assane DIOP Directeur exécutif, Protection sociale Bureau international du Travail, Genève *** Atelier de présentation du Programme Améliorer les capacités institutionnelles pour la gouvernance des migrations de main-d oeuvre en Afrique du Nord et de l Ouest (Bamako, Mali, 3 au 5 mars 2009) Intervention

Plus en détail

Responsabilité sociale et pratiques des banques face à l'optimisation et l'évasion fiscales

Responsabilité sociale et pratiques des banques face à l'optimisation et l'évasion fiscales Responsabilité sociale et pratiques des banques face à l'optimisation et l'évasion fiscales Constats tirés de l analyse sectorielle de Vigeo Fouad Benseddik, 2 juin 2014 Risque d évasion fiscale: un changement

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. GÉNÉRALE TD/B/COM.3/EM.10/2 1er novembre 2000 FRANÇAIS Original : ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité Stratégie nationale en matière de cyber sécurité 1 INTRODUCTION Le fonctionnement de notre société est aujourd hui étroitement lié aux infrastructures et systèmes de communication et de traitement de l

Plus en détail

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS

PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS PACTE MONDIAL L engagement du Groupe CIS Depuis 1992, CIS a développé une gamme complète de services pour ses clients du secteur pétrolier et parapétrolier (Total, Shell, Bouygues, Technip, KBR, Hyundaï,

Plus en détail

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre

Promouvoir des synergies entre la protection des enfants et la protection sociale en Afrique de l Ouest et du Centre inégalité Note de Synthèse Protection sociale pour les Enfants Réduction de la pauvreté q protection sociale Février 2009 exclusion sociale Politiques Sociales atteindre les OMD sécurité stratégies politiques

Plus en détail

PREVENIR LA CORRUPTION

PREVENIR LA CORRUPTION PREVENIR LA CORRUPTION APPLICATION DE LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CORRUPTION TUNIS SEPTEMBRE 2012 Dr. JEAN PIERRE BUEB EXPERT INTERNATIONAL 1 - QUELLE CORRUPTION? Bien préciser de quoi l

Plus en détail

LE MÉCANISME DE DÉVELOPPEMENT PROPRE LE MDP EN AFRIQUE FINANCEMENT ET SOUTIEN

LE MÉCANISME DE DÉVELOPPEMENT PROPRE LE MDP EN AFRIQUE FINANCEMENT ET SOUTIEN LE MÉCANISME DE DÉVELOPPEMENT PROPRE LE MDP EN AFRIQUE FINANCEMENT ET SOUTIEN INTRODUCTION Dès 2006, les parties au protocole de Kyoto ont reconnu l'importance d'une répartition équilibrée des projets

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Lors de ses vœux aux corps constitués le 20 janvier dernier, le Président de la République a annoncé l élaboration

Plus en détail

PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE

PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE 1 PLAN D'ACTION POUR UNE GESTION APAISEE DE LA TRANSHUMANCE TRANSFRONTALIERE ENTRE LE SAHEL ET LA COTE 1. LE RENFORCEMENT DE LA COMPLEMENTARITE DES ACTIVITES AGRICOLES ET D'ELEVAGE, UN LEVIER VITAL POUR

Plus en détail

Les engagements du Groupe SEB envers ses fournisseurs... 6. Les engagements fournisseurs requis par le Groupe SEB.. 8

Les engagements du Groupe SEB envers ses fournisseurs... 6. Les engagements fournisseurs requis par le Groupe SEB.. 8 Pourquoi une Charte des Achats Responsables.. 3 Les engagements du Groupe SEB en matière de développement durable 4 Les engagements du Groupe SEB envers ses fournisseurs... 6 Les engagements fournisseurs

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIÈRES FINANCEMENT DU PROJET ARTICLE

CONDITIONS PARTICULIÈRES FINANCEMENT DU PROJET ARTICLE MAIRI-SOLIES Mutuelle des Associations d'immigrés Résidents en Italie Membre du Réseau SOLILES Via Angera 3, 20125 Milano Tel: 0039 0287394827/5130 Fax: 0039-0287398408 Cell: 0039 3272413948 CF. 97523800155

Plus en détail

PAYS et Associations BIENS / SERVICES REGLEMENTS (CE) RESOLUTIONS DES NATIONS UNIES LEGISLATION BELGE

PAYS et Associations BIENS / SERVICES REGLEMENTS (CE) RESOLUTIONS DES NATIONS UNIES LEGISLATION BELGE LISTE DES PAYS ET ASSOCIATIONS SOUS EMBARGO 1 AFGHANISTAN (certaines personnes et entités) - Règlement (UE) n 753/2011 du Conseil du 1.08.2011 (JO L199 du 2.08.2011) AL-QAIDA (certaines personnes et entités)

Plus en détail

L INVESTISSEMENT DES CABINETS D AVOCATS EN AFRIQUE

L INVESTISSEMENT DES CABINETS D AVOCATS EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DES CABINETS D AVOCATS EN AFRIQUE Dans un contexte de plus en plus mondialisé où la stratégie internationale prend une importance grandissante, l implantation sur le continent africain

Plus en détail

Profits et pauvreté: la dimension économique du travail forcé

Profits et pauvreté: la dimension économique du travail forcé US$150,000,000,000 Profits et pauvreté: la dimension économique du travail forcé L intégration globale des systèmes économiques, notamment des marchés du travail, a apporté de nombreuses opportunités pour

Plus en détail

Mobilisation des ressources intérieures

Mobilisation des ressources intérieures Neuvième Forum pour le développement de l'afrique Mobilisation des ressources intérieures Document de travail Neuvième Forum pour le développement de l'afrique Des finan cements innovants pour l a transformation

Plus en détail

Trading our health away. Prêts à échanger votre santé?

Trading our health away. Prêts à échanger votre santé? Trading our health away Prêts à échanger votre santé? Plan I. Est-ce grave docteur? 1. Tensiomètre : définir les concepts 2. Documentaire : une pêche d'enfer 3. Quiz : les raisons du libre-échange 4. Photo-langage

Plus en détail

Étude de cas sur les incitations fiscales

Étude de cas sur les incitations fiscales RÉALISER LE POTENTIEL D INVESTISSEMENTS RENTABLES EN AFRIQUE Séminaire de haut niveau organisé par l'institut du FMI en coopération avec l'institut multilatéral d'afrique TUNIS,TUNISIE,28 FÉVRIER 1ERMARS2006

Plus en détail

INITIATIVE DE LA CEDEAO SUR LES NORMES ET ETIQUETTES

INITIATIVE DE LA CEDEAO SUR LES NORMES ET ETIQUETTES INITIATIVE DE LA CEDEAO SUR LES NORMES ET ETIQUETTES TERMES DES REFERENCES Pour Le développement des Normes Minimales de Performance Energétique pour les Climatiseurs et Réfrigérateurs dans la Région CEDEAO

Plus en détail

Service juridique (Bureau chargé des questions d éthique et de déontologie) Expert de domaine :

Service juridique (Bureau chargé des questions d éthique et de déontologie) Expert de domaine : Fonction/ Service : Service juridique (Bureau chargé des questions d éthique et de déontologie) Expert de domaine : Laurel Burke, Associées du dir. juridique. Conformité, laurel.burke@regalbeloit.com Première

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI)

L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) L Initiative pour la Réduction de la Pauvreté et la Gestion de l Environnement (PREMI) Un partenariat en appui aux politiques environnementales en Afrique de l Ouest PROGRAMME AFRIQUE CENTRALE ET OCCIDENTALE

Plus en détail

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD

Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD PRÉSENTATION POWER POINT Enjeux et Perspectives de la composante «Environnement Santé» du Plan d Action de l Initiative Environnement du NEPAD Cheikh FOFANA, Assistant au Secrétaire Exécutif, Secrétariat

Plus en détail

Résumé du rapport. Equité et Industries Extractives en Afrique. Pour une gestion au service de tous. Rapport 2013 sur les progrès en Afrique

Résumé du rapport. Equité et Industries Extractives en Afrique. Pour une gestion au service de tous. Rapport 2013 sur les progrès en Afrique Résumé du rapport Equité et Industries Extractives en Afrique Pour une gestion au service de tous Rapport 2013 sur les progrès en Afrique RAPPORT 2013 SUR LES PROGRES EN AFRIQUE 2 Equité et Industries

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

HILLENBRAND, INC. ET FILIALES. Politique anti-coruption internationale et Guide de conformité

HILLENBRAND, INC. ET FILIALES. Politique anti-coruption internationale et Guide de conformité HILLENBRAND, INC. ET FILIALES Politique anti-coruption internationale et Guide de conformité Hillenbrand, Inc. et toutes ses filiales (appelées collectivement la "Société"), tient à jour une politique

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc.

Récapitulatif: Du 17 au 28 Août 2015. Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Du 17 au 28 Août 2015 Récapitulatif: Mesures de développement de la place de Paris. Retard dans l implémentation du format SWIFT au Maroc. Accord de partenariat entre la Bourse de Casablanca et London

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2012-2013

(en millions d euros) 2013-2014 2012-2013 supplémentaires.. POLITIQUE D INVESTISSEMENTS (en millions d euros) 01-01 01-01 Investissements corporels et incorporels et investissements chez les clients 9 1 Acquisitions de titres de participations

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES Avril 2014 TDR pour le renforcement du Service Juridique de la BIDC Page - 1 - I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC,

Plus en détail

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission.

En conséquence, toutes les banques qui souhaitent notes de commerce, doit obtenir l'autorisation de la Commission. Le système bancaire Shvetsarii caractérisé par des règles strictes. Toutes les banques et institutions financières impliquées dans les activités bancaires, doivent s'inscrire auprès de la Commission bancaire

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES

RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Open IT For Development Résumé - Page 1 / 6 ASSOCIATION OPEN IT FOR DEVELOPMENT RÉSUMÉ PLAN D'AFFAIRES Document: Résumé plan d'affaires, du 2012-05-24 Entreprise: Siège: Activités: Rédaction: Relecture:

Plus en détail

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION Philippe Montigny, Président, ETHIC Intelligence EIFR Paris, le 3 juillet 2013 1 Le monde a changé La responsabilité d une entreprise peut être engagée

Plus en détail

N'imprimez ce document que si nécessaire. Protégez l'environnement. Principes de Conduite ÉTHIQUE. des affaires. SPIE, l ambition partagée

N'imprimez ce document que si nécessaire. Protégez l'environnement. Principes de Conduite ÉTHIQUE. des affaires. SPIE, l ambition partagée Protégez l'environnement. N'imprimez ce document que si nécessaire Principes de Conduite ÉTHIQUE des affaires SPIE, l ambition partagée Les ENGAGEMENTS de SPIE LES 10 PRINCIPES DIRECTEURS COMPORTEMENT

Plus en détail

À la recherche des milliards perdus

À la recherche des milliards perdus eurodad À la recherche des milliards perdus Ou comment la transparence financière des entreprises peut contribuer au développement european network on debt and development Sommaire 03 Résumé Partie 1 :

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

Conférence-débats sur le TEC CEDEAO: menaces et opportunités pour l économie du Bénin

Conférence-débats sur le TEC CEDEAO: menaces et opportunités pour l économie du Bénin Conférence-débats sur le TEC CEDEAO: menaces et opportunités pour l économie du Bénin Cotonou 27 aout 2013 Salifou TIEMTORE Directeur des Douanes pi RAPPELS L article 3 du Traité Révisé fait de la création

Plus en détail