Développement de l intégrité et réduction de la corruption dans le secteur de la défense. Recueil des meilleures pratiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développement de l intégrité et réduction de la corruption dans le secteur de la défense. Recueil des meilleures pratiques"

Transcription

1 Développement de l intégrité et réduction de la corruption dans le secteur de la défense Recueil des meilleures pratiques

2 Développement de l intégrité et réduction de la corruption dans le secteur de la défense Recueil des meilleures pratiques

3 Centre pour le contrôle démocratique des forces armées Genève (DCAF) Le Centre pour le contrôle démocratique des forces armées Genève est l une des principales institutions internationales dans les domaines de la réforme du secteur de la sécurité (SSR) et de la gouvernance du secteur de la sécurité (SSG). Le Centre propose un soutien consultatif dans les pays ainsi que des programmes d aide concrète, il élabore et promeut des normes démocratiques appropriées, au niveau international et national, il encourage les bonnes pratiques et formule des recommandations générales visant à assurer une gouvernance démocratique efficace du secteur de la sécurité. Le Centre travaille avec de nombreux partenaires : gouvernements, parlements, société civile, organisations internationales et acteurs du secteur de la sécurité, notamment la police, la justice, les agences de renseignement, les services de sécurité des frontières et l armée. 2013

4 Développement de l intégrité et réduction de la corruption dans le secteur de la défense Recueil des meilleures pratiques Genève 2013

5 Les personnes mentionnées ci-après ont participé à l élaboration du Recueil des meilleures pratiques pour le développement de l intégrité et la réduction de la corruption dans le secteur de la défense Comité de rédaction Philipp Fluri (DCAF), Adrian Kendry (OTAN), Simon Lunn (DCAF), Mark Pyman (TI Royaume-Uni) Rédacteur et auteur principal : Todor Tagarev (Bulgarie) Contributeurs Jean-Jacques de Dardel (Suisse) préface, Francois Melese (États-Unis) Chapitres 2 et 9, Adrian Kendry et Susan Pond (OTAN) Chapitre 3, James Greene (États-Unis) Chapitres 5, 16 et 22, Mark Pyman (Royaume-Uni) Chapitre 8, Aditya Batara (Indonésie) Chapitre 11, George Lucas (États-Unis) Chapitre 12, Alxandre Kukhianidze, Tamuna Karosanidze, Nina Khatiskatsi et Alexander Scrivener (Géorgie) Chapitre 13, Anne-Christine Wegener et Mark Pyman (TI-Royaume-Uni) Chapitre 14, Leonid Polyakov (Ukraine) et James Greene (États- Unis) Chapitre 17, Wim F. van Eekelen (Pays-Bas) Chapitre 18, Valeri Ratchev (Bulgarie) Chapitre 19, Alice Eldridge (Lockheed Martin Corporation) Chapitre 20.1, Dominique Lamoureux (Thales) Chapitre 20.2, Ian Davis (Royaume-Uni) Chapitre 21, Nickolay Slatinski (Bulgarie) Chapitre 24. Maciej Wnuk (Pologne) encadrés 7.2, 17.4 et 17.6; Elisabeth Wrigth (États-Unis) encadré 7.6; Leonid Polyakov (Ukraine) encadré 16.2; Sami Faltas (Pays-Bas) encadré 23.6; Velizar Shalamanov (Bulgarie) encadrés 24.2; Todor Tagarev encadrés 2.4, 8.2, 9.4, 9.5, 9.9, 12.1, 12.2, 12.3, 12.4, 17.1, 19.5, 20.1, 20.2 et Rédacteur-correcteur : Ashley Thornton Avertissement Les points de vue et les exemples donnés dans le présent Recueil n engagent que les auteurs et ne reflètent pas nécessairement la position officielle de l OTAN ou du Centre pour le contrôle démocratique des forces armées Genève. Version originale : Anglais, Genève, 2010 DCAF Un Centre pour la Sécurité, le Développement et l Etat de Droit Genève, 2013 Couverture : Hristo Bliznashki ISBN

6 PRÉFACE Il y a vingt ans, la chute du régime soviétique venait bouleverser l équation de la sécurité internationale ; l un des mérites les plus méconnus de ce bouleversement est d avoir permis de revisiter la notion selon laquelle la fin justifie toujours les moyens. La finalité de tous les efforts de défense a elle aussi évolué : il ne s agit plus tant de tenir en échec et de vaincre un ennemi identifié et puissant, mais d assurer la sécurité au sens large dans un monde instable et multipolaire. Parallèlement, une nouvelle réflexion s est engagée autour des moyens d instaurer une sécurité couvrant tous les aspects. Des concepts nouveaux comme la sécurité humaine et la bonne gouvernance sont devenus des éléments centraux de l action menée par les gouvernements et la communauté internationale pour faciliter la transition entre des structures héritées de la Guerre froide et des sociétés mieux à même d affronter les défis de la mondialisation. L OTAN et ses États membres ont contribué à cette évolution. L Alliance s est ouverte à de nouveaux partenaires et à de nouveaux membres. Ayant entrepris d adapter ses structures et ses pays membres, de réduire et de réorganiser leurs forces armées, l Alliance a prêté une attention croissante aux besoins de réforme pressants de ses partenaires actifs et futurs membres potentiels. Une réforme du secteur de la sécurité a d abord été encouragée dans des pays qui étaient auparavant, pour l OTAN, des ennemis en puissance. La réforme étant bien engagée, on a replacé dans une perspective plus globale l ensemble des transformations en cours, qu il s agisse du contrôle parlementaire des forces armées, du respect du droit humanitaire international, ou des nombreuses interactions nécessaires entre militaires et civils, institutions de défense, police, société civile, organisations internationales et organisations non gouvernementales (ONG). Cette vision beaucoup plus globale du fonctionnement du secteur de la sécurité et de l ensemble de ses acteurs a rapidement permis de mieux comprendre ce qui doit être fait pour optimiser la sécurité et maximiser la rentabilité des investissements consentis aux niveaux politique, économique et social pour stabiliser des situations de conflit et de tension. Elle a également permis de mieux appréhender le rôle de l éthique dans la réalisation de l objectif final qu est la sécurité durable. Des ONG telles que Transparency International ont vu leur crédibilité et leur respectabilité atteindre des niveaux inédits, et un certain nombre de gouvernements ont décidé de se consacrer plus résolument aux perspectives portées par un nouvel esprit d ouverture et d efficacité. C est ainsi qu une nouvelle initiative a vu le jour dans le cadre du CPEA/PPP. Son intitulé est explicite : Développement de l intégrité et réduction de la corruption dans le secteur de la défense. Cette initiative (et le fonds d affectation spéciale servant à la financer) est pilotée par la Pologne, la Suisse et le Royaume-Uni ; elle est un nouveau volet important de la coopération dans le cadre du Plan d action du Partenariat pour l établissement d institutions de défense (PAP-DIB) mis en place il y a quelques années dans le prolongement du sommet d Istanbul. Les besoins en la matière s avèrent considérables et doivent être pris en v

7 vi Préface compte par l OTAN et certains de ses partenaires dans leurs nouvelles zones d opérations. D emblée, la tâche entreprise par le Secrétariat international de l OTAN et les pays participant à l Initiative a bénéficié du soutien et du concours d acteurs extérieurs tels que Transparency International, l Académie de défense du Royaume-Uni, et le Centre pour le contrôle démocratique des forces armées Genève (DCAF), qui édite le présent recueil. Le Centre de Genève a en effet acquis une grande expertise des questions liées au renforcement de la transparence, auxquelles il a consacré de nombreuses publications, dont un «Guide pratique pour les parlementaires», coédité avec l Union interparlementaire et traduit dans une cinquantaine de langues, et un «Vademecum» élaboré avec l Assemblée parlementaire de l OTAN sur le thème «Contrôle et orientation», en cours de révision, qui devait être réédité en 2010 comme nouvelle contribution de la Suisse au PPP. Plus généralement, l engagement du Centre en faveur du PAP-DIB s est traduit par de multiples contributions, sur des problématiques très variées, qui ont été utiles à différents pays et à la communauté euro-atlantique dans son ensemble. En collaboration avec le Centre de politique de sécurité Genève (GCSP) et avec les partenaires mentionnés plus haut, le DCAF a organisé plusieurs séminaires et conférences pour faire un bilan de la situation, mettre en avant les meilleures pratiques et introduire la notion d intégrité dans les programmes de gestion de la défense. Aux côtés de ses partenaires de l OTAN, le gouvernement suisse est déterminé, pour sa part, à soutenir le DCAF et le GCSP et à poursuivre les objectifs du Plan d action du Partenariat en faveur du développement de l intégrité et du renforcement de la transparence. La tâche à accomplir est immense et complexe, à l image de l âme humaine et de ses faiblesses. Mais les résultats d ores et déjà obtenus par l action collective en faveur de la réforme du secteur de la défense, de la stabilisation dans les zones sujettes aux conflits et du développement de la coopération internationale sont à la hauteur de la promesse contenue dans cet ouvrage remarquable. Ambassadeur Jean-Jacques de DARDEL Chef de la Mission de la Suisse auprès de l OTAN

8 TABLE DES MATIÈRES Partie I Introduction...1 Chapitre 1 Le fléau de la corruption...3 Chapitre 2 Une approche stratégique du développement de l intégrité et de la réduction de la corruption dans le secteur de la défense...14 Chapitre 3 L OTAN et l évolution de l initiative pour le développement de l intégrité...24 Chapitre 4 Approches nationales favorisant le développement de l intégrité et la réduction de la corruption dans le secteur de la défense...34 Partie II Risques de corruption et vulnérabilités dans le secteur de la défense...45 Chapitre 5 Politiques relatives au personnel...47 Chapitre 6 Établissement des budgets de défense et gestion financière...63 Chapitre 7 Marchés de défense...79 Chapitre 8 Mécanismes de compensation...94 Chapitre 9 Opportunités et risques liés à l externalisation, à la privatisation et aux partenariats public-privé dans le domaine de la défense Chapitre 10 Utilisation des équipements et des infrastructures excédentaires Chapitre 11 Implication du personnel et des moyens du secteur de la défense dans les activités économiques Chapitre 12 La problématique de l intégrité dans les opérations militaires Chapitre 13 Combattre la corruption dans le secteur de la défense dans les pays confrontés à des différends territoriaux non résolus ou à des conflits gelés Partie III Développer l intégrité et réduire le risque de corruption dans les institutions de défense Chapitre 14 L importance du développement de l intégrité Chapitre 15 Cadres réglementaires Chapitre 16 Le facteur humain Chapitre 17 Le rôle du gouvernement Chapitre 18 Le rôle des parlements et des cours des comptes Chapitre 19 Rôle des institutions d ombudsman Chapitre 20 L industrie de défense en tant qu alliée dans la lutte contre la corruption Chapitre 21 Rôle de la société civile et des médias Chapitre 22 Le rôle des organisations internationales vii

9 viii Développement de l intégrité et réduction de la corruption dans le secteur de la défense Partie IV Mise en œuvre des programmes de développement de l intégrité Chapitre 23 Induire le changement Chapitre 24 Prise en compte du facteur culturel dans la mise en œuvre des programmes pour le développement de l intégrité Annexe 1 : Sources spécialisées Annexe 2 : Programme international de Transparency International sur la défense et la sécurité (TI) Annexe 3 : Abréviations...357

10 Table des matières ix Liste des figures Perception de la corruption Le budget de la défense de la Bulgarie en pourcentage du PIB Coûts escomptés, par opposition aux bénéfices potentiels d actes de corruption Fondements de l approche stratégique de la réduction de la corruption dans le secteur de la défense Corrélation entre l efficacité du gouvernement et la lutte contre la corruption Sécurité et développement : concepts et interactions Fonctions de gestion de personnel (version simplifiée) Affiche d information sur les dénonciations anonymes Schéma de décision pour les activités de défense Gestion de l élimination des biens militaires excédentaires Structure économique des TNI Confiance accordée aux militaires par rapport aux autres secteurs de la société Comparaison du niveau de confiance dans les forces armées Hiérarchie des besoins de Maslow

11 x Développement de l intégrité et réduction de la corruption dans le secteur de la défense Liste des encadrés Encadré 1.1. Coûts directs de la corruption...7 Encadré 1.2. Corruption et menace pour la sécurité dans les régions instables...8 Encadré 1.3. Perte de confiance du public et réductions des budgets de défense qui en résultent..9 Encadré 1.4. La piraterie et ses liens avec la corruption...10 Encadré 1.5. La corruption gêne les efforts de stabilisation et de reconstruction Encadré 1.6. Définition de priorités pratiques pour la réduction des risques de corruption dans le secteur de la défense...12 Encadré 2.1. Emmanuel Kant et «la loi morale intérieure» : enseignements destinés aux responsables de la défense...17 Encadré 2.2. Théorie utilitariste sur la rationalité des comportements criminels...18 Encadré 2.3. Coûts escomptés de la corruption...19 Encadré 2.4. Faits empiriques validant l approche choisie...21 Encadré 4.1. Lutter contre la corruption dans le secteur de la défense : le point de vue de la Suisse...34 Encadré 4.2. Principes pour l engagement international dans les États fragiles...42 Encadré 5.1. Développer l intégrité du processus de sélection pour l instruction de base des officiers...51 Encadré 5.2: Développer l intégrité du processus de sélection de candidats pour une formation ou une affectation à l étranger...55 Encadré 5.3. Développer l intégrité des comités de sélection dans le cadre de l octroi d une promotion...57 Encadré 6.1. Principes clés d une gestion budgétaire saine du secteur public...64 Encadré 6.2. Dimensions essentielles de la mesure de la performance de la gestion des finances publiques...65 Encadré 6.3. Gestion financière dans un cadre de gestion stratégique de la défense...67 Encadré 6.4. Délégation d autorité aux titulaires de budget et responsabilité de ceux-ci au sein du ministère britannique de la Défense...69 Encadré 6.5. Exemple d approche régionale encourageant la transparence de l établissement des budgets de défense...71 Encadré 7.1. Champ d application des acquisitions de défense...80 Encadré 7.2. Préserver l intégrité du processus des marchés de défense et prévenir la corruption en Pologne...82 Encadré 7.3. Les politiques insuffisantes ou ambiguës d achats et de ventes d armes et les marchés hautement confidentiels peuvent mener à...84 Encadré 7.4. Contrôle parlementaire des marchés de défense aux Pays-Bas...86 Encadré 7.5. Compétences des parties prenantes au processus d acquisition...87 Encadré 7.6. Lutte contre la corruption dans le cadre des marchés...88 Encadré 7.7. États-Unis Règlement fédéral sur les acquisitions : programmes d éthique pour les fournisseurs...90

12 Table des matières xi Encadré 7.8. Renforcer les acquisitions majeures avec des «pactes d intégrité Défense» (PID)..92 Encadré 8.1. Corruption présumée dans les opérations de compensation : la presse en parle...99 Encadré 8.2. Gestion transparente des compensations indirectes Encadré 9.1. Modes de gestion possibles Encadré 9.2. «Infrastructures» militaires et différents modes de gestion possibles Encadré 9.3. Avantages de la mise en concurrence des acteurs publics et privés Encadré 9.4. Exemples choisis d externalisation, de privatisation et de partenariats public-privé.114 Encadré 9.5. Critères de détermination de la valeur militaire retenus dans le cadre du processus BRAC des États-Unis Encadré 9.6. Faits de corruption dans les privatisations de masse Encadré 9.7. Principes d une approche axée sur le marché pour l externalisation, la privatisation et les partenariats public-privé Encadré 9.8. Éviter la corruption dans le cadre de la privatisation Encadré 9.9. Transparence des partenariats public-privé Encadré Coûts indirects d une «utilisation» différée Encadré La menace d explosions accidentelles dans les zones de stockage de munitions..124 Encadré Aide internationale pour la gestion des stocks d armes conventionnelles Encadré L OTAN et la démilitarisation des armes et des munitions excédentaires Encadré Extraits des Recommandations du IANSA pour la gestion des stocks Encadré Accusations de corruption liées à l utilisation de systèmes d armes excédentaires 129 Encadré Racket Encadré Loi n 34/2004 sur les TNI Encadré Accord de sécurité de Freeport avec les TNI et violations des droits de l homme Encadré Problèmes de corruption et bonnes pratiques dans le cadre des activités préalables à un déploiement Encadré Fraude, mauvaise gestion et comportements illicites lors des opérations de maintien de la paix des Nations Unies Encadré Autorégulation des sociétés militaires et de sécurité privées par le biais d un code de conduite Encadré Le Document de Montreux sur les entreprises militaires et de sécurité privées Encadré IPC et pourcentage du PIB consacré à la défense dans certains pays confrontés à des différends territoriaux non résolus ou à des conflits gelés Encadré Principaux éléments de la réforme anticorruption Encadré Indice de perception de la corruption (IPC) pour la Géorgie, Encadré Définition de l intégrité Encadré Démarches concrètes de réforme Encadré Un point de départ pour la définition de la corruption Encadré Définitions nationales officielles des délits de corruption Encadré Principes généraux de l incrimination de la corruption Encadré Contourner les dispositions juridiques nationales Encadré Statut d une unité d enquête spéciale...191

13 xii Développement de l intégrité et réduction de la corruption dans le secteur de la défense Encadré Techniques d enquête spéciales Encadré Le droit pénal ne suffit pas pour lutter contre la corruption Encadré Qui tam, soit «celui qui porte une affaire au nom de notre seigneur le roi, comme ainsi que pour lui-même» Encadré Pactes d intégrité Défense (PID) Encadré Formation à la gestion des performances Encadré Directives de l ONU concernant les conflits d intérêts des agents de la fonction publique Encadré Directives relatives à la mise en place des mécanismes de motivation Encadré Stratégie de changement de la culture organisationnelle Encadré Cultiver une communauté de pratique réussie Encadré Solution organisationnelle pour la cohérence des disciplines et des processus de planification Encadré Assainissement des marchés publics : révélation des cas de mauvaise conduite et exclusions administratives Encadré Initiative de l Ukraine pour développer l intégrité après la révolution orange ( ) Encadré Développement de l intégrité le cas de la Pologne Encadré Réagir au scandale l exemple péruvien Encadré Feuille de route pour les réformes relatives à l intégrité Encadré Le rôle du National Audit Office du Royaume-Uni Encadré Modèle de chronologie pour le contrôle des marchés de défense Encadré Exemples choisis de cas de corruption majeurs dans le cadre de ventes à l étranger Encadré Définition du terme «ombudsman» Encadré Modèle classique de l ombudsman dans le domaine de la défense en Norvège Encadré L inspecteur général en tant qu ombudsman institutionnel puissant Encadré Le modèle d ombudsman institutionnel «faible» Encadré Application du concept d ombudsman à l amélioration de l intégrité dans le processus d acquisition de matériel de défense Encadré Principes d autorégulation de la Defense Industry Initiative Encadré La démarche d éthique et la lutte anticorruption de l ASD Encadré Le journalisme d investigation révèle des cas de corruption dans la défense Encadré Engagement de la société civile et partenariats au service de la RSS et du contrôle du secteur de la défense Encadré Liste d organisations internationales et de leurs sites web Encadré La Convention anticorruption de l OCDE et les intérêts de sécurité nationale Encadré Objectifs du plan d action du PPP pour l établissement d institutions de défense Encadré Programme OTAN-Ukraine de perfectionnement professionnel Encadré Outil d autoévaluation de l OTAN Encadré Énoncé de la vision...326

14 Table des matières xiii Encadré Grandes stratégies de gestion du changement Encadré Exemple de processus de changement systémique planifié Encadré Stage OTAN de formation au développement de l intégrité Encadré Les jeux de rôle : un outil de formation performant Encadré Définition de la culture organisationnelle Encadré Mesures visant à encourager l intégrité du secteur de la défense dans les environnements post-communistes...348

15

16 Partie I Introduction La corruption est un fléau qui pèse sur le développement de tous les pays et qui mine la confiance des citoyens dans les institutions de l État. En particulier, elle fait obstacle aux progrès des pays en transition, car elle détourne des capitaux dont l État a grandement besoin. Les fonds issus de la corruption se transforment souvent en influence économique et politique, ce qui affaiblit les institutions démocratiques et accroît encore la corruption, créant ainsi un cercle vicieux. Le secteur de la défense offre souvent un terrain favorable à ce type d activités néfastes en raison de la culture du secret et de l impunité qui le met à l abri des contrôles rigoureux. Le chapitre 1 décrit les principaux éléments facilitateurs et les principaux effets de la corruption dans le domaine de la défense. Le chapitre 2 présente les fondements d une approche stratégique qui vise à réduire les risques de corruption dans le secteur de la défense. Cette approche regroupe des activités qui contribuent à développer l intégrité, à accroître la transparence et à améliorer la responsabilité. Ensemble, ces activités concourent à augmenter le poids moral des comportements corrompus, à réduire les avantages escomptés et à accroître le prix éventuel à payer, autrement dit les sanctions. L introduction de ce recueil donne aussi des exemples d approches adoptées au niveau national et international en vue de réduire la corruption dans le secteur de la défense approches qui s inscrivent dans le cadre d efforts plus larges déployés pour réformer le secteur de la sécurité et mettre en place des institutions de défense. En dernière analyse, la lutte contre la corruption et le développement de l intégrité dans le secteur de la défense passent par un vaste processus de réforme : grâce au transfert de normes, ce secteur pourra embrasser les plus grands idéaux démocratiques et adopter les meilleures pratiques de la démocratie, ce qui permettra d attaquer les causes profondes de la corruption.

17

18 Chapitre 1 Le fléau de la corruption La corruption dans le secteur de la défense La corruption entrave le développement, compromet la sécurité des sociétés modernes et sape la confiance dans les institutions publiques. Le secteur de la défense n est pas à l abri du fléau de la corruption. Beaucoup sans doute s en étonneront, étant donné l estime dont l armée jouit en général auprès du public dans le monde entier. Si l on prend une moyenne mondiale, on constate que l armée est l une des trois premières institutions qui inspirent le plus de respect et qu on lui fait presque autant confiance qu aux ONG et aux instances religieuses (voir Figure 1.1 ci-dessous). 1 Dans de nombreux pays, l armée est perçue comme étant moins corrompue que les partis politiques, les parlements, les entreprises et les médias. Toutefois, la cote de l armée varie énormément d un pays et d une région à l autre. En Europe occidentale et aux États-Unis, par exemple, l armée est généralement perçue comme n étant pas entachée par la corruption. Cependant, dans les pays d Europe centrale et orientale, indépendants depuis peu, ainsi qu en Afrique et en Amérique latine en particulier, l image de l armée n est pas aussi positive. 2 Parties politiques Parlement Police Enterprises/secteur privé Système juridique/appareil judiciaire Figure 1.1 : Perception de la corruption. Fisc Médias Services médicaux Équipements d'infrastructure Système éducatif Services d'etat civil et des permis Armée Instances religieuses ONG 1 Informations figurant dans le «Baromètre mondial de la corruption», issues du sondage 2006 de Transparency International et de Gallup, et présentées dans «Building Integrity and Reducing Corruption Risk in Defense Establishments» in Connections: The Quarterly Journal, 7:2, été 2008, p de Mark Pyman, Dominic Scott, Alan Waldron et Inese Voika. 2 Pyman et al., «Building Integrity and Reducing Corruption Risk», 2008, p. 31 3

19 4 Développement de l intégrité et réduction de la corruption dans le secteur de la défense Malgré l estime dont jouit l armée dans la plupart des sociétés, les études de Transparency International ont classé la défense au nombre des secteurs les plus corrompus parmi ceux qui sont chargés de la gestion de fonds publics, au même titre que l exploitation du pétrole et du gaz ou le bâtiment. 3 Dans la dernière étude disponible, la défense est rétrogradée au treizième rang dans la liste des différents secteurs où les fonctionnaires attendent des pots-de-vin et au huitième rang dans la liste relative à la «captation de l État». 4 Le présent recueil reconnaît qu il peut exister en parallèle une grande estime pour l armée et un risque de corruption important dans le secteur de la défense. Cette curieuse concomitance et l interaction complexe entre les perceptions et les modèles de comportement ont des incidences sur la conception et la mise en œuvre des stratégies de lutte contre la corruption et des programmes de développement de l intégrité. Là où l armée jouit d une grande considération, les institutions de défense peuvent être source d inspiration et piloter l ensemble des réformes institutionnelles d un pays. Mais il se peut aussi qu en raison du manque de transparence et faute d un débat public éclairé sur la défense, une grande considération pour l armée puisse gêner l application des programmes de développement de l intégrité. Il va sans dire qu il est indispensable de lutter contre la corruption dans le secteur de la défense dans les pays où l armée est jugée corrompue. Il s agit souvent de pays où la corruption sévit dans de nombreux secteurs publics et privés. En l occurrence, l exemple d une réforme réussie des institutions de défense peut avoir des incidences positives considérables sur d autres institutions publiques. La partie I du présent recueil relate des expériences menées au niveau national et international dans la mise en place d institutions démocratiques et d institutions de défense efficaces et dans la lutte contre la corruption dans le secteur de la défense. Le chapitre suivant présente les fondements d une approche stratégique qui vise à réduire les risques de corruption dans le secteur de la défense. Cette approche regroupe des activités qui contribuent à développer l intégrité, à accroître la transparence et à améliorer la responsabilité. Ensemble, ces activités concourent à augmenter le poids moral des comportements corrompus, à réduire les avantages escomptés et à accroître le prix éventuel à payer, autrement dit les sanctions. Les considérations pratiques relatives à la conception et à la mise en œuvre des programmes de développement de l intégrité dans le domaine de la défense sont examinées dans la partie IV du recueil. Il importe à cet égard de tenir compte des spécificités culturelles des organisations de défense dans tel ou tel pays et de renforcer les caractéristi- 3 Ibid., Site web de Transparency International, Tableau de l indice de corruption 2008, Le classement par secteur évalue la probabilité que les entreprises des 19 secteurs examinés dans l étude procèdent à une «captation de l État» (tentative de la part de certaines parties d influencer indûment les règles, réglementations et décisions officielles en versant des pots-de-vin à des fonctionnaires.)

20 Le fléau de la corruption 5 ques de la culture organisationnelle qui contribuent à l intégrité des personnes et des organisations et qui dissuadent d adopter des comportements corrompus. Ces bonnes pratiques peuvent ensuite être propagées à d autres organismes publics dans le pays. Origines de la corruption dans le domaine de la défense La corruption consiste à profiter d une position de confiance à des fins malhonnêtes. Dans le secteur de la défense, la corruption peut se présenter sous plusieurs formes : commissions illicites, pots-de-vin, adjudication de marchés sans appel d offres ou falsification des livres de paie des personnels militaires. Le développement rapide ces dernières années de sociétés privées militaires et de sécurité dont les activités relevaient précédemment de l État qui maintenant les externalise conformément à une réglementation restreinte a multiplié les possibilités de corruption. La partie II du recueil comporte neuf chapitres qui analysent en détail les origines et les raisons de la corruption dans le domaine de la défense. La plupart des chapitres examinent les comportements corrompus, ainsi que les bonnes pratiques applicables au développement de l intégrité et au renforcement de la transparence et de la responsabilité dans les principaux domaines de gestion de la défense : les politiques relatives au personnel et la gestion des effectifs, l établissement des budgets de défense et la gestion financière, les programmes d acquisition, les accords compensatoires, l externalisation, la privatisation, les partenariats public-privé dans le domaine de la défense, l utilisation des équipements et des infrastructures excédentaires, et la participation des personnels et des moyens de défense aux activités économiques. Le chapitre 12 porte principalement sur les risques de corruption et les questions relatives à l intégrité liées aux opérations militaires menées actuellement, et le chapitre 13, sur la corruption touchant à la défense dans les pays où il existe des différends territoriaux non résolus. Quelques-unes des raisons qui favorisent la corruption sont évoquées ci-après, à savoir la culture du secret, l urgence et le souci des personnes. Bien que ces raisons semblent à première vue anodines, le fait qu elles soient invoquées régulièrement limite fortement la transparence du processus décisionnel et de l application des décisions, ainsi que la responsabilité des intervenants dans le secteur de la défense, et crée un terrain favorable à la corruption. La culture du secret est le principal ennemi de la transparence dans le domaine de la défense et aussi le pire. Le secret, trop souvent invoqué pour «protéger les intérêts nationaux en matière de sécurité», limite sérieusement les possibilités de contrôle parlementaire et d autres formes de contrôle sociétal sur l exécutif. En ce qui concerne l acquisition de matériels militaires, par exemple, invoquer le secret limite énormément le nombre de soumissionnaires possibles, les acquisitions se faisant, dans le pire des cas, auprès d un fournisseur unique. Non seulement cela empêche la concurrence, mais trop souvent, ces mécanismes sont pensés et entretenus pour favoriser la corruption. La notion d urgence, qui est invoquée pour répondre à des besoins opérationnels et d autres besoins en matière de défense, permet d appliquer des procédures simplifiées ou carrément d enfreindre les règlements par exemple, ne pas lancer d appels d offres et

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation Promotion de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption Activité T3.3 : (SNAC Tunisie) Apporter des outils et des méthodologies ainsi que consolider les capacités pour soutenir la conception de

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN

COMPRENDRE CE QU EST L OTAN COMPRENDRE CE QU EST L OTAN LES ORIGINES DE L ALLIANCE Au lendemain de la seconde guerre mondiale, l Europe de l Est et l Europe de l Ouest se sont trouvées séparées par les divisions idéologiques et politiques

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ

ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ INSTITUT DE MANAGEMENT PUBLIC ET GOUVERNANCE TERRITORIALE 21 RUE GASTON DE SAPORTA 13100 AIX EN PROVENCE DIPLOME UNIVERSITAIRE (DU) ACTEURS DE LA DÉFENSE ET FACTEURS DE SÉCURITÉ OBJECTIFS Faire comprendre

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité

Stratégie nationale en matière de cyber sécurité Stratégie nationale en matière de cyber sécurité 1 INTRODUCTION Le fonctionnement de notre société est aujourd hui étroitement lié aux infrastructures et systèmes de communication et de traitement de l

Plus en détail

Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies

Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies Normes de formation au pré-déploiement pour la Police des Nations Unies Introduction et raison d être 1. La Police des Nations Unies fut déployée pour la première fois dans les années 1960 au sein d une

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. Accompagnant le document COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 19.12.2011 SEC(2011) 1611 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT Accompagnant le document Proposition de règlement du Parlement

Plus en détail

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 A. Examen Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 En mai 2011, le président de l Assemblée législative du Nouveau-Brunswick a officiellement chargé

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence

CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL. Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence CaLP ARGENT CONTRE TRAVAIL Travailler avec les banques Guide pratique de négociation dans le cadre des transferts monétaires en situations d urgence 4 CaLP ARGENT TRAVAILLER CONTRE AVEC TRAVAIL LES BANQUES

Plus en détail

I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux

I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux INTERPOL I-Checkit Pour votre sécurité I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux criminels et

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE

AUX MAISONS DE TRANSFERT AUX AGENTS DE CHANGE AUX MAISONS DE TRANSFERT ET AUX AGENTS DE CHANGE Les présentes lignes directrices résument les principales obligations légales auxquelles sont assujetties les maisons de transfert et les agents de change,

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLtypoPEP version4 Janvier 2012

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC.

POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. POLITIQUE RELATIVE AUX LOIS ANTI CORRUPTION D ALCOA, INC. CONTEXTE : Alcoa Inc. («Alcoa») et sa direction se sont engagés à mener toutes leurs activités dans le monde entier, avec éthique et en conformité

Plus en détail

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications 2009-2010 Rapport sur les plans et les priorités L honorable Peter Gordon MacKay, C.P., député Ministre de la Défense nationale TABLE

Plus en détail

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39

NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 Comité préparatoire de la Conférence des Parties chargée d examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010 NPT/CONF.2010/PC.III/WP.39 15 mai 2009 Français Original : anglais Troisième

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

COM (2012) 655 final

COM (2012) 655 final COM (2012) 655 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 novembre 2012 Enregistré à la Présidence du Sénat

Plus en détail

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Lors de ses vœux aux corps constitués le 20 janvier dernier, le Président de la République a annoncé l élaboration

Plus en détail

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Crawford & Compagnie et toutes ses filiales à travers le monde sont soumises à certaines

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications (Juillet 1989) La vitesse de l innovation technologique liée aux ordinateurs et aux télécommunications, ces dernières années, et l intégration

Plus en détail

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement.

Introduction. Le Canada est un pays qui donne son plein rendement. le 23 mars 2004 «tout au long de notre histoire, les Canadiens ont été animés par une idée bien simple : que nous avons la responsabilité de faire en sorte que nos enfants et nos petits-enfants aient une

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DU MOUVEMENT DESJARDINS TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 4 CHAPITRE I PRINCIPES 1. Le respect des personnes 6 2. Le respect de l intérêt commun 6 3. Le respect de l organisation

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger

Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger Loi fédérale sur les prestations de sécurité privées fournies à l étranger (LPSP) du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 54, al. 1, 95, al. 1, et 173, al. 2, de la Constitution

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2009 PFA POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.306/PFA/12/2 306 e session Conseil d administration Genève, novembre 2009 Commission du programme, du budget et de l administration PFA POUR DÉCISION DOUZIÈME QUESTION

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Pour toutes vos questions et préoccupations, veuillez contacter le Directeur Général ou la Directrice Financière.

Pour toutes vos questions et préoccupations, veuillez contacter le Directeur Général ou la Directrice Financière. General Logistics Systems France Siège social 14, rue Michel labrousse BP 93730-31037 Toulouse Cedex 1 Téléphone 0825 34 34 34 (0,15 TTC/Min) Fax +33 (0)5 34 619 620 Internet www.gls-group.eu Politique

Plus en détail

Rid the World of Project Failure

Rid the World of Project Failure La Gestion de Portefeuilles de Projets d Entreprise : Une Visibilité Parfaite, Un Net Avantage Concurrentiel Rid the World of Project Failure Collaboration. Compliance. Control. Qu est-ce que la gestion

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application *

ASSISTANCE ET RENFORCEMENT DES CAPACITÉS OFFERTS DANS D AUTRES INSTANCES INTERNATIONALES. Document soumis par l Unité d appui à l application * RÉUNION DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION DE LA MISE AU POINT, DE LA FABRICATION ET DU STOCKAGE DES ARMES BACTÉRIOLOGIQUES (BIOLOGIQUES) OU À TOXINES ET SUR LEUR DESTRUCTION BWC/MSP/2009/MX/INF.4

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA

REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA Chef Maureen Chapman Comité des Chefs sur les revendications Mémoire prébudgétaire au Comité permanent des finances

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision de la loi sur l analyse génétique humaine (LAGH)

Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision de la loi sur l analyse génétique humaine (LAGH) FAMH CH-4500 Soleure Office fédéral de la santé publique OFSP Département Biomédecine Genetic Testing Case postale 3003 Berne Soleure, mai 2015 Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision

Plus en détail

4./4/14 DE DROIT AÉRIEN. (Montréal, 26 CONVENTION SURVENANT. (12 pages) 14-1044 DCTC_WP_DCTC_

4./4/14 DE DROIT AÉRIEN. (Montréal, 26 CONVENTION SURVENANT. (12 pages) 14-1044 DCTC_WP_DCTC_ DCTC Doc n o 33 4./4/14 CONFÉRENCE INTERNATIONALE DE DROIT AÉRIEN (Montréal, 26 mars 4 avril 2014) TEXTE REFONDU DE LA CONVENTION RELATIVE AUX INFRACTIONS ET À CERTAINS AUTRES ACTES SURVENANT À BORD DES

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/55/595 et Corr.1 et 2)] Nations Unies A/RES/55/67 Assemblée générale Distr. générale 31 janvier 2001 Cinquante-cinquième session Point 107 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement

S engager à agir pour le développement durable dans une période de changement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 13 avril 2015 Français Original: anglais E/ECE/1471/Rev.1 Commission économique pour l Europe Soixante-sixième session Genève, 14-16 avril 2015

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DES FOURNISSEURS

CODE DE CONDUITE DES FOURNISSEURS CODE DE CONDUITE DES FOURNISSEURS Avril 2015 CODE DE CONDUITE DES FOURNISSEURS TABLE DES MATIÈRES 1 INTRODUCTION... 3 2 VALEURS FONDAMENTALES DE LA LCBO... 3 3 APPLICABILITÉ DU CODE... 4 4 RESPONSABILITÉS...

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.3/2010/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 1 er avril 2011 Français Original: anglais Rapport

Plus en détail

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux

Comprendre les négociations internationales sur le climat. Contexte, historique et enjeux Comprendre les négociations internationales sur le climat Contexte, historique et enjeux Chapitre 1 LE CONTEXTE: L URGENCE CLIMATIQUE La planète s est déjà réchauffée de +0,8 C Les impacts Les impacts

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION

POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION POLITIQUE DE DANAHER CORPORATION EN MATIERE DE LUTTE CONTRE LA CORRUPTION I. OBJET La corruption est interdite par le droit de presque tous les pays et territoires de la planète. Danaher Corporation («Danaher»)

Plus en détail

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY

Rédacteur territorial principal de 2 ème classe L ENTRETIEN AVEC UN JURY 17/10/2013 Document élaboré par les membres d une cellule pédagogique nationale associant des représentants des centres de gestion de la fonction publique territoriale Rédacteur territorial principal de

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES

TRAVAILLER AVEC LES BANQUES TRAVAILLER AVEC LES BANQUES GUIDE PRATIQUE DE NÉGOCIATION AVEC LES BANQUES DANS LE CADRE DE PROGRAMMES DE TRANSFERTS MONÉTAIRES THE CASH LEARNING PARTNERSHIP www.cashlearning.org AU SOMMAIRE DE CE GUIDE

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information

Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information Les cours administratives suprêmes et l évolution du droit à la publicité, à la vie privée et à l information (Questionnaire) 1. Décrivez brièvement le soutien institutionnel administratif de l accès à

Plus en détail

ASPEN PHARMACARE HOLDINGS LIMITED ET SES FILIALES («Aspen», «le Groupe», «nous» ou «notre») CODE DE CONDUITE D ASPEN

ASPEN PHARMACARE HOLDINGS LIMITED ET SES FILIALES («Aspen», «le Groupe», «nous» ou «notre») CODE DE CONDUITE D ASPEN ASPEN PHARMACARE HOLDINGS LIMITED ET SES FILIALES («Aspen», «le Groupe», «nous» ou «notre») CODE DE CONDUITE D ASPEN La réputation et la crédibilité d Aspen reposent sur son engagement total à exercer

Plus en détail

Management de la sécurité des technologies de l information

Management de la sécurité des technologies de l information Question 1 : Identifiez les causes d expansion de la cybercriminalité Internet est un facteur de performance pour le monde criminel. Par sa nature même et ses caractéristiques, le monde virtuel procure

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

(traduit de l anglais) Bruxelles, le

(traduit de l anglais) Bruxelles, le MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET EUROPÉENNES Protocole Sous-Direction de la Logistique et de l'interprétation-traduction Département de la Traduction 57, boulevard des Invalides 75700 Paris : (33-1)

Plus en détail

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A.

A/RES/58/172. sect. A. 5 Résolution 58/4, annexe. sect. A. Nations Unies A/RES/58/172 Assemblée générale Distr. générale 11 mars 2004 Cinquante-huitième session Point 117, b, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la

Plus en détail

ISO14 0 01 ENVIRONNEMENTAL. Liste de contrôle à l usage des PME Êtes-vous prêt? SYSTÈMES DE MANAGEMENT

ISO14 0 01 ENVIRONNEMENTAL. Liste de contrôle à l usage des PME Êtes-vous prêt? SYSTÈMES DE MANAGEMENT ISO14 0 01 SYSTÈMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL Liste de contrôle à l usage des PME Êtes-vous prêt? ISO14 0 01 SYSTÈMES DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL Liste de contrôle à l usage des PME Êtes-vous prêt?

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA

RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA BANQUIERS SUISSES DEPUIS 1873 RÈGLES DE CONDUITE DE BSI SA MAI 2012 BSI SA (ci-après BSI ou la Banque ), soucieuse d accroître en permanence le niveau de qualité et d efficacité des services et produits

Plus en détail

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques ITIL V3 Transition des services : Principes et politiques Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé

Plus en détail

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES

RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES RÈGLES DE CONDUITE DE L ENTREPRISE D ASSURANCES 3 AVANT-PROPOS Le présent code de bonne conduite définit les règles auxquelles les entreprises d assurances ont souscrit à l égard de leurs nombreux interlocuteurs:

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

La Française des jeux

La Française des jeux La Française des jeux En 2006, la Cour a contrôlé les comptes et la gestion de la Française des jeux pour les exercices 1998 à 2004. Ce contrôle a donné lieu à rapport particulier communiqué à l entreprise,

Plus en détail

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base NATIONS UNIES Vienne, 2010 Résolutions

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données BUREAU DES AFFAIRES JURIDIQUES Règlement d INTERPOL sur le traitement des données [III/IRPD/GA/2011(2014)] REFERENCES 51 ème session de l Assemblée générale, résolution AGN/51/RES/1, portant adoption du

Plus en détail

RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS. Juillet 2006

RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS. Juillet 2006 RÉSEAU MONDIAL DE BANQUES D IMPORT-EXPORT ET D INSTITUTIONS DE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT (G-NEXID) STATUTS Juillet 2006 Préambule Considérant qu en juin 2004, à l occasion de la Onzième session de la

Plus en détail

PARTIE I À LA DÉCOUVERTE DES MARCHÉS PUBLICS LES PRINCIPES ET LES RÈGLES APPLICABLES

PARTIE I À LA DÉCOUVERTE DES MARCHÉS PUBLICS LES PRINCIPES ET LES RÈGLES APPLICABLES Table des matières Pages Index des principales abréviations Cadre législatif et réglementaire utilisé... 13 Avant-propos... 15 PARTIE I À LA DÉCOUVERTE DES MARCHÉS PUBLICS LES PRINCIPES ET LES RÈGLES APPLICABLES

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine 14. La collecte de données sur la violence envers les enfants Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine Introduction

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»?

QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Neuf questions pour les partis politiques : les réponses du Parti Québécois QUESTION 1 : Êtes-vous pour ou contre la «contribution santé»? Depuis 2009, l immense majorité des contribuables québécois doivent

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

Réglementation des jeux de casino

Réglementation des jeux de casino Chapitre 4 Section 4.01 Commission des alcools et des jeux de l Ontario Réglementation des jeux de casino Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.01 du Rapport annuel 2010 Contexte

Plus en détail

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1

Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Considérations sur la crise et le marché intérieur 1 Auteurs : Jacques Potdevin : Président de la Fédération des Experts comptables Européens (FEE - Federation of European Accountants 2 ) de 2007 à 2008.

Plus en détail