UE - Vers une réduction salariale drastique des banquiers Par Alex Barker à Bruxelles Traduction Jamila Arif

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UE - Vers une réduction salariale drastique des banquiers Par Alex Barker à Bruxelles Traduction Jamila Arif"

Transcription

1 AVEC LE SOUTIEN DE LA BANQUE POPULAIRE Economie internationale. Syndication FINANCIAL TIMES P. 5 GB Les gestionnaires de fonds misent contre la livre sterling Par Alice Ross et Robin Wigglesworth à Londres UE - Vers une réduction salariale drastique des banquiers Par Alex Barker à Bruxelles Traduction Jamila Arif Dr. Majid al-moneef P. 7 MOYEN-ORIENT NOMINATIONS Mohammad al-sheikh à la tête du régulateur saoudien Par Camilla Hall à Abu Dhabi P. 8 MOYEN-ORIENT Egypte Un marché de textile décousu Par Heba Saleh au Caire FTN 61.indd 1 21/02/13 00:26

2 1 Économie Internationale Syndication Financial Times UE - Vers une réduction salariale Le Royaume-Uni surpassé par la répression des bonus Par Alex Barker à Bruxelles Les plus sévères restrictions en matière de rémunération des banquiers depuis la crise financière de 2008 devraient être imposées par l Union européenne. La Grande-Bretagne a ainsi essuyé une défaite à Bruxelles sur une question chère à la City de Londres. Les discussions sur les réformes de l UE visant davantage de sécurité pour les banques entrent dans une phase potentiellement décisive avec une City lourdement désavantagée, après presque un an de diplomatie de couloir pour émousser la répression des primes poussée par le Parlement européen. La France est désormais en faveur de l appel du parlement à la limitation stricte des primes qui dépassent le salaire. Et une nette majorité, qui inclut désormais essentiellement l Allemagne, veut transiger afin que le différend sur les primes ne suspende pas les réformes des règles en matière de fonds propres des banques. Ce durcissement d opinion permet à l Irlande, qui assure la présidence tournante de l UE, de mettre la pression sur les trois récalcitrants menés par le Royaume-Uni pour convenir des termes devant être présentés au parlement. Dublin est convaincu de détenir une forte majorité. Les autorités britanniques s efforcent tant bien que mal d obtenir un remaniement du compromis provisoire. Celui-ci impose un bonus à 1:1 par rapport au salaire de base qui peut être porté à 2:1 avec le soutien d une majorité qualifiée des actionnaires. La Grande-Bretagne est allée plus loin dans ce débat en diffusant un document de position informelle le vendredi dernier, consulté par le Financial Times. Ce document propose des réformes alternatives qui «reposent sur le principe d un plafond» tout en retirant les éléments qui pourraient avoir un effet inverse. Cependant, cette offre est bien loin de répondre aux exigences fondamentales du Parlement: Un ratio serré d une fourchette maximale couvrant la totalité du bonus. Selon des diplomates, le Royaume-Uni aura une chance infime de pouvoir redéfinir de façon significative ou augmenter le ratio de 2:1. D autres ajustements proposés sont plus prometteurs dont notamment l exemption des banques basées dans l UE d appliquer les règles de leurs caisses en dehors de l Europe et l incitation à la requalification FTN 61.indd 2 21/02/13 00:26

3 Économie Internationale Syndication Financial Times 2 drastique des banquiers David Cameron des obligations. À l heure actuelle, les coupes s appliquent à toutes les banques opérant en Europe et leurs filiales et succursales à l international. Le document de huit pages soumis par le Royaume-Uni soutient que le ratio fixe exigé par le parlement encouragera les «salaires fi xes élevés au comptant», sapera la stabilité financière et affaiblira les règles existantes de récupération que les banques commencent à appliquer. Le ratio de Londres peut être fixé à n importe quel niveau et exclut «la rémunération à long terme», la forme de la rémunération doit suivre la santé de la banque comme par exemple les fonds propres ou les obligations qui sont anéantis en cas de faillite d une Les autorités britanniques s efforcent tant bien que mal d obtenir un remaniement du compromis provisoire. Celui-ci impose un bonus à 1:1 par rapport au salaire de base qui peut être porté à 2:1 avec le soutien d une majorité qualifiée des actionnaires. banque. Un porte-parole britannique a déclaré: «Nous avons toujours été en faveur d un régime rigoureux, mais nous devons nous assurer que toutes ces réformes ne créent pas d incitations involontaires qui fi nissent par aboutir à l inverse des objectifs établis». Les principaux dirigeants des banques ont vivement exhorté David Cameron, le Premier ministre britannique, à s opposer vigoureusement aux réductions. «Les banques paniquent», a déclaré un diplomate impliqué dans les pourparlers. «Elles pensent toujours que le Royaume-Uni et l Allemagne pourraient les sauver». Les députés européens font pression pour la plus dure version à appliquer éventuellement aux hedge funds et aux gestionnaires de portefeuilles, qui sont soumis aux règles de primes existantes conçues pour les banques. FTN 61.indd 3 21/02/13 00:26

4 3 Économie Internationale Syndication Financial Times Les gestionnaires de fonds misent Par Alice Ross et Robin Wigglesworth à Londres Hedge funds et gestionnaires de placements abandonnent la livre sterling au moment où la croissance économique britannique décevante, la menace d une dégradation de sa dette et un changement prochain de la garde de la Banque d Angleterre ont suscité des inquiétudes à propos d une baisse de la valeur des actifs du pays. Plus de spéculateurs court-circuitent la livre plutôt que de l acheter pour la première fois en cinq mois, selon les chiffres de la Commission US Commodity Futures Trading qui sont utilisés comme indicateur de l activité dans la communauté mondiale des hedge funds. Le pari contre la livre sterling est la deuxième action plus populaire après le shorting du yen, qui s est effondré face aux autres devises au moment où les investisseurs se sont positionnés pour une politique monétaire plus expansionniste au Japon. «La livre semble clairement confrontée au risque de suivre le yen et souffrir d une prochaine dévaluation à grande échelle d une monnaie majeure», a déclaré Mansoor Mohi-Uddin, directeur de la stratégie monétaire mondiale à l UBS. De nombreux gestionnaires d actifs dont notamment Franklin Templeton, l un des FTN 61.indd 4 21/02/13 00:26

5 Économie Internationale Syndication Financial Times 4 t contre la livre sterling Sir Mervyn King Mark Carney plus grands investisseurs obligataires dans le monde, disent qu ils ont réduit leurs positions dans le marché des gilts. Ils s attendent à ce que les rendements augmentent et la livre sterling s affaiblisse. FX Concepts, le fonds de couverture de risque de change est parmi les investisseurs qui ont profité des positions courtes de la livre sterling cette année. La livre sterling a touché son plus bas depuis sept mois contre le dollar la semaine dernière après l avertissement de la BoE que l inflation se poursuivrait au-dessus de sa cible et la croissance resterait atone. La livre a chuté à son plus bas niveau contre la monnaie unique depuis Les coûts d emprunt de l Etat ont augmenté la semaine dernière à leur plus Plus de spéculateurs courtcircuitent la livre plutôt que de l acheter pour la première fois en cinq mois, selon les chiffres de la Commission US Commodity Futures Trading qui sont utilisés comme indicateur de l activité dans la communauté mondiale des hedge funds. haut niveau depuis Avril, avec des rendements de gilts à 10 ans qui s élèvent au-dessus de 2,2%. Les attentes indiquant que Mark Carney, le gouverneur de la BoE entrant, serait encore plus souple que son prédécesseur ont également suscité la prudence quant aux actifs au Royaume-Uni. Sir Mervyn King, le gouverneur actuel, a déclaré la semaine dernière que les pays devraient être autorisés à mettre en œuvre des politiques visant à stimuler la croissance qui auraient des conséquences sur leurs taux de change. La BoE a souligné qu elle ne visait pas le taux de change du Royaume- Uni, conformément à un communiqué publié par le G20 lors du weekend indiquant que les membres des plus grandes économies de la planète devraient s abstenir de toute dévaluation compétitive de leurs monnaies. «La réalité est que tout le monde est engagé dans la guerre monétaire mondiale mais en interdisant aux autres de l admettre», écrit Stephen Jen, responsable du hedge fund SLJ Macro partners, dans une note le week-end dernier. FTN 61.indd 5 21/02/13 00:26

6 5 Économie Internationale Syndication Financial Times NOMINATIONS Mohammad al-sheikh à la tête du Par Camilla Hall à Abu Dhabi Abdulrahman al-tuwaijri Fahad al-moubarak saoudite a nommé Mohammad al-cheikh - récemment désigné directeur général à la Banque mon- L Arabie diale - à la tête de l Autorité des marchés financiers. Cette dernière règlemente la plus grande bourse dans le monde arabe. M. Sheikh rejoint l institution en tant que partenaire du cabinet Latham & Watkins basé à Riadh, le cabinet d avocats américain, qui s est associé à son entreprise. Il s est spécialisé dans les marchés de capitaux, les fusions & acquisitions et restructuration, ainsi que la finance islamique. Diplômé de Harvard, le profil financier et juridique de M. Sheikh devrait l aider dans son nouveau rôle puisque le royaume avance dans ses plans d ouverture de son marché boursier évalué à environ 400 milliards $ aux acheteurs internationaux pour la première fois. M. Sheikh remplace Abdulrahman al- Tuwaijri, qui a été aux gouvernes de l agence depuis 2006 et fût remplacé ce mois-ci par décret royal. Mais M. Sheikh est en face d un tableau beaucoup plus rose que son prédécesseur. En 2006, lorsque M. Tuwaijri a été nommé, le marché boursier saoudien était en chute libre, suscitant la panique des investisseurs locaux. Cette nomination est la plus récente d une série de remaniements au sein des équipes financières et politiques en Arabie Saoudite, des changements qui se sont amplifiés depuis Dans un passage à l expertise du secteur privé, un nouveau gouverneur de la banque centrale, Fahad al-moubarak, ancien directeur général chez Morgan Stanley, a été nommé en Pendant ce temps, Majid al-moneef a abandonné la course pour le poste de secrétaire général de l OPEP après avoir été promu au sein du Conseil économique suprême saoudien, un organisme basé à Riyadh, qui conseille le roi sur la politique économique. «Il posera les bonnes questions requises pour un tel poste», explique un économiste basé à Riyad. M. Moneef a assuré les fonctions de gouverneur de l Arabie saoudite de l OPEP et de conseiller principal auprès de Ali al-naimi, le ministre du pétrole de longue date du plus grand exportateur de pétrole dans le monde. Stuart Jones, l ancien fonctionnaire du Trésor américain basé à Abu Dhabi, a quitté le gouvernement FTN 61.indd 6 21/02/13 00:26

7 Économie Internationale Syndication Financial Times 6 régulateur Saoudien pour rejoindre les consultants de la firme Ernst & Young à Dubaï. Son nouveau rôle de directeur exécutif de l assurance pour le Moyen-Orient et l Afrique du Nord abordera certaines de ses anciennes fonctions auprès du Trésor. Son nouveau job consistera entre autres à aider E & Y à construire son activité de conseil aux entreprises dans la région. Il assistera les entreprises à améliorer les contrôles financiers et assurera leur conformité à la réglementation internationale sur les questions de corruption et de blanchiment d argent. Venu tout droit du domaine de la mise en application des règles lors de son parcours professionnel au sein du gouvernement américain sur des affaires telles que l application des sanctions iraniennes, M. Jones est bien placé pour transmettre ses compétences au secteur privé. «Certains estiment que les sanctions internationales ou la UK Bribery Act ou la FCPA [Foreign Corrupt Practices Act] Cette nomination est la plus récente d une série de remaniements au sein des équipes financières et politiques en Arabie Saoudite, des changements qui se sont amplifiés depuis (la loi sur la corruption dans les transactions à l étranger) ne s appliquent pas ici, mais elles s y appliquent», explique M. Jones. «Si vous faites partie du système fi nancier international, ces choses là importent» Il ajoute: «Comme cette prise de conscience ne cesse de croitre, les conseils et les présidents des conseils d administration prennent des mesures proactives pour protéger les organisations». Au Qatar, il est apparu cette semaine que le grand banquier d investissement du Credit Suisse Rami Touma avait démissionné. M. Touma a dirigé l unité de banque d investissement du prêteur suisse à Doha depuis Le poste est particulièrement stratégique pour la banque étant donné que Qatar Holding, le fonds d investissement soutenu par l État, est le deuxième actionnaire. En conséquence, le Credit Suisse a bénéficié d une grosse part du marché des activités du fonds souverain qatari, boostant les frais bancaires d investissement. Credit Suisse a commencé à relocaliser une partie de son staff de Dubaï à Doha. Un jeu de challenge pour Dubaï, le hub bancaire régional. En Novembre, le Credit Suisse et Qatar Holding ont convenu de former un gestionnaire d actifs, Aventicum Capital Management visant la stimulation des investissements dans les marchés émergents. Le système bancaire au Qatar a été sous les feux des projecteurs ces dernières semaines. A peine après que le Financial Times avait rapporté qu une enquête britannique devait examiner des allégations sur un prêt consenti au Qatar par Barclays au cœur de la crise financière, lorsque la banque a sollicité des fonds de l Etat du Golfe. Credit Suisse a également accordé un prêt au Qatar, mais contrairement à Barclays, la banque a révélé la transaction aux autorités de réglementation à l époque. FTN 61.indd 7 21/02/13 00:26

8 7 Économie Internationale Syndication Financial Times MOYEN-ORIENT EGYPTE Un marché de textile Par Heba Saleh au Caire courante de la livre égyptienne depuis Décembre est une bonne L évolution nouvelle pour l industrie textile, mais son impact est atténué par la détérioration de la conjoncture économique et commerciale depuis la révolution de 2011, indiquent les exportateurs. Les manufacturiers soutiennent depuis des années que la monnaie est surévaluée, nuisant ainsi à la compétitivité des entreprises. Bien qu ils se félicitent aujourd hui de la dévaluation de la livre, ils sont profondément inquiets des bouleversements dans le marché des changes et la détérioration plus générale du climat des affaires. La livre égyptienne a perdu 8% de sa valeur contre le dollar depuis la fin de Décembre, lorsque la banque centrale a introduit un nouveau système d adjudication de devises visant à endiguer l épuisement des réserves internationales du pays. L industrie textile est l un des plus grands employeurs de l Egypte. Elle fournit un quart de l ensemble des emplois industriels et représente 27% des exportations non pétrolières, dont 60% des exportations vers les États-Unis. Au cours des neuf premiers mois de 2012, l Égypte a exporté une valeur de 2,2 milliards de dollars de textiles. Ce qui représente une baisse de 10% par rapport à la même période l année précédente. Une livre moins chère, disent les exportateurs, devrait rendre leurs produits plus attrayants, mais le bilan est plutôt mitigé car l industrie du vêtement s appuie aussi fortement sur les importations d un nombre de composants dont notamment les fils, les tissus et les accessoires. L Egypte est connue pour la haute qualité de son coton, mais la récolte locale pour la plupart des variétés aux fibres extra-longues, est exportée principalement parce qu elle est trop fine et trop coûteuse à utiliser dans la production des denims et T-shirts, les principaux articles fabriqués pour les marchés occidentaux. «L impact de la dévaluation n est pas aussi positif que cela aurait pu être, parce que le problème ici est que nous n avons pas approfondi l industrie. Nous avons donc encore besoin d importer beaucoup», explique Magdi Tolba, di- FTN 61.indd 8 21/02/13 00:26

9 Économie Internationale Syndication Financial Times 8 décousu recteur exécutif du Cairo Cotton Center, un fabricant égyptien qui fournit des détaillants aux États-Unis et en Europe tels que Macy, Nike et Marks and Spencer. «Tous les tissus pour vêtements exportés proviennent de l étranger. Même le fi l des T-shirts provient de l Asie du Sud». Il s est plaint de l émergence d un marché noir de dollars ces dernières semaines. Les gens se sont empressés de thésauriser la monnaie américaine anticipant une accentuation du glissement de la livre. Un autre reproche concerne les retards et les restrictions imposées par les banques sur les transferts à l étranger qui, dit-il, retardent les importations nécessaires et perturbent les calendriers de production. Les autres problèmes qui affligent l industrie sont les taux d intérêt élevés qui s élèvent à 15% et les frais onéreux imposés par les banques pour faire reculer les dettes des entreprises en difficulté, ajoute M. Tolba. Pourtant, il critique la manière de la dévaluation, en faisant valoir qu elle est venue trop tard et que la décision d autoriser la livre à glisser progressivement a conduit à la création d un marché noir. Une forte baisse à un niveau auquel la monnaie pourrait augmenter légèrement aurait été une meilleure solution, dit-il. Comme d autres exportateurs, M. Arafa a accusé une baisse de chiffre d affaires et il a dû freiner l expansion de ses activités. Et d ajouter que le gouvernement n avait pas pris des mesures pour soutenir les entreprises qui éprouvent des difficultés en leur permettant, par exemple, de rééchelonner les dettes des services publics. En conséquence de nombreuses usines ont dû fermer. Lui et d autres fabricants affirment qu ils ont dû réduire leurs plans d expansion au cours des deux dernières années. Le Cairo Cotton Center a exporté 38 millions $ en 2010, mais ses ventes ont chuté à 32 millions de dollars en «Il semble que nous allons boiter en 2013 à moins d entreprendre des changements radicaux», espère M. Tolba. Alaa Arafa, le président de Arafa Group, l un des plus grands fabricants égyptiens de prêt-à-porter vendus par des marques occidentales a déclaré au Financial Times que pour son entreprise la dévaluation de la livre devrait se traduire par une réduction de 6% des coûts à la suite d économies sur les intrants locaux. «Il n est pas un homme heureux dans un pays malheureux», dit-il. «Vous pouvez juste être moins malheureux que d autres. Ce que nous constatons, c est que les clients se méfi ent de venir ici». «S ils sont toujours prêts à prendre le risque des retards dans la livraison en raison des grèves des travailleurs ou d un port, ils exigeront un avantage sous la forme d une récompense fi nancière». M. Arafa affirme que le business a chuté d environ 20% par rapport à la période d avant la révolution. Une usine a été ouverte en 2010 à Beni Souef dans le sud en projetant la création de emplois. Mais elle a dû s arrêter à «Nous avions des plans de développement, mais nous ne pouvons pas convaincre les partenaires étrangers à prendre plus de risques», se lamente-t-il. FTN 61.indd 9 21/02/13 00:26

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur,

Editorial. Chère lectrice, cher lecteur, Version de : juillet 2013 Le point sur... Informations fournies par le ministère fédéral des Finances Les mécanismes européens de stabilité Sur la voie de l Union de la stabilité 1 2 3 4 ème volet Editorial

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

GemCoin la nouvelle monnaie virtuelle cryptée Bonjour

GemCoin la nouvelle monnaie virtuelle cryptée Bonjour Bonjour Comment dans ce nouveau monde économique, le Gemcoin nouvelle, est en train de s imposer et comment vous pouvez en tirer profit? Je vais sûrement vous faire rêver, certains ne voudrons pas y croire,

Plus en détail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail

TENDANCES CONJONCTURELLES Fiche de travail De quoi s agit-il? Le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) est le centre de compétence de la Confédération pour toutes les questions fondamentales de politique économique. La situation économique actuelle

Plus en détail

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE

L ACTUALITÉ FÉDÉRALE L ACTUALITÉ FÉDÉRALE Quelle monnaie pour une Écosse indépendante? Patrick Leblond Université d Ottawa École supérieure d affaires publiques et internationales Dans quelques jours, soit le 18 septembre,

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Banque aurait dû travailler seule et prendre des mesures beaucoup plus drastiques pour contrer cette poussée inflationniste.

Banque aurait dû travailler seule et prendre des mesures beaucoup plus drastiques pour contrer cette poussée inflationniste. Propos tenus par M. Rundheersing Bheenick, Gouverneur de la Banque de Maurice, lors de la conférence de presse, au lendemain de la réunion du Comité de Politique Monétaire du 28 mars 2011 Le but de cette

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada?

Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada? COMMENTAIRE Services économiques TD EN TERRITOIRE NÉGATIF Les taux d intérêt négatifs à l européenne feront-ils le saut au Canada? Faits saillants Le renforcement des mesures de stimulation monétaire à

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

Crises financières et de la dette

Crises financières et de la dette Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013 S-2 Crises financières

Plus en détail

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015

MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 MARCHÉS FINANCIERS ET INVESTISSEMENTS INDUSTRIELS SEPTEMBRE 2015 DES TAUX D INTÉRÊT TRÈS BAS DEPUIS LONGTEMPS SANS REDÉCOLLAGE SENSIBLE DE LA CROISSANCE MONDIALE Les taux d intérêt réels à court et moyen

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien

La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien La variation du taux de change et la compétitivité du secteur manufacturier canadien Publication n o 2013-19-F Le 22 avril 2013 Mathieu Frigon Division de l économie, des ressources et des affaires internationales

Plus en détail

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE

FIN-INTER-01 LE CONTEXTE FIN-INTER-01 LE CONTEXTE Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 2 heures Objectifs : Positionner le domaine de la finance internationale dans son contexte. Pré requis : Néant. Modalités

Plus en détail

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0.

REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS. flambée des titres technologiques à la fin des années 1990, le nombre dollars américains). 1.00. 3 mois 1 an 0. REVUE DES MARCHÉS FINANCIERS Au 30 juin, les marchés boursiers mondiaux ont inscrit des gains pour un Aux États-Unis, la création d emploi a fait un bond et le taux de chômage quatrième trimestre d affilée.

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM

ATTIJARI MARKET RESEARCH FX & COMMODITIES TEAM 15 juin 2009 Forex Weekly Highlights I. Evénements clés et statistiques de la semaine du 15 juin 2009 Le retour de l aversion au risque a permis au billet vert d effacer un peu des pertes accumulées face

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young

Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Réponse du ministère des Finances à l examen du Programme de placement de titres sur le marché de détail, de Cap Gemini Ernst & Young Aperçu Au cours de la première moitié des années 1990, le Canada était

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA)

La BNS capitule: Fin du taux plancher. Alain Freymond (BBGI Group SA) La BNS capitule: Fin du taux plancher Alain Freymond (BBGI Group SA) Changement radical de politique monétaire le 15/1/2015 Les taux d intérêt négatifs remplacent le taux plancher 1. Abandon du taux plancher

Plus en détail

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés

1. La fonction de règlement ne peut être assurée au niveau international que dans des conditions bien différentes. D une part, les agents concernés Introduction La notion de système évoque l idée d organisation. Un système monétaire national est l organisation des relations monétaires dans un pays : comment les agents économiques peuvent-ils utiliser

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015)

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) En vue d éclairer l opinion publique tunisienne, initiée et non initiée, sur l opportunité de l émission obligataire

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015

La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 PERSPECTIVES La guerre des devises, une source d opportunités Mars 2015 Depuis le début de l année 2015, de nombreuses banques centrales à travers le monde ont abaissé leur taux d intérêt ou pris d autres

Plus en détail

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut

LE DOLLAR. règne en maître, par défaut LE DOLLAR règne en maître, par défaut Les arrangements monétaires internationaux sont examinés à la loupe depuis la crise financière mondiale Eswar Prasad LE DOLLAR a été la principale monnaie mondiale

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

Actualités géopolitiques

Actualités géopolitiques Aon Hewitt Retraite et gestion de placements Le Mois en Bref Avril 2015 Dans cette édition Le cours du pétrole se redresse, mais l incertitude persiste 1 Actualités géopolitiques 2 Actualités économiques

Plus en détail

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque

Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire suisse: une histoire à succès, mais aussi à risque Le secteur bancaire génère presque 1% du produit intérieur brut (PIB) de la Suisse; il représente ainsi une branche essentielle de

Plus en détail

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales.

Cela a notamment conduit à l accroissement de la rentabilité du capital au détriment du travail dans toutes les économies occidentales. 1 Contribution de Jean Pierre BRARD, député apparenté communiste de Seine Saint Denis, et de Bernard VERA, sénateur communiste de l Essonne, membres du groupe de travail Assemblée nationale Sénat sur la

Plus en détail

Recrutement financier : état des lieux et perspectives

Recrutement financier : état des lieux et perspectives AUSTRALIA BELGIUM FRANCE HONG KONG IRELAND JAPAN LUXEMBOURG NETHERLANDS NEW ZEALAND SINGAPORE SOUTH AFRICA UK USA Recrutement financier : état des lieux et perspectives Antoine Morgaut - 17/03/2009 1 Sommaire

Plus en détail

La Grande Dépression et la création de la Banque du Canada

La Grande Dépression et la création de la Banque du Canada Banque du Canada, billet de 25 dollars, 1935 Ce premier billet commémoratif émis par la Banque du Canada a été lancé le 11 mai 1935 pour souligner le 25 e anniversaire du règne du roi George V. La Grande

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance?

Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? CHAPITRE 1 Safari des produits financiers qu est-ce qui s échange sur la planète finance? Plongeons au cœur du sujet ami lecteur, et pour cela imaginezvous à la tête d une entreprise, la GlobalCo. Pour

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile»

«Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Les Echos NESSIM AIT-KACIMI / JOURNALISTE LE 22/10 À 15:59, MIS À JOUR À 16:24 «Le trading des tendances de court terme reste très difficile» Après avoir co-fondé AHL en 1987, David Harding créé son propre

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse

La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse février La baisse surprise des taux directeurs entraîne les taux de détail à la baisse Faits saillants L année a débuté dans un environnement difficile, favorisant de nouvelles baisses des taux d intérêt.

Plus en détail

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA

Privilégier les actions et les emprunts d entreprise aux placements monétaires et aux emprunts d Etat AAA Swisscanto Asset Management SA Waisenhausstrasse 2 8021 Zurich Téléphone +41 58 344 49 00 Fax +41 58 344 49 01 assetmanagement@swisscanto.ch www.swisscanto.ch Politique de placement de Swisscanto pour

Plus en détail

Analyse de la carte :

Analyse de la carte : Amorcée au 18eme siècle en Angleterre la révolution industrielle s accélère dans les années 1870 1880 et se diffuse dans toute l Europe et aux USA. Stimulé par de nouvelles inventions comme l électricité,

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE FOREX?

QU EST-CE QUE LE FOREX? Chapitre 1 QU EST-CE QUE LE FOREX? 1. INTRODUCTION Forex est la contraction de foreign exchange qui signifie «marché des changes». C est le plus grand marché du monde. Le volume journalier moyen des transactions

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014

Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Flash Stratégie n 2 Octobre 2014 Vers un retour de l or comme garantie du système financier international. Jean Borjeix Aurélien Blandin Paris, le 7 octobre 2014 Faisant suite aux opérations de règlement

Plus en détail

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 3 Bretton Woods et le système monétaire 3.1 L étalon-or Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 1 Le prix d or

Plus en détail

Les systèmes de taux de change

Les systèmes de taux de change Les systèmes de taux de change Du taux de change fixe au taux de change flottant 2012 1 Introduction Dans une économie globalisée, avec des marchés financiers intégrés, comme celle dans laquelle nous vivons

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

LE FOREX. www.tradafrique.com 1

LE FOREX. www.tradafrique.com 1 LE FOREX www.tradafrique.com 1 I) La définition du forex Le Forex, est un terme désignant le Marché des Changes, un marché sur lequel sont échangées les devises internationales. En raison de son volume

Plus en détail

Point de la situation pour les obligations

Point de la situation pour les obligations Point de la situation pour les obligations Inform informations générales à l intention des investisseurs institutionnels 3 e trimestre 2005 Situation initiale : composantes du taux d intérêt d un emprunt

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale

Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Colonisation/colonialisme: variables coloniales dans l économie internationale Présentation de David Cobham Heriot-Watt University, Edinburgh 1 Esquisse: Les variables coloniales dans les modèles de gravité

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire

Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Répercussions sur l emploi de l activité de l habitation et du crédit hypothécaire Préparé pour : Association canadienne des conseillers hypothécaires accrédités Par : Will Dunning économiste en chef de

Plus en détail

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum.

LE CROWDFUNDING. Copyright Duhamel Blimbaum. LE CROWDFUNDING Copyright Duhamel Blimbaum. Introduction Le financement participatif (ou «crowdfunding» en anglais) est un mode de financement, via internet, qui permet de collecter les apports financiers

Plus en détail

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH»

L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» 193-202.qxp 09/11/2004 17:19 Page 193 L INVESTISSEMENT JOUE À «CASH-CASH» Département analyse et prévision de l OFCE La rentabilité des entreprises s'est nettement redressée en 2003 et 2004. Amorcée aux

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013

Les stratégies de sortie de crise. Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 2013 Les stratégies de sortie de crise Isabelle Job-Bazille Directeur des Etudes Economiques Septembre 213 S endetter est facile se désendetter devient un jour, obligatoire et risqué Page 2-22/7/211 ECO/EIS

Plus en détail

L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest

L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest Atelier de la classe de premiere en Sciences Economiques & Sociales Revue de presse économique, politique et sociale française Janvier

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Définition. Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées

Définition. Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées Les Swaps 1 Définition Une opération de Swap est un accord d échange de flux à des dates futures et dans des conditions préspécifiées 2 Définitions Il y a deux types de swaps de taux : Les swaps de taux

Plus en détail

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée?

2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Flash Stratégie Janvier 2015 2015 et l investissement en actions : la prise de risque est-elle justifiée? Jean Borjeix Paris, le 20 janvier 2015 Dans ce document nous allons tout d abord rapprocher nos

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 Sommaire de gestion Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires 2015 23 juillet 2015 L'Association canadienne du commerce des valeurs mobilières (ACCVM) est reconnaissante

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Quels sont les risques sous-jacents liés au trading sur indice boursier?

Quels sont les risques sous-jacents liés au trading sur indice boursier? Indices boursiers Factsheet Introduction Trading sur indice boursier Les indices boursiers proposés sur les plateformes eforex de Swissquote sont des contrats sur dérivés de gré à gré (OTC) dont le sous-jacent

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE :

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE : MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) 1ER - DE LA CRISE À LA GUERRE DE LA CRISE À LA GUERRE (1929-1945) L ÉCONOMIE EN CRISE DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE

Plus en détail

Le conflit des retraites en France

Le conflit des retraites en France Le conflit des retraites en France Philippe Légé En 2010, la France a connu une intense lutte sociale. Le facteur qui l a déclenchée était une réforme qui, selon le Premier ministre, François Fillon, était

Plus en détail

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION Philippe Montigny, Président, ETHIC Intelligence EIFR Paris, le 3 juillet 2013 1 Le monde a changé La responsabilité d une entreprise peut être engagée

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE. Finance internationale, 9 ème édition Y. Simon et D. Lautier LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE 2 Section 1. Problématique de la gestion du risque de change Section 2. La réduction de l exposition de l entreprise au risque de change Section 3. La gestion du risque de

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies

4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies 4.1.3. Le flottement généralisé des monnaies L effondrement du système de Bretton-Woods (1965-1971) Le problème de la convertibilité du dollar Le paradoxe de Triffin aurait pu être surmonté par une politique

Plus en détail

Choc financier et prix des matières premières

Choc financier et prix des matières premières Choc financier et prix des matières premières Olivier BIZIMANA Direction des Études Économiques http://kiosque-eco.credit-agricole.fr 15 décembre 2008 1 Olivier Bizimana 33 (0)1.43.23.67.55 olivier.bizimana@credit-agricole-sa.fr

Plus en détail

La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative

La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative Stratégie 24 Update II/2014 La gestion à succès d une stratégie «market neutral» alternative Depuis la fin de l année 2007, le secteur des hedges funds a entamé une traversée du désert. Pourtant, le nouveau

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013

L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES. Tableau de bord. 25 ème rapport annuel. Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 L OBSERVATOIRE DES CRÉDITS AUX MÉNAGES 25 ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 29 Janvier 2013 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 25 ième

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail