Banque africaine de développement. Revue du droit au service du. développement. Volume Un

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Banque africaine de développement. Revue du droit au service du. développement. Volume Un"

Transcription

1 Revue du droit au service du développement Volume Un BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT AFRICAN DEVELOPMENT FUND FONDS AFRICAIN DE DÉVELOPPEMENT BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT AFRICAN DEVELOPMENT FUND FONDS AFRICAIN DE DÉVELOPPEMENT

2 Revue du droit au service du développement La Revue du droit au service du développement est une publication du Bureau du Conseiller juridique général et du Département des services juridiques de la. Il s agit d une revue savante à visée pragmatique, destinée à nourrir la réflexion sur le développement de l Afrique. Les avis qui y sont exprimés sont les points de vue des différents auteurs et ne reflètent pas forcément ceux du Conseil des gouverneurs, du Conseil d administration et de la Direction de la Banque. La Revue du droit au service du développement paraîtra tous les deux ans. 2006, Référence : Bad, Rev.D.Dev. ISBN Tous droits réservés. À l exception de l utilisation équitable à des fins de recherche, d étude privée, de critique ou d examen, il est fait interdiction de reproduire, conserver ou communiquer toute partie de cette publication, sous quelque forme que ce soit ni par quelque moyen que ce soit, sans l accord écrit préalable du titulaire du droit d auteur. Ce dernier accorde l autorisation de photocopier des articles pour un usage interne et personnel aux bibliothèques et autres usagers du Copyright Clearance Center (CCC), 222 Rosewood Drive, Danvers, Massachusetts 01923, États-Unis (www.copyright.com). Cette autorisation ne s étend pas aux autres formes de reprographie, telles que celles destinées à une diffusion générale à des fins publicitaires ou promotionnelles, à la production de travaux collectifs nouveaux ou à la revente. Toutes les autres demandes portant sur les droits ou licences, y compris les droits subsidiaires, doivent être adressées au Bureau du Conseiller juridique général de la. Siège : 01 BP 1387 Abidjan 01, Côte d Ivoire. Agence temporaire de relocalisation : BP 323, 1002 Tunis Belvédère, Tunisie.

3 Revue du droit au service du développement Volume Un Conseiller éditorial/editorial Advisor Adesegun A. AKIN-OLUGBADE Conseiller juridique général Rédacteur en chef/editor-in-chief Seward M. COOPER Conseiller juridique en chef, Bonne Gouvernance Directeur de rédaction/managing Editor C. Valerie DABADY LIVERANI Conseillère juridique principale, Opérations Rédacteurs associés/associate Editors Cecilia A. AKINTOMIDE Conseillère juridique en chef, Administration et affaires institutionnelles Souley AMADOU Conseiller juridique principal, Opérations Rédacteurs stagiaires/editorial Interns Sebantu RUHANAMIRINDI Ben Vamissa CISSE

4 Revue du droit au service du développement Sommaire Avant-propos, Adesegun A. Akin-Olugbade...III Introduction, Seward M. Cooper... VI articles...1 Vers un modèle de code des investissements pour l Afrique Kojo Yelpaala...2 Quelques préoccupations et enjeux fondamentaux concernant l Arbitrage en Afrique Amazu A. Asouzu Évolution du droit coutumier et du droit islamique en Afrique John Miles (avec Marie Kidwell, Belinda Robins, Llyr Rowlands et James Brown) Marchés financiers: Résorber le déficit de financement du logement au moyen de valeurs mobilières hypothécaires Mary Boakye, Myma Belo-Osagie et Cathy Patterson Réflexion sur les évolutions récentes du droit Le Groupe de la et l établissement d un Mécanisme indépendant d inspection Duncan M. Kiara Mobiliser des ressources pour le secteur de l eau en Afrique : le Fonds spécial de la Facilité africaine de l eau Cecilia Akintomide II Le nouveau Programme de prêts sans garantie souveraine de la Banque africaine de développement Titus Edjua

5 Avant-propos III

6 Revue du droit au service du développement Avant-propos La est incontestablement la première des institutions africaines de financement du développement, dotée d un mandat clairement défini : promouvoir le progrès social et le développement économique durable de ses pays membres régionaux (africains), individuellement et collectivement. Elle entend devenir la première institution de financement du développement sur ce continent. Pour ce faire, elle s attache notamment à relever un double défi : se transformer en une banque du savoir et promouvoir la bonne gouvernance. En 2006, il peut être tentant de penser que ces objectifs sont des rêves, des clichés éculés ou des déclarations politiquement correctes auxquels croient les juristes spécialistes des questions de développement et les experts de la lutte contre la pauvreté. D aucuns peuvent, en particulier, considérer que l accent mis sur la bonne gouvernance n a rien de remarquable. Cependant, en 2000, ni la bonne gouvernance ni la défense de la primauté du droit en tant qu éléments intrinsèques d un programme d action global en faveur du développement, ne relevaient de l orthodoxie juridique, et pas davantage d un concept communément accepté. Au mois de mai 2000, après ma nomination en qualité de cinquième Conseiller juridique général du Groupe de la, j ai, avec mes collègues, élaboré le Droit au service du développement, en partant d une idée simple : le droit doit et peut constituer un instrument efficace de promotion du développement durable. Selon nous, il fallait une approche totalement différente face aux problèmes apparemment insolubles et aux défis du développement de l Afrique. Dès lors que les juristes, et surtout les théoriciens et praticiens, ont reconnu que l extrême pauvreté était préjudiciable à la dignité humaine, la primauté du droit est apparue comme le seul moyen que l on pouvait encore mettre en œuvre pour s attaquer à ce phénomène et l éradiquer, afin de jeter de solides bases menant au développement durable. IV Le Droit au service du développement comporte trois axes : renforcement de la primauté du droit au sein du Groupe de la Banque ; assistance aux pays membres régionaux dans la mise en place d institutions stables et de capacités supplémentaires ; partenariats avec d autres institutions, et, le cas échéant, création de nouvelles institutions, de manière à promouvoir la bonne gouvernance. Cette stratégie, sorte de manifeste,

7 Avant-propos a défini une feuille de route et des jalons permettant d en mesurer l efficacité. L un de ces jalons est la publication de la Revue du droit au service du développement, qui a pour finalité d encourager la réflexion et la recherche juridiques sur les questions liées au développement. Ce premier numéro de la Revue du droit au service du développement est donc le fruit d une stratégie minutieusement élaborée pour aider la Banque, et, à travers elle, nos pays membres régionaux, à tendre vers un double objectif : faire progresser le savoir et promouvoir la bonne gouvernance. Les articles qui le composent reflètent l éventail des compétences de quelques-uns des plus éminents théoriciens et praticiens du droit. Ils présentent une analyse technique solide, et des recommandations avisées, sur des aspects juridiques contemporains relatifs au développement. J espère vivement que cette publication bisannuelle contribuera au renouveau d un savoir juridique d excellence sur le continent africain. Je tiens à remercier les auteurs et tous mes collègues, qui n ont ménagé aucun effort pour concevoir ce premier numéro de la Revue du droit au service du développement, et je dédie cette publication à tous les membres (actuels et passés) du Bureau du Conseiller juridique général et du Département des services juridiques de la Banque. Adesegun A. AKIN-OLUGBADE, Conseiller juridique général Juin 2006 V

8 Revue du droit au service du développement Introduction Il est communément admis que le développement socioéconomique de l Afrique dépend de plusieurs facteurs fondamentaux, parmi lesquels figure la bonne gouvernance, tant sur le plan de la politique que de l économie. Dans ce contexte, la Banque a adopté une politique pour la bonne gouvernance, incluant, parmi cinq piliers, la réforme de l appareil juridique et judiciaire. Le Département des services juridiques de la Banque a ensuite défini un programme intitulé Le Droit au service du développement. Faisant du droit un outil du développement de l Afrique, sous un angle pragmatique, ce programme analyse l environnement juridique et judiciaire des pays de ce continent, et propose un cadre propice à des améliorations. Le Droit au service du développement ne se limite pas aux aspects commerciaux, mais traite également de questions importantes pour la lutte contre la pauvreté et l accès à la justice. C est donc logiquement que la Banque a co-organisé la première Conférence panafricaine sur le droit, la justice et le développement, en Cette conférence a débouché sur l adoption, par des juristes africains, de la Déclaration d Abuja sur ces trois thèmes. C est peut-être le préambule de la Déclaration qui résume le mieux la position de ces hommes de loi : La primauté du droit, la justice, le respect des droits fondamentaux et le développement sont inextricablement liés. Pour nous aussi, ce lien entre droit et développement ne fait aucun doute. Le chaos règne s il n y a pas d État de droit. L absence d un système judiciaire adéquat engendre l injustice. L injustice suscite le mécontentement, qui, à son tour, déclenche la révolte, dont les conséquences sont imprévisibles. Le développement nécessite des conditions stables et prévisibles, et non chaotiques ou imprévisibles. VI En conséquence, l Afrique doit concevoir un régime judiciaire qui crée un environnement propice au développement, notamment à l investissement local et étranger. Diverses études montrent que l Afrique a reçu très peu de fonds extérieurs au cours de la dernière décennie. Il faut que les économies de ce continent s appuient davantage sur leurs propres ressources, les mobilisent, freinent la fuite des capitaux domestiques et

9 Introduction attirent des flux nouveaux, dont les revenus des expatriés, afin de stimuler l investissement et le développement sur leur territoire. Les articles de ce premier numéro examinent des aspects cruciaux ayant trait à la législation sur l investissement, au mode alternatif de règlement des conflits, au droit coutumier et islamique, ainsi qu aux marchés des capitaux en Afrique. Ces thèmes ont été soigneusement sélectionnés. Les marchés des capitaux, par exemple, constituent des canaux transparents et efficaces pour la mobilisation de ressources financières. Ils permettent une large participation au secteur financier et pourraient contribuer au financement du logement à un coût abordable sur ce continent. Mais il faut, entre autres, un climat d investissement favorable, reposant sur la primauté du droit et facilité par des mécanismes alternatifs de résolution des conflits de manière rapide, non onéreuse et impartiale. Au nombre de ces défis se trouvent ceux qui naissent de la diversité du droit coutumier et du droit religieux en Afrique. Le droit coutumier, et, parfois, le droit religieux, concernant la majeure partie de la population de ce continent, toute analyse sérieuse des textes de loi qui influent sur le développement de l Afrique doit impérativement tenir compte de cet arsenal législatif et juridique. Les articles de cette revue sont suivis d une réflexion sur les nouveaux prêts non souverains garantis par la Banque, d un aperçu du Mécanisme indépendant d inspection adopté par le Conseil d administration de la Banque et permettant aux parties prenantes affectées par les opérations de cette institution, ou susceptibles de l être, de déposer une plainte et d obtenir réparation et d une présentation de la Facilité africaine de l eau, l une des initiatives les plus importantes approuvées à ce jour par le Conseil d administration en vue d améliorer les conditions de vie. Ce premier numéro bénéficie de la contribution d éminents spécialistes des branches du droit concernées. Attachés à «faire du droit un outil du développement», ces experts ont passé d innombrables heures à effectuer des recherches, à rédiger et à re- VII

10 Revue du droit au service du développement écrire les articles et réflexions destinés à cette revue. Des juristes travaillant dans des cabinets privés ont généreusement fait don de leur temps précieux, ainsi que de celui de leurs associés. Ils se sont penchés sur les structures existantes pour expliquer des aspects essentiels à une approche juridique globale. Des professeurs de droit de culture africaine qui ne résident pas en Afrique ont répondu à notre invitation à transmettre à un public africain s intéressant au droit, et à ses répercussions sur le développement, une partie des connaissances qu ils ont acquises en vivant dans des pays économiquement plus avancés et en étudiant les systèmes qui y sont en place. Enfin, malgré une énorme charge de travail et la nécessité de répondre à des demandes souvent urgentes, nos collègues du Bureau du Conseiller juridique général et du Département des services juridiques de la Banque ont bien voulu commenter certaines grandes évolutions du droit au sein de la Banque. Nous sommes profondément reconnaissants à tous ces intervenants. VIII Nous remercions également nos collègues du comité éditorial pour leur perspicacité et leur professionnalisme. Ces juristes érudits, issus de divers courants du droit, œuvrent au profit de l Afrique à travers la. Nous tenons tout particulièrement à exprimer notre gratitude à Mme C. Valérie Dabady Liverani, Conseillère juridique principale et Directeur de rédaction, dont le dynamisme nous a permis de finaliser ces travaux, aux rédacteurs adjoints, Mme Cecilia Akintomide, Conseillère juridique en chef, Administration et affaires institutionnelles, et à Souley Amadou, Conseiller juridique principal, Opérations, ainsi qu à Godfred Penn et Alfred Zébi, anciens membres du comité éditorial, que les missions à l extérieur du Département des services juridiques et de la Banque ont empêché de rester membres de ce comité. Nous saluons également Alec McEwen, consultant, qui a travaillé avec nous à la préparation de cette revue, de même Ben Vamissa Cissé, diplomé d un LLM de la Temple University School of Law et Sebantu Ruhanamirindi, actuellement étudiant en droit à University of Ottawa School of Law, qui ont été nos rédacteurs stagiaires. Quant à Adesegun A. Akin-Olugbade, Conseiller juridique général de la Banque, sous le mandat duquel le Droit au service du développement a été élaborée, il nous a prodigué ses conseils avisés et apporté une assistance permanente sur ce projet. Celui-ci est fonda-

11 Introduction mental pour faire avancer la réflexion et l action sur la réforme juridique et judiciaire en Afrique. Nous formons le vœu que cette revue aide, d une façon ou d une autre, les spécialistes du développement et du droit en Afrique à concevoir des cadres qui améliorent les conditions de vie de la population, c est-à-dire qui structurent le droit au service du développement. Seward M. Cooper Rédacteur en chef IX

12 Revue du droit au service du développement Déclaration d Abuja sur le Droit, la Justice et le Développement X

13 Déclaration d Abuja sur le droit, la justice et le développement Nous, juristes africains, réunis à Abuja (Nigeria) du 4 au 7 février 2003 dans le cadre de la Conférence panafricaine sur le droit, la justice et le développement Ayant considéré que : 1. La primauté du droit, la justice, le respect des droits fondamentaux et le développement sont inextricablement liés ; 2. La démocratie en Afrique et les institutions établies pour la servir ne peuvent être préservées que par le respect de la primauté du droit et par un système judiciaire doté des moyens nécessaires pour administrer et rendre la justice ; 3. La démocratie contribue à améliorer l administration de la justice, à renforcer l indépendance du pouvoir judiciaire et à favoriser la mobilisation de ressources et de la société civile en faveur de la justice ; 4. Il est nécessaire de réformer les systèmes juridiques et judiciaires de nombreux États africains pour pouvoir améliorer l administration de la justice ; cependant les ressources allouées par les autorités nationales ne suffisent pas pour dispenser la justice de manière équitable pour tous ; Proclamons par les présentes que : 5. La primauté du droit et la dispensation d une justice équitable sont les pierres angulaires de la démocratie et d un développement durable ; 6. L indépendance et la sécurité des officiers judiciaires, des avocats et du Barreau sont indispensables pour le fonctionnement adéquat et équitable de tous systèmes juridique et judiciaire équitables ; 7. La fourniture de ressources adéquates est indispensable pour sauvegarder l État de droit et promouvoir la justice ; et XI

14 Revue du droit au service du développement 8. La justice peut être rendue par le biais d autres mécanismes alternatifs de règlement des conflits. À ces fins, nous avons adopté les résolutions suivantes : 9. Des ressources humaines, financières et matérielles adéquates seront fournies au pouvoir judiciaire, aux fins de l administration de la justice et des réformes juridiques et judiciaires ; 10. La nomination, la promotion et la destitution des juges, ainsi que leurs conditions d emploi, ne seront pas politisés ; 11. Le respect de la dignité des membres du pouvoir judiciaire et de leurs responsabilités envers la société sera assuré par l adoption et l application de codes de conduite des membres de l appareil judiciaire visant à éliminer la corruption ; 12. Les efforts d intégration et de coopération régionales, notamment pour ce qui est de l harmonisation des législations et de la mobilisation de ressources à ces fins, se poursuivront ; 13. Les formations juridiques initiales et continues des magistrats et des juristes seront conçues de manière à assurer la réalisation de l objectif déclaré de promouvoir une administration efficace et équitable de la justice ; 14. La participation de la société civile au renforcement du système judiciaire de l administration de la justice sera encouragée et appuyée ; 15. Les efforts déployés pour améliorer l accès à la justice, en particulier pour les groupes pauvres, faibles et défavorisés, y compris la mise en place de services d aide judiciaire et l offre de services de représentation juridique à titre bénévole seront accrus ; XII

15 Déclaration d Abuja sur le droit, la justice et le développement 16. Un réseau pour l amélioration des systèmes juridiques et judiciaires africains sera constitué et maintenu de manière à assurer la poursuite des objectifs et des aspirations de cette Conférence ; 17. L Union Africaine sera encouragée à prendre toutes les mesures nécessaires pour que la Cour africaine des droits de l homme devienne opérationnelle dans les plus brefs délais ; 18. Les chefs d États africains seront exhortés à organiser de toute urgence un sommet consacré aux questions relatives à la justice, aux droits fondamentaux et à leur impact sur la réduction de la pauvreté et le développement durable en Afrique ; 19. La Conférence des Présidents des Cours suprêmes des pays africains sera convoquée en vue de renforcer la coopération régionale et promouvoir l échange d expériences entre lesdites juridictions suprêmes ; 20. Le septième jour du mois de février date de l adoption de la présente Déclaration sera commémoré chaque année en tant que «Journée africaine de la justice» par des activités appropriées. Adoptée à Abuja, Nigeria, en ce 7 ième jour du mois de février 2003, en anglais et en français. XIII

16

17 Vers un modèle de code des investissements pour l Afrique Articles

18 Vers un modèle de code des investissements pour l Afrique Kojo Yelpaala* * Professeur de droit à la Mc George School of Law, University of the Pacific. LL. B (Hon), 1970; B. L., 1972, University of Ghana; M. B. A. Bowling Green State University, Bowling Green, Ohio, 1977; M. L. I. University of Wisconsin-Madison, 1979; S. J. D., University of Wisconsin-Madison, Je tiens à adresser mes remerciements à Alanna Hua et à Jennifer Campbell pour leur excellente contribution, en particulier pour le travail fastidieux de compilation des notes en bas de page, ainsi qu à Samuel Manteax pour la correction des épreuves. J ai également bénéficié du précieux concours de Michael Kubayanda, pour la mise en forme, de celui de Christina Hitomi, pour la présentation des données statistiques, et de celui de Paul Fuller, Cathérine Reis et Stella Obillo, pour l appui bureautique. Je tiens enfin à exprimer ma gratitude au Mc George Summer Reseach Fund, pour son appui.

19 Vers un modèle de code des investissements pour l Afrique Résumé Le nouveau modèle de code des investissements pour l Afrique vise à améliorer l infrastructure juridique des investissements sur le continent africain. L idée d une législation pour régir les investissements n est pas nouvelle en Afrique. Dans certains pays africains, l expérience dans ce domaine remonte au début des années 40. Depuis l accession des pays africains à l indépendance, les codes des investissements sont devenus la norme, et non plus l exception. Pourquoi donc la performance de l Afrique, en tant que bloc continental, demeure-t-elle toujours faible sur le plan des investissements? En Afrique, le niveau des investissements reste modeste, bien que les gouvernements aient procédé à la libéralisation progressive de leurs politiques et législations sur les investissements pour attirer des investissements accrus. Que peut et doit faire le code type pour inverser cette tendance historique qui pousse au découragement et amener les codes des investissements à jouer un rôle significatif et bénéfique de promotion de l investissement et du développement économique en Afrique? Le présent article vise à répondre à ces questions sur la base d une analyse historique des lois et politiques pertinentes des pays africains. Il en ressort que l une des priorités les plus urgentes pour le continent consiste à éliminer ou à ramener à un niveau minimal la trop grande dépendance-vulnérabilité historique et asymétrique actuelle dans les relations économiques internationales en Afrique. La transformation des activités d investissement pour extraire et expédier, associées à l exportation des ressources naturelles, doit bénéficier d une priorité spéciale.

20 Revue du droit au service du développement Table des Matières I. Introduction...6 II. l Afrique sur la scène mondiale de l investissement Position de l Afrique sur l échiquier mondial de l IDE Principales tendances de l IDE dans le monde Investissement privé intérieur et développement Récapitulation...29 III. Processus de code des investissements en Afrique: Aperçu historique Codes des investissements de la période coloniale Codes des investissements post-indépendance à vocation libérale Codes des investissements des régimes socialistes...38 i. Expérience socialiste au Ghana...38 ii. Expérience socialiste en Tanzanie...41 iii. Incidence du socialisme sur l investissement Codes des investissements d indigénisation...43 i. Expérience d indigénisation au Ghana...43 ii. Expérience d indigénisation au Nigeria Codes des investissements à vocation libérale après les années

21 Vers un modèle de code des investissements pour l Afrique Table des Matières IV. Processus du modèle de code des investissements Commentaires généraux Portée du modèle de code des investissements...55 i. Investissement privé intérieur...56 ii. Accent mis sur l investissement direct étranger Types de modèle de code des investissements...63 i. Modèle générique et général de code des investissements...64 ii. Modèle complet de code des investissements...65 iii. Modèle de code des investissements en tant qu ensemble de lois étroitement liées...66 V. Commentaires spécifiques sur le modèle de code des investissements Droit international applicable Exceptions au code des investissements Protections et garanties Règlement des différends...90 i. Effets contraignants du modèle de code sur le plan international...92 ii. De l inarbitrabilité Paiements interdits VI. Conclusion VII. Postface VIII. Annexe

22 Revue du droit au service du développement Introduction Le 19 décembre 2003, une équipe de juristes a adopté un modèle de code des investissements pour l Afrique (ci-après désigné modèle de code des investissements et ci-joint en annexe) lors d une conférence organisée à Dakar (Sénégal) sur le thème Améliorer les incitations juridiques à l investissement en Afrique subsaharienne. Le modèle de code des investissements est une idée du Programme de développement du droit commercial (CLDP) du Département du Commerce des Etats-Unis dont la clairvoyance et les efforts soutenus ont permis de constituer une équipe composée de juristes de plusieurs pays africains et des Etats-Unis. La Conférence de Dakar a été l aboutissement de plusieurs années de travail sur la question par le CLDP et l équipe de juristes. L objectif du CLDP était d encourager, à juste titre, une approche régionale harmonisée pour mettre en place un régime juridique favorable à l investissement. Les pays africains qui se trouvent dans une situation socioéconomique et culturelle similaire et qui ont des besoins analogues en investissement, cherchent généralement à défendre leurs intérêts et à mettre en place des codes des investissements non seulement en déployant des efforts isolés à cette fin, mais aussi souvent en livrant entre eux une rude concurrence. La création d organisations régionales de promotion du commerce et d unions douanières en Afrique devait normalement contribuer à renforcer la coordination et la collaboration entre les pays africains dans le domaine des politiques et des lois régissant l investissement. Cette coordination et cette collaboration n ont pas toujours été évidentes, en dépit des avantages que présente un régime juridique harmonisé pour les pays africains. L harmonisation encourage la collaboration et le partage d idées qui s imposent entre pays se trouvant dans une situation similaire, afin d améliorer le climat des investissements pour tous. En outre, une approche régionale africaine harmonisée des régimes d investissement est de nature à stimuler l investissement intra-continental par l élimination de l incertitude juridique à ce sujet à travers l Afrique. Par ailleurs, l harmonisation peut contribuer à réduire le coût d opération associé à la navigation entre différents régimes d investissement et à stabiliser les attentes générales des investisseurs concernant l environnement juridique. Les objectifs ci-dessus, qui sont visés par le CLDP, coïncident avec ceux de l Institut africain de droit (IAD), organisme nouvellement créé et ayant pour vocation la promotion de la clarification,

23 Vers un modèle de code des investissements pour l Afrique de la simplification et de l harmonisation des lois, règlements et questions relatives à la législation en Afrique. 1 Le partage d objectifs similaires a amené le CLDP à inviter l IAD à co-parrainer la Conférence de Dakar, afin de permettre à l IAD de s approprier le processus d élaboration du modèle de code des investissements, conformément à ses Statuts. Le processus statutaire qui pourrait aboutir à l adoption du modèle de code des investissements par l IAD est en cours de lancement. 2 Il convient de noter, d emblée, qu en raison de l ampleur, de la complexité et du champ géographique du concept de modèle de code des investissements, l on ne saurait se contenter de commenter le modèle. Au contraire, il est tout d abord nécessaire de dresser l état des lieux et de présenter un cadre conceptuel pour apprécier les besoins en investissement sur le continent, sur la base des données historiques et factuelles disponibles. Il est ensuite nécessaire d identifier les principales tendances et caractéristiques générales de l investissement en Afrique. Toutes ces deux séries d enquêtes préliminaires permettent de retracer l historique des lois régissant les investissements en Afrique en vue d établir des liens entre les codes des investissements et le comportement effectif des investisseurs. En raison des contraintes liées au temps imparti et à la disponibilité de l information relative à la législation pertinente sur le continent, il n est pas possible d examiner les codes des investissements de tous les pays. L attention sera donc concentrée sur des échantillons de codes et de pays pour déterminer les tendances générales et historiques concernant les codes des investissements sur le 1. Voir l article 2 (a) des Statuts de l Institut africain de droit (Durban, octobre 2003). 2. L auteur du présent article et de ses commentaires est membre du Conseil des Gouverneurs de l IAD et a été invité à coprésider la Conférence de Dakar. Toutefois, ses commentaires sur le modèle de code des investissements, présentés dans les paragraphes suivants, reflètent ses vues personnelles et non celles de l IAD ou de son Conseil des Gouverneurs. L auteur tient à exprimer sa gratitude et sa reconnaissance au Professeur Tunde Ogowewo, du King s College de l Université de Londres, qui a participé à l élaboration de l avant-projet de modèle de code des investissements, et dont le leadership et les orientations ont grandement contribué au succès de la Conférence. Il tient également à exprimer sa profonde gratitude au CLDP, et notamment à Tanya Southerland, coordinateur et mandataire du CLDP pour l Afrique de l Ouest, membre du Conseil des Gouverneurs de l IAD, pour les informations fournies sur le processus et les travaux des sessions antérieures consacrées à l élaboration du modèle. Enfin, mais non le moindre, l auteur tient à exprimer sa reconnaissance à tous ceux qui ont présenté des exposés à la Conférence, en particulier Seward Cooper et Abubakar Fall, tous deux membres du Conseil des Gouverneurs de l IAD, et à saluer les contributions des experts qui lui ont permis de mieux comprendre le processus et de mieux apprécier les besoins du continent. C est cette dynamique de travail en équipe qui est essentielle pour le succès des tâches qui restent à entreprendre.

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR LE ROLE DE LA COMPTABILITE DANS LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE SEMINAIRE ORGANISE PAR LE CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITE RESTITUTION DES TRAVAUX EFFECTUES AU COURS DES TROIS DERNIERES SESSIONS DE LA CNUCED/ISAR

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015

RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 RAPPORT EUROPÉEN SUR LE DÉVELOPPEMENT 2015 Associer le financement et les poliaques pour medre en œuvre un programme de développement post- 2015 porteur de changement 22 juin 2015, Ministère des Affaires

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux

La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale. Document officieux La possibilité d adopter un accord-cadre dans les négociations concernant la zone de libre-échange continentale Document officieux David Luke et Simon Mevel Centre africain pour les politiques commerciales

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008.

Statuts* * Tels que révisés à la septième série de consultations officieuses des États parties à l Accord, tenue à New York, les 11 et 12 mars 2008. Fonds d assistance créé au titre de la partie VII de l Accord aux fins de l application des dispositions de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer du 10 décembre 1982 relatives à la conservation

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT

RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT RÉSOLUTION 3/2009 MISE EN ŒUVRE DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT DU TRAITÉ L ORGANE DIRECTEUR, PARTIE I ANNEXE 4 DE LA STRATÉGIE DE FINANCEMENT Rappelant que la Stratégie de financement a pour objectifs

Plus en détail

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement F CDIP/4/8/REV/TOR ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 OCTOBRE 2010 Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement établi par

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé

Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Code de pratique mondial de l OMS pour le recrutement international des personnels de santé Réunion du réseau parlementaire de lutte contre le VIH/SIDA Libreville Gabon, 2-3 octobre 2012 Plan de la présentation

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS

AVIS A MANIFESTATION D INTERETS AVIS A MANIFESTATION D INTERETS BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Agence temporaire de relocalisation EPI C 9 ème étage 15, avenue du Ghana BP 323 Tunis Belvédère 1002, Tunisie Département des statistiques

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS?

LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? LE SECTEUR DE L ÉNERGIE NUCLÉAIRE AU CANADA OÙ ALLONS-NOUS? RÉSUMÉ DU RAPPORT Le Forum des politiques publiques est un organisme indépendant, sans but lucratif, qui s efforce de promouvoir l excellence

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT COORDINATEUR/ CHEF D EQUIPE DES CONSULTANTS POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE DES PAYS DE LA REGION DES GRANDS

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/GE.20/2006/13 15 février 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général

Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Rapport du Directeur général BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 309 e session, Genève, novembre 2010 GB.309/18/2 POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DIX-HUITIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Rapport du Directeur général

Plus en détail

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche P a g e 1 LES PERSPECTIVES DU MECANISME AFRICAIN D EVALUATION PAR LES PAIRS A LA LUMIERE DE DIX ANS D EXPERIENCE : RELEVER NEUF DEFIS MAJEURS Présentation de Dr Mustapha Mekideche Nations Unies, New York

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE

DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE DÉCLARATION SUR LES PROBLEMES ET ENJEUX FONCIERS EN AFRIQUE NOUS, Chefs d État et de Gouvernement de l Union africaine, réunis à notre treizième session ordinaire à Syrte (Grande Jamahiriya arabe libyenne),

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Le rôle du ministère de l investissement : Le ministère a réussi à :

Le rôle du ministère de l investissement : Le ministère a réussi à : [ 257] [258] L Investissement Le Soudan a beaucoup d avantages qui attirent l investissement étranger. Le Soudan est classifié comme numéro deux des pays les plus attrayants pour l investissement en Afrique

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO

Programme statistique du Secrétariat Exécutif de la CEDEAO COMMUNAUTE ECONOMIQUE DES ETATS DE L=AFRIQUE DE L=OUEST ECONOMIC COMMUNITY OF WEST AFRICAN STATES Réunion de lancement du programme de comparaison Internationale pour l Afrique Addis Abéba, 2-4 décembre

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/WG.4/2012/1 Conférence des États Parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 25 mai 2012 Français Original: anglais Groupe de travail intergouvernemental

Plus en détail

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98

Secrétariat de la Convention de Stockholm Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 Téléphone : +41 22 917 81 70 sur les polluants organiques persistants Fax : +41 22 917 80 98 International Environment House Mél : ssc@pops.int 11-13 chemin des Anémones Site Internet : www.pops.int CH

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Politique en matière d investissement responsable

Politique en matière d investissement responsable Politique en matière d investissement responsable Le 12 février 2009 1. Notre mandat... 1 2. Nos principes... 1 3. Stratégie de placement...2 4. Engagement des actionnaires...3 5. Processus d engagement...4

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI)

Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société de l Information (SMSI) SMSI Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le SMSI Accra 2005 Union Africaine Commission économique pour l Afrique Conférence Régionale Préparatoire Africaine pour le Sommet mondial sur la Société

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001

PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION. Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 PREMIERE CONFERENCE DES ÉTATS PARTIES A LA CONVENTION INTERAMERICAINE CONTRE LA CORRUPTION Buenos Aires, Argentine 2 au 4 mai 2001 DOCUMENT DE BUENOS AIRES SUR LE MÉCANISME DE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

GREP (10) 2 FR FR FR

GREP (10) 2 FR FR FR FR GREP (10) 2 FR FR REGLEMENT INTERIEUR REGLEMENT INTERIEUR DUGROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES POSTAUX (GREP) LE GROUPE DES REGULATEURS EUROPEENS DANS LE DOMAINE DES SERVICES

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2003/4 6 février 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé

Evaluation du Climat des investissements à Madagascar. Résumé Evaluation du Climat des investissements à Madagascar Résumé Qu est-ce que le climat des investissements et en quoi est-il important? Le climat des investissements est défini en termes opérationnels comme

Plus en détail

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES?

POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Mai 2010 POURQUOI LE GABON A-T-IL BESOIN DE STATISTIQUES FIABLES? Direction Générale des Statistiques Ministère de l Economie, du Commerce, de l Industrie et du Tourisme Pourquoi le Gabon a-t-il besoin

Plus en détail

Fonds Panafricain de développement des. Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement

Fonds Panafricain de développement des. Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement Fonds Panafricain de développement des Infrastructures Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement Plan de la présentation La justification du Fonds La vue d'ensemble du Fonds La structure

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec

Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Réponses de la Fédération des chambres de commerce du Québec Consultation du Groupe conseil sur l actualisation de la Stratégie québécoise de la recherche et de l innovation 8 septembre 2009 Préambule

Plus en détail

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA

BUREAUX PNUD BURUNDI, REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET RWANDA . TERMES DE REFERENCES SPECIFIQUES DU CONSULTANT RESPONSABLE DU DEVELOPPEMENT DES ECHANGES COMMERCIAUX INTRACOMMUNAUTAIRES POUR LA FORMULATION D UN PROGRAMME D APPUI AU PROCESSUS D INTEGRATION ECONOMIQUE

Plus en détail

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil...

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil... Table des matières I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2 II. Adhésion... 2 III. Principe de subsidiarité... 3 IV. Conseil... 3 V. Dirigeants... 6 VI. Comité exécutif... 6 VII. Autres comités...

Plus en détail

Consensus sur les données en Afriques

Consensus sur les données en Afriques Consensus sur les données en Afriques Huitième Réunion annuelle conjointe du Comité technique spécialisé de l Union africaine sur les finances, les affaires monétaires, la planification économique et l

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique

La gestion Citrix. Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique La gestion Citrix Du support technique. Désignation d un Responsable de la relation technique Dans les environnements informatiques complexes, une relation de support technique proactive s avère essentielle.

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE

SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE SE4ALL PLATEFORME AFRICAINE FOURNIR UNE ÉNERGIE ABORDABLE, FIABLE ET DURABLE ÉNERGIE DURABLE POUR TOUS Vision de l Initiative «Énergie durable pour tous» Quelque 590 millions de personnes en Afrique subsaharienne

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

Responsable en Passation de Marchés Page 1

Responsable en Passation de Marchés Page 1 Le Projet de Renforcement des Capacités Institutionnelles pour l Efficacité Gouvernementale (PRCIEG) Titre : Termes de référence pour le recrutement d un Responsable de Passation de Marchés (RPM) 1. Contexte

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES

LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LE PROJET DE SENSIBILISATION DE L UNION EUROPÉENNE AU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES LES ACTIVITÉS DE L UNION EUROPÉENNE EN APPUI À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITÉ SUR LE COMMERCE DES ARMES Ce projet est

Plus en détail