une décennie de corruption

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "une décennie de corruption"

Transcription

1 Cadeaux, voyages et grosses enveloppes une décennie de corruption En passe d être racheté par General Electric, l industriel français vient d être condamné par la justice américaine à 772 millions de dollars d amende. Le plus gros scandale de corruption depuis l affaire Elf. Révélations CAROLINE MICHEL I ls portaient des noms d emprunt dignes d un roman d espionnage. «Paris», «Genève», «Londres», «homme tranquille», «vieil ami». Ils étaient les frères, cousins ou proches de dirigeants haut placés de la Saudi Electricity Company, l homologue d EDF en Arabie saoudite, qui projetait la construction d une centrale à fioul gigantesque à Shoaiba, au bord de la mer Rouge. Un projet à 3 milliards de dollars, qu Alstom, poids lourd mondial des centrales électriques, voulait à tout prix emporter. Le groupe français avait embauché «Paris», «Genève», «Londres», «homme tranquille» et «vieil ami» comme conseillers extérieurs. Leur mission, d après leurs contrats de travail? «Etablir des contacts», «arranger des rendez-vous» et «coordonner les visites des clients». Dans la réalité, «Paris», «Genève», «Londres», «homme tranquille» et «vieil ami» étaient principalement là pour payer des dessousde-table à des responsables de la Saudi Electricity pour qu ils confient à Alstom le chantier de Shoaiba. Le groupe français leur a versé 49 millions de dollars jusqu au milieu des années Il a aussi accordé la somme de 2,2 millions de dollars à une fondation pour le développement de l éducation islamique, liée à un dirigeant de la Saudi Electricity. Et, au bout du compte c est bien Alstom qui a bâti les hautes cheminées rouge et blanc de Shoaiba. «La corruption a été la façon d Alstom de gagner des contrats.» Cette accusation a été prononcée sans détour par un procureur général adjoint américain, Leslie R. Caldwell, le 22 décembre Ce jour-là, la justice des Etats-Unis révèle qu Alstom a payé 75 millions de dollars (67 millions d euros) de potsde-vin de 2000 à 2011 pour décrocher des marchés en Indonésie, en Egypte, à Taïwan, aux Bahamas et en Arabie saoudite. Ses trois branches d activité sont impliquées : les centrales électriques, le matériel de transport et les réseaux électriques. Alstom a «plaidé ARCHIRODON

2 GRANDS FORMATS I NDUSTRIE 63 coupable» de ces faits, reconnaissant qu ils sont «vrais et exacts». Pour avoir pratiqué la corruption à grande échelle et pour avoir falsifié ses livres de comptes afin de la dissimuler, le Department of Justice (le ministère de la Justice américain) condamne alors Alstom à la plus grosse amende jamais dressée contre un industriel : 772 millions de dollars, soit une année entière de bénéfices du groupe français! Comme si les salariés des usines de Belfort et d ailleurs avaient travaillé trois cent soixante-cinq jours pour rien. «Le système mis en place par Alstom s est étendu sur plus d une décennie et à travers plusieurs continents. Nous avons été effarés par son ampleur, son audace et ses conséquences dans le monde entier», justifie le procureur général James M. Cole. Aussi étonnant que cela puisse paraître, cette affaire, qui vise l un des derniers fleurons industriels français, fabricant de nos TGV et des turbines équipant nos 58 réacteurs nucléaires, n a reçu pratiquement aucun écho de ce côté-ci de l Atlantique. Comme si cette condamnation, «emblématique» de la lutte contre la corruption, aux dires des procureurs américains, avait concerné un autre pays, un autre groupe. Comme si Patrick Kron n était pas l un des patrons les plus en vue du CAC 40, rendu célèbre par le sauvetage de son groupe en Avec l aide de Nicolas Sarkozy, alors ministre de l Economie, il avait La centrale de Shoaiba en Arabie saoudite. Au milieu des années 2000, Alstom a versé 51,2 millions de dollars de pots-de-vin afin d obtenir ce chantier. arraché à Bruxelles le droit de nationaliser Alstom pour deux ans, le temps de redresser l entreprise. Mais aujourd hui les politiques, à quelques exceptions près, ne se sont pas saisis des faits révélés. Pas plus que les procureurs français. Les actionnaires, au premier rang desquels Bouygues, propriétaire de 29% du capital, n ont pas demandé de comptes à Patrick Kron, qui avait pourtant promis de mettre fin aux pratiques anciennes à son arrivée, en Au contraire, ils ont récompensé le PDG d Alstom d avoir vendu, l an dernier, les trois quarts du groupe à l américain General Electric pour 12,4 milliards d euros et lui ont accordé un montant record de bonus, estimé à plus de 4 millions d euros. C est l argent versé par General Electric, dès que l acquisition aura reçu le feu vert de Bruxelles, qui permettra de payer l amende de 772 millions de dollars. UN FRANÇAIS EN PRISON À NEW YORK L enquête américaine a mobilisé les forces du FBI et les offices anticorruption de huit pays la Suisse, le Royaume-Uni, l Allemagne, l Italie, Singapour, Chypre, Taïwan et l Arabie saoudite pendant quatre années. Les policiers ont épluché des centaines de milliers de mails, recueilli les aveux d une demi-douzaine de cadres, enregistré des conversations et procédé à des écoutes téléphoniques. Le 15 avril 2013, la police américaine a aussi arrêté le vice-président au niveau mondial de la vente de chaudières électriques d Alstom, un Français promis à un bel avenir, Frédéric Pierucci. Cueilli à sa descente d avion, à l aéroport JFK de New York, alors qu il était en voyage d affaires, il a été conduit à la prison de haute sécurité de Wyatt (Rhode Island), où il est resté incarcéré quatorze mois. Des mesures d une sévérité inhabituelle pour ce genre d affaire, mais autorisées par le Foreign Corrupt Practices Act. Cette loi, datant de 1977, permet à la police américaine de poursuivre des groupes et des cadres étrangers pour corruption, dès lors que les fonds ont transité par un compte en banque domicilié sur le territoire des Etats-Unis. «Jusqu à la fin des années 1990, la corruption était bien ancrée dans les mœurs des industriels», rappelle Laetitia Liebert, directrice de l ONG Sherpa. L allemand Siemens, grand rival d Alstom, détenait le précédent record de condamnation par le ministère de la Justice américain, avec 450 millions de dollars en 2008, auxquels se sont ajoutées des amendes de l autorité américaine de régulation des marchés financiers et d un tribunal allemand. Les actionnaires avaient débarqué le président et l intégralité du comité exécutif, et promis de faire du passé table rase. Alstom, de son côté, a déjà été poursuivi pour des affaires au Mexique, en Italie, en Tunisie, en Malaisie, en Zambie et au Brésil, où une enquête de grande ampleur est toujours en cours. Mais il s agissait de faits datant d avant 2000, à une époque où le versement de «commissions à des agents étrangers» était encore autorisé en France. C est la première fois que le groupe français est reconnu coupable de faits aussi graves et

3 64 GRANDS FORMATS I NDUSTRIE postérieurs à cette date. «L Obs» a voulu en savoir plus sur le plus gros scandale de corruption impliquant un groupe français depuis l affaire Elf, voilà douze ans. La particularité du système judiciaire américain est de rendre publique l intégralité des plea agreements, les transactions de «plaider coupable», passés entre les accusés et le ministère de la Justice. Nous avons épluché les 300 pages du dossier d accusation ; nous avons déniché les autres jugements en lien avec cette affaire ; nous avons rencontré d anciens cadres et d autres, toujours dans les murs, qui, sous couvert d anonymat, appelant à heure fixe depuis des numéros masqués ou donnant des rendez-vous dans des bars déserts, nous ont décrit par le menu cette «décennie de corruption». «Il vient aux Etats-Unis du 1 er décembre au 10 janvier. Il est inutile de préciser que nous devons être aux petits soins pour son épouse car elle est encore notre principal soutien pour le projet que nous négocions. La dernière fois qu elle est venue aux Etats-Unis, elle s est plainte qu on s était moins bien occupé d elle. Elle m a dit que même les stagiaires qui l accompagnaient avaient été mieux traités.» En cette année 2003, un cadre d Alstom T&D en Egypte s inquiète auprès de son homologue américain de l accueil qui va être réservé à un dirigeant de la compagnie locale d électricité, l Egyptian Electricity Transmission Company. Alstom est en lice pour plusieurs contrats d une valeur totale de 45 millions de dollars, et ses dirigeants locaux sont prêts à offrir «cadeaux, voyages et enveloppes d argent» pour les obtenir. Ils n attendent pas longtemps la réponse de la filiale du Connecticut, visiblement habituée à traiter D AUTRES AFFAIRES EN C Depuis plusieurs années, la division anticorruption de l OCDE, qui fait référence en la matière, «déplore le peu de condamnations pour corruption transnationale en France». «Nous regrettons le manque d initiatives de la justice française dans ce domaine, malgré quelques avancées récentes», souligne le chef de cette division, Patrick Moulette, qui relève qu «aucune entreprise française n a fait l objet de condamnation définitive [depuis l affaire Elf en 2002, NDLR], alors qu il y a eu de multiples condamnations prononcées à l étranger». Dans son rapport d octobre 2012, l OCDE faisait explicitement référence au cas Alstom, qui n en a toujours pas fini avec la justice. Au Royaume-Uni, le Serious Fraud Office mène une enquête assez similaire à celle du ministère de la Justice américain. L agence anticorruption anglaise s intéresse à cinq marchés passés entre 2000 et 2006, en Hongrie, en Inde, en Pologne, en Tunisie et en Lituanie. Avec des pots-de-vin présumés dépassant les 5 millions de livres (près de 7 millions d euros), selon la presse britannique. L enquête a démarré voilà quatre ans par une série de perquisitions et la garde à vue de trois cadres du groupe, dont l ancien patron d Alstom au Royaume-Uni. Elle vient d entrer dans sa dernière phase. Suite à ces informations, le parquet de Paris a ouvert deux instructions en 2013, confiées au juge ce genre de demande. «Je vais m assurer qu on prenne bien soin d elle. Si ce n est pas moi personnellement, ce sera l un de mes collaborateurs. Nous avons prévu un week-end spécial pour elle à New York, avec du shopping, des visites, des dîners et des billets pour aller voir une comédie musicale à Broadway. Nous espérons ainsi que son mari résoudra le problème commercial que nous avons en Egypte.» 3 MILLIONS DE DOLLARS VERSÉS EN SUISSE Un autre officiel égyptien, Asem Elgawhary, expatron d une des filiales de l Egyptian Electricity Holding Company, a perçu 3 millions de dollars de pots-de-vin de la part d Alstom. Les versements ont été effectués entre 2002 et 2011, sur de discrets comptes ouverts au Crédit suisse et à la Banque Julius Baer à Genève, ainsi qu à la Alahli Bank d Arabie saoudite. Asem Elgawhary s est ainsi offert une magnifique propriété dans le Maryland, évaluée à 1,8 million de dollars. Il a été condamné à trois ans et demi de prison ferme et à 5,2 millions de dollars d amende le 10 février dernier. La plupart du temps, Alstom ne procédait cependant pas en direct, mais par le biais d intermédiaires qui redistribuaient l argent aux bonnes personnes. «C est le système le plus simple», explique un ancien cadre. Pas besoin que ces «consultants» s y connaissent en énergie ou en transport : l important, c est qu ils aient la bonne connexion avec le ou les décideurs ayant une influence sur les appels d offres. Aux Bahamas, Alstom URS Renaud Van Ruymbecke. Les investigations sont toujours en cours. De son côté, la justice slovène soupçonne Alstom d avoir payé des pots-de-vin afin d écarter son grand rival Siemens, lors de la commande de la centrale à charbon de Sostanj en En attendant les conclusions de l enquête, la Banque européenne de Reconstruction et de Développement (BERD) et la Banque européenne d Investissement (BEI) ont gelé leur financement pour ce projet majeur de 700 millions d euros. C.M. La justice britannique enquête sur des contrats obtenus pour des métros en Inde. Ici, celui de Chennai. NATHAN G-EPA-MAXPPP

4 GRANDS FORMATS I NDUSTRIE 65 HONGRIE CONTRAT : métro de Budapest (247 millions d euros) DATE DE SIGNATURE : 2006 ENQUÊTES EN COURS : au Royaume-Uni et en France SLOVÉNIE CONTRAT : centrale de Sostanj (700 millions d euros) DATE DE SIGNATURE : 2009 ENQUÊTE EN COURS : en Slovénie BAHAMAS UN SYSTÈME DE CORRUPTION SUR PLUSIEURS CONTINENTS CONTRAT : centrale de Nassau (30,4 millions d euros) DATE DE SIGNATURE : 2001 FAITS : versement de euros à un consultant et à un officiel jusqu en 2003 CONDAMNATION : aux Etats-Unis POLOGNE CONTRATS : métro de Varsovie DATES DE SIGNATURE : 1998, 2000, 2001 ENQUÊTES EN COURS : en Pologne, au Royaume-Uni et en France TUNISIE CONTRATS : métro de Tunis (91 millions d euros) DATES DE SIGNATURE : 2004 et 2005 ENQUÊTES EN COURS : au Royaume-Uni et en France ÉGYPTE se faisait ainsi conseiller par un homme d affaires spécialisé dans la «vente de meubles et d articles en cuir» et dans l «exportation des produits chimiques et des pièces détachées». Rien à voir avec les générateurs à vapeur et les centres de contrôle que le groupe souhaitait vendre à la compagnie d électricité nationale. Mais notre consultant avait parmi ses «amis personnels» un membre du conseil d administration de la Bahamas Electricity Corporation. Les deux hommes se sont partagé dollars entre 2000 et Le consultant choisi par la filiale taïwanaise n était pas un expert du métro, même si sa mission était de séduire les responsables de celui de Taipei. «Sa seule expertise était d être un vendeur en gros de cigarettes, de vin et de pianos», soulignent les enquêteurs américains avec dérision. Un salarié du siège de Levallois s en est ému auprès d un cadre d Alstom à Taïwan. Réponse : «Le business principal de ce consultant est l importation. Mais, pour notre affaire, il a un conduit [un contact, NDLR].» Pas convaincu, le salarié français interroge de nouveau son correspondant. Nouvelle réponse : «Cet arrangement nous a permis de remporter des contrats par le passé. Je serai à Paris les 3 et 4 avril prochains. Je t en dirai davantage.» Notre spécialiste de l importation de cigarettes, de vin et de pianos a touché LITUANIE CONTRAT : centrale d Elektrenai (30 millions d euros) DATE DE SIGNATURE : 2005 ENQUÊTE EN COURS : au Royaume-Uni CONTRATS : centrales de Nubareya et d El-Tebbin et équipements électriques (156,8 millions d euros) DATES DE SIGNATURE : 2003, 2004 et 2007 FAITS : versement de plusieurs millions d euros jusqu en 2011, dont 2,7 millions d euros pour l Egypto-Américain Asem Elgawhary CONDAMNATION : aux Etats-Unis LETTONIE CONTRAT : centrale de Plavinas (28,6 millions d euros) DATE DE SIGNATURE : 2007 FAITS : versement de euros à un consultant et à trois dirigeants CONDAMNATION : en Suisse (2011) ARABIE SAOUDITE CONTRATS : centrale de Shoaiba (2,7 milliards d euros) DATES DE SIGNATURE : 1998, 2004 et 2005 FAITS : versement de 45,9 millions d euros à six consultants et à une fondation pour le développement de l éducation islamique CONDAMNATION : aux Etats-Unis KAZAKHSTAN CONTRAT : locomotives pour les chemins de fer kazakhs DATE DE SIGNATURE : 2010 ENQUÊTE EN COURS : en France INDE TAÏWAN CONTRAT : métro de Taipei (13,4 millions d euros) DATE DE SIGNATURE : 2005 FAITS : versement de euros à un consultant CONDAMNATION : aux Etats-Unis INDONÉSIE CONTRATS : centrales de Tarahan et de Muara Tawar (338,5 millions d euros) DATES DE SIGNATURE : 2004 et 2008 FAITS : versement de plusieurs millions d euros jusqu en 2009, dont euros au député indonésien Izedrik Emir Moeis et euros au consultant Pirooz Muhammad Sharafi CONDAMNATIONS : aux Etats-Unis et en Indonésie CONTRATS : métro de Delhi DATES DE SIGNATURE : entre 2000 et 2006 ENQUÊTE EN COURS : au Royaume-Uni dollars, et Alstom Transport a remporté plusieurs contrats auprès du métro de Taipei au milieu des années SA MISSION : SOUDOYER UN DÉPUTÉ Même avec l expérience, il arrive parfois de ne pas miser sur le bon consultant. Pour Alstom, cela s est produit en Indonésie en 2003, là où l enquête américaine a démarré. A cette époque, l industriel français est au bord de la faillite et convoite une importante commande de deux chaudières pour la centrale à charbon de Tarahan, dans le sud de Sumatra. L EDF indonésien, le Perusahaan Listrik Negara (PLN), envisage également de construire une centrale thermique à Muara Tawar. Les deux projets représentent un marché primordial de 378 millions de dollars. «Nous étions en pleine négociation avec le gouvernement Sarkozy pour qu il prenne une participation à notre capital. On devait à tout prix démontrer que les grands électriciens nous faisaient encore confiance», se souvient un ancien haut dirigeant. Alstom avait déjà un consultant dont la mission était de soudoyer un député du Parlement, vice-président de la commission énergie, ainsi que les responsables de PLN. Problème : ce consultant ne donne pas

5 66 GRANDS FORMATS I NDUSTRIE satisfaction. «Il apparaît que notre consultant a été incapable de remplir sa tâche et de répondre à nos attentes, et qu il n a pas de prise du tout sur les responsables de PLN. J ai le sentiment qu il se contente d encaisser l argent et qu on le paie trop cher. Je dois voir des gens de PLN demain matin pour qu ils nous recommandent quelqu un d autre», écrit un cadre d Alstom Indonésie à son supérieur pour la région Asie. Le problème tarde à être réglé. «Les dirigeants de PLN n ont pas confiance dans notre agent, s inquiète le cadre d Alstom Indonésie, neuf mois plus tard. Ils se demandent si, une fois que nous aurons gagné le contrat, ils auront leurs récompenses ou si notre consultant leur donnera de l argent de poche et disparaîtra [avec le reste].» CE MESSAGE SERA DÉTRUIT APRÈS LECTURE Alstom finira par couper la poire en deux. Il garde son agent historique en réduisant sa rémunération des deux tiers et embauche le nouveau consultant recommandé par les dirigeants de PLN, sa rémunération étant fixée à 2% de la valeur des contrats qu il permet de décrocher. Les paiements, de plusieurs millions de dollars, sont étalés jusqu en Dont dollars pour le député Emir Moeis, qui pour sa part a été condamné à trois ans de prison ferme par la justice indonésienne l an dernier. Les procureurs américains ont poursuivi quatre cadres d Alstom, tous liés à cette affaire indonésienne : les Américains William Pomponi et David Rothschild, anciens dirigeants d Alstom Power US, aujourd hui à la retraite ; l Anglais Lawrence Hoskins, ancien directeur commercial Asie, également retraité ; et le Français Frédéric Pierucci, ancien vice-président, qui a quitté les geôles américaines voilà un an, après avoir dû verser 1,5 million de dollars de caution et mis en garantie les maisons de deux amis. Il est le seul à avoir été licencié par Alstom. Tous attendent leur jugement. Les identités des autres protagonistes n ont pas été divulguées, notamment celle du plus haut responsable Patrick Kron (au centre), le PDG d Alstom, devant la commission des Affaires économiques de l Assemblée nationale en mars: «Ce sont de vieux contentieux de corruption.» désigné par l enquête : «Alstom Executive A», un ancien dirigeant du département de conformité au siège de Levallois, chargé de vérifier la probité des consultants. On apprend, à la lecture de l organigramme d Alstom, que ce mystérieux «Alstom Executive A» devait travailler en direct avec le PDG. Patrick Kron pouvait-il ne pas savoir? Les procureurs parlent d une «politique non écrite» à l intérieur du groupe, destinée à contourner le Foreign Corrupt Practices Act. Les mails dévoilés par la justice américaine montrent que les salariés concernés d Alstom avaient parfaitement conscience d enfreindre la loi : «Peut-on arrêter de faire circuler ce genre d informations à la ronde?»; «Ce message sera détruit dès que vous en aurez pris connaissance» ; «Comme vous le savez, nous n aimons pas que nos consultants soient domiciliés aux Etats- Unis, avec des paiements aux Etats-Unis, et en dollars» Les dépenses de «consultants» étaient clairement inscrites dans les projets de contrats, qui devaient recueillir une triple signature avant d être validés : celles du directeur de branche, du directeur de la «compliance» (conformité) et du directeur régional. Deux faisaient partie du comité exécutif. Patrick Kron assistait en personne au comité des risques, qui examine toutes les commandes d un montant supérieur à 100 millions de dollars. «C est un travail très minutieux, ligne à ligne, qui dure pendant des heures», décrit un cadre. Pourquoi toutes ces procédures n ont-elles pas permis d éviter les faits révélés par la justice américaine? «L Obs» a tenté de rentrer en contact avec la direction d Alstom. Mais le ministère de la Justice américain lui a interdit de s exprimer sur ce jugement, sous peine de nouvelles poursuites. «Nous ne pouvons faire aucun commentaire», répond le service de presse. «Notre client a les mains liées», souffle un conseiller en communication. Par le passé, Patrick Kron s est toujours défendu des accusations de corruption en arguant que les contrats litigieux dataient d avant son arrivée ou qu il s agissait de dérives isolées. D ailleurs, a-t-il coutume d expliquer, il n y a qu une poignée de contrats «problématiques», alors que le groupe en signe des milliers chaque année. Le PDG d Alstom l a redit, début avril, devant la commission des Affaires économiques de l Assemblée nationale, qui l interrogeait sur la condamnation américaine. «Ce sont de vieux contentieux de corruption, a-t-il assuré. Depuis que je dirige Alstom, j ai mis en œuvre, année après année, les moyens nécessaires pour éviter des dérapages en matière de respect des règles du commerce international.» «Alstom est présent dans une centaine de pays et emploie des milliers de vendeurs, si bien qu il faut mettre en place des procédures et s assurer de leur application», a-t-il ajouté, sousentendant que tout cela prenait du temps. «On a fait beaucoup de ménage, mais il restait encore de la poussière», a répondu à «l Obs» Jean-Martin Folz, ancien patron de Peugeot et proche de Kron, qui a présidé le comité pour l éthique du conseil d administration d Alstom de 2010 à La direction aurait été très vigilante sur le profil des nouveaux consultants, mais aurait laissé courir les anciens contrats. Pour appuyer sa démonstration, Patrick Kron a HAMILTON-REA

6 GRANDS FORMATS I NDUSTRIE 67 ZIHNIOGLU KAMIL-SIPA coutume d expliquer qu il a mis en place une procédure centralisée de vérification de la probité des consultants. Cette filiale chargée de la conformité «compliance», dit-on dans le jargon a été épinglée par la justice suisse en 2011 pour des pots-de-vin versés en Lettonie, en Tunisie et en Malaisie. Le ministère public de la Confédération suisse avait déploré le manque de moyens donnés à cette entité, qui n employait qu une quinzaine de personnes à l époque des faits, qui plus est sans aucune expérience, pour passer au peigne fin des milliers de contrats. Ces effectifs atteignent aujourd hui une trentaine de personnes. Ce qui reste bien peu au regard des spécialistes de la «compliance» revendiqués par Siemens depuis sa grande condamnation de DE FAUSSES PREUVES DE SERVICES Les procureurs américains sont allés encore plus loin que les Suisses, en dénonçant une duplicité dans l organisation mise en place par Alstom. Selon eux, les salariés chargés de la «compliance» auraient «sciemment» transgressé les procédures. Les «drapeaux rouges» ne manquaient pas et auraient dû attirer l attention des responsables de l audit ou de la direction financière : certains consultants n habitaient pas les pays où ils étaient censés intervenir ; ils demandaient à être payés dans des paradis fiscaux ; ils demandaient de l aide pour créer de «fausses preuves de services» ; Quand l existence de négociations entre Alstom et General Electric fuite dans la presse en avril 2014, le gouvernement français sait déjà qu une enquête est menée par le ministère de la Justice américain pour des soupçons de corruption. «Nous étions très inquiets des conséquences financières d une éventuelle condamnation, car l exemple de Siemens [plus d un milliard d euros, NDLR] nous disait que cela pouvait représenter beaucoup d argent», se souvient un membre du cabinet Montebourg, où l on redoute à l époque que General Electric ne tente d influencer le ministère de la Justice de son pays pour affaiblir Patrick Kron et le pousser à la vente. Le soupçon est alors si fort, côté français, que, selon nos informations, Arnaud Montebourg mandate discrètement la Direction générale de la Sécurité extérieure, la DGSE, pour mener l enquête... Le ministre enjoint ses collaborateurs à passer sur téléphones cryptés. Mais les services secrets n auront pas le temps de rendre leurs conclusions : en juin, la vente d Alstom à General Electric est scellée. Devant la commission des Affaires économiques, qui a mené une série d auditions en mars, l actuel ministre de l Economie, Emmanuel Macron, a partagé ses doutes. «A titre personnel, j étais persuadé du lien de cause à effet entre cette enquête [du Department of Justice (DOJ), NDLR] et la décision de M. Kron de vendre, mais nous n avons aucune preuve», a-t-il assuré. Fin de l histoire? A l UMP, Daniel Fasquelle milite depuis de longs mois pour l ouverture d une enquête parlementaire. parfois ils étaient même plusieurs embauchés par Alstom pour prodiguer les mêmes services. «Alstom Network Schweiz [la filiale chargée de la compliance, NDLR] savait [que] le principal but de certains consultants n était pas de fournir des services légaux à l entreprise, mais plutôt de soudoyer des officiels qui avaient la possibilité de favoriser le gain de contrats.» Ceux qui sont censés garantir la légalité des consultants ferment les yeux sur leurs activités réelles. Alstom Network Schweiz a «plaidé coupable» de ces faits. Ces trois dernières années, toutes les procédures de conformité d Alstom ont été révisées par un avocat spécialisé, un «monitor», imposé par la Banque mondiale en 2012, après la découverte d un cas de corruption d un homme politique zambien. «Ce monitor a visité une quinzaine de pays et a tout réglementé, jusqu aux menus cadeaux offerts aux dignitaires chinois», raconte un cadre. La justice américaine a considéré que ces efforts étaient suffisants et n a pas imposé la présence d un nouveau superviseur. En juin 2014, la direction d Alstom a stoppé tout recours à des consultants. Officiellement elle ne paiera plus jamais «Paris», «Genève», «Londres», «homme tranquille» et «vieil ami» pour décrocher un contrat. Mais le Department of Justice a tout même mis la filiale américaine d Alstom sous surveillance pour trois ans, avec obligation de remettre un rapport détaillé de ses activités tous les douze mois. En liberté surveillée. QUAND M NTEB URG DEMANDAIT À LA DGSE D ENQUÊTER «Toute cette affaire est un scandale d Etat», martèle Fasquelle, par ailleurs vice-président de la commission des Affaires économiques. «La question que je me pose, sans avoir de réponse, c est : pourquoi monsieur Kron a-t-il vendu Alstom à General Electric alors que le groupe n était pas en difficulté financière? Il n y avait aucune urgence! Patrick Kron assure que l enquête américaine n a eu aucune influence sur sa décision. Elle l a en tout cas déstabilisé. Il y a eu des précédents : j ai une liste de cinq entreprises, poursuivies par le DOJ, qui ont été rachetées par General Electric.» C. M. Arnaud Montebourg et Patrick Kron à l usine du Creusot en 2014.

La corruption mondiale et ses répercussions sur les entreprises canadiennes

La corruption mondiale et ses répercussions sur les entreprises canadiennes La corruption mondiale et ses répercussions sur les entreprises canadiennes En juin 2011, la Loi sur la corruption d agents publics étrangers (LCAPE) a été utilisée pour accuser une société canadienne

Plus en détail

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014

RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 RAPPORT DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LES CAS DE MAUVAISE CONDUITE AYANT REQUIS DES MESURES DISCIPLINAIRES ET ADMINISTRATIVES EN 2013 ET 2014 Contexte 1. Conformément à la Directive organisationnelle

Plus en détail

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique

Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Propositions de Transparency International France sur la transparence de la vie économique Lors de ses vœux aux corps constitués le 20 janvier dernier, le Président de la République a annoncé l élaboration

Plus en détail

L ESSENTIEL PROJET DE LOI RELATIF À LA TRANSPARENCE, À LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET À LA MODERNISATION DE LA VIE ÉCONOMIQUE

L ESSENTIEL PROJET DE LOI RELATIF À LA TRANSPARENCE, À LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET À LA MODERNISATION DE LA VIE ÉCONOMIQUE L ESSENTIEL PROJET DE LOI RELATIF À LA TRANSPARENCE, À LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET À LA MODERNISATION DE LA VIE ÉCONOMIQUE Mardi 14 juin 2016 L essentiel du projet de loi Le projet de loi relatif

Plus en détail

Dossier d expatriation

Dossier d expatriation 3 ème année IPAG Alexis Keuleyan Dossier d expatriation Expatriation réalisée dans l université d Huddersfield en Angleterre. Arrivant à la fin de mon premier semestre de 3 ème année à l IPAG, que j ai

Plus en détail

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux

Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Projet de loi C-31 Loi de mise en œuvre de l accord Canada États-Unis pour un meilleur échange de renseignements fiscaux Allocution de Darren Hannah Vice-président intérimaire, Politiques et opérations

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

je suis quelque peu ému mais aussi fier de pouvoir vous transmettre les meilleures salutations des responsables et des adhérents du BDÜ.

je suis quelque peu ému mais aussi fier de pouvoir vous transmettre les meilleures salutations des responsables et des adhérents du BDÜ. Monsieur le Directeur. Monsieur le Directeur. Madame Contino, Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs je suis quelque peu ému mais aussi fier de pouvoir vous transmettre les meilleures salutations des responsables

Plus en détail

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage

CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise. TRAVAUX du 4 e étage Activité de la cour d'appel 27 CRÉATION DE DEUX GROUPES DE TRAVAIL : Justice et Médias et Justice-Entreprise Jean-Claude MAGENDIE, premier président de la Cour d appel de Paris et Maître Paul LOMBARD,

Plus en détail

Synthèse des observations de la Cour

Synthèse des observations de la Cour Synthèse des observations de la Cour L Association pour la recherche sur le cancer a fait l objet pour la deuxième fois d un contrôle de la Cour, portant sur les années 1998 à 2002. Cette association,

Plus en détail

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR

Rapport de transparence. Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Rapport de transparence Exercice clos le 30 juin 2014 Cabinet EXCO COTE D'AZUR Table des matières Préambule... 1 Présentation de Kreston International LTD... 2 Structure juridique et principaux chiffres...

Plus en détail

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE

L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE L ACCOMPAGNEMENT BANCAIRE DES ENTREPRISES CANADIENNES DANS LEUR EXPANSION EN EUROPE CARREFOUR EUROPE 6 NOVEMBRE 2013 Présenté par: Équipe internationale, Banque Nationale du Canada 1 Contexte Situation

Plus en détail

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié

N 50729#02. L invention. REPèREs. de salarié. Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié N 50729#02 L invention de salarié REPèREs Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de salarié titre chapitre L invention de salarié Tout ce qu il faut savoir pour déclarer une invention de

Plus en détail

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth

Rapport de fin de séjour. Stage Bournemouth Charlène Reynaud Licence IUP Université jean Monnet Rapport de fin de séjour Stage Bournemouth A. Vie pratique Mon séjour s est déroulé à Bournemouth, ville de 163900 située à 2h00 de Londres. Bournemouth

Plus en détail

Les grandes arnaques à éviter

Les grandes arnaques à éviter Les grandes arnaques à éviter Extrait de Senior planet - 10 février 2009 Fausses loteries, fortunes venues d Afrique, vente pyramidale, démarchages frauduleux Voici les escroqueries les plus courantes

Plus en détail

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS

BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS BANQUE ROYALE DU CANADA POLITIQUE SUR L INDÉPENDANCE DES ADMINISTRATEURS La grande majorité des membres du conseil d administration de la Banque seront indépendants au sens de la présente politique. Le

Plus en détail

PRATIQUES DÉLOYALES PROVENANT DE LA SUISSE

PRATIQUES DÉLOYALES PROVENANT DE LA SUISSE PRATIQUES DÉLOYALES PROVENANT DE LA SUISSE NOTAMMENT EN MATIÈRE DE COMMERCIALISATION DE LISTES D ADRESSES VENTE PAR CORRESPONDANCE JEUX-CONCOURS PUBLICITAIRES EDITION JUIN 2001 DE QUOI S AGIT-IL? Il n

Plus en détail

SONDAGE INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE-DÉPÔTS (SIAD) SOMMAIRE DES RÉSULTATS

SONDAGE INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE-DÉPÔTS (SIAD) SOMMAIRE DES RÉSULTATS SONDAGE INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE-DÉPÔTS (SIAD) SOMMAIRE DES RÉSULTATS Introduction La Société d assurance-dépôts du Canada (SADC) a dépouillé les réponses recueillies dans le cadre de la deuxième

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN

OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN OBTENIR LE FONDS DE ROULEMENT DONT VOUS AVEZ BESOIN Vous avez conclu la transaction, mais il vous faut maintenant des liquidités pour démarrer la production. C est alors que votre crédibilité est en jeu.

Plus en détail

Nos juristes d Allianz vous aident à résoudre vos litiges. Protection Juridique

Nos juristes d Allianz vous aident à résoudre vos litiges. Protection Juridique Nos juristes d Allianz vous aident à résoudre vos litiges. Protection Juridique Allianz Protection Juridique * est l assurance de protection juridique du Groupe Allianz. Chargée de défendre les intérêts

Plus en détail

LES CHEFS D ENTREPRISE

LES CHEFS D ENTREPRISE Prud hommes La réforme des prud hommes : pour une justice plus prévisible et plus rapide. Aucun chef d entreprise n aime se séparer d un salarié. Mais c est parfois nécessaire et c est à cette éventualité

Plus en détail

Document réalisé avec le soutien de

Document réalisé avec le soutien de Document réalisé avec le soutien de Directeur de la publication : Cédric MAMETZ Responsable de la rédaction : Céline SIMONIN, Chargée de projets Nous Aussi Conception graphique : La Suite + Co et Lauriane

Plus en détail

Récapitulatif: Du 04 au 15 Mai 2015. Rapport 2014 de l ECSDA. Développements du CSD du Ghana. Rapport de l OICV sur la fraude d investissement.

Récapitulatif: Du 04 au 15 Mai 2015. Rapport 2014 de l ECSDA. Développements du CSD du Ghana. Rapport de l OICV sur la fraude d investissement. Du 04 au 15 Mai 2015 Récapitulatif: Rapport 2014 de l ECSDA. Développements du CSD du Ghana. Rapport de l OICV sur la fraude d investissement. Report du lancement de la plateforme T2S. Agrément de 10 CCP

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 9 bis du 25 novembre 2008 C2008-61 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 31 juillet

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Bruxelles, le 14 avril 2014 En 2013, les autorités nationales chargées des questions de consommation

Plus en détail

Questions/Réponses de Global Witness sur ENRC en République démocratique du Congo

Questions/Réponses de Global Witness sur ENRC en République démocratique du Congo Questions/Réponses de Global Witness sur ENRC en République démocratique du Congo ENRC est l un des plus gros groupes miniers au monde, avec un chiffre d affaires de 7,7 milliards de dollars rien que sur

Plus en détail

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES

RÉPONSE DU CCBE À LA CONSULTATION PAR LA DG MARKT SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES Conseil des barreaux européens Council of Bars and Law Societies of Europe Association internationale sans but lucratif Rue Joseph II, 40 /8 1000 Bruxelles T. : +32 (0)2 234 65 10 F. : +32 (0)2 234 65

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Responsabilité de la société-mère en cas de pollution causée par une société liée et transparence en matière environnementale

Responsabilité de la société-mère en cas de pollution causée par une société liée et transparence en matière environnementale Responsabilité de la société-mère en cas de pollution causée par une société liée et transparence en matière environnementale RESUME La loi n 2010-788 du 12 juillet 2010 portant engagement national pour

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX

RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX RELATIONS AVEC LES PARTENAIRES COMMERCIAUX Politique Groupe Keolis - Mai 2015 - Document à usage interne et externe RE Rappels des principes fondamentaux posés par le GUIDE ETHIQUE DE CONDUITE DES AFFAIRES

Plus en détail

p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e

p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e p r o v i d i n g c o n f i d e n c e t h r o u g h p e r f o r m a n c e Nos Services Trident Fund Services la division du groupe Trident Trust dédiée à l administration des fonds propose aux gestionnaires

Plus en détail

Intervention du 4 mars 2014 POUR LA PROTECTION CONTRE LA. Colloque AIG / Boken La fraude aux faux ordres de virement

Intervention du 4 mars 2014 POUR LA PROTECTION CONTRE LA. Colloque AIG / Boken La fraude aux faux ordres de virement Intervention du 4 mars 2014 GUIDE À L USAGE DES ENTREPRISES POUR LA PROTECTION CONTRE LA «FRAUDE AU PRÉSIDENT» Colloque AIG / Boken La fraude aux faux ordres de virement M. Raphaël Gauvain, avocat associé

Plus en détail

Guide de rédaction du document narratif Investisseurs, entrepreneurs et travailleurs autonomes. Renseignements généraux

Guide de rédaction du document narratif Investisseurs, entrepreneurs et travailleurs autonomes. Renseignements généraux Guide de rédaction du document narratif Investisseurs, entrepreneurs et travailleurs autonomes A-8100-F0 (2014-12) Renseignements généraux En appui à sa demande de Certificat de sélection du Québec dans

Plus en détail

Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie

Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie Comment se préserver de l augmentation du coût de la vie Tome 1 Bonjour, Philippe Hodiquet à votre service. J ai commencé à vous partager des techniques légales pour réduire vos coûts de crédits immobiliers.

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF

COMMISSION AUTEUR DES VIOLENCES CAS PRATIQUE COMPARATIF CARTA EUROPEA avec le soutien de la Commission Européenne et des barreaux des Programmes EUROMED DROIT et EURODROIT SUD EST MEDITERRANEE Siège social Maison de l Europe à Montpellier Adresse administrative

Plus en détail

UK Bribery Act & Guidances Présentation Enjeux Exemples

UK Bribery Act & Guidances Présentation Enjeux Exemples UK Bribery Act & Guidances Présentation Enjeux Exemples LEEM 17 Mai 2011 Jonathan Schur Guillaume Briant EU17549328 2011 Dechert LLP Avertissement Ce document est destiné à fournir une présentation générale

Plus en détail

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE

LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE LA NOUVELLE AUTORITE DE LA CONCURRENCE A COMPTER DU 1ER JANVIER 2009 Par Sarah TEMPLE-BOYER (Décembre 2008) La nouvelle Autorité de concurrence, créée par l article 95 de la Loi du 4 août 2008 de modernisation

Plus en détail

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009

Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Délibération n 2009-199 du 27 avril 2009 Emploi privé- âge- procédure de recrutement-rejet de la candidature sans entretien profil surdimensionné- diplôme- compétences managériales expérience professionnelle

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

La Banque et l Assurance

La Banque et l Assurance GACO 1 Groupe B La Banque et l Assurance Dossier Métier PPP Guillerm Floriane et Le Bail Emilie 04/11/2013 Nous partons de concepts assez larges, en effet la banque et l'assurance regroupent de nombreux

Plus en détail

Les cartes de crédit : cinq pratiques déplorables. Allocution d Elise Thériault. Avocate, Service juridique, Option consommateurs

Les cartes de crédit : cinq pratiques déplorables. Allocution d Elise Thériault. Avocate, Service juridique, Option consommateurs cinq pratiques déplorables Allocution d Elise Thériault Avocate, Service juridique, Option consommateurs Montréal, 26 novembre 2009 À l approche des Fêtes, nous souhaitons vous présenter les résultats

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME

LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME Sommaire Introduction Cadre législatif et réglementaire applicable Extension de l obligation de déclaration Obligations des professionnels Textes

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

Société Fiduciaire de Révision Alpha Audit. Audit Expertise comptable Social et taxes Conseil et accompagnement 1

Société Fiduciaire de Révision Alpha Audit. Audit Expertise comptable Social et taxes Conseil et accompagnement 1 Société Fiduciaire de Révision Alpha Audit RAPPORT DE TRANSPARENCE Audit Expertise comptable Social et taxes Conseil et accompagnement 1 Cabinets de commissariat aux comptes 2 avenue de Bruxelles F-68350

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/2015/L.1/Add.4 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. limitée 5 novembre 2015 Français Original: anglais Sixième session Saint-Pétersbourg

Plus en détail

Politique anti-corruption

Politique anti-corruption Politique anti-corruption 1. Introduction Notre compagnie attache une valeur importante à sa réputation et s engage à maintenir les normes les plus élevées en matière d éthique dans la gestion de ses affaires

Plus en détail

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères

Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Politique de conformité relative à la lutte contre la corruption et la Loi sur les manœuvres frauduleuses étrangères Crawford & Compagnie et toutes ses filiales à travers le monde sont soumises à certaines

Plus en détail

Discours du Président de la CGPME Jean-François Roubaud

Discours du Président de la CGPME Jean-François Roubaud 5 ème CONFÉRENCE ANNUELLE DES ENTREPRENEURS lundi 12 novembre 2012 Paris Discours du Président de la CGPME Jean-François Roubaud Monsieur le Ministre, Mesdames et messieurs, «L avenir est quelque chose

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

CESSION D UN CABINET D AVOCAT

CESSION D UN CABINET D AVOCAT CESSION D UN CABINET D AVOCAT Entre les soussignés : 1., Avocat au Barreau de PARIS, De nationalité française, Né le à ), Ayant son domicile à, (situation et régime matrimonial) Ci-après dénommé le Vendeur,

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Paris N 11PA02271 Inédit au recueil Lebon 7ème chambre Mme DRIENCOURT, président M. Olivier COUVERT-CASTERA, rapporteur M. BLANC, rapporteur public SOCIETE D AVOCATS AVODIRE,

Plus en détail

X) Exco. Rapport de transparence. Exercice clos le 30 septembre 2014 Cabinet EXCO S & W Associés

X) Exco. Rapport de transparence. Exercice clos le 30 septembre 2014 Cabinet EXCO S & W Associés X) Exco Rapport de transparence Exercice clos le 30 septembre 2014 Cabinet EXCO S & W Associés I 751 t._iiiii[ X) Exco Table des matières Préambule 1 Présentation de Kreston International LTD 2 Structure

Plus en détail

Cas de discrimination déclarés en 2013

Cas de discrimination déclarés en 2013 Cas de discrimination déclarés en 2013 Total : 70 cas activité lucrative assurances sociales assurances privées droit des étrangers santé publique droit d'entrée et de séjour service militaire divers violations

Plus en détail

La Commission adopte l article 14 ainsi modifié. * * Article additionnel après l article 14

La Commission adopte l article 14 ainsi modifié. * * Article additionnel après l article 14 362 M. le Rapporteur général. Le présent article permet de mettre en œuvre dans la législation nationale des dispositions négociées dans le cadre du G20, qui a fixé la date de mars 2010 pour la mise en

Plus en détail

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes

Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Communiqué de presse 4 mai 2012 Alstom publie des résultats 2011/12 conformes à ses prévisions et enregistre un niveau élevé de commandes Entre le 1 er avril 2011 et le 31 mars 2012, Alstom a enregistré

Plus en détail

CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL

CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL CE QUE VOUS DEVRIEZ SAVOIR INTRODUCTION AU BUREAU DE L AVOCAT PUBLIC FEDERAL COMMIS A LA DEFENSE ET AU SYSTEME JUDICIAIRE FEDERAL F E D E R A L P U B L I C D E F E N D E R O F F I C E 1 2 6 C O L L E G

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

Si Vous avez le droit de travailler

Si Vous avez le droit de travailler Département US de la Justice Division des Droits civils Bureau du conseiller spécial aux méthodes d emploi inéquitables liées à l immigration Si Vous avez le droit de travailler Ne laissez personne vous

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

Témoignage d un jeune diplômé de l EURIA ayant assisté au Congrès International des Actuaires, à Washington, en avril 2014.

Témoignage d un jeune diplômé de l EURIA ayant assisté au Congrès International des Actuaires, à Washington, en avril 2014. Témoignage d un jeune diplômé de l EURIA ayant assisté au Congrès International des Actuaires, à Washington, en avril 2014. Par Guillaume Biessy, actuaire EURIA promotion 2013, actuellement Doctorant chez

Plus en détail

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse,

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015 Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Rachid MADRANE Mesdames, Messieurs, Chers journalistes,

Plus en détail

Mboté na bino (Bonjour à vous)

Mboté na bino (Bonjour à vous) Mboté na bino (Bonjour à vous) Enfin je vous écris, après mes deux premiers mois dans mon nouveau Pays qu est la République Démocratique du Congo. Tout d abord je voudrais vous remercier pour votre soutien

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 Loi regroupant la Commission de l équité salariale, la Commission des normes du travail et la Commission de la santé et de la sécurité du travail et instituant le Tribunal

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les discriminations

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

Anti-Slavery International Politique anti-corruption d Anti-Slavery International

Anti-Slavery International Politique anti-corruption d Anti-Slavery International Anti-Slavery International Politique anti-corruption d Anti-Slavery International Introduction Le Conseil d administration et l équipe de direction d Anti-Slavery International s engagent à appliquer une

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Partie I L Allemagne

Partie I L Allemagne Partie I L Allemagne Avant-propos L Allemagne est le premier partenaire économique de la France, le plus grand marché de consommateurs en Europe et, selon la banque mondiale, c est le pays qui est actuellement

Plus en détail

«Mieux vaut être malin et renoncer au dépôt de garantie en espèces!»

«Mieux vaut être malin et renoncer au dépôt de garantie en espèces!» «Mieux vaut être malin et renoncer au dépôt de garantie en espèces!» Je me réjouis, en ma qualité de fondateur d EuroKaution, de vous présenter une entreprise, qui a repris une vieille idée pour en faire

Plus en détail

THE WARRANTY GROUP, INC. POLITIQUE DE DELEGATION D AUTORITÉ

THE WARRANTY GROUP, INC. POLITIQUE DE DELEGATION D AUTORITÉ THE WARRANTY GROUP, INC. POLITIQUE DE DELEGATION D AUTORITÉ Approuvé par le conseil d administration : le 30 janvier 2014 BUT ET CHAMP D APPLICATION: La présente politique de délégation d autorité (la

Plus en détail

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives

Ethics & Compliance. Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Instruction du Groupe relative aux Dons aux organisations caritatives Ethics & Compliance 1/6 1. Préambule Le Code d Éthique d Alstom est essentiel. Il décrit la bonne conduite que les collaborateurs doivent

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016

Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016 Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016 1. INTRODUCTION Il est rappelé que l Assemblée Générale Mixte du 2 juin 2014, dans sa cinquième (5 ème ) résolution, avait précédemment autorisé le

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

L offre des cabinets peut se structurer en 3 types de prestations et 3 domaines d application

L offre des cabinets peut se structurer en 3 types de prestations et 3 domaines d application L offre des cabinets peut se structurer en 3 types de prestations et 3 domaines d application NB : Le schéma ci-après présente de manière synthétique la répartition des activités par type de prestation

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : J. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 248 No d appel : 2013-0091 ENTRE : J. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Rentrée du Barreau de Paris Théâtre du Chatelet 4 décembre 2009 Discours de M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel

Rentrée du Barreau de Paris Théâtre du Chatelet 4 décembre 2009 Discours de M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel Rentrée du Barreau de Paris Théâtre du Chatelet 4 décembre 2009 Discours de M. Jean-Louis Debré, Président du Conseil constitutionnel «Le Conseil constitutionnel et les droits de la défense» Monsieur le

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Portage salarial immobilier

Portage salarial immobilier Portage salarial immobilier w w w. f c i - i m m o b i l i e r. c o m La relation avec les agences Optimisez votre force de vente LE PORTAGE SALARIAL EN IMMOBILIER, particulièrement adapté aux besoins

Plus en détail

Les victimes de l affaire Apollonia interpellent plusieurs centaines de députés

Les victimes de l affaire Apollonia interpellent plusieurs centaines de députés V2 13 09 12 ANVI ASDEVILM Communiqué de presse Paris, le 13 septembre 2012 Crise du Crédit Immobilier de France Les victimes de l affaire Apollonia interpellent plusieurs centaines de députés L ANVI Asdevilm

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E N o C 11-88.136 F-P+B N o 5268 1 GT 16 OCTOBRE 2012 REJET M. LOUVEL président, R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE CRIMINELLE, en son audience

Plus en détail

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE

ALTER DOMUS France IT S PEOPLE WHO MAKE THE DIFFERENCE FRANCE ALTER DOMUS Alter Domus est un leader européen dans les Services d Administration de Fonds et les Services Administratifs et Comptables de sociétés. Nous sommes spécialisés dans le service aux véhicules

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire.

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. La Commission a pris connaissance de la procédure judiciaire. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE COMMISSION NATIONALE DE DÉONTOLOGIE DE LA SÉCURITÉ Saisine n 2008-41 AVIS ET RECOMMANDATIONS de la Commission nationale de déontologie de la sécurité à la suite de sa saisine, le 18

Plus en détail

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite

BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 CONSEIL DES GOUVERNEURS. Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite BANQUE EUROPÉENNE D INVESTISSEMENT Août 2004 PV/04/11 CONSEIL DES GOUVERNEURS Procès-verbal de la décision du 27 juillet 2004 suscitée par procédure écrite OLAF : DÉCISION EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LA

Plus en détail

6-A trois jours de la date fatidique c est-à-dire à trois jours de l interview, ils

6-A trois jours de la date fatidique c est-à-dire à trois jours de l interview, ils 6-A trois jours de la date fatidique c est-à-dire à trois jours de l interview, ils (Rodrigue et sa supposée épouse) se rendirent dans le pays retenu pour l interview. Grande, ensoleillée et aux hivers

Plus en détail