Contrôle non destructif Magnétoscopie

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contrôle non destructif Magnétoscopie"

Transcription

1 Contrôle non destructif Magnétoscopie Principes physiques : Le contrôle magnétoscopique encore appelé méthode du flux de fuite magnétique repose sur le comportement particulier des matériaux ferromagnétiques lorsqu ils sont soumis à l'action d'un champ magnétique H. Ce champ magnétique peut être produit : par un conducteur rectiligne parcouru par un courant d'intensité I. A une distance r du conducteur la valeur du champ est donnée par l'expression : [A.m -1 ] par une bobine plate dont les N spires circulaires de rayon r sont parcourues par un courant d'intensité I. Le champ magnétique créé au centre d'une telle bobine a pour valeur : [A.m-1] par une bobine allongée (solénoïde) de longueur L comportant N spires circulaires parcourues par un courant d'intensité I. Le champ magnétique créé selon l'axe d'une telle bobine a pour expression : [A.m-1] Ces différentes expressions ayant pour formule de dimension le quotient d'une intensité exprimée en ampères sur une longueur en mètre soit, l unité d'intensité du champ magnétique sera l'ampère par mètre [A.m -1 ]. 1

2 Lorsque l'on dispose un matériau ferromagnétique dans un champ magnétique d'intensité donnée uniforme H représenté dans l'air par des lignes de force parallèles et équidistantes, on constate une déformation de celles ci au voisinage de ce matériau et une concentration de ces lignes à l'intérieur de celui-ci. Ce phénomène est basé sur l'effet directionnel exercé par le champ magnétique extérieur sur les courants atomiques circulaires dans le matériau. Sous l'influence de ce champ H, ces courants, naturellement désordonnés, deviennent parallèles et leur champ magnétique propre s'ajoute au champ excitateur H. Pour exprimer cette concentration de lignes de force dans le matériau, il convient de définir une grandeur appelée densité de flux magnétique ou induction B exprimée en Tesla 2

3 [T]. Il existe une relation entre l'induction et le champ magnétique H. Dans le vide ou dans l'air, l'induction est égale au produit du champ par un coefficient appelé perméabilité magnétique 0 exprimé en Henry par mètre [H.m -1 ]. et par conséquent [H.m -1 ] Nota : Dans l'ancien système d'unité CGS, 0 était égale à 1. A l'intérieur d'un matériau ferromagnétique placé dans un champ H, la densité de flux magnétique augmente en raison de la concentration des lignes de force du champ et l'expression de l'induction magnétique B devient : dans laquelle r, nombre sans dimension, est appelé perméabilité relative du matériau. Celle-ci dépend de la susceptibilité magnétique K du matériau et : Dans le cas des matériaux ferromagnétiques nous avons vu que était élevée. donc r le sera également. Toutefois, dans le cas de tels matériaux la relation B = f (H) n'est pas linéaire. En effet, si l'on considère la fonction B = f (H), exprimant la variation de l'induction en fonction du champ, elle se traduit par une courbe dite de première aimantation lorsque le matériau n'a jamais été soumis à l'action d'un tel champ (figure 11). 3

4 La courbe représentée correspondant à un acier de construction de nuance XC20 et présente pour des valeurs de champ inférieures à 500 A.m-1 une partie pseudo linéaire, puis un coude correspondant à un changement de pente et enfin, au-delà d'une intensité de champ magnétique d'environ 800 A.m -1 une portion à faible pente dite zone de saturation. Corrélativement, la courbe représentant la variation de la perméabilité relative r du matériau en fonction de ce champ accuse un maximum pour de faibles valeurs de ce champ, puis une décroissance rapide lorsque ce dernier augmente. Nous verrons que la valeur de la perméabilité relative r du matériau contrôlé joue un rôle important vis-à-vis de la sensibilité du contrôle magnétoscopique. Ces rappels succincts concernant les phénomène, magnétiques ayant été énoncés nous pouvons aborder le principe même de la méthode de contrôle. On sait que tous les matériaux ferromagnétiques placés dans un champ magnétique homogène sont le siège d'une induction ou d'une densité de flux magnétique importante. Supposons un barreau d'acier ferritique (milieu 2) disposé dans l'air (milieu 1) où règne un 4

5 champ H comme indiqué sur la figure ci contre. Si l'on considère les phénomènes observés aux limites c'est-à-dire le long des faces du barreau respectivement parallèles et perpendiculaires aux lignes de force du champ les deux lois suivantes peuvent être énoncées : Il existe une continuité du vecteur champ monétique tangentiel par rapport à une surface parallèle au flux magnétique créé. par le champ H ( = B.S, S étant la section de la pièce. et B l'induction dans la pièce ) qui s'écrit : Il existe également une continuité du vecteur induction par rapport à une paroi perpendiculaire au flux magnétique qui se traduit par : Si est la perméabilité magnétique de l'air et r2 la perméabilité magnétique relative du barreau d'acier, l'expression peut encore s'écrire : d'où en devisant les deux termes par 0 : La différence de potentiel magnétique qui existe de part et d'autre de la surface perpendiculaire aux lignes de force du champ sera égale à : Elle sera donc proportionnelle à la valeur de la perméabilité magnétique relative r2 dans le matériau ainsi qu'à l'intensité du champ magnétiseur appliqué H donc à H n2. Le même phénomène sera observé dans le cas d'un défaut débouchant en surface ( voir figure ). C'est cette différence de potentiel magnétique qui créé un champ de fuite magnétique à la surface de la pièce au droit du défaut. Celui-ci est en mesure d'attirer de fines particules ferromagnétiques ( poudres d'oxyde magnétique de fer ) à la façon d'un petit aimant traçant ainsi le dessin du défaut. La détection ainsi que l identification d'une discontinuité non magnétique en surface va dépendre de l'existence, de la finesse et du contraste de son spectre magnétique qui 5

6 sont la résultante d'un grand nombre de paramètres appelés facteurs de sensibilité. Les principaux d'entre eux sont : l'intensité de l'induction B dans la pièce contrôlée qui dépend de l'intensité du champ magnétiseur H L'expérience montre qu'il est recommandé d'utiliser une induction magnétique d'intensité assez grande, sans toutefois atteindre des valeurs trop élevées. La justification de cette affirmation repose sur le phénomène de réfraction magnétique ( figure ci après ). La loi est la suivante : au passage d'un milieu à forte perméabilité relative r, ( acier ferromagnétique ) dans l'air, les lignes d'induction subissent une forte déviation qui obéit à la relation : Celle-ci indique que pour les valeurs élevées de r, l'angle est voisin de 90 et que les lignes d'induction dans l'air sortent quasi perpendiculairement à la surface. Par ailleurs il y a conservation de la composante normale de l'induction de part et d'autre de la surface soit : Cette composante normale de l'induction dans l'air ( B 1n ) nous intéresse particulièrement puisque c'est elle qui va fixer les particules ferromagnétiques au droit des défauts. B 1n étant proportionnelle à B 2, l'induction dans l acier, celle ci doit être suffisamment importante. Une règle pratique qui a fait ses preuves consiste à utiliser une induction delà du coude de la courbe dite de première aimantation ( figure 11 ), mais au-delà du début de la 6

7 partie à faible pente de cette courbe, c'est à dire au commencement de la saturation magnétique du matériau. Pour un matériau très ferromagnétique, tel l'acier de nuance XC 20 considéré, l'induction optimale serait d'environ 1,5 Tesla pour un champ magnétiseur de 1500 A.m -1 ( figure 11 ). Dans le cas des aciers de construction courants, il est cependant recommandé d'utiliser un champ magnétique tangentiel H t1 d'intensité comprise entre 2,4 et 4 ka.m -1 ( soit entre et A.m -1 ) qui est mesurable à l'aide d'un appareil adapté appelé «mesureur de champ tangentiel». En se reportant aux courbes de la figure 11, on voit que les valeurs de champ précitées correspondent à des valeurs de perméabilité relative r comprises pour l'acier XC 20 entre 300 et 500 donc assez élevées auxquelles correspond un angle dans l'air très voisin de 90. Pour des valeurs de champ supérieures à 4 ka.m -1, la perméabilité magnétique relative décroît rapidement, le rapport augmente, donc 1 également. Le vecteur induction dans l'air B 1 se couche sur la surface ce qui réduit sa composante normale B 1n, d'où une moins bonne fixation de la poudre ferromagnétique au droit d'un défaut ( figure 13 ). La profondeur «p» et l'orientation relative de l'induction et des défauts La distorsion des lignes d'induction dans le matériau est maximale lorsque le défaut 7

8 est plan et disposé perpendiculairement à ces lignes d'induction. En effet, l'air ou le milieu constituant ce défaut sont caractérisés par une perméabilité magnétique égale ou très voisine de 0 et jouent dans ce cas le rôle d'une barrière qui s'oppose à la propagation des lignes d'induction. Si le défaut débouche, le flux de fuite magnétique dans l'air est maximal et sa détection sera le plus souvent assurée ( figure 14 a ). Si la partie supérieure du défaut se trouve à une distance ( ou profondeur ) p de la surface de la pièce, il se créera une concentration des lignes d'induction dans le ligament de métal situé au-dessus du défaut et 8

9 le flux de fuite magnétique dans l'air sera très atténué ( figure 14 b ). Dans ce cas, la détection de la discontinuité sera le plus souvent aléatoire et dépendra comme nous le verrons de la nature du champ magnétiseur H. Enfin si le défaut est plan et disposé parallèlement à la surface de matériau, les lignes d'induction dans ce dernier s'écouleront de part et d'autre du défaut sans aucune perturbation quant à leur trajectoire. Aucun flux de fuite magnétique ne sera dans ce cas observé en surface au droit du défaut ( figure 14 c ). La nature du champ magnétiseur H Les considérations précédentes étaient basées sur l'existence d'un flux magnétique uniforme à l'intérieur du matériau. Une telle situation n'est généralement pas observée dans la pratique industrielle des contrôles magnétoscopiques en raison de la forme de la pièce qui influence le choix du mode d'aimantation de celle-ci et la nature du champ magnétiseur. Quelle que soit la forme du circuit utilisé pour produire ce champ, quatre types de courants peuvent être utilisés : un courant continu, un courant puisé redressé double alternance, un courant puisé simple alternance un courant alternatif Des essais ont été réalisés par M. TOITOT sur des barreaux parallélépipédiques en acier de nuance XC 12 comportant des trous borgnes à fonds plats. Les distances «p» de ces fonds plats à la surface des barreaux s'échelonnaient de 1 à 20 mm ( figure 15 ). Ces barreaux ont été disposés dans l'entrefer d'un électroaimant successivement alimenté par les quatre types de courants précités. L'intensité de chaque courant à été augmentée progressivement par paliers afin d'obtenir un accroissement correspondant du 9

10 champ donc de l'induction dans les barreaux. C'est la composante tangentielle H t de ce champ qui a été mesurée lors de chaque palier lors de la recherche du ou des trous décelables au moyen d'une poudre ferromagnétique. L'aimantation ayant été maintenue pendant 5 secondes lors de chaque palier ( temps à caractère industriel ), les résultats obtenus sont exprimés par les courbes de la figure 16 qui représentent pour chaque type de courant, donc de champ, la profondeur de détection maximale «d» en fonction de la valeur de la composante tangentielle du champ Ht. Bien que de tels trous ne soient pas entièrement représentatifs des défauts réels, ils n'en démontrent pas moins l'influence des champs utilisés sur la profondeur de détection des défauts. Si celle-ci atteint 4 à 5 mm pour un champ continu de 2,4 à 4 ka.m -1 qui sont les valeurs extrêmes du domaine recommandé, elle n'est en revanche que de 0,5 mm environ pour un champ alternatif de mêmes valeurs qui est le plus fréquemment utilisé en raison de la simplicité et de la compacité des équipements qui le produisent. Ce résultat s'explique par l'effet de peau accentué qui caractérise les courants alternatifs et par conséquent les champs alternatifs de fréquence industrielle ( f = 50 Hz ). Parmi les autres facteurs de sensibilité qu'il convient de citer et qui jouent un rôle 10

11 important on trouve : la forme des défauts, plane ou volumique, qui, selon l'orientation de ceux-ci, favorise plus on moins l'écoulement des lignes d'induction dans le matériau. L'importance relative des défauts et de la pièce exprimée par l'expression où : s : surface de défaut, S : section de la pièce contenant le défaut. En principe plus cette importance relative est grande meilleure sera la détection du défaut. Toutefois, l'utilisation d'un champ alternatif permettra la détection de très petits défauts en surface grâce à la concentration superficielle des lignes d'induction qu'il procure. L'état de surface de la pièce en épreuve dont une trop grande rugosité peut s'opposer au libre déplacement des particules ferromagnétiques vers les plages caractérisées par une différence de potentiel magnétique élevée en raison de la présence d'un défaut. Une rugosité inférieure à 10 m parait souhaitable. Les caractéristiques des poudres et liqueurs détectrices. Encore appelées produits révélateurs, ces poudres sèches ou en suspension dans Un liquide ( liqueur ) sont caractérisées par : Leur nature, les produits de base étant des oxydes de fer Fe2O3, Fe3O4 ou encore des poudres de fer finement divisées Leur présentation : ces poudres pouvant être utilisées sèches ou encore en suspension dans un liquide qui peut être un produit pétrolier ( huile légère, kérosène, etc. ) de faible viscosité dynamique ou de l'eau additionnée d'un agent mouillant ( pour une meilleure répartition de la poudre ) et d'un inhibiteur de corrosion. Les poudres sèches peuvent être utilisées jusqu'à des températures de 400 C et elles conduisent dans tous les cas à la formation rapide des tracés des défauts. Les liqueurs mises en œuvre aux températures ambiantes sont les plus couramment utilisées. Lorsque leur concentration en poudre répond aux exigences normatives soit 4 à 6 grammes de poudre par litre, ces liqueurs procurent des spectres très fins favorables à une caractérisation satisfaisante des défauts. Les dimensions des particules comprises entre 30 et 300 m pour les poudres sèches et de 0,5 à 1 m pour celles qui sont en suspension dans un liquide. 11

12 Leur couleur qui doit conduire à un contraste élevé avec la surface de là pièce en examen. A cet égard, la magnétite ( Fe 3 O 4 ) est de couleur gris sombre et le complexe Fe 3 O 4 Fe 2 O 3 de couleur rouge violacée. Afin d'améliorer la visibilité des spectres, il existe des poudres magnétiques enrobées d'une pigmentation fluorescente lorsqu'elles sont soumises à un rayonnement ultraviolet de longueur d'onde égale à 360 manomètres. Comme pour les pénétrants fluorescents utilisés en ressuage, ces pigmentations émettent une lumière jaune-verte de longueur d'onde égale à 550 manomètres pour laquelle I œil est le plus sensible. Les poudres fluorescentes sont généralement en suspension dans un liquide et les examens sont effectués dans un local sombre. Enfin lors des contrôles réalisés en lumière du jour avec des poudres colorées non fluorescentes, le contraste des images magnétiques avec la surface de la pièce peut être amélioré par le dépôt sur celle-ci d'une fine couche de peinture blanche d'épaisseur comprise entre 10 et 30 m. Désaimantation des pièces à l'issue d'un contrôle : Il est recommandé de procéder à un nettoyage de la pièce ou partie de la pièce examinée afin de ne pas affecter l'utilisation ultérieure ou la poursuite du programme de fabrication de la pièce. De même, si cela est nécessaire, il faut contrôler l'aimantation résiduelle et 12

13 éventuellement procéder à une désaimantation dont l'efficacité sera également vérifiée. La désaimantation des pièces de petites dimensions ou de faible section est réalisée au moyen d'une bobine alimentée par un courant alternatif d'intensité progressivement décroissante au centre de laquelle la pièce à désaimanter est déplacée lentement. Cette procédure créé dans la pièce un cycle d'hystérésis décroissant qui annule l'induction rémanente B. La figure 17 rend compte des variations du courant de magnétisation dans la bobine et des variations correspondantes de l'induction dans la pièce. Lors de la désaimantation de pièces longues ( barres, ronds, profilés... ), l'intensité du courant de magnétisation dans la bobine peut être maintenue constante, car la diminution de l'induction dans chaque portion de pièce est obtenue par son éloignement lent et régulier de la bobine. 13

S 5 F I) Notion de champ magnétique : 1) Mise en évidence : a) Expérience :

S 5 F I) Notion de champ magnétique : 1) Mise en évidence : a) Expérience : Chapitre 5 : CHAMP MAGNETIQUE S 5 F 1) Mise en évidence : a) Expérience : Des petites aiguilles aimantées montées sur pivots sont disposées près d'un aimant droit. Chaque aiguille constitue un dipôle orienté.

Plus en détail

Electromagnétisme. Chapitre 1 : Champ magnétique

Electromagnétisme. Chapitre 1 : Champ magnétique 2 e BC 1 Champ magnétique 1 Electromagnétisme Le magnétisme se manifeste par exemple lorsqu un aimant attire un clou en fer. C est un phénomène distinct de la gravitation, laquelle est une interaction

Plus en détail

MAGNETISME. 3) Effet du magnétisme 31) Action sur un aimant :

MAGNETISME. 3) Effet du magnétisme 31) Action sur un aimant : MAGNETISME 1) Les différentes sources de champ magnétique La terre crée le champ magnétique terrestre Les aimants naturels : les magnétites Fe 3 O 4 L acier que l on aimante Les électroaimants et circuits

Plus en détail

CHAPITRE 14. CHAMP MAGNETIQUE

CHAPITRE 14. CHAMP MAGNETIQUE CHAPITRE 14. CHAMP MAGNETIQUE 1. Notion de champ Si en un endroit à la surface de la Terre une boussole s'oriente en pointant plus ou moins vers le nord, c'est qu'il existe à l'endroit où elle se trouve,

Plus en détail

Transferts thermiques par conduction

Transferts thermiques par conduction Transferts thermiques par conduction Exercice 1 : Température de contact entre deux corps* On met en contact deux conducteurs thermiques cylindriques, calorifugés sur leurs surfaces latérales. On se place

Plus en détail

Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique

Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique Utilisation des matériaux magnétostrictifs filaires comme capteurs de mesure de champ magnétique Eric CRESCENZO 1 Evagelos HRISTOFOROU 2 1) IXTREM 9 rue Edouard Denis Baldus, F-711 CHALON SUR SAONE Tél

Plus en détail

LE CHAMP MAGNETIQUE Table des matières

LE CHAMP MAGNETIQUE Table des matières LE CHAMP MAGNETQUE Table des matières NTRODUCTON :...2 MSE EN EVDENCE DU CHAMP MAGNETQUE :...2.1 Détection du champ magnétique avec une boussole :...2.2 Le champ magnétique :...3.2.1 Le vecteur champ magnétique

Plus en détail

Les lentilles additionnelles

Les lentilles additionnelles Les lentilles additionnelles Il existe deux méthodes pour réaliser des photographies rapprochées : ) l augmentation de tirage 2) les lentilles additionnelles C est la seconde méthode qui va être étudié

Plus en détail

Courant électrique et distributions de courants

Courant électrique et distributions de courants Cours d électromagnétisme Courant électrique et distributions de courants 1 Courant électrique 1.1 Définition du courant électrique On appelle courant électrique tout mouvement d ensemble des particules

Plus en détail

DESSIN EN PERSPECTIVE.

DESSIN EN PERSPECTIVE. DESSIN EN PERSPECTIVE. Pour représenter le volume d un objet ou d une image dans un plan, on utilise la perspective. C'est l'art de représenter les objets en trois dimensions sur une surface à deux dimensions,

Plus en détail

Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones

Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones Chapitre 17 Sciences Physiques - BTS Moteurs à courant continu Moteurs asynchrones 1 Loi de Laplace 1.1 Etude expérimentale Le conducteur est parcouru par un courant continu ; il est placé dans un champ

Plus en détail

Rappels et compléments :

Rappels et compléments : CHAPITRE 6 MECANIQUE DES FLUIDES VISQUEUX Pr. M. ABD-LEFDIL Université Mohammed V- Agdal Département de Physique Année universitaire 05-06 SVI-STU Rappels et compléments : Un fluide est un milieu matériel

Plus en détail

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise

Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise Baromètre ACTINEO France 2013 Tris croisés par Alain d Iribarne : Taille d entreprise La répartition de l'échantillon par taille est assez intéressante dans la mesure où elle fait apparaître autant d'actifs

Plus en détail

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION

ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION ECHANGE DE CHALEUR: LA CONDUCTION Nous n étudierons dans ce chapitre que la conduction en régime permanent, c'est-à-dire lorsque l équilibre thermique est atteint ce qui se caractérise par des températures

Plus en détail

F = B * I * L. Force en Newtons Induction magnétique en teslas Intensité dans le conducteur en ampères Longueur du conducteur en mètres

F = B * I * L. Force en Newtons Induction magnétique en teslas Intensité dans le conducteur en ampères Longueur du conducteur en mètres LE M O TE U R A C O U R A N T C O N TI N U La loi de LAPLACE Un conducteur traversé par un courant et placé dans un champ magnétique est soumis à une force dont le sens est déterminée par la règle des

Plus en détail

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées.

Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée. Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Durée 2 heures Une feuille de formulaire autorisée Les exercices doivent être obligatoirement rédigés sur des feuilles séparées. Exercic (7 points) : (les 3 parties sont relativement indépendantes) De

Plus en détail

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+

Transfert thermique. La quantité de chaleur échangée entre deux systèmes se note Q et s exprime en Joule *J+ Chapitre 22 Sciences Physiques - BTS Transfert thermique 1 Généralités 1.1 Température La température absolue est mesuré en Kelvin [K]. La relation de passage entre C et K est : T [K] = [ C ]+ 273,15 Remarque

Plus en détail

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace;

ELASTICITE. l'isotropie du corps considéré: les propriétés élastiques sont les mêmes dans toutes les directions de l'espace; 7 M1 EASTICITE I.- INTRODUCTION orsqu'un corps est soumis à des contraintes externes, celui-ci subit des déformations qui dépendent de l'intensité de ces contraintes. Si ces dernières sont faibles, on

Plus en détail

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault

Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Page 1 25 octobre 2012 Journée «Contrôle non destructif et caractérisation de défauts» Caractérisation de défauts par Magnétoscopie, Ressuage, Courants de Foucault Henri Walaszek sqr@cetim.fr Tel 0344673324

Plus en détail

Mini Dictionnaire Encyclopédique Mathématiques. Fonction affine

Mini Dictionnaire Encyclopédique Mathématiques. Fonction affine Fonction affine ) Définition et Propriété caractéristique a) Activité introductive Une agence de location de voiture propose la formule de location suivante : forfait de 50 et 0,80 le km. Quel est le prix

Plus en détail

EXPLOITATION DU RESEAU. Explications

EXPLOITATION DU RESEAU. Explications EXPLOITATION DU RESEAU Explications Version V0 du 01.09.2011 Référentiel Technique EXPLICATIONS SUR DES PRINCIPES DE L ELECTRICITE Identification : DTR-Exploit-Exp Version : V0 Nombre de pages : 5 Version

Plus en détail

Charge électrique loi de Coulomb

Charge électrique loi de Coulomb Champ électrique champ magnétique Charge électrique loi de Coulomb 1/ répulsion réciproque de deux charges < r 12 > Q 1 Q 2 Les deux charges Q 1 et Q 2 se repoussent mutuellement avec une force F 12 telle

Plus en détail

ANNEXE 1 : Les ondes Renseignements pour l'enseignant

ANNEXE 1 : Les ondes Renseignements pour l'enseignant ANNEXE 1 : Les ondes Renseignements pour l'enseignant Il existe plusieurs types d'ondes, par exemple le son, la lumière et les vagues. De plus, il existe de nombreux phénomènes que l'on peut représenter

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

9. Équations différentielles

9. Équations différentielles 63 9. Équations différentielles 9.1. Introduction Une équation différentielle est une relation entre une ou plusieurs fonctions inconnues et leurs dérivées. L'ordre d'une équation différentielle correspond

Plus en détail

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide

Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide Chapitre 2 : Caractéristiques du mouvement d un solide I Rappels : Référentiel : Le mouvement d un corps est décris par rapport à un corps de référence et dépend du choix de ce corps. Ce corps de référence

Plus en détail

LE MAGNETISME DES AIMANTS ET DES COURANTS

LE MAGNETISME DES AIMANTS ET DES COURANTS LE MAGNETISME DES AIMANTS ET DES COURANTS 1. Les aimants Un aimant comporte toujours deux pôles appelés le pôle nord (N) et le pôle sud (S) situés, en général, à deux extrémités. Un aimant exerce une action

Plus en détail

Contrôle Non Destructif C.N.D.

Contrôle Non Destructif C.N.D. Contrôle Non Destructif C.N.D. 16 Principales techniques Particules magnétiques Pénétrants 7% Autres 7% 6% Ultrasons 30% Objets divers Pétrochimique 15% 10% Aérospatial 25% Courants de Foucault 10% Autres

Plus en détail

BEP ET Leçon 25 Le transformateur monophasé Page 1/8 I 2 N 2 U 2

BEP ET Leçon 25 Le transformateur monophasé Page 1/8 I 2 N 2 U 2 BEP ET Leçon 25 Le transformateur monophasé Page 1/8 1. DESCRIPTION I 1 I 2 N 1 N 2 U 1 U 2 Schéma électrique I 1 I 2 U 1 U 2 Un transformateur est constitué : D une armature métallique servant de circuit

Plus en détail

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de

- cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de Notion de courant de particule ; conservation du courant = expression du courant de particules chargées ; charges; j = q k k - cas d une charge isolée en mouvement et par extension d un ensemble de v k

Plus en détail

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel

Chapitre 3 : Dynamique du point matériel Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 3 : Dynamique SMPC1 Chapitre 3 : Dynamique du point matériel I Lois fondamentales de la dynamiques I.1)- Définitions Le Référentiel de Copernic: Le référentiel

Plus en détail

École Nationale d Aérotechnique (ÉNA) 5555, place de l ÉNA, Saint-Hubert (Québec) J3Y 8Y9 Tél. : 450 678-3560

École Nationale d Aérotechnique (ÉNA) 5555, place de l ÉNA, Saint-Hubert (Québec) J3Y 8Y9 Tél. : 450 678-3560 DESCRIPTION Titre : Lieu : Durée de la Formation : École Nationale d Aérotechnique (ÉNA) 5555, place de l ÉNA, Saint-Hubert (Québec) J3Y 8Y9 Tél. : 450 678-3560 80 heures 2 350 $* plus taxes, par participant.

Plus en détail

2.1.3. La représentation graphique d évolutions

2.1.3. La représentation graphique d évolutions 2.1.3. La représentation graphique d évolutions 142 2 La mathématique financière 2.1.3. - LA REPRÉSENTATION GRAPHIQUE D ÉVOLUTIONS L analyse de la succession des données dans le temps va devoir être traitée

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

5.1.1 Histogrammes : définition et utilité

5.1.1 Histogrammes : définition et utilité PLAN 5.1.1 Histogrammes : définition et utilité 5.1.2 Histogrammes des images en niveaux de gris 5.1.3 Histogramme des images couleurs 5.1.4 Courbes de modification des histogrammes 5.1.5 Applications

Plus en détail

Electrocinétique et magnétostatique

Electrocinétique et magnétostatique Chapitre 3 Electrocinétique et magnétostatique 3.1 Electrocinétique - Vecteur densité de courant Un courant électrique correspond à des charges électriques mobiles. On appelle vecteur densité de courant

Plus en détail

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif -

POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux. - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - POLY-PREPAS Centre de Préparation aux Concours Paramédicaux - Section Orthoptiste / stage i-prépa intensif - 1 Chapitre 10 : Condensateur et circuit RC I. Notions de base en électricité : a) Courant électrique

Plus en détail

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques

4.1 Charges en mouvement - Courant et intensité électriques Chapitre 4 Distributions de courants En électrostatique, les charges restent immobiles. Leur déplacement est à l origine des courants électriques qui sont la source du champ magnétique que nous étudierons

Plus en détail

3 ème COURS Electricité Chapitre 4 LA PUISSANCE ÉLECTRIQUE CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9

3 ème COURS Electricité Chapitre 4 LA PUISSANCE ÉLECTRIQUE CORRECTION DES EXERCICES. Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 3 ème COURS Electricité Chapitre 4 LA PUISSANCE ÉLECTRIQUE CORRECTION DES EXERCICES Téléchargé sur http://gwenaelm.free.fr/2008-9 Correction : Exercice 1 p 200 Faux. L'indication qui s'exprime en watt

Plus en détail

Module 8 : Périmètre et aire de figures planes

Module 8 : Périmètre et aire de figures planes RÉDUCTION DES ÉCARTS DE RENDEMENT 9 e année Module 8 : Périmètre et aire de figures planes Guide de l élève Module 8 Périmètre et aire de figures planes Évaluation diagnostique...3 Aire de parallélogrammes,

Plus en détail

CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00100528 ACADEMIE DES SCIENCES DE L'URSS INSTITUT DE PHYSIQUE LEBEDEV, MOSCOU 1967. Preprint No. 150

CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00100528 ACADEMIE DES SCIENCES DE L'URSS INSTITUT DE PHYSIQUE LEBEDEV, MOSCOU 1967. Preprint No. 150 CERN LIBRARIES, GENEVA CM-P00100528 ACADEMIE DES SCIENCES DE L'URSS INSTITUT DE PHYSIQUE LEBEDEV, MOSCOU 1967 Preprint No. 150 TRANSFORMATEUR A CABLES POUR LE FORMAGE D'IMPULSIONS DE HAUTE TENSION D'UNE

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Cours n 15 : Champ magnétique

Cours n 15 : Champ magnétique Cours n 15 : Champ magnétique 1) Champ magnétique 1.1) Définition et caractérisation 1.1.1) Définition Comme nous l avons fait en électrostatique en introduisant la notion de champ électrique, on introduit

Plus en détail

COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL?

COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL? COMMENT CALCULER ET PREVOIR LES PERTES THERMIQUES D UN LOCAL? Un problème important dans le bâtiment est celui de l'isolation thermique. De nombreuses déperditions ayant lieu, il est important de les limiter

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

LE COURANT ELECTRIQUE CONTINU

LE COURANT ELECTRIQUE CONTINU LE COURT ELECTRQUE COTU 1- perçu historique de l'électricité Voir polycop 2- Le courant électrique l existe deux types de courant. EDF. faire tirages feuille exercice et T annexe Montrer effet induction

Plus en détail

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE

TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE Gabriel Scherer TS3 TROISIÈME LOI DE KÉPLER : VÉRIFICATIONS ET APPLICATIONS DANS LE SYSTÈME SOLAIRE TPP4.odt 1/6 Rappels : 1 U.A. = 1,497.10 11 m Constante de gravitation universelle G = 6,67.10 11 u.s.i.

Plus en détail

LA DÉTERMINATION DE LA LONGUEUR D` ONDE D`UNE RADIATION LUMINEUSE MONOCHROMATIQUE UTILISANT LES ANNEAUX DE NEWTON

LA DÉTERMINATION DE LA LONGUEUR D` ONDE D`UNE RADIATION LUMINEUSE MONOCHROMATIQUE UTILISANT LES ANNEAUX DE NEWTON LA DÉTERMINATION DE LA LONGUEUR D` ONDE D`UNE RADIATION LUMINEUSE MONOCHROMATIQUE UTILISANT LES ANNEAUX DE NEWTON 1. Les objectifs 1.1. La mise en évidence du phénomène d`interférence pour obtenir des

Plus en détail

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4)

Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Création (commentaires): 21 décembre 2010 21/12/10 : correction du modèle élasto-plastique (dia 11-2-4) Suite à l analyse expérimentale qui a mis en évidence plusieurs comportements non linéaires de matériaux,

Plus en détail

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits.

Session de Juillet 2001. Durée 2 H Documents interdits. Session de Juillet 2001 Durée 2 H Documents interdits. Exercice 1 : Oscillations forcées de dipôles électriques Lors d une séance de travaux pratiques, les élèves sont conduits à étudier les dipôles en

Plus en détail

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012

Cours d électricité. Dipôles simples en régime alternatif. Mathieu Bardoux. 1 re année: 2011-2012 Cours d électricité Dipôles simples en régime alternatif Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année: 2011-2012 Plan du

Plus en détail

Electricité et magnétisme

Electricité et magnétisme Le champ magnétique Activité 1 a) O α S N s G n b) Bobine O s G n α I Document 1 Une petite aiguille aimantée suspendue par son centre de gravité G à un fil sans torsion est placée au voisinage d un aimant

Plus en détail

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013 La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre Majeurs et mineurs par les services de Police en 2013 Antoine le graët, Chargé d études statistiques à l ONDRP 2 Principaux enseignements

Plus en détail

Les Conditions aux limites

Les Conditions aux limites Chapitre 5 Les Conditions aux limites Lorsque nous désirons appliquer les équations de base de l EM à des problèmes d exploration géophysique, il est essentiel, pour pouvoir résoudre les équations différentielles,

Plus en détail

5. Les capteurs passifs...3 5.1. Définitions...3 5.2. Exemples...3 5.3. Le conditionneur...4

5. Les capteurs passifs...3 5.1. Définitions...3 5.2. Exemples...3 5.3. Le conditionneur...4 Les capteurs Table des matières 1. Chaine d acquisition et d information...1 2. Définitions...2 3. Type et nature de la sortie...2 4. Capteurs actifs...2 4.1. Effet thermoélectrique...2 4.2. Effet pyroélectrique...2

Plus en détail

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ

DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ calculatrice: autorisée durée: 2 heures Sujet Lampe à incandescence et bilans thermiques...2 I.Lampe à incandescence en régime permanent...2 A.Détermination de la température

Plus en détail

1 principe de la loupe

1 principe de la loupe STL G L'oeil ne peut percevoir, à 15 cm, que des détails dont les dimensions sont supérieures à 45 microns. our voir des détails plus petits, on utilise des instruments d'optique qui donnent de l'objet

Plus en détail

TD16 Machine synchrone et MCC

TD16 Machine synchrone et MCC TD16 Machine synchrone et MCC 161 Machine synchrone simpliste A Travaux Dirigés Un aimant cylindrique allongé peut tourner autour de l'axe passant par son centre et perpendiculaire à son moment magnétique.

Plus en détail

Force de tension d une corde

Force de tension d une corde Force de tension d une corde 1.a. Deux façons de répondre à la question : 25 images 1 seconde 1 image T T = 1/25 = 0,04 s. 25 images par seconde représente la fréquence de prise de vue. Or T = 1/f donc

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Mouvement et vitesse . A A B

Mouvement et vitesse . A A B Chapitre 1 Mouvement et vitesse I/ Caractère relatif d'un mouvement Le mouvement d'un objet est décrit par rapport à un autre objet qui sert de référence ( le référentiel) exemple : assis dans une voiture

Plus en détail

LA CONCEPTION DES PIÈCES À MÉTALLISER

LA CONCEPTION DES PIÈCES À MÉTALLISER 2.1 2.2 2 LA CONCEPTION DES PIÈCES À MÉTALLISER 2.1. GÉNÉRALITÉS Bien que le procédé de métallisation soit moins contraignant que la galvanisation en ce qui concerne la conception des pièces à revêtir,

Plus en détail

L'apport de la physique au diagnostic médical

L'apport de la physique au diagnostic médical L'apport de la physique au diagnostic médical L'application des découvertes de la physique à l'exploration du corps humain fournit aux médecins des informations essentielles pour leurs diagnostics. Ils

Plus en détail

PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique

PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique PHYSIQUE-CHIMIE Terminale Scientifique Fiches PROGRAMME 2012 (v2.4) Sylvie LAMY Agrégée de Mathématiques Diplômée de l École Polytechnique Cours Pi e-mail : lescourspi@cours-pi.com site : http://www.cours-pi.com

Plus en détail

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 )

Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Epreuve d électronique de puissance F. Costa, G. Coquery (Durée 3h, calculatrice et documents autorisés 1 ) Présentation du sujet La recherche de miniaturisation est actuellement un domaine important dans

Plus en détail

MASTER de Génie Civil, Lyon Année scolaire 2006-2007 DYNAMIQUE DES SOLS ET DES STRUCTURES. Sujet No 1, durée : 2 heures

MASTER de Génie Civil, Lyon Année scolaire 2006-2007 DYNAMIQUE DES SOLS ET DES STRUCTURES. Sujet No 1, durée : 2 heures MASTER de Génie Civil, Lyon Année scolaire 6-7 Epreuve du 6 mars 7 DYNAMIQUE DES SOLS ET DES STRUCTURES GENIE PARASISMIQUE Sujet No, durée : heures Les copies doivent être rédigées en français et écrites

Plus en détail

Chapitre P12 : Le magnétisme

Chapitre P12 : Le magnétisme : ) Qu'est-ce que le champ magnétique? 1) Comment détecter un champ magnétique? Expérience : Voir fiche Expériences 1 et 2 En un lieu donné, une aiguille aimantée, pouvant tourner dans un plan horizontal,

Plus en détail

Le Haut-parleur : I) Qu est ce qu un son? II) Le haut-parleur à travers le temps : III) Le principe de son fonctionnement : 1) Principale fonction

Le Haut-parleur : I) Qu est ce qu un son? II) Le haut-parleur à travers le temps : III) Le principe de son fonctionnement : 1) Principale fonction Le Haut-parleur : I) Qu est ce qu un son? II) Le haut-parleur à travers le temps : III) Le principe de son fonctionnement : 1) Principale fonction 2) Description du transducteur 3) Composition 4) Principe

Plus en détail

Problème n 1. Etude électromagnétique d un contacteur. S.T.S ELECTROTECHNIQUE. L étude porte sur le circuit électromagnétique :

Problème n 1. Etude électromagnétique d un contacteur. S.T.S ELECTROTECHNIQUE. L étude porte sur le circuit électromagnétique : Problème n 1 Etude électromagnétique d un contacteur. L étude porte sur le circuit électromagnétique : Le fond : Le couvercle : la bobine centrale : Le ressort de rappel : Croquis et dimensions du circuit

Plus en détail

4.5 Coefficients de pression et de forces. 4.5.1 Ecoulement de l air autour d une construction

4.5 Coefficients de pression et de forces. 4.5.1 Ecoulement de l air autour d une construction 4.5 Coefficients de pression et de forces Pour les bâtiments, il convient de déterminer les coefficients de pressions extérieure et intérieure. Les coefficients de pression extérieure permettent de calculer

Plus en détail

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges

Ludovic Grossard. Chapitre VI Polarisation de la lumière. Chapitre VI. Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges Chapitre VI Polarisation de la lumière Ludovic Grossard Département Mesures Physiques, IUT du Limousin Université de Limoges 1 Dénition 2 Types de polarisation 3 Polariseurs / analyseurs 4 Les lames de

Plus en détail

ELECTRICITE STATIQUE. Sommaire. Introduction. 3.1 Loi des charges. Chapitre 3. Chapitre 3

ELECTRICITE STATIQUE. Sommaire. Introduction. 3.1 Loi des charges. Chapitre 3. Chapitre 3 Chapitre 3 ELECTRICITE STATIQUE Sommaire Loi des charges Charge électrostatique Le champ électrique Potentiel et différence de potentiel Déplacement de charges Introduction Dès l'antiquité, les hommes

Plus en détail

PHYS-F-205. Physique 2. Examen du 6 juin 2012. I. Théorie (20 points 1 heure 15')

PHYS-F-205. Physique 2. Examen du 6 juin 2012. I. Théorie (20 points 1 heure 15') NOM, PRENOM (en majuscules)..... SECTION (barrer la mention inutile) Biologie Géographie Géologie PHYS-F-205 Physique 2 Examen du 6 juin 2012 I. Théorie (20 points 1 heure 15') Justifiez toujours vos réponses.

Plus en détail

Chapitre 1 La perception de la lumière et des couleurs par l'œil humain

Chapitre 1 La perception de la lumière et des couleurs par l'œil humain 1 1 9 9 7 7 2 2 Perception des couleurs par l œil humain................ 4 La température des couleurs et la balance des blancs.......... 4 La compensation de la lumière par l œil................ Le gamma..............................

Plus en détail

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE

TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE TD1 PROPAGATION DANS UN MILIEU PRESENTANT UN GRADIENT D'INDICE Exercice en classe EXERCICE 1 : La fibre à gradient d indice On considère la propagation d une onde électromagnétique dans un milieu diélectrique

Plus en détail

IV. CAPACITE ET VITESSE

IV. CAPACITE ET VITESSE IV. CAPACITE ET VITESSE EN FONCTION DE LA GEOMETRIE DES ROUTES ET DES TUNNELS ROUTIERS IV.1. Introduction Cette partie traite des différents mouvements de la circulation à l intérieur d un tunnel routier

Plus en détail

moteur asynchrone MOTEUR ASYNCHRONE

moteur asynchrone MOTEUR ASYNCHRONE MOTEUR ASYNCHRONE Rappel: trois bobines, dont les axes font entre eux des angles de 120 et alimentées par un réseau triphasé équilibré, crée dans l'entrefer un champ magnétique radial, tournant à la fréquence

Plus en détail

1.Alimentation linéaire

1.Alimentation linéaire Sommaire Introduction Cahier des charges...5 1.Alimentation linéaire...6 2.Alimentation à découpage...7 3.Les différents types de montages...8 3.1. Alimentation type "Buck"...8 3.2 Alimentation type "Boost"...8

Plus en détail

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule

Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule ELECTROMAGNETSME Electrocinétique Page sur Leçon n 4 : Loi d Ohm et de Joule. ntroduction Le terme courant électrique plus communément désigné par "courant" permet de décrire le déplacement de toute charge

Plus en détail

ANALYSES TEMPORELLE ET SPECTRALE APPAREILS USUELS

ANALYSES TEMPORELLE ET SPECTRALE APPAREILS USUELS Charges non linéaires BUT : - Observer le courant i ( t ) absorbé par différentes charges non linéaires alimentées par une tension monophasée 230 V / 50 Hz - Relever le Taux de distorsion harmonique du

Plus en détail

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire

2. Déplacement d une charge ponctuelle dans un champ magnétique uniforme stationnaire Chapitre VII Forces électromagnétiques VII.a. Force de Lorentz La force à laquelle est soumis, à un instant t, un point matériel de charge q, situé en M et se déplaçant à une vitesse v(t) par rapport à

Plus en détail

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance

La notion de flux thermique. La convection. M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3. La conductance La résistance M21C : Confort thermique et énergétique - Cours n 3 La notion de flux thermique La conductance La résistance La convection Principe physique L'effet thermosiphon Nicolas.ixier@grenoble.archi.fr Architectes

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail

La hauteur du Soleil et la durée d une journée

La hauteur du Soleil et la durée d une journée La hauteur du Soleil et la durée d une journée On dit que le Soleil se lève à l Est pour se coucher à l Ouest ou encore que le Soleil est au zénith à midi. Cela n est pas vrai ou plus exactement pas toujours

Plus en détail

hauteur (mm) droit 550 15 / 25 150 0,58 7 23 coin * 550 15 / 25 150 0,58 7 23

hauteur (mm) droit 550 15 / 25 150 0,58 7 23 coin * 550 15 / 25 150 0,58 7 23 Applications Revêtement pour murs (de jardin) et parois Propriétés Panneaux linéaires originaux en quartzite, grès ou ardoise comme revêtement de façade Disponible en 8 couleurs différentes Pour projets

Plus en détail

EXERCICE I: LA LOGAN AU BANC D'ESSAI (9 points)

EXERCICE I: LA LOGAN AU BANC D'ESSAI (9 points) Liban 2006 EXERCICE I: LA LOGAN AU BANC D'ESSAI (9 points) La Dacia Logan, conçue par le constructeur français Renault est produite au départ en Roumanie. Elle a fait la une de l'actualité lors de son

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Différents types de matériaux magnétiques

Différents types de matériaux magnétiques Différents types de matériaux magnétiques Lien entre propriétés microscopiques et macroscopiques Dans un matériau magnétique, chaque atome porte un moment magnétique µ (équivalent microscopique de l aiguille

Plus en détail

Communication graphique

Communication graphique Introduction générale Partie I. La projection parallèle 1. Le dessin multivue 2. La méthode de Monge 3. L axonométrie 4. Courbes de Bézier 5. La projection cotée (topographie) Projection cotée Méthode

Plus en détail

Son et Lumière. L optique géométrique

Son et Lumière. L optique géométrique Son et Lumière Leçon N 3 L optique géométrique Introdution Nous allons au cours de cette leçon poser les bases de l optique géométrique en en rappelant les principes fondamentaux pour ensuite nous concentrer

Plus en détail

SOLIDWORKS Volume de révolution et symétrie

SOLIDWORKS Volume de révolution et symétrie TP6 Volume de révolution et symétrie 1. Construire un volume de révolution Exemple : Dessiner une poulie 1.1 Dessiner le profil du volume de révolution - Créer nouveau document - Demander esquisse - Dessiner

Plus en détail

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques

A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.- Le décibel et le bruit les unités acoustiques A1.1.- Définition du bruit : A1.1.1.- Production et caractéristiques d un son Tout corps qui se déplace ou qui vibre émet un son. Il transmet sa vibration

Plus en détail

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS

CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS CONSERVATOIRE NATIONAL DES ARTS ET METIERS Centre de préparation au diplôme d'état d'audioprothésiste Epreuve de Physique (Durée: heures) 7 juillet Exercice : LA BALANCOIRE ( points) Une balançoire constituée

Plus en détail

Solutions optimales multiples. 3D.1 Unicité de la solution optimale du modèle (FRB)

Solutions optimales multiples. 3D.1 Unicité de la solution optimale du modèle (FRB) 3D Solutions optimales multiples 3D.1 Unicité de la solution optimale du modèle (FRB) Le modèle (FRB) admet une solution optimale unique. En effet (voir page 182), l'algorithme du simplexe se termine par

Plus en détail

Procédures de qualification Installatrice-électricienne CFC Installateur-électricien CFC

Procédures de qualification Installatrice-électricienne CFC Installateur-électricien CFC Série 01 Connaissances professionnelles écrites Pos. Bases technologiques Procédures de qualification Installatrice-électricienne CFC Installateur-électricien CFC Nom, prénom N de candidat Date.........

Plus en détail

SCIENCES PHYSIQUES. secondaire. L'électricité : êtes-vous au courant? SCP-4011-2 DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN SEPTEMBRE 1996

SCIENCES PHYSIQUES. secondaire. L'électricité : êtes-vous au courant? SCP-4011-2 DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN SEPTEMBRE 1996 SCIENCES PHYSIQUES 4 e secondaire L'électricité : êtes-vous au courant? SCP-4011-2 DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN SEPTEMBRE 1996 SCIENCES PHYSIQUES 4 e secondaire L'électricité : êtes-vous au courant?

Plus en détail

TP Diffraction et Interférence DIFFRACTIONS ET INTERFERENCES

TP Diffraction et Interférence DIFFRACTIONS ET INTERFERENCES OBJECTIFS Observation de la diffraction. Observation des interférences. I ) DIFFRACTION D ONDES A LA SURFACE DE L EAU Sur la photographie ci-dessous, on observe que les vagues, initialement rectilignes,

Plus en détail

REVISION ET CONTROLE DU FONCTIONNEMENT DES TUNNELS DE SECHAGE TEXTILES

REVISION ET CONTROLE DU FONCTIONNEMENT DES TUNNELS DE SECHAGE TEXTILES REVISION ET CONTROLE DU FONCTIONNEMENT DES TUNNELS DE SECHAGE TEXTILES Les encres plastisol sèchent lorsqu on les soumet à une température durant un certain laps de temps. En bref, on peut dire que le

Plus en détail

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique

Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n 2. Résonance magnétique : approche classique PGA & SDUEE Année 008 09 Interaction milieux dilués rayonnement Travaux dirigés n. Résonance magnétique : approche classique Première interprétation classique d une expérience de résonance magnétique On

Plus en détail